La langue française

Laisse

Sommaire

Définitions du mot laisse

Trésor de la Langue Française informatisé

LAISSE1, subst. fém.

A. −
1. Lien solide servant à maintenir un animal, notamment un chien, pour l'attacher quelque part ou pour le promener à ses côtés. Laisse de cuir; accrocher une laisse au collier; tenir, mener un chien en laisse; tirer sur sa laisse; promener (un animal) au bout d'une laisse. Jacqueline est une petite fille et Miraut est un gros chien... Elle a vu... Miraut, attaché par une longue laisse à un arbre (France, P. Nozière,1899, p. 66).Je tordis une solide laisse que je fixai au collier métallique du guépard (Benoit, Atlant.,1919, p. 251):
1. − Tiens ton chien, Firmin! Empêche-le! − Couche, Dévorant! D'instinct, le garde avait raidi la laisse, arrêtant l'élan du molosse. Genevoix, Raboliot,1925, p. 324.
[Pour attacher plusieurs animaux ensemble] Laisse de deux chiens, de chevaux; meute en laisse; coupler deux chiens en laisse. Prenant ses chiens en laisse et son fusil sur l'épaule (Lamart., Confid.,1849, p. 342).Un groupe de chiens conduits en laisse et accompagnés par deux cavaliers (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 441).
2. Loc. verb. fig. Mener, mettre, tenir (qqn ou un élément de son comportement) en laisse. Empêcher (quelqu'un) d'agir librement, imposer (à quelqu'un) sa volonté. Synon. brider.La mère de Gaston essayait vainement (...) d'imposer silence à l'homme qu'elle avait si longtemps gouverné, qu'elle avait tenu en laisse (Sandeau, Sacs,1851, p. 57).Menant en laisse sa volonté frémissante, il s'est présenté à l'autel (Claudel, Part. midi,1906, p. 983):
2. ... il ne peut pas voir une prairie sans se lancer dessus au galop, transfiguré par une passion vorace. Puis il me cherche avec des yeux rayonnants, comme pour m'inviter à approuver son plaisir. Et, vrai, je n'ai pas le cœur de le mettre en laisse. Montherl., Olymp.,1924, p. 237.
Casser, briser sa laisse. Se libérer. Il devina que je briserais ma laisse s'il ne l'allongeait pas (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 197).Une pauvre petite heure durant, nous nous donnons l'illusion d'être libres, d'avoir cassé nos laisses et rompu nos colliers (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 210).
B. − P. anal., HABILL. Cordon de chapeau. Laisse de soie. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth. : [lεs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Chateaubr., Ét. hist., 1831, p. 447 et Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 344 : lesse. Étymol. et Hist. V. laisse3.

LAISSE2, subst. fém.

A. − HIST. LITTÉR. Tirade monorime, suite de vers assonantiques, de longueur variable, d'un poème du Moyen Âge et spécialement d'une chanson de geste. Synon. couplet.Laisse de la Chanson de Roland; récitation d'une laisse. Jonas (...) Amos, Osée avaient créé (...) la laisse oratoire destinée à la déclamation (Renan, Hist. peuple Isr., t. 2, 1889, p. 478).Benoît De Sainte-More rime très soigneusement, dédaigneux de la simple assonance qui avait déroulé sa musique assourdie le long des laisses de la grande épopée des premiers cycles (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 222):
1. Ces laisses qui ne développent pas, mais qui insistent, répètent, recommencent un récit comme si l'attention de l'auditeur avait dit : Encore! au jongleur, c'est le contraire de la composition classique... Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 215.
,,Tirades qui divisent les grands poèmes provençaux`` (Morier 1961, 1975).
B. − VERSIF. ,,En vers libre, suite de vers compris entre deux blancs`` (Morier 1961, 1975). Par Moréas, Gustave Kahn, Vielé-Griffin, Verhaeren, Henri de Régnier (...) un vers plus libre est possible en France et, avec ce vers, des laisses d'aspect nouveau, et avec ces laisses, des poèmes assez différents (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899p. 247):
2. Très neuf quand Claudel le créa [le verset] il y aura bientôt un demi-siècle, son fleuve réaliserait aujourd'hui un bon équilibre entre la très longue laisse rythmée de Saint-John Perse, un estuaire, et ce ruissellement poétique de filets où la génération de 1914 paraît avoir trouvé son instrument moyen. Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 335.
Prononc. et Orth. : [lεs]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. V. laisse3.

LAISSE3, subst. fém.

A. − Limite atteinte par la mer sur un rivage. On eût dit que les eaux croupies qui baignaient les pilotis de la ville basse se retiraient à leur laisse extrême (Gracq, Syrtes,1951, p. 59).
GÉOGR. Laisse de haute mer, de basse mer. Limites supérieure et inférieure entre lesquelles la mer oscille au cours des marées. Synon. lais de haute mer, de basse mer.Depuis la construction du port [Madras], la laisse de basse mer a sensiblement avancé au Sud de la jetée Sud (Quinette de Rochemont, Trav. mar., t. 1, 1900, p. 167).La mère et la fille sortirent ensemble (...) pour chercher du bois le long des grèves, sur la laisse de haute mer (Queffélec, Recteur,1944, p. 63).
B. − P. méton.
1. Partie du rivage que la mer laisse à découvert à marée basse. J'ai mesuré dans mes courses la laisse de certaines marées à quinze pieds au-dessus du niveau de la mer (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 186).La muraille abrupte jaillie de l'éboulis comme une falaise de la laisse de galets d'une plage (Peyré, Matterhorn,1939, p. 213).
2. Débris, dépôts marins laissés par la marée; alluvions au bord des fleuves :
À la marée basse, les rivages fleurissaient de goémon; les assises de couleurs, marquées comme dans un arc-en-ciel ou sur le flanc d'une barque, se détachaient, régulières encore, galets d'un gris sec, laisse de mer bai brun ou noir sombre, galets mouillés jaune pâle... Queffélec, Recteur,1944, p. 95.
Prononc. et Orth. : [lεs]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. I. 1. 1178 « lien servant à conduire des chiens » (Renart, éd. M. Roques, 13387 : II. levriés tint en une laisse); début xiiies. fig. (Ste Julienne, 3988 ds T.-L.); 2. 1471 « cordon de chapeau » (Inv. du roi René d'Anjou, fol. 22 ds Gay). II. ca 1202 lesse de foire « émission d'excrément (d'un animal sauvage) » (Renart, éd. E. Martin, xvi, 970); 1387-91 « fiente des animaux sauvages » (Gaston Phébus, Chasse, éd. G. Tilander, 8, 53 : leisses de ours et de sanglier et de loir). III. 1. a) 1220-30 « texte, tirade, couplet chanté ou dit sans interruption » (Tombeur de N.-D., 125 ds T.-L.); 1remoitié xiiies. (Doon de Nanteuil, Romania, xiii, 12 ds T.-L.), seulement en a. fr.; relevé par Trév. 1752 qui note ,,vieux mot. Chanson``; b) 1840 « partie d'un récit formant une stance » (Ac. Compl. 1842); 1867 « tirade monorime d'un poème » (Littré); 2. fin xiiies. désigne la sonnerie du glas pour un mort (Renart, éd. E. Martin, xiv, 443, var. des mss C, H), relevé en ce sens par Trév. 1752 comme mot champ., v. aussi FEW t. 5, p. 222 ab et p. 228 a, note 8. IV. 1. 1421, 31 juill., région de la Sèvre niortaise « atterrissement, alluvions abandonnés par la mer » topon. La Laisse du Roy devenu La Laisse d'Andilly, Charente-Maritime (Arch. nat. P. 586, fol. 91 vods E. Clouzot, Marais de Sèvre niortaise, 1904, p. 145); 2. 1765 « terrain découvert par la mer lors du reflux » laisses de basse mer (Encyclop. t. 9, p. 199 a). D'apr. l'hyp. la plus couramment reçue (FEW, loc. cit., p. 222; Bl.-W.5), laisse est dans tous les sens relevés, un déverbal de laisser* : I, parce que la laisse est un lien lâche donnant une certaine liberté à l'animal; III, parce qu'à l'origine, la laisse est un couplet, une tirade dite, chantée sans interruption, pour laquelle on donne libre cours à la voix, on la laisse aller d'un trait sans fléchissement, ce sens étant à rapprocher du syntagme d'une laisse « d'un trait » (1269-78 Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 7526); II et IV sont clairement « ce qu'on laisse »; à rapprocher de II, le m. fr. laie « id. » (1376 Modus et Ratio, éd. G. Tilander, 4, 29 et 32; var. du ms. N, xves. : lai, masc.), déverbal du verbe a. fr. laïier, v. laisser; à rapprocher de IV, lais* Étymol. et Hist. 2. − À l'étymon lat. lectio pour laisse II (M. Sahlin ds St. neophilol. t. 11, 1938-39, pp. 141-156; hyp. reprise par G. Merk ds Mél. Imbs, pp. 240-247; v. aussi R. Baum ds Mél. Lommatzsch, 1975, pp. 41-47) s'opposent de sérieuses difficultés phonét.; il faudrait partir de *lectia avec traitement demi-savant du groupe -Kty- > -ss- et infl. de lai pour le vocalisme radical.
STAT. − Laisse1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 217. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 299, b) 254; xxes. : a) 318, b) 344.
BBG. Merk (G.). Les Subst. déverbaux du verbe laisser. Mél. Imbs (P.) 1973, pp. 225-251. - Pichon (E.) Fr. mod. 1940, t. 8, pp. 179-180. - Ringenson (K.). Vox rom. 1946-47, t. 9, pp. 179-181. - Sahlin (M.). L'Orig. et le sens du mot laisse. St. neophilol. 1938-39, pp. 141-156.

Wiktionnaire

Nom commun 1

laisse \lɛs\ féminin

  1. Corde ou lanière dont on se sert pour mener un chien seul ou des chiens attachés ensemble.
    • Nô Eusébio siffla les limiers qu’il réunit par une laisse. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • En ville, ce sont les chiens qui tiennent leur maître en laisse, quoique personne ne semble comprendre que le fait de s’être volontairement encombré d’un chien qu’il faut promener deux fois par jour, qu’il pleuve qu’il vente ou qu’il neige, revient à s’être soi-même passé une laisse autour du cou. — (Muriel Barbery, L’élégance du hérisson, 2006, collection Folio, pages 76-77)
  2. (Par extension) Sorte de cordon de chapeau fait le plus souvent de fil de soie.

Nom commun 2

laisse \lɛs\ féminin

  1. Couplet, groupe de vers des anciennes chansons de gestes.
    • Les laisses de la Chanson de Roland.

Nom commun 3

laisse \lɛs\ féminin

  1. Espace que la mer laisse à découvert à chaque marée et qui s’affermissent peu à peu.
    • 2. La zone maritime est comprise entre le littoral et une limite extérieure située en mer à 12 milles marins mesurés à partir des lignes de base de la mer territoriale. Les lignes de base sont la laisse de basse mer ainsi que les lignes de base droites et les lignes de fermeture des baies qui sont déterminées par décret. — (Article 44 du Code des Douanes français)
  2. (Par extension) Mélange de vase et de sable et des débris de plantes marines que chaque vague dépose en sillons sur la plage.
  3. (Par extension) Zone d’alluvion des bords de cours d’eau.
    • Représentée dans notre région par des individus disséminés dans les noues et les laisses de la Lanterne, l’association à Limnanthemum ne saurait être étroitement délimitée […]. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 64)
  4. (Fonderie) Lavures.

Forme de verbe

laisse \lɛs\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de laisser.
    • Dans la cinquième édition de cette satire, supprimée par l’auteur en 1812, il changea de nouveau d’opinion sur ce professeur, et en altéra l’expression ainsi: «Je laisse la topographie au rapide Gell.» Expliquons la raison de ce nouveau changement par la note suivante: «Rapide; en effet, il a topographisé et typographisé en trois jours les états du roi Priam. Je l’avais appelé classique avant que je n’eusse vu la Troade, et maintenant je me garderai bien de lui accorder une qualification à laquelle il a si peu de droits.» — (Œuvres complètes de lord Byron, volume 9, comprenant ses mémoires publiés par Thomas Moore)
    • Je me laisse gâter, archigâter on m’y oblige sous peine de péché mortel. — (Henri Le Chauff de Kerguenec, Souvenirs des zouaves pontificaux)
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de laisser.
    • On sent, lorsqu’il en laisse échapper quelque chose, avec quelle joie il se renfermait dans sa coquille, comme ces insectes qui se cachent à l’approche de l’homme. — (Musset, Le Temps, 1831, page 143)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de laisser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de laisser.
    • Alors, est-ce qu’elle ne suffirait pas pour qu’on nous laisse au moins vivoter et crevoter à notre guise dans les limites de l’hexagone ? — (Pierre Nord, Espionnage à l’italienne, 1963, chapitre III)
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de laisser.
    • Laisse-nous; essuie tes yeux, nous en reparlerons. — (Jean-François-Alfred Bayard, Madame et Monsieur Pinchon, 1838)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAISSE. n. f.
Corde ou lanière dont on se sert pour mener un chien seul ou des chiens attachés ensemble. Mener son chien en laisse. Mener des lévriers en laisse, les tenir en laisse. Des chiens de chasse qui vont en laisse. Fig. et fam., Mener, tenir quelqu'un en laisse, Le gouverner, lui faire faire tout ce qu'on veut.

LAISSE se dit aussi, par extension, d'une Sorte de cordon de chapeau fait le plus souvent de fil de soie, etc.

Littré (1872-1877)

LAISSE (lê-s') s. f.
  • 1Corde dont on se sert pour mener des chiens attachés. Des chiens de chasse qui vont en laisse.

    Une laisse de lévriers, se dit de deux lévriers, attachés ou non. Quand le loup est détourné, on amène les lévriers qui doivent le chasser, on les partage en deux ou trois laisses, on n'en garde qu'une pour le lancer, et on mène les autres en avant pour servir de relais, Buffon, Quadrup. t. II, p. 199.

  • 2Laisse se dit aussi du cordon avec lequel l'on conduit un chien seul. Son chien a un collier d'or, il est attaché à une laisse d'or et de soie, La Bruyère, X. Aux maîtres de cérémonies Plaise ordonner que, dès demain, Entrent sans laisse aux Tuileries Les chiens du faubourg St-Germain, Béranger, Requête.

    Fig. Mener quelqu'un en laisse, lui faire faire tout ce qu'on veut.

  • 3Laisse se dit aussi d'autres animaux que l'on conduit comme les chiens. Il arriva menant le taureau blanc en laisse, Voltaire, Taureau, 6. À notre tête paraissait le guide ou le postillon grec à cheval, tenant un autre cheval en laisse, Chateaubriand, Itin. 1re part.

    Par extension. Le Destin se mit en colère, lui donna [à son valet] quelques coups de plat d'épée, et, ayant lié ses mains du licol de son cheval, se servit de celui du cheval de Mlle de l'Étoile pour mener en laisse le criminel, Scarron, Rom. com. II, 13. Les revoilà sur l'onde [à la nage] ainsi qu'auparavant, La cassette en laisse suivant, Et le nageur poussé du vent De roc en roc portant la belle, La Fontaine, Fianc.

  • 4Espèce de cordon de chapeau, fait de crin, de fil ou de soie.

HISTORIQUE

XIIIe s. Elle vous maint [mène] com chien en lesse, J. de Meung, Codic. 35.

XVe s. Laisses de poil pour tenir chiens, Deschamps, Poésies mss. f° 452.

XVIe s. Les dieux mesmes disent qu'ils ont avesques un grand advisement composé l'attelage de ceste laisse qu'on appelle le masle et la femelle, afin qu'estant la couple telle…, La Boétie, 160. Il convient avoir aussi une lesse de bons levriers, De Serres, 994. Chevaux menez et conduits par les lesses, qui est à dire en main, Brantôme, Dames ill. p. 18, dans LACURNE. Nous voyions depuis, dict Appion, Androclus conduisant ce lion à tout une petite lesse, se promenant par les tavernes à Rome, recevoir l'argent qu'on lui donnoit, Montaigne, II, 194.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAISSE, s. f. (Chasse.) corde dont on tient un chien pour le conduire, ou deux chiens accouplés.

Laisse, (Chapelier.) cordon dont on fait plusieurs tours sur la forme du chapeau pour la tenir en état. Il y en a de crin, de soie, d’or & d’argent.

Laisse, (Chasse.) Voyez Laissées.

Laisse, (Géog.) riviere de Savoie ; elle sort des montagnes des Deserts, passe au faubourg de Chamberry, & se jette, avec l’Orbane, dans le lac du Bourget. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « laisse »

Déverbal sans suffixe de laisser [1] adopté à des époques différentes, et des sens différents : 1. « lien lâche donnant une certaine liberté à l’animal » ; 2. parce qu’à l’origine, la laisse est un couplet, une tirade pour laquelle on donne libre cours à la voix, on la laisse aller d’un trait sans fléchissement, à rapprocher du syntagme d’une laisse « d’un trait » ; 3. « ce qu’on laisse, ce qui est laissé. »
  1. (Nom 1) Wallon lahe ; namurois lache ; italien lascio ; bas-latin laxa ; de laxus, « lâche », la laisse étant considérée comme une corde lâchement tenue. Cependant il faut prendre en considération le danois lisse, le hollandais letse, qui signifient « attache, cordon ». Grandgagnage rattache le wallon lahe à l’ancien haut-allemand laz, lazo, « courroie ». Diez admet que laisse de chien vient de laxa, et que laisse de chapeau vient du germanique lisse, letse [2], etc.
  2. (Nom 2) Ancien occitan lais, lays ; anglais lay ; du celtique [3] : kymri, llais, « son, mélodie » ; gaélique, laoith ; comparez le bas-latin leudus, sorte de chant guerrier qui se trouve dans Fortunat, et l’allemand Lied, « chanson ».
  3. (Nom 3) Voyez aussi la forme masculine synonyme lais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, lahe ; namur. lache ; ital. lascio ; bas-lat. laxa ; de laxus, lâche, la laisse étant considérée comme une corde lâchement tenue. Cependant il faut prendre en considération le danois lisse, le hollandais letse, qui signifient attache, cordon. Grandgagnage rattache le wallon lahe à l'anc. haut allemand laz, lazo, courroie. Diez admet que laisse de chien vient de laxa, et que laisse de chapeau vient du germanique lisse, letse, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « laisse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
laisse lɛs

Citations contenant le mot « laisse »

  • Aime-toi toi-même, et laisse la foule te haïr. De Proverbe polonais
  • Sois savant, mais laisse-toi prendre pour un ignorant. De Proverbe russe
  • Aime-toi toi-même, laisse la foule te haïr. De Proverbe polonais
  • Les paroles sont vides, le pinceau laisse des traces. De Proverbe chinois
  • Le vrai courage ne se laisse jamais abattre. De Fénelon / Télémaque
  • Quand le mort repose, laisse reposer sa mémoire. De Proverbe arabe
  • Laisse chaque chose prendre sa place : laisse chacune de tes affaires prendre son temps. De Benjamin Franklin
  • Le buffle laisse sa peau en mourant, l’homme mort laisse sa réputation. De Proverbe vietnamien
  • La vérité plane et ne se laisse jamais dominer. De Le Coran
  • Le début ne laisse pas présager la fin. De Hérodote / Histoires
  • Qui laisse sa chaise l’hiver la perd. De Proverbe québécois
  • Qui laisse une trace, laisse une plaie. De Henri Michaux / Face au verrous
  • Femme qui voyage laisse voyager son coeur. De Antoine de Rivarol
  • Qui veut tout retenir laisse tout échapper. De Pierre Corneille / La place royale
  • Ce même soir vers 21h00, d'autres policiers aperçoivent une jeune femme d'une vingtaine d'années qui se promenait sur un trottoir du centre-ville en tenant en laisse... un ami. Aux policiers qui l'interrogeaient, elle a expliqué sans rire "qu'elle promenait son chien", "vraiment pour nous tester", selon la porte-parole. Le couple a été verbalisé et la jeune femme a bruyamment assuré qu'elle recommencerait chaque soir quitte à accumuler les amendes. En cas de récidive, l'amende peut grimper jusqu'à 6000 dollars (3800 euros).   ladepeche.fr, Canada : pour "tester" le couvre-feu, il roule ivre, elle promène un ami en laisse - ladepeche.fr
  • "Même si votre gentille boule de poils n'a jamais fait de mal à personne, merci de rester vigilant, même tenue en laisse." Un joggeur a été attaqué par un chien tenu en laisse le dimanche 10 janvier en fin de matinée, avenue de l'Aumesle, à proximité de l'agence immobilière à Hauteville-sur-Mer. L'homme revenait d'un footing sur la digue quand le chien est ensuite venu sur lui. Si lui n'a pas été mordu, un trou a été laissé sur sa veste. lamanchelibre.fr, Manche. Un joggeur attaqué par un chien tenu en laisse : appel à la vigilance lancé
  • Sur le terrain, on retrouve la même apparence solide, l’isolation phonique passive d’une efficacité appréciable et le même confort bien étudié. Malgré son poids un peu élevé, le Dali iO-4 se laisse porter sans fatigue pendant des heures. À l’écoute on retrouve aussi des performances similaires à celles de l’iO-6 pour ce qui concerne l’ouverture du registre médium, la douceur et le filé des aigus, la propreté du message, l’aération et la spatialisation fort réussies. À cela, il ajoute un équilibre tonal peut-être un peu moins audiophile, mais qui nous semble plus consensuel et en phase avec les attentes actuelles dans le domaine des casques nomades. Le bas du spectre est plus chaud, plus dense. Il a plus d’ampleur tout en conservant une très bonne tenue. Le Dali iO-4 sait être percutant, avoir du punch sans tomber dans la lourdeur. Sa restitution sonore est d’un beau naturel, sans faire ressortir une portion du spectre audio au détriment d’une autre. C’est un produit particulièrement réussi et séduisant qui sonne extrêmement bien sans que l’on se pose de question. , Test Dali iO-4 : un casque sans fil qui laisse parler l’excellent savoir-faire du spécialiste danois des enceintes acoustiques

Traductions du mot « laisse »

Langue Traduction
Anglais leash
Espagnol correa
Italien guinzaglio
Allemand leine
Chinois 皮带
Arabe رباط
Portugais trela
Russe поводок
Japonais リーシュ
Basque uhala
Corse guinzaglio
Source : Google Translate API

Synonymes de « laisse »

Source : synonymes de laisse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « laisse »

Partager