La langue française

Entrée

Définitions du mot « entrée »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENTRÉE, subst. fém.

I.− [Le mot désigne un procès]
A.− [Correspond à entrer A]
1. Action d'entrer, de passer de l'extérieur à l'intérieur. L'entrée du bateau dans le port, du train en gare; faire son entrée; à son entrée, tout le monde se mit à rire :
1. L'entrée dans sa chambre d'un homme peu vêtu et qui la désirait la rejetait entièrement en une seconde à la pensée de Camille... Drieu La Rochelle, Rêveuse bourgeoisie,1939, p. 228.
Donner entrée. Donner accès. Des rochers (...) entr'ouverts jusqu'à leurs bases profondes, donnent entrée à la mer (Bonstetten, Homme Midi,1824, p. 23).
HIST. Cérémonie solennelle à l'occasion de l'arrivée d'un monarque, d'un ambassadeur, etc. dans un pays, une ville, etc. L'entrée solennelle du Parlement, du roi à Paris. Car, parfois, enjambant la grille, les polissons se risquaient à monter en croupe du débonnaire monarque, surtout les jours d'entrée royale ou d'exécution curieuse (Gautier, Fracasse,1863, p. 290).
THÉÂTRE. Entrée en scène. Apparition de l'acteur sur la scène au moment où l'exige son rôle. Au fig. Mais un nouvel orage se prépare. C'est l'entrée en scène des forces ennemies qui opèrent en Belgique, sur cette même rive nord de la Lys (Foch, Mém.,t. 1, 1929, p. 182):
2. Alors entraient à leur tour dans la danse les allumeurs de réverbères de Chine et de Sibérie. Puis eux aussi s'escamotaient dans les coulisses. Alors venait le tour des allumeurs de réverbères de Russie et des Indes. Puis de ceux d'Afrique et d'Europe. Puis de ceux d'Amérique du Sud. Puis de ceux d'Amérique du Nord. Et jamais ils ne se trompaient dans leur ordre d'entrée en scène. Saint-Exupéry, Le Petit Prince,1943, p. 460.
Entrée employé p. ell. de entrée en scène. Jacques se sentait piteux de cette entrée manquée comme d'une histoire drôle qui fait long feu (Gracq, Beau tén.,1945, p. 160).
GESTION. Ce que reçoit une entreprise, une administration. Les mouvements d'entrée et sortie attestant la richesse du corps sont justifiés par : − les factures, − les certificats administratifs, − les extraits de procès-verbaux (Lubrano-Lavadera, Législ. et admin. milit.,1954, p. 228).
Subst. fém. plur. Se dit des valeurs, des marchandises reçues dans une entreprise pendant une certaine période. Livre des entrées (cf. Littré).
COURSES, subst. fém. plur. Somme versée par le propriétaire qui engage un cheval pour une course (d'apr. Littré et Lar. encyclop.).
INFORMAT. ,,Donnée ou information transférée ou à transférer dans un ordinateur à partir du monde extérieur`` (Le Garff 1975).
Organe d'entrée. ,,Partie de la machine dont le rôle est de lire sur des supports tels que la bande ou la carte perforée, ou la bande magnétique, l'information relative au programme et aux données et de la transférer dans la mémoire interne de la machine`` (LhostePèpe 1964).
Organe, unité d'entrée-sortie. ,,Qui permet à la fois l'entrée et la réception de l'information traitée`` (CIDA 1973).
2. Possibilité d'accès à un spectacle, à une institution, à une fonction, etc. Examen, concours d'entrée; billet d'entrée; l'entrée de qqn à l'Académie, en sixième, etc. Les droits d'entrée et de halle sur la marée qui se débitait à Paris (Say, Écon. pol.,1832, p. 509).Le curé refusa l'entrée de l'église à leurs cadavres et sa bénédiction à leurs cercueils (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Saut, 1882, p. 12):
3. L'on sait que l'entrée au Louvre est gratuite le dimanche et que beaucoup de visites scolaires gratuites ont lieu le jeudi après-midi. D'une façon générale, on est en mesure d'affirmer que le nombre des entrées gratuites équivaut à celui des entrées payantes... Les Musées en France,1950, p. 26.
Subst. fém. plur. Avoir ses entrées. ,,Privilège attaché à certains rangs et à certaines charges, d'entrer à certaines heures dans la chambre du roi (...). Les grandes entrées se disait des entrées qu'avaient les gentilshommes de la chambre (...). Les petites entrées se disait des entrées que donnaient les autres charges`` (Littré).
P. ext. Avoir accès à un milieu fermé, être le familier d'une personne importante. [Ils] Ont leurs petites entrées dans les meilleurs salons (Goncourt, Journal,1857, p. 417).
B.− [Correspond à entrer B]
1. Début, commencement d'une activité. Entrée en action, en campagne, en convalescence, en fonction(s), en guerre, etc. :
4. L'Assemblée prit fin après l'entrée en fonctions du Sénat, dont les membres étaient alors en partie inamovibles et nommés par l'Assemblée elle-même. Bainville, Histoire de France,t. 2, 1924, p. 235.
Entrée en jeu, en ligne. Intervention :
5. Le retard dans l'entrée en ligne de nos réserves ne permit pas à notre victoire foudroyante du premier jour d'avoir d'éclatants lendemains. Joffre, Mémoires,t. 2, 1931, p. 77.
6. Les voilà approvisionnés de pétrole. Ah, ils tiennent encore le bon bout. Quelle raison auraient-ils de faire la paix? − « L'entrée en jeu des troupes américaines! » Martin du Gard, Les Thibault,Épilogue, 1940, p. 897.
2. Début d'une période. L'entrée de l'hiver; à l'entrée de la nuit; entrée en vigueur.
3. Chose annonçant le début d'une action. Entrée en matière.
Entrée de ballet ou p. ell. entrée. Divertissement exécuté par un certain nombre de danseurs dans un ballet, dans un opéra :
7. Un héraut est chargé du récitatif de cette longue scène, où mille acteurs divers chantent ou dissertent, selon leur rôle. Des jardiniers et jardinières, des bûcherons, oiseleurs, pêcheurs, forment une sorte d'entrée de ballet. Nerval, Le Second Faust,1840, p. 199.
,,Nom qu'on donnait jadis à l'air de symphonie sur lequel entraient les sujets de la danse dans un acte d'opéra`` (Bach.-Dez. 1882). ,,Ritournelle qui, dans un mélodrame, annonce l'entrée en scène d'un personnage`` (Littré).
Entrée de jeu. Ne voyant dans le mariage qu'une entrée de jeu et un permis de circulation (France, Île ping.,1908, p. 332):
8. Le marquis de Villemaurin, vieux raffiné des plus compétents en matière de point d'honneur, disait que le duel est un jeu noble, où tout, depuis le commencement jusqu'à la fin de la partie, doit être correct. Or, un coup de poing dans le nez pour une demoiselle Victorine Tompain était la plus ridicule entrée de jeu qu'on pût imaginer. About, Le nez d'un notaire,1862, p. 38.
Loc. adv. D'entrée de jeu. Dès le début. Il nous fallut d'entrée de jeu leur conter notre aventure (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 85).
Rem. Les dict. signalent aussi la loc. d'entrée « d'emblée »; elle n'est pas attestée ds la documentation.
Entrée de table ou entrée. Plat qui précède le rôti, le plat principal. Des entrées riches. Les relevés et les entrées s'en allèrent et se promenèrent ainsi lentement, sans que le rire perlé des dames devînt plus aigu (Zola, Curée,1872, p. 340).
II.− [Lieu, moyen permettant d'entrer]
A.− Lieu, ouverture par où l'on entre. L'entrée du port, de la maison, de la chambre, de la rue, d'une manche, d'une bouteille, etc.
Entrée des artistes. Entrée d'un théâtre réservée aux artistes. Rôdant parmi ce qui encombre une entrée des artistes (Zola, Nana,1880, p. 1261).
Entrée de service. Entrée réservée aux fournisseurs, aux domestiques, etc., dans un hôtel particulier, une maison bourgeoise. Elle atteignit l'entrée de service de l'hôtel et pénétra dans les cuisines (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 150).
Petites entrées (vx, rare). Madame Camusot, introduite par les petites entrées, resta pendant dix minutes seule dans un boudoir attenant à la chambre à coucher de la duchesse (Balzac, Splend. et mis.,1846, p. 387).
Entrée employé p. ell. de porte d'entrée. Une ancienne logette de portier à grosses poutres, carrelée, suspendue au-dessus de l'entrée cochère (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 42).
Spéc. Petite pièce séparant la porte d'un édifice des pièces d'habitation. Déposer son manteau, son parapluie dans l'entrée. Synon. hall, vestibule.
AÉRON. Entrée d'air. Orifice admettant l'air à l'intérieur des moteurs aérobies (d'apr. Lar. encyclop.).
SERRURERIE Petite plaque de fer ou de cuivre protégeant l'ouverture où l'on engage la clef (d'apr. Havard t. 2 1888). Le placage uniforme a une telle vogue qu'on évite même les anneaux de tirage et que les entrées de serrure sont rarement soulignées par un motif de bronze (Viaux, Meuble Fr.,1962, p. 133).
B.− P. ext. Ce par quoi on accède à une donnée, une information.
1. MATH. Table à double entrée. ,,(Table) dont chaque terme appartient à une ligne et à une colonne`` (Lar. encyclop.) :
9. Réduite à son expression la plus pure, et dégagée de toute image métaphorique, la pensée de Linné consiste à remplacer une série linéaire, ou à simple entrée, par une série à double entrée. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 362.
2. LEXICOGR. Mot mis en vedette au début de chaque article d'un dictionnaire. Synon. adresse.Pour l'entrée des articles de ce dictionnaire, nous nous sommes strictement conformés à la tradition lexicographique (TLFt. 1, p. XXVIII).
Rem. Mounin 1975 indique qu'il s'agit d'un calque de l'angl.
INFORMAT. ,,Adresse de la première instruction à traiter d'une séquence de programme ou de sous-programme`` (Ging.-Lauret 1973) ; cf. aussi Le Garff 1975).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃tʀe]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1119 « lieu par où l'on entre » (Ph. Thaon, Comput, éd. E. Mall, 1659); b) 1160-74 p. ext. « abords, lieu où commence quelque chose (ici l'orée du bois) » (Wace, Rou, III, 574 ds Keller, p. 37 b); 2. a) 1130-40 « action d'entrer, accès » (ici, au paradis) (Id., Conception, éd. W. R. Ashford, 1585); b) ca 1210 paier entree (ici au fig.) (Dolopathos, 137 ds T.-L.); c) 1462 « droit sur l'introduction de marchandises » (Ordonnances des rois de France, XV, 563 ds Bartzsch, p. 96); d) 1679 plur. « droit d'entrer dans la chambre du roi » (Mmede Sévigné, Lettre à Mmede Grignan, 25 déc., II, 543, éd. Gérard-Gailly ds Quem. Fichier [ms.]); 3. ca 1176 « début, commencement » l'entree d'oitovre (Chr. de Troie, Cligès, éd. A. Micha, 1045). Part. passé fém. substantivé de entrer*. Fréq. abs. littér. : 5 416. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 290, b) 8 033; xxes. : a) 7 817, b) 7 806. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 446. − Hotier (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. (Thèse. État. Paris. 1972).

Wiktionnaire

Nom commun

entrée \ɑ̃.tʁe\ féminin

  1. Endroit par où l’on entre dans un lieu.
    • L’entrée était d’abord fermée par une chaîne dont les attaches sont encore à leur place. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • L’entrée d’une ville, d’un port, d’une rade.
    • L’entrée de cette maison est incommode. — Il s’arrêta à l’entrée du bois.
  2. (En particulier) Espace aménagé aux abords d'une résidence pour garer la voiture.
    • L’été n’est pas terminé qu’il est déjà temps de penser à engager un entrepreneur pour prendre en charge le déneigement de l’entrée. — (Protégez-vous, 19 septembre 2012)
  3. (Par extension) (Construction) Vestibule.
    • Léa retira du placard de l’entrée ses bottillons fourrés à semelle de bois. — (Régine Deforges, Henri-Martin, 1983)
  4. (Par analogie) Commencement d’une chose.
    • À l’entrée de l’hiver. — Dès l’entrée du repas.
  5. (Spécialement) (Cuisine)
    1. Mets qui se sert au commencement du repas.
      • Les entrées venaient de paraître : des poulardes à la maréchale, des filets de sole sauce ravigote et des escalopes de foie gras. — (Émile Zola, Nana, 1881)
      • Le dîner se composait d’une soupe copieuse, d’un bon bouilli et d’une entrée suffisante pour huit personnes. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    2. (Par extension) Plat principal d’un repas.
  6. (Lexicographie) Article élémentaire repéré par un mot ou un groupe de mots, dans un dictionnaire ou une encyclopédie.
    • Ce dictionnaire comporte 50 000 entrées, chacune traitant un mot.
  7. (Littérature) Section d’un journal intime relative à une journée.
    • Les impressions de régularité, d’accélération, de ralentissement, voire de stagnation, suscitées par la lecture du journal s’expliquent non seulement par la fréquence des entrées mais aussi par leur longueur respective. — (Marie-Angèle Lovis, Un jurassien en Amérique du Nord: De Cornol à Montréal. Le journal d’Amédée Girard (1893-1897), 2017, Les Presses de l’Université de Montréal)
  8. Action d’entrer.
    • La traversée jusqu’à Cap Stewart, puis l’entrée dans l’Inlet furent facilitées par l’état très lâche des glaces. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Cette entrée fracassante et guillerette de Jamel au petit matin est un fantastique réveil matin. — (M. Dumont, Appelez-moi : espérance, page 131, Publibook, 2001)
    • L’entrée d’un vaisseau dans le port. — L’entrée d’un corps de troupes en pays ennemi.
    • L’entrée en scène d’un acteur. — Cet acteur a manqué son entrée.
    1. (Astronautique) (Vols habités) Fait pour un spationaute de pénétrer dans un véhicule spatial depuis l’espace.
  9. (En particulier) Action d’entrer dans une ville avec pompe, avec solennité.
    • L’entrée triomphale d’une armée dans une ville de l’ennemi.
  10. (Théâtre) Partie d’un ballet où figurent de nouveaux danseurs.
    • Entrée de bayadères, de nymphes.
  11. (Musique) Moment où chaque partie commence à se faire entendre.
    • Quand le chef monta sur l’estrade, le pianiste leva les yeux et lui sourit. Puis il hocha la tête, et l’on entendit le frémissement des violons, la pulsion d’un pouls profond qui annonçait l’entrée du piano. — (Michel Benoît, Le Secret du treizième apôtre, Éditions Albin Michel, 2006, chap. 68)
  12. Les premiers débuts dans une société ou un groupe humain.
    • Entrée en exercice, en fonction. — Entrée en séance. — Entrée au collège.
  13. Accès dans un lieu.
    • Le vestibule donne entrée dans toutes les pièces de l’appartement.
  14. Billet permettant de pénétrer dans une salle d’exposition, de spectacle, de conférences.
    • Entrées gratuites. — Entrées payantes.
    • On trouve des entrées à partir de dix francs.
  15. (En particulier) Privilège d’entrer sans payer à un spectacle.
    • Avoir son entrée, ses entrées à la française.
    • Suspendre les entrées de faveur.
  16. (Histoire) Privilège d’entrer dans la chambre du roi.
  17. (Par ellipse) (Désuet) Droit d’entrée.
    • Payer l’entrée d’une barrique de vin.
  18. Admission.
    • Examen d’entrée à l’école Polytechnique, à l’école Centrale.
  19. (Informatique) Donnée récupérée ou injectée dans un programme ou une fonction.

Forme de verbe

entrée \ɑ̃.tʁe\

  1. Participe passé féminin singulier de entrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENTRÉE. n. f.
Endroit par où l'on entre dans un lieu. L'entrée d'une ville, d'un port, d'une rade. L'entrée de cette maison est incommode. Il s'arrêta à l'entrée du bois. Il signifie, par analogie, Commencement d'une chose. À l'entrée de l'hiver. Dès l'entrée du repas. Il désigne spécialement, en termes de Cuisine, Certains mets qui se servent au commencement du repas. Une entrée de poisson, de volaille.

D'ENTRÉE, loc. adv. Dès le début. Il nous dit d'entrée trois ou quatre fausses nouvelles. Il a vieilli. D'entrée de jeu. Dès le début du jeu et, figurément et familièrement, Dès le début, tout d'abord.

ENTRÉE signifie aussi Action d'entrer. L'entrée d'un vaisseau dans le port. L'entrée d'un corps de troupes en pays ennemi. L'entrée en scène d'un acteur. Cet acteur a manqué son entrée. À son entrée, on applaudit. Il se dit particulièrement de l'Action d'entrer dans une ville avec pompe, avec solennité. L'entrée triomphale d'une armée dans une ville de l'ennemi. En termes de Théâtre, Entrée de ballet ou simplement Entrée, Partie d'un ballet où figurent de nouveaux danseurs. Entrée de bayadères, de nymphes. Il se dit aussi, en termes de Musique, du Moment où chaque partie commence à se faire entendre. Une entrée de cors. L'entrée dans le monde, La naissance et aussi Les premiers débuts dans la société, dans le commerce mondain. On dit de même Entrée en exercice, en fonction. Entrée en séance. Entrée au collège. Il signifie encore Accès dans un lieu. Le vestibule donne entrée dans toutes les pièces de l'appartement. Il se dit encore du Billet permettant de pénétrer dans une salle d'exposition, de spectacle, de conférences. Entrées gratuites. Entrées payantes. On trouve des entrées à partir de dix francs. Nous avons pris plusieurs entrées. Il se dit particulièrement du Privilège d'entrer sans payer à un spectacle. Avoir son entrée, ses entrées à la Comédie-Française. Suspendre les entrées de faveur. Il se disait autrefois du Privilège d'entrer dans la chambre du Roi. Les grandes et les petites entrées, Celles qui y donnaient accès de bon matin ou plus tard dans la journée. On dit encore familièrement, Avoir chez quelqu'un ses grandes et ses petites entrées, Pouvoir le visiter à n'importe quelle heure de la journée sans crainte d'être indiscret. Droit d'entrée, ou simplement Entrée, Droit qu'on paie pour les marchandises qui entrent dans une ville, dans un pays. Payer l'entrée d'une barrique de vin. Il peut signifier aussi simplement Admission. Examen d'entrée à l'École Polytechnique, à l'École Centrale.

Littré (1872-1877)

ENTRÉE (an-trée) s. f.
  • 1Action d'entrer. L'entrée des juges au tribunal. Faire son entrée. Par un nouveau carnage il y fit son entrée [dans Rome], Corneille, Othon, IV, 2. Mon entrée en ces lieux ne te surprendra plus, Racine, Bajaz. I, 1. Il faut attendre, pour faire le compliment d'entrée, que les petits chiens aient aboyé, La Bruyère, XIII.

    En parlant des éclipses, l'entrée de la lune dans l'ombre, etc.

  • 2Cérémonie solennelle avec laquelle un personnage considérable entre ou est reçu dans une ville. Il nous semble que vous ayez fait votre entrée à Aix, Sévigné, 23. Ils avaient fait ici une manière d'entrée à mon fils, Sévigné, 57. On lui fit une entrée magnifique dans la ville capitale, Perrault, Contes, 46. Ce prince [Alexandre] fit son entrée dans Babylone, avec un éclat qui surpassait tout ce que l'univers avait jamais vu, Bossuet, Hist. III, 5. [Ils] Sont prêts à vous conduire à la porte sacrée D'où les nouveaux sultans font leur première entrée, Racine, Bajaz. II, 3.

    Entrée se dit aussi d'un vainqueur qui est reçu dans une ville soumise. L'entrée de l'armée dans la capitale ennemie.

    Joyeuse entrée, inauguration des anciens souverains de la Flandre.

  • 3 Terme de théâtre. Action d'entrer en scène ; moment d'y entrer. Cet acteur a manqué son entrée. L'une… Semblait faire l'entrée en quelque tragédie, Régnier, Sat. X.
  • 4Entrée de ballet, ou, simplement, entrée, se disait autrefois des intermèdes d'un ballet. Danser une entrée. Pendant la répétition de ce ballet, le comte de Guiche était très souvent avec Madame, parce qu'il dansait dans la même entrée, La Fayette, Hist. de H. d'Angl. Œuvres, t. III, p. 107, dans POUGENS.

    Fig. Faire une entrée de ballet dans une compagnie, y entrer sans garder les convenances et faire les civilités nécessaires.

    Il se disait aussi des actes d'un opéra-ballet, lorsque chaque acte était un sujet détaché. Première entrée. Seconde entrée.

    Aujourd'hui, divertissement exécuté par un certain nombre de danseurs, dans un ballet, dans un opéra. Une entrée de paysannes.

    Terme de musique. Se dit du moment où chaque partie commence à se faire entendre. L'entrée des cors.

    Ritournelle qui, dans un mélodrame, annonce l'entrée en scène d'un personnage.

  • 5Droit d'entrer sans payer dans un spectacle. Cet auteur a son entrée ou ses entrées à la Comédie-Française. Je m'avisai de présenter ma petite comédie de Narcisse aux Italiens : elle y fut reçue, et j'eus les entrées, qui me firent grand plaisir, Rousseau, Confess. VII. Ce théâtre dont je me suis fait nommer médecin honoraire pour avoir mes entrées, Picard, Noce sans mariage, I, 7.
  • 6Droit de siéger. Le gouverneur de Paris avait entrée au parlement. Avoir entrée au conseil d'État.
  • 7Accès dans un lieu. Donne entrée à Placide et souffre que…, Corneille, Théod. II, 7. Hamilton y avait les entrées libres à toutes heures, Hamilton, Gramm. 8. La vicomtesse n'a les entrées ici que parce que vous supposez qu'elle aime encore mon neveu, Genlis, Théd. d'éduc. Tendr. matern. sc. 8.

    Ancien terme de la cour. Privilége attaché à certains rangs et à certaines charges, d'entrer à certaines heures dans la chambre du roi. Cette charge donne toutes les entrées. On lui a donné les mêmes entrées qu'à la dame d'honneur, Sévigné, 393. Elle a prétendu avoir les entrées de dame d'honneur, Sévigné, 396.

    Les grandes entrées, se disait des entrées qu'avaient les gentilshommes de la chambre. Après le coucher, le roi appela M. de la Trémouille, et lui dit de donner ordre aux huissiers de laisser entrer M. le duc du Maine comme les gentilshommes de la chambre : c'est ce qu'on appelle avoir les grandes entrées, Dangeau, Journal, I, 45, 19 août 1684. Titus, prince adoré de tout ce qui avait les grandes entrées et qui montait dans les carrosses, Courier, I, 302.

    Les petites entrées, se disait des entrées que donnaient les autres charges. Louis XIV avait ses petits couchers, ses grandes, ses petites entrées, Voltaire, Louis XIV, 9.

    Par métonymie. Celui ou celle qui a ses entrées. Le P. le Tellier, Mme de Maintenon, et une douzaine d'entrées, maîtres ou valets, y reçurent ou y suivirent le saint sacrement [à la mort du roi], Saint-Simon, 405, 42. Le même [seigneur qui avait les entrées] lui donnait [au roi] sa robe de chambre, et cependant les secondes entrées ou brevets d'affaires entraient, Saint-Simon, 417, 5.

  • 8Admission. Depuis son entrée au collége, cet élève a fait beaucoup de progrès. L'entrée au séminaire. L'examen d'entrée à une école. On a dit que Platon refusait l'entrée de son école à quiconque n'était pas géomètre, Mairan, Éloges, l'abbé de Molières. On peut lui reprocher [au président Rose] cependant d'avoir, par amitié pour Despréaux et Racine, retardé l'entrée de Fontenelle à l'Académie française, D'Alembert, Éloges, Rose.

    Ce qu'on payait en entrant en charge ; bienvenue.

  • 9Endroit par où l'on entre, l'on pénètre. L'entrée de la maison. À l'entrée de la ville. L'entrée est de ce côté. L'entrée d'un port, d'une rade.

    Terme d'architecture. Entrée de chœur, décoration, façade qui sépare le chœur d'une église du reste de la nef.

    Les abords. Il s'arme de toute l'ardeur de son zèle, et défend avec une vigilance incroyable les entrées de son diocèse, Fléchier, Panég. II, p. 305. Il laissa Jacqueline avec ses enfants à l'entrée du bois, Genlis, Veillées du château t. II, p. 457, dans POUGENS.

  • 10Ouverture de certaines choses. L'entrée de ce chapeau, de cette chaussure, de cette manche est trop étroite.

    Ouverture par laquelle une clef entre dans la serrure.

  • 11 Fig. Il se dit de tout ce qui est comparé à une action d'entrer, à un acheminement. [Les traits de la mort]… Ne font voir à leur clarté Que la fin d'un triste esclavage Et l'entrée à la liberté, Corneille, Imit. I, 23. Ce serait leur fermer l'entrée de notre religion, Pascal, Prov. 18. Dieu a voulu se servir de l'entremise des sens pour donner entrée à la foi, Pascal, ib. … Le Tellier, à qui la divine Providence faisait faire ce léger apprentissage des affaires d'État ; il ne fallait qu'en ouvrir l'entrée à un génie si perçant, pour l'introduire bien avant dans les secrets de la politique, Bossuet, le Tellier. Les dégoûts, les dépits ne peuvent y avoir aucune entrée [aux Champs Élysées], Fénelon, Tél. XIX. Solon donna entrée dans les affaires publiques à tout le peuple, Fénelon, Solon. Je trouvai une petite tracasserie domestique que je ne dédaignerai pas de mettre ici, comme l'entrée à des choses plus considérables, Saint-Simon, 51, 101.

    L'entrée dans le monde, la naissance. On la compte [la vie de l'homme] depuis la première entrée dans le monde ; pour moi, je ne voudrais la compter que depuis la naissance de la raison, Pascal, Amour.

    L'entrée dans le monde, se dit aussi des personnes qui commencent à fréquenter la société. Je n'ai jamais vu une si souhaitable entrée dans le monde, Sévigné, 486.

  • 12Occasion, opportunité. Cette innovation donnerait entrée à beaucoup de désordres. Donner entrée à un abus. Les entrées qu'elle nous ouvre pour faire des amis, Bossuet, II, Honn.
  • 13Il se dit du premier temps, des premiers moments de quelque chose qui dure. L'entrée du mois. À l'entrée de l'hiver. L'entrée de son pontificat. Je revins secrètement chez moi à l'entrée de la nuit, Lesage, Diable boit. ch. 13.

    Dès l'entrée de table, dès le commencement du repas.

  • 14Début, commencement. Voyez Diana qui a tant écrit ; il a mis à l'entrée de ses livres la liste des auteurs qu'il rapporte, Pascal, Prov. 5. Que dès les premiers vers l'action préparée, Sans peine du sujet aplanisse l'entrée, Boileau, Art p. III. Ce que j'ai touché dès l'entrée de ce discours, Bossuet, Bonté, 1.

    On dit dans le même sens, entrée en possession, en jouissance.

    Entrée en séance, action de commencer une séance.

    D'entrée, loc. adv. Tout d'abord, dès le début. Madame arriva, à qui d'entrée le roi dit qu'il comptait bien qu'elle ne voudrait pas s'opposer à une affaire que Monsieur désirait, Saint-Simon, 2, 45. M. Fayou, d'entrée et faute d'expérience, pourra faire des fautes, il les corrigera bientôt à force d'esprit et de réflexion, Saint-Simon, 232, 97. Et vraiment il serait étrange qu'on se proposât, d'entrée, de rembourser ce qu'on ne doit pas, au risque de ne pouvoir pas alors rembourser ce qu'on doit, Mirabeau, Collect. t. IV, p. 56. N'est-il pas clair que désespérer, d'entrée, de tout rétablissement fondé sur notre seule ressource actuelle, c'est empêcher cette confiance précieuse de se rétablir ? Mirabeau, ib. t. IV, p. 120.

    D'entrée de jeu, dès le commencement du jeu. Il se mit à jouer, et d'entrée de jeu il perdit presque tout son argent.

    Fig. D'entrée de jeu, d'abord. D'entrée de jeu il fit voir son extravagance.

  • 15Se dit de la permission d'entrer dans un pays, en parlant de marchandises, de livres, etc. Je vous dirai confidemment que j'ai une joie très vive de ce que l'on n'a point permis en France l'entrée de mon Dictionnaire, Bayle, Lett. à M***, 13 mai 1697.

    Avoir l'entrée d'un port, avoir accompli les formalités nécessaires pour y être admis.

  • 16 Terme de douane. Droit qu'on paye pour les marchandises qui entrent dans certaines villes ou certains pays. Ces troupes étaient seulement commandées pour faire payer les entrées aux portes de la ville, La Rochefoucauld, Mém. 166. Ce qui entrait dans Rome sous le nom des ambassadeurs ne payait jamais d'entrée, Voltaire, Louis XIV, 14.
  • 17 Terme de cuisine. Mets qui se servent au commencement du repas. On servit les entrées. Cet estomac était amoureux du ragoût, De potages farcis et de fines entrées, Lamotte, Fabl. III, 18.

    Fig. On dit qu'il faut actuellement des entrées recherchées [ouvrages littéraires] et des nouveautés dont on n'aurait pas mangé autrefois, Voltaire, Lett. d'Argental, 7 avr. 1777.

  • 18 Terme d'eaux et forêts. Bois d'entrée, ceux qui commencent à donner quelques signes de dépérissement.
  • 19 S. f. plur. Terme de commerce. Se dit des valeurs, des marchandises qui entrent. Le livre des entrées.

HISTORIQUE

XIe s. Et Guineman jouste à un roi l'entrée [d'entrée, d'abord], Ch. de Rol. CCXLIX.

XIIe s. Le premier jour de mai, à l'entrée du mois, Sax. XXXIII. Vint s'en al tabernacle ; truvad le vesche Hely à l'entrée, qui asis iert [était], Rois, p. 3. Dunkes de tote vertut fait à guarnir li entreie del cuer, Job, p. 444.

XIIIe s. Sur les ieus [je] vous commant que vidiez ma contrée, Si que jamais nul jour ne levoiez l'entrée, Audefroi le Bastard, Romanc. p. 23. Jà du moustier [il] n'en avera l'entrie, ib. p. 48. À l'entrée de quaresmes, après ce que on prent cendres, Villehardouin, VI. Ensi garderent les entrées et les issues dou castiel un an et trois mois, Chr. de Rains, p. 138. Ele i est jusqu'au ventre entrée, Et la fosse a petite entrée, Ren. 664. Maint sunt qui d'entrer ens se hestent, Qui tuit à l'entrée s'arrestent, Ne n'ont pooir d'aler avant, la Rose, 6030.

XIVe s. Lieu qui a droitement regart et larges entrées au cuer [au cœur], H. de Mondeville, f° 81.

XVe s. Moult se tint le parlement sur ce longuement ; mais enfin riens n'en fut fait ; car le roy Henry vouloit avoir trop grant entrée sur le royaume, Fenin, 1419. Comme il se trouva grant et roy couronné, d'entrée ne pensa qu'aux vengeances, Commines, I, 10.

XVIe s. Le mariage est un marché qui n'a que l'entrée libre, Montaigne, I, 209. Ils les exhortoyent de penser à eux et ne s'obstiner pas à donner entrée à ceste miserable guerre, Lanoue, 558. Il y eut un chantre phocien qui chanta l'entrée du chorus de la tragoedie d'Electra, laquelle se commence ainsi…, Amyot, Lysandre, 29. Pour entrée de table, je te donne ces petites fricassées, Des Accords, Bigarr. f° 181, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ENTRÉE. Ajoutez :
20Nom, dans le langage administratif, de petits tableaux indiquant les objets à discuter dans un conseil municipal ou départemental.
21 Terme de turf. Entrées, somme versée par le propriétaire qui engage un cheval pour une course.
22 Terme de comptabilité. Table à double entrée, table dans laquelle une signification est donnée aux colonnes verticales, et une aux colonnes horizontales. La table de Pythagore est une table à double entrée, ainsi nommée parce qu'on y peut entrer dans les deux sens.

REMARQUE

Joyeuse entrée signifiait aussi, dans l'ancienne Flandre, la charte qui assurait les libertés des habitants. À son avénement, le prince était inauguré solennellement dans chaque province en qualité de duc, comte ou seigneur, et s'engageait par serment à observer lui-même et à maintenir envers et contre tous les priviléges de la nation ; la charte qui consacrait ces obligations et qu'on ne séparait pas du fait de l'avénement était connue sous le nom de joyeuse entrée, Defacqz, Ancien droit belgique, t. I, p. 6. Il est constamment question de joyeuse entrée dans les plaintes et représentations des adversaires de Joseph II ; et l'on disait alors violer la joyeuse entrée ou les joyeuses entrées, comme on dit aujourd'hui violer la constitution, la loi fondamentale. (Note communiquée par M. Du Bois, avocat à Gand.)

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENTRÉE, s. f. (Grammaire.) se dit généralement au simple, de toute ouverture qui conduit du dehors d’un lieu au-dedans de ce lieu. Ce mot se prend au figuré, pour le commencement, le début.

Entrée, se dit, en Astronomie, du moment auquel le Soleil ou la Lune commence à parcourir un des signes du zodiaque. Ainsi on dit l’entrée du Soleil ou de la Lune dans le Bélier, dans le Taureau, &c. Voyez Signe, Soleil, &c.

On se sert aussi du mot entrée dans ces phrases : l’entrée de la Lune dans l’ombre, dans la pénombre, &c. Voyez Eclipse. (O)

Entrées, s. f. pl. (Hist. anc.) privilége accordé à des particuliers d’être admis auprès des rois & des princes, dans certains tems & à certaines heures.

La coûtume des rois, des princes, & des grands seigneurs, de distinguer leurs courtisans & les personnes qui leur sont attachées par les différentes entrées qu’ils leur donnent chez eux, est une coûtume sort ancienne. Séneque, dans son livre IV. des bienfaits, chap. xxjv. nous instruit que C. Gracchus & Livius Drusus, tribuns du peuple, en furent les auteurs à Rome. « Parmi nous, dit-il, Gracchus & après lui Livius Drusus, ont commencé à séparer la foule de leurs amis & de leurs courtisans, en recevant les uns en particulier, les autres avec plusieurs, & les autres avec tout le monde ».

Les premiers étoient appellés propiores, ou primi amici, ou primæ admissionis ; les amis de la premiere entrée : les seconds, secundi amici, ou secundæ admissionis ; les amis de la seconde : & les derniers, inferiores amici, ou ultimæ admissionis ; les amis qui n’avoient que les dernieres entrées.

Cet usage qui avoit été long-tems interrompu, & qui ne subsistoit point à la cour d’Auguste, fut rétabli par Tibere, qui, comme Suétone nous l’apprend, partagea sa cour en ces trois classes, & appella la derniere la classe des Grecs ; parce que les Grecs étoient des gens dont on faisoit alors peu de cas, & qui n’entroient que les derniers chez cet empereur.

La coûtume dont je parle se perdit encore après Tibere ; elle fut renouvellée par d’autres empereurs, & elle prit enfin de si fortes racines sous Constantin, qu’elle s’est toûjours conservée depuis, & qu’il n’y a pas d’apparence qu’on la laisse tomber : au fond, il est bien juste que les princes ayent la même prérogative & la même liberté que se donnent les particuliers, de recevoir différentes personnes chez eux à différentes heures, les unes plûtôt, les autres plûtard, selon qu’elles leur sont ou agréables, ou nécessaires. Cependant aujourd’hui ce qu’on appelle entrées dans les cours de l’Europe, est un privilége spécialement attaché à certains emplois & à certaines charges, d’entrer à certaines heures dans la chambre des rois, quand les autres n’y entrent pas. C’est donc un droit que donne la charge, & non la personne ; c’est une pure étiquette qui ne prouve point de confiance particuliere du prince dans ceux qui joüissent de ce droit. Voyez l’article Etiquette. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Entrée, (Hist. mod.) réception solennelle qu’on fait aux rois & aux reines lorsqu’ils entrent la premiere fois dans les villes, ou qu’ils viennent triomphans de quelque grande expédition.

Ces sortes de cérémonies varient suivant le tems, les lieux, & les nations ; mais elles sont toûjours un monument des usages des différens peuples, & de la diversité de ces usages dans une même nation, lesquels font communément un excellent tableau de caractere : c’étoit, par exemple, un spectacle singulier que l’appareil de décorations profanes & de mascarades de dévotion qui se voyoit en France aux entrées des rois & des reines, dans le xv. siecle. L’auteur des essais sur Paris qui parurent l’année passée (1754, in-12.), en donne une esquisse tirée d’après l’histoire, qu’il suffira de rapporter pour exemple : il seroit trop long de transcrire ici, même par extrait, ce que j’ai recueilli sur cette matiere avant & depuis Charles VII.

Comme les rois & les reines (dit l’auteur dont je viens de parler) faisoient leurs entrées par la porte Saint Denis, on tapissoit toutes les rues sur leur passage, & on les couvroit en-haut avec des étoffes de soie & des draps camelotés ; des jets-d’eaux de senteurs parfumoient l’air, le lait & le vin couloient de plûsieurs fontaines. Les députés des six corps de marchands portoient le dais. Les corps de métiers suivoient à cheval, représentant en habits de caractere les sept péchés mortels, les sept vertus, foi, espérance, charité, justice, prudence, force, & tempérance, la mort, le purgatoire, l’enfer, & le paradis.

Il y avoit de distance en distance des théatres où des acteurs pantomimes, mêlés avec des chœurs de musique, représentoient des histoires de l’ancien & du nouveau Testament, le sacrifice. d’Abraham, le combat de David contre Goliath, l’ânesse de Balaam prenant la parole pour la porter à ce prophete, des bergers avec leurs troupeaux dans un bocage, à qui l’ange annonçoit la naissance de Notre-Seigneur, & qui chantoient le Gloria in excelsis Deo, &c. & pour lors le cri de joie étoit Noël, Noël. Voy. Comédie sainte.

A l’entrée de Louis XI, en 1461, on imagina un nouveau spectacle : Devant la fontaine du Ponceau, dit Malingre, page 208 de ses antiquités & annales de Paris (ouvrage plus passable que ceux qu’il a publiés depuis) étoient plusieurs belles filles en syrenes toutes nues, lesquelles en faisant voir leur beau sein, chantoient des petits motets de bergerettes, fort doux & charmans.

Il paroît qu’à l’entrée de la reine Anne de Bretagne, on poussa l’attention jusqu’à placer de distance en distance, de petites troupes de dix ou douze personnes, avec des pots-de-chambre pour les dames & demoiselles du cortege qui en auroient besoin.

Ajoûtez sur-tout à ces détails, la description curieuse que le P. Daniel a donnée dans son histoire de France, de l’entrée de Charles VII. & vous conviendrez en rassemblant tous les faits, que quoique ces sortes de réjoüissances ne soient plus du goût, de la politesse, & des mœurs de notre siecle, cependant elles nous prouvent en général deux choses qui subsistent toûjours les mêmes ; je veux dire 1°. la passion du peuple françois pour les spectacles quels qu’ils soient, 2°. son amour & son attachement inviolable pour nos rois & pour nos reines.

Je ne parle pas ici des cérémonies d’entrées de princes étrangers, légats, ambassadeurs, ministres, &c. ce n’est qu’une vaine étiquette de cérémonial dont toutes les cours paroissent lasses, & qui finira quand la principale de l’Europe jugera de son intérêt de montrer l’exemple. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Entrée, (Jurisprud.) signifie dans cette matiere acquisition, prise de possession. On appelle deniers d’entrée, ceux qui sont payés par le nouveau propriétaire au précédent, pour entrer en joüissance. Voyez Deniers. Entrage est ce qui se paye au seigneur pour le droit d’entrée, c’est-à-dire pour la mutation. (A)

Entrée, (Comm.) droit ou impôt qu’on leve au nom du souverain sur les marchandises qui entrent dans un état, soit par terre, soit par mer, suivant le tarif qui en est dressé, & qui doit être affiché en lieu apparent dans les bureaux où l’on exige ces droits.

Les droits d’entrée se payent aussi en France sur les marchandises qui entrent dans les provinces qui sont réputées étrangeres ; & il y en a d’autres encore qui se levent à l’entrée de quelques villes.

Lorsque le droit d’entrée de quelque marchandise n’est pas réglé par le tarif, on le paye par estimation, c’est-à-dire à proportion de ce qu’une autre marchandise, à-peu-près de même qualité, a coûtume de payer.

Les droits d’entrée se payent y compris les caisses, tonneaux, serpillieres, cartons, pailles, toiles, & autres emballages, à la reserve des drogueries & épiceries, sur lesquelles les emballages sont déduits.

Toutes sortes de marchandises ne peuvent entrer en France par toutes sortes de villes & de ports, même en payant les droits, mais seulement pour certaines marchandises par les lieux qui leur sont marqués, ou par les ordonnances, ou par les arrêts du conseil, comme les drogueries & épiceries par la Rochelle, Roüen, & Calais, Bordeaux, Lyon, & Marseille, les chevaux par Dourlens, Peronne, Amiens, &c. les manufactures étrangeres par Saint-Valery, Calais, &c. & ainsi de quelques autres.

Les peines contre ceux qui veulent faire entrer des marchandises en fraude, sont la confiscation de ces marchandises & des équipages & harnois, & une amende statuée par les arrêts & ordonnances. Voy. Contrebande, Droit & Tarif. Dict. de Comm. de Trév. & Chamb. (G)

Entrée, (Comm.) terme de teneur de livres en parties doubles. L’entrée du grand livre, c’est l’état des débiteurs & créditeurs portés par la balance ou le bilan du livre précédent. Voyez Livres. (G)

Entrée, (Danse.) air de violon sur lequel les divertissemens d’un acte d’opéra entrent sur le théatre. On donne aussi ce nom à la danse même qu’on exécute. Ce sont ordinairement les chœurs de danse qui paroissent sur cet air ; c’est pour cette raison qu’on les nomme corps d’entrée. Ils en dansent un commencement ; un danseur ou une danseuse danse un commencement & une fin, & les chœurs reprennent la derniere fin. Chaque danse qu’un danseur ou une danseuse exécute, s’appelle aussi entrée. On lui donne encore le nom de pas. Voyez Pas. Un maître fort supérieur avec qui j’ai conféré souvent sur cette matiere, m’a confié un résultat de ses observations, qui peut être fort utile à l’art. Le voici.

Dans toute entrée de danse, le danseur, à qui on suppose de la vigueur & de l’habileté, a trois objets principaux & indispensables à remplir. Le premier, les contrastes perpétuels de la force & de la grace, en observant que la grace suive toûjours les coups de vigueur. Le second, l’esprit de l’air que ses pas doivent rendre ; car il n’est point d’air de danse, quelque plat que le musicien puisse le faire, qui ne présente une sorte d’esprit particulier au danseur qui a de l’oreille & du goût. Le troisieme, de former toûjours sa danse de pas, & de ne les sacrifier jamais aux sauts : ceux-ci sont plus aisés à faire que les autres. Le mélange sage de tous les deux, forme la danse agréable & brillante.

Chaque partie séparée des ballets anciens étoit nommée entrée. Dans les modernes, on a conservé ce nom à chacune des actions séparées de ces poëmes. Ainsi on dit : l’entrée de Tibulle dans les fêtes greques & romaines est fort ingénieuse, c’est une des meilleures entrées de ballet que nous ayons à l’opéra. Voyez Ballet.

Ce nom qu’on donne encore aux diverses parties de ces sortes d’ouvrages, doit faire connoître aux commençans & quelle est l’origine de ce genre difficile, & quelle doit être leur coupe pour qu’ils soient agréables au public ; c’est sur-tout cette méchanique très-peu connue qui paroît fort aisée, & qui fourmille de difficultés qu’il faut qu’ils étudient. Voyez Coupe.

Il seroit ridicule que l’on y fît commencer l’action dans un lieu, & qu’on la dénoüât dans un autre. Le tems d’une entrée de ballet doit être celui de l’action même. On ne suppose point des intervalles ; il faut que l’action qu’on veut représenter se passe aux yeux lu spectateur, comme si elle étoit véritable. Quant à sa durée, on juge bien que puisque le ballet exige ces deux unités, il exige à plus forte raison l’unité d’action : c’est la seule qu’on regarde comme indispensable dans le grand opéra ; on le dispense des deux autres. L’entrée de ballet, au contraire, est astrainte à toutes les trois. Voyez Ballet, Opéra, Poeme lyrique. (B)

Entrée, (Serrurerie.) c’est l’ouverture par laquelle la clé entre dans la serrure.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « entrée »

De entrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Entrer ; provenç. intrada ; espagn. entrada ; ital. entrata.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « entrée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
entrée ɑ̃tre

Évolution historique de l’usage du mot « entrée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « entrée »

  • Comme 1914 a marqué l'entrée dans le XXe siècle, le 11 septembre 2001 marque l'entrée dans le XXIe siècle. De Jean-François Deniau / Les Echos – 22 Octobre 2001
  • Des performances honnêtes. Le bébé d'entrée de gamme de Xiaomi embarque un processeur MediaTek Helio G85, couplé à 3 Go ou 4 Go de RAM, selon la version choisie (3 Go pour notre modèle de test). Pour les tâches du quotidien, cette configuration tient la route. Mais quand trop d'applications sont ouvertes, le téléphone patine un peu : les animations manquent un poil de fluidité, on passe de l'une à l'autre avec moins d'aisance et les programmes se lancent avec une certaine latence. Mais pas de quoi gâcher l'expérience globale. Si votre budget vous le permet, histoire d'être plus serein, autant se tourner vers la version équipée du combo 4 Go de RAM/128 Go de stockage, disponible à 229 €. leparisien.fr, Le Parisien a testé : le Redmi Note 9, champion de l’entrée de gamme ? - Le Parisien
  • L'entrée en Grèce par voie terrestre est uniquement ouverte via la Bulgarie (poste frontière de Promachonas). Les autres postes frontières entre la Grèce, l'Albanie, la Macédoine du Nord et la Turquie sont exceptionnellement autorisés pour les voyages essentiels. Conditions d'entrée en Grèce, Conditions d'entrée en Grèce - MesVaccins.net
  • Si Bernard Laporte avait assuré lors de l'Assemblée Générale de la FFR que tout était bouclé pour l'entrée de CVC au capital du Tournoi des 6 Nations, les organisateurs de la compétition ne sont pas du même avis. Orange Sports, 6 Nations : Laporte contredit par les organisateurs sur l'entrée au capital de CVC
  • L'entrée sur le territoire roumain demeure interdite aux personnes qui ne sont pas citoyennes des pays de l'Espace économique européen (Union européenne, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse) ou du Royaume-Uni.  Conditions d'entrée en Roumanie, Conditions d'entrée en Roumanie - MesVaccins.net
  • La start-up, qui tente de révolutionner le marché de l’assurance habitation outre-Atlantique, a réussi une entrée remarquée à la Bourse de New York, faisant exploser sa valorisation. Une opération qui suscite toutefois pas mal de réserves… argusdelassurance.com, Assurtech : l’entrée triomphante de Lemonade en Bourse
  • En Espagne, depuis le 21 juin 2020, aucune limitation à l'entrée sur le territoire ni mise en quarantaine n'est en vigueur.  Conditions d'entrée en Espagne, Conditions d'entrée en Espagne - MesVaccins.net
  • Son entrée au gouvernement témoigne-t-elle des ambitions nationales de cette personnalité alsacienne ? Pour L’Indépendant, cela résulte surtout de « la volonté d'Emmanuel Macron d'intégrer des élus locaux au dispositif », alors que les édiles sont dans l’attente de mesures fortes de la part de l’exécutif. Sa nomination marque également « la considération du chef de l'Etat à l’égard de l’une des régions les plus durement frappées par le Covid-19 », croit savoir Le Parisien. , Politique | Entrée de Brigitte Klinkert au gouvernement : ce qu’en dit la presse ce matin

Images d'illustration du mot « entrée »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « entrée »

Langue Traduction
Anglais entrance
Espagnol entrada
Italien entrata
Allemand eingang
Chinois 入口
Arabe مدخل
Portugais entrada
Russe вход
Japonais エントランス
Basque sarrera
Corse ingressu
Source : Google Translate API

Synonymes de « entrée »

Source : synonymes de entrée sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « entrée »

Entrée

Retour au sommaire ➦

Partager