La langue française

Digne

Sommaire

Définitions du mot digne

Trésor de la Langue Française informatisé

DIGNE, adj.

A.− [Suivi d'un compl. prép. ou conjonctionnel]
1. Qui mérite (quelque chose).
a) [Dans un sens favorable] Digne d'éloge(s); témoin digne de foi; chose digne de remarque. Tous ceux qui ont combattu courageusement dans une bataille sont dignes de louanges (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb.,t. 1, 1821, p. 172).Des noms dignes de mémoire (Barrès, Colline insp.,1913, p. 82).Elle était un peu grisée, par la conversation, par le plaisir que lui donnait cet échange de paroles avec un homme qu'elle jugeait digne d'attention (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 153):
1. Rien, selon lui [Gide], ne peut, dans les troubles années de l'adolescence, remplacer l'influence bienfaisante d'une liaison à la fois charnelle, intellectuelle et morale, avec un aîné digne de confiance et d'amour. Martin du Gard, Notes sur André Gide,1951, p. 1400.
[Suivi d'un inf.] C'était cette grandeur et cette beauté unies qu'il fallait comprendre pour être digne de gouverner ce pays (Maurois, Disraëli,1927, p. 109).
[Suivi de que + subj.] Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez dans ma maison, mais dites une seule parole, et tout ce qui existe va être transformé, pour moi, en souverain pontife (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 118).
b) [Dans un sens défavorable] Un vol, le plus odieux et le plus digne de châtiment, le vol de l'honneur d'une femme (Musset, Quenouille Barb.,1840, II, 5, p. 315):
2. Tantôt nous sommes le seul grand homme, le seul intelligent, le seul génie et le seul artiste de la presse contemporaine, et tantôt nous ne sommes plus qu'un vil monsieur, un drôle innommable, digne du bagne tout au plus. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2. Une Lettre, 1885, p. 579.
2. Qui est en conformité (avec quelqu'un, quelque chose). Être digne de son père. Jamais je n'ai été plus digne de la foi que je professe qu'au moment où je semblais la démentir (Michelet, Journal,1850, p. 119).Je dis que parmi les artistes dignes de ce nom il n'est pas un seul qui fasse cas de M. Georges Ohnet (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 338).
P. invers. (souvent péj.). Être le digne fils de son père :
3. Le peintre ici [G. Braque], digne héritier de Debussy et de Mallarmé, professe une horreur profonde pour tout accent banal et lourd. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 159.
B.− Employé absol.
1. En antéposition, vieilli ou littér. Qui mérite l'estime. Loin de moi cette franchise barbare, qui soulageoit mon cœur aux dépens de mon digne époux! (Cottin, C. d'Albe,1799, p. 163).Le jeune et digne prêtre qui l'avait recueilli lui parlait de je ne sais quelle imposante cérémonie où le nouveau néophyte devait jouer le principal rôle (Sue, Atar Gull,1831, p. 37):
4. Kerbelay-Houssein, vous êtes un digne homme, répliqua Valerio; je vous écoute avec toute attention et une confiance entière. Gobineau, Nouv. asiatiques,La Vie de voyage, 1876, p. 307.
2. Qui a de la dignité, du respect de soi-même dans son comportement ou qui affecte d'en avoir. Personne digne, manières dignes :
5. Elle semblait digne et grave, comme un pape; mais sous cape, elle se moquait de Christophe. Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 611.
Emploi subst. masc., rare. Personne qui fait preuve de dignité dans son comportement. Cf. compétition, ex. 1.
P. iron. L'outrage appelle la majesté. Dans la rue les plus dignes sont ceux qui viennent de glisser sur du crottin (Giraudoux, Électre,1937, II, 6, p. 166):
6. Seul Sulphart, par dignité, était resté à l'écart, juché sur un tonneau, où il épluchait des patates, avec l'air digne et absorbé qu'il prenait pour accomplir les actes les plus simples de l'existence. Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 8.
Prononc. et Orth. : [diɳ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 « qui mérite » digne de (Alexis, éd. Ch. Storey, 173 : Ed il est dignes d'entrer en paradis); 2. ca 1240 emploi abs. (Mort Aymeri, éd. J. Couraye du Parc, 3123 : son chief digne); 3. 1560-61 « qui est en accord avec quelque chose ou quelqu'un » (Grévin, Gelodacrye, éd. L. Pinvert, p. 327); 4. 1807 « grave, réservé (aspect, attitude, ton) » (Mmede Staël, Corinne, XIV, 1 ds Littré). Empr. au lat. class.dignus « digne de, qui mérite (quelque chose); méritant, digne ». Fréq. abs. littér. : 6 353. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 14 227, b) 9 954; xxes. : a) 6 552, b) 5 602. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, pp. 209-210.

Wiktionnaire

Adjectif

digne \diɲ\

  1. Qui mérite quelque chose.
    • Digne de louange, de récompense.
    • Digne de créance, de crédit, digne de foi, qui mérite qu’on lui donne croyance, qu’on ajoute foi à ce qu’il dit.
    • Témoin digne de foi.
    • Témoignage digne de foi.
    • digne d’estime, de confiance.
    • digne de mépris, de punition.
    • C’est un homme digne de mort, de la mort.
    • digne de grâce, de pardon.
    • Il était digne d’un meilleur sort.
    • Il n’est pas digne de cette place, de cet emploi.
    • digne d’être aimé, adoré.
    • Il n’est pas digne de vivre.
    • J’étais à peine digne de dénouer ses sandales. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 32.)
    1. Qui mérite d’être approuvé.
      • Dans cette occasion, rien ne fut plus digne que sa conduite.
  2. (Absolument) Qui a de l’honnêteté, de la probité, qui mérite l’estime. — Note d’usage : Il se place alors avant le nom.
    • Il me conduisit dans un hôtel de Broummana, où un sien oncle, digne notable entarbouché et quelque peu ministre, arrangea mon affaire d'un coup de téléphone. — (Jacques Berque, Mémoires des deux rives, Éditions du Seuil, 1989, rééd. 1999)
    • C’est un digne homme, une digne femme. — Un digne magistrat.
    • C’est un digne homme, c’est un brave homme.
  3. (Absolument) Qui est grave, composé, mêlé de réserve et de fierté.
    • Deux minutes après, […], il attendait dans une posture recueillie et digne les ultimes recommandations paternelles. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le cabaretier, très digne, essuya le marbre d'un coup de torchon. Il se rendit à son comptoir et prépara deux verres. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 142)
  4. (Courant) Qui est en conformité, en convenance, en proportion avec.
    • Un fils digne d’un tel père.
    • Avoir des sentiments dignes de sa naissance.
    • C’était là un sujet digne de son génie, une entreprise digne de son courage.
    • C’est une digne récompense de ses travaux.
    • Cette conduite est digne d’un honnête homme.
    1. Dans un sens péjoratif et avec une nuance d’ironie, C’est un forfait digne de lui.
      Cette réponse est bien digne d’un sot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIGNE. adj. des deux genres
. Qui mérite quelque chose. Il se prend en bien et en mal. Digne de louange, de récompense. Digne d'estime, de confiance. Digne de mépris, de punition. C'est un homme digne de mort, de la mort. Digne de grâce, de pardon. Il était digne d'un meilleur sort. Se rendre digne des bontés de quelqu'un. Son sort est digne d'envie. Un objet digne d'attention. Il n'est pas digne de cette place, de cet emploi. Digne d'être aimé, adoré. Il n'est pas digne de vivre. Digne de créance, de crédit, digne de foi, Qui mérite qu'on lui donne croyance, qu'on ajoute foi à ce qu'il dit. Témoin digne de foi. Témoignage digne de foi. Il signifie aussi, absolument, Qui a de l'honnêteté, de la probité, qui mérite l'estime; et alors il se place toujours avant le nom. C'est un digne homme, une digne femme. Un digne magistrat. C'est un digne homme s'emploie dans le sens de C'est un brave homme. Il signifie également Qui mérite d'être approuvé. Dans cette occasion, rien ne fut plus digne que sa conduite. Absolument, il signifie Qui est grave, composé, mêlé de réserve et de fierté. Avoir, prendre un air digne. Parler d'un ton digne. Avoir des manières dignes. Il signifie encore très souvent Qui est en conformité, en convenance, en proportion avec. Un fils digne d'un tel père. Avoir des sentiments dignes de sa naissance. C'était là un sujet digne de son génie, une entreprise digne de son courage. C'est une digne récompense de ses travaux. Cette conduite est digne d'un honnête homme. Dans un sens péjoratif et avec une nuance d'ironie, C'est un forfait digne de lui. Cette réponse est bien digne d'un sot.

Littré (1872-1877)

DIGNE (di-gn' ; au XVIe s. Palsgrave, p. 23, dit qu'on prononçait dine) adj.
  • 1Qui mérite, en parlant des personnes. Il est digne de récompense. Digne d'être admiré. Il est faux que nous soyons dignes que les autres nous aiment ; il est injuste que nous le voulions, Pascal, Pensées, art. XXIV, 56, éd. Lahure, 1860. Approchez, ô vous qui courez avec tant d'ardeur dans la carrière de la gloire, âmes guerrières et intrépides ; quel autre fut plus digne de vous commander ? Bossuet, Louis de Bourbon. Digne de notre encens et digne de nos vers, Boileau, Sat. VII. Je mourais ce matin digne d'être pleurée, Racine, Phèd. III, 3. Jamais femme ne fut plus digne de pitié, Racine, ib. II, 5.

    Qui mérite, en parlant des choses. Conduite digne d'éloges. Langage digne d'être applaudi. Exemple digne d'imitation. Il t'offre une oraison, il t'offre des louanges, Dignes de se mêler à celles de tes anges, Corneille, Imit. III, 48.

    Digne de créance, digne de foi, se dit des personnes et des choses.

  • 2En mauvaise part. Il est digne de punition, de mépris. Cette action est digne d'un châtiment. Car c'en est une [trahison] enfin bien digne de supplice Qu'avoir d'un tel secret donné le moindre indice, Corneille, Héracl. II, 1. Et toutes les hauteurs de sa folle fierté Sont dignes tout au plus de ma sincérité, Molière, F. savantes, I, 3. Voilà le digne fruit de tant de travaux et, dans le comble de leurs vœux, la conviction de leur erreur ; venez, rassasiez-vous, grands de la terre, saisissez-vous, si vous pouvez, de ce fantôme de gloire, à l'exemple de ces grands hommes que vous admirez, Bossuet, Louis de Bourbon. Qu'elle nous parut au-dessus de ces lâches chrétiens qui s'imaginent avancer leur mort quand ils préparent leur confession ; qui ne reçoivent les saints sacrements que par force ; dignes certes de recevoir pour leur jugement ce mystère de piété qu'ils ne reçoivent qu'avec répugnance ! Bossuet, Duch. d'Orléans.
  • 3 Absolument. Honnête, honorable ; en ce sens digne se met toujours avant son substantif. Un digne homme. Un digne magistrat. Et demandons aux dieux, nos dignes souverains…, Corneille, Nicom. V, 10. Rodrigue aime Chimène, et ce digne sujet De ses affections est le plus cher objet, Corneille, Cid, I, 7. Quand je semais partout la terreur et l'effroi, J'étais un grand héros, j'étais un digne roi, Corneille, Perthar. I, 4. Que pouvait penser le prince, si ce n'est que, pour accomplir les plus grandes choses, rien ne manquerait à ce digne fils que les occasions ? Bossuet, Louis de Bourbon. Paraissez, cher enfant, digne sang de nos rois, Racine, Athal. V, 5. Il se jeta au milieu d'une colonne romaine, où il périt en digne fils d'Amilcar et en digne frère d'Annibal, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I p. 460, dans POUGENS. Dis-leur que j'ai donné la mort la plus affreuse à la plus digne femme, à la plus vertueuse, Voltaire, Zaïre, V, 10.

    Capable. C'est un digne sujet. Et s'il n'avait laissé dans de si dignes mains L'infaillible secret de vaincre les Romains, Corneille, Nic. III, 2.

    Cependant, si digne, en ces emplois, est modifié par quelque autre mot, on peut le mettre après son substantif. Quand, à la fin du repas, il [Pierre 1er] vit son portrait qu'on venait de peindre, placé tout d'un coup dans la salle, il sentit que les Français savaient mieux qu'aucun peuple du monde recevoir un hôte si digne, Voltaire, Hist. de Russie, II, 8.

    On le dit aussi des choses ; et alors digne se met encore après son substantif. Une conduite digne. Rien de plus digne que sa conduite.

  • 4Convenable, mérité ; il se met en ce sens, avant son substantif. On regarde sa mort comme un digne supplice, Corneille, Tois. d'or, IV, 1. Choisissez-lui, Lépide, un digne appartement, Corneille, Pomp. III, 4. Digne emploi d'un ministre…, Racine, Brit. III, 3. Digne objet de leur crainte, Racine, Andr. I, 4. Le plus froid mépris De vos caprices vains sera le digne prix, Voltaire, Zaïre, IV, 2. Vous daignâtes bientôt, soit grandeur, soit pitié, Soit plutôt digne effet d'une pure amitié…, Voltaire, ib. II, 2.
  • 5Qui est en rapport, qui a de la convenance, de la conformité avec. Il montra partout une vertu digne de sa naissance. Si je n'eusse produit un fils digne de moi, Digne de son pays et digne de son roi, Corneille, Cid, II, 9. Mais si par d'autres soins plus dignes de mon âge, Racine, Baj. III, 2. Songez-y donc, madame, et pesez en vous-même Ce choix digne des soins d'un prince qui vous aime, Digne de vos beaux yeux trop longtemps captivés, Digne de l'univers à qui vous le devez, Racine, Brit. II, 3.

    Il régit que avec le subjonctif. Il est bien digne que vous fassiez quelque chose pour lui. Il n'était pas digne qu'on fît quelque chose pour lui. Êtes-vous digne qu'on fasse quelque chose pour vous ?

  • 6Grave, réservé, fier, en parlant du ton, des manières ; digne se met alors toujours après son substantif. Avoir, prendre un air digne. C'était une personne froide, digne, silencieuse, Staël, Corinne, XIV, 1.

    Il se dit quelquefois, par dénigrement, d'une affectation d'importance. Elle a un petit air digne qui me déplaît.

REMARQUE

Digne, employé avec une négation, ne se dit que du bien : Il n'est pas digne de récompense, il n'en mérite pas. C'est donc une incorrection de dire : il n'est pas digne de votre courroux, pour : il ne mérite pas que vous soyez en courroux contre lui. Autrement, il n'est pas digne de votre courroux, est très correct, signifiant : il est au dessous de votre courroux, vous lui feriez trop d'honneur.

HISTORIQUE

XIe s. Quar il ad Deu bien et à gret servit, Et il est digne d'entrer en paradis, St Alexis, XXX.

XIIe s. Chers [riches] est li lieus, si est digne l'eglise, Ronc. p. 179.

XIIIe s. De la folie as femes m'esmerveil ge souvent ; Femme est plus orgueilleuse que lions ne serpent ; Par femes sommes nous trestuit mis à torment ; Feme nos gita fors du disne firmament, Chastie-Musart, ms. f° 107, dans LACURNE.

XIVe s. … que dame Dieu qui maint en Bethleent Vueille garder de mal, par son disne commant, Bertran…, Guesclin. 5357-5363.

XVe s. Celle oriflambe est une digne banniere et enseigne, Froissart, II, II, 196. Et si leur bataille tourne et leurs gens viennent pour les secourir, nous sommes bien dignes [capables] de les deconfire tous, le Jouvencel, ms. p. 224, dans LACURNE.

XVIe s. Elle commença à lui dire tous les propos qu'elle pensoit dignes [capables] de le retirer du lieu où il estoit, Marguerite de Navarre, Nouv. LXIV. Ce porteur a vu tout ce qui est digne d'escripre de ce pays, Marguerite de Navarre, Lett. 166. Le bien de vous voir est digne d'oublier toute aultre chose pour y parvenir, Marguerite de Navarre, ib. IX. Si j'estoys digne d'estre crue sur ces affaires, Marguerite de Navarre, ib. XCIV. Je le vous envoie pour vous rendre conte de moy et de tout ce qui me semble digne de vous estre dit, Marguerite de Navarre, ib. CXIX. Ceulx-là sont reputez sages et dignes, à qui l'on mette en main les resnes des grands gouvernemens, Amyot, Préf. VII, 32. A fait d'exil les aucuns revenir, Injustement les autres forbannir, Ou mettre à mort sans digne forfaitture, Amyot, Thém. 41. Ce senat vilain, servile, et corrompu, et digne d'un pire maistre que Tibere, Montaigne, II, 91.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DIGNE. - REM. Ajoutez :

2. Au XVIe siècle, digne se prononçait dine (voy. LIVET, la Gramm. franc, p. 168). Voy. aussi ces vers de Marot à François 1er : Tant pour le bien de la ronde machine Que pour autant que sur tous en es digne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DIGNE, (Géog. mod.) ville de Provence en France. Elle est située sur la Mardaric. Long. 23. 2. lat. 44. 5.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « digne »

Du latin dignus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. doigne ; provenç. digne, deing ; espagn. digno ; ital. degno ; du latin dignus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « digne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
digne diɲ

Évolution historique de l’usage du mot « digne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « digne »

  • Qui n'est pas envié n'est pas digne de l'être. De Eschyle / Agamemnon
  • Seul celui qui peut se passer de la richesse est digne d'en jouir. De Epicure
  • Toute biographie digne d'être écrite est le récit d'une ascension. De Henry Bordeaux
  • On tient d'autant plus aux honneurs qu'on en est moins digne. De Edouard Herriot
  • Un financier digne de ce nom ne va pas à la Bourse, il y "vole". De Willy
  • Souvent on n'est pas digne de la pensée qu'on a. De Xavier Forneret / Sans titre
  • Si vous êtes digne de son affection, un chat deviendra votre ami mais jamais votre esclave. De Théophile Gautier
  • Tout ce qui est selon la nature est digne d'estime. De Cicéron / De finibus
  • Celui qui se tait le premier dans une dispute est le plus digne de louange. De Proverbe hébreu
  • Pour rester digne il ne faut pas renier notre humanité. De Philippe Di Folco / Evene.fr - Janvier 2006
  • Tu t'es, en m'offensant, montré digne de moi ; Je me dois, par ta mort, montrer digne de toi. De Pierre Corneille / Le Cid
  • Qui ne vit que pour soi n'est pas digne de vivre. De Louis de Boissy
  • Si l’homme était seulement digne de l’aide de Dieu... De Proverbe juif
  • Toute éducation digne de ce nom est forcément dangereuse. De Louis Néel
  • Est miroir, tout ce qui est digne de contemplation. De Vincent de Beauvais / Speculum majus

Traductions du mot « digne »

Langue Traduction
Anglais worthy
Espagnol digno
Italien degno
Allemand würdig
Chinois 值得
Arabe ذو قيمة
Portugais digno
Russe достойный
Japonais ふさわしい
Basque merezi
Corse degnu
Source : Google Translate API

Synonymes de « digne »

Source : synonymes de digne sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « digne »

Partager