Traverser : définition de traverser


Traverser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRAVERSER, verbe trans.

I. − Franchir, parcourir quelque chose d'une extrémité à l'autre.
A. − [Le compl. est d'ordre spatial, il désigne une étendue, un milieu, une surface]
1. [Le suj. désigne un animé] Voyageur qui traverse les mers, un pays, une ville; traverser une chambre, un jardin, une forêt. Les campagnes (...) dansent en tourbillons avec les arbres et avec les longues files d'oiseaux qui traversent les airs (Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 135):
1. Véritable Rattenfänger de légende, il n'eut qu'à paraître; par millions, les pauvres rats de tranchée, rats de vase, s'attroupèrent et le suivirent. Il traversa ainsi l'Europe, de Londres à Rome, tirant de ses pipeaux des sons qui faisaient venir les larmes aux yeux... J.-R. Bloch, Dest. du S., 1931, p. 97.
a) [Dans un cont. métaph.] [Jouffroy] avait la prétention d'avoir organisé avec exactitude la partie centrale de la science que, selon lui, M. Cousin n'avait que traversée et bientôt quittée pour se livrer à des excursions historiques en tous sens (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 8, 1853, p. 305).
b) En partic.
α) [Le compl. désigne une voie de communication] Se rendre d'un bord, d'un côté à l'autre. Traverser une allée, un boulevard, une chaussée; traverser un cours d'eau, une rivière. Le peuple accourt, gémit (...) accompagne [le funèbre convoi] le long des rues qu'il traverse pour se rendre au palais (Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 338).D'autres [hommes] pour me montrer leur ville me faisaient traverser le fleuve et l'admirer de l'autre rive (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 581).
Empl. pronom. à valeur passive. La Loire se traversait sur une passerelle de bois, à pied, valise à la main (Cacérès, Hist. éduc. pop., 1964, p. 158).
Empl. abs. La rue était assez large et les voitures filaient en les empêchant de traverser (Jouve, Scène capit., 1935, p. 111).
β) Traverser un pont. [Expr. tenue pour incorrecte par certains puristes] Parcourir un pont sur toute sa longueur pour franchir un cours d'eau. Sarrebrück était la dernière ville allemande; je n'avais qu'à traverser le pont pour être en France (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 134).
2. [Le suj. désigne une chose]
a) [Le suj. désigne une chose dotée de mobilité, de mouvement, un moyen de locomotion] Synon. parcourir, sillonner.Des balles traversent l'air; une barque traverse un fleuve; une étoile filante traverse le ciel. Le petit déjeuner au wagon-restaurant, tandis que le train traversait la grande banlieue encore plongée dans les ténèbres (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1268).
b) [Le suj. désigne une chose dépourvue de mobilité] S'allonger, s'étendre d'un bout à l'autre, à la surface de quelque chose. Une route traverse le village; une lézarde traverse le mur. Le Roi de Rome est profondément endormi. Dans la blancheur du linge et des dentelles, que traverse le grand cordon de la légion d'honneur (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 109).Le chemin montait, traversait l'enceinte, s'arrêtait à un mur sans crénelures, bas: de là on voyait tout le pays, loin, très loin (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 53).
B. − [Le compl. est d'ordre temporel] Aller d'un bout à l'autre d'une période déterminée; se trouver, être engagé dans une situation particulière durant un certain temps.
1. [Le suj. désigne une pers., un groupe de pers.] Traverser une crise, une guerre, une révolution; traverser une période faste, troublée. Cette charmante créature traversa ainsi pendant cinq mois les misères de la vie de bohème, la chanson et le sourire aux lèvres (Murger, Scènes vie boh., 1851, p. 210).La France traverse la crise politique, sociale, morale la plus profonde de son histoire (Manifeste parti populaire fr., 1936ds Doc. hist. contemp., p. 170).
2. [Le suj. désigne une réalité concr. ou abstr.] Aller d'un bout à l'autre d'une période plus ou moins longue. Écrits, doctrines, valeurs qui ont traversé les âges, les époques. On pourrait imaginer une chanson, un conte, une de ces traditions populaires qui traversent les siècles, les montagnes, et les océans (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 171).Le grec conservait encore, dans les parties orientales de la Méditerranée, cette bienheureuse vitalité à laquelle la pensée humaine devra de traverser sans périr les temps difficiles qui vont venir (J.-R. Bloch, Dest. du S., 1931, p. 220).
II. − Passer à travers, percer, pénétrer de part en part (un corps, un objet, un milieu)
A. − [Le suj. désigne une pers.; avec un compl. désignant le moyen, l'instrument du procès] Synon. transpercer.C'étaient, je vous assure, de très « horrifiques » fantômes, qu'un personnage de la pièce traversait de son épée sans qu'ils donnassent le moindre signe d'émotion (Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 122).
1. P. anal. Se frayer un passage à travers un ensemble, de personnes ou de choses, qui représente un obstacle. Un émissaire qui arriva son habit déchiré tant il avait eu de peine à traverser la foule, apporta le bulletin de dépouillement du scrutin (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 189).Contre-attaque sur le fort dès le soir du 2, par un bataillon du 53erégiment qui doit traverser les barrages meurtriers (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p. 236).
2. Au fig. Aller, grâce à une opération mentale, au delà de quelque chose constituant un obstacle, une gêne. Je traverse les apparences, j'arrive à la couleur ou à la forme réelle, lorsque mon expérience est à son plus haut degré de netteté (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 367).
B. − [Le suj. désigne une chose] Un petit morceau de bois traversait le lobe de son oreille gauche; un autre était fiché à l'aile de la narine droite (Maran, Batouala, 1921, p. 118).
1. Empl. pronom. réciproque. On avait toujours admis comme géométriquement évident que deux courbes continues ne peuvent se traverser sans se rencontrer (Bourbaki, Hist. math., 1960, p. 164).
2. En partic.
a) [Le suj. désigne une arme, un projectile] Synon. perforer, transpercer.Rien n'ébranla le courage du duc. Un coup de lance traversa l'arçon de sa selle; un autre dérangea son armure (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 343).Un plomb lui avait traversé les chairs, et, sans mettre sa vie en péril, lui avait appris par là que l'homme était un danger (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 188).
b) [Le suj. désigne une substance fluide]
α) Synon. de s'infiltrer.[Le] « seuil d'élimination » (...) n'existe que pour certaines substances seulement, les autres traversant le rein quel que soit leur taux dans le sérum (Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p. 697).
β) Synon. de mouiller, tremper.La sueur qui perlait de son corps tout entier, traversant le vêtement de toile brune qu'il portait à même la peau, y faisait de larges taches humides (Mille, Barnavaux, 1908, p. 68).
À la forme passive. Une ondée tout inoffensive. Mon habit n'est pas traversé (A. France, Anneau améth., 1899, p. 90).
Empl. pronom. à valeur passive. Une toile de tente mouillée, c'est plus irritable qu'une peau fine. Vous y touchez du bout du doigt: à cet endroit là, elle se traverse et fait gouttière (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 9).
c) [Le suj. désigne une lumière, une source lumineuse ou radiante] Les rideaux de calicot blanc à bordure rouge étaient (...) complètement tirés devant les fenêtres, et le soleil, traversant la toile, jetait une lumière blonde sur le lambris (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 48).M. Bose, dont nous décrirons plus loin l'appareil si sensible, a cru observer que [les] radiations [électromagnétiques] traversaient les métaux (H. Poincaré, Théorie Maxwell, 1899, p. 60).
À la forme passive. Bourrasques traversées de coups de soleil (...) Cette folie du climat anglais (Maurois, Mes songes, 1933, p. 172).
d) [Le suj. désigne un son, une source sonore] Cri, gémissement, mélodie qui traverse la cloison, le mur. Tout d'un coup un appel traversa le bois, d'abord lointain, puis plus rapproché, celui d'une voix imitant le cri du coucou (Bourget, Disciple, 1889, p. 159).
C. − Au fig. [Le suj. désigne une réalité abstr.] Envahir, pénétrer au plus profond de.
1. [Dans un cont. métaph.; le compl. désigne une manifestation de l'esprit humain] Ce grand courant de familiarité dévote qui avait si souvent traversé le christianisme germanique (Pirro, J.-S. Bach, 1919, p. 45):
2. Faut-il se fier à quelques favorables présages? À ce souffle religieux, par exemple, qui traverse les œuvres récentes de quelques écrivains et que je retrouve jusque dans les feuilles éparses de la presse? Coppée, Bonne souffr., 1898, p. 119.
À la forme passive. Dans Le Retour au logis [de Fragonard], l'œuvre est traversée d'une pénétrante tendresse (Nolhac, Fragonard, 1931, p. 155).
2. [Le compl. désigne une pers., son intelligence, sa sensibilité] Synon. passer par l'esprit (v. passer11reSection I A 2 a ε).Un doute, une inquiétude, une supposition traverse (qqn). Le comte fronça le sourcil. Un soupçon venait de lui traverser l'esprit (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 417).Une idée seulement traversa (...) sa cervelle, mais qu'il ne put fixer, et dont il ne sentit que l'angoisse (Bernanos, Soleil Satan, 1926, p. 66).
III. − Disposer, mettre, placer de travers (par rapport à ce qui est considéré comme normal).
A. − Spécialement
1. ÉQUIT. Traverser un cheval. Lui déplacer latéralement les hanches ou les épaules, qui ne sont plus sur la même ligne (d'apr. Petiot 1982). Empl. pronom. réfl. Il n'était pas en selle que Cantaorc'était le nom de la bêtepiétinait, se traversait (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 413).
2. MAR. Traverser une ancre. ,,La relever lorsqu'elle est pendante et la saisir solidement à poste`` (Gruss 1978; dict. xixeet xxes.). Traverser la lame. ,,Faire route de manière à la couper de bout ou perpendiculairement à sa longueur`` (Bonn.-Paris 1859; ibid.). Traverser une voile. ,,[La] pousser (...) perpendiculairement à la route, à l'axe longitudinal`` (Merrien 1958; ibid.).
3. MENUIS. ,,Corroyer le bois en travers, dans le sens perpendiculaire aux fibres`` (Peyroux Techn. Métiers 1985).
B. − Au fig., vieilli. Se mettre en travers de, faire obstacle à la réalisation d'un projet, d'une action. Son or, pour traverser mes bontés paternelles, Soudoya des partis les trames criminelles (Legouvé, Mort Henri IV, 1806, i, 4, p. 349).
À la forme passive. Fabrice: À quand le mariage? Horace: À quand? Célie: Hélas! Fabrice; Comment? Notre amour serait-il traversé? Horace: Par mon père! (Augier, Aventur., 1848, p. 175).
REM.
Traversé, -ée, part. passé en empl. adj.,vieilli. [Corresp. à supra III B] Qui est soumis à une opposition, à des obstacles. [Consuelo] eut la pensée (...) de renoncer à une entreprise déjà si traversée, et qui avait failli lui devenir funeste (Sand, Consuelo, t. 2, 1842-43, p. 18).Ces hommes [les Shakespeare, les Molière etc.] ont des destinées diverses, traversées; ils souffrent, ils combattent, ils aiment (Sainte-Beuve, Portr. littér., t. 2, 1835, p. 2).
Prononc. et Orth.: [tʀavε ʀse], (il) traverse [-vε ʀs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xes. fig. « percer de part en part » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 338); 2. 1580 « se frayer un passage au travers » (Garnier, Antigone, éd. W. Foerster, III, p. 58); 1839 fig. « pénétrer subitement au plus profond de l'être » (Balzac, Béatrix, p. 201); 3. 1718 part. passé « avoir les vêtements mouillés jusqu'à la peau » (Ac.). B. 1. Ca 1100 traverser un pont (Roland, éd. J. Bédier, 2690); 2. ca 1140 « parcourir un espace d'un bout à l'autre » (Pélerinage Charlemagne, éd. G. Favati, 101); 3. 2emoit. du xiiies. « franchir dans le sens transversal quelque chose qui s'étend en longueur » (Gaufrey, 117 ds T.-L.); 4. a) 1580 (de choses sans mouvement) « s'étendre, s'allonger au travers de » (B. Palissy, Disc. admir., p. 180); b) 1583 (de choses mobiles) « se déplacer, aller à travers » (Garnier, Les Juifves, éd. W. Foerster, III, p. 163); 5. 1808 « se trouver dans une période caractérisée par un certain état » (Delille, Trois règnes, III ds Littré); 1839 traverser les âges (Lamartine, Recueillements poétiques, I, XXV (éd. Garnier, 1925) ds Rob. 1985). C. 1. 1174-76 fig. « faire obstacle, s'opposer à, empêcher » (Guernes de Pont-Sainte-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2363); 2. 1687 « mettre en travers en faisant obstacle » (Bossuet, Louis de Bourbon ds Littré); 3. 1694 traverser l'ancre (Corneille); 4. 1913 alpin. (Écho des Alpes, no12, déc., p. 530 ds Quem. DDL t. 27). D. Empl. pronom. 1. ca 1160 « aller au travers de » (Moniage Guillaume, 2084 ds T.-L.); 2. 1680 (en parlant d'un cheval) « jeter la croupe d'un côté, la tête d'un autre » (Rich.). Du lat. pop. traversare, lat. transversare « remuer en travers », de tranversus, v. travers. Fréq. abs. littér.: 10 093. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 12 975, b) 17 249; xxes.: a) 14 425, b) 13 932.
DÉR.
Traversable, adj.Susceptible d'être traversé. Il n'y a de tranquille et de traversable que l'Attique (Lamart., Corresp., 1832, p. 293).Lentement naissait et prenait corps une certaine chose grave, imprécise, d'immense hauteur au-dessus de la vie, devant quoi la mort elle-même paraissait secondaire et même traversable (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 313). [tʀavε ʀsabl̥]. 1reattest. 1819 (Boiste); de traverser, suff. -able*.
BBG.Quem. DDL t. 5, 27.

Traverser : définition du Wiktionnaire

Verbe

traverser \tʁa.vɛʁ.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se traverser)

  1. Passer à travers, d’un côté à l’autre.
    • Des trois bandes ou régions qui divisaient devant nous la plaine d’Athènes, nous traversâmes les deux premières, la région inculte et la région cultivée. — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, éd. Le Normant, 1811, p. 170)
    • Nous traversâmes un large guéret dont les mottes crevaient sous nos pas en poussière rouge ; […]. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Quatre ans auparavant, sur un yacht de vingt tonneaux, il avait traversé l’Atlantique de Nouvelle-Écosse à Cowes en vingt-deux jours, ce qui constitue un record pour une embarcation de ce tonnage. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le passage du crétacé inférieur à la craie se voit bien quand on traverse le Vallage, de Vouziers à Tourcelles-Chaumont par exemple. — (Charles Hyacinthe Chenet, Le sol et les populations de la Lorraine et des Ardennes, H. Champion, 1916, page 43)
    • Un léger souffle l'avertissait de ces présences. Geisha le comparait à ces vagues vents coulis traversant certaines pièces bien closes sans qu'on puisse découvrir d'où ils viennent. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 53)
  2. (Absolument) Changer de côté dans une rue, sur une route.
    • Quand il eut, non sans peine, repassé la barrière et qu’il se retrouva dans la rue, seul, sans gîte, sans toit, sans abri, chassé même de ce lit de paille et de cette niche misérable, il se laissa tomber plutôt qu’il ne s'assit sur une pierre, et il paraît qu’un passant qui traversait l'entendit s'écrier : – Je ne suis pas même un chien ! — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 1 ; 1862)
    • Place Charles-Surugue, des feldgendarmes apprennent aux Auxerrois à traverser dans les passages cloutés qu'ils semblaient ignorer. C'est une leçon de prévention routière avant la lettre. — (Robert Bailly, Les feuilles tombèrent en avril, Paris, Éditions sociales, 1977, page 69)
    • En vertu de cette règle, le conducteur d'un véhicule qui approche d'un passage pour piétons doit s'assurer de ce qu'aucun piéton ne se trouve sur le point de traverser (Pol. Ypres, 16 novembre 1999, Dr. circ., 2000, p. 121). — (Bernard Dewit, Circulation routière: Chronique de jurisprudence 1997-2004, Bruxelles : De Boeck & Larcier, 2006, page 91)
  3. Percer de part en part.
    • La pluie a traversé son manteau, ses habits.
    • Une balle lui a traversé le bras.
    • Au moment où Jean Valjean s’arrêta en face du lit, ce nuage se déchira, comme s’il l'eût fait exprès, et un rayon de lune, traversant la longue fenêtre, vint éclairer subitement le visage pâle de l’évêque. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 11 ; 1862)
  4. Être au travers de quelque chose.
    • Le soleil pâlit au milieu de son cours, et l'azur du ciel, traversé de bandes verdâtres, semble se décomposer dans une lumière louche et troublée. — (François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, livre dix-neuvième, volume 2, éd. Le Normant, 1809, p. 239)
    • Ces villages, cachés tous les deux dans des courbes de terrain, sont joints par un chemin d’une lieue et demie environ qui traverse une plaine à niveau ondulant, et souvent entre et s’enfonce dans des collines comme un sillon. — (Victor Hugo, Les Misérables, II, 1, 7 ; 1862)
    • […]; mais la lutte entre les Espagnols et les Flamands se rapproche des territoires que traverse la Dyle, et l’on enlève, une fois de plus, Marie-Marguerite de son monastère pour l’envoyer chez les chanoinesses de Nivelles. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  5. (Figuré) Passer à travers, passer par.
    • Cette pensée lui traversa l’esprit.
    • Mille pensées le traversaient, mais elles continuaient de le fortifier dans sa résolution. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 7, 3 ; 1862)
    • Le violent combat qui se livrait en lui depuis la veille n’était pas fini; et, à chaque instant, il en traversait quelque nouvelle péripétie. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 7, 7 ; 1862)
    • Il s’imagina que la comtesse Martin-Bellème lui découvrait des projets qu’elle voulait traverser. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 172)
  6. Susciter des obstacles pour empêcher le succès de quelque entreprise.
    • Traverser quelqu’un dans ses desseins.
    • Traverser un dessein.
    • Traverser une entreprise.
    • Vous [Mlle de Chartres] voyez, luy dit‐elle [Marie Stuart], que j’ay un mediocre pouvoir : Je ſuis ſi haïe de la Reine [Catherine de Médicis] & de la Ducheſſe de Valentinois [Diane de Poitiers], qu’il eſt difficile que par elles, ou par ceux qui ſont dans leur dépendance, elles ne traverſent toûjours toutes les choſes que je deſire — (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
  7. (Marine) Présenter le travers.
  8. (Pronominal) (Équitation) Se mettre de travers.
    • Ce cheval se traverse : Ses hanches et ses épaules ne sont point exactement sur la même ligne qu’il doit décrire.
    • Ce cheval se traverse des hanches ; cet autre se traverse des épaules.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Traverser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRAVERSER. v. tr.
Passer à travers, d'un côté à l'autre. Traverser une province. Traverser une forêt. Vous n'avez que la rue à traverser. Traverser une rivière à la nage. Il signifie encore Percer de part en part. La pluie a traversé son manteau, ses habits. Une balle lui a traversé le bras. Il signifie aussi Être au travers de quelque chose. L'allée qui traverse le jardin. La Seine traverse Paris. La grand route traverse son domaine. Il s'emploie aussi figurément et signifie Passer à travers, passer par. Cette pensée lui traversa l'esprit. Il traversait des heures pénibles. Il signifie encore Susciter des obstacles pour empêcher le succès de quelque entreprise. Traverser quelqu'un dans ses desseins. Traverser un dessein. Traverser une entreprise.

SE TRAVERSER signifie, en termes de Manège, Se mettre de travers. Ce cheval se traverse, Ses hanches et ses épaules ne sont point exactement sur la même ligne qu'il doit décrire. Ce cheval se traverse des hanches; cet autre se traverse des épaules. En termes de Marine, il signifie Présenter le travers.

Traverser : définition du Littré (1872-1877)

TRAVERSER (tra-vèr-sé) v. a.
  • 1Passer à travers, d'un côté à l'autre. Ainsi, au premier avis que le hasard lui porta d'un siége important, il traverse tout un grand pays, Bossuet, Louis de Bourbon. Nous allons traverser les sables de Libye, Boileau, Épît. I. D'une odieuse cour j'ai traversé la presse, Racine, Brit. V, 5. De Cédron avec lui traversant le torrent, Racine, Athal. III, 6. Tu n'as que la rue à traverser ; amène-la, si tu peux, avec toi, Brueys, Muet, II, 1. Comme ils n'imaginaient point qu'il fût possible de traverser les Palus Méotides, ils ne connaissaient point les Romains, Montesquieu, Rom. 17. Un homme traverse Paris et évite tous les embarras avec les mêmes précautions que s'il ne pensait qu'à ce qu'il fait ; cependant il est assuré qu'il était occupé de toute autre chose, Condillac, Conn. hum. II, 4.

    En termes de marine, traverser la lame.

  • 2Être en travers de quelque chose. Un chemin étroit traverse la forêt. Un ruisseau traverse la prairie. C'est partout des forts élevés et des forêts abattues qui traversent des chemins affreux, Bossuet, Louis de Bourbon. La ville est traversée par une petite rivière dont elle porte le nom, Saussure, Voy. Alpes, t. II, p. 176.
  • 3 Terme de marine. Traverser une ancre, c'est, après l'avoir montée au bossoir en la levant, coucher cette ancre le long du bord et l'y attacher.

    Traverser une voile, haler l'écoute de dessous le vent de cette voile, pour présenter au vent une plus grande partie de sa surface, afin de faire tourner plus aisément et plus vite le navire autour de son axe vertical.

  • 4Corroyer, scier ou raboter le bois en travers, dans sa largeur ; replanir un parquet ou un plancher.

    Se dit en parlant des labours croisés, c'est-à-dire qui coupent à angles droits les précédents.

    Traverser les queues, faire venir, au moyen des chardons, la laine aux endroits où une couverture était cousue.

    Chez les cartiers, séparer les coupeaux en divisant la feuille en quatre parties égales.

  • 5Percer de part en part. La pluie a traversé son manteau. Une balle lui a traversé le corps. Elle arme sa main pure et traverse le cœur, Le cœur du criminel qui ravit son bonheur, Voltaire, Scythes, V, 1.
  • 6 Fig. Passer à travers. Il traverse en tremblant ces effroyables scènes, Delille, Trois règnes, III. Traverser la vie : on ne traverse un chemin que dans sa largeur ; car y marcher dans sa longueur, c'est le suivre ; ainsi traverser est toujours faire un petit trajet ; quand on vit âge d'homme, on n'a point traversé la vie, on l'a parcourue ; l'expression était donc impropre ; on ne pourrait dire que d'un enfant mort au berceau, qu'il a traversé la vie, Genlis, Mém. t. V, p. 95, dans POUGENS.
  • 7 Fig. Traverser l'esprit, se présenter rapidement à l'esprit. Dieu sait si ce propos me traversa l'esprit, Régnier, Sat. VI. Cette réflexion traversait légèrement mon esprit, Staël, Corinne, XII, 1.

    Traverser le cœur, causer une angoisse. Vous me manquez partout, et tout ce qui me fait souvenir de vous me traverse le cœur, Sévigné, 30 déc. 1671.

  • 8 Fig. Susciter des obstacles, des embarras. Le cardinal de Richelieu était persuadé qu'elle avait traversé l'inclination qu'il avait pour la reine, Retz, Mém. t. I, liv. I, p. 13, dans POUGENS. Oui, je tiens que jamais, de tous ces vains propos, On ne doit d'un mari traverser le repos, Molière, Tart. III, 5. Cette nouvelle lumière [venue de Dieu] lui donne [à l'âme] de la crainte, et lui apporte un trouble qui traverse le repos qu'elle trouvait dans les choses qui faisaient ses délices, Pascal, Convers. du péch. J'ai fait un mystère [de ma joie], afin de ne point donner d'envie à la fortune de me traverser, Sévigné, 8 août 1685. L'Église est étrangère et errante sur la terre, où elle vient recueillir les enfants de Dieu sous ses ailes, et le monde ne cesse de traverser son pèlerinage, Bossuet, le Tellier. La promptitude de son action ne donnait pas le loisir de la traverser, Bossuet, Louis de Bourbon. Ainsi par le destin nos vœux sont traversés, Racine, Brit. III, 8. Personne ne se met en tête de traverser son bonheur, Hamilton, Gram. 10. Alcibiade… avait fait tous ses efforts pour traverser le traité qui venait de se conclure entre les deux peuples [Athènes et Sparte], Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 601, dans POUGENS. Les courtisans ne pensent pas à nuire à ceux qui ne peuvent les traverser, et font quelquefois gloire de les obliger, Duclos, Consid. mœurs, 11.
  • 9 V. n. Être en travers. Une pièce d'assemblage qui traverse.
  • 10Se traverser, v. réfl. Être franchi. Cette rivière ne se peut traverser à gué.
  • 11 Terme de manége. Ce cheval se traverse, ses hanches et ses épaules ne sont pas exactement sur la même ligne. Ce cheval se traverse des hanches, cet autre se traverse des épaules.
  • 12 Terme de marine. Un navire se traverse, quand il présente le côté.
  • 13Se faire obstacle l'un à l'autre. La jalousie des ministres toujours prêts à se traverser les uns les autres, et à tout immoler à leur ambition, Bossuet, Polit X, III, 3.

HISTORIQUE

XIe s. [Ils] Passent dix portes, traversent quatre punz, Ch. de Rol. CXC.

XIIe s. E quant li arcevesques comença à parler, E sa cause en latin gentement à mustrer, Cil le comença lues [aussitót] partut à traverser, Th. le mart. 57. Parmi Provence li marchis se traverse, Moniage Guillaume, v. 2116.

XIIIe s. Ici traverse [change] l'aventure ; Dont ert soés, et ore est dure, Partonop. V. 3303. Une femme vieille qui traversoit parmi la rue, et portoit par sa main destre une escuellée pleine de feu, Joinville, 258.

XIVe s. Telz cuide aler la voie et le chemin plus grant, Qui va hors du chemin par les champs traversant, Guesclin. 18287. Ouquel lieu le suppliant eust trouvé compaignons jouans aux grosses boules, et là, lui estant abuvré de vin, se feust mis à traverser [parier] pour un petit blanc contre un autre, Du Cange, transversare. Si avons encontré deus hommes Qui nostre chemin traverssoient, Jean de Condé, t. III, p. 69.

XVIe s. Et, en grande diligence, transversa les maraiz, Rabelais, Garg. I, 47. Ils traverserent les Espaignes, la Gaule, l'Italie, jusques en la Grece, Montaigne, I, 231. Tant de difficultez luy traversent la voye, qu'elle l'esgarent et l'enyvrent, Montaigne, IV, 236. Je crois que vous avez l'ame de quelque massoret traversée [transfuse] au corps, voire et du plus subtil, Yver, p. 555. Il leur prit envie de traverser à nage la riviere, qui estoit roide et fort profonde, Amyot, Publ. 35. Il se retira dedans Carthage la nuefve, là où il monta sur la mer ; et de là traversa en Afrique, Amyot, Sert. 10. Les barbares avoient remparé un long espace de l'autre rive, avec force arbres, grands et gros, traversez en croix, Amyot, Pomp. 53. Quand ilz furent à l'endroit d'une rue traversante qui alloit à la prison…, Amyot, Agis et Cléom. 20. Poltrot l'attend [le duc de Guise] dans le chemin qui traverse auprès d'Olivet, D'Aubigné, Hist. I, 180.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Traverser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRAVERSER, v. act. (Gram.) passer au milieu, ou aller au-delà de quelque chose. On traverse la riviere à la nage, on traverse une contrée en poste. Ce trou traverse toute cette épaisseur ; la pluie a traversé ses habits. Voyez d’autres acceptions du même mot aux articles suivans.

Traverser, (Marine.) c’est présenter le côté.

Traverser l’ancre, (Marine.) c’est mettre l’ancre le long du côté du vaisseau, pour la remettre en sa place.

Traverser la lame, (Marine.) c’est aller de bout à la lame.

Traverser la misaine, (Marine.) c’est haler sur l’écoute de misaine, pour faire entrer le point de la voile dans le vaisseau, afin de le faire abattre lorsqu’il est trop près du vent.

Traverser, terme de Manege ; ce mot se dit d’un cheval qui coupe la piste de travers, qui jette sa croupe d’un autre côté que sa tête. On dit aussi qu’un cheval se traverse en reculant, quand il ne recule pas aussi droit qu’il a avancé. (D. J.)

Traverser du bois, v. act. terme de Menuisier ; c’est le raboter ou rifler sur la largeur, avant que de le dresser de fil. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « traverser »

Étymologie de traverser - Littré

Travers ; provenç. traversar ; cat. travessar ; espagn. travesar ; ital. traversare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de traverser - Wiktionnaire

Du latin transversare, puis traversare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « traverser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
traverser travɛrse play_arrow

Conjugaison du verbe « traverser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe traverser

Citations contenant le mot « traverser »

  • L'effondrement du trafic aérien a fait plonger Airbus dans le rouge au premier semestre, reflétant la division par deux de ses livraisons d'avions, mais l'avionneur s'estime désormais en ordre de bataille pour traverser la crise provoquée par le coronavirus. La Tribune, Airbus plonge dans le rouge mais se dit prêt pour traverser la crise
  • La traverse de la piste cyclable l’Estriade sur la route 112 est maintenant située dans une zone où la limite de vitesse a été abaissée à 50 km/h. La signalisation en place depuis le 20 juillet accorde désormais une priorité aux piétons pour traverser la route provinciale, ce qui n’était pas le cas auparavant. La Voix de l’Est, Traverse sur la route 112: à qui la priorité? | Actualités | La Voix de l’Est - Granby
  • Ces morts s’ajoutent à ceux qui périssent ensuite en Méditerranée dans leur tentative de gagner l’Europe. Ils étaient plus de 1 200 en 2019, selon l’Organisation internationale des migrations (OIM). Près d’un tiers des migrants meurt en tentant de traverser le Sahara. Les autres périssent dans le sud de la Libye ou le long de la route ouest-africaine incluant Bamako, au Mali, et Agadez, au Niger. Le Monde.fr, Traverser l’Afrique jusqu’aux côtes méditerranéennes, le calvaire des migrants
  • On affirme, en Orient, que le meilleur moyen pour traverser un carré est d'en parcourir trois côtés. De Thomas Edward Lawrence / Les sept piliers de la sagesse
  • Si vous rentrez dans un mur, n’abandonnez pas. Trouvez un moyen de l’escalader, le traverser, ou travaillez autour. De Michael Jordan / I Can't Accept Not Trying
  • Va donc d’instant en instant comme on improvise un chemin de rocher en rocher pour traverser le torrent. De Benjamin Kunkel / Indécision
  • Vous pouvez obliger un âne à traverser l’eau, mais vous ne pouvez pas l’obliger à en boire. De Proverbe créole
  • Il est plus facile de marcher sur les flots avec le Christ que de traverser la vie avec un éditeur. De Antoine de Rivarol
  • Un pessimiste est un type qui regarde des deux côtés avant de traverser une rue à sens unique. De Laurence Peter
  • Les bons conseils pénètrent jusqu'au coeur du sage ; ils ne font que traverser l'oreille des méchants. De Proverbe chinois
  • Ecrire c'est traverser une saison qui n'est sur aucun calendrier. De Françoise Lefèvre / Souliers d'automne
  • La jeunesse, c'est ce qu'il y a de plus difficile à traverser. De Mia Riddez et Louis Morisset / Rue des pignons
  • Ne repoussez pas du pied la pirogue qui vous a aidé à traverser la rivière. De Proverbe malgache
  • Le courage, c'est de traverser tout nu un village de cannibales. De Louis-Léonard Levinson
  • Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières. De Proverbe chinois
  • Il faut être nomade, traverser les idées comme on traverse les villes et les rues. De Francis Picabia / Ecrits II
  • La passion reste en suspens dans le monde, prête à traverser les gens qui veulent bien se laisser traverser par elle. De Marguerite Duras / L'Amant
  • On ne monte pas au ciel sans traverser des nuées. De André Binet

Images d'illustration du mot « traverser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « traverser »

Langue Traduction
Corse francà
Basque zeharkatu
Japonais 横切ること
Russe пересечь
Portugais atravessar
Arabe لكي اعبر
Chinois 跨越
Allemand kreuzen
Italien attraversare
Espagnol atravesar
Anglais to cross
Source : Google Translate API

Synonymes de « traverser »

Source : synonymes de traverser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires