La langue française

Pied

Sommaire

  • Définitions du mot pied
  • Étymologie de « pied »
  • Phonétique de « pied »
  • Citations contenant le mot « pied »
  • Images d'illustration du mot « pied »
  • Traductions du mot « pied »
  • Synonymes de « pied »
  • Antonymes de « pied »

Définitions du mot pied

Trésor de la Langue Française informatisé

PIED, subst. masc.

1reSection. [Organe d'un être animé]
I. − [Chez l'homme] Partie terminale du membre inférieur, articulée à la jambe par la cheville, terminée par cinq doigts et constituant, de par son aptitude à reposer à plat sur le sol, l'élément principal de la station debout et de la marche. Synon. fam. panard, patte; pop. et arg. arpion, bateau, fumeron, latte, nougat, pince, pinceau, ripaton.Pied droit, gauche; doigts, ongles, plante, voûte du pied; articulations, muscles, phalanges, squelette du pied; pointe des pieds; avant-pied*; cou-de-pied*. La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison (...) Et je buvais ton souffle, ô douceur, ô poison! Et tes pieds s'endormaient dans mes mains fraternelles (Baudel., Fl. du Mal,1857, p.59).Dans la marche, c'est par le talon que le pied doit d'abord se poser sur le sol et c'est par la pointe qu'il le quitte. (Dans la danse (...) c'est par la pointe du pied que le danseur prendra d'abord contact avec le sol) (Bourgat, Techn. danse,1959, p.82):
1. Et puis je jouais avec mes pieds C'est très intelligent les pieds Ils vous emmènent très loin Quand vous voulez aller très loin Et puis quand vous ne voulez pas sortir Ils restent là ils vous tiennent compagnie Et quand il y a de la musique ils dansent On ne peut pas danser sans eux Prévert, Paroles,1946, p.99.
P. métaph. Ô toi qui, ce soir-là, répandais ton ennui Comme une essence d'or sur les pieds de la nuit (Samain, Chariot,1900, p.17).La fée de la musique venait elle-même sur ses pieds de soie ancienne (Milosz, Amour. init., 1910, p.171).
A. − [Le pied considéré dans son apparence extérieure, les sensations qui l'affectent]
1. [Aspect, dimensions, forme]
a) [Avec caractérisation anat.] Grands pieds; pieds fins, fuselés, larges, maigres, potelés; pieds cambrés, comprimés, déformés. À côté, sur leurs hauts talons, sont les bottines Qui font aux petits pieds ces allures mutines (Cros, Coffret santal,1873, p.44).Les Chinoises qui ont les pieds enfermés dans des bandelettes dès l'enfance ont besoin du pédicure (Vailland, Drôle de jeu,1945, p.71):
2. L'exiguïté des mains fuselées, la distinction des pieds étroits, aux doigts terminés par des ongles brillants comme l'agate (...) la jambe un peu longue aux malléoles délicatement modelées rappelaient la grâce élancée des musiciennes et des danseuses représentées sur les fresques... Gautier, Rom. momie,1858, p.186.
Pied égyptien. ,,Pied caractérisé par un gros orteil plus long que le second orteil, celui-ci étant à son tour plus long que le troisième`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
Pied grec. ,,Pied caractérisé par un gros orteil plus court que le second orteil, mais plus long que le troisième`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
α) [Servant à désigner certains personnages hist. ou myth.]
Berthe au(x) grand(s) pied(s). Ils ont identifié Ma Mère l'Oie à la reine Bertrade (...) à la reine Berthe au grand pied, mère de Charlemagne (A. France, Livre ami,1885, p.298).
Mercure aux pieds ailés, qui a des ailes aux pieds. V. aile I.
β) Loc. fam.
Pied(s) fourchu(s)*. V. aussi infra II.
Pieds nickelés. V. nickelé II B.
Pied(-)plat*.
b) [Sans caractérisation anat.]
Pied(s) chaussé(s)*, chaussés de (+ compl.).Marie était tout occupée (...) à marcher bien droit, pour ne pas mettre dans les ornières ses pieds chaussés de souliers blancs (R. Bazin, Blé,1907, p.72).Chausse-pieds*.
Loc. fig. et proverbiales
(Trouver) chaussure* à son pied.
Chaussure* à tout pied.
Mettre son pied dans le soulier d'autrui. S'approprier le bien d'autrui. C'est le parc aux cerfs de François Ierdans l'ermitage de Saint-Louis. Chacun a bâti; personne n'a voulu se servir du vieux bâtiment ni mettre son pied dans le soulier d'autrui (Michelet, Journal,1834, p.119).
Sortir un pied chaussé* et l'autre nu.
Pied(-)noir*, nu-pied*, pied(s)(-)nu(s). V. nu2.Va-nu-pieds*.
Médecin*(s), mandarin(s) aux pieds nus. La révolution médicale en Chine et au Nord Viêt-Nam, où l'expérience des fameux «médecins aux pieds nus» lancés sur les routes pour soigner selon d'autres méthodes, et avec un autre état d'esprit, pourrait renouveler notre médecine d'ici (Réalités,janv. 1976, p.75, col. 2).A. Minkowski, ce «mandarin aux pieds nus», (...) dirige son service de médecine néo-natale (Le Nouvel Observateur,20 sept. 1980, p.3, col.1).
Marchepied*, sous-pied*.
P. méton. Essuyer ses pieds sur un paillasson. La terre gercée résonne sous tous ces pieds cloutés (Dorgelès, Croix de bois,1919, p.93).
Pantalon* à pied(s).
Pied(-)bleu.(vieilli). ,,Conscrit portant encore les guêtres bleues du paysan`` (Larch. 1865, p.248). Le pied bleu comme on l'appelle, n'est donc pas trop dépaysé; il ne prête pas longtemps à rire par sa gaucherie, son embarras (E. de La Bédollière, Français peints par eux-mêmes,t.5, L'armée, 1842, p.40).
2. [Déformation, maladies] Cor(s) au(x) pied(s); avoir mal au(x) pied(s); se tordre le pied:
3. Tarkington, pour qui ses pieds douloureux, gonflés, faisaient maintenant de la moindre marche un supplice chinois, dut reconnaître qu'il lui fallait demander son évacuation. Maurois, Sil. Bramble,1918, p.102.
SYNT. Blessure au(x) pied(s); ampoule, cal, callosité, durillon, engelures au(x) pied(s); entorse, fracture, malformation(s) au pied; se fouler le pied.
a) PATHOL. Pied d'athlète. ,,Affection du pied due à certaines variétés de [champignons parasites], observée d'abord dans les pays tropicaux, puis en Europe (surtout chez les sportifs et les militaires) (...). Elle est caractérisée par un épaississement de la couche cornée de la peau sur les faces latérales des orteils`` (Garnier-Del. 1972).
Pied(-)bot. V. bot1.Pied équin*. Pied tabétique*.
Pied creux. ,,Pied dont la cambrure plantaire est exagérée, soit parce que le calcanéum est placé en talus (pied creux postérieur), soit parce que les métatarsiens ont une obliquité anormale (pied creux antérieur)`` (Méd. Biol. t.3 1972).
Pied de mine. ,,Lésions complexes du pied provoquées, en temps de guerre, par l'explosion de mines. Elles consistent en oedèmes (...), en blessures vasculaires et en fractures multiples`` (Garnier-Del. 1972).
Pied plat. ,,Déformation [du pied] caractérisée par un affaissement de la voûte plantaire, s'accompagnant d'une déformation dans le sens latéral`` (Lafon 1969). −(...) Au régiment, on en voit de toutes sortes. Moi j'ai vu des auxiliaires qui avaient les pieds plats... −Mais bon Dieu, quoi, je n'ai pas les pieds plats! (Aymé, Jument,1933, p.196).
b) Loc. fig. Avoir, ôter, (re)tirer une épine* du pied; être une épine* au pied (de qqn).
3. [Sensations physiques] Pieds brûlants, gelés, glacés, violacés; avoir chaud, froid aux pieds; avoir les pieds mouillés; avoir les pieds au feu, au sec; transpirer des pieds; se brûler les pieds; chauffe-pied(s)*, couvre-pied(s)*. Ils étaient encore heureux de se trouver ensemble, les pieds sur les chenets, tisonnant la bûche de décembre, fumant leur pipe (Murger, Scènes vie boh.,1851, p.176).L'homme regarda les pauvres pieds rouges de Cosette, et continua: −Quand aura-t-elle fini cette paire de bas? (Hugo, Misér.,t.1, 1862, p.486).
(Passer, traverser une étendue d'eau) à pied sec. Sans se mouiller les pieds. Les eaux se dressaient en murailles liquides et laissaient libre entre elles un large chemin où l'on pouvait passer à pied sec (Gautier, Rom. momie,1858, p.340).Un de ces petits couloirs de branches et de bûches qui permettent de traverser à pied sec les fondrières (Gide, Voy. Congo,1927, p.748).
Loc. fig., fam. Le pavé lui brûle les pieds. V. brûler I B 1.Les pieds lui brûlent. V. brûler II B.
Tenir (à qqn) les pieds chauds/au chaud. Être attentionné, ardent, empressé auprès de quelqu'un (notamment dans le domaine des relations amoureuses), pour en tirer éventuellement profit. Je voudrais avoir de l'argent pour acheter une maison à Venise ou à Florence ou à Menton, et y vivre avec un chat et une fille qui me tiendrait les pieds chauds (Mérimée, Lettres Grasset,1870, p.201).
Arg. de la Bourse. Pieds humides. ,,Coin des alentours de la Bourse où l'on négocie en plein vent des titres sans valeur dont les acheteurs espèrent tirer quelque chose un jour`` (Banque 1963); p. méton., les boursiers qui négocient dans ces conditions. Il tomba sur la petite bourse des valeurs déclassées, les «Pieds humides», comme on appelle avec un ironique mépris ces joueurs de la brocante, qui cotent en plein vent, dans la boue des jours pluvieux, les titres des compagnies mortes (Zola, Argent,1891, p.20).Quand on n'a pas ce flair spécial, il vaut mieux ne pas jouer à la Bourse et ne pas placer son argent dans ces valeurs qui, les trois quarts du temps, finissent «aux pieds humides» (L. Daudet, Universaux,1935, p.194).
Pop. [Pour exprimer le bien-être, le repos, la jouissance amoureuse] Avoir les doigts de pieds en éventail*. Avoir les doigts de pieds en bouquet de violettes. Voir Le Pt Perret ill. par l'ex., 1985 [1982], p.345.
4. [Hygiène, soins] Avoir les pieds propres, sales; puer (pop.), sentir des pieds; se masser, se frictionner les pieds; prendre un bain de pied. Nul n'aurait su baigner, masser, parfumer Son Altesse et lui brosser les pieds et les chevilles, aussi légèrement qu'il faisait (Bourges,Crépusc. dieux,1884,p.67):
4. Dans la belle saison, leur mère avait l'habitude de se laver les pieds le premier dimanche de chaque mois. Elle installait son baquet au milieu de la cuisine, choisissant le moment où la famille était réunie, afin de compenser l'ennui de cette nécessité hygiénique par l'agrément de la conversation. Aymé, Jument,1933, p.68.
LITURG. CATH. Le lavement* des pieds.
5. P. anal. (d'aspect)
a) [Représentation du/des pied(s)] Pieds d'une statue. Il y a aussi des pieds colossaux: pieds de pierre provenant du Christ du village d'O... (Jacob, Cornet dés,1923, p.219).
Colosse*, géant aux pieds d'argile*.
CORDONN. Pied de fer, de fonte. Enclume en forme de pied sur laquelle est placée la chaussure à réparer. Pour écraser la pointe d'un clou malencontreux qui dépasse [à l'intérieur de la chaussure], ou supprimer une aspérité quelconque, un pied de fer peut être utile (Lar. mén.1926, p.330).
b) P. méton. Pied de bas, de chaussette. Partie du bas, de la chaussette, qui couvre le pied. (Être) en pieds de bas, de chaussettes. Sans chaussures. Les jeunes servantes s'empressent à délacer mes guêtres et mes bottines, me tirant les jambes en tous sens. Et puis, en pieds de bas, je monte dans ma chambre (Loti, Japoneries,1889, p.41).
B. − [Le pied considéré comme organe doué de mobilité]
1. [Instrument spécifique de l'appui, de l'assise, du contact avec le sol, de la station debout] Poser le(s) pied(s); être debout sur un pied; le(s) pied(s) se dérobe(nt). On piétinait dans une pâte gluante, dont il fallait, à chaque pas, ressortir. Le pied glissait; la main s'agrippait aux parois (Benjamin, Gaspard,1915, p.136).Dans cette figure, le danseur tourne sur lui-même, le pied en position servant de pivot (Bourgat, Techn. danse,1959, p.107):
5. Je me rappelle seulement que dès son arrivée dans le cirque, après s'être vainement et désespérément retenu sur les pieds, il tomba. Il eut beau se relever; c'était plus fort que lui; il tombait. Il ne cessait pas de tomber. Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p.171.
a) [Pied est précédé d'une prép.]
[Prép. en]
Vieilli. En pied(s).En se mettant debout. Se lever en pied. Il resta immobile une demi-minute, puis sauta en pieds et courut à la pendule (Mérimée, Mosaïque,1833, p.162).Il se dressa en pied, tout effaré (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p.315).
Au fig. [En parlant d'une fonction, d'une prérogative, d'un privilège] En titre. Être en pied dans une administration. Il vit que la réputation d'une dame était en proportion des morts qu'elle avait causées; ainsi Mmede Courteval dont l'amant en pied avait tué deux de ses rivaux (Mérimée, Chron. règne Charles IX,1829, p.46).Permettez-moi de vous présenter M. Pleyston, lieutenant en pied de la frégate Le Cambrian (Sue, Atar-Gull,1831, p.26).
Portrait en pied. Portrait représentant le modèle en entier et debout. Le prince avait, dans le grand cabinet où il recevait en audience, un portrait en pied de Louis XIV (Stendhal, Chartreuse,1839, p.105).
[Prép. sur] Sauter, tomber sur ses pieds; se mettre, se tenir sur un pied, sur ses pieds. Je me présente, modeste, devant Mademoiselle qui bondit sur ses pieds à ma vue (Colette, Cl. école,1900, p.188).
(Marcher, se dresser, se hausser...) sur la pointe des pieds
De manière à ne faire aucun bruit. Se retirer sur la pointe des pieds. La croyant assoupie, il s'éloigna sur la pointe du pied, poussant avec précaution la porte (Dumas père, Monte-Cristo,t.1, 1846, p.617).
Afin de se rendre plus grand. Elle ouvrit les yeux, se dressa sur la pointe des pieds pour arriver à ma hauteur (Fromentin, Dominique,1863, p.268).De temps à autre, je me soulève sur la pointe des pieds et je regarde anxieusement du côté de la ferme de la Belle-Étoile (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p.25).
Retomber sur ses pieds. Se recevoir adroitement. P. métaph. Vous, vous vous en tirerez toujours. Rappelez-vous ce que me disait l'ambassadeur de Venise l'année dernière: «Ce garçon-là retombera toujours sur ses pieds.» (Montherl., Malatesta,1946, i, 7, p.455).Il ment effrontément et, pris en flagrant délit, il retombe aussitôt sur ses pieds (Sarraute, Ère soupçon,1956, p.25).
[En parlant d'une réalité abstr.] Remarquez aussi la plénitude, l'équilibre, le bon aménagement de sa phrase quand par hasard elle s'allonge un peu, et comme elle retombe «carrément» sur ses pieds (Lemaitre, Contemp.,1885, p.304).
[Pour marquer l'hésitation, la maladresse] Ne pas savoir sur quel pied danser*. Il se balança d'un pied sur l'autre, jeta un dernier regard sur le petit malade, et sortit enfin (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p.224).Ils allaient lentement, se dandinant d'un pied sur l'autre (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p.165).
Sur pied
Debout, levé, actif. Hélène passa sur pied cette nuit tout entière (Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p.324).On ne causa que des grandes salaisons d'hiver, qui allaient tenir tout le personnel de la charcuterie sur pied (Zola, Ventre Paris,1873, p.682).
Guéri, rétabli. Bien soignée la maladie suivit son cours normal; c'est-à-dire que j'allais être bientôt remis sur pied (Gide,Si le grain, 1924, p.424).
Mettre sur pied/mise sur pied
[En parlant d'une armée, d'une troupe] (Action de) recruter, enrôler, mettre en état de combattre. La Russie et l'Autriche avaient conclu un traité d'alliance et mettaient cinquante mille hommes sur pied (Sand, Hist. vie,t.2, 1855, p.120).Il ouvrit la constitution fédérale (...) la mise sur pied d'un corps d'armée dépassant 10000 hommes (Gobineau, Corresp.[avec Tocqueville], 1859, p.114).
[En parlant d'un projet, d'une entreprise] (Action de) constituer, élaborer. Je vais trouver Forestier, qui me mettra mon article sur pied en dix minutes (Maupass., Bel-Ami,1885, p.42).Un apport d'argent frais pour mettre sur pied et voir fonctionner sa dernière idée (Cendrars, Bourlinguer,1948, p.112).
[Prép. sous] Écraser sous le(s) pied(s). L'homme (...) a besoin du fini et de l'infini, comme il a besoin de la terre qui est sous ses pieds et du ciel qui est sur sa tête (P. Leroux, Humanité,1840, p.169).Le sable craquait sous les pieds largement chaussés des deux hommes (R. Bazin, Blé,1907, p.323).
Avoir (qqc.) sous les pieds
Avoir à sa disposition, dominer. [Napoléon] avait le monde sous ses pieds et il n'en a tiré qu'une prison pour lui, un exil pour sa famille, la perte de toutes ses conquêtes et d'une portion du vieux sol français (Chateaubr., Mém.,t.2, 1848, p.641).Jésus triomphera finalement de toute principauté, pouvoir et vertu, et mettra tous ses ennemis sous ses pieds (Théol. cath.t.4, 11920, p.335).
Tenir pour quantité négligeable, mépriser, faire fi (de quelque chose). L'homme met rarement ainsi de sang-froid sa conscience sous ses pieds (Sand, Indiana,1832, p.275).[Louis Bonaparte] se tourne vers les juges inamovibles, et leur dit : − Magistrature, je brise la Constitution, je me parjure, je dissous l'Assemblée souveraine, (...) je pille les caisses publiques, je séquestre, je confisque, je vole, j'escroque, je spolie (...) regardez les lois, elles sont sous mes pieds (Hugo, Nap. le Pt,1852, p.205).
Couper l'herbe* sous le pied.
b) Loc. adv. D'arrache-pied*.
c) Loc. verb.
Mettre pied à terre. Descendre de cheval; p.ext., descendre d'un véhicule. Après avoir marché une heure à cheval, par des sentiers pierreux et difficiles, il a fallu mettre pied à terre (Maine de Biran, Journal,1816, p.201).J'avais été obligé de mettre pied à terre, et nos montures renâclaient devant les degrés glissants (Mille, Barnavaux,1908, p.171).
Subst. Un pied(-)à(-)terre*.
Sauter à pieds joints (dans, sur qqc.). V. joint II A 2.
P. métaph. Jusqu'ici, nous n'avions guère compté que la Russie et les peuples slaves; nous avions sauté à pieds joints cette race germanique (Quinet, All. et Ital.,1836, p.23).Il avait son langage, son point de vue, sa sensibilité... Il n'allait pas à pieds joints sauter dans la manière de Matisse, qui a une raison d'être quand on a parcouru le chemin de Matisse, quand elle est un aboutissant (Triolet, Prem. accroc,1945, p.196).
[Gén. dans une tournure nég.] (Re)mettre, poser les pieds (dans un endroit, chez une personne). Se rendre (à, dans un endroit, chez une personne). Omar n'a jamais mis le pied à Alexandrie, quoi qu'en aient dit bien des Académiciens (Nerval, Filles feu,Angélique, 1854, p.511).Il y avait longtemps que je n'avais pas mis les pieds chez de vrais bourgeois et cette épreuve me parut réconfortante (Beauvoir, Mandarins,1954, p.207).
α) [Pour marquer une attitude, un sentiment (colère, mépris...)]
Fouler* aux pieds.
Frapper, taper... du pied. Il allait droit et ferme, en long et en large, brusquement, frappant du pied et faisant sonner ses talons éperonnés (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p.161).[La foule] attendait patiemment avec sa sagesse de foule, en toussant et en tapant du pied, les grands hommes du cortège (Nizan, Conspir.,1938, p.41).
β) [Pour marquer la stabilité/le manque de stabilité]
Avoir pied. Pouvoir se tenir debout, la tête hors de l'eau. Celle-ci disparut un instant sous l'eau, quoiqu'elle eût pied à cet endroit (Sue, Fleur de Marie,1857, p.79).
P. métaph. Arcangeli, las d'un état, où d'infimes occupations le tenaient encore, comme suspendu par les cheveux, mais sans avoir pied nulle part, et toujours au bord d'une disgrâce, demanda à accompagner le comte en qualité de truchement (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p.179).
Perdre pied. S'enfoncer dans l'eau, se noyer. Elle (...) gravit les degrés sous-marins, velus et glissants, où elle faillit perdre pied quatre fois, puis elle sortit de l'eau (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p.105).
P. métaph. L'amour complet de soi doit perdre pied et se noyer dans l'océan du moi (Blondel, Action,1893, p.199).
Au fig. Perdre contenance, ne plus maîtriser les événements, la situation. Hier au soir, a eu lieu à Genève un concert qui m'aurait intéressé ainsi que la grande réunion de la matinée. L'absent perd pied et n'apprend rien que trop tard (Amiel, Journal,1866, p.232).Un flot de colère empourpra la face du baron. Lui si calme, si goguenard devant la menace du scandale (...) perdait pied, le sang en tempête, dès qu'il s'agissait de cette fille (Zola, Paris,t.1, 1897, p.30).
Lâcher le pied (vieilli), lâcher pied. [En parlant d'une armée] Céder du terrain, reculer devant l'ennemi. La bataille durait depuis none, quand ceux de Bruges lâchèrent le pied et tournèrent le dos (Bertrand, Gaspard,1841, p.147).Les Vendéens étaient repoussés de Nantes (...) culbutés hors de Cholet (...) ils lâchaient pied à Châtillon (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p.83).
P. ext. Cesser de lutter (contre quelqu'un, quelque chose). Synon. flancher.C'est une appendicite souvent grave car elle se complique facilement de péritonite, évolue rapidement et l'enfant lâche pied très vite (Quillet Méd.1965, p.157).
(Re)prendre pied. S'établir solidement (sur un terrain, dans un lieu). C'était aller à l'opposé de cette portion de la côte sur laquelle Cyrus Smith avait pu prendre pied (Verne, Île myst.,1874, p.20).Avec le consentement de Vichy, les Allemands ont commencé à prendre pied au Levant (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p.418).
Au fig. Avec les années, cette bonne avait pris pied dans la maison. Elle finissait par gouverner l'intérieur, le père et la fille (Goncourt, G. Lacerteux,1864, p.22).Le Croisic, avec ses maisons de pierre et ses balcons sculptés, a l'air d'une miniature de Nantes; un moment, le protestantisme y prit pied (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. de Fr.,1908, p.322).
Avoir un pied dans (tel endroit). Synon. de prendre pied.Si elle parvenait à s'emparer de Corfou, elle aurait un pied dans la Grèce et serait maîtresse même du golfe (Caulaincourt, 1812ds Rec. textes hist., p.168).
Au fig. Alexandre a un pied dans le lit de cet homme; il y exerce le droit du seigneur sur la prostitution (Musset, Lorenzaccio,1834, iii, 3, p.181).
Lang. de la public. Villa, résidence... (les) pieds dans l'eau. Villa, résidence... située tout au bord de la mer. En vacances à Malte, on loge très volontiers et très facilement chez l'habitant. Une façon d'éviter autant que possible les grands ensembles «pieds dans l'eau» (Le Nouvel Observateur,10 juill. 1978, p.74, col. 2).
(Ne pas) avoir les pieds sur terre. (Ne pas) avoir un esprit concret, positif, réaliste. Toi, naturellement tu le croyais amoureux d'une fleur. Jolie fleur, en vérité. Oh! c'est trop commode d'être botaniste, on vit dans les nuages, on n'a pas les pieds sur terre (L. de Vilmorin, Belles am.,1954, pp.134-135).
Avoir, garder... un pied dans chaque camp. Être en bons termes avec deux partis rivaux, se ménager le soutien de chacune des deux parties. Il m'était difficile d'imiter ceux de mes collègues qui avaient un pied dans chaque camp, et qui, en dînant du ministère, se ménageaient la ressource de souper de l'opposition (Reybaud, J. Paturot,1842, p.388).Pour réussir dans l'entreprise de faire revenir Odette chez elle, MmeVerdurin n'employa pas bien entendu les «ultras», mais les habitués moins fidèles qui avaient gardé un pied dans l'un et l'autre salon (Proust, Temps retr.,1922, p.732).
2. [Instrument spécifique du déplacement, de la marche]
a) [Pied est précédé d'une prép.]
[Prép. à] Aller, marcher, partir, voyager... à pied; gagner au pied; marche à pied (v. marche2I A 3); à pied, à cheval* et en voiture; loger* à pied et à cheval. Laissons la voiture pour gravir à pied une pente boisée (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p.46).Je remontais à pied les Champs-Élysées (Mauriac, Journal 2,1937, p.182):
6. Pourquoi dire où j'allais? Qu'importe! Je suivais à pied le bord d'une rivière, et j'apercevais au loin les trois clochers d'une église ancienne au-dessus d'une petite ville où j'arriverais tantôt. Maupass., Contes et nouv.,t.1, Jour de fête, 1886, p.1054.
SPORTS. Course à pied. La ville sacrée recevait tous les cinq ans des jeunes sportives disputant une épreuve de course à pied dans le cadre des Jeux Héréens, véritables jeux féminins (Jeux et sports,1967, p.1292).
DÉFENSE MILIT. Chasseur à pied. Militaire qui sert dans l'infanterie. Le 3ebataillon de chasseurs à pied (...) s'est battu sur tous les fronts (Bordeaux, Fort de Vaux,1916p.94).
Pêche à pied. ,,Recherche des poissons dans le sable, des coquillages et des crustacés dans les rochers, des crevettes en poussant le filet spécialisé`` (Pollet 1970; dict. xixeet xxes.). Synon. pêche de pied (infra).
Au pied levé. V. lever1I.
[Prép. de]
Vieilli ou littér.
Aller de pied. Marcher. Ils m'ont narré (...) qu'ils voulaient aller de pied jusqu'à Toulon (Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p.651).
Gens de pied(s). Fantassins. Les archers et les gens de pied se retranchèrent, comme à la coutume, derrière leurs pieux aiguisés (Barante, Hist. ducs Bourg.,t.4, 1821-24, p.413).Renaud trouva onze princes, treize cents chevaliers et seize mille gens de pieds (Maurois, Sil. Bramble,1918, p.252).
Pêche de pied. Synon. de pêche à pied. (Dict. xixeet xxes.).
Valet* de pied.
b) Loc. adv., adj., subst. À cloche-pied*. Haut(-)le(-) pied*.
c) Loc. verb.
Avoir (toujours) le/un pied en l'air, le/un pied levé, le/un pied qui remue. Être (toujours) prêt à partir, à se déplacer. L'idée de t'appeler [Flaubert] à Rouen pour vingt minutes au passage m'est bien venue. Mais tu n'as pas, comme moi, un pied qui remue, et toujours prêt à partir (Sand, Corresp.,t.5, 1867, p.229).Il serait dangereux de laisser trop longuement à tout ce monde-là le pied en l'air (Claudel, Soulier,1944, 2epart., 1, p.1043).
Vieilli. Donner un coup de pied (jusqu'à un endroit); aller quelque part d'un coup de pied. Se rendre dans un endroit relativement proche. Synon. faire un saut (jusqu'à un endroit).C'était rare qu'il laissât s'écouler la semaine sans donner un coup de pied jusqu'au journal en sortant de son ministère (Courteline, Linottes,Canaille, 1888, p.225).
Lever le pied. V. lever1I A 2.
Mettre un pied devant l'autre. Avancer, se déplacer. Ces grisettes emmenées à la campagne pour la première fois de leur vie, qui (...) ne peuvent mettre un pied devant l'autre sans découvrir une fleurette (Courteline, Linottes,1912, p.91).À mettre un pied devant l'autre on risque gros (tomber dans un trou, se donner une entorse, se casser le nez...) (L. Febvre, Entre Benda et Seignobos,[1933] ds Combats, 1953, p.96).
Ne plus pouvoir mettre un pied devant l'autre. Être fatigué au point de ne plus pouvoir avancer. Il monte en se traînant et nous confie (...) qu'il a cru un instant qu'il ne pourrait mettre un pied devant l'autre dans la rue (Goncourt, Journal,1860, p.701).
Mettre les pieds dans le plat. V. plat2.
Mettre les pieds dans la vigne* du Seigneur.
Mettre les pieds sous la table*.
Traîner les pieds. Avancer avec peine; p. ext., renâcler (à faire quelque chose). Synon. traîner* les bottes.Chacun se mit à étouffer sous le sac, à traîner des pieds pesants et meurtris (Benjamin, Gaspard,1915, p.53).Vers le soir, les hommes traînaient les pieds. Mais il était difficile de deviner s'ils avaient des pensées plus graves que celles d'un soir de grande marche (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p.91).
3. [Instrument d'une action]
a) [Pied est précédé de la prép. à, déterminant un subst. désignant un instrument, un mécanisme, une machine] À pied. Qui se manoeuvre à l'aide du pied. Pour les personnes possédant une machine [à coudre] à pied, et qui, pour des raisons de santé, ne pourraient la faire marcher sans risquer de gros accidents, il a été créé aussi un petit moteur (Lar. mén.1926, p.781).La direction était manoeuvrée par une espèce de guidon, et il y avait frein à pied et frein à main (P. Rousseau, Hist. techn. et invent.,1967, p.344).
b) Loc. à valeur propre et fig.
Appel* de/du pied. Ceux qui attendent des appels de pied et des sonneries de clairon se trompent en se tournant vers moi (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p.29).Les grèves prennent souvent le caractère d'un avertissement, d'un appel du pied au gouvernement et à l'opinion publique (Traité sociol.,1967, p.497).
Faire du pied (à qqn) (v. faire1). Hortense me faisait du pied sous la table (Benoit, Atlant.,1919, p.217).Elle avait très bonne tenue tout en faisant du pied sous la table aux amis du vieux banquier qui lui plaisaient (Proust, Fugit.,1925, p.591).
c) En partic.
α) [Instrument d'une action violente, d'une lutte] Allonger, envoyer, flanquer... son pied au cul, au derrière, aux fesses; écarter, repousser... du pied; lutter avec les pieds et les mains; tenir le pied sur la gorge*. Si vous saviez? Vous chasseriez du pied celle que vous appelez votre épouse! (Borel, Champavert,1833, p.26):
7. ... file tout de suite, et estime-toi heureuse que je sois embarrassée, car je t'aurais déjà fichu mon pied quelque part. Comme si, brusquement, cette menace se réalisait, Catherine reçut dans le derrière, à toute volée, un coup de pied... Zola, Germinal,1885, p. 1332.
P. métaph. Les Turcs (...) se contentent, dans leur politique, d'écarter du pied l'ennemi qui leur fait ombrage (Lamart., Voy. Orient,t.2, 1835, p.111).Cela nous permettra de parler de quelques amours plus connus que bons à connaître, pour leur donner du pied au derrière (Sand, Corresp.,t.4, 1855, p.68).
Coup* de pied. P. métaph. Newton donne (...), si j'ose dire, un coup de pied à son système (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p.342).
Coup de pied de Vénus. Maladie vénérienne. Vénus parfois vous donne De méchants coups de pied qu'un bon chrétien pardonne, Car, s'ils causent du tort aux attributs virils, Ils mettent rarement l'existence en péril (G. Brassens, Poèmes et chansons,Le Bulletin de santé, Paris, Éd. musicales, 57, 1973 [1966], p.302).Voir Carabelli, [Lang. fam.], s.d.
Ne pas se donner de coup de pied. Se vanter complaisamment. (Dict. xxes.).
Croche-pied*.
Marcher sur le(s) pied(s) (de qqn). V. marcher1II A 3 a.
β) [Instrument d'une action sportive] Il est indispensable que le sauteur amène automatiquement −et sans hésitation −son pied d'appel sur la planche d'appel, et ceci avec la plus extrême précision (R. Vuillemin, Éduc. phys.,1941, p.144).Il reçoit directement le ballon sur un coup de pied de but, un coup de pied de coin, une rentrée de touche (J. Mercier, Football,1966, p.24).
SYNT. Pied d'appui, d'impulsion (course, saut); balle au pied, coup de pied retourné, de réparation, à suivre; tirer du (pied) gauche, droit (footb., rugby); cale-pieds* (cycl.); appel du pied, sauter à pieds joints, battements de pieds (natation); appui pieds-barre, pieds-mains (gymn.) (v. Petiot 1982).
Spécialement
ALPIN. Pied amont, aval. [Dans une pente, les pieds étant perpendiculaires au sens de la pente] Pied amont. Pied dirigé vers la montagne. Pied aval. Pied dirigé vers la vallée. Voir Bessière, L'Alpinisme, 1968, p.56 ds Quem. DDL t.27.
AUTOMOBILE
Pied au plancher (v. plancher1). Piloter pied au plancher (L'Équipe, 2 août 1965, ds Quem. DDL t.27).
En avoir, en garder sous le pied. Conserver une réserve d'accélération. «En garder sous le pied», pour employer le langage des coureurs automobiles (L'Équipe,17 sept. 1969,ds Petiot 1982).
Lever le pied. V. lever1I A 2.
CYCL. Baisser de pied. Pédaler mollement. Il recommencera ce manège jusqu'à ce que Scieur baisse de pied (L'Auto,10 juill. 1919in Lapaille ds Quem. DDL t. 9).
DANSE. Passe-pied*.
ÉQUIT. Avoir le pied à/dans l'étrier*.
4. [Pour exprimer l'état physique, moral d'une pers.: stabilité, force physique, vigilance, vivacité, etc.; ou inversement: gaucherie, inertie, maladie, mort; pied (partie du corps prise pour le tout) empl. dans des loc. méton.]
(Avoir) bon pied, bon oeil*.
(Se lever, partir...) du bon (v. bon1I A 1 b), du mauvais pied; du pied droit, gauche*. Être dans de bonnes, de mauvaises dispositions. Il faut, dit un des assistants, que vous soyez sorti de votre maison du pied gauche ce matin, ou que vous ayez rencontré une corneille, pour assombrir le coin du feu par des images d'autant plus tristes qu'elles sont vraies (Karr, Sous tilleuls,1832, p.279).
(Ne pas) avoir, rester les deux pieds dans le même sabot, le même soulier. (Ne pas) être gauche, (ne pas) manquer d'énergie, d'initiative. (Ds Lar. Lang. fr.).
Ne bouger, ne remuer ni pied(s) ni patte(s). Être réduit à l'immobilité la plus absolue. Ce bougre-là ne desserrait pas les dents de toute la sainte journée et restait au bord du ruisseau sans remuer ni pieds ni pattes (Cladel, Ompdrailles,1879, p.142).
Ne pas se moucher* du pied.
S'emmêler les pieds. S'empêtrer, trébucher; au fig., s'embrouiller. (Ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
a) En partic.
α) [À propos de la naissance]
Faire des pieds neufs. ,,Accoucher`` (Ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
Les petits pieds font mal aux grands. ,,La future mère supporte mal la grossesse`` (Ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
β) [À propos de la mort]
Avoir le/un pied dans la fosse*, dans la tombe*.
(S'en aller, partir...) les pieds devant/en avant/les premiers. Être mort, être porté en terre. Je puis dire à Votre Excellence qu'il ne sortira que les pieds les premiers de la citadelle (Stendhal, Chartreuse,1839, p.420):
8. hugo: Si on me remplace, je quitterai le Parti. olga: Qu'est-ce que t'imagines? Crois-tu qu'on peut quitter le Parti? Nous sommes en guerre, Hugo, et les camarades ne rigolent pas. Le Parti, ça se quitte les pieds devant. Sartre, Mains sales,1948, 5e tabl., 1, p.180.
γ) [Pour caractériser une manière de marcher, de se tenir, de se comporter face à certaines situations] Avoir le pied joyeux, timide, sûr; Achille au pied léger*. Comment s'arrange-t-il [l'alpiniste aveugle] aux passages dangereux? −Oh! il a le pied montagnard (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p.187).Elle allait d'un pied pressé, tandis qu'il allongeait ses grandes jambes comme s'il devait, à chaque pas, traverser un ruisseau (Maupass., Contes et nouv.,t.1, Diable, 1886, p.237).
(Attendre* qqn, qqc., tenir) de pied ferme. V. ferme1I B 1 a.
Avoir le pied marin. V. marin1C.
(S'en aller, partir...) du même pied (que qqn). Avoir une démarche égale à celle de quelqu'un. Synon. tenir pied (infra).Partant à chaque pas du même pied, je doublais par cette allure contrainte l'effort et le chemin (Dusaulx, Voy. Barège,t.1, 1796, p.250).
P. ext. Il est difficile que deux projets si différents aillent du même pied (Ac.1798-1935).
Faire des pieds et des mains. V. main 1resection I H 4 d.
(Combattre, lutter, résister...) pied à pied. (Combattre, lutter...) pas à pas, fermement; céder le moins de terrain possible.
[En parlant d'une armée, d'une troupe] Ces communes du temps de Charles VII, lesquelles, avec la petite noblesse de province, reconquirent pied à pied, de sillon en sillon, le sol de la France (Chateaubr., Mém.,t.1, 1848, p.484).Une défense locale qui disputait isolément, pied à pied, chaque pouce de terrain (Valéry, Variété IV,1938, p.78).
P. métaph. Les deux génies, germanique et latin, se disputent pied à pied la possession des territoires et des âmes (Barrès, Serv. All.,1905, p.5).Parmi les adversaires du jansénisme, écrit le R. P. Boulay, «les uns, d'une nature plus ardente, combattaient l'erreur, pied à pied, par la plume et par la parole (...)» (Bremond, Hist. sent. relig.,t.4, 1920, p.308).
Tenir pied à boule*.
Tenir pied (à qqn) (rare). Aller à la même allure (que quelqu'un). (Ds Rob., Lar. Lang. fr.). Synon. aller du même pied.
b) Loc. pop. et fam.
Casser* les pieds (à qqn). Ennuyer, importuner.
Subst. inv. Un(e) casse-pieds*.
Faire les pieds (à qqn). (Lui) donner une bonne leçon, (le) remettre à sa place. Lola avait l'air absent, il eut envie de la faire souffrir un peu, pour lui faire les pieds (Sartre, Âge de raison,1945, p.36).Ça lui fera les pieds, cria Jany (...) il ne sera pas le premier qui ira en tôle pour sabotage (Vialar, Hte-mort,1951, p.45).
C'est pour ses pieds. Ça le regarde; ça lui apprendra. Synon. c'est pour sa pomme.Voir Esn. 1956.
C. − [Pied dans des expr., des loc. à valeur symbolique]
1. [Pour exprimer la puissance, l'autorité de qqn; les expr. évoquent des attitudes, des situations partic.: admiration, respect, soumission, etc.] Baiser les pieds; tomber, se jeter aux pieds de (qqn); déposer (qqc.) aux pieds de (qqn); s'agenouiller, se réfugier aux pieds de (qqn). La voilà donc, cette orgueilleuse, à mes pieds! se dit Julien (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p.418).Pourquoi suis-je ici? C'est pour mettre à vos pieds mon amour, mon sort, ma vie (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p.156):
9. Vous ne savez pas de quelle façon il l'aime... Vous l'avez vu... Il a l'air d'un homme froid. Cela ne l'empêche pas de se traîner parfois aux pieds d'Odette en sanglotant comme un enfant... Simenon, Vac. Maigret,1948, p.160.
[Le suj. désigne un chien] Venir au pied. Venir, sur l'injonction du maître, du dresseur, se placer à ses pieds. (Ds Lar. Lang. fr.). Au pied!
2. [Pour exprimer un état d'infériorité, une situation dévalorisante, dégradante]
Avoir un boulet* au pied.
Pieds et poings liés. V. lier I A 1 a.
DR. Mettre (qqn) à pied; mise à pied. (Action de) destituer, de renvoyer, de retirer (à quelqu'un) son emploi, de façon temporaire. Synon. suspendre, suspension.Une mise à pied enseigna à notre inspecteur à faire plus exactement son service (Larch.1865, p.247).Une révolution aussi complète qu'inattendue est venue le même jour et du même coup (...) exiler le maître, mettre à pied les hommes (La Hêtraie, Chasse, vén., fauconn.,1945, p.172):
10. La belle Normande eut peur, recula, pendant qu'il s'écriait: −Je vous mets à pied pour huit jours! Je vous ferai retirer votre permission, entendez-vous! (...) Quand les Méhudin eurent rendu les dix francs, il les obligea à cesser la vente immédiatement. Zola, Ventre Paris,1873, p.723.
3. [Le pied considéré comme l'extrémité inférieure du corps, et souvent opposé à la tête, symbolisant la pensée, la réflexion]
a) [Avec une connotation dépréc., péj.]
(Être) bête comme ses pieds. V. bête2A 4 a.
(Faire qqc.) comme un pied. D'une manière gauche, maladroite. Mon cher, vous faites l'absinthe comme un pied, et quand on fait l'absinthe comme un pied, on prend un parti énergique. On attend le retour de l'averse, on met les verres sous une gouttière, et la question est tranchée (Courteline, Gaîtés esc.,1886, vii, 2, p.99).La belote, j'y joue comme un pied (Aymé, Quatre vérités,1954, p.168).
P. méton. Pied. Imbécile. Lis-le [un manuscrit] et si tu veux prendre la suite du pied qui m'a torché ce machin-là (...) il y a pour toi deux mille balles (Carco, Montmartre,1938, p.130).
b) [Sans connotation péj.] De pied en cap. V. cap1A.
Des pieds à la tête, de la tête aux pieds. Entièrement. Dévisager, examiner, inspecter, regarder, toiser... qqn de la tête aux pieds; être frissonnant, glacé, trempé des pieds à la tête; être vêtu de noir des pieds à la tête. M. de Château-Renaud, beau jeune homme de trente ans, gentilhomme des pieds à la tête (Dumas père, Monte-Cristo,t.1, 1846, p.574):
11. ... je me suis peut-être fait examiner dix fois depuis qu'il vient quotidiennement à l'hôtel. Chaque fois, il s'y est prêté avec la même patience, m'auscultant des pieds à la tête, avec tous ses instruments, et y perdant un bon quart d'heure. Romains, Knock,1923, III, 3, p.16.
L'arme au pied. Position d'attente, de repos du soldat. Tout le régiment est massé, l'arme au pied (Vercel, Cap. Conan,1934, p.15).Des sentinelles, l'arme au pied, formèrent une sorte de haie au fond de la salle (Ambrière, Gdes vac.,1946, p.292).
c) P. anal. Partie avant du lit (opposée à la tête). Madame de Villanave (...) vêtue d'une robe de chambre, se tenait debout au pied du lit, un revolver à la main (Mauriac, Noeud vip.,1932, p.89).
II. − [Chez l'animal] Partie terminale de la jambe des équidés, de la patte de certains insectes, mammifères, oiseaux. Pied de biche, de chèvre, de lièvre; sabot du pied. Ces petits râles à pieds verts qui sont toujours si gras (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p.376).À peine sentais-je, à la surface de ma fourrure profonde, les petits pieds agaçants de ces mouches que tu poursuis (Colette, Dialog. bêtes,1905, p.9):
12. Marsyas, nous dit M. Crottu, avait la face bestiale, le nez camus, la chevelure inculte, des cornes au front, les oreilles longues et velues, une queue de cheval et des pieds de bouc. A. France, Vie fleur,1922, p.316.
SYNT. Pied de cerf, de chevreuil; pied de boeuf, de mouton, de veau; pied d'autour, d'épervier, de faucon, de gerfaut (fauconn.); animal à deux, à quatre pieds, à pieds fourchés, fourchus (v. fourchu), palmés; ergot, griffe du pied; maladie du pied de mouton (v. piétin).
Bétail, viande sur pied. Bêtes de boucherie encore vivantes. Des quintaux de viande sur pied (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p.188).
Loc. fig. (Donner, recevoir) le coup de pied de l'âne*. Faire le pied de grue. V. grue1B 2.Tirer, emporter pied ou aile de qqc. V. aile1III B 4.
(Écriture en) pieds de mouche. Synon. vieilli de pattes de mouche (v. mouche I C 7).Une petite lettre écrite (...) d'une jolie écriture en pieds de mouche (Mérimée, Double mépr.,1833, p.19).Après avoir fait, chaque nuit, six heures de pieds de mouche, je suis bien aveuglée et bien roidie du bras droit pour écrire quelques lignes dans la journée (Sand, Corresp.,t.2, 1842, p.206).
A. − En partic.
1. [En parlant de certains animaux]
a) [Chez le cheval] Fourchette, sole du pied; pied cagneux, cerclé, comble (v. comble2), encastelé*, panard; fourbure* du pied; changement de pied (équit.). Je n'entendis plus que la pluie et les pieds de mon cheval, qui pataugeaient dans les ornières (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p.30).Les coups sourds des pieds du cheval, sur la litière (Châteaubriant, Lourdines,1911, p.251).
Le pied à l'étrier*.
Le pied du montoir/hors du montoir. Le pied avant gauche/droit. (Dict. xixes.; Quillet 1965).
Faire feu des quatre pieds. V. feu1I A 2 a.
Faire pied neuf. Avoir une nouvelle corne qui pousse sur le sabot dessolé. (Ds Littré, Quillet 1965).
Galoper sur le bon, le mauvais pied; sur le pied droit, gauche. Au galop, lever en premier le pied droit, le pied gauche. (Dict. xixeet xxes.).
Manquer des quatre pieds. Faire un faux pas. Dans sa lutte avec son cavalier (...) il lui arriva ce qui arrive toujours aux rosses en pareil cas, il tomba, comme l'on dit, en manquant des quatre pieds (Mérimée, Chron. règne Charles IX,1829, p.38).
Loc. fig., fam. Ne pas se trouver sous le pied d'un cheval. Ne pas se trouver facilement. Synon. usuel ne pas se trouver sous le sabot* d'un cheval.Un honnête homme ne se trouve pas sous le pied d'un cheval (Augier, Ceint. dorée,1855, p.362).
b) [Chez les mollusques] Prolongement musculaire servant au déplacement. Pied d'un escargot. On a comparé ces sortes de bras au pied des mollusques (Boule, Conf. géol.,1907, p.76).
Pouce-pied*.
c) ORNITHOLOGIE
Pied-rouge. ,,Nom populaire du chevalier gambette ou arlequin`` (Duchartre 1973). Le miroir sans tain de la Prée, frissonnant sous l'envol (...) des pieds-rouges (Vialar, Odeurs et sons,1953, p.12).
Pied-vert. Chevalier cul-blanc (...) appelé aussi (...) Pied-vert, Pivette (...) Quelques-uns se cantonnent sur le bord de la mer (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p.98).
d) VÉNERIE
α) Patte d'un gibier. Faire les honneurs du pied. V. honneur II A.Lever le pied du cerf. V. lever1I B 2.
β) P. méton. Empreinte laissée au sol par un gibier que l'on chasse (cerf, chevreuil, sanglier...). Repérer, suivre les pieds d'un cerf. Si le piqueur (...) s'est assuré que la bête n'en est pas sortie [de l'enceinte] (ce qu'il est possible de savoir par le «pied», car aucun animal ne possède la même empreinte) il peut alors dire qu'il l'a «détournée» (Vialar, Rendez-vous,1952, p.244).
Faire le pied. Évaluer l'espèce, l'âge, la taille... d'une bête en examinant ses empreintes. [La Frondée à son maître] −Monsieur, j'ai détourné un cerf. Puis, ayant fait le pied, il dit ce qu'était la bête de chasse (Vialar, Rendez-vous,1952p.34).Je m'aperçois que ce n'est pas la peine de tuer les animaux, mais je fais toujours le «pied», c'est-à-dire que je m'en vais au petit matin reconnaître les traces (H. Vincenot dsTélé 7 jours, 9-15 févr. 1985, no1289, p.79).
Prendre le pied. ,,En parlant du veneur, suivre la voie d'un grand animal`` (Burn. 1970).
2. ART CULIN.
a) Cette partie de l'animal (de boucherie) utilisée et préparée comme aliment. Pieds de cochon, de porc grillés, panés; pieds de veau vinaigrette; pieds de mouton sauce poulette; pieds farcis. Mettez dans l'ustensile dit pot-au-feu, six oignons blancs (...) une douzaine de carottes rouges (...) et deux pieds de veau (Gdes heures cuis. fr.,L. Tendret, 1896, p.201).Marchands de pieds de porc (...) de fromages, de salades (Fargue, Piéton Paris,1939, p.20).
Pieds-paquets. ,,Pieds de mouton mélangés avec des morceaux de panse de mouton farcis et ficelés en petits paquets, le tout assaisonné d'une sauce fort relevée`` (Chaud. 1970). Un concentré de poissons dont madame Roux avait le secret, ou une bouillabaisse (...) ou des loups ou des rougets de roche, ou des pieds-paquets (Cendrars, Homme foudr.,1945, p.97).
b) Vieilli. Petits-pieds. Petit gibier à plumes qui se mange rôti. Voir Delvau 1867, p.513.
B. − P. anal. (d'aspect). Objet, partie d'objet rappelant par sa forme un pied d'animal. Des fauteuils à pieds de lion, dont le coussin débordait sur le dossier (Gautier, Rom. momie,1858, p.318).Été comme hiver, il est pantalonné de drap militaire et muni de cette prolongation de l'étoffe sur la chaussure qu'on appelait autrefois «pieds d'éléphant» (L. Daudet, Salons et journaux,1917, p.79).
Rem. Les subst. comp. de pied + subst. désignant un animal, se trouvent infra 3eSection.
III. − P. anal. (de fonction)
A. − Partie d'une chose qui repose sur le sol, qui est en contact avec le sol. Le pied d'une butte, d'une colline, d'une échelle, d'un mât; s'agenouiller, se prosterner au pied d'un autel, d'une croix, d'un trône; se trouver au pied de l'échafaud. C'est au pied de ce Capitole, où vinrent expirer tant d'empires, que j'ai lu Tite-Live (Krüdener, Valérie,1803, p.141):
13. Une fois dans cette belle cour, les Slavsky prenaient le majestueux escalier de pierre au pied duquel Henriette avait absolument tenu à accrocher une boîte à lettres, comme tous les autres locataires de la maison. Triolet, Prem. accroc,1945, p.121.
Appartement, maison de plain-pied*.
P. anal. Une trombe chaude, une de ces tornades dont le pied en pas de vis ramasse et porte à cent lieues un panache de sable, de graines, d'insectes (Colette, Sido,1929, p.58).
Loc. fig. Être à pied d'oeuvre*. Mettre (qqn) au pied du mur*.
1. En partic. [En parlant d'un végétal]
a) Partie qui touche le sol, qui sort du sol. Le pied d'un arbre. Une rangée de tilleuls assez malingres au pied desquels pousse une herbe rare (Bernanos, Crime,1935, p.867).Le pied [du champignon de couche] montre non loin du chapeau une sorte de collerette, un anneau membraneux (Bot.,1960, p.261 [Encyclop. de la Pléiade]):
14. Représentez-vous les rois de France rendant au pied d'un chêne la justice à leurs sujets, vous serez ému de ce spectacle, et vous révérerez cet exercice auguste et naïf d'une autorité paternelle... Constant, Princ. pol.,1815, p.28.
Pied(-)bleu (région.). Variété de champignon (Tricholoma). (Ds Roll. Flore t.11 1967, p.153). On sait cultiver, outre le champignon de couche (...) le pied-bleu (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t.2, 1931, p.164).
(Bois, céréales...) sur pied. (Bois, céréales...) tels qu'ils se présentent avant la coupe, la récolte, la moisson. Le facteur apporta une lettre chargée (...) «C'est de l'oncle (...) Il est ravi (...) Une récolte superbe, vendue sur pied...» (A. Daudet, Sapho,1884, p.206).Nous, on laisse attendre sur pied la moitié de la moisson pour faire du grain tout de suite (Aymé, Jument,1933, p.178).
Sécher sur pied. S'étioler, se flétrir sans être récolté. Il n'arrose point son marais; Ses épinars et sa laitue Sechent sur pied (Florian, Fables,1792, p.51).On rencontre par terre de petits rails qui rampent perdus dans le foin séché sur pied (Barbusse, Feu,1916, p.178).
P. métaph. [En parlant d'une pers.] Languir, se consumer d'ennui, de tristesse. Je suis une fille sans dot, et il faudra que je gagne mon pain. Gouvernante ou sous-maîtresse, voilà mon lot; cela vaut encore mieux que de sécher sur pied dans ce trou de Juvigny (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p.51).Tout le monde était encore stupéfait de l'éclipse totale de Nana. On la réclamait, les anciens amis séchaient sur pied (Zola, Nana,1880, p.1316).
Prendre pied. S'enraciner. De grands espaces où l'arbre ne prend pied que sous la tutelle de l'homme (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p.184).
b) P. méton. La plante tout entière. Pied de fraisier, de laitue, de pomme de terre, de vigne. Je suis sûr d'avoir passé auprès d'un admirable pied de boryana variabilis: il pesait une demi-livre avec les racines (About, Roi mont.,1857, p.204).Les pieds de chicorée s'étoilant et verdissant (Pergaud, De Goupil,1910, p.104).
Pied cornier*.
Pied(-)mère. V. mère1I D 1.
2. Spécialement
a) COUT. Pied d'un col. Côté par lequel un col est cousu. (Dict. xixeet xxes.). Pied de dentelle. Dentelle basse cousue au bord d'une étoffe. (Dict. xixes., Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.).
b) GÉOM. Pied d'une bissectrice, d'une hauteur, d'une perpendiculaire... Point où la bissectrice, la hauteur, la perpendiculaire... forment un angle droit avec la ligne ou le plan qu'elles rencontrent. Dans un triangle quelconque, les milieux des trois côtés, les pieds des trois hauteurs et les milieux des trois segments qui joignent l'orthocentre (ou point de concours des hauteurs) aux trois sommets sont situés sur une même circonférence (Gds cour. pensée math.,1948, p.440).
c) HÉRALD. ,,Pointe ou partie inférieure de l'écu`` (Mots rares 1965; ds Guérin 1892).
d) SC. DE LA TERRE, MÉTÉOR.
Pied de glace. ,,Accumulation de glace fixée au pied d'une falaise marine ou lacustre, et provenant aussi bien du gel de l'eau que de la diagénèse de la neige`` (Géomorphol. 1979). Le gel agit en tant que processus continental sur les falaises des mers des pays froids et même des pays tempérés. Mais il agit surtout par la glace d'hiver, ou pied de glace (Derruau, Précis de géomorphol.,Paris, Masson, 1965, p.359).
Région. (Normandie, Picardie, Touraine, Canada). Pied de vent. Cirrus, dont le mouvement indique la direction du vent. (Ds Chass. 1970). Voir Rougé, Folkl. Touraine, 1943.
e) TECHNOL. Assise, base données à une construction, à un objet, afin de les rendre plus stables, plus solides. Donner du pied à une échelle, à un mur. Une surcharge placée près du bord de l'excavation [d'une ardoisière] nécessitera [un talus] avec plus de pied (Haton de La Goupillière, Exploitation mines,1905, p.422).
f) TYPOGR. Blanc de pied. ,,Blanc qui se trouve sous la dernière ligne au bas de la page`` (Carabelli, [Lang. impr.], s.d.).
Pied de lettre. ,,Extrémité du caractère à l'opposé de l'oeil`` (Comte-Pern. 1963).
Ligne* de pied.
B. − Partie d'un objet jouant un rôle de soutien, de support. Pieds de chaise; pieds sculptés; pied d'un appareil photographique. Une urne de Melchior montée sur un pied qui servait de tronc (Zola, Ventre Paris,1873, p.705).Un divan (...) recouvert d'une jolie soierie à fleurs Louis XVI, et que l'ébéniste a doté de pieds tournés de même style (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p.36).
Verre à pied:
15. À dîner, voyant ma mère boire dans un verre assez commun, je lui dis: −Maman, quand je serai grand, je te donnerai un beau verre à pied, long comme un cornet à fleurs, pareil à celui que j'ai vu dans une ancienne gravure... A. France, Pt Pierre,1918, p.238.
SYNT. Pieds d'une armoire, d'un coffre, d'un guéridon, d'un lit, d'une table; pied d'un chandelier, d'une coupe, d'un vase; pieds ouvragés, travaillés, en balustre, en fuseau; pied démontable, télescopique.
Pied de fontaine. ,,Piédestal supportant une coupe de fontaine`` (Chabat t. 2 1876).
Nez* en pied de marmite*.
MÉCANIQUE
Pièce d'une machine à coudre qui maintient l'étoffe appuyée sur la tablette, tout en permettant le passage de l'aiguille. La machine possède les accessoires permettant de réussir la reprise (plaque à repriser, pied repriseur) (Mathiot, Éduc. mén.,1957, p.104).
Pied de bielle. ,,Extrémité de la bielle articulée sur le piston`` (Dew. 1973). L'appellation «pied de bielle» étant réservée au coussinet venant s'articuler, soit dans la crosse de tige de piston, soit dans le piston lui-même suivant le cas (Ambroise, Monteur mécan.,1949, p.29).
MÉTROL. Pied à coulisse*. Voir Cl. Duval, Verre, 1966, p.111.
2eSection. [Unité de mesure] Unité de mesure (de longueur, surface, volume) usitée autrefois en France avant l'adoption du système métrique, qui était divisée en douze pouces et valait 0,324 m. (pied de roi), soit approximativement la longueur d'un pied d'homme. Arbre de cent pieds de haut; il est tombé deux pieds de neige. On coupait la cuisse à un cuirassier, beau jeune homme de cinq pieds dix pouces (Stendhal, Chartreuse,1839, p.45):
16. Les copains se regardèrent. Ils avaient lâché le fusil pour le surin, par goût, par fureur instinctive, par raisonnement, car tirer dans cette cour de cent pieds carrés où on était les uns sur les autres, c'était se massacrer entre soi. Mille, Barnavaux,1908, p.147.
Mesure anglaise, américaine (foot) ou canadienne encore en usage (notamment dans l'aviation, la navigation en mer ou sous mer) et valant 0,3048 m. On convint qu'il dormirait auprès de ma tente. J'exigeai entre nous une distance de six pieds anglais (About, Roi mont.,1857, p.114).
I. − P. ext. Longueur, surface approximative. Posséder quelques pieds de terre; tirer une langue d'un pied de long. Espérons, du moins, qu'on ne refusera pas à la dépouille du petit-fils de Henri IV quelques pieds cubes de terre française (Coppée, Franc-parler II,1896, p.77).
Pied de nez*.
Avoir un pied de fard, de rouge sur la figure. Être exagérément maquillé. Une femme aux cheveux jaunes, avec un pied de rouge sur la figure, une voiture qui sentait l'horizontale d'une lieue (...) est venue tantôt (Proust, J. filles en fleurs,1918, p.702).
Avoir (de qqc.) cent pieds par-dessus la tête (vieilli). (En) être excédé, (en) avoir par-dessus la tête. Mon dégoût pour la France ne fait qu'augmenter, et j'en ai cent pieds par-dessus la tête (Chateaubr., Corresp.,t.2, 1817, p.2).
(Souhaiter, vouloir...) être à dix, à cent pieds sous terre. Être rempli de confusion, de honte. Voulez-vous être reconnu, ou n'être pas reconnu? −Je voudrais être à cent pieds sous terre, ou avoir votre impassibilité (Stendhal, L. Leuwen,t.3, 1835, p.54).La conversation du génie et du débutant ne fut qu'une suite de silences et de petits mouvements. Le jeune souhaitait d'être à dix pieds sous terre (Fargue, Piéton Paris,1939, p.94).
Proverbe. [P. allus. à la fable de La Fontaine: La Lice et sa compagne] Si vous lui donnez un pied, il en prendra quatre. Si vous êtes trop généreux, trop indulgent avec une personne, celle-ci abusera rapidement de votre bonté. Voir J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., 1813, p.104.
II. − Au fig.
A. − Vieilli. Au pied, sur le/un pied + adj. ou de + subst.
1. Sur la base (de), dans la position (de). Considérer, mettre, traiter (des personnes, des choses) sur le même pied. Les Galibis s'engagèrent à creuser sept pirogues que le charpentier accepta sur le pied de deux cents livres chacune (Chateaubr., Génie,t.2, 1803, p.448).Ils étaient les seuls légitimés des cinq bâtards de Son Altesse, et traités sur le pied et avec les honneurs de princes légitimes (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p.6):
17. Nous ne pouvons pas accepter, après la guerre, l'accession de l'Allemagne et de l'Italie aux matières premières sur le même pied que la France qu'elles ont atrocement dépouillée. De Gaulle, Mém. guerre,1954, p.478.
Au pied de la lettre*.
P. iron. Au petit pied. En raccourci, dans de modestes proportions.
[Appliqué à une chose] Plus d'une fois je me laissai aller à prendre au sérieux les académies au petit pied, les instituts de pacotille (Reybaud, J. Paturot,1842, p.277).Littérature au petit pied, renonçant de gaieté de coeur à la grande manière de traiter la nature humaine (Renan, Avenir sc.,1890, p.443).
[Appliqué à une pers.] Un Napoléon au petit pied. Corentin fut, non pas le conseil de ce ministre, mais son âme damnée, le Tristan secret de ce Louis XI au petit pied (Balzac, Tén. affaire,1841, p.97).Le gouvernement cumulait à la fois le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif et faisait figure de dictateur au petit pied (Vedel, Dr. constit.,1949, p.92).
(Être) sur un bon, un mauvais pied. (Être) dans une situation favorable, défavorable. [Madame de Beaumesnil] s'empara énergiquement de la direction d'une fortune embarrassée qu'elle remit sur un bon pied et qu'elle sut y maintenir (Feuillet, Sibylle,1863, p.8).
(Être, vivre...) sur un pied d'égalité (avec qqn). (Être considéré, traité) de la même manière (que quelqu'un). Le comte du Châtelet (...) prit Lucien dans sa voiture et le traita sur un pied d'égalité (Balzac, Illus. perdues,1839, p.520).On vivait sur un pied d'égalité absolue quant à la nourriture (Cendrars, Bourlinguer,1948, p.178).
(Être) sur le pied de guerre*, de paix
[Appliqué à une armée] (Être) prêt à combattre, à passer à l'action; (être) en état de repos, de paix. Ces quarante mille hommes, qui nous coûteraient à peu près 20 millions par an sur le pied de paix, nous en coûteront 30 sur le pied de guerre (Chateaubr., Congrès Vérone,t.2, 1838, p.296).
P. métaph. J'ai aperçu MmeSwann sur son pied de guerre, elle devait partir pour quelque offensive fructueuse (Proust, J. filles en fleurs,1918, p.515).
2. En partic. [Pour qualifier les ressources, le train de vie d'une pers.] Vivre sur un grand pied. Ma grand'mère se privait elle-même pour le mettre sur le pied de luxe insensé qu'on exigeait de lui (Sand, Hist. vie,t.2, 1855, p.175).
B. − Lang. pop. et arg.
1. Arg. [Chez les voleurs] Part d'un butin. Travailler pour son pied. [Le chauffeur, ayant amené un client au cabaret] passe dans la cuisine pour «toucher son pied» (Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p.75).Avance-lui les sommes dont il aurait besoin. On les retiendra sur son pied [lors du partage] (Le Breton, Rififi,1953, p.64):
18. manuel: (...) C'est à la Varenne qu'elle a sa villa? le barman: Oui. Garage. Salle de bains. T.S.F. Chauffage central. Téléphone, tout le confort... manuel: Ne t'en fais pas. T'auras ton pied... J. Dyssord, L'Amour tel qu'on le parle,1929ds J. Cellard, Anthologie de la litt. arg., Paris, Mazarine, 1985, p.359.
Rem. ,,Un commentaire sur ces derniers mots. Avoir son pied signifie ici avoir sa part d'une affaire`` (J. Cellard, loc. cit.).
Il y a du pied. Il y a un butin possible à partager. Jamais on n'aura eu un cantonnement pareil (...). Tu y trouves de tout chez les marchands. −Si y a la brigade, y a du pied (Barbusse, Feu,1916, p.70).
2. P. ext., loc., pop.
En avoir (son) pied (de qqc.). En avoir assez. J'en avais pied d'être le seul bon mec, pied de me casser le chou à tout comprendre, à admettre toutes les faiblesses (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p.136).
C'est (pas) le pied! C'est (ça n'est pas) très agréable, remarquable, stimulant. Synon. c'est (pas) le rêve.Faire un voyage avec des copains: c'est «le pied». On n'est pas dans le cadre de la famille, c'est la fête, quoi (Réalités,oct. 1976, p.80, col. 1).Pour les femmes indépendantes de la boum-génération, côté amour-toujours, c'est pas le pied (Elle,14 juill. 1980, p.7).
Prendre son pied
Éprouver une jouissance sexuelle, avoir un orgasme. Le râleux facteur l'a surprise un soir, derrière la chapelle, à l'extrémité du hameau, qui prenait joliment son pied avec Tatave, Jules et Julien! (Céline, Mort à crédit,1936, p.600).Il venait de prendre son pied (...) Il s'en ressentait plus pour les largesses (...) Les mâles, avant l'opération, la lune, qu'ils vous donneraient. Mais après... (Le Breton, Rififi,1953p.149).
P. ext. Éprouver un grand plaisir (à faire quelque chose). Le soir où j'ai participé au système [le jeu], là-haut dans la montagne, il avait l'air de se prendre son pied (Giono, Gds chemins,1951, p.225).Celui-là [B. de Jouvenel], révérence gardée, il «prenait son pied» avec ses personnages. Il écrivait joli (Le Point,29 janv. 1979, p.89, col. 1).
C. − SC. ET TECHN.
1. INDUSTR. TEXT. Bain de teinture donné à une étoffe. Pour les noirs d'Elbeuf ou de Sedan, la laine ayant reçu un pied de bleu plus ou moins intense, est teinte dans un bain bouillant (Wurtz, Dict. chim.,t.3, 1878, p.292).
2. MARINE
Jeter, mouiller un pied d'ancre. ,,Mouiller sur une quantité de chaîne à peine supérieure à la profondeur de l'eau, pour un très court séjour en rade`` (Gruss 1978). Le commandant, fatigué d'interroger de sa longue vue cette côte monotone, donna l'ordre de laisser tomber un pied d'ancre, et m'envoya reconnaître le fleuve avec le grand canot (Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud,t.7, 1844, p.12).
Navire ayant du pied dans l'eau. ,,[Navire dont les] oeuvres vives s'(...)enfoncent suffisamment [dans l'eau] pour opposer une résistance à la dérive due au vent`` (Gruss 1978).
Pied de pilote. ,,Qualification donnée aux mesures en pieds données par un pilote pour signifier qu'elles sont exagérées; en effet, par prudence, le pilote prend souvent une certaine marge de sécurité`` (Le Clère 1960).
3. OENOL., BRASS. Pied de cuve, de fermentation. ,,Petite quantité de moût, sur laquelle on provoque la fermentation et qui, incorporée dans la masse du moût, en favorise la fermentation`` (Agric. 1977). Il est très utile de rajeunir la levure choisie au moment de l'employer [pour la fermentation du moût de miel] en la faisant multiplier à part dans quelques litres de moût stérilisé par l'ébullition. On déverse ensuite ce pied de cuve dans le moût de miel (Boullanger, Malt., brass.,1934, p.661).
III. − LING., VERSIF.
A. − ,,Unité rythmique constituée par un groupement de syllabes de valeur déterminée (quantité, accentuation), et que les métriciens de l'Antiquité considéraient comme définie essentiellement par un battement de pied (...) sur l'une des syllabes`` (Mar. Lex. 1951). Pied pair, impair, irrationnel, pur. Pourquoi la rime, les pieds, les ritournelles, la mesure, le rythme, nous plaisent-ils dans la musique et dans la poésie? (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb.,t.2, 1821, p.25).
B. − P. anal. et abusivement. Chacune des syllabes constituant un vers. L'alexandrin est un vers de douze pieds. L'un des princes de la poésie à douze pieds (Veuillot, Odeurs de Paris,1866, p.123).Un prénom de trois pieds évidemment, pour la bonne cadence, et finissant par une syllabe masculine (Arnoux, Gentilsh. ceinture,1928, p.99).
3eSection. [1erélém. de loc. comp. pied + de + subst. désignant un animal et précisant l'anal.]
I. − SC. ET TECHN.
A. − BOT. Nom populaire de certains végétaux. Pied(-)d'alouette. V. alouette.Pied(-)de(-)chat. V. chat1.
Pied(-)de(-)chèvre. Synon. de boucage. (Dict. xixes., Lar. 20e).
Pied(-)de(-)coq. Variété de renoncule. Je deviens botaniste. J'étudie le bouton d'or, ou pied-de-coq, la dent-de-lion, le coucou (...), etc. C'est délicieux d'insignifiance (Renard, Corresp.,1900, p.215).
Pied(-)de(-)corneille. Variété de plantain. (Ds Guérin 1892, Lar. 19e-20e).
Pied(-)de(-)griffon. Variété d'ellébore. Voir Planchon, Collin, Drogues orig. végét., t.2, 1895-96, p.922.
Pied(-)de(-)lièvre. Trèfle des champs. (Dict. xixes.; ds Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
Pied(-)de(-)lion. Alchemille vulgaire de la famille des Rosacées. Voir Code pharm., 1821, p.135.
Pied(-)de(-)loup. Lycopode d'Europe. (Dict. xixeet xxes.).
Pied(-)de(-)mouton. Variété de champignon (l'hydre sinué). Voir Martellière, Gloss. Vendômois, 1893, p.240.
Pied(-)d'oiseau. Plante fourragère (ornithopus perpusillus). (Dict. xixeet xxes.).
Pied(-)de(-)veau. Arum. Voir Codex, 1884, p.38.
B. − GÉOLOGIE
Pied(-)d'alouette*.
Pied(-)de(-)vache. ,,Ainsi nommés parce qu'on les attribue parfois à l'action du poids du bétail sur les pentes, ce sont des sortes de banquettes larges de quelques décimètres et séparés par des talus raides`` (Derruau, op. cit., p.169).
C. − TECHNOLOGIE
1. Pied(-)de(-)chat. Instrument servant à sonder l'âme des canons. (Dict. xixeet xxes.).
2. Pied(-)de(-)chèvre
Pièce de bois servant de soutien aux montants de la chèvre. (Dict. xixeet xxes.).
En ferblanterie, forme servant à plier des feuilles métalliques. [Les] outils de chaudronniers et de tôliers [comprennent] (...) le pied de chèvre (Champly, Nouv. encyclop. prat.,t.15, 1927, p.27).
Levier de métal dont l'extrémité est fendue. Synon. pied(-)de(-)biche.Voir Carabelli, [Lang. impr.], s.d.
D. − TYPOGR. Pied(-)de(-)mouche. Signe typographique servant à indiquer un paragraphe, une remarque, un renvoi (notamment dans les ouvrages liturgiques). Le pied-de-mouche (...) sert de point de repère ou appelle l'attention (E. Leclerc, Nouv. manuel typogr.,1932, p.152).
E. − ZOOLOGIE
Pied(-)de(-)cheval. Grosse huître commune qui existe en Méditerranée, dans l'océan Atlantique, la Manche et la Mer du Nord. Une langue comme cette huître qu'on appelle pied-de-cheval (Renard, Journal,1894, p.197).
Pied(-)de(-)pélican. ,,Coquillage commun sur le littoral méditerranéen`` (Animaux 1981).
II. − Domaine de l'industr., des loisirs
A. − ART CULIN. Pied(-)de(-)gazelle. V. gazelle.
B. − INDUSTR. TEXT. Pied(-)de(-)poule*. Pied(-)de(-) coq. (Étoffe à) dessin de même type que le pied-de-poule, mais d'une taille supérieure. Jupe plissée (...) lainage pied de coq fantaisie rouge (Le Figaro,28 mars 1952, p.11, col. 7-8).
C. − JEUX ET SPORTS
Pied(-)de(-)boeuf. Jeu dans lequel les participants doivent mettre leurs mains les unes au-dessus des autres, puis les retirer en commençant par celles du dessous, tout en comptant jusqu'à neuf; et celui qui énonce ce nombre saisit la main d'un autre joueur en disant «je tiens mon pied-de-boeuf». Quand ma soeur ou la fille aînée du vitrier venaient me provoquer aux jeux classiques de pied de boeuf ou de main chaude, je n'en trouvais aucun à mon gré (Sand, Hist. vie,t.2, 1855, p.168).
Pied(-)d'éléphant. Sac de couchage d'alpiniste, qui ne couvre que la partie inférieure du corps et peut se fixer sur une veste en duvet. (Ds Gautrat 1970). Maintenant au complet nous dînons rapidement puis sortons grandes cagoules et pieds d'éléphant (La Montagne, no344, avr.-juin 1949, p.26 ds Quem. DDL t.27).
III. − Arg., vieilli. Pied(-)de(-)cochon. Pistolet. Des pistolets sont apportés (...) [S. en met une paire] de côté. «(...) je vais aller changer ces pieds de cochon» (Vidocq, Mém.,t.2, 1828-29, p.319).
REM.
Pedibus, adv.,fam. [P. allus. à l'expr. lat. macaronique et fantaisiste pedibus cum jambis «avec les pieds et les jambes»] À pied. Si par hasard en omnibus De loin tu voyais pedibus Ton ancien tu l'appellerais, Et ta place lui offrirais (E. de La Bédollière, Français peints par eux-mêmes,t.5, École Polytechnique, 1842, p.115).Voir D'Esparbès, Folie épée, 1927, p.89.
Prononc. et Orth.: [pje]. Pas de liaison de d sauf dans qq. loc. Littré, Rob.: mettre pied à terre [pjetatε:ʀ] avec assourdissement de [d] final en [t]; Barbeau-Rodhe 1930: mettre pied à terre [pje(t)atε:ʀ]; Buben 1935, § 230, Fouché Prononc. 1959, p.377: pied-à-terre (subst.) [pjetatε:ʀ] mais mettre pied à terre [pjeatε:ʀ]. Littré: tenir pied à boule [pjetabul]; Littré, Rob.: de pied en cap [pjetɑ ̃kap]. Att. ds Ac. dep. 1694. Composés avec pied, v. le détail des mots. Prop. Catach-Golf. Orth. Lexicogr. Mots comp. 1981, p.270, 271 et 283: soudure et régularisation du plur. dans les composés à 2 termes (un piébot, des piébots), tolérance pour le trait d'union et plur. au 1erterme dans les composés à 3 éléments (un pied de biche, des pieds de biche). Étymol. et Hist. I. A. 1. a) 2emoitié xes. «partie extrême de la jambe de l'homme» (St Léger, éd. J. Linskill, 165); 1550 pied plat (Paré, OEuvres, éd. J. F. Malgaigne, 1, 308); b) ca 1240 a sec piet (J. de Thuin, Jules César, 35, 17 ds T.-L.); ca 1480 a pié sec la mer passèrent (Mist. Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 42999); c) 1579 pieds nus (R. Garnier, La Troade, éd. W. Foerster, II, 101); 1937 subst. masc. plur. «sandales» (Tarif-Album-Manufrance, p.222 ds Quem. DDL t.16); d) 1611 ne pas se moucher du pied (Cotgr.); e) 1606 trouver chaussure à son pied «trouver ce qui convient» (Nicot, p.21); f) 1660 avoir le pied dans la fosse (Oudin); 1845 avoir le pied dans la tombe (Besch.); g) 1808 mettre les pieds dans le plat «ne plus garder de mesure» (Hautel); 1903 id. «commettre une grosse bévue» (Nouv. Lar. ill.); 2. a) ca 1100 descendre a pied «descendre de cheval» (Roland, éd. J. Bédier, 120); ca 1200 il a mis pié a terre «id.» (Chevalier cygne, 184 ds T.-L.); b) 1216 metre pié (quelque part) (G. Le Clerc, Fergus, 140, 13, ibid.); 1538 mettre le pied (quelque part) (Est.); c) 1548 toujours le pié en l'air «changer sans cesse de place, être vif» (Noël Du Fail, Baliverneries, éd. J. Assézat, 174); d) 1450-65 partir les pieds devant (La Farce de Maistre Pathelin, éd. Holbroock, 595); 1623 sortir les pieds devant (Sorel, Francion, éd. A. Colombey, 310); e) 1452 tenir pied ferme «rester fidèle à ses alliés» (Jean De Bueil, Le Jouvencel, éd. L. Lecestre, 2, 113); 1587 de pied ferme (F. De Lanoue, 324 ds Littré); f) ca 1460 à pied levé «à l'improviste» (G. Chastellain, Chroniques, éd. K. de Lettenhove, II, 184, 9); 1549 au pied levé (Est.); 1572 prendre qqn au pied levé (19 nov., Lettr. miss. de Henri IV, I, 46 ds Gdf. Compl.); g) ca 1480 ne scay de quel pié dancer (Mist. Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 22624); 1611 ne pas savoir sur quel pied danser (Cotgr.); h) 1611 planté sur le pied gauche «placé dans une mauvaise situation» (ibid.); 1962 se lever du pied gauche (Rob.); i) 1640 tomber sur ses pieds (Oudin); 1685 fig. retomber sur ses pieds (Fur.); j) 1869 ne pas se donner de coup de pied «se vanter complaisamment» (Littré); 3. a) ca 1100 a pied «en marchant» (Roland, éd. J. Bédier, 2138); ca 1160 genz de pié «la piétaille» (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 6682); 1174-76 metre a pié «réduire dans une situation fâcheuse» (Guernes de Pont Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 6132); 1685 mettre qqn à pied «lui faire vendre son équipage» (Fur.); 1869 être à pied «être sans travail» (Littré); 1898 mettre à pied (un salarié) (Guérin); b) ca 1100 en piez «debout» (Roland, éd. J. Bédier, 195); 1771 en pied (portrait, statue) (Trév.); c) 1551 mettre le pied sur la gorge (Du Villars, Mémoires, II ds Gdf. Compl.); d) 1554 sus les pieds (être) «debout, rétabli» (Tahureau, Dial., p.91 ds La Curne); 1685 être sur pied «guéri, rétabli» (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, t.7, 411); 1660 mettre sur pied «guérir un malade» (Oudin); e) 1668 remettre sur pied «rétablir dans ses affaires» (Molière, L'Avare, II, 6); 1687 établir qqn sur un bon pied «lui procurer de grands avantages» (Mmede Maintenon, Lettre à Mr de Villette ds Littré); 4. a) 1306 prendre pié «aborder sur la terre ferme» (Joinville, St Louis, éd. N. de Wailly, 142 f); 1580 prendre pied «s'établir d'une coutume» (Montaigne, Essais, éd. P. Villey, I, 173); b) 1616 lâcher le pied «reculer, s'enfuir» (D'Aubigné, Hist., I, 22 ds Littré); 1656-57 lâcher pied «céder, montrer de la faiblesse» (Pascal, Provinciales, éd. Brunschvicg, IV, 261); c) 1671 avoir pied (Pomey); 5. a) 1527 avoir bon pied, bon oeil «se porter bien» (Chevalet, Myst. S. Christ., D II ds Gdf. Compl.); b) 1616 avoir le pied marin (D'Aubigné, Hist., II, 293 ds Littré); 1671 avoir le pied léger (Pomey); 6. ca 1195 pié a pié «pas à pas» (Ambroise, Guerre sainte, 10892 ds T.-L.); 1580 pied à pied «peu à peu, graduellement» (1erjuin, Lettr. miss. Henri IV, I, 304 ds Gdf. Compl.); 7. 1873 à pied de bas (marcher) «sans chaussures» (Gazette Tribunaux, 14 mars, p.250, 1recol. ds Littré Suppl. 1877). B. 1. Ca 1200 piet (d'un cheval) (Elie de St Gille, 1894 ds T.-L.); 1678 «sabot qui protège l'extrémité de la région digitée chez le cheval» (Guillet); 2. 1793 faire feu des quatre pieds (Hébert, Le père Duchesne, no325, 2 in G. Walter, Hébert et le père Duchesne, Lexique de la langue d'Hébert ds Quem. DDL t.15); 3. 1608 faire le pied de grue (M. Régnier, Satyre III, éd. G. Raibaud, p.32); 4. 1585 petits pieds «petits oiseaux qui se mangeaient rôtis» (Noël Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, II, 2). II. 1 a) Ca 1140 piet de la tor (Pélerinage Charlemagne, éd. G. Favati, 611); 1155 al pie del munt (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 13749); b) 1694 réduire qqn au pied du mur «ôter toute échappatoire à» (Ac.); 1718 mettre qqn au pied du mur (ibid.); 1898 à pied d'oeuvre (DG); 2) a) ca 1230 «partie la plus basse d'un arbre» (G. Leclerc, Trois mots, 237 ds T.-L.); 1563 cent mille pieds d'arbres «plants» (B. Palissy, Récepte, 116); b) 1460-66 fig. elle séchoit sur le pie (Martial d'Auvergne, Arrêts d'amour, éd. J. Rychner, XXIX, 137); 1690 sécher sur pied (Fur.); 3. ca 1200 pied (d'un meuble) (Poème moral, 389c ds T.-L.); id. un hennap d'argent a piet (ds Doc. concern. l'hist. de l'art dans les Flandres..., éd. C. Dehaisnes, I, 44); 4. 1685 «largeur d'une base» (Fur.); 1690 «penchant qu'on donne à des ouvrages pour les soutenir» (ibid.). III. 1. a) Ca 1100 «unité de mesure» (Roland, éd. J. Bédier, 2400); b) 1648 (avoir) un pied de «une couche épaisse de» (Scarron, Virgile travesty, L. IV, p.307); c) id. faire un pied de nez «être mortifié» (Id., ibid., L. III, p.236); 1898 faire un pied de nez à qqn (DG); d) 1808 vouloir être à cent pieds sous terre (Hautel); 2. a) 1585 au petit pied «en raccourci, en petit» (Noël Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, II, 67); b) 1609 il réforme à son pied (M. Regnier, Satyre XI, éd. G. Raibaud, p.141); c) 1611 au pied de la lettre (Cotgr.); 1671 prendre la chose un peu trop au pied de la lettre (Pomey); d) 1753 sur un pied d'égalité (négocier) (Voltaire, Ann. empr. Leopold ds Littré); e) 1754-57 être sur un grand pied «mener grande vie» (St Foix, Ess. Paris, OEuvres, t. IV, 287 ds Pougens ds Littré); 1869 vivre sur un grand pied «id.» (Littré); 3. 1538 petit pied «instrument de mesure du charpentier» (Est.); 1771 «instrument en forme de petite règle» (Trév.); 1903 pied à coulisse (Nouv. Lar. ill.); 4. 1899 pied «plaisir» (ds Esn.); 1926 prendre son pied «éprouver un très vif plaisir à» (Fr. Carco, L'Amour vénal, p.179 ds Cellard-Rey 1980). IV 1. Ca 1380 «syllabe dans le vers français» (Jean Lefevre, Trad. La Vieille, 10 ds T.-L.); 2. 1549 «dans le vers grec ou latin, groupe de syllabes constituant la mesure élémentaire du vers» (Du Bellay, Deffense langue francoyse, éd. H. Chamard, 262). Du lat. pedem, acc. de pes, pedis «pied des hommes et des animaux», «pied (mesure)», «pied (métrique), mètre, vers», «tige de fruit, de plante». Fréq. abs. littér.: 31035. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 49898, b) 57959; xxes.: a) 41673, b) 33290. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, pp.71-73. _Clédat (L.). De Qq. loc. qui contiennent le mot pied. R. de Philol. fr. 1928, t.40, pp.5-9. _Dinguirard (J. C.). Gasc. et argot fr. Mél. Séguy (J.). 1978, t.1, pp.206-207. _Doillon (A.). Le Mot pied. Amis Lex. fr. 1975, no516, pp.43-54. _Quem. DDL t.4 (s.v. pied à l'étrier), 9, 10 (s.v. avoir le pied marin), 14 (s.v. bain de pied), 16 (s.v. pied-nu), 18, 21 (s.v. verre à pied), 27, 30 (s.v. pied d'éléphant). _Sain. Arg. 1972 [1907], p.97.

Wiktionnaire

Nom commun

pied \pje\ masculin

  1. (Génériquement) Partie d’un être vivant en contact avec le sol[1].
    1. (Anatomie) Partie du corps humain située à l’extrémité des jambes.
      • Leste, menue, elle trottinait, les pieds enfouis dans des chaussons. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
      • Son pied gauche, dont l’orteil rongeait la chaussette dix fois raccommodée, déchiquetant les mailles et creusant sa trouée, le faisait souffrir cruellement. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    2. (Par métonymie) Chaussure correspondant à un pied particulier.
      • Depuis la Renaissance, les souliers d’homme sont en général identiques pour le pied droit et pour le pied gauche. — (boucle de chaussure)
    3. (Par extension) (Cuisine) Membre cuisiné d’un animal.
      • Les oreilles de veau ont de commun avec les pieds et les cervelles, l’avantage de pouvoir être frites ou mangées à la poulette; et de plus elles se laissent farcir, accommoder aux pois, aux oignons, au fromage, etc. — (Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière, Almanach des gourmands : servant de guide dans les moyens de faire la bonne chère, Paris : Maradan, an XII, p. 12)
    4. (Par extension) (Chasse) Trace de la bête qu’on chasse.
      • Le veneur a reconnu au pied que c’était une biche.
    5. (Zoologie) Organe musculeux typique chez les mollusques permettant le déplacement ou de se fixer.
      • Avant de se fixer, la moule sort son pied d’entre les valves de la coquille. — (les moules)
      • Le pied permet la locomotion, il est très peu développé chez les mollusques vermiformes. — (pied des mollusques)
  2. Partie non séparable d’une chose située à la base.
    • Mesurer la hauteur d’une tour ou de tout autre objet, lorsque le pied est inaccessible. — (Vincent Croizet, Géodésie générale, p. 137, problème 545)
    • Il était allé lui cueillir un bouquet de coucous pour mettre au pied de la statue de la Vierge qui trônait sur un vieux confiturier reconverti en fourre-tout de laines et de tissus où elle puisait pour occuper ses doigts. — (Élise Fischer, Le Rêve de la Grenouille : une enfance lorraine, Paris : Presses de la Cité, 2011, chap. 9)
    1. (Architecture) Partie d’une construction proche du sol.
      • Un plan publié en 1893 indique l’existence d’une plage au pied du rempart. — (remparts d’Essaouira)
    2. (Géographie) Endroit le plus bas d’une site.
      • Le plateau sur lequel est assise la cité de Carcassonne commande la vallée de l’Aude, qui coule au pied de ce plateau, […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
      • L’embarquement et le débarquement s’opèrent à l’aide de barcasses d’un faible tirant d’eau, pouvant pénétrer dans une petite anse où les vagues viennent mourir au pied même des murs de la ville. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 21)
      • La plaine de Konya s’ouvre au pied septentrional de la chaîne du Taurus, dans la partie centrale des plateaux anatoliens, région élevée (1 000-1 500 m) caractérisée par l’endoréisme de plusieurs dépressions jointives. — (Catherine Kuzucuoglu & Delphine Gramond, Contexte et indicateurs de tensions à propos de l’eau de la plaine de Konya (Turquie) , part.1, chap. 5 de Temps et espaces des crises de l’environnement, éditeurs scientifiques : Corinne Beck, Yves Luginbühl & Tatiana Muxart, Éditions Quae, 2006, page 84)
    3. (Botanique) Partie du tronc ou de la tige en rapport avec le sol.
      Un pied de tomate dans un potager (2c).
      • Il y avait plus de deux heures que les quatre hommes, descendus dans le fossé creusé autour de l’ormeau, un ormeau gigantesque, entaillaient le pied à grands coups de hache. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap. 1, 1910)
      • Camus, au pied de l’arbre, gisait couché sur le dos, tout pâle, les yeux clos. — (Louis Pergaud, La Traque aux nids, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    4. (Mathématiques) (Géométrie) Point d’une droite située à l’intersection avec une droite perpendiculaire.
      • Le point d’intersection de la hauteur et du côté opposé est le pied de la hauteur. — (lexique de géométrie)
  3. Élément séparable soutenant une chose et la liant avec le sol[2].
    • Pied de plan de travail cylindrique réglable inox brossé … — (quincaillerie)
    1. (Botanique) (Par extension) Ensemble de la plante.
      1. (Viticulture) Plant de la vigne, cep de vigne.
        • Il faut bien regarder chaque pied de vigne, afin de lui laisser le nombre exact de bourgeons.
      2. (Jardinage) Plante dans son ensemble.
        • Amendez le sol lors de la plantation avec du compost, plantez un pied isolé de framboisier à proximité d’un tuteur. — (plantation de framboisiers)
        • La première chose à faire, c’est de prendre une bêche et son courage à deux mains pour arracher méthodiquement le maximum de pieds.— (Jacky la Main Verte vous répond. Comment se débarrasser des marguerites qui détruisent ma pelouse ?, Le Parisien le 28 janvier 2017)
    2. (Mycologie) Partie du carpophore entre le sol et le chapeau.
      • Le chapeau, bien ferme, doit être solidement attaché au pied. — (champignon de Paris)
    3. (Ameublement) Partie qui sert à soutenir un objet mobilier.
      • Sur l’établi du charpentier, un pied de chaise en réparation gisait à côté du ciseau qui ne l’avait qu’entamé, […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
      1. (Décoration) Partie d’un objet servant de base.
        • J’ai déjà deux pieds de chandelier dont les vis ont cassé net à ras du pont. — (réparation de pied de chandelier)
    4. (Musique) Base des tuyaux parlant de la facture d’orgues.
      • on a ainsi les tierces de 6 pieds 2/5, 4 p. 1/5, 1 p. 3 /5. — (imago mundi)
  4. (Métrologie) Unité de mesure de longueur.
    • Avec la coudée et le doigt, le pied est l’unité de mesure la plus ancienne de l’histoire de l’humanité.
    1. (Commonwealth) Unité de longueur du système impérial britannique (symbole : ft). → voir foot.
      • Personne de vraiment grand, sentait-on, n’aurait eu une expression si virulente et si agressive, bien qu’en réalité Butteridge eût une taille de six pieds deux pouces (1m88) et un poids exactement proportionnel. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 34 de l’éd. de 1921)
    2. (Désuet) Ancienne unité de mesure de longueur française (symbole : P).
      • Le mètre est égal à 3 pieds et 11,296 lignes de la toise de Paris, — (Loi du 19 frimaire an VIII)
      • Dans un triangle rectangle dont la mesure en pieds de l’hypoténuse est de 25 pieds. — (J.-Y. Guillaumin, Corpus Agrimensorum Romanorum II & III, 1996, Podismus, p.8)
      • À nos côtés s’ouvrait l’abîme, droit, à pic, immense, épouvantable, où la mer hurlait à cinq cents pieds au-dessous de nous. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 157, 2012)
  5. (Poésie) (Linguistique) Unité rythmique d’un vers ou d’une phrase permettant la scansion, comprenant un nombre déterminé de syllabes.
    • Ainsi le dithyrambe, chant liturgique en l’honneur de Dionysos diffère de l’iambe dont le pied comporte un son bref suivi d’un long avec des vers dodécamétriques alternant avec des octamétriques. — (Louis Lefroid, Esthétique: l’harmonie des formes, Ed. Opéra, 1998, p. 36)
    • L’alexandrin français comporte douze syllabes. Et pas un seul pied. — (Bernard Cerquiglini)
    • En français on ne doit pas parler du nombre de pieds mais des syllabes d’un vers. — (Syllabes, vers et rimes)
  6. (Familier) (France) Plaisir extrême.
    • Il paraît que c’est le pied, en plein hiver. — (Madeleine Chapsal, Meurtre en thalasso, Stock, p. 79)
  7. (Spécifiquement) (Par extension)
    1. Inclinaison que l’on donne à des objets pour assurer leur assise, leur stabilité.
      • Donner du pied à un mur, c’est le monter en le diminuant d’épaisseur à partir de sa base. — (J. Justin Storck, Le Dictionnaire Pratique de Menuiserie - Ebénisterie - Charpente, édition de 1900, donner du pied)
    2. Représentation entière d’un être.
      1. (Héraldique) Ours en pied : Ours debout ; on dit plus fréquemment ours levé.
      2. (Photographie) Portrait debout.
        • Il est toujours bon d’avoir plusieurs photos à proposer, en particulier pour les mannequins qui auront intérêt à proposer par exemple des photos en pied et des portraits. — (casting)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIED. n. m.
La partie du corps de l'homme qui est à l'extrémité de la jambe et qui lui sert à se soutenir et à marcher. Pied droit. Pied gauche. Les doigts du pied. Les ongles du pied. Le cou-de-pied. La cheville du pied. La plante des pieds. Marcher sur la pointe du pied. Se tenir sur ses pieds. Depuis la tête jusqu'aux pieds. De la tête aux pieds. Des pieds à la tête. De pied en cap. On passe souvent cette rivière à pied sec. Marcher pieds nus, nu-pieds. Sauter un fossé à pieds joints. On l'emmena pieds et poings liés. Fouler aux pieds. Donner un coup de pied à quelqu'un. Se jeter, tomber aux pieds de quelqu'un. Frapper du pied. Être armé de pied en cap, Être armé entièrement, être armé des pieds à la tête. Il s'emploie surtout figurément pour désigner quelqu'un qui possède tous ses moyens de défense. Valets de pied, Ceux des domestiques qui portent la livrée. Gens de pied s'est dit des Fantassins, des soldats qui servaient à pied.

PIED s'emploie dans un grand nombre d'expressions, au sens propre, au sens figuré et proverbialement. Fig., Aller du même pied, Avoir une marche égale et semblable. Il se dit des Personnes et des choses. Nous allions lui et moi du même pied dans cette affaire. Il est difficile que deux projets si différents aillent du même pied. Aller, partir d'un pied léger, Partir vivement. Il signifie figurément S'engager dans une affaire avec entrain, avec allégresse. Fig., Avoir le pied à l'étrier, Être prêt à partir. Il signifie aussi Commencer une carrière, une profession; Être à portée d'avancer, de faire fortune. Enfin vous voilà placé, vous avez le pied à l'étrier. Dans le même sens : On lui a mis le pied à l'étrier. Prov., Avoir bon pied, bon œil, Se porter bien, être dans toute sa force. Ce vieillard a encore bon pied, bon œil. Il signifie aussi Être vigilant, se tenir sur ses gardes. Il faut avoir bon pied, bon œil avec cet homme-là. Par ellipse, Bon pied, bon œil, Prenez garde à vous. Avoir le pied marin, Savoir marcher sans difficulté à bord d'un navire agité par le mouvement de la mer. Il signifie aussi, figurément et familièrement, Ne pas se déconcerter, conserver son sang-froid dans une circonstance difficile. Fig., Avoir un pied dans la tombe, Être très âgé, très malade, être sur le point de mourir. Fam., Avoir toujours un pied en l'air, Être fort vif, changer sans cesse de place. Prov. et fig., Couper l'herbe sous le pied à quelqu'un, Le supplanter dans quelque affaire. Fam., Donner un coup de pied jusqu'à tel endroit, Aller jusqu'à cet endroit. Cela ne se dit guère qu'en parlant d'un Endroit peu éloigné. Voulez-vous donner un coup de pied jusque-là? Fig., Être en pied, Être dans l'exercice et jouir du titre d'un emploi, d'une fonction. Il n'était que surnuméraire dans cette administration; il y est maintenant en pied. Fig., Être mis à pied, se dit d'un Fonctionnaire suspendu ou révoqué, ou encore d'un Employé congédié. Être sur pied, N'être point couché, être levé. Il a été sur pied toute la nuit pour veiller sa mère. Il n'est que quatre heures du matin et vous êtes déjà sur pied. On dit à peu près dans le même sens Son médecin l'a remis sur pied, L'a mis en état de se lever, l'a guéri. Fig. et fam., Être encore sur ses pieds se dit d'un Homme dont la fortune a souffert un échec considérable, mais n'est pas renversée. Il a pensé être ruiné par cette mauvaise affaire; mais il est encore sur ses pieds. Il vieillit. Fig., Être sur un bon pied, Être dans une bonne situation. Il a remis son affaire sur un bon pied. Fig., Être sur un bon pied dans le monde, Y être en estime, en considération. On dit dans le sens contraire Être dans le monde sur un mauvais pied, sur un très mauvais pied. Il vieillit. Fig., Être, se mettre sur tel pied, Être, se mettre dans telle situation, avoir telle manière d'agir. Vous recevez tous les jours : vous ne pouvez vous mettre sur ce pied-là. Sur quel pied êtes-vous ensemble? Il est dans cette maison sur un pied d'intimité. Fig., Être, vivre sur un grand pied, Mener un grand train de maison. Cette maison est sur un grand pied, Il s'y fait beaucoup de dépense. Examiner quelqu'un de la tête aux pieds, depuis les pieds jusqu'à la tête, Le considérer attentivement. Pop., Gagner au pied, S'enfuir. Lâcher pied, Reculer, s'enfuir. Il s'emploie aussi figurément et signifie Céder, montrer de la faiblesse. N'allez pas lâcher pied dans cette occasion, tenez ferme. Fig. et fam., Lever le pied, S'enfuir sans payer ses créanciers ou en emportant l'argent des autres. Fig., Mettre aux pieds de ..., se dit ou s'écrit comme formule de politesse. Je vous prie de mettre mes hommages aux pieds de Madame ***. Mettre pied à terre, Descendre de cheval ou de voiture. Mettre le pied, les pieds dans une maison, Y aller. Il y a longtemps que je n'ai mis le pied dans cette maison. Il se passera bien du temps avant que j'y mette les pieds. Fig. et fam., Mettre les pieds dans le plat, Parler sans ménagement, dire une chose brutalement, soit par mégarde et manque de tact, soit parfois avec intention. Fig., Mettre quelqu'un sur un bon pied, Lui procurer de grands avantages. Mettre quelqu'un sur le bon pied a aussi la même signification, mais plus souvent veut dire Obliger quelqu'un à faire son devoir, le contraindre à faire ce qu'on souhaite raisonnablement de lui. Fig. et fam., Partir du pied gauche, Partir du bon pied, s'engager comme il convient dans une affaire. Fig., Remettre quelqu'un sur pied, Rétablir sa santé, ses affaires. Fig., Mettre à quelqu'un le pied sur la gorge, Vouloir le contraindre à faire quelque chose. Mettre une armée, des troupes sur pied, Lever une armée, des troupes. Fig., Mettre une chose sous ses pieds, La mépriser. Mettez cette injure sous vos pieds. Il est vieux. Fig., Mettre une injure, une disgrâce, mettre son ressentiment aux pieds de la croix, du crucifix, Souffrir patiemment une injure, une disgrâce, en faire le sacrifice à Dieu, pardonner pour l'amour de Dieu à ceux qui nous ont offensés. Fig. et fam., Ne pas se donner de coups de pied, Se vanter complaisamment. Fig. et pop., Ne pas se moucher du pied, Être plein d'outrecuidance. C'est un homme qui ne se mouche pas du pied. Fig. et fam., Ne savoir sur quel pied danser, Ne savoir quelle contenance tenir, ne savoir quel parti prendre. Fam., Ne pouvoir mettre un pied devant l'autre, Être si faible, si fatigué, qu'on ne puisse pas marcher, qu'on ait peine à marcher. Peindre quelqu'un en pied, Faire le portrait de sa personne tout entière, debout ou assise. On dit dans le même sens Un portrait en pied. Perdre pied, Ne plus trouver le fond de l'eau avec les pieds. Il perdit pied au milieu de la rivière et faillit se noyer. Dans le même sens, Il y a pied, On peut se tenir debout dans l'eau, la tête dehors. Il n'y a pas pied, On ne le peut pas. Fig. et fam., Perdre pied, Ne savoir plus où l'on en est. À ce moment de la discussion, il perdit pied. Fig., Prendre pied, Commencer à s'établir solidement, à gagner la confiance. Ce nouveau médecin n'a pas encore eu le temps de prendre pied dans le pays. Il ne tardera pas à prendre pied. Prendre quelqu'un au pied levé, Prendre quelqu'un à l'improviste. Il s'emploie surtout au figuré. Vous me posez une question difficile : vous me prenez au pied levé. On dit par analogie : Doubler un rôle au pied levé. Il m'a fallu faire cette conférence au pied levé. Fig. et fam., Retomber sur ses pieds, Se tirer heureusement d'une occasion fâcheuse, se trouver dans la même situation qu'auparavant. Il retombe toujours sur ses pieds. Quelque chose qui arrive, on peut avoir confiance en lui pour retomber sur ses pieds. Fig. et fam., S'enfuir un pied chaussé et l'autre nu, S'enfuir en toute hâte, sans prendre le temps de s'habiller. Pop., Sortir de sa maison les pieds devant, Être porté en terre. Fig., Sur le pied de, À raison de, à proportion de. Il se dit particulièrement en parlant des Ressources, du train de vie et signifie D'après des ressources évaluables à. Il vit sur le pied de cent mille livres de rente. Fig. et fam., Sur le pied où sont les choses et, absolument, Sur ce pied-là, Les choses étant ainsi, puisque les choses sont en cet état, sont comme vous le dites. Sur le pied où sont les choses, je doute que vous veniez à bout de votre projet. Je le croyais coupable, mais vous m'assurez de son innocence; sur ce pied-là, je lui rends mon estime. Fig., Sur le pied de paix, sur le pied de guerre, Conformément à ce qui a été établi pour le temps de paix, pour le temps de guerre. On dit dans ce sens : Le pied de paix, le pied de guerre, L'organisation prévue pour le temps de paix, pour l'état de guerre. Prov. et fig., Tirer à quelqu'un une épine, une grande épine du pied, Le délivrer d'un grand embarras, d'une situation pénible, d'un empêchement. Vous m'avez tiré là une grande épine du pied, je vous ai bien de l'obligation. Je me suis tiré une fâcheuse épine du pied. On dit de même : Avoir une épine hors du pied. Fig. et fam., Trouver chaussure à son pied, Trouver justement ce qu'il faut, ce qui convient. Il se dit particulièrement d'une Personne qui a trouvé mariage à son gré. Fam., Venir de son pied en quelque endroit, Y venir à pied. On dit plutôt : Venir de son pied léger. Pied plat ou Plat pied, Pied large et comme aplati. Cela se dit surtout en parlant des Chevaux qui ont ce vice de conformation. Fig., fam. et par mépris, Pied plat, Homme vil, sans dignité, sans caractère, pleutre. C'est un pied plat qu'aucune humiliation ne rebute. Pied bot. Voyez ce mot à son rang alphabétique. Pied-à-terre. Voyez ce mot à son rang alphabétique. Chambres, pièces de plain-pied, Chambres, pièces d'un appartement qui sont au même étage et de même niveau. Il a tant de chambres de plain-pied.

PIED se dit aussi de l'Extrémité des pattes d'un grand nombre d'animaux. Bête à quatre pieds. Les pieds de devant, les pieds de derrière. Le pied d'un cheval. Pied de cerf, de biche, d'élan. Pied de veau, de mouton, de cochon. Les bœufs, les cerfs, les daims, les sangliers ont le pied fourchu. En parlant d'un Cheval, Le pied du montoir, Le pied gauche de devant. Le pied hors du montoir, Le pied droit de devant. Ce cheval a fait pied neuf, Après qu'il a été dessolé, il lui est revenu une nouvelle corne. Ce cheval galope sur le bon pied, En galopant, il lève le pied droit de devant le premier. Il galope sur le mauvais pied, Il lève le pied gauche de devant le premier. On dit de même Mettre un cheval sur le bon pied. En termes de Rôtisseur, Petits pieds se dit des Grives, des cailles, des ortolans et autres petits oiseaux d'un goût délicat. Fig. et fam., Pieds de mouche. Écriture dont les lettres sont très menues et très mal formées. Il ne fait que des pieds de mouche en écrivant. Toute son écriture n'est que des pieds de mouche, qu'en pieds de mouche, On dit plutôt aujourd'hui Pattes de mouches. Fig., Faire feu des quatre pieds, Se démener, mettre toute sa force dans une tentative. Prov., fig. et pop., Il a été déferré des quatre pieds, se dit d'un Homme qui, dans quelque dispute, a été réduit à ne savoir que répondre. Fig. et fam., Faire le pied de grue, Demeurer longtemps debout à la même place en attendant quelqu'un. Fig. et fam., Tirer pied ou aile d'une chose, En tirer quelque profit de manière ou d'autre.

PIED désigne, par extension, la Trace de la bête qu'on chasse. Le veneur a reconnu au pied que c'était une biche.

PIED se dit encore, par métaphore, de Certains animaux, de certaines plantes, de certaines choses et forme avec leurs noms des mots composés, du masculin, dont les plus usités sont : Pied-d'alouette, Genre de plantes renonculacées à fleurs éperonnées, dont une espèce est cultivée, pour l'ornement, dans les jardins. Pied-de-biche, Instrument de dentiste. Il se dit aussi de Divers autres objets dont l'extrémité est faite d'un pied de biche ou ressemble, par sa forme, au pied d'une biche. Une sonnette en pied de biche. Pied-de-bœuf, Jeu d'enfants, où les uns mettent les mains sur celles des autres, puis, en commençant par le dessous, les retirent en comptant jusqu'à neuf; et celui qui compte ce nombre dit, en saisissant la main de quelqu'un des autres : Je tiens mon pied-de-bœuf. Pied-de-chat, Petite plante du genre des immortelles, qui croît sur les collines sèches. Pied-de-cheval, Grande espèce d'huître. Pied-de-chèvre, Levier de fer, dont une des extrémités est faite en pied de chèvre. Pied-de-griffon, Plante, espèce d'ellébore qui porte des fleurs vertes bordées de pourpre, et qui est regardée comme vermifuge. Pied-de-lion, Plante de la famille des rosacées, dont l'espèce commune est un excellent fourrage.

PIED se dit aussi en parlant d'un Arbre, d'une plante, et désigne la Partie du tronc ou de la tige qui est le plus près de terre. Le pied d'un arbre. Être assis au pied d'un arbre. Couper un arbre par le pied. Le pied d'une plante. Arroser une plante au pied. Vendre, acheter une récolte sur pied, Vendre, acheter du blé avant qu'il soit coupé, du raisin avant qu'il soit cueilli, etc. Fig., Sécher sur pied, se dit d'une Personne que l'impatience, l'ennui ou l'inquiétude met dans un état violent, dans un état de souffrance.

PIED se dit aussi pour Tout l'arbre, pour toute la plante. Il y a cinq cents pieds d'arbres dans cette avenue. Il a fait replanter deux cents pieds de vigne. Un pied d'œillet. Mettre deux ou trois pieds de tubéreuse dans un pot. Un pied de salade. Des pieds de giroflée. En termes d'Eaux et Forêts, Pied cornier, L'arbre qu'on laisse à l'extrémité d'un arpentage, d'une pièce de terre pour servir de marque ou de borne. Pied cornier, Poteau cornier se dit aussi des Longues pièces de bois qui sont aux encoignures des pans de charpente.

PIED se dit encore de l'Endroit le plus bas d'une montagne, d'un édifice, d'un mur, d'une tour, etc. Le pied des Alpes, des Pyrénées. Il sort une source du pied de la colline. Le pied d'un rocher. Les soldats gagnèrent le fossé et se logèrent au pied du bastion. Le pied d'une muraille, d'une tour. Prov. et fig., Mettre quelqu'un au pied du mur, Le mettre hors d'état de se dérober, d'user de subterfuge, le réduire à ne pouvoir se défendre de faire ce qu'on lui propose. À pied d'œuvre. Voyez ŒUVRE.

PIED se dit aussi du Talus, de la pente qu'on donne à certains ouvrages de maçonnerie ou de terre, pour les rendre plus solides. Ce rempart, ce mur de terrasse n'a pas assez de pied. Donner du pied à une échelle, Éloigner de la muraille le bas d'une échelle, afin qu'elle soit plus solidement posée.

PIED se dit encore en parlant de Diverses sortes de meubles, d'ustensiles et désigne la Partie qui sert à les soutenir. Le pied d'une table. Les pieds d'une chaise. Les pieds d'un lit. Le pied d'un chandelier, d'un chenet. Le pied d'un vase. Un verre cassé par le pied. Un pied de marmite. Une table, un bureau à pieds de biche, Une table, un bureau dont les pieds ont la forme des pieds d'une biche. Au pied de la lettre, Selon le sens littéral, selon le propre sens des paroles. Il ne faut pas toujours prendre les choses au pied de la lettre. Cela doit s'expliquer, doit s'entendre au pied de la lettre. Il faut faire cela au pied de la lettre, obéir au pied de la lettre. Il signifie aussi À proprement parler, à parler véritablement, sans aucune exagération. Il est ruiné; au pied de la lettre, il n'a pas de pain. Le pied du lit, L'endroit du lit où l'on a les pieds lorsqu'on est dans le lit, et qui est opposé au chevet. S'asseoir au pied du lit, sur le pied du lit. Mettre une couverture sur le pied du lit.

PIED se disait en outre d'une Mesure de longueur équivalente à trois cent vingt-quatre millimètres. Pied de roi. La toise avait six pieds, était de six pieds. Le pied contenait douze pouces. Un pied de large. Quatre pieds de long sur trois de large. Pied carré se disait d'une Surface carrée qui avait un pied de côté. Pied cube, Cube dont chaque face avait un pied carré. Par exagération, Elle a un pied de rouge sur le visage, se dit d'une Femme extrêmement fardée. Fam., Un homme de cinq pieds six pouces, Un homme de très haute taille. Par exagération, Je ne l'assisterais pas, quand je lui verrais tirer la langue d'un pied de long, Je n'ai pas la moindre compassion pour lui. Il est vieux. Par exagération, Il voudrait être à cent pieds sous terre, Il voudrait pouvoir se cacher à tout le monde, tant il est confus, honteux. Il se dit aussi d'un Homme qui a quelque grand sujet de chagrin, qui est dégoûté de la vie. Je voudrais que cet homme fût à cent pieds sous terre, Je voudrais qu'il fût mort. Prov. et fig., Avoir un pied de nez, en sortir avec un pied de nez, Éprouver la mortification de ne point réussir dans une affaire qu'on avait entreprise. On dit dans le même sens Avoir le nez long. Faire un pied de nez, Faire devant une personne que l'on veut railler le geste d'allonger son nez avec la main déployée. Fig. et fam., Avoir d'une chose cent pieds par-dessus la tête, En être extrêmement las, importuné, dégoûté. Fig., Laissez-lui prendre un pied, il en prendra quatre, se dit en parlant de Quelqu'un qui est entreprenant et qui abuse de l'indulgence, de la facilité qu'on a pour lui. Au petit pied, En raccourci, en petit. Il ne se dit que figurément : Les parlements prétendaient être les états généraux au petit pied.

PIED, en termes de Versification, se dit d'un Groupe de deux à quatre syllabes, longues ou brèves, qui constitue dans la poésie des anciens l'élément métrique des vers. Le spondée est un pied composé de deux longues. Le pied des vers antiques correspond en quelque sorte à la mesure de la musique. Il s'emploie assez souvent et abusivement, en termes de Versification française, au sens de Syllabe. L'alexandrin est un vers de douze pieds.

À PIED, loc. adv. Au moyen de ses pieds, pédestrement. Aller, venir, arriver, retourner à pied. Voyager à pied. Il était à pied quand je l'ai rencontré. Loger à pied et à cheval, se dit d'un Aubergiste qui reçoit les piétons et les cavaliers. Loge à pied et à cheval.

À PIEDS JOINTS, loc. adv. En tenant les pieds l'un contre l'autre. Sauter à pieds joints.

PIED À PIED, loc. adv. Pas à pas, graduellement. Aller, avancer pied à pied. Gagner du terrain pied à pied. Fig., Aller dans une affaire pied à pied. Défendre un poste, un passage, une position pied à pied, En résistant toujours, en tenant toujours tête à l'ennemi, qui gagne insensiblement du terrain.

HAUT-LE-PIED, loc. adv. Sans être attelé. Il se dit des Chevaux, des locomotives. Renvoyer des chevaux haut-le-pied, Les renvoyer sans être attelés ni montés. Une locomotive haut-le-pied, Une locomotive en manœuvre, qui n'est pas attelée de wagons.

DE PLAIN-PIED, loc. adv. Sans monter ni descendre. De la salle à manger on entre de plain-pied dans le jardin. Fig. et fam., Cela va de plain-pied, Cela va sans dire, cela ne souffre pas de difficulté.

DE PIED FERME, loc. adv. Sans sortir de sa place, sans quitter son poste. Combattre de pied ferme. Dans les manœuvres militaires, Conversion de pied ferme, Celle dont le pivot est fixe. Fig., Je l'attends de pied ferme, Je l'attends tranquillement, sans crainte.

D'ARRACHE-PIED, loc. adv. Voyez ARRACHER.

Littré (1872-1877)

PIED (pié. Le d ne se lie guère que dans : mettre pied à terre, dites pié-ta-terre ; tenir pied à boule, dites pié-ta-boule ; armé de pied en cap, dites piétan-kap ; mais, du temps de Chifflet, Gramm. p. 213, la prescription de ne jamais prononcer le t était absolue ; seulement pour pied à terre, les uns disaient pié-à-terre, et les autres, comme nous, pié-ta-terre) s. m.

Résumé

  • 1° La partie inférieure de la jambe qui pose sur le sol et supporte le corps.
  • 2° Le pied considéré comme instrument de la marche, de la course.
  • 3° Pied plat.
  • 4° Pied bot.
  • 5° Pied se dit d'un grand nombre d'animaux.
  • 6° Le pied, défini en zoologie.
  • 7° Le pied, chez le cheval.
  • 8° En vénerie, la trace de la bête.
  • 9° Pied de mouche.
  • 10° Gens de pied.
  • 11° Valet de pied.
  • 12° Pied marin.
  • 13° Petits pieds, en termes de rôtisseur.
  • 14° Pied-à-terre.
  • 15° Partie de la tige ou du tronc qui est le plus près de la terre.
  • 16° Pied, avec le mot arbre ou avec un nom de végétal, signifie l'arbre entier, la plante entière.
  • 17° Endroit le plus bas d'une montagne, d'un mur, d'une tour, etc.
  • 18° La partie la plus basse d'un fût de colonne.
  • 19° Pied d'une perpendiculaire, en géométrie.
  • 20° Inclinaison ou base qu'on donne à une chose.
  • 21° En marine, avoir du pied ; pied du vent ; pied du nuage.
  • 22° Partie qui sert à soutenir certains meubles et ustensiles.
  • 23° Mesure de longueur, 12 pouces.
  • 24° Règle sur laquelle sont gravées les divisions du pied.
  • 25° Fig. Mesure.
  • 26° Pied, en versification.
  • 27° En teinturerie, bain de couleur qu'on donne à une étoffe.
  • 28° En féodalité, pied de fief.
  • 29° Pied de bœuf, sorte de jeu.
  • 30° Nom de quelques instruments.
  • 31° Nom de quelques animaux.
  • 32° Nom de quelques plantes.
  • 33° À pied.
  • 34° Pied à pied.
  • 35° De pied ferme.
  • 36° D'arrache-pied.
  • 37° Plain-pied.
  • 1La partie inférieure de la jambe qui pose sur le sol et supporte le corps, c'est-à-dire celle qui se trouve comprise depuis le bas de la jambe ou le talon, jusqu'au bout des orteils. S'ils [les grands hommes] sont plus grands que nous, c'est qu'ils ont la tête plus élevée ; mais ils ont les pieds aussi bas que les nôtres, Pascal, Pens. VI, 30, éd. HAVET. Ô trop heureux ceux qui plantent des choux ! quand ils ont un pied à terre, l'autre n'en est pas loin ; je tiens ceci d'un bon auteur [Rabelais], Sévigné, 96. J'ai grand besoin de vous tous… j'ai beau frapper du pied [allusion au mot de Pompée], rien ne sort qu'une vie triste et unie…, Sévigné, 6 mai 1680, 2 sept. 1686. M. le chancelier et les évêques se plaignaient de ce que les gardes du corps n'étaient pas sous les armes en leur présence ; mais Saintot leur dit que les gardes du corps ne faisaient que battre du pied pour M. le chancelier, et que, pour MM. du clergé, on ne prenait les armes que quand ils allaient en corps à l'audience du roi, Dangeau, I, 379. D'abord elle a d'Auguste aperçu la statue ; Et mouillant de ses pleurs le marbre de ses pieds…, Racine, Brit. v, 8. Par le salut des Juifs, par ces pieds que j'embrasse, Racine, Esth. III, 5. Voudriez-vous le sauteur Cobus, qui, jetant ses pieds en avant, tourne une fois en l'air avant que de tomber à terre ? La Bruyère, III. Quelles diables de contorsions faisiez-vous, tantôt sur un pied, tantôt sur l'autre ? Baron, Homm. à bon. fort. IV, 6. Pieds nus, sans pain, sourds aux lâches alarmes, Tous à la gloire allaient du même pas, Béranger, Vieux sergent. L'espace qu'en ces lieux je couvre de mon pied A suffi pour ces saints : c'est là qu'ils ont prié, Lamartine, Harold, 38. Le pied sur une tombe, on tient moins à la terre ; L'horizon est plus vaste ; et l'âme, plus légère, Monte au ciel avec moins d'effort, Lamartine, Méd. II, 5.

    À pied sec, sans se mouiller les pieds. Ils passèrent à pied sec au travers du fond de la mer, Sacy, Bible, Judith, v, 12.

    Fig. Les pieds, la condition humaine, par opposition à la bête qui marche à quatre pattes. Ne tentez pas de retomber à quatre pattes ; personne n'y réussirait moins que vous ; vous nous redressez trop bien sur nos deux pieds, pour cesser de vous tenir sur les vôtres, Rousseau, Correspond. à Voltaire, 10 septemb. 1755.

    La pointe du pied, voy. POINTE, n° 18.

    Un coup de pied, un coup porté avec le pied.

    Fig. Ne pas se donner de coups de pied, se vanter complaisamment.

    Donner un coup de pied jusqu'à tel endroit, aller jusqu'à ce lieu (ne se dit guère qu'en parlant d'une assez courte distance).

    À pieds joints, voy. JOINT 1.

    En pied, debout. Dès qu'au second bal on vit Montbron à danser, voilà les uns en pied, les plus reculés à l'escalade, Saint-Simon, 3, 58.

    Terme de blason. Animal en pied, celui qui est posé sur ses quatre pieds.

    Peindre quelqu'un en pied, faire le portrait de sa personne tout entière. Portrait en pied.

    Fig. Être en pied, être dans l'exercice d'une fonction. Cet officier à demi-solde vient d'être mis en pied.

    Sur ses pieds, debout. Il sait que l'ennemi, que ce coup va surprendre, Désormais sur ses pieds ne l'oserait attendre, Boileau, Lutrin, V. Te voilà sur tes pieds, droit comme une statue, Racine, Plaideurs, III, 3.

    Fig. Être encore sur ses pieds, n'avoir pas encore d'engagement formel, pouvoir encore se dédire.

    En un autre sens : être encore sur ses pieds, n'être pas ruiné, perdu, quoiqu'on ait subi un échec considérable. Si nos plans réussissaient, nous demeurerions sur nos pieds, Retz, II, 281. J'ai connu de ces positions-là [des revers], et l'empereur, mon maître, aussi ; mais il se rattrapait toujours, et me remettait sur mes pieds par contre-coup, Delavigne, Don Juan d'Autr. II, 14.

    Fig. Être sur ses pieds, rester toujours en mesure de. Adieu, mon cher cousin, écrivons-nous un peu sans nous gronder, pour voir comment nous nous en trouverons ; si cela nous ennuie, nous serons toujours sur nos pieds pour nous faire quelque petite querelle d'Allemand, Sévigné, Lett. à Bussy, 16 févr. 1671.

    Sur pied, debout, levé, éveillé. Part demeure sur pied, en la même posture, La Fontaine, Fianc. Pour faire voir que la paresse n'était pas mon vice, je fus sur pied dès la pointe du jour, Lesage, Est. Gonz. ch. 6. Tout le monde est encore sur pied dans cette grande maison à gauche, Lesage, Diable boit. ch. 3. Je ne me plaignais point d'être toutes les nuits sur pied ; je ne laissais pas pourtant de trouver cela désagréable, Lesage, Gil Bl. II, 1.

    Fig. Sur pied, guéri, rétabli. Ce remède l'a remis sur pied. Une des deux femmes qu'ils ressuscitent est entièrement sur pied, l'autre est bien mieux, Sévigné, 20 juin 1685.

    Fig. Mettre sur pied quelqu'un, rétablir ses affaires. Cela me mettra sur pied, et je vous en serai éternellement obligée, Molière, l'Av. II, 6.

    Fig. Être sur pied, subsister, être en vigueur. Nous avons vu comment du temps de Plutarque… cet oracle était encore sur pied, Fontenelle, Oracles, II, 3.

    Fig. Mettre, remettre sur pied, remettre en usage. Nous avons remis par son moyen le reversi sur pied, Sévigné, 237. Ils [les jésuites] ont remis sur pied les cinq propositions ; il a fallu promettre et désavouer ce qu'ils ont voulu ; les lettres de cachet… sont de puissants arguments…, Sévigné, 12 oct. 1678. Tandis qu'il mettait sur pied les commencements sincères d'une paix, Hamilton, Gramm. 5.

    Sur pied, se dit d'hommes, de troupes prêtes à servir militairement. Les armées ayant été défaites, il s'en remet de nouvelles sur pied, Guez de Balzac, liv. I, lett. 5. Jamais roi n'a mis en moins de temps Ni tant d'amis sur pied, ni tant de combattants, Mairet, Soliman, II, 1. Jamais roi de France ne s'est vu trois cent mille hommes sur pied, Sévigné, 524. Les Thessaliens peuvent mettre sur pied six mille chevaux et dix mille hommes d'infanterie, Barthélemy, Anach. ch. 35.

    Depuis la tête jusqu'aux pieds, de la tête aux pieds, depuis les pieds jusqu'à la tête, c'est-à-dire depuis le haut du corps jusqu'au bas. Et de la tête aux pieds elle est toute charmante, Boursault, Merc. galant, IV, I. Ses invectives l'attaquèrent depuis la tête jusqu'aux pieds, Hamilton, Gramm. 11. Il me fit habiller à ses frais depuis les pieds jusqu'à la tête, Lesage, Est. Gonz. ch. 19.

    Fig. Complétement, absolument. Elle se défend du nom [de précieuse], mais non pas de la chose, car enfin elle l'est depuis les pieds jusqu'à la tête, Molière, Critique, 2. C'est de la tête aux pieds un homme tout mystère, Molière, Mis. II, 5.

    Examiner quelqu'un de la tête aux pieds, depuis les pieds jusqu'à la tête, le considérer attentivement.

    De pied en cap, voy. CAP.

    Être sur le pied gauche, être en attitude de lutter, de combattre, locution tirée de l'escrime. Je fus très étonné de les trouver sur le pied gauche et dans des prétentions sur plusieurs chefs, Retz, Mém. t. III, liv. v, p. 425, dans LACURNE. Nous autres malheureux sommes fort délicats et tout près d'être sur le pied gauche ; nous prenons les moindres négligences pour un oubli, Bussy-Rabutin, Lett. t. IV, p. 8, dans POUGENS.

    Substantivement et fig. Le pied gauche, situation embarrassée, mal à l'aise. Je viens à combattre ce pied gauche où il [le duc de Bourgogne] est avec le roi et Monseigneur, Saint-Simon, 266, 83.

    Fig. Il ne faut pas lui marcher sur le pied, voy MARCHER, n° 2

    Ne remuer ni pied ni patte, voy. PATTE.

    Fig. Avoir les pieds chauds, jouir des commodités de la vie.

    Tenir à quelqu'un les pieds au chaud, le soigner dans des vues intéressées.

    Il a les pieds chauds, se dit de celui qui cause beaucoup.

    Terme rural. Pied chaud, goût que prend le vin dans la cuve par suite de l'action de l'air.

    Familièrement. Avoir toujours un pied en l'air, changer sans cesse de place. Cette gaillarde bourgeoise qui a toujours un pied en l'air, Dancourt, Cur. de Comp. sc. 4.

    Dans le même sens : n'être que sur un pied. Il y a des hommes nés inaccessibles … ils ne sont jamais que sur un pied, La Bruyère, IX.

    Avoir bon pied, bon œil, voy. ŒIL, n° 1. Avoir le pied à l'étrier, voy. ÉTRIER.

    Faire le pied derrière, s'est dit pour saluer, faire la révérence. Il fit pourtant le pied derrière, Scarron, Virg. dans LE ROUX, Dict. comique.

    Populairement. Sortir de sa maison les pieds devant, être porté en terre.

    Il a déjà un pied dans la fosse, se dit d'un vieillard ou d'un malade dont la vie approche du terme.

    On dit dans le même sens : un pied dans la barque de Caron, ou, simplement, dans la barque. Une inflammation d'entrailles m'avait mis un pied dans la barque, D'Alembert, Lettres, au roi de Pr. 28 oct. 1765.

    Fig. Tenir à quelqu'un le pied sur la gorge, vouloir le forcer à faire quelque chose. M. le prieur Dornaville m'ayant tout saintement tenu le pied sur la gorge pour profiter de l'occasion, Maintenon, Lett. à Mme d'Aubigné, 9 juin 1685.

    Fig. Tenir pied à boule, voy. BOULE.

    S'enfuir un pied chaussé et l'autre nu, voy. CHAUSSÉ.

    Fig. Trouver chaussure à son pied, voy. CHAUSSURE.

    Fig. Couper l'herbe sous le pied à quelqu'un, voy. HERBE, n° 2.

    Fig. Une épine hors du pied, voy. ÉPINE.

    Fig. Ne pas se moucher du pied, voy. MOUCHER 1, n° 5.

    Fig. Ne savoir sur quel pied danser, ne savoir quel parti prendre.

    Perdre pied, ne plus trouver le fond de l'eau avec les pieds.

    Il y a pied, il n'y a pas pied, on peut, on ne peut se tenir dans l'eau les pieds au fond, la tête dehors.

    Fig. Perdre pied, ne savoir plus où l'on en est.

    Fig. Il n'y a pas pied, il n'y a pas moyen de tenter cette affaire.

    Prendre pied, toucher, trouver le fond de l'eau avec le pied. Quand on est prêt à tout, c'est dans le fond de l'abîme que l'on commence à prendre pied, Fénelon, t. XVIII, p. 265.

    Fig. Prendre pied, commencer à s'établir solidement. Ce jeune médecin espère prendre pied dans le pays.

    Fig. Prendre pied, se fixer, s'établir, en parlant de choses. Les basses vengeances sont indignes de mon cœur, et la haine n'y prend jamais pied, Rousseau, Confess. IX. Ce dieu [l'hymen] chez lui, calculant à toute heure, Y laisse enfin l'intérêt prendre pied, Béranger, Coin de l'amitié.

    Fig. Mettre une chose sous le pied, sous les pieds, sous ses pieds, la mépriser. Moquons-nous de cela, méprisons les alarmes, Et mettons sous nos pieds les soupirs et les larmes, Molière, Sgan. 17. Je n'ai pas encore mis tout à fait l'honneur sous les pieds, Sévigné, 562. Il faut, pour vivre amis, mettre tout sous le pied, Th. Corneille, D. Cés. d'Avalos, IV, 3.

    Pieds et poings liés, voy. POING.

    Pied poudreux, voy. POUDREUX.

    Regarder à ses pieds, voy. REGARDER.

    Aux pieds de, au niveau des pieds de. Les vaincus qu'il voit étendus à ses pieds, Bossuet, Duch. d'Orl. Vénus se lève à l'horizon ; à mes pieds l'étoile amoureuse De sa lueur mystérieuse Blanchit les tapis de gazon, Lamartine, Méd. I, 4.

    Aux pieds de, en se prosternant. Là-dessus, Monsieur se jette aux pieds du roi, Sévigné, 119. Il a vu à ses pieds toutes les nations vaincues, Bossuet, Hist. II, 4. S'il venait à mes pieds me demander sa grâce, Racine, Andr. II, 1. Allez voir Hermione… Oubliez à ses pieds jusqu'à votre colère, Racine, ib. II, 5. Si le ciel était juste, indigne souveraine, Vous seriez à mes pieds, et je suis votre reine, P. Lebrun, Mar. Stuart, III, 4.

    Fig. Mettre aux pieds de, déposer devant, faire hommage de. Allons mettre à ses pieds cette haute fortune, Corneille, Poly. II, 1. L'empereur, il est vrai, ne vient plus chaque jour Mettre à vos pieds l'empire et grossir votre cour, Racine, Brit. I, 2. Le monde vient mettre à ses pieds toute sa gloire, Massillon, Panég. Ste Agnès.

    Mettre aux pieds de, soumettre, vaincre. Alexandre mit tout à ses pieds, Bossuet, Hist. III, 5. N'en doutez point seigneur, il [Dieu] fut votre soutien : Lui seul mit à vos pieds le Parthe et l'Indien, Racine, Esth. III, 4.

    On dit dans le même sens : jeter sous les pieds. Mais quand il vous aura dans le trône affermie Et jeté sous vos pieds la puissance ennemie, Corneille, D. Sanche, I, 1.

    Se mettre aux pieds, formule de politesse par laquelle un inférieur témoigne sa soumission à un supérieur, ou un homme à une dame.

    Dans le style élevé, on dit les pieds de Dieu. Les rois des nations, devant toi prosternés, De tes pieds baisent la poussière, Racine, Ath. III, 7.

    Populairement. Il croit tenir Dieu par les pieds, se dit d'un homme très joyeux du succès de quelque affaire.

    Fig. et familièrement. N'avoir ni pieds ni tête, se dit de ce qui est en dépit du bon sens. Des ouvrages vantés qui n'ont ni pieds ni tête, Gresset, le Méch, II, 3. En ce sens on dit surtout n'avoir ni queue ni tête.

  • 2Le pied considéré comme instrument de la marche, de la course. Nous sommes seul à seul ; quoi ! ton peu d'assurance Ne met plus qu'en ces pieds sa dernière espérance ? Corneille, Clit. I, 10. Ils n'avaient pas le pied hors de la chambre Que…, La Fontaine, Rém.

    Lever le pied, voy. LEVER, n° 2.

    Prendre quelqu'un au pied levé, voy. LEVÉ.

    Mettre pied à terre, descendre de cheval, de voiture, de bateau, de navire. Un vent funeste d'Occident s'éleva tout à coup dans le moment où le fidèle et malheureux Amazan mettait pied à terre en Albion, Voltaire, Princ. de Babyl. 7.

    Pied à terre, descendu de cheval. On ne l'eut pas plutôt vu, pied à terre, forcer le premier ces inaccessibles hauteurs…, Bossuet, Louis de Bourbon.

    Fig. Mettre le pied à terre, prendre un temps d'arrêt, de repos. Ma fille, vous ne mettez pas le pied à terre, votre tourbillon est violent, Sévigné, 523. Le baron [Ch. de Sévigné] est ici qui ne me laisse pas mettre le pied à terre, tant il me mène rapidement dans les lectures que nous entreprenons, Sévigné, 23 juill. 1677.

    Mettre le pied, les pieds, remettre le pied, les pieds dans un endroit, y aller, y retourner. Sachez que pour céans j'en rabats de moitié, Et qu'il fera beau temps quand j'y mettrai le pied, Molière, Tart. I, 1. Mademoiselle du Plessis laisse périr toutes les affaires qu'elle a à Vitré, et ne veut pas y mettre les pieds, Sévigné, 59. Prends garde que jamais l'astre qui nous éclaire Ne te voie en ces lieux mettre un pied téméraire, Racine, Phèdre, IV, 2. Il [Calvin] le fit brûler vif [Servet] et jouit de son supplice, lui qui, s'il eût mis le pied en France, eût été brûlé lui-même, Voltaire, Mœurs, 134. Vous serez payé ; mais après ne remettez plus les pieds chez moi, Picard, Manie de briller, I, 10.

    Fig. Il a mis le pied dans la vigne du Seigneur, il a trop bu.

    Mettre un pied l'un devant l'autre, faire quelques pas. Vous m'aimez un peu, mais pas assez pour que cela vous fasse mettre un pied devant l'autre, Mme du Deffant, Lett. à II. Walpole, t. IV, p. 6, dans POUGENS.

    Ne pouvoir mettre un pied devant l'autre, être si faible, si languissant qu'on a peine à marcher. Si je pouvais mettre un pied devant l'autre, vous croyez bien que mes deux pieds seraient chez vous, Voltaire, Lett. d'Argental, 20 juin 1774.

    Lâcher pied ou le pied, reculer, prendre la fuite. Je gagnais, en lâchant le pied, un cabinet où j'avais vu entrer la maîtresse de Verville fort éplorée, Scarron, Rom. com. I, 15. Il se trouve parmi les Romains plus de gens punis pour avoir combattu sans en avoir ordre, que pour avoir lâché le pied et quitté leur poste, Bossuet, Hist. III, 6.

    Fig. Céder, ne plus soutenir son opinion, montrer de la faiblesse. Le bon père, pressé par tant de témoignages de l'Écriture, à laquelle il avait eu recours, commença à lâcher le pied, Pascal, Prov. IV.

    Aller bien du pied, aller du pied comme un chat maigre, comme un Basque, être très bon marcheur. Dieu merci, je vais bien du pied, Hamilton, Gramm. 8.

    Fig. Aller du même pied, avoir une marche égale et semblable, en parlant des personnes et des choses. Nous allions lui et moi du même pied dans cette affaire. Voilà deux projets qui n'iront pas du même pied.

    Fig. Aller de bon pied dans une affaire, s'y comporter avec zèle.

    Aller de son pied gaillard, de son pied léger, de son pied mignon, voyager lestement à pied.

    Venir de son pied en quelque endroit, y venir en marchant. Il y avait même plusieurs magistrats qui allaient à pied à la chambre ou aux enquêtes, d'aussi bonne grâce qu'Auguste autrefois allait de son pied au Capitole, La Bruyère, VII.

    Gagner au pied, s'enfuir. Ah ! par ma foi, je m'en défie ! et je m'en vais gagner au pied, Molière, Préc. X.

    Haut le pied, voy. HAUT, n° 27.

  • 3Pied plat, ou plat pied, difformité du pied consistant dans l'aplatissement général de la surface plantaire, de sorte que les malléoles et surtout l'interne touchent presque le sol, et le bord interne du pied appuie plus fortement que l'externe ; de là l'impossibilité de faire une longue marche. Le pied plat est une cause de réforme pour les conscrits. Elle a les oreilles grandes et rouges et le pied plat, Hamilton, Gramm. IX.

    Fig. et par mépris, pied plat, et quelquefois plat pied, homme qui ne mérite aucune considération : locution qui vient non du vice de conformation indiqué ci-dessus, mais d'une différence de chaussure entre les gens du peuple et les gentilshommes, ceux-ci portant des souliers avec des talons rouges très relevés, tandis que les ouvriers et les bourgeois portaient des souliers plats. Des pieds plats. On sait que ce pied plat, digne qu'on le confonde, Par de sales emplois s'est poussé dans le monde, Molière, Mis. I, 1. Heudicourt était Montmorin, et le roi le croyait un pied plat [sans naissance] parce qu'il était beau-frère de Courtin, Saint-Simon, 97, 25. Je vais à une de nos assemblées, pour m'opposer à la réception d'un pied plat, d'un homme de rien, qu'on veut faire entrer dans notre compagnie, Lesage, Turcaret, I, 7.

  • 4Pied bot, difformité consistant en une déviation permanente du pied par l'effet de la rétraction continue de quelques-uns des muscles dont les tendons viennent s'y insérer. Tantôt le pied est dévié en dedans ou en dehors, tantôt il est dans une extension forcée et ne pose sur le sol que par l'extrémité des orteils (pied équin) ; ou bien, au contraire, par une flexion exagérée en avant, sa face dorsale se redresse contre la région antérieure de la jambe, en sorte que les orteils sont en haut, et que le pied ne touche le sol que par le talon (pied talus). Le pied bot du duc du Maine l'obligait à s'arrêter quand il voulait saluer quelqu'un, Saint-Simon, 379, 124. Un pied bot, un homme qui a un pied bot.
  • 5Pied se dit d'un grand nombre d'animaux. Les pieds du cerf. Les pieds palmés des oies. Malgré tant de dangers, l'une de ces personnes [deux chèvres] Pose un pied sur la planche, et l'autre en fait autant, La Fontaine, Fabl. XII, 4. Ses grands pieds [de l'autruche], nerveux et charnus, qui n'ont que deux doigts, Buffon, Ois. t. II, p. 220. Aussitôt qu'un méthodiste a mis dans son système l'homme à la tête des quadrupèdes, il ne l'aperçoit plus dans la nature que comme un animal à quatre pieds, Diderot, Interprét. de la nat. n° 48.

    Pied fourché, voy. FOURCHE.

    Chercher cinq pieds à un mouton où il n'y en a que quatre, chercher ce qui ne peut être trouvé.

    Marcher à quatre pieds, se dit d'un enfant, d'une personne qui se traîne sur les mains et les genoux. On dit plus souvent marcher à quatre pattes. Tous les enfants commencent à marcher à quatre pieds, Rousseau, Orig. notes.

    Tomber sur ses pieds, se dit du chat, qui, de quelque façon qu'on le jette, tombe toujours sur ses quatre pieds.

    Fig. et familièrement. Il tombe toujours sur ses pieds, il se trouve toujours sur ses pieds, se dit de quelqu'un qui reste toujours en bonne position, quelque changement d'affaires qui arrive. Il [le cocher du cardinal Mazarin] ne crut pas, versant, pouvoir mal faire ; Car quelqu'un dit que, quoi que puissiez faire, En guerre, en paix, en voyage, en affaire, Vous vous trouvez toujours dessus vos pieds, Voiture, Au cardinal de Mazarin [qui avait versé sans se faire de mal]

    Faire le pied de grue, voy. GRUE.

    Fig. Faire le pied de veau, voy. VEAU.

    Tirer pied ou aile, obtenir une partie quelconque de ce qu'on désire ; image prise à une volaille qu'on dépèce. Je m'y en vais moi-même [à la poste], et chercher des Grignans ; car je ne puis vivre sans en avoir pied ou aile, Sévigné, 18 juin 1677. Je promets de vous faire tirer pied ou aile du premier ministre, Lesage, Gil Bl. VII, 12.

    Terme de fauconnerie. Se dit des pattes de l'autour et de l'épervier.

  • 6En zoologie, chez les quadrupèdes, on donne le nom de pied à toute la partie du membre située au-dessous de l'avant-bras ou de la jambe.

    Disque charnu ou prolongement musculeux, à l'aide duquel certains mollusques rampent.

    Pieds-mâchoires, pattes qui font partie de la bouche, dans certains crustacés.

  • 7Chez le cheval, le pied, le sabot qui protège l'extrémité de la région digitée.

    Fig. Il est déferré des quatre pieds, se dit de quelqu'un qui, repoussé et contredit, ne sait plus que dire ni que faire.

    Pied cagneux, pied dont la pince est tournée en dedans, soit par la disposition du sabot, soit par celle des rayons supérieurs.

    Pied sec ou maigre, pied dont la corne est sèche et cassante.

    Pied cerclé, pied dont la paroi présente, dans le sens horizontal, un ou plusieurs renflements circonscrits entourant plus ou moins complétement le sabot.

    Pied comble, voy. COMBLE 2.

    Pied mou ou gras, pied formé d'une corne épaisse, molle, poussant rapidement, et résistant d'autant moins aux clous qui maintiennent le fer, que celui-ci est plus lourd à cause du volume du pied.

    Pied plat, pied dont la muraille se rapproche beaucoup de la ligne horizontale, de telle sorte qu'il se trouve très large et peu haut.

    Le pied du montoir, le pied gauche de devant.

    Le pied hors du montoir, le pied droit de devant.

    Ce cheval a fait pied neuf, c'est-à-dire après avoir été dessolé, il lui est revenu une nouvelle sole.

    Ce cheval galope sur le bon pied, en galopant il lève le pied droit de devant le premier. Il galope sur le mauvais pied, il lève le pied gauche de devant le premier.

    Fig. Vous galopez sur le bon pied, je l'avoue ; mais vous allez trop loin, Sévigné, 537.

    On dit de même : mettre un cheval sur le bon pied.

    Fig. Mettre quelqu'un sur un bon pied, lui procurer de grands avantages. Servons-nous de la considération qu'il a pour moi, pour l'établir sur un bon pied, Maintenon, Lett. à M. de Villette, 5 août 1687.

    En un sens tout différent. Mettre quelqu'un sur le bon pied, l'obliger à faire son devoir. Dès que M. Serrefort saura la chose, il la mettra [sa sœur] sur le bon pied, je vous en réponds, Dancourt, Cheval. à la mode, III, 1. Malepeste ! sur un bon pied Nous avons mis la comédie, Dancourt, l'Inconnu, Prologue.

    Petit pied, se dit quelquefois pour l'os du pied qui supporte le paturon.

  • 8 Terme de vénerie. La trace de la bête qu'on chasse. Le veneur a reconnu au pied que c'était une biche.

    Pied paré, pied d'un animal qui a vécu dans un terrain dur et pierreux.

  • 9Pied de mouche, se dit pour patte de mouche, en des locutions figurées.

    Disputer sur un pied de mouche, disputer sur des choses de rien.

    Des pieds de mouches, une écriture très fine et peu lisible. La petite Saint-Géran m'écrit des pieds de mouches que je ne saurais lire, Sévigné, 68.

    Terme de typographie. Pied de mouche, signe ainsi figuré, dont on se sert encore pour les renvois.

    Pieds de mouches, petites marques que présente l'eau salée qu'on évapore. Le schlotage continue jusqu'à ce qu'il se forme, à la surface de la liqueur, de petits cristaux qu'on nomme pieds de mouches, et qui se présentent quand l'eau acquiert vingt-huit ou vingt-neuf degrés à l'aréomètre, Fourcroy, Connaiss. chim. t. III, p. 181, dans POUGENS.

  • 10Gens de pied, les fantassins… capitaine. Soit de gens de cheval ou soit de gens de pied, Régnier, Sat. X.

    Par extension, homme de pied, gens de pied, les gens qui vont à pied. Qu'il est doux alors de quitter les cités qui ne retentissent que du bruit des carrosses qui menacent l'homme de pied ! Bernardin de Saint-Pierre, Étude V.

  • 11Valet de pied, voy. VALET.
  • 12Pied marin, pied ferme sur le navire que la mer agite. Un homme a le pied marin lorsqu'il est, malgré les oscillations du navire, aussi solide à peu près qu'il le serait sur terre, Jal

    Fig. Avoir le pied marin, ne pas se déconcerter dans les difficultés.

  • 13Petits pieds, en termes de rôtisseur, se dit des grives, des cailles, des ortolans et autres petits oiseaux d'un goût délicat. Il s'acharna sur les entrées, et ne fit pas moins d'honneur aux petits pieds, Lesage, Gil Blas, II, 1.

    On le dit aussi au singulier. Il n'avait pas d'appétit et n'a mangé qu'un petit pied.

    L'Académie écrit à pied, petits pieds sans trait d'union, et à petit, petits-pieds avec trait d'union.

    Terme de cuisine. Pied de cochon, pied de mouton, sorte de mets fait avec le pied de ces animaux.

  • 14Pied-à-terre, voy. PIED-À-TERRE.
  • 15Partie de la tige ou du tronc qui est le plus près de la terre. Vous êtes vraiment trop jolie sur votre sac de pommes au pied d'un figuier, avec un bon panier de figues et de raisins devant vous, Sévigné, 16 oct. 1680. Le bois du pied d'un arbre pèse plus que le bois du tronc au milieu de sa hauteur, Buffon, Hist. nat. Part. exp. Œuv. t. VIII, p. 189.

    Vendre, acheter une récolte sur pied, vendre, acheter du blé avant qu'il soit coupé, du raisin avant qu'il soit cueilli, etc.

    Fig. Sécher sur pied, se consumer d'ennui, d'inquiétude, de tristesse.

    Terme de botanique. Partie qui fixe le champignon à sa tige.

  • 16Pied, avec le mot arbre ou avec un nom de végétal, signifie un arbre entier, la plante entière. Il y a cinq cents pieds d'arbres dans cette avenue. Un pied de giroflée. Les pieds femelles du chanvre.

    Terme de blason. Pied nourri, se dit du pied des plantes qui ne montrent point de racine.

    Fig. Couper pied à, empêcher. Pour couper pied à un trait injurieux, Le P. Catrou, dans DESFONTAINES.

    Terme d'eaux et forêts, pied cornier, l'arbre qu'on laisse à l'extrémité d'un héritage, d'un arpentage, pour servir de marque. Chaque quartier d'une forêt, en tour d'exploitation, sera limité par des pieds corniers, ainsi que cela se pratique dans les exploitations par contenance, Dralet, Traité des forêts d'arbres résineux, p. 260.

    Pied-le-tour ou pied-de-tour, expression qui désigne la grosseur de l'arbre qui sert de base en cas de coupe en délit, pour régler l'amende et la restitution.

    Terme de charpenterie. Pied cornier, longue pièce de bois qui est aux encoignures des pans de charpente.

    Terme de menuiserie. Pied cornier, se dit de tous les montants de bâtis dormants d'une armoire, d'un buffet, formant angle saillant et dont l'arête est arrondie.

    Ancien terme de charronnage. Pieds corniers, montants au nombre de quatre sur lesquels tout le corps d'un carrosse était assemblé et qui portaient l'impériale.

  • 17Endroit le plus bas d'une montagne, d'un mur, d'une tour, etc. Sans chercher d'autre gloire au pied de l'Aventin, Corneille, Sertor. IV, 2. Du pied du mur enfin il s'approcha, La Fontaine, Orais. Au pied de l'échafaud je le trouve arrêté, Th. Corneille, Comte d'Ess. v, 8. Et du pied des autels où je vais m'engager…, Voltaire, Tancr. I, 1. Le pied de cette montagne est composé de grès, de sable, d'argile et de cailloux roulés, Saussure, Voy. Alpes, t. II, p. 59, dans POUGENS.

    Raser une maison rez pied, rez terre, la mettre, en la rasant, à niveau de terre.

    À pied d'œuvre, voy. ŒUVRE.

    Au jeu de paume, chasse au pied, la chasse est au pied du mur.

    Fig. Mettre au pied du mur, voy. MUR, n° 1.

    Au pied de la lettre, voy. LETTRE, n° 8.

  • 18La partie la plus basse d'un fût, d'une colonne. Le pied d'une croix, etc.

    Fig. Mettre une injure, une disgrâce, son ressentiment aux pieds de la croix, du crucifix, faire à Dieu le sacrifice d'une injure, d'une disgrâce, d'un ressentiment.

    Pied de dentelle, dentelle fort basse qu'on coud à un tulle, à un entoilage, ou même à quelque objet de toilette. Mettre un pied de dentelle à un mouchoir, à une chemisette.

    Terme de blason. Pied de l'écu, la pointe ou la partie inférieure.

    Terme de marine. Pied du mât, l'extrémité inférieure du mât qui repose dans la carlingue où il est implanté ; et aussi, la partie du mât qui est à la hauteur du pont. Terme de pêche. Bord inférieur d'un filet tendu verticalement.

    Une des trois pièces du manche de la ligne.

    Pêche de pied, celle qui se fait sur les grèves avec des cordes garnies de lignes et de haims.

  • 19 Terme de géométrie. Pied d'une perpendiculaire, le point où elle rencontre une ligne, une surface, avec lesquelles elle fait un angle droit.

    Terme de gnomonique. Pied du style, point sur lequel tombe une ligne abaissée du bout du style perpendiculairement sur le plan du cadran.

  • 20Inclinaison ou base qu'on donne à une chose. Un mur a du pied, quand il est plus large en bas qu'en haut, une échelle, quand elle est suffisamment inclinée. C'est ma faute, je ne lui ai pas donné assez de pied [à une échelle], Cyrano de Bergerac, Pédant joué, IV, 1.
  • 21 Terme de marine. Un navire a du pied dans l'eau, lorsque ses œuvres vives s'y enfoncent suffisamment.

    Jeter un pied d'ancre, s'amarrer, en passant, sur une seule ancre ; on dit aussi qu'on n'est que sur un pied ou mouillé que sur un pied.

    Pied du vent, la direction dans laquelle il souffle.

    Pied du nuage, sa continuité avec l'horizon. Un nuage pluvieux a ou n'a pas de pied, suivant qu'il se continue ou non avec l'horizon.

  • 22Partie qui sert à soutenir certains meubles et ustensiles ; support d'un instrument quelconque Les pieds d'une chaise, d'une marmite.

    Une table, un bureau à pieds de biche, une table, un bureau dont les pieds figurent les pieds d'une biche.

    Tige de fer qui tient une balance suspendue.

    Pied d'entrée, montant d'une voiture, sur lequel la portière est attachée, ou sur lequel elle vient battre.

    Le pied du lit, les pieds du lit, l'endroit du lit où l'on a les pieds quand on y est couché. Mme Bouvillon le fit asseoir auprès d'elle sur le pied d'un lit, Scarron, Rom. com. II, 10. Il [le czar] a fait ouvrir le pied de mon lit pour me voir, vous croyez bien qu'il en aura été satisfait, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 11 juin 1717.

    Terme d'architecture. Pied de fontaine, espèce de piédestal qui soutient la coupe de certaines fontaines.

  • 23Mesure de longueur, douze pouces (0m,324). Petits hommes, haut de six pieds, tout au plus de sept… espèce d'animaux glorieux et superbes qui méprisez toute autre espèce…, La Bruyère, XII. J'entends par huit lieues, vingt-quatre mille pas géométriques de cinq pieds chacun, Voltaire, Micromégas, I. Anaxagore disait que le soleil est beaucoup plus grand que le Péloponnèse : et Héraclite, qu'il n'a réellement qu'un pied de diamètre, Barthélemy, Anach. ch. 31.

    On disait aussi pied de roi.

    Le pied varie un peu de longueur suivant les différents pays. Notre pied dérive du pied romain, qui était divisé en douze parties nommées pouces par les modernes. Le pied romain, à son tour, provient du pied grec, qui représentait 16 doigts ou deux tiers de la coudée égyptienne de 24 doigts.

    Pied courant, se dit du pied mesuré en longueur.

    Pied carré, celui qui, ayant douze pouces par chacun de ses côtés, en contient cent quarante-quatre de superficie.

    Pied cube ou cubique, celui qui contient mille sept cent vingt-huit pouces cubes ou solides. Le pied cube de plomb pur pèse 794 livres 10 onces 4 gros 44 grains, Buffon, Min. t. v, p. 264.

    Un pied de terre, une très petite portion de terre. Sans y posséder un pied de terre, Bossuet, Hist. II, 2.

    Par exagération. Elle a un pied de rouge sur le visage, se dit d'une femme extrêmement fardée. La divine Arpalice avait quarante-huit ans, un pied de blanc, des sourcils peints, Genlis, Veillées du château t. III, p. 377, dans POUGENS.

    On dit de la même façon : un pied de crotte. Chacun avec un pied de crotte, Scarron, Virg. IV.

    Un pied de nez, un nez extrêmement long. Il est connu par un pied de nez et par une aune et demie de barbe, Guez de Balzac, le Barbon.

    Faire un pied de nez, avoir un pied de nez, voy. NEZ, n° 1.

    Tirer la langue d'un pied de long, voy. LANGUE, n° 1.

    Par exagération. Il voudrait être à cent pieds sous terre, c'est-à-dire il est si confondu qu'il voudrait pouvoir se cacher à tout le monde. Jenni aurait voulu être à cent pieds sous terre, Voltaire, Jenni, VII.

    Par imprécation. Je voudrais que cet homme fût à cent pieds sous terre, je voudrais qu'il fût mort.

    Fig. Avoir d'une chose cent pieds par dessus la tête, en être tout à fait dégoûté. Monsieur a de mademoiselle cent pieds au-dessus de la tête, Th. Leclercq, Proverb. t. IV, p. 78, dans POUGENS.

    Passer cent pieds par-dessus la tête, être infiniment supérieur. Celui-ci [le traité de la Prière continuelle, de Hamon] …est si spirituel, si lumineux, si saint, qu'encore qu'il nous passe cent pieds par-dessus la tête, il ne laisse pas de nous plaire et de nous charmer, Sévigné, 26 oct. 1689.

    Fig. Cent pieds au-dessus de la tête, sans ressources, sans espoir. Malheureux girondins ! s'écriait-il [Danton], ils nous ont précipités dans l'abîme de l'anarchie, ils en ont été submergés, nous le serons à notre tour, et déjà je sens la vague à cent pieds au-dessus de ma tête, Lamartine, Hist. des girondins, XLV.

    Fig. Si vous lui donnez un pied, il en prendra quatre, se dit d'un homme qui abuse de l'indulgence ou de la facilité qu'on a pour lui. Laissez-leur prendre un pied chez vous, Ils en auront bientôt pris quatre, La Fontaine, Fabl. II, 7. Pour un pied qu'on lui donne elle ose en prendre quatre, Th. Corneille, D. Bertr. de Cig. IV, 1.

  • 24Règle sur laquelle sont gravées les divisions du pied. Un pied en chêne, en ivoire.
  • 25 Fig. Mesure, base, établissement. Il réforme à son pied les humeurs de la cour, Régnier, Sat. X. Est-ce au pied du savoir qu'on mesure les hommes ? Boileau, Sat. VIII. Ce fou qui réduit tout au pied de la chicane, Racine, Plaid. III, 2. Le roi donnait à Mme de Montespan 12000 louis d'or tous les ans, sur quelque pied que les louis fussent, Saint-Simon, 168, 256. Il me paraît impossible, d'un côté, que cet ouvrage [l'Encyclopédie] se continue sur le même pied qu'auparavant ; de l'autre, qu'il puisse se continuer sur un autre pied, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 8 févr. 1757.

    Sur le pied de, avec le caractère de. Nos troubles l'avaient mis sur le pied d'homme sage, Molière, Tart. I, 2.

    Sur le pied de, à raison de, à proportion de, conformément à. Et veulent, sur le pied de nous être fidèles, Que nous soyons tenus à tout endurer d'elles ? Molière, Éc. des f. IV, 8. Ces femmes… qui veulent conduire doucement les affaires qu'elles ont sur le pied d'attachement honnête, Molière, Impromptu, 1. Rendez compte de votre dépense, qui vous sera allouée dans ce jugement [de Dieu], non sur le pied de vos convoitises… mais sur les règles de la modestie, Bossuet, Sermons, Nécessités, 2. Il me reçut dans sa maison sur le pied de cinquante pistoles d'appointements, Lesage, Bach. de Salam. ch. 10.

    Prendre pied sur, s'autoriser de. Tout père frappe à côté ; Qu'arriva-t-il ? notre engeance Prit pied sur cette indulgence, La Fontaine, Fabl. VIII, 20. De peur que, sur votre faiblesse, il ne prenne le pied de vous mener comme une enfant, Molière, Fourber. I, 4.

    Au petit pied, en petit, en raccourci. Réduire un plan au petit pied.

    Fig. Votre état est une mer où je m'abîme… quand j'y compare mes affaires réduites au petit pied, je crois regarder par un microscope, et je me crois riche…, Sévigné, 12 juil. 1690. On a prétendu qu'à ces premiers états de Blois les députés des trois ordres avaient été chargés d'une instruction approuvée du roi, portant que les cours des parlements sont des états généraux au petit pied, Voltaire, Hist. parlem. XXIX. Il faut que tu saches que nous avons ici [dans une petite sous-préfecture] un faubourg Saint-Germain au petit pied, Ch. de Bernard, Un acte de vertu, III.

    Fig. Être réduit au petit pied, être réduit à ne pouvoir plus faire de dépense. Il faut qu'une femme riche se réduise toute sa vie au petit pied, pour replâtrer leurs affaires, Gherardi, Théât. ital. t. I, p. 199.

    Être sur un grand pied, être un personnage considérable. Il est sur un grand pied dans le monde. [Au XIVe siècle] les souliers d'un prince avaient deux pieds et demi de long ; ceux d'un haut baron, deux pieds, et ceux d'un simple chevalier un pied et demi ; d'où nous est restée sans doute cette expression : Il est sur un grand pied dans le monde, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 287, dans POUGENS. (Cette explication n'est pas justifiée ; pied veut dire ici mesure, base, établissement.)

    Cette maison est montée sur un grand pied, on y fait une grande dépense.

    Être sur un bon pied, sur le bon pied, être dans une position avantageuse, honorable.

    Être sur un bon pied dans le monde, y être en estime et considération.

    Dans un sens opposé, être dans le monde sur un mauvais pied.

    Un certain pied, une certaine considération. Cela acheva de l'introduire à l'hôtel du Luxembourg sur un certain pied, Rousseau, Conf. x.

    Être, se mettre sur un tel pied avec quelqu'un, avoir, prendre avec lui telle manière d'agir. Sur quel pied êtes-vous ensemble ? MM. Dangeau et Langlée ont eu de grosses paroles… Dangeau menaça ; Langlée repoussa l'injure par lui dire qu'il n'était pas sur le pied, dans le monde, d'un homme redoutable, Sévigné, 5 janv. 1672. L'autre jour, Madame et Mme de Monaco prirent d'Hacqueville pour s'en aller courir les rues incognito… comme Madame n'est point sur le pied d'être galante, elle se joue parfaitement bien de sa dignité, Sévigné, 19 juill. 1675. Beringhen était sur le pied qu'on pouvait se fier à son secret et à sa parole, Saint-Simon, 9, 105. Il [l'empereur Léopold] négocia avec Louis XIV, à Ryswick, sur un pied d'égalité qu'on n'attendait pas après la paix de Nimègue, Voltaire, Ann. Emp. Léopold. Ils étaient sur le pied de se faire l'un à l'autre des présents, Rousseau, Hél. VI, 14. Sa femme encore plus adroite s'était tellement insinuée dans les bonnes grâces de sa maîtresse, qu'elle était plutôt chez elle sur le pied d'une amie que d'une femme à ses gages, Rousseau, Confess. II. Être sur le pied de, passer pour. Il était sur le pied d'un homme de condition. On ne veut pas d'une piété qui se fasse remarquer et qui nous mette sur le pied d'homme extraordinaire, Massillon, Myst. Visitat.

    Se mettre sur le pied d'un homme de qualité, s'ériger en homme de qualité.

    Sur le pied où sont les choses, et, absolument, sur ce pied, sur ce pied-là, c'est-à-dire les choses étant ainsi, avec ces conditions. …Pour elle sa tendresse Devint bonne amitié ; sur ce pied notre amant L'allait voir fort assidûment, La Fontaine, Pet. chien. C'est son humeur, il le faut prendre sur ce pied-là, Sévigné, 12 juil. 1675. Vous me parlez de votre amitié ; je crois qu'elle est très forte, et je vous aime sur ce pied-là, Sévigné, à Mme de Grignan, 11 oct. 1673. M. de Cambrai voulait que je visse l'écrit que vous m'avez remis entre les mains ; puis-je lui écrire sur ce pied-là ? Maintenon, Lettre au card. de Noailles, 16 août 1697. Sur ce pied-là, j'avance hardiment que les oracles… n'ont point été rendus par les démons, Fontenelle, Oracles, Introd.

    Le pied de paix, le pied de guerre, état militaire réglé pour la paix, pour la guerre.

    Sur le pied de paix, sur le pied de guerre, conformément à ce qui a été réglé pour le temps de paix, pour le temps de guerre. Mettre un régiment sur le pied de guerre.

  • 26 Terme de versification ancienne. Un pied, certaine disposition de longues et de brèves.

    Terme de versification française. Un pied, deux syllabes ; ainsi notre alexandrin qui a douze syllabes, est un vers de six pieds, et le vers de sept syllabes est un vers de trois pieds et demi. Entends ces vers sans harmonie Victimes de la tyrannie, Qui te redemandent des pieds, Lamotte, Odes, t. I, p. 412, dans POUGENS. Comme il y avait toujours dans ses vers quelques pieds de plus ou de moins qu'il ne fallait, il les faisait corriger moyennant vingt louis d'or par chanson, Voltaire, Jeannot et Colin. Et je retrouve encore Trois pieds d'un vers charbonnés sur le mur, Béranger, Grenier.

  • 27Bain de couleur qu'on donne à une étoffe. Pied de pastel. Qu'à toutes les étoffes teintes en bon teint, il soit laissé une rose de la couleur qui aura servi de pied, et que toute la pièce soit teinte en pied, c'est-à-dire en fond de la même couleur que ladite rose, Instructions aux jurés drapiers, août 1669.

    Avoir le pied de levain, se dit, parmi les brasseurs, de la bière où la drèche est en quantité suffisante.

  • 28 Terme de féodalité. Pied de fief, fief démembré.
  • 29Pied de bœuf, jeu d'enfants où, les mains étant mises les unes au-dessus des autres, celui qui a la sienne dessous, en la plaçant, compte un, celui d'après compte deux, et ainsi de suite jusqu'à neuf ; et celui qui compte neuf dit, en saisissant la main de quelqu'un des autres : Je retiens, ou je tiens mon pied de bœuf.
  • 30Nom de quelques instruments.

    Pied-de-biche, petit levier en fer, dont une extrémité présente un talus et une fente : on l'emploie pour arracher les clous qu'on ne peut enlever à la tenaille.

    Pied-de-biche, instrument de dentiste.

    Pied-de-biche, pinceau en blaireau plat pour lisser les couleurs sur la porcelaine.

    Pied-de-biche, se dit, chez les horlogers, d'une détente brisée dont le bout fait bascule, dans un sens seulement.

    Pied-de-chat, instrument pour visiter et sonder les bouches à feu.

    Pied-de-chèvre, levier de fer dont l'une des extrémités est faite en pied de chèvre.

    Pied-de-chèvre, pièce de bois qui sert aux charpentiers à assembler les deux montants de la machine qu'on appelle chèvre.

  • 31Nom de quelques animaux.

    Pied d'âne, coquille du genre spondyle.

    Pied de cheval, grande espèce d'huître.

    Pied gris, l'alouette de mer ordinaire.

  • 32Pied entre dans le nom de différentes plantes.

    Pied-d'alouette, plante qui sert à orner les jardins, genre delphinium, renonculacées.

    Pied-de-chat, plante synanthérée dont les fleurs entrent dans les espèces dites pectorales, gnaphalium dioicum.

    Pied-de-chèvre, le boucage.

    Pied-de-coq, le panis crête de coq, la renoncule rampante, et aussi la clavaire coralloïde.

    Pied-de-corbin, la renoncule âcre.

    Pied-de-griffon, espèce d'ellébore.

    Pied-de-lion, un des noms donnés à l'alchimille vulgaire, rosacées.

    Pied-de-loup, lycopode.

    Pied-d'oiseau, ornithopode.

    Pied-de-poule, un des noms vulgaires du panic dactylon (graminées), dit aussi chiendent pied-de-poule.

    Pied-de-veau, un des noms vulgaires de l'arum vulgaire (aracées).

  • 33À pied, loc. adv. Pédestrement, au moyen de ses pieds. …Ils lui prirent en somme Chapeau, casaque, habit, bourse et cheval, Bottes aussi : vous n'aurez tant de mal D'aller à pied, lui dirent les perfides, La Fontaine, Or. Il fallut qu'Aman marchât à pied devant Mardochée, et qu'il fût le héraut de sa gloire dans toutes les places publiques, Bossuet, Polit. X, II, 5. Le comédien couché dans son carrosse jette de la boue au visage de Corneille, qui est à pied, La Bruyère, XII. Le sieur de Lahaie, qui a vécu cent vingt ans, était né en France ; il avait fait par terre et presque toujours à pied le voyage des Indes, de la Chine, de la Perse et de l'Égypte, Buffon, Suppl. à l'hist. nat. Œuvr. t. XI, p. 133.

    Être à pied, n'avoir point de voiture, d'équipage. Il a vendu sa voiture, il est maintenant à pied.

    Fig. et familièrement. Être à pied, avoir perdu son emploi, sa position.

    On l'a mis à pied pour six mois, on l'a suspendu de son emploi pour six mois.

    Loger à pied et à cheval, se dit d'un aubergiste qui reçoit les piétons et les cavaliers.

    Aller à beau pied sans lance, voy. LANCE, n° 2.

    Aller où le roi va à pied, aller à ses nécessités.

    Fig. Chercher quelqu'un à pied et à cheval, le chercher partout.

  • 34Pied à pied, loc. adv. Pas à pas, graduellement. Vous ne vous rebutez point, et pied à pied vous gagnez mes résolutions, Molière, Bourg. gent. III, 18. Il fallut que Charles VII regagnât pied à pied son royaume, Voltaire, Mœurs, 80.

    Défendre un poste, un passage pied à pied, le défendre en résistant toujours et en ne reculant que lentement devant l'ennemi qui avance. La nécessité de disputer pied à pied le terrain étroit de la Hollande fit perfectionner l'art de fortifier les villes, Raynal, Hist. phil. II, 2.

    Fig. Aller pied à pied dans une affaire, la conduire avec circonspection, et dans l'ordre convenable pour en assurer le succès.

    Fig. Avancer pied à pied dans une affaire, s'en occuper toujours en faisant quelque progrès.

    Substantivement. La faveur du roi, ils [du Maine et Maintenon] en étaient redevables à l'adresse, à l'artifice, au pied à pied, à la persévérance, Saint-Simon, 363, 38.

  • 35De pied ferme, loc. adv. Sans quitter son poste, la place. Oui, monsieur, je m'étais rendu ici pour vous attendre de pied ferme, Molière, l'Av. II, 1. Comment, vous reculez ! pied ferme, morbleu ; pied ferme ! Molière, Fourber. II, 9.

    Terme d'escrime. Se battre de pied ferme, rester exactement à la même place en faisant des armes.

    Dans les manœuvres militaires, conversion de pied ferme, celle dont le pivot est fixe.

  • 36D'arrache-pied, loc. adv. Voy. ARRACHE-PIED.
  • 37Plain-pied, voy. PLAIN.

PROVERBES

Les petits pieds font mal aux grands, se dit d'une femme qui est en mal d'enfant.

Six pieds de terre suffisent pour le plus grand homme.

SYNONYME

AU PIED, AUX PIEDS. Au pied signifie au bas ; aux pieds ne se dit généralement que des personnes. Ainsi on dit cette ville est au pied des Pyrénées, et non aux pieds.

HISTORIQUE

XIe s. Si ço avent [advient] que alquent [quelqu'un] colpe le poin à altre u le pied…, Lois de Guill. 13. En piez se dresse, si lui vint contredire, Ch. de Rol. XI. Ne vus ne il n'i porterez les piez, ib. XVIII. Franceis se dressent, si se mettent sur piez, ib. LXXXVIII. Grant demi pied mesurer i put hom, ib. XCII. Sire, à pied estes, et je sui à cheval, ib. CLVII. S'en ma mercit [il] ne se culche à mes piez, ib. CLXXXIX.

XIIe s. Le defendrai à cheval et à pied, Ronc. p. 186. Piez et poing au felon lui faites bien lier, ib. p. 201. Un henap d'argent à piet, Testament de 1200, dans TAILLIAR, Recueil, p. 8. Jà n'en reviendra piez [homme], se nous estiens cent, Sax. XX. Costume est que cil offrent, qui viennent el present L'apostolie [pape] à sun pié, aveir, or u argent, Riche vaisselement u buen aornement, Th. le mart. 57. Henri mun fil vus voil e la garde chargier ; Plain pié de terre n'ai : si m'irai purcacier, ib. 115.

XIIIe s. Il rompi la mer Rouge et les mena par mi, sec pié, Psautier, f° 93. Prenez une herbe en la saisun, Qu'on apele pié de liun, Ms. St-Jean. Li arbres ù li hons seoit Chaï [tomba], por chou [ce] k'il n'ot pooir Estre plus longhement en haut ; Car par desous li piés li faut : Li piés li faut, li hons chaï, Et li dragons l'a englouti, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 72. On ne doit pas à trop haut amour tendre, Ne son pié plus que son mantel estendre, Anc. poés. fr. Vatic. n° 1490, f° 42, dans LACURNE. Qui tous jours me batoit et de poins et de piés, Berte, XLVIII. Li connestables vint à l'empereour, et mist pié à terre si tost comme il le vit, H. de Valenciennes, XXXIII. Li castelains dist bien que il n'i meteroit le pié, H. de Valenciennes, XIV. Joinz piez saut de la fosse hors, Ren. 29762. Se hons de poesté apele home de poesté, il se combat à pié, Beaumanoir, LXI, 10. Si tost come les desquelles des heritages sont levées ou li pié copé de tix [telles] qui tiennent à rachine, ce qui pooit devant estre dit heritages, doit estre apelés muebles, Beaumanoir, XXIII, 9. Et quant les Sarrazins nous virent mettre pié en estrier, ils s'enfuirent, Joinville, 228. Quant nous feumes alé jusques en mi le flum, si trouvames terre là où nos chevaus pristrent pié, Joinville, 224. XIVe s. Là moururent Englois, que pié n'en eschapoit, Guesclin. 1034. Chascun tenoit la lance et l'escu embrassa, Et viennent pié à pié à ceux de par deçà, ib. 11766. A Bertran, dit Henris, se je suis à pié mis [si j'éprouve la déconvenue], Que, sans avoir Toulette [Tolède], serez ci departis, ib. 17044. Pas ne doit trop chanter chieus [celui] qui à cheval va ; Ne trop plourer ossi [aussi] li homs qu'à piet sera, Baud. de Seb. IX, 910. Un pié d'or à mettre un voirre [verre], et le couvescle de mesmes, à façon d'un soleil, et est le pommeau du pié garny de seize perles, De Laborde, Émaux, p. 439. Les piedz de cerfs, des noires bestes et des leups sont appelés traces, Modus, f° VII.

XVe s. Vous devez savoir que ceux et celles qui dormoient en leurs lits dedans Audenarde, furent moult esbahis ; ni nul n'y mettoit defense ; car ils estoient pris soudainement sur un pied, par quoi il n'y avoit point de recouvrer, Froissart, II, II, 213. L'eglise Notre-Dame de Reims fut à cette heure de la messe si pleine de nobles, que on ne savoit son pied où tourner, Froissart, II, II, 74. Et estoient en la cité de Paris de riches et puissants hommes armés de pied en cap, la somme de trente mille hommes, Froissart, II, II, 151. Et contremanda ses officiers jusques à tant qu'il auroit vu de quel pied le roi anglois voudroit aller avant, Froissart, I, I, 63. Or regardez si le duc de Bretagne et messire Pierre de Craon en bref terme estoient revenus sur leurs pieds [sains et saufs], Froissart, III, 4, 30. À vieillesse tenir pié ne pourrai, Orléans, Songe en compl. Dont quant à moy je tien que c'est grant sens, D'avoir à court un pié hors et l'autre ens, Deschamps, Ball. s. la cour. Avoient toutefois port et pied en cour, pour estre defendus et garantis, par l'argent qu'ils en distribuoient, Chastelain, Chron. des ducs de Bourg. III, 95. Et jugez entre vous qui ce oyez, si il doibt grand honneur avoir, d'oser tenir pied contre tant d'ennemis, Bouciq. II, 22. Si la personne d'ung petit chevalier comme je suis vous peult ayder, je mettray mon pied avesques le vostre. Sire, dist Lyonnel, la vostre bonne mercy, je ne reffuse pas vostre ayde et secours, Perceforest, t. III, f° 85. Passelion, voyant ce chevalier, monta à cheval, affin qu'il ne fust prins à pied levé, ib. t. V, f° 26. Nous prendrons pied à vous [nous nous modèlerons sur vous] ; car, à cette foys, vous nous devez monstrer l'entrée de proesse, ib. t. IV, f° 59. Pour ce dit vray le proverbe, que à grant peine peut fuyr celluy qui a les pieds cuictz, ib. t. IV, f° 22. Mais j'en congnois d'autres, qu'autant Vauldroit le pied comme la main ; Bien disent : je payeray demain ! Rec. de farces, etc. p. 136. Ma commere, fait l'autre, ne lui acoustumez pas ainsi à vous lesser mectre sous les piez, Les 15 joyes de mariage, p. 23. Et par ainsi leur emprise demoura sur pieds, J. de Saintré, 55. Par la morbieu ! beau pere, vous ne partirez jamais d'ici, sinon les pieds devant, se vous ne confessez verité, Louis XI, Nouv. XXXII. …Et tant que pieds le purent porter, il s'en court vers ce preau, Louis XI, ib. XLVI.

XVIe s. Le Lombard estoit moult bon joueur de hache, et avoit tousjours l'œil à la marche de son homme pour le vouloir prendre à pié levé, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, p. 273, dans LACURNE. Par sa bonté infinie il [Dieu] met sous le pied toutes nos fautes et les abolit, Calvin, Instit. 237. Ô que trois et quatre fois heureux sont ceux qui plantent choux… car ils ont toujours en terre ung pied ; l'aultre n'en est pas loing, Rabelais, IV, 18. Gargantua… gaignoit au pied, tiroit au chevrotin, comptoit sans son hoste…, Rabelais, I, II. La coustume establit en nous, peu à peu, le pied de son autorité, Montaigne, I, 105. La sentence pressée aux pieds nombreux de la poësie s'elance bien plus brusquement, Montaigne, I, 155. Prendre pied [passer en habitude], Montaigne, I, 194. L'avis des medecins estoit qu'elle changeast d'air ; et ce, en attendant que les petits pieds sortissent [qu'elle accouchât], Despériers, Contes, V. Et prenant pied [croyant, s'arrêtant] à ce que les autres filles lui avoient dit, il voulut…, Despériers, ib. CXXIX. Je puisse mourir de male mort, si je ne vous fais mettre en lieu où vous ne verrez vos piedz de troys moys [en prison], Despériers, Cymbal. 84. De gros valets, ayans un pied de barbe, Lanoue, 231. En somme, les bien avisez marcheront, s'ils m'en croyent, en ces desseins volontaires, avec le pied de plomb, Lanoue, 190. Il ne faut que frapper du pied en terre, pour en faire sortir les legions armées, Lanoue, 262. Quand Sa Majesté ne voudroit entretenir que quatre legions seulement, et suyvant le pied ancien, Lanoue, 273. Soustenir de pied ferme un effort, Lanoue, 324. Les Romains, sous couleur des alliances, mirent le pied en la Grece et en la Gaule, lesquels païs ils assujettirent depuis, Lanoue, 371. En nos debats civils on y remarque quelquefois de beaux exploits militaires, encores qu'ils ayent esté au petit pied, Lanoue, 443. Marcher de pied droit [franchement, justement] dans une affaire, Lanoue, 556. Ne pensant pas qu'on le deust prendre au pié levé [au mot] comme l'on dit, Lanoue, 667. Il ne le laissa pas en repos, ains le poursuivant au pied levé, comme l'on dit communement, Amyot, Cimon, 19. Or s'estoient ilz logez au pied du mont de Cithoeron, Amyot, Arist. 33. Ains (comme l'on dit en commun proverbe) il lui saultoit à deux pieds sur le ventre, Amyot, Lucul. 21. Ses gens de pied, Amyot, ib. 21. Seleucus tout effroyé se jetta incontinent en piedz [se leva] et feit sonner l'allarme, Amyot, Démétr. 70. Pié-gris [terme d'injure], D'Aubigné, Faen. III, 22. Il faut aller à pied de plomb, et en ce faisant on va quelquefois à pied de veau, D'Aubigné, ib. IV, 3. Il despesche à l'empereur, lui mande que l'armée laschoit le pied, D'Aubigné, Hist. I, 22. Ceux du milieu qui n'avoient pas cette esperance de sauver les vies se battent à pied tenu, D'Aubigné, II, 81. 1600 hommes aiant le pied marin, D'Aubigné, ib. II, 293. [Dieu, n'enverras-tu point] du throsne où tu te sieds Et la mort et l'enfer qui dorment à tes pieds ? D'Aubigné, Tragiques, misères. Et seray tousjours pied-àpied de vostre personne le jour, et me ferez lyer la nuict, et attacher comme il vous plaira, Carloix, VI, 46. Du vice des jambes dont les malades sont appellés vari et valgi : le patient est nommé varus, quand le pied est tourné vers le dedans… quand le pied est tourné vers la partie extérieure, on nomme le patient qui a tel vice valgus ; et l'un et l'autre vice est nommé du vuigaire pied-bot, Paré, XVII, 11. Pied plat ou depoulé, Paré, ib. Instruments dits pieds de griffon, propres pour extraire le teste d'un enfant demeurée dans le ventre de sa mere, Paré, XVIII, 33. Le miel tient pied au sucre [le vaut], jusques au liquide ; mais de passer plus outre au sec, ne se peut, n'aiant le miel la faculté de s'endurcir, De Serres, 874. Pied d'alouette, basilic et autres menues herbes, De Serres, 536. Aucuns appliquent une herbe caustique, nommée pied-decorbin, qui engendre sur le lieu une vessie, De Serres, 950. Le grand fossé, à telle cause [pour dessécher la terre], est appellé mere, et tous ensemble, piedde-geline, pour la conformité qu'ils ont, ainsi disposés, à la figure du pied de cest animal, dont les griffes tendent au tronc de la jambe, De Serres, 68. De teste en pied le corps lui frissonnoit, Ronsard, 643. [Nous] Errons, comme tu vois, sans biens et sans maisons, Où le pied nous conduit…, Ronsard, 677. Tousjours, en quelque temps qu'il face, Mieux vallent pieds que eschasses, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 273. Sera la ditte declaration escrite et signée tant par le dit nottaire que tesmoings au pied ou au doz de la ditte escriture, Coust. génér. t. I, p. 842. Après le pied couppé et la lieure faitte des ablays [récoltes], ib. p. 717. Succession proprietaire prendra pied [commencera] au jour du trespas de celuy…, ib. p. 827. Ceux qui se sont trouvés quelque fois au caquet des femmes, quand elles ont les pieds chauds…, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 64, dans LACURNE. Cette proposition ne peut estre du commencement digerée, ores que quelques uns y condescendissent de franc pied, Pasquier, Lett. t. II, p. 297. Et comme s'il eust esté transy, demeura quelque espace sans remuer pied ny main, D. Flores de Grece, f° CXLVI. Après avoir courageusement avallé icelles pillulles, elles firent telles operations que, le lendemain, il fut sus les pieds aussi prest à boire que devant, Tahureau, Dial. p. 91, dans LACURNE. Assez escorche qui tient le pied, Cotgrave Mieux vaut glisser du pied que de la langue, Cotgrave Qui veut aller les pieds nuds ne doit semer des espines, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PIED.
8Ajoutez :

Faire le pied, reconnaître la bête par la trace que son pied a laissée. Dès qu'un animal est signalé, on attend une pluie pour faire ce qu'en termes de chasse on nomme le pied, et le lendemain l'attaque a lieu en plein jour, Journ. offic. du 21 fév. 1874, p. 1427, 1re col.

38 Dans le travail de la dentellière, gros fil auquel la dentelle est suspendue ; c'est comme un abrégé de l'engrelure, Ch. Blanc, l'Art dans la parure, p. 280.
39Tenir pied, suivre sans perdre de terrain. La production [du tabac] ne marche pas aussi rapidement que la consommation ; elle a peine à lui tenir pied, Journ. offic. 22 déc. 1872, p. 8010, 2e col.
40 Populairement, marcher à pied de bas, marcher sur ses bas, sans souliers. Mme Perrin : J'ai vu les chaussettes trouvées chez moi ; il y avait de la boue sous les chaussettes, comme si on avait marché à pied de bas, Gaz. des Trib. 14 mars 1873, p. 250, 1re col.
41 Fig. Perdre les pieds, piétiner d'impatience, brûler de partir, souhaiter ardemment une chose. Laisse-le s'en aller, tu ne vois pas qu'il perd les pieds ? Elle désire tant se marier qu'elle en perd les pieds, Delboulle, Gloss. de la vallée d'Yères, p. 258. C'est une vieille locution : XVIe s. Et d'adventure il y avoit un curé en la ville, qui estoit tant amoureux de cette belle painctresse, qu'il en perdoit les piés, Nicolas de Troyes, p. 88.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pied »

Du moyen français pied, de l’ancien français pié, du latin pĕdem, accusatif singulier de pĕs, (« pied », « patte »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon,  ; provenç. pe ; catal. peu ; espagn. pie ; portug. pe ; ital. piede ; du lat. pes, pedis ; de même radical que le grec ποῦς, ποδὸς ; goth. fôtus ; ancien haut-allem. fuoz ; all. Fuss ; angl. foot ; sanscr. pad ; zend, padha. La racine est pad, tomber, aller vers ; le grec ποῦς est pour ποδ-ς. M. Dübner dit dans l'article Métrique du Supplément à l'Encyclopédie moderne que le nom de pied dans les vers vient de ce qu'on en marquait le temps fort en frappant du pied ; cette origine n'est pas généralement admise. Il est beaucoup plus probable que, le pied étant chez les anciens la mesure la plus usitée, on l'a appliqué dans ce sens à l'évaluation des vers.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pied »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pied pje

Citations contenant le mot « pied »

  • Dans un pouvoir despotique, la main lie le pied ; dans une démocratie, c'est le pied qui lie la main. De Proverbe africain
  • Même un cul-de-jatte peut prendre son pied ! De Pierre Doris
  • Oh dur, c’est pas le pied ! De Robert Zemeckis / Retour vers le futur 2, Marty Mcfly
  • Je me lève aussi facilement du pied gauche que du pied droit : je ne fais pas de politique. De Francis Blanche / Pensées, répliques et anecdotes
  • Traînant l'aile et tirant le pied. Jean de La Fontaine, Fables, les Deux Pigeons
  • Ce qu'on donne aux méchants, toujours on le regrette […] Laissez-leur prendre un pied chez vous, Ils en auront bientôt pris quatre. Jean de La Fontaine, Fables, la Lice et sa Compagne
  • A chaque pied son soulier. De Michel de Montaigne / Essais
  • Lorsqu’on achète des souliers, on s’informe du pied. De Proverbe chinois
  • Celui qui n'a pas bon pied part avant. De Proverbe guadeloupéen
  • Le mal vient à cheval et le bonheur à pied. De Proverbe français
  • Les vertus sont à pied et le vice à cheval. De Proverbe français
  • Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer. De Proverbe breton
  • Donnez le pied à un nègre, il prend la main. De Proverbe martiniquais
  • Le pied de la poule ne tue jamais ses enfants. De Jean-Marie Adiaffi / La Carte d'identité
  • Mieux vaut glisser du pied que de la langue. De Proverbe français
  • Celui dont le pied glisse montre le chemin à beaucoup. De Proverbe turc
  • La société Thirard dans le Vimeu commercialise depuis peu une poignée de porte qui s'ouvre avec le pied. Un objet destiné au départ aux personnes handicapées et qui va trouver d'autres usages pour lutter contre le coronavirus. France Bleu, La relance éco : un ouvre-porte avec le pied, objet anti-covid, fabriqué dans le Vimeu
  • Sous la maîtrise d’ouvrage du Syndicat départemental d’énergies et d’électricité 66 (Sydeel), l’entreprise Jocaveil est en train de procéder à l’enfouissement des réseaux d’électricité et de téléphone au lieu-dit Les Horts del Mariot. Ce sont plus de 400 mètres de câbles aériens qui vont disparaitre du paysage et valoriser ainsi ce quartier du village situé au pied des premiers contreforts du massif du Puigmal. Le coût de cette opération est de 48 000 euros et a reçu le financement du Sydeel 66, d’Enedis, du conseil régional Occitanie, du conseil départemental et de la commune d’Err. Le chantier devrait être terminé fin septembre. lindependant.fr, Au pied du Puigmal - lindependant.fr

Images d'illustration du mot « pied »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pied »

Langue Traduction
Anglais foot
Espagnol pie
Italien piede
Allemand fuß
Chinois 脚丫子
Arabe قدم
Portugais
Russe нога
Japonais
Basque oinez
Corse u pede
Source : Google Translate API

Synonymes de « pied »

Source : synonymes de pied sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pied »

Partager