La langue française

Croupe

Définitions du mot « croupe »

Trésor de la Langue Française informatisé

CROUPE, subst. fém.

A.− [Dans le monde animé]
1. Partie du corps de certains mammifères (particulièrement les Équidés), qui va des hanches à la base de la queue. Croupe luisante; croupe d'une cavale, d'un poney, d'un lama; flatter la croupe d'un cheval. Il me mit à califourchon derrière lui, sur la croupe de sa jument Isabelle (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 75).Les uns [des animaux] étaient assis sur leur croupe (Flaub., Trois contes,St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 116).Les mouches s'acharnèrent à leurs croupes [des chevaux] (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 274):
1. Sous le chatouillement du fouet à la croupe, la petite jument rousse, déjà en jeu, se cabra : effarouchée, la queue haute, elle prit la fine épouvante. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 273.
P. métaph. La croupe anguleuse de ce pont à la vénitienne (Balzac, Paysans,1844, p. 146).Les vagues frémissaient de l'avoir [le vaisseau] sur leurs croupes (Hugo, Légende,t. 2, 1859, p. 804).
SYNT. Croupe lustrée, pommelée; croupe d'un destrier, d'un mulet, d'un lion, d'une panthère; chèvre à croupe d'âne; claque sur la croupe; frapper la croupe, poser sa main sur la croupe.
Croupe avalée. ,,Celle qui tombe trop tôt`` (Bouillet 1859). Croupe tranchante ,,Celle d'un cheval qui a les cuisses par trop aplaties`` (Bouillet 1859).
ÉQUIT. Porter la croupe au mur. Faire marcher un cheval obliquement, l'arrière-train vers le mur du manège (cf. croupade ex.)
En croupe. Sur la croupe d'une monture, derrière le cavalier. Être, monter, sauter en croupe (derrière qqn, sur une monture), emporter qqn en croupe. Il monte sur le Grand-Blanc, prend sa sœur en croupe (Pourrat, Gaspard,1930, p. 102).Il a fait sa promenade en croupe, sur un cheval de guerre (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 936).
P. métaph. Celui dont vous me parlez n'a que l'idée de monter en croupe derrière chaque événement (Balzac, Z. Marcas,1840, p. 425).La parodie en croupe du désespoir (Hugo, Homme qui rit,t. 3, 1869, p. 165).
Rem. 1. On rencontre des attest. d'emploi de croupe à propos d'animaux imaginaires (croupe de chimère, de sphinx) et d'animaux autres que les mammifères. Croupe de poisson (Flaub., Tentation, 1856, p. 634). La croupe d'un crocodile (Taine, Voy. Ital., t. 1, p. 376). 2. Ac. 1798-1932 et la plupart des dict. gén. attestent l'adj. croupé, ée. Dont la croupe est conformée (de telle ou telle manière). Cheval bien croupé. Jument mal croupée (Ac. 1932).
2. P. anal., fam. [Spéc. en parlant d'une femme] Partie du corps humain comprenant les lombes et les fesses. Belle, forte, grosse croupe; torsion de la croupe; tendre la croupe. Synon. cul, derrière.Son large pantalon de soie ponceau, collant sur la croupe (Flaub., Éduc. sentim.,t. 1, 1869, p. 148).Elle avait une robe toute noire dans laquelle se dessinait fort bien sa croupe onduleuse avec la hanche noire (Jouve, Scène capit.,1935, p. 195):
2. Quelle aurore sur ces croupes Qui commencent de frémir! Déjà s'étirent par groupes Telles qui semblaient dormir : L'une brille, l'autre bâille; Valéry, Charmes,Aurore, 1922, p. 111.
3. Daniel considérait avec dégoût sa croupe dodue [du jeune homme], ses grosses joues paysannes mais grises, qu'un peu de barbe salissait déjà. De la chair de femme, pense-t-il. Sartre, L'Âge de raison,1945, p. 134.
SYNT. Jolie croupe; croupe accusée, arrondie, charnue, énorme, lourde, maigre, proéminente, rebondie, saillante, bondissante; dandinements, sauts, soulèvements de croupe; se tortiller de la croupe.
Avoir de la croupe. Une forte croupe. Je la soupçonne de manquer un peu de croupe (A. France, Mannequin osier,1897, p. 205).
B.− [P. anal. d'aspect; dans le monde inanimé]
1. Partie supérieure, arrondie, d'une élévation de terrain. Croupe allongée, boisée, crayeuse; croupe d'une montagne. Le Vésuve perdant sa croupe dorée dans des nuages de fumée (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 339).La croupe sud-est de Haumont (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 206).Les modestes croupes glaciaires du nord et du sud se rapprochent pour former une sorte de défilé où coule la Sprée (Brunhes, Géogr. hum.,1942, p. 227):
4. Au quitter de Masyaf, on gravit une petite croupe, on longe un ravin, on le traverse et on se trouve encore en présence d'une croupe dont on doit prendre la droite. Barrès, Mes cahiers,t. 11, 1914-18, p. 6.
SYNT. Croupe arrondie, haute, molle, monotone, ronde; croupe gazonnée, herbue, neigeuse, verdoyante, granitique; croupe d'une colline, des coteaux, des dunes, des monts; croupe de gazon; croupe de craie, de gneiss, de roches, de schistes; extrémité, faîte, sommet d'une croupe.
Rem. Il arrive qu'un écrivain fasse réapparaître, sous le sens anal., un emploi métaph. du mot pris au sens A 1. Une rangée de maisons assises sur la croupe de la colline (Balzac, Curé vill., 1839, p. 87).
2. ARCHITECTURE
a) ,,Partie supérieure et arrondie du chevet d'une église`` (Vogüé-Neufville 1971). Une lucarne donnant sur la croupe de l'église (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 291).
b) ,,À l'extrémité d'un comble à deux versants, comble triangulaire dont la base repose sur un mur latéral, les côtés étant les arêtiers qui lui sont communs avec les versants principaux`` (Vogüé-Neufville 1971). J'ai refait deux fois une « croupe » et la troisième, j'ai dû employer l'ardoise (La Varende, Normandie en fl.,1950, p. 135).
Prononc. et Orth. : [kʀup]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. croup. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 crupe « partie postérieure de certains animaux » (Roland, éd. J. Bédier, 1492); 2. a) sens érotique 1119-1200 (Renart, éd. Martin, VII, 371 : Si ai [Renars] la crope trop legiere); fin xiiies. [date du ms.] (Aloul, éd. Montaiglon et Raynaud, I, 257, 63 : Volontiers fiert de la crupe); b) p. iron., en parlant d'une femme 1690 (Fur.); 3. 1374 charpent. (Arch. MM 29, vol. 117 vods Gdf.); 4. 2emoitié xives. croupes de montagnes (Froissart, I, I, 41 ds Littré). De l'a. b. francique *kruppa (que l'on peut déduire de l'a. b. all. kropf, m. néerl. crop, anglo-saxon cropp, a. nord. kroppr « jabot, panse, bosse », Kluge 1967, s.v. kropf), les correspondants romans (REW3, no4787) étant empruntés au fr., v. aussi groupe. Fréq. abs. littér. : 742. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 101, b) 1 325; xxes. : a) 1 074, b) 859. Bbg. Archit. 1972, p. 114. − Brüch 1913, p. 37. − Gottsch. Redens. 1930, p. 307. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 405. − Lammens 1890, p. 92. − Wind 1928, p. 39.

Croupe, subst. fém.,arg. L'activité de croupier (v. ce mot A 1). [Les croupiers] vous filoutent un louis ou deux (...) Ce truc est très en vogue dans le monde de la « croupe » (Hogier-Grison, Hommes proie,Monde où l'on triche, 1resérie, 1886, p. 122). [kʀup]. 1reattest. 1768 « part donnée à quelqu'un dans les bénéfices d'une ferme, d'une entreprise » (doc. ds Brunot t. 6, p. 487, note 2); dér. régr. de croupier « associé secret dans une ferme ».

Wiktionnaire

Nom commun

croupe \kʁup\ féminin

  1. (Anatomie) La partie arrière du corps de quadrupèdes tel le cheval, après les reins (région lombaire) et les hanches, et avant la queue, et qui correspond aux fesses chez l’homme.
    • Elle se replaça dans le coin de la calèche, et ses yeux se fixèrent sur la croupe des chevaux sans trahir aucune espèce de sentiment. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Cheval chatouilleux sur la croupe.
    • Ce cheval a la croupe de mulet.
    • Il a la croupe pointue, aigüe.
    • L’arrivée fut accueillie par deux croupes présentées, attendant une saillie en règle.
  2. (Géographie) Sommet ou colline de forme arrondie et un peu allongée. Haut d'une montagne qui se prolonge et qui n’est pas à pic.
    • La vallée de la Lanterne […] occupe […] une longue dépression creusée à travers les formations triasiques et liasiques dont les bandes circulaires plus ou moins sinueuses contournent la croupe méridionale des Vosges. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 1)
  3. (Architecture) Partie arrondie du comble qui surmonte le chevet d’une église, qui forme le prolongement d’un mur de pignon et qui se rattache aux deux égouts du toit par des arêtiers.
  4. Fesses charnues.
    • La même posture ne convient pas à toutes. Que celle qui brille par les attraits du visage, s’étende sur le dos ; que celle qui s’enorgueillit de sa croupe élégante, en offre à nos yeux toutes les richesses. — (Ovide, L’Art d’aimer)
    • Ses doigts, qui avaient étalé sur les joues un nuage léger de poudre rouge, marquèrent à la hauteur des flancs les trois plis profonds de la taille, et dans la croupe arrondie deux fossettes parfois mouvantes. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Il imaginait Alexis coulant dans l’oreille de son cousin Antoine des suggestions ignobles, sa nièce Juliette dépouillant Frédéric de sa virginité (avec ce mouvement balancé qu’elle avait de la croupe quand elle portait un seau d’eau ; il se représentait la chose et séchait d’une colère rentrée contre Juliette, contre son fils, et contre Honoré : est-ce que les parents devraient tolérer des croupes pareilles à leur fille ?) — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 174.)
    • Il s’assit derrière elles et leur palpa la croupe autoritairement.
    • Se dessina au fil de son imagination une galerie de fesses à la blancheur douteuse, de trous de balle hémorroïdaires, de derches de fiotes, de popotins pratiques, de croupes rétives, de derrières voluptueux, de raies au parfum de crevettes avariées. — (Pascal Gonthier, En courant vers le Minotaure, Éditions Publibook, 2009, page 25)
  5. (Drôme) Pissenlit.
    • Mme F. définit ainsi ces acharnés qui se réunissaient pour manger la salade de « croupes » et la morue : c’était le mercredi des Cendres. — (Revue drômoise, volumes 80-82, page 267, 1976)

Forme de verbe

croupe \kʁup\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de crouper.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de crouper.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de crouper.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de crouper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de crouper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CROUPE. n. f.
Partie de derrière qui comprend les hanches et le haut des fesses de certains animaux, principalement des bêtes de selle, de charge. Ce cheval n'a point de croupe, n'a guère de croupe. Cheval chatouilleux sur la croupe. Ce cheval a la croupe de mulet, Il a la croupe pointue, aiguë. En croupe, À cheval derrière un cavalier déjà monté sur le dos de l'animal. Porter en croupe. Monter en croupe. Il signifie aussi Haut d'une montagne qui se prolonge et qui n'est pas à pic. Le château est situé sur la croupe de la colline. Il désigne, en termes d'Architecture, la Partie arrondie du comble qui surmonte le chevet d'une église. Il se dit également d'une Partie de comble qui forme le prolongement d'un mur de pignon et qui se rattache aux deux égouts du toit par des arêtiers.

Littré (1872-1877)

CROUPE (krou-p') s. f.
  • 1Partie du cheval et de quelques autres animaux qui s'étend depuis la région lombaire jusqu'à l'origine de la queue. Ce cheval a une belle croupe, n'a guère de croupe. Une croupe, en largeur à nulle autre pareille, Molière, Fâch. II, 7. Sa croupe se recourbe en replis tortueux, Racine, Phèd. V, 6.

    Croupe avalée, celle qui tombe trop tôt et qui fait que l'origine de la queue est mal placée. Croupe de mulet, croupe pointue, aiguë. Croupe double, croupe formée par des muscles très développés, et présentant dans son milieu un sillon longitudinal.

    Porter la croupe au mur, faire aller un cheval de côté, la croupe tournée vers la muraille ou la barrière, et la tête et les épaules vers le centre du manége.

    Gagner la croupe du cheval de son ennemi, l'approcher par derrière.

    Monter en croupe, monter à cheval derrière la personne qui est en selle. Je suis tout seul à pied ; lui de m'offrir la croupe, Régnier, Sat. VIII. La dame en croupe et le galant en selle, Sévigné, 432. La princesse en croupe se met, La Fontaine, Fiancée. Porter en croupe belles damoiselles, Hamilton, Gramm. 4. L'homme… mit son fils en croupe, La Fontaine, Fabl. III, 1.

    Prendre quelqu'un en croupe, le mettre derrière soi à cheval.

    Fig. Un double ennui Allait en croupe à la chasse avec lui, La Fontaine, Fauc. Le chagrin monte en croupe et galope avec lui, Boileau, Ép. V. Moitié figue, moitié raisin, avec la fraude en croupe, elle [Mme de Chevreuse] arracha le tabouret pour la princesse Guéméné, Saint-Simon, 57, 217.

  • 2 Terme de chasse qui se dit quelquefois pour cimier.
  • 3Partie renflée d'une montagne. Nous franchîmes une des croupes du mont Sardène [près de Smyrne], Chateaubriand, Itin. II, 33. Ils s'étaient saisis de la croupe du mont, Vaugelas, Q. C. liv. III, chap. 4. Lorsque ses anciens vainqueurs se réunissent pour l'attaquer dans cette position heureuse, il lâche un grand nombre de bœufs sur la croupe de ses montagnes, Raynal, Hist. phil. IV, 4. Sur la croupe du mont ses mains allaient chercher L'eau qui tombait des cieux dans le creux du rocher, Delille, Trois règnes, V.
  • 4 Terme d'architecture. Partie arrondie du comble qui surmonte le chevet d'une église.

    Demi-croupe, la partie du toit formant le retour d'un comble en appentis.

  • 5Intérêt qu'on donne à quelqu'un dans les profits d'une place ou d'une entreprise financière ; expression figurée dans laquelle on compare cet intérêt à la place secondaire qu'occupe sur un cheval l'homme mis en croupe.

HISTORIQUE

XIe s. Courte la cuisse et la crupe bien large, Ch. de Rol. CXIII.

XIIe s. Parmi les cropes des destriers arabis, Ronc. p. 72. El destrier monte à la crupe estelée ; à son col pent une targe roée, Raoul de C. 71.

XIIIe s. Li roncis [le cheval] est magres et las, Crupe ot ague et les flans bas, Partonop. V. 777. Lors vindrent avant les sis batailles des barons de France qui estoient armées, et lor sergent et lor escuier à pié derriere, seur les cropes de leur chevaus, Villehardouin, LXXXI. Et se ferirent sous les blasons si roidement, que il rompirent poitraus et chaingles et se porterent à terre par dessus les crupes des chevaus, Chr. de Rains, p. 65. À destre main [elle] batoit sa coupe… Douche suer, mais batés la crupe Ki vous fait faire les pechiés, Lai d'Ignaur. Garnement de ventres, de braieus, de croupes, de gorges ou d'escroies, Liv. des mét. 326. Et Renart prist la qeue as denz, Et li renverse sor la crope, Ren. 595.

XVe s. Et si avoient les Escots leurs deux premieres batailles establies sur les deux croupes de montagnes, Froissart, I, I, 41.

XVIe s. Il apperceut un valet portant en croupe une malle rouge, D'Aubigné, Vie, XII. Il le mit en croupe derriere lui, D'Aubigné, ib. XI. Prenant sur une crouppe de montagne place de bataille, D'Aubigné, Hist. I, 273. Ceux-là donnerent en crouppe et en flanc, si bien que les Roiaux quitterent le pied, D'Aubigné, ib. 348. Granderis avec huict chevaux et autant d'arquebusiers en crouppe alla enlever un logis, D'Aubigné, ib. II, 43. Le roi de Navarre aiant mis les passions huguenottes en crouppe, D'Aubigné, ib. 43. Le roi y sejourna quelques jours, pour donner ordre à plusieurs affaires que ses diligences avoient laissés en croupe, D'Aubigné, ib. III, 226. Afin que vous ne vous amusiez pas à la beauté de son poil ou largeur de sa croupe, Montaigne, I, 324. Ils eussent fait leurs affaires sans se mesler de celles d'autruy, ains les laisser en croupe [rejeter, laisser derrière soi], Brantôme, Cap. fr. t. II, p. 342, dans LACURNE. Tous mes parents [c'est Alexandre qui parle après sa mort] demeurerent non seulement en croupe, mais aussi furent miserablement meurtris par ceux que j'avois eslevez, Pasquier, Recherches, p. 902, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CROUPE.
4Ajoutez :

Terme de charpente. Partie du comble d'un bâtiment, qui a une forme triangulaire ; la croupe est droite si le mur qui lui correspond est perpendiculaire aux deux murs adjacents ; elle est dite croupe biaise dans le cas contraire.

Demi-croupe, la partie formant le retour d'un toit en appentis.

5Ajoutez en exemple : Il y a des grâces auxquelles on a cru pouvoir se prêter plus aisément, parce qu'elles ne portent pas immédiatement sur le trésor royal ; de ce genre sont les intérêts, les croupes, les priviléges ; elles sont de toutes les plus dangereuses et les plus abusives, Lettre de Turgot au roi, dans Rev. des Deux-Mondes, 15 sept. 1874, p. 287.

Pot de vin que donnaient les fermiers généraux au renouvellement de leur bail.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CROUPE, s. f. (Maréchall.) la partie postérieure du cheval, comprise depuis l’endroit où la selle porte jusqu’à la queue. Ce mot vient de crouppa, qui se trouve dans les gloses, & est formé de l’allemand grob, qui signifie gros, gras, épais.

Cette partie répond au haut des fesses de l’homme. Les bonnes qualités de la croupe sont d’être large & ronde. La croupe de mulet, qui fait voir une élévation ou arrête sur toute la partie supérieure, depuis les reins jusqu’à la queue, est une marque de force. Les mauvaises qualités de la croupe sont d’être avalée, c’est-à-dire de descendre trop tôt, ce qui est cause que la queue est trop basse. La croupe trop étroite désigne peu de force, & la croupe coupée est creuse dans le milieu.

Tortiller la croupe, se dit d’un cheval sans force, qui en marchant fait aller sa croupe de côté & d’autre.

Gagner la croupe, c’est lorsqu’un cavalier étant en présence d’un autre, fait un demi-tour pour le prendre en croupe. Dans un combat, il faut faire la demi-piroüette au bout de la passade, pour gagner la croupe d’un ennemi qui presse, sans que la croupe échappe. On se sert de cette expression pour les voltes & le galop, & elle signifie, sans que le cheval se traverse, sans que la croupe sorte de la volte ou de la piste du galop. Voyez Volte, Galop, Traverser.

La croupe est quelquefois sujette à des dartres, accompagnées d’une démangeaison extrème.

Lorsque le cheval a les cuisses bien fournies & proportionnées à la rondeur de la croupe, il s’appelle bien gigotté ; & mal gigotté, lorsque cette proportion manque. (V)

Croupe, (Charp.) se dit aussi de la charpente d’un pavillon quarré.

Croupe de Cerf, (Vénerie.) c’est ce qu’on appelle cimier.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « croupe »

Du vieux-francique *kruppa.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. crôpe ; Berry, crope ; namur. crupe ; saintong. courpe ; provenç. cropa ; catal. gropa ; espagn. grupa ; portug. garuppa ; ital. groppa. Le radical de ce mot signifiant quelque chose de ramassé, se trouve dans le germanique : scandinave, kryppa ; allem. Kropf, protubérance ; et dans le celtique : gaél. crup, ramasser, conglomérer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « croupe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
croupe krup

Évolution historique de l’usage du mot « croupe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « croupe »

  • Plus belle sera la chute. De reins bien sûr. Ravissante de profil avec ses lignes dynamiques, très pures, la découpe savante de son espace vitré, ses arrondis troublants, la ProCeed de Kia, dans sa version GT, met au défi les regards qui la croisent de ne pas craquer en découvrant sa croupe enflammée. « Votre dos perd son nom avec si bonne grâce, qu'on ne peut s'empêcher de lui donner raison... » chantait le poète-esthéte, sourire en coin. ladepeche.fr, Essai Kia ProCeed GT 204 ch : je vous trouve très beau - ladepeche.fr
  • Les « Judensau », littéralement « truie des Juifs » sont des motifs animaliers apparus au Moyen-Âge. Le motif de l’église de Wittenberg, qui date de 1305, est l’un des plus répandus. Il montre une truie allaiter des Juifs et un rabbin en train d’examiner la croupe de l’animal. Info Chrétienne, "Judensau" de Wittenberg : En Allemagne, un tribunal oblige une église protestante à conserver une statue antisémite
  • Sa croupe se recourbe en replis tortueux. Jean Racine, Phèdre, V, 6, Théramène
  • Il y a loin de la croupe aux lèvres. De Boris Vian
  • Fiançailles vont en selle et repentailles en croupe. De Proverbe français
  • Le sexe, à Paris, a la mine jolie, la croupe rebondie. De Jean-François Regnard
  • Avec sa fourrure bicolore et son origine asiatique, le tapir de Malaisie se distingue, même parmi ses cousins. Si les trois autres espèces reconnues se trouvent en Amérique centrale ou en Amérique du Sud, lui vit en Malaisie et en Indonésie. Il a aussi la particularité d'être le tapir le plus imposant au monde. Autre élément spécifique : il possède une grande tache blanche qui recouvre son dos, ses flancs et sa croupe. Franceinfo, VIDEO. Le tapir de Malaisie, le tapir le plus imposant au monde
  • Sur une séquence publiée le 28 juin sur la chaîne YouTube Kruger National Park Videos, les deux grand mammifères ruminants s‘affrontent en entrechoquant leur cou pour faire tomber l’adversaire. La vidéo montre les deux girafes tantôt esquiver certaines attaques, tantôt repousser leur rival en le bousculant avec leur croupe. Puis au bout de quelques minutes, les deux mâles se séparent. , Un affrontement entre deux girafes dans un parc africain filmé par des témoins - vidéo - Sputnik France
  • La silhouette singulière de la bâtisse a motivé sa sélection. « Elle a gardé la plupart de ses caractéristiques d’origine : toiture imposante, charpente sur poteaux, aire centrale de battage, bergerie, mangeoires et stockage en niveau haut, met en avant la Fondation du patrimoine. Elle a cependant été remaniée, le pente du toit arrière ayant disparu, devenue à croupe. » www.leberry.fr, Une grange pyramidale de Jars sélectionnée par la Mission Stéphane Bern pour le Loto du patrimoine - Jars (18260)
  • Monseigneur Yvain cheminait, pensif, à travers une épaisse forêt. Soudain, au milieu des fourrés, il entendit un cri perçant et douloureux. Il se dirigea vers ce cri et, quand il parvint sur les lieux, il aperçut un lion dans un essart. Un serpent lui mordait la queue et lui brûlait la croupe en lui jetant des flammes. Monseigneur Yvain ne contempla pas longtemps ce prodige. Il se demanda en lui-même à qui il porterait secours. Il décida d’aider le lion car une créature venimeuse et félonne ne mérite que d’être maltraitée ; or, le serpent est venimeux ; le feu lui sort de la bouche tellement il regorge de félonie. C’est pourquoi monseigneur Yvain pensa d’abord le tuer. Il dégaina son épée, s’avança en protégeant son visage avec son écu pour éviter les flammes qui sortaient de la gueule plus large qu’une marmite. Si le lion l’attaquait par la suite, la bataille se poursuivrait de plus belle mais, quoi qu’il advînt, il voulut aider le lion car Pitié l’implore de porter secours et assistance à l’animal noble par excellence. Avec son épée bien affûtée, il attaqua le serpent. Il coupa en deux la bête à terre et tronçonna encore les deux moitiés. Il frappa et frappa encore, donna tellement de coups qu’il découpa le serpent en petits morceaux et le dépeça intégralement. Il devait encore trancher un morceau de la queue du lion où restait attachée la tête du serpent félon. Il en trancha autant qu’il fallut, mais le moins possible. Après avoir délivré le lion, Yvain pensait qu’il lui faudrait aussi le combattre et que la bête l’attaquerait. Mais jamais une telle idée n’effleura l’animal. Ecoutez plutôt ce que fit le lion, écoutez comme il se comporta avec noblesse et générosité ! Il manifesta sa soumission en étendant vers Yvain ses deux pattes jointes, puis, inclinant la tête au sol, il se dressa sur ses pattes de derrière et s’agenouilla ; toute sa face était mouillée de larmes d’humilité. Monseigneur Yvain devina véritablement que le lion le remerciait et qu’il se prosternait devant lui pour l’avoir délivré de l’étreinte mortelle du serpent. Cette aventure lui plut beaucoup. Yvain essuya son épée salie par le venin et l’ordure du serpent, puis il la glissa dans son fourreau. Il se remit en route et le lion l’accompagna. Désormais, il ne le quittera plus jamais et restera toujours à ses côtés, désireux de le servir et de le protéger. ladepeche.fr, Écriture. Créez votre carnet de curiosités - ladepeche.fr
  • Poursuivre tout droit en descente sur la croupe. On retrouve rapidement une route goudronnée qu’on suit jusqu’à Aurignac. Petite République.com, Rando patrimoine : Le sentier du patrimoine Montoulieu Saint Bernard | Petite République.com

Traductions du mot « croupe »

Langue Traduction
Anglais rump
Espagnol grupa
Italien scamone
Allemand rumpf
Chinois 臀部
Arabe الردف
Portugais alcatra
Russe крестец
Japonais しこり
Basque rump
Corse arruinatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « croupe »

Source : synonymes de croupe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « croupe »

Croupe

Retour au sommaire ➦

Partager