La langue française

Bride

Définitions du mot « bride »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRIDE, subst. fém.

A.− ÉQUITATION
1. Partie du harnais d'un cheval, composée de courroies (mors, têtière, rênes), que l'on passe autour de la tête et du cou de l'animal pour le diriger et le guider. Mettre, ôter la bride à un cheval :
1. Il [le cheval] n'écoute pas la bride, il est indifférent à la cravache, et les coups de talon les plus énergiques sont des raisons qui ne le persuadent pas. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 25.
Spéc. et très fréq. Les rênes fixées de part et d'autre du mors, qui permettent au cavalier de maîtriser et de faire obéir le cheval. Attacher, mener, tenir le cheval par la bride; donner un coup de bride. Lord Nelvil (...) examina la bride et le mors avec une aimable anxiété (Mmede Staël, Corinne,t. 3, 1807, p. 224).
Arg. Terme d'injure. Bride ou vieille bride. Imbécile. Une bride de son espèce se permettait de mauvaises manières à l'égard d'un camarade (Zola, L'Assommoir,1877, p. 623).
Au fig. Tout ce qui permet de maîtriser, contrôler des mouvements instinctifs, ou tout ce qui dirige, gouverne. Les brides de la destinée, des passions :
2. [Mehlen à Angèle] ... je n'ai jamais connu qu'une vie, sans les freins ou les brides que sont l'éducation, la religion, les traditions ou les habitudes. P. Vialar, La Chasse aux hommes,Les Faux-fuyants, 1953, p. 170.
2. Expr. du lang. de l'équit. et applications fig. dans la lang. cour. ou littér.
a) Tenir en bride. Freiner le cheval. Anton. éperonner.
Au fig. [En parlant d'une pers., d'un sentiment] Refréner, contenir :
3. Tenez en équilibre vos goûts et en bride vos appétits. Qui aime trop les chevaux et les chiens fâche les femmes; qui aime trop les femmes fâche Dieu. Hugo, Le Rhin,1842, p. 187.
b) Tenir la bride haute, courte. Limiter la vitesse, les initiatives de l'animal en ne laissant qu'une courte longueur de rênes :
4. Le navire alors, comme un cheval contenu par une main vigoureuse et dont on tient la bride courte, semble piaffer sur l'écume du golfe; ... Lamartine, Voyage en Orient,t. 1, 1835, p. 59.
Au fig. Tenir la bride haute à qqn. Le surveiller étroitement et avec dureté.
c) Aller bride en main. Aller lentement, avec prudence.
Au fig., fam., vieilli, plutôt class. Aller bride en main. Agir avec prudence, circonspection :
5. 28 juillet. Joué comme un fou. Il faut aller bride en main. Que de sottises! Constant, Journaux intimes,1811, p. 365.
d) Aller à bride abattue, avalée, à toute(s) bride(s). Sans freiner le cheval à l'aide de la bride pour lui laisser toute sa puissance. Synon. à très grande vitesse, très rapidement.Dans la voiture légère qu'il menait lui-même à toute bride (A. Daudet, La Petite paroisse,1895, p. 115).
Au fig. Courir à bride abattue à sa perte, à sa ruine, après les plaisirs (Guérin1892).Travailler à bride abattue (S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 287).Synon. sans retenue, avec frénésie.
Rem. On rencontre une bride-abattue empl. comme subst. chez Ch. du Bos. Une fougue, une impétuosité, une bride-abattue (Journal, 1928, p. 186).
e) Lâcher la bride, laisser la bride sur le cou. Laisser le cheval aller librement, selon sa fantaisie. Ils lâchèrent la bride aux excellens chevaux (Balzac, Annette et le criminel, t. 4, 1824, p. 113).
Au fig. Lâcher la bride à qqn, laisser la bride (sur le cou) à qqn, à qqc. (inanimé abstr.). Rendre libre de ses actes, laisser libre cours au développement d'un phénomène intellectuel ou moral :
6. À la base, l'inflation et la perversion du sens de la personnalité résulte, semble-t-il, d'un arrêt des processus de socialisation, qui lâche la bride à l'égocentrisme primitif. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 549.
Avoir la bride sur le cou. Être libre de ses actes.
f) Tourner bride. Rebrousser chemin, revenir en arrière en tournant la bride du cheval. Tournant aussitôt la bride de son cheval, (...) il fuit d'une course rapide (MmeCottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 6).
Au fig. Changer d'avis, de conduite, se rétracter.
3. Proverbe Il a plus besoin de bride que d'éperon. Cette personne a plus besoin de modération que d'excitation (cf. Leconte de Lisle, Poèmes barbares, La Tête du comte, 1878, p. 284).Tous ses fils ont besoin d'éperon, non de bride.
À cheval donné on ne regarde pas la bride. On ne doit pas critiquer une chose donnée.
B.− [P. anal. de forme et p. réf. à l'idée de lien]
1. ANAT. Adhérences vicieuses se formant à l'intérieur d'un abcès, d'une plaie, ou se développant entre les séreuses après inflammation de ces membranes. Brides d'une plaie, d'un abcès; bride pleurale, pulmonaire.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
2. CHAUSSURE. Fine lanière de cuir fixée au soulier et conçue pour passer sur le dessus du pied ou derrière le talon en maintenant la chaussure au pied. Il remet une bride à son sabot (Renard, Journal,1905, p. 970).
Rem. Attesté à partir de Guérin 1892.
3. COUT. Points de chaînette ou de feston cousus perpendiculairement aux deux extrémités de l'ouverture d'une boutonnière, pour empêcher qu'elle ne s'agrandisse ou ne se déchire. Bride de boutonnière.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
P. ext. [Toujours emploi abs.] Ganse confectionnée au point de chaînette, cousue par ses deux extrémités au bord d'un vêtement de façon à constituer une boutonnière.
4. ART CULIN. Ficelle qui sert à assujettir les membres d'une volaille pour la mettre à rôtir.
Rem. Attesté dans Lar. de Lar. 19eà Lar. Lang. fr.
5. HABILL. Brides d'un bonnet, d'un chapeau, d'une coiffe. Longs rubans cousus de part et d'autre de la coiffure et destinés à être noués sous le menton pour maintenir le chapeau sur la tête. Une petite capote de feutre et de plumes moirées, à brides de taffetas (Gide, Isabelle,1911, 654).
6. MAR. Grande pièce de fer recourbée reliant la quille à l'étambot.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
7. TECHNOL. Lien métallique, le plus souvent en forme de collier ou de demi-collier avec lequel on consolide ou unit deux pièces. Des brides de fer boulonnées assujettissent celui-ci (le joug) à l'essieu (Pesquidoux, Le Livre de raison,1928, p. 53).
PRONONC. : [bʀid].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. [Ca 1200, FEW t. 15, 1, s.v. brîdel, p. 279b]; ca 1223 « courroie placée de chaque côté du mors à la bouche d'un cheval et qui sert à le conduire » (G. de Coincy, Miracles Ste Vierge, éd. V.F. Kœnig, Genève, 1955, t. 1, p. 88, vers 622-23); av. 1592 fig. (Mont. I, 63 dans Littré); d'où diverses expr. a) 1532 à bride avallée « très vite, à toute vitesse » (Rabelais, Pantagruel, éd. Marty-Laveaux, chap. XLIII); 1538 a bride abattue (Est.); 1559 à toute bride (Amyot, Alex., 9 dans Littré); b) 1468 tourner bride « tourner son cheval » (G. Chastellain, Chroniques, III, 253 d'apr. K. Heilemann, Der Wortschatz von G. Chastellain..., Leipzig, 1937, p. 254); 1remoitié xves. tourner la bride « revenir sur ses pas » (Monstrel., liv. I, ch. 274. Complainte des laboureurs de France dans Littré); c) 1468 tirer sur la bride « rester dans l'expectative » (G. Chastellain, Chroniques IV, 115, 5 d'apr. K. Heilemann, op. cit. p. 137); tenir qqn sur bride (Id., op. cit. III, 187, 20, ibid., p. 210); 1466 tenir la bride roide (à qqn) (J. de Bueil, Le Jouvencel, p. 470); d'où 1538 tenir qqn. (qqch.) en bride (Est.); d) 1538 Lâcher la bride à (un sentiment) « donner libre carrière à (un sentiment) » (Ibid.); d'où 1549 la bride sur le col [cou] « sans gêne en toute liberté » (Est.); 2. p. anal. 1606 « lien servant à retenir » (Nicot, Une bride de chapeau) d'où empl. techn. 1659 cout. (Duez, Dittionario italiano e francese : Bride au habits); 1811 technol. « lien de fer serré autour d'un objet quelconque dans le but de le consolider ou d'unir les pièces qui le composent » (Mozin); 1792 chir. (Encyclop. méthod. Méd.). Terme d'orig. germanique. Étant donnée son aire géogr. primitive limitée à la France du Nord (l'ital., l'esp., le port. sont empr. au fr., REW3, no1313; de même que, prob. l'a. prov. 1410 dans Rayn.) et son entrée relativement tardive en fr., l'hyp. la plus probable est celle d'un empr. au m. h. all. brîdel « rêne », Lexer (Bl.-W.5; Dauzat 1968; FEW, loc. cit.); ce m. h. all. correspond à l'a. h. all. brittil « rêne », v. bretelle. L'étymon a. h. all. brittil (Diez5, p. 63) ne convient pas du point de vue phon.; l'étymon m. angl. bridel (REW3, loc. cit.) est moins probable étant donné l'aire géogr. du mot et la rareté relative des empr. à cette langue; une orig. frq. (Gam. Rom2t. 1, p. 308; EWFS2) est incompatible avec l'apparition relativement tardive du mot français.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 787. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 041, b) 1 682; xxes. : a) 1 088, b) 901.
BBG. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 122. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 205; t. 2 1972 [1925], p. 347. − Walt. 1885, p. 76.

Wiktionnaire

Nom commun

bride \bʁid\ féminin

  1. (Équitation) Harnais placé sur la tête du cheval et destiné à l’arrêter ou à le diriger, selon la volonté du cavalier.
    • Les brides et les bâts des chameaux étaient tout parés de perles brillantes et de pompons multicolores. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans Trois Contes de l’Amour et de la Mort, Corrêa, 1940)
    • Quant aux brides, aux mors, aux têtières, aux frontails, nos langues du Nord sont trop froides, trop pauvres, trop mesquines, pour en décrire les somptuosités. — (Théophile Gautier, L’Inde, dans Caprices et zigzags, 1852)
    • A la bride et au mors arabe on ajoute, aux grandes occasions, une large bande frontale ornée de franges et un gros gland pendant au cou du cheval. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 85)
    • La bride se compose de trois parties : la monture, le mors et les rênes.
  2. (Par extension) Les rênes seules.
    • De Mouy descendit de cheval, jeta la bride aux mains de son laquais, s’achemina vers le guichet, se fit reconnaître de la sentinelle, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
    • […]; et le maréchal, […], tenait le cheval par la bride, parce que le cheval était un peu nerveux. — (Gilbert Guisan, C.-F. Ramuz ou Le génie de la patience, page 43, E.Droz, 1958)
  3. (Figuré) Obstacle, frein, retenue.
    • Lâcher la bride à ses passions.
    • Lâcher la bride, mettre à quelqu’un la bride sur le cou : Lui laisser toute liberté d’agir.
  4. Lien pour retenir certaines coiffures qui passe ou qu’on noue sous le menton.
    • Brides d’un bonnet, d’un chapeau de femme.
    • La ceinture de velours noir au large nœud flottant, le chapeau de paille souple à grands bords qu’au dossier de la chaise elle a suspendu par la bride, tout ajoute à son air enfantin. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 10)
    • Chacun d’eux, dans sa maison, possédait une femme qui, les brides du bonnet nouées derrière la tête, préparait le repas à l’heure et n’acceptait aucun délai. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 43)
    • Elle était par ailleurs, portée à les croire peu chic, depuis qu’elle avait vu passer dans la rue la marquise de Villeparisis en robe de laine noire, avec un bonnet à brides.
      — Mais elle a l’air d’une ouvreuse, d’une vieille concierge,
      darling ! Ça, une marquise ! Je ne suis pas marquise, mais il faudrait me payer bien cher pour me faire sortir nippée comme ça ! — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 76)
    • Droite et maigre dans sa robe noire, la tête prise dans son bonnet à brides, elle regardait les trois tombes des Maloret, pinçant la bouche et fronçant les narines, comme si elle eût soupçonné les trois défunts, non seulement de puer vers son nez, mais encore de le faire exprès. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 238)
    • Elle était toujours vêtue de noir et portait un petit chapeau dont les brides étaient nouées sous le menton en une élégante rosette. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 66)
  5. Espèce de boutonnière qui se fait aux manches et aux cols des femmes pour les fixer à un bouton.
    • La bride se fait en saillie sur l’étoffe ; c’est un feston sur des fils posés en demi-cercle et pouvant entourer le bouton. La bride n’est attachée à l’étoffe que par ses deux côtés, tandis que la boutonnière est dans l’étoffe même.
  6. Points aux deux extrémités d’une boutonnière pour empêcher qu’elle ne se déchire.
  7. Maille échappée dans un bas de soie.
  8. (au pluriel) Petits tissus de fil qui servent à joindre les fleurs les unes avec les autres dans l’espèce de dentelle qu’on nomme point de France, de Venise, de Malines.
  9. (Chirurgie) Filaments membraneux que l’on trouve souvent dans le foyer des abcès ou dans les plaies profondes, et qui s’opposent à la sortie du pus, ou établissent des adhérences vicieuses.
    • Détruire les brides.
  10. (Marine) Sorte de grande crampe qui lie le bout de la quille avec l’étambot.
  11. Pièce de la batterie d’une arme à feu.
  12. Outil de charron.
  13. Plaque de fer, utilisée par les plombiers, carrée et évidée en rond dans le milieu, pour tenir lieu de soudure.
  14. Lien de fer pour assujettir une pièce de bois, un tuyau de conduite, etc.
  15. Sorte de point d’Alençon dont le tissu est beaucoup plus fort que le réseau.

Forme de verbe

bride \bʁid\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de brider.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de brider.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de brider.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de brider.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de brider.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRIDE. n. f.
Partie du harnais d'un cheval ou d'un mulet, etc., qui sert à le conduire, et qui est composée de la têtière, du mors, des rênes. Lui tenir la bride haute. Lui tenir la bride courte. Rendre la bride. Lâcher la bride à un cheval. Lui mettre la bride sur le cou. Tourner bride. Il se prend aussi pour les Rênes seules. Ce cheval a rompu sa bride, Il a rompu ses rênes. Mener un cheval par la bride, Le mener en tenant les rênes, sans le monter. Fig. et fam., Tenir quelqu'un en bride, Le contenir, surveiller sa conduite; et Lui tenir la bride haute, lui tenir la bride courte, Le traiter avec quelque sévérité. Lâcher la bride à quelqu'un, Lui donner plus de liberté qu'à l'ordinaire; et Lui mettre la bride sur le cou, L'abandonner à sa propre volonté, lui laisser toute liberté d'agir. Lâcher la bride à ses passions, S'y abandonner entièrement. Aller à toute bride, à bride abattue, Mener son cheval au grand galop. Fig. et fam., Courir à bride abattue à sa ruine, à sa perte, Se livrer aux plaisirs sans aucune retenue; se porter ardemment et inconsidérément à quelque démarche, sans en prévoir les suites dangereuses, funestes. Fig. et fam., Aller bride en main dans une affaire, Y procéder avec beaucoup de retenue et de circonspection. Prov. et fig., À cheval donné on ne regarde pas à la bride, Quand on reçoit un présent, il ne faut pas le déprécier. Fig. et fam., Il a plus besoin de bride que d'éperon, Un homme ardent, impétueux, a plus besoin d'être retenu que d'être excité. Il désigne, par analogie, Plusieurs autres choses qui ont quelque ressemblance avec une bride de cheval : le Lien qui sert à retenir certaines coiffures et qui passe ou qu'on noue sous le menton. Les brides d'un chapeau de femme; les Points de boutonnière faits sur des fils tendus, à l'extrémité d'une ouverture en long, pour empêcher qu'elle ne se déchire et ne s'agrandisse. Faire une bride à une ouverture de chemise, à une boutonnière, etc.; une Sorte de boutonnière au bord de quelque partie de vêtement. Les manches de cette robe sont fermées au poignet par des boutons qui entrent dans de petites brides; les Petits tissus de fil qui servent à joindre les fleurs les unes avec les autres, dans l'espèce de dentelle qu'on nomme Point de France, de Venise, de Malines; le Lien de fer avec lequel on ceint une pièce de bois, pour empêcher qu'elle n'éclate; en termes de Chirurgie, les Filaments membraneux qu'on rencontre dans le foyer des abcès, dans le trajet des plaies d'armes à feu, etc.

Littré (1872-1877)

BRIDE (bri-d') s. f.
  • 1Harnais placé à la tête du cheval et destiné à l'arrêter ou à le diriger, selon la volonté du conducteur. La bride se compose de trois parties principales : la monture, le mors et les rênes. Mettre une bride à un cheval. La main de la bride, la main gauche du cavalier.
  • 2Les rênes seules. Je voudrais donc… Qu'un seigneur éminent en richesse, en puissance, Par la bride guidât son superbe coursier, Racine, Esth. II, 5.

    Serrer la bride à un cheval. Lâcher ou rendre la bride. Tourner bride, pour prendre la fuite.

    Aller à toute bride, à bride abattue, proprement, mener son cheval au grand galop ; et figurément, agir sans réserve ni retenue. Il s'en moquait à bride abattue, Sévigné, 44. Elle a un amant à bride abattue, Sévigné, 435. La modestie m'empêche de vous louer à bride abattue là-dessus, Sévigné, 12.

  • 3 Fig. Obstacle, frein, retenue. Lâcher la bride à ses passions.

    Tenir quelqu'un en bride, le contenir, le diriger. Et pour tenir en bride un peuple sans raison, Corneille, Pulchér. V, 3. Ils tenaient les soldats en bride, Bossuet, Hist. III, 7. Le sénat tenait en bride les gouverneurs, Bossuet, Hist. III, 6. Dieu qui tient en bride les esprits trompeurs, Bossuet, Hist. II, 9. Dieu qui tient en bride les flots de la mer, Bossuet, Polit. S'ils tiennent la bride à leur impatience, Malherbe, II, 1. Cependant notre grand Alcide, Amolli parmi vos appas, Perdra la fureur qui, sans bride, L'emporte à chercher le trépas, Malherbe, III, 1. Retenir la bride aux efforts du courroux, Molière, F. sav. I, 2. Il doit tenir la bride aux grands empressements, Molière, Mis. I, 2. À le conjurer de tenir ses regards en bride, Hamilton, Gramm. 8.

    Tenir la bride haute, courte, à quelqu'un, le diriger, le traiter sévèrement. Il est bon de lui tenir un peu la bride haute, Molière, l'Av. I, 10.

    Lâcher la bride, mettre à quelqu'un la bride sur le cou, c'est-à-dire lui laisser toute liberté d'agir. Je jouis avec plaisir et modération de la bride qu'on m'a mise sur le cou, Sévigné, 285. Elle est admirable, quand elle a la bride sur le cou, Sévigné, 239. Pour mettre une bride sur le cou, Sévigné, 335. Je ne veux point me lâcher la bride à vous parler de mon amitié, Sévigné, 597. Que ne dirais-je pas de ma tendresse pour vous, si je voulais me lâcher la bride ? Sévigné, 208. Je lâche la bride à toutes ses bontés, Sévigné, 226. Vous qui laissez la bride sur le cou de vos moitiés, Hamilton, Gramm. 9. Tantôt Dieu retient les passions, tantôt il leur lâche la bride, Bossuet, Hist. III, 7.

    Fig. et familièrement. Aller bride en main, c'est-à-dire agir, procéder avec circonspection. Depuis ma dernière lettre, je vais bride en main sur la louange, Voltaire, Lett. en vers, 102.

    Fig. Il a plus besoin de bride que d'éperon, il a plus besoin d'être contenu qu'excité.

    Hocher la bride à quelqu'un, sonder ses intentions.

  • 4Brides à veaux, sottes raisons, sots raisonnements, et aussi nouvelles absurdes, contes ridicules. De rien je fais brides à veaux, Régnier, Épître III. Blasphèmes nouveaux, Vieux dictons dévots, Hapelourdes, pavots, Et brides à veaux, Que n'a-t-on pas mis Dans Sémiramis ? Piron, Chanson satirique sur la Sémiramis de Voltaire. Locution qui vient de ce que, les veaux ne se bridant pas, les brides à veaux ne sont rien.
  • 5Lien pour retenir certaines coiffures. Brides d'un bonnet, d'un chapeau de femme.

    Espèce de boutonnière qui se fait aux manches et aux cols des femmes pour les fixer à un bouton. La bride se fait en saillie sur l'étoffe ; c'est un feston sur des fils posés en demi-cercle et pouvant entourer le bouton. La bride n'est attachée à l'étoffe que par ses deux côtés, tandis que la boutonnière est dans l'étoffe même.

    Points aux deux extrémités d'une boutonnière pour empêcher qu'elle ne se déchire.

    Maille échappée dans un bas de soie.

    Brides, petits tissus de fil qui servent à joindre les fleurs les unes avec les autres dans l'espèce de dentelle qu'on nomme point de France, de Venise, de Malines.

  • 6 Terme de chirurgie. Filaments membraneux que l'on trouve souvent dans le foyer des abcès ou dans les plaies profondes, et qui s'opposent à la sortie du pus, ou établissent des adhérences vicieuses. Détruire les brides.
  • 7 Terme de marine. Sorte de grande crampe qui lie le bout de la quille avec l'étambot.
  • 8Pièce de la batterie d'une arme à feu.

    Outil de charron.

    Plaque de fer, du métier des plombiers, carrée et évidée en rond dans le milieu, pour tenir lieu de soudure.

    Lien de fer pour assujettir une pièce de bois, un tuyau de conduite, etc.

  • 9Bride, sorte de point d'Alençon dont le tissu est beaucoup plus fort que le réseau.

PROVERBE

À cheval donné on ne regarde pas à la bride ; c'est-à-dire un présent est toujours bienvenu, quand même il y manque quelque chose pour être complet.

HISTORIQUE

XIIIe s. N'onc ne la [la fortune] pot tenir Cresus, Qu'el nel tornast et jus et sus, Qui refu roi de toute Lyde, Puis li mist l'en ou col la bride, Et fu par ordre au feu livrés, la Rose, 6516. En nos plors n'ot ne frains, ne brides, ib. 10557.

XIVe s. Une bride à un tissu de rouge soye, à claus esmaillés, De Laborde, Émaux, p. 176.

XVe s. À grant peine y [en Écosse] recuevre l'on du fer pour ferrer les chevaux, ni du cuir pour faire harnois, selles, ni brides, Froissart, II, II, 228. Tels y en avoit, dans la suite du duc de Bourgogne, leurs houches de velours brodées, et, en lieu de grosses resnes de leurs brides, chaisnes d'or, De Laborde, Émaux, p. 176. Dont jà sommes plus de cent mille Qui tous voulons tourner la bride, Et vous lairrons tout esgaré, Monstrelet, liv. I, ch. 274, Complainte des laboureurs de France.

XVIe s. Lascher la bride aux lamentations et aux larmes, Montaigne, I, 63. Les stoïciens veulent de la bride mesme à l'estude, Montaigne, II, 241. Le chartier prit les renes de la bride avec la main gauche, Amyot, Cor. 40. Sylla l'envoya devant à bride abatue avec sept cens chevaux, Amyot, Sylla, 6. Il tourna bride tout court, Amyot, Eum. 17. Quand il veit qu'il ne demandoit plus qu'à courir, alors il luy donna carriere à toute bride, Amyot, Alex. 9. Les valets qui beuvoient à toutes brides, Carloix, III, 8. … et luy en mect la bride sur le col [s'en rapporte à lui], Carloix, VII, 19. Brides à veaulx, Génin, Récréat. t. II, p. 236.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRIDE, s. f. (Maréchal.) se dit en général & au propre de tout le harnois de tête du cheval harnaché, & en particulier du mors & des différentes parties qui l’accompagnent, dont voici le nom : l’embouchure, qui est soûtenue en sa place par la monture de la bride ; cette monture est de cuir & a plusieurs parties ; savoir, la têtiere, ou le dessus de tête, qui pose sur le sommet de la tête, derriere les oreilles ; les porte-mors ou les montans de la bride, qui sont deux cuirs qui passant dans les yeux du mors, le soûtiennent à sa place, chacun a une boucle pour pouvoir hausser ou baisser le mors ; le frontail, ou le cuir qui traverse le front au-dessus des yeux, & qui est attaché à la têtiere des deux côtés, il n’a point de boucles ; la sous-gorge, qui part de la têtiere, & dont on entoure la jonction de la ganache au cou, l’ayant attaché à une boucle du côté du montoir ; la muserole ou le cuir qui entoure le milieu de la tête du cheval, & se boucle du côté du montoir : enfin les rênes, qui sont deux cuirs, qui d’un bout se bouclent aux anneaux des tourets des branches, & de l’autre sont jointes & liées ensemble ; le mors ou fer qui entre dans la bouche du cheval ; la branche, la sous-barbe, qui est une piece de fer qui prend du fonceau au bas du coude de la branche, & ne sert qu’à attacher l’oreille du bas de la bossette aux branches coudées ; les bossettes qui ne servent que d’ornement, & seulement pour cacher le bouquet & le fonceau du mors ; enfin la gourmette, qui est composée de mailles de fer & de deux maillons destinés à entrer dans un crochet, lorsqu’on veut la mettre à sa place. Voyez Mors, Branche, Martingale, &c. Voyez la Pl. de l’Eperonnier.

La main de la bride, c’est la gauche ; voyez Main. Boiteux de la bride, voyez Boiteux. Secousse de la bride, voyez Saccade. Effet de la bride, c’est le degré de sensibilité que le mors cause aux barres du cheval par la main du cavalier. Boire la bride, voyez Boire. Donner quatre doigts de bride, voyez Donner. Mettre la bride sur le cou, voyez Mettre. Rendre la bride, voyez Rendre. Raccourcir la bride, est la même chose qu’accourcir ; voyez Accourcir. Bride en main, voyez Tenir. Bocher avec la bride, c’est une habitude que quelques chevaux prennent de joüer avec la bride, en secoüant les mors par un petit mouvement de tête, sur-tout lorsqu’ils sont arrêtés. Goûter la bride, se dit lorsque le cheval commence à s’accoûtumer aux impressions du mors.

Bride à abreuver ; on peut mettre à un poulain pour quelques jours la bride à abreuver sans rênes ; après quoi, lui mettre le mors. Il n’y a rien de si utile à la santé des chevaux, que de les tenir avec la bride à abreuver trois ou quatre heures avant que de les monter, & autant de tems après, jusqu’à ce qu’ils soient bien refroidis. Il leur est aussi très-utile de les tenir bridés deux ou trois heures avant & après leur avoir fait prendre quelque remede.

Bride : on donne ce nom au figuré à toute piece en général qui sert à retenir ou soûtenir. Ainsi dans une barre de godet, on appelle la bride de la barre la partie qui sert à soûtenir les côtés du godet ou de la gouttiere de plomb. On trouvera dans nos planches de Serrurerie, plusieurs figures de brides. Voyez l’explication de ces Planches.

Bride, (terme d’Arquebusier.) c’est un petit morceau de fer plat, échancré sur les bords, un peu plus grand que la noix, reployé en deux parties sur chaque bout, & percé d’un trou où l’on place des vis qui l’assujettissent en-dedans au corps de platine : le milieu de la bride est un peu plus large ; il est percé d’un trou qui reçoit le piveau menu de la noix, & la tient comme en équilibre. Cette bride sert pour soûtenir la noix, & empêcher que le chien n’approche trop près du corps de platine en-dehors. Elle est posée par-dessus la noix, de façon cependant, qu’elle ne la gêne point dans ses différens mouvemens.

* Bride, (Bas au métier.) on donne ce nom à une partie de soie qui s’étant échappée de dessous le bec d’une aiguille, ou qui n’y étant point entrée, n’a point été employée à former la maille, & qui, au lieu de paroître tissue & de contribuer à la continuité du bas, paroît droite & lâche, & laisse un vuide ou un trou. Ce trou se rebouche en remontant la maille ; pour cet effet on prend la tournille, on fait passer la bride dans son bec ; on transporte cette bride de dessous le bec de la tournille sous le bec de l’aiguille, & l’on acheve à la main ce que la machine auroit dû faire. Voyez Maille, Tournille, & Bas au métier .

Bride, (outil de Charron.) c’est une bande de fer plate, pliée en trois, quarrément, dont les deux branches sont percées de plusieurs trous vis-à-vis les uns des autres, pour y placer une cheville de fer, qui va répondre d’un trou dans un autre. Cet outil sert aux Charrons pour assujettir plusieurs pieces de leurs ouvrages ensemble. Voyez la fig. 1. Planche du Charron.

Bride à brancard, (outil de Charron.) assez semblable & d’un usage fort analogue au précédent. C’est une bande de fer pliée en trois, dont la partie du milieu peut avoir six ou huit pouces de long, & la partie des deux côtés peut avoir cinq piés de long, sur quatre pouces de large : cela sert aux Charrons pour maintenir le brancard quand ils le montent & l’assemblent. Voyez la fig. 11. Pl. du Charron.

Brides, en terme de Fondeur de cloches, sont de grands anneaux de fer de forme parallélogrammatique, qui servent à suspendre la cloche au mouton, par le moyen des barreaux de fer qui traversent les anses de la cloche, & les barreaux de bois & de fer posés en travers sur le mouton, sur lesquels les brides passent. Voyez la fig. 6. Planch. de la Fonderie des cloches, & l’article Fonte des cloches.

Brides ; ce sont les extrémités des tuyaux de fer faites en platines, avec quatre écroues dans les angles, pour les joindre & les brider, en y mettant des rondelles de cuivre ou de plomb entre deux, avec du mastic à froid. (K)

Bride, Brides, terme dont on se sert dans la Manche. Voyez Guerlandes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bride »

Provenç. et espagn. brida ; ital. briglia ; de l'anc. haut-allem. brittil, prîtil, et, par contraction, britl. De prîtil vient une autre forme italienne, predello.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Du moyen haut-allemand bridel [1] (→ voir bridle en anglais) qui correspond au vieux haut-allemand brittil qui nous donne bretelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bride »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bride brid

Évolution historique de l’usage du mot « bride »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bride »

  • Celui qui se marie se bride. De Proverbe français
  • Entre bride et l’éperon De toutes choses gît la raison. De Proverbe français
  • Les femmes sont comme les chevaux, il faut leur parler avant de leur passer la bride. De André Maurois / Le cercle de famille
  • Il vaut mieux se fier à un cheval sans bride qu'à un discours sans ordre. De Théophraste
  • Tenir en bride sa propre famille n'est pas moins difficile que de gouverner une province. De Tacite
  • La colère est pareille à un cheval fougueux ; si on lui lâche la bride, son trop d'ardeur l'a bientôt épuisé. De William Shakespeare / Henri VIII
  • Sans mors, sans éperon, sans bride, partons à cheval sur le vin pour un ciel féerique et divin ! Nous fuirons sans repos ni trêve, vers le paradis de mes rêves ! De Charles Baudelaire
  • Qu'il y a de peintres semblables dans le monde ! On ne leur demande simplement qu'un cheval, et ils veulent absolument faire une selle et une bride. De Mateo Aleman / Histoire de Guzman d'Alfarache
  • Rapport sur le marché mondial de Boulon à bride 2020 – rapport de 2026 fournit un aperçu de base de la part de marché de Boulon à bride, du segment des concurrents avec une introduction de base des principaux fournisseurs, régions principales, types de produits et industries finales. Identifie et analyse également les tendances émergentes ainsi que les principaux moteurs, défis, opportunités et stratégies d’entrée pour diverses entreprises de l’industrie Boulon à bride. Ce rapport donne un aperçu historique des tendances du marché Boulon à bride, des revenus, de la capacité, de la croissance, de la structure des coûts et de l’analyse des principaux moteurs. , Boulon à bride Industrie 2020 Types de marchés mondiaux, part, croissance, taille, segments, nouvelles techniques, demande, meilleures entreprises et recherche prévisionnelle 2026 – InFamous eSport
  • C'est une mesure historique appliquée par Volvo. La marque suédoise bride la vitesse de ses voitures. L'annonce avait été faite il y a un an et malgré les critiques, la marque a tenu bon. Tous les nouveaux modèles produits par le constructeur sont bridés à 180 km/h. RTL.fr, Volvo bride la vitesse maximum de ses voitures à 180 kilomètres heures
  • Mondiale Unité bride de palier marché Taille 2020 fournit une analyse en profondeur par le statut historique et actuel du marché / industries pour lindustrie mondiale Unité bride de palier. En outre, le rapport de recherche catégorise le marché dans le monde entier Unité bride de palier par segment par le joueur, le type, lapplication, Channel Marketing, et de la région. Unité bride de palier rapport sur le marché suit également les plus récentes dynamique du marché, comme facteurs à lorigine, limitant les facteurs, et nouvelles de lindustrie comme les fusions, les acquisitions et les investissements. la recherche marketing Unité bride de palier rapport fournit la taille du marché (valeur et volume), la part de marché, le taux de croissance par types, applications et combine à la fois des méthodes qualitatives et quantitatives pour former les prévisions micro et macro. , Taille du marché mondial Unité bride de palier 2020 Taille de lindustrie, tendances futures, les facteurs de croissance clés, la demande, Affaires Partager, Ventes et revenus, lecteurs Fabrication, application, portée et possibilités analyse par Outlook – 2026 – Derrière-l'Entente.com
  • en tout cas c'est une super nouvelle ces LN. j'espère qu'ils feront les autres LN ancient magus bride. manga-news.com, Le fil d'or, un roman The Ancient Magus Bride aux éditions De Saxus !, 26 Juin 2020 - Manga news

Images d'illustration du mot « bride »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bride »

Langue Traduction
Anglais flange
Espagnol brida
Italien briglia
Allemand flansch
Portugais flange
Source : Google Translate API

Synonymes de « bride »

Source : synonymes de bride sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bride »

Bride

Retour au sommaire ➦

Partager