Mince : définition de mince


Mince : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MINCE, adj. et interj.

I. − Adjectif
A. − [Caractérisant l'étendue]
1. [Appliqué à une seule dimension] Dont l'épaisseur ou la largeur est inférieure à la moyenne.
a) [P. oppos. à épais] Mince feuille, pellicule; cuir, étoffe, verre mince. Le sol disparaissait sous une mince couche de neige, qui le poudrait légèrement (Verne,Tour monde, 1873, p.157).V. barde ex. 3, jambon ex. 1:
1. Les deux nouveaux venus s'installèrent dans une chambre séparée seulement de celle de ma femme par une mince cloison; il était impossible de ne pas les entendre, à moins de se boucher les oreilles... Chateaubr.,Mém., t. 2, 1848, p.574.
[P. méton. du déterminé, en parlant de la matière] Mince robe, tunique; mince veston. Sa chaussure était si mince et si fine qu'on eût presque dit son pied nu, et plutôt ganté que chaussé (Flaub.,Éduc. sent., 1845, p.74).Le gros garçon (...) grelottant dans sa chemise de soie, son mince complet havane, ses bottes fines (Bernanos,M. Ouine, 1943, p.1358).[Ce qui est fait de cette matière] Leurs bras Vêtus de laine rude ou de mince percale (Heredia,Trophées, 1893, p.143).
P. métaph. Un pauvre diable dont la santé est mince comme une porcelaine de Chine (Amiel,Journal, 1866, p.454).Le monde devient mince et transparent (G. Marcel,Journal, 1923, p.293).
Emploi adv., BEAUX-ARTS. Peindre mince. Peindre en donnant peu d'épaisseur à la couche de couleur. Il ne peint pas mince comme disent les peintres, mais il procède par de solides empâtements (E. Gautier,Journal officiel, 10 avril 1877, p.2784, col. 1 ds Littré).
Emploi subst. masc., arg. ou pop. Papier. Appliquer du mince sur une vitre à briser (Ansiaume1821ds Esn. 1966).Assignat; billet de banque. Des minces. ,,On appeloit ainsi vulgairement le papier monnoie, connu sous le nom d'assignats, quand il étoit en émission; c'est maintenant le nom que le peuple donne aux billets de banque`` (Hautel t.2 1808).
b) [P. oppos. à large]
α) [En parlant d'une chose concr.] Ruban mince; mince baguette, canal, couloir, rue, sentier, trottoir. Cette maison est desservie par un escalier mince, plaqué contre la muraille (Balzac,Splend. et mis., 1844, p.29).Les pupilles de ses yeux gris étaient minces comme celles d'une chatte arrivant du plein jour (Zola,Bonh. dames, 1883, p.619).Un mince rayon de soleil se fraya un chemin dans la chambre sous le store baissé (Roy,Bonheur occas., 1945, p.331):
2. C'était une belle arme, riche sans ornementation superflue, une arme de combat et non de parade. Sur la lame d'acier bleuâtre, relevée de quelques minces filets d'or, se voyait imprimée la marque d'un des plus célèbres armuriers de Tolède. Gautier,Fracasse, 1863, p.223.
β) En partic. [Par croisement avec infra I A 2 b; en parlant d'une expression du visage] Qui manque d'ouverture, d'ampleur; qui est volontairement esquissé. Par moments, ses paupières se baissaient doucement, un regard mince et aigu s'échappait du coin de ses yeux, avec une singulière ironie, et allait fouiller le visage des deux femmes (Zola,M. Férat, 1868, p.256).Il regardait les deux autres de son œil doux et fin, les lèvres pincées d'un mince sourire (Zola,Germinal, 1885, p.1339).
2. [Appliqué à deux ou trois dimensions qui définissent une surface, un volume]
a) Dont les proportions sont peu importantes; qui est fin d'aspect et/ou élancé. Anton. massif.Minarets aussi minces que des mâts de vaisseaux (Lamart.,Voy. Orient, t.2, 1835, p.377).Prêtez-moi la respiration légère et facile des locomotives hautes et minces, aux mouvements si aisés, les locomotives des rapides (Larbaud,Barnabooth, 1913, p.36).La lune, croissant mince, était couchée sur un nuage (Montherl.,Pte Inf. Castille, 1929, p.614).
b) En partic. [En parlant d'un être vivant (notamment de l'homme), d'une partie du corps] Anton. épais, gras, gros.Bouche, buste, cou, doigts, lèvres, jambes, mains, nez mince(s); (une personne) mince comme un fil, comme une sylphide. Une voiture passa (...) traînée au grand trot par deux minces chevaux blancs (Maupass.,Bel ami, 1885, p.146).Elle remarqua ses pieds minces, elle fut orgueilleuse de leur petitesse (Zola,Rêve, 1888, p.80).Sur les photographies − et je ne sais pourquoi − il semble grand. Il n'est pas fort grand, il est mince; et note bien que mince ne signifie pas fluet (Duhamel,Maîtres, 1937, p.36).Parce que notre civilisation veut des femmes minces. On peut le critiquer, résister, mais c'est ainsi (...). Être mince présente bien des avantages, ne serait-ce que sur le plan de la santé (Madame Figaro, 25 sept. 1982, p.170, col.1).V. adaptation ex. 20:
3. ... crains de trop te serrer dans un corset; c'est à cet absurde et incommode usage que tant de jeunes filles doivent des maux de poitrine et d'estomac, tout cela dans le but de paraître mince et de ressembler à une guêpe au lieu de ressembler à une femme. Karr,Sous tilleuls, 1832, p.114.
[Avec compl. prép. de indiquant ce qui est mince] Elles [les Abyssiniennes] sont grandes, minces de taille, élancées comme les tiges de palmier de leur beau pays (Lamart.,Voy. Orient, t.2, 1835, p.402).
Emploi subst. Madame Hourmel, une grande mince, aux joues plates, aux yeux doux et inquiets d'inquiétude ménagère (R.Bazin,Blé, 1907, p.294).Sa sveltesse, son allure, son élégance − celles, inimitables, des minces sans régime (Fr. Dorin, Les Miroirs truqués, Paris, éd. J'ai Lu, 1983 [1982], p.202).
[Qqf. synon. de maigre] Elle vint ouvrir, mince, épuisée, frappée elle-même d'une lente décomposition du sang (Zola,Dr Pascal, 1893, p.49).On a six ans, des jupons de poupée, des mollets minces à faire pleurer, un tablier à manches courtes laissant voir la chair trop frêle des poignets (Frapié,Maternelle, 1904, p.64).
B. − [Caractérisant la constitution ou l'état de la matière]
1. Domaine concr.
a) [Appliqué à un ensemble de choses ou de pers.] Dont les éléments sont peu nombreux ou peu rapprochés. C'était un garçon de vingt-six ans, petit, très brun, d'une jolie figure, avec de minces moustaches, qu'il frisait toujours d'un mouvement machinal de la main (Zola,Assommoir, 1877, p.380).L'assemblée était mince. Je me dissimulai derrière un des piliers de l'entrée. L'abbé Biscarnious, dans la chaire, achevait sa péroraison (Ch. Exbrayat, Méfie-toi, gone!Paris, Le Livre de poche, 1984 [1961], p.101):
4. Pour comprendre l'importance alimentaire de ces cultures d'arbres, il faut les associer à celles qui se multiplient à leur ombre: aux tapis d'orge, fèves ou blé, garnissant, sous le mince feuillage de l'olivier, les gradins en terrasses... Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.135.
ART MILIT., vx. Ordre mince. ,,Ordre de bataille dans lequel les hommes sont sur peu de rangs`` (Littré). Dans ma jeunesse (...) on étudiait l'ordre profond et l'ordre mince (...). La science militaire a changé comme tout le reste par la révolution (Chateaubr.,Mém., t.2, 1848, p.403).
b) [En parlant d'une chose] Qui est faite d'une matière peu dense, peu serrée. Un mince brouillard flottant au ras du sol (Carco,Vérotchka, 1923, p.15).Une petite pluie mince commence à tomber (Sartre,Engrenage, 1948, p.180).La Giralda fit entendre douze coups, frappés sur un airain si haut placé et dans un air si mince que les ondes se propagèrent jusqu'au fleuve (Morand,Flagell. Séville, 1951, p.7):
5. De consistance variable, tantôt mince et diluée, tantôt concentrée en empâtements d'épaisseur presque touchable, elle [une odeur bizarre] étalait dans l'arrière-gorge, au centre des nausées, une onctuosité narquoise, une sorte de crème infâme et permanente, de substance inconnue, d'une fadeur à s'évanouir. Malègue,Augustin, t.1, 1933, p.157.
P. anal. Bruit, rire mince. Ils y jouaient les drames qu'ils savaient par coeur, la voix enflée pour les héros, toute mince (...) pour les ingénues et les reines (Zola, Œuvre, 1886, p.38).Comme dans les cortèges d'enterrement, on distinguait le grésillement mince du gravier roulant sous les semelles (Estaunié,Vie secrète, 1908, p.301):
6. ... en ce moment, les troupeaux (...) avançaient, pressés et chauds, entre les incendies, leur épais silence percé çà et là de minces bêlements. Malraux,Espoir, 1937, p.762.
2. Au fig. Qui est de peu d'importance, de peu de valeur.
a) [Dans l'ordre de la qualité]
α) [En parlant d'une chose] Insignifiant; faible, petit. Mince détail, événement, prétexte, récit; une cause bien mince. Il faut la voir et l'entendre conter une histoire la plus mince, un simple détail de la vie ordinaire (Taine,Notes Paris, 1867, p.180).La leçon d'anatomie [de Rembrandt] est mince et n'a que peu d'ardeur. L'effet est saillant sans être fort, et en aucune partie des étoffes, du fonds, de l'atmosphère où la scène est placée, le travail ni le ton ne sont très riches (Fromentin,Maîtres autrefois, 1876, p.273):
7. Voilà ce qu'il a jadis appelé des succès! Il s'est réjoui sans scrupule de tous ces chagrins de ses frères, comme d'autant de victoires de Dieu! Tout cela lui paraît maintenant petit, mince, privé d'amour. Barrès,Colline insp., 1913, p.322.
[Avec compl. prép. de indiquant ce qui est mince] Un texte mince de fond. Cette brochure, mince de texte et si lourde d'expérience et de prévisions (Barrès,Cahiers, t.13, 1921, p.199).
[Souvent à la forme négative, pour renforcer la valeur de l'objet] Ce n'est pas une mince entreprise, un mince mérite (de ou que de + inf.). Ce n'était pas une mince besogne de transvaser d'un bord du fleuve à l'autre une population de plus d'un million d'âmes (Gautier,Rom. momie, 1858, p.207).Si je surveille trop mon écriture, je risque de fausser ma ligne et de donner dans le piège de l'apprêt au moment même et d'autant plus que je m'applique à l'éviter... La difficulté n'est pas mince (Gide,Robert, 1930, p.1316).Oh! ce n'est pas une mince affaire que d'arracher l'avarice du coeur des petits paysans! (Bernanos,M. Ouine, 1943, p.1507).
β) [En parlant d'une pers.] Sans intérêt, insignifiant:
8. Personne ne s'occupait de moi; j'étais alors, ainsi que Bonaparte, un mince sous-lieutenant tout à fait inconnu; nous partions, l'un et l'autre, de l'obscurité à la même époque, moi pour chercher ma renommée dans la solitude, lui sa gloire parmi les hommes. Chateaubr.,Mém., t.1, 1848, p.240.
b) [Dans l'ordre de la quantité]
α) [En parlant d'une chose] Synon. de maigre.Mince héritage, repas, revenu, trousseau. Je me représente encore l'arrivée de notre mince mobilier dans cet immense local où nous étions comme perdus (Michelet,Mémor., 1822, p.184).On lui fit comprendre qu'il n'était pas vu moins favorablement par MlleAimée. La dot était mince. Trop de frères et de soeurs (Coppée,Longues et brèves, t.5, 1893, p.259).Tu n'as gagné que vingt-cinq francs cette semaine, c'est mince (Delesalle,Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p.182):
9. Persuadée que les sous me préoccupaient comme elle, la brave femme n'attendait pas que j'eusse soufflé, pour me cacher dans la main ses très minces économies de la journée. Et par la suite c'est toujours ainsi qu'elle m'accueillit. Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p.239.
β) [En parlant d'une pers.] Lorsqu'on est aussi mince buveur que moi, on est heureux de trouver les petits vins légers de la Moselle (Du Camp,Hollande, 1859, p.223).
II. − Interj., pop. et fam.
A. − [Exprime la surprise, l'étonnement, l'admiration, p.euphém. de merde] Lorsqu'il la vit reparaître, il s'écria: − Mince! vous êtes bien frusquée! (Dabit,Hôtel Nord, 1929, p.110).Papa exige que tu rentres et te pardonne. − Me pardonne? Ah! mince alors. Me pardonne... tu es sûr qu'il dit ça? (Aragon,Beaux quart., 1936, p.361):
10. Il faut que je me redresse... que je me démène pour rentrer... Je ramasse mon beau costard... Mais je retrouve plus mon faux-col... Tant pis! Je devais être revenu pour dîner! Mince! C'est bien ma putaine déveine! Céline,Mort à crédit, 1936, p.382.
B. − Locutions
1. [Avec compl. prép. de]
a) [Exprime l'admiration ou le contentement] Mince de costard! (Riv.-Car.1969):
11. Il demande le grand maréchal de la cour. On lui donnera toujours bien son adresse à Tsarskoïe. Mais le sous-officier lui fait tourner la tête... lui montre une silhouette qui s'avance!... Mince de veine alors!... C'est M. le grand maréchal lui-même!... Leroux,Roul. tsar, 1912, p.165.
b) Par antiphrase. [Exprime la contrariété, la déception, la colère] Il y a deux ans, quand Georgine se vit sur le point de mourir, elle me légua, mince d'héritage! Juliette, alors âgée de trois semaines (Arène,Veine argile, 1896, p.111).Mince de paletot, remarque Tirette devant une capote qui passe, infiniment rapiécée, de tous les bleus (Barbusse,Feu, 1916, p.49):
12. ... il avait sa cellule communiste, quelque part, là-bas à Vincennes, il jouait les révolutionnaires à chaînette d'or et à pochette de soie. Mince de révolution! Bernanos,Mauv. rêve, 1948, p.967.
2. Arg. [Avec prop. introd. par que]
a) Synon. de sûr/sûrement que, certainement que, je crois bien.[Leur linge pompe leur sueur] Minç' qu'ils doiv' emboucanner l'singe (Richepin,Chans. gueux, 1881, p.162).Mince que je voudrais le voir (Rigaud,Dict. arg. mod., 1881, p.251).
b) Par antiphrase. Synon. de beaucoup de.Un voleur ne dit pas simplement: «J'ai volé beaucoup de gens». Il dit avec emphase: «Mince que j'en ai fait pleurer!» (A. Humbert,Mon bagne, 1880, feuille 25).
REM.
Mincement, adv.[Correspond à supra I A 1 a] D'une manière peu épaisse. Vêtement mincement doublé (Lar. 19e). [P. méton. du déterminé] De façon plus réduite. [Sur des affiches-réclames] des baigneuses en maillot clair, étendues sur des plages miniatures, célébraient par on ne savait quel rapprochement la douceur de telle cigarette; et d'autres, plus mincement vêtues encore, glorifiaient une boisson désaltérante (Roy,Bonheur occas., 1945, p.396).
Prononc. et Orth.: [mε ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1306 «petite monnaie qui valait un demi-denier» (Guillaume Guiart, Branche des royaus lignages, éd. Wailly et Delisle, 11788); encore au xvies. comme terme arg. qui désigne l'argent (v.Hug.); 2. a) ca 1480 mince «dénué d'argent», arg. mince de caire «id.» (Guillaume Coquillart, Droitz nouveaux, 933, 1578, éd. M. J.Freeman, pp.175, 209); b) début xvies. « de peu d'épaisseur» (Fossetier, Cron. Marg., ms. Bruxelles 10510, fo206 rods Gdf. Compl.); c)1560 «grêle, peu épais de taille» (La Bible, qui est toute la saincte Escriture [...] de l'imprimerie d'Antoine Rebul, chap. 41, vers 19, fo15 ro); d) 1640 (Oudin Curiositez: son fait est bien Mince, il n'a gueres de biens ou d'argent); av. 1646 «de peu d'importance» (Maynard, Epigr. contre Saint-Amant cité ds Livet Molière: Vostre noblesse est mince); 3. a) arg. 1790 «papier à lettres» (Rat du Châtelet, p.15); b)1808 (Hautel, loc. cit.); c) 1878 mince que... (Richepin cité ds Larch., p.242); 1881 interj. mince! (Id., Chans. gueux, p.288). Déverbal de mincer*; au sens 1 cf. lat. médiév. minutum (xives. ds Latham), minuta (xives. ds Du Cange) «petite monnaie». Fréq. abs. littér.: 3543. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4021, b) 5255; xxes.: a) 6389, b) 4977.
DÉR.
Mincet, -ette, adj.,rare. Un peu mince. Lorsque la petite femme, parisienne mincette, laide et tentante comme le péché, vient déjeuner avec son mari, mon lieutenant vous a des yeux à ne pas le laisser approcher d'une poudrière (A. Daudet,Pte paroisse, 1895, p.176).Emploi subst. Une petite fille (...) une petite mincette aux yeux bleus étranges (...) qui le faisait tourner en bourrique (Vialar,Tournez, 1956, p.75). [mε ̃sε], fém. [-εt]. 1reattest. 1535 (Maurice Scève, La Deplourable fin de Flamete, ch. 29 ds Hug.), rare; de mince, suff. -et*.

Mince : définition du Wiktionnaire

Adjectif

mince \mɛ̃s\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a peu d’épaisseur.
    • Les betteraves, après avoir été lavées, sont découpées en cossettes très minces par un coupe-racines. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 144)
    • Le reste du visage se composait d’un teint rosé, d’une lèvre mince, surmontée d’une moustache fauve et de dents admirables. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Mme Chappaz jeta dans la poêle pleine d’huile bouillante les pommes de terre coupées en tranches minces. — (Charles Ferdinand Ramuz, Adam et Ève, L’Âge d’Homme, 1978, page 9)
  2. Svelte, élancé, pas gros.
    • La petite, qui roulait sur ses vingt ans, était aguichante au possible, mince et rembourrée, les yeux clairs, mouillés de candeur vicieuse. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 30)
    • C’est un long vieillard, mince comme un baliveau, un peu courbé par une bonne septantaine d’ans. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il était de taille moyenne, plutôt mince. — (Laure Nillus, Le sourire évanoui, in Nouvelles policières, éditions Balthazar, avril 2003)
  3. (Figuré) Qui est faible, peu considérable, médiocre.
    • Le ressac était trop fort sur la plage de galets et aurait vite mis en pièces mon mince canot de toile. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • Le dirigeant pensait pouvoir tirer un bénéfice d’avoir réussi à éviter le retour d’une frontière dure sur l’île, entre République d’Irlande et Irlande du Nord. Mais ses chances de conserver son siège paraissent minces. — (Cécile Ducourtieux, Les Irlandais se rendent aux urnes, prêts à tourner la page du Brexit, Le Monde. Mis en ligne le 6 février 2020)
    • Il ne reste qu’un bien mince espoir de sauver ce malade.
    • C’est un bien mince personnage, il est de peu de considération, de peu d’autorité.
    • Ce n'est pas une mince affaire !

Forme de verbe

mince \mɛ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de mincer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de mincer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de mincer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de mincer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de mincer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mince : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MINCE. adj. des deux genres
. Qui a peu d'épaisseur. Étoffe mince. Cette doublure est bien mince. Cette lame d'argent est fort mince. Couper des tranches de pain trop minces.

MINCE signifie, au figuré, Qui est faible, peu considérable, médiocre. Revenu mince. Mince héritage. Son mérite, son savoir est mince. Il ne reste qu'un bien mince espoir de sauver ce malade. C'est un bien mince personnage, Il est de peu de considération, de peu d'autorité.

Mince : définition du Littré (1872-1877)

MINCE (min-s') adj.
  • 1Qui a fort peu d'épaisseur. Tous les corps sont transparents ; il n'y a qu'à les rendre assez minces pour que les rayons, ne trouvant qu'une lame, qu'une feuille à traverser, passent à travers cette lame, Voltaire, Newt. II, 10. Avec son habit un peu mince, Avec son chapeau goudronné, Comme l'honneur de la province Ce Bourguignon [vin de Bourgogne] nous est donné, Béranger, Agent provocat.

    Chose mince comme la langue d'un chat, chose très mince.

    Taille mince, personne mince, taille, personne non grasse, pourtant sans maigreur.

    Substantivement. Un grand mince, un homme grand et mince.

  • 2 Fig. Peu considérable, de peu d'importance, en parlant des choses. Pour le petit marquis qui me tint hier longtemps la main, je trouve qu'il n'y a rien de si mince que toute sa personne, et ce sont de ces mérites qui n'ont que la cape et l'épée, Molière, Mis. V, 4. Cette dot me parut bien mince pour la fille d'un homme que je croyais très riche, Lesage, Guzm. d'Alfar. VI, 3. Je les trouvais échauffés sur une dispute la plus mince qui se puisse imaginer, Montesquieu, Lett. pers. 36. Ses mémoires du comte de Grammont, son beau-frère, sont de tous les livres celui où le fond le plus mince est paré du style le plus gai, le plus vif et le plus agréable, Voltaire, Louis XIV, Écriv. Hamilt. Deux fripons gouvernaient cet État assez mince ; Ils avaient abruti l'esprit de monseigneur, Voltaire, Éduc. d'un prince.

    Cet homme a la mine bien mince, il est de mince étoffe, il a l'air d'un homme de peu de considération, de peu de mérite.

    Il se dit des personnes dans un sens analogue. Trêve donc de grandeur pour un homme si mince, Boursault, Fables d'Ésope, I, 2. On est toujours surpris de voir Auguste, né d'une famille si mince, un provincial sans nom, devenir le maître absolu de l'empire romain, et se placer au rang des dieux, Voltaire, Triumv. note. Nous venons de perdre un homme bien médiocre à l'Académie française ; on dit qu'il sera remplacé par Thomas, il aura besoin de toute son éloquence pour faire l'éloge d'un homme si mince, Voltaire, Lett. d'Argental, 22 oct. 1766. Je soutiens qu'il n'y a si mince auteur grec, latin, italien, anglais, français, allemand, qui n'ait quelque tour qui lui soit propre, Diderot, Lett. à Galiani. Quoique je sois un des plus minces officiers de Sa Majesté, je suis aussi peu disposé que vous à souffrir qu'on lui fasse tort, Collé, Part. de chasse de Henri IV, II, 11.

  • 3 Terme de tactique. L'ordre mince, par opposition à l'ordre profond, ordre de bataille dans lequel les hommes sont sur peu de rangs. Que Platof, avec ses canons, avait mordu de loin sur les masses profondes qu'il [Davoust] lui avait présentées ; qu'alors seulement le maréchal ne leur avait plus opposé que quelques lignes minces qui s'étaient reployées promptement, Ségur, Hist. de Nap. IX, 9.

HISTORIQUE

XIVe s. Mince [petite monnaie valant un demi-denier], Guiart, t. II, p. 109, V. 2809 (11787) Les troncs [des chous] qui sont tous defeuillés, ne convient-il plus replanter, mais laissier en terre, car ils getteront minces [rejetons], Ménagier, II, 2.

XVIe s. Son fait est bien mince, Oudin, Curios. franç.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MINCE. Ajoutez :
4 Adv. Peindre mince, donner peu d'épaisseur à la couche de couleur. Il ne peint pas mince, comme disent les peintres, mais il procède par de solides empâtements qui lui donnent le brillant et le coloris que l'on remarque dans ses ouvrages, E. Gautier, Journ. offic. 10 avr. 1877, p. 2784, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mince : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MINCE, adj. (Gramm.) épithete, par laquelle on désigne un corps qui a très-peu d’épaisseur relativement à sa surface. Ainsi le taffetas est une étoffe fort mince. Il y a des gens d’un mérite assez mince, à qui l’on a accordé des places très-importantes, soit dans la robe, soit dans l’église, soit dans le gouvernement, soit dans le militaire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mince »

Étymologie de mince - Littré

Champenois, mîce. Origine incertaine. Mince ne peut venir du latin minutus ( 1er u long), l'accent s'y oppose. Diez a recours à l'anc. haut allem. minuisto, superlatif de min, petit ; anc. scand. minst : ç pour s, et s pour st. Langensiepen et Scheler allèguent le latin mancus, qui est en défaut, par l'intermédiaire d'un mancius ; mince pour maince. Tout cela est fort douteux. L'historique conduit à une autre conjecture : le mot mince ne paraît pas de très bonne heure dans la langue, ce n'est qu'au commencement du XIVe siècle, et alors il signifie une très petite monnaie ; peut-on y voir l'allemand Münze, danois et angl. mint, monnaie ? puis le mot sera devenu un adjectif désignant quelque chose de très peu épais.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de mince - Wiktionnaire

Déverbal sans suffixe de mincer dérivé du latin *minutiare, de minutus (« petit, menu »). Le latin médiéval avait minuta (« petite monnaie »).
(1306) Apparait avec le sens de « pièce de monnaie valant un demi-denier » ; (XVIe siècle) terme argotique qui désigne encore l’argent ; (XVe siècle) « dénué d’argent » ; (XVIe siècle) « de peu d’épaisseur » ; (1560) « grêle, peu épais de taille » ; (XVIIe siècle) « de peu d’importance » ; (1881) interjection.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mince »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mince mɛ̃s play_arrow

Citations contenant le mot « mince »

  • L’équipe de l’Association fédérée pour le don de sang bénévole de la région de Pont-Scorff était mobilisée, ce mardi 21 juillet, pour la troisième collecte de l’année, la première de l’été. Les donneurs sont venus peu nombreux et le bilan est mince. Le Telegramme, Les résultats de la dernière collecte de sang sont décevants - Guidel - Le Télégramme
  • Le rapport sur le marché des dépôts de semi-conducteurs en couches minces propose une méthodologie de recherche systématique, une évaluation approfondie et un haut niveau de précision afin d’aider le lecteur à collecter les informations à partir de sources directes et indirectes. Le marché des dépôts de semi-conducteurs en couches minces se développe rapidement là où les modèles de prévision ont été pris en compte dans les différentes régions. Le rapport sur le marché des dépôts de semi-conducteurs en couches minces a apporté une lumière profonde sur le marché des dépôts de semi-conducteurs en couches minces et a même collecté les informations à partir de sources primaires et secondaires. Le marché des dépôts de semi-conducteurs en couches minces est classé en différentes sections, notamment par les utilisateurs finaux, par produit, par région, par application et par type. Le rapport de recherche sur l’industrie des dépôts de semi-conducteurs en couches minces décrit le marché mondial en expliquant les principaux acteurs opérant sur le marché des dépôts de semi-conducteurs en couches minces. Plusieurs paramètres sont utilisés dans ce rapport, tels que le modèle à cinq forces de Porters, l’analyse SWOT et l’analyse du pilon. Journal l'Action Régionale, Marché mondial du dépôt de semi-conducteurs à couche mince 2020 par les principaux acteurs SCREEN Semiconductor Solutions Co., Ltd, American Elements, SEMCO – Journal l'Action Régionale
  • Global Mince et films ultra-minces Marché 2020 Rapport de recherche est un rapport de recherche compétent et approfondi sur les principales conditions du marché régional du monde, en se concentrant sur les principales régions (Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique). Il couvre le paysage du marché et ses perspectives de croissance dans les années à venir. Le rapport comprend également une discussion sur les principaux fournisseurs opérant sur ce marché mondial avec des approches descendantes et ascendantes et analysés en outre à l’aide d’outils analytiques tels que l’analyse des cinq forces du porteur et découvrir les opportunités, les défis, les contraintes et les tendances du Mince et films ultra-minces mondial Marché. , Analyse de la croissance de l’industrie mondiale du marché Mince et films ultra-minces, segmentation, taille, part, tendance, demande future et mises à jour des principaux acteurs par prévision jusqu’en 2026 – InFamous eSport
  • Lors de mon arrivée en Grande-Bretagne, les Anglais étaient grands, minces et taciturnes, tandis qu'aujourd'hui ils sont grands, minces et taciturnes. De George Mikes / Comment peut-on être Anglais ?
  • Pour être acteur aujourd'hui, on n'est pas obligé d'être mince et beau, et c'est formidable. De Sophie Marceau / Elle 29 novembre 1999
  • Le monde tout entier ressemblait à ce jeu de couleurs : il suffisait de retirer une mince feuille grisâtre de mauvais souvenirs et la joie éclatait. De Andreï Makine / La Musique d'une vie
  • Ce n’est pas un mince bonheur qu’une condition médiocre : le superflu grisonne plus vite, le simple nécessaire vit plus longtemps. De William Shakespeare / Le marchand de Venise
  • De nos jours, la différence entre le mal et le bien est très mince : le mal c'est lorsque l'on se fait prendre ! De Franck Michot
  • La différence entre la vie et la mort est parfois si mince qu'il est préférable de croire que l'on est vivant. De Gérard Gévry / L'homme sous vos pieds
  • A travers le mince miroir de l'eau les esprits de l'air et de l'eau se confondent. De Jay Lee / Les Heures d'ombre
  • Les couleurs politiques sont comme les couleurs du peintre, elles n’ont qu’une surface mince et cachent toutes la même toile. De Alphonse Karr
  • La paix est mince, et elle doit le demeurer si elle veut se faufiler entre deux guerres. De Aline Beaudin-Beaupré / Le Coeur sur les lèvres
  • L’art se situe dans l’intervalle, mince comme la peau, qui sépare la vérité du mensonge. De Monzaemon Chikamatsu / Entretiens avec Hozumi Ikkan
  • J’ai découvert que la seule façon d’avoir l’air mince, c’était sortir avec des gens obèses. De Rodney Dangerfield
  • La simplicité que je recherche est tout à côté de la complication et cette frontière est si mince, si fragile. De Keato
  • Pour avoir l’air mince, ne sortez qu’avec des obèses. De Jean-Loup Chiflet / Réflexions faites... et autres libres pensées
  • Les défauts sont épais là où l'amour est mince. De Proverbe russe
  • Entre la folie et le génie, la frontière est mince. De Serge Uzzan

Images d'illustration du mot « mince »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mince »

Langue Traduction
Corse magre
Basque mehe
Japonais 薄い
Russe тонкий
Portugais fino
Arabe نحيف
Chinois
Allemand dünn
Italien esile
Espagnol delgado
Anglais thin
Source : Google Translate API

Synonymes de « mince »

Source : synonymes de mince sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mince »



mots du mois

Mots similaires