Doubler : définition de doubler


Doubler : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DOUBLER, verbe trans.

I.− [L'opération met en jeu un aspect quantitatif ou mesurable de l'objet]
A.− Emploi trans. dir. [Le compl. direct désigne une quantité mesurable]
1. Multiplier par deux. Doubler le montant, le prix de qqc. Lorsque les gens des faubourgs se renfermèrent dans la cité à l'approche des Anglais, le nombre des habitants fut plus que doublé (France, J. Arc,t. 1, 1908, p. 131).Il fallut établir douze cents pilotis de béton. Cela doubla le devis de la bâtisse (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 308).Battez l'air avec une lame vibrante, dix fois la seconde, vous avez une forme rythmique. Doublez la fréquence, vous commencez à avoir un son (Schaeffer, Rech. mus. concr.,1952, p. 51):
1. La France ne lui demande pas d'armer les citoyens. Ni de doubler les forces de police, et encore moins d'improviser des tribunaux expéditifs. Mauriac, Le Bâillon dénoué,1945, p. 450.
SYNT. Doubler la surface, l'intensité, la longueur, le volume de qqc.; doubler la mise, le loyer.
Spécialement
Dans le lang. scolaire, vieilli. Doubler une classe. ,,En suivre le cours une seconde année`` (Littré). Synon. mod. redoubler.
,,Doubler l'étape`` (Ac.). Faire deux étapes au lieu d'une dans la même journée (Ac.).
Doubler la garde, le quart. Multiplier par deux l'effectif de la garde. Il n'y avait plus moyen de fermer l'œil. On devait doubler les quarts (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 124).
CHASSE. Doubler une pièce de gibier. La tirer une seconde fois (cf. Duchartre 1973).
2. P. ext. Augmenter beaucoup.
Locutions
Doubler le pas, l'allure. Augmenter le pas. Dom Claude entendit l'officier qui disait à l'écolier : − Tonnerre! doublons le pas (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 329).
MAR. Doubler sur les avirons. Redoubler d'ardeur et de force dans la manœuvre des avirons (d'apr. Bonn.-Paris, 1859).
Au fig. Synon. accroître, redoubler.Puis la conversation devient sérieuse et l'on s'entretient de la force vitale du mal, (...) comme pour le réengendrer en le doublant, ce mal (Goncourt, Journal,1888, p. 846).De le voir si courageux doublait la force des matelots (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 189).
B.− Emploi intrans. Être multiplié par deux. Les salaires ont doublé. On ne construit pas assez vite et le prix des loyers a doublé en peu de temps (Morand, New-York,1930, p. 56).Mais enfin, nous n'allons pas perdre le contrôle de Sonchelles au moment où cette affaire est en plein essor, s'écria-t-il. Le rendement va doubler (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 44):
2. Dans le même temps, la population doublait en Angleterre, triplait en Allemagne et en Italie, quadruplait en Russie, décuplait en Amérique... De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 236.
[Avec un compl. prép. de] Devenir deux fois plus grand, plus important (par son coût, son poids, sa surface, etc.). Les loyers ont doublé de prix :
3. Une sorte de fureur sacrée gonflait Joseph à de tels instants. Son poil se hérissait. Il semblait soudainement doubler de volume, comme certains animaux en posture de combat. Duhamel, Chronique des Pasquier,Suzanne, 1941, p. 205.
II.− [L'opération de nature concr. ou abstr., met en jeu deux choses dont l'une est ajoutée à l'autre]
A.− [Le suj. est l'agent qui effectue l'opération]
1. [Le double et l'objet doublé sont de nature identique] Mettre en double (en pliant, repliant, etc.). Doubler du fil, de la laine; doubler une feuille de papier, une serviette. Elle [Fanny] baissa le front comme un cheval qui s'encapuchonne, et doubla son menton (Colette, Seconde,1929, p. 224).
Spécialement
CIN. Substituer au dialogue original d'un film un dialogue adapté en une autre langue. Cf. doublage.Au part. passé. Quand j'assiste à la projection d'un film doublé en français, je ne constate pas seulement le désaccord de la parole et de l'image (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 271).
MAR. Doubler les amarres, les cordages, les manœuvres. Les disposer en double pour les rendre plus solides. Vienne la tempête, on double les amarres (Alain, Propos,1935, p. 1274).
Dans le lang. milit. ,,Doubler les rangs`` (Ac.). Mettre un seul rang sur deux (Ac.).
MUS. Doubler une note, une partie. La faire répéter à l'unisson ou à l'octave supérieure. On double quelquefois la quinte, mais il faut faire toujours la tierce (Masson, Nouv. traité règles compos., s. d.).
VÉN. [En parlant du cerf] Doubler ses voies. Parcourir deux fois les mêmes voies, revenir sur ses pas, pour tromper ses poursuivants (cf. Duchartre 1973).
Emploi pronom. à sens passif. Devenir double. Les transepts [des églises gothiques anglaises] se doublent quelquefois vers le chœur (Lenoir, Archit. monast.,1856, p. 211).Et l'étoile se double au flot de la fontaine (Régnier, Poèmes anc.,1890, p. 82).
2. [Le double et l'objet doublé sont de nature différente]
a) Emploi trans.
α) [Avec un compl. prép. de ou avec] Associer (une chose à une autre) dans une forme et une dimension égales, de manière à garnir, orner, renforcer. Doubler une porte d'une tenture; doubler un mur d'une haie. Le bruit assourdissant des charpentiers doublant la coque des navires avec de grandes plaques de cuivre (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p. 51).
P. ext. Associer (une chose complémentaire à une autre). Possédant (...) un talent sans rival pour les conserves de fruits elle [Ursule] s'avisa de doubler la librairie d'une épicerie mystérieuse ouverte aux seuls initiés (Estaunié, MmeClapain,1932, p. 2).Les émissions radiophoniques secrètes (...) doivent être doublées d'un service de distribution de tracts, de journaux (De Gaulle, Mém.,1954, p. 626).
♦ Dans le domaine abstr.Il y a ici deux erreurs à éviter : (...) l'autre est de doubler ce contenu manifeste d'un contenu latent (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 196).
β) [Sans compl. prép.]
JEUX (billard). ,,Doubler la bande. Frapper la bande avant de frapper la bille`` (Ac. 1932).
COUT. Garnir d'une doublure. Doubler un manteau, une jupe, une veste. Je doublai la pochette avec du satin cerise (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 121).
Rem. Ac. enregistre aussi les syntagmes doubler de soie, de toile, de taffetas.
MAR. Doubler un navire. ,,Lui faire un doublage de feuilles de cuivre ou de planches`` (Ac. 1835, 1878).
b) Emploi pronom. à sens passif. Se doubler de + subst.
α) [Le suj. désigne une chose] Être associé à (une autre chose plus ou moins semblable ou complémentaire). La mission secrète dont s'était doublée à Dresde la mission ostensible du duc de Richelieu (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 11, 1863-69, p. 97).La nuit se doublait d'une buée humide (Cendrars, Homme foudr.,1945, p. 304):
4. ... les interdits alimentaires et vestimentaires se doublent même de prescriptions rigoureuses concernant la liberté des mouvements. J. Vuillemin, Essai sur la signif. de la mort,1949, p. 250.
β) [Le suj. désigne une pers.] Être en outre, en même temps. Chez Denys Belgrand, l'archéologue se double d'un poète à la Michelet (Bourget, Conflits int.,1925, p. 6).
B.− [Le suj. désigne ce ou celui qui est en double]
1. [Le suj. et le compl. désignent des choses] Constituer le double, la doublure (de quelque chose) :
5. Le côté « africain » aussi l'a frappée : (...) impression fortifiée par les haies de figuiers de Barbarie qui doublent les murs de pierre sèche. Larbaud,Journal,1932,p. 272.
− Domaine abstr.Nos images mentales doubleraient inutilement notre organisme (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 161).L'univers des lois causales vient doubler l'univers des lois empiriques (J. Vuillemin, Être et trav.,1949, p. 98).
2. [Le suj. et le compl. désignent des pers.] CIN., THÉÂTRE. Remplacer un acteur dans un rôle. Doubler un acteur, une vedette. Je téléphonai aussitôt au théâtre pour qu'on me doublât (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 341).
[Avec l'idée de duplicité]
Pop. Doubler qqn.Le tromper, l'induire en erreur pour en tirer profit. Où qu't'as caché la came? [= Est-ce bien dans cette misérable chambre que tu as caché pour cinq millions de cocaïne?] T'essaie pas de nous doubler, des fois? (Le Breton, Razzia,1954, p. 67).
Arg. Doubler une femme. La tromper en prenant une maîtresse. Avec qui il [ton homme] t'a doublée [trompée]? − Avec la femme de ton ami Riton, Josy l'ordure! (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 124).
III.− P. ext. [Avec l'idée de mouvement] Dépasser en contournant. Doubler un cortège, une file, une voiture. Elle doubla deux tramways, l'omnibus du Panthéon, enfila le nouveau boulevard Raspail (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 369).
Emploi abs. Dépasser un véhicule automobile en mouvement. Il est interdit de doubler en haut d'une côte (Lar. Lang. fr.).
MAR. Doubler un cap. Aller au-delà, en passant au large :
6. Jamais fiancés n'ont été plus proches de leur fiancée que les marins bretons du xviesiècle, quand ils doublaient le cap Horn et vieillissaient contre le mur des vents contraires. Saint-Exupéry, Lettre à un otage,1943, p. 392.
Au fig. Aller au-delà de; triompher (d'une difficulté). Oberman, âgé de vingt-sept ans, traverse la crise antérieure à toute maturité, et double, pour ainsi dire, le cap périlleux de la vie (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t. 1, 1846-69, p. 168).De 1898 à 1905 on a doublé le cap d'un monde politique nouveau (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 515).
Prononc. et Orth. : [duble], (je) double [dubl̥]. Cf. l'observation sous double. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. a) Ca 1100 « garnir d'une doublure » (Roland, éd. J. Bédier, 995); b) 1517 orfèvr. adj. (E. Coyecque, Recueil d'actes notariés..., I, 19 ds IGLF : une chayne d'or doublé); 1770 (Mercure, avr. ds Havard, s.v. doublé : vaiselle de cuivre doublé d'argent fin); 1838 subst. (Ac. Compl. 1842). B. 1. Ca 1135 trans. « mettre en double, plier » (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 837 : les paveillons deublerent); 2. a) 1160-70 trans. « multiplier par deux » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 1771); 1165-76 intrans. « devenir double » (Chr. de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 1882); b) 1690 doubler une bille (au billard) (Fur.); [1755 doublet (Encyclop.)]; 1798 doublé (Ac.); c) 1750 man. doubler large, doubler étroit inf. subst. (La Guérinière, École de cavalerie, p. 73 ds IGLF); 1900 doublé part. passé subst. (Nouv. Lar. ill.); d) 1900 doublé vén. part. passé subst. (ibid.); 3. 2emoitié du xiies. trans. « augmenter » (Livre de Job, éd. Le Roux de Lincy ds Les Quatre livres des rois, p. 509), C. 1. 1529 mar. « franchir (un cap, une île, etc.) » (J. du voyage de J. Parmentier ds Jal : le vent nous estoit escars, et ne la savions Doubler [l'île]); 2. a) 1628 arg. « voler » (O. Chéreau, Le Jargon ou Lang. de l'arg. réformé, p. 30); b) 1670 « tromper » (Montfleury, s. réf. ds Esn.); 3. 1845 « dépasser (un vaisseau) » (Besch.); 1900 « dépasser (un véhicule) » (Nouv. Lar. ill.). D. 1. a) 1718 doubler un rôle « faire apprendre un même rôle par deux personnes » (Ac.); 1752 doubler un acteur (Trév.); b) 1929 cin. doubler un film (Lar. 20e); 1938 part. passé adj. (Queneau, Enf. du limon, p. 307 : deux grands films, un français et un doublé); 1939 part. passé subst. (Gide, Journal, p. 1313 : [les] plus mauvais doublés du cinéma); 2. a) 1843 part. passé adj. « accompagné de » (Balzac, Illus. perdues, p. 307 : il n'y a pas une vertu qui ne soit doublée d'un vice); b) 1847 doublé de « qui est aussi » (Balzac, Cous. Pons., p. 37 : un chef d'œuvre doublé d'un Normand). Du b. lat. duplare trans. « doubler ». Fréq. abs. littér. : 960. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 469, b) 1 682; xxes. : a) 1 144, b) 1 237. Bbg. Gouvernement du Québec. Vocab. techn. des quilles. 1972, p. 12. − Guiraud (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, pp. 96-109. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 93, 108. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 170. − Uren (O.). Le Vocab. du cin. fr. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 208.

Doubler : définition du Wiktionnaire

Verbe

doubler \du.ble\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se doubler)

  1. Rendre double ; mettre le double ; augmenter d’une fois autant ; multiplier par deux.
    • Je conseille à Charon de doubler son droit de péage, à Pluton de faire la guerre contre Jupiter pour être le premier des dieux, attendu que Jupiter gouverne mal les hommes, et que l’empire des morts est plus étendu que celui des vivants. — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Dialogues des morts, chap. 20, 1712, Paris : chez Eugène Belin, 1876, p. 91)
    • Leur comptabilité impitoyable ne fait pas grâce d’un centime, et les mystères de l’anatocisme ont bien vite fait doubler la dette du nhaqué, sans qu’il puisse en soupçonner le mécanisme. — (L’Asie française, vol. 13–14, Comité de l’Asie française, 1913, p. 113)
    • Toutes les précautions furent prises, la veille doublée, la machine prévenue et des espars disposés sur le pont. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Craignant, depuis qu’il a entendu Gallagher raconter ses misères, que les cureurs n’aient une incursion en vue, il a doublé les rondes autour du périmètre. Son équipe est à la fois sur les rotules et sur les dents. Un mauvais cocktail. — (M. R. Carey, Celle qui a tous les dons, chap. 15, L’Atalante, 2014)
    1. Mettre double ; mettre en double.
      • Doubler du fil, de la laine, de la soie.
  2. (Par extension) Adjoindre ; associer.
    • Du coté de l’est et du nord les murailles n’étaient doublées que par un simple portique. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  3. Être en double avec.
    • Le pasteur […] est Juge de Paix et se retrouve sur le banc des magistrats avec son oncle et ses cousins. Ainsi l’armature religieuse du pays souligne et double l’armature politique. — (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p. 597)
  4. (En particulier) (Couture) Appliquer une étoffe contre l’envers d’une autre.
    • Doubler un manteau, une robe, une jupe.
    • Doubler de soie, de toile, de taffetas.
    • (Figuré) Il double ses torts envers moi.
    • Ce compliment se double d’une épigramme.
    • Doubler le pas : Marcher plus vite.
  5. (Bijouterie) Recouvrir un objet en cuivre ou en laiton d'une mince lamelle d'or laminée nommée plané.
    • [...] à les tremper, les décaper, les revenir au bleu, et les doubler en or; c'est-à-dire qu'on introduit dans chacun un dé en or très mince, qu'on y force avec un mandrin d'acier poli. — (Dictionnaire universel des arts et métiers et de l'économie, Éd. Au bureau du dictionnaire, Paris 1840)
  6. Passer devant.
    • Doubler un véhicule, un concurrent.
  7. Trahir.
    • Bagambiki, je l’apprendrai plus tard, est un personnage influent venant du MRND, le parti du président assassiné, dont il est l’un des durs. Nous réalisons vite qu’il n’est pas franc du collier et qu’il tente de nous doubler en manipulant ses réseaux extrémistes. — (Jacques Morel, La France au cœur du génocide des Tutsi, 2010, p. 937)
  8. (Billard) Frapper la bande avant de frapper la bille.
    • Doubler la bande. Dans cette acception, le participe passé s’emploie comme nom : Jouer au doublé.
  9. (Chasse) Tuer coup sur coup deux pièces de gibier.
    • Faire un doublé.
  10. (Chasse) Tirer un second coup pour assurer le premier.
    • L'oncle tirait, puis par précaution, il « doublait », et l'animal foudroyé s'ajoutait à la liste interminable des victimes. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 249.)
  11. (Cinéma) (Audiovisuel) Remplacer les voix, effectuer le doublage.
    • Doubler un film.
  12. (Éducation) (Canada) (Suisse) (Belgique) Redoubler un niveau de classe au lieu de passer au niveau supérieur.
    • Doubler la 6ème année.
  13. (Marine) Aller au delà, dépasser.
    • Une théorie de grands ice-bergs [sic], vraisemblablement échoués, prolongeaient le cap que nous devions doubler. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Ayant quitté Reykjavik, le Pourquoi pas ? fait route vers l’ouest. À la sortie du Faxafjord, il doublera Utskalar. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
    • Doubler le sillage : Faire plus de chemin.
    • Doubler un cap, une pointe de terre : Passer au-delà d’un cap, d’une pointe de terre.
    • Doubler un autre bâtiment : Le surpasser en vitesse, le devancer.
    • Doubler des voiles : Les fortifier par de nouveaux lés de toile cousus sur ceux dont elles sont déjà composées.
    • Doubler les manœuvres : En augmenter le nombre, afin que, si l’une est rompue, une autre puisse la remplacer.
  14. (Militaire)
    • Doubler les rangs : Mettre sur deux rangs des soldats qui n’étaient que sur un seul, sur quatre rangs les soldats qui étaient sur deux.
    • Doubler l’étape : Faire deux étapes au lieu d’une dans la même journée.
  15. (Musique)
    • Doubler les parties : Faire exécuter chacune des deux parties d’un morceau de musique par deux voix ou deux instruments à l’unisson ou à l’octave.
  16. (Théâtre) Jouer un rôle au défaut de l’acteur qui en est chargé en premier.
    • Doubler un rôle, un acteur.

doubler intransitif

  1. Devenir double.
    • Leur nombre a plus que doublé.
  2. (Escrime) Après avoir dégagé, tromper la parade de contre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Doubler : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DOUBLER. v. tr.
Rendre double; mettre le double, augmenter d'une fois autant, multiplier par deux. Doubler le nombre. Doubler la dépense. Doubler la somme. Doubler ses capitaux. Doubler la dose. Fig., Il double ses torts envers moi. Ce compliment se double d'une épigramme. En termes militaires, Doubler les rangs, Mettre sur deux rangs des soldats qui n'étaient que sur un seul, sur quatre rangs les soldats qui étaient sur deux. Doubler l'étape, Faire deux étapes au lieu d'une dans la même journée. En termes de Musique, Doubler les parties, Faire exécuter chacune des deux parties d'un morceau de musique par deux voix ou deux instruments à l'unisson ou à l'octave. En termes de jeu de Billard, Doubler la bande, Frapper la bande avant de frapper la bille. Dans cette acception, le participe passé s'emploie comme nom. Jouer au doublé. En termes de Chasse, Faire un doublé, se dit pour Tuer coup sur coup deux pièces de gibier. Doubler le pas, Marcher plus vite. En termes de Marine, Doubler le sillage, Faire plus de chemin. Doubler les manœuvres, En augmenter le nombre, afin que, si l'une est rompue, une autre puisse la remplacer. Par extension, Doubler un cap, une pointe de terre, Passer au-delà d'un cap, d'une pointe de terre. Doubler un autre bâtiment, Le surpasser en vitesse, le devancer. Il se dit aussi de Tout véhicule qui en dépasse un autre. En termes de Théâtre, Doubler un rôle, un acteur, Jouer un rôle au défaut de l'acteur qui en est chargé en premier. Il signifie aussi Mettre double et Mettre en double. Doubler du fil, de la laine, de la soie. Il signifie aussi Appliquer une étoffe contre l'envers d'une autre. Doubler un manteau, une robe, une jupe. Doubler de soie, de toile, de taffetas. Il s'emploie aussi en termes de Reliure. Une reliure en maroquin doublé. Une reliure doublée de moire. En termes de Marine, Doubler des voiles, Les fortifier par de nouveaux lés de toile cousus sur ceux dont elles sont déjà composées.

DOUBLER s'emploie aussi intransitivement, dans le sens de Devenir double. Leur nombre a plus que doublé. En termes d'Escrime, il signifie Après avoir dégagé, tromper la parade de contre.

Doubler : définition du Littré (1872-1877)

DOUBLER (dou-blé) v. a.
  • 1Ajouter une chose à une autre de même valeur, augmenter d'une fois autant, multiplier par deux. Doubler le nombre, la dépense, la peine. Doubler ses capitaux.

    Doubler un corps de logis, joindre un autre corps de logis à la face de derrière de celui qui est déjà fait. Ce fut cette année qu'on doubla la galerie de Diane [à Fontainebleau], ce qui donna de beaux appartements, Saint-Simon, 97, 27.

    Doubler le pas, aller plus vite. J'allais doublant le pas comme un qui fend le vent, Régnier, Sat. X. Elle doubla le pas pour s'en approcher, Hamilton, Gramm. 10. Courons, doublons le pas, Pour le trouver [le bonheur], là-bas, là-bas, Béranger, Bonh.

    Terme de guerre. Doubler les rangs, mettre un seul rang sur deux. Doubler l'étape, faire étape double.

    Terme de marine. Doubler le sillage, faire plus de sillage.

    Terme de typographie. Répéter un mot, une ligne, un alinéa.

    Rejeter le mot final d'un vers à l'extrémité d'une autre ligne.

    Doubler les reins, se dit d'un cheval qui voûte le dos.

    Fig. Ne perds-je pas assez sans doubler l'infortune, Et perdre encor le bien d'avoir l'esprit égal ? Corneille, Agésil. II, 8.

  • 2 Terme de musique. Doubler une partie, la faire répéter à l'unisson ou à l'octave par un ou plusieurs autres instruments, sans changer l'harmonie, et uniquement pour renforcer le son. On a remarqué que le trio Veillons mes sœurs de Zémire et Azor n'est réellement qu'un duo, puisque la troisième partie y double constamment une des deux autres.
  • 3Garnir d'une doublure. Doubler un manteau, une robe.

    Doubler un vaisseau, le revêtir de planches, et aussi y mettre un doublage en cuivre.

  • 4Mettre en double. Doubler du fil, une serviette.
  • 5 Terme de théâtre. Remplir un rôle en l'absence du chef d'emploi. Doubler un rôle. Lorsqu'un acteur de province se présente pour doubler les premiers rôles, Voltaire, Lett. Richelieu, 27 mai 1767.

    Par extension, doubler un acteur.

    Fig. et absolument, servir en second. Le maréchal de Villeroy doubla comme maréchal sous M. de Luxembourg, et le maréchal de Joyeuse sous M. de Lorge, Saint-Simon, 22, 253.

  • 6 Terme de collége. Doubler une classe, en suivre les cours une seconde année.
  • 7 Terme de billard. Doubler une bille, la faire au doublé.

    Terme de jeu de paume. La balle a doublé, elle a touché deux fois la terre.

  • 8 Terme de marine. Doubler un cap, le franchir. Sous le règne de Jean II, prince éclairé, qui fit faire une application nouvelle de l'astronomie à la navigation, les Portugais doublèrent le cap qui est à l'extrémité de l'Afrique, Raynal, Hist. phil. I, 3. Nous voulions tous deux à la fois Doubler le même promontoire, Hugo, F. d'aut. 9. Cette locution vient de ce que, pour franchir un cap, on le longe deux fois.

    Doubler un autre bâtiment, le passer de vitesse.

    Terme de vénerie. Doubler ses voies, se dit d'un cerf qui par ruse revient sur ses pas.

  • 9 V. n. Devenir double. Leur nombre a plus que doublé.

    Terme de manége. Un cheval qui double des reins est celui qui fait plusieurs sauts de suite. En un autre sens, on dit qu'on double quand on quitte une ligne pour en suivre une autre.

    Terme de marine. Doubler sur les avirons, redoubler d'ardeur et de force dans la manœuvre des avirons, ce qui se commande ainsi : Doublez ! double !

    Terme de construction. Rapporter et sceller des bandes de pierre derrière les tranches de marbre.

  • 10Se doubler, v. réfl. Devenir double. En cette belle société, les douleurs se partagent et les joies se doublent, Guez de Balzac, liv. V, lett. 17.

HISTORIQUE

XIIe s. Par totens [par tout temps] doblent li felon les cols [coups] dont il bleciet chaent [tombent blessés], Job, 508. Et Tierris les ot [ouït] bien, sa force en a doplé, Ronc. p. 195. [Cela] Me fait dobler mes talens [mes désirs] De servir à [selon] mon pooir, Couci, XI.

XIIIe s. Car sa joie lui ert [sera] à cent doubles doublée, Berte, LXXXII. Angoisseux fui [je fus], moult troublez Por le peril qui fu doublez, la Rose, 1730. Tant eüst la langue doblée En diverses plicacions à trover escusacions, ib. 18324. Et se pains est aportés à charreite ou à cheval ou à asne dedens les bones [bornes] de la foire, sa coustume [taxe] ausi doublera, Liv. des mét. 311.

XIVe s. Si le limier double sa menée, c'est à dire qu'il s'efforce de crier et qu'il tire plus fort qu'il ne faisoit, Modus, ms. f° 21, dans LACURNE. Et supposé qu'il puist en ce point-ci regner, Et que Dieux si ne veille la vengence monstrer, Il est lassus poissans pour l'amende doubler, Guesclin. 15191.

XVe s. Par ces six notes qui sont appellées ut re mi fa sol la, l'on puet aprendre à chanter, acorder, doubler, quintoyer, tiercoier, tenir, deschanter, Deschamps, Poésies mss. f° 395.

XVIe s. Un fascheux corps vestu d'un satin gras, Un satin gras doublé d'un fascheux corps, Marot, III, 84. Haye, haye, dist le pilot, double le cap, et les basses. Doublé est, respondoyent les matelotz, Rabelais, Pant. IV, 22. Ils aiment mieux que l'injure leur soit doublée, que de penser comment ils rendront la pareille, Calvin, Instit. 1207. Voilà quand et quand à Villeneufve la garnison renforcée, les gardes doublées, D'Aubigné, Hist. II, 61. Terrefort en doublant le pas va se jetter en la tranchée, D'Aubigné, ib. II, 150. Estant pressé de partir si promptement, il n'avoit eu loisir de faire doubler [copier] lesdites informations, Du Bellay, M. 485. C'est ung passe temps que de veoir ung lievre doubler et redoubler, Palsgrave, p. 682.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DOUBLER. Ajoutez :
11 Terme de filature. Mettre le fil en double. Nous nous servons, pour le retordage, du métier continu ; ce qu'il faut en machines à bobiner, à doubler, à gazer, est peu de chose à côté de cela…, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. IV, p. 323.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Doubler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

DOUBLER, v. act. (Spectacle.) pour prendre la place, ou pour tenir la place, terme d’Opéra. Les premiers acteurs sont doublés par les seconds, & ceux-ci par les troisiemes ; ensorte que quelqu’accident qui arrive, l’opéra de Paris est toujours représenté.

Les acteurs en sous-ordre ne paroissent guere que dans ces occasions, c’est-à-dire que ceux qui auroient le plus de besoin d’exercer leur talent pour le développer, sont précisément ceux qui sont les plus oisifs ; c’est pourtant par le travail, par l’exemple, par l’exercice, qu’il est possible de former des acteurs. En supposant quelque talent dans les sujets, il faudroit donc 1°. les forcer au travail, leur offrir perpétuellement les modeles qu’ils doivent suivre, & les exercer pour les rompre au théâtre : 2°. tirer un avantage de ce nombre d’acteurs, presque toûjours inutiles, pour l’embellissement réel du spectacle.

Les chœurs sont toûjours sans action sur le théâtre ; & le moyen de procurer le plus grand plaisir au spectateur, seroit de les faire agir suivant les choses qu’ils chantent. Voyez Chœurs. Mais l’expédient sûr & d’embellir le spectacle, & de donner du mouvement aux chœurs, est de mettre à leur tête, & en-avant, tous les doubles hommes & femmes. Plus rompus à l’action que la multitude des choristes, il seroit aisé de leur faire faire les mouvemens nécessaires. Les chœurs les suivroient comme une compagnie de soldats suit les mouvemens de ses officiers.

Ces acteurs se romproient eux-mêmes chaque jour davantage à l’action, & présens forcément à la représentation, ils auroient sans cesse devant les yeux les modeles sur lesquels ils peuvent se former. Leurs habits plus distingués que ceux des chœurs, ajoûteroient à la magnificence du spectacle, & cet ordre rendroit toutes les belles idées qu’on veut peindre, lorsque les chœurs se rassemblent sur le théâtre. Les difficultés à vaincre sur cette partie, doivent être bien foibles à côté de l’autorité, du desir de l’embellissement du spectacle, & du besoin qu’on a toûjours de former des sujets. Voyez Double, Spectacle. (B)

Doubler. L’action de doubler, en terme militaire, c’est lorsque de deux rangs ou de deux files de soldats l’on n’en fait qu’une. Voyez Rang & File.

Quand le commandement dit, doublez vos rangs, alors les second, quatrieme & sixieme rangs doivent marcher dans le premier, le troisieme, & le cinquieme ; de maniere que de six rangs on n’en fait que trois, en laissant les intervalles doubles de ce qu’ils étoient auparavant. Il en va autrement quand on double les demi-files, parce qu’alors trois rangs demeurent, & les trois autres viennent les doubler ; c’est-à-dire que le premier, le second, & le troisieme sont doublés par le quatrieme, le cinquieme, & le sixieme ; ou au contraire.

Doublez vos files : à ces mots chaque file doit marcher à celle qui la suit immédiatement sur la droite ou sur la gauche, selon le commandement ; auquel cas des six rangs l’on en fait douze, c’est-à-dire qu’alors les soldats sont à douze de profondeur, la distance entre les files étant double de ce qu’elle étoit auparavant. Chambers. (Q)

Doubler les files ; c’est, dans l’art militaire, doubler le nombre des soldats de chaque file : pour cela on fait entrer chaque file de la droite dans celle qui est immédiatement à sa gauche, ou chaque file de la gauche dans celle qui la précede immédiatement à droite. (Q)

Doubler les rangs, c’est, dans l’art militaire, faire entrer les soldats du second rang dans le premier rang, ceux du quatrieme dans le troisieme, & ainsi de suite, si les troupes sont rangées sur six ou huit rangs. (Q)

Doubler un vaisseau, (Marine.) c’est lui donner un doublage ou revêtement de planches. Voyez Souffler. (Z)

Doubler un cap ou une pointe, Parer un cap, (Marine.) c’est passer au-delà de ce cap & le laisser derriere. (Z)

Doubler, c’est, en terme de Blondier, l’action d’assembler un ou plusieurs fils de soie, pour n’en faire qu’un seul. On se sert pour cela d’un doublet & d’un roüet. Voyez Doublets. On observera en doublant, de ne point tordre les fils, ce qui rendroit les filets ronds, & les toilés ne seroient pas applatis comme ils doivent être.

Doubler, en terme de Cirier, c’est assembler plusieurs brins de coton en les tournant sur un tour, pour en faire des meches. Voyez Tour.

Doubler ou Doubler large, en termes de Manége, c’est tourner son cheval vers la moitié du manége, & le conduire droit à l’autre muraille sans changer de main. Doubler étroit, c’est tourner son cheval en lui faisant décrire un quarré à un coin du manége, ou aux quatre coins. Doubler les reins, est un saut que le cheval fait en voûtant son dos.

Doubler, (Relieure.) les Relieurs appellent doubler le carton en-dedans, lorsqu’ayant relié un livre en marroquin, ils garnissent le dedans du carton d’un marroquin de la même couleur, ou d’une couleur différente.

* Doubler, (Manufact. en soie.) c’est accoupler deux ou plusieurs brins de soie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « doubler »

Étymologie de doubler - Littré

Bourguig. dôblai ; provenç. et espagn. doblar ; portug. dobrar ; ital. doppiare ; du latin duplicare, de duplex (voy. DOUBLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de doubler - Wiktionnaire

Du latin duplare → voir double.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « doubler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
doubler duble play_arrow

Conjugaison du verbe « doubler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe doubler

Évolution historique de l’usage du mot « doubler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « doubler »

  • On croit parfois, à tort, qu'il faut attendre au moins 20ans pour doubler son capital en Bourse. Historiquement, ce délai est beaucoup moins long. Les explications avec Jeremy Tubiana, Responsable distribution France Lyxor ETF. QE, l'émission qui augmente votre Quotient Economique sur Boursorama. , Vidéo - Combien d'années a-t-il fallu en moyenne pour doubler son capital en investissant en Bourse? - 06/07/2020 11:25:08 - Boursorama
  • Le monde de l'animation ne veut pas se faire dépasser par le mouvement "Black Lives Matter" qui anime l'Amérique depuis plusieurs semaines. Chaque série fait son mea culpa et tente de corriger les erreurs du passé, notamment le casting d'acteurs blancs pour doubler des personnages de couleur : Premiere.fr, Les Simpson ne laisseront plus un acteur blanc doubler un personnage noir | Premiere.fr
  • Aimer, ce n'est pas gagner à tous les coups. C'est prendre des risques, faire des paris incertains, connaître la frayeur de perdre sa mise pour mieux savourer le frisson de la doubler. De Philippe Besson / Se résoudre aux adieux
  • Il y a un courage de la tête comme du coeur, et le manque de génie n'est parfois que le manque de courage. Se fier à soi, c'est doubler ses forces. De Johan Henrik Kellgren / Aphorisme
  • C’est bien vrai que les choses tournent rarement comme on l’imaginait... Surtout la voiture qui roulait devant vous et que vous vous apprêtiez à doubler ! De Anonyme
  • Les magasins de diététique voient leur chiffre d’affaires doubler à l’approche des vacances, quand une femme essaie son maillot de bain de l’année précédente. De Anonyme
  • Dans nos pays monogames, se marier c’est diviser ses droits de moitié et doubler ses devoirs. De Arthur Schopenhauer / Parerga et Paralipomena
  • Le meilleur moyen de doubler sa fortune ? Plier ses billets en deux et les mettre dans sa poche. De Kin Hubbard
  • Aimer, c'est doubler son regard. De Natalie Clifford Barney / Eparpillements

Images d'illustration du mot « doubler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « doubler »

Langue Traduction
Corse doppia
Basque bikoitza
Japonais ダブル
Russe двойной
Portugais duplo
Arabe مزدوج
Chinois
Allemand doppelt
Italien doppio
Espagnol doble
Anglais double
Source : Google Translate API

Synonymes de « doubler »

Source : synonymes de doubler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « doubler »


Mots similaires