Petit : définition de petit


Petit : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PETIT, -ITE, adj., subst. et adv.

I. − Adjectif
A. − [Dans l'ordre quantitatif]
1. [Dans le domaine de l'espace] Qui est d'une taille inférieure à la moyenne.
a) [En parlant d'un animé]
α) [En parlant d'un homme ou d'une femme]
[En fonction d'attribut] Les abbés étaient petits, trapus, rondelets (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p.367).Au physique, papa était petit, étroit de poitrine, un peu voûté, accablé par le poids de ses moustaches (H. Bazin, Vipère,1948, p.38).
[Postposé à un subst.] C'était un homme petit, assez sec, à la moustache en brosse noire, nette, sur une lèvre qui se retroussait (Aragon, Beaux quart.,1936, p.207).
[Antéposé à un subst., petit peut conserver sa valeur quantitative, mais il s'y adjoint une valeur qualitative] Une petite vieille; un petit vieux. Le mathématicien Briot, un petit bonhomme pincé prétentieux (Goncourt, Journal,1864, p.107).Le notaire était un petit homme tout rond, rond de partout (Maupass., Bel-Ami,1885, p.317).Petit bonhomme*.
Le Petit Caporal*, le Petit Tondu*.
[Suivi d'une sub. de compar.] Le père Gladis, petit comme un gnome des légendes et qui chantait alors de tout coeur: «Vive Henri IV!...» (Adam, Enf. Aust.,1902, p.182).
[Dans un syst. comparatif] Aussi, plus petit que. Cent millions de fois plus petit qu'un moustique! (Pagnol, Fanny,1932, III, 7, p.195).
[Précédé d'un adv. d'intensité] Assez, plutôt, très petit. La dernière balise est dépassée maintenant et, sur la côte grise, les tourelles blanches des phares, toutes petites, sont à peine visibles (Coppée, Bonne souffr.,1898, préf., p.56).
Se faire (tout) petit. Se tasser sur soi-même pour s'efforcer de réduire sa taille. Ils se font tout petits, ils se roulent en boule dans la paille et sous les couvertures (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p.70).Au fig. Éviter de se faire remarquer, se faire humble. Il faut que je me fasse toute petite, et toute pure grâce à la communion, pour qu'il ne me rejette pas (Larbaud, F. Marquez,1911, p.110).
β) [En parlant d'un animal] Un petit chien, de petits insectes, de petits oiseaux. Sale petite bête, vilain petit moustique (Vercors, Sil. mer,1942, p.52):
1. Au lieu de mes gros bons chevaux tranquilles d'autrefois, de petits chevaux arabes qui ont le diable au corps, se battent, se mordent, dansent en courant comme des chèvres, et me brisent mes brancards à coups de pieds... A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p.105.
Au fig. Chercher la petite bête*.
b) [En parlant d'un végétal] Petite herbe, petite fleur, petit arbre. Des petits radis roses (Karr, Sous tilleuls,1832, p.231).
Au fig. La petite fleur bleue*.
En partic. [Dans la dénom. de certains végétaux par rapport à une espèce plus grande] Petite bardane (v. lampourde), petite ciguë, petit cyprès (v. aurone), petit houx*, petit if (v. ive).
Petits pois. Pois verts à écosser. Petits pois en conserve; petits pois à l'étuvée, cuisinés; écosser des petits pois. En promenade, elle pille les cerisiers et les petits pois crus (Goncourt, Journal,1864p.56).
c) [En parlant d'un inanimé (en prenant en compte ses dimensions: longueur, hauteur, surface ou volume)]
[En fonction d'attribut] La maisonnette que nous habitons est petite, mais charmante (Reybaud, J. Paturot,1842, p.451).
[En fonction d'épithète, petit est gén. antéposé] Un petit caillou, un petit chemin, un petit mur, une petite maison. Deux petites bottines d'enfant (Amiel, Journal,1866, p.236):
2. C'était pendant l'été de 1845, dans le jardin sous la tonnelle. Pécuchet, un petit banc sous les pieds, lisait tout haut de sa voix caverneuse, sans fatigue, ne s'arrêtant que pour plonger les doigts dans sa tabatière. Flaub., Bouvard,t.1, 1880, p.121.
[Petit forme une lexie désignant une chose ou un lieu qui, par ses dimensions réduites, peut s'opposer à un(e) autre (souvent dans un lang. techn.)] Petit bleu*, petit bois*, petit caractère*, petite capitale*, petit coin*, petite cuiller*, petit déjeuner*, petit doigt*, petit écran*, petit endroit*, petit fer*, petite flûte*, petit four*, petit noir*, petite note*, petit pain*.
Être dans ses petits souliers. V. soulier.
Proverbe. [Pour suggérer que de petites causes accumulées peuvent avoir de grands effets] Les petits ruisseaux font de grandes rivières. Je ne peux rien faire en une heure, ni en un jour ni en deux; et il n'est pas vrai pour moi que les petits ruisseaux fassent les grandes rivières. Un mois! il me faudrait un mois (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1896, p.276).
2. [Dans le domaine du temps]
a) Qui n'a pas atteint sa pleine croissance, qui est encore jeune.
[En parlant d'un enfant] Petit diable*, petit garçon*, petite fille*, petit chanteur*, petit rat*, petit gamin, petit gosse. Mais quand j'étais petit, ce portrait me donnait l'idée d'un homme avancé en âge (A. France, Crainquebille,Cravate, 1904, p.130).Les premiers pas d'un petit enfant (Gide, Journal,1943, p.250):
3. Les petits Savoyards sont de retour, et déjà leur cri interroge l'écho sonore du quartier; comme les hirondelles précèdent le printemps, ils précèdent l'hiver. Bertrand, Gaspard,1841, p.189.
Petit frère, petite soeur. Enfant le plus jeune par rapport à un autre membre de la phratrie. Synon. cadet.Une de ses amies (...) venait d'avoir un petit frère (Simenon, Vac. Maigret,1948, p.136).
[Devant un prénom] La petite Sûzel... la fille de ton fermier (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p.214).La petite Luce n'est pas du tout de cet avis! Elle prend son paquet d'un air penaud et s'en va tristement avec la grande Anaïs dans la chambre (Colette, Cl. école,1900, p.182).
[Devant un nom de famille, pour désigner l'enfant d'une famille donnée] Sa modeste ambition et (...) son espoir de finir ses jours par une belle soirée d'automne, à l'ombre des acacias qu'il avait plantés, entouré de deux ou trois générations de petits Benoîts (Sue, Atar-Gull,1831, p.9).On alla chercher rue de la Source les deux petites Chappuy, Marthe et Louise (Gyp, Souv. pte fille,1928, p.91).
Petit nègre*.
P. méton. Qui concerne l'enfance ou les enfants. Petite communion, petit séminaire*.
Petite enfance. Premières années de la vie, premier âge. Nous sortions toujours en nous tenant par la main depuis notre petite enfance (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p.88).
Petit lycée. Lycée d'enseignement court. Charles Schweitzer musela ses rancunes et me fit inscrire au petit lycée Henri IV en qualité d'externe (Sartre, Mots,1964, p.183).
[En parlant d'un animal] Petit chien, petit lapin. Le petit chat met ses pattes sur ses oreilles (Prévert, Paroles,1946, p.124).
Proverbe. [P. allus. aux vers de La Fontaine (Le Petit poisson et le pêcheur, livre V, fable III), suggérant que, la Providence aidant, toutes les créatures jeunes sont appelées à grandir] Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie.
[En parlant d'un végétal] Petite bouture, petite pousse. Des herbes folles, et même de petits arbrisseaux (Gracq, Syrtes,1951, p.25).
Région. (Suisse). Petits fruits. ,,Baies, fruits sauvages ou cultivés, tels que groseilles, framboises, myrtilles, etc`` (Pidoux, Le Langage des Romands, 2eéd., Lausanne, Ensemble, 1984).
b) De faible durée. Petit délai, petit moment, petit séjour, petit tour; petite étape, petite promenade. Ce petit moment passé, nous commençâmes une conversation plus cordiale (Florian, Fables,1792, p.7).Ils se recouchèrent et firent encore un petit somme (Triolet, Prem. accroc,1945, p.255).
RELIG. Petites heures (v. heure), petit office*.
3. [Dans le domaine du nombrable, du mesurable]
De faible quantité. Petit besoin*, petit verre*. La comtesse croyait que son mari capitalisait sa fortune, et que le petit volume de billets qui la représentait serait dans une cachette, chez un notaire, ou peut-être à la Banque (Balzac, Gobseck,1830, p.426).Je lis à petite dose, à haute voix avec ma femme, Henri Brulard (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1899, p.345).
[P. méton., en parlant d'une pers. qui est modérée dans certaines formes de plaisirs ou de loisirs] Petit fumeur, petit joueur. Petit buveur, il ne vidait jamais complètement ses burettes (H. Bazin, Vipère,1948, p.125).
De faible valeur. Petit bénéfice, petit loyer, petit salaire, petite rente. L'oncle qui le recueillait (...) n'avait que de petites économies (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p.240).
De faible intensité. Petit malaise, petit orage, petit vent, petite fièvre, petite lumière, petite pluie. C'étaient de petits bruits; une table qui se renversait, un fauteuil qui pivotait (Peisson, Parti Liverpool,1932, p.238).
À petit feu*.
Au petit jour*.
MÉD. Avoir le pouls petit. Avoir le pouls léger, faible. Elle était dans un état d'inanition très avancé, (...) la respiration rapide, le pouls petit et précipité (Janet, Obsess. et psychasth.,t.1, 1903, p.81).
[Suivi d'un terme désignant une mesure]
Réduit en quantité. Petite échelle, petite largeur, petite longueur, petit pas, petit peu, petit trot, petite vitesse. Une petite quantité de choses plaisantes et justes auxquelles je fais grâce parce qu'il s'y trouve de l'esprit (Sand, Hist. vie,t.2, 1855, p.101).
Qui n'atteint pas complètement la quantité, la mesure indiquée; de faible durée. Travailler à la petite semaine; ça m'a pris une petite heure. J'ai fait ces deux petites lieues sans m'en apercevoir (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p.45).Dans un petit quart d'heure, vous serez abreuvés (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p.148).Il ne faut quitter ce poste, en cas d'insuccès, qu'au bout d'une petite heure (Vidron, Chasse,1945, p.99).
Peu nombreux. Petite armée, petite bande, petite troupe; en petit comité. Les maisons dispersées dans la campagne par petits groupes, ont une couleur étrange (Gautier, Tra los montes,1843, p.22).
En miniature, en raccourci. Un petit Mozart, un petit palais, un petit Versailles. Ce boudoir dont j'aperçois la porte entr'ouverte là-bas, c'est un petit paradis. Irai-je vous y attendre? (Musset, Lorenzaccio,1834, iii, 5, p.197).Qui donc a député ce petit Judas? (Bloy, Journal,1892, p.57).La Provence, une petite Provence en raccourci, si douce qu'elle m'ôte l'envie d'aller plus loin (Colette, Pays. et portr.,1954, p.109).
B. − [Dans l'ordre qualitatif]
1. [Petit implique un trait minoratif]
a) [En parlant d'une pers.]
Dont l'origine, la condition sociale ou professionnelle est modeste. Petit artisan, petit blanc, petit clerc, petit détaillant, petit employé, petit épicier, petit fermier, petit rentier; petite main; petites gens. Depuis l'intellectuel jusqu'au petit paysan (Barrès, Cahiers,t.11, 1917, p.269):
4. Tous ces artisans, tous ces petits bourgeois, ces petits propriétaires, ces petits fonctionnaires, ces professeurs, ces avocats, ces pharmaciens, tous ces petits commerçants, ces francs-maçons, ces petits contribuables, tous ces gagne-petit ne voient point que leur France est déjà entrée dans le grand jeu dangereux que le monde joue dans la dernière partie de la dernière période de l'histoire bourgeoise. Nizan, Chiens garde,1932, p.207.
Petit peuple. Catégorie sociale qui comprend les gens de conditions les plus modestes. Autour de ces treilles qui, aux environs de la ville, ombragent les familles du petit peuple (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p.183).
Petite bourgeoisie. Classe sociale qui comprend la catégorie la moins aisée de la bourgeoisie. L'auberge remplie de gens qui, si je ne me trompe, appartiennent à la petite bourgeoisie laborieuse qui ne se régale que le dimanche (Delécluze, Journal,1827, p.437).
[(Par humilité), dans la dénom. d'ordres relig.] Petits frères. Je suis sûr d'avoir été votre interprète quand je disais à ces petites soeurs des pauvres (...): «Merci, mes soeurs (...)» (Barrès, Cahiers,t.111914, p.80).
Proverbe. [P. allus. au vers de La Fontaine (Le Lion et le rat, livre II, fable XI)] On a souvent besoin d'un plus petit que soi.
Qui a peu de talent, peu de mérite. Petit peintre, petit poète. Ce petit homme de lettres de préfet (Stendhal, L. Leuwen,t.3, 1835, p.210).P. méton. Petite oeuvre, petit roman. Le style en est petit, je dirai même enfantin (Berlioz, À travers chants,1862, p.310).
Qui manque de hauteur intellectuelle ou morale. Un petit esprit; petit délinquant, escroc; femme de petite vertu (v. femme I C 3). Une âme petite et vulgaire (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p.463).La princesse: (...) J'ai trouvé tous les hommes que j'ai connus petits, mesquins, superficiels (Balzac, Secrets Cadignan,1839, p.310).
Iron. [Dans des interpellations injurieuses] Petit idiot, imbécile:
5. −Ah! petit fumier! Tu me défies? Petit maquereau! Petite ordure! Regardez cette insolence! Cette ignominie! Tu veux notre peau? Hein? N'est-ce pas que tu la veux? Dis-le donc tout de suite!... Petit lâche! Petite roulure! Céline, Mort à crédit,1936, p.386.
b) [En parlant d'une chose]
Qui est modeste sur le plan économique ou social. Petite affaire, petit commerce, petit métier, petit pays, petites et moyennes entreprises (P.M.E.), petites et moyennes industries (P.M.I.). Bien qu'il se mêlât un instant à la société de la petite ville, rien ne le distrayait de lui-même (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p.83):
6. Il n'y avait que dans le petit commerce et chez les employés de magasin que Christophe était populaire; mais il ne le resta point: il était aussi agacé par l'approbation des uns que par le blâme des autres... Rolland, J.-Chr.,Adolesc., 1905, p.337.
La petite histoire*.
Qui a peu d'importance, peu de valeur. Un petit bibelot, un petit film, un petit rôle; une petite existence; un petit vin; des petits chagrins, des petites misères, des petits problèmes. Un homme occupé de petites choses, quoique ces petites choses soient très importantes au succès des plus grandes affaires (Chamfort, Max. et pens.,1794, p.35):
7. Cet enseignement était bien différent de celui que donnait le docteur Sansfin (...) toujours une petite maxime arrivait précédée d'une jolie petite anecdote, dont elle était comme la conséquence... Stendhal, Lamiel,1842, p.94.
Une petite chose, une petite affaire. Synon. broutille, bagatelle.Dans le tumulte humain, les petites choses prennent une importance exagérée; les objets, les intérêts ne sont pas à leur place (Amiel, Journal,1866, p.217).
Petites affaires. Affaires personnelles peu encombrantes. Toutes ses petites affaires occupaient un placard dans la chambre à deux lits (Flaub., Coeur simple,1877, p.48).
Ce n'est pas une petite affaire. V. mince.
Ce n'est pas de la petite bière. V. bière1.
Voir, regarder par le petit bout de la lorgnette*.
Le petit côté des choses. L'aspect le moins visible et apparemment le moins important. Ils ne voient que le petit côté des grands événements: la ficelle (Vailland, Drôle de jeu,1945, p.205).
Petite phrase. Énoncé, généralement bref et assez frappé, qui vise à provoquer, et à marquer de manière explicite ou allusive, une prise de position vigoureuse. Il exprimait ses idées par de petites phrases sentencieuses et dites d'une voix douce (Balzac, E. Grandet,1834, p.18).En France, c'est le régime des effets de tribune, des petites phrases: «petites phrases, grandes conneries» (Cesbron, Ce qu'on appelle vivre,1977ds Gilb. 1980).
Petite guerre. Simulacre de guerre. Jouer à la petite guerre, s'abîmer d'exercices et d'évolutions. C'est là ce qui charme (Reybaud, J. Paturot,1842, p.169).
MÉD. Petit mal. ,,Forme clinique de l'épilepsie qui se caractérise par une suspension des fonctions psychiques avec abolition de la conscience et de la mémoire dont le début et la fin sont brutaux et la durée très brève`` (Moor 1966).
Petite(-)vérole. V. vérole.
2. [Petit implique un trait mélioratif (gén. hypocor.)]
a) [En parlant d'une pers.]
[Petit dénote un sentiment amical, affectueux ou amoureux] Une petite femme, une petite blonde, une petite brune, un petit bout de femme, une petite bonne, un petit mari. Seriez-vous amoureux de quelque petite actrice? (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p.392).Sous l'ombrelle nous attendait la petite blanchisseuse endimanchée (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Quest. du lat., 1886, p.571).
Fam. Les petites dames, les petites femmes. Les femmes aux moeurs faciles, les prostituées. Un seul article avait subi une baisse sensible: les petites femmes. On trouvait des gamines pour rien, une bouchée de pain littéralement (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p.149).
Mon petit, ma petite ami(e). Le garçon, la jeune fille que je fréquente. Elle était si jolie et si joliment musicienne ma petite amie! (Céline, Voyage,1932, p.98).
[Comme terme d'adresse] Ma petite dame, petite madame. Il faudrait s'entendre sur ta morale!... Tu en as fait bien d'autres, toi!... mon petit père! (Crémieux, Orphée,1858, p.43).Tu me prenais dans tes petits bras et tu me disais: «Sois tranquille, va, petite mère, quand je serai grand, je travaillerai à mon tour et tu seras riche! (...)» (Dumas, Fils natur.,1858, iv, 6, p.197).
Le Petit Père des peuples. Staline. Nos communistes ne faisaient d'ailleurs que copier le grand parti frère du génial Staline (...). Et sans la mort prématurée du Petit Père des peuples en 1953, Trofime Denisovitch Lyssenko aurait pu mettre à bas la génétique occidentale, et l'on aurait vu de quel blé alors l'agriculture russe allait se chauffer! (Le Monde,26 mars 1986, p.14).
[Dans des interpellations affectueuses; précédé d'un adj. poss.] Ma petite chérie, mon petit amour; mon petit chou, lapin, loup; mon petit mari, ma petite femme. −Mon petit adoré, mon coeur, −disait Juliette le couvrant de baisers, −sois un homme (Triolet, Prem. accroc,1945, p.45).Mon petit chat, je savais que tu serais contente, dit mon père (Sagan, Bonjour tristesse,1954, p.66).
[En parlant d'habitudes, de traits de caractère qui sont propres à une pers.] Aimer son petit confort, sa petite personne; mener sa petite vie; ménager sa petite santé. À une heure qui contrarie quelque petite habitude (Maine de Biran, Journal,1816, p.195).Ainsi passait la vie pour ma tante Léonie, toujours identique, dans la douce uniformité de ce qu'elle appelait, avec un dédain affecté et une tendresse profonde, son «petit traintrain» (Proust, Swann,1913, p.109).
[En parlant d'un comportement, d'une attitude à l'égard d'une pers.] Un petit sourire, un petit geste amical, un petit clin d'oeil. Comme je passais devant votre porte, j'ai voulu vous donner un petit bonjour (Zola, Germinal,1885, p.1200).
Être aux petits soins pour qqn. S'occuper de quelqu'un avec diligence, sans ménager sa peine. Dois-je user mon temps et ma peine à le ménager, à le caresser, à être pour lui aux petits soins, toute cette vie? (Montherl., Malatesta,1946, iv, 4, p.516).
[En parlant de choses qui, chez une pers., traduisent le naturel, la simplicité] Elle avait une petite robe blanche toute simple, les bras nus jusqu'au col, et ses grands cheveux tombants comme elle les portait toujours (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p.49).Elle portait un petit tailleur sombre (Beauvoir, Mandarins,1954, p.278).
b) [En parlant d'une chose]
Qui est agréable, qui inspire de l'estime, de la sympathie. S'offrir un petit coup de rouge, de bons petits plats. Elle s'enferma avec cette personne mystérieuse, et Catherine leur servit un petit dîner tout à fait succulent (Sand, Elle et lui,1859, p.14).Défiez-vous de notre petit vin de pays, monsieur (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p.141).
À laquelle on est attaché. Leur rêve [des Français] est de se retirer, après une bonne petite vie, dans un petit coin tranquille, sur un petit bout de terre à eux, avec une petite femme qui, se contentant de petites robes pas chères, leur mitonnera de bons petits plats et saura à l'occasion recevoir gentiment les amis pour faire une petite belote (Daninos, Les Carnets du Major Thompsonds Fr. mod.1960t.28, p.34).
Aux petits oignons. V. oignon.
Au petit poil. Parfaitement, excellemment. La fenêtre donnait sur un jardin ratissé au petit poil, où prospérait un figuier (H. Bazin, Vipère,1948, p.150).
Familier
Petit nom*.
[Dans des titres de journaux] Dans Le Petit Parisien et Le Petit Journal, on rencontre certes des hommes de talent comme Varé, Henri Monier ou Bib, mais le niveau des sujets n'y est pas très élevé et les plaisanteries politiques y ont généralement un caractère anodin (J. Lethève, La Caricature et la presse sous la IIIeRépublique,Paris, Armand-Colin, 1961, p.185).
[Dans des noms d'hôtels, de cafés, de restaurants ou de magasins] Le petit hôtel, le petit bar, au petit Paris, la petite pagode (d'apr. Ch. D. Herisson ds Fr. mod. 1960 t.28, p.35).
Petite reine*.
II. − Substantif
A. − Subst. masc.
1. Au sing. avec une valeur de neutre. L'idée, le concept de petitesse. La grande tendance est à chercher le petit en tout (Mérimée, Lettres Duchesse de Castiglione,1870, p.117).
2. Au sing. ou au plur. Ce qui est petit, ce qui possède des dimensions réduites.
L'infiniment petit. Ce qui est invisible à l'oeil nu, microscopique. Le télescope ne peut-il pas étendre la vue de l'homme dans l'infiniment grand, autant que le microscope dans l'infiniment petit? (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p.344).
Les infiniment petits. Les êtres microscopiques, les animalcules. Il avançait dans ce silence, la forêt muette et murmurante (...) où bourdonnent incessamment (...) tous les infiniment petits de la vie, le battement du rien qui vole (Goncourt, Man. Salomon,1867, p.243).
B. − Celui, celle qui est petit.
1. [Par rapport à son âge] Jeune enfant. Des tout petits, les bras en boudins roses ficelés de plis tendres (Colette, Cl. s'en va,1903, pp.124-125):
8. −Petite, quel âge as-tu? −Huit ans, monsieur. −Et viens-tu de loin comme cela? −De la source qui est dans le bois. Hugo, Misér.,t.1, 1862, p.477.
Le plus jeune enfant (dans une famille). On prélevait sur la part du veau de la vache tirante la ration nécessaire au petit (Pesquidoux, Livre raison,1928, p.245).
Au plur. Élèves les plus jeunes dans un établissement scolaire. Classe, cour des petits. C'est l'heure où il va balayer l'étude des petits... Tout le monde est en classe en ce moment (G. Leroux, Parfum,1908, p.16).
[Comme terme d'adresse ou d'appel] Hep! petit! Du lapin!... Ah, petit!... Un lapin... dans la sauce! (Benjamin, Gaspard,1915, p.62).
Région., au fém. Jeune fille. J'épouse la petite, je fais n'importe quoi pour elle, mais si elle me trompe, il y aura du cadavre dans la maison (Pagnol, Fanny,1932, i, 2etabl., 4, p.84).
2. [Par rapport à ses géniteurs]
a) Petit enfant. Quand on a le petit, on a bientôt la mère (Balzac, Illus. perdues,1843, p.645).On m'envoyait à la campagne, dans le château de la famille, au vert, au pré, faire mon petit (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Inutile beauté, 1890, p.1149).
Le petit d'homme. L'enfant. Vous fonderez l'homme dans le petit d'homme (Saint-Exup., Citad.,1944. p.589).
b) Jeune animal, non adulte. Quel est cet animal qui, dans cette bruyère, Se promène avec ses petits? (Florian, Fables,1792, p.68).Cette dernière, ayant mis bas, allaite ses petits (Maran, Batouala,1921, p.160).
Avoir, faire, mettre bas ses petits. Le renard connaît l'amour en hiver et met bas ses petits en avril (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p.321).
[Pour appeler les animaux de la basse-cour en leur jetant du grain] Elle criait: «Psit! psit! psit! petits! petits! (...) et elle jetait du grain à ses poussins (A. France, Balth.,Abeille, 1889, p.273).
Au fig. Faire des petits. Rapporter des intérêts substantiels. L'argent ne craignait rien à la caisse d'Épargne; au contraire, il faisait des petits (Zola, Assommoir,1877, p.476).
3. Au plur. Personnes de condition modeste. Prenez garde au fourmillement douloureux que vous écrasez. Baissez les yeux (...) Ô grands, il y a des petits! (Hugo, Homme qui rit,t.3, 1869, p.159).V. obscur ex.9.
4. [Par dérision, chez Hugo, p. oppos. au titre donné à certains personnages illustres] Quoi! parce que nous avons eu Napoléon le Grand, il faut que nous ayons Napoléon le Petit! (Hugo, Actes et par.1, 1875, p.456).
III. − Adverbe
A. − Petitement; au fig., chichement. Voir, prévoir petit. Il devait pour lire un papier «écrit petit» tenir la tête très en arrière (Jouve, Paulina,1925, p.51).J'ai encore ma dernière paye presque entière. Cela me donne au moins cinq à six jours de largesse et, en faisant petit, bien plus que ça (Giono, Gds chemins,1951, p.14).
Gagne-petit*.
En petit. D'une manière semblable, mais dans des dimensions inférieures. Une réunion semblable devait offrir et offrait en petit les éléments d'une société complète (Balzac, Goriot,1835, p.24).L'homme doit figurer en petit le monde entier (Béguin, Âme romant.,1939, p.71).
B. − Peu.
Vx. Un petit. Un peu. En définitive, j'estime Qu'un monarque est plus magnanime, Qui jouit d'un bon appétit; Cependant que d'un autre prince, N'ayant qu'un estomac fort mince, Je me méfierais un petit! (Ponchon, Muse cabaret,1920, p.137).
Petit à petit. Peu à peu. Ce n'est que petit à petit qu'il se plie à toutes les nuances fines et difficiles à saisir des voix et des articulations (Destutt de Tr., Idéol. 2,1803, p.331).
Prononc. et Orth.: [pəti], fém. [-it]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xes. «qui n'a pas atteint toute sa taille, et p. ext. jeune» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 47); fin xes. li gran e li petit «tout le monde» (id., 41); 1548 un petit «jeune enfant» (N. Du Fail, Baliverneries, p.198); 1671 ma petite (Mmede Sévigné, Lettre à MmeDe Grignan du 21 juin ds Lettres, éd. Ad. Régnier, t.2, p.252); fin xives. «jeune animal» (Aalma, 9965 ds Roques t.2, p.338); b) fin xes. anz petiz dis «avant peu de jours» (Passion, éd. citée, 29); 1119 «qui est peu considérable par la durée» (Philippe de Thaon, Comput, éd. E. Mall, 2129); 1160-74 «bas (en parlant des prix)» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 4210); c) ca 1100 «dont les dimensions sont au-dessous de la moyenne (en parlant des oreilles)» (Roland, éd. J. Bédier, 1495); ca 1100 «id. (en parlant de la taille d'une personne)» (ibid., 3822); 1666-67 se faire petit «s'arranger de manière à occuper le moins de place possible» (La Fontaine, Contes, 2epart., éd. H. Régnier, t.4, p.390); d) ca 1100 «peu considérable (en parlant des troupes)» (Roland, éd. citée, 1087); ca 1100 adv. petit de «peu» (ibid., 1239); loc. adv. ca 1135 un petit «un peu» (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 140); 2. a) ca 1130-40 «inférieur par son pouvoir, sa naissance, sa fortune» (Wace, Conception N.D., éd. W. R. Ashford, 900); ca 1200 la petite gens menüe (Escoufle, 540 ds T.-L.); 1erquart xiiies. gens petites (Reclus de Molliens, Charité, 150, 1 ds T.-L.); b) 1155 tenir a petit «faire peu de cas de» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 8617); 1160-74 metre (qqn) a petit «humilier (quelqu'un)» (Id., Rou, III, 7234); ca 1440 faire le petit devant qqn «s'abaisser par respect ou par crainte» (L'Amant rendu cordelier, éd. A. de Montaiglon, 533); 1679 les grands sont petis devant les Dieux (Rich. avec citat. de Benserade); 1835 se faire petit devant qqn (Ac.); c) 1356 «mauvais (en parlant d'un gouvernement)» (Ordonnances des rois de France de la 3erace, éd. Secousse, t.3, p.125); d) 1380 de petit courage (d'apr. FEW t.8, p.343a); ca 1500 de petit cueur (Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette, t.2, p.5); 1580 «inférieur par l'intelligence» (Montaigne, Essais, I, 26, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, I, XXVI, p.171); 1672 petit esprit (Molière, Femmes savantes, I, 2); e) 1538 «épithète servant à exprimer l'affection qu'on a pour une personne, la familiarité dans laquelle on est avec elle» (Est. d'apr. FEW t.8, p.343 a-b); 1666 mon petit Monsieur «terme de mépris pour s'adresser à quelqu'un» (Molière, Misanthrope, I, 2); 3. adv. a) fin xes. «peu» (Passion, éd. citée, 87); b) ca 1100 a (ben) petit que ... ne «peu s'en faut que» (Roland, éd. citée, 305); 1155 petit failli que ... ne «id.» (Wace, Brut, éd. citée, 1151); c) 1121-34 petit e petitet «peu à peu» (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 652); ca 1150 petit et petit (Thèbes, éd. G. Raynaud De Lage, 8775); av. 1188 petit a petit (Partenopeus de Blois, éd. J. Gildea, 1126); d) av. 1654 en petit (Guez de Balzac ds Pomey 1671). Mot gallo-rom. (cat.-prov. petit) dont le type primitif semble être *pettīttus (cf. lat. vulg. pititus att. dès 775, b. lat. pitinnus «petit» et pitullus att. chez Antoninus Placentinus), formé sur le rad. pitš - (pitchoun*) exprimant la petitesse. FEW t.8, p.346a et Bl.-W.5. Fréq. abs. littér.: 102135. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 102921, b) 167629; xxes.: a) 181386, b) 147638. Bbg. Bambeck (M.). A. fr. li grant et li petit. Z. fr. Spr. Lit. 1967, t.77, pp.366-368. _Bloemen (J.), Van Haver (D.). Petit et grand. Trav. Ling. Gand. 1981, no8, pp.7-25. _Blumenthal (P.). Die Linguistik des Weingeschmacks. Z. fr. Spr. Lit. 1979, t.89, p.109. _Grundt (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen, 1972, p.80; pp.390-391; p.395; pp.400-404. _Dauzat Ling. fr. 1946, p.34. _Dub. Pol. 1962, p.371. _Hasselrot 1957, p.205, 218, 244, 257, 284, 300; Hasselrot 20es. 1972, p.32. _Herisson (Ch. D.). L'Hypocoristique petit. Fr. mod. 1954, t.22, pp.49-58, 119-128; 1956, t.24, pp.35-47; p.113, 123; 1959, t.27, pp.298-307; 1960, t.28, pp.25-36; Herisson (Ch. D.). Langue et psychol. nat. L'hypocoristique «petit» et l'«âme» du peuple fr. R. Univ. Laval. 1958-59, t.13, pp.61-73. _Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Bruxelles, 1977, pp.260-261. _Nicholson (G.-G.). Ét. étymol. R. Ling. rom. 1929, t.5, pp.1-3. _Spitzer (L.). «Insignifiant» ds le titre d'un j. amér. Fr. mod. 1954, t.22, pp.253-257.

Petit : définition du Wiktionnaire

Adjectif

petit \pə.ti\

  1. De taille réduite.
    • Un petit caillou.
    • C’est un homme de petite taille.
  2. Jeune.
    • Quand j’étais petit, je jouais souvent à la balle.
    • La vieille devait être beaucoup plus grande quand elle était petite. — (San Antonio, Réflexions définitives sur l'au-delà , S-A 9 , Fleuve noir, 2000)
    • Par contre, la grande gueule, celui qui balance les « krèles », je le connais. Il tape sa petite sœur. La gamine a déjà fait trois séjours à l’hosto. — (Gipsy Paladini, Vices : 2e enquête : Zabulu, Éditions Fleuve Noir, 2017, chap. 7)
  3. Mesquin ; médiocre.
    • Ah ! Ce que tu dis est vraiment petit !
    • M. le prince lui répondit fièrement qu’il était las de rendre compte de ses actions à de petits messieurs comme lui, qui en jugeraient à leur mode. — (Valentin Conrart, Mémoires, 1652, dans : Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, tome XLVIII ; Foucault libraire, Paris, 1825, page 73.)
    • Les moyennes calculées portent sur l’année de calendrier et ne comprennent que du cidre de bonne qualité à l’exclusion du petit cidre et de l’« halbi », boisson fabriquée avec des pommes et des poires. Il en est de même pour le poiré. — (Henri Hauser, avec la collaboration de Jean-Jules Denuc et P.-J. Burin, Recherches et documents sur l'histoire des prix en France de 1500 à 1800, chap. 2 : Normandie, Paris : Les presses modernes, 1936, rééd. Slatkine, 1985, p. 165)
  4. Qui est peu élevé en quantité, qui n’atteint pas la mesure ordinaire.
    • Les Spartiates étaient petits en nombre, grands de cœur, ambitieux et violents ; de fausses lois n’en aurait tiré que de pâles coquins ; Lycurgue en fit d’héroïques brigands. — (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, page 99)
    • Un petit nombre de convives a repris du dessert.
    • Il me faudra encore une petite heure pour arriver à Lyon.
  5. En raccourci, en miniature.
    • Cette ville est un petit paris.
  6. (Familier) Marque d’affection.
    • Mon petit mari.
    • Chère petite.
  7. (Péjoratif) Marque de rabaissement.
    • Et ce petit imbécile prétentieux qui nous raconte tout sur une Chine qu’il ne connaît pas ? — (Pierre-Jean Remy, Chine, 1990)

Nom commun

petite \pə.tit\ féminin (pour un garçon on dit : petit)

  1. Enfant de sexe féminin.
    • Je dis : la panthère a ramassé, « rapté » ma femme et la petite de Milly. — (A. L. Dominique, Gaffe au gorille, Gallimard, 1954, page 175)
    • Tout en enveloppant la petite dans une serviette, Marnie éprouva une bouffée d’amour en contemplant son minois auréolé de boucles dorées. — (Chantelle Shaw, Amoureuse de son amant, traduit de l'anglais par Anne Busnel, Éditions Harlequin, 2017, épilogue)

Forme d’adjectif

petite \pə.tit\

  1. Féminin singulier de petit.
    • Ce qui détermina la chute de gros Zidore et de gros Léon ce fut tout simplement une petite jalousie de chasseurs provoquée par un malheureux renard, un vulgaire goupil, un vieux charbonnier à museau chafouin, à queue pelée. — (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Forme d’adjectif

petite \Prononciation ?\

  1. Cas sujet féminin singulier de petit.
  2. Cas régime féminin singulier de petit.

Adjectif

petite \pəˈtiːt\

  1. Se dit d’une femme petite et mince, menue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Petit : définition du Littré (1872-1877)

PETIT (pe-ti, ti-t' ; le t se lie : mon pe-ti-t ami) adj.
  • 1Qui a peu d'étendue, peu de volume, par opposition à grand, gros, étendu, volumineux. Comme c'est dans les plus petits vases que l'on enferme les essences les plus exquises, il semble que la nature se plaise à mettre dans les plus petits corps les âmes les plus précieuses, Voiture, Lett. 52. Entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits, La Fontaine, Fabl. II, 9. Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie, La Fontaine, ib. V, 3. Nous [rats] ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes, D'un grain moins que les éléphants, La Fontaine, ib. VIII, 15. Aux enfants tout paraît grand, les cours, les jardins, les édifices, les meubles, les hommes, les animaux ; aux hommes les choses du monde paraissent ainsi, et j'ose dire par la même raison, parce qu'ils sont petits, La Bruyère, XI. Tout doit être pour le philosophe un sujet de méditation, et rien n'est petit à ses yeux, Voltaire, Phil. Newt. II, 10. Lycurgue, qui n'a été le législateur que d'une petite ville, Condillac, Ét. hist. III, 5. On est jusqu'à vingt ans petit pour sa nourrice, Delavigne, les Enf. d'Éd. I, 1.

    Porter de petits cheveux, porter les cheveux courts.

    Porter le petit collet, un petit collet, être habillé en ecclésiastique.

    Un petit homme, une petite femme, un homme, une femme dont la taille est au-dessous de la moyenne. Il paraissait vain, et il avait l'esprit décisif comme l'ont la plupart des petits hommes, Lesage, Gil Bl IV, 6. Il est plus permis à une petite femme d'être belle qu'à un petit homme d'être beau, Diderot, Rech. philos. sur le beau, Œuv. t. I, p. 468, dans POUGENS. Ce petit homme [la Harpe] à son petit compas Veut sans pudeur asservir le génie ; Au bas du Pinde il trotte à petits pas, E. Lebrun, Épigrammes.

    Se faire petit, se ratatiner. Se fait petit, se serre, La Fontaine, Gasc. Le pauvre auteur est tapi dans un coin, Se fait petit, tient à peine une place, Voltaire, Épît. LXXXII.

    Fig. Se faire petit, être petit devant quelqu'un, s'abaisser devant lui par respect ou par crainte. Jamais il ne parut plus humble, ni plus petit devant Dieu, Bourdaloue, 9e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 155.

    Se faire petit, éviter l'éclat, ne point chercher à attirer sur soi les regards.

    Être petit devant quelqu'un, perdre beaucoup à lui être comparé ; ne paraître rien au prix de lui.

    Petite maison, voy. MAISON, n° 14.

    Terme d'imprimerie. Petit canon, petit parangon, petit romain, petit texte, voy. CANON, PARANGON, etc.

    Terme de marine. Se dit des mâts, vergues et voiles qui surmontent le mât de misaine.

    Petite voûte, surface courbe qu'on remarque à la poupe.

  • 2Qui est dans le bas âge. Je vous l'ai dit cent fois, quand vous étiez petit, Molière, Tart. v, 3.

    Familièrement. La petite une telle, la fille encore enfant d'un tel. Elle [Mme de Maintenon] prit pour prétexte la petite Heudicourt, et la demanda à madame sa mère, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 53, dans POUGENS.

    La petite table, voy. TABLE.

  • 3Il se dit aussi d'une quantité numérique, et alors il est opposé à nombreux. Une petite somme d'argent. D'adorateurs zélés à peine un petit nombre Ose des premiers temps nous retracer quelque ombre, Racine, Athal. I, 1.
  • 4Qui est moindre que d'autres dans le même genre, soit au physique, soit au moral. Petit bruit. Un petit vent. Un petit feu. À ces raisons qui ne sont pas petites, Mairet, Soliman, II, 2. D'un insolent discours ce juste châtiment Ne lui servira pas d'un petit ornement, Corneille, Cid, I, 6. Pour te récompenser ma force est trop petite, Corneille, ib. IV, 3. Mais près de ces grands noms [les anciens] notre gloire est petite, La Fontaine, Épître à Huet. Voilà quelle est notre créance et la foi que nous professons ; et je crois qu'en voilà plus qu'il n'en faut pour aider vos consolations par mes petits efforts, Pascal, Lett. sur la mort de son père. Je pars demain… cette séparation, quoique petite, lui coûte beaucoup [à l'abbé de Coulanges], Sévigné, 10 mai 1676. Bonjour, ma très chère ; je ne sais que vous dire de mon amitié ; les paroles me manquent, je les trouve trop petites, Sévigné, 20 oct. 1688. De quelque superbe distinction que se flattent les hommes, ils ont tous une même origine, et cette origine est petite, Bossuet, Duch. d'Orl. Il éprouve les inconvénients où tombe un Êtat lorsqu'il est gouverné par des gens d'un petit mérite, Le P. Catrou, dans DESFONTAINES. On joua, Lusane fit remarquer à Hortense que tout son monde jouait petit jeu ; c'est, dit-il, le moyen d'entretenir l'union et la joie, Marmontel, Cont. mor. Bon mari.

    Familièrement. Avoir son petit mérite, n'être pas sans mérite, sans qualités. Je ne crois pas en [des Lois de Minos] faire jamais une pièce qui soit aussi touchante que Zaïre ; mais il se pourra faire qu'elle ait son petit mérite, Voltaire, Lett. Argental, 8 juillet 1772.

    En un sens analogue. Quand on lui offre son petit savoir-faire, son bien et sa vie, Bussy-Rabutin, Lett. t. III. p. 142, dans POUGENS. J'ai un petit mot à vous dire, c'est que presque toutes vos tragédies [à vous Français] sont froides, Voltaire, Lett. d'Argental, 8 oct. 1760.

    Avec ironie. Je suis ravi de savoir vos petites intentions ; vous voyez les miennes, Lamotte, Calendrier des vieill. sc. 2.

    Petite vérole, voy. VARIOLE.

    Les petites choses, les choses peu importantes. Ce bonheur que vous dites que vous avez en toutes les petites choses, Voiture, Lett. 22. Ceux qui s'appliquent trop aux petites choses, deviennent ordinairement incapables des grandes, La Rochefoucauld, Max. 41. Il [Xénophon] avait tout à la fois le courage des grandes choses, et celui des petites, beaucoup plus rare et plus nécessaire que le premier, Barthélemy, Anach. ch. 39.

    Une petite chose, une chose basse, vile. Une chose hideuse me blesse moins qu'une petite chose, Diderot, Salon de 1765, Œuv. T. XIII, p. 107, dans POUGENS.

    Une petite complexion, une petite constitution, une constitution faible.

  • 5Il se dit des personnes petites par leur condition, par leur fortune, par leur naissance. Tous coururent à elle [Judith] depuis le plus petit jusqu'au plus grand, Sacy, Bible, Judith, XIII, 15. Tout petit prince a des ambassadeurs, La Fontaine, Fabl. I, 3. On a souvent besoin d'un plus petit que soi, La Fontaine, ib. II, 12. Et vous petits hommes revêtus d'un petit emploi qui vous donne une petite autorité dans un petit pays, vous criez contre la philosophie…, Voltaire, Dict. phil. Philosophe, II.

    Les petites gens, les personnes qui n'ont pas de fortune. Un tel emploi n'est bassesse Que chez les petites gens, Molière, Amph. Prologue.

    Petit marchand, marchand en détail, qui a une petite boutique.

    Le petit peuple, les gens des classes inférieures.

    Le petit monde, les personnes de condition inférieure, par opposition au grand monde qui comprend les personnes élevées en dignité ou en richesse.

    Le petit monde se dit pour les enfants par opposition aux grandes personnes. Le petit monde sera à la petite table.

    Petits frères bis, frères mineurs, cordeliers.

    Petites sœurs des pauvres, congrégation destinée à recueillir et à soigner les pauvres vieillards.

  • 6Qui est de peu de valeur, en parlant des personnes. Marie, humble, retirée, petite à ses yeux, ne pensait pas seulement qu'un ange pût la saluer, Bossuet, Élévat. sur myst. XII, 1. Tel, connu dans le monde par de grands talents, honoré et chéri partout où il se trouve, est petit dans son domestique et aux yeux de ses proches, qu'il n'a pu réduire à l'estimer, La Bruyère, XII. On est toujours petit quand on n'est grand que par la vanité, Massillon, Pet. carême, Tent. des grands. Sénèque un petit auteur ! par Jupiter ! si je le disais, je croirais faire un blasphème littéraire, Marivaux, Sec. surpr. de l'am. II, 8. Il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits, Beaumarchais, Mar. de Figaro, v, 3. Il m'appelle petit auteur : Eh bien ! c'est un petit malheur ; En attendant que l'on me dise De quelle taille est mon censeur, Je le mesure à sa sottise, Et suis frappé de sa grandeur, Fabien Pillet, Épigr. contre l'abbé Féletz.

    Un petit esprit, une personne qui a peu d'idées, des idées peu étendues. Les petits esprits, avec toute leur vivacité et toute leur délicatesse, ont la vue trop courte pour voir tout ce qui est nécessaire à l'établissement de quelque système ; ils s'arrêtent à de petites difficultés qui les rebutent, ou à quelques lueurs qui les éblouissent, Malebranche, Rech. vér. II, II, 7.

    C'est un petit esprit, c'est un homme dont les idées, les sentiments sont peu élevés, peu généreux.

    C'est un petit génie, se dit d'un homme dont les facultés intellectuelles sont très bornées. Crispin : Apprends-moi de quel caractère est M. Oronte. - Labranche : C'est un bourgeois fort simple, un petit génie, Lesage, Crispin rival de son maître, 3.

    Une petite âme, une personne sans noblesse ni générosité. Laissons, seigneur, laissons pour les petites âmes Ce commerce rampant de soupirs et de flammes, Corneille, Sertor. I, 3. J'éprouvai que les petites choses trouvent encore dans de petites âmes une envieuse malignité, Marmontel, Mém. X.

  • 7Il se dit de ce qui manque de noblesse, de dignité. Il est bien grand de décider des fortunes des hommes sur son tribunal ; il est bien petit de vouloir avoir des malheureux dans son antichambre, Voltaire, 2e dial.

    Terme de beaux-arts. S'oppose à hardi, large, noble, grandiose. Ce palais immense [Versailles] dont la façade du côté des jardins est ce qu'il y a de plus beau dans le monde, et dont l'autre façade est dans le plus petit et le plus mauvais goût, Voltaire, Fragm. sur l'hist. art. XXVIII.

  • 8Qui a le caractère de la recherche, de la minutie. Il [Louis XIV] ne goûta les petits vers de Benserade que parce qu'ils avaient rapport aux fêtes magnifiques qu'il donnait, Voltaire, Mél. litt. Lett. de la Visclède. Comment les vifs et continuels élans que fait hors de lui-même un cœur sensible, peuvent-ils le laisser s'occuper sans cesse de tant de petits soins pour sa petite personne ? Rousseau, Conf. IX. En être aux petits soins avec quelqu'un, être rempli pour lui d'attentions et de prévenances.
  • 9Qui est comme le diminutif d'une autre chose. Cet hôtel est un petit Louvre. Je plains la personne que vous savez, dans l'inquiétude… où je ne m'étonne pas de la voir ; c'est un petit jour du jugement, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 8. Notre orgueil aveugle, nous remplissant de nous-mêmes, nous érige en de petits dieux ; eh bien ! ô superbe, ô petit dieu, voici le grand Dieu vivant qui s'abaisse pour te confondre, Bossuet, 1er sermon, Nativ. de N. Seigneur, 3. Il [Thiriot] fait le médiateur, le petit ministre, Voltaire, Lett. d'Argental, 5 fév. 1739.

    La petite guerre, voy. GUERRE, n° 6.

    Petit soldat, s'est dit pour pionnier, non combattant. Serait Sa Majesté bien aise que desdits huit mille hommes de pied, il y en eût six mille de guerre, et deux mille en qualité de petits soldats pour servir de pionniers, Villeroy, Mém. t. IV, p. 206.

    Populairement, le petit caporal, Napoléon Ier.

  • 10Qui est tout au commencement, en parlant de temps. La petite pointe du jour. Je ne souhaite au monde que de guérir, afin de partir dans le très petit commencement de septembre, Sévigné, 22 juill. 1685.
  • 11Il se dit dans plusieurs arts et métiers.

    Petites bouchées, espèces de vol-au-vent en miniature, qu'on appelle aussi petits pâtés à la reine.

    Petit vin, vin fait avec le marc du raisin à sa sortie du pressoir.

    Petit coup, espèce de vis dont la tête a une éminence sur laquelle on dirige le bout d'un crochet inférieur de l'abattant du métier à bas.

    Petits coups, mouvements dirigés pour égaliser les nouvelles boucles dans les becs des aiguilles du métier à bas.

    Terme de menuiserie. Petit bois, les montants et traverses des châssis de croisée, etc.

    Terme de métallurgie. Petite masse, l'ensemble des étalages de l'ouvrage et du creuset.

    Terme de minéralogie. Petit granite, variété de marbre dont le fond noir est parsemé de parties plus claires, disséminées d'une manière à peu près régulière, et d'un aspect analogue à celui d'un granit à grain fin. Petit gris, marbre de Mons.

    Epithète ajoutée à beaucoup de noms de plantes.

    Petit bois, le chèvre-feuille des Alpes.

    Petit cèdre, le genevrier oxycèdre.

    Petite centaurée, l'erythraea centaurium.

    Petit chêne, le teucrium chamaedrys.

    Petite consoude, le pied d'alouette consoude.

    La petite douve, le ranunculus flammula.

    La petite flambe, l'iris pumila.

    Le petit houx, le ruscus aculeatus.

    Petite orge, la cévadille.

    La petite oseille, le rumex acetosella.

    Épithète ajoutée au nom de plusieurs animaux.

    Petit bœuf, le roitelet.

    Petit coq doré ou petit doré, le roitelet.

    Petit deuil, mésange du Cap.

    Petit hibou, la chevêche.

    Petit moine, mésange charbonnière.

  • 12On emploie petit comme terme d'affection, de compassion, de familiarité. Mon petit mari. Ma petite femme. C'est lui seul qui bannit ces petits malheureux, Corneille, Médée, I, 3. Voilà le vrai discours d'un petit glorieux, d'un petit ambitieux, d'un petit téméraire, d'un petit impétueux, d'un petit maréchal de France, Sévigné, 15 nov. 1671. Hélas ! petits moutons, que vous êtes heureux ! Deshoulières, Idylle I.

    Substantivement. Il se dit des enfants, des jeunes gens, des jeunes filles. Vos lettres me plaisent au dernier point ; pourtant, ma petite, ne vous incommodez point pour m'écrire, Sévigné, 21 juin 1671. Vous voilà donc, petite, me cria-t-elle, comme en soupirant sur moi ; hélas ! je songeais tout à l'heure à vous, Marivaux, Marianne, 9e part. Je vois que la petite est fille à sentiment, Boissy, Deh. tromp. v, 2. Pauvre petit, tu dois aller où Dieu t'appelle ; mais, quand tu seras grand, tu te souviendras de moi, Rousseau, Conf. II. Est-ce à votre pauvre petite, Qui vous aime si tendrement, Que ce cœur devrait un moment Cacher le trouble qui l'agite ? Marmontel, Zém. et Azor, II, 2.

    Ma petite : c'est un jargon d'amitié qui ne mérite pas d'être compté entre les expressions de la langue et qui n'entre point dans le discours, Bouhours, Remarques sur la langue. (La locution est familière sans doute, mais elle entre fort bien dans le discours).

    En mauvaise part ou en ironie. Mais, mon petit monsieur, prenez-le un peu moins haut, - Ma foi, mon grand monsieur, je le prends comme il faut, Molière, Mis. I, 2. Vous n'en croyez que votre petite tête, et voilà ce qui vous arrive, Marivaux, Marianne, 3e part. Cessez de me parler pour ce petit Valère ; Il ne sait ce qu'il veut, mais il sait me déplaire, Gresset, Méch. v, 5. Avec son petit air langoureux et discret, Collin D'Harleville, Malice pour malice, II, 1.

    Substantivement. En effet, c'est d'un orgueil… vous vous oubliez, ma petite, Picard, Marionnettes, III, 7.

  • 13Petit se combine avec différents noms.

    Petit four, voy. FOUR 1, n° 1.

    Petite-fille, voy. PETITE-FILLE.

    Petit-fils, voy. PETIT-FILS.

    Petit-gris, voy. PETIT-GRIS.

    Petit-lait, voy. LAIT, n° 4.

    Petites-maisons, voy. MAISON.

    Petit-maître, voy. MAÎTRE, n° 23.

    Petite-maîtresse, voy. MAÎTRESSE.

    Petit-neveu, voy. NEVEU.

    Petite-nièce, voy. NIÈCE.

    Petite-oie, voy. OIE.

    Petits-pieds, voy. PIED.

  • 14 S. m. pl. Ceux qui sont de petite taille. Les petits furent placés dans les compagnies de voltigeurs.
  • 15 S. m. Animal nouvellement né. Dieu laisse-t-il jamais ses enfants au besoin ? Aux petits des oiseaux il donne leur pâture, Racine, Athalie, II, 7. Alors je me sentis comme une lionne à qui on vient d'arracher ses petits, Fénelon, Tél. X. Vendôme était plein de chiens et de chiennes dans son lit, qui y faisaient leurs petits à ses côtés, Saint-Simon, 156, 38. Elle [l'ânesse] ne fait qu'un petit et si rarement deux qu'à peine en a-t-on des exemples, Buffon, Quadrup. t. I, p. 158. Les petits des abeilles doivent naître, croître et se transformer dans des cellules, Bonnet, Contempl. nat. XI, 8.

    Fig. Ses écus ont fait des petits, se dit d'une somme qui s'est accrue parce qu'on l'a fait valoir.

    S. m. pl. Dans la sériciculture, les petits, les vers qui, dans une chambrée, accomplissent mal leur mue, mangent peu et ne grossissent pas.

  • 16 S. m. et f. Il se dit familièrement d'un enfant encore petit. Notre petite a été malade. Consolez-vous du petit ; il n'y a de la faute de personne, il est mort des dents, Sévigné, 16 juillet 1677.
  • 17 S. m. pl. Il se dit des hommes sans naissance, sans fortune, sans crédit. Descendre jusqu'aux petits est le plus sûr moyen de s'égaler aux grands, Retz, II, 62. Ne touchez point aux bornes des petits, et n'entrez point dans le champ des orphelins, Sacy, Bible, Prov. de Salomon, XXIII, 10. Hélas ! on voit que de tout temps Les petits ont pâti des sottises des grands, La Fontaine, Fabl. II, 4. Les grands sont entourés, salués, respectés ; les petits entourent, saluent, se prosternent, et tous sont contents, La Bruyère, IX. Les petits sont quelquefois chargés de mille vertus inutiles, ils n'ont pas de quoi les mettre en œuvre, La Bruyère, XI. Il faut bien en porter la peine, et aller suivant ma taille ; aux petits les corvées, dit-on, Marivaux, Pays. parv. part. 3.

    Il se dit aussi au singulier. Vous ne mettrez aucune différence entre les personnes : vous écouterez le petit comme le grand, Sacy, Bible, Deutéron. I, 17.

  • 18 S. m. Ce qui est petit.

    Les infiniment petits, les êtres les plus petits, qu'on ne voit qu'avec les plus forts microscopes. Notre vue obtuse ne découvre que les Cordillères des infiniment petits, Bonnet, Consid. corps organ. t. VI, p. 86 dans POUGENS.

    Le calcul des infiniment petits, la géométrie des infiniment petits, nom qu'on a quelquefois donné au calcul infinitésimal.

    Du petit au grand, par comparaison des petites choses aux grandes.

    On dit de même : en comparant les choses du petit au grand.

    Un petit, un peu, tant soit peu (locution qui a vieilli). Ne lui donnez plus rien qu'un petit de panade ; Car il est mort, autant vaut, La Fontaine, Songe de Vaux, 4e fragm. Je commence à mon tour à le croire un petit, Molière, Amph. I, 2. Notre bon abbé… se porte fort bien ; il s'amuse à bâtir un petit : car nous n'avons point d'argent, Sévigné, 17 juill. 1680.

  • 19 Fig. Le petit, ce qui a le caractère mesquin, sans noblesse. Il [Louis XIV] n'aimait le petit en aucun genre, quoiqu'il eût dans l'esprit autant de délicatesse que de grandeur, Voltaire, Mél. hist. Lett. de la Visclède. Parfaits dans le petit, sublimes en bijoux, Grands inventeurs de riens, nous faisons des jaloux, Voltaire, Voy. à Berlin.
  • 20En petit, loc. adv. En raccourci. C'est l'effet d'un art consommé de réduire en petit tout un grand ouvrage, Bossuet, Duch. d'Orl. On veut que l'univers ne soit en grand que ce qu'une montre est en petit, et que tout s'y conduise par des mouvements réglés qui dépendent de l'arrangement des parties, Fontenelle, Mond. 1er soir.
  • 21Petit à petit, loc. adv. Peu à peu. Petit à petit l'Europe adopta son système [de Descartes], malgré les protestations de Gassendi, qui fut moins suivi parce qu'il était moins hardi, Voltaire, Philos. Newt. III, 3.

    PROVERBE

    Petit à petit l'oiseau fait son nid, c'est-à-dire on fait peu à peu sa fortune, sa maison.

HISTORIQUE

XIe s. A bien petit que il ne pert le sens, Ch. de Rol. XXII. Car de Franceis i ad assez petit [peu], ib. XCIII. Sun petit pas [il] s'en turne chancelant, ib. CLXIII. De l'altre dei qui porte l'anel ; del petit dei, Lois de Guill. 13.

XIIe s. Un petit se pensa, Ronc. p. 7. En haut s'escrient li petit et li grant, ib. p. 119. Quant Felipes vit que il petit à petit aloit avant, Machab. II, 8. Niés Vivien [neveu Vivien], ce n'est pas jeus petiz ; Que tant i a Sarrazins et Persis, Contre un des noz en ont soixante et diz, Li covenans Vivien, v. 386. Un petiz biens vaut mieux, si Diex me voie, Qu'on fait courtoisement, Que cent greignor [plus grands] fait eniousement, Couci, XVI. Petit me vaut mes pourchas, ib. p. 122. Le fol homme ocit irors [la colère], et le petit ocit envie, Job, p. 513. Tant que tu fus petiz en ma baillie, Te norresimes par molt grant signorie, R. de Cambrai, p. 74.

XIIIe s. Se j'avoie mon jouvent [ma jeunesse] tout usé, Si sui-je riche et de moult haut parage, Qu'on m'aimeroit à petit de beauté, Quesnes, Romanc. p. 109. Et sachiés que ce fu une des grans dolors que avenist en l'ost ; quar petit s'en failli que toute l'os [l'armée] n'en fust perdue, Villehardouin, L. Petit mangierent et burent, car petit avoient viande, Villehardouin, LXXXIII. Atant une arme [âme] vint al lit, Pas por pas, petit et petit, Partonop. v. 1121. De son païs [il] i fut menés mout tres petis, Berte, V.

XIVe s. …à le fois voit on Que chius [celui] qui a le tort mate son campion [dans un duel judiciaire] ; Li souffissant eschapent, et les petis pent on, le Bastard de Bullion, v. 6507, dans Hist. litt. t. XXV, p. 616. Operacions petit à petit, H. de Mondeville, f° 11, verso. Et ce sachiés tant de mes drois, Que tout tel droit ha li petis Comme li haus et li gentils, Machaut, p. 22. Petit gouvernement et mauvais, Ordon. des rois de Fr. t. III, p. 125.

XVe s. Le deable court au long, de petit en petit, pour voir comment il peut venir à ses ententes, Froissart, II, II, 52. Et ce que je vous dis, je le vous remontre pour bien, car je suis tenu de vous conseiller et adresser, selon mon petit sens, Froissart, II, III, 78. Madame, dit le comte, je suis un petit homme et un povre bachelier, Froissart, II, III, 5. S'en tira en France, où il trouva petittes [mauvaises] nouvelles ; car le sire de la Riviere avoit mis dissension entre le roy et le bon conestable, Hist. de Louis III duc de Bourbon, p. 135, dans LACURNE. Or faictes mettre les selles à nos petitz chevaulx [ceux qu'on montoit pour la chasse] ; car je veux aller chasser…, Perceforest, t. VI, p. 103. Il n'y avoit si petit laboureur qui ne voulust faire son fils homme d'eglise, et bailler argent pour avoir une grace expectative, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1414. Es grans gaages [il] ne mist provision, Ne sur les gens dont l'ostel a grevance ; Sur les petiz fist la restrinction [l'économie] Qui monte à pou…, Deschamps, Mauvaise admin. Et de ce petit que j'ay veu, ne veis jamais gens qui eussent meilleur vouloir de combattre, Commines, I, 3. L'empereur estoit de très petit cueur, et enduroit toutes choses pour ne despendre riens, Commines, IV, 1.

XVIe s. Le principal est de sa santé ; puisque Dieu la luy donne bonne, je vous prie, ne craignés d'ung petit temporiser, Marguerite de Navarre, Lett. 35. Je ne veois si petit apprenti qui ne…, Montaigne, I, 190. Alors il beuvoit de quelque petit vin, Amyot, Caton le censeur, 3. Nourrir les chiens quand ilz sont petits [jeunes], Amyot, ib. 11. Et ne m'estoit de toute ma richesse Rien demeuré qu'un petit de jeunesse, Du Bellay, J. VII, 60, recto. De petit petit, et d'assez assez, Cotgrave De petite chose peu de plaid, Cotgrave De petit enfant, petit deuil, Cotgrave Du petit vient on au grand, Cotgrave Homme incogneu ou de petite reputation, Coust. génér. t. II, p. 701.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PETIT. Ajoutez :
22Petites eaux, dans les raffineries de salpêtre, nom du produit des deux derniers lavages faits à l'eau pure.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Petit : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PETIT, adj. (Gram.) correlatif & opposé de grand. Il n’y a rien qui soit d’absolument grand, rien qui soit absolument petit. L’éléphant est grand à l’égard de l’homme, qui petit à l’égard de l’éléphant, est grand à l’égard de la mouche, qui petite à l’égard de l’homme, est grande à l’égard du ciron. Ce mot a une infinité d’acceptions différentes : on dit, un petit homme, un petit espace, un petit enfant, de petites choses, de petites idées, de petits animaux, un petit gain, &c. Il se prend, comme on voit, au simple & au figuré. Il semble que l’homme se soit établi la commune mesure de tout ce qui l’environne : ce qui est au-dessus de lui n’est rien & il l’appelle grand ; ce qui est au-dessous est moins que rien, & il l’appelle petit.

Petit, en Anatomie, nom de quelques muscles, ainsi appellés par comparaison avec d’autres qui ont plus d’étendue, & sont nommés grands. Voyez Grand.

Le petit Zigomatique. Voyez Zigomatique
Le petit oblique. Oblique.
Le petit droit. Droit.
Le petit pectoral. Pectoral.
Le petit dentelé. Rond.
Le petit rond. Fessier.
Le petit fessier. Fessier.

Petits bois des croisées à verre, (Menuiserie.) c’est ce qui fait le remplissage des croisées, & sert à porter les carreaux de verre. Voyez les fig. dans nos Pl. de la Menuiserie.

Petit corps des marchands, terme de corporation. C’est ainsi que les trois premiers corps, qui sent la Draperie, l’Epicerie & la Mercerie, appellent les trois derniers corps, qui sont la Pelleterie, la Bonneterie & l’Orfevrerie.

Ils se servent sans doute de ce terme petit, non pas par rapport au nombre des marchands dont ces trois derniers corps sont composés ; car il est certain que celui des Bonnetiers & celui des Orfevres sont chacun séparément beaucoup plus nombreux que celui des Drapiers, qui a cependant la préséance ; mais on les appelle petits-corps par rapport à leur rang.

Aussi l’usage s’est introduit insensiblement, que de quatre négocians qui entrent chaque année dans le consulat, il y en a toujours un de chacun des trois premiers corps ; & à l’égard des trois derniers, à peine permet on qu’il y en entre un de chaque corps en trois ans, c’est-à-dire un de l’un des trois chaque année. Savary. (D. J.)

Petit corps, (Sergetterie.) On appelle ainsi dans la sergetterie de Beauvais, les sergers qui ne fabriquent que de petites serges, & de certaine qualité & nature.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « petit »

Étymologie de petit - Littré

Bourguig. peti ; wallon, piti ; provenç. et catal. petit ; anc. ital. petetto, petitto ; bas-lat. pitito villare, de l'an 775, dans Mabillon, Diplom. p. 498. Diez cite : espagn. pito, petit bois pointu ; wallon, petion, aiguillon d'abeille ; provenç. pitar, becqueter ; sarde, piticu, petit ; wallon, pitic, nain ; de là il conclut l'existence d'un radical pit, qui signifie quelque chose de pointu, d'étroit ; d'où le sens de petit. Nonius cite un vieux mot latin petilus qu'il rend par tenuis et exilis et qui se trouvait dans Plaute et dans Lucile ; il paraît être de même racine que les mots réunis par Diez.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de petit - Wiktionnaire

(Date à préciser) Mot gallo-roman[1]. Du latin pitinnus, pisinnus (« menu »)[1] ou petilus (« mince », « grêle »)[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « petit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
petit pœti play_arrow

Citations contenant le mot « petit »

  • A petit saint, petite offrande. De Proverbe français
  • Wall Street termine en petite hausse au lendemain d'un repli LEFIGARO, Wall Street termine en petite hausse au lendemain d'un repli
  • C’est une petite révolution dans le métro lillois. À partir du lundi 18 janvier, la fréquence des rames sur la ligne 2 va être augmentée pour répondre à un accroissement de la fréquentation. Mais ces rames plus nombreuses ne vont plus toutes parcourir l’ensemble du trajet. Des « terminus partiels » vont être créés à Lomme – Lambersart, d’un côté, et Roubaix Grand-Place, de l’autre. Certains trains y feront… demi-tour. La Voix du Nord, Métropole lilloise: bientôt une petite révolution sur la ligne 2 du métro
  • Le jour de sa naissance, Heïly Delage a survécu à une interruption médicale de grossesse pratiquée à l’hôpital Duchenne de Boulogne-sur-Mer. La petite fille porteloise est aujourd’hui âgée de trois ans et demi et elle se porte bien. Sur le plan judiciaire, un accord a été trouvé entre sa famille et l’hôpital. La Voix du Nord, Des nouvelles d’Heïly, la petite fille née malgré une interruption médicale de grossesse
  • Une fine pellicule de neige couvrait le village vallimédartien. Une petite averse neigeuse qui n’a pas causé de problème particulier, mais donnait un joli aspect virginal aux premières lueurs du jour. EMMANUEL MÈRE (CLP) , Petite neige matinale à Saint-Mard-de-Vaux…
  • Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee. , Le petit dej' : Dalvin Cook est là, un trou en défense pour les Bears | Touchdown Actu (NFL Actu) - News, analyses et résultats de la NFL
  • Bien sûr, il ne s’agit là que de rumeurs, tant que cette nouvelle génération d’iPhone n’a pas été officiellement dévoilée par Apple, l’information ne saurait être avérée, mais selon 9to5Mac, une nouvelle découverte viendrait corroborer ces mêmes rumeurs voulant qu’un iPhone si petit soit en préparation. En effet, Display Zoom semble indiquer l’existence d’une résolution plus faible, précisément adaptée donc à cet éventuel modèle de 5,4 pouces. Begeek.fr, iOS 14 : la bêta "confirme" l'existence d'un plus petit iPhone
  • Le festival de musique du château de Dio a bien grandi et évolué. Cette quatrième édition le prouve tant par le nombre de spectateurs (plus de 500 personnes) et la qualité de ce qu’il a été permis d’y voir et entendre. Bien sûr, le lieu féerique du château, mis à disposition par son propriétaire, Bertrand Fleutiaux, n’y est pas pour rien. Mais le mérite en revient à la personne qui se dévoue toute l’année pour que ces moments existent, Danny De Moüy, aidée par la commune, au travers de son maire, Yvelise Descamps, et de très nombreuses autres petites mains. midilibre.fr, Le petit festival est devenu grand - midilibre.fr
  • La microcrèche Mon petit monde n’a pu fêter en juin ses dix ans d’existence, en raison de la crise sanitaire. Il n’y avait pas eu non plus de vide-greniers, en mai, dans l’ancienne école d’Artigues, toujours pour la même raison. L’actuelle direction entend bien fêter son anniversaire pour sa décennie d’existence. Il est prévu pour le samedi 12 septembre à midi. Cette fiesta se fera sur invitation, tout en respectant les gestes barrières. Depuis dix ans, cette structure s’est implantée dans le paysage de la petite enfance foulayronnaise. ladepeche.fr, Foulayronnes. Mon petit monde fêtera ses dix ans en septembre - ladepeche.fr
  • Plusieurs habitués du port de Fécamp ont observé la présence d'un petit sous-marin rouge durant la première quinzaine du mois de juillet. Notamment Paskal Bronnec, qui a partagé sa découverte et ses interrogations sur sa page Facebook Regards sur l'eau. Piloté à partir du Roxane Z, navire multifonction, le DriX, long de 7,7 m pour une masse de 1,4 t, est un sous-marin autonome. lecourriercauchois.fr, Fécamp. C'était quoi ce petit sous-marin rouge dans le port ?
  • Dans la soirée du samedi 8 août, Cathy Choquet, Montdidérienne qui organise des lotos depuis novembre 2018 avec sa micro-entreprise (Cathy Loto), va organiser un loto-quine spécial pour soutenir le petit Éliott, 5 ans, atteint de leucémie. « J’ai pris la décision spontanément de mettre sur pied ce loto solidaire il y a quelques jours. La grand-mère, que je connais, m’avait appris juste avant que son petit-fils souffrait d’une grave maladie. Je suis maman et grand-mère, et ce qui se passe avec ce petit garçon m’a beaucoup touchée. Éliott a un rêve, c’est d’aller à Disneyland. Nous serions très heureux de l’aider à le réaliser. » , Montdidier : un loto solidaire pour le petit Éliott le 8 août | Le Bonhomme Picard
  • Jusqu'à l'élection de Donald Trump, le site d'évaluations de petits commerces trouvait davantage d'oreilles attentives en Europe qu'aux Etats-Unis. L'entreprise de San Francisco pousse désormais le ministère de la Justice à ne pas se limiter à la publicité mais à inclure le fonctionnement du moteur de recherche dans la plainte qu'il s'apprête à lancer. Les Echos, Yelp, le petit concurrent de Google qui se bat sur le front antitrust depuis dix ans | Les Echos
  • Les chats ont un petit côté chameau. De R. Chartrand
  • Le mariage, un petit jeu de satiété. De Henri Duvernois
  • Devant Dieu, toujours petit on est. De Proverbe
  • Même le petit serpent a du venin. De Ankh-Sheshonq
  • A pauvre coeur petit souhait. De Proverbe français
  • A petit saint, petite offrande. De Proverbe français
  • Les hommes ne deviennent délicats que petit à petit. De Gilles Archambault / Le voyageur distrait
  • Petit à petit, l’oiseau fait son nid. De Proverbe français
  • Grosse annonce, petit magasin. De Proverbe québécois
  • Petit à petit, on va loin. De Proverbe péruvien
  • A petit oiseau, petit nid. De Proverbe français
  • En général, il faut se redresser pour être grand : il n'y a qu'à rester comme on est pour être petit. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, La Vie de Marianne
  • Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde : On a souvent besoin d'un plus petit que soi. Jean de La Fontaine, Fables, le Lion et le Rat
  • […] entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits. Jean de La Fontaine, Fables, le Lion et le Moucheron
  • La politique la plus coûteuse, la plus ruineuse, c'est d'être petit […]. Charles de Gaulle, Allocution prononcée au Champ-d'Arbaud, à Basse-Terre, 20 mars 1964, Discours et messages. Pour l'effort (1962-1965) , Plon

Images d'illustration du mot « petit »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « petit »

Langue Traduction
Corse picculu
Basque txiki
Japonais 小さい
Russe маленький
Portugais pequeno
Arabe ضغير
Chinois
Allemand klein
Italien piccolo
Espagnol pequeño
Anglais small
Source : Google Translate API

Synonymes de « petit »

Source : synonymes de petit sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « petit »


Mots similaires