Fond : définition de fond


Fond : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FOND, subst. masc.

I.
A.− Endroit situé le plus bas dans une chose creuse ou profonde. Le fond d'un abîme, d'un gouffre, d'un ravin; le fond d'un puits; rouler, tomber au fond d'un précipice. Du haut des fortifications du sud, on découvre la vallée au fond de laquelle coule la rivière (Green, Journal,1953, p. 176).L'eau miroite au fond des cratères de bombe (Sartre, Mort âme,1949, p. 236):
1. ... l'œil s'échappe vers les collines boisées de la rive méridionale, et le voyageur, un instant, aperçoit le fond du val avec les prés et les jardins où la rivière se prélasse... Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 7.
P. métaph. Comment du fond de cet abîme allons-nous remonter vers Dieu? (Michelet, Introd. Hist. univ.,1831, p. 465).Marquons l'heure où du haut de ma félicité Dans l'abîme sans fond Dieu m'a précipité! (Lamart., Jocelyn,1836, p. 652):
2. Depuis cinq ans, deux mois et dix-sept jours, nous remontons du fond de l'abîme. En dépit de tous nos malheurs, d'immenses difficultés et de cruelles restrictions, nous avons trouvé le moyen d'accéder à la libération, puis à la victoire. De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 601.
Absol. Lieu bas, dépression naturelle. Une maison bâtie dans un fond (Ac.).
1. En partic.
a) Partie la plus basse de ce qui peut contenir quelque chose. Le fond d'une casserole, d'un encrier, d'un sucrier, d'un tonneau, d'un vase; le fond d'une boîte, d'un coffre, d'une malle; il reste un peu de vin au fond de la bouteille. Elle essayait de recueillir dans le fond de sa main l'eau qui lui fuyait à travers les doigts (Maupass., Pierre et Jean,1888, p. 383).Les quelques pilules grises qui roulaient çà et là sur le fond de la boîte (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 202).
P. compar. Je m'attendais à voir des étoiles grandes comme des fonds d'assiette. On m'en fait voir une. Est-ce la gamma d'Andromède? elle m'apparaît seulement grande comme une grosse émeraude de la vitrine d'un bijoutier, rue de la Paix (Goncourt, Journal,1893, p. 450).
(Boîte, malle, etc.) à double fond. Dont le fond apparent en cache un ou plusieurs autres. Les évêques cachoient les livres saints; et les prêtres renfermoient le viatique dans des boîtes à double fond (Chateaubr., Martyrs,t. 3, 1810, p. 64).
P. métaph. [En parlant d'une pers. hypocrite, dissimulée] Un homme à double fond (Ac.1932).Voyez ce regard faux, cet œil à double fond (A. Pommier, Colifichets,1860, p. 95).C'était déjà un homme à double et triple fond, qui jouait plus d'un jeu à la fois (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 8, 1864, p. 416).
b) P. méton. Ce qui est ou ce qui reste dans la partie la plus basse (d'un récipient). Le fond de cette bouteille est trouble, ne le buvez pas (Ac.).C'étaient (...) des restes qui dataient de huit jours, le fond de corbeille de quelque restaurant voisin (Vallès, Réfract.,1865, p. 49).Tout s'est très bien passé, dit Castagné en versant dans son verre le fond d'une bouteille de bière (Chardonne, Épithal.,1921, p. 162):
3. Les Allemands avaient leurs cantines dans les usines, çà et là. Aux portes, des files d'êtres lamentables, femmes, vieux, gamins haves et affamés, attendaient une distribution de restes, l'aumône d'un fond de gamelle. Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 333.
P. ext. Très petite quantité (d'un liquide). Mère, un peu de vin avec le brie? − Oui, un fond, ça suffit, (Butor, Passage Milan,1954, p. 66).
Spéc. Fond de bain. Linge dont on revêtait l'intérieur d'une baignoire. Il fit basculer à terre des piles de linge, les tassa comme le sanglier se fait une bauge avec des branchages; couvre-lits de dentelles (...) souilles de matelas, fonds de bain, draps de saignée s'amoncelaient sur les rayons (Morand, P. de Saligny,1947, p. 182).
2. MAR. et lang. cour.
a) Fond d'un bateau. Partie inférieure de la coque. Bateau, barque à fond plat. Les salles se succédaient (...) surmontées de voûtes en arceaux, pareilles à des fonds de barques (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 180).
b) À fond de cale. Dans la partie la plus basse de la cale. On entassa ces marchandises à fond de cale. Les noirs enfermés à fond de cale (Michelet, Journal,1831, p. 90).
Expr. fam. [P. réf. au fait que le fond d'une cale n'est visible qu'après disparition du chargement] Être à fond de cale. ,,Être au bout de son argent ou de ses ressources`` (Littré).
B.− Spécialement
1. [En parlant d'une étendue d'eau]
a) Sol qui est au-dessous (de l'eau). Fond mou, dur; sonder, toucher le fond. Le fond est bas lorsque la profondeur est grande (Besch.1845).La nature du fond est indiquée sur les cartes marines par des abréviations (Soé-Dup.1906).Cf. décalotter B ex. de Cendrars.
Fond de + compl. déterminatif indiquant la nature du sol.Fond de roches, de sable, de vase. Fond de + compl. déterminatif exprimant l'appartenance.Le fond de la rivière, de l'étang; le fond de l'eau. J'étais tout au fond du fleuve, dans la boue (...). Je n'avais pas encore donné le coup de pied sauveur qui me ferait remonter vers la surface (Vialar, Carambouille,1949, p. 231):
4. La pieuvre nage; elle marche aussi. Elle est un peu poisson, ce qui ne l'empêche pas d'être un peu reptile. Elle rampe sur le fond de la mer. Hugo, Travaill. mer,1866, p. 374.
Expr., vieilli. Affaire, question sans fond ni rive. Affaire, question très compliquée et confuse. La démocratie (...) se trouvait en face de questions sans fond ni rive (Proudhon, Révol. soc.,1852, p. 27).
MARINE
Haut-fond*, bas-fond*.
Bon, mauvais fond. Fond sur lequel l'ancre s'accroche bien, mal. Il tâchera aussi de fixer sur le plan les limites du fond de roche et du fond de sable, afin que le bon fond soit bien connu (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 165).Fond de bonne, de mauvaise tenue. Même sens. Donner fond. Mouiller l'ancre. Nous donnâmes fond par six brasses (Chateaubr., Itinér. Paris Jérus.,t. 2, 1811, p. 16).
Fond fantôme. Écho parasite observé dans les sondages ultrasonores sous-marins, qui ne correspond apparemment à aucun obstacle matériel et dont les causes sont encore inexpliquées (d'apr. Pir. 1964).
Locutions.
Aller, couler à fond, par le fond. Sombrer, couler bas. Le vaisseau de mes insignes voleurs, battu toute la nuit par l'orage, venait de couler à fond à la vue de la rade (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 167).Sur les mers, des bateaux allaient par le fond, hommes et millions (Alain, Propos,1928, p. 762):
5. ... les bateaux de la Compagnie péninsulaire, le Golgonda, le Corea et enfin le Rangoon, ne pourraient pas embarquer le sixième de leur poids sans couler par le fond. Verne, Tour monde,1873, p. 92.
P. métaph. Dans les révolutions comme dans les tempêtes maritimes, les valeurs solides vont à fond, le flot met les choses légères à fleur d'eau (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 108).J'entendis qu'il quittait la pièce; je l'exaspérais, j'achevais de le perdre, j'aurais dû m'arrêter; un instant je luttai : et puis je coulai à fond (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 529).
Envoyer (un navire) par le fond. Le couler. Pourquoi ne m'avez-vous pas obéi? Il fallait l'envoyer par le fond! il fallait lui lâcher toute votre bordée comme je vous le commandais (Claudel, Soulier,1944, p. 1016):
6. ... non seulement le débarquement n'était pas possible, mais encore il suffirait de quelques coups de canon, tirés par les croiseurs de Vichy, pour envoyer par le fond toute l'expédition française libre. De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 106.
Au fig. Couler qqc. à fond. Vieux. Couler (une matière) à fond. La traiter complètement sans rien omettre. Demain, si vous m'accordez la parole, leur disait-il, je coulerai à fond le sujet (Stendhal, L. Leuwen,t. 3, 1836, p. 224).
PÊCHE. Pêche de fond. ,,Méthode de pêche pratiquée avec un appât reposant sur le fond`` (Schreiner 1975). Ligne de fond; pêcher à, par fond. Pêche sur le fond. ,,Pêche de fond en eau courante`` (Schreiner 1975).
b) P. méton.
α) Couche la plus basse, la plus profonde de l'eau. Le fond de la rivière est transparent (DG).
De fond. C'étaient les gros poissons de fond, les carpes séculaires et les brochets voraces qui venaient s'ébattre au clair de lune (Maupass., Mt-Oriol,1887, p. 100).La mer était belle avec une grosse houle de fond qui nous faisait rouler (Cendrars, Du monde entier,1957, p. 177).
Lame* de fond.
β) Profondeur de l'eau en un endroit donné. Un fond de cinquante brasses; petit fond, grand fond. Ce n'était pas crainte d'échouer : par deux brasses on avait du fond plus qu'il n'en fallait (Mille, Barnavaux,1908, p. 97).
2. AGRIC. [En parlant d'un terrain] ,,Fond. Mot souvent employé pour indiquer des terrains dont la couche supérieure cultivable est assez épaisse : Ce terrain a du fond, on peut y planter de grands arbres : cet autre au contraire manque de fond, on ne peut y cultiver que des végétaux herbacés`` (Carrière, Encyclop. hortic., 1862, p. 227).
C.− Au fig. [En parlant d'un état malheureux, pénible] Point le plus bas, degré extrême. Du fond de sa tristesse, de sa douleur, de sa misère; avoir atteint, avoir touché le fond du désespoir, de la détresse :
7. ... il le laisse toucher le fond de son amertume, et c'est le soir seulement qu'il s'en va, à pas feutrés, lui porter un billet dans sa chambre... Lacretelle,Hts ponts,t. 4,1935,p. 135.
Le fond du fond. Il avait traversé la première crise de son chagrin, celle après quoi on ne meurt plus de désespoir, parce qu'on a réellement touché le fond du fond de la douleur (Bourget, Cruelle énigme,1885, p. 197).
II.
A.− P. ext.
1. Partie la plus éloignée, la plus retirée de quelque chose.
a) [En parlant d'un lieu] Le fond d'un antre, d'une caverne, d'une grotte; le fond d'une boutique, d'un magasin; le fond du jardin, du parc, de la forêt; le fond d'une baie. Le temps était supportable; nous avons marché vers le fond du bois, où la calèche devait venir nous prendre (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 162).Un Anglais venait de louer pour plusieurs années une petite villa au fond du golfe (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Main, 1883, p. 889).Elle agonise au fond d'un cachot (Mauriac, Journal 1,1934, p. 62):
8. Il se détache lentement du mur, avance vers le fond de la cabane, les jambes raides, de quelques pas incertains. Il a l'air d'un enfant qui vient de se jeter au bas du lit, encore lourd du rêve inachevé. Bernanos, Mouchette,1937, p. 1290.
En partic. [En parlant d'un pays, d'une contrée, etc.] Un homme venu du fond d'un département pour faire des affaires à Paris (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 182).Otrepief avait erré de couvent en couvent dans le fond de la Russie (Mérimée, Faux Démétrius,1853, p. 97).
P. anal. Du fond des âges, du fond des siècles. De très loin, du fond de mon enfance, des souvenirs me reviennent, enivrants (Gracq, Beau tén.,1945, p. 95).
Le fin fond de. L'endroit le plus reculé de. Le général, arrivé à bout portant, le saisit par un de ses boutons, le fit reculer jusqu'au fin fond de l'antichambre (Feuillet, Camors,1867, p. 59, 60).MmeCabridens joue la femme d'esprit enfouie au fin fond de cette horrible province, et qui trouve enfin quelqu'un à qui parler (Arène, J. des Figues,1870, p. 128).
Spéc. Le fond d'un cloître. ,,Se dit quelquefois, figurément, pour un cloître, un couvent`` (Ac.). Il se retira au fond d'un cloître (Ac.).Il alla mourir au fond d'un cloître (Littré).
MINES. L'intérieur, la partie souterraine de la mine. Mineur de fond, travaux du fond, travailler au fond. Les chefs de poste, porions, sous-gouverneurs (...) surveillent d'une manière directe et constante (...) toutes les phases de travail des ouvriers du fond (Haton de La Goupillière, Exploitation mines,1905, p. 369).
b) [En parlant d'une chose concr.] Il avait encore, au fond d'un tiroir, deux sachets de chocolat pulvérisé (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 20).J'ai trouvé ceci, je le jure, au fond du placard, sous un gros sac de pommes de terre (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1406):
9. Je vais vous faire un vrai paquet de bouquins, des bouquins abîmés, que j'ai par-ici par-là dans des fonds d'armoire. Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 94.
P. méton. Ce qui est ou ce qui reste à l'intérieur de quelque chose. J'ai dévalisé ses fonds d'armoire (Zola, Terre,1887, p. 278).
Fonds de tiroir. Choses de peu de valeur ou d'intérêt. Rappelons d'abord qu'il faut entendre par Méditations, non le recueil arbitrairement bouleversé, et grossi de médiocrités et de fonds de tiroir, que Lamartine a dans la suite fourni aux libraires (Thibaudet, Hist. litt. fr.,1936, p. 124).
Expr. fam. Vider ses fonds de tiroirs. Utiliser ses dernières ressources. Ma mère avait pas dit les sommes que ça coûterait au ménage pour m'équiper... de pied en cap... c'était un total fabuleux par rapport à nos moyens... on a raclé les fonds de tiroirs... (Céline, Mort à crédit,1936, p. 353).
THÉÂTRE. Toile de fond. Toile placée dans la partie de la scène opposée à la salle après les dernières coulisses. Le fond représente une place publique, la mer, une forêt (Besch.1845).Il voulait que le farouche Flavius siégeât sur une chaise d'ivoire (...) devant un portique peint sur la toile de fond (France, Servien,1882, p. 166).
c) [En parlant d'une partie du corps, de certains organes] Le fond de l'œil; examiner le fond de la gorge. Baise-moi plutôt, mon amour, une autre fois; baise-moi jusqu'au fond de la bouche (Toulet, Mar. Don Quichotte,1902, p. 190).Ses beaux yeux fixes au fond de ses orbites creuses (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 199):
10. Il rejetait ses draps et les ramenait vers lui, passant sans cesse ses mains sur son front moite, et se redressant souvent pour essayer de tousser d'une toux étranglée, rauque et humide, semblable à un arrachement. Il semblait alors dans l'impossibilité d'extirper du fond de sa gorge des tampons d'ouate qui l'eussent étouffé. Camus, Peste,1947, p. 1406.
À fond de. Il abaissa les yeux vers sa chienne, et il la vit qui hérissait le poil, qui troussait les babines en grondant à fond de gorge (Genevoix, Raboliot,1925, p. 165).
Expr. Regarder qqn au fond des yeux. Le regarder intensément. Un silence suivit durant lequel ils continuaient de se regarder au fond des yeux; ils se sentaient, l'un et l'autre, au bord de paroles qu'ils souhaitaient dire et s'efforçaient pourtant de retenir, de peur de les regretter à jamais (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 142).
2. Côté opposé à l'entrée ou à l'ouverture.
a) [En parlant d'un lieu] Le fond d'un couloir, d'une impasse. Berthe se retourna vers les deux hommes assis au fond de la loge (Chardonne, Épithal.,1921, p. 275).
b) [En parlant d'une chose concr.] Le fond d'une armoire, d'une cheminée; le fond d'un chapeau; le fond d'un sac. Chacun de ces gueux-là, sinistre et famélique, N'avait pas quatre sous au fond de son gousset (Glatigny, Fer rouge,1870, p. 45).Il tâtait au fond de sa poche et en retirait des prospectus alléchants avec des cartes de visite (Jouve, Scène capit.,1935, p. 32):
11. On se mit à rire. Mais du fond de son képi il tira une photographie un peu jaunie, où on voyait un moutard demi-nu, et il la montra à toutes ces dames. Benjamin, Gaspard,1915, p. 87.
P. méton. Mes trois ducats, c'est le fond de ma bourse (Barbier, Satires,1865, p. 241).
Fond de culotte, de pantalon. Partie de derrière correspondant au siège. Raccommoder un fond de culotte. J'ai laissé le fond de ma culotte avec ma peau à la selle de mon cheval (Mérimée, Théâtre C. Gazul,1825, p. 90).Le fond de son pantalon avait deux grandes pièces claires (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 237).
User ses fonds de culotte. Séjourner dans un établissement scolaire (ou similaire) :
12. Naples où j'ai passé ma plus tendre enfance. Naples où j'ai usé mes premiers fonds de culotte sur les bancs de la Scuola internazionale... Cendrars, Bourlinguer,1948p. 25.
Au fig. Le fond du sac. Ce qu'il y a de caché (dans une affaire). Je sais le fond du sac : Mario rêve de guerre autant que d'amour (Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 2, 1858, p. 255).
Expressions
Montrer le fond de son sac. Laisser voir toute sa pensée :
13. Négocier n'est pas mon affaire, bluffer non plus : je n'entends rien à ce jeu-là (...). Je m'énerve, je m'irrite, et surtout je m'ennuie et montre à l'adversaire le fond de mon sac pour en avoir plus vite fini et reprendre le débat avec moi-même. Mauriac, Nouv. Bloc-notes,1961, p. 350.
Vider le fond de son sac. Parler sans rien dissimuler. J'ai vidé le fond de mon sac, et je vous embrasse. Me pardonnez-vous? (Flaub., Corresp.,1867, p. 324).Ah! je vais vous vider le fond de mon sac, car j'étouffe, à la fin (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 198).
Spécialement
Le fond d'un violon, d'une guitare, etc. Le côté opposé à la table. Un violon possède une caisse de résonance dont la table et le fond sont légèrement bombés (Schaeffner, Orig. instrum. mus.,1936, p. 186).
Le fond d'un carrosse, d'une voiture, d'une automobile. La partie située à l'arrière. Les hommes à cheval saluèrent, les dames s'inclinèrent du fond de leur berline découverte (Ponson du Terr., Rocambole,t 4, 1859, p. 45).Moi et Léon nous prîmes les strapontins de devant et les deux femmes occupèrent le fond du taxi (Céline, Voyage,1932, p. 601).
c) [En parlant d'une partie du corps, de certains organes] Fond du cœcum, de l'estomac, de l'utérus, de la vésicule biliaire. La vésicule du fiel a son fond dirigé ordinairement en arrière (Cuvier, Anat. comp.,t. 4, 1805, p. 40).
B.− Au fig.
1. Ce qui constitue la partie la plus intime, la plus secrète d'une chose. Les peuples germaniques se sont plus volontiers attachés à l'être intime des choses, à la vérité elle-même, c'est-à-dire au fond (Taine, Philos. art,t. 1, 1865, p. 240).Robert hésita : « tu veux le fond de ma pensée?... » (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 408):
14. Le fond des êtres? Mais il n'y a ni fond ni tréfonds. Ce que nous cachons aux uns, nous le montrons aux autres et le fond devient la surface. Aymé, Quatre vérités,1954, p. 23.
En partic. Ce qui constitue la réalité profonde, la nature intrinsèque d'une chose. Le fond du débat; le fond d'une question, d'une affaire; aller au fond des choses. Un ouvrage qui est le résultat du travail de toute ma vie, et qui me semble absolument neuf pour le fond des choses (Destutt de Tr., Idéol. 3,1805, p. 325).
Loc. adv.
a) Au fond, dans le fond. Tout bien considéré, en dernière analyse. Il a peut-être parlé avec trop d'assurance, mais dans le fond il a raison (Ac.).Tu es jeune et pas encore assez sûr de toi pour t'apercevoir qu'au fond tu me méprises (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 343).Je suis au fond une gobeuse, qui croit tout ce qu'on lui dit (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 104):
15. Je ne le crois pas, que vous me trompiez. Vous êtes trop bonne et trop sincère; vous appréciez au fond la tendresse que j'ai pour vous. Becque, Parisienne,1885, II, 5, p. 298.
b) À fond. Tout à fait, entièrement, jusqu'au bout. Examiner, étudier qqc. à fond; traiter un sujet à fond; travailler à fond; s'engager, se donner à fond dans une entreprise; connaître à fond la nature humaine; visser à fond. À quoi servirait donc, ma chère petite sœur, d'avoir un frère en Russie si l'on ne savait pas à fond ce que c'est que le knout (J. de Maistre, Corresp.,1806-07, p. 270):
16. Comme il savait à peine conduire, il n'était pas mécontent que sa camionnette ne fût qu'un tacot, ce qui lui permettait d'appuyer à fond sur l'accélérateur sans dépasser le quarante. Queneau, Pierrot,1942, p. 160.
Expr., vieilli. Dîner, souper à fond. Dîner, souper copieusement. Nous reviendrons souper, soit à la Pâtisserie du boulevard Montmartre, soit à (...) la Boulange, rue Richelieu (...). Mais on n'y soupe guère à fond (Nerval, Bohême gal.,1853, p. 135).
c) À fond de train. À toute allure. Une voiture lancée à fond de train. Il crut que le convoi partait sans lui, et, piquant des deux, il se lança à fond de train sur le plan incliné de la route (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 187).Je traversais à fond de train des landes, des guérets (Sartre, Mots,1964, p. 104):
17. En ce moment, une calèche émaillée de quatre jeunes femmes, perdues dans des flots d'étoffe, entra à fond de train dans l'avenue du bois. Avenel, Calicots,1866, p. 130.
2. Partie la plus profonde (de l'être). Était-ce cela qui était au fond de sa conscience et lui avait dicté sa conduite? (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 115):
18. Est-ce que je ne sens pas, jusque dans mon fond, que je ne puis la transgresser [la justice] sans porter une ineffable atteinte à mon bonheur, même temporel? J. Simon, Devoir,1854, p. 291.
Expressions
Le fond du fond. La menace la plus grave est la plus indéterminée : celle qui ouvre les portes sur l'obscur, et l'obscur à toutes les dimensions, contient toutes les hypothèses monstrueuses. Cette menace attaque le fond du fond et semble à peine commencer aux limites extrêmes de l'âme (Valéry, Tel quel II,1943, p. 325).
Au fond du cœur, au fond des entrailles; être ému, troublé jusqu'au fond de l'âme. Il est préoccupé jusqu'au fond des entrailles par le changement de face du paysage (Barbusse, Feu,1916, p. 166).Il éprouva au fond de son cœur le sentiment énergique que les jours de la fin étaient maintenant proches (Gracq, Argol,1938, p. 119).
Du fond du cœur. Très sincèrement. Remercier qqn du fond du cœur. C'est du fond du cœur que je leur souhaite tout ce qu'on peut désirer d'heureux à des natures généreuses (Gobineau, Pléiades,1874, p. 324).
III.
A.− Sol considéré par rapport à certaines de ses caractéristiques (fermeté, composition, etc.). On a planté ces arbres dans un bon fond. Bâtir sur un fond peu solide; un fond d'argile, de terre glaise (Ac.). Les voies étaient d'une solidité à toute épreuve. Après un nivellement et un pilonnement du fond, on élevait quatre couches superposées de maçonnerie (Albitreccia, Gds moyens transp.,1931, p. 11):
19. L'homme n'est jamais à court d'ingéniosité. Il a affaire à un fond humide, imbibé d'eau des mois entiers : il bâtit sur pilotis, et se garantit de son contact, de son exsudation par un matelas de terre imperméable; à un fond inconsistant qui, en se noyant, se dilate, et se contracte en séchant, se plisse et bouge : et il élève une demeure dont l'assemblage et l'indépendance à la fois des parties, des masses et des pièces, comme l'élasticité de la matière employée parent à cette instabilité. Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 142.
Loc. fig.
Loc. adv. De fond en comble. Entièrement, complètement. Fouiller une maison de fond en comble. De pauvres gens si disgraciés, ce jour-là, qu'ils auraient retourné la grève de fond en comble sans en tirer une coquille (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 89).Le grand événement qui renversa ce pays de fond en comble (P. Leroux, De l'Humanité,t. 2, 1840, p. 775).Entièrement pris par le besoin de modifier de fond en comble les conditions extérieures de la vie sociale (Breton, Manif. Surréal.,2eManif. 1930, p. 113).
Loc. verb. Faire fond sur (vieilli). Compter sur, faire confiance à, avoir confiance en quelqu'un, dans quelque chose. Ce serait faire fond sur une mauvaise maxime que de s'imaginer qu'en guerre l'ennemi cherche à nous être agréable (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 225).Aliette (...) n'ignorait pas que Bernard et son oncle faisaient fond sur elle pour la perpétuité de leur nom de famille (Feuillet, Morte,1886, p. 86).Faire fond en. Il sentait qu'on ne faisait pas fond en lui, qu'on ne le prenait que par une nécessité d'occasion (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 5, 1852, p. 244).
B.− P. ext.
1. Ce sur quoi on s'appuie, ce qui sert de base.
Fond de lit. ,,Châssis garni de sangles qui porte le matelas d'un lit`` (Ac.). Le bois du fond de lit ne vaut rien; les sangles du fond ne sont pas assez tendues (Ac.).
ART CULIN.
Fond d'artichaut. Partie charnue de l'artichaut qui porte les feuilles, entièrement comestible. Fonds d'artichauts en conserve.
Fonds de cuisine. ,,Éléments premiers des sauces et du mouillement des apprêts culinaires. Fonds blancs, bruns`` (Ac. Gastr. 1962, p. 398).
PEINT. EN BÂT. Couche de fond. Première couche de peinture lorsque celle-ci est recouverte par d'autres, appelées couches de teinte (d'apr. Jossier 1881).
a) Ce qui constitue l'élément dominant de quelque chose. Le fond de la population est de race malaise. Une profusion de volumes de voyages formaient le fond de cette bibliothèque (Bourget, Cruelle énigme,1885, p. 21):
20. Le fond de sa société [de madame de Bonnivet] était composé de ces gens qui pendant quarante ans n'ont jamais fait que ce qui est de la convenance la plus exacte, de ces gens qui font la mode et ensuite s'en étonnent. Stendhal, Armance,1827, p. 225.
b) Ce sur quoi quelque chose se détache. Ces mots en lettres blanches sur un fond chocolat (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 102):
21. ... l'épiderme (...) ne cessait de lui constituer [à un bracelet] (...) un fond où il rayonnait précieusement tandis qu'il mettait en valeur la soie de cet épiderme, l'éclairait et l'échauffait... Arnoux, Roi,1956, p. 139.
À fond + adj.J'aime les chambres fanées et moisies de ces petites auberges : le vieux papier à fond brun et à toutes petites fleurs (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 217).Les mêmes rideaux à fond bleu, avec des fleurs jaunes, garnissaient les fenêtres et le lit (Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 12).
Expr. fam. Le fond de l'air est frais, froid. ,,Bien que le soleil brille, on a une impression de froid`` (Ac. 1932). Ils ont de longues discussions (...) [avec] cette conclusion conciliante (...) qu'il fait assez chaud, mais que le fond de l'air est peut-être un peu frais (Richepin, Pavé,1883, p. 97).− Il y a du soleil aujourd'hui, lui dit le patron. − Oui mais le fond de l'air est froid, répliqua Jacques (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 58).
2. Spécialement
a) TEXT. ,,La première ou la plus basse tissure d'une étoffe sur laquelle on exécute un dessin ou qui reçoit une broderie`` (Chesn. 1857). Les fils formant le fond (chaîne) et les fils formant le dessin (trame) se déroulent à partir de bobines individuelles (Thiébaut, Fabric. tissus,1961, p. 101).
b) PEINT. Arrière-plan, champ d'un tableau sur lequel l'objet représenté se détache. Il [le tableau] est placé très haut au-dessus d'une porte et représente un jugement de Pâris sur un fond de forêt pareil à une verdure (Lorrain, Sens. et souv.,1895, p. 304).Au lieu d'opposer le fond et les personnages, il les unit, il les fait participer d'une même vie (Séailles, E. Carrière,1911, p. 75).
P. métaph. Le vert est le fond de la nature, parce que le vert se marie facilement à tous les autres tons (Baudel., Curios. esthét.,1867, p. 68).
P. anal. Arrière-plan (d'un paysage). Le fond du paysage était caché par une brume blanche et épaisse (Hugo, Rhin,1842, p. 164).Ce que j'appelais « la montagne des nains » (parce que les promeneurs, visibles au sommet sur le fond du ciel, paraissaient tout petits...) (Larbaud, Journal,1934, p. 314):
22. La chaîne libyque, avec ses lumières roses et ses ombres d'un bleu de saphir, fermait l'horizon et servait de fond aux gigantesques constructions des Ramsès, d'Amenoph et de Menephta... Gautier, Rom. momie,1858, p. 283.
c) MUS. Fond (musical). Accompagnement (musical) léger et discret. Sur le fond d'un accompagnement où quelques instruments à corde se mariaient aux accords du piano, une voix de femme pure et grave s'élevait (Feuillet, Camors,1867, p. 95).Vous voulez entendre un peu de musique, Wilfred. En sourdine, pour faire un fond (Green, Chaque homme,1960, p. 259).En part., SPECT. Musique, bruits destinés à créer une certaine atmosphère. Fond sonore, bruit de fond. Cette scène est dite sur un fond musical continu qui s'accorde étroitement avec les fluctuations de la respiration des personnages (Claudel, Soulier,1944, 1repart., 1rejournée, 1, p. 942).Musique de fond.
d) RADIO-TECHN. Bruit de fond. ,,Ensemble des bruits produits par un récepteur en l'absence de signaux émanant d'un émetteur`` (Lar. encyclop.). Le bruit de fond des amplificateurs électroniques limite la sensibilité des récepteurs en radioélectricité (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 272).Un bruit de fond altère les messages que nous envoyons (Jolley, Trait. inform.,1968, p. 9).
e) COSMÉTIQUE. Fond de teint. Crème colorée que l'on étale, avant l'application des fards, sur le visage et sur le cou pour rehausser l'éclat du teint. Une pauvre figure, d'une pâleur bilieuse comme si son « fond-de-teint » lui était entré dans la peau (Colette, Music-hall,1913, p. 56).
C.− Au fig.
1. Principe fondamental (sur lequel repose un système, une doctrine, un raisonnement, etc.). Qu'il falloit le craindre [Dieu], parce qu'il étoit puissant, et qu'il pouvoit détruire l'homme et l'univers; qu'il récompensoit les hommes bons, et punissoit les hommes méchans, etc. (...) c'est là le fond des croyances religieuses de tous les peuples (Bonald, Législ. primit.,t. 2, 1802, p. 154).Le fond de son argumentation consistait toujours à dire qu'il était étranger à notre ville et que, par conséquent, son cas devait être spécialement examiné (Camus, Peste,1947, p. 1304):
23. L'école cartésienne avait voulu proscrire l'idée de force, en l'assimilant aux qualités occultes de l'ancienne scolastique; et le fond de sa doctrine consistait à vouloir tout expliquer au moyen de corpuscules... Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 188.
2. Ce qui constitue l'élément essentiel ou permanent de quelqu'un ou de quelque chose. En tout Franklin veut d'abord l'essentiel, le fond, persuadé que ce fond produira ensuite son apparence, et que la considération solide portera ses fruits (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 7, 1853, p. 182).Nous nous séparâmes sur ce dernier mot, qui n'atteignit pas le fond de notre amitié (Fromentin, Dominique,1863, p. 234).Ce qui fait le fond − et le fonds − des lettres françaises, c'est l'esprit de latinité (L. Daudet, Ét. et mil. littér.,1927, p. 26):
24. ... tout homme doit trouver dans la société, en ce qui concerne l'intelligence, ce que la mère lui fournit en ce qui concerne le corps, le lait, l'aliment primordial, le fond premier qu'il ne peut se procurer lui-même. Renan, Avenir sc.,1890, p. 364.
[En parlant d'une pers., de ses sentiments, etc.] Elle avait un fond de gaieté presque inaltérable (Stendhal, L. Leuwen,t. 1, 1836, p. 326):
25. ... j'étais embarrassé devant certains de ses regards, de ses sourires. Ils pouvaient signifier mœurs faciles, mais aussi gaîté un peu bête d'une jeune fille sémillante mais ayant un fond d'honnêteté. Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 882.
Rem. Cf. rem., s.v. fonds.
Emploi abs. Avoir un bon fond. Être d'une bonté foncière (cf. Proust, Guermantes 2, 1921, p. 441).
Loc. adj. De fond. La duchesse de Miossens (...) n'avait pas infiniment d'esprit pour les choses de fond (Stendhal, Lamiel,1842, pp. 11-12).
Spéc. Article de fond (dans un journal). Article présentant l'opinion du journal sur un sujet d'actualité important. On peut donc raisonnablement regretter que les articles de fond prennent à l'information un peu de la place qu'elle occupe si mal (Camus, Actuelles I,1944-48, p. 36).
a) En partic. [En parlant d'une pers.]
Ensemble des dispositions, des traits durables et forts qui caractérisent une nature sérieuse et solide. Chez les artistes et les lettrés, je n'ai trouvé aucun fond (Sand, Corresp.,t. 6, 1872, p. 249).
Avoir du fond. C'est un homme qui a du fond et qui ira loin (Lamart., Corresp.,1835, p. 154).
PSYCH. Trame psychique sur laquelle se greffe un processus morbide et qui peut être conçue en fonction du terrain sur lequel évolue la maladie, du niveau de dissolution ou d'un élément symptomatique (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971). Fond débilitaire; fond mélancolique, schizophrénique; fond paranoïaque.
b) Spéc., SP.
,,Qualité d'un cheval apte à couvrir de longues distances à un bon train`` (St-Riquier-Delp. 1975).
P. métaph. La France est une rosse qui a du fond et qui se révélera (Flaub., Corresp.,1870, p. 151).
Loc. adj. (Course, épreuve) de fond. Qui s'effectue sur une longue distance. Ski de fond, de grand fond. Je courais (...) avec la fixité machinale d'un jockey dans une course de fond (Fromentin, Dominique,1863, p. 303).[En parlant d'un cheval ou, p. ext., d'un coureur, d'un athlète] Qui est spécialement entraîné pour les courses de fond. Le coureur de fond devra (...) s'habituer à rester en selle le plus longtemps possible (Baudry de Saunier, Cycl.,1892, p. 376):
26. ... le sprinter, projeté en avant avec force, devra, pour éviter la chute, sacrifier la longueur de sa foulée au bénéfice d'une fréquence accrue. Le coureur de demi-fond pourra, au contraire, lui donner toute l'amplitude désirable. Le coureur de fond, enfin, recherchera une foulée économique qui sera légèrement diminuée du fait qu'il se recevra au sol sur le pied à plat, ainsi que nous le verrons plus loin. R. Vuillemin, Éduc. phys.,1941, p. 128.
3. LITT. Sujet, matière d'une œuvre littéraire, par opposition à la forme. J'ai lu, c'est très mauvais de fond et de forme. Si cela vous amuse, vous avez l'esprit gâté (Chateaubr., Corresp.,t. 2, 1789-1824, p. 301).La forme, ce qui arrive souvent chez La Bruyère, est plus piquante que le fond, qui est banal (Renard, Corresp.,1905, p. 320).Le fond, en littérature, c'est-à-dire la thèse à démontrer est sans importance au point de vue de l'art (Hamelin, Éléments princ. représ.,1907, p. 446):
27. Pour moi, le fond et la forme sont aussi distincts que le lièvre et sa sauce. Est-ce que le lièvre naît en civet? assure-toi d'abord que ton lièvre est bon, et ne te contente pas de confectionner une sauce succulente autour d'un vieux lièvre fourbu! Martin du G., Souv. autobiogr.,1942, p. CVII.
P. anal. [Mémoire] où je pourrais traiter des différences des arts entre eux. Comme, par exemple que, dans la musique, la forme emporte le fond : dans la peinture, au contraire (Delacroix, Journal,1824, p. 50).
4. DR. ,,Ce qui a trait à l'essence et à la nature intrinsèque du droit ou d'un acte juridique`` (Cap. 1936). Le fond du procès; condition de fond; conclure, plaider au fond; statuer sur le fond. Anton. forme.Lorsque le texte a été envoyé au Conseil Économique, la discussion générale doit aussi être précédée de la lecture du rapport pour avis émis par cette assemblée, lecture faite soit par le rapporteur du conseil, soit par le rapporteur de la commission de l'assemblée saisie du fond (Lidderdale, Parlement fr.,1954, p. 200).
REM.
Fonçailles, subst. fém. plur.,,Planches qui portent la paillasse d'un lit`` (Littré).
Prononc. et Orth. : [fɔ ̃]. Le d ne se lie pas, excepté dans la loc. de fond en comble où il sonne assourdi [dəfɔ ̃tɑ ̃kɔ ̃:bl̥] sous l'influence de [f] initial et de [k], ou peut-être sous l'influence de l'expr. de but en blanc, d'un bout à l'autre, de haut en bas, de petit à petit. Grammont Prononc. 1958, p. 131 explique qu'il s'agit ,,d'une survivance phonétique remontant à la période où l'on faisait toutes les liaisons dans l'intérieur d'un élément rythmique``. Homon. formes de faire, fondre; fonds, fonts. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 « partie la plus basse d'un objet ou d'un endroit creux » (Roland, éd. J. Bédier, 2471 : envers les funz [de l'Ebre] s'en turnerent); 2. 1176 fig. « limite » (Chr. de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 4296 : Ele ne trueve fonz ne rive El panser dom ele est emplie); 3. 1872 mines et carr. travaux du fond (Lar. 19e). B. 1. a) ca 1190 « partie la plus reculée d'un lieu, d'un pays, d'une salle, etc. » (Floovant, éd. S. Andolf, 844 ds T.-L. : ou fonz de la chartre); b) 1543 spéc. théâtre (Est., s.v. cavea); 2. ca 1256 « partie la plus reculée d'un organe » (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, 26, 22 ds T.-L. : ou fons de l'estomach); 3. 1306 (Joinville, St Louis, 6 g ds T.-L. : le font de ses braies). C. Élément intime, véritable. 1. Ca 1200 en parlant des pensées et des sentiments de l'homme (Dialogue Grégoire, 14, 13, ibid. : del funz de son cuer); 2. 1538 en parlant de quelque chose (Est. d'apr. FEW t. 3, p. 873a); 3. a) 1539 tout au fond loc. adv. « complètement » (Est.); 1656 à fond (Pascal, Provinciales, 3, éd. L. Lafuma, p. 381b); b) 1585 au fond « en réalité » (N. du Fail, Eutrapel, t. 1, p. 287); 1657-62 dans le fond (Pascal, Pensées, éd. L. Brunschvicg, no453). D. Ce qui sert de base, d'appui. 1. Ca 1280 fond de lit (G. D'Amiens, Escanor, 16057 ds T.-L.); 2. 1547 « arrière-plan sur lequel se détache quelque chose » (Marguerite de Navarre, Nativité, 1152 ds IGLF); 3. 1606 archit. fond d'une maison (Nicot); 4. 1618-20 text. (D'Aubigné, Hist. universelle, t. 2, p. 112 ds Littré); 5. a) 1800 le fond de l'air (Bernardin de Saint-Pierre, Lettre du 1erprairial an VIII à M. Robin ds E. Ritter, Les Quatre dict. fr., p. 425); b) 1885 toile de fond sonore (Saint-Saëns, Harm. et mélod., p. 171); c) 1910 fond de teint (Colette, Vagab., p. 19). E. Élément fondamental. 1. 1585 dr. (Noël du Fail, Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 155 : non pour disputer le fond, mais les formalitez); 2. 1656 « caractère qualités, défauts d'une personne » (Pascal, Provinciales, 11, éd. L. Lafuma, p. 421b : le malheureux fond qui est en nous); 3. 1657 littér. (A. Le Maître et B. Pascal, Lettre d'un avocat au Parlement ds Pascal, Œuvres, éd. L. Brunschvicg, t. 7, p. 215 : [la Bulle du Pape Alexandre VII] est peu considerable dans le fond et dans la matiere qui y est decidée); 4. 1757 sp. « qualités physiques » (Encyclop. t. 6, p. 810b, s.v. fin [ici en parlant d'un cheval]); 1863 équit. course de fond (Fromentin, Dominique, p. 303); 5. 1834 article de fond (M. de Guérin, Corresp., p. 120). Du lat. fundus, -i « fond de quelque chose (récipient, mer, pays, organe du corps, etc.); limite, point extrême; partie essentielle de quelque chose; fonds de terre »; dr. « garant d'une chose ». Fréq. abs. littér. : 28 798. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 32 685, b) 50 782; xxes. : a) 48 578, b) 38 148. Bbg. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 105, 106, 296. − Ringenson (K.). Au fond de. Mél. Michaëlsson (K.) 1952, pp. 394-400.

Fond : définition du Wiktionnaire

Nom commun

fond \fɔ̃\ masculin

  1. Endroit le plus bas, le plus intérieur d’une chose creuse.
    • Je savais que les carpes se tiennent d'ordinaire au fond, c'était donc là qu'il fallait aller les chercher ; mais le fond était composé de vase […]. — (Où se tiennent les poissons, dans Le Magasin pittoresque, volume 33, 1865, page 382)
    • […] : au sortir des presses, le jus est immédiatement amené dans des chaudières à double fond, où l'on fait circuler un courant de vapeur qui le porte à la température de 75 à 80° ; […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 125)
    • Il y a là un gouffre dont on ne saurait trouver le fond.
    • Évitez de « coincer » un pot dans un cache-pot étroit et profond, car l'eau d’arrosage risque de s’accumuler au fond sans que vous vous en rendiez compte. — (Odile Koenig, Encyclopédie visuelle des plantes d’intérieur, Éditions Artémis, 2005, page 47)
  2. (Par métonymie) Partie de liquide qui reste au fond.
    • Je ne sais pas où Mme Barnaby achète ses parfums, mais ça ne doit pas être Rue du Faubourg-Saint-Honoré, ou alors elle ramasse les fonds de citerne. — (Frédéric Dard (San-Antonio), En peignant la girafe, Fleuve Noir, 1969, page 152)
    • Si bien que pour éviter de boire la lie, mieux vaut laisser un fond de vin dans son verre, surtout si ce fond de vin provient de la fin de la bouteille. — (Jean-Damien Lesay, À la bonne franquette, La Martinière, 2013)
  3. Couche de terre, de sable, de rochers ou de vase que recouvre l’eau de la mer, d’un lac, d’une rivière à un endroit donné.
    • Le fond de l’eau.
    • Le fond de la rivière.
    • Aller au fond.
    • Sonder le fond.
    • Fond de bonne tenue.
    • Mauvais fond.
  4. (Marine) Hauteur de l’eau dans un endroit donné. → voir haut-fond et basfond
    • Les glaciers du Spitzberg, bien que très importants, ne débitent pas d’icebergs ; leur conformation ainsi que les fonds réduits de la mer à leur base, ne permettent pas le vêlage d’ice-blocs. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le surlendemain […] dans la soirée, la couleur bleue de l’eau, indice des grands fonds, m’apprenait ma sortie du golfe de Panama. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Un scaphandrier islandais a plongé. Il a constaté que le Pourquoi pas ? gisait par 15 m de fond et que son étrave était brisée en quatre endroits. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, volume 6, 1936)
    • Il y a grand fond partout dans cette baie. — Couler à fond.
  5. Terrain considéré par rapport à son degré de fermeté, à sa qualité, à sa composition.
    • Bâtir sur un fond peu solide.
    • Un fond d’argile, de terre glaise.
  6. Ce qu’il y a de plus éloigné de l’entrée, de l’abord ; ce qu’il y a de plus reculé, de plus retiré dans un lieu, dans un pays. (Figuré) Se dit quelquefois pour la chose même.
    • Le fond d’une boutique.
    • Le fond d’un cachot.
    • Le fond d’une baie, d’un port.
    • Le fond d’un bois.
    • Du fond de l’Asie.
    • Il se retira au fond d’un cloître : C’est a dire dans un cloître.
  7. Ce qui forme le côté d’une chose opposé à l’entrée, à l’ouverture.
    • Les panneaux qui forment le fond d’une armoire.
    • La fond d’un chapeau, d’un bonnet, etc.
    • (Vieilli) fond de bain, linge dont on revêt l’intérieur d’une baignoire, pour plus de propreté.
    • Le fond d’un artichaut : La partie de l’artichaut qui porte les feuilles.
    • – Si ça ne te fait rien, mets-toi donc dans le fond du lit. Moi, j’aime mieux rester par-devant pour respirer à mon aise. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 74)
  8. Derrière ou fondement.
    • Non seulement, il ne porte que des sabots ou des espadrilles de toile, comme un contrebandier, mais aussi un éternel pantalon avachi, tout rapetassé au fond et aux genoux […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • User ses fonds de culotte sur les bancs de l’école.
  9. Première ou plus basse tissure sur laquelle on fait un dessin, une peinture, ou quelque nouvel ouvrage.
    • Le mordançage doit se faire à froid, c'est-à-dire à la température de 18° à 20° centigrades, quand on a des foulards à fond blanc ou à fond de couleur claire à fabriquer. — (D. Kaeppelin, Guide pratique de la fabrication des tissus imprimés, Paris : Eugène Lacroix, 1859, page 9)
    • Pour réchampir les moulures, on broie les couleurs à l'huile de noix et on détrempe à l'essence ; on applique deux couches généralement plus foncées que le fond. — (Eugène Aucamus, Menuiserie serrurerie, plomberie, peinture et vitrerie, Paris : chez P. Vicq-Dunod & Cie, 1898, page 297)
    • Une broderie sur un fond de satin, sur un fond de velours, sur un fond blanc, sur un fond vert.
  10. (Par extension) Plan le plus reculé d’un paysage ou la représentation du lieu de la scène dans un tableau d’histoire, etc.
    • Des arbres occupent le fond du tableau.
    • Le fond du tableau est un paysage.
    • Cela ne se détache pas assez bien du fond.
  11. (Théâtre) Décor qui forme l’arrière de la scène.
    • Toile de fond.
  12. (Figuré) Essentiel par opposition à l’accessoire.
    • Aussi n’est-il pas rare de voir une bicoque résister pendant des mois à une armée nombreuse. De là, souvent, cette audace et cette insolence du faible contre le fort et le puissant, cette habitude de la résistance individuelle qui faisait le fond du caractère de la féodalité, […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Voilà le fond de sa doctrine, ce qui fait le fond de sa doctrine.
    • Le fond de ce roman, de ce drame est historique.
    • Il a brodé sur ce fond une intrigue assez peu vraisemblable.
    • Le fond d’une affaire, d’une question.
    • Nous sommes d’accord sur le fond.
    • Aller au fond des choses.
    • Un fond de vérité, de vraisemblance, se dit de ce qu’il y a de vrai, de vraisemblable dans une chose.
  13. (En particulier) (Droit) Ce qui fait la matière d’un procès, par opposition à tout ce qui n’est que forme ou exception.
    • Voilà quel est le fond du procès.
    • Le tribunal rejeta le déclinatoire et statua sur le fond.
    • Le jugement du fond.
    • Conclure, défendre, plaider au fond.
    • Quelquefois la forme emporte le fond.
  14. (En particulier) (Littéraire) Dans une rédaction, aspect ayant trait aux idées, par opposition à la forme.
    • On pourrait remplir des pages entières avec l’exposé sommaire des thèses contradictoires, cocasses et charlatanesques qui forment le fond des harangues de nos grands hommes ; rien ne les embarrasse […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre IV, La grève prolétarienne, 1908, page 159)
    • Évitez de privilégier la forme au détriment du fond.
  15. (Figuré) Ce qu’il y a de plus intérieur, de plus intime, de plus caché, de plus secret dans le cœur, dans l’âme, etc.
    • Lorsque le christianisme fut suffisamment déve­loppé, la littérature des apocalypses cessa d’être beaucoup cultivée, encore que l'idée qui en faisait le fond continuât à exercer son influence ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.261)
    • Kant disait que les deux choses les plus sublimes du monde sont le ciel étoilé au-dessus de nos têtes et la loi morale au fond de notre cœur. — (Pierre Rousseau, La Terre, ma Patrie, collection "Savoir', librairie Arthème Fayard, 1947, page 351)
    • S’abîmer dans cette certitude sans fond, se sentir désormais assez étranger à sa propre vie pour l’accroître et la parcourir sans la myopie de l’amant, il y a là le principe d’une libération. — (Albert Camus, Le mythe de Sisyphe, Gallimard, 1942, page 85)
  16. (Sport) Endurance, faculté de soutenir une épreuve sur la durée. → voir demi-fond et ski de fond
    • Ce coureur, ce cheval a du fond.
    • Course de fond.
  17. (Cuisine) Bouillon ou jus, gras ou maigre, destiné au mouillement des sauces.
    • Fond de veau.
  18. (Cartographie) Carte reproduite totalement ou partiellement, en une ou plusieurs couleurs souvent atténuées, servant de repère pour une surcharge représentant des phénomènes localisables déterminés[8].
    • Une carte topographique peut être utilisée comme fond pour une carte d’inventaire géologique.
  19. (Cartographie) Image topographique obtenue par un procédé quelconque et associée à une surcharge obtenue par d’autres procédés, pour réaliser une carte. Note : en d’autres termes, ces acceptions distinguent un fond topographique et une surcharge, soit non topographique et constituant le thème essentiel de la carte, soit quelconque mais réalisée par d’autres techniques que le fond[8].

Forme de verbe

fond \fɔ̃\

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de fondre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fond : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOND. n. m.
Endroit le plus bas, le plus intérieur d'une chose creuse. Le fond d'un puits. Le fond d'un tonneau. Le fond d'une bouteille, d'un vase. Le fond d'une poche. Le fond du sac. Le fond d'une vallée. Une maison bâtie dans un fond. Il y a là un gouffre dont on ne saurait trouver le fond. Un abîme sans fond. Au fond des abîmes. Du fond de l'estomac. Une voix qui sort du fond de la poitrine. Le fond d'un tonneau, d'une bouteille, etc., se dit aussi pour la Partie de liquide qui reste au fond. Le fond de cette bouteille est trouble, ne le buvez pas. Fond de cale, La partie la plus basse dans l'intérieur d'un vaisseau, d'un navire. On entassa ces marchandises à fond de cale. Fig. et fam., Le fond du sac, Ce qu'une affaire a de plus secret, de plus caché. Il a été obligé de lâcher le fond du sac. Je vois quel est le fond du sac. Il se dit aussi de la Couche de terre, de sable, de rochers ou de vase que recouvre l'eau de la mer, d'un lac, d'une rivière à un endroit donné. Le fond de l'eau. Le fond de la rivière. Le fond de la mer. Aller au fond. Toucher le fond. En termes de Marine, Sonder le fond. Fond de bonne tenue. Bon fond. Mauvais fond. Il se dit également de la Hauteur de l'eau dans un endroit donné. Il y a vingt brasses de fond. Il y a grand fond partout dans cette baie. Il y a peu de fond. Il y a fond. Il n'y a pas fond. Haut-fond, bas-fond. Voyez BAS-FOND. Couler à fond. Voyez COULER. Fig. et fam., Traiter une matière à fond, L'épuiser, la traiter sans rien omettre. Il se dit quelquefois d'un Terrain considéré surtout par rapport à son degré de fermeté, à sa qualité, à sa composition. Bâtir sur un fond peu solide. Un fond d'argile, de terre glaise. De fond en comble, Depuis les fondations jusqu'au comble. Il signifie figurément Entièrement, tout à fait. Détruire une chose de fond en comble. Fig., Faire fond sur quelqu'un, sur quelque chose, Compter sur quelqu'un, sur quelque chose; avoir confiance en quelqu'un, dans quelque chose. Je fais fond sur vous, sur votre amitié. Il y a peu de fond à faire sur lui. On ne peut faire aucun fond sur ces récits populaires. Il désigne aussi Ce qu'il y a de plus éloigné de l'entrée, de l'abord; ce qu'il y a de plus reculé, de plus retiré dans un lieu, dans un pays. Le fond d'une boutique. Le fond d'une église, d'un cloître. Le fond d'un cachot. Le fond d'une baie, d'un port. Le fond de la scène. Le fond d'une allée, d'un jardin. Le fond d'un puits. Le fond d'un bois. Fig., Du fond de l'Asie. Le fond d'un cloître, se dit quelquefois, figurément, pour un Cloître, un couvent. Il se retira au fond d'un cloître. Le fond d'une voiture, la Partie arrière d'une voiture et aussi la Partie la plus éloignée de l'entrée. Fam., Le fin fond. Voyez FIN. Il se dit encore de Ce qui forme le côté d'une chose opposé à l'entrée, à l'ouverture. Les panneaux qui forment le fond d'une armoire. La fond d'un chapeau, d'un bonnet, etc. Fond de bain, Linge dont on revêt l'intérieur d'une baignoire, pour plus de propreté. Le fond d'un artichaut, La partie de l'artichaut qui porte les feuilles. Mettre un fond à un pantalon, à une culotte, Garnir avec des pièces la partie de derrière de ces vêtements. Boîte à deux fonds, à double fond, qui a un double fond, Boîte qui s'ouvre des deux côtés, ou qui a un premier fond sous lequel s'adapte un autre fond, de manière qu'on peut cacher quelque chose entre deux. On dit figurément Une conscience à double fond. Un homme à double fond.

FOND se dit particulièrement de l'Assemblage de petites douves qui ferme les tonneaux et les futailles par l'un des deux bouts, ou par tous les deux. Mettre un fond à un tonneau. Il se dit également du Châssis garni de sangles qui porte les matelas d'un lit. Le bois du fond de lit ne vaut rien. Les sangles du fond ne sont pas assez tendues. En parlant d'Étoffes, il désigne la Première ou plus basse tissure sur laquelle on fait un dessin, ou quelque nouvel ouvrage. Velours à fond d'or, à fond d'argent. Il se dit aussi de l'Étoffe même sur laquelle on ajoute une broderie. Une broderie sur un fond de satin, sur un fond de velours, sur un fond blanc, sur un fond vert. Il se dit également, en termes de Peinture, du Champ sur lequel les figures d'un tableau sont peintes. Le fond du tableau est trop clair, est trop brun. Une figure qui se détache en brun sur un fond clair, en clair sur un fond brun. Il désigne souvent les Plans les plus reculés d'un paysage ou la Représentation du lieu de la scène dans un tableau d'histoire, etc. Des arbres occupent le fond du tableau. Le fond du tableau est un paysage. Fond de paysage. Fond d'architecture. Cela ne se détache pas assez bien du fond. Il se dit, en termes de Théâtre, du Décor qui forme le fond de la scène. Toile de fond. Il signifie au figuré Ce qu'il y a d'essentiel dans une chose, ce qui la constitue principalement, par opposition soit à la forme, soit à l'accessoire. Voilà le fond de sa doctrine, ce qui fait le fond de sa doctrine. Le fond de ce roman, de ce drame est historique. Il a brodé sur ce fond une intrigue assez peu vraisemblable. Le fond d'une affaire, d'une question. Nous sommes d'accord sur le fond. Aller au fond des choses. Connaître le fond des choses. Un fond de vérité, de vraisemblance, se dit de Ce qu'il y a de vrai, de vraisemblable dans une chose. Il y a bien un fond de vérité dans ce qu'il nous a dit. Dans le sens qui précède, il se dit particulièrement, en termes de Procédure, de Ce qui fait la matière d'un procès, par opposition à Tout ce qui n'est que forme ou exception. Voilà quel est le fond du procès. Le tribunal rejeta le déclinatoire et statua sur le fond. Le jugement du fond. Conclure, défendre, plaider au fond. Quelquefois la forme emporte le fond. Fam., Le fond de l'air est froid, Bien que le soleil brille, on a une impression de froid. Il se dit encore, figurément, de Ce qu'il y a de plus intérieur, de plus intime, ou de plus caché, de plus secret dans le cœur, dans l'esprit, etc. Ce souvenir vit toujours au fond de mon âme. Je vous parle du fond du cœur. Dieu connaît le fond des cœurs, lit au fond de nos cœurs. Il voit le fond de nos pensées.

FOND se dit, en termes de Sports, de la Faculté de soutenir une course de durée. Ce coureur, ce cheval a du fond. Course de fond. Épreuve de fond.

À FOND, loc. adv. Jusqu'au fond, entièrement, complètement, tout à fait. Traiter une matière à fond. Il possède cette science à fond. En termes d'Escrime, Se fendre à fond. À fond de train, Avec la plus grande vitesse, à toute allure. Ces chevaux allaient à fond de train. Une voiture lancée à fond de train. Par ellipse, Charge à fond, Attaque impétueuse d'une troupe de cavalerie. Fig., Faire une charge à fond contre quelqu'un, contre une proposition de loi.

AU FOND, DANS LE FOND, loc. adv. À juger des choses en elles-mêmes, et indépendamment de quelque circonstance légère. On l'a beaucoup critiqué, mais au fond il n'avait pas tort. Il a peut-être parlé avec trop d'assurance, mais dans le fond il a raison.

Fond : définition du Littré (1872-1877)

FOND (fon ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas excepté dans la locution de fon-t en comble ; au pluriel l's se lie : des fon-z inconnus) s. m.
  • 1Ce qu'il y a de plus bas dans une cavité, dans une chose creuse ou profonde. Le fond d'un vase. Il roule au fond de l'abîme. Le fond des enfers. Et que la vérité, que chacun se propose, Est dans le fond d'un puits…, Regnard, Démocr. I, 2. Ils racontent comment ils ont trouvé le fond de chaque ravin rempli de casques, de shakos, de coffres enfoncés, d'habillements épars, de voitures et de canons…, Ségur, Hist. de Nap. X, 8.

    Toucher au fond, toucher le point le plus bas, le plus enfoncé ; et fig. toucher au terme. Cette fois on n'eut pas besoin d'aller les chercher au loin [les Russes]… ce fut une joie générale : enfin cette guerre vague, molle, mouvante, où nos efforts s'amortissaient, dans laquelle nous nous enfoncions sans mesure, s'arrêtait ; on touchait au fond, au terme, et tout allait être décidé, Ségur, Hist. de Nap. VII, 6.

    Terme d'architecture. Fond de cuve, creux dont les angles ne sont point carrés, mais arrondis.

    Fossé à fond de cuve, celui qui est escarpé des deux côtés.

    Fig. et populairement. Déjeuner, dîner à fond de cuve, déjeuner, dîner amplement.

    Fig. et familièrement. Le fond du sac, ce qu'il y a de caché, de mystérieux dans une affaire.

    Il ne faut point qu'on sache le fond de notre bourse, c'est-à-dire il ne faut pas qu'on sache ce que nous avons de bien.

    Terme de marine. Fond de cale, la partie inférieure de la cale ; autrefois fond de cale se disait pour la cale même.

    Fig. et populairement. Être à fond de cale, être au bout de son argent ou de ses ressources.

  • 2Ce qui est, ce qui reste au fond. Le fond de cette bouteille est trouble.
  • 3Le sol sur lequel repose la mer, une rivière, etc. Un ordre, cher Osmin, L'a fait précipiter dans le fond de l'Euxin, Racine, Bajaz. I, 1. Un effroyable cri sorti du fond des flots, Racine, Phèd. V, 6. Le Pô, depuis l'époque où on l'a enfermé de digues, a tellement élevé son fond que la surface des eaux est maintenant plus haute que les toits des maisons de Ferrare, Cuvier, Rév. p. 155.

    Fig. C'est une mer sans fond et sans rive, se dit des choses qui dépassent la portée de l'esprit humain.

    C'est une affaire, une question qui n'a ni fond, ni rive, c'est une affaire, une question fort embrouillée.

    Couler à fond, voy. COULER.

    Fig. Couler à fond, ôter le crédit, ruiner. Mme de Maintenon, à qui il [Harlay, archevêque de Paris] avait déjà déplu, l'avait coulé à fond, Saint-Simon, 32, 112. Entrant alors dans toutes les vues de Grimm et de la coterie holbachique, elle unit ses efforts aux leurs pour me couler à fond, Rousseau, Conf. X.

    On dit de même : Il s'est coulé à fond.

    Traiter, expliquer complétement. C'est une matière qu'il faut couler à fond. Coulons à fond les prélats [achevons de parler des prélats] : M. de Troyes surprit le monde par sa belle et courageuse retraite, Saint-Simon, 46, 31.

    Couler à fond une affaire, l'achever complétement.

    Terme de jeu. Couler les cartes à fond, tenir la main, avoir la main jusqu'à la dernière carte.

    Aller à fond, écarter jusqu'à ce qu'il ne reste plus de cartes au talon.

  • 4 Terme de mer. Superficie de la terre, au-dessous de l'eau, qu'on distingue par l'addition de divers autres mots, suivant la diversité des terres. On dit : fond de pré, lorsque la terre sous l'eau est couverte d'herbe ; fond de vase ou vasard ; fond de sable ; fond de son, lorsque le sable est couleur de son ; fond de bonne tenue, fond bon pour l'ancrage ; fond de cour ou fond curé, se dit d'un fond de mer où il n'y a ni sable ni vase.

    Sonder le fond, s'assurer avec la sonde de la nature du fond.

    Donner fond, jeter l'ancre ou mouiller. Nous donnâmes fond par six brasses.

    Hauteur d'eau. Il y a peu de fond. Vingt brasses de fond.

    Haut-fond, fond qui s'élève presque jusqu'à la superficie de l'eau et où les bâtiments risquent de toucher. Nous présumons encore que non-seulement le Groënland a été joint à la Norvége et à l'Écosse, mais aussi que le Canada pouvait être uni à l'Espagne par les bancs de Terre-Neuve, les Açores et les autres îles et hauts-fonds qui se trouvent dans cet intervalle de mers, Buffon, 6e époq. nat. Œuv. t. XII, p. 276, dans POUGENS.

    Bas-fond, voy. BAS-FOND.

    Les marins distinguent les bas-fonds des hauts-fonds, en ce qu'on peut naviguer sur les premiers, qui ne sont pas dangereux, tandis qu'on ne peut naviguer sur les seconds qui le sont ; mais le langage vulgaire confond souvent, à tort, ces deux termes. Les voyageurs assurent que la navigation est très difficile sur la mer Noire et sur la mer Caspienne, à cause de leur peu de profondeur et de la quantité d'écueils et de bas-fonds qui s'y rencontrent, Buffon, Hist. nat. 2e disc.

    Petit-fond, la hauteur d'eau qui est sous un bâtiment. Être mouillé sur un petit-fond, se dit lorsqu'un bâtiment touche presque le fond de l'eau.

    Terme de pêche. Pêcher par fond, se dit quand les haims ou les filets chargés de plomb reposent sur le fond de la mer.

    Il se dit aussi à la pêche à la ligne. La pêche de fond. Une ligne de fond.

  • 5Terrain considéré par rapport à sa fermeté, à sa composition, pour fonder, bâtir, etc. Un fond d'argile. Bâtir sur un fond peu solide.

    Terme d'architecture. Tourelle montant de fond, tribune montant de fond, tourelle, tribune, reposant sur des fondations, par opposition aux ouvrages d'encorbellement.

    Fig. Faire fond sur quelqu'un, sur quelque chose, y compter fermement, s'en faire un appui, un auxiliaire. Puis-je faire aucun fond sur la foi qu'on me donne ? Corneille, Sophon. IV, 3. Quel fond prétendez-vous faire sur les paroles de ce bref ? Pascal, Prov. 17. Les choses sur quoi il est permis de faire fond, La Bruyère, X. Le peu de fond qu'il y a à faire sur les hommes, Massillon, Avent, M. du Péch. Il ne faut point faire de fond sur ces récits populaires, Montesquieu, Espr. XXI, 11.

  • 6La partie la plus reculée, la plus profonde, la plus retirée. Le fond d'une boutique. Il y a beaucoup d'apparence que ce port est le même que celui où est aujourd'hui située la ville de Suez au fond de la mer Rouge, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 107, dans POUGENS. Il [Démocrite] alla chercher jusqu'au fond des Indes les richesses de l'érudition, et ne se soucia guère des trésors qu'il trouvait presque à sa porte dans un pays abondant en mines d'or et d'argent, Rollin, ib. liv. XXI, 1re part. ch. III, art. 2, § 2. Tranquille au fond du Louvre, et loin du bruit des armes, Mes sens d'un doux repos goûtaient encor les charmes, Voltaire, Henr. II. Ruyter vient à son secours du fond du Zuiderzée, passe le détroit, et joint à vingt vaisseaux espagnols vingt-trois grands vaisseaux de guerre, Voltaire, Louis XIV, 13. J'ai porté mon courroux, ma honte et mes regrets Dans les sables mouvants, dans le fond des forêts, Voltaire, Alz. II, 1. Candide, qui était naturellement curieux, se laissa mener chez la dame, au fond du faubourg Saint-Germain, Voltaire, Cand. 22. Je ne saurais revenir de ma surprise qu'on fasse si bien des odes françaises au fond de l'Allemagne, Voltaire, Lett. au prince de Prusse, déc. 1737.

    Fig. Du fond de sa misère il crie vers le ciel.

    Le fond d'un cloître se dit quelquefois pour un cloître, un couvent. Il alla mourir au fond d'un cloître.

    Le fond de l'œil, la partie la plus profonde de l'œil. Le plus grand angle que puisse faire un objet dans l'œil est proportionné à la grandeur du fond de l'œil, Buffon, Hist. nat. homme, t. IV, p. 463, dans POUGENS. Le fond de l'œil est comme une toile sur laquelle se peignent les objets ; ce tableau a des parties plus brillantes, plus lumineuses, plus colorées que les autres parties, Buffon, ib. p. 454.

    Le fin fond, le fond le plus reculé. C'est-à-dire, mon cher, en fin fond de forêts, Molière, Fâch. II, 7. J'irais pour vous au fin fond de la France, Voltaire, Nan. II, 5. En fin fond de province il l'a contrainte à fuir, Lachaussée, Préj. à la mode, II, 9.

  • 7Côté de certaines cavités opposé à l'ouverture. Le fond de ce coffre est percé. Les panneaux qui forment le fond d'une armoire.

    Boîte à deux fonds, à double fond, qui a un double fond, boîte qui s'ouvre des deux côtés, ou boîte qui, sous un premier fond, en a un autre, de sorte que l'on peut cacher quelque chose entre les deux.

    Le fond d'un chapeau, la partie du chapeau opposée à l'ouverture.

    L'assemblage de petites douves qui ferme un tonneau. Mettre un fond à un tonneau.

    Le fond d'un carrosse, la partie opposée aux glaces du devant. N'est-ce pas pour être vu dans un même fond avec un grand ? La Bruyère, XI.

    Carrosse à deux fonds, celui où le siége qui est sur le devant est égal au siége qui est sur le derrière. Ma compagne et moi nous remplissions le fond du devant ; celui de derrière était occupé par un homme âgé, indisposé, et par sa femme, Marivaux, Marianne, 2e part.

  • 8 Terme de marine. Fond d'un navire, la partie de la carène correspondante aux varangues. Il est nécessaire que vous preniez bien garde que cette frégate soit forte de bois par les fonds, et extrêmement légère à la voile, Seignelay, à Desclouzeaux, 16 fév. 1678, dans JAL.

    Fond de la hune, espèce de plancher que l'on porte sur le banc de la hune.

    Fond d'une voile, partie inférieure comprise depuis le centre jusqu'à la ralingue d'en bas.

  • 9Un fond de lit, le châssis qui porte la paillasse.

    Table de dessous d'un violon, d'une guitare.

    Fond de bain, le linge dont on revêt par propreté l'intérieur d'une baignoire.

    Un fond de pantalon, la partie de derrière. Mettre des fonds à un pantalon, à une culotte, garnir avec des pièces le derrière usé d'un pantalon, d'une culotte.

    Morceau de mousseline ou d'autre étoffe destiné à recouvrir dans un bonnet le derrière de la tête.

    Le fond d'un artichaut, le réceptacle charnu qui porte les feuilles, vulgairement un cul d'artichaut. Le fond d'un artichaut est formé et creusé en ligne courbe, et le nom de cul ne lui convient en aucune manière, Voltaire, Dict. phil. Cul.

  • 10 Terme de tisserand. La première ou plus basse tissure sur laquelle on fait un dessin ou un nouvel ouvrage. Velours à fond d'or.

    Fig. Je ne le crois pas rampant [le sujet d'Irène] ; mais je le crois beaucoup plus approchant du naïf que du sublime ; c'est un combat éternel de l'amour et de la vertu ; le fond de l'étoffe est agréable, mais elle ne peut pas être nuancée, Voltaire, Lett. d'Argental, 1er janv. 1777.

    L'étoffe même sur laquelle on fait quelque broderie. Broder sur un fond de satin, sur un fond vert.

  • 11Réseau qui sert d'assiette aux dessins pour les dentelles.

    Terme de point d'Alençon. Le fond, point bouclé fait avec un fil plus gros que celui des autres points dans la dentelle réseau.

  • 12 Terme de peinture. Le champ d'un tableau sur lequel les figures se détachent. Une figure qui se détache en brun sur un fond clair.

    Terme de gravure. Fond blanc, se dit des blancs du papier que l'on conserve dans l'impression des estampes, etc.

    Terme de peinture en bâtiments. Nom des premières couches, lorsque celles-ci sont recouvertes par d'autres que l'on nomme couches de teinte.

    Par extension. Le fond de son plumage est brun, foncé aux pennes de l'aile, Buffon, Ois. t. XIV, p. 173, dans POUGENS. Nous retrouvons dans ce merle d'Amérique le même fond de couleur qui règne dans le plumage de notre merle ordinaire, Buffon, ib. t. VI, p. 101.

  • 13Les plans les plus reculés d'un paysage. Le fond est occupé par des arbres, par une rivière.

    La représentation du lieu de la scène dans un tableau. Un paysage sert de fond au tableau, fait le fond du tableau. Fond d'architecture. Des arbres occupent le fond du tableau. Sur le fond, une mêlée de combattants, Diderot, Sal. de 1765, Œuvres, t. XIII, p. 169, dans POUGENS.

  • 14Au théâtre, la décoration qui forme le fond de la scène. Toile de fond. Le fond représente une forêt.
  • 15Fond de miroir, le derrière du miroir.
  • 16 Fig. Ce qui fait comme un fond, comme un fondement, comme quelque chose de permanent. Et n'est-ce pas sans doute un crime punissable De gâter méchamment ce fond d'âme admirable ? Molière, Éc. des femmes, III, 4. C'est un fond de rage muette : un chien ne paraît point enragé, il semble qu'il soit sage, et cependant il est profondément dévoré de cette rage, Sévigné, 566. L'âme est indivisible, et on peut bien en diviser l'opération, mais non pas la partager dans son fond, Bossuet, Conn. III, 2. En vertu de la sensation précisément prise, nous ne connaissons rien du tout du fond de l'objet, Bossuet, ib. 8. Mais, pour dire la vérité dans toute son étendue, ce n'est ni l'erreur ni la vanité qui ont inventé ces noms magnifiques [de grandeur et de gloire] ; au contraire, nous ne les aurions jamais trouvés, si nous n'en avions porté le fond en nous-mêmes, Bossuet, Duch. d'Orl. Il est temps de faire voir que tout ce qui est mortel, quoi qu'on ajoute par le dehors pour le faire paraître grand, est, par son fond, incapable d'élévation, Bossuet, ib. Le culte des hommes morts faisait presque tout le fond de l'idolâtrie, Bossuet, Hist. II, 6. L'humilité qui faisait le fond du christianisme, Bossuet, ib. 12. Le divin est le fond de ces livres, Bossuet, ib. 13. Jamais ils ne connurent le fond de l'art militaire, Bossuet, ib. III, 5. Le fond y est le même [chez les grands] que dans les conditions les plus ravalées ; tout le bas, tout le faible et tout l'indigne s'y trouvent, La Bruyère, IX. Vous avez l'apparence de la piété, mais vous n'en avez pas le fond, Massillon, Carême, Culte. Les plaisirs ne sauraient plus égayer ce fond de tristesse, Massillon, Avent. Conc. On ne voudrait pas flétrir une femme sur le fond de sa conduite, Massillon, Carême, Médis. La bonté n'était pas seulement une de ses vertus, c'était son fond ; c'était lui-même, Massillon, Or. fun. Dauphin. Le fond de l'homme reste, il est partout le même ; Persan, Scythe, Indien, tout défend ce qu'il aime, Voltaire, Scythes, IV, 1. Arsinoé joue précisément le rôle de la femme du malade imaginaire, et Prusias celui du malade qui croit sa femme ; très souvent des scènes tragiques ont le même fond que des scènes de comédie, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Nicomède. L'abbé de Saint-Réal, qui a écrit cet événement célèbre avec le style de Salluste, y a mêlé quelques embellissements de roman ; mais le fond en est très vrai, Voltaire, Mœurs, 186. Vous m'avez écrit de Moscou une lettre telle qu'on n'en écrit point de Versailles, soit pour le style, soit pour le fond des choses, Voltaire, Lett. Schouvalof, 12 fév. 1768. Il est aisé de voir que goddam est le fond de la langue, Beaumarchais, Mar. de Fig. III, 6. Enfin, sans tous ces motifs d'ardeur, le fond de l'armée était bon, et toute bonne armée veut la guerre, Ségur, Hist. de Nap. III, 3.

    Populairement. Pour commencer, mangez un potage ; c'est ou cela fait un bon fond d'estomac.

    Un fond de vérité, de raison, se dit pour exprimer qu'il y a quelque chose de vrai, de raisonnable dans une chose. Il y a un fond de vérité dans ses plaintes.

    Venir au fond des choses, et, simplement, venir au fond, examiner complétement, s'expliquer sans détour. Cependant de quoi s'agit-il ? venons au fond, Massillon, Carême, Riche.

    On dit de même : entrer dans le fond, pénétrer le fond, trouver le fond. Pénétrons le fond de ses artifices, Bossuet, Hist. II, 1. Nous trouverons le fond d'un si grand mystère, Bossuet, ib. II, 10.

  • 17 Terme de manége. Avoir du fond, se dit d'un cheval qui supporte un long exercice sans se fatiguer.

    On dit dans le même sens qu'un nomme a du fond, quand il peut supporter le travail, la fatigue, etc. En un autre sens on dit qu'il a du fond, quand il possède des connaissances solides.

  • 18 Terme de procédure. Ce qui fait la matière du procès. Plaider, conclure, statuer, juger au fond. Le fond et la forme d'un acte. Souvent la forme emporte le fond.
  • 19 Fig. Ce qu'il y a de plus intime, de plus caché dans le cœur. Et vous reconnaîtrez que dans le fond de l'âme Je prends comme je dois l'intérêt d'une femme, Corneille, Théod. I, 4. Explique, explique mieux le fond de ta pensée, Corneille, Héracl. I, 3. N'est-ce point oublier ce qu'on vous doit d'honneur Que demander à voir le fond de votre cœur ? Corneille, Sertor. II, 2. L'apparence t'abuse, il m'aime au fond de l'âme, Corneille, ib. II, 3. Pour vous montrer le fond de toute mon estime, Corneille, Suréna, III, 2. L'homme ne voit les choses que par le dehors ; mais le Seigneur voit le fond du cœur, Sacy, Bible, Rois, XVI, 7. Dans le fond de ton cœur je sais que tu me hais, Racine, Brit. V, 6. Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur, Racine, Phèdre, IV, 2. La joie était au fond de son cœur, Fénelon, Tél. VII.
  • 20Donner le fond aux peaux, les faire tremper à froid et les fouler dans une composition qui leur donne le lustre.

    Donner le fond aux feuillets de baudruche, les humecter avec quelque liqueur aromatique, dans les ateliers où l'on réduit l'or en feuilles.

  • 21Cartes du premier fond, se dit des cartes qui forment la première nuance de blancheur et de finesse.

    Cartes du second fond, celles qui offrent la plus faible nuance du blanc, tirant sur le gris.

  • 22 Terme de tapissier. Tête ou ganse d'une frange sur laquelle se montent les ornements.
  • 23Faux-fond, plaque circulaire rapportée sur le palâtre d'une serrure, et sous laquelle est rivée la broche.
  • 24De fond en comble, loc. adv. De la base au sommet. Détruire un monument de fond en comble. Il bâtit de fond en comble celui de Jérusalem, et il en fit une très forte citadelle, Voltaire, Dict. phil. Christianisme. Ce fut dans ce temps-là même que la nouvelle ville d'Épidaure, sur la mer Adriatique, fut renversée de fond en comble, et le cours de la rivière sur laquelle elle était située fut changé et très diminué, Voltaire, Triumv. Note. L'opéra, qui vient d'être brûlé de fond en comble, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 29 juin 1781.

    Fig. Entièrement, radicalement. Ruiner une personne, un système de fond en comble.

  • 25À fond, loc. adv. Complétement, jusqu'au bout. Examiner les choses à fond, Pascal, Prov. 3. Mille chapitres que nous n'avons pas le temps de traiter à fond, Sévigné, 116. En ne me disant pas les choses assez à fond, Bossuet, Lett. Corn. 34. S'il ne trouve pas jour à les frustrer à fond, La Bruyère, XIII. Le chevalier ne savait pas l'histoire à fond, Hamilton, Gramm. 8. Connaissant à fond ces deux méchants hommes, Fénelon, Tél. XII. Nous parlerons à fond quand j'aurai bu deux coups, Destouches, Phil. mar. II, 6. Il vaut mieux que les enfants sachent peu de choses, pourvu qu'ils les sachent à fond et pour toujours, Rollin, Traité des Ét. liv. I, ch. 3.

    Familièrement. Dîner, souper à fond, dîner, souper amplement. Je vais souper à fond, puis je viendrai la prendre, et nous épouserons immédiatement après la danse, Dancourt, l'Opérateur Barry, sc. 2. Si Mme d'Argental n'y retrouve pas la santé, si M. de Choiseul ne soupe pas à fond, si M. le coadjuteur a mal à la poitrine, Voltaire, Lett. d'Argental, 7 août 1750.

    Charger à fond, faire une charge à fond, se dit d'une troupe qui en attaque une autre avec impétuosité et acharnement.

    Fig. et familièrement. C'est une charge à fond contre cet homme, contre ce système.

    À fond de train, voy. TRAIN.

  • 26Au fond, dans le fond, loc. adv. En réalité. Dans le fond, il ne l'aimait point, Sévigné, 479. Au fond le roi n'avait pas été content de la préférence qu'on avait donnée à la Fontaine sur Despréaux ; ces deux grands poëtes avaient été mis en concurrence pour la même place, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 29, dans POUGENS. Vous n'avez que votre âge, votre air et votre visage contre vous ; dans le fond je gagerais que vous avez les meilleures manières du monde, Regnard, Sérén. 16. Larcher, qui vous a contredit sur je ne sais quelle sottise d'Hérodote, mais qui, au fond, est un galant homme, tolérant, modéré, modeste, et vrai philosophe dans ses sentiments et dans sa conduite, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 26 déc. 1772.

REMARQUE

Fond, comme on voit à l'étymologie, est le même que fonds ; l's de ce dernier est l's du nominatif de l'ancienne langue, s qui est restée par hasard comme dans quelques autres mots. On a voulu utiliser cette différence accidentelle pour établir entre fond et fonds une différence qui d'ailleurs n'existe pas dans fundus, lequel signifie à la fois fond et fonds. Mais, comme le sens radical et la prononciation sont les mêmes, il en résulte des rapprochements qui rendent parfois à peu près inextricable la distinction.

HISTORIQUE

XIe s. Envers les funz s'en turnerent alquant [quelques-uns], Ch. de Rol. CLXXVI.

XIIe s. Cil vont al fonz [de la riviere] sans nul arrestement, Ronc. p. 110. Lors s'entrelaissent courre parmi le font d'un val, ib. p. 193.

XIIIe s. L'en se dort le soir là où l'en ne scet se l'en se trouvera ou fons de la mer, Joinville, 210. Si lui en avint ainsi, que par la menoison [diarrhée] qu'il avoit, que il li convint le soir couper le fonz de ses braies [culottes], Joinville, 192. Por ce que dons n'a font, doit chascuns garder son aise et son pooir, Latini, Trésor, p. 418.

XVe s. On peignoit les masts des nefs du fond jusques au comble, Froissart, II, III, 36. Et puisque vous l'avez juré, tenez vostre parole, car, quoi qu'il me couste, j'en saurai le fond et qui peut avoir revelé mes secrets, Froissart, III, IV, 21.

XVIe s. Faire quelque chose du fin fond de son courage, Montaigne, I, 217. Il s'en alla au fin fond de l'Espaigne, Montaigne, III, 169. C'est une question desbattue au fond par les academiques, Montaigne, IV, 354. Ils meirent plusieurs de leurs vaisseaux à fond, Amyot, Péric. 50. Estant donques Annibal descendu en ce fond de sac, Fabius, qui cognoissoit le païs…, Amyot, Fab. 15. Le fond de la terre y estoit bon, au moyen de quoy y avoit force arbres, Amyot, Sylla, 35. Deux cents lanciers vestus à la hongresque de Damas à fons d'or, D'Aubigné, Hist. II, 112. Le roi entreprend un retranchement de six pieds de gueule en ouvrage et en fonds, D'Aubigné, ib. III, 219.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FOND.
1Ajoutez :

Terme de marine. Petit fond, partie distincte de la cale et dans laquelle on peut mettre des marchandises de petit volume.

11Ajoutez :

Fond de cinq trous, dit en Auvergne mariage, réseau fait soit en croisant trois fils de façon à produire une suite d'hexagones séparés par de petits triangles, soit en formant des mailles rondes assez larges, entourées d'un menu treillage, Ch. Blanc, l'Art dans la parure, p. 277. Fond chant, ainsi nommé sans doute par abréviation pour Chantilly, qui est le lieu où l'on commença d'en faire ; c'est le point de Paris, ID. ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fond : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FOND, s. m. & au pluriel fonds. Ce mot a plusieurs acceptions analogues entre elles, tant au propre qu’au figuré.

Fond signifie premierement la partie la plus basse d’un tout. Le fond d’un puits, le fond d’une riviere, le fond de la mer, de fond en comble, c’est-à-dire de bas en-haut ; (on prononce de font-en-comble, ce qui fait voir qu’il faut écrire fond au singulier sans s) le fond du panier. Bâtir dans un fond, c’est bâtir dans un lieu bas : il faut mettre un fond à ce tonneau, c’est-à-dire qu’il y faut ajoûter des douves qui serviront de fond.

Le fond des forêts, le fond d’une allée ; il s’est retiré dans le fond d’une solitude, dans le fond d’un cloître.

2°. Fond signifie aussi profondeur ; ce haut-de-chausse n’a pas assez de fond, c’est-à-dire de profondeur. La digestion se fait dans le fond de l’estomac ; un fossé à fond de cuve est un fossé sec & escarpé des deux côtés, à l’imitation d’un vase : on dit familierement déjeuner à fond de cuve, c’est-à-dire amplement. En terme de jeu on dit aller à fond, pour dire écarter autant de cartes qu’on peut en prendre dans le talon. En terme de Marine, le fond de cale est la partie la plus basse du vaisseau ; c’est celle où l’on met les provisions & les marchandises.

Prendre fond, c’est jetter l’ancre : couler à fond se dit dans le sens propre d’un vaisseau qui se remplit d’eau & s’enfonce. Or dit par figure d’un homme, dont la fortune est renversée, qu’il est coulé à fond.

On dit encore, en terme de Marine, donner fond, c’est-à-dire jetter l’ancre. On sonde quelquefois sans trouver fond. Un bon fond dans le sens propre, en terme de Marine, veut dire un bon ancrage, c’est-à-dire que le fond de la mer se trouve propre à retenir l’ancre : bas-fond est un endroit de la mer où il y a peu d’eau, où l’eau est basse.

Il y a des carrosses à deux fonds. On dit par métaphore le fond de l’ame, le fond d’une affaire ; ce qu’il y a de plus caché, ce qui fait le nœud de la difficulté : on dit aussi en ce sens le fond du sac.

On dit qu’il ne faut point qu’on sache le fond de notre bourse, pour dire ce que nous avons de biens ou d’argent.

A fond, c’est-à-dire pleinement ; il a parlé à fond de, &c. Connoître à fond, c’est connoître l’origine, la vie, l’esprit, la conduite, & les mœurs de quelqu’un.

Au fond, sorte d’adverbe de raisonnement, pour dire au reste, si l’on veut bien y faire attention.

3°. Fond se prend aussi dans le sens propre pour le terrein, pour ce qui sert de base. On a planté ces arbres dans un bon fond ; un bon fond de terre. On ne doit pas bâtir sur le fond d’autrui. On dit d’un seigneur qu’il est riche en fonds de terre, in fundis terræ ; en sorte que, selon M. Ménage, fonds est alors au pluriel.

Le fond d’un tableau, c’est ce qui sert comme de base & de champ aux figures ; c’est ainsi que l’on dit que le fond du damas est de taffetas, & que les fleurs sont de satin.

4°. Fond se dit par extension pour propriété, & alors il est opposé à usufruit : la veuve n’a que l’usufruit de son doüaire ; les enfans en ont le fond ou la propriété.

5°. Fond se dit par imitation d’une somme d’argent qu’on amasse & qu’on destine à certains usages. Faire un fond pour bâtir, pour joüer, &c. On dit d’un joüeur qu’il est en fond ou en fonds au pluriel, pour dire qu’il a de l’argent comptant.

Fond, dans le même sens, se dit pour le capital d’une somme d’argent : aliéner son fond à la charge d’une rente qui tient lieu de fruits. Quand on donne de l’argent à rente viagere, pour en retirer un denier plus fort, on dit qu’on l’a placé à fond perdu.

6°. Fond se dit aussi par figure des choses spirituelles, comme on le dit d’étendue. Un fond d’esprit, de bon sens, de vertu, de probité, &c.

On dit faire fond sur quelqu’un ou sur quelque chose, y compter, s’en croire assûré. L’abbé de Bellegarde dit qu’il ne faut pas toûjours faire fond sur les personnes qui se répandent en témoignages extérieurs de politesse.

M. de Vaugelas, remarques, tom. II. pag. 314. dit que fond & fonds sont deux choses différentes ; car fond sans s, dit-il, se dit en latin hoc fundum, c’est la partie la plus basse de ce qui contient, comme le fond du tonneau, le fond du verre : mais fonds avec un s se dit en latin hic fundus ; & c’est proprement la terre qui produit des fruits, & par figure tout ce qui rapporte du profit. Mais le docte Ménage desaprouve ce sentiment de Vaugelas ; il ne connoît en latin que fundus, & ajoûte que si l’on dit, il n’y a point de fonds, c’est qu’alors fonds est au pluriel, nulli sunt fundi.

Il est vrai que quelques-uns de nos dictionnaires ont adopté fundum, i, mais c’est sans autorité, fundum n’est que l’accusatif de fundus. Danet & le pere Joubert ne reconnoissent que fundus.

Quoique le thrésor d’Etienne mette fundum, i, après Laurent Valle, dit l’auteur du Novitius, cependant ni l’un ni l’autre n’en apportent aucune autorité.

Martinius dit qu’on trouve fundum & fundus dans Calepin & dans quelques autres dictionnaires : sed de primo nullum exemplum, nec hoc fundum apud idoneos autores reperias.

Faber, dans son thrésor, ne met que fundus, & ajoûte, comme s’il vouloit répondre à Vaugelas : non audiendi sunt grammatici & lexicographi recentiores, qui inter fundus & fundum distinguunt, ut fundus de agro, fundum de imo cujusque rei dicatur ; neque verò id exemplis probari potest.

Je me suis peut-être trop étendu sur un article aussi peu important ; je finis par ces paroles de Thomas Corneille, dans sa note sur la remarque de Vaugelas, tom. II. pag. 316. « Je suis ici du sentiment de M. Ménage, & cela me fait écrire fond sans s, & jamais fonds, à-moins que ce mot ne soit au pluriel ». (F)

Fond, (Jurispr.) s’entend de plusieurs choses différentes.

Fond, en tant qu’il est opposé à la forme, signifie ce qui est de la substance d’un acte, ou ce qui fait le vrai sujet d’une contestation : on dit communément que la forme emporte le fond, c’est-à-dire que les exemptions péremptoires, tirées de la procédure, font déchoir le demandeur de sa demande, quelque bien fondée qu’elle pût être par elle-même, abstraction faite de la procédure : on dit conclure au fond, pour distinguer les conclusions qui tendent à faire décider définitivement la contestation de celles qui tendent seulement à faire ordonner quelque préparatoire. (A)

Biens-Fonds, sont les terres, maisons, & autres héritages ; ils sont ainsi appellés, pour les distinguer des immeubles fictifs, tels que les rentes foncieres & constituées, les offices, &c. (A)

Fonds, est pris souvent pour l’héritage tout nud, c’est-à-dire abstraction faite des bâtimens qui peuvent être construits dessus ; les bois de haute-futaie & les fruits pendans par les racines font partie du fonds. On distingue quelquefois le fonds de la superficie de l’héritage ; mais la superficie suit le fonds, suivant la maxime superficies solo cedit. Quand on veut exprimer que l’on cede non-seulement la superficie d’une terre, mais aussi tout le fonds, sans aucune réserve, on cede le fonds & très-fonds de l’héritage, c’est-à-dire jusqu’au plus profond de la terre, de maniere que le propriétaire y peut fouiller comme bon lui semble, en tirer de la pierre, du sable, &c. (A)

Fonds de terre, signifie ordinairement la propriété d’une portion de terre, soit qu’il y ait un édifice construit dessus ou non. On entend aussi quelquefois par fonds de terre, la redevance qui le représente, telle que le cens ou la rente fonciere ; c’est en ce sens que l’on joint souvent ces mots cens & fonds de terre, comme synonymes. L’auteur du grand coûtumier, & autres anciens auteurs, ont pris ces termes fonds de terre pour le premier cens, appellé dans les anciennes chartes fundum terræ. Voyez la Thaumassiere sur le chap. xxjv. de Beaumanoir ; Brodeau sur l’art. 74. de la coûtume de Paris, verbo cens ou fonds de terre. Voyez aussi Cens. (A)

Fonds dotal, est un immeuble réel que la femme s’est constitué en dot. La loi julia de fundo dotali défend au mari d’aliéner le fonds dotal de sa femme ; mais quand le fonds dotal est estimé par le contrat de mariage, cette estimation équivaut à une vente, & dans ce cas le mari est seulement débiteur envers sa femme du montant de l’estimation, & peut aliéner le fonds dotal. Voyez Dot. (A)

Fonds perdu, est un principal qui ne doit point revenir au créancier qui a prêté son argent à rente viagere.

Donner un héritage à fonds perdu, c’est le donner à rente viagere.

L’édit du mois d’Août 1661, fait défenses de donner aucuns héritages ni deniers comptans à fonds perdu à des gens de main-morte, si ce n’est à l’Hôpital général, l’Hôtel Dieu ou aux Incurables. (A)

Fond, en terme de Marine ; c’est la terre ou sable qu’on trouve sous les eaux : on lui donne différens noms, suivant la nature du terrein ou du sable ; par exemple, on dit fond de sable, fond de vase, fond de coquillages pourris, fond d’équilles, &c. ce sont de petits coquillages de la grosseur d’un ferret d’éguillette, & qui se terminent en pointe. Lorsque le fond est uni, ni trop dur ni trop mou, & que l’ancre y entre aisément & y tient bien, on dit bon fond ; lorsqu’il y a des roches aiguës, qui gâtent ou peuvent couper les cables, on l’appelle mauvais fond. (Z)

Fond de cale, (Marine.) c’est la partie la plus basse du vaisseau, comprise entre le premier pont & le fond du vaisseau. On partage cette étendue en plusieurs parties destinées à différens usages. Voy. Planche IV. de Marine, fig. 1. n. 31. Le fond de cale avec ses différentes divisions ; savoir, n°. 40. fosse aux lions, 42. fosse aux cables, 44. chambre aux voiles, 46. soute du chirurgien, 47. parquet des boulets, 55. soutes aux poudres pour y mettre les barrils à poudre, 56. caissons à poudre pour les gargousses, 61. soutes au pain, 62. couroir des soutes, 65. soute du capitaine, 66. soute du canonnier. (Z)

Fond de voile ; c’est le milieu d’une voile par le bas, & ce qui retient le vent par le milieu. (Z)

Fond de la hune ; ce sont les planches qu’on pose sur les barres de la hune, & sur lesquelles on marche. (Z)

Fond, dans le Commerce, signifie le capital ou le fonds que possede un commerçant, compagnie ou corps ; ou bien c’est la somme d’argent qu’il met dans le commerce. Voyez Capital, &c.

Dans ce sens, nous disons en général fond, pour signifier les fonds publics, c’est-à-dire ce qui appartient aux compagnies ou corps célebres du royaume, comme la compagnie de la banque, de la mer du Sud, des Indes orientales. Voyez Banque, Compagnie, &c.

Fonds signifie encore toutes les marchandises d’un marchand. Ce négociant s’est retiré : il a vendu son fonds. Il se dit pareillement des machines, métiers, instrumens servans à une manufacture, &c. (G)

Fond, en Peinture, signifie ou les derniers plans d’une composition, ou le champ qui entoure un objet peint.

Ce dernier sens comprend les préparations sur lesquelles on ébauche un tableau, c’est-à-dire l’apprêt ou les premieres couches de couleurs dont on couvre la toile, le bois, le cuivre, ou la muraille sur laquelle on veut peindre.

Il me semble que les Artistes laissent souvent à l’habitude, à l’exemple, ou au hasard, à décider de la couleur sur laquelle ils commencent à ébaucher leurs ouvrages ; je crois cependant que cette partie de leur art, ainsi que plusieurs autres qui paroissent de médiocre conséquence, devroient être quelquefois l’objet de leurs recherches, de leurs épreuves, & de leurs réflexions.

Il est vrai qu’il est des peintres difficiles, qui dans l’indécision de leur composition, qu’ils n’ont point assez réfléchie, couvrent plusieurs fois leurs ebauches, & substituent des masses claires à des masses sombres, en cherchant leur effet. Pour ces peintres, le premier apprêt ne peut devenir l’objet de leur combinaison ; mais un peintre facile ou prudent, qui se feroit une loi de ne commencer un tableau qu’après avoir fait une esquisse arrêtée, pourroit se décider sur le premier apprêt, pour rendre par son moyen ses masses claires plus brillantes, & pourroit, en ménageant sa couleur, leur donner un transparent, qui serviroit à mieux imiter l’éclat de la lumiere.

Rubens, cet artiste à la fois facile & profond, cet homme de génie, qui a vû la Peinture en grand, a sû tirer parti du fond de ses tableaux & des glacis, & c’est aux artistes de cette classe que les pratiques même les plus dangereuses fournissent des ressources & des beautés ; il peignoit souvent sur des fonds blancs, mais pour éviter l’inconvénient que peuvent avoir les fonds de cette couleur dans les grandes masses d’ombres, ne pourroit-on pas, d’après une esquisse bien arrêtée, faire préparer son fond par grandes masses blanches & brunes, & cette pratique ne vaudroit-elle pas mieux que celle de peindre sur des fonds gris, bruns, ou rouges, qu’on regarde comme des fonds indifférens, & qui en effet ne sont favorables ni aux masses claires, ni aux masses d’ombres ? mais en voilà assez pour les artistes intelligens, & trop pour ceux qui, esclaves de l’habitude, croyent que ce qu’ils n’ont pas vû faire à leurs maitres ne peut être bon.

Après avoir parlé de l’apprêt qui fait le principal fond général du tableau, je vais dire quelque chose du champ particulier sur lequel se trouvent les objets que renferme un tableau.

Ce qui distingue les objets les uns des autres, c’est l’opposition des nuances claires & obscures. Dans tous les objets qu’offre la nature, la nuance que présente le côté éclairé d’un corps, fait paroître celui qui est à côté plus teinté. La partie ombrée produit l’effet contraire ; sans cette loi de la nature, les objets confondus ensemble ne nous offriroient point ce que nous nommons le trait, qui est la ligne claire ou obscure, qui nous donne l’idée de leur forme.

Un flocon de neige, lorsque nous le distinguons dans les airs, se détache en brun sur la teinte que la lumiere répand dans le ciel ; si ce même flocon passe devant un nuage obscur, il reparoît blanc, en raison de l’opposition du fond sur lequel il se trouve ; s’il se montre enfin vis-à-vis d’un mur noirci par le tems, il prend cet éclat dont nous ne devons l’idée générale qu’à la plus grande habitude que nous avons de voir la neige en opposition avec des objets qui relevent son éclat ; une branche d’arbre, examinée avec soin, donnera une idée juste de cet effet. Quelquefois dans l’espace de quelques piés, elle se détachera plusieurs fois, alternativement en clair & en brun ; ce sont ces variétés fondées sur la nature, qui prêtent leur secours au peintre, lorsqu’il veut chercher dans les oppositions des ressources pour l’harmonie ; il reconnoîtra, en examinant ce jeu, des couleurs causées par les fonds, qu’il peut à son gré distinguer plus ou moins les objets par des combinaisons d’oppositions qui sont absolument à sa disposition. Il trouvera aussi, pour rendre son coloris plus brillant, que certaines couleurs se détruisent, tandis que d’autres se font valoir ; l’incarnat devient pâle sur un fond rouge, le rouge pâle paroît vif & ardent sur un fond jaune ; la décoration des fonds étant au choix de l’artiste, il est autorisé à donner aux objets de ses premiers plans & aux draperies de ses figures principales, les fonds qui doivent leur être les plus favorables. Cette réflexion conduit naturellement à parler de ce qu’on appelle fonds, lorsqu’on entend par-là les derniers plans d’une composition.

Les différentes modifications qu’on ajoûte ordinairement à ce terme, lorsque l’on s’en sert dans ce sens, indiquent ce que l’artiste doit observer.

On dit d’un tableau de paysage, qui représente un site très-étendu dans lequel une dégradation de plans insensible & multipliée se fait appercevoir, que le fond de ce tableau est un fond vague.

L’artiste qui peint l’étendue des mers, doit par un fond aérien faire sentir cette immensité de lieu dont la distance n’est pas désignée par des objets successifs qui la font concevoir dans la représentation des objets terrestres. Un fond agréable est celui qui nous offre l’image d’un lieu où nous souhaiterions nous trouver.

Un fond devient picquant par le choix de la couleur du ciel & de l’instant du jour.

Il est frais, s’il représente le ton de l’air au matin ; il est chaud, si le coucher du soleil lui donne une couleur ardente.

Le fond pittoresque est celui dans lequel un choix ingénieux rassemble des objets favorables au peintre, & agréables au spectateur.

Il faut dans certains sujets d’histoire des fonds riches : telle est une partie des actions tirées de la Fable ; tels sont les traits que fournissent les histoires asiatiques, les triomphes, les fêtes, &c.

La simplicité, l’austérité même, conviennent aux fonds des tableaux qui représentent les objets de notre culte ; ils sont favorables aussi à la plûpart des objets pathétiques : rien ne doit détourner de l’intérêt qu’ils font naître ; c’est à l’ame qu’il faut parler principalement.

Cependant toutes ces qualités différentes, que la raison & le goût distinguent, sont renfermées dans celle-ci. Les fonds doivent être toûjours convenables au sujet qu’on traite.

Voyez le mot Fabrique, dans l’explication duquel il y a plusieurs choses qui ont rapport au mot Fond. Article de M. Watelet.

Fond, en Architecture, se dit du terrein qui est estimé bon pour fonder. Le bon & vif fond est celui dont la terre n’a point été éventée, & qui est de bonne consistance : on appelle aussi fond une place destinée pour bâtir.

Fond d’ornemens, se dit du champ sur lequel on taille ou on peint des ornemens, comme armes, chiffres, bas-reliefs, trophées, &c. (P)

* Fond, en terme de Batteur d’or ; c’est une liqueur composée de vin blanc & d’eau-de-vie en quantité proportionnée ; un demi-septier d’eau-de-vie, par exemple, sur trois pintes de vin ; de deux onces de poivre ; de deux gros de muscade, autant de gérofle & de cannelle ; enfin de la meilleure colle de poisson. Quand tout cela s’est réduit en bouillant à une certaine quantité dépendante de celle de tous ces ingrédiens, on en enduit les feuilles des outils avec une éponge sur une planche de bois, & on les fait sécher sur des toiles neuves ; les vieilles étant remplies d’un duvet avec lequel le fond s’incorporeroit.

Fond, en terme de Bijoutier ; c’est proprement la partie plate inférieure d’une boîte, qui jointe à la bate, forme la cuvette.

* Fond, en terme de Blondier ; c’est proprement le réseau, ou ce qui sert d’assiette aux grillages & aux toiles. Nous avons dit que ces fonds étoient composés de points plus ou moins fins selon la qualité des blondes, tantôt de point d’Angleterre, tantôt de celui de Malines, &c. Voyez Grillages & Toiles.

Fond, (Cizelure.) On dit mettre une médaille en fond. Voyez Gravure sur l’acier.

Fond, (Jardin.) se peut dire d’une terre : il se prend aussi pour la partie la plus basse d’une tulipe. (K)

Fond, en termes de Marchand de modes ; est une piece de gaze, de mousseline, de dentelle, &c. dont deux angles sont arrondis, qui sert à couvrir le reste du bonnet piqué, sur lequel le bavolet & la piece de dessous n’étoient pas parvenues. Voyez Bavolet. On attache les fonds avec des épingles.

Fond, en terme de Planeur ; c’est cette partie plate qui fait le centre d’une assiete ou autre piece de vaisselle. Il se trace au compas, & se termine où le bouge commence.

* Fond d’or ou Fond d’argent, étoffe de soie en or ou argent. Cette étoffe est un drap dont le fond est toûjours tout or ou tout argent : on en fait aussi à ramages en argent sur l’or, & à ramages en or sur les fonds d’argent avec des nuances mêlées : il s’en fabrique aussi dont les desseins sont destinés à être tout or ou tout argent sans mélange d’or avec l’argent.

Cette étoffe se fait avec deux chaînes ; l’une pour le corps de l’étoffe qui se travaille en gros-de-Tours : l’autre, qu’on appelle poil, & qui sert à passer une soie avec laquelle on accompagne les dorures : ensuite, en faisant valoir ce même poil, on broche les dorures & les nuances, au moyen de l’armure qu’on a disposé selon qu’il convient pour le dessein. Cette étoffe à Lyon est toûjours de onze vingt-quatriemes d’aune. Voyez Étoffe de soie.

Nous avons dit que les fonds d’or se travailloient communément en gros-de-Tours ; mais il s’en fait plus souvent en fond de satin. Cet ouvrage demande un grand détail tant pour l’armure que pour le reste. Voyez ce détail à l’article Brocard.

* Fond, (Rubann.) se dit des chaînes de la livrée qui forment le corps de cette sorte d’ouvrage. Il y a de deux sortes de fonds, l’un appellé gros fond, & l’autre fin fond : le gros fond & la figure levent ensemble sur le pié gauche, & le fin fond sur le pié droit alternativement : le gros fond étant trop épais, ne peut approcher par le coup de battant ; & le coup de fin fond venant après, qui étant bien plus propre par la finesse des soies qui le composent, à recevoir l’impulsion du battant, rend la liaison plus facile que si les deux pas étoient de gros fond.

* Fond, (faux-) Serrurerie : c’est dans une serrure la piece où le canon est renfermé, comme on voit en RR, Planche de Serrurerie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fond »

Étymologie de fond - Littré

Provenç. fons ; espagn. fondo, fundo ; ital. fondo ; du lat. fundus, qui signifie à la fois fond et fonds, et que les étymologistes rapprochent du grec πυθμὴν, fond, πύνδαξ, creux d'un vase ; anc. haut all. bodam ; anc. scandin. botn ; sanscrit, budhna.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fond - Wiktionnaire

Comme pour fonds, du latin fundus :
  • fond (de quelque chose)[1][2], base[3][4], creux d’un vase[5], partie inférieure d’un objet et qui constitue le point de la pesanteur[4] ;
  • partie essentielle (de quelque chose)[1][4], base[4], essence[4] ;
  • bien foncier[2], bien-fonds[2], fonds de terre[2], domaine (de terres)[2], domaine[4], propriété[2], propriété foncière[2], propriété agricole[4], ferme[4] ;
  • qui confirme[6], qui autorise[7][6], qui est garant[6], garant (d’une chose)[1][4], souscripteur[4] ;
  • limite[1][4], point extrême[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fond »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fond fɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « fond »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fond »

  • L’image suscite volontiers l’appréhension : pour diagnostiquer une infection au Covid-19, la procédure nécessite d’aller recueillir avec des écouvillons des cellules au fond des muqueuses de l’arbre respiratoire, en « transnasal ». Le Monde.fr, Coronavirus : pourquoi les tests PCR nécessitent d’aller au fond du nez
  • François Faivre est le nouveau venu parmi le groupe d’entraîneurs du ski de fond suisse. Mis à l’écart de l’équipe de France au printemps, il a rebondi assez rapidement en étant engagé le 1er juin par Swiss Ski. « J’ai eu des contacts en Allemagne et en Suède, mais j’ai choisi la Suisse parce que c’est un pays proche de ma base à Prémanon, relève-t-il. Je connaissais bien Christian Flury, le nouveau chef du ski de fond suisse, et ça a facilité mon engagement. » Nordic Mag | N°1 du Ski Nordique, Ski de fond : François Faivre et « ses » Suisses à Prémanon | Nordic Mag | N°1 du Ski Nordique - Nordic Mag | N°1 du Ski Nordique
  • Le fond marin regorge de créatures dont un très grand nombre n’ont pas encore été découvertes en raison des profondeurs dans lesquelles elles vivent. Fredzone, On a découvert de nouvelles espèces au fond de l'océan Pacifique
  • Le temps de quatre actes, qui correspondant aux quatre temps de la vie du comédien, la destruction, l'exil, le refuge, la guérison, le romancier marocain installe une lente remontée vers la lumière. Mais d'abord il faut en passer par le gris de la guerre car, écrit-il, « toute chose a une couleur, et la guerre, c'est tout gris ». Oui, le gris mortifère de la guerre est rendu de façon méticuleuse. La raison tient sans doute à la méthode de travail de l'auteur, qui creuse ses sujets par un travail approfondi de recherches documentaires. « Je suis universitaire. Quand je travaille un roman, j'effectue d'abord un énorme travail de recherches. J'ai énormément documenté différentes guerres. Mais je ne mélange jamais cette phase de recherches avec celle de la création. Je mets ensuite tout de côté et peux passer six mois. Puis j'écris. Ces recherches donnent une épaisseur au livre qui ne reste pas sur le plan de la narration. Je trouve aussi que ce travail de documentation permet l'empathie. » Le Point, Youssouf Amine Elalamy : « Au fond, ma langue est l'écriture » - Le Point
  • J’espère que le fond de la mer est étanche... De Philippe Geluck / Ma langue au chat
  • L'organe génital est le fond des tendresses humaines. De Gustave Flaubert / Correspondance
  • La neige ne tombe pas à Paris : elle fond. De Alain Schifres / Les Parisiens
  • La métaphysique est de fond en comble platonique. De Martin Heidegger / Introduction à la métaphysique
  • Les articles de fond ne remontent jamais à la surface. De Boris Vian / Jazz Hot
  • Le sac des désirs n’a pas de fond. De Proverbe japonais
  • Qui a fermé sa porte est au fond des déserts. De Proverbe chinois
  • Je poursuivrai ma chance jusqu’au fond de l’eau. De Jules César
  • La prodigalité, c’est un gouffre sans fond. De Cicéron
  • Connaître une langue à fond cela signifie connaître à fond le peuple qui la parle. De Georg Christoph Lichtenberg
  • Au fond, déconstruire, c'est philosopher ? De Antoine Spire / Le Monde de l'éducation - septembre 2000
  • Le fond, c'est la forme. De Victor Hugo / Proses philosophiques de 1860-65
  • La vérité est au fond du verre. De Proverbe français
  • La blessure vit au fond du coeur. De Virgile / L'Eneide
  • Forme et fond étant une seule et même chose, comment pourrait-on exprimer un fond identique sous une forme différente ? Nathalie Sarraute, Tel quel, n° 9

Images d'illustration du mot « fond »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fond »

Langue Traduction
Corse fondo
Basque hondo
Japonais バックグラウンド
Russe задний план
Portugais fundo
Arabe خلفية
Chinois 背景
Allemand hintergrund
Italien sfondo
Espagnol antecedentes
Anglais background
Source : Google Translate API

Synonymes de « fond »

Source : synonymes de fond sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fond »



mots du mois

Mots similaires