La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « contraindre »

Contraindre

Définitions de « contraindre »

Trésor de la Langue Française informatisé

CONTRAINDRE, verbe trans.

A.− Vx. ,,Serrer, presser, mettre à l'étroit.`` (Ac. 1835, 1878). ,,Cet habit, cette chaussure le contraint si fort que...`` (Ac. 1835, 1878). ,,Il veut bâtir en un endroit où il sera fort contraint par la situation`` (Ac. 1835, 1878).
P. métaph. :
1. ... je ne cessai (...) de me demander comment Geneviève (...) méditait de sortir de cette situation difficile où sa malchance et ma sotte rigueur venaient de la contraindre. Bosco, Le Mas Théotime,1945, p. 26.
B.− [Avec une idée de violence exercée contre une pers.]
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Obliger, force quelqu'un à agir contre sa volonté. Contraindre qqn à + inf. ou subst.; contraindre qqn de + inf.Elle [ma mère] me contraignait d'écrire au nouvel an (Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 376).Faire campagne auprès des sous-officiers réfractaires pour les contraindre au travail (Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 151):
2. C'est cela que je voulais pour moi : agenouiller les magistrats de force, les contraindre à me révérer pour les punir de leurs préventions. Sartre, Les Mots,1964, p. 106.
Absol. La cruauté des maîtres d'esclaves qui, usant du fouet pour contraindre, empêchent l'homme de devenir (Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 690).
Rare [Une pression est exercée par des conventions soc.] :
3. Et quand il n'y aurait pas la société pour nous contraindre, ce groupe y suffirait de parents et d'amis auxquels nous ne savons pas consentir à déplaire. Ils opposent à notre sincérité incivile une image de nous, de laquelle nous ne sommes qu'à demi responsables, qui ne nous ressemble que fort peu, mais qu'il est indécent, je vous dis, de déborder. Gide, Les Caves du Vatican,1914, p. 854.
Emploi pronom. :
4. Il faut qu'il ait de la tenue. Et pour être plus clair, j'ajouterai qu'il doit se contraindre à la correction vestimentaire. J. Vilar, De la Tradition théâtrale,1963, p. 112.
b) Spéc., DR. Obliger quelqu'un par voie de droit. ,,Contraindre quelqu'un par voie de justice, par justice; contraindre par saisie de biens, par corps et autres voies`` (Ac.1932) :
5. ... le susdit, assigné à comparoir, doit fournir des soutènemens...; à quoi faire il sera contraint par voie de droit; faute par lui de ce faire, il sera déclaré forclos... Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 1, 1811, p. 98.
Être contraint sur :
6. Il ne peut être contraint sur ses biens personnels qu'après avoir été mis en demeure de présenter son compte, et faute d'avoir satisfait à cette obligation. Code civil,1804, art. 803, p. 147.
2. [Le suj. désigne une chose ou un événement] Mettre quelqu'un dans la nécessité d'agir malgré soi. Contraindre qqn à + inf. ou subst.; contraindre qqn de + inf.Je pris la rougeole, ce qui me contraignit à trois semaines de lit (Colette, Claudine à l'école,1900, p. 127).Le soleil le contraignait à cligner des yeux (Colette, La Naissance du jour,1928, p. 41).Une douleur à l'épaule le contraignit à changer de position (Green, Moïra,1950, p. 149).
Absol. Frédéric, que la nécessité contraignait, finit par prendre ses quatre mille francs (Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 2, 1869, p. 251).
Proverbe. La nécessité contraint la loi. Elle oblige à l'enfreindre.
P. métaph. [Le suj. désigne une fonction du corps hum.] :
7. L'une des principales utilités de la circulation est en effet de contraindre le sang à passer sans cesse en plus ou moins grande quantité dans un organe... Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 4, 1805, p. 168.
Rem. 1. On rencontre indifféremment les 2 formes : contraindre à ou de + inf.; à semble cependant l'emporter. 2. Au passif a) Plus fréquemment employé suivi de de. b) En présence d'un compl. d'agent, très souvent employé sans compl. secondaire.
C.− [Avec une idée d'effort exercé par une personne sur elle-même]
1. Faire volontairement un effort sur soi pour empêcher un sentiment de se manifester ou pour en diminuer l'intensité. Je me perdais en efforts burlesques et touchants pour contraindre mes soupirs et suspendre mes pleurs (Milosz, L'Amoureuse initiation,1910, p. 78).Elle contraignit sa vivacité pour achever son signe de croix (Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 9).
Littér. Contraindre sa voix. La forcer. Il fit effort pour contraindre sa voix qui refusait de parler (R. Bazin, Le Blé qui lève,1907, p. 219).
Synon. de retenir.Elle ne put contraindre dans son âme un mouvement de joie (Balzac, Annette et le criminel,1824, p. 98).
2. Emploi pronom. Faire volontairement un effort sur soi pour adopter une attitude ou accomplir une action. Se contraindre au calme, à sourire, d'écrire une lettre. Daniel (...) s'assit pour se contraindre à l'attention (R. Martin du Gard, Les Thibault,Le Pénitencier, 1922, p. 790).Quoique je ne maniasse pas la plume avec l'audace qu'ensuite je me contraignis d'avoir (Blanche, Mes modèles,1928, p. 87).Il baissa les paupières, mais se contraignit à les relever (Green, Moïra,1950, p. 203).
Se contraindre en qqc.Il ne lui restait plus qu'à se laisser vivre sans se contraindre en rien (Mauriac, Génitrix,1923, p. 331).
Absol. Marthe avait beau se contraindre : c'était plus fort qu'elle, il lui arrivait de rester devant son assiette pleine, les yeux dans le vide, la pensée absente (Moselly, Terres lorraines,1907, p. 127).Quand j'avais sept à huit ans, je ne me contraignais pas devant elle, je lui parlais avec une grande liberté (S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 42).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃tʀ ε ̃:dʀ ̥], (je) contrains [kɔ ̃tʀ ε ̃], (nous) contraignons [kɔ ̃tʀ ε ɳ ɔ ̃]. Enq. : /kõtʀeɳ/ (ils) contraignent. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1120 trans. « presser, faire peser » (Psautier d'Oxford, 68, 19 ds T.-L. [urgeat]) − xvies. ds Hug.; 2. ca 1174 « empêcher quelqu'un de suivre son penchant naturel, l'obliger à se gêner », ici pronom. (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3077); av. 1560 art contraint « forcé » (Du Bellay, Œuvres, éd. Chamard, t. 2, p. 195); 1690 (Fur. : Quand il danse, il a un air contraint [...] Quand il écrit, il a un stile contraint); 3. 1253 « forcer quelqu'un à agir contre sa volonté » (Vaulsort, Arch. de l'Etat à Namur ds Gdf. Compl. : constraindre par sainte glise); 1265 contreignant (Cart. de l'év. d'Autun, 1ère p. XC ds Gdf. Compl.); 1283 contraindre ... par prise de cors ou de biens (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. Salmon, chap. I, § 41). Du lat. class. constringere « lier ensemble; enchaîner, contenir, réprimer ». Fréq. abs. littér. : 960. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 330, b) 992; xxes. : a) 1 251, b) 1 663.
DÉR.
Contraignable, adj.,dr. Qui peut être contraint par voie de droit. Les débiteurs ne sont plus contraignables par corps (Ac.1932).Emploi subst. Les cautions des contraignables par corps (Code civil,1804, art. 5, p. 1804).P. métaph. Un Français reste cinq ans en prison, et après il en sort sans avoir payé ses dettes, il est vrai, car il n'est plus contraignable que par sa conscience (Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 63). [kɔ ̃tʀ ε ɳabl̥]. Ds Ac. 1718-1932. 1reattest. 1382 (cité par Joubert, Hist. de la baronnée de Craon, 325 ds R. Hist. litt. Fr., t. 8, p. 490); du part. prés. de contraindre, suff. -able*. Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Verbe - français

contraindre \kɔ̃.tʁɛ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se contraindre)

  1. Obliger quelqu’un par la force, la violence morale ou la menace, à faire quelque chose contre son gré.
    • […], Bédouin, vêtu d’un pantalon de gendarme, d’un habit rouge, coiffé d’un bicorne et nanti de sa hallebarde de suisse, vint le prendre à son banc, et, de force, le contraignit à se mettre à genoux au milieu de la nef. — (Louis Pergaud, Une revanche, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Puisqu’il ne faut jamais mentir, alors il faut mentir de temps en temps : l’obligation d’être véridique à tout prix contraint à mentir quand la vérité elle-même est plus fallacieuse que le mensonge. — (Raphaël Enthoven, Le Mensonge, Philosophie Magazine n° 20, novembre 2009)
    • Une fois même, il bondit si haut et avec une telle rapidité qu’il fut, avec tout l’équipage, pris du mal des montagnes et contraint de redescendre. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 231 de l’édition de 1921)
    • Atteint d’un mal nommé porphyrie, le pauvre garçon est contraint de s’abreuver de sang humain pour conjurer sa langueur chronique. — (François Rivière, Dracula, cent ans et toutes ses dents, dans Libération (journal), 31 décembre 1987)
    • J’ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. Tous, comme moi, s’effaraient d’être contraints à des besognes paperassières que, dans le civil, ils auraient abandonnées aux plus modestes de leurs sous-ordres. — (Marc Bloch, L’étrange défaite, chap. 3 : La déposition d’un vaincu, 1940)
  2. (Justice) Forcer, à donner ou à faire quelque chose.
    • Après la guerre, le traité de Versailles avait alors contraint l’Allemagne à céder ses colonies aux nations vainqueurs. — (Chronique du XXème siècle, Éditions Chronique, 2013, page 1894)
    • J’enverrai les huissiers pour le contraindre.
    • Contraindre quelqu’un pour les dépens du procès, pour une dette.
    • (Par extension) Elle sera libre de se décider : je ne veux pas la contraindre.
  3. Obliger par quelque considération à s’abstenir de quelque chose, à se refuser quelque chose.
    • Je ne prétends pas vous contraindre.
    • Se contraindre devant quelqu’un.
    • Il sait bien se contraindre quand l’occasion l’exige.
    • C’était Julie qui se cachait le visage dans son mouchoir et qui sanglotait. Le soir, elle était encore plus triste, si c’est possible ; mais elle faisait des efforts inouïs pour se contraindre devant sa sœur. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 104)
    • (Par extension) Contraindre ses goûts, son humeur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONTRAINDRE. (Je contrains ; nous contraignons. Je contraignis. Je contraindrai. Contrains. Que je contraigne. Que je contraignisse. Contraignant. Contraint.) v. tr.
Obliger quelqu'un par force, par violence ou par quelque grave considération, à faire quelque chose contre son gré. On le contraindra de partir. La nécessité l'y contraint. Je fus contraint à cette démarche. La ville fut contrainte de se rendre. Il signifie spécialement, en termes de Procédure, Obliger, par quelque voie de droit, à donner ou à faire quelque chose. Contraindre quelqu'un par voie de justice, par justice. Contraindre par saisie de biens, par corps et autres voies. J'enverrai les huissiers pour le contraindre. Contraindre quelqu'un pour les dépens du procès, pour une dette. Par extension, Elle sera libre de se décider : je ne veux pas la contraindre. Il signifie aussi simplement Obliger par quelque considération à s'abstenir de quelque chose, à se refuser quelque chose. Je ne prétends pas vous contraindre. Se contraindre devant quelqu'un. Il sait bien se contraindre quand l'occasion l'exige. Par extension, Contraindre ses goûts, son humeur.

Littré (1872-1877)

CONTRAINDRE (kon-trin-dr'), je contrains, tu contrains, il contraint, nous contraignons, vous contraignez, ils contraignent ; je contraignais ; je contraignis ; je contraindrai ; contrains, qu'il contraigne, contraignons ; que je contraigne, que nous contraignions ; que je contraignisse ; contraignant ; contraint v. a.
  • 1Serrer, presser, mettre à l'étroit. Vieux en ce sens. Sa chaussure le contraint si fort…
  • 2Tenir dans la contrainte, gêner. Il ne contraint plus l'inclination qu'il a pour elle, Sévigné, 402. La violence que chacun se fait à contraindre ses larmes, La Bruyère, I. Tout ce qui vous passe et vous égale vous contraint et vous gêne, Massillon, Carême, Pardon des offenses. Pour moi, loin de contraindre un si juste courroux, Racine, Andr. IV, 5. Contraindrez-vous César jusque dans ses amours ? Racine, Brit. III, 4. Ne les contraignons point, Doris, retirons-nous, Racine, Iphig. II, 1. Mais laissez-moi de grâce un peu de solitude, Et ne contraignez point ma triste inquiétude, Racine, Théb. V, 3. Mais le peuple, indigné que la loi le contraigne, Voudrait être séduit et flatté comme un roi, Masson, Helvétiens, VI.
  • 3Forcer quelqu'un à agir contre sa volonté. Qui livrait Annibal pourra bien vous contraindre, Corneille, Nic. I, 1. Le respect me force à me taire, la reconnaissance m'y oblige, l'autorité m'y contraint, D'Alembert, Synonymes.

    Contraindre à, avec un infinitif. Elle a pour premier point Exigé qu'un époux ne la contraindrait point à traîner après elle un pompeux équipage Ni surtout de souffrir…, Boileau, Sat. X. Non, je ne vous veux pas contraindre à l'oublier, Racine, Athal. II, 7.

    Contraindre de, avec un infinitif. Deux horribles naufrages contraignirent les Romains d'abandonner l'empire de la mer aux Carthaginois, Bossuet, Hist. I, 8. Henriette, d'un si grand cœur, est contrainte de demander du secours, Bossuet, Reine d'Anglet. Si ses exploits divers Ne me contraignaient pas de voler à toute heure Au bout de l'univers, Racine, Poésies diverses, la Renommée. Et lui-même au torrent est contraint de céder, Racine, Iph. V, 3.

    Par analogie. Contraindre ses soupçons au silence, Voltaire, Catil. I, 3.

  • 4 Terme de droit. Forcer quelqu'un par voie de justice. Contraindre par corps, par saisie de biens.
  • 5Se contraindre, v. réfl. Se gêner, se retenir. Mon père est satisfait, cesse de te contraindre, Corneille, Cid, V, 6. Je dois donc me contraindre, et j'y suis résolu, Corneille, Sertor. IV, 3. Il ne pouvait se contraindre sur si peu de chose, Hamilton, Gramm. 4. Tu vois trop mon rival et tu me vois trop peu ; Il faudrait, pour ton bien, sur cela te contraindre ; Tu crois faire durer son feu, Et tu travailles à l'éteindre, Chaulieu, à Mme D. L'impatient Néron cesse de se contraindre ; Las de se faire aimer, il veut se faire craindre, Racine, Brit. I, 1. Mais hélas ! leur fureur ne pouvait se contraindre, Racine, Théb. V, 2. Son mépris pour les amusements de l'empereur ne se contraignait pas même en public, Diderot, Ess. s. Claude. Il embarrasse tout le monde, ne se contraint pour personne, ne plaint personne, La Bruyère, XI.

    Se contraindre d'une chose, ne pas la faire. S'il vous vient un petit conte à la traverse, ne vous en contraignez pas, Sévigné, t. IV, lett. 346, p. 77, dans POUGENS.

    Se contraindre de, suivi d'un infinitif. Je ne me contraignis pas devant lui de répandre quelques larmes, Sévigné, t. VII, lett. 703, p. 223, dans POUGENS.

    PROVERBE

    La nécessité contraint la loi, c'est-à-dire elle oblige à l'enfreindre.

REMARQUE

1. Les auteurs ont employé indifféremment contraindre à et contraindre de, avec un infinitif, ne consultant en cela que l'oreille. Les autres distinctions ne paraissent que des subtilités.

2. Contraindre étant formé de con-stringere, comme restreindre l'est de re-stringere, et étreindre, de stringere, l'Académie devait écrire contreindre.

SYNONYME

CONTRAINDRE, FORCER. Ces deux verbes expriment que l'on agit contre son gré. La nuance est que forcer indique une action plus forte que moi, qui me domine, qui me fait force, tandis que contraindre exprime simplement un obstacle opposé à ma volonté, quelque chose qui me serre, qui me lie. C'est là la nuance qui distingue ces deux verbes, tout en permettant de les confondre en bien des cas.

HISTORIQUE

XIIe s. La grace Deu vus fist enceindre e coruner ; Pur ço vus devez mult constraindre e guverner ; E tute vostre vie en buens murs [mœurs] afermer, Que vus puissiez as autres buens essamples duner, Th. le mart. 78.

XIIIe s. Tele pot ele estre [la convention] que Jehans doie estre constrains au tenir, Beaumanoir, VI, 6. En tel cas convenroit il que li juges contrainsist le dit Pierre à delaissier l'une de ces deux resons, Beaumanoir, IX, 5. Et se li baillis ou li prevos le contraint d'aler avant par prise de cors ou de biens, Beaumanoir, VI, 38. Si vous requerons, sire, que vous commandez à vos baillifs et à vos serjans que il contreingnent les escommeniez an et jour, parquoy il facent satisfaction à l'eglise, Joinville, 290. Il sembloit que la galie volast par les nageurs qui la contreingnoient aus avirons, Joinville, 215. Et se vous m'en osés contraindre…, la Rose, 11334.

XIVe s. Nul mescreant ne doibt estre contrainct par guerre ne aultrement, pour venir à la foi catholique ; et semble que contre les mescreans qui nous guerroient, seulement, nous deussions faire guerre, et non contre les aultres qui veulent estre en paix, Songe du Vergier, I, 54. Telles choses ne contraignent à mal faire nul homme qui ait en soy usage de raison, Oresme, Eth. 73. En cest degré de fortitude pevent estre contenus soldoiers et touz ceulx lesquiex convoitise de pecune contraint à combatre, Oresme, ib. 84. Et pour ce advient souvent que il ont contencions ensemble et veulent contraindre l'un l'autre à faire justice, Oresme, ib. 273. Ne de plus ne les pourrions contraindre [exiger davantage], Du Cange, auxilium. Vous me contraignez à ce qui en mon courage ne peut oncques mais estre, Ménagier, I, 6.

XVe s. À chose qui touche l'ame et la conscience, on ne doibt homme contraindre par force, Bouciq. III, ch. 3. Et especialement les six freres Gisebert Mahieu… estoient plus durs et plus contraints que tous les autres, Froissart, II, II, 52. Entrementes que le roi d'Angleterre seoit devant la cité de Cambray à bien quarante mille hommes, et que moult la contraignoit d'assaut et de plusieurs faits d'armes, Froissart, I, I, 84. Et avoient [les Anglais] en l'ost bien quatre cents canons, qui contraindoient durement ceux de dedans, Froissart, II, II, 29. Par vraie amour qui l'enyvra [Jésus] Et qui le contraint [contraignit] à ce faire [souffrir la passion] Pour nous et no vie refaire, Deschamps, Poésies mss. f° 540, dans LACURNE. Et si ne pouvions passer que devant eux, tant estoit le lieu contraint, Commines, VIII, 5. Le siege n'estoit pas encores si contraint, qu'on ne peust aller et saillir dehors, Commines, VIII, 7.

XVIe s. Il fut contrainct de suyvre le comte, Montaigne, I, 25. La durée du mariage est contraincte et forcée, Montaigne, I, 210. Ils allerent à la charge, le sang figé et les membres contraincts de froid, Montaigne, I, 261. Qui veult faire sa despense juste, la faict estroicte et contraincte, Montaigne, IV, 79. S'il luy eust pleu que je feusse demourée avecques la royne, il sait bien que je n'ay affaire sy contraint que je n'eusse laissé, Marguerite de Navarre, Lett. 147. J'avois du tout laissé le Creneche [le vin de Grenache] ; mais j'ay esté contrainte de le reprendre quant c'est venu sur le terme des trois mois, Marguerite de Navarre, ib. 149. Et luy fault ung grand repous, qu'elle se contraint à prendre pour se fortifier, Marguerite de Navarre, ib. 139. C'est aller à la boucherie, et pour un affaire qui n'est point si fort contraint qu'il ne se puisse bien differer à un autre temps, Despériers, Contes, XLVI. Les magistrats contraindrent l'evesque d'exhiber deniers, Palissy, 104. Romulus fut contraint de se retirer un peu en arriere de la meslée, Palissy, Rom. 28. Il se contraignit à l'endurer pour quelque temps à cause de la reverence qu'il portoit à son frere, Palissy, Lucul. 76. Tout votre peuple ni vous ne scauriez contraindre un Potier à fleschir les genoux devant des statues, D'Aubigné, Conf. II, 7. On ne peut contraindre celui qui sçait mourir, D'Aubigné, ib. En voulant contraindre les autres de recevoir leurs opinions, Lanoue, 101.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « contraindre »

Du latin constringere qui donne constrain en anglais et costringere en italien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. costraigner ; catal. constrenyer ; espagn. constreñir ; portug. constranger, constringir ; ital. constringere, costrignere ; du latin constringere, de cum et stringere (voy. ÉTREINDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « contraindre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
contraindre kɔ̃trɛ̃dr

Fréquence d'apparition du mot « contraindre » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « contraindre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « contraindre »

  • Le secret des forts est de se contraindre sans répit.
    Maurice Barrès
  • On ne peut ni échapper au regard des dieux ni les contraindre.
    Platon — La République
  • Si le ministère de la Culture a une responsabilité à l’égard de la beauté, ce n’est certainement pas pour la normaliser, la rendre acceptable, la contraindre, mais au contraire pour permettre qu’elle soit vivante, diverse, vibrante voire insolente.
    Catherine Trautmann — Conférence de presse “La Beauté” - 1 Mars 2000
  • La guerre est un acte de violence destiné à contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté.
    Carl von Clausewitz — De la guerre
  • La vocation est un torrent qu’on ne peut refouler, ni barrer, ni contraindre. Il s’ouvrira toujours un passage vers l’océan.
    Henrik Ibsen — Brand
  • On ne peut contraindre personne à se montrer fraternel.
    Jacques Attali — Fraternités - Une nouvelle utopie
  • Des mesures dérogatoires ont été mises en place pour cet été, permettant aux employeurs d’imposer aux salariés la période, la durée, voire même de modifier et de fractionner les dates des congés payés, sans avoir à recueillir l’accord de l’intéressé. L’employeur peut également contraindre l’employé à les prendre en dehors de la période habituelle de congés de l’entreprise.
    Europe 1 — Congés d'été : ce que la crise permet aux employeurs d'imposer à leurs salariés
  • On concède la liberté en gros pour la contraindre dans le détail.
    Robert Sabatier — Le Livre de la déraison souriante
  • La force suprême de l'art et de l'amour est de nous contraindre à vouloir épuiser en eux l'inépuisable.
    André Malraux
  • Facebook est touché au portefeuille. Après l'affaire George Floyd et l'explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social est sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Pour l'y contraindre, des centaines d'entreprises boycottent leurs publicités sur la plateforme. C'est le cas d'Unilever, Coca-Cola, Verizon ou encore Patagonia. Face à l'ampleur du mouvement #StopHateForProfit, un appel à arrêter de faire des profits sur le dos de la haine, Facebook a commencé à plier. 
    Haine en ligne : Facebook s'enfonce après une campagne de boycott de plusieurs centaines d'annonceurs
Voir toutes les citations du mot « contraindre » →

Traductions du mot « contraindre »

Langue Traduction
Anglais constrain
Espagnol constreñir
Italien vincolare
Allemand einschränken
Chinois 约束
Arabe تقييد
Portugais constranger
Russe ограничить
Japonais 拘束する
Basque mugak
Corse custringe
Source : Google Translate API

Synonymes de « contraindre »

Source : synonymes de contraindre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « contraindre »

Combien de points fait le mot contraindre au Scrabble ?

Nombre de points du mot contraindre au scrabble : 14 points

Contraindre

Retour au sommaire ➦