La langue française

Pinceau

Définitions du mot « pinceau »

Trésor de la Langue Française informatisé

PINCEAU, subst. masc.

A. − Touffe, souvent effilée, de poils ou de fibres souples serrés par une virole au bout d'un manche, servant à étendre en couche mince une substance liquide ou semi-liquide sur un support. Pinceau fin; trait de pinceau; laver, nettoyer un pinceau; petit pinceau; pinceau trempé dans; pinceau à colle, à vernis; pinceau à aquarelle, à lavis; pinceau à filets. J'ai pu m'assurer que l'emploi du pinceau, au lieu de la brosse [dans le Saint-Just de Rubens], a déterminé l'exécution lisse et plus achevée, c'est-à-dire sans plans heurtés (Delacroix,Journal, 1853, p.11).Pietro (...) trempait son pinceau chargé de couleur dans un godet plein d'eau, avant d'en frotter l'enduit de la muraille (A. France,Lys rouge, 1894, p.139).V. barbouiller ex. 1:
1. Albert déposait palette et pinceaux, et nous nous mettions à causer. Albert me racontait sa vie (...). De sensibilité vive, mais le pinceau lourd et maladroit, tout ce qu'il peignait restait déplorablement en deçà de lui-même; il avait conscience de son impuissance, mais à chaque nouveau tableau, l'espoir d'en triompher par l'excès d'émotion l'exaltait. Gide,Si le grain, 1924, p.508.
Coup de pinceau. Une accumulation de petits coups de pinceau qui faisait penser à la technique des impressionnistes (Martin du G.,Souv. autobiogr., 1955, p.lxxiv).Donner le dernier coup de pinceau à (un tableau). Le terminer. Lorsque Laurent eut donné à la toile le dernier coup de pinceau, toute la famille se réunit pour crier à la ressemblance. Le portrait était ignoble, d'un gris sale, avec de larges plaques violacées (Zola,Th. Raquin, 1867, p.34).
Donner un/quelques coup(s) de pinceau. Mettre une couche de peinture. Coller du papier propre, planter des clous, donner quelques coups de pinceau, ce n'est quand même pas sorcier (Duhamel,Désert Bièvres, 1937, p.86).
P. méton. Manière de peindre, technique picturale. Quel dessin (...)! Et quel coup de pinceau! Un Courbet de la bonne époque (Duhamel,Nuit St-Jean, 1935, p.25).P. anal. Manière de décrire:
2. La description du mari d'Estelle m'a fait rire tout haut. Ça se voit. Vous avez des coups de pinceau à la Saint-Simon qui sont exquis. Flaub.,Corresp., 1872, p.383.
Tenir un pinceau. Tenir un pinceau dans sa main; p. méton., peindre. Un ancien ouvrier peintre, un vieillard de soixante-dix ans, qui habitait dans la maison une soupente, où il crevait de faim et de froid (...) il vivait au petit bonheur, depuis deux ans qu'il ne pouvait plus tenir un pinceau (Zola,Assommoir, 1877, p.552).Moi qui sais à peine tenir un pinceau, il me semble que si je vous peignais, rien qu'en représentant ce que je vois, je ferais un chef-d'oeuvre (Proust,Guermantes 2, 1921, p.502).
En pinceau(x). En forme de touffe de poils semblable à celle d'un pinceau. Les folioles du pin sont agrégées en pinceaux (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.181).Un vieux Chinois à la barbe en pinceau (Malraux,Cond. hum., 1933, p.256).
P. anal. On plonge dans le flacon qui les renferme un petit pinceau de charpie porté à l'extrémité d'un bâtonnet, et on applique ce pinceau sur les parties qu'on se propose de cautériser (Nélaton,Pathol. chir., t.1, 1844, p.40).Boîtes à poudre, avec leurs gros pinceaux de cygne (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz, 1864, p.164).
Pinceau à barbe ou à savon. Synon. vieilli de blaireau.Ce ne fut qu'en sentant sur son visage l'impression froide et humide du pinceau à savon qu'il [le barbier] fut rappelé à la situation présente (Nerval,Nouv. et fantais., 1855, p.17).Pendant qu'on se tenait devant nos petits miroirs avec le pinceau à barbe (Ramuz,Gde peur mont., 1926, p.258).Pinceau (à) maquillage. Votre maquillage réussi... Et dessiné avec précision avec ces pinceaux à lèvres (...). Les 5 pinceaux maquillage (Catal. Vitrine magique, 1987).
Arg. (de l'armée), vieilli. Balai. Les coups de pinceau que j'ai donnés dans notre corridor où ses marmots viennent faire le boucan (Vidal, Delmart,Caserne, 1833, p.197).
P. méton.
La peinture. C'est une des beautés les plus innocentes et les plus parfaites qu'ait produites le pinceau (Hugo,N.-D. Paris, 1832, p.508).Les artistes les mieux capables de rendre ses charmes par le pinceau (Blanche,Modèles, 1928, p.211).
Vivre de son/ses pinceau(x). Vivre en faisant de la peinture. Le désespoir de ne pas vivre de ses pinceaux (Zola,L'OEuvre, 1886, p.240).
Le peintre. Quel fidèle pinceau pourra m'offrir l'image De l'astre du printemps levé sur ce bocage (Michaud,Printemps proscrit, 1803, p.63).Comme un beau cadre ajoute à la peinture, Bien qu'elle soit d'un pinceau très vanté (Baudel.,Fl. du Mal, 1860, p.64):
3. Point n'aurais-je espéré que le pinceau fameux, Qui vêt de pourpre et d'or les princes de la terre, Voulût bien retracer les traits d'un pauvre hère. Barbier,Satires, 1865, p.46.
L'art du peintre. Pour peindre une bataille, il faut de ces puissants peintres qui aient du chaos dans le pinceau (Hugo,Misér., t.1, 1862, p.382).Delacroix, qui lui doit tant [à Gros], a dit l'audace de ses inventions et la vigueur de son pinceau (Hautecoeur,Art sous Révol. et Emp., 1954, p.102).V. aussi ex.1.
P. anal. Art de la description. Un incendie général vient éclairer les horreurs de cette nuit, que le pinceau seul de Virgile pourroit rendre (Chateaubr.,Essai, t.2, 1797, p.136).Pour donner aux objets tout leur jeu et leur relief, Molière ne craint donc pas de grossoyer; il a le pinceau, avant tout, dramatique (Sainte-Beuve,Port-Royal, t.3, 1848, p.230).Le pinceau coloriste de M. Thiers, dans ses descriptions de batailles (Goncourt,Journal, 1893, p.479).
B. − P. anal. (d'aspect)
1. Touffe de poils ou d'éléments comparables. Dans la Scyllée, Ce sont des pinceaux de filamens, dispersés sur des feuillets charnus (Cuvier,Anat. comp., t.4, 1805, p.424).Les oreilles hérissant leurs pinceaux de poils (Pergaud,De Goupil, 1910, p.145).[Le nerf maxillaire supérieur] sort par le trou sous-orbitaire pour s'épanouir en un pinceau de terminaisons nerveuses (G. Gérard,Anat. hum., 1912, p.300).
[À propos de moustache ou de barbe] Il tirait et tordait nerveusement, sous une énorme moustache, un pinceau d'impériale grisonnante (Gide,Porte étr., 1909, p.538).Mordant son pinceau de moustache (Malègue,Augustin, t.1, 1933, p.130).
2. Pinceau (de lumière). Faisceau lumineux étroit. Des Hermies, qui l'entendait grimper, ouvrit la porte, jeta dans la nuit en spirale un pinceau de jour (Huysmans,Là-bas, t.1, 1891, p.205).Le soleil couchant, qui darde d'obliques pinceaux (Colette,Dialog. bêtes, 1905, p.130).L'un de nos hôtes qui s'était fait surprendre au passage des barbelés par le pinceau lumineux d'un phare (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.178).
PHYS., OPT. Faisceau de rayons provenant d'une source ponctuelle et traversant une ouverture réduite. Une source de rayons monochromatiques, formant un pinceau d'une certaine ouverture (M. de Broglie,Rayons X, 1922, p.115).Le faisceau lumineux qui arrive sur la plaque en une multitude de petits pinceaux (Civilis. écr., 1939, p.10-3).Il se forme au point d'impact du pinceau d'électrons de petites cavités qui diminuent l'intensité du rayonnement (Caillère, Hénin,Minér. argiles, 1963, p.88).
P. anal. Deux tuyaux de cheminée lançaient l'un des pinceaux d'une fumée verte, l'autre des bouffées d'une vapeur orangée (Duhamel,Terre promise, 1934, p.230).
C. − Pop. ou arg.
1. Pop., gén. au plur. Pieds, jambes. Synon. panards, pinces.Un garde-chasse Qui plus loin [au bord du même ruisseau] lavait ses pinceaux (Marcus,Quinze fables, 1947, p.11).Le Troquet (...) un large comptoir de six mètres, solide, épais, avec du cuivre rouge dessus. Y avait même une barre de cuivre dans le bas pour y poser les pinceaux (Le Breton,Razzia, 1954, p.21).
2. Arg. Membre viril. Il laissait entendre aux frangines qu'il avait un coup de pinceau mortel (Pt Simonin ill., 1957, p.223).
Prononc. et Orth.: [pε ̃so]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1165 peincel [de peintre] (Benoît de Ste-Maure, Troie, 22411 ds T.-L.); 1680 pinceau à la colle; pinceau à jasper (Rich.); 2. a) 1552 «art, travail du peintre» le pinceau et la plume (Ronsard, Odes, 5elivre, XI, 77 ds OEuvres, éd. P. Laumonier, t.3, p.179); b) 1690 «le peintre lui-même» (Fur.: Poussin étoit un sçavant pinceau); 3. 1609 «(en parlant d'un écrivain) art de peindre, de décrire» donner quelques traicts de pinceau (Régnier, Satires, XI, 130, éd. G. Raibaud, p.136); 1665 coup de pinceau (Molière, Don Juan, I, 1); 4. 1761 p. anal. «touffe de poils» (Buffon, Hist. nat., t.9, p.231). B. 1. Conchyliol. [1555 penicillus marinus, G. Rondeletii Universae aquatilium historiae pars saltera, Lugduni, ap. M. Bonhome, p.11] 1558 pinceau de mer (G. Rondelet, 2epartie de l'Hist. entière des poissons, Lion, Mace Bonhome, p.76: De la similitude des pinceaux desquels usent les peintres... j'ai appelé Pinceau de mer...); 2. 1691 pinceau optique; pinceau dioptrique (Ozanam, p.468); 3. 1800 arg. «pied» coup de pinceau (Gouffe et Duval, Cri-Cri, p.18 ds Quem. DDL t.19); 1962 id. «jambe» (Rob.). Du lat. vulg. *penicellus, issu, par substitution de suff., de penicillus (dér. de peniculus «brosse, pinceau», dimin. de penis «queue des quadrupèdes; brosse à peindre», v. penis) «pinceau de peintre; l'art du peintre, la peinture; la manière, la touche de l'écrivain». Le sens arg. B 3 est moins prob. issu du sens A 1 (la touffe du pinceau suggérant le pied; le manche suggérant la jambe), que tiré de pince* au sens de «partie antérieure du pied du cheval» et de l'arg. pincette*, plur. «jambes». Fréq. abs. littér.: 758. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1260, b) 1214; xxes.: a) 968, b) 914. Bbg. Chautard Vie étrange Argot 1931, p.423. _ Quem. DDL t.19.

Wiktionnaire

Nom commun

pinceau \pɛ̃.so\ masculin

  1. (Peinture) Instrument pour peindre, appliquer et étendre des couleurs, du vernis, etc., et qui consiste en un assemblage de poils attaché à l’extrémité d’une hampe, ou retenu au bout d’un tuyau de plume.
    • Donner le dernier coup de pinceau à un tableau, le terminer, l’achever entièrement.
    • Un régiment d’ouvriers et pas mal de jeunes apprentis colorent les images au pochoir. Armés d’un formidable pinceau, de forme spéciale, ils trempent d’un mouvement rythmé dans un pot de couleur pour le passer sur le patron. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • Puisque j'arrivais à tenir et à diriger un porte-plume, pourquoi pas aussi un petit pinceau ? En cachette, j’essayai, je m’évertuai, j’éduquai mes doigts et mon poignet et j’arrivai à un résultat relativement satisfaisant. — (Benjamin Vallotton, Le légionnaire héroïque, Librairie Payot, 1924, p. 43)
  2. Caractère de ce qui ressemble à un pinceau.
    • Des algues en pinceau.
  3. (Figuré) Art de peindre.
    • Il vivait de son pinceau.
  4. (Figuré) Manière de peindre.
    • L’aspect étrange que présentait cette réunion d’aventuriers aux traits sombres, […], offrait un tableau digne du crayon satirique de Callot, ou du pinceau de Salvator Rosa. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • L'Empereur vient d'accorder à l'église de Mézières sous Bellegarde, par l'entremise de Mgr le Grand Aumônier de sa Maison, un magnifique chemin de croix, dû au pinceau d'Alcan. — (Annales religieuses et littéraires de la ville et du diocèse d'Orléans, vol. 7, n° 14, du 6 avril 1867)
  5. (Physique) Faisceau de lumière.
    • Le pinceau d’un projecteur.
  6. (Familier) (Surtout au pluriel) Pied.
    • Il prend le cor tombé à ses targettes et Durendal son dard dans la palette. Puis le voilà à riper des pinceaux pour s'arracher fissa à ce coinstot. — (Hubert Lesigne, « La mort de Roland », dans Une araignée dans le patrimoine : exercice d'argomuche, Éditions Publibook, 2009, page 23)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PINCEAU. n. m.
Instrument dont les peintres se servent pour appliquer et étendre les couleurs, et qui consiste en un assemblage de poils de certains animaux, attaché fortement à l'extrémité d'une hampe, ou retenu au bout d'un tuyau de plume. Pinceau rond. Pinceau plat. Pinceau de poil de blaireau, de poil de martre, de soie de porc. Les pinceaux d'un peintre. Préparer les pinceaux. Nettoyer un pinceau. Donner un coup de pinceau. Donner le dernier coup de pinceau à un tableau, Le terminer, l'achever entièrement.

PINCEAU se dit quelquefois, figurément, de l'Art de peindre. Il vivait de son pinceau. Il se dit aussi, figurément, de la Manière de peindre. Pinceau hardi, vigoureux. La délicatesse de son pinceau. Il se dit, en termes de Physique, d'un Faisceau de lumière. Le pinceau d'un projecteur.

Littré (1872-1877)

PINCEAU (pin-sô) s. m.
  • 1Touffe de poins fortement pincés par un fil ou par une ficelle, à l'aide de laquelle on prend des couleurs, de la colle, et on les étale sur une surface. Donner un coup de pinceau.

    Donner le dernier coup de pinceau à un tableau, l'achever entièrement.

    Fig. Nous nous sommes plaints que la mort… a effacé, pour ainsi dire, sous le pinceau même, un tableau qui s'avançait à la perfection avec une incroyable diligence, Bossuet, Duch. d'Orl.

  • 2L'art même de la peinture. Et j'approuve les soins du monarque guerrier Qui ne pouvait souffrir qu'un artisan grossier Entreprît de tracer d'une main criminelle Un portrait réservé pour le pinceau d'Apelle, Boileau, Disc. au roi. Il est parvenu au point de vivre de son pinceau, Rousseau, Em. III.
  • 3Manière de peindre. Un pinceau hardi. On prétend qu'elle [une œuvre] est d'un pinceau vigoureux, Diderot, Salon de 1767, Œuvr. t. XV, p. 22, dans POUGENS.
  • 4 Fig. Il se dit des orateurs, des poëtes, des écrivains. Vous achevez des raisonnements et des réflexions d'un pinceau que j'aime et que j'estime, Sévigné, à Mme de Grignan, 6 août 1680. [ô toi] Qui, par les traits hardis d'un bizarre pinceau, Mis l'Italie en feu pour la perte d'un sceau, Boileau, Lutr. I. D'un pinceau délicat l'artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable, Boileau, Art p. III. Je me garderai bien d'examiner la chose en philosophe et de quitter le pinceau pour le compas ; mon unique but est de faire connaître le génie des poëtes anglais, Voltaire, Dict. phil. Rochester et Waller. On ne peut trop redire qu'il faut se défier du pinceau des contemporains, conduit presque toujours par la flatterie ou par la haine, Voltaire, Mœurs, 163. Albane et Raphaël, prêtez-moi le pinceau de la volupté ; divin Milton, apprends à ma plume grossière à décrire les plaisirs de l'amour et de l'innocence, Rousseau, Ém. v. Celui qui sera curieux de connaître la délicatesse et la vigueur du pinceau de Sénéque, Diderot, Claude et Nér. II, 33.

    Donner un coup de pinceau, indiquer quelques-uns des traits qui distinguent une personne, une chose. Je croirais faire tort à ce docteur nouveau, Si je ne lui donnais quelques traits de pinceau, Régnier, Sat. x.

    En un autre sens. Donner un coup de pinceau, lâcher quelque trait mordant, médisant. Ce satirique lui a donné un coup de pinceau.

  • 5 Par extension, pinceau se dit d'objets comparés, en raison de leur forme, au pinceau des peintres. Les oreilles du lynx sont surmontées, à leur extrémité, d'un pinceau de poils noirs, Buffon, Morceaux choisis, p. 237. La couleur remarquable des deux pinceaux de plumes qui s'étendent en arrière de ses oreilles [d'un oiseau-mouche], Buffon, Ois. t. XI, p. 44.

    En pinceau, en forme de pinceau.

    Par pinceaux, par places comme peintes. Il [l'aningha roux] a le cou et le dessus des ailes d'un fauve roux tracé par pinceaux sur un fond brun noirâtre, Buffon, Ois. t. XVI, p. 261.

  • 6 Terme de physique. Pinceau optique, pinceau de lumière, nom donné aux rayons qui, émanant d'un objet lumineux, passent par une ouverture étroite où ils sont comme pincés. Plusieurs pinceaux constituent un faisceau lumineux.
  • 7Espèce de brosse à l'usage du graveur.

    Terme de relieur. Sorte de brosse composée d'un manche de bois et de poil de sanglier ou de cochon.

HISTORIQUE

XIIIe s. Toute euvre enlevée doit estre faite de plastre à pincel, et sur la sele et sur l'escu, Liv. des mét. 209.

XVe s. Le verre est le pinceau duquel on t'enlumine [le nez], Basselin, 18.

XVIe s. Il le reçoit avec toute honnesteté, le fait diner, bien boire et chanter le beau pinceau [le verre à la main], D'Aubigné, Faen. III, 5. Pinceau à peindre le nez [un verre de vin], Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PINCEAU DE MER, (Hist. nat.) Pl. XX. fig. 15. insecte de mer mis au rang des zoophites. Il ressemble beaucoup par sa forme aux pinceaux des Peintres : il a une sorte de tuyau dur qui tient aux rochers de la mer par un ligament mou & lâche ; la substance intérieure de ce tuyau est charnue & jaune ordinairement, & quelquefois d’une autre couleur. Rondelet, hist. des Zoophites, chap. v. Voyez Insecte.

Pinceau, terme & outil de Ceinturier, qui sert à poser la colle sur leur ouvrage. Ce pinceau est de soie de cochon de la grosseur environ d’un pouce, emmanché d’un morceau de bois de la longueur de six pouces.

Pinceau à goudronner, (Marine.) c’est un pinceau de soie de cochon ; il est emmanché de côté, & sert à goudronner le vaisseau, les mâts & les vergues.

Pinceau, nom général qu’on donne à tout instrument dont les Peintres se servent pour appliquer leurs couleurs.

Ce mot vient du mot latin penicillus, peniculus ou penicillum, qui signifie la même chose. Il y a des pinceaux de différentes especes & de différente matiere. Ceux dont on se sert le plus ordinairement sont du poil de la queue d’un animal appellé petit-gris, espece d’écureuil. On en fait de queues de blereau, de putois, de poil de chien ; on en fait de soie de porc, de sanglier, qu’on appelle brosse. Les pinceaux & brosses sont renfermés par un bout dans des tuyaux de plume, & le bout des pinceaux se termine en pointe. Lorsqu’on veut de grosses brosses, on les fait, ainsi que les petites, avec de la soie de porc ; mais ne pouvant les enfermer dans un seul tuyau de plume, on en ouvre plusieurs dont on les enveloppe en les assujettissant avec une ficelle ; & quelquefois on lie la soie de porc autour de l’un des bouts d’un bâton appellé manche ou hampe. On fait encore une espece de pinceau ou brosse plate, de poil de porc appellé tranchit, qui sert beaucoup dans l’architecture & dans les grands ouvrages. Les pinceaux pour la mignature sont faits de la même maniere que ceux pour peindre à l’huile, à cela près que leur pointe est plus aiguë. Voyez les Pl. & les fig.

Pinceau, se dit aussi en parlant des ouvrages d’un peintre. Ce peintre a un beau pinceau, un pinceau savant. Ce n’est pas là de son pinceau ; je reconnois son pinceau &c.

Pinceau indien, (Invent. chinoise.) les pinceaux indiens ne sont autre chose qu’un petit morceau de bois de bambou, aiguisé & fendu par le bout à un travers de doigt de la pointe. On y attache un petit morceau d’étoffe imbibée dans la couleur qu’on veut peindre sur de la toile, & qu’on presse avec les doigts pour l’exprimer. Celui dont on se sert pour peindre la cire est de fer, de la longueur de trois travers de doigt, ou un peu plus. Il est mince dans le haut, & par cet endroit il s’insere dans un petit bâton qui lui sert de manche ; il est fendu par le bout, & forme un cercle au milieu, autour duquel on attache un peloton de cheveux de la grosseur d’une muscade ; ces cheveux s’imbibent de la cire chaude qui coule peu-à-peu par l’extrémité de cette espece de pinceau.

Pinceau, s. m. (terme de Relieur.) sorte de brosse composée d’un manche de bois & de poil de sanglier ou de cochon. Les Relieurs s’en servent pour coller & jasper.

Pinceaux de Flandres, en terme de Vergettier, ce sont des pinceaux qui viennent de ce pays, & qui ne sont liés que par deux liens seulement. Ces pinceaux ne sont plus recherchés comme ils l’étoient autrefois ; les ouvriers de Paris en font qui les valent pour le moins, & qu’on leur préfere.

Pinceau, (outil de Vernisseur.) les Vernisseurs se servent de pinceaux fort petits & ronds, comme les peintres, pour dessiner & former des figures & des paysages sur leurs ouvrages. Ils en ont de plus particuliers avec lesquels ils vernissent ; ils sont plats, larges d’un bon pouce, épais de six lignes, dont la barbe est enchassée avec du fer blanc & un petit manche de bois rond : le poil de ces pinceaux est de poil de petit gris & de poil de bléreau.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pinceau »

(Date à préciser) Du latin penicillum (« petite queue »), dérivé de penis (« queue ») et devenu *penicellum en latin populaire. (c. 1165) peincel.
(Date à préciser) Le sens de « pied » est un probable dérivé de pince.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. pinzel ; catal. pinsell ; espagn. pincel ; ital. pennello ; du lat. pēnicillum, diminutif de pēnis, queue, brosse à peindre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pinceau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pinceau pɛ̃so

Citations contenant le mot « pinceau »

  • Les paroles sont vides, le pinceau laisse des traces. De Proverbe chinois
  • Le pinceau est la canne blanche du peintre qui cherche à avancer. De Galienni
  • L’attitude est le pinceau de l’esprit. Elle colore toutes les situations. De Alexander Lockhart
  • Lorsque les poils du pinceau touchent la toile vierge, c’est comme le battement du cil de l’oeil qui s’ouvre sur un nouveau monde. De Galienni
  • L’informatique n’est qu’un outil, comme un pinceau ou un crayon. De Griffo / Evene.fr - Novembre 2006
  • Tu demandes qu’un jour mon fragile pinceau, fasse vivre pour nous un souvenir si beau. Et ma lyre aujourd’hui te répond et l’éveille. De Max Jacob / Le laboratoire central
  • Ce qu'aucun oeil humain n'est capable d'attraper, aucun crayon, pinceau, plume de fixer, ta caméra l'attrape sans savoir ce que c'est et le fixe avec l'indifférence scrupuleuse d'une machine. De Robert Bresson / Notes sur le cinématographe
  • Il est des joies comme il est des douleurs qui défient toute description, et si le pinceau de l'artiste réussit à montrer toutes les douleurs ou toutes les joies de l'âme, la plume de l'écrivain s'arrête impuissante, ou se brise de désespoir. De Pamphile Lemay / Picounoc le maudit
  • Quand son esprit et son corps se confondirent, quand son avant-bras traça les signes sans qu’il eût à réfléchir, quand d’un coup de pinceau il put fixer des idées ou des choses sur une tablette, il comprit qu’il savait écrire. De Patrick Rambaud / Le Maître
  • Les filles pouvaient, sans s’emmêler les pinceaux, faire toujours le départ entre elles-mêmes et l’impression qu’elles voulaient donner, entre la forme et le fond. De Eleanor Catton / La répétition
  • Peindre signifie penser avec son pinceau. De Paul Cézanne
  • Il faut avoir de l'énergie pour donner un coup de pinceau, comme si on tranchait dans le vif. De Feng Xiao Ming / L’Union de l’encre et du pinceau
  • Peindre, c'est réaliser l'acte sexuel. Sauf qu'on se sert d'un pinceau. De Bernard Lorjou
  • Cet été, partons à la rencontre des peintres de notre coin. Commençons avec le fascinant Augustin Lesage, mineur burburois devenu artiste médiumnique dont le pinceau semblait guidé par les défunts. Croyant ou non à cette vocation surnaturelle, on se laisse envoûter par ce personnage habité. La Voix du Nord, Un peintre, une commune : Mais qui guidait le pinceau d’Augustin Lesage, peintre spirite originaire de Burbure ?
  • L’étape du fond de teint peut simplement être remplacée par l’application d’une CC cream ou un soin de jour teinté, mais si vous tenez à votre fond de teint sachez qu’une toute petite quantité tapotée au doigt ou à l’éponge sur les pommettes aura déjà un effet unifiant ultra-naturel qui vous fera perdre cinq ans. Au préalable, on aura étalé une larme d’anticernes  lumineux autour du regard que l’on lisse avec la pulpe du doigt et on finit par un nuage de blush, dans un ton chaud, appliqué au pinceau sur le haut des pommettes, juste sur le bombé qui se forme quand vous souriez, là ou la soleil se pose en premier. So Soir, Un make-up au top en 5 minutes chrono, c'est possible!

Images d'illustration du mot « pinceau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pinceau »

Langue Traduction
Anglais brush
Espagnol cepillo
Italien spazzola
Allemand bürste
Chinois
Arabe فرشاة
Portugais escova
Russe щетка
Japonais みがきます
Basque eskuila
Corse spazzola
Source : Google Translate API

Synonymes de « pinceau »

Source : synonymes de pinceau sur lebonsynonyme.fr

Pinceau

Retour au sommaire ➦

Partager