Conduire : définition de conduire


Conduire : définition du Wiktionnaire

Verbe

conduire \kɔ̃.dɥiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se conduire)

  1. Mener, guider, diriger vers un lieu déterminé.
    • Désormais donc, les prévenus seront, au moment de leur arrestation, conduits directement à la Roquette, où, séparés les uns des autres, comme le sont les enfants jugés, ils n'auront pas à souffrir du contact de leurs co-détenus. — (Société pour le patronage des jeunes détenus et des jeunes libérés du département de la Seine : Assemblée générale du 14 juillet 1844, Paris : Imprimerie de A. Henry, 1844, pages 58-59)
    • Les troupeaux transhumants appartiennent tantôt à de riches propriétaires ou capitalistes, tantôt à de petits cultivateurs de Provence, qui les confient à un bayle ou berger chef qui, à ses risques et périls, conduit les troupeaux, loue les pâturages, etc., en un mot se charge de l'estivage moyennant une redevance. — (Marchand (Garde général des forêts), « Le pâturage dans les Alpes », dans la Revue des eaux et forêts: annales forestières, tome 11, Paris, 1872, page 14)
    • Hervé Ricou, le sacriste, […], après nous avoir fait visiter l'église, nous conduisit à une ferme voisine qui, à l’occasion, se transforme en auberge. — (Anatole Le Braz, Les Saints bretons d'après la tradition populaire en Cornouaille, Les Annales de Bretagne, 1893-1894, Paris : Calmann-Lévy, 1937, page 75)
    • Il retrace les méandres, les scoumounes qui ont conduit ces grands enfants du malaise collectif à ces cellules réglementaires de 3 x 3 mètres. Dire les maux avec mots, ceux de Djamel, David, Laurent, Séfia, Frédéric, Damien, etc. — (Patrice Delbourg, Le bateau livre: 99 portraits d'écrivains, éd. Le Castor Astral, 2000, page 64)
    • Il me conduisit à travers d'innombrables et immenses salles, dans lesquelles il me présenta à des hordes de gens, dont j'oubliais les noms au fur et à mesure qu'il les énonçait. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, page 8)
  2. Piloter un véhicule.
    • Conduire une charrette, une voiture, une automobile, etc.
    • (Absolument) Ce chauffeur conduit bien. — Vous ne savez pas conduire.
  3. (En particulier) Faire aller.
    • Conduire l’eau d’un endroit à un autre par des rigoles, par des canaux.
  4. (En particulier) Faire passer par différents points.
    • Conduire une ligne.
  5. (Forêts) Aménager dans un but de production en parlant d’un bois ; tailler dans un but de production pour un arbre.
    • Conduire une futaie, une forêt, un arbre.
  6. Accompagner quelqu’un par civilité, par honneur, etc.
    • Il conduisait sa fille à l’autel.
  7. (Figuré) Mener, guider ou diriger vers un but déterminé. — Note : Se dit tant au sens physique qu’au sens moral.
    • À la fin du Tertiaire s’est produit le refroidissement qui a conduit aux glaciations quaternaires ; il a peut-être quelque rapport avec la formation de l’Atlantique Nord. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 56)
    • Il n'a point songé à rimer quand le hasard d'une vadrouille au Quartier le conduisit à popiner au café Vachette avec des symbolos soiffards. — (Robert Randau, Le professeur Martin: petit bourgeois d'Alger, Éditions Baconnier frères, 1930, page 69)
    • C'est le cas par exemple de la réaction d'un diacide sur un dialcool qui donne naissance à un polyester et à de l'eau qui doit être éliminée si on souhaite que la réaction conduise effectivement à des grandes molécules. — (Claude Duval, Matières plastiques et environnement, Dunod, 2e éd, 2009, page 11)
    • Ce chemin conduit à la ville.
    • La fureur conduisait son bras.
    • L’ouvrage fut conduit jusqu’au dixième volume et en resta là.
    • Conduire un ouvrage à sa perfection.
  8. (Figuré) Amener à faire.
    • La supposition d'un virus morbilleux et de la contagion de la rougeole conduisit un Anglais célèbre , le docteur Home, à tenter l’inoculation de cette maladie. — (Dictionaire des Sciences médicales, Paris : C.-L.-F. Panckoucke, 1820, vol. 49, page 162)
    • […] de grands embarras financiers avaient conduit le gouvernement à signer avec des compagnies de chemin de fer des conventions que les radicaux avaient dénoncées comme étant des actes de brigandage […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La Moralité de la violence, 1908, page 281)
  9. Construire, inspecter, avoir la direction, en parlant des ouvrages matériels, de l’esprit et des choses morales.
    • Le « Pourquoi pas », succéda au « Français » qui conduisit dans l’Antarctique en 1903-1905 la première expédition polaire française de longue haleine. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Conduire une construction.
    • Conduire un travail.
    • Conduire une tranchée.
    • Conduire un dessein, une entreprise, une intrigue.
    • Il a bien conduit, mal conduit cette affaire.
    • C’est lui qui a tout conduit.
    • Une pièce de théâtre, une intrigue bien conduite, dont les incidents sont bien amenés.
  10. Commander, régir, gouverner.
    • En 508, les Francs, conduits par Clovis, vinrent assiéger Arles. L’évêque Césaire (devenu par la suite Saint-Césaire) n’aurait pas demandé mieux que de livrer la ville au roi chrétien. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • L'essentiel pour les jésuites, c'était d'affaiblir, d'amoindrir, de rendre les âmes faibles et fausses, de faire des petits très-petits, et les simples idiots ; une âme nourrie de minuties, amusées de brimborions, devait être facile à conduire. — (Jules Michelet, Le prêtre, la femme, la famille, Paris : Chamerot, 1862 (8e éd.), page 65)
    • Il ne s'agit plus de mener une grande guerre terrestre en Europe, mais de conduire des opérations impromptues (contingency) dans un ensemble interarmées et interallié, par tous les temps, en frappant simultanément dans toute la profondeur du champ de bataille, en utilisant touts les moyens pour écraser l'ennemi rapidement et avec le minimum de pertes. — (Défense nationale, n° 5-9, Paris, 1964, page 162)
  11. (Musique) Diriger un orchestre.
    • S’il retournait à Serge Panine, s’il recherchait les occasions d’aller voir conduire Olivier Métra, c’était pour la douceur d’être initié dans toutes les conceptions d’Odette, de se sentir de moitié dans tous ses goûts. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 79)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Conduire : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONDUIRE. (Je conduis ; nous conduisons. Je conduisis. Je conduirai. Conduis ; conduisons. Que je conduise. Conduisant, Conduit.) v. tr.
Mener, guider, diriger vers un but un être ou une chose. Conduire un aveugle. Conduire des voyageurs. Il prit des guides qui le conduisirent. Conduisez monsieur à sa chambre. Je vais vous conduire auprès d'elle. Il se laissa conduire en prison. Conduire une armée par des défilés. Conduire les pas de quelqu'un. Cet homme n'y voit pas assez pour se conduire. Conduire des chevaux, un troupeau. Conduire une charrette, une voiture, une automobile, etc. Absolument, Ce chauffeur conduit bien. Vous ne savez pas conduire. Il signifie spécialement Accompagner quelqu'un par civilité, par honneur, etc. Il conduisait sa fille à l'autel. Conduire l'eau, La faire aller d'un endroit à un autre par des rigoles, par des canaux. Conduire une ligne, La faire passer par différents points. Conduire une futaie, une forêt, L'aménager. Conduire un arbre, Le tailler suivant ce qu'on veut en faire. Conduire la main de quelqu'un, à quelqu'un, Lui tenir la main pour lui faire mieux tracer des caractères, un dessin, etc. Conduire la main d'une personne qui écrit, d'un écolier qui apprend à écrire. Son maître d'écriture est encore obligé de lui conduire la main. Il s'emploie aussi figurément, tant au sens physique qu'au sens moral. Ses traces nous conduisirent jusqu'au lieu où il s'était caché. Ce chemin conduit à la ville. La fureur conduisait son bras. L'ouvrage fut conduit jusqu'au dixième volume et en resta là. Conduire un ouvrage à sa perfection. Une semblable doctrine doit conduire à l'athéisme. Cela me conduit à vous parler de telle chose. Conduire un État à sa ruine. Il signifie encore Avoir inspection sur un ouvrage, en avoir la direction, en parlant des Ouvrages matériels. Conduire une construction. Conduire un travail. Conduire une tranchée. Il se dit également en parlant des Ouvrages de l'esprit et des choses morales. Conduire un dessein, une entreprise, une intrigue. Il a bien conduit, mal conduit cette affaire. C'est lui qui a tout conduit. Une pièce de théâtre, une intrigue bien conduite, Dont les incidents sont bien amenés. Il signifie aussi Commander et servir de chef, régir, gouverner. Conduire une armée, une flotte, un vaisseau, une barque. Conduire des troupes. Conduire des ouvriers. Ce père conduit bien sa famille. Conduire une maison. Conduire un orchestre. Conduire une excursion. Il a bien conduit sa fortune. Conduire la conscience de quelqu'un. Conduire quelqu'un dans ses affaires. Se laisser conduire par quelqu'un. Ce peuple-là est difficile à conduire. Il se dit également dans ce sens de la Raison et des passions personnifiées. La raison le conduit. Ses passions le conduisent. Il se laisse conduire par son intérêt. Fig., Conduire la barque, Conduire quelque entreprise, quelque affaire ; et Conduire bien sa barque, Conduire bien ses affaires.

SE CONDUIRE signifie figurément Se comporter, avoir telle ou telle conduite. Il se conduit bien ; il se conduit mal. Il s'est conduit vaillamment. Il sait bien se conduire. Cette femme s'est toujours bien conduite. Conduisez-vous bien.

Conduire : définition du Littré (1872-1877)

CONDUIRE (kon-dui-r'), je conduis, nous conduisons ; je conduisais ; je conduisis ; je conduirai ; je conduirais : conduis, conduisons ; que je conduise, que nous conduisions ; que je conduisisse ; conduisant ; conduit v. a.
  • 1Faire aller en allant soi-même. Il prit des guides qui le conduisirent. Conduire un aveugle. Conduire un enfant à l'école. Il est temps qu'en son ciel cet astre aille reluire ; De grâce, accordez-moi l'honneur de l'y conduire, Corneille, Nicom. II, 2. C'est vous qui sur ces bords conduisîtes ses pas, Racine, Phèd. III, 5. Les dieux vous conduisent comme par la main, Fénelon, Tél. III.

    Absolument. On va d'un pas plus ferme à suivre qu'à conduire, L'avis est plus facile à prendre qu'à donner, Corneille, Imitation, I, 9.

    Terme de manége. Conduire un cheval étroit ou large, lui faire parcourir, dans le manége, un cercle plus ou moins grand. Conduire un cheval de la main, le changer de main.

    Donner une certaine direction. Le chirurgien conduisait d'une main ferme le bistouri. Le maître d'écriture a conduit la main de son élève. Ce peintre conduit bien son pinceau.

  • 2Transporter d'un lieu à un autre. Conduire du vin, des vivres.
  • 3Faire aller une chose où elle doit aller. Conduire une voiture.

    Absolument, conduire se dit pour conduire une voiture. Ce cocher conduit bien. On voit que vous ne savez pas conduire.

    Conduire une barque, la faire aller où elle doit aller.

    Fig. et familièrement. Conduire la barque, avoir le gouvernement d'une affaire.

    Bien conduire sa barque, diriger ses affaires avec habileté.

    Terme de carrier. Conduire la pierre, la mener sur les rouleaux jusqu'au point de l'orifice.

  • 4Faire aller devant soi. Conduire les troupeaux aux champs. Et qui gouverne Rome a conduit des troupeaux, Rotrou, St-Gen. I, 4.

    Par extension. La fête de Diane approchait, et l'on se préparait à conduire la pompe accoutumée, Chateaubriand, Mart. 13.

  • 5Accompagner par honneur, par civilité. Mes domestiques vous conduiront. Conduisez madame.

    Conduire une femme à l'autel, l'épouser.

  • 6Emmener. Il se laissa conduire en prison. Et pour mieux l'y conduire [à Rome] il [l'otage] vous sera donné Sitôt qu'il aura vu son frère couronné, Corneille, Nicom. IV, 4.
  • 7 Fig. La colère a mal conduit sa main. Voilà où l'ont conduit ses folies ! Cela me conduit à vous confier un secret. Qu'un juste respect conduisant ses regards…, Corneille, Pomp. IV, 3. Que ma crédule main conduise le couteau…, Racine, Iph. III, 6. Souvent la peur d'un mal nous conduit dans un pire, Boileau, Art poét. I. Madame, vous voyez où l'amour m'a conduit, Corneille, Perthar. IV, 5. N'eût-il pas jusqu'au bout conduit son artifice ? Racine, Baj. III, 7. Reconnaissez les coups que vous aurez conduits, Racine, Iph. V, 2. Remonter jusqu'au principe et vous conduire pas à pas par tous les excès où le mépris de la religion ancienne a été capable de pousser les hommes, Bossuet, Reine d'Anglet.

    Conduire une chose à sa fin, à son terme. Conduire un ouvrage à sa perfection.

    Commander, gouverner. Conduire une armée, une flotte. L'art de conduire les peuples. Ai-je mis dans sa main le timon de l'État Pour le conduire au gré du peuple et du sénat ? Racine, Brit. I, 1.

    Diriger la conduite. Se laisser conduire par une personne expérimentée. Un directeur conduit la conscience de son pénitent. Burrhus conduit son cœur, Sénèque son esprit, Racine, Brit. IV, 4.

    Conduire une administration, une affaire, une négociation, en avoir la direction. Je conduis de l'œil toutes choses, et tout cela ne va pas mal, Molière, Pourc. II, 11.

    Bien conduire, mal conduire l'intrigue d'une pièce, un drame, une comédie, enchaîner bien ou mal les scènes.

    Bien conduire, mal conduire un raisonnement, en enchaîner bien ou mal les parties.

    Conduire une construction, des travaux, les diriger, présider aux ouvriers qui les exécutent.

    Conduire un orchestre, une danse, en diriger les mouvements.

  • 8Faire aller jusqu'à un certain point une opération, un travail quelconque. Cet ingénieur a conduit une mine jusque sous le bastion.

    Terme d'hydraulique. Conduire de l'eau, l'amener et la distribuer par des conduits.

    Conduire un mur, le prolonger depuis un endroit jusqu'à un autre.

    Terme de géométrie. Conduire une ligne, la faire passer par un certain point.

    Conduire l'étoffe bois à bois, c'est en fait de métrage l'étendre doucement le long du mètre, sans la tirer pour l'allonger.

    Mener jusqu'à, en parlant d'un chemin. Prenez cette rue, elle vous conduira au boulevard.

    Fig. Ses grandes actions l'ont conduit à la gloire. Il a été conduit à la ruine par une folle passion.

  • 9 Terme d'eaux et forêts. Conduire une futaie, une forêt, l'aménager.

    Terme d'horticulture. Conduire un arbre, le tailler suivant ce qu'on en veut faire.

    Terme de fauconnerie. Conduire un faucon, l'élever comme il convient.

  • 10 V. n. S'étendre jusqu'à, en parlant d'une route. Ce chemin conduit à la ville. Et cette autre [porte] conduit dans celui de la reine, Racine, Bérén. I, 1.

    Fig. Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire, La Fontaine, Fabl. X, 14.

  • 11Se conduire, v. réfl. Se diriger. Cet homme ne voit pas à se conduire, il est presque aveugle, ou il est dans une obscurité complète.

    Être conduit. Ce dessein s'est conduit avec plus de mystère, Racine, Brit. V, 5. L'opération du baume irrita Vénus, à l'insu de qui la chose se conduisait, La Fontaine, Psyché, II, p. 176.

    Fig. Se comporter d'une certaine manière. Nous sommes encor loin de mettre en évidence Si nous nous conduirons avec plus de prudence, Corneille, Cinna, II, 2. De quelle manière l'Église se conduit à l'égard des prêtres, Pascal, Prov. 16. Vous êtes-vous mis dans la tête que Léonard de Pourceaugnac soit un homme à acheter chat en poche, et qu'il n'ait pas là dedans quelque morceau de judiciaire pour se conduire ? Molière, Pourc. II, 7. La plupart des femmes se conduisent par le cœur, La Bruyère, III.

SYNONYME

CONDUIRE, MENER, GUIDER. Celui qui conduit peut ne pas savoir le chemin ; celui qui guide sait le chemin. Celui qui mène peut ne pas conduire, c'est-à-dire faire cheminer, et peut ne pas guider, c'est-à-dire connaître les chemins à prendre. Un chien conduit un aveugle ou le guide, suivant que ce chien ne sait pas encore le chemin ou qu'il le sait déjà ; mais c'est l'aveugle qui mène le chien.

HISTORIQUE

Xe s. Poscite que cest fructum que mostret nos habemus, que el nos conservet, et ad maturi… ure [maturitatem condure] lo posciomes [puissions], Fragm. de Valenc. p. 469.

XIe s. Que nous seions conduit à mendier, Ch. de Rol. III. [que] Par artimal l'i [en enfer] condoist [conduise] Jupiter, ib. CVI.

XIIe s. À Saragoze ert conduz, Ronc. p. 16. En Roncisvals condurai mes amis, ib. p. 42. Conduis ma gent à force et à vertu, ib. p. 124. Qu'il les conduie as angles spiritaus, ib. p. 150. Ces [ceux-là] conduit Murgalez du regne d'Afanie, Sax. VII. Tous jours te conduira ta creance et tes drois [ton droit], ib. XVIII.

XIIIe s. Et là o [où] il en mer esteit, Si com fortune le voleit, Molt près de peril e de mort, Sans nul conduit e sanz confort, Fors sol l'onde qui'l conduseit, Grégoire le Grand, p. 33. Il parmena el desert les filz Israel, et les conduist en la terre de promissiun, Psautier, f° 95. Et Johannis leur fist jurer qu'il les condiroit tout sauvement, Villehardouin, CLII. Dame Dieu la conduie et la prenne en sa part, Berte, XXII. Ainsi se doit dame deduire, Qui d'amors vuet son cors conduire, Lai du conseil. Se Jehans eust dit au vendre : je voz vent dix muis de blé conduis à Clermont, Beaumanoir, XXVI, 3.

XVe s. Pour gaigner et conduyre le duc de Bourgogne à mettre sus une armée en son pays, Commines, I, 2. Sagement il [Louis XI] conduysoit l'adversité, Commines, I, 10. À riens ne voulut le dit duc entendre, et ja conduysit son malheur, Commines, V, 1.

XVIe s. Ce monde est comparé à ung feu bien allumé, dont ung petit est bon pour soy esclairer à soy conduyre ; mais qui trop en prent, il se art, Rozier histor. I, 2. Aux guerres par lui conduictes contre eulx, Montaigne, I, 16. Les Atheniens estoient à choisir de deux architectes à conduire une grande fabrique [édifice], Montaigne, I, 189. Tel se conduict bien, qui ne conduict pas bien les aultres, Montaigne, IV, 133. Il en demoura plus de quatre mille sur la place, pour ce qu'ilz n'avoient personne qui les conduisist, Amyot, Philop. 16. Le chemin est uny et plain qui conduit l'homme à croire ce qu'il veult, Amyot, Artax. 42. Ce fut toy qui de nuict abandonnant sa ville Conduis le vieil Priam en la tente d'Achille, Ronsard, 919.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Conduire : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONDUIRE, v. act. (Gram.) c’est indiquer le chemin en accompagnant sur la route ; mais cette acception a été détournée d’une infinité de manieres différentes : on a dit, conduire une voiture, conduire dans les bonnes voies, conduire des eaux, conduire des troupes, &c. Voyez-en quelques-uns ci-après.

Conduire, (DrapierMarchand d’étoffes.) est synonyme à auner. Mener doucement l’étoffe le long de l’aune, sans la tirer, pour la faire courir davantage, c’est la conduire bois à bois.

Conduire les eaux. (Hydrauliq.) La maniere de conduire l’eau dans une ville, n’est pas la même que dans la campagne & dans un jardin.

Dans une ville on n’a d’autre sujétion que de se servir de tuyaux de plomb, assez gros pour fournir les fontaines publiques & la quantité d’eau concédée aux particuliers, en la faisant tomber dans les cuvettes de distribution. Si dans la pente des rues, l’eau est obligée de remonter ou de se mettre de niveau après la pente, ou enfin si on soude une branche sur le gros tuyau, on fait dans cet endroit un regard avec un robinet, pour arrêter cette charge & conserver les tuyaux : cela sert encore à les vuider dans les fortes gelées.

Dans la campagne on n’a ordinairement à conduire que des eaux roulantes ; après l’avoir amassée par des écharpes, des rameaux, des rigoles, dans des pierrées, & l’avoir amenée dans un regard de prise, on la fait entrer dans des tuyaux de grès ou de bois, selon la nature du lieu ; s’il y a des contrefoulemens où l’eau soit obligée de remonter, on la fait couler dans des aqueducs, ou au moins dans des tuyaux assez forts pour y résister. On sent bien qu’il seroit ridicule d’y employer des tuyaux de plomb, qui seroient trop exposés à être volés ; ceux de fer sont à préférer. On les enfoncera de quatre à cinq piés, pour éviter le vol & la malice des paysans.

Le plus difficile à ménager en conduisant les eaux pendant un long chemin, ce sont les fonds & les vallées appellées ventres ou gorges ; ils se trouvent dans l’irrégularité du terrein de la campagne, & interrompent le niveau d’une conduite : alors on est obligé de faire remonter l’eau sur la montagne vis-à-vis pour en continuer la route ; c’est dans cette remontée que l’eau contrefoulée a tant de peine à s’élever, que les tuyaux y crevent en peu de tems.

Soit la montagne A (Fig. 1. Hydraul.) d’où descend l’eau qu’on suppose amenée depuis la prise par un terrein plat, dans des tuyaux de grès ou des pierrées. B est la seconde montagne où se trouve la contrepente opposée à la pente de la premiere montagne A, d’où vient la source C conduite dans des tuyaux de grès. DD est le ventre ou gorge, où l’eau se trouve forcée par-tout. EE est la ligne de mire ou nivellement, pour connoître la hauteur du contrefoulement B. La conduite qu’on posera dans cette gorge ou fondriere DD, sera de fer, ainsi que dans la contrepente où l’eau force le plus, jusqu’à ce qu’elle se soit remise de niveau sur la montagne B ; on reprendra alors des tuyaux de grès ou des pierrées pour éviter la dépense, jusqu’au réservoir, parce que l’eau n’y fait que rouler, & ne force que dans le ventre & la remontée.

Si dans un long chemin il se rencontroit deux ou trois contrepentes, ce qui peut encore arriver en ramassant des eaux de plusieurs endroits, on les conduiroit de la même maniere. Quand la gorge n’est pas longue, comme seroit celle FF de la figure 2. un bout d’aqueduc ou un massif de blocailles est le meilleur parti qu’on puisse prendre, & l’eau y roulera de la même maniere que depuis le regard de prise dans des tuyaux de grès, ou des pierrées continuées sur des massifs de blocailles. Lorsque cette gorge est longue, & que le contrefoulement est élevé de vingt à trente piés, les tuyaux de fer coûteront moins, & dureront plus long-tems.

Si le contrefoulement étoit plus haut que cent piés, il faudroit y bâtir un aqueduc, parce que les tuyaux de fer auroient de la peine à résister ; alors le niveau étant continué par l’élévation de l’aqueduc, l’eau y rouleroit & y regagneroit l’autre montagne, d’où elle rentreroit dans des auges ou tuyaux jusqu’au réservoir.

On peut encore éviter un contrefoulement, en faisant suivre une conduite le long d’un côteau, & regagnant petit-à-petit le niveau de la contrepente : mais il faut qu’il n’y ait pas un grand circuit à faire dans cette situation appellée poesle ou bassin ; parce que la longueur d’une conduite ainsi circulaire, quoiqu’en grès ou en pierrée, coûte plus que d’amener l’eau en droite ligne par des tuyaux capables de résister au contrefoulement.

Dans les jardins, en supposant l’eau amassée dans le réservoir au-haut d’un parc, il ne se rencontre pas tant de difficultés : le terrein y est dressé, & les conduites descendent plutôt en pente douce qu’elles ne remontent. On se servira dans les eaux forcées de tuyaux de fer, de plomb ou de bois, suivant le pays, & même de grès bien conditionnés, pourvû que la chûte ne passe pas quinze à vingt piés. Ces conduites étant parvenues jusqu’aux bassins, on y fera un regard pour loger un robinet de cuivre d’une grosseur convenable au diametre de la conduite ; on soudera ensuite debout une rondelle ou collet de plomb un peu large autour du tuyau, & dans le milieu de l’endroit du corroi ou massif du bassin où il passe ; afin que l’eau ainsi arrêtée par cette plaque, ne cherche point à se perdre le long du tuyau. Quand ce sont des tuyaux de fer, on les pose de maniere qu’une de leurs brides soit dans le milieu du corroi, ce qui sert de rondelle : cette regle est générale pour tous les tuyaux qui traversent les corrois & massifs d’un bassin ; comme aussi de ne jamais engager les tuyaux, & de les faire passer à decouvert sur le plafond d’un bassin.

Dans le centre du bassin, à l’endroit même où doit être le jet, on soudera sur la conduite un tuyau montant appellé souche, au bout duquel on soudera encore un écrou de cuivre sur lequel se visse l’ajutage : il faut que cette souche soit de même diametre que la conduite ; si elle étoit retrécie, elle augmenteroit le frottement, & retarderoit la vîtesse & la hauteur du jet. A deux piés environ par-delà la souche, on coupera la conduite, & on la bouchera par un tampon de bois de chêne, avec une rondelle de fer chassée à force au bout du tuyau, ou par un tampon de cuivre à vis que l’on y soudera. Ces tampons facilitent le moyen de dégorger une conduite.

Evitez les coudes, les jarrets, & les angles droits qui diminuent la force des eaux ; prenez les d’un peu loin pour en diminuer la roideur ; & même il ne sera pas mal d’employer des tuyaux plus gros dans les coudes pour éviter les frottemens.

Dans les conduites un peu longues & fort chargées, on place des ventouses d’espace en espace pour la sortie des vents : on les fait ordinairement de plomb ; on les branche sur la tige de quelque grand arbre, en observant qu’elles soient de deux ou trois piés plus hautes que le niveau du réservoir, afin qu’elles ne dépensent pas tant d’eau : de cette maniere il n’y a que les vents qui sortent. Quand après une pente roide les conduites se remettent de niveau, il faut placer dans cet endroit des robinets pour arrêter cette charge ; ce qui sert encore à trouver les fautes, & à tenir les conduites en décharge pendant l’hyver.

Faites toûjours passer les tuyaux dans les allées, pour en mieux connoître les fautes, & y remédier sans rien déplanter ; & les conduites sous des terrasses ou sous des chemins publics, passeront sous des voûtes afin de les visiter de tems en tems. Les eaux de décharge rouleront dans des pierrées faites en chatieres, ou dans des tuyaux de grès sans chemise, quand ces eaux vont se perdre dans quelque puisart ou cloaque ; mais quand elles servent à faire joüer des bassins plus bas, on les entourera d’une bonne chemise de ciment, ou l’on y employera des tuyaux ordinaires comme étant des eaux forcées. Tenez toujours les tuyaux de décharge, tant de la superficie que du fond d’un bassin, plus gros que le reste de la conduite, afin que l’eau se perde plus vîte qu’elle ne vient, que le tuyau ne s’engorge point, & de peur que l’eau passant par-dessus les bords, ne détrempe toutes les terres qui soûtiennent le bassin, & n’en affaisse le niveau. (K)

Conduire, (Jard.) voyez Elever.

Conduire son cheval étroit ou large, terme de Manege : étroit signifie le mener en s’approchant du centre du manege ; & large, en s’approchant des murailles du manege. L’écuyer d’académie dit quelquefois à l’écolier, conduisez votre cheval, lorsque l’écolier laisse aller son cheval à sa fantaisie. (V)

Conduire, en Peinture, diriger, distribuer. On dit une belle conduite dans la distribution des objets, une lumiere bien conduite, &c. pour marquer que ces choses sont menagées avec un discernement éclairé. (R)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Conduire : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « conduire » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « conduire »

Étymologie de conduire - Littré

Wallon, kidûre ; provenç. conduire, condurre ; catal. conduir ; espagn. conducir ; portug. conduzir ; ital. condurre ; du latin conducere, de cum, avec, et ducere, mener (voy. DUIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de conduire - Wiktionnaire

Du latin conducere (« mener ensemble ») composé du préfixe con- (« ensemble ») et du verbe ducere (« conduire », « mener »).
(Vers 980) conducent (« conduisent »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « conduire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conduire kɔ̃dµir play_arrow

Conjugaison du verbe « conduire »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe conduire

Évolution historique de l’usage du mot « conduire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conduire »

  • Les examens de permis de conduire poids lourds et moto ont repris le 25 mai, ceux du permis B le 8 juin. « Il a fallu le temps d’équiper l’ensemble des voitures conformément au protocole sanitaire, indique Patrick Lieau, délégué au permis de conduire et à la sécurité routière à la Direction départementale des territoires. , Examen du permis de conduire : en Mayenne, les places sont chères | Le Courrier de la Mayenne
  • Parmi elles, quatre conduites sous stupéfiants, 13 conduites sous l'empire d'un état alcoolique, dont sept délictuelles, avec des taux supérieurs à 0,8 g d'alcool par litre de sang (de 0,84 à 1,5 g). 91 dépassements de la vitesse autorisée ont également été constatés, dont trois commis par des automobilistes roulant à plus de 40 km/h au-delà de la vitesse autorisée. 30 conduites avec le téléphone au volant, 15 défauts de ports de ceinture, cinq refus de priorité, trois franchissements de ligne continue et enfin 28 infractions diverses ont par ailleurs été relevées par les gendarmes lors de ces contrôles. Onze automobilistes ont fait l'objet de rétentions de permis de conduire. lindependant.fr, Aude : onze rétentions de permis de conduire au cours du week-end - lindependant.fr
  • Des témoins de la collision et du délit de fuite alertaient la police. Les patrouilles retrouvaient le véhicule du fuyard, vide, garé rue des Fabriques. Mais une heure plus tard, l’individu se sachant recherché, se présentait de lui-même à l’hôtel de police du boulevard Lobau. Âgé de 31 ans, cet habitant de Seichamps était placé en garde à vue dans le cadre des investigations de la brigade des accidents et délits routiers (BADR). Il n’était pas titulaire du permis de conduire. , Faits-divers - Justice | Collision : le chauffard en fuite n’avait pas de permis de conduire
  • Il peut vous en coûter votre permis de conduire. Un décret du 18 mai 2020 fixe la liste des infractions qui, commises simultanément à l’usage du téléphone tenu en main, entraînent désormais la suspension immédiate du permis de conduire. , Utiliser votre téléphone au volant peut désormais vous coûter votre permis de conduire ! - RVM - 100% Ardennes 100% Hits
  • Lorsque l’élève arrive à la fin de sa demande de permis de conduire, il lui est demandé de remplir une rubrique « Informations complémentaires ». Cette rubrique comporte 3 champs que l’élève doit obligatoirement remplir afin de terminer sa demande. Permis Mag, Demande de permis de conduire : l'ANTS demande le prix payé - PermisMag
  • Parmi les circonstances aggravantes :  brûler un feu rouge, griller un stop, franchir une ligne blanche, commettre un excès de vitesse très important, ou encore conduire en ayant bu. Pris avec votre téléphone lors de ces infractions, vous risquez la suspension pure et simple de votre permis !  Ce sont les préfets qui fixent les barèmes et dans le Gard désormais la suspension du permis de conduire peut aller jusqu'à 12 mois.  France Bleu, Téléphoner et conduire les règles se durcissent dans le Gard
  • Pour les partisans de la filière nucléaire, l’arrêt de la centrale de Fessenheim va conduire à un surcroît d’émissions de CO2. Une vision contestée par les opposants. Le Monde.fr, L’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim va-t-il conduire à une hausse des émissions de CO2 ?
  • C'est la question que tout le monde se pose. Et il se pourrait bien que certains leakers aient un bout de la réponse : quand pourrons-nous conduire un véhicule dans Fortnite ? Breakflip, Quand sera-t-il possible de conduire une voiture dans Fortnite ? - Breakflip - Actualité, Guides et Astuces - eSport et Jeu Vidéo
  • Permis de conduire : un entrepreneur marseillais propose de... LaProvence.com, Économie | Permis de conduire : un entrepreneur marseillais propose de le rembourser au candidat qui obtient l'intégralité des points | La Provence
  • «Quand nous sommes en famille, on ne se pose même pas la question: mon mari se met toujours au volant», expose Morgane, 32 ans, qui a une formation d'enseignante et élève ses trois enfants. Elle a beau avoir son permis depuis 2006, bien aimer conduire, à part sur les routes de montagne, et prendre la voiture «sans problème» pour se déplacer seule, quand son mari et elle partagent l'habitacle, elle occupe le siège passager. Elle est loin d'être la seule dans ce cas. Certaines femmes font même de leur permis une lettre morte pour cette raison précise… alors que l'inverse n'est pas vrai. En 2007, d'après l'enquête nationale Transports et Déplacements, deux tiers des 6,2% des titulaires du permis de conduire qui ne prenaient jamais le volant étaient des femmes et 16% d'entre elles (contre 5% des hommes dans cette situation) renonçaient à la conduite avant tout en raison de la présence d'un autre détenteur ou d'une autre détentrice du permis B dans le ménage. Slate.fr, Avoir le permis sans prendre le volant: pourquoi les femmes laissent leur conjoint conduire | Slate.fr
  • Pour bien conduire bourré, il suffit de viser entre les immeubles. De Frédéric Beigbeder / L’Amour dure trois ans
  • Si la liberté pouvait conduire elle-même ses affaires, ce serait la démocratie. De John Dos Passos / Bilan d'une nation
  • La sincérité absolue ne peut conduire qu'à l'immobilité ou à la folie. De Marcel Jouhandeau / Algèbre des valeurs morales
  • L'infini ne peut guère conduire qu'à zéro et réciproquement. De Pierre Dac
  • S’il est important de bien conduire un mouvement revendicatif, il faut aussi savoir le terminer. De Maurice Thorez / Fils du peuple
  • Le triomphe de l'art est de conduire à autre chose que soi. De Simone Weil
  • Vivre avec sa conscience, c’est comme conduire avec le frein à main. De Budd Schulberg
  • Il est plus laborieux de conduire les hommes par la persuasion que par le fer. De Paul Claudel
  • Demain, apprendre l’espace en ville sera aussi utile que d’apprendre à conduire. De Wernher von Braun
  • On peut conduire un cheval à l'abreuvoir, mais non le forcer à boire. De Proverbe anglais
  • Il faut plus d'esprit pour faire l'amour que pour conduire des armées. De Ninon de Lenclos
  • Clochers d'église - des entonnoirs renversés pour conduire les prières au ciel. De Georg Christoph Lichtenberg
  • Le malheur est ainsi que tout peut y conduire. De Jean Filiatrault / Le refuge impossible
  • Il faut se conduire avec ses amis comme on voudrait les voir se conduire avec soi. De Aristote
  • Les passions peuvent me conduire, mais elles ne sauraient m'aveugler. Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette, La Princesse de Clèves
  • On va d'un pas plus ferme à suivre qu'à conduire. Pierre Corneille, Imitation de Jésus-Christ, I, ch. IX (Traduction)

Images d'illustration du mot « conduire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « conduire »

Langue Traduction
Corse cunduce
Basque drive
Japonais ドライブ
Russe водить машину
Portugais dirigir
Arabe قيادة
Chinois 驾驶
Allemand fahrt
Italien guidare
Espagnol conducir
Anglais drive
Source : Google Translate API

Synonymes de « conduire »

Source : synonymes de conduire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « conduire »


Mots similaires