Passer : définition de passer


Passer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PASSER1, verbe

. Passer des aveux est du pur charabia policier (...). Passe-t-on des aveux comme on passe le sel à la table d'hôte? Passe-t-on des aveux comme on passe capitaine; comme on passe l'éponge sur une faute vénielle; comme on passe la parole à plus bavard que soi; comme passe un illustre moribond, passant du même coup à la postérité? Le verbe a sans doute autant d'acceptions que faire; et ce n'est pas peu dire. Passons. L. Piéchaud, Questions de langage, 1953ds Dupré 1972.
1reSection. [Dans l'espace ou dans un mouvement spatial] Qu'est-ce que passer? C'est à la fois être en un lieu et n'y être pas (Sartre, Être et Néant, 1943, p.262).
I.
A. − Aller d'un mouvement continu d'un point à un autre; parcourir, traverser un lieu.
1.
a)
α) Qqn1/qqc.1passe.Passer à cheval, à pied, en voiture; passer en courant, en trombe; passer au galop; passer sans se presser; passer sans s'arrêter. Il passa sans me voir et sortit (Musset, Confess. enf. s., 1836, p.332).Des balles passaient avec un bruit mou de guêpes (Malraux, Espoir, 1937, p.540).Au loin un train passa, le balcon trembla (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.303).V. boomerang ex. 2, éclair B 2 ex. de Hugo, front C 2 ex. de Gautier.
Regarder, voir qqn/qqc. passer. Financièrement parlant, Monsieur Grandet tenait du tigre et du boa (...). Personne ne le voyait passer sans éprouver un sentiment d'admiration mélangé de respect et de terreur (Balzac, E. Grandet, 1834, p.15).V. eau ex. 6.[Par un effet d'opt.] :
1. Je passai le jour et la nuit sur le pont à me pénétrer du bonheur de voir la grande mer bleue et nos vaisseaux. (...) Je regardai passer la Corse tout près de nous, traînant la Sardaigne à sa suite, et bientôt arriva la Sicile à notre gauche. Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p.141.
Tournure impers. Le père Bonnemort (...) ouvrait des yeux surpris, car de son temps on ne se tracassait pas de la sorte: on naissait dans le charbon, on tapait à la veine, sans en demander davantage; tandis que, maintenant, il passait un air qui donnait de l'ambition aux charbonniers (Zola, Germinal, 1885, p.1276).
Empl. factitif. Qqn2/qqc.2fait passer qqn1/qqc.1La pile (...) peut fonctionner en accumulateur; il suffit, en effet, lorsqu'elle est épuisée, de faire passer un courant de sens inverse pour la régénérer (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p.184).
Passer son chemin. V. chemin II A 2 ex. de Cocteau et ex. 31.
Locutions
Un ange passe. V. ange ex. 27.
Le courant (ne) passe (pas). V. courant I C 1 ex. de L'Express.
Passez muscade. V. muscade B 2 b.
Loc. adv. En passant. Synon. au passage.
En cours de route. Le Sieur de La Pérouse quittera O-Taïti après un mois de séjour. Il pourra visiter, en passant, les îles de Huaheine, Ulietea, Otaha, Bolabola, et autres îles de la Société (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.19).Écoute, dit-il à Jallez, si tu es libre ce soir, viens dîner avec nous. Odette n'est pas prévenue. Mais ça n'a pas d'importance. J'achèterai des choses en passant (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p.221).
Au fig. Incidemment. Qu'il me soit permis de remarquer, en passant, que cette proposition peut être inversée (Baudel., Paradis artif., 1860, p.355).M. Pottier (dont les notices, je le dis en passant, sont d'excellents mémoires d'archéologie et d'art)... (A. France, Vie littér., 1890, p.92).V. férocité ex. 3.
Soit dit en passant. V. dire II C 4 b ex. de Ambrière.
β) [Avec une idée d'oeuvre accomplie au cours de l'action] L'être qui aimait n'existe plus. Là aussi il y a la mort qui a passé, a rendu tout aisé et tout inutile (Proust, Fugit., 1922, p.603).
γ) En partic. [Le suj. désigne des oiseaux migrateurs] [La chasse à la passée] est (...) une chasse peu fatigante en raison même de sa brièveté; mais elle demande des réflexes prompts, car les bécasses «passent» vite (Vidron, Chasse, 1945, p.62):
2. ... au fond du ciel clair, au-dessus des immobilités tapies, les oies sauvages passaient toujours, les pattes collées au ventre, (...) le long de la grande route migratrice, semblable aux routes invisibles qu'il y a sur la mer pour les vaisseaux, ou à celles que suivent les astres. Montherl., Célibataires, 1934, p.903.
b) P. méton. Être, avoir passé. Avoir fini de passer, avoir disparu. Les hirondelles traçaient sur le bleu du ciel de grandes lignes courbes qu'on croyait voir encore quand elles étaient passées (Maupass., Bel-Ami, 1885, p.366).
2.
a) [Avec adv. de lieu ou compl. prép. désignant l'espace parcouru ou un point du parcours]
α) Passer dans, en.Passer dans une rue; passer dans un corridor, une coursive. Tous ceux qui passaient dans ces parages demandaient à voir le château (Barb. d'Aurev., Memor. pour l'A... B..., 1864, p.439).Nous passions dans une ruelle herbeuse, entre deux hauts murs de jardin (Vercors, Sil. mer, 1942, p.18).V. allonger ex. 11.
Tournure impers., avec ell. possible de dans. Il ne passe pas une chaise de poste tous les dix ans rue des Postes (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.538).
P. anal. Sentir qqc. passer dans son esprit. L'homme ne répondit pas d'abord. Une inquiétude passa dans son regard, et aussitôt une lueur aiguë, courageuse, dardée aux yeux de Malcourtois: −T'es ben curieux, dis donc... et si je te demandais qui tu es? (Genevoix, Raboliot, 1925, p.198).Un souffle d'annonciation lointaine passait en moi qui m'avertissait que la ville avait trop vécu et que son heure était venue (Gracq, Syrtes, 1951, p.59).V. dans I A 1 ex. de Dabit, Hôtel Nord, 1929, p.156:
3. Il avait une supplication dans la voix, cet homme si fier, en disant cette dernière phrase, et elle fut si bien sentie qu'un murmure passa dans la foule quand le président lui répondit: −«À mon grand regret, monsieur, je ne peux vous accorder ce que vous demandez...» Bourget, Disciple, 1889, p.237.
P. métaph. Passer (dans la vie de qqn). Ainsi, j'aurai passé dans votre destinée comme un orage pour la flétrir et la briser, moi qui verserais avec joie tout mon sang pour y faire germer une fleur! (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p.318).−J'emporterai votre souvenir (...). −Mais vous m'oublierez, j'aurai passé comme une ombre (Flaub., MmeBovary, t.1, 1857, p.171).
β) Passer devant.On passe un peu plus loin devant un poste de soldats, puis, le long d'un tout petit cimetière (Farrère, Homme qui assass., 1907, p.25).V. bécot A ex.
Passer devant la glace. V. glace II B pop., vx.
γ) Passer entre.Elle se recula (...) comme si la mort avait passé entre eux (R. Bazin, Blé, 1907, p.219).Des gardes à cheval (...) passaient entre des rangées de fenêtres closes (Camus, Peste, 1947, p.1309):
4. [Le petit bateau à vapeur] partit en soufflant (...), passa entre les deux tours antiques qui gardent le port, traversa la rade, sortit de la digue construite par Richelieu (...); puis il obliqua vers la droite. Maupass., Contes et nouv., t.1, Épave, 1886, p.717.
δ) Passer outre.V. outre2II A.
ε) Passer par.Passer par le boulevard. De Genève pour aller en Italie on passe par Lausanne (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.74).En passant par les champs, il ne faut que trois quarts d'heure de marche pour gagner les sablonnières (Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p.277).
Passer par là. V. I B 4 b ex. de Nerval:
5. ... François Paradis (...) dit (...) qu'il allait gagner le grand lac en suivant les rivières, la rivière Croche d'abord, et puis la rivière Ouatchouan, qui tombe près de Roberval. −C'est correct, dit le père Chapdelaine. Ça peut se faire. J'ai passé par là. Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p.140.
P. anal. Passer par la tête, par l'esprit de qqn. Soudain une idée, dont tu riras, me passa par la tête (Krüdener, Valérie, 1803, p.133).Les premières journées s'écoulèrent (...) à parcourir la maison, suivi du fidèle Arcangeli, lequel écrivait à mesure, tout ce qui passait par l'esprit du maître, pour singulariser et embellir (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.115).
Au fig. Révélé en 1839 par l'exposition industrielle de Paris, (...) [François-Désiré Froment-Meurice] est loué à l'envi par l'élite littéraire du moment, de Delphine de Girardin à Théophile Gautier, en passant par Balzac, Victor Hugo et Eugène Sue (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p.83).
ζ) Passer sous.Tous les jours, sortant vers trois heures d'une maison voisine, elle descendait la rue et passait sous ma fenêtre (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p.141).Passant sous l'Arc de triomphe, (...) [le soleil] allongeait à hauteur d'homme une lumière roussâtre, qui faisait étinceler les moyeux des roues, les poignées des portières (Flaub., Éduc. sent., t.2, 1869, p.10).V. gué1ex. de Giono et journée A 3 ex. de France.
Passer sous les fourches caudines. V. fourche C 3.
Passer sous le joug. V. joug II.
Expr. Laisser passer l'eau sous les ponts. V. pont I A 2 b.
Tournure impers. Il passera de l'eau sous les ponts (avant que); il a passé de l'eau sous les ponts (depuis que). V. eau I A 2 c loc. fig., pont I A 2 b.
P. anal. Passer sous les yeux de qqn. Une petite fille de sept à huit ans, disait la note, qui avait été confiée par sa mère à un aubergiste du pays, avait été volée par un inconnu (...). Cette note passa sous les yeux de Javert, et le rendit rêveur (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.564).
P. métaph. Ce bon Monsieur Duvivier (...) avait vu passer sous ses yeux trois générations de reines tragiques (Jouy, Hermite, t.4, 1813, p.35).
Empl. factitif:
6. ... en ces siècles d'avant notre ère, nous devons nous borner à faire passer rapidement sous les yeux du lecteur les vues prises çà et là sur le monde méditerranéen. Après l'activité maritime d'Athènes, puis celle d'Alexandrie, c'est la marine carthaginoise qui nous sollicite maintenant. P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p.102.
Au fig., fam. Passer sous le nez de qqn. V. nez II.
Fam. Passer sous une voiture, sous un train. Se faire renverser et être écrasé par un véhicule. (Dict.xxes.).
η) Passer sur.Perturbation qui passe sur la France; révolution qui passe sur un pays. Une grande femme brune passait sur le chemin qui suit la mer en allant vers le cap (Maupass., Contes et nouv., t.1, MmeParisse, 1886, p.730).Le vent passait sur la plaine... (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1450).
P. anal. Sa voix frémit à peine sur ces derniers mots, tandis qu'un sourire indéfinissable passait sur ses traits (Bernanos, Joie, 1929, p.703).Madame de Sannis souriante paraissait dormir en marchant; ses yeux passèrent sur moi sans me voir (Jouve, Scène capit., 1935, p.203).
En partic.
Passer sur (le corps, le ventre de) qqn. Écraser quelqu'un. Cela, de nouveau, ne faisait aucun doute: on culbuterait les Prussiens, on leur passerait sur le ventre (Zola, Débâcle, 1892, p.573).Ils s'étaient embrochés mutuellement, et puis la charge de la cavalerie argyenne leur avait passé dessus. Ils étaient en bouillie, Antigone, méconnaissables (Anouilh, Antig., 1946, p.189).V. turcophage, s.v. -phage I A 1 c ex. de Chateaubriand.
Au fig. V. corps II B 2 c.
P. métaph. La reine (...) entendit rouler dans la cour, le phaéton dont les roues légères ne s'éloignaient jadis qu'en lui passant sur le coeur (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p.421).
Vulg. Passer sur (le ventre d') une femme. Avoir des rapports sexuels avec elle. Ça, c'est la femme dont Y... me disait, un jour d'expansion, que tous ses amis lui avaient passé sur le ventre! (Goncourt, Journal, 1894, p.678).Du diable si je choisirais une ribaude sur laquelle a passé l'armée (Arnoux, Roi, 1956, p.79).
ESCR., vieilli. Passer sur qqn. ,,Avancer sur lui en portant le pied gauche devant le pied droit`` (Petiot 1982).
θ) Passer à côté (de qqc.) (au fig.). V. côté III A 2 a ex. de Druon et ex. 17.
ι) Passer à la portée de. Elle errait de pièce en pièce comme un chien perdu, emboîtant le pas à tous ceux qui passaient à sa portée (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p.1273).
κ) Passer au travers de (au fig.), région. (Canada). Passer au travers (d'un livre). Parcourir en entier. Marguerite qui (...) avait pris l'habitude de lire, suivait la ligne jusqu'au bout et passait au travers du livre (J. Ferron, La Charrette, 1968, p.82 ds Richesses Québec 1982, p.1731).
λ) Passer par-dessus (au fig.). V. dessus1I B 2 a ex. de Estaunié.
Passer par-dessus la tête de qqn. Être trop difficile à comprendre pour quelqu'un. Ce discours du 10 mai 1907 passa par-dessus les têtes (Barrès, Cahiers, t.5, 1907, p.109).
μ) Passer à fleur de corde, passer à la corde
JEU DE PAUME. Passer à fleur de corde. ,,La balle a passé à fleur de corde, elle a légèrement touché la corde, de sorte que peu s'en est fallu que le coup ne fût perdu`` (Littré, s.v. fleur).
Au fig. ,,Cette affaire n'a passé qu'à fleur de corde, peu s'en est fallu qu'elle s'échouât`` (Littré).
P. iron. Mon vieux, si tu avais eu affaire à un type plus service, tu n'y coupais pas de biribi! T'as passé à la corde! (Vercel, Cap.Conan, 1934, p.104).
b) Spécialement
α) ASTRON. Passer au méridien. V. méridien B 1 a ex. de Soé-Dup. 1906.
β) MARINE
Passer à la bande (v. bande3). ,,Ranger un bâtiment en rendant les honneurs, l'équipage aligné sur le pont`` (Gruss 1978).
Passer à poupe*.
Passer au vent. ,,Laisser sous le vent un cap, un écueil, un autre navire`` (Gruss 1978).
Passer sous le vent. Laisser au vent un cap, un écueil, un autre navire (d'apr. Gruss 1978).
c) P. anal. [En parlant d'une entité linéaire continue] La Seine passe à Paris; un tunnel passe sous le Mont-Blanc; un pont passe au-dessus du fleuve; un fil qui passe sur une poulie. Une allée (...) montait à flanc de coteau, passait entre des groupes de chênes, et redescendait vers la Vaucreuse (R. Bazin, Blé, 1907, p.146).La canalisation passe dans la chaudière où elle forme une spirale chauffée directement par le foyer (Lar. mén.1926, p.319).V. large II B ex. de Duhamel:
7. ... à l'est et au sud d'une ligne passant environ par Amiens, Albert, Bapaume, Cambrai et Le Cateau, la physionomie de la contrée limoneuse à sous-sol de craie atteint sa pleine expression. Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.91.
Au fig. Il est malaisé, à coup sûr, d'indiquer où passe la frontière qui sépare l'«artiste» du poète (Faure, Espr. formes, 1927, p.132).
MATH. Passer par un point, une droite. ,,On dit (...) qu'une droite, une courbe, une surface, etc., passe par un point A si ce point est un élément de cette droite, de cette courbe, ou de cette surface`` (Bouvier-George Math. 1979). Par une droite donnée D, passent une infinité de plans (Hadamard, Géom. ds espace, 1921 [1901], p.3).Considérons dans le plan P un faisceau de droites passant par le point C; les points qui passent par le point S et ces diverses droites contiennent tous la droite SC, parallèle au plan Q (E. Borel, Paradoxes de l'infini, 1946, p.47).
B. − [L'action implique un obstacle à franchir, une difficulté à surmonter; ceux-ci sont désignés ou non]
1.
a)
α) Qqn1/qqc.1passe.Le coeur me disait que c'était Carmen. Cependant je criai: au large! on ne passe pas! (Mérimée, Carmen, 1845, p.46).V. gué1ex. de Verne et passage ex. 14:
8. Comment se lancer sans guides, au hasard, dans cette plaine inondée? Il le faut cependant, sous peine de ne plus passer demain; car la pluie continue, et les torrents versent de toutes parts leurs eaux dans le désert. Lamart., Voy. Orient, t.2, 1835, p.243.
HIST. [Slogans milit. de la guerre de 1914-1918] On ne passe pas; ils ne passeront pas. Mon petit, m'écrivait Robert, je reconnais que des mots comme «passeront pas» ou «on les aura» ne sont pas agréables (...). Mais, et c'est pour cela qu'il faut s'habituer à «passeront pas», tous ces gens-là, comme mon pauvre valet de chambre, comme Vaugoubert, ont empêché les Allemands de passer (Proust, Temps retr., 1922, pp.752-754).Dans la boue et dans le froid, dans l'horreur de chaque tranchée, et dans les risques mortels de chaque instant, les «Poilus» eurent le courage de tenir coûte que coûte et d'appliquer par les armes la fière consigne «On ne passe pas». C'est à ceux-là que la foule, pressée au coeur de Verdun, pensait en regardant le dernier carré des survivants (L'Est Républicain, 16 juin 1986, p.1, col. 1).
Laisser passer.Qqn2/qqc.2laisse passer qqn1/qqc.1.Permettre à quelqu'un/à quelque chose de passer. À peine avions-nous ouvert la porte (...) que nous fûmes forcés de nous arrêter pour laisser passer Marguerite et le duc qui s'en allaient (Dumas fils, Dame Cam., 1848, p.77).Au sommet du Panthéon, une ouverture circulaire laisse passer la lumière du ciel (Faure, Hist. art, 1909, p.146).V. effacer ex. 9.
En compos. V. laissez-passer.
Loc. Passer comme une lettre à la poste. V. lettre III A 1.
β) [Avec compl. prép. ou adv. de lieu] De part et d'autre, cette route aboutissait à des sentiers où l'on ne pouvait passer qu'à mulet (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p.58).−On verra ça quand on traversera le Sahara à motocyclette! dit Nadine gaiement. −On le traversera! dit Lambert. Une moto ça passe partout! (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.215).V. fenêtre ex. 1.
Passer dans (p.exagér.).La Palferine avait donné le mot à un petit Savoyard (...) lequel le sert pour rien et duquel il dit: «Je n'ai jamais vu tant de niaiserie réunie à tant d'intelligence, il passerait dans le feu pour moi...» (Balzac, Prince Bohême, 1840, p.368).
Passer entre.Une pompe consiste (...) en un tuyau cylindrique (...) dans lequel un piston (...) glisse en le remplissant exactement et de façon que ni l'air, ni l'eau ne puissent passer entre le cylindre et le piston (Poisson, Mécan., t.2, 1811, p.372).Les trajectoires véritables [des étoiles filantes] sont sensiblement parallèles, mais elles paraissent diverger d'après la même loi qui nous montre comme divergents les rayons du soleil couchant passant entre les nuages (Flammarion, Astron. pop., 1880, p.676).
Passer par.Le (...) buffet (...) n'est jamais trop grand pour ne pouvoir pas passer par la porte (Nosban, Manuel menuisier, 1857, p.86).
Au fig. Passer par (l'intermédiaire de) qqn; passer par une agence de voyage. Le chef du personnel (...) ne dirige directement qu'un petit nombre d'employés, et, pour commander les autres, il doit passer par l'intermédiaire de leur chef hiérarchique (Villemer, Organ. industr., 1947, p.252):
9. ... si vous avez quelque chose à communiquer à Louise, enfin quand je dis à Louise... Vous me comprenez... Il y a la boîte-à-lettres, à Lyon. Cette adresse est secrète, je n'ai pas besoin de vous le dire... Mais je crois bien faire en vous la communiquant: si votre liaison passait par Louise, vous devez être coupé... Triolet, Prem. accroc, 1945, p.258.
Passer à travers.Quels cheveux sans couleur, à force d'être blonds! On dirait que le jour passe à travers (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.282).V. injecter C 1 b ex. de Campredon.
Fam. ,,Échapper à un danger`` (Carabelli, [Lang. pop.], s.d.).
Arg. Manquer une occasion, être oublié dans la distribution (d'apr. Car. Argot 1977).
Passer au travers.Passer sans se faire arrêter. Il lui faut sur place un braconnier, un gaillard assez fin pour détourner les surveillances à moins qu'il ne passe au travers (Genevoix, Raboliot, 1925, p.88).
b) Avec valeur factitive
α) Qqn3/qqc.3passe qqn1/qqc.1Faire traverser, transporter. Un de ses parents (...) retournant en Corse, son pays natal (...) ne pouvait trouver de navire pour le passer (Mérimée, Colomba, 1840, p.8).Le marché fait, le contrebandier arrive, emporte son homme, le passe et le rend à destination (Gautier, Tra los montes, 1843, p.16).Frampas (Francus Passus XIIesiècle), était devenu un village sans poste de douane, où l'on pouvait passer librement les marchandises (L'Hist. et ses méth., 1961, p.696).V. atterrissage ex. 4.
P. ext. Faire accepter quelque chose frauduleusement. −Tu l'as passée [la fausse pièce]? −On ne t'a rien dit? Georges hausse les épaules: −Qu'est-ce que tu voulais qu'on me dise? −Et on t'a rendu la monnaie? (Gide, Faux-monn., 1925, p.1146).
β) Passer qqn/qqc. par dessus bord/par la fenêtre. Jeter. Allons, va-t-en, reprit Cruséo avec douceur. Je n'ai pas toute ma raison, je pourrais aussi bien te passer par la fenêtre (Aymé, Rue sans nom, 1930, p.165).V. bord I A 1 loc.
2. En partic. [L'action est d'ordre concr. ou abstr.]
a)
α) Un liquide passe. Filtrer (v. ce mot II A). V. distiller A 1 ex. de Kapeler et filtre ex. de Zola.
Laisser passer. Il est nécessaire d'avoir de grandes surfaces de filtration, (...) ne laissant passer que 1 à 2 kg d'huile par heure (Chartrou, Pétroles natur. et artif., 1931, p.92).Certaines membranes organiques ont la propriété de laisser passer l'eau pure alors qu'elles arrêtent les molécules de corps dissous (Hist. gén. sc., t.3, vol. 1, 1961, p.458).
Empl. factitif. V. débéloire ex. de Giono.
[Avec compl. prép.] On fait passer l'eau [à purifier] sur un filtre qui retient les matières en suspension (Ser, Phys. industr., 1890, p.227).
Absol. L'extrait gras du haschisch (...) s'obtient en faisant bouillir les sommités de la plante fraîche dans du beurre avec un peu d'eau. On fait passer, après évaporation complète de toute humidité, et l'on obtient ainsi une préparation qui a l'apparence d'une pommade (Baudel., Paradis artif., 1860, p.352).
β) Avec valeur factitive. Passer un liquide, une substance pulvérulente. Filtrer (v. ce mot I A), tamiser. Passer une sauce; passer un bouillon à la serviette, sur un linge; passer de la farine au tamis. On passe le liquide à travers une toile ou tamis (Nosban, Manuel menuisier, 1857, p.168).Deux fois par semaine, on balayait soigneusement l'atelier; on gardait les ordures, on les brûlait, on passait les cendres, dans lesquelles on trouvait par mois jusqu'à vingt-cinq et trente francs d'or (Zola, Assommoir, 1877, p.430):
10. −Je vais faire le café. Au bruit de la débéloire, Babette s'éveille (...). −Ah, qu'est-ce que c'est? J'ai eu peur. Comme ça sent le roussi. −C'est les Ubacs qui brûlent, dit négligemment Marguerite tout en passant le café. Giono, Colline, 1929, p.151.
Passer au crible. V. crible1A.
Passer à l'étamine. V. étamine2B.
P. métaph., au part. passé. Rosalie ne savait absolument rien. Est-ce savoir quelque chose que d'avoir étudié la géographie dans Guthrie, l'histoire sainte, l'histoire ancienne, l'histoire de France et les quatre règles, le tout passé au tamis d'un vieux jésuite? (Balzac, A. Savarus, 1842, p.16).
b) Un repas, un aliment passe. Être absorbé, digéré. Hélas! dit mon bon maître, mon déjeuner ne pourra point passer. J'ai le coeur retourné tant par cette horrible scène (A. France, Opinions J. Coignard, 1893, p.257).Elle avala de travers son morceau de brioche. −Ça passe pas? demanda Marcel (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p.164).Même le thé de Gordeenko, avec la dernière rondelle de citron, passa difficilement. La nuit, la douleur dans le ventre devint intolérable (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.198).
Loc. pop. et fam. Ça fait du bien par où ça passe. C'est fichu [cette eau-de-vie]! elle est bonne; ça fait du bien par où ça passe (Vidocq, Mém., t.3, 1828-29, p.127).
c)
α) Un texte législatif, un candidat à une élection passe. Être voté, être élu. Passer à l'unanimité, au premier tour. On commençait à croire que la liste Brécé obtiendrait plus de deux cents voix et qu'elle pourrait passer (A. France, Bergeret, 1901, p.265).Joe Chamberlain (...) avait (...) «passé» à Birmingham avec une majorité accrue (Maurois, Édouard VII, 1933, p.258).
Empl. factitif:
11. Comment se présente le vote? −Une vague d'oppositions conservatrices est en train de se créer. Il nous faudra trouver une quinzaine de voix à la Chambre des représentants et cinq ou six au Sénat pour faire passer le décret. Cl. Cussler, Panique à la Maison-Blanche, trad. par M. Lederer, Paris, Grasset/Fasquelle, 1985 [1984], p.43.
β) Avec valeur factitive. Passer un texte, une disposition législative. Adopter par un vote:
12. ... le mépris du jeune vicomte fut trop visible même pour un provincial. −Voilà comme ils sont tous dit le député (...) ah! messieurs de la noblesse de cour, si nous pouvions nous voter nos indemnités sans passer les vôtres, vous n'en tâteriez, morbleu, qu'après nous avoir donné des garanties. Stendhal, Armance, 1827, p.27.
d)
α) Un article passe. Être publié. C'est épouvantable! (...) Avec moi, un pareil article n'aurait jamais passé (...) vous me voyez désolé (...). Mais, ce jour-là, précisément, je ne suis pas allé au journal (...) les gredins en ont profité (...) je n'ai pas revu les épreuves (A. Daudet, Trente ans Paris, 1888, p.39).
P. méton. Tout cela devint une affaire d'état; le cancan passa dans les journaux. Les dames bordelaises en eurent connaissance et m'écrivirent à ce sujet la lettre qui suit (Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.39).
Empl. factitif. Entre le rédacteur qui veut faire passer sa copie et les linotypistes qui n'arrivent pas toujours à composer intégralement cette copie trop abondante, (...) [le metteur en pages] joue le rôle de «tampon» (A. Rival, Journ., 1931, p.25).
β) Avec valeur factitive. Passer un article. Publier. C'est dégueulasse d'avoir passé cet article sur Dubreuilh, le mois dernier (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.285).
C. −
1. [Avec compl. d'obj. désignant un obstacle] Qqn1/qqc.1passe qqc.2.Traverser, franchir.
a) [Le compl. d'obj. désigne un obstacle naturel ou, ext., le moyen destiné à le franchir] Passer un col, un fossé; passer l'eau; passer la mer; passer un fleuve à gué, à la nage, dans un bac; passer la Dordogne, l'Elbe, le Rhin; passer les Alpes, les Andes; passer la Bérésina. Notre petit peloton passe le pont, grimpe des rues, des ruelles, arrive enfin devant un vieux porche endommagé (Colette, Cl. école, 1900, p.191).La pierre de Caen passait la Manche pour être livrée en Angleterre (Lambertie, Industr. pierre et marbre, 1962, p.83):
13. ... l'armée du prince royal de Prusse, après avoir passé la Seine à Villeneuve-Saint-Georges, se dirigeait sur Versailles, en contournant la ville au sud. Zola, Débâcle, 1892, p.568.
Passer le Rubicon. Et toi, César, qui haranguas tes troupes ici même, à Rimini, après avoir passé le Rubicon (Montherl., Malatesta, 1946, iv, 9, p.536).
Au fig. S'engager dans une entreprise périlleuse au mépris des difficultés et des risques. Je suis très déterminé à passer le Rubicon et à avaler toutes les couleuvres qu'on voudra me servir, si le coeur me le permet (Chateaubr., Corresp., t.3, 1822, p.256).
Empl. factitif. Qqn3fait passer qqc.2à qqn1.Bourget: Pourquoi ne retournez-vous pas aux États-Unis? Kerley: Parce que mon père a eu la funeste idée de me faire passer la mare, comme nous disons, (...) quand j'étais encore un tout petit garçon (Bourget, Monique, Reconnaiss., 1902, p.185).
b) [Le compl. désigne une ligne fictive, une limite admin., un front militaire] Passer la douane. La semaine précédente, des soldats fascistes avaient passé les lignes (Malraux, Espoir, 1937, p.572).V. démarcation ex. de Montherlant, fraude B 2 ex. de Stéphane.
Passer la frontière. Quitter un pays pour un autre et, p.ext., s'expatrier. [Dumouriez] n'apercevait aucune force qui lui barrât la route de Paris. Mais son armée refusa de le suivre et, le 5 avril, il passa la frontière (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.346).
Passer les ponts. V. pont I A 1 a loc. et expr.
c) En partic. Passer une grille, une porte, un seuil. Franchir une grille, une porte, un seuil pour entrer ou sortir. Ils traversèrent la salle à manger carrelée de rouge, passèrent une double porte capitonnée et s'enfermèrent dans une petite pièce où deux grands fauteuils de cuir les accueillirent (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p.127).
Expr. [Pour congédier qqn] Passez la porte; je vous prie de passer la porte:
14. cléopâtre [au Centurion]: Emparez-vous de cet idiot. antoine: Par Pollux! la chose est forte (...). le centurion: C'est bon! Pas d'observation! Passez, passez la porte! Courteline, Conv. Alceste, Actium, 1926, p.259.
P. anal. Il parle d'une voix sans élan qui passe juste sa bouche, puis tombe le long de lui, et, il est au sein de ses paroles la personnification de son idée, comme un saint de bois dans son manteau (Giono, Colline, 1929, p.182).
Absol. «(...) je sais très bien que Pierre est...» Le mot ne passa pas (Sartre, Mur, 1939, p.50).
d) Spécialement
SPORTS. Passer le poteau. Franchir la ligne d'arrivée. La course elle-même ne l'intéresse que très faiblement. Peu lui importe que ce soit Laripette, Jiu-Jitsu ou Bastanac qui passe le poteau (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.142).
THÉÂTRE. Passer la rampe. Avoir du succès auprès du public, avoir les qualités requises pour l'obtenir.
[Le suj. désigne une pièce] Mes interprètes servaient la pièce au mieux (...). Elle passait évidemment la rampe. Ce qui ne signifie pas qu'un autre soir, devant un autre public... (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1961, p.205).
Absol. Les bruits de coulisses sur la pièce d'Hermant ne sont pas bons. Ça ne passe pas. On proteste. Je sens un public dur (Renard, Journal, 1900, p.572).
[Le suj. désigne un acteur] Elle avait une jolie voix, mais elle ne savait rien en faire; elle ne savait absolument pas tirer parti d'elle-même: elle n'a jamais passé la rampe (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.183).
e) Au fig. Passer le pas*. Faire quelque chose à la suite d'une décision difficile à prendre (d'apr. Littré).
2. Au fig.
a) Passer (un examen). V. aussi infra IV B 4 a.
α) Se présenter aux épreuves, subir les épreuves d'un examen. Passer le/son baccalauréat; passer une licence, une agrégation; passer l'oral; passer un examen avec succès. Quelques jours après (...) je passai ma thèse (Balzac, Gobseck, 1830, p.400).Bernard avait très brillamment passé son écrit (Gide, Faux-monn., 1925, p.1205).
Absol. Je constate qu'on commence à s'agiter beaucoup à l'école, à cause des examens proches, nous voilà fin mai et «on passe» le 5 juillet! (Colette, Cl. école, 1900, p.165).
P. méton. Passer (une matière). −Tu as passé quoi, déjà? −Le chant, l'histoire, la jographie (Colette, Cl. école, 1900, p.224).
Empl. factitif. Le professeur, avec les examens qu'il fait passer, a toujours un fort coup de collier à donner, et les chaleurs le fatiguent beaucoup (Proust, Sodome, 1922, p.965).
P. anal. Elle avait appris le rôle pour passer une audition (L. Schneider, Maîtres opérette fr., 1924, p.179).Vous croyez que c'est un accident, vous, M. Maigret? C'était le jour décidément. Chez le docteur Bellamy, déjà, c'est lui qui avait passé un véritable interrogatoire (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.72).
β) Vieilli ou littér. Passer un examen avec succès. −C'est un cauchemar cette chimie; sûr et certain que je vais me faire coller. −Tu as toujours passé tes examens... −Pas ce coup-ci; d'ailleurs collée ou reçue, c'est du pareil au même. Jamais je ne ferai une carrière dans la chimie (Beauvoir, op.cit., p.201).
Passer un examen haut-la-main. V. haut1II A 3 c ex. de Pommier.
b) Vx, JEUX. Passer. Gagner (plusieurs fois de suite) (d'apr. Littré). Georges joue crânement bien l'écarté, pariez pour lui (...). Il reçut de Florentine (...) mille francs en or, et vint parier pour son mystificateur. Georges avait déjà passé quatre fois, quand Oscar vint se mettre de son côté (Balzac, Début vie, 1842, p.464).
D. − Souvent vieilli. [Avec compl. d'obj. désignant un repère, un point de comparaison] Qqn1/qqc.1passe qqn2/qqc.2Aller au delà, dépasser.
1. [Avec l'idée de mouvement]
a) Laisser derrière soi, après l'avoir rejoint, quelque chose ou quelqu'un qui se déplace dans la même direction. Une voiture qui voulait passer la diligence accrocha et versa presque sur les enfants (MmeV. Hugo, Hugo, 1863, p.31).Le cotre filait encore assez vite. Il passa deux tartanes et une goélette faisant même route que nous (Maupass., L'Inutile beauté, Livre de bord, Paris, 1935 [1890], p.28).Lalanne aborda la ligne droite avec 20 mètres d'avance (...). Baudouin sprintant rageusement, le passa sur le fil (L'OEuvre, 27 janv. 1941).
P. métaph. Quand j'ai quitté Grenoble, je connaissais trois jeunes filles plus instruites que toi; tu as déjà passé les deux premières, il n'y a plus que la troisième qui te soit supérieure (Stendhal, Corresp., 1803, p.44).
Au fig., littér. Surpasser; prendre le pas, l'emporter sur quelqu'un ou quelque chose. Jeunesse passe richesse. La noblesse des pensées vient de Dieu; celle des manières s'acquiert par l'exemple (...). Elle passe en beauté la noblesse du nom (A. France, Livre ami, 1885, p.107).Et votre couleur Fait se dépiter la cerise, et passe La rose en sa fleur (Moréas, Sylves, 1896, p.191).Plus spécialement doués pour le bien et pour le mal social (...) ces enfants passent de la tête leurs contemporains et deviendront des capitaines (Barrès, Déracinés, 1897, p.38).
Passer de loin qqc. Un moulin à eau est une belle chose, si ce n'est qu'un petit moulin; cela passe de bien loin les eaux de Versailles (Alain, Beaux-arts, 1920, p.191).
b) Laisser derrière soi, après l'avoir atteint, quelque chose qui reste fixe.
[Dans l'espace] Quand elle eut passé l'angle de la dernière maison, Cosette s'arrêta (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.466).
[Dans le temps] Cette fièvre, quand elle est violente, fait périr le malade dans les quatre premiers jours; si elle passe ce terme, il y a lieu d'espérer qu'elle se terminera heureusement au septième jour (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p.42).C'était un homme d'apparence encore jeune, quoiqu'il eût alors passé la quarantaine (Fromentin, Dominique, 1863, p.7).V. écrémer A ex. de Macaigne.
Passer un cap difficile. V. cap3B 2 loc. fig.
Au passif. L'heure du dîner était depuis longtemps passée (Proust, Guermantes 2, 1921, p.402).
Passer fleur. Dépasser le stade de la floraison. V. fleur A 2 a.
Au fig.
Aller, se situer au-delà d'un certain seuil, de certaines limites. Allons, monsieur, ceci passe la plaisanterie (Leclercq, Prov. dram., MmeSorbet, 1835, 6, p.154).Je compris aussitôt que notre entretien avait passé le point critique (Gracq, Syrtes, 1951, p.52).
Loc. Passer les bornes (v. borne I B 2 a); passer la mesure (v. ce mot B 2 a), synon. forcer la note (v. ce mot C 3).
Aller, se situer au-delà de ce que l'on peut concevoir ou exprimer au sujet de quelque chose. Passer les forces de l'esprit, l'intelligence; passer ce que l'on peut imaginer, ce que l'on peut dire. La révolution française a passé, et de bien loin, toutes les craintes et toutes les espérances (Bonald, Législ. primit., t.1, 1802, p.128).Le conflit de tant de sentiments contraires passait ma raison (Milosz, Amour. initiation, 1910, p.194).V. entendement B 1 a:
15. J'ai vu le temps où le moindre de mes désirs était un ordre pour vous. Je n'avais pas la peine de souhaiter; vous étiez d'un soin, d'une complaisance qui passait toute idée... Leclercq, op.cit., 4, p.131.
[P. méton.] Passer qqn.Dérouter, déconcerter quelqu'un. Il faut que vous soyez plus méchant qu'eux, puisque vous l'êtes avec désintéressement. Vous me passez, l'abbé! (A. France, Opinions J. Coignard, 1893, p.203):
16. Je ne suis jamais entré quant à moi dans les raisons qui dressaient contre Jean Rostand certains de nos confrères chrétiens [de l'Académie] (...). Que la foi soit troublée, ou fortifiée par des arguments tirés de la biologie, cela me passe. Les profondes raisons de croire ou de ne pas croire sont d'un autre ordre. Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1961, p.190.
Outrepasser. Votre mère et l'imprudent missionnaire qui la dirigeoit, ont été plus coupables que vous; ils ont passé leurs pouvoirs en vous arrachant un voeu indiscret (Chateaubr., Génie, t.3, 1803, p.247).Mes serviteurs ne vous ont-ils pas bien traité en ennemi? Il est vrai qu'ils ont passé mes ordres (Toulet, Mariage Don Quichotte, 1902, p.29).
2. [Sans idée de mouvement]
a) Sortir d'un alignement, être en saillie par rapport à quelque chose. Elle plaça soigneusement son poignard au milieu de son corset en laissant passer les rubis qui en ornaient le bout (Balzac, Chouans, 1829, p.276).
b) Excéder en nombre, en quantité, en importance. Cela ne peut pas passer 600 francs (Chateaubr., Corresp., t.5, 1824, p.273).Tout ce bonheur n'est plus. Qui l'aurait dit? (...) Les hommes Sont ainsi; −leur toujours ne passe pas six mois (Gautier, Albertus, 1833, p.151).
E. −
1. [Avec une indication de rang] Se placer, se mettre devant ou derrière, avant ou après quelqu'un ou quelque chose.
a) Se situer d'une certaine façon par rapport à une autre personne qui se déplace dans la même direction ou exécute la même action que soi-même. Passant le premier pour lui montrer le chemin [il] poussa (...) la porte (Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.606).Il alla ouvrir la porte de l'arrière-boutique: −Entrez par ici. Il laissa l'homme passer devant (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.88).
b) Au fig. Avoir une importance plus ou moins grande qu'autre chose. Elle m'aimait, elle me l'avait assez prouvé; mais elle avait des intérêts qui passaient bien avant moi (Duras, Ourika, 1824, p.64).L'honneur passe avant la fortune (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.25).Quand je posséderai mon âme, c'est alors que je pourrai vous la donner. Jusque-là, c'est le devoir qui passe d'abord (Claudel, Père humil., 1920, iii, 2, p.541).
Emploi factitif. [Si l'État s'exprimait ainsi], il aurait fait passer les questions générales qui intéressent réellement la société, avant les questions de personnes qui n'intéressent qu'un corps privilégié (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p.161).
Passer au premier, au second plan, à l'arrière plan; passer au premier, au dernier rang. Plusieurs causes qui avaient eu de grands effets sur les rapports réciproques des hommes et sur la tournure prise par la civilisation, ont ainsi passé à l'arrière-plan (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.381).«L'étude du milieu» passe au premier plan des procédés en usage dans les classes nouvelles (Hist. instit. et doctr. pédag., 1947, p.438):
17. Le Japon, passé au premier rang comme pays producteur et se développant de plus en plus comme pays industriel de la soie; les États-Unis, devenus grand pays industriel et absorbant presque toute la soie exportée du Japon; tels ont été les deux faits majeurs qui ont transformé d'une manière décisive et accélérée la géographie traditionnelle de la soie. Brunhes, Géogr. hum., 1942, p.162.
2. [Avec une indication de position] Arg. Passer à gauche. ,,Être frustré de sa part`` (Sandry-Carr. 1963).
F. − Au fig.
1.
a)
α) Qqn1passe sur qqc.2Ne pas s'y attarder (v. infra 1resection IV B 4 b passer sous silence). Synon. fam. glisser sur, négliger.Passer sur les détails d'une histoire. Arthur Young (...) s'étonne du vide des routes françaises à la fin du XVIIIesiècle (...) Mais il n'insiste pas. (...) Il passe sur cette remarque. Qu'il me permette de m'y arrêter un instant (L. Febvre, La Nationalité, [1926] ds Combats, 1953, p.189).Je passe vite sur cette période, car je crains, à force de chercher, de retomber dans des souvenirs qui m'accablent moi-même (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p.167):
18. ... il est rigoureusement impossible de prouver cette proposition: on a prié pour une guerre juste, et la guerre a été malheureuse. Je passe sur la légitimité de la guerre, qui est déjà un point excessivement équivoque; je m'en tiens à la prière: comment peut-on prouver qu'on a prié? J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.424.
Empl. abs. Passons... Madame Fourchambault: Mon mari, et moi, nous ne faisons que notre devoir en vous protégeant... mais il est certain que vous avez été au moins bien imprudente. Marie: Au moins? que voulez-vous dire? Madame Fourchambault: Passons, mademoiselle! (Augier, Fourchambault, 1878, p.128):
19. Or, un jour de berlue, J'avais, toi là, lorgné quelque minois passant. Tu m'en fis l'observation en te gaussant, C'est vrai, mais non sans quelque amertume latente, Du moins pensais-je ainsi, moi toujours dans l'attente De tous tes sentiments qu'ils soient bons ou mauvais, Pour m'en désespérer ou m'en réjouir, mais Passons. Verlaine, Élégies, 1893, p.61.
β) Affecter de ne pas voir, tolérer, pardonner. Passer sur l'insignifiance de qqc. Êtes-vous très propre?... Moi, je suis exigeante sur la propreté... Je passe sur bien des choses... Mais sur la propreté, je suis intraitable... (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.28).Un cliché, même mauvais, intéressera la rédaction du journal s'il est original: sa rareté fera prime et l'on passera sur ses défauts techniques (Coston, A.B.C. journ., 1952, p.171).
Empl. factitif. Il fallait vraiment une dot comme la mienne pour le faire passer sur tous mes défauts (A. Daudet, Jack, t.2, 1876, p.66).
b) Qqn1laisse passer qqc.2
α) Ne pas réagir (à quelque chose). Julien s'était reproché trop souvent d'avoir laissé passer cette première insulte, pour souffrir ce regard (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.265).«Allons, me dit-il, ne faites pas l'enfant, rentrez une minute; qui aime bien châtie bien, et si je vous ai bien châtié, c'est que je vous aime bien.» (...) je laissai passer le mot «châtier» et suivis le baron (Proust, Guermantes 2, 1921, p.559).
Absol. J'ai souvent été exposé à de pareilles infamies (...) et on m'a toujours conseillé de laisser passer (Chateaubr., Corresp., t.5, 1823, p.21).
Laissez faire, laissez passer. V. laisser2I A 1.
β) Ne pas intervenir sur quelque chose. Le tableau est dramatique, brutal, se présentant souvent comme une urgence gravissime, simulant volontiers une affection chirurgicale. On conçoit le dilemme: opérer ces malades, mais le choc opératoire serait mortel le plus souvent −ou laisser passer une affection réellement chirurgicale (Quillet Méd.1965, p.498).
γ) Ne pas saisir quelque chose au passage. Laisser passer une occasion. Élisabeth (...) remit [les clefs] dans son sac et il eut l'impression et presque la certitude d'avoir laissé passer la chance (Aymé, Travelingue, 1941, p.73).V. infra IV A 1 c γ laisser passer son tour.
Ne pas vouloir laisser passer qqc. sans. Tenir à saisir (une occasion), à profiter (d'un événement) pour. Je ne voudrais pas laisser passer cette occasion sans mentionner les contributions importantes apportées (...) par certaines personnes qui n'avaient pas eu la possibilité de participer à nos travaux dès leur début (Déclar. univ. dr. homme, 1949, p.16):
20. Mon cher ami, vous avez eu, avant-hier je crois, vos quatre-vingts ans. Nous n'avons pas voulu laisser passer cet anniversaire sans que (...) quelques-uns de vos amis les plus proches ne se réunissent et ne saisissent l'occasion de vous dire ce que, depuis si longtemps, ils pensent - et qu'il faut bien pourtant qu'ils vous disent une fois... L. Febvre, Hommage à H. Berr, [1952] ds Combats, 1953, p.339.
c)
α) Qqc.2passe.Être accepté. Le règlement exige (...) que vous ayez votre plaque militaire d'identité attachée au poignet. (...) Avoir ça au poignet, quand on est sous l'uniforme, bah! on n'y pense pas; ça passe avec le reste (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p.243).
β) P. ext. Être acceptable, tolérable. Traduit sept ou huit pages de Memories of Happy Days, mais je ne sais si je continuerai. Certaines naïvetés passent en anglais qui ne sont pas supportables en français. C'est que je ne suis pas la même personne dans les deux langues (Green, Journal, 1944, p.155).
P. ell.
Passe (encore). C'est acceptable à la rigueur. Passe pour cette fois, mais que je ne t'y reprenne pas. Décrire ce qu'on voit, passe encore; voir ce qu'il faut décrire, voilà le difficile (L. Febvre, Examen de consc. hist., [1933] ds Combats, 1953, p.8).Que ces racontars courent les boutiques des barbiers, passe encore. Mais les entendre sur le trône de saint Pierre, c'est cela qui est décourageant (Montherl., Malatesta, 1946, iii, 5, p.503).
Passe (encore) pour qqn/qqc. (de). Un imbécile avec de la tenue! Tu l'as poussé dans la politique. (...) Enfin, passe pour lui; mais pour Roger, c'est autre chose: il est intelligent, lui, il a du coeur ou il en aura... (Pailleron, Monde où l'on s'ennuie, 1869, i, 7, p.26).Passe pour un piéton de se glisser, comme nous venons de faire, sur ces bancs de calcaire dénudé et sur ces lits de pierrailles! Quant à des troupes guettées, harcelées par des embuscades, jamais elles n'arriveraient jusqu'ici (Barrès, Pays Lev., t.1, 1923, p.241):
21. −Que le bonhomme Anthelme s'en aille ainsi tout seul, sans tambour ni trompette, je trouve ça quand même un peu discret. Passe encore pour les voisins qui sont de méchantes bêtes (...) Seulement, ni prêtre, ni médecin, ni notaire... Bernanos, M. Ouine, 1943, p.1367.
Empl. factitif. Rendre quelque chose acceptable. Le dîner n'interrompit pas la conversation. On causa de l'affaire qui avait occasionné la visite, de la guerre qui faisait alors rage, des affaires du temps, des espérances de l'Église, et autres propos de table qui font passer un mauvais dîner et en embellissent un bon (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p.315).Leur excentricité fait passer leur misère, jette des fleurs sur leurs guenilles (Vallès, Réfract., 1865, p.8).Le célèbre adagio en la mineur de la VIIeSymphonie qu'on avait intercalé dans la deuxième pour faire passer le reste fut donc apprécié à sa valeur (Prod'homme, Symph. Beethoven, 1921, p.61).
Expr. La sauce fait passer le poisson. V. poisson1A 5 a.
d) [Avec valeur factitive] Qqn1passe qqc.2à qqn3.Excuser, pardonner, permettre. Comme on est sévère pour les personnages de roman! pensait Henri, on ne leur passe pas une faiblesse (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.267):
22. On lui passait son château, ses équipages et sa maîtresse, parce qu'il savait parler patois, acceptait volontiers une pipe de belge et appréciait le genièvre de Wambrechies. Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p.155.
[P. méton.] C'est une femme de bon conseil, dans tout ce qui ne touche point à quelques rêveries assez bizarres dont elle s'est infatuée, mais que nous devons passer à son grand âge (Nodier, Fée Miettes, 1831, p.84).
Rare. Passer à qqn de + inf.V. extraordinaire II B ex. de Fiévée.
Ne rien passer à qqn. Les laides seraient capricieuses tout autant que les jolies; mais, comme on ne les gâte pas, comme on ne leur passe rien, il faut qu'elles perdent leurs caprices ou qu'elles les cachent (A. France, Le Crime de Sylvestre Bonnard, Paris, Calmann-Lévy, 1900 [1881], p.48).
Empl. pronom. réciproque. On ne se passe plus rien, on rapporte tout à un sentiment politique, et sous ce masque on exhale sa haine et sa vengeance (Sand, Indiana, 1832, p.149).
Passer (un caprice, une fantaisie) à qqn. Satisfaire le caprice, la fantaisie de quelqu'un. Sa mère (...) lui passait toutes ses volontés (Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p.194).V. caprice ex. 3, fantaisie B 1 ex. de Alain-Fournier.
Empl. pronom. réfl. indir. Quoique chanoine honoraire de la cathédrale de Tolède, je me passe de temps en temps un petit cigare. Dieu nous a donné le tabac pour endormir nos passions et nos douleurs (Balzac, Illus. perdues, 1843, p.703):
23. Ce Grandet ne dépense pas dix louis sans songer à la position qu'il occupe dans le monde. Ni lui ni sa femme ne se permettent les caprices que je me passe, moi, fils de famille. Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1835, p.349.
Loc. Passez-moi ce mot; qu'on me passe l'expression. Chacun, dans sa sphère, sent qu'il y a un effort à tenter, −qu'on me passe l'expression, −un grelot à attacher (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p.145).C'est, si vous me passez ce mot, à cette organisation d'amitié (...) que nous travaillons ensemble (Jaurès, Paix menacée, 1914, p.28).
e) Vieilli. Passer condamnation. V. condamnation A 1.
2.
a) Qqn1passe qqc.1Omettre, sauter. Il avait beaucoup lu, hâtivement, superficiellement, en passant la moitié des pages, en inventant ce qu'il n'avait pas lu, mais toujours talonné par une curiosité vive et fraîche (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1499).V. infra IV A 1 c γ passer son tour.
Loc. J'en passe et des meilleures. V. meilleur I A 1.
Var., p.plaisant. Failly, le bien nommé; Fleury, le proxénète; Canrobert, ce bandit au langage poissard; Le pion du petit Bonaparte, Frossard; Boyer... Que sais-je encor? J'en passe, et des plus sales, Pour qui Toulon trop plein manque de succursales (Glatigny, Fer rouge, 1870, p.69):
24. ... [les] ministres de Brisson (...) ont retourné leur veste gentiment. Viger, qui nous appelait «traîtres» et voulait nous poursuivre «jusque dans nos tanières»; Bourgeois, qui attendait de quel côté soufflerait le vent et qui envoie aux journaux des notes pour faire échouer la revision. J'en passe, et des pires, n'est-ce pas, Lockroy? Clemenceau, Vers réparation, 1899, p.153.
b) Populaire
α) [Avec valeur factitive] Qqn1passe qqc.2à l'as. ,,Subtiliser sans laisser de trace`` (Car. Argot 1977).
β) Qqn2passe à l'as. Ne pas être payé. Synon. passer à gauche (v. supra I E 2).Voir Bruant 1901, p.352, s.v. payer.
3.
a) Vx. Qqn1se passe à/de qqc.2Se contenter de. (Ds Ac. 1798-1878). Il a vingt mille francs de rente; on se passerait à moins (Ac.1835, 1878).
b) Usuel
α) Qqn1se passe de qqc.2/qqn2.Accepter, supporter de ne pas avoir, de vivre sans (ce qui est ou pourrait sembler nécessaire), y renoncer. Aussitôt qu'un homme a le nécessaire, il ne lui faut que de l'élévation dans l'âme pour se passer du superflu (Constant, Princ. pol., 1815, p.51).Il n'est pas naturel qu'un homme se passe de femmes! (Flaub., MmeBovary, t.2, 1857, p.189):
25. ... [lorsque les mères] voient (...) avec quelle facilité (...) [leur] fils se passe d'elles, lorsqu'elles comprennent brusquement qu'elles ne lui sont plus nécessaires, elles passent par une crise du même ordre que celle où les a jetées la trahison de l'amant, la désillusion de l'amour. Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1532.
P. anal. Il y a deux sortes d'athéisme: celui qui tend à se passer de l'idée de Dieu, et celui qui tend à se passer de son intervention dans les affaires humaines (Joubert, Pensées, t.1, 1824, p.118).
Pouvoir, ne pas pouvoir se passer de.Ne pas avoir, avoir besoin de. Ne pas pouvoir se passer des services de qqn. L'homme, en société, quelque progrès qu'il ait fait dans l'exercice de la vertu, ne peut se passer de considération (Nodier, Fée Miettes, 1831, p.87).
P. anal. Être en mesure de fonctionner sans. Un appareil de ce genre (...) présente (...) l'avantage de pouvoir se passer d'aérodromes et d'être à même, par conséquent, d'opérer dans des parages dépourvus de pistes d'envol (Le Masson, Mar., 1951, p.30).
Préférer ne pas avoir, n'avoir que faire de. Ah! pas d'attendrissement surtout, les attendrissements, les remerciements... je m'en passe (Cocteau, Parents, 1938, iii, 1, p.272).
Au cond. Se bien passer de + subst.On se passerait bien de cette corvée. Je leur demandai comment elles avaient dormi. La sécheresse de leur réponse me prouva qu'elles se seraient bien passées de ma conversation (About, Roi mont., 1857, p.137).
Qqn se passe de + inf.Même sens que supra . Se passer de boire, de dormir. Nous ne pouvons pas nous passer de connaître nos droits politiques, et de nous en mettre en possession (Sieyès, Tiers État, 1789, p.85).Walstein ne tarda pas à s'ennuyer de cette solitude; il lui fallait le monde, il avait besoin de spectateurs; il ne pouvait se passer d'étaler magnifiquement toutes les qualités qu'il n'avait pas (Karr, Sous tilleuls, 1832, p.221).Elle se passait de dîner pour voir partir son gars (Hamp, Marée, 1908, p.31).
Au cond. Se bien passer de + inf. Préférer ne pas (faire). Il n'est nullement dans mon esprit de vouloir attirer l'attention sur (...) [ces questions], au contraire. Je me serais bien passé de les débattre si, justement, elles n'avaient pas «fait question» (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.xvi).
Vieilli. Se passer que + subj.Même sens que supra α. Le petit cheval blanc du moulin de la Bigne faisait ainsi tous les lundis le tour des villages (...). Toujours précédant son maître, il se passait à merveille qu'on lui indiquât son chemin (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p.41).
β) Qqc.1(qqn1) se passe de qqc.2Ne pas avoir besoin de (ce qui est absolument superflu, ce qui constituerait une redite). [Le Titien] se passe de mes éloges (Delacroix, Journal, 1857, p.2).Cinq cent mille licenciés en Allemagne de l'Ouest, ce chiffre se passe de commentaires (Jeux et sports, 1967, p.1463):
26. Que les clauses de ce cahier des charges ne soient pas discutées utilement quand on manque de vues d'ensemble et de projets cohérents, de part et d'autre, se passe de démonstration. Univ. écon. et soc., 1960, p.26-15.
II. − [La destination est connue]
A. − [Avec compl. prép. désignant (le point de départ et) le point d'arrivée] Qqn1/qqc.1passe.Aller, se rendre quelque part.
1. [Les deux extrémités du parcours sont désignées]
a) Passer de... à...Passer d'une pièce à l'autre. Lecouvreur passait d'un groupe à un autre groupe, trinquait, cherchait à inspirer confiance à ses futurs clients et regardait autour de lui avec un plaisir attendri (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p.26).Il passait d'un bord à l'autre de cette tranchée, y descendait, en remontait, fouillait du jet de sa lampe les moindres replis de terre (Vercel, Cap. Conan, 1934, p.208).V. feutré C 1 b ex. de Benjamin.
En partic. Faire la traversée de... à... Et vous m'avez aimée comme cela, en deux heures, en passant de Douvres à Calais? (Dumas père, Cachemire vert, 1850, vii, p.284).
b) Passer de... dans/en...On monte quelques marches, et du jardin on passe dans le verger proprement dit (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.373).Les automobiles passant de France en Allemagne étaient arrêtées et saisies (Joffre, Mém., t.1, 1931, p.222).Un rayon lumineux (...) passant d'un milieu dans un autre (...) est réfracté et s'infléchit (Sarraute, Ère soupçon, 1956, p.105).
Empl. factitif. Qqc.2fait passer qqc.1Un photon pénétrant dans un semi-conducteur peut faire passer un électron de la bande de valence dans la bande de conduction (Hist. gén. sc., t.3, vol. 2, 1964, p.306).
En partic. Passer de bras en bras, de bouche en bouche, de main en main. Quant à Luce, elle danse éperdument, −«je n'en manque pas une» −passant de bras en bras sans s'essouffler (Colette, Cl. école, 1900, p.315).V. bouche II B 2 c, main 1resection I D 1 b α ex. de Beauvoir, monnaie ex. de Bernanos.
2.
a) [Seul le point d'arrivée est exprimé] V. buissonner ex. 1.
α) Passer à.Hé bien, as-tu été content de ta matinée? me dit mon père tandis qu'on passait à table (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p.456).
β) Passer dans/en.Après que l'escadre de Drake fut sortie du détroit de Magellan et eut passé dans la mer du Sud, le 6 septembre 1578, ses vaisseaux firent route au Nord-Ouest (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.82).Après le dîner, on passait dans le salon (A. France, Vie fleur, 1922, p.490).V. cale ex. 7:
27. L'ovaire, outre qu'il produit des oocytes, est une glande endocrine, productrice d'hormones, qui, passant dans le sang, agissent puissamment sur le reste de l'appareil génital, et en particulier sur l'utérus. Caullery, Embryol., 1942, p.97.
Empl. factitif. En achevant ces mots, M. de La Mole faisait passer Julien dans un salon resplendissant de dorures (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.242).
P. métaph. L'écluse ne se perfectionna et n'acquit sa forme moderne que lorsqu'elle passa en Lombardie (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, p.199).
γ) Passer sur.Passer sur le palier:
28. Il prend le quai des Grands-Augustins et traverse le quai Conti; au moment où il passe sur le quai Malaquais, il voit marcher sur le quai du Louvre, parallèlement à sa propre direction, un individu (...) qui paraît l'examiner avec attention. Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p.350.
δ) À la forme interr. Où a/est-il passé? Où se trouve-t-il? Tandis que Nivoulas dormait, les bohémiens avaient décampé sans même songer à lui rendre sa valise. De quel côté étaient-ils passés maintenant? (Arène, J. des Figues, 1870, p.140).−Où est donc passé Jean? reprit-elle. −Il est à la mare avec Petitou (Estaunié, Vie secrète, 1908, p.2).
Qu'est-il devenu? Est-ce qu'on sait, mon cher monsieur Godefroid, où ces gens-là sont passés! (Balzac, Initié, 1848, p.453).
b) [Avec une idée de déplacement durable] Il la conduisit à Calais, d'où elle passa en Angleterre, pour demander asile et protection au roi Henri (Barante, Hist. ducs Bourg., t.4, 1821-24, p.391).Le jeune Del Dongo (...) restera coupable d'avoir passé à l'étranger sans passeport régulièrement délivré (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.81).
3. [Seul le point de départ est exprimé] Loc. fam. Cela lui a complètement passé de la tête, de l'esprit. Il a complètement oublié (d'apr. Littré).
B. − Au fig. [L'action se situant dans le temps ou dans un processus temporel]
1.
a) [L'idée est celle d'une évolution, d'un changement, d'une transformation subis ou réalisés]
α) [Le point de départ et l'aboutissement sont exprimés] Passer de... à...Passer du printemps à l'été, de l'aigu au grave, du blanc cassé au jaune paille; passer de la grâce à la grandeur, de la servitude à la liberté; passer de la réalité au mythe; passer de la parole à l'action, de la théorie à la pratique. Ce fut dans le cours de l'hiver 1941-1942 que le ton passa du paternalisme à la menace. Deux discours du Führer au Reichstag expliquent à merveille cette évolution (Ambrière, Gdes vac., 1946, p.278).D'un million d'adhérents, (...) [la Confédération Générale du Travail] passe le 15 juin 1936 à deux millions cinq cent mille (Cacérès, Hist. éduc. pop., 1964, p.108).V. agile ex. 34, char ex. 2, état ex. 15:
29. ... l'on ne peut passer d'un état (...) à un autre, sans traverser des états intermédiaires et même une infinité d'états intermédiaires: ainsi ne peut-on passer du jour à la nuit sans la transition infiniment nuancée du crépuscule. Couffignal, Mach. penser, 1964, p.51.
Empl. factitif. L'ethnographe anglais [Malinowski] a le mérite d'avoir contribué à faire passer le problème du plan théorique au plan pratique (Hist. sc., 1957, p.1525).
En partic. Passer de vie à trépas. Mourir. Le pauvre alchimiste fut supplicié à minuit, sur une place publique. (...) Non seulement le savant imprudent mais même ses deux chiens passèrent de vie à trépas (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p.59).
Absol., vieilli ou région. Elle est passée, la pauvre demoiselle! dit enfin la garde (Mérimée, A. Guillot, 1847, p.145).Était-ce le dernier souffle, ce soupir que poussait Jeanne? était-ce le retour de la vie? Un instant, Hélène, la sentant se raidir, crut qu'elle passait (Zola, Page amour, 1878, p.936):
30. «S'il pouvait passer comme ça, en douceur...», se dit-il. La contradiction entre ce souhait et l'acharnement qu'il avait mis à lutter contre l'asphyxie ne le frappait pas encore. Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p.1290.
β) [Seul l'aboutissement est exprimé]
Passer à.Nom qui passe à l'immortalité; otite qui passe à la chronicité. Le vent ayant passé au sud, il leva l'ancre (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.83).Il ralentit, éteint l'allure, passe au pas; il fait halte (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p.66):
31. Un conducteur d'autobus, à un arrêt situé devant un carrefour, entend la sonnerie du receveur qui lui permet le départ. Mais le feu au carrefour est rouge. Il ne remet le véhicule en marche que lorsque le feu passe au vert. Ruyer, Cybern., 1954, p.40.
Passer dans:
32. ... la révolte, si elle ne passe pas immédiatement dans des actes précis et efficaces, se change toujours en son contraire, à cause de l'humiliation produite par le sentiment d'impuissance radicale qui en résulte. S. Weil, Pesanteur, 1943, p.158.
Empl. factitif. La vie politique (...); c'est la lutte pour des réformes qui sont en voie de préparation plus ou moins avancée dans les esprits et qu'il s'agit de faire passer dans les faits (Clemenceau, 1885ds Fondateurs 3eRépubl., p.144).
Passer en.Dès le vivant de Jésus, plusieurs, sans être ses disciples, chassaient les démons en son nom (...) Il faut observer (...) que ces pouvoirs surnaturels étaient, si l'on ose ainsi dire, passés en métier (Renan, Vie Jésus, 1863, p.308).Le moteur marche très bien au ralenti, mais a de la difficulté à passer en régime accéléré (Chapelain, Techn. automob., 1956, p.338).La potasse est passée en solution (Cl. Duval, Verre, 1966, p.36).
Empl. factitif. Le jeune homme (...) lui expliquait le mécanisme du nouveau commerce des nouveautés. Ce commerce était basé maintenant sur le renouvellement continu et rapide du capital, qu'il s'agissait de faire passer en marchandises le plus de fois possible (Zola, Bonh. dames, 1883, p.458):
33. ... on agite rapidement le tissu broyé pour faire passer en solution saline diluée le maximum d'impuretés, tandis que le DNA [sigle de l'angl. desoxyribo-nucleid acid (acide désoxyribonucléique)] demeure insoluble sous forme de «fils de chromatine». Privat de Garilhe, Acides nucl., 1963, p.67.
Passer sur le plan de:
34. Soulevés par une sorte d'hystérie collective, les autochtones attaquèrent ensuite la mission. Leur violence réprimée, le complexe d'actes précédents ou le mythe joué, peut-être, passé sur le plan du langage, continue à être répété secrètement sans nul doute, avec la même puissance émotionnelle, et à déterminer des rites. Philos., Relig., 1957, p.48-8.
b) En partic.
α) Changer sans transition (d'attitude, d'activité, de sujet de préoccupation). Passer d'un extrême à l'autre, d'une idée à l'autre. Ils se consultaient mutuellement, ouvraient un livre, passaient à un autre, puis ne savaient que résoudre devant la divergence des opinions (Flaub., Bouvard, t.1, 1880, p.33).Lorrain s'arrête ici dans les déductions de Bauër et passe à autre chose (Goncourt, Journal, 1894, p.510).L'hyperthyroïdien passe allégrement d'un sujet à l'autre, tour à tour affirme et nie, lasse l'entourage par son humeur sautillante, querelleuse, et ses contradictions sans répit (Mounier, Traité caract., 1946, p.168).
β) En venir à, accéder à (une nouvelle phase dans une activité). Passer à l'action, à l'exécution (de qqc.); passer à l'attaque, à l'épreuve de force, à l'offensive; passer à l'ordre du jour, au scrutin, au vote. Messieurs, nous connaissons tous cet acte (...); il est donc inutile de lire les dix-huit articles dont il se compose; passez à la fin (Dumas père, Henri III, 1829, iv, 6, p.183).[Si] la résolution [de révision] obtient (...) [la] majorité (...) l'Assemblée peut passer à la seconde phase de la procédure de revision (Vedel, Dr. constit., 1949, p.536).Après avoir traité des végétaux benthiques, la plus évidente logique commande de passer à l'étude des animaux benthiques (J.-M. Pérès, Vie océan, 1966, p.97).
Passer à l'acte. La bourgeoisie (...) eût trouvé avantage (...) à revenir sur la loi du 17 juillet 1793 pour récupérer les rentes foncières, devenues caduques lorsque le contrat contenait des expressions empruntées au vocabulaire féodal. On en délibéra sans oser passer à l'acte (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.608):
35. Toute force, à l'état latent, provoque à la fois le désir et la crainte (...). Mais chaque fois qu'elle se manifeste, c'est dans un seul sens, comme source de bénédictions ou comme foyer de malédictions. Virtuelle, elle est ambiguë; en passant à l'acte, elle devient univoque. Philos., Relig., 1957, p.32-7.
PSYCHOL. V. passage1I B 2 b θ.Certaines obsessions impulsives semblent avoir le singulier privilège de passer à l'acte beaucoup plus régulièrement que les autres (Janet, Obsess. et psychasth., 1903, p.83).
Passer à la discussion des articles. V. passage1I B 2 b δ.La discussion générale se clôt soit par un vote rejetant le principe du texte proposé, soit par la décision de passer à la discussion des articles (Vedel, op.cit., p.483).
Passer aux aveux. Je finis par m'en ouvrir à mes parents qui passèrent aux aveux (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.23).
En partic. Passer à la ligne. Synon. aller à la ligne (v. aller I A 2 b):
36. J'allais chercher le tome «Pr-Z» du Grand Larousse. Je (...) l'ouvrais à la bonne page et copiais mot pour mot en passant à la ligne: «Les requins sont communs dans l'Atlantique tropical (...)» Je prenais tout mon temps pour transcrire l'article... Sartre, Mots, 1964, p.119.
c) AUTOMOB. Passer (en première, en seconde). V. changer de vitesse, s.v. changer III A 1 b.On dégage la deuxième vitesse, passe au point mort (Chapelain, Techn. automob., 1956, p.87):
37. La boîte de vitesses (...) rend possible la modification de la démultiplication entre l'arbre moteur et l'arbre de transmission: en termes clairs, cela signifie qu'ayant démarré en première vitesse, on peut passer en seconde, en troisième, etc. Chapelain, Techn. automob., 1956, p.79.
Passer une vitesse. Pour éviter les à-coups, il faut, au moment où le conducteur embraye, après avoir passé sa vitesse, que l'allure du véhicule corresponde à la vitesse permise par la nouvelle combinaison (Chapelain, Techn. automob., 1956, p.93).V. débloquer B 2 b ex. de Chapelain.
Une vitesse passe. La «vitesse» passe difficilement à froid. L'huile de la boîte de vitesses est trop visqueuse et gêne le déplacement des pignons (Chapelain, Techn. automob., 1956, p.354).
2. [L'idée est celle d'intégration à un ensemble] Passer dans le folklore, dans l'histoire; passer dans les habitudes, dans les moeurs, dans l'usage. Des termes techniques ou scientifiques (...) tendraient (...), vu la généralité et l'importance des notions qu'ils expriment, à passer dans la langue usuelle des peuples instruits (Cournot, Fond. connaiss., 1851, p.140).Ce moyen d'exploration (...) est certainement appelé (...) à passer dans la pratique courante (Quillet Méd.1965, p.158).
3.
a) [L'idée est celle de transmission ou de transfert]
α) [Le point de départ et l'aboutissement sont exprimés]
Passer de... à/en...Passer d'une génération à l'autre. Le secrétaire de la mairie de Biarritz, qui y demeure, y a par sa femme une maison, qui depuis 1200 a toujours passé de mère en fille (Michelet, Journal, 1835, p.186).C'est une plaisanterie de ta famille qui passe de père en fils, comme la perruque à queue de rat et la culotte de velours à deux boucles (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p.27).
Empl. pronom. passif. Cependant le travail change de caractère. Le temps ne comptait pas, jadis (...). Les procédés étaient de tradition. Il y avait quantité de secrets et de tours qui se passaient de maître à compagnon, de père en fils, du cédant au cessionnaire (Valéry, Regards sur monde act., 1931, p.261).
Passer de... sur...Emploi factitif. Il jugea nécessaire (...) de se donner un état-civil, en requérant (...) un jugement qui fît passer son acte de baptême des registres du presbytère sur ceux de la mairie (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.57).
β) [Seul l'aboutissement est exprimé]
Passer à.Chez les Basques, la maison passe à l'aîné, quel qu'il soit, garçon ou fille (Michelet, Journal, 1835, p.187).Le plasma germinatif des parents passe à leurs descendants (Lalande, Raison et normes, 1948, p.63):
38. ... [Robespierre] dut se rallier à une démonstration menaçante qui obligerait l'assemblée à céder. Mais si elle tenait bon? Les Montagnards ne voulaient pas qu'on la dispersât et moins encore qu'on revît les scènes de septembre: en pareil cas, le pouvoir leur échapperait pour passer à la Commune et aux meneurs sans-culottes... Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.345.
Empl. factitif. Chaque groupe (...) possède son système d'expression particulier. Or, tous les groupes n'écrivent pas ou n'écrivent pas autant, ou n'ont pas autant de chances de faire passer leurs écrits à la postérité (M. Bloch, Apol. pour hist., 1944, p.84).
Passer chez.Emploi factitif. Il est impossible que l'on ne fasse pas passer chez les autres la confiance que l'on a en soi-même, quand cette confiance éclate en toute occasion et ne se dément jamais (Reybaud, J. Paturot, 1842, p.358).
Locutions
Passer à la charge de. Quand des chemins de fer, exploités un instant par l'État, ont été concédés à l'industrie privée, les dépenses de leur personnel, en cessant de figurer au budget, ont passé à la charge des compagnies (Vivien, Ét. admin., 1859, p.178).
Passer au service de. Après l'arrestation de Fouquet, Vatel passa au service du prince de Condé, à Chantilly, où cet entremets fut baptisé (Gdes heures cuis. fr.,Éluard-Valette,1964, p.233).
Passer aux mains de, entre les mains de. V. main 1resection I D 2 a α ex. de Proust:
39. En 1832, est créée l'entreprise Daubrée et Barbier qui, sur l'initiative de la femme du premier, nièce de Macintosh, fabrique également des balles élastiques: la maison passera bientôt entre les mains de la famille Michelin. Industr. fr. caoutch., 1965, p.6.
Passer du côté de. Emploi factitif. [L'organisation de la concurrence], continue M. Blanqui, tend à faire passer tous les profits du travail du côté des capitaux (Proudhon, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.206).
Passer sous l'autorité de, le contrôle de, la direction de, la domination de. Assez tôt, (...) [les collèges] se transformèrent en de véritables pensionnats, passant sous l'autorité des universités (Encyclop. éduc., 1960, p.14):
40. ... la crainte de passer sous une domination étrangère (...) détermina les Louisianais à s'assembler pour aviser au meilleur parti à prendre dans cette désespérante circonstance. Baudry des Loz., Voy. Louisiane, 1802, p.117.
Empl. factitif. En 1945, les autorités politiques ont fait passer sous la direction de l'État, la Banque de France, quatre grandes banques de dépôt, certaines compagnies d'assurances (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1966, p.446):
41. ... cette intervention totale de l'État fait passer toutes les libertés publiques sous le contrôle du pouvoir, et détruit la liberté elle-même et, avec elle, la démocratie. Vedel, Dr. constit., 1949, p.184.
γ) Absol., empl. factitif. [Le fermage de la terre et l'intérêt de l'argent sont] au même titre la récompense du privilége, l'indemnité du prêt. Il fallut plus de quinze siècles pour faire passer cette idée (Proudhon, Syst. contrad. écon., t.2, 1846, p.130).
b) En partic. [Avec une idée de reniement, voire de trahison]
Passer à + subst. désignant une catégorie de personnes ou un mouvement.Se rallier à. [N'est-ce pas odieux] d'avoir, Français d'adoption, passé aux Anglais; Espagnol de naissance, combattu contre les Espagnols (Dumas père, Ctede Morcerf, 1856, iv, 6, tabl. 2, p.86).Je crains que le cas de Frédé ne soit celui de beaucoup d'intellectuels bourgeois passés au communisme entre les deux guerres, à l'époque où les conversions étaient à la mode (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p.163).
Passer à l'ennemi. V. ennemi C 2 a synt.
Passer dans le camp de, dans le parti de. La dame de Giac et Jossequin, qui étaient dans le château, restèrent avec le Dauphin et passèrent dans son parti (Barante, Hist. ducs Bourg., t.4, 1821-24, p.275):
42. Je ne venais pas comme votre alliée, encore moins comme votre complice. J'ai le désir de l'être. C'est sans doute l'alliance de l'ordre contre le désordre. Toujours est-il que je passe dans votre camp. Cocteau, Parents, 1938, II, 12, p.265.
4.
a) [L'idée est celle d'un changement de catégorie, de l'accession à un nouvel échelon dans une formation ou une carrière]
α) [Le point de départ et l'aboutissement sont exprimés]
Passer de... à...V. capitalisable ex. de Schwartz, s.v. capitaliser.
Passer de... dans...Nul ne peut être admis à passer d'une année dans l'année supérieure s'il n'a obtenu aux examens subis en cours et en fin d'année une moyenne de points fixés par le règlement intérieur de l'école (Encyclop. éduc., 1960, p.227).
β) [Seul l'aboutissement est exprimé] Passer dans/en.L'étude de ces manuels (...) serait sanctionnée à l'examen de fin d'apprentissage, aussi bien qu'aux épreuves permettant au jeune compagnon de passer dans la catégorie des compagnons définitifs (Fillon, Serrurier, 1942, p.43):
43. Les élèves admis en classe de 5e(année préparatoire) sont autorisés à passer en classe de 4e(première année) sans subir d'examen d'aptitude ou de concours d'admission, à la condition qu'ils aient obtenu, au cours de cette année préparatoire, la moyenne pour l'ensemble des disciplines. Encyclop. éduc., 1960, p.168.
b) [Un attribut exprime le résultat du processus] Un amateur qui passe professionnel se lance dans des épreuves plus sévères (Comment parlent les sportifsds Vie Lang., 1953, p.327).Il va passer rapidement chargé de recherche et commencer à réfléchir aux problèmes de la physique d'une manière moins contractée (Leprince-Ringuet, Atomes et hommes, 1957, p.82).
Passer maître (v. maître1II B 1 a). Le livre de Fernand Braudel est le livre d'un homme seul. Une thèse, donc un chef-d'oeuvre artisanal exigé par la corporation universitaire de tous ceux qui veulent passer maîtres (L. Febvre, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p.433).
c) Absol. Passer (au choix, à l'ancienneté). Être promu (au choix, à l'ancienneté). [Pietri a de la] chance. À seize ans, à la gare de Cannes, il aide une vieille dame à traverser la voie. C'est la mère de Gambetta. Depuis, il passe au choix (Giraudoux, Siegfried, 1928, iv, 1, p.154).
III. − [Le mouvement est provisoirement interrompu]
A. − [Gén. avec compl. prép. ou adv. de lieu] Qqn passe
1. S'arrêter pour un court moment, séjourner quelque part provisoirement. Passer au bureau, chez le coiffeur. En rentrant à Paris, Lucien passa au ministère (Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1835, p.406).En passant chez mon libraire, j'ai appris que les deux Claudel venaient de paraître (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.164).V. collection ex. 11:
44. [Il loge dans l'appartement] Rodrigue qui est «réfractaire» et les agents de liaison qui, passant par Paris, ne veulent pas descendre à l'hôtel, pour n'avoir pas à remplir de fiche de police. Vailland, Drôle de jeu, 1945, p.7.
Passer à la caisse. V. caisse II B 2 b expr.
Passer chez le notaire. V. notaire A expr.
Absolument:
45. ... depuis que François Paradis avait passé, la longue veille hebdomadaire lui était plaisante et douce, parce qu'elle pouvait penser à lui et à elle-même sans que rien vînt interrompre le cours des choses heureuses qu'elle imaginait. Elles étaient infiniment simples, ces choses, et n'allaient guère loin. Il reviendrait au printemps... Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p.101.
Loc. Ne faire que passer. Ne pas s'attarder. V. faire3ex. 7.
Passer faire qqc., voir qqn. Je passe voir Gisette dans sa loge (Goncourt, Journal, 1861, p.894).Je vais prendre le thé chez les Mérissel. Je passerai vous dire bonjour en remontant (Flers, Caillavet, M. Brotonneau, 1923, iii, 2, p.19).Il passait donner des ordres, les sommes nécessaires, et revenait pour être sûr que ses ordres étaient exécutés (Cocteau, Enfants, 1929, p.61).
2. En partic. [À propos de la vie hum.] Passer sur terre. Il a passé parmi nous en faisant le bien. Ce sera sa glorieuse épitaphe: Pertransiit benefaciendo! (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p.1359).
B. − P. ext. Qqn/qqc. passe
1.
a) Exercer une activité, occuper une fonction, suivre une formation, subir un traitement de façon transitoire.
α) [Le compl. désigne l'activité] Passer par les affaires:
46. ... les critiques littéraires, qui savent que fatalement une «génération» arrivera par le simple jeu du temps, indépendamment de sa valeur et de ses idées, sont devenus très faciles, très coulants. C'est vrai en politique où tant de groupes ont passé au pouvoir que... Valéry, Corresp.[avec Gide], 1897, p.301.
Empl. factitif, p.métaph. La nécessité de faire passer sous les drapeaux un très-grand nombre d'hommes fait réduire le temps de service effectif à deux ans au plus pour l'infanterie (Davout, Réorg. milit., 1871, p.52).
β) [Le compl. désigne le lieu de l'action] Entre mars-juillet-novembre 1941 et mars 1942, 187000 jeunes de la zone sud vont passer dans les Chantiers et revêtir la tenue verte (Cacérès, Hist. éduc. pop., 1964, p.123).
Passer sur le billard. V. billard C 1.
Expr. Passer dans, entre, par, sous la main de qqn. J'ai frémi en tournant les pages de ces rapports impitoyables qui avaient passé sous la main de ces deux hommes (Nerval, Filles feu, Angélique, 1854, p.515).La vente de ces 20 quintaux cédés à un commerçant du bourg voisin, celle des quelque 10 à 15000 litres de lait, et cinq ou six veaux, nous procurent à peu près le seul argent qui nous passe dans les mains (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p.25).V. directoriat ex. de Morienval, s.v. directeur et main 1resection I D 2 a ε ex. de Hugo:
47. ... les manuscrits (...) qui lui passaient entre les mains, ne comportaient jamais la moindre rature (...); les seules et uniques corrections étaient parfois quelques surcharges. Gide, Journal, 1946, p.291.
b) En partic. Passer par (un stade dans une évolution).Passer par un (plusieurs) état(s), par une (plusieurs) étape(s), par une (plusieurs) phase(s). Pour arriver à la synthèse, il faut nécessairement passer par l'analyse (Viollet-Le-Duc, Archit., 1863, p.463).Claude Terrasse (1867-1923) avait comme Messager passé par l'école Niedermeyer (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p.185):
48. ... dans divers groupes de parasites, l'individu, au cours de son développement, doit passer obligatoirement par deux hôtes successifs définis pour atteindre l'état adulte... Hist. gén. sc., t.3, vol. 1, 1961, p.414.
Empl. factitif. Le théâtre (...) n'est plus ce moule par quoi on fait uniformément passer Sophocle, Shakespeare et Molière, mais un laboratoire d'expériences où l'on recrée Sophocle, Shakespeare et Molière (Cassou, Arts plast. contemp., 1960, p.381).
c) P. anal.
α) Passer par (une crise, une épreuve). Subir (une crise, une épreuve). Cette démocratie (...) avait besoin de passer par l'épreuve des affaires (Gambetta,1874ds Fondateurs 3eRépubl., p.233).Hartknopf passe par les mêmes angoisses que Reiser; seulement, il les surmonte (Béguin, Âme romant., 1939, p.39).Les fibres externes passaient par des alternatives de traction et de compression (Campredon, Bois, 1948, p.39).V. accablement ex. 2.
Empl. factitif:
49. N'est-ce pas en faisant passer tous ces éléments par l'épreuve dialectique de la complémentarité, de l'implication mutuelle, de l'ambiguïté et de la réciprocité de perspective qu'on peut obtenir une image concrète de la réalité sociale et de ses types en train de se faire et de se défaire? Traité sociol., 1967, p.25.
β) Locutions
(En) passer par là. Subir l'épreuve dont il a été question. V. I B 4 b ex. de Hugo, de Flaubert.
Y passer. Subir le sort malheureux dont il a été question, celui auquel tout le monde pense (v. infra IV B 3 c passer à la casserole). Ma femme, fais attention à ton fils Alexandre: il va renverser le cabaret, et toutes les tasses y passeront comme les verres à patte! (Kock, Cocu, 1831, p.40).Que ça soit [la guerre] dans deux ans ou dans six mois, de penser qu'on y passera sûrement, ça n'encourage pas (Beauvoir, Invitée, 1943, p.124).
En partic.
Être pris dans un engrenage. Papa aussi te l'a bien répété: on y engage un doigt, et tout le bonhomme y passe. Et c'est ce qui est arrivé, et nous avec (Genevoix, Raboliot, 1925, p.333).
Subir des violences sexuelles. Alors, il ne parla plus, ayant une revanche à prendre, se disant tout bas, crûment: «Toi, tu vas y passer!» (...) il la renversa brutalement au bord de la table; et elle se soumit, il la posséda (Zola, Pot-Bouille, 1882, p.76).
Mourir, être anéanti. Cela va mieux, dit-il en arrivant vers Rieux, mais j'ai cru qu'il y passait (Camus, Peste, 1947, p.1229):
50. On est tous là, entiers... Mais... Mais on est tous là, parce que ça a fini juste à temps. Juste à temps; encore un peu, et on y passait. Ça durait encore dix minutes, et j'étais mort, et les Bastides y passaient. Il s'en est fallu de peu. Giono, Colline, 1929, p.170.
(En) passer par (la volonté de qqn). Se soumettre à la volonté de quelqu'un. Mon cher ami, j'eus beau me débattre. Il fallut en passer par où elle voulait, comme toujours (A. Daudet, Pt Chose, 1868, p.280).Quoi que pussent faire dire l'Italie et l'Angleterre (...), on en passa par la volonté de Guillaume (Maurras, Kiel et Tanger, 1914, p.178).
2.
a)
α) Qqn1/qqc1passe en/devant qqn2/qqc.2Se présenter, être présenté devant une instance, comparaître. Passer en conseil de guerre; passer devant le jury, un tribunal. [Des] journaux, consultés anxieusement, lui apprirent que l'affaire Greslou passait aux assises de Riom le vendredi 11 mars (Bourget, Disciple, 1889, p.223).J'ai refusé de montrer mes papiers, ça a fait toute une histoire, ils ont fait venir les flics, et voilà! je passe en correctionnelle (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.33):
51. Les prêts demandés par les collectivités publiques sont soumis à l'agrément du conseil d'administration de la Caisse d'épargne, puis passent devant un comité départemental présidé par le trésorier-payeur-général... Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.64.
Loc. fam. Passer devant le maire (et le curé). V. curé A, maire B 2.
Empl. factitif. Faire passer qqn en justice. Vous garderez les arrêts forcés pendant un mois, monsieur, et je suis indulgent; car vous m'avez injurié chez moi, et je pouvais vous faire passer à un conseil (Sue, Atar-Gull, 1831, p.21).
β) Passer en jugement. Être traduit en justice. La Convention, à l'exemple du gouvernement de Sa Majesté britannique, faisait passer en jugement les généraux vaincus, à défaut des généraux traîtres, qui, ceux-ci, ne se laissaient point juger (A. France, Dieux ont soif, 1912, p.112).Il nous paraît inconcevable que, jadis, des milliers d'hommes en Europe aient pu passer en jugement et subir la torture, pour leurs convictions religieuses... (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.536).
Au fig. Passer au jugement de qqn. Être soumis au jugement de quelqu'un (d'apr. Littré).
b) Expr. vieillie. Qqn2y passe. ,,Constater un fait par un acte en forme`` (Ac. 1878, 1935). V. notaire A expr. vieillie.M. Louis a fait la cour à cette vieille dame, l'a épousée quoique bien plus jeune qu'elle; (...) moi je trouvais ça très-bien et conforme à la plus saine morale puisque le maire et le curé y ont passé (A. Daudet, Nabab, 1877, p.191).
3.
a) Spéc. Être présenté, présenter quelque chose, se présenter devant un public, un auditoire.
α) CINÉMA
Un film passe. Être projeté. La durée d'exécution d'un film −nous parlons ici de ce qu'on nomme un «grand film», c'est-à-dire du film qui passe en deuxième partie dans le programme d'un cinéma −est variable (Arts et litt., 1936, p.88-11).«Au loin une voile» est un film de 1937 (...). Il passe pour huit jours au Studio Montmartre (L'Humanité, 19 janv. 1952, p.6, col. 2).
[P. méton.]:
52. En France, les producteurs de films d'art explorent assurément le domaine de la peinture: Rubens, Cézanne, Van Gogh sont passés avec succès sur nos écrans mais les préférences actuelles semblent aller à la sculpture et en particulier à la statuaire du M. A.* Musées Fr., 1950, p.27.
Avec valeur factitive. Passer un film. Projeter. On s'était mis à table. (...) Pour prolonger cette réunion, on décida d'aller au cinéma. On passait justement un film gai (Camus, Env. et endr., 1937, p.40).Méliès, depuis 1900, avait une clientèle dans les grands music-halls anglais, organisés en circuit, qui passaient ses films comme clous de leurs programmes (Sadoul, Cin., 1949, p.35).
β) MUS., avec valeur factitive. Passer un disque. Faire tourner un disque:
53. 26 mai. J'ai obtenu, en faisant tourner à 33 tours un fragment enregistré à 78 tours, des transformations tout à fait remarquables. En passant le disque un peu plus de deux fois moins vite, on descend le tout d'un peu plus d'une octave et le tempo ralentit d'autant. Schaeffer, Rech. mus. concr., 1952, p.23.
γ) RADIO, TÉLÉV.
Qqn/qqc. passe (à/sur l'antenne, en direct, en différé). Se produire dans une émission de radio ou de télévision; être diffusé (d'apr. Presse 1981). Valentina s'apprête à «passer en direct» à la télévision soviétique pour que son image soit diffusée de là vers toute la Terre (Paris-Jour, 18 juin 1963, p.7, col. 1 ds Guilb. Astronaut. 1967).
Empl. factitif:
54. Adjonction à la cabine de programme: (...) d'une salle de transit dans laquelle sont préparés les disques ou bandes à faire passer à l'antenne et sont récupérés les disques ou les bandes déjà utilisés. Matras, Radiodiff. et télév., 1958, p.53.
Avec valeur factitive. Passer qqc. (à l'antenne). L'auditeur cite souvent comme ayant passé de la publicité au cours du programme, des marques dont, en réalité, la publicité était diffusée à un autre moment de la journée (Weinand, Public. radioph., 1964, p.10).
δ) THÉÂTRE. Passer (sur scène). Jouer; exécuter un numéro. Grouille-toi! bon Dieu, grouille-toi! Jadin n'est pas là! (...) nous passons vingt minutes plus tôt! (Colette, Vagab., 1910, p.19).Hier, la répétition des Monstres était molle, désarticulée, pleine de trous. C'est ce soir qu'on passe. On tâchera de trouver le rythme de 3 heures à 6 heures (Cocteau, Maalesh, 1949, p.58).
Empl. factitif. V. nuit ex. 13.
b) P. méton. Être perçu par l'auditeur, le spectateur:
55. L'amélioration artistique, dénuée d'intérêt tant que la transmission était insuffisante, prend aujourd'hui une importance croissante: toutes les nuances, les finesses, les subtilités passent à l'antenne; les moindres défauts également. Matras, Radiodiff. et télév., 1958, p.41.
IV. − [Le mouvement est de l'ordre du geste; avec valeur factitive]
A. − Qqn1passe qqc.2à qqn3
1.
a)
α) [Le compl. d'obj. désigne une chose concr.] Remettre, donner (de la main à la main). Le chevalier passa sa lettre à sir Williams (Ponson du Terr., Rocambole, t.1, 1859, p.577).Passe-moi tes allumettes, que j'allume [ma lampe] (Gide, Faux-monn., 1925, p.1176).Devant l'évier, ma mère essuyait (...) les assiettes que la bonne lui passait (Nizan, Conspir., 1938, p.236).Le receveur: La monnaie s'iou plaît. (Des voyageurs lui passent la monnaie.) (Queneau, Exerc. style, 1947, p.81).
Proverbe. Passez-moi la rhubarbe et je vous passerai le séné. Faisons un échange de bons procédés. Ce que l'un demande, les autres l'accordent, à charge de revanche, bien entendu. C'est le «passe-moi la rhubarbe, je te passerai le séné» (L. Marcellin, Politique et politiciens pendant la guerre, av. 1918, p.242 ds Quem. DDL t.17).
Empl. factitif. [Implique un intermédiaire] Un de ses amis était chargé de venir tous les jours retirer sa correspondance pour la lui faire passer (Sand, Meunier d'Angib., 1845, p.23).D'heure en heure, général, fais passer un télégramme à Tomsk, et que l'on me tienne au courant (Verne, M. Strogoff, t.1, 1876, p.7).L'été venu, plus un rond (...). J'ai vécu, pendant six mois, avec vingt-cinq francs par mois qu'une de mes tantes me faisait passer (Colette, Music-hall, 1913, p.62).
β) Spécialement
SPORTS
Passer la balle, le ballon. Envoyer. Un demi d'ouverture (...) doit faire le trou et alimenter ses trois-quarts, leur passer la balle fréquemment (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.1952, p.233).V. ballon1ex. 3, passe1B 1 c ex. de Vie Lang.
Absol. V. passe1ex. 4.
Passer le témoin. V. passage1I D 1 ex.
TÉLÉPHONIE
Passer l'appareil, le récepteur à qqn. Il passa le récepteur au médecin, qui le prit d'un air résigné (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.170).
Passer (un correspondant à qqn). Mettre en communication. Allo... C'est vous, monsieur le juge?... Ici, Maigret... Comment dites-vous?... Mais non... Je suis dans son bureau et je vous le passe tout de suite... (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.170).
Passer un coup de téléphone, un coup de fil. Téléphoner. V. fil I B 2 b.
FIN. Passer un billet, une lettre de change à l'ordre de qqn. Lui en transmettre la propriété par endossement. (Dict.xixeet xxes.).
γ) Fam. Passer une maladie à qqn. Donner, transmettre à quelqu'un de son entourage l'affection dont on est atteint. Il m'a passé son rhume. Il a passé sa grippe à tout le bureau (Lar. Lang. fr.).
δ) Loc. fig. (Se) passer le flambeau.
ε) Région. (Canada), expr. fig. Je vous/t'en passe un billet, un papier. Je vous/t'en donne l'assurance, je vous/te le garantis. Oui, mes enfants, j'vous en passe un papier que ça serait pus pareil si les Patriotes avaient gagné en 37 (Ringuet, Trente arpents, 1938, p.254 ds Rogers 1977, p.179).
b)
α) [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr.] Transmettre. [Il écoutait] Gérard qui lui passait les ordres. −Rien de particulier, demanda-t-il? (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p.111).V. consigne2ex. 4 et commande ex. 10.
Empl. factitif, absol. Faire passer.Transmettre un message, d'individu à individu, à toutes les personnes d'un groupe. Pas si vite, en tête!... Faites passer ça ne suit pas (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p.254):
56. Je vais me lever... Deuxième section... Pour un bond... Direction le pont... En tirailleurs à quatre pas... Première section, sur place, feu à volonté dans le marais... Faites passer... Vercel, Cap.Conan, 1934, p.239.
Empl. pronom. réciproque. Les îliens se passaient la consigne avec un drôle d'air. On aurait dit des sourds qui se parlaient (Queffélec, Recteur, 1944, p.213).
Qqc.2passe.Une consigne passa chez les officiers de compagnie: puis fut transmise par eux aux sergents: −Accélérer l'allure (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p.109).
β) Fam. Passer le bonjour, ses amitiés à qqn. Adieu (...) je passe mille amitiés à tout le monde. Donne de mes nouvelles à notre bon grand-père (Stendhal, Corresp., 1812, p.381).
c) En partic. Céder quelque chose à quelqu'un; renoncer à quelque chose, s'abstenir de quelque chose au profit de quelqu'un d'autre.
α) Passer la main. V. main 1resection I D 1 c , prêcher ex. 3.
β) Passer (la) parole (à qqn). Céder la parole (à quelqu'un), (le) laisser parler:
57. annette: Si j'ai un conseil à te donner, c'est de n'opposer (...) [aux] remontrances [de notre père] qu'un silence respectueux. lucien: Sois tranquille, je te passe parole. Augier, Contagion, 1866, p.353.
JEUX DE CARTES. Donner son tour; ne pas ouvrir le jeu, ne pas relancer les enchères. Manille parlée. Le donneur (...) peut, au choix, parler, c'est-à-dire interroger son partenaire sur les cartes qu'il détient, ou lui demander ce qu'il doit jouer, ou, s'il n'a pas beau jeu, passer la parole à son partenaire (Alleau1964,p.310, s.v. manille).Le donneur a le premier la parole. Il peut soit passer parole, ce qui lui laisse le droit de parler ultérieurement, soit faire une enchère (G. Versini, Le Bridge, Paris, P.U.F., 1968, p.11).
Absol. Cordenbois: Le dernier tour! Champbourcy: Oui, le tour des décavés et vivement. [À Colladan] Parle! Léonida: Je passe! Colladan: Je passe! Cordenbois: Je vois... cinq sous... Champbourcy: Tenu. Six sous (Labiche, Cagnotte, 1864, i, 1, p.16):
58. [Au début de l'histoire du bridge] (...) c'est le donneur qui choisit l'atout ou passe à son partenaire le droit de le choisir (...). Toutefois, le camp de l'ouvreur devant nécessairement déterminer l'atout, le seul problème qui lui est posé est de découvrir la meilleure couleur, non s'il faut annoncer ou passer. Jeux et sports, 1967, p.974.
Empl. subst. masc. Passe, Passe parole. ,,Annonce indiquant que le joueur ne désire pas pour le moment faire l'enchère`` (G. Versini, op. cit., p.8). [Les joueurs ont] intérêt, avant le «passe» final, à explorer toutes les possibilités de leur jeu (Jeux et sports, 1967, p.975).
γ) Passer (le) son tour. [Notamment dans les jeux de société] Le bridge, qui est en quelque sorte le fils du whist, fit son apparition vers 1850. La principale différence avec le whist était la possibilité, pour le donneur, de choisir l'atout ou de passer le tour à son partenaire (Alleau1964,p.68, s.v. bridge).Le joueur a, dans tous les cas, la possibilité de passer son tour (Domino chinois,Paris, éd. Gay-play,1973, règle du jeu).
Absol. La partie prend fin: −soit lorsqu'il ne reste plus aucune lettre à la pioche, −soit lorsque les joueurs sont tous dans l'obligation de passer (Domino chinois,Paris, éd. Gay-play,1973, p.8).
Laisser, voir passer son tour. Elle était si profondément abattue qu'elle laissait passer son tour, à chaque nouvelle pénitente que l'abbé Faujas expédiait (Zola, Conquête Plassans, 1874, p.1063):
59. Le sous-officier de carrière figurant sur un tableau d'avancement (...) et voulant éviter une mutation dans une autre garnison peut déclarer par écrit (...) qu'il préfère voir passer son tour et attendre qu'une vacance s'ouvre dans sa garnison pour être nommé. Lubrano-Lavadera, Législ. et admin. milit., 1954, p.104.
(Mon, ton, son) tour est passé. [Il arrêta] le jeune homme qui se précipitait. −Votre tour est passé... Je vous ai appelé, et comme vous étiez là derrière... −Mais, monsieur, je n'ai pas entendu. −Assez!... Inscrivez-vous à la queue... Allons, Monsieur Favier, c'est à vous (Zola, Bonh. dames, 1883, p.480).
Rem. 1. Dans le synt. passer son tour, la notion d'abstention, de renonciation est plus nettement ressentie dans le sens commun que celle de transfert; donc à rapprocher de I E 2 a. 2. Il est difficile de savoir, lorsque l'on dit je passe si l'on sous-entend je passe parole ou je passe mon tour.
δ) Expr. Passer la mauvaise carte à qqn. V. carte II A 1 c ex. de Goldschmidt.
2. En partic.
a) Distribuer. Ils soupaient (...). Fontan, couché sur le devant [du lit], passait les parts de gâteau, posées au bord de la table de nuit (Zola, Nana, 1880, p.1294).
Empl. factitif. Les servants font passer les viandes froides, galantine, jambon, volailles, ainsi que les boissons (Lar. mén.1926, p.1103).
b) Vieilli. Prêter, mettre à la disposition de quelqu'un. Il ne fallait pas s'asseoir devant la porte de la chaumière que la commune passait au marguillier (Stendhal, Lamiel, 1842, p.55).
c) Fam. Céder, vendre:
60. dardard: Combien vos gants? pontbichet: Vingt-neuf sous. dardard: Trop cher! pontbichet: Je vous les passerai à un franc. dardard, calculant: C'est vendu!... Labiche, J. homme pressé, 1848, 4, p.349.
P. anal. Jean Poupon: Voilà six mois, Pennec est venu me demander la plus jeune et la plus jolie de mes filles en mariage: «Oui volontiers, si tu as de l'argent. −J'ai mille écus, dit Pennec. −Oh! je ne demande pas tant, je te la passerai pour moitié moins...» (Stendhal, Mém. touriste, t.2, 1838, p.41):
61. dalila: Moi, j'ai choisi celui qui n'a jamais connu d'autres femmes. J'étais très bien avec sa mère. Elle me l'a passé. Elle me l'a passé avec ses souvenirs au complet, premiers pugilats et premières culottes, avec la liste de ses plats, de ses goûts; je n'ai qu'à l'entretenir dans cette enfance qui ne finira qu'à sa mort Giraudoux, Sodome, 1943, II, 4, p.110.
Péj. Se débarrasser de quelqu'un au détriment de quelqu'un d'autre. N'essayez pas de me (...) coller encore [ma femme] sur les épaules, c'est trop d'une fois (...) Passez-là à un autre, si elle vous embarrasse (Zola, Pot-Bouille, 1882, p.331).
B. −
1. Qqn1passe qqc.2(à/dans/sur qqc.3).Faire aller, faire glisser, mettre.
a) [Avec un adv. de lieu] On passe le fil en arrière pour arrêter la maille d'un tissu (Blondel, Action, 1893, p.196).
Loc. fig. Passer l'arme à gauche. V. arme II D fam., gauche II D 1 b.
b) [Avec compl. prép.] V. chas1ex. 1, passette ex.
α) [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Passer tendrement la main dans les cheveux de qqn. L'Espagnol passa la main sous le bras de Lucien (Balzac, Illus. perdues, 1843, p.708).Il passa un doigt sur la table. Quelle poussière! Si je me plaignais à la patronne? (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p.177).Soeur Aldegonde passait la tête par l'entrebâillement d'une porte (Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.40).V. lunette A 2 b ex. de Daudet.
Au part. passé. Étienne, âgé de quatre ans seulement, souriait, un bras passé au cou de son frère (Zola, Assommoir, 1877, p.376).
Empl. pronom. réfl. indir. Zimmermann se passa la main sur le front (Mille, Barnavaux, 1908, p.76).
Au fig. Passer la main dans les cheveux, dans le dos à/de qqn. V. cheveu I C ex. de Courteline, main 1resection I C 1 ex. de Zola et de L'Est Républicain.
DANSE, SPORTS. Contretemps sur les demi-pointes ou «passer la jambe»: Monter sur les demi-pointes, lever le pied gauche derrière en demi-hauteur, les genoux tendus −passer et poser la jambe gauche devant la droite en quatrième croisée à terre (Meunier, Danse class., 1931, p.177).
Empl. factitif. Les croisés. Le croisé, d'une manière générale, permet d'accroître la vitesse de déplacement sur une courbe. Le principe consiste à faire passer le pied libre devant et au-dessus du pied porteur avant de le poser à l'intérieur. Il peut se faire en avant et en arrière (P. Pelissier, A. Billouin, Patinage, Paris, R. Laffont, 1976, p.42).
Loc. en empl. subst. masc. Passer la jambe, passez le pied. L'enfant apprît [de ses maîtres en escrime] (...) ce célèbre passez le pied, saut vertigineux en avant du talon d'arrière (D'Esparbès, Roi, 1901, p.40).V. supra ex. de Meunier.
Arg. Passer la jambe à qqn. Faire un croc-en-jambe à quelqu'un. L'inconnu lui passa la jambe (sorte de croc-en-jambe) avec une dextérité merveilleuse (Sue, Myst. Paris, t.1, 1842, p.12).V. passement rem. 2.
β) [Le compl. d'obj. désigne un ustensile, un bijou; le compl. prép. désigne gén. une partie du corps ou du vêtement] Passer la bague au doigt; passer une chaîne, une médaille au/autour du cou; passer une fleur à la boutonnière; passer la corde au cou. Des jeunes filles (...) sortent d'une cage des oiseaux qu'elles laissent voler en l'air non sans leur avoir passé un fil à la patte (D'Allemagne, Récr. et passe-temps, 1904, p.168).Il se dépêcha, passa rapidement le peigne dans ses cheveux crépelés, et endossa une redingote (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p.161).V. doigt I B 2 c ex. de Claudel et menotte B ex. de Van der Meersch, de Châteaubriant:
62. ... elle mit sa cape avec un col de fourrure, lissa sur la nuque ses cheveux raides et brillants, mit un chapeau fait d'une queue de renard argenté enroulée, qui lui descendait jusqu'aux sourcils noirs et luisants, passa une douzaine de bracelets sur ses poignets et s'en fut... Triolet, Prem. accroc, 1945, p.142.
Au part. passé. C'était un ouvrier zingueur (...). Il avait son sac passé à l'épaule (Zola, op.cit., p.377).
Empl. pronom. à valeur passive. Sur les toutes petites manches, un noeud de ruban bleu plus étroit. Ces rubans se passaient habituellement entre l'étoffe et la peau, et se nouaient sur l'épaule, de façon à relever la manche en sabot (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p.314).
c) [Sans compl. prép.]
α) Passer (un vêtement). Synon. mettre, enfiler.Passer une chemise, un complet, un frac, un habit, une veste; passer des gants. Elle prit sa robe, la passa, s'examina dans le miroir (Balzac, Cous. Bette, 1846, p.387).Elle enfilait ses bas, passait sa blouse (Triolet, op.cit., p.172).Je dois aller traire. Je mets un vieux chapeau, comme mes parents, je passe le tablier pendu à un clou (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p.22).
Empl. pronom. réfl. indir., rare. Non! non! quand on vous le dit, reprit la belle, en se passant un corps de jupe (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p.234).
β) MAR. Passer les manoeuvres (v. manoeuvre1A 2 a p.méton.). ,,Mettre en place les différentes manoeuvres courantes; les passer dans leurs poulies`` (Gruss 1978). Une manoeuvre est passée à contre, lorsqu'elle est passée en sens inverse du sens qu'elle doit avoir (Gruss 1978).
γ) PASSEM. Passer (des fils): (les) entrelacer (d'apr. Bouillet 1859, s.v. passementerie). Or à passer. Fil d'or, fil d'argent ou de soie recouvert d'or, que l'on utilise à la fabrication des passements. V. or ex. 3.
2.
a)
α) Qqn1passe qqc.2(sur qqc.3).Étaler, appliquer un produit, faire agir un instrument, généralement dans un mouvement de va et vient, sur quelque chose. Passer un rabot sur une surface de bois. On revêtit le corps d'une chemise fine (...). On serra dans des guêtres de soie rouge ses jambes, qui ne devaient plus courir. (...) On passa du carmin sur ses lèvres (About, Roi mont., 1857, p.227).Essuyer soigneusement [les chromes], si possible, à chaque rentrée, et y passer un chiffon légèrement gras (Chapelain, Techn. automob., 1956, p.361).On encolle le bois avec un savant mélange de colle de peau bouillante, de bouillon d'ail et d'absinthe auquel on ajoute du sel et du vinaigre. (...) On passe ensuite un apprêt à base de blanc d'Espagne et de colle chaude (Viaux, Meuble Fr., 1962, p.22).V. éponge1B 1 synt.
Empl. pronom. réfl. indir. Rien ne me dégoûte comme le spectacle de cette idiote et de sa crème. Elle a lu dans un journal que les actrices américaines (...) se passaient de la pommade. Elle croit que ces conseils sont bons pour le cuir chevelu (Cocteau, Enfants, 1929, p.83).
Loc. fig. Passer l'éponge (sur qqc.). V. éponge1B 3 a.
Qqc.2passe sur qqc.3Au tirage, l'encre grasse «prend» (...) après mouillage sur les surfaces où passa le crayon, lesquelles restent sèches, tandis que les parties humides la refusent (Arts et litt., 1935, p.28-13).
Emploi factitif. On fait passer sur la chaussée un léger rouleau compresseur de 3 à 5 tonnes pour bien tasser les briques (Bourde, Trav. publ., 1929, p.96).
β) P. métaph. Albertine (...) semblait une petite statue sur laquelle les minutes heureuses de Balbec avaient passé leur patine (Proust, Guermantes 2, 1921, p.389).
γ) Loc. fam., souvent fig.
Passer de la pommade à qqn. ,,Le flatter`` (Car. Argot 1977).
Passer un savon à qqn. Réprimander quelqu'un. Du temps (...) [du drame], il nous avait fait pas mal de discours, soit pour nous rassurer, soit pour nous «passer des savons» (Giono, Roi sans divertiss., 1947, p.84).
Passer qqc. à qqn. Faire subir des violences verbales ou corporelles à quelqu'un. Non, mais, quel chahut! fit-il blessé dans son vieil instinct de silence. Si je vous avais emmené en patrouille, vous, qu'est-ce que je vous aurais passé! (Vercel, Cap.Conan, 1934, p.202).J'ai connu ainsi un romancier athée qui priait tous les soirs. Ça n'empêchait rien: qu'est-ce qu'il passait à Dieu dans ses livres! Quelle dérouillée, comme dirait je ne sais plus qui! (Camus, Chute, 1956, p.1542):
63. Ralph rigolait haineusement (...). Un mec de trente ans (...). Qu'est-ce que je lui ai passé! Un pain que je lui fous dans l'oeil pour commencer, et puis, au retour, je le mouche avec mon coude (...). En plein nase. Sartre, Âge de raison, 1945, p.271.
Qqn3sent qqc.2passer.La sentir passer. Subir quelque chose de pénible, de douloureux. Marchetti: C'est enquiquinant pour Antoine, cette histoire-là... Si le mec clabote, il va la sentir passer... Lacoste: Il a l'habitude!... (H.-G. Clouzot et J. Ferry,Dialogue du film Quai des Orfèvres,1947, p.54 ds Rey-Chantr. Expr. 1979).Il l'a sentie passer, la note (Rob.1985).
b) P. anal. Passer l'épée au travers du corps de qqn. Gérard, dit-il (...) au moindre mouvement suspect, soyez prêt à lui passer votre épée au travers du corps (Balzac, Chouans, 1829, p.25).
3.
a)
α) Qqn1passe qqc.3à/dans/sur qqc.2Soumettre quelque chose à un traitement particulier, à l'action d'un produit ou d'un instrument. Passer (un aliment) à l'eau bouillante, au four, au gril, sur un feu modéré; passer des croûtons au beurre; passer un parquet à la paille de fer; passer des souliers au blanc; passer qqc. à l'autoclave, à l'étuve. La bonne femme nettoyait la poêle après l'avoir passée au feu (Nerval, Filles feu, Sylvie, 1854, p.605).Cette coloration ne deviendra intense qu'en milieu basique (d'où la nécessité de passer la coupe dans un bain de carbonate de lithium...) (Husson, Graf, Biol. gén., 1965, p.15).On utilise (...) les harengs frais et non salés, en les passant dans une friture puis en les mettant en boîte avec une couverture de marinade (Boyer, Pêches mar., 1967, p.111).
Au part. passé. Des yeux passés au noir. Pour dessert, de petits biscuits-macarons, des amandes passées à la poële et d'un goût exquis (Gautier, Tra los montes, 1843, p.24).Elle occupait, sous le toit, une chambre passée à la chaux (Zola, Rêve, 1888, p.21).V. aubergine ex. 2.
Empl. pronom. réfl. indir. Nous ne saurions trop (...) recommander [à l'opérateur] de prendre toutes les précautions d'antisepsie avant et après l'intervention. Se passer les mains et les bras à l'alcool (Garcin, Guide vétér., 1944, p.121).
Passer au bleu. V. bleu II B.
Passer (un aliment) dans une casserole. Faire revenir. Vous faites une préparation de crème ainsi qu'il suit: passez dans une casserole, avec deux onces de bon beurre frais de Gournay ou d'Isigny, selon la saison, quelques champignons coupés en dés, un bouquet garni et une tranche de jambon (Gdes heures cuis. fr.,Grimod de la Reynière,1838, p.156).
β) TANN., TEXT. Passer une peau, une étoffe (à l'apprêt) [v. apprêt B 2]. Préparer, apprêter une peau, une étoffe (d'apr. Littré, Lar. 19e-20e).
b) P. anal. Qqn1passe qqn3à/par qqc.2Quand une place est prise, il y fait maison nette Passant tout par le sabre et par la baïonnette! (Pommier, Russes, 1854, p.21).Ce ne fut pas un combat, ce fut une course, et dans le camp tout a été passé à la baïonnette (Jaurès, Guêpier marocain, 1914, p.304).
Passer qqn au fil de l'épée. V. épée B 3 a ex. de Dumas.
Passer qqn par les armes. V. arme II A 1.
Passer qqn à tabac*.
Arg. Passer qqn au tourniquet. Faire passer quelqu'un en conseil de guerre:
64. Maintes fois, il (...) [suffisait] de la mauvaise humeur, ou de l'antipathie d'un gradé, (...) pour qu'une peccadille courante reçut un nom terrible (...), et l'on vous passait au tourniquet, sans que vous ayez pu nier le fait, discuter sa qualification, son châtiment étiqueté d'avance... Vercel, Cap. Conan, 1934, p.64.
c) Qqc.3/qqn3passe à qqc.2La pâte tréfilée et tronçonnée passe ensuite au four tournant ou au four tunnel (Arts et litt., 1935, p.20-10).
Passer à/par la casserole (au fig.). V. casserole C.
Passer au gabarit (arg.). V. gabarit A 2 b.
Région. (Canada). Passer au feu. Être incendié. Je rentre à la maison. J'ai les ouvriers qui viennent pour commencer à refaire la chambre qui a passé au feu (M. Cabay-Marin, Grande ville, 1975, p.86 ds Richesses Québec 1981, p.1138).
4. P. ext.
a) Soumettre quelqu'un/quelque chose, se soumettre, être soumis à un examen.
α) Qqn1passe qqn2/qqc.2en revue.Inspecter (au cours d'une cérémonie militaire). Le roi avait passé la garde en revue (Delécluze, Journal, 1827, p.446).
Au fig. Synon. de parcourir (v. ce mot II B 2 a).Pendant toute cette nuit il passa en revue les huit mois qu'il venait d'écouler auprès de cette jeune femme (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.165):
65. Franz était trop préoccupé pour bien dormir. Sa nuit fut employée à passer et à repasser dans son esprit toutes les circonstances qui se rattachaient à l'homme de la grotte et à l'inconnu du Colisée, et qui tendaient à faire de ces deux personnages le même individu... Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.470.
Qqn1passe la revue, l'inspection de qqn2/qqc.2Le général français passa la revue des troupes (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.347).Mise en garde contre la famine, MmeChantal passe l'inspection des restes, en prenant des notes sur un calepin (Maupass., Contes et nouv., t.2, MllePerle, 1886, p.626).
Vieilli. Qqn2passe en revue.Être soumis à une inspection. Cette compagnie, ce régiment a passé en revue (Littré).
β) Passer la visite
Qqn1passe la visite.Examiner les malades dans un service hospitalier, dans une infirmerie. Le chirurgien qui passe la visite n'écoute pas les plaintes de celui qu'il ausculte (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p.256).
Qqn2passe la visite.Se soumettre à un examen médical. Le service médical (...) assure l'examen médical des marins astreints à passer la visite avant chaque embarquement (M. Benoist, Pettier, Transp.mar., 1961, p.135).
b) Passer qqc. sous silence. Ne pas faire mention de quelque chose (v. supra E 1 a passer sur qqc.). Nous voilà arrivés au bout de la galerie, non sans avoir été obligés de passer sous silence bien des artistes recommandables éteints par la gloire de Rubens, comme les étoiles par le soleil (Gautier, Guide Louvre, 1872, p.160).L'art antique avait divinisé la nature, l'art moderne l'a humanisée, tandis que notre art classique la passait tout simplement sous silence (Zola, Cap. Burle, 1883, p.199):
66. Si l'on tient compte du prix actuel du combustible liquide, on ne peut donc être surpris de l'abandon presque généralisé de ce type de moteurs. Nous ne pouvons cependant passer ce chapitre sous silence car il existe encore en fonctionnement des quantités importantes de moteurs semi-diesel. Ambroise, Monteur mécan., 1949, p.89.
5. TAUROM. Passer le taureau. Donner une passe ou une série de passes au taureau:
67. −Qu'arriverait-il si, un taureau qui désarme, on le passait par le haut? −Mais, c'est par le bas, voyons, qu'il faut le passer! −Est-ce que la nécessité de donner le coup de tête très haut ne parviendrait pas à lui mettre la tête basse, par la fatigue des muscles du cou, aussi bien que des passes par le bas? Montherl., Bestiaires, 1926, p.530.
2eSection. [Concernant le temps ou dans un déroulement temp.] Quand les beaux jours sont arrivés, je suis venu ici (...). Le temps a passé avec une rapidité prodigieuse; je n'en ai jamais passé aucun qui m'ait paru plus agréable (Tocqueville, Corresp.[avec Gobineau], 1855, p.243).
I.
A. − Qqc.1(se) passe.[Le suj. désigne le temps, une fraction du temps ou un événement considéré par rapport à son déroulement dans le temps]
1.
a)
α) (Le temps) passe. S'écouler dans un mouvement continu. Trois jours passèrent, puis la mère dut repartir (Benjamin, Gaspard, 1915, p.98).Le temps passait, rien ne bougeait derrière les portes, le silence commençait à bourdonner aux oreilles de Juliette comme une grosse mouche noire, et elle allait s'assoupir, quand la porte s'ouvrit (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.40):
68. Les journées passaient sans autre, toutes aussi pleines, toutes aussi vides, et l'on ne sait jamais celle qui comptera, sinon on l'arrêterait! Mais c'est la vie. La joie, la tristesse, la santé, la maladie. Tout s'écoule. Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.182.
Passer comme.Cette journée passa comme un éclair (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.361).Enfin je reviens à moi, je rouvre les yeux. Janvier et février ont passé comme un tourbillon (Michelet, Journal, 1856, p.297).Le dîner passa comme un cauchemar (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p.73).
[Avec la notion de l'irréversibilité de l'action] On s'agite, on lutte, on espère, quand une seule chose est précieuse: savoir tirer de l'instant qui passe toutes les joies qu'il peut donner (Louys, Aphrodite, 1896, p.239).Ils n'ont rien à se dire, c'est pourquoi ils ne disent rien. Pourtant, chaque minute qui passe est une déception pour Juliette (Aymé, Jument, 1933, p.106):
69. Ce que nous cherchons est toujours là, qui nous attend. Mais toujours la même ignorance: où s'adresser? Et les êtres! À nos soupirs, quelque part, toujours des soupirs répondent. Mais nous ne savons où, et nul ne nous le dit, et nous restons avec notre soif, et la vie passe. Montherl., Célibataires, 1934, p.825.
Au passé. [Avec la notion d'action révolue] Bien des jours ont passé depuis cette journée, hélas! et bien des ans! (Brizeux, Marie, 1840, p.34).Les années avaient passé. Plus tard, elle était partie. Bien entendu, elle n'était pas partie seule. «Je t'ai bien aimé, mais maintenant je suis fatiguée...» (Camus, Peste, 1947, p.1284).
β) Empl. factitif. Faire passer (le temps, un certain temps) à qqn. Faire paraître le temps plus court à quelqu'un; occuper quelqu'un pendant un certain temps. Blanche, la petite duchesse, est emmenée bon gré, mal gré, au couvent des dames de Lunéville (...). Quant au petit Duc, pour le consoler ou lui faire passer le temps, on le renvoie au régiment des dragons de Parthenay, dont il est le colonel par droit de naissance (L. Schneider, Maîtres opérette fr., 1924, p.192):
70. −Ce journal (...), peu à peu je m'en laisserai bien malgré moi ôter la direction par les ultra-furibonds. J'ai fait attacher de beaux appointements aux places de rédacteur. De tous côtés on va solliciter ces places: cette affaire va nous faire passer un mois ou deux, et l'on oubliera les périls que je viens de courir. Stendhal, Chartreuse, 1839, p.118.
γ) (Le temps) passe à + inf./en + subst.Être occupé, utilisé à. Nos dernières heures de Mittelsinn, avant la nuit, passèrent à rassembler des provisions (Ambrière, Gdes vac., 1946, p.366):
71. le docteur: Vos informations à vous, d'où viennent-elles? knock, souriant: De bien des sources. C'est un très gros travail. Presque tout mon mois d'octobre y a passé. Romains, Knock, 1923, III, 6, p.17.
P. anal. [Le suj. désigne un bien matériel] L'argent qui restait sur le prix du mobilier vendu, celui que Lucien gagnait, tout avait passé aux costumes, à l'arrangement de la loge, à tous les frais d'un début (Balzac, Illus. perdues, 1839, p.508).La Flandre souffre à son tour. (...) elle commence à sentir le poids du gantelet du Bourguignon. Tout son or passe à payer la fête ducale et la guerre française (Faure, Hist. art, 1914, p.468):
72. Comme il n'est pas de procès bien mené qui ne puisse durer vingt ans, nous aurons le loisir de nous connaître et de nous apprécier; nous en viendrons peut-être à nous aimer, et, le jour où notre château, notre parc, nos bois, nos champs, nos prés, nos fermes et nos métairies auront passé en frais de justice, ce jour-là, qui sait? nous nous embrasserons. Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p.133.
b) [En partic. dans le syntagme laisser passer] Suivre son cours, se dérouler jusqu'à son terme. Laisser passer la tourmente. Charles (...) se jeta en travers sur son lit en se mettant la face dans les draps pour pleurer à son aise loin de ses parents. −Il faut laisser passer la première averse, dit Grandet (Balzac, E. Grandet, 1834, p.109):
73. −Eh bien, mon fils, laissons passer l'orage, répondit Madame de Vaubert en se levant; puisque notre aimable voisin nous offre une hospitalité si cordiale, allons attendre sous son toit que le ciel nous permette de regagner le nôtre. Sandeau, op.cit., p.49.
2. (Le temps) se passe
a)
α) Vieilli ou littér. Synon. (le temps) passe (v. supra 1 a α).Émile, le temps se passe, abrégeons cette visite (Labiche, Chapeau paille Ital., 1851, i, 5, p.15).La femme préparait le dîner (...). Sept heures, huit heures; personne... À mesure que le temps se passait, sa voix changeait, roulait des larmes, devenait nerveuse (A. Daudet, Contes lundi, 1873, p.222).Une heure se passa, deux et trois heures se passèrent, et ils étaient toujours dans le feu d'une conversation politique (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.187).
Se passer sans que.Cinq ans se passèrent sans qu'aucun événement marquât dans l'existence monotone d'Eugénie et de son père (Balzac, E. Grandet, 1834, p.221).
Tournure impers. Il se passait... sans que; il ne se passait pas... que. «Là seulement on sait vivre», se disait Lucien. Et il se passait quelquefois des semaines entières sans qu'il fût choqué par quelque propos bas (Stendhal, L. Leuwen, t.3, 1835, p.348).Il ne se passait pas de jour que je ne reçusse des lettres qui m'annonçaient une catastrophe (Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.246).Il ne se passait pas de jour que des demandes d'affectation à l'équipe des travaux ne parvinssent au capitaine (Gracq, Syrtes, 1951, p.138).
β) [Avec adv. ou loc. adv.] Nous prîmes des glaces et la soirée se passa gaiement (Delécluze, Journal, 1827, p.447).Les dimanches se passaient régulièrement en famille (Ambrière, Gdes vac., 1946, p.222).
γ) [Avec compl. de lieu] L'idée de revoir les lieux où s'était passée sa jeunesse l'exaltait sans doute, car tout le long du chemin il n'arrêta pas de discourir (Flaub., MmeBovary, t.2, 1857, p.130).
δ) (Le temps) se passe à + inf./en + subst. gén. au plur.Être occupé, utilisé à. La journée se passe à folâtrer, à peindre, à faire de la musique; les nuits se passent à pleurer; la soirée se passe à parler; les jours se passent en fêtes, en libations. Tout le reste de l'année se passa en négociations et en messages (Barante, Hist. ducs Bourg., t.4, 1821-24, p.280).Une demi-heure se passe en préparatifs (H. Bazin, Vipère, 1948, p.251):
74. Le fait est que la vie se passe à attendre quelque chose qui ne vient pas et à poursuivre quelque chose qu'on manque: le double désappointement, voilà l'histoire du désir et de l'homme de désir. Amiel, Journal, 1866, p.298.
b) Suivre son cours, se dérouler jusqu'à son terme. Il faut que jeunesse se passe (v. jeunesse II A 1 b).
B. −
1. [Avec valeur factitive]
a) Qqn2passe qqc.1Pour passer une soirée avec vous, madame, je manquerais à gagner des millions (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.175).Ses journées entières, il les passait dans l'obscurité (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p.170).Réservant les interminables travaux de broderie pour le temps qu'elle passait en société, elle occupait à quelque traduction les longues heures de sa solitude (Gide, Si le grain, 1924, p.366).
Ne pas passer (un jour) sans. Je n'ai pas passé un jour sans t'aimer; je n'ai pas passé une nuit sans te serrer dans mes bras; je n'ai pas pris une tasse de thé sans maudire la gloire et l'ambition qui me tiennent éloigné de l'âme de ma vie (Napoléon Ier, Lettres Joséph., 1796, p.21).Sais-tu que je ne passe pas un jour sans penser à ton pays avec un désir fou? (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.311).
Au part. passé. Une carrière passée au service de l'État. Est (...) compté pour une durée équivalente de services civils le temps légal passé sous les drapeaux par les hommes appartenant à une classe antérieure à la classe 1913 (J.O., Loi rel. recrut. arm., 1928, p.3810).La durée moyenne du temps passé dans chaque échelon est fixée à deux ans (Encyclop. éduc., 1960, p.340).
Loc. fam., vieilli. (Se) la passer douce. Synon. se la couler douce (v. couler1III C).Il me paraît que vous la passez douce en prison! (Sand, Ctessede Rudolstadt, t.1, 1844, p.259).Gautruche, dit Gogo-la-Gaieté, quoi! Un joli garçon à la coule qui ne bricole pas de casse-têtes, un bon zig qui se la passe douce (Goncourt, G. Lacerteux, 1864, p.202).
[Avec compl. de lieu] Passer (le plus clair de) son temps, sa vie à la cuisine, à la fenêtre, dans sa chambre, sur une chaise longue; passer deux ans en prison; passer un congé à Paris, ses vacances à Toulon; passer le carnaval à Venise. Madame de Granville (...) avait été passer quelque temps pour affaires dans sa terre (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p.1592).J'ai passé dix jours à la campagne et deux ans en prison; je n'ai pas changé (Sartre, Mains sales, 1948, 7etabl., p.248).Il passait des heures devant sa table de travail (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.230).V. nuit ex. 6, ex. 10 et II B 2 ex. de Boylesve.
Passer (son temps) à + inf./en + subst. Occuper, utiliser (son temps) à/en. Marguerite et moi, nous passâmes toute la journée à nous redire nos projets comme si nous avions compris le besoin de les réaliser plus vite (Dumas fils, Dame Cam., 1848, p.222).Je passe mon temps à me dire que je suis un idiot (Flaub., Corresp., 1861, p.441).V. désert II A 1 d ex. de Boylesve, journée ex. 1, nuit II B 3 ex. de Murger:
75. ... vois-tu, ma pauvre maman, j'éprouve un tel besoin de vivre! Est-ce que tu peux comprendre ça, toi qui as passé ton existence à te sacrifier aux autres, à ton mari, à tes enfants, à n'importe qui avait besoin de toi? Simenon, Vac. Maigret, 1948, p.131.
Absol., vieilli. Passer la/les nuit(s). Passer la nuit à travailler, sans dormir; veiller. Ce petit procureur serait bien fier, s'il savait que ses paperasses remplies de mensonges, et arrangées pour procurer son avancement, ont fait passer la nuit aux deux plus grands personnages de l'État (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.412).Elle passait les nuits, elle ne bougeait pas de cette chambre, où sa douceur active de cendrillon, ses soins légers et silencieux mettaient comme une caresse continue (Zola, Débâcle, 1892, p.631).
b) En partic. Ne pas passer la journée, la nuit. Mourir avant la fin de la journée, de la nuit. V. journée A 1 ex. de Balzac, nuit II A 1 expr.
2. Passer un (mauvais) moment, un (mauvais) quart d'heure. Traverser un mauvais moment. Célimare: Parce que tu as été malheureux avec ta femme, tu vois des sinistres partout... Le fait est qu'on doit passer un mauvais quart d'heure quand on découvre la chose... Pitois: Oh! moi je m'y attendais (Labiche, Célimare, 1863, i, 3, p.8).Je ne vous garantis pas qu'on ne parle pas de nous. C'est un moment à passer (A. France, Pt bonh., 1898, 12, p.537).
II. − P. ext.
A. − Qqc.1passe
1.
a) [Le suj. désigne une fraction du temps] Se terminer, cesser d'être, être révolu. Synon. finir (v. ce mot II A 1 a).Dormez. La nuit sera vite passée. Demain, nous aurons un beau soleil (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p.220).Les cinq minutes sont passées. Parle ou va-t'en (Sartre, Mains sales, 1948, 6etabl., 1, p.222).
Le temps, la saison est passée de + subst. La saison est passée des amitiés faites dans les squares et les parcs (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p.791).Les temps sont passés de l'universalisme (L. Febvre, Pour une hist. dirigée, [1936] ds Combats, 1953, p.59).
b) P. anal. [Le suj. désigne une entité concr. ou abstr.]
α) Cesser d'exister, disparaître. −Mais elle va se trouver mal. −Non... Non... ce n'est rien... ça va passer... ce n'est rien (Maupass., Pierre et Jean, 1888, p.377).C'est cette odeur de sang que je voudrais qu'elle passe (Audiberti, Femmes Boeuf, 1948, p.112).
Au part. passé. La surprise passée, il jugeait inévitable que Tchen fût là (Malraux,Cond. hum.,1933,p.283).22 avril. La première joie passée, je médite (Schaeffer, Rech. mus. concr., 1952, p.15).Une fois passée, la guerre laisse aussi ses traces (Meynier, Paysages agraires, 1958, p.145).
Qqc.1passe (à qqn2).Cesser d'avoir de l'importance, d'être un sujet de préoccupation (pour quelqu'un). Quelle voix mystérieuse m'appelait à Paris? La voix de la gloire, une soif de renom qui ne m'a pas passé (Vallès, Réfract., 1865, p.37).À treize ans déjà, elle nous avait déclaré son intention de se faire religieuse. Puis cela avait passé (Billy, Introïbo, 1939, p.248).Il m'a dit: «Moi aussi, dans mon temps, j'ai fait partie d'un groupe révolutionnaire; j'écrivais dans leur journal. Ça te passera comme ça m'a passé...» (Sartre, Mains sales, 19482etabl., 3, p.43).
β) Empl. factitif. On emploie [des topiques] pour faire passer les dartres (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p.444).
Fam. Faire passer le goût du pain à qqn. V. goût I A.
(Le) faire passer (pop.), se faire passer le lardon (arg.). Se faire avorter. Elle est enceinte de trois mois (...). Et elle ne sait pas comment le faire passer (Druon, Gdes fam., t.2, 1948, p.135).Une paillasse à journaliers. Deux fois qu'elle s'est fait passer le lardon (Arnoux, Zulma, 1960, p.281).
γ) [Avec valeur factitive]
Qqn2passe qqc.1Éliminer, dissiper. J'ai reçu la lettre en question de Messieurs de l'Assemblée, qui nous marquent de prendre un peu de patience, jusqu'à ce que les factieux aient passé leur fureur (Marat, Pamphlets, Aux bons Fr., 1792, p.320).
Qqn2passe qqc.1(sur qqn3).Éliminer, dissiper en prenant quelqu'un pour exutoire. Il me faut quelqu'un pour passer ma mauvaise humeur (Mérimée, Théâtre Cl. Gazul, 1825, p.133).Tous ceux qui m'ont voulue ont passé leur désir sur moi (Louys, Aphrodite, 1896, p.51).V. nerf A 2 ex. de Goncourt:
76. ... cette (...) conduite (...) ne laissait pas d'augmenter chez lui l'état de nervosité dans lequel tantôt il avait signifié la rupture. Et il était tout prêt à «passer sa colère», sinon (...) sur la jeune fille envers qui il gardait ce reste de crainte, dernière trace de l'amour, du moins sur le baron. Proust, Prisonn., 1922, p.196.
Passer son vin. Synon. de cuver* son vin.Nous ne pouvons le laisser en cet état, aidez-moi, Cazador, à le coucher sur cette natte; il y sera mieux pour passer son vin (Borel, Champavert, 1833, p.52).
2. [Comme la conséquence ou comme la marque du temps qui passe]
a) Ne pas durer, être éphémère. La beauté passe, un talent reste, On en jouit même en autrui (Florian, Fables, 1792, p.186).
Expr. Tout passe, tout lasse, tout casse. V. lasser A 2 a ex. de Duhamel.
P. plaisant., var. La houille un assemblage de végétaux? −En la chauffant à je ne sais plus combien de degrés, on obtient de la sciure de bois, tellement que tout passe, tout croule, tout se transforme (Flaub., Bouvard, t.1, 1880, p.97).
Passer de mode. V. mode1II B 1 a ex. de Balzac et ex. 13.
b) S'altérer, se flétrir; perdre sa couleur, pâlir. Cette chambre, tendue de perse (...) sans cesse frappée par le soleil ainsi que le tapis, avait passé (Balzac, Cous. Bette, 1846, p.194).Des dents très blanches éclataient au milieu de la peau basanée par l'altitude; le hâle du docteur n'était pas de la première fraîcheur et commençait à passer, par taches vertes (Morand, Homme pressé, 1941, p.13):
77. La peinture a quelque chose de mobile, de fugitif, d'aérien presque, qui répugne (...) au génie [du Romain]. Il la voit déjà pâlir et s'effriter sur les marbres des acropoles. Alors il l'incorpore à la matière, il fait un temple où les marbres multicolores, unis ou veinés, alternent avec les granits, les porphyres, les basaltes. L'harmonie n'importe guère: la couleur ne passera plus. Faure, Hist. art, 1909, p.136.
[P. allus. à Ps. XC, 5-6]:
78. ... c'étoient des images tendres et poétiques empruntées de l'Écriture: elle a passé comme l'herbe des champs; ce matin, elle fleurissoit dans toute sa grâce, le soir nous l'avons vue séchée. Chateaubr., Génie, t.2, 1803, p.329.
c) LAIT. Faire passer du fromage. Amener un fromage à maturation, l'affiner. [Les cultivateurs du pays de Bray] vendent (...) leurs fromages blancs (...) à des cavistes qui les font passer (Pouriau, Laiterie, 1895, p.689).V. affiner ex. 11 et 12.
B. − Qqc.1se passe.Même sens que supra A 1 b α. Oh Dieu! que ça pue! (...) c'est qu'elle ne se passe pas cette odeur (...) C'est de plus fort en plus fort (Vidocq, Mém., t.2, 1828-29, p.246).Il faut vous secouer, monsieur Bovary; ça se passera! (Flaub., MmeBovary, t.1, 1857, p.21).Elle dut (...) s'aliter. Cela se passa très vite, heureusement, juste une affreuse migraine sans conséquence (Triolet, Prem. accroc, 1945, p.206).
III. − Qqc. se passe.[Le suj. désigne un événement]
A. − [En tant que fait ponctuel] Arriver, se produire, avoir lieu. Je me bornerai donc à fixer vos doutes par deux anecdotes qui vous amuseront, et dont vous pouvez acquérir la preuve très facilement, puisqu'elles viennent de se passer sous nos yeux (Marat, Pamphlets, Charlatans mod., 1791, p.294).Carlini mangeait et buvait comme si rien ne s'était passé (Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.441).Depuis des semaines on ne savait plus rien de ce qui se passait dans le monde (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p.13).V. avancer ex. 10.
[À propos des relations entre deux pers.] La jeune femme (...) fait-elle seulement semblant de ne pas reconnaître le bel étranger? Ou bien a-t-elle vraiment tout oublié de ce qui s'est passé entre eux? (Robbe-Grillet, Pour nouv. rom., 1963, p.165).
Tournure impers. Il paraît qu'il se passe de terribles choses là-bas (Reybaud, J. Paturot, 1842, p.366).Le matin, elle avait couru chez Madame Lerat, parce qu'il se passait du nouveau (Zola, Nana, 1880, p.1288).Il crut que des inspecteurs le suivaient et cacha les notes de Simon. Mais il ne se passa rien: les policiers n'étaient jamais que des passants (Nizan, Conspir., 1938, p.95).
Locutions
Il s'en passe de belles/de jolies. Il s'en est passé de jolies, cette nuit! Six types de chez nous qui ont pris d'assaut le palais de glace, revolver au poing. La caisse soulevée!... Il y a des blessés graves, paraît-il (Vercel, Cap. Conan, 1934, p.105).
[À propos de relations entre deux pers.] Il ne s'est rien passé. Ils n'ont pas eu de relations intimes. [Un jour, Emma] vint à dire (...) qu'autrefois, avant lui, elle avait aimé quelqu'un, «pas comme toi!» reprit-elle vite, protestant sur la tête de sa fille qu'il ne s'était rien passé (Flaub., op.cit., t.2, 1857, p.118).
À la forme interr. Mais qu'est-ce qui se passe, Chrysis, nous le diras-tu? (Louys, Aphrodite, 1896, p.64).Amie, me voilà! Que s'est-il passé? Je suis désolé, vraiment (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p.655).−Qu'est-ce qui s'est passé à Paris depuis notre départ? −Rien de spécial; il faisait chaud, dit Henri (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.218).
B. − [En tant que fait s'inscrivant dans une durée] Se dérouler dans ses diverses phases. Tout se passait comme j'avais prévu (Aymé, Jument, 1933, p.57).
Se passer bien/mal. −Alors, mon pauvre vieux, ça s'est mal passé... Il s'assombrit subitement, prend un air grave. −Eh oui, mon pauv' vieux, que veux-tu, ça a été affreux, cette fois-ci... Barbier a été tué (Barbusse, Feu, 1916, p.56).La première partie de l'expérience se passa bien (Traité sociol., 1967, p.441).
À la forme exclam. [Impliquant une menace] Cela/ça ne se passera pas ainsi/comme ça! Oh! soyez tranquille, cela ne se passera pas ainsi (Dumas père, Mllede Belle-Isle, 1839, iv, 2, p.74).Mais cela ne se passera pas comme ça! s'écria Zélie. Ah! vous croyez que je laisserai Désiré se battre avec vous, avec un ancien marin qui fait métier de tirer l'épée et le pistolet! (Balzac, U. Mirouët, 1841, p.231).
En partic. [Dans une oeuvre littér., une pièce de théâtre] La scène se passe au château de Moldar, en partie dans une forêt qui en est éloignée d'un quart de lieue, dans un canton de la Franconie (La Martelière, Robert, 1793, i, 1, p.viii).Le deuxième acte se passe sur les Boulevards du Sud, d'où l'on aperçoit Paris (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.68).Elle se demanda si le livre se passait dans l'Île de France (Cocteau, Enfants, 1929, p.186).
Rem. gén. Passer, dans ses empl. intrans., se conjugue avec avoir ou être selon que l'on veut exprimer l'action ou l'état, être semblant, d'une façon gén., l'emporter.
REM. 1.
Passer, subst. masc.,vieilli. Action de passer (supra I), passage. Le voyage de jour, le repos plus doux de la fin de la journée, le passer sur les flots, le dormir sur la mousse, tireront du coeur sa plus profonde tendresse (Chateaubr., Mém., t.1, 1848, p.305).La voix chuchotante, murmurante, pareille au passer du vent parmi les feuilles, reprend (Kahn, Conte or et sil., 1898, p.252).En partic. Pêche au passer. ,, Genre de pêche que l'on pratique dans les remous ou sous une chute, en faisant suivre à l'appât le sens du courant`` (Nouv. Lar. ill., Lar. 20e). Au passer, loc. adv. Le ciel qui fut d'un ocre triste est violet, Foyer mort et marais de cendres et de fange Qu'éparpille au passer l'aile d'un vent muet (Régnier, Prem. poèmes, Épis., 1888, p.197).
2.
Passement, subst. masc.[Corresp. à supra 1resection IV B 1 b ] Action de passer. a) Gymn. Demi-renversement, passement de la jambe gauche sur le bras gauche, lâcher l'anneau (Encyclop. des Sports1961ds Petiot 1982).b) Lutte. Passement de jambe. ,,La jambe tendue fait obstacle au déplacement des jambes de l'adversaire`` (Petiot 1982).
Prononc. et Orth.: [pɑse], [pa-], (il) passe [pa:s]. Martinet-Walter 1973 [ɑ], [a] (9/8). ,,L'a reste (...) plus ou moins fermé en devenant prétonique, dans casser, lasser, (...) passer`` (Martinon Comment prononce 1913, p.34). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. Intrans. 1. ca 1050 passer «traverser un lieu» (Alexis, éd. Chr. Storey, 517); 1370-72 au fig. passer outre «cesser de traiter un sujet» (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, t.1, p.184); 2. ca 1050 «s'écouler (du temps)» (Alexis, 51); 3. ca 1165 passer de ceste vie «trépasser» (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 4091); 4. ca 1220 «être agréé, convenir» (Simon, Trois Ennemis de l'Homme, 3295 ds T.-L.); 5. 1500 (Intern. Consol., III, XIII ds Gdf. Compl.: Tous les sainctz de Paradis sont passez par temptacions); 6. fin xves. «s'effacer, s'altérer» (Guillaume Coquillart, Complaincte de Eco ds OEuvres, éd. M. J. Freeman, p.115); 7. [fin xiiies. soi passer pour «être considéré comme» (Sone de Nansai, 20478 ds T.-L.)] 1604 passer pour (Montchrestien, David, Tragédies, éd. L. Petit de Julleville, p.208); 8. 1655 y passer «subir (une peine, un châtiment, la mort)» (Molière, L'Estourdy, éd. R. Bray, acte II, scène 3). B. Trans. 1. ca 1050 (Alexis, 515: le saint cors ne pourent passer ultra); 2. ca 1100 p.anal. temporel (Roland, éd. J. Bédier, 816: le jur passerent Franceis a grant dulur); 3. a) ca 1100 «dépasser» (ibid., 524: Men escient dous cenz anz ad passet); b) ca 1120 «aller au-delà (de la vue)» (St Brendan, éd. I. Short et B. Merrilees, 1652); 4. ca 1100 «faire traverser» (Roland, 1272: Sun bon espiet (...) par mi le corps li passet); 5. ca 1120 «subir, supporter» (St Brendan, 574); 6. 1130 «ne pas tenir compte de» (Lois de Guillaume, éd. J. E. Matzke, 4); 7. 1130-40 «surpasser» (Wace, Vie de Sainte Marguerite, ms. A, éd. E. A. Francis, 452); 8. ca 1245 «omettre» (Saint Auban, 1355 ds T.-L.); 9. ca 1330 passer souz silence (Girart de Roussillon, éd. E. B. Ham, 5507); 10. fin xives. «frotter quelque chose sur quelque chose» (Froissart, Chroniques, éd. Luce, t.2, p.171); 1694 en partic. «affiler (un couteau)» (Ac.); 11. ca 1393 «tamiser» (Ménagier de Paris, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p.131); 1530 en parlant de substances liquides (Palsgr., p.738); 12. fin xives. passer un traictié (Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, t.9, p.87); 13. ca 1450 maître passé (Mistère du Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 8730); 14. 1549 laisser passer une chose comme qui ne la voiroit point (Est.); 1580 passe! (Montaigne, Essais, I, 27, éd. P. Villey, p.181); 15. 1588 «satisfaire (une envie)» (Id., ibid., III, 6, p.899); 16. 1677 qui passe perd (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, t.5, p.163); 1608 jeux (C.Oudin, Dialogues fort plaisans, p.63 ds Quem. DDL t.21); 17. 1690 passer debout (de marchandises) (ibid.); 18. 1684 passer en compte (Mmede Sévigné, op. cit., t.8, p.85). C. Pronom. 1. a) 1176-84 se passer de qqc. «se contenter de» (Gautier d'Arras, Ille et Galeron, éd. F. A. G. Cowper, 1228), également se passer à dans ce sens, att. jusqu'au mil. xviies., v. J. Orr, R. Ling. rom., t.20, pp.21-40; b) fin xives. se passer bien de qqc. «ne pas regretter l'absence de» (Froissart, Chroniques, éd. G.Raynaud, t.9, p.124); 2. fin xives. (Id., ibid., t.10, p.291: ceste cose se passa); 3. ca 1450 (Mistère du Viel Testament, 9225: la douleur tost se passera). D. Part. prés. 1. a) ca 1250 subst. «personne qui passe à un endroit» (Vie de St Jean l'Aumônier, éd. K. Urwin, t.1, p.88, vers 3024); b) 1345 «celui qui passe» (Archives de Reims, éd. P. Varin, t.2, p.971); 2. 1347 «anneau de boucle de ceinture» (Inv. de J. de Presles, Bibl. de l'Ec. des ch., XXXIX, 91 ds Gdf.); 3. 1464 adj. «où l'on passe» (A. Seine-Inférieure, G 3839 ds Gdf. Compl.: chemins passans). Du lat. vulg. *passare «traverser», dér. de passus «pas» (v. ce mot), cf. ital. passare, prov. pasar, esp. pasar, port. passar, v. REW3, no6267.

PASSER2, verbe trans.

[Corresp. à passation; avec valeur factitive]
A. − DR., ÉCON.
1. Passer (un acte). Dresser, établir un acte dans les formes légales:
. La Société est administrée par un gérant, pris parmi les associés (...). Celui-ci (...) contractera les locations, passera les baux, ou louera les locaux de la Société. Il nommera et révoquera tous les employés, et fixera leurs traitements et avantages. Un Contrat de société, 1928ds Doc. hist. contemp., p.162.
Passer (un) contrat. S'engager contractuellement. En 1944, deux services du gouvernement des États-Unis passèrent contrat avec les laboratoires Bell pour deux calculateurs tous usages (Berkeley, Cerveaux géants, 1957, p.149).
2. Passer un accord, une convention, un marché. Conclure un accord, une convention, un marché, en établir les modalités. Dans son origine, la Constitution de 1787 se présentait comme un pacte passé entre des états auparavant indépendants (Vedel, Dr. constit., 1949, p.58).L'administration (...) passe les marchés et (...) fait (...) toutes les opérations matérielles nécessaires à la conduite des affaires publiques (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.22).
Passer une commande, passer commande de qqc. Établir l'objet et les conditions d'une commande. Les armateurs français avaient intérêt à passer leurs commandes en Angleterre, aux Pays-Bas et au Danemark, plutôt que de s'adresser aux chantiers nationaux pour les constructions courantes (Perpillou, Industr. constr. nav., 1967, p.36).
3. Passer une écriture. Inscrire une opération dans un livre comptable. Le comptable, ayant à passer une écriture, frappe sa machine et grâce au papier carbone l'écriture apparaît sur tous les feuillets superposés (Pethoud, Organ. industr. et comm., 1931, p.195).Les écritures ayant été passées sur les fiches de stock: les factures des fournisseurs ou les documments en tenant lieu, sont transmis à la comptabilité-fournisseurs (Villemer, Organ. industr., 1947, p.117).
En partic.
Passer qqc. en compte, au compte/sur le compte de. Enregistrer, porter au compte de quelqu'un une somme qui y est transférée. Passer (une somme) en compte. (Dict.xixeet xxes.). V. compte II C 1 b syntagmes.
Au fig. Croyez-en ma vieille expérience: Le hasard ne peut pas en compte être passé (Augier, Jeunesse, 1858, p.380).V. compte II C 2 c ex. de Arnoux.
Passer qqc. aux frais généraux; passer qqc. aux (ou au compte de) profits et pertes. Enregistrer une somme, la valeur d'un objet (sur l'un des différents postes d'un bilan). Le pauvre homme ne se doutait pas que depuis un mois Sidonie avait choisi elle-même chez Binder, le coupé que Georges Fromont voulait lui offrir, et qu'on passait soi-disant aux frais généraux pour ne pas effaroucher le mari (A. Daudet, Fromont jeune, 1874, p.133).Si les frais réels sont différents des frais prévus ainsi répartis, le solde est passé aux pertes et profits (Villemer, Organ. industr., 1947, p.206).V. compte ex. 14.
B. − POL., ADMIN. Passer ses pouvoirs. Transmettre ses pouvoirs à son successeur dans les formes établies. Bompard, gouverneur provisoire et chef de l'expédition, brusquement pris d'un mal étrange (...) s'était fait descendre à terre, passant ses pouvoirs à Bézuquet (A. Daudet, Port-Tarascon, 1890, p.126).
Prononc.: [pɑse], [pa-], (il) passe [pɑs]. Étymol. et Hist. V. passer1.

PASSER3, verbe intrans.

[Fonctionne comme un verbe d'état]
A. − Passer pour
1. Qqn1/qqc.1passe pour.Être considéré comme; avoir la réputation de.
a) Passer pour + adj. ou subst. en fonction d'attribut
[Le suj. désigne une pers.] Il y a dix-huit cents ans, les chrétiens passaient pour des impies, parce qu'ils refusaient de sacrifier aux Dieux de l'empire. Il en sera toujours ainsi pour ceux qui ne reconnaîtront pas la religion officielle (Ménard, Rêv. païen, 1876, p.216).Ce n'était pas assez qu'il eût été atteint dans son honnêteté, il passait encore pour un idiot. Une fois de plus, il le constatait, c'était là le bénéfice ordinaire de l'innocence et de la modestie (Aymé, Jument, 1933, p.144):
1. Ce vieillard instruit, qui a passé aux yeux de tant de gens remarquables pour prudent, averti, d'excellent conseil, moi, son fils, je ne l'ai jamais consulté que pour la forme, après m'être renseigné ailleurs et décidé en dehors de lui. Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p.1344.
[Le suj. désigne une chose] La cathédrale de Tolède, passe avec raison, pour une des plus belles et surtout des plus riches d'Espagne (Gautier, Tra los montes, 1843, p.146).Waitz dit (...) des sociétés inférieures que, même là où un pouvoir directeur est constitué, chaque individu conserve assez d'indépendance pour se séparer en un instant de son chef «et se soulever contre lui, (...) sans qu'un tel acte passe pour criminel» (Durkheim, Divis. trav., 1893, p.121):
2. Une théorie assez répandue prétend que les seules unités concrètes sont les phrases: nous ne parlons que par les phrases, et après coup nous en extrayons les mots. Mais d'abord jusqu'à quel point la phrase appartient-elle à la langue (...)? Si elle relève de la parole, elle ne saurait passer pour l'unité linguistique. Sauss.1916, p.148.
b) Passer pour + infinitif
[Le suj. désigne une pers.] On sait que je m'intéresse à beaucoup de choses, je passe pour avoir une curiosité dévorante (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1896, p.272).Vous ne pouvez pas aimer la femme que je passe pour être, si vous êtes l'homme qu'on dit. −Si justement! (Hermant, M. de Courpière, 1907, iii, 3, p.22).V. fashionable B ex. de Chateaubriand.
[Le suj. désigne une chose] Ce qui l'attend à Paris, c'est son métier prochain, le début d'une carrière dont il a peu de chances de s'évader par la suite, et qui ne passe pas pour abonder en imprévu (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p.68).Un alliage maladroit d'arsenic et d'urine (qui passait pour imiter l'argent) (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p.59).V. pharmacie ex. 3.
2. Empl. factitif. Qqn2fait passer qqn1pour.On a essayé de faire passer Napoléon pour un homme terrible, implacable; le vrai, c'est qu'il était étranger à toute vengeance, et ne savait pas conserver de rancune, quelque mal qu'on lui eût fait (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.370).Il me plaît, Madame, quoi qu'en dise Franz d'Épinay, qui voulait le faire passer à mes yeux pour un homme revenant de l'autre monde (Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.616).Ils vivaient, habitaient, couchaient ensemble; lui, l'ingénieur, sortait peu, mais ne sortait presque jamais sans Alexandre, qu'il faisait passer pour son cousin (Gide, Journal, 1902, p.112).
Empl. réfl. dir. C'est un gentilhomme ruiné qui tâche de se faire passer pour riche (Staël, Allemagne, t.3, 1810, p.192).V. commando B ex. de Belorgey.
Rem. Passer pour se conjugue avec avoir. Supra ex. 1.
B. − Passer inaperçu*.
Prononc.: [pɑse], [pa-], (il) passe [pɑs]. Étymol. et Hist. V. passer1.
STAT.Passer1, 2 et 3. Fréq. abs. littér.: 54176. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 73395, b) 86196; xxes.: a) 81063, b) 72838.
BBG.Bäcker (N.). Probleme des inneren Lehnguts dargestellt an den Anglizismen der französischen Sportsprache. Tübingen, 1975, pp.288-289. _Dauzat Ling. fr. 1946, p.325. _ Dubois (M.). Passer - marcher. Romania. 1925, t.51, pp.560-561. _ Muller (Ch.). Les Verbes les plus fréquents du fr. Fr. Monde. 1974, no103, pp.14-17. _Orr (J.). Le Fr. s'en passer. Ét. de sém. In: Essais d'étymol. et de philol. fr. Paris, 1963, pp.114-117; R. Ling. rom. 1956, t.20, pp.21-40. _Quem. DDL t.1, 5, 7, 10, 17, 19, 27. _ Sankoff (G.), Thibault (P.). L'Alternance entre les auxil. avoir et être en fr. parlé à Montréal. Lang. fr. 1977, no34, pp.99-100.

Passer : définition du Wiktionnaire

Verbe

passer \pɑ.se\ ou \pa.se\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se passer)

  1. Aller d’un lieu à un autre, traverser un espace.
    • Le roi Charles IX avait invité à goûter avec lui, en petit comité, Henri de Navarre et le duc de Guise. Puis, la collation terminée, il avait passé avec eux dans sa chambre. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Devant chaque porte se trouvait une botte de paille, pour empêcher le froid de passer dessous. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Un monsieur et une dame passent devant moi, interrompant leur conversation pour que je ne les entende pas, comme s’ils me refusaient l’aumône de ce qu’ils pensent. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • S’embusquant alors derrière un massif, le fusil au poing, il attendait, des heures et des heures, qu’un chat vînt à passer. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Il vente très fort, des goélands passent, emportés par la tempête, et essaient vainement de remonter le vent. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Ils auraient alors passé de l’Ouest à l’Est, vers la fin du tertiaire, dans le sens contraire à celui qu’on attribuait à l’émigration humaine. — (René Thévenin et Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p. 15)
    • Mais à Château-Landon il était possible de gagner directement La Chapelle-la-Reine sans traverser Nemours, vraisemblablement en passant par Verteau et Maison-Rouge. — (Bulletin philologique et historique (jusqu'à 1715), Comité des travaux historiques et scientifiques, Imprimerie nationale, 1961, page 137)
  2. Changer de nature, de qualité, d’état.
    • Je suis passé dans la clandestinité pour ne pas être arrêté, car je savais que je faisais l’objet d’une mesure d’internement. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Les habitants des villas et des pavillons environnants passèrent rapidement de la curiosité malveillante à l’agression. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 235 de l’éd. de 1921)
    • Le changement des conditions objectives de la lutte, qui imposait la nécessité de passer de la grève à l’insurrection, fut ressenti par le prolétariat bien avant que par ses dirigeants. — (Lénine, Rapport sur la Révolution de 1905, traduit du russe (Pravda du 22 janvier 1925), Moscou : Éditions du Progrès, 1966, p. 6)
    • Ensuite c'est à chacun de voir en quoi cela l'intéresse, le concerne, lui parle. Il n'y a strictement aucune prétention comminatoire du genre : si vous ne passez pas par là, vous êtes fichu. — (Jacqueline Legaut, La psychanalyse, l'air de rien, éd. Eres, 2012)
  3. Traverser en subissant.
    • Cette torture par laquelle vous venez de passer, vous me l'avez fait subir, il y a une heure à peine : il était juste que vous fissiez connaissance avec elle. — (Urbain Olivier, Le manoir du Vieux-Clos, chap. 32, Lausanne : chez Georges Bridel, 1864, page 320)
  4. Aller chez quelqu’un, visiter, rendre visite.
    • Je passerai chez vous ce soir en allant au théâtre.
    • Je passerai par chez vous,
  5. Mourir ; expirer.
    • Duchignon, Saute-Cadet va passer, Tulupin est à la mort... Cours chercher un médecin... je veux un médecin.. pour mes chiens ou je me jette par la fenêtre... — (Eugène Sue, M. Duchignon, ou la religion! la famille! la propriété!: scènes socialistes, dans Les Veillées du Peuple, n°2, mars 1850, p.84)
    • Voilà un pauvre diable bien avarié, pourvu qu’avant de passer il puisse me dire quels sont ceux qui l’ont mis dans cet état. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
  6. Traverser l’esprit.
    • Et ce que la cité contient de plus auguste
      En figures de banque, avec leur front plissé,
      Où l’on voit que la veille un total a passé.
      — (Casimir Delavigne, Les Enfants d’Édouard, acte I, scène V)
  7. Être examiné ; être évalué ; être jugé.
    • Deux jours après, je passai devant le conseil de guerre, qui, après plaidoirie d’un avoué allemand, me condamna à mort pour espionnage. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p. 31)
  8. Être élu ; être voté.
    • C'était une élection toute politique. M. d'Haussonville passa au premier tour de scrutin, au nez et à la barbe du parti impérialiste, qui n'avait trouvé personne à lui opposer. — (Léon Séché, Le Cénacle de Joseph Delorme : 1827-1830: Victor Hugo et les poètes, ‎Ligaran, 2015)
    • La loi a passé.
  9. Être reçu, être admis à un emploi, un grade, à un examen, un test, un cours.
    • Il est passé sous-chef.
    • Il a passé capitaine.
    • Il ne passera pas à l’examen, il est trop ignorant.
    • Les questions étaient difficiles, je ne suis pas certain de passer.
  10. Être reçu par l’usage ; avoir cours.
    • Végétaux n'ayant ni stémones, ni carpelles proprement dits, et, par suite, sans embryons, sans cotylédons. On continuera à les appeler cryptogames, nom donné par Linné, qui n'est pas rigoureusement exact ; mais qui est passé dans l'usage. — (Docteur Écorchard, Synopsis de la Flore des environs de Paris et des départements maritimes du nord-ouest et du sud-ouest de la France, Paris : La Maison rustique, 1878)
    • Cette monnaie ne passe plus.
    • Cette chose a passé, est passée en proverbe, en usage, en coutume, en force de loi, en force de chose jugée.
  11. S’introduire ou se glisser, en parlant des choses.
    • Ce mot a passé dans notre langue, est passé de l’italien dans le français. — Une glose qui a passé dans le texte.
  12. (Transitif) Enfiler sur le corps, en parlant d'un vêtement.
    • Préviens ta femme de ton arrivée. Ça me laissera le temps de passer tranquillement mon froc et de ne pas enfiler, dans la précipitation, mon slip à l'envers. — (Florentino Dos Santos, Les Cocus : Ces innocentes victimes des feux de l'amour… charnel, Éditions Le Manuscrit, 2003, page 58)
    • — Et il n’est pas question que vous dormiez avec moi, répliqua Margie depuis le dressing, où elle passait sa chemise de nuit. — (Maureen Child, ‎Un parfum de mensonge, traduit de l'anglais, Éditions Harlequin, 2009, chap. 4)
  13. Être supportable.
    • Et ce n'était plus tant ce qu'il considérait comme des élucubrations qui l'énervaient, mais qu'elle jouât la carte de la tendresse pour tenter de le ramener à de meilleurs sentiments, ça ne passait pas. Elle ne tarderait pas à s'en apercevoir... — (Jean-Claude Lanoizelez, Un soir en hiver, Éditions Publibook, 2016, page 151)
    • Ce vin n’est pas mauvais, il peut passer. — Le devoir de cet élève n’est pas très bon, mais il peut passer.
  14. Faire la transition d’un point ou d’une matière à l’autre.
    • Agustina accoucha seule au-delà des faubourgs de Cádiz, Andalucía, berceau de ce mythe, près du cap de Trafalgar où cet hijo de puta de Nelson mit la pâtée à la flotte franco-espagnole — ce qui n'a rien à voir avec notre histoire, passons. — (François Coupry, L'œil du gitan: roman, Éditions du Rocher, 2000, page 10)
    • Passons au second point.
    • Je passe à la seconde objection.
    • Passons à autre chose, à d’autres choses.
    • Passons, n’insistons pas.
  15. (Jeux) Dans divers jeux de cartes ou de plateau, ne rien faire lorsque son tour vient.
    • — C’est à ton tour.
      — Je passe.
  16. Déborder la place où elles devraient être, en parlant des parties de vêtements.
    • Sa jupe passe sous son manteau.
  17. Changer de main ; transmettre de l’un à l’autre, en parlant des choses.
    • […]; ils ne payaient point tribut à la Norwège, dont ils étaient autrefois sujets, […]. En 1814, les îles Féroë passèrent au Danemark. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 36)
    • Sa place, son emploi doit passer à son fils.
    • Ces titres, ces manuscrits passèrent en des mains étrangères.
  18. Être facile à manger, à digérer.
    • Cette viande passe facilement.
    • Son dîner ne passait pas.
  19. S’écouler, ne pas demeurer dans un état permanent.
    • Car autant il aimait passer son temps devant l'écran, autant il avait horreur de devoir se pencher sur des bouquins, tout spécialement sur la « grosse brique » censée lui révéler tous les secrets des systèmes d'exploitation. — (Jacques Dessaucy, La fille du pape, Éditions Saint Honoré, 2014, page 86)
    • La solution se trouve dans les jardins disséminés çà et là. Beaucoup d’habitants y passent une partie de la journée, devisant joyeusement de parcelle à parcelle en plantant des salades. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
    • Les jours, les années passent.
    • Le temps passe et la mort vient.
    • L’hiver est bientôt passé.
    • La beauté passe comme une fleur.
    • Cette couleur passe bien vite.
    • Ce vin n’a plus guère de force, il est presque passé.
  20. Finir, cesser.
    • Il est en colère, mais cela passera.
    • Cette mode passera, comme le café.
    • Les paniers des femmes ont depuis longtemps passé de mode, sont passés de mode.
    • Je vous en ferai passer l’envie.
    • Cela fait passer le rhume, la migraine.
  21. (Théâtre) Être joué.
    • Sa pièce passera cet hiver.
    • Tu sais quel film passe ce soir ?
  22. (Éducation) (Jeux vidéo) Monter un niveau, après avoir terminé le précédent.
  23. (Figuré) Faire une transition.
    • [Titre] En Pologne, l’avenir de Katowice ne passe plus par le charbon — (Jakub Iwaniuk, En Pologne, l’avenir de Katowice ne passe plus par le charbon, Le Monde. Mis en ligne le 3 décembre 2018)

passer transitif

  1. Traverser.
    • Pour entrer dans le royaume de Hilperik sans changer de direction, il devait passer la Seine un peu au-dessus de son confluent avec l’Aube, dans un lieu nommé alors les Douze Ponts, et aujourd’hui Pont-sur-Seine. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • Depuis l’aube, les troupes passaient la Moselle. C'était, sur le tremblement des ponts de bois, l’avalanche interminable des régiments. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie, p. 184)
    • Il poussa la jument au galop. Elle franchit l’angle de plaine, passa le fossé, et devant la lisière hésita, ne voyant aucune sente où s’introduire. — (Robert Marteau, Des chevaux parmi les arbres, Champ Vallon, 1992, p. 42)
    • Le franchissement du col du Lautaret avait nécessité l'usage des chaînes à partir de Villar d'Arène et nous avions passé le sommet entre deux hauts murs de neige. — (Robert Falize, L'Ombre et la lumière, Editions Publibook, 2006, page 354)
    • Je passe quelques jours à Serbonnes, jusqu'au 15 août. Au retour j’apprends quelques détails rétrospectifs. — (Michel Corday, L’Envers de la guerre, vol. 1 :1914-1916, Flammarion, 1932, p. 143)
    • Un capucin passait un bac avec sa mule, qui parut trembler à l'aspect de l'eau. — (s. n. d'auteur, Le bouffon français ou Recueil d'Anecdotes ; Blankenstein libraire, Paris, 1812, page 180)
  2. Transporter d’un lieu à un autre.
    • Voulez-vous me passer dans votre bateau ?
    • Le batelier a passé le passager.
  3. Faire traverser.
    • Passez les bras dans les manches de votre manteau.
    • Passer un ruban, un lacet dans un œillet.
    • Il lui a passé son épée au travers du corps.
    • Passer son doigt dans une bague.
  4. Tamiser, filtrer.
    • Passer le café dans un filtre.
    • Passer du bouillon à travers une étamine.
  5. (Vieilli) Tamiser, en parlant de substances en poudre ou en grains.
    • Passer de la farine au tamis, dans un tamis, au bluteau.
  6. (Médecine) Excréter.
    • Passer un calcul, des pierres.
  7. Transmettre, communiquer.
    • Passez-moi ce livre.
    • Passez cela à votre voisin.
    • Il m’a passé son rhume.
    • N'ayez jamais de créanciers ; faites, si vous voulez, semblant d'en avoir, c'est tout ce que je puis vous passer. — (Charles Baudelaire, Conseils aux jeunes littérateurs, 1846 ; Gallimard, collection Folio, page 86.)
    1. (Commerce) Transmettre la propriété d’un billet, une lettre de change, à l’ordre de quelqu’un, par un endossement.
    2. Vendre, en parlant d’objets.
      • Il m’a passé cette étoffe à un prix modéré.
  8. Aller au-delà ; excéder ; dépasser.
    • En effet, si les armées des rois mérovingiens étaient d’ordinaire sans discipline, celle-là passait en turbulence farouche tout ce qu’on avait vu depuis l’époque des grandes invasions. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 2e récit : Suites du meurtre de Galeswinthe — Guerre civile — Mort de Sighebert (568-575), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • Renaud, qui passe quatorze ans, ne songe qu’à monter et démonter des moteurs.— (Colette, Le veilleur, dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, collection Livre de Poche, 1960, page 144.)
    • Dès qu’il apparaît dans l’école, elle le prend, elle le rhabille, car toujours ses souliers sont dénoués, ses chaussettes tombent et sa chemise passe. — (Léon Frapié, La bonne visite, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 36)
  9. Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l’esprit.
    • Cela passe mes forces.
    • Cela passe ma capacité, mon intelligence.
    • Cela passe la portée de l’esprit humain.
    • Cela passe toute imagination.
    • [...] et à concevoir des desseins qui passent leurs forces. — (René Descartes, Discours de la méthode, 1re partie)
  10. Devancer.
    • Ce lévrier passe tous les autres à la course.
  11. Surmonter en mérite, valoir mieux, de quelque manière que ce soit.
    • Homère et Virgile ont passé de bien loin tous les autres poètes épiques.
    • Il passe tous ses rivaux.
  12. Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre.
    • Il leur suffisait […] de passer la main sur le dos d’une vache pour que le lait tournât en urine. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Rabalan)
    • Passer l’éponge sur une table pour l’essuyer.
    • Passer la plume, un trait de plume sur quelques lignes d’un écrit, pour les rayer, pour les biffer.
  13. Exposer ; soumettre à l’action de.
    • Un matin, elle assista à une scène qui la bouleversa. Un patient attendait son tour afin de passer une radio. Assis sur un chariot, il lisait un policier de la collection le Masque. — (Louis Nucéra, Le kiosque à musique, éd. Grasset, 1984)
    • Passer du papier au feu pour le faire sécher.
    • Passer un meuble à l’encaustique.
    • Passer les cheveux au henné.
  14. (Cuisine) Faire cuire plus ou moins rapidement.
    • Passez au beurre et laissez cuire dans son jus, et à très-petit feu, la rouelle lardée de gros lard ; servez-la ensuite dedans, après l’avoir dégraissée. — (M. Cardelli, Nouveau Manuel complet du cuisinier et de la cuisinière, édition Encyclopédie-Roret, 1842)
  15. Toucher, mentionner.
    • Il a passé cela délicatement, adroitement, légèrement.
  16. Omettre quelque chose, ou ne pas en parler.
    • Vous avez passé deux mots dans votre copie.
    • Passer un fait sous silence.
    • Passez cela, on le sait.
  17. Accorder, pardonner.
    • Il faut que vous me passiez encore cela.
    • On ne vous passera jamais cela.
    • Je vous passe cette sottise.
  18. Faire par-devant notaire, en parlant des actes.
    • Passer un contrat, une procuration, une transaction, un compromis, etc.
    • Cela fut fait et passé par-devant notaire.
  19. (Comptabilité) Enregistrer.
    • Passer une somme en compte.
    • Passer un article en dépense.
  20. Transférer d’un registre ou d’un chapitre à un autre.
    • Passez ceci aux profits et pertes, par profits et pertes.
  21. Consumer, employer, en parlant du temps.
    • Passer le temps. - Passer une année, un mois, un jour, une heure. - Nous avons passé ce jour bien agréablement. - Il a passé l’été à la campagne.
  22. Transférer au téléphone ; mettre en relation.
    • Passez-moi un responsable, c’est inadmissible !
  23. Ne pas échouer une année scolaire, un examen.
    • Martin a fait de gros efforts et a réussi à passer son secondaire IV.
  24. (Pronominal) S’écouler, en parlant du temps.
    • Les années se passent, le temps se passe insensiblement. - Voilà la belle saison qui se passe. - Ses journées se passent dans l’oisiveté.
  25. (Pronominal) (Familier) Se terminer.
    • Mon mal de tête se passe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Passer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PASSER. v. intr.
Aller d'un lieu à un autre, traverser l'espace qui est entre deux; ou simplement Traverser un lieu, une chose.

PASSER, avec l'auxiliaire Avoir, désigne seulement l'Action de se transporter d'un lieu à un autre. Avec l'auxiliaire Être, il désigne en outre le Résultat de cette action et signifie que le passage est accompli. Passez de ce côté-ci. Il a passé le long de la muraille. Il est passé de l'autre côté de l'eau. Passer par un lieu, par un pays. Il a passé par Lyon. Il est passé en Amérique depuis longtemps. Il a passé en Amérique en tel temps. Passer dans la ville. Passer par la porte. Passer par la fenêtre. Passer sur un pont, sur une planche. Passer de France en Angleterre. Passer de l'antichambre au salon. L'armée a passé par ce pays-là. La procession est passée depuis une demi-heure. Le facteur passe à midi. Il n'a fait que passer. Il ne fait que passer et repasser. Il a passé comme un éclair. Il passe beaucoup de monde, beaucoup de voitures dans cette rue. Il résolut de passer outre, malgré tous les obstacles. Laissez passer les plus pressés. Passez devant moi, je vous suivrai. Je ne passerai qu'après vous. La balle lui a passé bien près de la tête. La rivière passe par là, passe à travers la ville. La route ne passe pas loin du village. La balle du joueur a passé par-dessus le mur. Le vent, l'air, la lumière, le jour passent par cette fenêtre. L'air passe dans ces tuyaux. Le sang passe des artères dans les veines. Une barre de fer qui passe dans la muraille. Faire passer quelque chose de main en main. Faire passer quelque chose sous les yeux de quelqu'un. Faire passer l'or par la filière. Il s'emploie aussi figurément. La maladie a passé par toutes ses périodes. Passer de l'amour à la haine, de la tristesse à la joie, de la richesse à la pauvreté, etc. Les affaires doivent passer avant les plaisirs. Votre affaire ne passera (ne sera examinée, jugée) qu'après telle autre, ne passera que dans un mois. Il fit passer dans l'âme de ses soldats l'enthousiasme dont il était animé. Faire passer ses idées dans l'esprit, dans la tête de quelqu'un. Ce corps est passé de l'état liquide à l'état gazeux. En termes de Musique, Passer d'un ton, d'un mode à un autre, dans un autre. En termes de Tactique, Passer de l'ordre de bataille à l'ordre de colonne. Passer debout se dit des Marchandises qui, pour être transportées à leur destination au-delà d'une ville, sans payer l'octroi, ne font que la traverser et ne peuvent y être déchargées. Passer au large, Passer à quelque distance. Le navire a passé au large des Açores. Passez au large, Cri par lequel les sentinelles avertissent, pendant la nuit, de passer à quelque distance de l'endroit où elles sont postées. Fam., Passer chez quelqu'un, Aller, entrer chez quelqu'un dont la demeure se trouve sur la route que l'on prend pour se rendre en quelque autre endroit. Je passerai chez vous ce soir en allant au théâtre. On dit aussi Je passerai par chez vous, Par votre ville, par votre pays, etc. Passer à l'ennemi, Déserter et se mettre du parti ennemi. Fig., Passer de cette vie en l'autre, passer de cette vie à une meilleure et, absolument, Passer, Mourir, expirer. Il est à l'agonie, il va passer. Je l'ai vu passer. Il a passé, il est passé. Fig. et fam., Passer du blanc au noir, Aller d'un extrême à l'autre; changer brusquement de conduite, d'opinion, de langage. Passer au conseil de revision, Être examiné par le conseil de recrutement. Passer en conseil de guerre, Être jugé par un conseil de guerre. Fig., Passer à l'état de, Devenir. Il est passé à l'état de squelette. Fig., Passer par de rudes épreuves, par de grandes tribulations, Avoir beaucoup à souffrir en certaines occasions. On dit familièrement, dans un sens analogue, J'ai passé par là, je sais ce qui en est. Fig., Passer par les emplois, par les dignités, S'élever des moindres dignités aux plus grandes, et y parvenir par degrés. On dit de même Passer par tous les grades militaires. Fig. et fam., Cela lui a passé par la tête, par l'esprit, Il lui est arrivé d'y penser, il s'en est occupé. Cela lui a passé de la tête, de l'esprit, Il a cessé d'y penser, il l'a oublié. Fig. et fam., Cette affaire lui a passé sous le nez, Elle lui a échappé. Fig., Passer par-dessus toutes sortes de considérations. N'avoir égard à rien de ce qui pourrait déterminer à faire ou à ne pas faire quelque chose. Passer par-dessus toutes les difficultés, N'être point arrêté par les difficultés. Fig., Passer par-dessus les plus beaux endroits d'un livre, par-dessus les défauts d'un ouvrage, Ne point s'y arrêter, ne point les remarquer. Fig., Passer sur les défauts d'une personne, d'un ouvrage, Les voir avec indulgence, ne pas les faire remarquer. Prov. et fig., Passer sur le ventre à quelqu'un, Le renverser, parvenir malgré lui à ce qu'on veut. Nos chasseurs passèrent sur le ventre de l'ennemi. Passer sur le corps de quelqu'un se dit dans le même sens que le précédent, et, dans un sens plus figuré, il signifie Obtenir un avantage au préjudice de quelqu'un. Dans la dernière promotion plusieurs de ses camarades lui ont passé sur le corps. En termes de Procédure, Passer outre, Commencer ou continuer d'exécuter, malgré une opposition. Il avait commencé de bâtir en tel endroit, il lui fut défendu par arrêt de passer outre. Dans le langage courant, Passer outre signifie Aller plus avant, plus loin, ne pas tenir compte d'un argument, d'une objection. En dépit de la résistance de ses amis, il passa outre. Il passa outre à ces observations pourtant si justes, à ces scrupules pusillanimes. Fig. et fam., Cette affaire a passé par ses mains, Il s'en est mêlé, il en a une connaissance particulière. On dit de même : Tout lui passe par les mains. Il lui en a bien passé par les mains. Fig., Laisser passer une proposition, une parole, une action, Ne pas la reprendre, ne pas la blâmer. Quoi! vous avez laissé passer cette extravagance? Laissera-t-on passer un livre si dangereux sans le réfuter? Je ne saurais laisser passer une semblable parole. Fig., Laisser passer une faute, une erreur, Ne pas la remarquer, ne pas l'apercevoir. Cette imprimerie a d'excellents correcteurs : ils nous ont signalé plusieurs fautes que nous avions laissées passer. Fig., Il faut passer là-dessus, Il faut pardonner, oublier cette faute. On dit de même : Je veux bien, pour cette fois, passer là-dessus. En passer par, Se résigner, se soumettre à. J'en passerai par où il vous plaira. J'en passerai par l'avis de tels et tels. Il faut qu'il en passe par là. Il faut en passer par où il lui plaît. Fig. et fam., Y passer, Subir une peine, un châtiment, un désagrément. Il faut y passer. Tout le monde y passa. Fam., Le notaire y a passé, se dit d'une Chose constatée par un acte en forme. En termes de Palais, Cette affaire a passé à l'avis du rapporteur, Elle a été jugée suivant l'avis du rapporteur. Elle a passé contre l'avis du rapporteur, Elle a été jugée contre le sentiment du rapporteur. La loi a passé, La loi est votée. Il fit passer cette loi à la Chambre, Il la fit voter. En passant se dit figurément de Tout ce que l'on fait avec quelque sorte de précipitation et sans y avoir donné le temps nécessaire. Je n'ai pas eu le loisir d'examiner l'endroit, je ne l'ai vu qu'en passant. Je ne lui ai parlé de votre affaire qu'en passant. On se sert encore de cette locution lorsqu'on interrompt le fil d'une conversation pour parler succinctement d'une chose qui se présente à l'esprit. Vous remarquerez en passant. Je vous dirai en passant. Cela soit dit en passant.

PASSER signifie quelquefois Être reçu, être admis à un emploi, à un grade, etc. Il est passé sous-chef. Il a passé capitaine. Il ne passera pas à l'examen, il est trop ignorant. Passer maître se disait jadis de l'Ouvrier qui, après avoir fait un chef-d'œuvre, obtenait la maîtrise. Il signifie figurément Devenir le plus habile, le plus expert. À force de travail, le voilà passé maître dans sa spécialité. Cet avocat est passé maître dans l'art d'émouvoir le jury. Ironiquement, Il est passé maître en friponnerie.

PASSER signifie aussi Être reçu par l'usage, avoir cours. Cette monnaie ne passe plus. Cette chose a passé, est passée en proverbe, en usage, en coutume, en force de loi, en force de chose jugée.

PASSER signifie quelquefois, en parlant des Choses, S'introduire, se glisser. Ce mot a passé dans notre langue, est passé de l'italien dans le français. Une glose qui a passé dans le texte.

PASSER signifie également Être supportable. Ce vin n'est pas mauvais, il peut passer. Le devoir de cet élève n'est pas très bon, mais il peut passer. Fam., Passe, Soit, je l'accorde, j'y consens. Passe pour cette fois, mais n'y revenez plus. Passe pour cette fois, mais que cela n'arrive plus se dit Quand une personne a fait quelque chose de mal et qu'on lui pardonne pour cette fois-là.

PASSER se dit particulièrement en parlant des Transitions qui se font d'un point ou d'une matière à l'autre. Passons au second point. Je passe à la seconde objection. Passons à autre chose, à d'autres choses ou, absolument, Passons; ce dernier s'emploie surtout pour exprimer qu'on n'insiste point. Il se dit encore des Parties de vêtements qui débordent la place où elles devraient être. Sa jupe passe sous son manteau.

PASSER se dit aussi des Choses qui changent de main, qui sont transmises de l'un à l'autre. Cette terre, cette charge passa dans telle maison par mariage. La couronne de France passa de la première race à la seconde. Sa place, son emploi doit passer à son fils. Ces titres, ces manuscrits passèrent en d'autres mains, en des mains étrangères. Passer de bouche en bouche. À différents Jeux de cartes, La main passe signifie qu'Un joueur perd ou ne conserve pas sa donne et qu'elle passe à un autre. Je passe, Je ne joue pas à ce coup-ci.

PASSER se dit en parlant des Aliments qui se digèrent. Cette viande passe facilement. Son dîner ne passait pas.

PASSER signifie aussi S'écouler, ne pas demeurer dans un état permanent. Les jours, les années passent. Le temps passe et la mort vient. L'hiver est bientôt passé. Vous avez laissé passer le temps de planter. La saison est passée. La beauté passe comme une fleur. Cette couleur passe bien vite. Ce vin n'a plus guère de force, il est presque passé. Les plaisirs passent. Tout passe en ce monde. Son temps est passé. Ses beaux jours sont passés. Il signifie encore Finir, cesser. Il est en colère, mais cela passera. Cette mode passera. Les paniers des femmes ont depuis longtemps passé de mode, sont passés de mode. La fantaisie m'en est passée. La faim lui a passé. Je vous en ferai passer l'envie. Cela fait passer le rhume, la migraine.

PASSER, pris absolument, signifie, en termes de Théâtre, Être joué. Sa pièce passera cet hiver.

PASSER, suivi de la préposition pour, signifie Être réputé. Il passe pour un homme de bien. Il passe pour sage, pour un homme sage. Il est avare, du moins il passe pour cela. C'est un galant homme, et qui passe pour tel. S'il n'est savant, du moins il passe pour l'être. Il passe pour bon médecin, pour grand géomètre. Il passe pour avoir fait, pour avoir dit telle chose. Si j'avais fait cette faute, pour qui passerais-je dans votre esprit, pour qui passerais-je dans le monde? Cela passe pour article de foi.

PASSER est aussi transitif et signifie Traverser. Passer la grande cour du Louvre. Passer le pont. Passer la rivière; la passer à gué; la passer à la nage; la passer en bateau. Passer les monts. Passer le détroit. Passer la mer. Passer l'eau. Fig., Passer son chemin, Continuer son chemin sans s'arrêter. Passez votre chemin se dit à un importun pour le renvoyer. Passer des troupes en revue, En faire la revue On dit de même Passer en revue les actions d'une personne. On dit aussi Passer une revue, Faire une revue des troupes. Passer un examen, Le subir. Il a passé son examen d'une manière brillante. Fig. et fam., Passer le pas se dit de Quelqu'un qu'on a contraint à faire quelque chose. Il a été obligé de passer le pas, on lui a fait passer le pas. Dans ce sens et dans le précédent, on dit plus souvent aujourd'hui Sauter le pas, faire sauter le pas. Il signifie aussi Mourir. Le pauvre homme a été longtemps malade, mais enfin il a passé le pas.

PASSER signifie aussi Transporter d'un lieu à un autre. Voulez-vous me passer dans votre bateau? Le batelier m'a passé; il m'a passé à l'autre bord. Il signifie également Faire passer. Passez les bras dans les manches de votre manteau. Passer un ruban, un lacet dans un œillet. Il lui a passé son épée au travers du corps. Passer son doigt dans une bague. Passer son habit, sa robe, etc., Mettre son habit, sa robe, etc. Passer une pièce fausse, La donner en paiement sans que celui qui la reçoit s'aperçoive de sa fausseté.

PASSER signifie aussi Faire couler des substances liquides au travers d'un tamis, d'un linge, etc. Passer une décoction dans un linge. Passer du bouillon à travers une étamine. Il signifie aussi Tamiser, en parlant de Certaines substances qui ne sont pas liquides. Passer de la farine au tamis, dans un tamis, au bluteau.

PASSER signifie encore Transmettre. Passez-moi ce volume. Passez cela à votre voisin. Fam., Il m'a passé son rhume, Il me l'a communiqué. En termes de Commerce, Passer un billet, une lettre de change à l'ordre de quelqu'un, Lui en transmettre la propriété par un endossement.

PASSER se dit aussi en parlant d'Objets vendus. Il m'a passé cette étoffe à un prix modéré.

PASSER signifie aussi Aller au-delà, excéder, dépasser. La boule a passé le but. Passer les bornes, la mesure. Cela passe la permission, C'est une chose que l'on ne peut permettre. Passer la rampe se dit, en termes de Théâtre, d'Effets, de répliques, de mots qui portent sur le public. Cette pièce est pleine d'esprit, mais d'un esprit subtil qui ne passe pas la rampe. Il ne passera pas l'année, la journée, la nuit, etc., Il ne vivra pas jusqu'à la fin de l'année, de la journée, de la nuit, etc.

PASSER signifie encore Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l'esprit. Cela passe mes forces. Cela passe ma capacité, mon intelligence. Cela passe la portée de l'esprit humain. Cela passe l'imagination. Cela passe toute imagination. Cela me passe, Je n'arrive pas à le comprendre, j'ai peine à l'imaginer. Qu'un tel événement ait pu se produire, cela me passe.

PASSER signifie encore Devancer. Ce lévrier passe tous les autres à la course. Il signifie aussi Surmonter en mérite, valoir mieux, de quelque manière que ce soit. Homère et Virgile ont passé de bien loin tous les autres poètes épiques. Il passe tous ses rivaux. On dit plutôt aujourd'hui Dépasser; toutefois, on a gardé le proverbe : Contentement passe richesse.

PASSER signifie en outre Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre. Passer sa main sur son visage, sur ses cheveux. Passer l'éponge sur une table pour l'essuyer. Passer la plume, un trait de plume sur quelques lignes d'un écrit, pour les rayer, pour les biffer. Fig., Passer l'éponge sur quelque chose, L'effacer, l'oublier, ne pas en tenir compte, faire comme si cela n'avait jamais existé.

PASSER signifie encore Exposer, soumettre à l'action de. Passer du papier au feu pour le faire sécher. Passer un meuble à l'encaustique. Passer les cheveux au henné. Passer du linge à l'étuve. Passer au bleu. Voyez BLEU. En termes de Couturière et de Tailleur, Passer des coutures au fer, Les rabattre avec le fer, avec le carreau. Passer un soldat par les armes, Le fusiller, par jugement d'un conseil de guerre. Passer au fil de l'épée, Tuer en passant l'épée au travers du corps. Il ne se dit qu'en parlant de Gens massacrés dans une ville, dans une place de guerre qui vient d'être prise. La ville prise, tous les habitants furent passés au fil de l'épée.

PASSER signifie, figurément, Toucher, mentionner adroitement une chose dans le discours, sans l'approfondir, sans s'y arrêter. Il a passé cela délicatement, adroitement, légèrement. Il signifie aussi Omettre quelque chose, ou n'en point parler. Vous avez passé deux mots dans votre copie. Passez cet endroit, ne le lisez pas. Passer un fait sous silence. Passez cela, on le sait.

PASSER signifie aussi Accorder, pardonner. Il faut que vous me passiez encore cela. On ne vous passera jamais cela. Je vous passe cette sottise. Passer une faute à quelqu'un. Il ne faut rien passer à cet enfant. Prov. et fig., Passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné, se dit en parlant de Deux personnes qui se font mutuellement des concessions, qui ont l'une pour l'autre des complaisances intéressées. Il ne se dit qu'en mauvaise part ou par plaisanterie. Passer son envie d'une chose, Satisfaire le désir qu'on a de quelque chose. Il souhaitait passionnément d'avoir cette maison de campagne, enfin il en a passé son envie.

PASSER se dit, figurément, en parlant des Actes que l'on fait par-devant notaire. Passer un contrat, une procuration, une transaction, un compromis, etc. Vous me passerez acte. Nous en passerons acte. Cela fut fait et passé par-devant notaire.

PASSER signifie encore Enregistrer. Passer une somme en compte. Passer un article en dépense. Il signifie spécialement Transférer d'un registre ou d'un chapitre à un autre. Passez ceci aux profits et pertes, par profits et pertes. Fig., Passer condamnation signifiait autrefois Acquiescer à un jugement duquel on pourrait interjeter appel. Il ne s'emploie aujourd'hui que dans le sens de Considérer une chose comme non avenue, ne pas tenir rigueur à quelqu'un de quelque chose.

PASSER, en parlant du Temps, signifie Consumer, employer. Passer le temps. Passer une année, un mois, un jour, une heure. Nous avons passé ce jour bien agréablement. Il a passé l'été à la campagne. Passer la nuit en prières. Passer sa vie dans l'oisiveté, dans les plaisirs. Passer une bonne nuit, Bien dormir. Passer une mauvaise nuit, Mal dormir, souffrir pendant la nuit.

SE PASSER signifie S'écouler. En ce sens il se dit proprement du Temps. Les années se passent, le temps se passe insensiblement. Voilà la belle saison qui se passe. L'occasion se passe. Presque toute notre vie se passe à former de vains désirs. Tout leur temps se passe en de frivoles occupations. Ses journées se passent dans l'oisiveté. Fam., Mon mal de tête se passe, Il commence à se calmer. Prov., Il faut que jeunesse se passe, On doit avoir de l'indulgence pour les fautes que la vivacité et l'inexpérience de la jeunesse font commettre.

SE PASSER signifie encore Arriver, avoir lieu. Ce qui s'est passé avant nous. Ce qui se passera après nous. Depuis votre départ, il s'est passé bien des choses, bien des événements. Que s'est-il passé à la séance? Comment s'est passé votre entretien? Comment s'est passé votre voyage? Fig., Je ne saurais dire ce qui se passait en moi. Fig. et par menace, Cela ne se passera pas ainsi, Ce qui vient d'arriver aura une suite, j'en aurai réparation, j'en tirerai vengeance. Il m'a été fait une injustice flagrante : cela ne se passera pas ainsi.

SE PASSER DE signifie Se priver, s'abstenir. Il ne peut pas se passer de vin. Si l'on n'en peut avoir, il faut s'en passer. Je me passerai bien de lui. Il se fût bien passé de dire cela, de parler d'un tel. Le participe passé est aussi employé comme adjectif et signifie Qui a été autrefois et qui n'est plus. Le temps passé. Au temps passé. Se ressouvenir de ses fautes passées. On connaît sa vie passée. Il signifie aussi Qui a perdu sa fraîcheur, son éclat. Une étoffe passée. Une couleur passée. Il s'emploie quelquefois comme préposition et signifie Après. Passé cette époque, il ne sera plus temps. Passé cinq heures, la bibliothèque est fermée.

Passer : définition du Littré (1872-1877)

PASSER (pâ-sé) v. n.

Résumé

  • 1° Aller d'un lieu à un autre.
  • 2° Passer, en termes d'escrime.
  • 3° Passer, en termes de marine.
  • 4° Passer à l'ennemi, déserter.
  • 5° Se présenter devant des gens chargés d'inspecter.
  • 6° Il se dit des choses qui ont ou qui reçoivent du mouvement.
  • 7° Il se dit de personnes dont soit la position, soit les sentiments changent.
  • 8° Il se dit des choses abstraites que l'on compare à des choses matérielles qui se meuvent.
  • 9° Traverser l'esprit, en parlant d'idées.
  • 10° En venir à, faire transition, quitter un sujet.
  • 11° Il se dit de nuances qui vont de l'une à l'autre.
  • 12° Passer de cette vie en l'autre, ou, absolument, passer, mourir.
  • 13° Passer, en termes de jeu.
  • 14° Recevoir une sanction.
  • 15° Subir un examen.
  • 16° Être supportable, acceptable.
  • 17° Être transmis.
  • 18° Être introduit, en parlant de certaines choses.
  • 19° Être digéré, en parlant d'aliments.
  • 20° S'écouler, en parlant du temps.
  • 21° Ne pas rester dans le même état, diminuer, disparaître.
  • 22° Finir, cesser.
  • 23° S'étendre au delà.
  • 24° Fig. Passer plus loin.
  • 25° Passer outre.
  • 26° Passer par.
  • 27° Passer par-dessus.
  • 28° Passer sur.
  • 29° Passer pour.
  • 30° Y passer.
  • 31° Faire passer.
  • 32° Laisser passer.
  • 33° Passe.
  • 34° En passant.
  • 35° V. a. Traverser.
  • 36° Transporter d'un lieu à un autre.
  • 37° Transmettre, remettre de la main à la main.
  • 38° Faire couler des liquides au filtre ou au tamis.
  • 39° Aller au delà, en parlant de l'espace ; dépasser, en parlant du temps.
  • 40° Devancer.
  • 41° Il se dit de ce qu'on fait aller d'une place à l'autre.
  • 42° Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre.
  • 43° En parlant du temps, consumer, employer.
  • 44° Soumettre à l'action de.
  • 45° Préparer, accommoder, apprêter.
  • 46° Passer en revue.
  • 47° Soumettre à un examen, à un jugement ; en un sens opposé, subir un examen, une inspection.
  • 48° Il se dit des actes qu'on fait par-devant notaire.
  • 49° Donner pour un certain prix, en parlant de ventes.
  • 50° Admettre pour, croire.
  • 51° Concéder, tolérer, accepter.
  • 52° Allouer.
  • 53° Pardonner.
  • 54° Surpasser, l'emporter sur.
  • 55° Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l'esprit.
  • 56° Aller plus loin, se répandre, s'ébruiter.
  • 57° Toucher, mentionner adroitement.
  • 58° Omettre.
  • 59° Satisfaire, en parlant de certains sentiments.
  • 60° V. réfl. Se passer, être supérieur à soi-même.
  • 61° Avoir son cours, en parlant du temps.
  • 62° Cesser, n'avoir pas lieu.
  • 63° Perdre sa beauté, sa force, en parlant de choses.
  • 64° Arriver, avoir lieu.
  • 65° Se passer à, se contenter de ; on a dit se passer de, au même sens.
  • 66° Se priver, s'abstenir.
  • 1Aller d'un lieu à un autre. Passez, seigneur, dit-il, passez dans cette barque, Corneille, Pomp. II, 2. Et s'il voulait passer de son pays au nôtre…, Corneille, Nicom. III, 2. Quand un autre dragon, qui n'avait qu'un seul chef, Et bien plus d'une queue, à passer se présente, La Fontaine, Fabl. I, 12. Ha ! mon enfant, que je voudrais bien vous voir un peu, vous entendre, vous embrasser, vous voir passer, si c'est trop que le reste ! Sévigné, 19. Je suis passée courageusement de Bretagne en Provence, Sévigné, 13 nov. 1690. Le petit la Troche a passé des premiers à la nage [au passage du Rhin] ; on l'a distingué, Sévigné, 24 juin 1672. Il [Valentinien] envoya ordre à Équitius, qui commandait dans l'Illyrie, de passer jusque dans le pays des Quades, Fléchier, Hist. de Théodose, I, 23. Chacun prétend passer, l'un mugit, l'autre jure, Boileau, Sat. VI. Immobile, saisi d'un long étonnement, Je l'ai laissé passer dans son appartement, J'ai passé dans le mien, Racine, Brit. II, 2. J'ai visité l'Élide, et, laissant le Ténare, Passé jusqu'à la mer qui vit tomber Icare, Racine, Phèdre, I, 1. Téméraire, où voulez-vous passer ? Racine, Athal. III, 2. On lui vint dire que trois personnes étaient dans sa chambre, et je me retirai pendant qu'elle y passait, Marivaux, Pays. parv. part. 4. Les persécutions que nos mahométans zélés ont faites aux Guèbres les ont obligés de passer en foule dans les Indes, Montesquieu, Lett. pers. 85. Les auteurs de ce temps avouent que, quand un Anglais rencontrait un Danois, il fallait qu'il s'arrêtât jusqu'à ce que le Danois eût passé, Voltaire, Mœurs, 42. Il passera sur une planche étroite, il tombera et se cassera une jambe, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 221, dans POUGENS. Charles-Quint demandait à un Espagnol qui arrivait de Mexico combien il y avait de temps entre l'hiver et l'été ; autant, répondit-il avec vérité et avec esprit, qu'il en faut pour passer du soleil à l'ombre, Raynal, Hist. phil. VI, 20. Ce lieu est si désert, il n'y passe personne, Genlis, Théât. d'éd. Zélie, I, 1. En sortant de table, j'ai senti que j'étais si peu maîtresse de moi-même, que j'ai pris le parti de passer un instant dans mon cabinet, Genlis, Adèle et Théod. t. III, p. 371, dans POUGENS. Les Turcs ont passé là : tout est ruine et deuil, Hugo, Orientales, 18.

    Passer devant, marcher devant une autre personne. Nérine : Vous n'avez qu'à entrer dans ce logis. - Passe devant, Molière, Fourber. III, 8.

    Passer devant, se dit aussi de la préséance. Hier, M. de Chevreuse, à l'ordre de Saint-Michel, passa devant M. de la Rochefoucauld ; ce dernier lui dit : Monsieur, vous passez devant moi, vous ne le devez pas. M. de Chevreuse lui répondit : Monsieur, je le dois, car je suis duc de Luynes. Ha, monsieur, par ce côté-là, vous avez raison, Sévigné, 501. À dire la vérité, quoique la fille de M. le duc d'Orléans dût passer devant une fille de branche cadette, Mme de Caylus, Souv. p. 266, dans POUGENS.

    Fig. Passer devant, obtenir la préférence. Ses plaisirs passent toujours devant ses devoirs, Maintenon, Lett. à Mme de St-Géran, 10 sept. 1683.

    Terme de vénerie. Passe le cerf, passe, passe, passe, passe, terme dont les piqueurs se servent lorsqu'ils voient le cerf après avoir rappelé les chiens.

    Passer chez quelqu'un, se rendre chez une personne. Elle a feint de passer chez la triste Octavie, Racine, Brit. v, 8. Figaro : Monsieur passe-t-il chez lui ? - Bartholo : Non, monsieur ne passe point chez lui, Beaumarchais, Barbier de Sév. III, 5.

    Passer chez quelqu'un, se dit aussi quand, sa demeure se trouvant sur notre chemin, nous entrons chez lui. Je passerai chez vous ce soir en allant au spectacle.

    On dit aussi : je passerai par chez vous, pour signifier : je passerai par votre ville, par votre pays. Lorsque je ferai le voyage d'Italie, je passerai par chez vous.

    Ne faire que passer, traverser un lieu sans s'y arrêter. Je n'ai fait que passer à Versailles, Bossuet, Lett. 166. J'ai vu l'impie adoré sur la terre… Je n'ai fait que passer : il n'était déjà plus, Racine, Esth. III, 9.

    Fig. Ne faire que passer, durer peu. L'autorité n'a fait que passer dans vos mains ; elle vous a échappe comme un songe, Fénelon, Dial. des morts anc. Dial. 7. Galba, Othon, Vitellius ne firent que passer, Montesquieu, Rom. 15. La barbarie dure des siècles, il semble que ce soit notre élément ; la raison et le bon goût ne font que passer, D'Alembert, Disc. prélim. Encycl. Œuvres, t. I, p. 296, dans POUGENS.

    Passer sous le joug, voy. JOUG ; et fig. Être réduit à la soumission, à la dépendance.

    On dit dans un sens analogue : passer sous les lois, sous l'empire. Et, le monarque du monde [l'homme] étant surmonté par ce superbe vainqueur [Satan], tout le monde passa sous ses lois, Bossuet, 1er sermon, Démons, 2. Marguerite en passant sous les lois d'un époux, Chénier M. J. Charles IX, I, 3.

    Passer sur le corps de quelqu'un, franchir le corps de quelqu'un qui est renversé par terre. Grothusen, le favori du roi, et le général Dardorf tombèrent morts auprès de lui ; Charles, en combattant, passa sur le corps de ce dernier, qui respirait encore, Voltaire, Charles XII, 8.

    Par extension. Passer sur le ventre ou sur le corps de quelqu'un, le renverser, parvenir à ce qu'on veut malgré lui. Un officier général lui ayant représenté la grandeur du péril : Quoi ! vous doutez, dit-il, qu'avec mes huit mille braves Suédois je ne passe sur le corps à quatre-vingt mille Moscovites ? Voltaire, Charles XII, 2. Il fallait passer sur le ventre à toutes ces troupes, avant que d'arriver devant le camp, Voltaire, ib.

    Fig. Obtenir un avantage au préjudice de quelqu'un. Mes amis, qui croyaient les honneurs littéraires usurpés par tous ceux qui les obtenaient avant moi, s'impatientaient de voir dans une seule année quatre nouveaux académiciens me passer sur le corps sans que j'en fusse ému, Marmontel, Mém. VII. On nous oublie, on nous fait passer nos cadets sur le corps, Carmontelle, la Promotion, sc. 2.

    Passez au large ! cri des sentinelles pour obliger celui qui s'approche à cheminer à distance de la sentinelle.

    À l'ancien jeu de billard et au mail, passer signifie faire passer la bille ou la boule par la passe. J'ai passé. Avez-vous passé ?

    On dit dans le même sens qu'une bille passe, a passé.

    Terme de trictrac. Passer au retour, entrer dans le jeu de l'adversaire quand il y a passage.

  • 2 Terme d'escrime. Passer sur quelqu'un, avancer sur lui en portant le pied gauche devant le pied droit pour gagner le fort de l'épée de l'adversaire et le désarmer. Bassompierre ne laissa pas de me désarmer, parce qu'il passa sur moi et qu'il était plus âgé et plus fort, Retz, I, 3.

    Passer en avant, se dit quand on met le talon du pied gauche à la boucle du pied droit. Passer en arrière, mettre le pied droit en arrière du talon gauche et retomber en garde du pied gauche.

  • 3 Terme de marine. Passer au billet, se dit de l'action d'un équipage qui vient, avant le départ, se présenter devant l'officier.

    Passer sur le beaupré, se dit d'un navire qui passe trop près sur l'avant. Passer à poupe, se dit d'un bâtiment à qui le commandant d'une flotte, escadre ou division, a des ordres à donner dans le porte-voix, et qui pour cela passe assez près de la poupe.

    Passer au vent, c'est, en gagnant un bâtiment en vitesse, se placer entre lui et le point de l'horizon d'où vient la brise.

    Faire passer à la bande, ordonner que l'équipage monte sur les vergues ou dans les haubans, mais d'un seul côté du bâtiment, pour saluer un bâtiment ou divers personnages qui quittent le navire.

    Passer sur un bâtiment, s'y embarquer passager.

    Passer par-dessus le bord, s'y introduire ou en sortir clandestinement.

    Passer pour deux, pour trois, etc. se dit du sablier qui se vide pour la deuxième, la troisième fois depuis le commencement du quart.

  • 4Passer à l'ennemi, déserter, se mettre du parti ennemi. Il fit mourir dans les villages plusieurs ilotes, soupçonnés d'avoir voulu passer chez les ennemis, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 309, dans POUGENS.

    Par analogie. C'est à vous de passer du côté de l'empire, Racine, Brit. II, 3. Nous rappelons en vain par nos cris, par nos pleurs Des dieux qui sont passés dans le camp des vainqueurs, Voltaire, Sophon. II, 1. Je vois tout le sénat passer à votre avis, Voltaire, Brut. I, 1.

  • 5Il se dit de ceux qui se présentent devant des gens chargés de les inspecter.

    Passer au conseil de recrutement, être examiné par le conseil de recrutement.

    Passer à un conseil de guerre, être jugé par un conseil de guerre.

    Cette compagnie, ce régiment a passé en revue, on en a fait la revue.

    Fig. Il passera partout, il passera à la montre, se dit d'un homme de belle mine.

  • 6Passer, se dit des choses qui ont du mouvement ou qui en reçoivent. La Seine passe à Paris. Quand la lune passe au méridien. Le coup lui a passé entre le bras et le corps. Il passe du vent par-dessous la porte. Sa tête [de Pompée]… Passe au bout d'une lance en la main d'Achillas, Corneille, Pomp. II, 2. Il veut qu'en même jour le corps de mon époux Passe d'entre mes bras dans le ventre des loups, Rotrou, Antig. IV, 3. Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place Où la main ne passe et repasse, La Fontaine, Fabl. v, 9. Il faut croire qu'il passe autant de vin dans le corps de nos Bretons que d'eau sous les ponts, puisque c'est là-dessus qu'on prend l'infinité d'argent qui se donne à tous les états, Sévigné, 75. Vous tenez table, vous bâtissez ; mais vous conservez par reconnaissance le portrait de votre bienfaiteur, qui a passé, à la vérité, du cabinet à l'antichambre, La Bruyère, VI. Ératosthène et Aristobule tenaient de Patrocle que les marchandises des Indes passaient par l'Oxus dans la mer du Pont, Montesquieu, Esp. XXI, 6. …En passant par une lyre, Le souffle même du zéphyre Devient un ravissant accord, Lamartine, Méd. II, 24.

    Il passera bien de l'eau sous les ponts entre ci et là, c'est-à-dire cela n'arrivera pas de longtemps.

    Passer debout, se dit des marchandises munies d'un passe-debout (voy. ce mot).

    On dit, par comparaison avec une rivière, qu'une route, un chemin passe par tel endroit, pour exprimer que cette route, ce chemin a son trajet par là. La route passe non loin du village.

    Terme de jeu de paume. Passer à fleur de corde, voy. FLEUR, n° 13.

    Passer devant les yeux, se dit de ce qui se présente à la vue. Les scènes variées qui passent devant les yeux.

    Familièrement et fig. Passer devant le nez, se dit de choses qu'on pourrait avoir et qui trompent notre attente. Se moquer philosophiquement à part soi de tant de choses qui lui passent journellement devant le nez, La Mothe le Vayer, Dial. d'Orat. Tubero, t. I, p. 288, dans POUGENS.

  • 7 Fig. Il se dit de personnes dont, soit la position, soit les sentiments se modifient. Il ne tiendra qu'au roi qu'aux effets je ne passe, Corneille, Nic. I, 3. Tiens la balance droite à chaque événement, Tiens-la ferme à tel point que jamais tu ne passes Jusque dans la faiblesse et dans l'emportement, Corneille, Imit. III, 25. Adieu, ma très chère enfant, ne craignez point que je retombe ; je suis passée de l'excès de l'insolence, pour la santé, à l'excès de la timidité, Sévigné, 8 mars, 1676. Puisqu'il [Jésus-Christ] est la voie, passons par lui ; mais celui qui passe toujours n'arrive jamais, Malaval, dans BOSSUET Ét. d'orais. II, 9. Un mari qui tour à tour passant du jeu à la débauche et de la débauche au jeu, expose jusqu'à ses fonds, et fait dépendre d'un seul coup la fortune de toute une famille, Bourdaloue, 3e dimanc. après Pâq. Domin. t. II, p. 103. Tandis que l'Orient dans le lit de ses reines Voit passer un esclave au sortir de nos chaînes ! Racine, Bérén. II, 2. Vous savez jusques à quels excès Cambyse s'est porté, et jusques à quel point d'insolence nous avons vu passer le mage, Fénelon, t. XXII, p. 392. Je sais ce que c'est que ces états-là ; j'y ai passé, Destouches, Fausse Agnès, I, 2. Est-il vrai que M. Paller a passé de l'intendance de Moulins à celle de Besançon ? Voltaire, Lett d'Argental, novembre 1734. Mathias Corvin avait passé de la prison sur le trône ; instruit par l'adversité, il n'en fut que plus digne de la couronne, Duclos, Œuv. t. VII, p. 52. Le duc du Maine avait près de huit ans, il passa enfin entre les mains des hommes, Genlis, Maint. t. I, p. 243, dans POUGENS.

    Passer du blanc au noir, aller d'un extrême à l'autre.

    Passer à l'état de, être tenu pour. En 1817… l'abbé Grégoire, ancien évêque, ancien conventionnel, ancien sénateur, était passé dans la polémique royaliste à l'état " d'infâme Grégoire " ; cette locution que nous venons d'employer, passer à l'état de, était dénoncée comme néologisme par M. Royer-Collard, Hugo, les Misérables, 1re part. liv. II, chap. 1.

    Terme de tactique. Passer de l'ordre en bataille à l'ordre en colonne, de l'ordre en colonne à l'ordre en bataille, se dit d'une troupe qui, étant en bataille, se met en colonne, ou qui, étant en colonne, se met en bataille.

    Terme de musique. Passer d'un ton, d'un mode à un autre, dans un autre, quitter le ton, le mode où l'on est pour en prendre un autre.

    Fig. Heureux qui, dans ses vers, sait d'une voix légère Passer du grave au doux, du plaisant au sévère ! Boileau, Art p. I.

  • 8 Fig. Il se dit des choses abstraites que l'on compare à des choses matérielles qui se meuvent. Ce mot a passé de l'italien dans notre langue. Ah ! que tu connais mal jusqu'à quelle manie D'un amour déréglé passe la tyrannie ! Corneille, la Tois. d'or, v, 2. Pour bien écrire encor j'ai trop longtemps écrit, Et les rides du front passent jusqu'à l'esprit, Corneille, Au roi, 1676. Les évêques de Constantinople ayant transporté à leur siége l'autorité de ceux de Césarée, d'Éphèse, d'Héraclée, et l'ayant élevé au-dessus de ceux d'Alexandrie et d'Antioche, ils se brouillèrent si fort avec celui de Rome, que cette discorde a enfin passé jusqu'à une entière séparation, Mézerai, Hist. de France avant Clovis, IV, 12. Le courage de M. de Turenne est passé à nos ennemis : ils ne trouvent plus rien d'impossible depuis la défaite du maréchal de Créquy, Sévigné, 16 août 1675. Le sacrifice [de la messe] serait inutile à la reine, si elle n'avait mérité par sa bonne vie que l'effet en pût passer jusqu'à elle, Bossuet, Mar.-Thér. Je reconnais toujours vos injustes mépris ; Ils ont même passé sur mon malheureux fils, Racine, Mithr. III, 5. Une négligence pour sa personne qui passe dans l'excès, La Bruyère, Théophr. XIX. Dans le gouvernement despotique, le pouvoir passe tout entier dans les mains de celui à qui on le confie, Montesquieu, Esp. v, 16. Quelle lumière affreuse a passé dans mon cœur ! Voltaire, Zaïre, III, 7. Cher amant, si mes pleurs, mon trouble et mes remords Peuvent percer la tombe et passer chez les morts, Voltaire, Alz. III, 1. Tout ce qui doit passer au cœur doit en sortir, Rousseau, Ém. v. Il faut pour tant d'horreur, Que tout l'art de Venise ait passé dans son cœur, Ducis, Othello, v, 4.

    Passer en, se convertir en. Je vois tous mes soupçons passer en certitudes, Et ne puis plus douter de tes ingratitudes, Corneille, l'Illus. com. v, 3. D'où vient cette inclination naturelle, si contraire à notre première institution, sinon de la contagion du premier péché, par laquelle la source des hommes étant infectée, la corruption nous est passée en nature ? Bossuet, 1er serm. pour la Pentec. 1. Toute imputation passe en preuve invincible, Rousseau, 2e dial.

  • 9 Fig. Passer, se dit des idées qui traversent l'esprit. Pour la proposition d'aller à Grignan, au lieu d'aller en Bretagne, elle m'avait déjà passé par la tête, Sévigné, 7 août 1675. Ce sont des doutes qui passent dans l'esprit, Bossuet, Lett. Corn. 101. Il me passe par la tête cent choses plus bizarres l'une que l'autre, Baron, Homme à bonnes fort. II, 11. Effectivement, il me passa dans l'esprit qu'il fallait que sa femme nous suivît aussi, Marivaux, Marianne, 10e part. Je voudrais savoir s'il passe quelquefois dans les cœurs des autres hommes des puérilités pareilles à celles qui passent dans le mien, Rousseau, Confess. VI.

    Cela lui a passé de la tête, de l'esprit, il n'y pense plus, il l'a oublié. Il y a cent choses comme cela qui passent de la tête, Molière, Pourc. I, 6.

  • 10En venir à, faire transition, quitter un sujet. Et sur ce fondement, seigneur, je passe au reste, Corneille, Othon, I, 3. Mais passons aux auteurs, et dis-moi quel ouvrage Aujourd'hui dans la scène a le plus de suffrage, Rotrou, St Gen. I, 7. J'ai bien envie de… passer tout d'un coup à ce qui me tient le plus au cœur, Sévigné, 27 oct. 1691.

    Passer à, avec un infinitif. Si dans les moindres dons tu passes à considérer leur auteur [Dieu], Corneille, Imit. II, 10. Pour moi, je jette de loin ces paroles en l'air… je passe ensuite à rejeter tout le mal que vous me dites de votre esprit et de votre corps, Sévigné, 22 juill. 1685.

    Passons, se dit absolument, pour indiquer qu'on n'insiste pas. Passons ; je ne me puis souvenir sans trembler Du coup dont j'empêchai qu'il nous pût accabler, Corneille, Rodog. II, 3. Passons ; que fait le prince ? Corneille, Suréna, I, 2. Je ne trouve personne qui ne m'en fasse souvenir [de votre absence] : on m'en parle, et on a pitié de moi ; n'est-ce pas sur ces pensées qu'il faut passer légèrement ? passons donc, Sévigné, 31 mai 1675.

  • 11Il se dit de nuances qui vont de l'une à l'autre. Sa couleur, quand elle est étendue, passe au jaune doré, Roard, Instit. Mém. scienc. phys. et mathém. sav. étrang. t. II, p. 529.
  • 12Passer de cette vie en l'autre, passer de cette vie à une meilleure, passer de vie à trépas, mourir.

    Absolument, passer, mourir. Personne ne sait encore cet accident-là, et je me suis trouvée ici toute seule : il vient de passer entre mes bras, Molière, Mal. imag. III, 18. Je crois déjà les voir [des neveux] au moment annoncé Qu'à la fin sans retour leur cher oncle est passé…, Boileau, Sat. x. Il lui prit une toux si violente, que je crus qu'il allait passer…, Lesage, Gil Blas, II, 1.

    Son âme a passé, il est mort. Je sentis ses doigts froids [de Laurence] saisir ma main contrainte ; Et, quand à ce transport je voulus m'opposer, Son âme avait passé dans ce dernier baiser, Lamartine, Joc. IX, 324.

    Il a passé comme une chandelle, se dit d'un homme qui est mort doucement.

  • 13 Absolument. Terme de jeu. Ne point jouer le coup.

    Au jeu d'hombre, ne point faire jouer.

    Au jeu de brelan, ne point ouvrir le jeu, ou ne point tenir la vade.

    Au jeu de piquet, voulez-vous passer de point ? ou simplement passe de point, voulez-vous que réciproquement nous n'annoncions pas notre point ?

    À différents jeux de cartes, la carte, la main passe, c'est-à-dire aucun des joueurs ne la coupe.

    La main passe, signifie aussi qu'un joueur perd sa donne.

    Passer, se dit aussi d'un joueur qui gagne plusieurs parties de suite. Il se moqua de ma délicatesse, me demanda sa revanche, je jouai, il passa sept fois, Genlis, Théât. d'éducation, Les faux amis, II, 2.

  • 14Recevoir une sanction. Le premier président et le président de Mesmes sont absents, et nous ferons passer ce qu'il nous plaira dans la compagnie plus aisément que s'ils étaient présents, Retz, Mém. liv. II, t. I, p. 407, dans POUGENS. L'avis passa de 53 contre 42 voix, Bossuet, Var. 7. Le jugement atroce qui ne passa que de deux voix, est mille fois pire que celui des Calas, Voltaire, Lett. à la duchesse d'Eauville, 26 nov. 1774. Démosthène a prévu ses desseins [de Philippe] ; il a fait passer dans le sénat, dont il est membre, un décret qui ordonne à nos députés de partir au plus tôt, Barthélemy, Anach. ch. 6. Hier la loi a passé, grâce à l'éloquence de celui qui l'avait le plus éloquemment combattue, Delavigne, la Popul. v, 1.

    Dans un sens analogue, il se dit de ce qui reçoit l'assentiment. On peut croire que cette folie ne passa pas sans opposition, Rousseau, Confess. v.

    Terme de palais. Cette affaire a passé à l'avis du rapporteur, elle a été jugée suivant son avis. Elle a passé contre l'avis du rapporteur, elle a été jugée contre le sentiment du rapporteur.

    Elle a passé du bonnet, c'est-à-dire elle a passé tout d'une voix, tous les juges ont été du même avis (à cause de l'habitude des conseillers de soulever leur bonnet en signe d'assentiment).

    Locutions vieillies consistant en ce que passer y est pris impersonnellement : à quoi passe-t-il ? quelle est la décision des juges ? Il passe à tel avis, la décision des juges est telle. En matière criminelle, il passe in mitiorem, l'avis le plus doux l'emporte. Il passe au bannissement, à la mort, il y a condamnation au bannissement, à la mort.

  • 15Subir un examen. Il passe son baccalauréat aujourd'hui.

    Absolument. Quand passez-vous ?

    Être reçu, être admis, en parlant d'épreuves, d'examens. Il ne passera pas à l'examen.

    Passer maître, être reçu maître avec les épreuves et les formalités requises. Il a passé maître ès arts. Il est passé maître. Qu'il fasse toujours son chef-d'œuvre, et que jamais il ne passe maître, Rousseau, Ém. III.

    Il se dit des monnaies. Cette monnaie ne passe plus. Cette pièce de vingt francs est bonne, elle passera.

    Être reçu par l'usage. Le mot a passé.

    Passer en proverbe, être dit proverbialement. En plusieurs endroits de la France, il était passé en proverbe de dire : cela est beau comme le Cid, Pellisson, Hist. Acad. III. La sagesse de Salomon a passé en proverbe ; il écrivit une multitude incroyable de paraboles, Diderot, Opin. des anciens philos. (Juifs) Il était passé en proverbe que deux moussons à Bombay étaient la vie d'un homme, Raynal, Hist. phil. III, 22.

  • 16Être supportable, être acceptable. Ce vin peut passer. Peut-être que vous mettrez ce petit conte avec celui que je fis malheureusement un soir dans votre petite chambre ; il n'importe, il est tout chaud, il faut qu'il passe, Sévigné, 11 sept. 1680. Je m'imagine que je vous parle, et tout passe dans la conversation, Marivaux, Marianne, 1re part. Mahomet a bien passé ; pourquoi les Guèbres ne passeraient-ils pas ? Voltaire, Lett. d'Argental, 18 nov. 1768.
  • 17Être transmis. Passer de bouche en bouche, de génération en génération. Il y a bien des réflexions à faire sur les restes de ces grands personnages dont les biens sont passés en d'autres mains, Sévigné, 2 sept. 1687. Tous nos vieux meubles qui sont passés d'abbés en abbés [de Livry], et qui demeureront longtemps en l'état où vous les connaissez, Sévigné, 23 nov. 1689. Quand ils verront que, dans un moment, leur gloire passera à leur nom, leurs titres à leurs tombeaux, leurs biens à des ingrats, et leurs dignités peut-être à leurs envieux, Bossuet, Duch. d'Orl. Et par vous cette lettre a passé dans ses mains, Racine, Bajaz. v, 1. Je voudrais bien savoir comment on peut s'y prendre pour mettre ce livre à vos pieds, car rien ne passe ; pour cette lettre, elle passera, Voltaire, Lett. Dupaty (alors détenu à Pierre-Encise), 15 déc. 1770. Son sceptre et son épouse ont passé dans vos bras, Voltaire, Œdipe, II, 4. L'empire grec avait passé, par les assassinats, dans vingt familles différentes, Voltaire, Mœurs, 93. Le genre d'écrire de cet auteur célèbre [de Fontenelle] est absolument à lui, et ne peut passer à un autre sans s'altérer ; c'est une liqueur qui ne doit point changer de vase, D'Alembert, Mél. litt. Œuv. t. III, p. 281, dans POUGENS. Quatre-vingts ans après la ruine de Troie, une partie du Péloponnèse passa entre les mains des Héraclides ou descendants d'Hercule, Barthélemy, Anach. Introd. part. 1.

    Cette nouvelle a passé jusqu'à lui, elle est arrivée, elle est parvenue jusqu'à lui.

    Passer à la postérité, se dit d'un souvenir qui se conserve parmi les générations successives, d'un livre ancien qui arrive entre leurs mains. Si ma mémoire eût passé à la postérité, elle n'y eût passé que comme celle d'un malfaiteur dont on se souvient uniquement pour le détester, Rousseau, Corresp. du Peyrou, t. III, p. 189, dans POUGENS. Vous avez beau faire, mon cher maître, vos vers passeront à la postérité ; mais le nom de votre maréchal [le maréchal de Richelieu] n'y passera pas, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 27 avr. 1765.

    En termes militaires, faire passer la parole, voy. PAROLE.

  • 18Être introduit, en parlant de certaines choses. Cette note a passé de la marge dans le texte. Cette lettre si digne de passer dans nos annales, Massillon, Or. fun. Villeroy.
  • 19Passer, se dit des aliments qui se digèrent. Il a une affection de l'estomac ; rien ne passe. Le lait ne lui passe pas. La chair de porc, ainsi que celle de sanglier, dessèche, mais elle fortifie et passe aisément, Barthélemy, Anach. ch. 25.

    Fig. Je m'excède, disait-elle, de livres de dévotion, je m'en bourre, et rien ne passe, D'Alembert, Lett. au roi dc Pr. 14 nov. 1776.

  • 20S'écouler, en parlant du temps, des années, etc. Ce temps est passé et il a passé bien vite. Avant que le jour passe, On saura qui des deux doit régner sur la Thrace, Mairet, Soliman, III, 6. Ma vie a passé en un moment comme un nuage, Sacy, Bible, Job, XXX, 15. Sept temps passeront sur vous, jusqu'à ce que vous reconnaissiez que le Très Haut a un pouvoir absolu sur les royaumes des hommes et qu'il les donne à qui il lui plaît, Sacy, ib. Daniel, IV, 29. Vous savez que dans celle [maison] où passa mon bas âge…, Molière, le Dép. II, 1. Avec des livres, le temps passe, Sévigné, 565. On voit passer comme un torrent l'empire d'un roi des Grecs : c'était celui d'Alexandre, Bossuet, Hist. II, 4. La Judée vit passer le règne détestable d'Amon, fils de Manassès, Bossuet, ib. I, 7. Ainsi que mes chagrins, mes beaux jours sont passés, Boileau, Ép. v. Deux années ne passent pas sur une même coterie, La Bruyère, VII. Je puis maintenant dire aux rapides années : Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir, Hugo, Crépusc. 25.
  • 21Ne pas rester dans le même état, diminuer, disparaître, ne pas laisser de trace. Toutes choses ont leur temps, et tout passe sous le ciel après le terme qui lui a été prescrit, Sacy, Bible, Ecclésiaste, III, 1. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point, Sacy, ib. Évang. St Mathieu, XXIV, 35. Toutes ces choses sont passées comme l'ombre, et comme un courrier qui court, ou comme un vaisseau qui fend les flots agités, Sacy, ib. Sagesse, v, 9. Dans cinquante ans tout sera égal, et les plus heureux, comme les autres, auront passé dans ce grand fleuve qui nous entraîne tous, Sévigné, 28 août 1680. Ne croyez pas, ma fille, que la mort de M. de Turenne ait passé ici aussi vite que les autres nouvelles ; on en parle et on le pleure encore tous les jours, Sévigné, 26 août 1675. Tout passe, tout glisse… et ne fait que de légères traces à mon cerveau, excepté votre souvenir, Sévigné, 15 juin 1680. Voilà, ma chère bonne, ce que vous me dites ; si vous pensez que ces paroles passent superficiellement dans mon cœur, vous vous trompez : je les sens vivement, Sévigné, 23 avril 1690. Qu'est-ce à dire, mes frères ? quels sont ces fleuves de Babylone ? saint Augustin nous l'expliquera : les fleuves de Babylone, dit-il, c'est tout ce qu'on aime et qui passe, Bossuet, Sermons, Paix par Jésus-Christ, 2. Madame a passé du matin au soir, ainsi que l'herbe des champs, Bossuet, Duch. d'Orl. Les hommes passent comme les fleurs qui s'épanouissent le matin, et qui le soir sont flétries et foulées aux pieds, Fénelon, Tél. XIX. Le silence des vivants est un hommage pour les morts : ils durent et nous passons, Staël, Corinne, II, 3. Ce qu'on dit passe, et ce qu'on écrit reste, Delavigne, Princ. Aurélie, IV, 2.
  • 22Finir, cesser. Cette mode passera. Il est en colère, mais cela passera. Je crains ici pour vous l'évanouissement ; Entrez dans cette salle, en attendant qu'il passe, Molière, Sgan. 11. Il n'y a jour que je ne vous regrette… ce goût que j'ai pour vous ne m'a point passé, Sévigné, à Mme de Guitaut, 29 oct. 1692. Laissez à ce torrent le temps de s'écouler ; Dans huit jours, dans un mois, n'importe, il faut qu'il passe, Racine, Bérén. III, 4. Le goût passe, la vérité demeure toujours, Massillon, Avent, Concept. Dieu suspend les flots de la création, et le monde a passé comme un fleuve tari, Chateaubriand, Génie, I, IV, 7.
  • 23S'étendre au delà. Ayant attention de tenir la mèche bien unie et sans fil qui passe, Genlis, Maison rust. t. I, p. 392, dans POUGENS.
  • 24 Fig. Passer plus loin, s'occuper de choses ultérieures. Mais, avant que de passer plus loin, J'ai voulu vous parler un moment sans témoin, Racine, Iphig. III, 1.

    Passer plus loin aller au delà. Il n'y a point d'offres de toutes choses que le roi ne lui ait faites [à Jacques II] ; la générosité, la magnanimité ne passe point plus loin, Sévigné, 28 fév. 1689.

    Passer plus avant, se porter à quelque chose de plus décisif. L'Italie passa encore plus avant ; l'impiété de l'empereur fut cause qu'on lui refusa les tributs ordinaires, Bossuet, Hist. I, 11.

    Passer trop avant, aller au delà de ce qui convient. …Vraiment, en voulant rire, Vous passez trop avant ; brisons là, s'il vous plaît, Corneille, Mél. IV, 2.

  • 25Passer outre, aller au delà.

    Fig. Ajouter à ce qu'on a dit ou fait. Passons outre : que ferez-vous [vous calvinistes] à ceux que leur aversion naturelle et insurmontable pour le vin exclut de cette partie de la sainte cène ? Bossuet, 1re instruction pastor. XLI.

    Terme de procédure. Commencer ou continuer d'exécuter. Défense de passer outre à la vente du bien. Un magistrat païen n'ose d'abord passer outre à la condamnation de Jésus-Christ, Massillon, Carême, Passion.

  • 26Passer par, traverser certains degrés. Passer par tous les grades. Il a passé par les emplois, par les dignités.

    Cette affaire a passé par ses mains, il s'en est mêlé.

    On dit aussi : Tout lui passe par les mains. Il lui en a bien passé par les mains.

    On dit dans un sens analogue : passer par quelqu'un. Tout ce qui passe par vous en devient meilleur, Maintenon, Lett. au card. de Noaill. 12 sept. 1698.

    Passer par les mains, être manipulé, manié, préparé. Si vous examinez en détail tous les apprêts des viandes qui doivent composer le festin que l'on vous prépare ; si vous regardez par quelles mains elles passent, La Bruyère, VI.

    Fig. Il passera par mes mains, j'aurai occasion de me venger de lui. Assommons ce trompeur ; ah ! traître ! ah ! scélérat, tu passeras par nos mains, Hauteroche, Cocher supp. sc. 19.

    Dans un langage un peu leste, passer par les mains, se dit d'une femme de qui un homme obtient ou arrache les faveurs. Sans l'espérance… qu'au sac de Paris… vous ne passerez que par mes mains, je crois que je déserterais, Bussy-Rabutin, à Mme de Sévigné, 15 février 1649.

    Fig. Il est fâcheux d'avoir à passer par ses mains, se dit d'un homme difficile, épineux ou peu expéditif.

    Fig. et familièrement. Passer par les mains d'un médecin, être traité par lui. Écoutez, vous faites la railleuse, mais vous passerez par nos mains quelque jour, Molière, Am. méd. III, 2.

    Fig. Passer par la main du bourreau, être puni corporellement.

    On dit de même : passer par les verges, par les baguettes, par les armes. Il se détermine, en vertu du don de Dieu qu'on nomme liberté, à passer trente-six fois par les baguettes, Voltaire, Candide, 2.

    Fig. Passer par, être soumis à. Passer par de rudes épreuves, par de grandes tribulations. En sa faveur déjà la ville se rebelle, Et ne peut voir passer par la rigueur des lois Sa dernière espérance et le sang de ses rois, Corneille, Poly. III, 5. Pausanias, qui avait été lui-même consulter les oracles et qui avait passé par toutes ces cérémonies, nous en a laissé une description fort ample, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. v, p. 32, dans POUGENS. M. de Voltaire envoya à Genève les Quand ; cette plaisanterie réussit, et j'imaginai qu'il fallait faire passer M. de Pompignan par les particules ; je fis les Si et ensuite les Pourquoi…, Morellet, Mém. t. I, p. 88, éd. 1822.

    Fig. Cet homme a passé par l'étamine, c'est-à-dire par le tamis, par le crible, il a été examiné sévèrement.

    On dit dans un sens analogue : J'ai passé par là, je sais ce qui en est. J'ai passé par là, c'est une des plus cruelles choses du monde, Sévigné, 13 avril 1672.

    Passer par le fil de l'épée, par le fer, périr par la main de l'ennemi. Quelques troupes, renfermées dans un château, se sont rendues aux ennemis à discrétion et ont passé par le fil de l'épée, La Bruyère, X. Tout ce qui se trouva d'habitants qui n'avaient pu s'échapper passa par le fer ennemi, Vertot, Révol. rom. VII, 201.

    On dit dans un sens analogue : passer par le feu, par le fer et le feu. Vous aviez désolé les pays d'alentour, Rasé quinze châteaux, aplani deux montagnes, Fait passer par le feu villes, bourgs et campagnes, Corneille, l'Illus. com. II, 4. Vous faites passer par le fer et par le feu ceux qui sont dans cette erreur si pardonnable, de croire que Dieu aime encore ce qu'il a aimé, Montesquieu, Esp. XXV, 13.

    En passer par, se résigner, se soumettre. Oui, j'en passerai par ce qu'il dira, Molière, l'Avare, I, 6. C'est pour vous dire qu'il en faut passer par là, ou ne point écrire, Sévigné, 219. Quoi ! il faudra que Dieu en passe par votre choix ! Bourdaloue, 1er dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 19. Si votre future s'opiniâtre au douaire, 'il en faudra passer par là, Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné, 15 avril 1675. Elle serait bien aise d'en passer par là [se marier], Hamilton, Gramm. 4. Vous savez que je suis le meilleur maître du monde ; j'en passe par tout où il vous plaît, D'Allainval, Éc. des bourgeois, II, 2.

    On dit familièrement et dans le même sens : Il faut passer par là ou par la fenêtre. Point de quartier sans la noce ; il faut passer par là ou par la fenêtre, Arlequin Jason, dans GHERARDI, Théâtre ital. t. I, p. 176.

  • 27 Fig. Passer par-dessus, ne tenir compte, éluder, violer. Il y a d'autres personnes à consulter qui sont bien plus accommodantes, qui ont des expédients pour passer doucement par-dessus la loi, Molière, Mal. imag. I, 9. Vous passez par-dessus la possession de ce qu'on désire, pour y voir la séparation, Sévigné, 457. Vous avez bien fait de passer par-dessus vos dernières peines, Bossuet, Lett. abb. 51. Quand les personnes consacrées à Dieu ont une fois passé par-dessus les règles de leur profession, le retour est presque impossible, Fléchier, Panég. II, 307.

    Passer par-dessus toutes les difficultés, ne point être arrêté par les difficultés.

    Passer par-dessus les plus beaux endroits d'un livre, par-dessus les défauts d'un ouvrage, ne point s'y arrêter, ne point les remarquer.

    Il faut passer là-dessus, il faut pardonner, oublier cette faute.

    On dit de même : je veux bien, pour cette fois, passer là-dessus.

  • 28 Fig. Passer sur, ne pas s'appesantir sur, laisser de côté. Passez, passez sur les perfections, Il n'est pas question de vanter son mérite, La Fontaine, Florent. I, 8. Il passe sur l'affaire présente avec une adresse et un esprit admirable, Sévigné, 207. Je passe légèrement sur mille choses pour ne point trop écrire, Sévigné, 278. Nous passions à la hâte sur mille chapitres que nous n'avions pas le temps de traiter à fond, Sévigné, 3 févr. 1672. J'ai passé rapidement sur beaucoup de faits, Bossuet, Hist. II, 8. Le ministre [protestant] passe sur un fait si essentiel [la condamnation des ariens au concile de Rimini] ; mais enfin il en convient, Bossuet, 2e instr. past. 107. Nous passons sur l'irrégularité des manières, pourvu que nous soyons assurés du fonds, Massillon, Carême, Culte.
  • 29Passer pour, être réputé. Vous avez vu, me dit-il…, avec quel succès nos pères ont travaillé à découvrir par leurs lumières, qu'il y a un grand nombre de choses permises qui passaient autrefois pour défendues, Pascal, Prov. x. Moïse a toujours passé dans tout l'Orient, et ensuite dans tout l'univers, pour le législateur des Juifs et pour l'auteur des livres qu'ils lui attribuent, Bossuet, Hist. II, 13. Toutes les calamités publiques passaient dans son esprit pour des vengeances du ciel irrité, Fléchier, Hist. de Théodose, III, 29. Je serais très fâché de passer pour l'auteur de Zadig, qu'on veut décrier par les interprétations les plus odieuses… voyez quelle apparence ! Voltaire, Lett. d'Argental, 10 oct. 1748.

    Impersonnellement. Il passe pour constant que [chez les Seiks] dans un temple est un autel sur lequel est placé le code de leur législation, à côté duquel on voit un sceptre et un poignard, Raynal, Hist. phil. IV, 22.

  • 30 Familièrement. Y passer, subir nécessairement une peine, un châtiment, une mortification. Tout le monde y passe, Molière, l'Ét. II, 4.

    Y passer, mourir. Celui qui s'empêche de souhaiter que son père n'y passe bientôt, est homme de bien, La Bruyère, VI.

    Y passer, se dit aussi d'une intervention nécessaire. Le notaire y a passé, se dit d'une chose constatée par un acte en forme. Oh ! tu as beau dire, il faut que le notaire y passe, Picard, Marionn. I, 4.

    Par analogie, et pour exprimer une sorte de perfection : La main du maître y a passé.

  • 31Faire passer, introduire, ou, simplement, faire marcher. Il le fit passer dans le salon. Je l'ai fait passer devant moi. La métropole fit passer des forces considérables au nouveau monde sous les ordres de Braddock, Raynal, Hist. phil. XVI, 21.

    Fig. Faire passer la plume par le bec, voy. PLUME.

    Faire passer, faire parvenir, laisser parvenir. L'antiquité n'a rien fait passer jusqu'à nous qui soit si généralement connu que le voyage des Argonautes, Corneille, Toison d'or, Argument. Quand on songe à l'avenir et qu'on a de belles vérités à y faire passer, il est naturel de vouloir que ce soit par des canaux qui ne soient pas suspects, Sévigné, 20 juill. 1679. S'il s'était donné le malheureux plaisir de faire passer des injures à la postérité, Voltaire, Mél. litt. Mém. sur la sat. Je n'ai que cent louis comptés dans cette bourse ; Je voudrais, s'il se peut, les lui faire passer, Collin D'Harleville, Vieux célib. IV, 2. Communiquer. Jusques à votre oreille il l'aura fait passer [ce bruit], Corneille, Œdipe, III, 4. J'ai voulu que des cœurs vous fussiez l'interprète ; Qu'au travers des flatteurs votre sincérité Fît toujours jusqu'à moi passer la vérité, Racine, Bérén. II, 2. Partout dans tous les cœurs j'ai fait passer ma rage, Delavigne, Vêpres sicil. I, 1.

    Fig. Transporter. Despréaux a su faire passer dans ses vers les beautés propres à chaque genre dont il donne les règles, D'Alembert, Éloges, Despréaux.

    Faire passer, faire paraître court. Les manœuvres de la Champmeslé pour conserver tous ses amants [racontées en voyage], sans préjudice des rôles d'Atalide, de Bérénice et de Phèdre, font passer cinq lieues de pays fort aisément, Sévigné, 24 août 1689. Hé, Monsieur ! peut-on voir souffrir des malheureux ?Dandin : Bon, cela [la question] fait toujours passer une heure ou deux, Racine, Plaid. III, 4.

    Faire passer, faire admettre, faire accepter. Une morale nue apporte de l'ennui : Le conte fait passer le précepte avec lui, La Fontaine, Fabl. VI, 1. Qui pense finement et s'exprime avec grâce Fait tout passer ; car tout passe ; Je l'ai cent fois éprouvé, La Fontaine, Tabl. Il me semble que j'ai bien des excuses à vous faire du siége de Manheim : on m'assurait si fort que ce ne serait rien, que j'espérais de vous le faire passer insensiblement, Sévigné, 17 nov. 1688. Que ne fait-on passer avec un peu d'encens ? Flor. Fabl. I, 13.

    Faire passer pour, donner à croire que. Faire passer pour nouveaux des vers déjà passés, ou pour bons ceux qui ne le sont guère, ce n'est pas un petit miracle, Scarron, Épît. dédic. Œuv. t. I, p. 152. Elle prévient ma plainte, et cherche adroitement à la faire passer pour un ressentiment, Corneille, Nicom. III, 4.

    Faire passer sur, induire à ne pas tenir compte de. Un motif si légitime me fit passer sur les petites formalités ordinaires, Montesquieu, Lett. pers. 28. L'illustration de l'origine fait passer sur l'irrégularité de la naissance, Raynal, Hist. phil. IV, 4.

    Faire passer, ôter, faire disparaître. Faire passer une tache. La faute qui lui en a fait perdre le droit et l'espérance n'a pu lui en faire passer le désir, Massillon, Mystères, Incarn. Tu verras comment je saurai faire passer cet amour prétendu, cette bouffée de jeunesse, Pont de Vesle, Somnamb. sc. 16.

    Populairement. Faire passer le goût du pain, donner la mort.

    Faire passer par, soumettre à. Il ne lui resta que deux domestiques [au roi Robert, excommunié] ; encore faisaient-ils passer par le feu, pour les purifier, les plats où il avait mangé et les vases où il avait bu, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 49, dans POUGENS.

  • 32Laisser passer, permettre de s'écouler, de passer. Ulysse, en apparence approuvant mes discours, De ce premier torrent laissa passer le cours, Racine, Iphig. I, 1. Laissons passer les fadeurs du jour de l'an et le tumulte du carnaval, après quoi nous verrons à qui appartiendra la tête de cet officier [le jeune d'Etallonde], Voltaire, Lett. d'Argental, 30 déc. 1774.

    Fig. Laisser passer, ne pas répondre, ne pas blâmer, admettre, tolérer. On ne peut lui laisser passer cette proposition. Je le gronderais bien, si j'étais avec lui, et ne lui laisserais pas passer de telles injustices, Sévigné, 27 déc. 1688. Elle ne faisait pas semblant d'y prendre garde, et laissait tout passer, sous prétexte du plaisir innocent qu'elle prenait à ma naïveté, Marivaux, Pays. parv. part. 2e.

  • 33 Familièrement. Passe, soit, j'y consens, je l'accorde. Mais passe pour le croire…, Corneille, la Suiv. III, 12. Un octogénaire plantait : Passe encor de bâtir, mais planter à cet âge…, La Fontaine, Fabl. XI, 8. Mais encore passe, elle est jeune et jolie, Sévigné, 29. Ah ciel ! un jour de noce oublier une femme ! Cette erreur me paraît un peu digne de blâme ; Pour le lendemain, passe ; et j'en vois aujourd'hui Qui voudraient bien pouvoir l'oublier comme lui, Regnard, le Distr. v, 11. Encore passe qu'on m'éclabousse [dans les rues de Paris], mais je ne puis pardonner les coups de coude, Montesquieu, Lett. pers. 24. Je ne veux pas me brouiller avec Anitus ; c'est un homme trop à craindre ; s'il ne s'agissait que des dieux, encore passe, Voltaire, Socrate, III, 1.

    Passe pour celui-là, mais n'y revenez plus ; passe pour cette fois-là, mais que cela n'arrive plus, se dit quand une personne a fait quelque chose de mal et qu'on lui pardonne pour cette fois-là.

  • 34En passant, loc. adv. En suivant son chemin. Je vais être en relation avec un brame des Indes, par le moyen d'un officier qui va commander sur la côte de Coromandel, et qui m'est venu voir en passant, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 10 oct. 1760.

    En passant, sans faire de séjour. Des hôtelleries où l'on n'était qu'en passant, Bossuet, Hist. III, 3.

    Fig. Incidemment, sans s'y appliquer. Ce n'est pas en passant qu'on traite cette chose, La Fontaine, Coupe. Que cela vous soit dit en passant, mon beau-frère, Molière, Tart. I, 6. Mais comme ce ne sont que des mots en passant, il ne faut point s'en offenser, Sévigné, 89. C'est en passant qu'on aime ; on hait plus constamment, Dufrény, Réconcil. norm. II, 7. Soit dit en passant, c'est au vin de mon pays que je dois le commencement de ma fortune, Marivaux, Pays. parv. part. I. La comtesse : Je vous suis obligée du petit compliment que vous me faites en passant. - Le marquis : Point du tout ; je ne passe jamais, moi, je dis toujours exprès, Marivaux, le Legs, 10.

  • 35 V. a. Traverser. Que cent peuples unis des bouts de l'univers Passent pour la [Rome] détruire et les monts et les mers ! Corneille, Hor. IV, 5. Les marchands de Sidon passaient la mer pour venir remplir vos ports, Sacy, Bible, Isaïe, XXIII, 2. Ils passent de la nef la vaste solitude, Et dans la sacristie entrant, non sans terreur…, Boileau, Lutr. III. Cette femme superbe entre, le front levé, Et se préparait même à passer les limites De l'enceinte sacrée ouverte aux seuls lévites, Racine, Athal. II, 2. Vous, dès que cette reine, ivre d'un fol orgueil, De la porte du temple aura passé le seuil, Racine, ib. v, 3. Voilà de l'argent pour en prêter à tous les morts qui n'en auront point dans la bouche pour passer la barque de Charon, Fénelon, Dial. des morts anc. 35. Veut-il passer l'eau vis-à-vis les Quatre-Nations ? Rousseau, 1er dial. Alexandre passa le Granique la deuxième année de la cent-onzième olympiade, trois cent trente quatre ans avant notre ère, Levesque, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 438.

    Substantivement. Au passer de, en traversant. Il est vrai qu'hier, au passer d'une rivière, nous aperçûmes venir à nous quatre grands taureaux…, Voiture, Lett. 85.

    Passer la porte, être obligé de sortir d'une maison. C'est à vous de sortir et de passer la porte, Regnard, le Légat. III, 2.

    Passer le Rubicon, voy. RUBICON.

    Fig. Passer le pas, faire une chose malgré soi. Il a été obligé de passer le pas, on lui a fait passer le pas.

    Passer le pas, faire quelque chose de difficile, d'important, de douteux. Enfin voilà votre nièce sur le point de passer le pas [se marier], Bussy-Rabutin, Lett. à Mme de Sév. 19 oct. 1675.

    Passer le pas, mourir. Le pauvre homme, après avoir langui, a passé le pas.

    Passer le pas, se dit souvent d'une mort forcée. Si on le prend, on lui fera passer le pas.

    Passer son chemin, le continuer sans s'arrêter. Il [un sanglier] passait son chemin, et il était bon de ne lui rien dire, Molière, Am. magn. v, 1.

    Fig. Passez votre chemin, se dit à un importun pour le renvoyer. Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez, La Fontaine, Fabl. III, 1. Passez votre chemin, votre visite est faite, Th. Corneille, l'Amour à la mode, I, 5. Ainsi, lui dit-il d'un ton brusque, passez votre chemin ; les gens curieux sont ici fort mal reçus, Lesage, Diable boit. ch. v, dans POUGENS.

    Passez votre chemin, se dit aussi pour exhorter quelqu'un à ne pas s'inquiéter. Passez votre chemin sans écouter ces propos.

    En passant chemin (locution qui a vieilli), en chemin, dans le chemin. Je l'ai rencontré en passant chemin.

    Terme de marine. Passer la mer, aller d'un des rivages de la mer à un autre rivage.

  • 36Transporter d'un lieu à un autre. Le batelier m'a passé à l'autre bord. Et l'on verra Charon passer chez Rhadamante Dans une même barque et l'amant et l'amante, Corneille, Médée, v, 5. Empêcher que Charon, dans la fatale barque, Ainsi que le berger ne passe le monarque, Boileau, Art p. III. Et Charon fréter la barque Qui va bientôt me passer, Chaulieu, Épît. au chev. de Bouillon. Je me garderai bien de vous passer à Buénos-Ayres, dit le patron, Voltaire, Candide, XIX.

    Passer son jeu, se dit au trictrac, quand on est obligé de jouer les dames sans espoir de pouvoir remplir.

  • 37Transmettre, remettre de la main à la main. Passez cela à votre voisin. Avec plaisir, dit la prieure toute radoucie, et qui nous passa ce qu'il fallait pour le billet, Marivaux, Marianne, 3e part.

    Terme de commerce. Passer un billet à l'ordre de quelqu'un, lui en transmettre la propriété par un endossement.

    Passer une pièce de monnaie douteuse, ou légère, ou fausse, la faire recevoir.

    Il lui en a fait passer quinze pour douze, il l'a trompé, il a abusé de sa confiance.

    Passer des marchandises en fraude, les faire entrer sans payer les droits.

  • 38Faire couler des liquides au filtre ou au tamis. Passer un bouillon à travers une étamine. Conducteurs aveugles, qui avez grand soin de passer ce que vous buvez de peur d'avaler un moucheron, et qui avalez un chameau, Sacy, Bible, Évang. St Matthieu XXIII, 24. Passez cette sauce dans un tamis, faites-la réduire sur le feu…, Genlis, Maison rustique, t. I, p. 108, dans POUGENS.

    Il se dit aussi de choses qui ne sont pas liquides. Passer de la farine.

    Fig. Passer les choses au gros sas, ne les point examiner à la rigueur.

  • 39Aller au delà, en parlant de l'espace. La boule a passé le but.

    Fig. Tout mari est plaideur, monsieur, ou il se défend ou il attaque ; quelquefois le procès ne passe pas la maison, Marivaux, Pays. parv. part. 4. Absolument. Qui passe perd, se dit à certains jeux lorsqu'on excède le nombre de points nécessaires pour gagner. Je vous recommande mon panégyrique au bas de mon portrait… c'est là qu'il est dangereux de passer le but ; qui passe perd, et les louanges sont des satires quand…, Sévigné, à Bussy, 19 mai 1677.

    Aller au delà, en parlant du temps. Elle passait alors cinquante ans, Corneille, Pulch. Au lecteur. Mais je crains de passer l'heure du rendez-vous, Rotrou, Bélis. II, 19. Elle [la comtesse de Bussy] m'a écrit une très honnête lettre ; mais j'ai passé le temps de lui faire réponse, Sévigné, 24 avr. 1672. Aussi les Égyptiens donnent-ils eux-mêmes une si grande antiquité à Osiris, qu'on voit bien qu'ils ont confondu son temps avec celui des commencements de l'univers, et qu'ils ont voulu lui attribuer les choses dont l'origine passait de bien loin tous les temps connus dans leur histoire, Bossuet, Hist. III, 3. J'ai bientôt passé l'heure avec peine accordée, Voltaire, Brut. IV, 1.

    Il ne passera pas la journée, l'année, il ne vivra pas jusqu'à la fin de la journée, de l'année. Cela lui reprend de moment en moment, et je crois qu'elle ne passera pas la journée, Molière, Am. méd. I, 6. Notre bon curé [de Versailles] que vous aimez tant, se meurt : il ne passera pas midi, Maintenon, Lett. à Mme de Brinon, 1686, t. II, p. 185, dans POUGENS.

    Aller au delà, dépasser, en parlant de taille, de hauteur. Cet homme vous passe de toute la tête. Seul, il passe du front leurs fronts audacieux, Delille, Parad. perd. II.

    Fig. Il nous passe cent pieds par-dessus la tête, Sévigné, 592.

    Aller au delà, en parlant d'un certain taux. La dépense passe la recette.

    Fig. Aller au delà, dépasser. Et les fruits passeront la promesse des fleurs, Malherbe, II, 1. Je suis bien aise qu'en cela vous passiez mes souhaits, et que vous me fassiez plus de bien que je n'en saurais désirer, Voiture, Lett. 30. Des héros fabuleux passer la renommée, Corneille, Cid, v, 8. Et, comme le succès passait mon espérance, Corneille, Hor. I, 3. Quand Balac me donnerait plein sa maison d'or et d'argent, je ne pourrais pas passer les ordres du Seigneur mon Dieu, Sacy, Bible, Nombr. XXIV, 13. Votre courage, qui assurément passe de beaucoup vos forces, Sévigné, 88. Recevez un présent passant tous les présents passés et les présents ; car ce n'est pas trop dire : c'est, ma bonne, un tour de perles de douze mille écus, Sévigné, 9 mars 1672. On dit qu'il [Bourdaloue] passe toutes les merveilles passées, et que personne n'a prêché jusques ici, Sévigné, 25 déc. 1671. Ne reconnaissez-vous pas M. de Chaulnes, d'avoir fait écrire le pape à sa chère fille Mme de Maintenon ? elle est si touchée de ce bref, qu'elle en a remercié Mme de Chaulnes avec un air de reconnaissance qui passe la routine des compliments, Sévigné, 23 avr. 1690. La duchesse de Bourgogne est dans une tristesse qui passe la mienne, c'est sa pente naturelle, Maintenon, Lettre au duc de Noailles, 9 juin 1709. Je sais qu'en vous quittant le malheureux Titus Passe l'austérité de toutes leurs vertus [des anciens Romains], Racine, Bérén. IV, 5. Qu'à bon droit votre gloire en tous lieux est semée ! Et que la vérité passe la renommée ! Racine, Phèd. II, 2. Le crime de la sœur passe celui des frères, Racine, ib. IV, 6. Il passe le vrai dans la nature ; il en fait le roman, La Bruyère, I. Je vous en dis trop peut-être, et je passe ma commission, Baron, Homm. à bonnes fortunes, IV, 7. Peut-être sa promesse a passé sa puissance, Voltaire, Zaïre, I, 1. Le plaisir de l'esprit passe celui des yeux, Voltaire, Trois emper. en Sorb. Il [Massillon] remplit la mesure de son ministère, mais il ne la passa jamais, D'Alembert, Éloges, Massillon. Il [Tite-Live] est toujours près des limites qui doivent séparer l'historien de l'orateur et du poëte, mais il ne les passe jamais, Marmontel, Œuv. t. VIII, p. 107.

  • 40Devancer. Ce lévrier passe tous les autres à la course. Si léger qu'il passerait un daim à la course, Lesage, Diab. boit.
  • 41Passer se dit de ce qu'on fait aller d'une place à l'autre. Passer un collier à son cou. Passer son doigt dans une bague. C'est peut-être en partie ce ridicule qui a banni l'ancienne coutume des amants de théâtre, qui, dans leur désespoir, présentaient leur épée à leurs maîtresses, et les priaient à genoux de la leur passer au travers du corps, Fontenelle, Réfl. poét. Œuv. t. III, p. 191, dans POUGENS. Il parle, il presse, il prie, s'arrache les cheveux, il se veut passer son épée au travers du corps, Dancourt, Colin-maillard, sc. 8.

    Fig. Se passer son épée au travers du corps, se disait pour la vendre et en manger le prix. Il me donna, entre autres, une petite épée, dont j'étais fort épris, et que j'ai portée jusqu'à Turin, où le besoin m'en fit défaire, et où je me la passai, comme on dit, au travers du corps, Rousseau, Confess. I.

    Passer son habit, le mettre. Alors je me levai, je passai promptement une robe, et je descendis guidée par le médecin, Genlis, Vœux témér. t. II, p. 132, dans POUGENS.

    Passer un habit à quelqu'un, lui mettre son habit. Allons, Finette, venez me passer mon domino, Saurin, Mœurs du temps, 15. Quel plaisir j'avais à la parer, à lui poser sur la tête un petit bouquet de fleurs d'orange, à lui passer sa robe de noces ! Genlis, Ad. et Théod. t. III, p. 514, dans POUGENS.

    Terme de marine. Passer les manœuvres, introduire dans le canal des poulies ou dans les conduits de toutes sortes qui doivent les recevoir, les manœuvres courantes qui complètent le gréement d'un vaisseau. Passer les torons d'un cordage décommis, les introduire dans un autre cordage, ou bout de cordage, pour les épisser ensemble.

    Une manœuvre est bien passée, lorsqu'elle vient à son appel ; si elle est passée à contre, on dit qu'elle est mal passée.

  • 42Faire mouvoir, faire glisser une chose sur une autre. Passer sa main sur ses cheveux. Passer des rasoirs sur la pierre. Passer le fer sur du linge. Passer l'éponge sur une toile cirée. Passer la plume, un trait de plume sur une ligne, pour la biffer. Heureux qui vit chez soi avec ses nièces, ses livres, ses jardins, ses vignes, ses chevaux, ses vaches, son aigle, son renard et ses lapins qui se passent la patte sur le nez ! Voltaire, Lett. Thiriot, 9 août 1756. Une main chérie daigne lui passer un mouchoir sur les joues, Rousseau, Ém. v.

    Fig. Passer l'éponge sur quelque chose, voy. ÉPONGE.

    Fig. Passer les yeux, promener le regard. Il passait les yeux sur ce qui l'entourait. Votre fils plaît extrêmement… on ne saurait passer les yeux sur lui comme sur un autre : on s'arrête, Sévigné, 25 fév. 1685.

    Fig. Ne faire que passer les yeux sur un ouvrage. sur une chose, ne la regarder qu'à la hâte, l'examiner superficiellement.

    Populairement. Passer la jambe, donner un croc-en-jambe.

    Fig. Passer à quelqu'un la plume par le bec, voy. PLUME.

    Terme de danse. Passer un entrechat, faire un entrechat. Où trouverez-vous… un jeune homme qui s'élève si haut en dansant et qui passe mieux la capriole (voy. CABRIOLE) ? La Bruyère, III.

  • 43En parlant du temps, consumer, employer. Mme Scarron parle contre sa conscience, ou ne sait pas bien ce qui se passe chez un homme avec qui elle passe la plus grande partie de sa vie, quand elle vous dit que je ne vous aimerai que six mois, Scarron, Lett. Œuv. t. I, p. 207, dans POUGENS. Quant à son temps, bien sut le dispenser, Deux parts en fit, dont il soulait passer L'une à dormir et l'autre à ne rien faire, La Fontaine, Son épitaphe. Mon Dieu ! que vous allez passer une jolie automne ! Sévigné, 343. Pour mon fils et sa femme, ils sont ravis de passer ici jusqu'au carême avec moi, Sévigné, 4 septembre 1689. Pour ma vie, vous la connaissez ; on la passe avec cinq ou six amies dont la société plaît, et à mille devoirs à quoi l'on est obligé, Sévigné, à Bussy, 6 août 1675. Conduisez-vous partout, comme si vous y deviez passer votre vie, Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné, 28 oct. t. I, p. 122, dans POUGENS. Il se couchait à sept heures du soir en tout temps, et se levait à deux heures du matin ; il passait trois heures en prière, Fontenelle, Morin. Pour lors, je passerai sans trouble et sans affaire La nuit à bien dormir, le jour à ne rien faire, Baron, Andrienne, III, 7. Ses agitations ne sont qu'un regret de perdre la vie, et non pas une douleur de l'avoir mal passée, Massillon, Avent, Mort du pécheur. On passe sa vie à s'indigner et à gémir, Voltaire, Lett. Grimm, 4 décembre 1768. Il [Charles XII] passa cinq jours entiers sans manger ni boire ; le sixième, au matin, il courut deux lieues à cheval, et descendit chez le prince de Hesse, son beau-frère, où il mangea beaucoup, Voltaire, Charles XII, 8. Dans une maladie grave du jeune prince, Mme Scarron avait passé près de lui cinq nuits de suite, Genlis, Maintenon, t. I, p. 41, dans POUGENS. Passer sa vie ensemble, et s'écrire régulièrement dix billets par jour ; ah ! c'est plutôt de l'affectation que de l'amitié, Genlis, Théât. d'éduc. les Dangers du monde, I, 1.

    Passer le temps, se divertir. Il a bien passé le temps, son temps.

    Il passe son temps comme un roi, il se divertit bien.

    Passer mal son temps, le temps, souffrir, être mal traité. Nos ennemis ne veulent point de paix : les plénipotentiaires ne reviennent point encore, et passent mal leur temps, Maintenon, Lett. au duc de Noail. 16 nov. 1709. Sais-tu que les railleurs et les mauvais plaisants D'ordinaire avec moi passent fort mal leur temps ? Regnard, Ménechm. I, 2. Si vous n'étiez pas son père, avec de tels propos vous passeriez mal votre temps, Carmontelle, le Père avare, sc. 13.

    Passer une bonne nuit, bien passer la nuit, bien dormir. Passer une mauvaise nuit, mal passer la nuit, mal dormir. Je vous ai fait passer de mauvais jours et de mauvaises nuits ; avouez-le de bonne foi, Fénelon, Dial. morts anc. 34, Annibal, Fabius.

    Suffire pendant quelque temps. Ce manteau me passera ce printemps. Il faut que ces provisions nous passent l'hiver. Soumettre à l'action de. Passer du linge à la calandre. Si vous écrivez à Léocadie, je vous conjure de passer vos lettres au vinaigre avant de les lui envoyer, Genlis, Mères rivales, t. III, p. 55, dans POUGENS. Ulric de Hutten fut lui-même atteint du mal vénérien ; il en souffrit cruellement pendant neuf ans, ayant passé jusqu'à onze fois la cure du mercure sans avoir été guéri radicalement, Koch, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. IV, p. 355.

    Terme de couturière et de tailleur. Passer des coutures au fer, les rabattre avec un fer, avec le carreau.

    Passer au bleu, passer le linge une fois propre dans de l'eau rendue bleue pour l'empêcher d'avoir une teinte jaune.

    Fig. et populairement. Passer au bleu, effacer, vendre.

    Passer en blanc, parmi les monnayeurs, mettre les lames de métal entre les rouleaux du laminoir avant de les avoir fait recuire.

    Passer les peaux en blanc, les blanchir. Le mégissier est l'artisan qui passe les peaux en blanc pour les mettre en état d'être employées par les gantiers, Dict. des arts et mét. Mégissier.

    Passer un soldat par les armes, le fusiller. Il est vrai que d'être au poste où étaient les gendarmes au combat de Senef, c'est précisément être passé par les armes, Sévigné, 15 oct. 1674.

    On disait autrefois passer un soldat par les verges, par les baguettes, et, dans la cavalerie, par les courroies, le punir en le faisant passer au travers des rangs d'une compagnie dont chacun le frappait.

    Passer au fil de l'épée, massacrer une troupe, une garnison, une population. Tout fut passé au fil de l'épée.

  • 45Préparer, accommoder, apprêter certaines choses, comme cuirs, étoffes. Cette peau a été bien passée. Quand vos dos [de livres] sont bien secs, passez en colle forte, Lesné, la Reliure, p. 57, 1820.

    Terme de relieur. Passer en carton, percer la couverture de carton d'un livre pour y passer le fil qui forme les nervures. Passer en parchemin, couvrir le dos d'un livre avec du parchemin.

  • 46Passer des troupes en revue, en faire la revue.

    Passer une revue, faire une revue des troupes.

    Fig. Passer en revue les actions d'une personne, les examiner les unes après les autres.

    En un sens analogue. Je passe et repasse toutes ces choses en mon esprit, Descartes, Médit. II, 5.

  • 47Soumettre quelqu'un à un examen, à un jugement. Combien de pécheurs sont ainsi passés au jugement de Dieu, Bourdaloue, Serm. 21e dim. après la Pentec. Dominic. t. IV, p. 300.

    Passer quelqu'un maître, le recevoir à la maîtrise (voy. le n° 15).

    Passer au parlement, se disait autrefois des ducs et pairs qui y recevaient leur consécration. Le roi a fait entendre à MM. de Charost qu'il voulait leur donner des lettres de duc et pair, c'est-à-dire qu'ils auront dès à présent les honneurs du Louvre tous deux, et l'assurance d'être passés en parlement la première fois qu'on en passera, Sévigné, 9 mars 1672.

    En un sens opposé, subir une inspection, un examen. Passer une inspection. Il a bien passé son examen.

  • 48Il se dit des actes que l'on fait par-devant notaire. Passer une procuration, une transaction, un compromis. Ce mariage, dont les articles étaient déjà passés, achevait de la désespérer, Scarron, Rom. com. I, 22. Des articles sont bientôt passés, et ils n'engagent qu'autant qu'on veut, Marivaux, Sec. supr. de l'am. III, 10. J'ai loué un hôtel deux mille écus ; et j'espère passer le contrat aujourd'hui, Montesquieu, Lett. pers. 45.

    On dit, dans un sens analogue, passer un décret. Il n'est pas impossible que le conseil d'une démocratie passe de mauvais décrets, Rousseau, Écon.

  • 49Donner pour un certain prix, en parlant de ventes. Il m'a passé cet objet à un prix très modéré. Il avait mis que cette boîte, qu'il appelait un ballot, pesait onze quintaux, et il m'en avait passé le port à un prix énorme, Rousseau, Conf. VII.
  • 50Admettre pour, croire. Nous ne sommes qu'un sang ; et ce sang, dans mon cœur, A peine à le passer pour calomniateur, Corneille, Nicom. III, S. Quand on a les qualités principales, il faut passer les gens pour bons, dans la difficulté de trouver des hommes parfaits, Sévigné, mai 1690.
  • 51Concéder, tolérer, accepter. Ayez l'esprit en repos, passez-nous seulement notre lenteur, Sévigné, 29 janv. 1685. Il [Régis] me passe que Dieu agit toujours par les voies les plus simples, Malebranche, Rech. vér. Rép. à Régis, ch. 2. Ils se passent les uns aux autres qu'ils sont gens à belles aventures, La Bruyère, VII. J'entends corner sans cesse à mes oreilles : l'homme est un animal raisonnable ; qui vous a passé cette définition ? La Bruyère, XII. Il fallut bien me passer ce dernier article, Hamilton, Gramm. 3. Je te passe pour un moment qu'il y ait des prestiges, passe-moi, à mon tour, pour un moment, qu'il n'y en ait point ; car cela n'est pas impossible, Montesquieu, Lett. pers. 143. Vous dites que Dieu pouvait vous donner un bon bénéfice, et qu'il pouvait vous rendre plus heureux que vous n'êtes ; il y a des gens qui ne vous passeraient pas cette proposition, Voltaire, Oreilles, 4.

    Fig. Passer condamnation, avouer qu'on a eu tort. Ce ministre passe condamnation sur Luther et Mélanchthon, Bossuet, 2e avert. § 6.

    PROVERBE

    Passez-moi la rhubarbe et je vous passerai le séné, se dit, en mauvaise part et en plaisantant, de concessions qu'on se fait mutuellement.
  • 52Allouer. Passer un article en dépense.

    Passer une somme en compte, la tenir pour reçue. Vous verrez que la Jarie est obligé à toutes les réparations qui sont nommées dans les baux, et que je les y ai toujours passées en compte, Sévigné, 13 août 1687.

  • 53Pardonner. On les poursuit avec chaleur, on ne leur passe rien, Bourdaloue, 3e dim. après la Pentec. Dominic. t. II, p. 379. Il faut être aussi bonne que je le suis, pour vous passer toutes vos folies, Dancourt, Moulin de Jav. sc. 3. Les plaisirs ne sont pas faits pour être examinés à la rigueur, et on est tous les jours réduit à leur passer bien des choses, Fontenelle, Callir. Pauline. Nous devons nous prêter aux faiblesses des autres, Leur passer leurs défauts comme ils passent les nôtres, Regnard, Ménechm. I, 2. Je sais qu'il faut se passer Des bagatelles dans la vie, Voltaire, Ép. 19. Elle n'est pas fille à lui passer des familiarités, Rousseau, Ém. v. Il souffre, il est malheureux, il faut bien lui passer quelque chose, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 3 janv. 1765. Passez les mots aux rieurs, Les plus gros sont les meilleurs, Béranger, Gaudriole. À tant d'esprit passez la négligence : Ah ! du talent le besoin est l'écueil, Béranger, Ém. Debraux.
  • 54Surpasser, l'emporter sur. On vous peut vanter d'avoir mis au monde un ouvrage qui passe tout ce que la Grèce et l'Italie ont jamais vu de mieux fait, Voiture, Lett. 5. Si mes amis ne me trompent, cette pièce égale ou passe la meilleure des miennes, Corneille, Othon, préf. Le bien et la force du corps élèvent le cœur ; mais la crainte du Seigneur passe l'un et l'autre, Sacy, Bible, Ecclésiastiq. XL, 26. Passer quelqu'un en méchanceté, Perrot D'Ablancourt, Tac. 442. Nous avons vu de vous des églogues d'un style Qui passe en doux attraits Théocrite et Virgile, Molière, Femm. sav. III, 5. M. de la Feuillade, courtisan passant tous les courtisans passés, Sévigné, 20 juill. 1679. Ils [les démons] voient qu'étant leurs inférieurs par nature, nous les passons par la grâce, Bossuet, 2e sermon, Démons, 2. Une princesse dont le mérite passe la naissance, encore que, sortie d'un père et de tant d'aïeux souverains, elle ait réuni en elle…, Bossuet, Anne de Gonz. Passez-les en prudence, aussi bien qu'en courage, Voltaire, Adél. du Guesclin. II, 7. Il est impossible aux hommes et difficile à la nature elle-même de passer en richesse mon imagination, Rousseau, Conf. IV.

    PROVERBE

    Contentement passe richesse, c'est-à-dire il vaut mieux être content que riche. En mariage, comme ailleurs, contentement passe richesse, Molière, Méd. malgré lui, II, 2.
  • 55Être au-dessus des forces du corps ou des facultés de l'esprit. Ce sont choses… qui passent notre capacité présente, Pascal, Pens. XII, 12, éd. HAVET. Humiliez-vous, raison impuissante ; taisez-vous, nature imbécile : apprenez que l'homme passe infiniment l'homme, Pascal, ib. VIII, 1. Voici ce qui passe toute intelligence, Bossuet, Hist. II, 6. Les mystères qui passent les sens, Bossuet, ib. II, 13. Leur figure passait l'imagination, Hamilton, Gramm. 3. Ce trait passait l'érudition de Senantes, Hamilton, ib. 4. Que leur importe une vérité qui les passe ? Massillon, Carême, Doutes. Vous direz peut-être… que vous ne pouvez pas entrer dans des discussions qui vous passent, Massillon, Carême, Salut.

    Cela me passe, je ne le conçois pas. L'aventure me passe, et j'y perds mon latin, Molière, le Dép. II, 4. Qu'ils trouvent des dupes, c'est ce qui me passe, La Bruyère, VI. Que veux-tu que je fasse ? Géronte n'entend rien ; ce que je vois me passe, Gresset, Méch. III, 4.

  • 56Aller plus loin, se répandre, s'ébruiter. Je vous prie que tout ceci ne passe point vous et Mme de Guitaut, Sévigné, à Mme de Guitaut, 11 mai 1683. Que tout ce que je vous dis là ne vous passe pas, Marivaux, Marianne, 6e part.

    Absolument. À vous parler confidemment, c'est d'Hacqueville qui m'a conté ce que je vous écris ; il me prie que cela ne passe point, Sévigné, 9 oct. 1775.

  • 57Toucher, mentionner adroitement. Il a passé cela délicatement.
  • 58Omettre. Passez cet endroit, ne le lisez pas. … Passons les qualités ; Cela ne rendra pas le contrat moins valide, Regnard, le Distr. v, 9.

    Absolument. C'est pour vous dire que je vous conte cela ; passez, si cela vous ennuie, Marivaux, Marianne, 6e part.

    Passer sous silence, ne pas parler de.

    Passer quelqu'un, ne pas lui remettre ce qu'on remet aux autres, l'omettre dans quelque distribution, dans quelque politesse. Ceux qui distribuent des billets imprimés à la porte, ont ordre de le passer avec la plus outrageante affectation, Rousseau, 1er dial. Fig. Il se dit de certains sentiments qu'on satisfait. Il passa sa colère sur son domestique qui n'en pouvait mais. Nous y vîmes une fois un chat, qui voulut arracher les deux yeux à Mme de la Fayette, et pensa bien en passer son envie, Sévigné, 54. Je meurs quelquefois d'envie de pleurer au bal, et quelquefois j'en passe mon envie, sans que personne s'en aperçoive, Sévigné, 79.

  • 60Se passer, v. réfl. Être supérieur à soi-même. Il se passa lui-même, lorsqu'il revint au Palais-Royal ; et il est constant qu'il toucha tout le monde, à l'exception de la reine qui demeura inflexible, Retz, Mém. t. I, liv. II, p. 196, dans POUGENS.
  • 61Avoir son cours, en parlant du temps et des choses qui se font dans le temps. La moitié de la vie se passant en sommeil, Pascal, Pens. VIII, 1, édit. HAVET. La matinée se passait dans ce cruel exercice, Bossuet, Anne de Gonz. La minorité de Justinien s'était heureusement passée, Bossuet, Hist. I, 11. Il se passa quatre cent trente ans avant que Dieu donnât à son peuple la terre qu'il lui avait promise, Bossuet, ib. II, 3. Vos embrassements… Ne se passeront-ils qu'en éclaircissements ? Racine, Brit. I, 2. La vie est courte et ennuyeuse ; elle se passe toute à désirer, La Bruyère, XI. La seconde campagne se passa comme la première : Athènes parut sur terre sans défense contre Sparte, comme Sparte fut sur mer sans défense contre Athènes, Condillac, Hist. anc. II, 5. Le temps se passe, et le cours de la vie s'achève sans qu'on s'en aperçoive, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. xv, p. 151, dans POUGENS.

    Il se dit, dans un sens analogue, du moment qui se perd. Sire, à trop consulter l'occasion se passe, Rotrou, Antig. v, 6. Des moments précieux se passaient en reproches et en invectives, Raynal, Hist. phil. IV, 25.

  • 62Cesser, n'avoir pas lieu. Je ris de sa colère, il faut qu'elle se passe, Mairet, M. de Chrispe, III, 6. En marchant cela se passe, Sévigné, 262. Nous en avons vu [des nuages] de cette manière à Livry, qui se passaient sans orage, Sévigné, 1er avr. 1689. En effet son indisposition se passa, Marivaux, Marianne, 11e part. Il lui faudrait du repos et quelques bonnes saignées, et tout cela se passerait, Genlis, Théât. d'éduc. le Magistrat, II, 3.
  • 63Il se dit des choses qui perdent leur beauté, leur force, etc. Ce vin n'a plus guère de force, il se passe. Ce qui se passe et vieillit est proche de sa fin, Sacy, Bible, St Paul, Ép. aux Hébr. VIII, 13. Tu peux prendre pour toi cette jupe demain, Je viens d'apercevoir que la tienne se passe, Quinault, Mère coq. II, 2. Elle [la sagesse divine] a fait les fleurs des champs, qui se passent du matin au soir, Bossuet, 1er serm. 2e sem. de carême, 1.

    On dit dans un sens analogue : Cette mode se passe.

  • 64Arriver, avoir lieu. Mais dis-nous comment tout s'est passé, Corneille, Perthar. v, 4. La marquise [d'Uxelles] reprend tous les ordinaires les nouvelles qu'elle a mandées ; appelle-t-on cela savoir tout ce qui se passe ? je hais ce qui est faux, Sévigné, 507. Voici une petite histoire qui s'est passée il y a trois jours, Sévigné, 199. Va voir ce qui se passe et reviens me le dire, Racine, Mithr. IV, 1. La perte des batailles vient souvent du trop d'ardeur des officiers qui, n'étant occupés que de la poursuite des ennemis, oublient et négligent ce qui se passe dans le reste de l'armée, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 229, dans POUGENS. Londres est remplie de négociants et de gens de mer qui s'intéressent beaucoup plus aux succès maritimes qu'à tout ce qui se passe en Allemagne ou en Flandre, Voltaire, Louis XV, 28.

    Impersonnellement. Il s'est passé tantôt, entre eux, une scène ici…, Lesage, Turcaret, IV, 4. La reine Élisabeth demandait à Cécill : " Que s'est-il passé au conseil ? " Quatre heures, madame, répondit le ministre, Marmontel, Œuv. t. VII, p. 469. Telle fut la fin de la guerre de Xerxès, plus connue sous le nom de guerre médique ; elle avait duré deux ans ; et jamais peut-être dans un si court intervalle de temps il ne s'est passé de si grandes choses, Barthélemy, Anach. Introd. part. II, sect. 2.

    Comment s'est passée votre dispute ? qu'est-il advenu de votre dispute ?

    Comment s'est passé votre voyage ? que vous est-il arrivé dans votre voyage ?

    Fig. et par menace. Celane se passera pas ainsi, c'est-à-dire j'aurai satisfaction de ce qui vient d'arriver Comment ! on fait venir un honnête homme de Moulins… oh ! cela ne se passera comme cela, Picard, Voy. interrompu, III, 2.

    Fig. Il se dit des sentiments, des émotions qui se forment dans l'âme. Je ne saurais dire ce qui se passait en moi, dans mon cœur, dans mon âme. Un singulier combat se passait en moi.

  • 65Se passer à, se contenter de. Il s'est fallu passer à cette bagatelle ; Alors que le temps presse, on n'a pas à choisir, Corneille, Ment. I, 5. Si l'on dit que l'homme aurait pu se passer à moins pour sa conservation, La Bruyère, XVI. [Chauvelin] content de la médiocrité, se passant à peu de chose, D'Argenson, Mém. t. II, p. 239 (éd. 1860).

    On a dit dans le même sens : se passer de. Ce que je trouve admirable, c'est qu'un homme qui s'est passé durant sa vie d'une assez simple demeure, en veuille avoir une si magnifique pour quand il n'en a plus que faire, Molière, le Festin, III, 6. La sagesse, qui accoutume les hommes à se passer de peu et à être tranquilles, m'a tenu lieu de tous les autres biens, Fénelon, Fabl. 37.

  • 66Se priver, s'abstenir. Je me passerai de tous les autres biens, tant que je jouirai de ceux-là, Voiture, Lett. 23. Nous pourrons nous passer aisément de nous voir, Hauteroche, Bourg. de qual. III, 9. Celui qui croit trouver en soi-même de quoi pouvoir se passer de tout le monde, se trompe fort ; mais celui qui croit qu'on ne peut se passer de lui, se trompe encore davantage, La Rochefoucauld, Max. 201. Quand je vous vois chez vous dans le temps où nous sommes, j'admire le bonheur du roi de se pouvoir passer de tant de braves gens qu'il laisse inutiles, Sévigné, à Bussy, 5 sept. 1674. Il faudrait que vous vous éloignassiez de Saint-Cyr et de moi : et Saint-Cyr et moi nous ne pouvons nous passer de vous, Maintenon, Lett. à l'abbé Gobelin, 20 oct. 1687. Vous savez bien vous passer des plaisirs ; mais les plaisirs ne peuvent se passer de vous, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 16 mai 1718. Esprit que je hais et qu'on aime, Avec douleur je m'aperçoi, Pour écrire contre toi-même, Qu'on ne peut se passer de toi, Chaulieu, Contre l'esprit. Il n'y avait en Europe que lui [le grand Condé] et le suédois Torstenson qui eussent eu à vingt ans ce génie qui peut se passer de l'expérience, Voltaire, Louis XIV, 3. Tant qu'ils trouvent des plantes à brouter, ils [les chameaux] se passent très aisément de boire, Buffon, Quadrup. t. V, p. 23.

    Se passer que, avec le verbe suivant au subjonctif. Oronte : Je me passerai bien que vous les approuviez [mes vers]. - Alceste : Il faut bien, s'il vous plaît, que vous vous en passiez, Molière, Mis. I, 2. Mon fils se passerait bien que sa femme fût si entêtée de vos perfections, Sévigné, 5 févr. 1690. Je puis me passer que vous m'estimiez ; mais j'ai besoin de vous estimer vous-même, Rousseau, Lett. à Mme d'Houdetot, 25 mars 1758.

    Se passer bien, se passer volontiers, se dit des choses qui ne plaisent guère. On assure que vous avez raconté bien des choses, dont je me serais passé volontiers, Fénelon, Dial. des morts mod. (Louis XI, Commines). Elle se serait bien passée de cette distinction, Hamilton, Gramm. 10. Mille choses que de jeunes filles se passeraient bien de savoir, Rousseau, Hél. I, 6.

PROVERBES

Jeunesse est forte à passer, c'est-à-dire il est bien difficile de passer son jeune âge sans faire quelque folie.

Il faut que jeunesse se passe, il faut avoir de l'indulgence pour les écarts de la jeunesse.

L'amour passe le gant, se disait lorsqu'on touchait la main à quelqu'un à l'improviste, sans qu'il eût le loisir de la présenter nue.

Il ne peut non plus s'en passer que de sa chemise, que de chemise, c'est-à-dire il a peine à s'abstenir de quelque chose à quoi il est accoutumé.

REMARQUE

1. Passer, verbe neutre, se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'acte ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : Il a passé en Amérique en tel temps ; il est passé en Amérique depuis tel temps ; le cortége a passé par cette rue ; il y a une heure qu'il est passé. Despréaux, parlant à des nobles entichés de leurs aïeux : Savez-vous, dit-il… si leur sang tout pur, ainsi que leur noblesse, Est passé jusqu'à vous de Lucrèce en Lucrèce ; je crois qu'a passé valait mieux, D'Olivet, Rem. Racine, § 28.

2. J. J. Rousseau a dit passer instruire, comme on dit aller instruire : On ne veut pas que mes mémoires passent dans le continent et ailleurs instruire une autre génération des maux que m'a fait souffrir celle-ci, Lett. à Davenport, 30 avril 1767. Cela n'est pas bon.

3. L'Académie fait deux articles séparés de passer v. n. et passer v. a. C'est à tort ; il n'y a là que deux emplois différents d'un même mot.

HISTORIQUE

XIe s. E s'il passe la devise [la règle] sans le congé à la justice, Lois de Guill. 5. Viendrat li jors, si passerat li termes, Ch. de Rol. IV. Vers Angleterre passat-il la mer salse [salée], ib. XXVII.

XIIe s. Ainz que l'an past [passe], Ronc. p. 20. De ci qu'as porz passanz [d'ici jusqu'aux ports qui servent de passages], ib. p. 34. Franzois passerent le jor à grant tristor, ib. p. 37. Outre [il] s'en passe, ib. p. 64. Il ne verra passer le quint mois ne le quart, Que nous lui monstrerons tant espieu et tant dart…, Sax. XXIX.

XIIIe s. Certes encor n'a pas deus mois passé, Que li marquis m'envoya son message, Quesnes, Romancero, p. 109. Et firent crier par tout l'ost que nul ne fust si hardi qu'il passast cel ordenement pour noise ne pour cri qu'il oïst, Villehardouin, CXLII. Parmi le cors [il] lui fait le froit acier passer, Berte, III. À St Herbert [ils] passerent le Rhin isnelement, ib. IX. [Elle] Ne put outre-passer, s'ele n'y passe à no [nage], ib. XXXII. Lors [elle] se musse au buisson, si lait le temps [le mauvais temps] passer, ib. XLIII. Car la nuit qu'ai passée, [j'] ai trouvé mout amere, ib. XLIV. Bien entend li messages [messager] que c'est chose passée [décidée], ib. LXVIII. Et Symons passe avant [s'avance], mie ne s'oublia, ib. CXXXI. Et au passer que li rois englois quida faire, li Barrois le saisit par le col, et feri cheval des esperons, Chr. de Rains, p. 40. Amors qui toutes choses passe, Me donnoit cuer et hardement De faire son commandement, la Rose, 1800. Ce sont les gens qui se peuvent defendre par champion : feme, home mahaignié, ou home qui a passé soissante ans, Ass. de J. I, 176. Se cil cui le [la] beste est, veut jurer sor sains que le beste rompi son lien, et, si tost comme il le sot, il l'ala querre, il s'en passe sans amende, Beaumanoir, XXX, 57. Mais qu'ils ne passent [dépassent] pour une querele trente livres, Beaumanoir, V, 3. Il fu jugié… que ce que li ordeneur avoient dit seroit de nule valeur, porce qu'il avoient trop outrageusement passé mesure, Beaumanoir, XLI, 35. S'il recordent jugement qui a esté fes, li apiax [l'appel] passe, quand on ne dist riens contre le jugement, Beaumanoir, XXXIX, 6. Qu'il retiengnent tant solement, des cozes dont il est faute, ce qui lor convient por eus et por lor mesnie à l'anée passer, Beaumanoir, XLIX, 2. Et il estoit bien voir [vrai] que il en y ot des noiés au passer, Joinville, 224.

XIVe s. Il s'ensuit que nous passons oultre et traiterons briefment de elettion, Oresme, Eth. 63. Et doit estre felicité mise en la plus noble chose qui soit en nous, et en laquelle nous passons les bestes, Oresme, ib. V (9). J'ay mengié sans faim, et maintes fois je m'en peusse bien passer à moins, Ménagier, I, 3. Dame, dist ses mariz, vous estes rassotée ; Il convient, et c'est drois, jeunesce soit passée ; Car il faut qu'elle soit, comment que soit, getée, Guesclin. 273. Moult est chiux [celui-là] fox [fou] qui jure chose qu'à passer a ; Car Diex est tous poissans, qui tout fist et crea, Baud. de Seb. II, 53.

XVe s. Quand cette besogne fut toute passée, le roi d'Angleterre se retraist à Calais, Froissart, I, I, 329. Les dessus dits [soupçonnés d'avoir assassiné le sire de Mauny] en furent arrestés ; mais ils estoient adonc là si forts qu'ils s'en passerent et excuserent, Froissart, I, I, 240. Je me passerai brievement d'eux [je finirai en peu de mots ce que j'ai à dire sur eux, les Calésiens obligés de quitter leur ville], Froissart, I, I, 323. Leur usage [des Escots] est tel en guerre et leur sobrieté, qu'ils se passent [se contentent] bien assez longuement de chair cuite à moitié, sans pain, et de boire yaue de riviere, sans vin, Froissart, I, I, 34. Si commencerent les cardinaux à traiter pour avoir treves à durer trois ans ; ce traité passa…, Froissart, I, I, 211. [Le roi d'Angleterre renvoie à rançon messire Hervez son prisonnier] et parmi ce que [à condition que] vous ferez ce message, je vous laisserai passer pour dix mille escus que vous paierez…, Froissart, I, I, 214. Entrementes que ces amours, ces lettres, ces accointances… couroient entre le roi de Portingal et le duc de Lancastre, se passoit le temps, Froissart, II, III, 38. Bretons et Bourguignons bouterent le feu en la ville… de quoi le roi et le duc de Bourgegne furent durement courroucés ; mais amender ne le purent : si leur en convint passer, Froissart, II, II, 232. Bien savoit le roi de France… que les Flamands approchoient, et que ce ne se pouvoit passer que bataille n'y eust, Froissart, II, II, 194. J'ay aux eschès joué devant amours, Pour passer temps, avecques faulx Dangier, Orléans, Ball. 59. Car angoisse prevue est à demy passée, Chartier, Espér. des trois vertus. Nonobstant qu'ils disoient partout où ils passoient qu'ils venoient pour le bien publicq, J. de Troyes, Chron. 1465. Charles VII ne s'armoit mie volentiers et n'avoit point chiere la guerre, s'il s'en eust peu passer, Fenin, 1422. Passer un traité, Commines, I, 13. Nul prince ne le passa jamais [le duc de Bourgogne] de desirer nourrir grans gens et les tenir bien reiglez, Commines, V, 9. Certes, je sais bien que c'est ; car j'ai passé par là [j'ai été amoureux], Louis XI, Nouv. XXVI.

XVIe s. Le monde a bien esté autrement enseigné, passé [il y a] longtemps, Calvin, Instit. 625. Mais quand verrai que tu te passeras [vieilliras], Je cesseray ceste vengeance extresme, Marot, I, 365. Maistresse passée [dans la danse], Marot, II, 110. Il donna à perpetuité… et de ce leur passa belles lettres, Rabelais, Garg. I, 53. Et est escript en autheur celebre, passé ha 1800 ans, Rabelais, Pant. III, 22. Je l'ayme desjà tout plein [mon enfant], et jà en suis tout assoty ; fascherie du monde… tant grande et vehemente n'entrera desormais à mon esprit, que je ne passe, seulement en le voyant et l'oyant jargonner en son jargonnois pueril, Rabelais, ib. III, 28. Nous veismes comment elle sassoyt, tamisoyt, belutoyt, et passoyt le temps, avecques ung beau et grand sas de soye blanche et bleue, Rabelais, ib. V, 21. Il n'y a creature en ce monde qui passe en l'amour et affection envers vous vostre… etc. Marguerite de Navarre, Lett. 120. Je n'ay de bien que ce qu'il m'en fault pour passer mon année, Marguerite de Navarre, ib. 153. Hier qu'elle prist medecine, tout son mal se passa, Marguerite de Navarre, ib. 68. Le general de leur ordre est passé par icy, et n'a voulu voir l'empereur, Marguerite de Navarre, ib. 76. S'il vous plest luy commander vous dire la pure verité de toutes choses, comme elles sont passées, à vous seul il en rendra bon conte, Marguerite de Navarre, ib. 123. Ô que ce mot m'a serré le cœur, qu'il m'a fait rougir de honte, et passer de jalousie ! Marguerite de Navarre, Nouv. LXX. Et lui fut offert de le passer docteur pour rien, ce que toutefois il refusa, Beze, Vie de Calvin, p. 13. Homme ne doit passer dedans ma barque [de Charon], S'il n'a passé par les mains de la Parque, Du Bellay, J. IV, 50, verso. Il s'y rencontra une fois par cas d'aventure, en passant chemin seulement, Amyot, Lyc. 50. L'accord estant ainsi passé, Amyot, Publ. 35. En passant par la ville de Sardis, pour passer son temps, il alla visitant les temples, Amyot, Thém. 55. Il [un Gaulois] luy passa [à un sénateur romain] tout doulcement la main par dessus sa barbe, Amyot, Cam. 40. Le commun populaire, qui paravant se passoit à peu, en devint superflu, sumptueux et dissolu, Amyot, Péric. 16. Ilz passoient de beaucoup en nombre ceux de Marcellus, Amyot, Marcell. 7. Pendant que ces choses passoient en la Grece, Amyot, Sylla, 47. Ainsi comme Crassus passoit son armée par dessus le pont…, Amyot, Crassus, 38. Après qu'ilz eurent tous passé le pont, Amyot, ib. 38. Elle estoit deja passée et suraagée, Amyot, Démétr. 34. Passant un jour en revue devant le prince de Condé, entre cinq cens arquebusiers…, D'Aubigné, Vie, XVIII. Condamné à estre passé par les armes, ib. LXXXIII. Ayant passé sa colere sur Baugency…, ID. Hist. I, 142. Pour contre-poison à cette invention, Monbrun passé [maître passé] en diligence fait un fort au dessous de Loriol, ID. ib. I, 321. Le temps se passe, et se passant, madame, Il fait passer mon amoureuse flame, Ronsard, 815. Passer en proverbe, Montaigne, II, 43. Le jugement peult se passer du sçavoir, et non le sçavoir du…, Montaigne, I, 148. Passe [j'y consens], Montaigne, I, 203. Quand Pyrrhus passa en Italie, Montaigne, I, 230. L'envie de vomir luy estoit passée, de frayeur, Montaigne, IV, 2. Quelques unes passent si avant les termes de raison que leurs pauvres maris s'en gratent la teste, Lanoue, 164. Et à plusieurs de nos prisonniers on fit alors passer le pas, Lanoue, 689. Vous l'eussiez fait passer par le trou du chat, Cotgrave Le bonheur tost se passe, qui n'en a soin, Cotgrave Qui passe un jour d'hiver, il passe un de ses ennemis mortels, Cotgrave Qui a des noix, il en casse ; et qui n'en a pas, il s'en passe, Cotgrave Semelles et vin passent chemin, Cotgrave Il n'y a remede, il faut tous passer par là ou par la fenestre, Dufail, Contes d'Eutrap. ch. XVI, fol. 79, dans POUGENS. Boire, manger, coucher ensemble, c'est mariage, ce me semble ; mais il faut que l'Eglise y passe, Loysel, Instit. cout. 108.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Passer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PASSER, v. n. (Gram.) terme relatif au mouvement d’un lieu dans un autre, sans aucun égard ni à celui d’où le mouvement se fait, ni à celui où il est dirigé, mais seulement à l’endroit où il se fait, ou bien à celui qui le voit & en juge. Le verbe passer a une infinité d’acceptions qui se reconnoissent par les phrases où il est employé ; exemples. Le cerf a passé par cet endroit. Ils ont passé debout ou sans s’arrêter. Passer du papier sur le feu pour le sécher. Ce malade ne passera pas l’hiver. Ce manteau m’a passé deux années. Il passe mal son tems. Les plaisirs passent vîte. La vie se passe. La beauté & la jeunesse se passent. Cette étoffe se passera. Ces sortes de couleurs passent. Rien ne passe comme les modes. Ces fruits, ce vin, ce fromage, ces mets sont passés. Des raisins passés. Les raisins passent, on n’en voit plus guere. Il vous passe de toute la tête. Il étoit homme de bien, je ne sais comment il a commis cette action, cela me passe. Le madrigal ne passe guère dix à douze vers. Elle a passé tant de fois sa chemise par-dessus sa tête. Il y a des physiciens qui ont prétendu que la poussiere dont l’air est rempli passoit à-travers le verre. La vertu ne passe pas toujours des peres aux enfans. Le nom de quelques hommes de ce siecle passera à la postérité. Ses succès ont passé mes espérances. Quelques opinions des anciens qu’on regarderoit comme des erreurs, passent maintenant pour des vérités constantes. Il y a des vieillards qui ont de la peine à se passer de femmes. Je me passe de peu. Il faut bien en passer par-là. Il y a des considérations au-dessus desquelles je ne saurois passer, elles m’arrêtent tout court. Passez le préambule, allez à la chose. Vous me trouverez intraitable, je ne vous passerai rien. Racontez toujours les choses comme elles se sont passées ; tous ces traits d’imagination qui embellissent un récit sont autant de petits mensonges. Cette monnoie ne passera pas. Je vous passerai cette piece pour deux pistoles. On dit encore passer par les mains, passer par les armes, passer sur le ventre à quelqu’un, passer tout d’une voix, passer un acte, passer d’un objet à un autre ; passer au feu, à la calandre, à la filiere, à la claye, en blanc. en carton, au tamis, à la chausse, au filtre, au chamois, à l’alembic ; passer maître, passer licentié, la plume par le bec, l’éponge, passer le but, &c. Voyez les articles suivans.

Passer, (Commerce.) terme qui dans le commerce & chez les artisans a diverses significations déterminées par les mots auxquels il est joint.

Passer maître, se dit de la réception d’un apprenti à quelque maîtrise après les examens qu’ils faut subir, ou les chefs-d’œuvre qu’il faut faire pour entrer dans les six corps marchands & dans les communautés des arts & métiers ; on dit en ce sens, il va se faire passer ou il est passé marchand orfevre, épicier, drapier, &c. maître tapissier, serrurier, &c.

Passer son ordre, terme de banque & de commerce de change, c’est mettre son ordre au dos d’une lettre ou billet de change en faveur de quelqu’un, c’est-à-dire déclarer qu’on les cede à celui dont le nom est exprimé dans l’ordre, & qu’elles lui doivent être payées. Voyez Ordre & Endossement.

Passer debout, en terme de commerce, c’est transporter des marchandises à travers d’un état, d’une province, d’une ville, ou par quelque bureau sans les y arrêter, décharger ni déballer pour y être visitées ou pour en payer les droits ; pour cela les marchands doivent prendre des acquits. Voyez Acquit & Passe-debout.

Passer des marchandises en fraude, c’est les faire entrer ou sortir par d’autres endroits que par ceux où les bureaux sont établis pour le payement des droits, afin de les frauder & de ne les pas payer.

Passer par haut, c’est la même chose que passer en fraude, mais ce terme n’est d’usage ordinaire qu’en Espagne, & particulierement à Cadix, où il se dit des marchandises que les nations qui ont part au commerce de l’Amérique avec les Espagnols ont coûtume de faire entrer sans en payer les droits, qui se montant à vingt-trois pour cent, engagent les étrangers à les frauder, d’autant plus que le garde que les officiers de la douane envoyent sur les vaisseaux pour visiter les marchandises est complice de la fraude, & que lorsqu’elle est découverte on en est quitte pour payer les droits ordinaires.

Passer, se dit aussi du cours des monnoies dans le commerce ; les pistoles d’Espagne passent sur le pié des louis de France, c’est-à-dire sont reçues pour la même valeur.

Passer, se dit encore des étoffes, des modes, des marchandises : cette étoffe est passée, c’est-à-dire qu’elle a perdu son lustre. Cette mode est passée, elle n’est plus en vogue. Ces vins sont passés, ils ont perdu leur force pour avoir été trop gardés. Diction. de Commerce.

Passer par les baguettes, (Art milit.) est un supplice infamant parmi les soldats. Celui qui le mérite passe les épaules nues, entre deux rangs de soldats, armés de baguettes, qui le frappent en passant. Voyez Chatimens militaires. (Q)

Passer sous le beaupré, (Marine.) Ce navire a passé sous notre beaupré, c’est une maniere de parler qui veut dire qu’un vaisseau a passé fort près de l’avant d’un autre. On regarde en mer comme une civilité de ne passer pas sous le beaupré d’un autre quand on peut y passer. On dit passer au vent d’un vaisseau, lorsqu’on lui gagne le vent. (Z)

Passer, terme de Dessinateur, qui dessine à l’encre de la Chine ; on dit passer un dessein à l’encre, c’est-à-dire en tracer les lignes avec de l’encre de la Chine ou carmin sur le trait au crayon.

Passer, terme d’Apoticaire, c’est épurer quelques liqueurs ou matieres liquides en les coulant à-travers d’une chausse d’apoticaire & de chimiste, ou d’un sas ou tamis, ou enfin en les filtrant à-travers du papier brouillard ; le vif-argent se passe à-travers la peau de chamois. (D. J.)

Passer, (Corroyeur.) est un terme qu’on emploie pour signifier plusieurs apprêts & façons qu’on donne à plusieurs sortes de marchandises.

On passe les cuirs en suif, en huile, en alun, en sumac, en mégie, &c.

Passer les cuirs en suif de chair & de fleur, c’est les imbiber de suif bouillant par les deux côtés ; c’est ainsi que les Corroyeurs apprêtent les vaches & les veaux à chair grasse.

Passer les cuirs en suif de fleur, & en huile de chair, c’est la maniere de passer les vaches & les veaux à chair blanche ; les moutons passés en noir ne se passent aussi qu’à chair blanche.

Passer des cuirs en suif du côté de la fleur seulement, & ne mettre ni suif ni huile du côté de la chair, c’est la maniere de passer ce que les Corroyeurs appellent la vache dure.

Passer en huile du côté de chair, & en alun du côté de fleur : c’est l’apprêt que les Corroyeurs donnent aux vaches, veaux & moutons qu’ils veulent corroyer en rouge, jaune, & verd.

Passer en sumac, c’est se servir du sumac pour donner aux veaux noirs des Corroyeurs une couleur orangée du côté de la chair. Voyez pour tous ces mots l’article Corroyer.

Passer en mégie, c’est donner à un cuir tous les apprêts qui sont de la profession des Mégissiers. Voyez Mégie.

Passer par la filiere, terme d’Épinglier & d’Aiguillier, qui signifie réduire en fil de différens échantillons le léton & l’acier dont ces ouvriers se servent pour faire des épingles & des aiguilles, en les faisant passer successivement par tous les trous d’une filiere, à commencer par les plus grands & finissant par les plus petits.

Passer par la farine, (Cuisine.) ce terme signifie parmi les Cuisiniers, l’action d’enduire une piece de farine en la plongeant dans un vase où il y en a.

Passer par la poële, c’est mettre une piece dans du beurre, du saindoux, ou du lard, fondus dans une poële sur le feu.

Passer a la claie, (Jardinage.) c’est séparer, par le moyen d’une claie, les pierres de la bonne terre. On a donc pour cet effet une claie qu’on soutient par-derriere avec quelques échalas ; cependant le jardinier prenant sa terre avec sa pelle, la jette à force contre cette claie, si bien que la bonne terre passe au-travers, & les pierres tombent en bas du côté du jardinier ; ensuite on les ôte de-là pour continuer à passer ainsi toute la terre dont on a besoin. Diction. œconom. (D. J.)

Passer en blanc, terme de Monnoyeur, c’est passer les lames de métal dont on doit fabriquer les especes, entre les rouleaux du laminoir, avant de les avoir fait recuire ; il n’y a que les lames d’argent & de cuivre qui se passent en blanc ; les lames d’or ne se passent point sans être recuites. (D. J.)

Passer le poil, en terme de Plumassier, c’est arranger les plumes & les mêler ensemble, ensorte qu’il y ait peu ou point d’intervalle entre elles, & qu’elles semblent n’en faire qu’une.

Passer en carton, (Reliure.) les Relieurs passent en carton, lorsque le livre étant cousu, ils prennent les bouts des ficelles auxquelles les feuilles sont cousues, & les passent dans les trois trous qu’ils ont faits aux cartons vis-à-vis chaque ficelle : les bouts des ficelles sont arrêtés en-dedans en croix ; cela fait on coupe l’excédent des bouts de ficelle.

Passer en parchemin. Les Relieurs mettent plusieurs bandes de parchemin sur le dos des livres ; ces bandes sont de la largeur des entre-nerfs, & on en passe moitié entre le carton & le livre ; l’autre moitié reste sur le dos pour y être collée. On appelle ces parchemins des gardes, & on en met des deux côtés du carton, sur-tout à la tête & à la queue, mais quelquefois entre tous les nerfs. Voyez Garde.

Passer en mord. Après que les Relieurs ont défouetté les livres, ils passent le plioir du côté du coupant, tout le long de l’endroit où la couverture joint le carton au dos, & en même tems ils soulevent le carton pour voir si le jeu n’en est pas gêné : cela fait, on met le livre secher jusqu’à ce que la couverture n’ait plus d’humidité, ce qui s’appelle secher les plats.

Passer par la calandre, (Manufact.) se dit des étoffes de soie & de laine, & des toiles de diverses couleurs & fabriques, qu’on met sous les plaques de la machine qu’on appelle une calandre, pour lui faire prendre des ondes.

Passer la clairée, en terme de Raffineur, c’est l’action de nettoyer entierement la matiere, & de la délivrer de toutes les saletés qui n’ont pu être enlevées avec les écumes. Quand ces écumes sont parfaitement blanches, on verse le syrop de la chaudiere dans un bassin à clairée, voyez Bassin a clairée. Ce bassin a en bas un commencement de tuyau dans lequel on enfonce une dale qui conduit la matiere dans un panier couvert du blanchet, voyez Blanchet, d’où elle tombe dans la chaudiere à clairée. Voyez Chaudiere a clairée.

Passer, v. act. (Teinture.) c’est teindre les étoffes toutes faites, ou les matieres dont elles doivent être tissues & fabriquées, comme de la soie, de la laine, du fil, &c.

Passer par la filiere, (Tireur d’or & autres ouvriers.) on passe par la filiere de l’or, de l’argent, du cuivre, du léton, de l’étain, du fer ; c’est réduire en fil de différens échantillons & grosseurs, tous ces métaux, en les tirant successivement à-travers des trous, plus grands d’abord, & ensuite plus petits, d’une filiere d’acier. (D. J.)

Passer au jeu, c’est n’être pas du jeu pour ce coup ; n’en pas courir les hasards. Il y a des jeux où l’on ne revient plus quand on a passé ; il y en a d’autres où l’on peut revenir. Au breland, par exemple, le premier peut être du jeu, ou passer : s’il a passé, il ne peut rentrer qu’un autre ne soit du jeu. Si tous les autres joueurs passent après le premier, le premier a passé sans retour ; l’avantage que le premier a de passer, c’est d’imposer la loi à ceux qui jouent après lui, & qui lui donneront lieu de revenir ; son desavantage, c’est de perdre la passe, quand il avoit jeu de jouer, & qu’il a passé.

Passer le, terme de relation, c’est-à-dire marché, ou bazar. Le passer de Bender Abazzi, ville de Perse d’un grand négoce, est une grande place toute voutée avec des boutiques autour, & une allée ou corridor au milieu pour la commodité du commerce. C’est-là que l’on étale les marchandises les plus précieuses, & que les Banians, les plus habiles négocians de l’Asie, tiennent leur banque, & font leur négoce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « passer »

Étymologie de passer - Littré

Prov. passar ; espagn. pasar ; ital. passare. D'après Diez, ce mot vient du supin passum, de pandere, déployer, ouvrir (pandere moenia) ; ce qui le décide, c'est que, dans les langues romanes, le sens de passer est essentiellement transitif. Mais, en étudiant l'historique assez étendu qui se trouve ci-dessus, il ne paraît pas que le sens transitif l'emporte sur le sens intransitif. Alors intervient la considération du sens de passer qui se tire assez mal de pandere ; au lieu qu'il se tire sans peine, du moins dans la signification intransitive, de passus, pas ; d'ailleurs d'un verbe intransitif faire un verbe transitif n'est point fort difficile (voy. DESCENDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de passer - Wiktionnaire

(1050) Du latin vulgaire *passare (« traverser »), dérivé de passus (« pas »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « passer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
passer pase play_arrow

Conjugaison du verbe « passer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe passer

Citations contenant le mot « passer »

  • Sur les 24 présents en Seine-Maritime, ils sont 14 à avoir repris. Pour exemple, dans mon établissement du Mesnil-Esnard, nous faisons passer trente-cinq examens de conduite par mois en temps normal. Ce mois-ci, nous en sommes à quatorze… , "Délais infernaux" pour passer le permis en Seine-Maritime : des inspecteurs réclamés en urgence | 76actu
  • Rien ne vaut la médiocrité pour passer inaperçu. De Jean-Pierre Gattegno / neutralité malveillante
  • Que ne fait-on passer avec un peu d’encens ? De Jean-Pierre Florian / Fables
  • Les bonnes doctrines peuvent se passer de miracles. De Proverbe japonais
  • La liberté n’est qu’un mauvais moment à passer. De Frédéric Beigbeder / 99 francs
  • On ne peut passer sa vie à naître. De Jacques Godbout / Le couteau sur la table
  • Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière. De Michel Audiard
  • Nul ne peut se vanter de se passer des hommes. De Sully Prudhomme / Les épreuves
  • Le bonheur, c'est de passer une bonne heure. De Eric St-Roch
  • On acquiert rarement les qualités dont on peut se passer. De Pierre Choderlos de Laclos
  • Mourir, c'est passer du côté du plus fort. De Jean Rostand
  • Le mauvais goût fait passer le temps plus vite. De Andy Warhol
  • Je suis riche des biens dont je sais me passer. De Louis Vigée
  • L’amour fait passer le temps, le temps fait passer l’amour. De Proverbe italien
  • Il faut laisser passer l’orage. De Proverbe français
  • Tout ce qui passe n'est que symbole. Johann Wolfgang von Goethe, Second Faust, scène finale Faust II, In fine
  • Ne devisons point d'eux, regarde et passe. Dante Alighieri, la Divine ComédieDivina Commedia, L'Inferno, III
  • Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. , Évangile selon saint Matthieu, XXIV, 35
  • Passons passons puisque tout passe Je me retournerai souvent Les souvenirs sont cors de chasse Dont meurt le bruit parmi le vent. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Alcools, Cors de chasse , Gallimard

Images d'illustration du mot « passer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « passer »

Langue Traduction
Corse passà
Basque pasatzen
Japonais パス
Russe проходить
Portugais passar
Arabe البشري
Chinois 通过
Allemand bestehen
Italien passaggio
Espagnol gastar
Anglais pass
Source : Google Translate API

Synonymes de « passer »

Source : synonymes de passer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « passer »


Mots similaires