La langue française

Reposoir

Définitions du mot « reposoir »

Trésor de la Langue Française informatisé

REPOSOIR, subst. masc.

A. − Vx ou littér. Endroit où l'on se repose, où l'on peut faire halte. Nous suivîmes notre guide [aux chutes du Niagara], et à l'aide des échelles, nous descendîmes de reposoirs en reposoirs jusqu'au dernier terme où il soit possible de parvenir sans manquer à la prudence (Crèvecœur,Voyage, t. 2, 1801, p. 183).Les étapes avaient lieu aux mêmes endroits, les forçats mangeaient en dehors des villes; il y a soixante ans, ces reposoirs étaient encore connus (La Varende,Heur. humbles, Phoebé, 1942, p. 115).
Au fig. L'éclat de ses blancs glacés de soleil, qui semblent dans ses tableaux [de Chardin] les reposoirs de la lumière! (Bourget,Nouv. Essais psychol., 1885, p. 144).
ARCHIT. ,,Petit édifice qu'on élevait autrefois sur le bord des grandes routes pour offrir un abri aux voyageurs`` (Noël 1968).
B. − LITURG. CATH.
1. Autel orné de fleurs et de feuillages, dressé sur le parcours d'une procession et sur lequel le prêtre expose le Saint Sacrement au cours d'une halte. Synon. (vieilli) paradis.Reposoir bien paré, bien orné; reposoir de la Fête-Dieu; dresser un reposoir. Barbezieux était plein de jeunes filles: des grandes (...), de toutes petites en robe de broderie qui jetaient des pétales de roses sur les marches du reposoir, quand la ville drapée de blanc pour la procession sentait le seringa (Chardonne,Bonheur Barbezieux, 1938, p. 45).
P. métaph. Les immenses reposoirs blancs des arbres fruitiers en fleurs (Proust,Guermantes 1, 1920, p. 155).
2. Autel sur lequel est exposé le Saint Sacrement dans l'église, après la messe du Jeudi saint. Le jeudi saint. − J'arrive tout embaumée de la chapelle de mousse où repose le saint ciboire à l'église (...). Nous avons mis tous nos soins, Mimi, moi et Rose la marguillière, à faire ce reposoir (E. de Guérin,Journal, 1835, p. 61).
3. Table recouverte d'un linge blanc, installée dans la chambre d'un malade qui reçoit les sacrements. (Dict. xixeet xxes.).
C. − Objet sur lequel on fait reposer quelque chose. − (...) Ah ! il n'y a plus de place?... − Ça ne fait rien, dit Alexandre, car j'ai ma canne à reposoir. Et dépliant son instrument, il attendit (Gide,Paludes, 1895, p. 113).
INDUSTR. DES TEINT. ,,Cuve dans laquelle l'indigo repose`` (Chesn. t. 2 1858).
D. − Arg., gén. au plur. Pieds. − Ben quoi, vas-tu avancer? On va être coupés! − J'peux pas décoller mes reposoirs! répond une voix piteuse. L'enlisé arrive enfin à se dégager (Barbusse,Feu, 1916, p. 182).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpozwa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1373 reposouer « lieu préparé pour qu'on s'y repose » (Reg. du chap. de S. Jean de Jérus., A.N. MM 29, f o104 r ods Gdf. Compl.); 1549 reposoir « id. » (Est.); 2. a) 1660 reposoir sur le chemin avec une croix (Oudin Fr.-Esp.); b) 1680 (Rich.: Reposoir. Autel qu'on fait dans les rues durant la procession de la Fête-Dieu); 3. 1752 « cuve dans laquelle repose l'indigo » (Trév.). Dér. de reposer2*; suff. -oir*. Fréq. abs. littér.: 130. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 42.

Wiktionnaire

Nom commun

reposoir \ʁə.pɔ.zwaʁ\ masculin

  1. (Religion) Lieu où les clercs de l'Église placent, le Jeudi saint, l’hostie consacrée avec laquelle le prêtre communiera le lendemain, à la messe des présanctifiés.
    • Reposoir bien paré, bien orné.
  2. (Religion) Autel qu’on dresse sur le parcours de la procession le jour de la Fête-Dieu, pour y faire reposer le Saint Sacrement.
    • La haie formait comme une suite de chapelles qui disparaissaient sous la jonchée de leurs fleurs amoncelées en reposoir. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 136)
    • Les fenêtres des rez-de-chaussée se transforment en reposoirs, avec des candélabres, des fleurs, des plantes vertes. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 229.)
    • Elle refusait régulièrement aussi de prêter géraniums doubles, pélargoniums, lobélias, rosiers nains et reines-des-prés aux reposoirs de la Fête-Dieu, car elle s’écartait – baptisée, mariée à l’église – des puérilités et des fastes catholiques. — (Colette, Sido, 1930, Fayard, pages 33-34.)
    • C'est le mois de mai. Georges élève un reposoir dans la cour et comme il n'a pas d'image de la Vierge et qu'il a découvert au fond d'une malle un buste de Marie Stuart, il place le buste sur l'autel avec cette étiquette : « Vive Marie, la Reine des Fleurs. ›› Il y avait déjà, gravé autour du socle « Marie de France et d'Écosse », mais cela ne le gêne pas. Preste à la craie sur le mur il écrit : « Vive le Saint-Esprit. » — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 160-161.)
    • Nous préparions la Fête-Dieu avec une ardeur et une fébrilité d'autant plus vive que chaque quartier entendait exhiber le plus beau reposoir. Quelle mobilisation ! — (Yanny Hureaux, Bille de chêne: Une enfance forestière, Jean-Claude Lattès, 1996)
  3. (Figuré) Installation évoquant l’autel d’une procession religieuse.
    • Sur des gradins de bois peints en vert, elle entretenait toute l’année des reposoirs de plantes en pots, géraniums rares, rosiers nains, reines-des-prés aux panaches de brume blanche et rose, quelques « plantes grasses » poilues et trapues comme des crabes, des cactus meurtriers… — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 29.)
  4. (Ornithologie) Étendue découverte où les oiseaux marins et intertidaux viennent se reposer à marée haute.
  5. (Zoologie) Étendue généralement plate en montagne, abondamment fumée par le bétail et où les animaux viennent se reposer.
    • Les orties ou le Rumex de Alpes, espèces nitrophiles, sont des plantes de reposoir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REPOSOIR. n. m.
Lieu où l'on place, le Jeudi saint, l'hostie consacrée avec laquelle le prêtre communiera le lendemain, à la messe des présanctifiés. Il se dit aussi de l'Autel qu'on dresse sur le parcours de la procession le jour de la Fête-Dieu, pour y faire reposer le Saint Sacrement. Reposoir bien paré, bien orné. La procession s'arrêta devant le reposoir.

Littré (1872-1877)

REPOSOIR (re-pô-zoir) s. m.
  • 1Endroit où l'on peut se reposer. Ce sont… les ombrages et les reposoirs qui lui ont été dressés sur le passage, Guez de Balzac, le Prince, ch. 23. Et le nageur poussé du vent, De roc en roc portant la belle… Avec l'aide du ciel et de ces reposoirs… Hispal, n'en pouvant plus, de faim, de lassitude… Prit terre à la dixième traite, La Fontaine, Fianc. Ci-gît le seigneur de Cabonne, Qui tracassait plus que personne, Il s'en venait, il s'en allait, Il ne savait ce qu'il voulait ; On doute même s'il repose Au reposoir de toute chose, Épigr. dans RICHELET.

    Fig. Endroit où, dans un écrit, l'esprit peut se reposer. J'ai trouvé d'habiles gens qui avaient à peu près le même goût pour l'Iliade et pour l'Odyssée, et qui préféraient ce dernier poëme au premier, à cause qu'il y avait de plus longues et de plus fréquentes narrations, et par conséquent plus de reposoirs et plus de lieux pour respirer à leur aise, Costar, Déf. des œuvres de Voiture, dans RICHELET. Si l'on suit les titres de la marge, ils serviront de reposoirs et de guides, Bossuet, Lett. quiét. 168. Il [un ancien critique] blâme Philistus, historien grec, de ne point faire de digressions ; il dit qu'il en faut faire quelquefois, et qu'elles servent de reposoir, Analyse de Bayle, t. I, p. 19.

  • 2 Particulièrement. Autel qu'on fait dans les rues durant la procession de la Fête-Dieu, pour y faire reposer le saint sacrement.
  • 3Cuve dans laquelle l'indigo repose. L'habileté de l'indigotier consiste à saisir l'instant favorable où il doit faire couler l'eau chargée de fécule colorante dans le reposoir ou diablotin, pour que cette fécule s'y agglomère et s'y rasseye, Dict. des arts et mét. indigotier.

HISTORIQUE

XVIe s. Il fut deffaict, là où en s'advançant d'une heure seulement, il defaisoit l'armée ennemye, et, par grand malheur, il en employa trois en son reposouer [halte], Carloix, VIII, 13. Sera bon de mettre, au devant de chacune ouverture des nids, une petite pierre platte ou brique, saillant trois ou quatre doigts, pour servir de reposoir au pigeen, De Serres, 387. Les reposoirs d'un escalier, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

REPOSOIR, s. m. (Décorat. d’architect.) c’est une décoration d’architecture feinte, qui renferme un autel avec des gradins chargés de vases, chandeliers & autres ouvrages d’orfévrerie, le tout accompagné de tapisseries, tableaux & meubles précieux pour les processions de la fête-Dieu. On fait des reposoirs magnifiques à l’hôtel des Gobelins à Paris, avec des meubles de la couronne. Daviler. (D. J.)

Reposoir, s. m. (Teinture.) nom qu’on donne dans l’Amérique à la troisieme cuve qui sert à la préparation de l’indigo. On l’appelle reposoir, parce que c’est dans cette cuve que l’indigo préparé dans les autres cuves, se sépare de l’eau pour se reposer au fond, d’où on le tire pour le mettre dans les sachets. Cette même cuve s’appelle diablotin à S. Domingue. Labat, voyages. (D. J.)

Reposoir du bain, (Archit. rom.) c’étoit chez les Romains une partie du bain, construit en maniere de portique, où, avant que de se baigner, on se reposoit, en attendant que la place du bain fût libre. Vitruve appelle cette partie schola, parce qu’on s’y instruisoit respectivement de diverses choses dans la conversation. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « reposoir »

 Dérivé de reposer avec le suffixe -oir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Reposer. On se servait aussi de reposoir au sens de réservoir ; mais alors il vient du lat. repositorium : Le vivier… dict aussi reposoir et serve, De Serres, 421. Au reste, repositoire était usité aussi.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « reposoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reposoir rœpɔzwar

Citations contenant le mot « reposoir »

  • Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir. De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • Extérieurement quatre croix ornent notre église. Une grande croix de fer portant les instruments de la passion du Christ : la lune le soleil et la date 1820 se dressent à droite du parvis. En antéfixe, une petite croix ancrée surmonte le pignon de chevet. Devant ce même pignon, une belle croix de granite, pattée, sans figuration, avec un fût prismatique posé sur dé carré, le tout sur un socle table reposoir. A la pointe du clocher, installée sur quatre fins bras recourbés, une simple croix de fer supporte une girouette. AÀ gauche du parvis un socle de croix provient de l’ancien cimetière des enfants mort-nés. Gratuit. COVID19 : Dans le respect des gestes barrières. Partez à la découverte des merveilles et secrets de l’Église Saint-Roch. Unidivers, Visite libre d’une église du XVe siècle Église Saint-Roch Sornac samedi 19 septembre 2020

Images d'illustration du mot « reposoir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « reposoir »

Langue Traduction
Anglais altar
Espagnol altar
Italien altare
Allemand altar
Chinois
Arabe مذبح
Portugais altar
Russe алтарь
Japonais 祭壇
Basque aldare
Corse altare
Source : Google Translate API

Synonymes de « reposoir »

Source : synonymes de reposoir sur lebonsynonyme.fr

Reposoir

Retour au sommaire ➦

Partager