La langue française

Amure

Sommaire

  • Définitions du mot amure
  • Étymologie de « amure »
  • Phonétique de « amure »
  • Évolution historique de l’usage du mot « amure »
  • Citations contenant le mot « amure »
  • Traductions du mot « amure »
  • Synonymes de « amure »

Définitions du mot amure

Trésor de la Langue Française informatisé

AMURE, subst. fém.

MARINE
A.− Cordage servant à fixer une voile du côté d'où vient le vent. Amure de misaine, amure de grand-voile, etc. (Bach.-Dez. 1882) :
1. La charge n'étant pas où elle devait être, à cause du poids de la machine, le centre de gravité passait souvent à l'arrière du grand mât, et alors il fallait s'en tenir à la vapeur, et se défier de la grande voile, car l'effort de la grande voile dans ce cas-là faisait arriver le vaisseau au lieu de le soutenir au vent. La ressource était, quand on était au plus près du vent, de larguer en bande la grande écoute; le vent, de la sorte, était fixé sur l'avant par l'amure, et la grande voile ne faisait plus l'effet d'une voile de poupe. V. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 101.
Amure de revers. ,,Celle qui se trouve sous le vent`` (Bouillet 1859). Dogue d'amure. Trou pratiqué dans la muraille du navire, où l'on fixe l'amure (cf. V. Hugo, L'Homme qui rit, t. 1, 1869, p. 103).Point d'amure (dit encore amure); cf. Le Clère 1960 :
2. On appelle point d'amure le point inférieur par lequel une voile est fixée au bateau; le point d'amure d'une grand-voile Marconi est donc le coin où la bôme rejoint le mât. Autrefois, les bateaux utilisaient des voiles carrées, amurées en deux points sur des vergues. L'un de ces points était plus au vent que l'autre. Il devenait alors le seul point d'amure de la voile, l'autre étant le point d'écoute. On pouvait donc être à bâbord ou tribord amures selon la direction du vent. Actuellement, comme presque tous les points d'amure sont fixés dans l'axe du bateau, on peut dire que l'expression bâbord amures ou tribord amures désigne le côté du bateau que vient frapper le vent en premier. Barber.1969.
Fausse amure :
3. L'amure des basses-voiles est ordinairement doublé [sic] sur les grands bâtiments, pour rendre l'orientation plus facile à l'aide de poulies. Quelquefois il y a de fausses amures, simples, dont la fonction est de suppléer les amures, si le vent vient à les rompre. Besch.1845.
B.− P. ext. ,,Direction d'un navire à voiles par rapport au vent d'après son amure.`` (Le Clère 1960) :
4. Quand on courait des bordées le mousse allait se percher sur le gaillard avant pour s'occuper du foc et de la trinquette munis d'une fausse écoute pour permettre de les border plus aisément aux nouvelles amures. B. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 171.
Amure(s) à bâbord, à tribord, bâbord tribord amure(s). Le vent venant de gauche, de droite (cf. ex. 2) :
5. À midi et demi, les frégates étant à trois quarts de lieue de terre, les amures à bâbord, les quatre embarcations partirent pour aller faire de l'eau dans une anse reconnue par M. de Langle. Voyage de La Pérouse autour du monde,t. 3, 1797, p. 208.
Avoir les amures à bâbord, à tribord. [En parlant d'un navire] Recevoir le vent par la gauche, par la droite. Prendre les amures à bâbord, à tribord. Orienter le navire de façon qu'il reçoive le vent de gauche, de droite (cf. Dumont d'Urville, Voyage au Pôle Sud et dans l'Océanie, t. 5, 1843, p. 346). Changer d'amures; changer les amures. Virer de bord :
6. Jean-Marie quitte la godille et s'apprête à changer l'amure. Il amène la misaine, la décroche, la raccroche de l'autre côté du mât, et puis, ayant craché dans ses mains, lourdement suspendu à la drisse, il se met à haler, d'un effort pesant, prolongé, répété, pour étarquer la voile, pour la hisser bien à pic. A. Chevrillon, La Bretagne d'hier,L'Enchantement breton, 1925, p. 77.
Prononc. : [amy:ʀ].
Étymol. ET HIST. − 1634 mar. « cordage qui fixe le coin d'une basse voile fixée du côté d'où vient le vent » (Cleirac, Termes de mar., éd. de 1670, p. 548 ds Quem. t. 1 1959 : Amure c'est l'attache devant contre le chasteau). Déverbal de amurer*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 22.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Barber. 1969. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Gruss 1952. − Jal 1848. − Le Clère 1960. − Mots rares 1965. − Prév. 1755. − Soé-Dup. 1906. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

amure \a.myʁ\ féminin

  1. (Marine) Cordage fixant le point d’en bas, nommé point d’amure, d’une basse voile qui se trouve au vent.
    • Vers le soir la tempête présentait des caractères cycloniques et je pris la cape, les amures à tribord, pour m'éloigner du centre de la dépression. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Par extension) (Marine) Position d'un bateau par rapport au vent.
    • Le calme étant toujours aussi plat, le brick restait en panne sous ses amures de la veille. — (Eugène Sue, Kernok le pirate, 1830)
    • Il était au vent de l'îlot, et, tribord amure, sous ses basses voiles, ses huniers et ses perroquets, il s'élevait vers le nord. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Il cinglait bâbord amure — (Le corsaire le Grand Coureur, chant traditionnel)

Forme de verbe

amure \a.myʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe amurer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe amurer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe amurer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe amurer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe amurer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMURE. n. f.
T. de Marine. Manœuvre, cordage servant à fixer le coin d'une basse voile opposé à celui qui est attaché à la vergue, du côté du vent. Avoir les amures à tribord, à bâbord, se dit Quand la voilure est disposée pour recevoir le vent par la droite ou par la gauche. On dit de même Prendre les amures à tribord, à bâbord; changer d'amures.

Littré (1872-1877)

AMURE (a-mu-r') s. f.
  • Terme de marine. Cordage fixant le point d'en bas, nommé point d'amure, d'une basse voile qui se trouve au vent (voy. ÉCOUTE).

HISTORIQUE

XIe s. Contre le ciel [il] vait l'amure [pointe de son épieu] tornant, Ch. de Rol. LXXXIX. Du bon espieu au corps [il] lui met l'amure [pointe, lame], ib. XCVII. Charles en a l'amure [de la lance dont J. C. fut percé] ; mercit Deu, ib. CLXXIX. Envers Carlon l'amure [de sa lance] [il] en a tournée, ib. CCXL. Du brand d'acier l'amure [il] lui presente, ib. CCLXXXVII.

XVIe s. Hau ! amure, amure bas, Rabelais, Pantagr. IV, 10.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « amure »

Du latin ad- muram (trou au mur). Ce cordage a pris le nom du trou pratiqué à la muraille du navire par où il passe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. amura, mura ; grec mod. μούρα ; génois, amüa ; malt. mura ; espagn. amura, mura. D'après Jal, de a et mura, qu'il tire de morari ; mais amure veut dire proprement pointe, comme on le voit par les exemples de l'ancien français ; c'est en effet le cordage de la pointe, du coin de la voile ; l'étymologie en est inconnue ; amarre est un autre mot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « amure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amure amyr

Évolution historique de l’usage du mot « amure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amure »

  • Le bateau prend sa nouvelle amure mais reste très près du vent, ce qui permet de régler le génois sans trop forcer, et en gardant la jupe à l’intérieur des filières. Ici, le barreur profite de la proximité du winch pour aider l’équipier. , Manœuvre en croisière : virer de bord - Voile & Moteur
  • Lorsque le milieu du mât avance, le guindant de la grand-voile s'éloigne de la chute, cela résorbe le creux de la voile. C'est comme souquer la bordure, on éloigne le point d'écoute de l'amure et cela aplatit le bas de la voile. Bateaux.com, Comment le pataras influence-t-il le réglage de la grand-voile?
  • Attention au vrillage possible entre le point d’amure et celui de d’écoute. Pour éviter des tracas, s’assurer que la bordure est bien rectiligne entre ces deux points. , Les bons gestes pour gréer les voiles. Ep. 1 : préparer la GV - Voile & Moteur

Traductions du mot « amure »

Langue Traduction
Anglais tack
Espagnol armadura
Italien armatura
Portugais aderência
Source : Google Translate API

Synonymes de « amure »

Source : synonymes de amure sur lebonsynonyme.fr
Partager