La langue française

Dehors

Sommaire

  • Définitions du mot dehors
  • Étymologie de « dehors »
  • Phonétique de « dehors »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dehors »
  • Citations contenant le mot « dehors »
  • Images d'illustration du mot « dehors »
  • Traductions du mot « dehors »
  • Synonymes de « dehors »
  • Antonymes de « dehors »

Définitions du mot dehors

Trésor de la Langue Française informatisé

DEHORS, prép., adv., interj. et subst. masc.

I.− Emploi prép. et adv.
A.− Vx, prép. À l'extérieur de. (Cf. dedans, ex. 1).Suis-je dehors ou dedans ce corps? (Claudel, Soulier,1944, 3ejourn., 8, p. 802):
1. La noce devoit se faire dans le local du restaurateur qui se trouvoit dehors la ville, et sous le berceau de tilleul où l'on avoit prononcé le nom d'Annette. Balzac, Annette et le criminel,t. 1, 1824, p. 210.
Rem. La plupart des dict. gén. attestent cet emploi en précisant cependant qu'il est rare ou arch. ,,Il passa par dehors la ville. En ce sens, il n'est guère d'usage qu'en cette phrase et quelques autres semblables`` (Ac. 1798-1878).
B.− Usuel, adv. À l'extérieur; hors du lieu dont il est question :
2. garcin. − Parbleu. C'est ça votre jour. Et dehors? le garçon, ahuri.Dehors? garcin. − Dehors! De l'autre côté de ces murs? le garçon. − Il y a un couloir. Sartre, Huis clos,1944, 1, p. 119.
Expr. et loc.
1. [Souvent employé dans une phrase à tournure négative pour suggérer l'impossibilité de sortir] Impossible de mettre le pied dehors pour aller se promener (Delécluze, Journal,1828, p. 498).Par un temps à ne pas mettre un chien dehors (Goncourt, Journal,1890, p. 1263).
2. Manger, souper dehors. Prendre un repas hors de chez soi et spécialement, en ville, au restaurant (cf. J. Humbert, Nouv. gloss. genev., 1852, p. 143). J'aime mieux faire un bon repas dehors qu'un mauvais chez moi (Becque, Parisienne,1885, I, 2, p. 262).
3. Histoire, nom à coucher dehors. Extraordinaire, extravagant; à dormir debout (cf. Carabelli, [Lang. pop.]).
4. Être tous ongles, toutes griffes dehors. Être sur le qui-vive, prêt à la riposte. Inès, toutes griffes dehors (Montherl., Reine morte,1942, II, 2etabl., 5, p. 191).
5. Mettre, jeter, flanquer, ... qqn dehors (fam.). Chasser, éconduire quelqu'un sans ménagement. Quand elle va rentrer, nous allons la jeter dehors (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Serre, 1883, p. 678).Ce que je vais te le faire flanquer dehors! (Zola, Terre,1887, p. 442).Spéc. Licencier. Il tenait si mal son emploi que son patron l'a mis dehors (Lar. Lang. fr.). Marie Coquelière (...) se trouvait en couches au moment où le jardinier fut mis dehors (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 28):
3. Des jeunes gens, mis au courant par Lecouvreur, la reluquèrent. − Jeanne, dit une voix. − Le premier qui lui fait des propositions, cria Louise, je le fous dehors! Dabit, L'Hôtel du Nord,1929, p. 180.
6. NAV. Toutes (les) voiles dehors
a) L'ensemble de la voilure du navire déployée pour lui donner sa vitesse la plus grande. Mettre toutes (les) voiles dehors. Ils fileront toutes voiles dehors, toujours droit devant (Salacrou, Terre ronde,1938, I, 4, p. 162):
4. C'est alors que le bateau fit son apparition à l'extrémité de la crique, toutes voiles dehors. Mon père le vit le premier : − Ce cher Cyril n'y tenait plus, dit-il en riant. Sagan, Bonjour tristesse,1954, p. 111.
b) Au fig., fam. Avec rapidité, vivacité. Il mit toute voile dehors et l'aborda (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 84).
Avec tous les atouts, toutes les ressources dont on dispose pour parvenir à ses fins. Un important auxiliaire à gagner, ce bonhomme! Allons, toutes voiles dehors! (Augier, Contagion,1866, V, p. 478).
Avec orgueil, ostentation. Toutes particularités que la situation de reine de Mmede Guermantes lui avait permis d'exhiber plus facilement, de faire sortir toutes voiles dehors (Proust, Guermantes 2,1921, p. 494).
c) P. iron. et antiphrase :
5. La famille estimait inutiles et mêmes immorales les trempettes mondaines en eau salée, toute viande dehors. L'horreur du nu est tenace en Craonnais. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 159.
C.− Loc. diverses
1. Loc. adv.
a) De dehors. De l'extérieur :
6. Le curé d'Azai, à Pâques dernier, voulant quatre hommes pour porter le dais, qui eussent communié, ne les put trouver dans le village; il en fallut prendre de dehors, tant est rare chez nous et petite la dévotion. Courier, Pamphlets pol.,Pétition pour des villageois que l'on empêche de danser. 1822, p. 142.
b) En dehors
À l'extérieur. Saveria l'avait fermée en dehors à double tour (Mérimée, Colomba,1840, p. 115).Le colonel en dehors et au centre, les officiers à leur place (Zola, Débâcle,1892, p. 35):
7. Tu connais ces demeures si souvent décrites. Elles ne possèdent point de fenêtres en dehors; mais une cour intérieure les éclaire du haut en bas. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Marroca, 1882, p. 787.
Vers l'extérieur. Car la feuille du lys est courbée en dehors (Hugo, Fin Satan,1885, p. 842).
En partic.
[Souvent dans des indications d'interprétation, de mise en scène] Voix en dehors, chanter, parler en dehors. Les chanteurs jouèrent tout « en dehors » afin de ne pas perdre le contact avec le public (Pourtalès, Wagner,1932, p. 142):
8. dufour, en dehors. − Tiennette! Tiennette! tiennette. − Je l'entends qui m'appelle. Guilbert de Pixerécourt, Coelina,1801, I, 1, p. 4.
Personne en dehors. Extravertie, spontanée. C'était [Villars] une nature de guerrier, tout en dehors, tout d'une venue, donnant sa mesure de pied en cap et se dessinant de toute sa hauteur (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 13, 1851-62, p. 41).C'était, comme je vous l'ai dit déjà, une agitée, toute en dehors, d'une élégance un peu tapageuse (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Porte, 1887, p. 1075).
[En parlant des membres du corps hum] . En pliant ses pouces en dehors, pour apaiser les mauvais esprits de la mine (Zola, Germinal,1885, p. 1563):
9. À peine fumait-il l'opium; souvent, à l'heure de la sieste, on voyait déambuler sa silhouette blanche : casque plat, torse étroit, vaste pantalon de zouave, et les pieds en dehors de Charlot; car il aimait à sortir accompagné d'un vélo qu'il tirait plus qu'il ne l'employait, un vélo ancien, mais toujours soigneusement graissé. Malraux, Les Conquérants,1928, p. 24.
CHORÉGR., SP. Danser, tourner en dehors. Un tour à l'arabesque sera exécuté en dehors si l'on tourne du côté de la jambe qui sert de pivot, l'autre étant soulevée en arabesque (Meunier, Danse class.,1931, p. 133).
Emploi subst. Je suis si exaspéré par les en-dehors de « Bouvard et Pécuchet » que je vais dépasser Cro-Magnon, je deviens Néanderthal! (Flaub., Corresp.,1880, p. 376).
Par dehors. Par l'extérieur. Ces animaux trouvaient le moyen de pénétrer la nuit par dehors (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 246).
2. Loc. prép. En dehors de
a) À l'extérieur de :
10. Comme la cuisine se trouvait en dehors de la maison, dans un bâtiment annexé, et que Marguerite ne pouvait entendre la voix de son curé, il la prévenait de ses besoins par quelques coups donnés sur un gong chinois suspendu près du mur, derrière lui. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Champ d'oliviers, 1890, p. 88.
NAV. [En parlant d'un navire qui se trouve au-delà d'un point donné] Je ne fus en dehors de toutes les îles qu'à l'entrée de la nuit (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 40).
b) Au fig.
[L'espace considéré est une pers.] Elle acceptait que les siens fussent heureux en dehors d'elle (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1031).
[L'espace considéré est un inanimé abstr.] Le théâtre, étant en dehors de la littérature, n'est pas même mentionné (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 329).Tu as parlé en dehors de la question (Chardonne, Épithal.,1921, p. 211).
c) P. ext.
À l'exclusion, à l'exception de :
11. Le monde se bornait habituellement à M. Swann, qui, en dehors de quelques étrangers de passage, était à peu près la seule personne qui vînt chez nous à Combray, quelquefois pour dîner en voisin (...), quelquefois après le dîner, à l'improviste. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 13.
En plus, en sus de :
12. Je savais bien qu'en dehors des grosses planètes comme la terre, Jupiter, Mars, Vénus, auxquelles on a donné des noms, il y en a des centaines d'autres qui sont quelquefois si petites qu'on a beaucoup de mal à les apercevoir au téléscope. Saint-Exupéry, Le Petit Prince,1943, p. 420.
À l'insu, sans le consentement de. Cette décision, pensait Bernis, cette décision a été prise en dehors de nous (Saint-Exupéry, Courr. Sud,1928, p. 42).
Rem. 1. On rencontre ds la docum. l'emploi de la loc. prép. dehors de signifiant « hors de, sorti de »; cet usage ,,class.`` est attesté ds Lar. Lang. fr. Il y avait à peu près quinze mois que j'étais dehors de l'hôtel Bazancourt (Joigneaux, Prisons Paris, 1841, p. 26). Au fig. Telle est ma situation depuis six semaines. J'en suis à peu près dehors, mais non tout à fait cependant (Lamart., Corresp., 1831, p. 115). 2. Dehors et dedans sont souvent en relation l'un avec l'autre pour suggérer l'oppos. et le mouvement qui s'établit entre ces 2 contraires : de dedans en dehors « de l'intérieur vers l'extérieur ». Cette pression de dehors en dedans sur tout le crâne, que l'on éprouve quand on fait un grand effort pour se rappeler quelque chose (Bergson, Essai donn. imm., 1889, p. 33). Cf. aussi dedans.
II.− Interj. [P. ell. de verbe de mouvement tels que aller, partir, sortir] Ordre qui intime à quelqu'un de sortir avec accompagnement d'un geste :
13. Puis, soudain, il s'élança avec une rage de fou furieux, étreignit sa servante à la gorge et la jeta contre le mur. Il balbutiait : « Dehors!... Dehors!... Dehors!... Brute! » Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Petit, 1883, p. 391.
III.− Subst. masc.
A.− Emploi subst. proprement dit
1. La partie extérieure d'un objet :
14. Ils entrèrent tous dans une misérable cabane dont le dehors annonçoit une auberge, et là, Vernyct tint conseil avec Jeanneton et Milo; ... Balzac, Annette et le criminel,t. 4, 1824, p. 115.
La porte du dehors. Elle alla ouvrir la porte du dehors et elle tendit l'oreille dans la nuit (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Prisonniers, 1884, p. 283).
P. ext. L'espace extérieur (à un espace clos ou considéré comme tel). Nos élèves se confessent à des prêtres du dehors (Montherl., Ville dont prince,1951, I, 3, p. 864):
15. ... chambres d'hiver (...) où, par un temps glacial, le plaisir qu'on goûte de se sentir séparé du dehors (comme l'hirondelle de mer qui a son nid au fond d'un souterrain dans la chaleur de la terre) et où, le feu étant entretenu toute la nuit dans la cheminée, on dort dans un grand manteau d'air chaud et fumeux, traversé des lueurs des tisons qui se rallument, sorte d'impalpable alcôve, ... Proust, Du Côté de chez Swann,1913, p. 7.
Au fig. Il travaillait sa prose, non par le dehors à la façon d'un mosaïste qui incruste ses pierres, mais par le dedans à la manière d'une branche qui développe ses feuilles (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 129).
En partic.
a) Au plur., vx. Abords, alentours d'une maison, fortifications d'un château, d'une place forte. Nous sommes allés avec de fortes escortes du gouvernement de Jérusalem visiter les dehors de la ville, le mont des Oliviers, la vallée de Josaphat (Lamart., Corresp.,1832, p. 316).Une seule petite fenêtre par laquelle les soldats voyaient les dehors (Stendhal, Abbesse Castro,1839, p. 191):
16. Catinat devait se concerter avec M. de Quincy pour tout ce qui pourrait incommoder Mons, et pour empêcher qu'il n'y entrât rien; il dut démolir des moulins à eau qui étaient dans les dehors et qui servaient à alimenter la place de farines. Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 8, 1863-69, p. 399.
b) P. méton. Pays étrangers par rapport à l'intérieur du pays. La crainte des Guise était que les protestants de France n'eussent recours aux protestants du dehors (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 167).
2. La partie tangible, visible d'un individu (p. oppos. à sa vie intérieure). L'espèce de visage inouï (...) riait tout seul. Gwynplaine ne s'en mêlait pas. Le dehors ne dépendait pas du dedans (Hugo, Homme qui rit,t. 2, 1869, p. 59).
P. ext. Le monde extérieur à l'individu. J'ai l'horreur de tout ce qui veut du dehors me contraindre (Barrès, Cahiers,t. 11, 1914-18, p. 90).Quand le je est blessé du dehors, il a d'abord la révolte la plus extrême, la plus amère, comme un animal qui se débat (Weil, Pesanteur,1943, p. 38).
3. Au fig., gén. au plur. [Souvent déterminé par la prép. sous et qualifié par des adj. dépréciatifs] L'apparence, le paraître, les faux semblants.
a) [En parlant d'une chose] Ne point se laisser éblouir par de faux dehors, par le clinquant des vanités mondaines (Marat, Pamphlets,Dénonc. contre Necker, 1790, p. 76).Mais qui jamais a su, dans des vers séduisants, Sous des dehors plus vrais peindre l'esprit aux sens? (Chénier, Invention,1794, p. 17):
17. Cet intérieur d'abord, me produisit une impression d'avarice. J'ai appris depuis que ces dehors parcimonieux cachaient au fond une vie très dure. A. Daudet, Trente ans de Paris,1888, p. 226.
b) [En parlant d'une pers.] Elle lui semblait agitée et nerveuse sous des dehors muets (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 153).Sauver les dehors. Sauver les apparences. Qu'importe au monde un secret qu'il ignore! Les dehors sont sauvés (...) vous l'avez dit (Bayard, Ménage paris.,1844, IV, 3, p. 373):
18. Madame Lefèvre était une dame de campagne, une veuve, une de ces demi-paysannes à rubans et à chapeaux falbalas, de ces personnes qui parlent avec des cuirs, prennent en public des airs grandioses, et cachent une âme de brute prétentieuse sous des dehors comiques et chamarrés, comme elles dissimulent leurs grosses mains rouges sous des gants de soie écrue. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Pierrot, 1882, p. 347.
B.− Locutions
1. Au dehors, loc. adv. À l'extérieur. Tu fermeras la porte au dehors, Mathurin, et tu glisseras la clef d'sous l'auvent comme t'as fait l'aut'nuit (Maupassant, Contes et nouvelles,Ivrogne, 1884, p. 931).Mais au dehors, il faisait encore plus doux que la veille (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 17).
En partic.
a) [En parlant des manifestations visibles du tempérament, de l'humeur d'une pers.] Mais il montroit au dehors un caractère inflexible (Chateaubr., Génie,t. 1, 1803, p. 459).Cf. supra en dehors.
b) Au-delà des frontières d'un pays, d'une nation. « Avec les rois on a la guerre au dehors; avec la république on a la guerre au dedans » (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Deux amis, 1883, p. 191).
2. Au dehors de, loc. prép. À l'extérieur de. Autour de la ville, au dehors des remparts (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 560).
Prononc. et Orth. : [də ɔ:ʀ]. h aspiré ds Fér. 1768, Gattel 1841, Littré et Passy 1914 (cf. déhanché). Littré rejette la prononc. [dehɔ:ʀ] qu'on entend, d'apr. lui, souvent à Paris. Cf. aussi Mart. Comment prononce 1913, p. 170, pour lequel cette prononc. a, à peu près disparu. Cf. encore Nyrop Phonét. 1951, § 83, pour lequel il s'agit de parler négligé ou vulg. (cf. dé-, dés-). On ne fait pas la liaison entre dehors et un mot suiv. Cf. Fouché Prononc. 1959, p. 462. Cf. aussi Littré qui ajoute qu'on peut entendre au-dedans ˘et au-dehors (avec liaison). Admis ds Ac. 1694-1932. Ac. écrit au-dehors, par-dehors avec trait d'union. Littré les écrit tous deux sans trait d'union. Rob. écrit le 2esans et accepte les 2 façons d'écrire pour le 1er. Étymol. et Hist. A. 1. 2emoitié xes. defors adv. « à l'extérieur » (St Léger, éd. O. Linskill, 141); 2. ca 1100 prép. defors (Roland, éd. Bédier, 2247); xiies.-début xiiies. [ms] dehors [la citei] (Brut, ms Munich, 3307 ds Gdf. Compl.). B. Subst. 1. ca 1268 au defors (Claris et Laris, 1338 ds T.-L.); 2. xvies. au plur. les dehors « apparence extérieure » (Mém. sur Du Guesclin, ch. 15 ds Littré). Du b. lat. deforis adv. « de dehors, au dehors » (de de prép. et foris adv. « au dehors ») la forme dehors, par chute du f intervocalique et apparition d'un h, à l'orig. dans l'exclamation emphatique, puis généralisé. Fréq. abs. littér. : 10 638. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 12 014, b) 14 551; xxes. : a) 19 394, b) 15 528. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 264, 332. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 158, 187. − Le Scal (Y.). Lang. de la mar. à voile. Vie Lang. 1961, p. 189.

Wiktionnaire

Adverbe

dehors \də.ɔʁ\ invariable

  1. À l’extérieur.
    • Va jouer dehors.
  2. (En particulier) (Marine) En pleine mer, au large.
    • La mer est grosse dehors.
  3. (Sport) Hors des limites.

Nom commun

dehors \də.ɔʁ\ invariable

  1. Partie extérieure d’une chose.
    • Le jour était ensoleillé, de telle sorte qu’après cette lumière éclatante du dehors, sa chambre, au rez-de-chaussée, me paraissait tout à fait noire. — (Debagori-Mokrievitch, Souvenirs sur Bakounine, traduits par Marie Stromberg, La Revue blanche, 1895)
    • Fatigué du vacarme des réjouissances qui battaient leur plein au château, Sir Trystan Delanyea déambulait sur le chemin de ronde du rempart en humant à pleins poumons l'air frais du dehors. — (Margaret Moore, Le baiser du guerrier, traduit de l'anglais, éd. Harlequin, collection "Les Historiques", 2007, chap. 1)
    • Cette maison paraît belle par le dehors.
  2. (En particulier) (Au pluriel) Les avenues, avant-cour, parc, etc., qui dépendent d’un château, d’une maison.
  3. (Architecture) (Militaire) (Au pluriel) Les fortifications extérieures, les ouvrages détachés d’une place forte.
  4. (Par extension) Apparence.
    • C’est le troisième arrière-faix des impuretés du dix-huitième siècle, apparaissant en celui-ci sous les graves dehors d’une philosophie, d’une politique, d’une littérature, […] — (Hippolyte Castille, Le Prince de Talleyrand, 1857)
    • Comme homme, il manquait de dehors, d’où l’on a conclu qu’il était grossier. — (Eugène Fromentin, Les maîtres d’autrefois, Hollande, XVI ; Manz éditeur, Vienne, s. d., page 334)
    • […] le marquis d’Aiglemont finit par se persuader à lui-même qu’il était un des hommes les plus remarquables de la cour où, grâce à ses dehors, il sut plaire, […]. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Moi, qui n’ai rien que mon génie, et qui suis absolument dépourvu de dehors, comme ils disent ; absolument dépourvu de brillant, et sans conversation, et sans talent de société, et presque sans intelligence après tout ! — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, pages 180-181)
    • Le Chartrain est cupide, apathique et salace, répliqua l’abbé Plomb ; cupide surtout, car la passion du lucre est ici, sous des dehors inertes, féroce. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Kinkin, vers la quarantaine, était un gaillard de taille moyenne qui dissimulait sous des dehors chétifs et une allure pataude une force herculéenne et une agilité de singe. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  5. (Patinage) Déplacement en courbe sur le pied intérieur à celle-ci.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DEHORS. adv. de lieu
, qui se dit par opposition à Dedans et qui signifie Hors du lieu, hors de la chose dont il s'agit. Je le croyais dedans, il est dehors. Il est allé dehors. Je serai dehors toute la journée. Fig., Mettre quelqu'un dehors, Le chasser, lui donner son congé. Il a mis son domestique dehors. Il désigne particulièrement, en termes de Marine, la Pleine mer, le large, par opposition aux rades, aux ports, aux côtes. Ce bâtiment va mettre dehors, Va sortir du port, de la rade. La mer est grosse dehors. Toutes voiles dehors, Toutes les voiles étant déployées.

DE DEHORS, EN DEHORS, PAR-DEHORS, loc. adv. De l'extérieur, à l'extérieur, par l'extérieur. Venir de dehors. De dehors en dedans. On lui cria de dehors. La porte s'ouvre en dehors. Cela avance trop en dehors. Cette maison est belle par-dehors. Faire le tour par-dehors. Porter la pointe du pied en dehors, Marcher de manière qu'il y ait plus de distance entre les deux pointes des pieds qu'entre les talons. On dit de même Avoir, mettre la pointe des pieds en dehors, les pieds en dehors. Fig. et fam., Être en dehors, tout en dehors, Être d'une extrême franchise, ne cacher aucun de ses sentiments.

EN DEHORS DE, loc. prép. En dedans et en dehors de la ville. Tout ce qui est en dehors de cette ligne ne fait point partie de la France. Fig., Cela est en dehors de la question, Cela n'appartient pas, ne se rapporte pas à la question. Cela est en dehors des conventions, Cela n'avait pas été convenu.

DEHORS, se dit, comme nom masculin, de la Partie extérieure de quelque chose. Cette maison paraît belle par le dehors. Le mal n'est qu'au-dehors. Au-dedans et au-dehors. Les dehors d'un château, d'une maison, Les avenues, avant-cour, parc, etc., qui dépendent d'un château, d'une maison. Les dehors d'une place, Les fortifications extérieures, les ouvrages détachés de la place. En termes de Manège, La jambe du dehors, la rêne du dehors, etc., La jambe, la rêne, etc., qui sont du côté du mur; par opposition à la jambe, à la rêne, etc., qui sont du côté de l'intérieur du manège. En termes de Patinage, Faire un dehors, Un mouvement extérieur semi-circulaire à droite ou à gauche. Il se dit figurément, au pluriel, pour Apparences. Sauver les dehors. Il cache une vilaine âme sous de beaux dehors. Ce sont des dehors trompeurs.

Littré (1872-1877)

DEHORS (de-hor, et non pas dé-hors comme on dit souvent à Paris ; l's ne se lie pas : de-hor et dedans ; cependant quelques-uns la lient : de-hor-z et dedans) adv. de lieu
  • 1Hors d'un lieu. Je serai dehors toute la journée. Mettre un domestique dehors. Mes gens vous aideront, et je les ai pris forts, Pour vous faire servir à tout mettre dehors, Molière, Tart. V, 5. L'honneur est comme une île escarpée et sans bords : On n'y peut plus rentrer dès qu'on en est dehors, Boileau, Sat. X.

    Mettre une personne dehors, la renvoyer d'un emploi, d'un service. Et n'as-tu pas le plaisir de te venger d'un homme qui t'a mis dehors, sans sujet ? Brueys, Grondeur, III, 1.

    Terme de commerce. Mettre un billet dehors, le mettre en circulation, en le passant à l'ordre de quelqu'un.

    Fig. et familièrement. Ne pas savoir si l'on est dehors ou dedans, ne pas savoir où l'on en est.

    Il n'est ni dehors ni dedans, se dit d'un homme qui a une affaire dont l'issue est encore incertaine, et aussi d'un homme dont on ne sait quelle est l'opinion.

    Cet homme est de dehors, il est étranger, il n'est pas natif du lieu.

    Terme de marine. Ce bâtiment va mettre dehors, il va gagner le large. Toutes voiles dehors, toutes voiles déployées. Jeter un objet dehors, le jeter par-dessus le bord. De dehors en dehors, se dit des dimensions d'un bâtiment quand elles sont prises de l'extérieur de la muraille, par opposition à de dedans en dedans qui se dit des dimensions prises à l'intérieur de la muraille.

  • 2Dehors, s. m. La partie extérieure d'une chose. Je vais disposer ma cohorte à garder cependant le dehors de la porte, Corneille, Théod. V, 2.

    Absolument. Le dehors, l'extérieur. Il est temps de faire voir que tout ce qui est mortel, quoi qu'on ajoute par le dehors pour le faire paraître grand, est, par son fond, incapable d'élévation, Bossuet, Duch. d'Orl.

    L'extérieur, en parlant d'une famille. Il ne s'agit point, dans ma tragédie, des affaires du dehors ; Néron est dans son particulier et dans sa famille, Racine, Brit. 1re préface.

    Les pays étrangers. Ce qui était à craindre alors, c'était non le dedans, mais le dehors.

  • 3 Terme de manége. La jambe du dehors, la rêne du dehors, la jambe, la rêne qui sont du côté du mur, par opposition à la jambe, à la rêne qui sont du côté de l'intérieur du manége.
  • 4Les dehors d'une maison, ce qui est en dehors, les communs, les jardins, etc. C'est une fort belle maison, un peu trop grande pour le train que j'y destine ; elle a de fort beaux dehors, Maintenon, Lett. à Mme de Coulanges, 5 fév. 1675.

    Terme militaire. Les dehors d'une place ou, simplement, les dehors, les fortifications extérieures et avancées. Il faut d'abord s'emparer des dehors. Tous ces dehors, ajoutés au fort, mettront un commandant actif et expérimenté en état de soutenir, avec deux mille hommes, un siége de deux mois, Raynal, Hist. phil. XIII, p. 32.

  • 5Le dehors, l'apparence extérieure de la personne, opposé au dedans ou intérieur de l'âme. Et quoique le dehors soit sans émotion, Le dedans n'est que trouble et que sédition, Corneille, Poly. II, 2. La tonsure et l'habit sont bien quelque dehors, Mais ne présume pas que les gênes du corps Fassent l'âme religieuse, Corneille, Imit. I, 17. C'était moins en lui une parure acquise et étrangère, que les dehors naturels d'une âme tendre, généreuse et compatissante, Mairan, Éloges, Card. de Fleury. Souvent ces dehors froids cachent des cœurs sensibles, Collin D'Harleville, Optimiste, II, 10.

    Fig. Apparence. Ces austères dehors qui parent une vie, Ces supplices du corps où l'âme est endurcie, Corneille, Imit. I, 11. Les juges, dit le père, qui ne pénètrent pas dans les consciences, ne jugent que par le dehors de l'action, Pascal, Prov. 7. À quoi bon, disent-ils, cette mine modeste Et ce sage dehors que dément tout le reste ? Molière, Mis. III, 5. C'est une vengeance que vous déguisez sous un faux dehors de justice, Bourdaloue, Jugem. dernier, 1er Avent. Je soupçonne qu'avec tous ces beaux dehors la pauvre femme n'est pas heureuse, Sévigné, 470. Et sous l'humble dehors d'un respect affecté Il cache le venin de sa malignité, Boileau, Sat. VII. Soit qu'un dehors heureux Me cachât de son cœur les replis dangereux, Voltaire, Fanat. III, 1.

    Dans ce sens il s'emploie fréquemment au pluriel. Il veut que ses dehors [de la vertu] gardent un même cours, Corneille, Hor. V, 2. De cet aveuglement les soins mystérieux Empruntaient les dehors d'un tyran furieux, Corneille, Perthar. V, 5. La politesse assortit et conforme les dehors aux conditions, La Bruyère, XII. Des dehors contents, paisibles et enjoués, nous trompent et nous y [dans l'intérieur les familles] font supposer une paix qui n'y est point, La Bruyère, V. Qui affecte des dehors pâles et défigures, Massillon, Car. Jeûne. Par des dehors plus doux vous devez l'attendrir, Voltaire, Alz. IV, 1. De Boissy est auteur d'une comédie intitulée l'Homme du jour ou les dehors trompeurs.

    Garder les dehors, sauver les apparences extérieures, présenter une apparence convenable. La fidélité de votre état consiste à garder les dehors, Bossuet, Lett. Corn. 139. On gardera un certain dehors, Bossuet, Char. frat. Ils n'y vont que par nécessité, que par respect humain, que pour garder quelques dehors, Bourdaloue, Dim. oct. du St-Sacrement, Dominic.

    N'avoir pas de dehors, avoir un extérieur qui promet peu. Celui-ci a un bon fonds et n'a point de dehors, La Bruyère, IX.

  • 6Au dehors, loc. adv. À l'extérieur ; il s'oppose à au dedans. Il donna au pays de la gloire au dehors. Si bien que l'âme étant séparée de Dieu, que son fond réclame sans cesse, tourmentée par son indigence, le chagrin la dévore, l'ennui la tue ; il faut qu'elle cherche des amusements au dehors, Bossuet, la Vallière. La maison du seigneur, seule un peu plus ornée, Se présente au dehors de murs environnée, Boileau, Épît. VI. Mes fureurs au dehors ont osé se répandre, Racine, Phèd. III, 1. Tout le monde savait que la colonie, sans défense au dedans et au dehors, était hors d'état de faire la moindre résistance, Raynal, Hist. phil. X, 16.

    Fig. Au dehors, dans l'apparence extérieure. Nous la falsifions au dehors par des hypocrisies affectées, Bourdaloue, Sermon, 24e dim. après la Pentec. Domin. Au dehors cependant ils vivaient en amis, et se donnaient des repas l'un à l'autre, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. VII, p. 279, dans POUGENS.

    Au dehors de, loc. prép. Les avantages qui sont au dehors de nous.

  • 7De dehors, loc. adv. De l'extérieur. Il vient de dehors.
  • 8En dehors, loc. adv. La porte s'ouvre en dehors. Marcher les pieds en dehors, marcher les talons rapprochés et les pointes éloignées l'une de l'autre.

    Fig. Être en dehors, tout en dehors, être très franc, très ouvert. Le comte Raimond mettait en dehors toute son âme, Staël, Corinne, XII, 1.

    Terme de danse. On dit qu'un danseur est en dehors, quand ses hanches sont ouvertes et ses pieds tournés en dehors.

    Terme de marine. On dit qu'un navire est en dehors, quand il est plus en pleine mer qu'un cap avoisinant.

    En dehors de, locut. prép. Il s'oppose à en dedans. Il demeure en dehors de la ville. Il a des intelligences en dedans et en dehors de la ville.

    Fig. Cela est en dehors des conventions.

  • 9Par dehors, loc. adv. Par l'extérieur. Faire le tour par dehors.

    Par dehors, loc. prép. Il passa par dehors la ville.

HISTORIQUE

XIe s. Defors son cors [il] veit [voit] gesir la buele, Ch. de Rol. CLXIV.

XIIe s. De fors la cité, Ronc. p. 201.

XIIIe s. Einsi fu li assaus devisés que les trois batailles des sept devoient l'ost garder par defors, et les autres quatre devoient aler à l'assaut, Villehardouin, LXXVI. [Les miroirs] font les neïs [même] dehors paroir Tout vis, soit par aigue [eau], ou par air, la Rose, 18383. Quant j'oi ung poi avant alé, Si vi ung vergier grant et lé, Tot clos d'ung haut mur bataillé, Portrait defors et entaillé à maintes riches escritures, ib. 139. Et le plus lait dehors [ils] demonstrent à trestous ceus qui les encontrent, ib. 8141. Il nous donnerent oefs durs cuis de quatre jours ou de cinq ; et pour honneur de nous en les avoit fait peindre par dehors de diverses couleurs, Joinville, 249. Et se li bourgois de Paris amene le vin de dehors, et le vent à Paris, il ne doit point de chantelage, Liv. des mét. 306.

XIVe s. Au dehors de Nimaye, sus une verte plaingne, Baud. de Seb. VII, 180.

XVe s. Et toutes ses gens passerent en dehors, Froissart, I, I, 81. Et ne laissa rien à la femme du dict Craon qui estoit dedans, sinon de très pauvres habillemens, et la meit dehors pour s'en aller où bon luy sembleroit, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1392.

XVIe s. La lumiere sembloyt dedans naistre, non dehors venir, Rabelais, Pant. V. 43. Commande doncq aux gentilles Naïades Sortir dehors leurs beaux palais humides, Du Bellay, J. II, 8, verso. Il n'y avoit ny enflure ny alteration par le dehors, Montaigne, I, 100. Conceptions informes qu'ils ne peuvent produire au dehors, Montaigne, I, 188. La raison contreroolle tout ce qui est au dehors et au dedans de la voulte celeste, Montaigne, II, 287. Il luy monstra premier le dedans, et puis après le dehors de la main, et le menaça que la ville seroit ainsi renversée sans dessus dessoubs, Amyot, Timol. 15. Socrates sembloit de prime face homme ignorant et grossier à ceulx qui n'en cognoissoient que le dehors, Amyot, Caton, 14. Là les assiegeans se retrancherent, les autres s'en retournans firent deux dehors : le capitaine Jauri basque se retrencha à un moulin à vent, à quelque 140 pas de la contr'escarpe ; quelques autres firent une ridotte au devant de la porte pour aider à ceux du moulin, D'Aubigné, Hist. II, 296. Encores qu'ils eussent à faire à 250 gentils-hommes, qui travailloient par barricades à mettre la citadelle dehors…, D'Aubigné, ib. III, 32. Bouvilars aiant deffendu ses faux-bourgs et ses dehors quelque temps, la ville fut forcée d'un coup de petard, D'Aubigné, ib. III, 303. Ce prince inhumain garda tous les beaux dehors dont il put s'aviser, Mém. sur du Guesclin. ch. 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DEHORS. Ajoutez : - REM. Racine l'a employé comme préposition : Je voyais et dehors et dedans nos murailles, Racine, Théb. II, 1. Cela n'est plus usité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DEHORS, s. m. pl. en termes de Fortifications, se dit de toutes les pieces détachées & de tous les travaux avancés, qui servent de défense au corps de la place du côté de la campagne. Voyez Ouvrage & Fortification.

Les dehors, qu’on appelle aussi ouvrages avancés ou détachés, servent non-seulement à couvrir la place, mais aussi à en tenir l’ennemi éloigné, & à l’empêcher de prendre avantage des cavités & élévations qui se trouvent ordinairement vers la contrescarpe, dont il pourroit profiter pour se retrancher & pointer ses batteries contre la place ; tels sont les demi-lunes, les ouvrages à corne & à couronne. Voyez chacun de ces mots à son rang.

Les plus ordinaires sont les demi-lunes, placées sur l’angle flanquant de la contrescarpe & devant la courtine pour couvrir les portes & les ponts. Voyez Ravelin & Demi-lune, Tenaillon, Contregarde, &c. Chambers.

La position & la figure de tous les dehors est établie sur les mêmes principes que ceux qui ont donné lieu à la figure de l’enceinte du corps de la place.

Il ne doit y avoir aucune de leurs parties qui ne soit flanquée, soit du corps de la place ou de quelques autres parties des dehors voisins ou de l’ouvrage même. Ils doivent être construits ou placés de maniere que l’ennemi ne puisse pas, après s’en être emparé, s’en servir avantageusement pour se couvrir & battre plus aisément les autres ouvrages qui en sont proches. Le rempart de la place doit être plus élevé que celui des dehors. Lorsqu’il y en a plusieurs les uns devant les autres, celui qui est le plus près de la place, doit avoir son rempart plus bas que celui de la ville de trois piés. Le dehors qui est immédiatement avant celui-ci, doit aussi avoir son rempart plus bas de trois piés ; & ainsi de suite ; ensorte que s’il y a trois dehors les uns devant les autres, & que le rempart de la place ait dix-huit piés de hauteur, celui du premier dehors n’en aura que quinze, celui du second douze, & celui du troisieme neuf. Ainsi les dehors les plus près de la place commandent ceux qui en sont plus éloignés, & la place commande généralement à tous les dehors.

Chaque dehors a toûjours un rempart, un parapet, & un fossé. Le rempart des dehors est ordinairement de trois ou quatre toises. Pour le parapet, il est dans les dehors de la même épaisseur qu’au corps de la place. Les fossés des dehors ont dix ou douze toises de largeur ; ils sont arrondis vis-à-vis les angles flanqués ou saillans.

Lorsqu’on construit un plan auquel on veut ajoûter des dehors, l’enceinte de la place étant tracée au crayon avec son fossé, il ne faut point y marquer le chemin couvert, mais construire les dehors auparavant, & y ajoûter le chemin couvert ensuite, qui est comme l’enveloppe de toutes les fortifications.

Au reste, quoique les dehors ayent plusieurs utilités, leur grand nombre dans une place peut être sujet à plusieurs inconvéniens : il faut des armées pour les défendre pié à pié, & faire payer cherement leur prise à l’ennemi ; autrement il s’en empare sans obstacles, ou du moins leur défense ne peut être soûtenue autant qu’elle pourroit l’être. Il suit de-là qu’on doit les proportionner à l’importance des places, aux garnisons qu’elles peuvent avoir, & aux munitions dont on croit pouvoir les approvisionner. (Q)

Dehors, mettre un vaisseau dehors, (Marine.) c’est le faire sortir du port lorsqu’il est équipé & en état de faire le voyage pour lequel il est destiné.

Lorsqu’un navire est affreté du consentement des propriétaires, & que pour le mettre dehors ils refusent de donner leur contingent pour les frais nécessaires ; alors le maître peut emprunter à grosse aventure pour le compte & sur la part de ceux qui font refus de donner les sommes auxquelles ils sont engagés pour cet armement, & ce, vingt-quatre heures après leur en avoir fait la demande & la sommation par écrit. (Z)

Dehors, terme de Manege, c’est le côté opposé à celui sur lequel le cheval tourne ; si le cheval tourne à droite, toutes les parties gauches du cheval & du cavalier, comme les hanches, la main, l’épaule, &c. sont les parties de dehors ; enfin c’est l’opposé de dedans. Voyez Dedans, Muraille. Le quartier de dehors du pié, voyez Quartier. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dehors »

De l’adverbe latin deforis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De, et hors ou fors ; Berry, diors ; bourguig. defeu, defeur ; provenç. defors ; catal. defora ; espagn. defuera. Palsgrave, p. 19, observe que l'h y est aspirée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dehors »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dehors dœɔr

Évolution historique de l’usage du mot « dehors »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dehors »

  • Chose inouïe, c'est au-dedans de soi qu'il faut regarder le dehors. De Victor Hugo
  • La vérité est en nous, elle ne vient point du dehors. De Robert Browning / Paracelse
  • Le méchant est comme le sac du charbonnier, noir au dehors, plus noir au-dedans. De Proverbe espagnol
  • Le travail donne de la gaieté au-dehors et de la sécurité au dedans. De Félix Dupanloup
  • En dehors de l'amour, un homme ne vit pas : il s'agite. De Maurice Toesca
  • Nous portons en nous des merveilles que nous cherchons en dehors de nous. De Thomas Browne
  • Mieux vaut tenir le diable dehors que de le mettre à la porte. De Proverbe anglais
  • Si vous fermez la porte à toutes les erreurs, la vérité restera dehors. De Rabindranàth Tagore
  • Tels les dehors, tel le dedans. De Guido Gezelle
  • Il vaut mieux orner le dedans que le dehors. De Proverbe oriental
  • La vraie poésie est en dehors des lois. De Georges Bataille / L'abbé C.
  • Les pensées qui blessent viennent du dehors, du passé. De Guylème Saucier / Sarabande
  • Mais en dehors du théâtre, est-il une vie ? De Gaston Baty / Petit Dictionnaire du théâtre
  • S’applaudir, c’est se rappeler qu’on existe en dehors du moule, en dehors d’un collectif en putréfaction. De Gary Victor / Je sais quand Dieu vient de promener dans mon jardin
  • Mieux vaut tenir le Diable dehors que le mettre à la porte. De Proverbe écossais
  • Billie Jean King affirme que l’avenir du tennis féminin est « dynamité » sur et en dehors du court grâce à de jeunes stars comme Coco Gauff et Naomi Osaka. Elle fait notamment référence aux actions des deux jeunes joueuses, qui ont toutes deux protesté et se sont exprimées sur le racisme après la mort de George Floyd. « Je les connais un peu et ce sont des filles étonnantes. Coco a de telles possibilités de leadership qu’elle s’exprime déjà sur Black Lives Matters, ce qui nous oblige à aller de l’avant en matière d’égalité et d’inclusion. Elle s’exprime si bien qu’elle aurait pu avoir 40 ou 50 ans en parlant comme ça. Et Osaka s’exprime beaucoup aussi. Elles sont le futur du tennis sur et en dehors du court. » We Love Tennis, Actu, WTA > Billie Jean King : « Le futur sur et en dehors du court, c’est Naomi Osaka et Coco Gauff » - We Love Tennis
  • David Gallienne (Top Chef 2020) : "Il m'a mis dehors", cette effroyable confidence sur son homosexualité ! Public.fr, David Gallienne (Top Chef 2020) : "Il m'a mis dehors", cette effroyable confidence sur son homosexualité !

Images d'illustration du mot « dehors »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dehors »

Langue Traduction
Anglais outside
Espagnol fuera de
Italien al di fuori
Allemand draußen
Chinois
Arabe في الخارج
Portugais lado de fora
Russe вне
Japonais 外側
Basque kanpo
Corse fora
Source : Google Translate API

Synonymes de « dehors »

Source : synonymes de dehors sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dehors »

Partager