La langue française

Étroit

Sommaire

  • Définitions du mot étroit
  • Étymologie de « étroit »
  • Phonétique de « étroit »
  • Évolution historique de l’usage du mot « étroit »
  • Citations contenant le mot « étroit »
  • Images d'illustration du mot « étroit »
  • Traductions du mot « étroit »
  • Synonymes de « étroit »
  • Antonymes de « étroit »

Définitions du mot étroit

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTROIT, OITE, adj.

A.− [Gén. avec l'idée péj. d'un manque d'espace]
1. [En parlant de choses concr.] Qui a peu de largeur. La mère et la fille, vont, d'une allure balancée l'une devant l'autre, par un étroit sentier creusé dans les récoltes (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Aveu, 1884, p. 158).La vallée, qui pendant des lieues n'était qu'un étroit couloir de roches, sinueux et profond, s'élargissait subitement (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 207).Cf. adonc ex. 1 :
1. L'étroite langue de plateau enserrée entre la masse du château et les précipices où serpentait le sentier était partout couverte d'un gazon ras et élastique... Gracq, Argol,1938, p. 24.
SYNT. Banc, canal, chemin, chenal, corridor, défilé, rempart, ruban, sillon, vallon, vestibule étroit; allée, bandelette, embouchure, rivière, route, rue, ruelle, vallée étroite.
En partic.
a) [En parlant d'un vêtement] Qui est trop ajusté, serré. Corset étroit; redingote étroite; souliers étroits. Un étroit corset rouge embrassait sa ceinture (Lamart., Jocelyn,1836, p. 614):
2. ... celui-là agite rudement sa jambe pour faire redescendre sur sa botte le pantalon trop étroit que le frottement d'une jambe voisine a replissé jusqu'au genou. Soulié, Mém. diable,t. 2, 1837, p. 89.
b) [En parlant du corps hum.] Qui est mince, maigre. Dos étroit; taille étroite. Janet est étendu sous ses draps, raide et droit. Son corps étroit bossue la couverture grise comme une levée de sillon (Giono, Colline,1929, p. 30):
3. On le jette nu, dans un atroce relent de sueur, aux gendarmes qui le toisent, aux médecins qui le palpent, et le major déclare : « Rien au cœur, rien au poumon. Bon pour le service armé », et il ajoute en frappant la poitrine étroite : « Ça vous fera du bien. Ça vous développera, le grand air, l'exercice! » Vercel, Cap. Conan,1934, p. 154.
Étroit de + subst. (indiquant ce qui est étroit).Cf. afghan ex. 2 :
4. ... elle était complètement nue, et, ainsi dépouillée de la robe bouffante, son petit corps se montrait si jeune, si enfantin de poitrine, si étroit de hanches, si visiblement impubère, que Démétrios se sentit pris de pitié... Louÿs, Aphrodite,1896, p. 82.
Rem. Étroit est employé subst. dans la loc. arg. faire l'/son étroite. Faire la mijaurée, se faire passer pour vierge. Ouste! enlevez le veau! Fais pas ton étroite! tu vas trinquer avec les patriotes! (France 1907). Au masc. (rare). Oh! ... je ne veux rien prendre (...) je ne peux pas boire le matin (...) − Ne faites donc pas l'étroit; (...) un verre de vin vous ouvrira l'appétit (Raban, Marco Saint-Hilaire, Mém. forçat, t. 2, 1828-29, p. 156).
2. P. ext. [En parlant d'un lieu, d'un espace] Dont la surface est (trop) limitée; exigu. Chambre, cour, logement étroit(e). Mes articles étaient accueillis favorablement, mais le cadre étroit du journal se refusait à de fréquentes insertions (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 162).Une chambre donnant sur une petite cour carrée si étroite, qu'elle semblait un long tuyau de cheminée (Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 111):
5. ... Yves avait entendu cette parole affreuse dans ce même petit bureau où maintenant une personne est assise, une grosse blonde qui a chaud, trop chaud pour demeurer dans une pièce si étroite, bien que la fenêtre en soit ouverte. Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 236.
SYNT. Étroit bistrot, bureau, cabinet, cachot, palier, patio; étroite prison, salle; antichambre, cage étroite.
3. P. métaph. ou au fig.
a) Domaine de la vie spirituelle.[P. réf. à l'Évangile selon St Matthieu, VI, 13-14 : Entrez par la porte étroite. Large en effet est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent] La voie étroite. La voie du salut que l'on peut atteindre par une vie de renoncement. Anton. la voie large « la voie de la perdition ».Le chemin étroit. Le pasteur Vautier, sans doute intentionnellement, avait pris pour texte de sa méditation ces paroles du Christ : « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite » (Gide, Porte étr.,1909, p. 505):
6. Mais quoi, si l'on fait un pas hors de la voie étroite, que se passe-t-il? Tombe-t-on dans le vide? Non, la voie se fait très large, simplement. Il n'y a plus d'abîme (car la vue de l'abîme, le sentiment du gouffre est une grâce), il y a la vie facile, le plaisir... Green, Journal,1955-58, p. 243.
b) Domaine profane
− Domaine de la vie matérielle, vieilli.Qui manque d'aisance matérielle. Le passage d'une aisance considérable à une situation étroite et gênée, dispose souvent à l'aigreur (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1569).Il [Le Corrège] ne connut jamais l'étroite pauvreté, et la nécessité ne le força pas à l'avarice comme on le prétend (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 225):
7. Une nécessité s'imposait, que la comtesse n'avait pas voulu encore envisager résolument : quitter l'hôtel, l'abandonner aux créanciers hypothécaires (...), se retirer tout de suite au fond de quelque petit logement, pour y vivre une vie étroite et effacée, jusqu'au dernier morceau de pain. Zola, Argent,1891, p. 367.
− Domaine de la vie active.Qui a peu d'extension, restreint. Limite étroite; cercle étroit d'occupation, de sensations :
8. ... elle [la vie sédentaire] rétrécit les horizons du cœur et ceux de l'intelligence; elle tend à étriquer la vision des hommes et des choses, que le trop court rayon de l'expérience ramène aux perspectives d'une petite ville, d'un cercle étroit de conventions, d'un trou de rat quelconque... Mounier, Traité caract.,1946, p. 83.
− Domaine du lang.Sens étroit d'un mot. Sens restreint. Anton. sens large.Définition, signification étroite :
9. On entend ordinairement l'égoïsme en un sens plus étroit que l'égocentrisme. C'est, si l'on veut, de l'égocentrisme durci et recuit, et cette fois essentiellement captatif. Mounier, Traité caract.,1946p. 545.
c) [En parlant de la vie intellectuelle ou morale] Qui manque de largeur de vues. Dogmatisme étroit; principes étroits; morale étroite. Je suis constamment frappé de la façon étroite et mesquine dont nous envisageons les choses, les institutions et les peuples (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 214).Cf. borné II B 2 et buté II A 2 :
10. Je savais qu'il n'y avait là ni inconscience ni bravade, mais volonté tenace de lutte, lutte contre l'étroit formalisme militaire, la routine odieuse des casernes où l'on prétendait le plier. Vercel, Cap. Conan,1934, p. 91.
Emploi subst. Cf. borné II B ex. 5.
Péj. [En parlant d'une pers. ou d'un élément de la pers.] Qui a peu de capacités intellectuelles. Cerveau, crâne étroit; étroit et borné; étroit et mesquin. Anton. large.Elle avait l'esprit étroit et peu cultivé, dans la ville ses naïvetés étaient devenues proverbiales (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 57).
Étroit de + subst. (indiquant ce qui est étroit).Célestine attristée jugea son mari étroit de cervelle, timide, peu compréhensif (Balzac, Employés,1837, p. 12).
Par antiphrase, proverbe. ,,Avoir la conscience étroite comme la manche d'un cordelier. Avoir la conscience large, n'être pas scrupuleux`` (Ac. 1835, 1878).
B.− [Gén. avec l'idée d'une union que favorise le peu d'espace ou de distance entre les choses ou les êtres]
1. Non péj.
a) [En parlant de choses concr.] Qui est serré. Faire un nœud étroit. Entourer d'un lien étroit (DG). Il [l'homme] serra plus fort ses poings noueux qui froissèrent d'une étreinte plus étroite les pattes du malheureux (Pergaud, De Goupil,1910, p. 29):
11. Des chevilles aux hanches, elle était prise dans un réseau de mailles étroites imitant les écailles d'un poisson et qui luisaient comme de la nacre... Flaub., Salammbô,t. 2, 1863, p. 159.
b) Au fig. [En parlant de choses abstr.] Qui rapproche, qui unit de près; intime. Il y a un rapport étroit, un lien serré entre le propriétaire et sa propriété (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 243).Vous irez à l'assaut tous ensemble, sur tout le front, en étroite union avec les armées de nos alliés (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 88).
SYNT. Coopérateur, lien étroit; association étroite; étroit contact, enchaînement; étroite alliance, amitié, cohésion, complicité, coopération, intimité, parenté, relation, solidarité; étroit(e) et durable; étroit(e) et parfait(e).
2. Souvent péj. [Avec l'idée de contrainte] Rigoureux, strict. Étroite captivité, dépendance, loi, surveillance; droit étroit. Au-dessus du droit étroit et abusif d'un mari trompé, il y a le droit humain, passionnel, imprescriptible (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 142).L'État est avant tout la justice organisée, et sa fonction première, son devoir le plus étroit, est d'assurer la liberté (Cousin, Philos. écoss.,1857, p. 223):
12. ... elle montrait un rigorisme si outré, elle pratiquait ses devoirs religieux avec tant d'obstination étroite, qu'elle avait comme séché dans l'existence méthodique qu'elle menait. Zola, N. Micoulin,1884, p. 7.
C.− Loc. adv. À l'étroit (dans/sur + subst.)
1. Dans un espace trop petit (cf. A 1). Plus tard, capitale d'un grand État, elle [la ville] se trouva à l'étroit dans ses remparts désormais inutiles et dont elle fit de vertes promenades (France, Île ping.,1908, p. 420).Rien n'égale comme coût ces chênes royaux, à l'étroit sur un arpent (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 142).
2. P. ext. D'une manière qui laisse peu d'aise (cf. B 1 a). Ce sont de petits vieux rabougris, aux joues poudrées de cendre, ou de gros poussifs encerclés à l'étroit dans leurs capotes passées et tachées (Barbusse, Feu,1916, p. 49).
Au fig. Mal à l'aise, gêné. Mais déjà j'étais à l'étroit dans ces époques trop petites (Giraudoux, Suzanne,1921, p. 94):
13. Souvent aussi la réflexion se trouvoit à l'étroit dans ces religions intolérantes dont on avoit pour ainsi dire un code pénal, et qui donnoient à la théologie toutes les formes d'un gouvernement despotique... Staël, Allemagne,t. 5, 1810, p. 22.
Être à l'étroit, vivre à l'étroit. ,,N'avoir pas les commodités de la vie`` (Ac.; cf. A 3 b).
Prononc. et Orth. : [etʀwa], fém. [-wat]. Mais [ɑ] ds Passy 1914 et à titre de var. ds Warn. 1968; il s'explique par la présence d'un [ʀ] vélaire apr. consonne. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 2 1787 signalent que quelques-uns prononcent [etʀ ε] ce qui correspond à une autre possibilité d'évolution de la diphtongue -oi- (cf. aboyer). Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1100 [si chevalchent] es treiz « en rangs serrés » (Roland, éd. J. Bédier, 1001); 1155 estreite « qui a peu de largeur » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 2954); ca 1165 « privé, intime » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 15230); ca 1205 a l'estroit « dans un espace trop réduit » (Renart, éd. E. Martin, Br. XVII, 1589); fin xiiies. [ms.] estroit et dur covine « qui manque de générosité » (Guiot de Provins, Bible, éd. Fr. Wolfart, 1336). Du lat. class. strictus « serré, étroit; concis; sévère, rigoureux », part. passé adj. de stringere « serrer ». Fréq. abs. littér. : 6 399. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 127, b) 10 224; xxes. : a) 10 156, b) 8 691. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 128. − Grundt (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, pp. 305-306.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTROIT, OITE, adj.

A.− [Gén. avec l'idée péj. d'un manque d'espace]
1. [En parlant de choses concr.] Qui a peu de largeur. La mère et la fille, vont, d'une allure balancée l'une devant l'autre, par un étroit sentier creusé dans les récoltes (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Aveu, 1884, p. 158).La vallée, qui pendant des lieues n'était qu'un étroit couloir de roches, sinueux et profond, s'élargissait subitement (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 207).Cf. adonc ex. 1 :
1. L'étroite langue de plateau enserrée entre la masse du château et les précipices où serpentait le sentier était partout couverte d'un gazon ras et élastique... Gracq, Argol,1938, p. 24.
SYNT. Banc, canal, chemin, chenal, corridor, défilé, rempart, ruban, sillon, vallon, vestibule étroit; allée, bandelette, embouchure, rivière, route, rue, ruelle, vallée étroite.
En partic.
a) [En parlant d'un vêtement] Qui est trop ajusté, serré. Corset étroit; redingote étroite; souliers étroits. Un étroit corset rouge embrassait sa ceinture (Lamart., Jocelyn,1836, p. 614):
2. ... celui-là agite rudement sa jambe pour faire redescendre sur sa botte le pantalon trop étroit que le frottement d'une jambe voisine a replissé jusqu'au genou. Soulié, Mém. diable,t. 2, 1837, p. 89.
b) [En parlant du corps hum.] Qui est mince, maigre. Dos étroit; taille étroite. Janet est étendu sous ses draps, raide et droit. Son corps étroit bossue la couverture grise comme une levée de sillon (Giono, Colline,1929, p. 30):
3. On le jette nu, dans un atroce relent de sueur, aux gendarmes qui le toisent, aux médecins qui le palpent, et le major déclare : « Rien au cœur, rien au poumon. Bon pour le service armé », et il ajoute en frappant la poitrine étroite : « Ça vous fera du bien. Ça vous développera, le grand air, l'exercice! » Vercel, Cap. Conan,1934, p. 154.
Étroit de + subst. (indiquant ce qui est étroit).Cf. afghan ex. 2 :
4. ... elle était complètement nue, et, ainsi dépouillée de la robe bouffante, son petit corps se montrait si jeune, si enfantin de poitrine, si étroit de hanches, si visiblement impubère, que Démétrios se sentit pris de pitié... Louÿs, Aphrodite,1896, p. 82.
Rem. Étroit est employé subst. dans la loc. arg. faire l'/son étroite. Faire la mijaurée, se faire passer pour vierge. Ouste! enlevez le veau! Fais pas ton étroite! tu vas trinquer avec les patriotes! (France 1907). Au masc. (rare). Oh! ... je ne veux rien prendre (...) je ne peux pas boire le matin (...) − Ne faites donc pas l'étroit; (...) un verre de vin vous ouvrira l'appétit (Raban, Marco Saint-Hilaire, Mém. forçat, t. 2, 1828-29, p. 156).
2. P. ext. [En parlant d'un lieu, d'un espace] Dont la surface est (trop) limitée; exigu. Chambre, cour, logement étroit(e). Mes articles étaient accueillis favorablement, mais le cadre étroit du journal se refusait à de fréquentes insertions (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 162).Une chambre donnant sur une petite cour carrée si étroite, qu'elle semblait un long tuyau de cheminée (Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 111):
5. ... Yves avait entendu cette parole affreuse dans ce même petit bureau où maintenant une personne est assise, une grosse blonde qui a chaud, trop chaud pour demeurer dans une pièce si étroite, bien que la fenêtre en soit ouverte. Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 236.
SYNT. Étroit bistrot, bureau, cabinet, cachot, palier, patio; étroite prison, salle; antichambre, cage étroite.
3. P. métaph. ou au fig.
a) Domaine de la vie spirituelle.[P. réf. à l'Évangile selon St Matthieu, VI, 13-14 : Entrez par la porte étroite. Large en effet est le chemin qui mène à la perdition, et il en est beaucoup qui s'y engagent; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent] La voie étroite. La voie du salut que l'on peut atteindre par une vie de renoncement. Anton. la voie large « la voie de la perdition ».Le chemin étroit. Le pasteur Vautier, sans doute intentionnellement, avait pris pour texte de sa méditation ces paroles du Christ : « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite » (Gide, Porte étr.,1909, p. 505):
6. Mais quoi, si l'on fait un pas hors de la voie étroite, que se passe-t-il? Tombe-t-on dans le vide? Non, la voie se fait très large, simplement. Il n'y a plus d'abîme (car la vue de l'abîme, le sentiment du gouffre est une grâce), il y a la vie facile, le plaisir... Green, Journal,1955-58, p. 243.
b) Domaine profane
− Domaine de la vie matérielle, vieilli.Qui manque d'aisance matérielle. Le passage d'une aisance considérable à une situation étroite et gênée, dispose souvent à l'aigreur (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1569).Il [Le Corrège] ne connut jamais l'étroite pauvreté, et la nécessité ne le força pas à l'avarice comme on le prétend (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 225):
7. Une nécessité s'imposait, que la comtesse n'avait pas voulu encore envisager résolument : quitter l'hôtel, l'abandonner aux créanciers hypothécaires (...), se retirer tout de suite au fond de quelque petit logement, pour y vivre une vie étroite et effacée, jusqu'au dernier morceau de pain. Zola, Argent,1891, p. 367.
− Domaine de la vie active.Qui a peu d'extension, restreint. Limite étroite; cercle étroit d'occupation, de sensations :
8. ... elle [la vie sédentaire] rétrécit les horizons du cœur et ceux de l'intelligence; elle tend à étriquer la vision des hommes et des choses, que le trop court rayon de l'expérience ramène aux perspectives d'une petite ville, d'un cercle étroit de conventions, d'un trou de rat quelconque... Mounier, Traité caract.,1946, p. 83.
− Domaine du lang.Sens étroit d'un mot. Sens restreint. Anton. sens large.Définition, signification étroite :
9. On entend ordinairement l'égoïsme en un sens plus étroit que l'égocentrisme. C'est, si l'on veut, de l'égocentrisme durci et recuit, et cette fois essentiellement captatif. Mounier, Traité caract.,1946p. 545.
c) [En parlant de la vie intellectuelle ou morale] Qui manque de largeur de vues. Dogmatisme étroit; principes étroits; morale étroite. Je suis constamment frappé de la façon étroite et mesquine dont nous envisageons les choses, les institutions et les peuples (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 214).Cf. borné II B 2 et buté II A 2 :
10. Je savais qu'il n'y avait là ni inconscience ni bravade, mais volonté tenace de lutte, lutte contre l'étroit formalisme militaire, la routine odieuse des casernes où l'on prétendait le plier. Vercel, Cap. Conan,1934, p. 91.
Emploi subst. Cf. borné II B ex. 5.
Péj. [En parlant d'une pers. ou d'un élément de la pers.] Qui a peu de capacités intellectuelles. Cerveau, crâne étroit; étroit et borné; étroit et mesquin. Anton. large.Elle avait l'esprit étroit et peu cultivé, dans la ville ses naïvetés étaient devenues proverbiales (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 57).
Étroit de + subst. (indiquant ce qui est étroit).Célestine attristée jugea son mari étroit de cervelle, timide, peu compréhensif (Balzac, Employés,1837, p. 12).
Par antiphrase, proverbe. ,,Avoir la conscience étroite comme la manche d'un cordelier. Avoir la conscience large, n'être pas scrupuleux`` (Ac. 1835, 1878).
B.− [Gén. avec l'idée d'une union que favorise le peu d'espace ou de distance entre les choses ou les êtres]
1. Non péj.
a) [En parlant de choses concr.] Qui est serré. Faire un nœud étroit. Entourer d'un lien étroit (DG). Il [l'homme] serra plus fort ses poings noueux qui froissèrent d'une étreinte plus étroite les pattes du malheureux (Pergaud, De Goupil,1910, p. 29):
11. Des chevilles aux hanches, elle était prise dans un réseau de mailles étroites imitant les écailles d'un poisson et qui luisaient comme de la nacre... Flaub., Salammbô,t. 2, 1863, p. 159.
b) Au fig. [En parlant de choses abstr.] Qui rapproche, qui unit de près; intime. Il y a un rapport étroit, un lien serré entre le propriétaire et sa propriété (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 243).Vous irez à l'assaut tous ensemble, sur tout le front, en étroite union avec les armées de nos alliés (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 88).
SYNT. Coopérateur, lien étroit; association étroite; étroit contact, enchaînement; étroite alliance, amitié, cohésion, complicité, coopération, intimité, parenté, relation, solidarité; étroit(e) et durable; étroit(e) et parfait(e).
2. Souvent péj. [Avec l'idée de contrainte] Rigoureux, strict. Étroite captivité, dépendance, loi, surveillance; droit étroit. Au-dessus du droit étroit et abusif d'un mari trompé, il y a le droit humain, passionnel, imprescriptible (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 142).L'État est avant tout la justice organisée, et sa fonction première, son devoir le plus étroit, est d'assurer la liberté (Cousin, Philos. écoss.,1857, p. 223):
12. ... elle montrait un rigorisme si outré, elle pratiquait ses devoirs religieux avec tant d'obstination étroite, qu'elle avait comme séché dans l'existence méthodique qu'elle menait. Zola, N. Micoulin,1884, p. 7.
C.− Loc. adv. À l'étroit (dans/sur + subst.)
1. Dans un espace trop petit (cf. A 1). Plus tard, capitale d'un grand État, elle [la ville] se trouva à l'étroit dans ses remparts désormais inutiles et dont elle fit de vertes promenades (France, Île ping.,1908, p. 420).Rien n'égale comme coût ces chênes royaux, à l'étroit sur un arpent (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 142).
2. P. ext. D'une manière qui laisse peu d'aise (cf. B 1 a). Ce sont de petits vieux rabougris, aux joues poudrées de cendre, ou de gros poussifs encerclés à l'étroit dans leurs capotes passées et tachées (Barbusse, Feu,1916, p. 49).
Au fig. Mal à l'aise, gêné. Mais déjà j'étais à l'étroit dans ces époques trop petites (Giraudoux, Suzanne,1921, p. 94):
13. Souvent aussi la réflexion se trouvoit à l'étroit dans ces religions intolérantes dont on avoit pour ainsi dire un code pénal, et qui donnoient à la théologie toutes les formes d'un gouvernement despotique... Staël, Allemagne,t. 5, 1810, p. 22.
Être à l'étroit, vivre à l'étroit. ,,N'avoir pas les commodités de la vie`` (Ac.; cf. A 3 b).
Prononc. et Orth. : [etʀwa], fém. [-wat]. Mais [ɑ] ds Passy 1914 et à titre de var. ds Warn. 1968; il s'explique par la présence d'un [ʀ] vélaire apr. consonne. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 2 1787 signalent que quelques-uns prononcent [etʀ ε] ce qui correspond à une autre possibilité d'évolution de la diphtongue -oi- (cf. aboyer). Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1100 [si chevalchent] es treiz « en rangs serrés » (Roland, éd. J. Bédier, 1001); 1155 estreite « qui a peu de largeur » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 2954); ca 1165 « privé, intime » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 15230); ca 1205 a l'estroit « dans un espace trop réduit » (Renart, éd. E. Martin, Br. XVII, 1589); fin xiiies. [ms.] estroit et dur covine « qui manque de générosité » (Guiot de Provins, Bible, éd. Fr. Wolfart, 1336). Du lat. class. strictus « serré, étroit; concis; sévère, rigoureux », part. passé adj. de stringere « serrer ». Fréq. abs. littér. : 6 399. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 127, b) 10 224; xxes. : a) 10 156, b) 8 691. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 128. − Grundt (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, pp. 305-306.

Wiktionnaire

Adjectif

étroit \e.tʁwa\

  1. De petite largeur.
    • Le palier est long et étroit, le mur est tendu d’une imitation de tapisserie à ramages vert sombre où brille le cuivre d’une applique à gaz. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Je savais par mes cartes qu’un étroit et tortueux chenal, d’environ 150 mètres de largeur, menait au port et que rien ne l’indiquait à la surface de la mer. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Dans la salle, trop étroite pour contenir un aussi grand nombre de gens, on s’écrasait littéralement. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Et puis voici un populeux village, un village compact, ramassé, aux ruelles étroites et tortueuses, sans jardins, sans courtils, un village serré autour de son antique clocher. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Évitez de « coincer » un pot dans un cache-pot étroit et profond, car l'eau d’arrosage risque de s’accumuler au fond sans que vous vous en rendiez compte. — (Odile Koenig, Encyclopédie visuelle des plantes d'intérieur, Éditions Artémis, 2005, page 47)
  2. (Figuré) (Familier) Qualifie une personne dont les vues, les idées ont peu d’étendue et qui se montre intolérant à l’égard de ce qu’il ne comprend pas.
    • C’est un esprit étroit.
  3. Restreint, en parlant d'une communauté.
    • Le cadre de notre journal est trop étroit pour permettre ce genre d’études.
    • Dans le cercle étroit de ses relations.
  4. (Figuré) Intime.
    • Le bouddhisme lamaïque a créé depuis le XIIIe siècle des liens étroits entre le Tibet et la Mongolie. — (René Cagnat & Michel Jan, Le Milieu des Empires : Entre Chine, U.R.S.S. et Islam, le destin de l'Asie centrale, Robert Laffont, 1981, page 249)
    • Une étroite amitié les liait.
  5. (Figuré) (Vieilli) Qualifie une situation où l’aisance fait défaut, où les privations sont nécessaires.
    • Il mène, faute de ressources, une vie assez étroite.
  6. (Vieilli) Qui est selon la rigueur de la loi, de l’ordre, ou qui n’est pas susceptible d’extension.
    • Cela est de droit étroit.

Nom commun

étroit \e.tʁwa\ masculin

  1. (Hydrologie) Rétrécissement notable du lit d’une rivière entre ses rives ou entre des rochers.
    • L’Étroit du Siaix est un étroit situé sur la commune de Saint Marcel en Savoie dans la vallée de la Tarentaise où coule l'Isère. — (Article Étroit du Siaix sur Wikipédia)
    • Les rivières morvandelles bondissent dans des étroits, des cascades et des crots, tandis qu’en aval, les eaux s’écoulent, lentes et calmes, entre les rives bourguignonnes basses et qui se raccordent, par une pente régulière, au pied des coteaux voisins. — (Jacques Levainville (1869-1932), Le Morvan : étude de géographie humaine, Éditions Armand Colin, Paris, 1909)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTROIT, OITE. adj.
Qui a peu de largeur. Chemin étroit. Rue étroite. Cette toile, cette étoffe est étroite. Votre manteau est trop étroit. Des bas, des souliers trop étroits. Limites étroites se dit figurément de Limites, de bornes rapprochées à une faible distance de telle façon que l'étendue qu'elles enserrent est étroite. Fig. et fam., C'est un cerveau étroit, un génie étroit, un esprit étroit, se dit de Quelqu'un dont les vues, les idées ont peu d'étendue et qui se montre intolérant à l'égard de ce qu'il ne comprend pas. Il se dit en parlant de Ce qui a peu d'extension, de ce qui est fort limité. Le cadre de notre journal est trop étroit pour permettre ce genre d'études. Dans le cercle étroit de ses relations. Fig., Étroite alliance, étroite amitié, étroite union, étroite familiarité, étroite correspondance, liaison fort étroite, Alliance, amitié, union intime, etc. Il se dit aussi figurément d'une Situation où l'aisance fait défaut, où les privations sont nécessaires. Il mène, faute de ressources, une vie assez étroite. Il signifie aussi, figurément, Qui est selon la rigueur de la loi, de l'ordre, ou qui n'est pas susceptible d'extension. Cela est de droit étroit. Étroite justice. Étroite défense. Obligation étroite. Règle étroite. Les frères mineurs de l'étroite observance. Prendre quelque chose dans le sens étroit, L'entendre, l'interpréter dans toute la rigueur de la lettre. En termes de l'Écriture, La voie étroite, le chemin étroit, La voie, le chemin du salut, par opposition à La voie large, c'est-à-dire Le chemin de la perdition.

À L'ÉTROIT, loc. adv. Dans un espace étroit. Vous êtes logé fort à l'étroit. Fig., Être à l'étroit, vivre à l'étroit, N'avoir pas les commodités de la vie.

Littré (1872-1877)

ÉTROIT (é-troi, troi-t') adj.
  • 1Qui a peu ou n'a pas assez de largeur. Habit étroit. Rue étroite. Dans un chemin étroit je trouvai deux guerriers, Voltaire, Œdipe, IV, 1. Il fallut disputer, dans cet étroit passage, Voltaire, ib.

    Fig. et familièrement. Avoir la conscience étroite comme la manche d'un cordelier, n'être aucunement scrupuleux.

    Terme de manége. Un cheval étroit de boyau, cheval qui a le ventre serré et les côtes plates.

    Adverbialement. Mener ou conduire un cheval étroit, lui donner peu de terrain.

  • 2 Fig. Resserré, restreint. Ses affections se renferment dans un cercle étroit. Nous divisons les choses les plus simples en diverses idées, parce que notre esprit est encore trop étroit pour les pouvoir comprendre toutes ensemble, Nicole, Ess. de mor. 1er traité, ch. 8. Si son astre en naissant ne l'a formé poëte, Dans son génie étroit il est toujours captif ; Pour lui Phébus est sourd, et Pégase est rétif, Boileau, Art p. I.

    Des bornes étroites, d'étroites limites, se dit de ce qui a peu d'extension, de ce qui est fort limité. Les bornes étroites du journal ne permettent pas de traiter toute sorte de questions.

    C'est un cerveau étroit, c'est un génie étroit, un esprit étroit, c'est un homme de peu de jugement, de peu de capacité, un homme dont les idées ont peu d'étendue. Un génie étroit qui ne voit les choses que par parties, et n'embrasse rien d'une vue générale, Montesquieu, Lett. pers. 129.

    Il se dit, dans un sens analogue, de ce qui est sans portées, sans grandeur, sans générosité. Une politique étroite et oppressive mettait plus d'entraves aux bonnes intentions des jésuites que l'opposition de l'ennemi, Chateaubriand, Génie, IV, IV, 8. Les esprits étrangers à l'activité comme à la méditation ont quelque chose d'étroit, de susceptible et de contraint qui rend les rapports de la société tout à la fois pénibles et fades, Staël, Corinne, XIV, 1.

  • 3Où manque l'aisance. Sans fortune, sans espérance, et presque sans ressource, il se réduisit à un genre de vie fort étroit, D'Alembert, Éloges, du Marsais.
  • 4Très uni, intime. Fières sœurs, si jamais notre commerce étroit Sur vous et vos serpents me donna quelque droit, Corneille, Médée, I, 4. Concorde étroite, Rotrou, Bélis. III, 2. Ce sont deux arts [la musique et la danse] qui ont une étroite liaison ensemble, Molière, Bourg. gent. I, 2. Il me favorisa même quelquefois de sa plus étroite confidence et me fit voir son ame entière, et que n'y vis-je point ! Boileau, Lutr. Préf. Il y avait une alliance étroite entre Attila et Genséric, roi des Vandales, Montesquieu, Rom. ch. 19. Sans l'étroite amitié dont l'honore Titus, Voltaire, Brut. IV, 7.

    Cœur étroit, cœur qui n'a point d'expansion, de charité, de sensibilité. Faibles esprits, ou plutôt cœurs étroits et entrailles resserrées, que la foi et la charité n'ont pas assez dilatées pour comprendre toute l'étendue de l'amour d'un Dieu, Bossuet, Anne de Gonz. Les cœurs étroits ne sentent jamais de vide, parce qu'ils sont toujours pleins de rien, Rousseau, Lettre à Mme de B. Correspond. t. II, p. 201, dans POUGENS.

  • 5Qui est selon la rigueur de la loi, de l'ordre, par opposition à relâché. Quand on a failli contre une personne à qui on a de si étroites obligations que je vous en ai, Voiture, Lett. 148. Il est libre de quitter la première vie pour en embrasser une plus étroite, Patru, Plaid. 15, dans RICHELET. De quelque étroit respect qu'un amour soit contraint, N'osant pas demander, pour le moins il se plaint, Rotrou, Bélis. IV, 2. Cette justice étroite que l'on nous rend, Bourdaloue, Carême, I, Jugem. dern. Si l'amour des grandeurs, la soif de commander, Avec son joug étroit [de Dieu] pouvaient s'accommoder, Racine, Athal. III, 3. Vous souvient-il, mon fils, quelles étroites lois Doit s'imposer un roi digne du diadème ? Racine, ib. IV, 2. Cette règle étroite et austère que les disciples de saint Benoît pratiquent si exactement, Fléchier, Panég. I, p. 401. …Les devoirs étroits où son rang l'emprisonne, Delavigne, Paria, v, 2.

    Droit étroit, droit rigoureusement conforme au texte de la loi, par opposition à droit par interprétation. On pouvait ajouter que ces successions de dignité en collatéral étaient de droit étroit, et qu'il ne pouvait dépendre d'une volonté particulière de faire un homme duc ou de l'empêcher de l'être, Saint-Simon, 64, 60.

    Sens étroit, dit par opposition à sens général, étendu. Pour terminer le détail des qualités acquises de M. Leibnitz, il était théologien, non pas seulement en tant que philosophe ou métaphysicien, mais théologien dans le sens étroit, Fontenelle, Leibnitz.

    Prendre quelque chose dans le sens étroit, l'interpréter selon toute la rigueur de la lettre.

    En termes de l'Écriture, la voie étroite, le chemin étroit, le chemin du salut, par opposition à la voie large, c'est-à-dire la perdition. Marcher dans la voie étroite de l'Évangile, c'est réformer son cœur et renoncer à ses passions, Bourdaloue, 3e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 383, dans POUGENS.

  • 6À l'étroit, loc. adv. Dans un espace trop resserré. Vous savez bien comme on est à l'étroit Dans ce logis…, La Fontaine, Berc. Le scorpion tenait la place de deux signes… et, en votre considération, se serait mis plus à l'étroit, Fontenelle, Dialogues, Auguste, Arétin. Quesnai, logé bien à l'étroit dans l'entre-sol de Mme de Pompadour, ne s'occupait du matin au soir que d'économie politique et rurale, Marmontel, Mém. v.

    Par extension. Les rois de macédoine furent réduits à l'étroit, Bossuet, Hist. II, 9.

    Fig. À la gêne. Voyez dans quel sentier la vertu chemine doublement à l'étroit et par elle-même et par l'effort de ceux qui la persécutent, Bossuet, Reine d'Anglet.

    Être à l'étroit, vivre à l'étroit, n'avoir pas les commodités de la vie.

REMARQUE

Au XVIIe siècle, il était encore loisible de suivre la prononciation normande étreit ; cela est aujourd'hui tout à fait interdit. La nation des belettes, Non plus que celle des chats, Ne veut aucun bien aux rats ; Et sans les portes étrètes De leurs habitations…, La Fontaine, Fabl. IV, 6. Damoiselle belette au corps long et fluet Entra dans un grenier par un trou fort étreit, La Fontaine, ib. III, 17.

SYNONYME

ÉTROIT, STRICT. Ces deux mots ne sont synonymes qu'au sens de rigoureux, sévère, bien qu'étymologiquement les mêmes, puisque étroit est la forme française, et strict la forme latine de strictus : l'usage n'y a guère mis que cette nuance : strict peut se dire des personnes, et étroit ne s'en dit jamais, en ce sens : un homme strict, et jamais un homme étroit.

HISTORIQUE

XIe s. Es destriers montent, si chevauchent estreiz, Ch. de Rol. LXXVII. Contre son piz [poitrine] estreit [il] l'ad embracet, ib. CLXI.

XIIe s. Bien se defendent à cet estroit passage, Ronc. p. 65. Saint Thomas e li reis furent mult lunguement Emmi le champ tut sul à estreit parlement ; Un sul n'i apelerent de tres tute lur gent, ib. 114.

XIIIe s. Estroit [ils] lui ont la corde en la bouche nouée, Berte, XVI. Mout lui sera la voie du paradis estroite, ib. CXXXVI. Et s'il n'ont tant de muebles, les despuelles de lor heritages, par desor lor estroite soustenance, y corroient, Beaumanoir, XVII, 7.

XVe s. … Le comte d'Armignac, qui estoit jeune et entreprenant et de grand'volonté, demanda ses armes et s'arma tout au clair et à l'estroit et de toutes pieces, Froissart, III, IV, 20.

XVIe s. Selon les vivres qui y estoient si estroits, que plus ne se pouvoient, Commines, VIII, 8. Se batirent bien estroit, tant que d'un costé et d'autre en eut plusieurs de morts, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, p. 188, dans LACURNE. Vous passerez par l'estroict [détroit] de Sibyle, Rabelais, Garg. I, 33. L'estroicte cousture de l'esprit et du corps, Montaigne, I, 101. Les estroicts baisers de la jeunesse, Montaigne, I, 392. Nous embrassons ce bien, d'autant plus estroict que…, Montaigne, III, 1. Les siens qui ne pouvoient, pour l'estroit du lieu, aller aux coups d'espée, lui faisoient passer de main en main leurs pistollets, D'Aubigné, Hist. II, 290. La maniere de vivre et la police des Candiots pour lors estoit austere et estroite, Amyot, Lyc. 5. Cognoistre les maladies qui requierent diette estroitte ou large, Paré, Intr. XI.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉTROIT. Ajoutez :
7Se mettre à l'étroit, se gêner, en parlant de ressources pécuniaires. Ce que je dois sur toute chose est de ne pas vous laisser mettre à l'étroit pour l'amour de moi, Rousseau, Lett. à Du Peyrou, 11 juin 1766.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étroit »

(Vers 1100) En ancien français : estreit, estroit. Du latin strictus (« serré »). Étroit est le doublet populaire de strict.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. et Berry, étret, étrette ; wallon, sitreu ; provenç. estreg, estreit, estrech ; espagn. estrecho ; portug. estreito ; ital. stretto ; du latin strictus, participe passif de stringere (voy. ÉTREINDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « étroit »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étroit etrwa

Évolution historique de l’usage du mot « étroit »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étroit »

  • Dans une passe étroite, il n’y a ni frère ni ami. De Proverbe arabe
  • Rien ne rend l'esprit étroit et jaloux comme l'habitude de faire une collection. De Stendhal
  • La porte étroite et le chemin étroit mènent à la vie et il y en a peu qui le trouvent. De Saint Matthieu
  • Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. De Saint Luc / Evangiles
  • Plus large la vision, plus étroite la parole. De Al Niffari
  • Entrez par la porte étroite, car la porte large et le chemin spacieux mènent à la perdition et il y en a beaucoup qui y entrent. Mais la porte étroite et le chemin étroit mènent à la vie et il y en a bien peu qui le trouvent. De Saint Matthieu / L’Evangile
  • Pour l’homme avide, même la tombe est étroite. De Proverbe tadjik
  • Le langage des philosophes est un langage déjà déformé comme des chaussures trop étroites. De Ludwig Wittgenstein
  • La plus étroite des prisons est la société de celui qui vous est contraire. De Djâmi Beharistan
  • Si ma chaussure est étroite, que m’importe que le monde soit vaste. De Proverbe turc
  • Le style d'un écrivain est en étroit rapport avec sa vision du monde. De Philippe Djian / Ardoise
  • C'est au plus étroit du défilé que la vallée commence. De Proverbe persan
  • Si mon coeur est étroit, à quoi me sert que le monde soit si vaste ? De Proverbe arménien
  • A quoi sert l’étendue du monde quand nos souliers sont trop étroits ? De Proverbe serbo-croate
  • L’ignorance et la superstition ont toujours un rapport étroit et même mathématique entre elles. De James Fenimore Cooper / Jack Tier
  • À l'étroit à l'hôtel-de-ville, la police municipale de La Valette déménage Var-Matin, À l'étroit à l'hôtel-de-ville, la police municipale de La Valette déménage - Var-Matin
  • La période de quarantaine pour les personnes ayant été en contact étroit avec un patient atteint du nouveau coronavirus pourra se terminer après 10 jours si le résultat d’un deuxième test est négatif, selon les recommandations émises la semaine dernière par Sciensano pour les personnes potentiellement infectées. Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net, Quarantaine de 10 jours après contact étroit avec un patient si deuxième test négatif
  • Problème, les heures passent et personne ne vient la délivrer. Son téléphone étant resté au vestiaire elle ne peut prévenir ses proches et en est réduite à crier et à taper sur la porte pour signaler sa présence. Las, les gardiens ne la remarque pas. Elle passera la nuit dans un box étroit, inconfortable, dans le noir avec la climatisation allumée.  midilibre.fr, Oubliée au parloir, une femme enceinte passe la nuit en prison - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « étroit »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « étroit »

Langue Traduction
Anglais narrow
Espagnol estrecho
Italien stretto
Allemand eng
Chinois 狭窄
Arabe ضيق
Portugais limitar
Russe сужать
Japonais 狭い
Basque mugatu
Corse strettu
Source : Google Translate API

Synonymes de « étroit »

Source : synonymes de étroit sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étroit »

Partager