La langue française

Chanson

Définitions du mot « chanson »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHANSON, subst. fém.

A.− Petite composition chantée, de caractère populaire, d'inspiration sentimentale ou satirique, divisée en couplets souvent séparés par un refrain. Une chanson d'amour; une chanson nostalgique. Alors chantez-moi la chanson de la belle fille enlevée au jardin de son père, sous le rosier blanc (Nerval, Les Filles du feu,Sylvie, 1854, p. 616):
1. ... l'air de cette chanson m'a poursuivi pendant toute la soirée, avec des prolongements sans fin dans le domaine de la rêverie. Green, Journal,1943, p. 81.
2. La nuit embaumait les amandiers en fleurs. Tout le printemps montait de la terre, et les cafés faiblement éclairés du faubourg retentissaient de rires et de chansons. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 300.
SYNT. Chanson à boire, de guerre, de marche, de noce, de table, des trépassés; chanson de conscrit, de corsaire, de cow-boys, des faneuses, des lavandières, de marins, de nourrice, du pêcheur, des rameurs, du régiment, des vendanges; chanson comique, courtoise, érotique, funèbre, gaillarde, langoureuse, libertine, naïve, patriotique, réaliste, révolutionnaire, triste; chanson bretonne, de café-concert, gitane, tzigane; ancienne, belle, charmante chanson; recueil de chansons; entonner, fredonner, siffler une chanson.
Rem. Litt. La Chanson de Roland :
3. Bédier a établi que les chansons de geste sont nées au onzième siècle. Il a constaté scientifiquement que les chansons de geste expriment des sentiments, des mœurs, un état social du onzième siècle, de l'époque des cathédrales. Barrès, Mes cahiers,t. 10, 1913, p. 190.
P. ext. [En parlant du chant des oiseaux ou d'un bruit agréable à l'oreille] Tu vois, je ne t'oublie pas... La première chanson de l'alouette est pour toi! (Erckmann-Chatrian, L'Ami Fritz,1864, p. 13).
SYNT. Chanson des grillons, du merle, des pinsons, du rossignol; chanson des arbres, de l'eau, de la pluie, du vent.
P. métaph. Ne parle pas d'argent, ni de conditions. Je ne veux entendre que la chanson de mon cœur (Aymé, Le Bœuf clandestin,1939, p. 207).
B.− Au fig. Le contenu plus ou moins dissimulé des paroles. Le réel d'un discours, c'est après tout cette chanson, et cette couleur de voix, que nous traitons à tort comme détails et accidents (Valéry, Eupalinos,1923, p. 57).
Loc. péj.
Chanter sa chanson. Chacun a dix ans pour chanter sa chanson ou, en langage rive gauche, pour apporter son message (Morand, L'Eau sous les ponts,1954, p. 15).
Connaître une chanson par cœur. C'est-à-dire n'avoir rien à apprendre de nouveau sur quelque chose. Je connais la chanson. C'est-à-dire je sais d'avance ce que quelqu'un va dire :
4. Du reste, ce fragment de ma vie que je passe sous silence, le lecteur ne perdra rien à ne pas le connaître. C'est toujours la même chanson, des larmes et de la misère! A. Daudet, Le Petit Chose,1868, p. 42.
5. putois, pris d'un attendrissement subit. − Monsieur, monsieur... ribalier. − Ah! non, pas cette chanson-là, maintenant. Zola, Le Bouton de rose,1878, III, 1, 274.
Au plur. Mensonges, paroles en l'air :
6. − « Le grand-père de Mllede Saligny avait, dans sa jeunesse, marqué les nègres au fer rouge et passé les menottes au sombre gibier d'entrepont. » − « Chansons! disait le Président pour une fois acquitteur... » Morand, Parfaite de Saligny,1947, p. 125.
Loc. Se payer de chansons. ,,Se contenter de mauvaises raisons`` (Ch.-L. Carabelli, [Lang. pop.]).
Prononc. et Orth. : [ʃ ɑ ̃sɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 Chançun « pièce en vers destinée à être chantée » (Roland, éd. Bédier, 1466); 1671 chanson à boire (Pomey); xiies. « poésie » (Alexis, éd. G. Paris et L. Pannier, p. 177); 2. p. ext. 1803 en parlant d'un oiseau (Chateaubriand, Génie du Christianisme, t. 1, p. 171); 1837 d'un instrument de musique (ici flûte) (Vigny, Poèmes antiques et modernes, p. 129); 3. 1608 fig. et fam. « propos rebattus qui reviennent sans cesse comme un refrain » (Régnier, Sat., VIII ds Littré); 4. xvies. fig. fam. chansons subst. plur. « fait, chose sans importance » (G. Du Vair, Actions et traictez oratoires, éd. R. Radouant, VII, 312). Du lat. class. cantionem, acc. de cantio « chant (d'un être humain et d'un instrument) ». Fréq. abs. littér. : 3 213. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 101, b) 6 223; xxes. : 4 650, b) 4 033.
DÉR.
Chansonner, verbe trans.,vieilli. Railler quelqu'un ou quelque chose par des chansons. Le peuple détestoit le duc d'Orléans et chansonna sa mort (Chateaubriand, Ét. hist.,1831, p. 203).On en disputait à la ville et dans les journaux, elle [la pédérastie] était moquée, chansonnée (Aymé, Le Confort intellectuel,1949, p. 128). Emploi pronom. M. de Nivernais ci-devant duc, pair de France, grand d'Espagne (...) n'était plus rien, n'avait plus rien, et il chantait, et il se chansonnait lui-même, il était aimable, il songeait à ses amis, il s'occupait encore à leur plaire, à leur être gracieux (Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. 13, 1851-62, p. 410).Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. chansonnage. Action de chansonner. Il faut (...) créer une maison centrale de librairie républicaine, (...), laquelle serait l'équivalent d'un atelier national pour les artistes, centrale pour le colportage, le chansonnage, etc. (Michelet, Journal, 1848, p. 692). [ʃ ɑ ̃sɔne], (je) chansonne : [ʃ ɑ ̃sɔn]. 1resattest. a) 1584 « jouer (d'un instrument de musique) » (Luc de La Porte, Trad. d'Horace, 122, rods R. Hist. litt. Fr. t. 6, p. 302); − 1613 (César Notredame, ibid.); b) 1734 « faire des chansons contre qqn » (Barbier, Journ. II, 53 ds Brunot t. 6, p. 1372); de chanson, dés. -er. Fréq. abs. littér. : 14.
BBG. − Faral (E.). Sur trois vers de la Chanson de Roland (vers 1016, 1465, 1517). Mod. Philol. 1940, t. 38, pp. 235-242. − Gottsch. Redens. 1930, pp. 337-340, p. 454. − Grimaud (F.). Petit gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1969, p. 112. − Guilloton (V.). In : [Mél. Bright (J. W.)]. Mod. Lang. Notes. 1926, t. 41, pp. 40-42.

Wiktionnaire

Nom commun

chanson \ʃɑ̃.sɔ̃\ féminin

  1. (Musique) Texte mis en musique, divisé en strophes ou couplets, avec ou sans refrain.
    • Lui-même, à son dernier congé, en plaisantait devant moi, d’être un gradé de la marine qui, comme le petit navire de la chanson, n’avait ja-ja-jamais navigué. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.151)
    • Les paroles d'une chanson. — Noter, composer une chanson.
    • On a fait des chansons sur lui. Il met tout en chanson.
  2. Ce texte chanté. — Note : Ce mot implique, par rapport à chant, un côté frivole et léger.
    • Ce qu’elle chantait – ah ! la fatale et maudite chanson ! –, c’était une vieille romance larmoyante et tendre, pareille à celles que les aveugles nasillent dans les rues. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Une blonde qui possédait des nichons et une nuque inoubliables a cru bon de venir rompre le silence de l’écran par une chanson où il était question de sa solitude. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932, éd. 1942, p. 159)
    • Les ivrognes, maintenant accoudés au comptoir, braillaient une chanson dont ils n’avaient retenu que quelques paroles. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Et, pour égayer le voyage, les chansons bientôt fusèrent d’elles-mêmes. Les notes joyeuses retentissaient au loin sur la terre nue […]. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Car la chanson a été importante dans le dispositif d'une subversion politique qui, tout compte fait, a peut-être plus avancé par le 45 tours que par le tract, par le mange-disques que par le cocktail Molotov. — (Bertrand Dicale, « Subversion », dans le Dictionnaire amoureux de la chanson française, Éditions Plon, 2016)
  3. (Par extension) Ce texte et sa partition imprimés.
    • « On la vend deux sous, paroles et musique ! » clamait la bonisseuse, tendant sa chanson à la ronde. — (Roland Dorgelès, Au beau temps de la Butte, 1949)
  4. Chanson de geste, poème épique du Moyen Âge.
    • La chanson de Roland.
  5. (Figuré) (Familier) Propos futiles, sornettes, discours ou raison frivole.
    • Tout ce qu’il vous dit là est une chanson. Il nous conte des chansons. Je ne me paie pas de chansons.
    • Chansons, chansons ! Je ne vous écoute point. Chansons que tout cela !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHANSON. n. f.
Petite pièce de vers d'un ton populaire, divisée généralement en couplets avec refrain et qui se chante d'ordinaire sur un air connu. Chanson nouvelle. Vieille chanson. Chanson d'amour. Chanson à boire ou Chanson bachique. Noter une chanson. Composer une chanson. On a fait des chansons sur lui. Il met tout en chanson. Il se dit aussi des Poèmes épiques du moyen âge. La Chanson de Roland. La Chanson d'Antioche. On désigne souvent ces poèmes par le terme général de Chansons de geste. Voyez GESTE. Fig. et fam., Il n'a qu'une chanson, il ne sait qu'une chanson, il dit, il chante toujours la même chanson, se dit de Celui qui répète toujours la même chose. On dit aussi C'est toujours la même chanson. Fig. et fam., Voilà bien une autre chanson! Voilà une chose nouvelle, une chose à laquelle on ne s'attendait pas. Il signifie figurément et familièrement Sornette, discours ou raison frivole. Tout ce qu'il vous dit là est une chanson. Il nous conte des chansons. Je ne me paie pas de chansons. Chansons que tout cela. Chansons, chansons! je ne vous écoute point.

Littré (1872-1877)

CHANSON (chan-son) s. f.
  • 1Pièce de vers que l'on chante sur quelque air, et qui est partagée le plus souvent en stances égales dites couplets ; petite composition d'un rhythme populaire et facile. L'air, le refrain d'une chanson. Faire, noter, composer, dire, chanter une chanson. Faire des chansons sur ou contre quelqu'un. Auparavant écoute une chanson que je viens de faire : Je portais… - Une chanson, dis-tu ? - Je port… - Une chanson à chanter ? - Je port… - Chanson amoureuse ? Peste ! Molière, Princ. d'Élide, II, 3. Il faut même en chansons du bon sens et de l'art, Boileau, Art p. II. Aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire… Une femme chantait : C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait, La Fontaine, Fab. VII, 9. Le berger, qui par ses chansons Eût attiré des inhumaines, Crut, et crut mal, attirer des poissons, La Fontaine, ib. X, 11. Les dieux de l'amoureux délire Avec toi dansent aux chansons, Voltaire, Ép. 45. Ah ! ma chanson ! ma chanson est tombée en vous écoutant ; courez, courez donc, monsieur ; ma chanson ! elle sera perdue, Beaumarchais, Barb. de Sév. I, 3. En France et sous nos rois, la chanson fut longtemps la seule opposition possible ; on définissait le gouvernement d'alors une monarchie absolue tempérée par des chansons, Scribe, Disc. de récept. à l'Acad.

    Chanson d'amour, chanson où l'amour est célébré.

    Chanson à boire ou chanson de table, chanson où le vin est célébré. Purgeons nos desserts Des chansons à boire, Béranger, Musique. Ces bagatelles sont comme les chansons de table qu'il ne faut chanter qu'en pointe de vin, Voltaire, Lett. Villette, 1er sept. 1765.

    Comme dit la chanson, locution dont on se sert quand on dit quelque chose qui se trouve dans une chanson connue. Devinez pourquoi, comme dit la chanson, Sévigné, 449.

    Mettre quelqu'un ou quelque chose en chanson, s'en moquer par des chansons. Faut-il que désormais à deux doigts l'on te montre, Qu'on te mette en chansons ? Molière, Sgan. 9.

    Au pluriel, chansons se dit quelquefois pour poésie. Les doctes chansons des Muses.

    Chanson à danser. Voy. CHAMBRE (musique de chambre).

  • 2 Fig. et familièrement, propos rebattus qui reviennent sans cesse comme un refrain. Il n'a, il ne sait qu'une chanson. C'est toujours la même chanson Comme il continuait cette vieille chanson, Régnier, Sat. VIII. Voilà ma chanson, Sévigné, 138.

    Familièrement. Voilà bien une autre chanson, c'est une autre affaire, c'est une chose inattendue.

  • 3 Fig. et familièrement, conte en l'air, discours ou raison dont on ne tient aucun compte. Il faut être, je le confesse, D'un esprit bien posé, bien tranquille, bien doux, Pour souffrir qu'un valet de chansons me repaisse, Molière, Amph. II, 1. C'est parler comme il faut ; et que peut-il répondre ? - Répondre ? Des chansons dont il vient me confondre, Molière, l'Étour. I, 9. Ne nous amusons pas, ma fille, à ces chansons, Molière, Tart. II, 2. Car Lucile soutient que c'est une chanson, Molière, le Dép. III, 8. Chansons que tout cela, Molière, Éc. des maris, I, 2. Tous ces biens à venir me semblent autant de chansons ; il n'est rien de tel que ce qu'on tient, Molière, le Méd. m. lui, II, 2. Ce que mon livre en dit doit passer pour chanson, La Fontaine, Oies. Je le souffre aux écrits qui passent pour chanson, La Fontaine, Fiancée. Les maux les plus cruels ne sont que des chansons Près de ceux…, La Fontaine, Coupe. Un amant de son père écoute les leçons, Et court chez sa maîtresse oublier ces chansons [remontrances], Boileau, Art p. III. Je veux tout manger pendant que j'y suis ; car pour ce qui est de revenir ici, chansons, Fénelon, IX, 48. … Mais permettez… - Je ne veux rien permettre. - Ce n'est pas un exploit. - Chanson ! - C'est une lettre. - Encor moins. - Mais lisez. - Vous ne m'y tenez pas, Racine, Plaid. II, 2.

    Je ne me paye pas de chansons, c'est-à-dire je veux des effets et non pas des paroles.

  • 4Chanson de geste, voy. GESTE.

    PROVERBES

    C'est la chanson de Ricochet dont on ne voit pas la fin, se dit d'un homme qui recommence toujours à dire ou à faire la même chose.

    Il n'aura qu'un double, il ne chante qu'une chanson, c'est-à-dire il a fait peu de besogne, il sera peu payé.

    Si vous en avez l'air, vous n'en avez pas la chanson, c'est-à-dire vous avez l'apparence et non la réalité.

HISTORIQUE

XIe s. Cançun mauvaise de nous ne seit chantée, Ch. de Rol. LXXVII. Male chançun n'en deit estre chantée, ib. CXI.

XIIe s. Nule chançon ne m'agrée, Couci, I. Bele dame me prie de chanter ; Si est bien drois que je fasse chançon, ib. X.

XIIIe s. … Et li souvint d'une chanson qu'il avoient fait entr'eux deux, que nus ne savoit fors eus deux, Chr. de Rains, 55. Dist Chantecler : pas ne te croi, Un poi detrai en sus de moi, Et je dirai une chançon, Ren. 1581. Seignor, oï avez maint conte Que maint conteres vos aconte, Coment Paris ravi Helayne… Et fables et chançons de gestes, ib. 7. Au paier sont plain de perece ; Or faut la feste, Or remainent chançons de geste [il ne se fait plus de chansons de geste], Rutebeuf, 30.

XVe s. Amphion fonda les murs de la cité de Thebes par la douceur de sa chanson, Bouciq. IV, 10.

XVIe s. Cantiques spirituels… chansons spirituelles, Calvin, Instit. 711. De chansons mondaines et sales, Marot, IV, 204.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHANSON.

PROVERBES

Ajoutez :

C'est le ton qui fait la chanson, c'est ainsi qu'on dit à Genève, au lieu de : c'est le ton qui fait la musique, voy. 2 TON, n° 8

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CHANSON, s. f. (Litt. & Mus.) est une espece de petit poëme fort court auquel on joint un air, pour être chanté dans des occasions familieres, comme à table, avec ses amis, ou seul pour s’égayer & faire diversion aux peines du travail ; objet qui rend les chansons villageoises préférables à nos plus savantes compositions.

L’usage des chansons est fort naturel à l’homme : il n’a fallu, pour les imaginer, que déployer ses organes, & fixer l’expression dont la voix est capable, par des paroles dont le sens annonçât le sentiment qu’on vouloit rendre, ou l’objet qu’on vouloit imiter. Ainsi les anciens n’avoient point encore l’usage des lettres, qu’ils avoient celui des chansons : leurs lois & leurs histoires, les loüanges des dieux & des grands hommes, furent chantées avant que d’être écrites ; & de-là vient, selon Aristote, que le même nom grec fut donné aux lois & aux chansons. (S)

Les vers des chansons doivent être aisés, simples, coulans, & naturels. Orphée, Linus, &c. commencerent par faire des chansons : c’étoient des chansons que chantoit Eriphanis en suivant les traces du chasseur Ménalque : c’étoit une chanson que les femmes de Grece chantoient aussi pour rappeller les malheurs de la jeune Calycé, qui mourut d’amour pour l’insensible Evaltus : Thespis barbouillé de lie, & monté sur des treteaux, célébroit la vendange, Silene & Bacchus, par des chansons à boire : toutes les odes d’Anacréon ne sont que des chansons : celles de Pindare en sont encore dans un style plus élevé ; le premier est presque toûjours sublime par les images ; le second ne l’est guere souvent que par l’expression : les poésies de Sapho n’étoient que des chansons vives & passionnées ; le feu de l’amour qui la consumoit, animoit son style & ses vers. (B)

En un mot toute la poésie lyrique n’étoit proprement que des chansons : mais nous devons nous borner ici à parler de celles qui portoient plus particulierement ce nom, & qui en avoient mieux le caractere.

Commençons par les airs de table. Dans les premiers tems, dit M. de la Nauze, tous les convives, au rapport de Dicearque, de Plutarque, & d’Artemon, chantoient ensemble & d’une seule voix les loüanges de la divinité : ainsi ces chansons étoient de véritables pæans ou cantiques sacrés.

Dans la suite les convives chantoient successivement, chacun à son tour tenant une branche de myrthe, qui passoit de la main de celui qui venoit de chanter à celui qui chantoit après lui.

Enfin quand la Musique se perfectionna dans la Grece, & qu’on employa la lyre dans les festins, il n’y eut plus, disent les trois écrivains déjà cités, que les habiles gens qui fussent en état de chanter à table, du moins én s’accompagnant de la lyre ; les autres contraints de s’en tenir à la branche de myrthe, donnerent lieu à un proverbe grec, par lequel on disoit qu’un homme chantoit au myrthe, quand on le vouloit taxer d’ignorance.

Ces chansons accompagnées de la lyre, & dont Terpandre fut l’inventeur, s’appellent scolies, mot qui signifie oblique ou tortueux, pour marquer la difficulté de la chanson, selon Plutarque, ou la situation irréguliere de ceux qui chantoient, comme le veut Artemon : car comme il falloit être habillé pour chanter ainsi, chacun ne chantoit pas à son rang, mais seulement ceux qui savoient la musique, lesquels se trouvoient dispersés çà-&-là, placés obliquement l’un par rapport à l’autre.

Les sujets des scolies se tiroient non-seulement de l’amour & du vin, comme aujourd’hui, mais encore de l’histoire, de la guerre, & même de la morale. Telle est cette chanson d’Aristote sur la mort d’Hermias son ami & son allié, laquelle fit accuser son auteur d’impiété.

« O vertu, qui malgré les difficultés que vous présentez aux foibles mortels, êtes l’objet charmant de leurs recherches ! vertu pure & aimable ! ce fut toûjours aux Grecs un destin digne d’envie, que de mourir pour vous, & de souffrir sans se rebuter les maux les plus affreux. Telles sont les semences d’immortalité que vous répandez dans tous les cœurs ; les fruits en sont plus précieux que l’or, que l’amitié des parens, que le sommeil le plus tranquille : pour vous le divin Hercule & les fils de Léda essuyerent mille travaux, & le succès de leurs exploits annonça votre puissance. C’est par amour pour vous qu’Achille & Ajax allerent dans l’empire de Pluton ; & c’est en vûe de votre aimable beauté que le prince d’Atarne s’est aussi privé de la lumiere du soleil ; prince à jamais célebre par ses actions ! les filles de mémoire chanteront sa gloire toutes les fois qu’elles chanteront le culte de Jupiter hospitalier, ou le prix d’une amitié durable & sincere ».

Toutes leurs chansons morales n’étoient pas si graves que celle-là : en voici une d’un goût différent, tirée d’Athénée.

« Le premier de tous les biens est la santé ; le second, la beauté ; le troisieme, les richesses amassées sans fraude ; & le quatrieme, la jeunesse qu’on passe avec ses amis ».

Quant aux scolies qui roulent sur l’amour & le vin, on en peut juger par les soixante & dix odes d’Anacréon qui nous restent : mais dans ces sortes de chansons même on voyoit encore briller cet amour de la patrie & de la liberté dont les Grecs étoient transportés.

« Du vin & de la santé, dit une de ces chansons, pour ma Clitagora & pour moi, avec le secours des Thessaliens ». C’est qu’outre que Clitagora étoit Thessalienne, les Athéniens avoient autrefois reçu du secours des Thessaliens contre la tyrannie des Pisistratides.

Ils avoient aussi des chansons pour les diverses professions : telles étoient les chansons des bergers, dont une espece appellée bucoliasme, étoit le véritable chant de ceux qui conduisoient le bétail ; & l’autre, qui est proprement la pastorale, en étoit l’agréable imitation : la chanson des moissonneurs, appellée le lytierse, du nom d’un fils de Midas qui s’occupoit par goût à faire la moisson : la chanson des meuniers, appellée hymëe ou épiaulie, comme celle-ci tirée de Plutarque : Moulez, meule ; moulez ; car Pittacus qui regne dans l’auguste Mytilene, aime à moudre ; parce que Pittacus étoit grand mangeur : la chanson des tisserands, qui s’appelloit éline : la chanson jule des ouvriers en laine : celle des nourrices, qui s’appelloit catabaucalese ou nunnie : la chanson des amans, appellée nomion : celle des femmes, appellée calycé, & harpalyce celle des filles ; ces deux dernieres étoient aussi des chansons d’amour.

Pour des occasions particulieres, ils avoient la chanson des noces, qui s’appelloit hyménée, épithalame : la chanson de Datis, pour des occasions joyeuses : les lamentations, l’ialéme & le linos, pour des occasions funebres & tristes : ce linos se chantoit aussi chez les Egyptiens, & s’appelloit par eux maneros, du nom d’un de leurs princes. Par un passage d’Euripide cité par Athénée, on voit que le linos pouvoit aussi marquer la joie.

Enfin il y avoit encore des hymnes ou chansons en l’Honneur des dieux & des héros : telles étoient les jules de Cérès & de Proserpine, la philélie d’Apollon, les upinges de Diane, &c. (S)

Ce genre passa des Grecs aux Latins ; plusieurs des odes d’Horace sont des chansons galantes ou bacchiques. (B)

Les modernes ont aussi leurs chansons de différentes especes selon le génie & le caractere de chaque nation : mais les François l’emportent sur tous les peuples de l’Europe, pour le sel & la grace de leurs chansons : ils se sont toûjours plûs à cet amusement, & y ont toûjours excellé ; témoin les anciens Troubadours. Nous avons encore des chansons de Thibaut comte de Champagne. La Provence & le Languedoc n’ont point dégénéré de leur premier talent : on voit toûjours régner dans ces provinces un air de gaieté qui les porte au chant & à la danse : un provençal menace son ennemi d’une chanson, comme un Italien menaceroit le sien d’un coup de stylet ; chacun a ses armes. Les autres pays ont aussi leurs provinces chansonnieres : en Angleterre, c’est l’Ecosse ; en Italie, c’est Venise.

L’usage établi en France d’un commerce libre entre les femmes & les hommes, cette galanterie aisée qui regne dans les sociétés, le mêlange ordinaire des deux sexes dans tous les repas, le caractere même d’esprit des Francois, ont dû porter rapidement chez eux ce genre à sa perfection. (B)

Nos chansons sont de plusieurs especes ; mais en général elles roulent ou sur l’amour, ou sur le vin, ou sur la satyre : les chansons d’amour sont les airs tendres, qu’on appelle encore airs sérieux : les romances, dont le caractere est d’émouvoir l’ame par le récit tendre & naïf de quelqu’histoire amoureuse & tragique ; les chansons pastorales, dont plusieurs sont faites pour danser, comme les musettes, les gavottes, les branles, &c. (S)

On ne connoît guere les auteurs des paroles de nos chansons françoises : ce sont des morceaux peu réfléchis, sortis de plusieurs mains, & que pour la plûpart le plaisir du moment a fait naître : les musiciens qui en ont fait les airs sont plus connus, parce qu’ils en ont laissé des recueils complets ; tels sont les livres de Lambert, de Dubousset, &c.

Cette sorte d’ouvrage perpétue dans les repas le plaisir à qui il doit sa naissance. On chante indifféremment à table des chansons tendres, bacchiques, &c. Les étrangers conviennent de notre supériorité en ce genre : le François débarrassé de soins, hors du tourbillon des affaires qui l’a entraîné toute la journée, se délasse le soir dans des soupers aimables de la fatigue & des embarras du jour : la chanson est son égide contre l’ennui ; le vaudeville est son arme offensive contre le ridicule : il s’en sert aussi quelquefois comme d’une espece de soulagement des pertes ou des revers qu’il essuie ; il est satisfait de ce dédommagement ; dès qu’il a chanté, sa haine ou sa vengeance expirent. (B)

Les chansons à boire sont assez communément des airs de basse, ou des rondes de table. Nous avons encore une espece de chanson qu’on appelle parodie ; ce sont des paroles qu’on ajuste sur des airs de violon ou d’autres instrumens, & que l’on fait rimer tant bien que mal, sans avoir d’égard à la mesure des vers.

La vogue des parodies ne peut montrer qu’un très-mauvais goût ; car outre qu’il faut que la voix excede & passe de beaucoup sa juste portée pour chanter des airs faits pour les instrumens : la rapidité avec laquelle on fait passer des syllabes dures & chargées de consonnes, sur des doubles croches & des intervalles difficiles, choque l’oreille très-desagréablement. Les Italiens, dont la langue est bien plus douce que la nôtre, prodiguent à la vérité les vîtesses dans les roulades ; mais quand la voix a quelques syllabes à articuler, ils ont grand soin de la faire marcher plus posément, & de maniere à rendre les mots aisés à prononcer & à entendre. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chanson »

De l’ancien français chançun[1], du latin cantionem, accusatif de cantio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, cainchon, canchon ; provenç. canso, chanso ; catal. cansó ; anc. espagn. chanzon ; esp. mod. cancion ; portug. cançao ; ital. canzone ; du latin cantionem, action de chanter (voy. CHANT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « chanson »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chanson ʃɑ̃sɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « chanson »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chanson »

  • Écoutez la chanson bien douce Qui ne pleure que pour vous plaire. Paul Verlaine, Sagesse, I, 16 , Messein
  • Une chanson, ça s'oublie, comme le reste. De Pierre Perret / Laissez chanter le petit !
  • Si tu vas dans la voiture de quelqu’un, tu chantes sa chanson. De Proverbe polonais
  • Le plus difficile dans la chanson ? Arriver à se faire payer. De Jacques Dutronc
  • Rien de plus cher que la chanson grise Où l'Indécis au Précis se joint. Paul Verlaine, Jadis et naguère, Art poétique , Messein
  • Une chanson est une émotion plus une équation De Guy Béart / Le Figaro, 21 octobre 1999
  • La chanson est une caresse sur la joue. De Alain Souchon / Télérama - 10 Novembre 1999
  • Une chanson est un moment qui nous échappe. De Matthieu Chedid / Qui de nous deux
  • La chanson c'est le battement du coeur des hommes. De Anonyme
  • J'aimerais mieux être célèbre par une chanson que par une victoire. De Alexander Smith / Dreamthorp
  • Tout finit par des chansons. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, V, 19
  • De mes grands chagrins je fais de petites chansons ; elles agitent leur plumage sonore et prennent leur vol vers le cœur de ma bien-aimée. Heinrich Heine, Intermezzo lyrique Intermezzo
  • Là où l'on chante, on ne détrousse personne : Les larrons n'ont pas de chansons. Johann Gottfried Seume, Poésies Scume
  • La chanson la plus charmante Est la chanson des amours. De Victor Hugo / Les Contemplations
  • Une chanson est forcément populaire. De Jean-Jacques Goldman / L’Express - 20 décembre 2001
  • Une chanson, c’est souvent une sublimation, ça n’est pas la réalité. De Françoise Hardy
  • La chanson ça fait voyager et, comme les voyages, la chanson forme la jeunesse. De Liliane Goulet et Pauline Levesque / En remuant le sable dans ma cour
  • L’air, c’est pas toute la chanson. De Proverbe québécois
  • La chanson est l’Art de l’Instant. De Charlélie Couture
  • Un homme sans patrie, c’est un rossignol sans chanson. De Proverbe russe
  • Un homme d'esprit me disait un jour que le gouvernement de France était une monarchie absolue tempérée par des chansons. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Caractères et anecdotes
  • Il n'existe pas de chanson sentimentale pour l'avenir. Pierre Dumarchais, dit Pierre Mac Orlan, La Petite Cloche de Sorbonne, Gallimard
  • En 1939, elle incarne un cri d’indignation contre les exécutions sommaires des Noirs aux États-Unis. Près de 80 ans après sa sortie, la chanson contestataire “Strange Fruit” reste l’une des plus influentes du XXe siècle. France Culture, Le "fruit étrange" de Billie Holiday : aux origines d'une chanson anti-lynchages
  • Il est question de glisse, de skateboard et d'un école dédiée à cette pratique, rentrée 2020 à Bordeaux. Pour rester dans la culture "jeunes", grâce à un logiciel, un youtubeur recrée une chanson de Nirvana, et c'est bluffant. France Bleu, Une école dédiée au Skateboard à Bordeaux, et une vraie fausse chanson de Nirvana
  • Comme le confinement se prolongeait en mai et que nous avons été obligés d’annuler la classe de découverte, j’ai cherché un projet que l’on pourrait réaliser à distance. J’ai pensé à une chanson. J’ai écrit le début du texte et je l’ai envoyé aux enfants avec les consignes par mail, ils m’ont renvoyé leur proposition de paroles. Ils ont été inspirés. » , Vidéo. Des élèves de Vire Normandie écrivent une chanson sur le confinement et le retour à l'école | La Voix le Bocage
  • « Un camping à Vesoul, le froid, la pluie, la neige, la houle, tout l’été emmitouflé dans une cagoule, aussi funky qu’un séjour à la Bourboule ». Ainsi débute la reprise grinçante du tube Manhattan Kaboul de Renaud et Axelle Red par les chroniqueurs de France Inter Constance et Frédéric Fromet. La chanson, rebaptisée Marignane-Vesoul a été diffusée le 27 juin dans l’émission « Par Jupiter ! ». « Les Stone et Charden de l’impertinence » se lamentent sur le casse-tête des vacances d’été en période Covid : « on ne sait plus où aller […] pulvérisés sur l’autel de la Covid éternelle ». , Culture - Loisirs | Marignane-Vesoul : la chanson des vacances Covid par France Inter
  • Donald Trump ne peut pas toujours avoir ce qu’il veut. Le groupe de rock britannique Rolling Stones menace le président américain de le poursuivre en justice s’il continue d’utiliser une de leurs chansons, You Can’t Always Get What You Want lors d’événements de sa campagne, comme il l’a fait dernièrement à Tulsa, dans le bastion républicain de l’Oklahoma, le 20 juin. Le Monde.fr, Les Rolling Stones avertissent Trump de ne plus utiliser leur chanson « You Can’t Always Get What You Want » pour sa campagne
  • Créateur, auteur, compositeur, des groupes Chez Remo (tout public) et Chez Remômes (Jeune public) basé près de St Etienne (42) Rémo promène ses chansonnettes, aux quatre coins de l'hexagone et même plus loin... Sur scène, une guitare, une boite à rythme et Basta : minimaliste, clair, énergique... Remo alterne vieilleries revisitées façon chanson rock acoustique, balade folk song, chanson réaliste, musette, celtico-marinières d'ici, du large ou d'ailleurs...et bien sur quelques nouvelles chansons. Concert gratuit, carte des burgers habituel, poulets frits, bières artisanales. Pas de menu enfant ce soir la. Sur réservation uniquement concert en terrasse. , Chez Remo concert chanson francaise et rock : Concert Chanson variete a Montrond les Bains
  • S’il ne devait y avoir qu’une chanson à retenir, parce qu’elle évoque un épisode marquant de votre vie, laquelle serait-elle ? France Culture, Ce que dit la chanson

Images d'illustration du mot « chanson »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chanson »

Langue Traduction
Anglais song
Espagnol canción
Italien canzone
Allemand lied
Portugais canção
Source : Google Translate API

Synonymes de « chanson »

Source : synonymes de chanson sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chanson »

Chanson

Retour au sommaire ➦

Partager