La langue française

Creux

Définitions du mot « creux »

Trésor de la Langue Française informatisé

CREUX, EUSE, adj. et subst. masc.

I.− Emploi adj.
A.− [Creux qualifie l'intérieur du déterminé] Qui n'est pas plein.
1. Qui a une cavité. Arbre creux; charge* creuse; dent* creuse. Une pile creuse de corde roulée (Schwob, Monelle,1894, p. 54).Flûte creuse (Samain, Chariot,1900, p. 72):
1. ... des murs doubles, des murs qu'on croyait pleins et épais, et qui sont creux comme des armoires, avec une espèce de corridor noir, où on ne trouve rien que de la poussière... Colette, Claudine à l'école,1900, p. 79.
Au fig. Avoir le nez creux. Avoir le nez très fin, beaucoup de flair.
P. méton. [En parlant d'un son] Rendu par un objet, un espace creux. La sonorité creuse et sinistrement retentissante d'une maison déserte (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 181).
P. ext. [En parlant de la voix] Semblable au son rendu par un objet, un espace creux. Une voix creuse qui semblait le mugissement du vent dans une caverne (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourgeois Paris, 1880, p. 335).Grosse toux creuse (A. Daudet, Évangéliste,1883, p. 278):
2. Des gerbes de voix (...) fusaient avec les sons presque verts des harmonicas, avec les timbres pointus des cristaux qu'on brise. Appuyées sur le grondement contenu de l'orgue, étayées par des basses si creuses qu'elles semblaient comme descendues en elles-mêmes, comme souterraines, elles jaillissaient, scandant le verset De profundis clamavi ad te... Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 5.
[Avec ell. d'un déterminé] :
3. ... la sirène (...) crispant les nerfs, redescend au plus creux pour repartir sur son élan, pour atteindre de nouveau ces notes haut perchées, pire que tous les cris. H. Bazin, L'Huile sur le feu,1954, p. 212.
Emploi adv. Sonner creux. Sonner à la manière d'un objet, d'un espace creux (cf. infra II A 1, p. méton.). Les battements sonnant creux des marteaux sur les futailles vides (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 291).
Au fig. Manquer d'intérêt, de valeur :
4. C'est un grand malheur, quand on a de l'instruction, de l'imagination et du talent, de ne pas avoir le cœur plein. Car, sans cette dernière condition, si l'on se met à écrire, c'est la tête seule qui nous sert de guide, et ce que nous produisons sonne toujours creux, manque de solidité et ne dure pas. Delécluze, Journal,1827, p. 371.
2. Dépourvu de son contenu habituel, attendu.
a) [En parlant de choses]
Buisson* creux.
[En parlant de l'estomac, du ventre] Qui n'est pas rempli de nourriture. Avoir le ventre creux. Avoir faim :
5. ... il m'arriva bien des fois de rentrer chez moi sans avoir mangé, n'ayant pour me réconforter que l'espoir de trouver dans un placard un reste de pain et de fromage. (...) S'ils n'y étaient pas, je me couchais l'estomac creux... Billy, Introïbo,1939, p. 66.
[En parlant d'une durée] Pendant laquelle il ne se passe pas ou peu d'événements importants, pendant laquelle il n'y a pas ou peu d'activité. Heures creuses des repas :
6. ... la duchesse de Langeais menait cette vie creuse, exclusivement remplie par le bal, par les visites faites pour le bal, par des triomphes sans objet, par des passions éphémères, nées et mortes pendant une soirée. Balzac, La Duchesse de Langeais,1834, p. 234.
7. Comme le serpent de mer, Paris, port-de-mer, est encore un de ces sujets qui passent en première page, les jours creux, au mois d'août, quand les journaux n'ont rien à monter en vedette... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 303.
b) [En parlant du siège de l'activité de l'esprit hum.] Dépourvu d'intelligence. Cerveau creux, cervelle creuse.
P. méton. (hypallage).
[En parlant d'une pers.] Je ne suis pas encore assez creux pour me faire écouter sans rien dire. (Sand, Elle et lui,1859, p. 133):
8. ... la torpeur morale, les habitudes infantiles, les raisonnements primaires et les préoccupations mesquines, tout cela est en somme assez normal chez une femme sans tempérament, sans curiosité, creuse et dont les seuls scrupules de conscience sont exclusivement d'ordre hygiénique. Cendrars, Les Confessions de Dan Yack,1929, p. 314.
[En parlant d'une manifestation de l'activité de l'esprit hum.] Vain. Les châteaux en Espagne des songeries creuses (Goncourt, Journal,1894, p. 682).Beaucoup de verbiage, une rhétorique bien creuse et bien essoufflée (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 3, 1921, p. 572).
Emploi adv. Songer creux. Songer à des choses vaines, chimériques (cf. songe* creux). Il y a longtemps que Poil de Carotte, rêveur, observe la plus haute feuille du grand peuplier. Il songe creux et attend qu'elle remue (Renard, Poil Carotte,1894, p. 269).
c) [En parlant d'un ensemble de pers.] :
9. ... s'il se produisait un vide [dans l'alignement des Cahiers] Péguy ne disait pas : « Il y a un vide » il disait, comme au régiment : « Il y a une fille creuse »... Tharaud, Notre cher Péguy,1926, p. 216.
Classes creuses. Classes d'âge dont les effectifs sont anormalement bas. Les classes creuses de l'après-guerre.
3. Viande creuse. Aliment qui n'est pas consistant, qui ne nourrit pas. La tripe est une viande creuse qui ne soutient pas (Vallès, Réfract.,1865, p. 43).
P. métaph. ou au fig. Mon éloquence et ma réputation sont comme une omelette soufflée; un ouvrier grossier trouve que c'est viande creuse (Stendhal, L. Leuwen,t. 3, 1836, p. 278):
10. ... le renoncement, c'est très beau; n'empêche que si l'humanité ne vivait que de cette viande creuse, elle serait encore dans les cavernes, elle n'aurait rien conquis... Duhamel, Chronique des Pasquier,La Nuit de la Saint-Jean, 1935, p. 192.
Loc. Se repaître de viandes creuses. Se repaître de chimères.
B.− P. ext. [Creux qualifie la forme extérieure de l'obj.]
1. Concave. Assiette creuse. Sa joue était si creuse que l'on comptait ses dents (Gautier, Comédie mort,1838, p. 34).Stefany était grand et maigre; la poitrine creuse, les épaules pointues (Martin du G., Thib.,Été 1914, 1936, p. 392).Large jupe à plis creux (Beauvoir, Mém. j. fille rangée,1958, p. 152).
P. ext., vieilli ou littér. Profond. Tous deux entraient dans l'eau, qui n'était point creuse en cet endroit (Sand, Maîtres sonneurs,1853, p. 367).
[Avec ell. d'un déterminé] La plupart des châteaux de la Vallée-Noire (...) sont situés dans le plus creux des vallons, au lieu d'être placés sur les hauteurs (Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 2, 1858, p. 41).
Au fig. Au plus creux de son sommeil (Bernanos, Crime,1935, p. 738).Il sourit à son fils, d'un sourire triste parti de l'intérieur, du plus creux de sa tendresse pour cette larve (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 153).
En partic. [En parlant d'une partie du corps hum.] Deux rides creuses et méchantes se tordaient sur son visage, de part et d'autre de sa bouche (Duhamel, Maîtres,1937, p. 232).
Orbites creuses. Orbites qui sont ou qui semblent profondes, très concaves. Sa tête de mort [de Modigliani], ses beaux yeux fixes au fond de ses orbites creuses et bitumées (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 199).
2. P. méton.
a) [En parlant d'une étendue] Qui présente des concavités. Des bocages creux (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 14).
En partic. Mer creuse. Mer agitée. [Les] jeux turbulents de la mer creuse (Claudel, Tête d'Or,1890, p. 149).
b) Qui est situé dans une concavité. Au tournant creux du ruisseau (Gide, Nourr. terr.,1897, p. 205).Un chemin creux (...) bordé de ces arbres de coupe dont les puissantes racines ongulaires font corps avec le talus (Châteaubriant, Lourdines,1911p. 33).
Spéc. Yeux creux. Yeux qui sont ou qui semblent très enfoncés dans les orbites. Une famille dont les joues hâves et les yeux creux annoncent l'ardeur de la faim et de tous les besoins (Chateaubr., Génie,t. 2, 1803, p. 376).
II.− Subst. masc.
A.− [Le creux concerne l'intérieur d'un obj.] Ce qui n'est pas plein.
1. [Le mot est suivi d'un compl. du nom qui indique sa situation] Cavité. À l'équinoxe d'automne (...) la marmotte se cache et s'endort dans le creux des rochers (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 376).Les vieillards causaient au creux des portes (Gide, Nourr. terr.,1897, p. 236).
Spéc. MAR. Creux d'un navire. ,,Hauteur prise à mi-longueur du navire, entre le pont supérieur et le fond de cale`` (Gruss 1952).
P. méton., emploi abs.
Sonner le creux. Sonner à la manière d'un objet, d'un espace creux (cf. supra I A 1 p. méton.). En vain il sonda la muraille avec l'espoir de l'entendre sonner le creux (Verne, 500 millions,1879, p. 233).
Au fig. Manquer d'intérêt, de valeur. L'absolu auquel je me sacrifiais me parut vide et absurde. Mon dieu philosophique sonna le creux (Estaunié, Empreinte,1896, p. 264).
Fam. Voix basse et profonde, semblable au son rendu par un objet, un espace creux :
11. ... Goujet (...) avait ramené le silence et le respect avec les Adieux d'Abd-El-Kader, qu'il grondait de sa voix de basse. Celui-là possédait un creux solide, par exemple!... Zola, L'Assommoir,1877, p. 587.
2. [Le mot est suivi ou non d'un compl. du nom] Manque d'une chose, d'un contenu habituel, attendu. Le navire se trouvait dans un creux de vent (Druon, Poisons couronne,1956, p. 30):
12. ... quand nous autres, gens du front, intoxiqués maintenant par la guerre, nous demeurons un certain temps dans une situation à peu près paisible, sans secousses violentes, nous nous sentons inquiets, inoccupés. Nous avons une impression de creux. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 208.
En partic.
Emploi abs. [Le mot peut être suivi d'un compl. circ. désignant l'estomac] Manque de nourriture dans l'estomac, le ventre; sensation de faim :
13. ... Loiseau annonça que décidément il se sentait un rude creux dans l'estomac. Tout le monde souffrait comme lui depuis longtemps, et le violent besoin de manger, augmentant toujours, avait tué les conversations. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 124.
[Le mot est suivi d'un compl. du nom ou d'un compl. circ.] Durée pendant laquelle il ne se passe pas ou peu d'événements importants, pendant laquelle il n'y a pas ou peu d'activité. Le creux de l'heure des repas; un creux dans la circulation.
[Le mot est suivi d'un compl. du nom qui désigne une manifestation de l'activité de l'esprit hum.] Manque de valeur, d'intérêt; vanité. Vrai Diogène, il [M. Pinault] voyait le creux d'une foule de conventions qui étaient des articles de foi pour mon excellent directeur (Renan, Souv. enfance,1883, p. 243).
B.− P. ext. [Le creux concerne la forme extérieure d'un obj.]
1. [Le mot est suivi d'un compl. du nom ou d'un adj. qui indique sa situation] Concavité. Creux poplité, creux de l'épaule. Antoine se glissa près d'elle, s'étendit sur la banquette et posa la nuque au creux de sa robe (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 1023).Je sentais, au creux des reins, le frisson de la peur (Sartre, Mots,1964, p. 160).
Emploi abs. En creux. En formant une concavité. Anton. en relief.Ses yeux (...) s'arrêtèrent un moment sur la place du lit où se marquait encore en creux l'empreinte de ses bras et de son dos (Bernanos, Joie,1929, p. 687):
14. La gravure en creux, qui se fait ordinairement sur cuivre ou sur acier, consiste à laisser intactes les parties claires du dessin et à ne fouiller dans la plaque de métal que les contours et les parties ombrées. Ch. Blanc, Grammaire des arts du dessin,1876, p. 617.
En partic. [Le mot est suivi d'un compl. du nom qui désigne une partie du corps hum.]
Creux de l'estomac. Concavité extérieure située sous le sternum, au niveau de l'estomac. L'insupportable oppression qu'elle sentit au creux de l'estomac (Barrès, Appel soldat,1900, p. 173).Pan, pan, aussi sec, mon poing dans chaque œil, et toc, mon gauche dans le creux de l'estomac (Queneau, Pierrot,1942, p. 19).
Creux de la main. Concavité formée par la paume de la main (à moitié) repliée. Boire dans le creux de sa main.
Tenir au creux de la main. Être petit, sans importance :
15. ... je préfère mille fois la petite étude de M. Vibert que nous avons vue à l'exposition des aquarellistes. Ce n'est rien si vous voulez, cela tiendrait dans le creux de la main, mais il y a de l'esprit jusqu'au bout des ongles: ... Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 501.
Être dans le creux de la main (de qqn). Être à la disposition, à la portée (de quelqu'un). Toute la science humaine est à toi. Toute la pensée humaine est là, dans le creux de ta main (Psichari, Voy. centur.,1914, p. 140).
2. P. méton.
a) [Le mot est suivi d'un compl. du nom] Partie la plus profonde d'une concavité. Une petite ville gracieusement logée au creux d'une vallée bocagère (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 131).Comment peut-on vivre dans la ville de sel, au creux de cette cuvette pleine de chaleur blanche (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1581).
P. métaph. ou au fig. Un oiseau au creux de l'orage (Bernanos, Joie,1929, p. 604).Au creux de la nuit tôt refermée (Gracq, Beau tén.,1945, p. 172):
16. la peste. − (...) Il me faut être le maître de tout ou je ne le suis de rien. Si tu m'échappes, la ville m'échappe. C'est la règle. Une vieille règle dont je ne sais d'où elle vient. diego. − Je le sais, moi! elle vient du creux des âges, elle est plus grande que toi, plus haute que tes gibets, c'est la règle de nature. Camus, L'État de siège,1948, p. 289.
En partic. Creux de la vague. La plus profonde incertitude, dépression. Être au creux de la vague. Nous sommes tous nés dans un creux de vague : qui sait l'horizon vrai? qui sait la terre? (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 281).Il a la sensation de descendre au creux de la vague (Bernanos, MmeDargent,1922, p. 11).
b) MAR. [Le mot est suivi ou non d'un compl. du nom] Creux (de la mer). ,,Profondeur entre deux lames, mesurée de la crête à la base`` (Gruss 1952). ,,Une mer d'un mètre de creux`` (Gruss 1952).
c) Emploi abs., POT.
Ensemble des objets creux. Anton. platerie :
17. Le coulage (...) n'était employé d'abord que pour ce qu'on appelle le creux, c'est-à-dire les tasses, pots à sucre, etc. A. Brongniart, Traité des arts céramiques,1844, p. 150.
Moule creux. Mes précieux moules (ou creux) en soufre de couleur d'ardoise (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 227).Le moulage à creux perdu (A. Brongniart, Traité des arts céramiques,1844p. 127).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adv. creusement. D'une manière creuse (supra I A 2 b). Je m'en irais aux glaciers du Rhône; je parlerais la langue de Schiller à ma maîtresse, et je rêverais creusement la liberté germanique (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 116).
Prononc. et Orth. : [kʀø], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. Adj. 1. ca 1180 cruose « qui est vide, creusé à l'intérieur » (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Bisclavret, 93); p. ext. a) 1474 « qui a été vidé de sa substance » ici « qui ne possède rien » (G. Chastellain ds Heilemann Chastellain, p. 223); 1611 viande creuse « peu substantielle » (Cotgr.); 1669 drap creux « imparfait dans son tissage » (Règlement sur les manufactures, art. 41 ds Littré); b) xves. adv. songer creux (J. Coquillart, éd. M. J. Freeman, Blason des armes et des dames, 315); 1611 teste creuse (Cotgr.); c) 1669 « vide » (Pascal, Pensées, IV, 1 d'apr. DG : Que le cœur de l'homme est creux); 2. 1174-77 « qui présente une concavité » (Renart, éd. M. Roques, VII a, 5925 : jusqu'a l'entree d'un val crues); p. ext. 1269-78 « creusé par la maigreur » (J. de Meun, Rose, éd. Lecoy, 10136), exemple isolé; av. 1613 (Regnier, Epit. 3 ds DG : En mon lit malade, les yeux creux). II. Subst. 1. ca 1121 « cavité creusée, plus ou moins profonde » (Benoit, Voyage de St Brendan, éd. E. G. Waters, 637); fig. a) 1690 mus. (Fur. : avoir un beau creux de voix); b) av. 1697 au fig. « vide » (Bossuet, Lettre à M. Santeul ds DG : Je trouve un grand creux dans ces fictions de l'esprit humain); 2. 1549 le creux de l'œil (Est.); 1559 le creux de la main (Amyot, Crassus, 35 ds Littré); 1611 le creux de l'estomac (Cotgr.); 1690 mar. (Fur.). L'aire du mot en gallo-roman dans les parlers de l'Italie septentrionale et en rhétorom. rend vraisemblable l'orig. celtique d'un lat. *crosus. Fréq. abs. littér. : 3 023. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 890, b) 4 167; xxes. : a) 4 990, b) 5 156. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 76, 188, 283. − Grundt (L. O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen, 1972, p. 335; pp. 342-344. − Quem. Fichier (s.v. creusement).Sain. Arg. 1972 [1907], p. 61, 72, 81. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 102.

Wiktionnaire

Adjectif

creux \kʁø\ masculin

  1. Qui présente une cavité, un trou intérieur.
    • Ce pilier n’est pas massif, il est creux en dedans.
    • Dent creuse.
  2. Qui est cave, concave.
    • Avoir les joues creuses.
    • Cette assiette n’est pas assez creuse.
  3. (Canada) Qui est profond.
    • Un fossé très creux, creux de deux mètres, de trois mètres.
  4. Enfoncé.
    • Des yeux creux, des yeux très enfoncés dans la tête.
  5. Qui donne une impression de vide, qui ne contient rien de sérieux ni de solide.
    • Son supérieur direct — une espèce de m’as-tu-vu arrogant, obsédé par les dernières lubies en matière de management et par le jargon creux qui allait avec — avait pondu une série d’instructions sans queue ni tête qui avaient eu pour conséquence fortuite de priver Lilian de toute responsabilité. — (David Graeber, traduit par Élise Roy, Bullshit jobs, Les liens qui libèrent, 2018, ISBN 979-10-209-0633-5)
    • Année creuse : Année où il s’est passé peu de choses.
    • Heures creuses : Heures où il y a peu d’achalandage, par opposition à l’heure de pointe.
    • C’est une tête creuse : Se dit d’une personne qui a peu d’idées ou peu de bon sens.
    • (Vieilli) Viande creuse : Mets qui ne nourrit point, qui n’est point solide.
  6. (En particulier) Futile en parlant des ouvrages d’esprit où l’on ne peut puiser une instruction solide.
    • Il y a des livres qui sont bien creux.
  7. (Mathématiques) Qualifie une matrice dont la plupart des éléments sont nuls.
  8. Qualifie une mer agitée.
    • Mer creuse : mer agitée, où se forment des lames considérables.
    • Une eau courait, fraîche et creuse, sur les mousses de velours (Victor Hugo, Les Contemplations, Livre I, Aurore, XIX,Vieille chanson du jeune temps, 1856)

Adverbe

creux \kʁø\

  1. Se dit des corps dont le son, lorsqu’on les frappe, indique qu’ils sont creux et vides.
    • Sonner creux.
    • Ce tonneau sonne bien creux.
  2. (Figuré) Se dit des choses, des personnes qui ont quelque apparence, mais point de qualités réelles.
    • Il est beau parleur, mais ses discours sonnent creux.

Nom commun

creux \kʁø\ masculin, invariable

  1. Cavité, concavité, trou.
    • Le seul bateau en vue était un vieux brigantin battant pavillon anglais, qui bondissait à la crête des grandes vagues et plongeait dans leur creux. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 179 de l’éd. de 1921)
    • Moïra dormait dans son lit, le lit où, pendant trois semaines, il avait couché lui-même. Elle retrouvait un creux qui prenait le corps à la hauteur des reins et l’obligeait à se plier un peu, à épouser la forme de cette espèce de dépression. — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 149)
    • Il a modifié en partie les paysages du domaine en plantant beaucoup d'arbres dans les creux en particulier des peupliers blancs appelés piboules, des micocouliers que Florian traite d'alisiers, et probablement quelques ormeaux et arbres fruitiers autour de château. — (Michel Cointat, Florian, 1755-1794: aspects méconnus de l'auteur de Plaisir d'amour, 2007, page 61)
  2. (En particulier) (Taille de pierre) Défaut de taille causé lorsque celle-ci est trop maigre consistant par l’apparition d’une zone sous-élevée par rapport à la surface travaillée.
    • Il y a un petit creux sur cette face, hélas, ça signifie qu’il va falloir tout reprendre.
  3. Faim, par ellipse de creux à l’estomac.
    • J’ai un creux.
  4. (Figuré) Vide, vanité d’une doctrine, d’une opinion, etc.
    • Je trouve un grand creux, bien du creux dans ces théories.
    • Vrai Diogène, il voyait le creux d’une foule de conventions qui étaient des articles de foi pour mon excellent directeur. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 140)
  5. (Arts) Moule dont on se sert pour imprimer quelque figure en relief.
    • Un creux de plâtre.
    • Un creux d’acier.
  6. (Marine) Dépression de la surface de la mer entre deux lames.
    • Un creux profond se forma à 30 mètres devant l'hélice, sèchement je poussai le volant en avant puis le tirai sur le ventre : l'hydravion se plaqua, en cabrée, sur le flan de la vague. — (Jean Mermoz, Mes Vols, Flammarion, 1937, page 72)
  7. (Cartographie) Réplique du modèle original en matériau quelconque où le relief du terrain est inversé, en général utilisée comme moule pour la fabrication des matrices[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CREUX, EUSE. adj.
Qui a une cavité intérieure. Ce bâton est creux. Cette statue, cette colonne est creuse. Ce pilier n'est pas massif, il est creux en dedans. Dent creuse. Roche creuse. Fam., Avoir le ventre creux, Avoir besoin de manger. Fig. et fam., Il n'y en a pas pour sa dent creuse, se dit en parlant d'un Repas où il n'y a pas suffisamment à manger pour quelqu'un. On le dit aussi, dans une acception plus figurée, en parlant d'un Gain qui ne suffit pas à l'avidité de quelqu'un. Il signifie quelquefois Qui est cave, concave. Avoir les joues creuses. Des yeux creux, Des yeux très enfoncés dans la tête. Il signifie aussi Qui est profond. Cette assiette n'est pas assez creuse. Un fossé très creux, creux de deux mètres, de trois mètres. La rivière est fort creuse en cet endroit. Un chemin creux. En termes de Chasse, Trouver buisson creux. Faire buisson creux. Voyez BUISSON. Fig. et fam., Viande creuse, Mets qui ne nourrit point, qui n'est point solide. Il se dit encore des Choses futiles et principalement des Ouvrages d'esprit où l'on ne peut puiser une instruction solide. Il y a des livres qui sont une viande bien creuse pour l'esprit. Se repaître de viandes creuses, Se remplir l'esprit d'idées chimériques d'espérances mal fondées. Il signifie encore, figurément, Qui est vide ou qui ne renferme que des chimères. Esprit creux. Idée creuse. Imagination creuse. Cette vision, cette pensée est bien creuse. Fam., C'est une tête creuse, se dit d'une Personne qui a peu d'idées ou peu de bon sens. On dit de même Cerveau creux, cervelle creuse. Adverbialement, Sonner creux, se dit des Corps dont le son, lorsqu'on les frappe, indique qu'ils sont creux et vides. Ce tonneau sonne bien creux. Il se dit figurément des Personnes et des choses qui ont quelque apparence, mais point de qualités réelles. Il est beau parleur, mais ses discours sonnent creux. Il s'emploie souvent comme nom masculin et signifie Cavité. Faire un creux. Cacher quelque chose dans un creux. Tomber dans un creux. Le creux d'un arbre. Le creux d'un rocher. Le creux de la main, La cavité qui se fait dans la paume de la main, quand on la plie un peu. Le creux de l'estomac, Cette cavité extérieure qui est entre l'estomac et la poitrine. On dit de même Le creux de l'aisselle, le creux de la nuque. Pop., Avoir un bon creux, un beau creux, se dit d'un Homme qui a une belle voix de basse, dont la voix peut descendre fort bas. Il se dit aussi, en termes d'Arts, d'un Moule dont on se sert pour imprimer quelque figure en relief. Un creux de plâtre. Un creux d'acier. Il se dit figurément du Vide, de la vanité d'une doctrine, d'une opinion, etc. Je trouve un grand creux, bien du creux dans ces théories.

Littré (1872-1877)

CREUX (kreû, kreû-z') adj.
  • 1Qui a une cavité intérieure. Une roche creuse. L'aigle avait ses petits au haut d'un arbre creux, La laie au pied, la chatte entre les deux, La Fontaine, Fabl. III, 6. Théodoret dit que Théophile, évêque d'Alexandrie, fit voir à ceux de cette ville les statues creuses où les prêtres entraient par des chemins cachés pour y rendre les oracles, Fontenelle, Oracles, I, 16.

    On dit d'un repas insuffisant, qu'il n'y en a pas pour la dent creuse de quelqu'un ; et fig. il n'y a pas de quoi le satisfaire.

  • 2Profond. La rivière est fort creuse à cet endroit. Fossé, chemin creux. Il représentait les forêts sombres qui couvrent les montagnes et les creux vallons, Fénelon, Tél. II.

    Assiettes creuses, assiettes plus profondes que les autres, et dans lesquelles on sert d'ordinaire la soupe.

    Terme de marine. Mer creuse, se dit de la mer quand il s'y forme des lames considérables.

  • 3Amaigri, cave. Avoir les joues creuses. Ses yeux creux et austères se changent en des yeux bleus d'une douceur céleste et pleins d'une flamme divine, Fénelon, Tél. XXIV.
  • 4Vide. Avoir le ventre creux, n'avoir pas mangé depuis longtemps.

    Terme de chasse. Trouver buisson creux, ne pas trouver le gibier où on espérait le trouver ; et fig. ne pas trouver la personne ou la chose qu'on était allé trouver.

    Drap creux, drap d'un tissu trop lâche, mal fabriqué.

    Terme de jeu. Jeu creux, jeu de cartes incomplet.

  • 5Viande creuse, viande peu substantielle, mets qui nourrit peu. Les écrevisses sont viandes creuses.

    Fig. Divertissement qu'on propose à une personne qui a besoin de manger. La musique est une viande bien creuse pour un homme affamé, Dict. de l'Académie.

    Se repaître de viandes creuses, s'infatuer d'idées chimériques, d'espérances folles. Ma foi, si vous songez à nourrir votre esprit, C'est de viande bien creuse, à ce que chacun dit, Molière, Femm. sav. II, 7. Oser lui préférer de légères douceurs, C'est d'une viande creuse aisément se repaître, Fontenelle, Poésies div. Œuvres, t. X, p. 387, dans POUGENS.

  • 6Vain, vide, chimérique. Que le cœur de l'homme est creux et plein d'ordures, Pascal, dans COUSIN. Ne me plaignez que de n'avoir point ma chère fille, qui me fait une si charmante et si aimable occupation et sans laquelle ma vie est toute creuse, Sévigné, 478. Au lieu d'un bien solide et effectif, ils n'ont embrassé que l'image creuse d'une vertu fantastique, Pascal, Pensées, part. II, art. 1. J'ai honte de discourir si longtemps sur des visions plus creuses que celles des malades, Bossuet, Var. XIII, § 43. Des spéculations creuses, Fléchier, Serm. I, 275. Des philosophes voudraient ébranler cette vérité [le libre arbitre] par de creuses spéculations, Fénelon, Exist. 63. À Dieu ne plaise que j'autorise une vaine crédulité pour de creuses visions, Fénelon, XVII, 255. Vous êtes insupportable, dit-elle, de me pousser à bout avec un raisonnement aussi creux que celui-là, Fontenelle, Mondes, 2e soir. Comment donc, point de nature et tout est art ? quelle idée creuse ! Voltaire, Dial. XXIX. Des idées creuses, soi-disant profondes, revêtues d'un style de rhéteur ou d'écolier, qu'on appelle de l'éloquence et quelquefois du sublime, D'Alembert, Éloges, Marivaux.

    Une tête creuse, un esprit creux, un homme qui a peu de bon sens.

  • 7Adverbialement. Sonner creux, se dit du son que rendent les corps creux et vides quand on les frappe. Ce tonneau vidé sonne creux.

    Songer creux, se laisser aller à de vaines rêveries, poursuivre en idée des chimères.

    Songe-creux, voy. ce mot à son ordre alphabétique.

HISTORIQUE

XIIIe s. Renart le vit si adreciez, Ne s'ose à lui abandonner, Ainz ne fina d'esperonner Jusqu'à l'entrée du val crues, Ren. 569. El [elles] versent vin en gorge cruese, Tout ainsinc cum en une huese, la Rose, 13649. Se les ées [abeilles] sont en creus de chesne ou d'autre arbre, Du Cange, apicularii.

XVe s. Dieu sçet se il songe creux et trouble, Coquillart, Droits nouv.

XVIe s. Le comte voiant la difficulté d'aller à la charge à lui par l'eau qui estoit fort creuse…, D'Aubigné, Hist. III, 252. Chemin creux, D'Aubigné, ib. III, 263. Et alla envelopper Ptolemaeus sans estre apperceu, à cause qu'il alla par chemin creux et bas, Amyot, Pyrrh. 63. Songer creux, Oudin, Curios. fr. Avoir le ventre creux, Oudin, ib. Cerveau creux, Oudin, ib. De la viande creuse, Oudin, ib.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. CREUX. Ajoutez :
8Creux s'est dit d'une imperfection dans le tissage des draps. … Ni aussi mêler ensemble les laines de différentes qualités, attendu que, les unes foulant moins que les autres, tel mélange rend le drap creux et imparfait en sa fabrique, Règlement sur les manufactures, art. 41, août 1669. … Ce qui rend la marchandise creuse et ouverte, Procès verbal de police d'Amiens, 16 janvier 1671.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CREUX, adj. & subst. Creux, adjectif, est synonyme à profond ; creux, substantif, est synonyme à cavité. Ces mots sont d’un usage fort étendu dans les Arts ; on dit, en Musique, d’un chanteur qu’il a du creux, lorsque sa voix descend fort bas ; en Fonderie, de l’intérieur d’un moule ; en Architecture, de l’espace vuide d’une colonne, &c.

Creux, s. m. (Marine.) Les marins appellent le creux, la profondeur d’un vaisseau, & c’est la distance qu’il y a entre le dessus de la quille & le dessus du bau du premier pont, non compris le bouge de ce bau. Voyez Planche V. de Marine, fig. 1. où la ligne XX désigne le creux.

Le creux se fait ordinairement des neuf vingtiemes du bau, c’est-à-dire d’une dixieme partie moindre que sa moitié, & quelquefois d’une douzieme.

D’autres constructeurs font cette profondeur exactement égale à la moitié du bau ou de la largeur, & cela afin de rendre plus élevée au-dessus de la surface de l’eau la premiere batterie, & l’empêcher d’être noyée.

La hauteur du premier pont vers le milieu du navire se trouve fixée par le creux ; mais comme on donne ordinairement un peu de relevement au pont à l’avant & l’arriere, il en résulte que le creux est plus grand en ces endroits qu’au milieu ; & la différence du tirant d’eau augmente encore beaucoup le creux de l’arriere, & diminue celui de l’avant ; mais quand on parle du creux d’un vaisseau, c’est du creux du milieu ou vis-à-vis le maître gabary dont il s’agit. Car le creux de l’arriere est le creux du milieu, plus la tonture du pont, & encore la moitié de la différence du tirant d’eau ; le creux de l’avant est le même que celui de l’arriere, moins toute la différence du tirant d’eau. Ce qu’on vient de voir est tiré des savans traités de MM. Bouguer & Duhamel, sur la construction des vaisseaux, auxquels on peut avoir recours si l’on a besoin de quelques détails plus particuliers sur cet article. (Z)

Creux d’une voile, (Marine.) c’est l’enfoncement que le vent fait dans la voile lorsqu’il souffle & l’enfle. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « creux »

Bourguig. crô ; Berry, cros, crot ; saintongeois, creut ; provenç. crus ; bas-lat. crosum et crotum. Diez propose, dubitativement il est vrai, corrosus, rongé et, par suite, creusé. Mais, en prenant les formes dans leur ensemble, qui ont une s ou un t, il semble qu'il faut, pour étymologie, un mot qui permette à la fois ces deux lettres ; or on a le latin crypta, grotte (voy. GROTTE), qui a donné à la fois le provençal crosa et crota. Ici la dérivation de crypta est indubitable, et rien n'empêche de l'étendre à creux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français crues, cruose, issu du latin tardif crosus, d’origine probablement gauloise. À comparer au franco-provençal cros, croz (« creux, cavité »), provençal cròs (« tombeau »), ligurien creusa, creuso.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « creux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
creux krø

Évolution historique de l’usage du mot « creux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « creux »

  • Le désespoir, un vocable creux inventé par les gens qui ne regardent jamais les étoiles. De Monique Proulx / Le sexe des étoiles
  • Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose. De Walt Whitman
  • Le chagrin est une soupe au sel. Elle laisse l'estomac bien creux. De Christian Bobin / Geai
  • J'ai une fessée rentrée dans le creux de ma main. De Raymond Queneau / Les Fleurs bleues
  • Cet enfant qui boit dans le creux de sa main, m'apprend que je conserve encore du superflu. De Diogène Le Cynique
  • Ce qui est creux n’est pas forcément profond. De Claude Frisoni / Frisoni soit qui mal y pense
  • Nul ne peut adorer Dieu ou aimer son prochain s'il a l'estomac creux. De Thomas Woodrow Wilson / Discours
  • Un creux est en nous, à jamais, mais le creux n'est pas l'abîme. De Jean-Bertrand Pontalis / La traversée des ombres
  • Défiez-vous des mots sonores : rien n'est plus sonore que ce qui est creux. De Alphonse Karr
  • Un baiser au creux du genou est un papillon de nuit sur une moustiquaire... De Anne Sexton
  • Rassemble les hommes du monde entier au creux de ton amour. De Aereld de Rielvaux / La vie de recluse
  • La modernité est sans doute le mot le plus creux de la langue française. De Serge Uzzan
  • La règle d’usage est que si le TRIN inscrit un plus haut à 3.00 ou au-delà après une baisse prolongée, la probabilité est forte d’avoir atteint un creux de marché précédant un retournement à la hausse, qui intervient la plupart du temps dans les trois jours suivants. Cependant, si l’indicateur dépasse subitement les 3.00 sur un mouvement de vente panique, cela indique que nous ne sommes qu’au début de nos peines, comme cela s'est produit le 4 décembre 2018. , Identifiez les creux de marchés avec le TRIN (Short-Term Trading Index)
  • Un estomac creux n’est pas un bon conseiller politique. De Albert Einstein / Cosmic religion
  • Ventre plein sonne bien, ventre creux sonne mieux. De Proverbe français
  • Le chagrin, brûlure au creux de la poitrine. De Philippe Delerm / La cinquième saison
  • Le rapport de recherche sur le marché des buses de pulvérisation à cône creux se concentre entièrement sur la part de marché des buses de pulvérisation à cône creux, le volume, les technologies innovantes et l’évaluation détaillée du marché mondial des buses de pulvérisation à cône creux. L’étude a également démontré un bref profilage des principales entreprises qui opéraient sur le marché des buses de pulvérisation à cône creux aux côtés de la part de marché des buses de pulvérisation à cône creux et d’autres paramètres essentiels. Le rapport sur le marché mondial des buses de pulvérisation à cône creux comprend des tendances qui devraient entraver la croissance du marché mondial des buses de pulvérisation à cône creux au cours de la période de prévision entre 2020 et 2026. Journal l'Action Régionale, Recherche sur le marché des buses de pulvérisation à cône creux (impact de COVID-19) 2020-2026: Delavan, Schlick, Euspray, EXAIR – Journal l'Action Régionale
  • Rappelons que des millions de personnes continuent de déposer une demande d'emploi chaque semaine et un bon nombre d'industries et d'entreprises ne tournent pas à plein régime. Apple vient même de décider de fermer certaines boutiques dans des États américains connaissant un rebond des cas de coronavirus. La question d’avoir un scénario en double creux se pose alors aujourd’hui. PATRIMOINE24 - Toute l'actualité de la gestion de patrimoine, Le risque d’un scénario en double creux analysé par Mirabaud - PATRIMOINE24 - Toute l'actualité de la gestion de patrimoine
  • Nous avons vécu au cours des derniers mois l'effondrement économique le plus brutal dans l'histoire de la République fédérale. Au deuxième trimestre, la performance économique a sans doute baissé encore bien davantage qu'au premier. Mais la bonne nouvelle est que nous devrions avoir franchi le creux de la vague et que la situation s'améliore. Mais cet effondrement brutal sera uniquement suivi d'une reprise relativement progressive. , « Nous devrions avoir franchi le creux de la vague » Entretien avec « Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung »

Images d'illustration du mot « creux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « creux »

Langue Traduction
Anglais hollow
Espagnol hueco
Italien cavo
Allemand hohl
Chinois 空心的
Arabe أجوف
Portugais oco
Russe полый
Japonais くぼみ
Basque hutsak
Corse cavu
Source : Google Translate API

Synonymes de « creux »

Source : synonymes de creux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « creux »

Creux

Retour au sommaire ➦

Partager