La langue française

Déférer

Définitions du mot « déférer »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFÉRER1, verbe trans.

A.− DR. Porter une affaire, traduire un accusé devant la juridiction civile ou ecclésiastique compétente. Déférer au Conseil d'État, aux tribunaux :
Peut-on, quand le général de Pellieux conclut au non-lieu, sans avoir examiné les documents accusateurs, déférer un officier au conseil de guerre parce qu'il le demande? Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. 56.
Déférer le serment à qqn. Lui demander de prêter serment à l'appui de ce qu'il avance pour se justifier et s'en rapporter à ses déclarations ainsi faites. Comme le juge n'avait pas d'autre preuve, il a déféré le serment à Schmoûle (Erckm. Chatr., Ami Fritz,1864, p. 134).
P. ext., vieilli. Dénoncer à une autorité. Le Brabançon déféra sur-le-champ la connaissance de ce fait à Louis XI (Balzac, Maître Cornélius,1831, p. 219).Déférer au nouveau pape (...) quelques propositions scandaleuses (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 368).
B.− Vieilli. Décerner une dignité, un honneur. On proposa de déférer la couronne à Wladislas (Mérimée, Les Faux Démétrius,1853, p. 383).
P. anal. Déférer une succession à qqn. Déclarer qu'elle lui revient, la lui attribuer. Les comités avaient déféré sa succession à un avocat de Toulouse (Vogüé, Morts,1899, p. 99).
Prononc. et Orth. : [defeʀe], (je) défère [defε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. : change [e] fermé (é accent aigu) en [ε] ouvert (è accent grave) devant syll. muette sauf au fut. et au cond. je déférerai(s). Homon. défère/défaire; défère/déferre (de déferrer). Étymol. et Hist. Cf. déférer2.

DÉFÉRER2, verbe intrans.

Déférer à.Se conformer au désir, explicite ou implicite, de quelqu'un par respect pour lui; lui céder par égard pour son âge ou sa qualité. Déférer à l'âge, à la dignité, au mérite, à la qualité de quelqu'un (Ac.1798-1932) :
1. ... Maltère, que révoltait tout respect imposé, déférait au contraire, très profondément à ceux qu'il appelait sa famille intellectuelle... Barrès, L'Ennemi des Lois,1893, p. 35.
2. Le spécialiste vint avec sa trousse chargée de tous les rhumes de ses clients, comme l'outre d'Éole. Ma grand' mère refusa net de se laisser examiner. Et nous, gênés pour ce praticien qui s'était dérangé inutilement, nous déférâmes au désir qu'il exprima de visiter nos nez respectifs, lesquels pourtant n'avaient rien. Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 324.
Prononc. et Orth. Cf. déférer1. Étymol. et Hist. A. 1282 deferrier de qqc. à (qqn) « s'en remettre à (quelqu'un pour quelque chose) » (Gouvernement des rois, 219, 4 ds T.-L. : Ainz doit l'en mult deferrier de lor norriçon au jugement de lor mestre). B. 1. 1541 « attribuer (une cause à une juridiction) » (Calv., Instit., 1088 ds Littré); 1559 « accuser quelqu'un » deferez ou soupeconnez (Amyot, Alc., 3, ibid.); 2. 1541 « conférer un titre, une dignité à quelqu'un (ici de l'honneur) » (Calvin, op. cit., 899, ibid.); 1559 deferer à « avoir de la déférence, du respect pour » (Amyot, Aristide, 25 ds Hug.); 1690 part. prés. adj. « qui montre des égards à l'égard de quelqu'un » homme deferent (Fur.), forme deferant concurremment dep. Ac. 1694; av. 1715 « qui marque de la déférence » ton déférant (Fénelon ds Guérin). Empr. au lat. class. deferre « porter de haut en bas » fig. « présenter, accorder » en partic. « dénoncer, porter plainte en justice ».
STAT. − Déférer1 et 2. Fréq. abs. littér. : 118.

Wiktionnaire

Verbe

déférer \de.fe.ʁe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Transitif) Décerner une des dignités, un des honneurs dont un état ou un corps dispose en faveur d’une personne.
    • Les romains ont déféré les honneurs divins à la plupart des empereurs. Le peuple romain déféra avant l’âge le consulat à Scipion et l’honneur du triomphe à Pompée.
    • Les cardinaux lui déférèrent le pontificat.
  2. (Transitif) (Droit) Traduire devant une autorité, un tribunal.
    • En résumé le livre de M. Baudelaire est une de ces publications malsaines, profondément immorales qui sont appelées à un succès de scandale. Proposition de le déférer au Parquet. — (Rapport de la Direction Générale de la Sûreté publique du 7 juillet 1857, au Ministre de l’Intérieur)
  3. (Intransitif) Accorder par respect quelque chose à quelqu’un.
    • Déférer au jugement, à l’avis de quelqu’un.
    • Or, tes parents sont des lâches. Ils défèrent au mensonge de la Patrie et permettent sans horreur que tu t’en ailles « sous les drapeaux ». — (Laurent Tailhade, Discours pour la Paix, Lettre aux conscrits, L’Idée libre, 1928, p. 21-30)
    • D’ailleurs,je suis sûre que, dans votre for intérieur, vous partagez mon avis et que seule la crainte de paraître ridicule en ces temps d’immoralité, vous empêche de déférer au légitime désir de Monique. — (Exbrayat, Au « Trois cassoulets », Le Masque, Librairie des Champs-Élysées, 1971, page 14)
    • […] Édith avait prié sa cousine d’aller lui chercher un livre. Imprudence fatale ! Ilona déféra à ce désir innocent. — (Stefan Zweig, trad. Alzir Hella (2002), La pitié dangereuse, Grasset, Paris, 1939, page 377)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFÉRER. v. tr.
Décerner une des dignités, un des honneurs dont un État ou un corps dispose en faveur d'une personne. Les Romains ont déféré les honneurs divins à la plupart des empereurs. Le peuple romain déféra avant l'âge le consulat à Scipion et l'honneur du triomphe à Pompée. Les cardinaux lui déférèrent le pontificat. Il signifie aussi, en termes de Jurisprudence, Traduire devant une autorité, un tribunal. Déférer quelqu'un en justice, à la justice. Cet ouvrage fut déféré à la Cour de Rome. Déférer le serment à quelqu'un, Lui demander d'affirmer par serment ce qu'il prétend être vrai. Il s'emploie souvent comme verbe intransitif et alors il signifie Accorder par respect quelque chose à quelqu'un. Déférer à quelqu'un. Déférer au jugement, à l'avis de quelqu'un. Par extension, Déférer à l'âge, à la dignité, à la qualité, au mérite de quelqu'un.

Littré (1872-1877)

DÉFÉRER (dé-fé-ré. La syllabe fé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je défère, excepté, suivant la règle anomale de l'Académie, au futur et au conditionnel : je déférerai, je déférerais) v. a.
  • 1Accorder, en parlant d'honneurs, de dignités. … Pour le peu de temps qu'il [ce grade] pourra vous durer, Il me coûtera peu de vous le déférer, Corneille, Sertor. V, 4. Et l'honneur souverain qu'ici je vous défère, Corneille, Nicom. II, 3. Quelques titres nouveaux que Rome lui défère, Néron n'en reçoit point qu'il ne donne à sa mère, Racine, Brit. I, 1. Il défère le commandement de l'armée à Polymène, Fénelon, Tél. XII. Viens, tu vois des ingrats, mais Rome te défère Les noms, les sacrés noms de père et de vengeur, Voltaire, Catil. V, 2.
  • 2Porter devant une juridiction. Les rois déféraient au peuple le jugement souverain, Bossuet, Hist. III, 6.
  • 3Traduire devant un tribunal, devant un juge. Il était arrêté prisonnier, parce que deux témoins l'avaient déféré, Vaugelas, Q. C. liv. I, ch. 1. Il défère son ennemi en évitant le nom odieux d'accusateur, Guez de Balzac, 5e Disc. sur la cour. Vous êtes obligés de déférer cet impie au parlement, Pascal, Prov. 16. L'Église procédant au jugement de ceux qui lui étaient déférés, Bossuet, Lett. 53. Pourquoi donc au sénat ne pas me déférer ? Voltaire, Catil. II, 3. Allons, dites-moi sans façon tout ce que vous pensez ; je vous promets de ne vous point battre et de ne vous point déférer au sacrificateur de Cérès, Voltaire, Dial. 29. Autant il faut de soins, d'égards et de prudence Pour ne point accuser l'honneur et l'innocence, Autant il faut d'ardeur, d'inflexibilité Pour déférer un traître à la société, Gresset, Méchant, V, 4.

    On dit dans le même sens déférer un acte, un livre, etc. Ce décret [du pape Honorius] y fut déféré [au 6e concile général], et, après avoir été lu et examiné, il fut condamné comme contenant l'hérésie des Monothélites, Pascal, Prov. 17. J'ai été un peu émerveillé que M. Séguier, ci-devant avocat général, fût venu me voir à Ferney pour me dire qu'il serait obligé de déférer l'Histoire du parlement et que Messieurs le pressaient fort, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 12 mai 1772.

    Déférer le serment à quelqu'un, s'en rapporter à ce qu'il témoigne sous serment. Le serment lui fut déféré, Patru, Plaidoyer 13, dans RICHELET. Platon dit que Rhadamante expédiait les procès, déférant seulement le serment sur chaque chef, Montesquieu, Espr. XIX, 22.

  • 4Déférer quelque chose à quelqu'un, le lui céder par condescendance. Sire, voyez César, forcez-vous à lui plaire, Et, lui déférant tout, veuillez vous souvenir Que les événements règleront l'avenir, Corneille, Pomp. II, 4.

    Vieilli en cet emploi.

  • 5 V. n. Condescendre, céder par respect. Déférez à l'ardeur de mon mal furieux, Régnier, Élég. 2. Je défère tant à votre jugement que je ne veux plus avoir mauvaise opinion de moi, Guez de Balzac, liv. I, lett. 4. Ces personnes à qui je défère, Descartes, Méth. 6. Que d'un si grand coup mon esprit abattu Défère à ses malheurs plus qu'à votre vertu, Corneille, Théod. III, 3. À vous moins déférer je croirais faire un crime, Corneille, Agésil. V, 3. Je vous défère assez pour n'en vouloir rien lire, Corneille, ib. V, 7. Encore à la nature Étéocle défère, Il se laisse gagner aux plaintes de ma mère, Rotrou, Antig. II, 2. … mes desseins pour elle, aux vôtres préférés, Sont ces puissants respects à qui vous déférez, Rotrou, Vencesl. III, 2. Ce ne sont point ici des choses où les enfants soient obligés de déférer aux pères, Molière, Avare, IV, 3. Ce n'est pas à mon cœur qu'il faut que je défère Pour entrer sous de tels liens, Molière, Psyché, I, 3. Ne devrait-il pas déférer aux anciennes lois de l'Église ? Pascal, Prov. 6. Quelqu'un se distingue ou par une plus grande vivacité, ou par une meilleure disposition du corps… les autres lui défèrent, La Bruyère, XI. C'est enfin de la même manière que je juge des facultés et des actions de mes semblables et que je défère au témoignage qu'ils me rendent en tel ou tel cas particulier, Bonnet, Œuvres, Mél. t. XVIII, p. 351, dans POUGENS.
  • 6Se déférer, être déféré, accordé. Les récompenses qui se défèrent à ceux qui les méritent.

HISTORIQUE

XVIe s. La loy defere aux prestres levitiques le jugement de lepre, Calvin, Instit. 1088. Ils lui deferoyent volontiers autant d'honneur qu'ils pouvoyent, Calvin, ib. 899. L'on jetta en prison tous ceulx qui furent en sorte quelconque deferez ou souspeçonnez, Amyot, Alc. 3. Thessalus a deferé et defere Alcibiades, d'avoir forfaict contre Cerès, Amyot, ib. 41. Platon luy defere tant, que, de tous ceulx qui ont esté beaucoup estimez et renommez à Athenes, il ne fait compte que de luy seul, Amyot, Arist. 63. Et comme Lucius le niast, Caton luy defera le serment qu'il jurast publiquement, ce dont il le chargeoit n'estre pas veritable, Amyot, Caton, 34. Mithridates marchoit après luy et se demettoit voluntairement au second lieu, en luy deferant, comme à son superieur, Amyot, Sertor. 36. Les Lacedemoniens croyent et deferent beaucoup à leurs femmes, Amyot, Agis et Cléom. 9. Je luy eusse deferé et remis ma charge entre les mains, Carloix, X, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déférer »

(XIVe siècle) Du latin deferre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. deferre, transporter, décerner, ac corder, et, de là, dans le français, le verbe étant pris absolument, le sens d'avoir de la déférence.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « déférer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déférer defere

Évolution historique de l’usage du mot « déférer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déférer »

  • Le ministre libanais de l'Intérieur Mohammad Fahmi a proposé vendredi soir de "déférer en justice ceux qui ferment des routes", après une nouvelle journée de colère dans l'ensemble du pays, qui traverse sa plus grave crise économique, financière et monétaire depuis 30 ans. L'Orient-Le Jour, Fahmi propose de ''déférer en justice ceux qui ferment des routes'' - L'Orient-Le Jour
  • Le ministère de l'Education a fait déférer devant les tribunaux administratifs 35 municipalités qui refusaient de rouvrir leurs écoles, malgré le déconfinement scolaire débuté le 11 mai. lejdd.fr, INFO JDD. 35 communes devant la justice pour ne pas avoir rouvert leurs écoles
  • Depuis le 5 mars, le club savait qu’il n’échapperait pas à des pénalités. Ce jour-là, l’enquêteur principal de l’ICFC avait décidé de déférer son cas à la chambre de jugement. Motif : « L’Olympique de Marseille, actuellement soumis au régime d’un accord de règlement, n’a pas respecté les conditions qui y étaient fixées pour la saison 2019/20. » www.lamarseillaise.fr, L’UEFA fair-play avec l’OM
  • A travers celle-ci, il explique qu’il « n’entend pas déférer à cette mise en demeure » et ce pour plusieurs raisons. Parmi elles, l’élu évoque « les cas de Covid-19 qui repartent à la hausse en Meurthe-et-Moselle et en Meuse », mais aussi le « risque important pour le personnel et les enfants. » , Le préfet de Moselle exige la réouverture des écoles à Hayange, le maire RN refuse | Lorraine Actu
  • C’est l’acception moderne de la théorie dite des «baïonnettes intelligentes» qui permettait aux exécutants d’un ordre manifestement illégal de ne pas y déférer sans attendre qu’une autorité supérieure, à supposer qu’elle existât, ne l’autorise.L’exercice de ce droit présente donc un caractère d’immédiateté dans sa mise en œuvre justifié par l’imminence du danger. On comprendra aisément que face à un incendie, il faille une réaction rapide. Les Echos, Opinion | Droit de retrait : stop aux abus ! | Les Echos
  • Elle avait été entendue libre mercredi et convoquée jeudi matin au commissariat d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). "Comme elle ne s'est pas rendue à la convocation jeudi matin, des policiers sont allés la chercher chez elle pour la placer en garde à vue avant de la déférer au parquet", a précisé une source proche de l'enquête. , Faits-divers - Justice | Femme enceinte violemment interpellée : elle reconnaît avoir mordu un agent
  • Lors de cette même interview, le ministre libanais de l'Intérieur a proposé de "déférer devant la justice ceux qui ferment des routes", après plusieurs jours de colère dans le pays, qui traverse sa plus grave crise économique, financière et monétaire depuis 30 ans. "Les blocages de routes entrent, comme les atteintes aux biens publics et privés, dans la catégorie des actes de subversion car ils s'en prennent directement au citoyen", a-t-il déclaré , appelant le Premier ministre Hassane Diab à convoquer une séance du Conseil supérieur de défense "pour prendre la décision de déférer devant la justice ceux qui ferment des routes, si l'on ne veut pas utiliser la force". L'Orient-Le Jour, J'ai tué deux miliciens pendant la guerre et Michel Aoun m'a protégé, dit Fahmi à la télévision - L'Orient-Le Jour
  • Pour apprécier le caractère fautif du refus de l’avocat de déférer à la commission d’office, il incombe au juge disciplinaire de procéder lui-même à l’examen des motifs d’excuse ou d’empêchement invoqués par ce dernier. , Refus de l’avocat de déférer à une commission d’office et appréciation de la faute - Déontologie | Dalloz Actualité

Traductions du mot « déférer »

Langue Traduction
Anglais refer
Espagnol referir
Italien fare riferimento
Allemand verweisen
Chinois 参考
Arabe أشير
Portugais referir
Russe обращаться
Japonais 紹介する
Basque erreferentzia
Corse riferite
Source : Google Translate API

Synonymes de « déférer »

Source : synonymes de déférer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déférer »

Déférer

Retour au sommaire ➦

Partager