Passe : définition de passe


Passe : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PASSE1, subst. fém.

I. −
A. Action de passer, de faire passer.
1. [Corresp. à passer11resection I A, B] Gén. vieilli ou littér.
a)
α) Synon. de passage (v. passage1I A).Le mistral donnait (...) au dur labeur, aux misères, aux superstitions de pays le même entrain de santé, de belle humeur, ramassant et secouant dans ses passes les «dia! hue!» des charretiers, les grelots (A. Daudet,N. Roumestan,1881, p.75).Les avions de chasse volant à des vitesses largement supersoniques n'auront guère qu'une seule «passe» pour descendre leur adversaire aérien (Billotte,Consid. strat.,1957, p.4201).
Droit de passe. Les conseils accordèrent quelques taxes nouvelles, notamment le droit de passe sur les routes (Lefebvre,Révol. fr.,1963, p.505).
Mot de passe (usuel). Formule convenue destinée à se faire reconnaître comme ami, à se faire ouvrir un passage gardé. J'étais au milieu de cette foule comme un intrus à qui l'on n'a pas donné le mot de passe, et qui sent chaque visage tourner vers le sien une insupportable interrogation (Gracq,Syrtes,1951, p.106).V. autonyme ex. de Rey-Debove, s.v. -onyme, -onymie, -onymique:
1. −Qu'est-ce que vous trouvez ridicule? demande Marat. −Tout cela, dit-elle... (...): −... l'attentat contre le train, les mots de passe, le «cloisonnement», les «liaisons», les gaullistes, la Résistance, la Pas-Résistance... Vailland,Drôle de jeu,1945, p.153.
P. métaph. ou au fig. Une partie de notre inquiétude vient de ce que nous ne détenons pas encore les mots de passe de l'époque (J.-R. Bloch,Dest. du S.,1931, p.150).Je vous ai surpris plus d'une fois à vous taire, à parler du joli temps qu'il faisait quand j'entrais dans votre turne, j'étais donc remis à l'écart, admis seulement à vos demi-secrets, à votre vie ésotérique, exclu de vos mots de passe les plus intimes, de vos connivences les plus profondes (Nizan, Conspir., 1938, p.229).
β) P. méton.
Permis de passage, laissez-passer. Le sous-préfet [à Bayonne] m'a donné une passe pour l'extrême frontière (Stendhal,Mém. touriste,t.3, 1838, p.181).Nul ne quitte la ville sans une passe de monsieur de Cypierre, fût-il, comme moi, membre des États (Balzac,Martyr calv.,1841, p.187).
Titre de circulation gratuit. Sur sa présentation, nous devons, pour la première fois de notre vie, un privilège à notre titre d'hommes de lettres: une passe d'aller et retour à Strasbourg (Goncourt,Journal,1860, p.787).Quand je pense qu'il y a de grands auteurs, et riches, qui voyagent en première classe, et sans payer, grâce à des passes de chemin de fer qui leur sont données (Léautaud,Passe-temps,1929, p.79).
Région. (Canada). Titre de transport, carte d'abonnement. Bon! ma passe. Où est ma passe pour prendre le train? (F. Théoret, L'Échantillon,1976, p.35 ds Richesses Québec 1982, p.1728).
Synon. de passade (v. ce mot A 2 b en partic.).Donner la passe, faire la passe, ,,secourir`` (Rigaud, Dict. arg. mod., 1881, p.278). Demander la passe: c'est demander des secours aux ouvriers des lieux où l'on passe (Moisand, Physiol. impr., 1842, p.57).
b) CHASSE. Synon. de passée (v. ce mot B 1 a).L'aube s'annonça prochaine. «L'heure de la passe», songea Didace. Mais les canards avaient quitté le pays. Il se recueillit pour entendre en lui, encore une fois, leur dernier vol. Le bruit d'ailes mollissait, lointain: Didace verrait-il les canards sauvages revenir au printemps? (Guèvremont,Survenant,1945, p.80).
2. Spéc. [Corresp. à passer11resection IV B]
a) MÉCAN. Action par laquelle on soumet une pièce ou un matériau au travail exécuté par un outil sur machine-outil en un cycle mécanique. L'acier fondu (...) est coulé en lingots, qui sont immédiatement transformés en rails au moyen d'un certain nombre de passes au laminoir (Bricka,Cours ch. de fer,t.1, 1894, p.294).À partir du fil machine pour amener le fil jusqu'au diamètre définitif, le nombre des passes peut être considérable (Bouasse,Cordes et membranes,1926, p.4):
2. Le grainage est obtenu au moyen d'une machine à imprimer (fig. 24) dans laquelle le cuir est comprimé par un rouleau mobile R contre une plaque P fixée au bâti A et qui porte en négatif le relief du dessin de grain à reproduire. Cette plaque n'ayant qu'une trentaine de centimètres de largeur, le cuir doit être imprimé par bandes successives et on opère par une série de passes parallèles. Bérard, Gobilliard,Cuirs et peaux,1947, p.107.
b) TANN., TEINT. Action consistant à plonger un matériau dans un bain traitant. Teindre en deux passes (Duval 1959). Quand on est obligé de passer plusieurs fois une étoffe dans un même bain, on donne le nom de passe à chaque opération partielle (Doin,Dict. teint.,1828, p.1).
P. méton. [Le] jus [tannant] est renforcé par addition d'extrait neuf, (...) il est prêt à recevoir une nouvelle tournée [de cuirs] ou «passe» (Bérard, Gobilliard,Cuirs et peaux,1947p.74).
c) MARINE
α) Tour que fait un cordage sur une poulie ou sur un corps quelconque. (Dict.xixeet xxes.).
β) [Pour faire une épissure] ,,La première passe est seule délicate; il faut faire passer chaque toron décommis d'un des bouts sur un toron non décommis de l'autre`` (Galopin,Lang. mar.,1925,p.36).
P. méton. Bout décommis (v. commettre1A) d'un cordage que l'on introduit dans les intervalles des torons pour faire des épissures. (Dict.xixeet xxes.).
P. anal. Avant de clouer définitivement [sur le châssis de la cassette] la seconde extrémité (...) [des rubans placés en largeur], on les passe alternativement dessus et dessous les rubans placés en longueur, de manière que les passes du second ruban contrarient les passes du premier (Nosban,Manuel menuisier,t.2, 1857, p.213).
B. − Geste, mouvement particulier.
1. SPORTS, SPECTACLES
a) CIRQUE, GYMN. Passage d'un acrobate, d'un gymnaste, d'un appareil à l'autre, d'un appareil à un porteur, d'un porteur à l'autre (d'apr. Giteau 1970). Puis commencèrent les premières passes. [Genesio] les commentait (...) −Passe simple (...) Passe-jarrets... Demi-pirouette (...) Tout ici, paraissait simple, facile, et même cette pirouette-et-demie (...) cet étonnant casse-cou retourné (Vialar,Zingari,1959, p.133):
3. Edmond Rainat, trapéziste français (...) exécutait un exercice extraordinaire, le «double saut périlleux de trapèze». (...) s'il exécutait parfois au gymnase la passe en triple saut périlleux, il ne put jamais être assez sûr de cette fabuleuse prouesse pour la produire devant le public. Arts et litt.,1935, p.44-9.
b) ESCRIME
α) ,,Action de passer le pied gauche au-devant du pied droit (passe avant) ou de passer le pied droit en arrière du pied gauche (passe arrière)`` (Petiot 1982). [Il] tenait son arme comme un cierge, poussait comme un sourd, se découvrait. Dès la première passe, il reçut un coup droit qui glissa sur le plat des côtes. L'épée avait piqué (A. Daudet,Trente ans Paris,1888, p.203).
β) Passe d'armes. ,,Enchaînement d'attaques, de parades et de ripostes`` (Sports Mod. Illustr., 1906 ds Petiot 1982).
P. méton. [À propos d'un tournoi] Rencontre et passage des jouteurs. Deux hérauts à cheval [dans le Tournoi de Rubens] sonnent de la trompette et accompagnent la passe d'armes de leurs fanfares (Gautier,Guide Louvre,1872, p.132).
P. anal., littér. Une passe d'armes rapprocha [les mâles] entrecroisa leurs pattes griffues (...) Rroû, d'un bond (...) portait sa botte en plein vol (Genevoix,Rroû,1931, p.133).
Au fig. Passe (d'armes). Échange serré d'arguments contradictoires entre deux interlocuteurs. Mon Dieu [dit Suzanne]! c'est qu'il y a des gens qui ne peuvent (...) écrire en compagnie. Je répliquai comme il convenait, et, après quelques passes courtoises, je fis descendre mon gros registre (Feuillet,Scènes et prov.,1851, p.342).Le chapitre sur les amendements fut la cause de la plus violente passe d'armes qui pût faire valoir la force et la politique de la conférence (Charte Nations Unies,1946, p.13).Le dialogue, à l'intérieur des organisations professionnelles, prend tantôt le ton de l'amitié, tantôt l'allure de la passe d'arme (Debatisse,Révol. silenc.,1963, p.164).
P. méton. Argument contradictoire. Barussa fut arrêté le lendemain et comparut en Cour d'assises deux mois après. Mmede St Fulbaire fut citée comme témoin à décharge (...) on la boucla avec les autres témoins, dans une salle sordide, tandis que les hommes de loi échangeaient leurs premières passes (La Varende,Contes fervents,Pinsonnière, 1948, p.60).
c) SPORTS D'ÉQUIPE. Action du joueur qui passe (de la main ou du pied) le ballon à un partenaire autant que possible bien placé ou démarqué (d'apr. Petiot 1982). Passe de rugby. Le volleyeur peut passer le ballon à l'un de ses partenaires, lequel à son tour le lancera (...) à un autre partenaire mieux placé. Selon les cas, la passe est dite haute ou basse, avant ou arrière (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.,1952, p.84).L'essentiel dans tous les cas est de se rendre maître du ballon et de préparer (...) l'enchaînement technique (passe, tir, dribble, feinte) le plus favorable à la progression du ballon vers le but adverse (Mercier,Football,1966, p.37):
4. ... [la] souplesse de poignets est à l'origine d'une grande gamme de passes: devant soi, latéralement, derrière soi (nuque, dos, hanche), à deux mains, à une main, de pied ferme, en déplacement, en suspension, tout ceci sans regarder l'homme auquel on passe. Jeux et sports,1967, p.1389.
d) PRESTIDIG. Synon. de manipulation (v. ce mot A 2 c ex. de Jeux et sports).Arrivé ainsi au comble de la tristesse, l'auteur [de l'Ecclésiaste] (...) entame cette description de la vieillesse, (...) qui ressemble aux éblouissantes passes d'un prestidigitateur, jonglant avec des têtes de mort (Renan,Hist. peuple Isr.,t.5, 1892, p.156).
P. anal. Un appentis est le hangar de la camera, le laboratoire où l'on effectue, à la lumière rouge, les délicates passes magiques des truquages (Sadoul,Cin.,1949, p.30).
e) TAUROM. Manoeuvre exécutée par le torero et destinée à provoquer la charge du taureau. Passe de cape; passe de muleta. Après plusieurs passes, quand le matador croit bien connaître son antagoniste, il se prépare à lui donner le dernier coup (Mérimée,Mosaïque,1833, p.266).V. cape1A 3:
5. ... voyant le taureau si docile à se laisser leurrer, ses jambes qui dansaient, fuyaient, se stabilisèrent et finirent par se joindre l'une à l'autre et elles ne bougèrent plus tandis qu'il consommait enfin, parfaitement, la passe dite véronique. Montherl.,Bestiaires,1926, p.421.
P. plaisant. Un couple de Russes exécute une fausse danse espagnole: l'homme a un oeillet dans la bouche, une cape castillane; la femme fait des passes avec un tablier de cuisine et, sur la tête, un képi français (Morand,Eur. gal.,1925, p.36).
f) TIR. Mouvement au cours duquel on tire un nombre déterminé de balles. Chaque concurrent a soixante balles à tirer en deux passes de trente balles; chaque passe de trente balles comprend deux séries de cinq balles en huit secondes, deux séries en six secondes, deux séries en quatre secondes (Jeux et sports,1967, p.1460).
2. OCCULT. Geste des mains exécuté par un magnétiseur pour provoquer l'hypnose chez son sujet. [Le Maître] débita un sermon sur l'amour; suivi d'incantations et de passes magnétiques, assez semblables aux exercices des églises nègres méthodistes (Morand,Champions du monde,1930, p.166).
C. − Rapport sexuel rapide d'une prostituée avec son client. La chambre était vide. Sur le lavabo, ils avaient mis un petit carré de savon vert, pour la passe (Sartre,Mur,1939, p.75).On (...) a vu [l'étudiant] tenir de grands discours à de petites morues effarées qui ne savaient que lui répéter le prix de la passe et de la carrée... Un type foutu! (Magnane,Bête à concours,1941, p.37):
6. [Le ministre:] (...) La Sûreté générale dispose de toutes les maisons de rendez-vous de Paris. Il n'en est pas une qui ne soit une souricière, pas une dont la maquerelle ne fasse connaître à nos services l'aubaine, c'est-à-dire le personnage important qui est venu chez elle pour une passe, dans la journée ou la soirée. L. Daudet,Coeur brûlé,1929, p.44.
Fille de passe (rare). Prostituée. Rue de la-Tour-d'Auvergne, un rez-de-chaussée humide dans une maison appartenant aux hospices, espèce de tanière de journaliste, un trou à hommes de lettres ou à filles de passe (Goncourt,Journal,1860, p.824).
Maison de passe. Maison de prostitution. Il méprisait la fausse élégance des maisons de passe (Jouve,Scène capit.,1935, p.217).
Hôtel de passe. Hôtel où les prostituées amènent leurs clients. Il eut vaguement la tentation de suivre dans un hôtel de passe la première fille rencontrée (Vailland,Drôle de jeu,1945, p.199).
P. méton. Rémunération d'une passe. La sous-maîtresse (...) quand la patronne n'est pas là met des passes dans sa poche (ChautardVie étrange Argot1931, p.199).
II. − Endroit par où l'on passe.
A. − Passage (v. passage1II A 2).
1. Vieilli. −Et la passe souterraine! je la connais (...) −Quelle passe souterraine? (...) −C'était pour autrefois, dans les temps, quand la Tourgue était assiégée (Hugo,Quatre-vingt-treize,t.1, 1874, p.72).
Synon. de passée (v. ce mot B 1 b β).On tend les trappes pour les loups à l'entrée des passes, au débouché d'un fourré (Chateaubr.,Voy. Amér. et Ital.,t.1, 1827, p.219).
2.
a) [En mer ou dans un cours d'eau] Étroit passage navigable; en partic., chenal d'entrée et de sortie d'un port, couloir reliant un lagon corallien aux eaux du large. Passe balisée, draguée; passe de mer, d'un marais; musoir, phare d'une passe; prendre, manquer la passe. L'appareillage eut lieu à 8 H 45 et la passe fut franchie à 9 H 15 à une vitesse de 4 noeuds aidée par un courant de jusant de 2 noeuds (Romanovsky,Mer, source én.,1950, p.58).Une barque de pêcheur, sur les eaux désertes, glissait silencieusement vers la passe (Gracq,Syrtes,1951, p.119).V. communication II B ex. de Bourde:
7. Les rades peuvent être largement ouvertes comme à Naples ou à Alger, ou, au contraire, ne s'ouvrir sur la mer que par un goulet ou des passes très étroites comme à Rio de Janeiro, à Sydney, et également à Brest. M. Benoist, Pettier,Transp. mar.,1961, p.182.
P. méton. Autorisation d'entrer dans la passe. Un navire absent de Beyrouth depuis un mois, le Grand-Saint-Antoine, demande la passe et propose de débarquer (Artaud,Théâtre et son double,1938, p.20).
b) P. anal. [En montagne] Synon. de col (v. ce mot B 3), défilé (v. ce mot A et port3).Tout le peuple d'Alsace (...) s'est donné rendez-vous à cette passe des Vosges pour émigrer solennellement (A. Daudet,Contes lundi,1873, p.20).Le névé au-dessus de la passe Saint-Mathieu avait fondu dans le temps de la dernière nuit, et tout était prêt là-haut pour une chaleur éclatante (Jouve,Scène capit.,1935, p.20).
P. plaisant. Vers deux heures après-midi, je vois les casques à pointe qui débouchent au-dessus de la Montée-Rouge (...). Je regardais leur vermine descendre sur le pays, et d'avoir un oeil sur la maison, tu peux compter que ça me serrait la passe du gosier (Aymé,Jument,1933, p.56).
B. − Au fig.
1. (Bonne, mauvaise) passe. Période, situation (dans laquelle les conditions, les circonstances sont particulièrement favorables ou particulièrement défavorables). Synon. passage1(v. ce mot II A 3).Ah! quand on s'est trouvé dans la passe où j'étais, en face de l'échafaud (...) on s'en souvient ivre mort (Balzac,C. Birotteau,1837, p.183).Les héritiers se trouvent dans une passe difficile, mais dont ils peuvent sortir à leur avantage (Becque, Corbeaux, 1882, ii, 9, p.136).Il est certain que l'industrie privée (...) n'aurait pu, sans une aide puissante de l'État, franchir les mauvaises passes de l'après-guerre (Chenot,Entr. national.,1956, p.53).V. beau I A 2 a ex. de Balzac et ex. 37.
[Sans déterm.] Mauvais moment, passage à vide. À l'ordinaire (...) l'enfant animait tout; mais il avait des passes... Sa gaieté tombait des heures entières (La Varende,Pays d'Ouche,1934, p.102).
2. Loc. (Être) en passe de + inf.(Être) sur le point de, dans les conditions favorables pour. Être en passe de réussir. Le comte (...) était bien plus fier (...) depuis qu'il se croyait en passe de disputer le coeur de la Fausta à un prince (Stendhal,Chartreuse,1839, p.214).La géométrie projective souffrait de certaines difficultés que la géométrie analytique était en passe de surmonter (Hist. gén. sc.,t.3, vol. 1, 1961, p.26).V. grâce I B 1 ex. de Sandeau:
8. Certains ont mené leurs hommes au massacre, sans profit d'aucun ordre et comme pour répondre à l'appel d'une tradition (...). Hélas! ce sont ces mêmes hommes qui sont en passe de nous gouverner demain. Gide,Journal,1943, p.242.
Vieilli. Être dans la plus belle passe pour + inf.; être en aussi belle passe de + subst.Il est officier aux gardes, et dans la plus belle passe pour avoir de l'emploi (Mérimée,Théâtre Cl. Gazul,1825, p.186):
9. Quand les journaux flairent que le public veut savoir comment un homme a le nez fait (...), cet homme est au comble de la gloire. Il peut se dire que personne, −à l'exception des condamnés à mort, −n'est en aussi belle passe de popularité. Veuillot,Odeurs de Paris,1866, p.393.
III. − [Corresp. à passer11resection I C 2] Ce qui dépasse.
A. − IMPRIMERIE
1. Passe ou main de passe. Feuilles de papier ajoutées à la quantité nécessaire au tirage pour compenser celles qui pourraient être salies, froissées ou déchirées pendant l'impression ou au cours des manipulations ultérieures (d'apr. Comte-Pern. 1974). Main de passe ou chaperon, main de papier ajoutée par rame pour parer aux accidents (Coston,A.B.C. journ.,1952, p.196).
2. Exemplaire de passe. Exemplaire défectueux, endommagé, défraîchi ou réservé aux services de presse et comme tel non commercialisable et donc défalqué par l'éditeur du nombre de ceux sur lesquels sont calculés les droits d'auteur (d'apr. Impr. 1977). Quand on pense que nous ne touchons rien sur les exemplaires de passe, c'est écoeurant! (Colette,Cl. ménage,1902, p.135).[Les] droits d'auteur ne portent pas sur les exemplaires dits de passe, destinés à couvrir les défets en cours de fabrication (Civilis. écr.,1939, p.18-9).
Absol. La passe. Ensemble des exemplaires de passe. [François] −Je voudrais votre sentiment, Dralay, ne croyez-vous pas que nous n'avons pas tiré assez d'exemplaires de La Victoire de la Russie (...)? Il ne répondit pas directement (...) −On aurait pu en vendre vingt mille. Et on en a tiré trois mille! −Plus la «passe», fit-il ironiquement (Vialar,Dansons,1950, p.146).
B. − JEUX (jeu de la boule, roulette). [P. oppos. à manque (v. manque1A 3)] Série de numéros. J'ai été à deux doigts de la fortune, reprit Alexis. J'ai voulu recommencer le système de l'après-midi. Attendre la série et attaquer (...) Des louis sur les numéros, pour m'amuser pendant que je pointais la sortie des tableaux (...) J'ai choisi passe, qui était le plus en retard (Lacretelle,Hts ponts,t.4, 1935, p.9).Les mises sur pair ou impair, rouge ou noir, passe ou manque, dites de chances simples (les autres sont qualifiées de chances multiples (...)) ne rapportent qu'un montant égal à la mise (A. Neurisse,Les Jeux de casino,Paris, P.U.F., 1977, no985, p.67).
C. − CHAPELL. [P. oppos. à la calotte à laquelle il est ajusté] Bord d'un chapeau de femme. Quelques capotes ont pour ornement des liserets de satin très-étroits et formant des courbes concentriques sur la passe et sur la forme, et un limaçon sur le fonds (Obs. modes,1819, p.79).C'était un bonnet dont la passe, très ornée, se composait d'étroits bouillonnés alternant avec des entre-deux brodés (Zola,Assommoir,1877, p.510).Non moins charmant est [le chapeau] «Mille feuilles», dont, sur la passe, les pailles rouges, dentelées se superposent sans lourdeur (L'OEuvre,31 mars 1941).
Rem. gén. 1. Arg. ,,Guillotine`` (Carabelli, [Lang. pègre], s.d.). Gerber à la passe (v. gerber B arg.). 2. Région. (Canada). Moustiquaire. Il a mis les passes à son chalet (Bél. 1957).
Prononc. et Orth.: [pɑs], [-a-]. Martinet-Walter 1973 [ɑ], [a] (12/5). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) 1368 «passage» (Arch. Nord B 15279, fol. 36: Pour demi cent de broques mises a pluiseurs passes servans a prendre loutres et autres males bestes); b) 1383 «but, au jeu de javelines» (Arch. JJ 122, pièce 337 ds Gdf); c) 1611 jeux «endroit par où la bille ou la boule doit passer» (Cotgr., d'où 1648 fig. être en passe de + inf. «être en position favorable pour» (Scarron, Virgile travesti, livre 7, éd. 1786, t.4, p.440); 1671 au propre être en passe «être assez proche de la passe pour pouvoir mettre dedans» (Pomey); 1704 être dans une belle passe (Trév.); d) 1691 mar. (Ozanam); e) 1773 «tour que fait un cordage sur une poulie ou un corps quelconque» (Bourdé de Villehuet, Manuel des Marins, t.2, p.136); f) 1828-29 arg. «peine de mort, guillotine» (Vidocq, Mém., t.1, p.383 et t.2, p.289 [p.allus. à la lunette de la guillotine, v. Esn.]); 2. a) ca 1375 vénerie «(d'oiseaux) action de passer (et endroit par où ils passent)» (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, § 135, synonyme de passée, v. glossaire); 1549 «id.» (Est., p.668); b) 1669 escr. (Widerhold); c) 1750 «dernière façon qu'on donne à certaines couleurs en les passant légèrement dans une cuve de teintures» (Hellot, Teinture, p.167); d) 1779 danse (C. J. Dorat, Coup d'oeil sur la litt., le Déluge, acte 1, p.196); e) 1828-29 mot de passe, v. mot; f) 1829 maison de passe (d'apr. Esn.); 3. a) 1424 «lisière (d'un drap)» (Arch. JJ 173, pièce 151 ds Gdf); b) 1690 «petite somme destinée à rétablir la valeur primitive d'une monnaie qui avait été réduite» (Fur.); c) 1690 jeux (Fur.: Passe, signifie aussi le jeu ordinaire que celuy qui tient les cartes est obligé de mettre à son tour); d) 1835 impr. main de passe (Ac.). Déverbal de passer*; au sens arg. «étreinte rapide qu'une prostituée accorde à son client» à rapprocher du sens de passe, en escr., cf. faire une passe au collet «contenter une femme» (Le Roux, p.138), v. Esn. et Cellard-Rey. Fréq. abs. littér.: 1125. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1460, b) 1738; xxes.: a) 1632, b) 1629. Bbg. Autheville (P. d'). Termes techn. empl. en sellerie. Banque Mots. 1977, no14, p.159. _Bäcker (N.). Probleme des inneren Lehnguts dargestellt an den Anglizismen der französischen Sportsprache. Tübingen, 1975, pp.287-288. _Henschel (B.). Qq. dat. nouv. du xviiies. Fr. mod. 1969, t.37, pp.128-129. _Hotier Cirque 1972, p.119. _Sain. Arg. 1972 [1907], p.95.

PASSE2, subst. fém.

Oiseau de l'ordre des Passereaux.
Passe, passe(-)buissonnière, passe de haie. Synon. usuel de accenteur* mouchet (d'apr. Lar. encyclop.).La passe buissonnière (...) volète dans le roncier (Genevoix, Rroû, 1931, p.184).
Passe de saule. Synon. usuel. de moineau friquet* (d'apr. Lar. encyclop.).
Prononc.: [pɑs], [-a-]. Étymol. et Hist. xiiies. «passereau, moineau» (Guill. de Tyr, VI, 6, P. Paris ds Gdf.), terme désignant différentes espèces d'oiseaux (v. FEW t.7, pp.727-728). Du lat. passer «passereau, moineau», v. passereau.

PASSE3, subst. masc.

V. passe-partout I A rem.
Prononc.: [pɑs], [-a-]. Martinet-Walter 1973 [ɑ], [a] (10/7). Étymol. et Hist. 1894 (Lévy-Pinet, p.48). Abrév. de passe-partout*.

Passe : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

passe \pɑs\ ou \pas\ féminin

  1. Action de passer, passage.
  2. Endroit par où l’on passe.
  3. (Marine) Sorte de chenal que les bâtiments peuvent suivre sans échouer.
    • Des morceaux d’icebergs, détachés par l’ouragan, tombaient dans la passe et en rendaient la traversée fort périlleuse. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Cependant, son évitement effectué, l’Astara s’est mis en marche sous l’action de ses puissantes roues, et il est bientôt en dehors des passes. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Je m’engageai dans la passe et commençai à louvoyer contre la marée et un fort vent debout. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  4. (Imprimerie) (Librairie) Ellipse de main de passe.
  5. (Escrime) Action par laquelle on avance sur l’adversaire, en faisant passer le pied arrière devant le pied avant.
    • Faire une passe sur quelqu’un.
  6. (Sport) Dans les jeux de ballon, action qui consiste à envoyer la balle à l’un de ses coéquipiers (généralement à la main ou au pied).
      • La passe est le geste du rugby. Passe sur un pas, passe sautée, passe croisée, passe vrillée… Elle est don du ciel et don de soi. Par elle, le rugby a parfois des allures de ballet.  — (Éric des Garets, Du rugby , éd. Le Castor astral, 1999)
    • Le rendu donnait un style wagnérien ([…]), spectacle fait de quelques passes immédiatement verticales, de nuques longues et de moustaches guerrières donnant aux courses époumonées une indéniable esthétique télévisuelle. — (Thibaud Leplat, Football à la française, Solar Éditions, 2016)
  7. (Danse) Mouvement du corps particulier à quelques figures.
  8. Les mouvements qu’un magnétiseur fait avec les mains, soit en touchant légèrement la personne qu’il magnétise, soit à distance d’elle.
  9. La partie d’un chapeau de femme qui est attachée à la calotte et qui abrite le visage.
    • C’était un bonnet dont la passe, très ornée, se composait d’étroits bouillonnés alternant avec des entre-deux brodés. Aussi s’appliquait-elle, muette, soigneuse, repassant les bouillonnés et les entre-deux au coq, un œuf de fer fiché par une tige dans un pied de bois. — (Émile Zola, L'Assommoir, éd. Charpentier, 1879, chap. 5, p. 184)
  10. Relation sexuelle entre un prostitué ou une prostituée et son client.
    • Peu à peu, il agrandit son établissement, lui adjoignit un hôtel borgne où de savantes « passes » lui assurèrent de larges profits. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • Mais au bagne, il a plus d'amants qu'il ne peut rêver en avoir en liberté. En plus de son amant de cœur, le bique, il fait des clients à vingt-cinq francs la passe, exactement comme une pute du boulevard Rochechouart à Montmartre. — (Henri Charrière, Papillon, éd. Robert Laffont, 1969, p. 401)
    • En 1902, les pensionnaires de la maison de tolérance de La Seyne effectuent , en moyenne, cinq passes par jour. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
    • Le capotier de Lyon, vendeur ambulant, a fait quelques calculs à partir du nombre de préservatifs qu’il écoule chaque année auprès des prostituées. Il avance le chiffre invérifiable d’un million de passes par an sur la région lyonnaise. — (Alice Géraud, Loi: les prostitués font corps avec les clients, dans Libération (journal) du 1er avril 2011)
  11. Désigne, en prestidigitation, la méthode de manipulation employée pour réaliser un effet particulier : disparition, substitution, apparition etc.
    • Faire une passe.
  12. (Chasse) Courte session de chasse effectuée à l’aube ou au crépuscule.
    • aller à la passe
    • Il rentrait de la passe au canard. Deux volatiles pendaient à sa ceinture. — (Marcel-E. Grancher, Dombes, Éditions Optic, 1945, page 80.)
  13. (Québec) Serre-tête.

Nom commun 2

passe \pɑs\ ou \pas\ masculin

  1. (Transport) Carte permettant à son détenteur de franchir un contrôle après avoir été identifiée par l’organisme émetteur, et à ce dernier de vérifier la validité des données, de gérer le compte du détenteur et de recueillir diverses informations.
    • Introduire son passe dans la fente pour ouvrir une porte.
  2. (Cuisine) Endroit où les plats sont posés avant d’être envoyés aux clients d’un restaurant.
    • Il contrôle les plats à leur arrivée sur le passe — (ens-prof-tertiaire.ac-dijon.fr, 2013)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Passe : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PASSE. n. f.
Action de passer. Mot de passe, Mot convenu qu'il faut connaître et qu'il faut dire pour pouvoir passer dans un endroit gardé. Faute d'avoir le mot de passe, il dut revenir sur ses pas.

PASSE signifie aussi Endroit par où l'on passe. Il se dit spécialement dans ce sens en termes de Marine pour désigner une Sorte de chenal que les bâtiments peuvent suivre sans échouer. On peut entrer dans ce port par deux passes. Ce pilote connaît bien les passes. Fig. et fam., Être en passe d'avoir quelque emploi, quelque charge, etc., Être dans une position favorable pour l'obtenir. Il est en passe de devenir officier. Fig., Être dans une bonne passe, dans une mauvaise passe, Être dans une bonne, dans une mauvaise situation. En termes d'Imprimerie et de Librairie, Passe, main de passe, Main de papier qu'on délivre à l'ouvrier imprimeur en sus de chaque rame, pour servir à la mise en train et pour suppléer aux feuilles qui seraient défectueuses. La passe a produit douze exemplaires de plus que les cinq cents exemplaires demandés. Volumes de passe, Volumes tirés en plus du chiffre prévu.

PASSE désigne, en termes d'Escrime, l'Action par laquelle on avance sur l'adversaire, en faisant passer le pied gauche devant le pied droit. Faire une passe sur quelqu'un. En termes de Danse, il désigne un Mouvement du corps particulier à quelques figures. Il se dit aussi des Mouvements qu'un magnétiseur fait avec les mains, soit en touchant légèrement la personne qu'il magnétise, soit à distance d'elle. Il se dit encore de la Partie d'un chapeau de femme qui est attachée à la calotte et qui abrite le visage. Maison de passe, Maison servant à des rendez-vous clandestins.

Passe : définition du Littré (1872-1877)

PASSE (pâ-s') s. f.
  • 1Action de passer, en parlant des oiseaux voyageurs qui changent de contrée. Une passe de pigeons ramiers. On a vu de jeunes cailles élevées dans des cages presque depuis leur naissance… éprouver régulièrement deux fois par an une inquiétude et des agitations singulières dans les temps ordinaires de la passe, savoir au mois d'avril et au mois de septembre, Buffon, Ois. t. IV, p. 244. Dans le Béarn il y a deux passes d'ortolans et par conséquent deux chasses, Buffon, ib. t. VIII, p. 9.
  • 2 Terme d'escrime. Action par laquelle on avance sur l'adversaire, en passant le pied gauche au-devant du pied droit. Faire des passes et des voltes avec adresse. Je gagerai contre toi que de douze passes tu n'en feras pas trois à Hamlet ; tu combattras avec lui devant toute la cour, Voltaire, Mél. litt. Du théât. angl.

    Mesure de la passe, se dit d'une position où les deux faibles de l'épée peuvent se toucher. Être, se placer à la mesure de la passe.

    Passes au collet, passes qui consistent à se saisir d'une manière prompte et adroite du corps de son ennemi, pour en tirer l'avantage.

  • 3Action d'aller l'un contre l'autre dans une joute. Mais un troisième [chevalier] ne daigna pas se servir de sa lance [contre Itobad] ; en lui faisant faire une passe, il le prit par la jambe droite…, Voltaire, Zadig, 19.
  • 4Se dit des mouvements qu'un magnétiseur fait avec les mains, soit en touchant légèrement le corps du magnétisé, soit à distance.
  • 5 Terme de jeu de mail. Petit fer rond en forme d'arc, qui est à chaque bout du mail.

    Terme de l'ancien jeu de billard. Petite arcade de fer par laquelle il faut que la bille passe.

    Au jeu de mail, être en passe, se mettre en passe, venir en passe, être, se mettre, venir vis-à-vis de la passe. Nous songeons tous les jours à lui dans ce mail, et avec quelle bonne grâce il irait en passe en deux coups et demi, Sévigné, 454.

    À l'ancien billard, être en passe, venir en passe, être dans un lieu du billard d'où l'on peut, sans bricole et en traversant la passe, toucher la bille opposée.

    Avoir la passe pleine, se dit lorsqu'on est tout vis-à-vis le milieu de la passe.

    Avoir de la passe, être de côté, en sorte pourtant qu'on puisse passer.

    Flatter la passe, tomber délicatement dessus avec sa bille.

    Prendre la passe, passer par dedans.

    Fig. et familièrement. Être en passe de, être dans une situation favorable pour. De voir un homme haï de moi, En passe de devenir roi, Scarron, Virg. VII. Nous ne sommes pas encore connues, mais nous sommes en passe de l'être, Molière, Préc. rid. 10. Et je crois, par le rang que me donne ma race, Qu'il est fort peu d'emplois dont je ne sois en passe, Molière, Mis. III, 1. Enfin voilà donc M. de Chauvelin en passe de faire tout le bien qu'il a la rage de vouloir faire, Voltaire, Lett. d'Argental, 29 mai 1751.

    Être en belle passe, dans une belle passe, être dans une position qui promet beaucoup d'avancement. Il apprit un jour que son débiteur avait rajusté ses affaires, et qu'il était dans une plus belle passe qu'auparavant, Lesage, Guzm. d'Alf. I, 2. Dès que j'entendis dire qu'il était dans une belle passe, Lesage, Gil Blas, II, 7.

    On dit aussi : n'être pas dans une belle passe ; être dans une mauvaise passe.

    Mettre en passe de, mettre dans une position favorable pour. C'est une place fort briguée, parce qu'elle met en passe de l'évêché, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 285, dans POUGENS.

    Absolument. Mettre en passe, mettre dans une position favorable. C'est un grand avantage que la qualité, qui, dès dix-huit ou vingt ans, met un homme en passe, connu et respecté comme un autre pourrait avoir mérité à cinquante ans : c'est trente ans gagnés sans peine, Pascal, Pens. v, 15. Mais qu'aviez-vous fait pour vous mettre en passe et vous faire connaître ? Vauvenargues, Dial. Brutus, un Romain.

    Fig. La passe, les passes, la condition où l'on est. Il me semblait que, dans la passe où j'étais à la cour, il ne me convenait plus de fréquenter des maîtres d'hôtels, Lesage, Gil Blas, VIII, 10. Qu'on calcule donc bien les passes où je puis encore me trouver, et l'on verra que le grand levier [l'argent] ne doit pas manquer, Corresp. du gén. Klinglin, I, 574.

  • 6 Terme de danse. Mouvement du corps particulier à quelques figures.

    Entrelacement des bras dans la valse.

  • 7 Terme de marine. Canal entre deux terres, entre deux écueils. Le rapport de ces deux officiers fut très favorable ; ils avaient sondé la passe et l'intérieur de la baie, La Pérouse, Voy. t. II, p. 147.

    Par analogie. On tend les trappes pour les loups à l'entrée des passes, au débouché d'un fourré, Chateaubriand, Amér. chasse.

  • 8Lettres de passe, lettres accordées pour passer d'un emploi à un autre.
  • 9Mise au jeu de quelques jetons ou fiches à chaque nouveau coup. On a oublié la passe. La passe est double.
  • 10La petite somme qu'il faut ajouter à des pièces de monnaie pour compléter un compte. Vous me devez 62 francs ; vous ne me donnez que trois pièces de 20 francs ; vous me devez encore deux francs pour la passe.

    S'est dit au pluriel pour dépenses extraordinaires. On lui avait donné à Monsieur (vers 1620) un acquit patent de 50 mille écus pour les passes de sa maison, Mém. du duc d'Orléans depuis 1608, p. 45, dans LACURNE.

  • 11La petite somme qui ramène à leur valeur primitive les pièces de monnaie que le gouvernement a réduites. Voilà un écu de six francs, et quatre sous pour la passe. À deux cent six mille six cents livres à cause de la passe des écus, Dancourt, la Folle enchère, sc. 22.

    La passe du sac, ce qu'on paye pour le sac qui contient l'argent que l'on reçoit.

  • 12Passe algérienne, tribut annuel qui était payé par les nations maritimes de l'Europe pour se racheter de la piraterie des navires barbaresques.
  • 13Aumône qu'on donne aux pauvres passants pour les aider à passer chemin et à se rendre où ils ont dessein d'aller.
  • 14 Terme d'imprimerie. Main de passe ou chaperon, main de papier en sus de chaque rame, destinée à servir à la mise en train et à remplacer les feuilles qui seraient gâtées ou qui manqueraient dans la rame. La main de passe est réglée à un dixième en sus du tirage ; par exemple, cent exemplaires sur mille. On ne paye pas les droits d'auteur sur les volumes de passe.
  • 15Partie d'un chapeau de femme qui entoure le visage. La jolie blonde porta la main à sa coiffure comme pour faire rentrer sous la passe de son chapeau les boucles soyeuses, Ch. de Bernard, la Cinquant. § I.
  • 16Bâton qui, dans un jeu de longue paume, soutient la planche percée, au bas du toit.
  • 17À la roulette, tout numéro au-dessus de 18. Jouer la passe.
  • 18Tirer sa passe, à certains jeux de cartes, faire la vole.

    Voler la passe, à la bouillotte, se dit d'un joueur qui, ayant un mauvais jeu, propose une somme assez forte qu'il croit qu'on ne tiendra pas, afin de faire fuir les autres joueurs et de leur prendre la passe.

  • 19 Terme de marine. Bout que l'on introduit dans les intervalles des torons, pour exécuter les épissures. La passe d'un cordage est le tour qu'il fait sur une poulie, autour d'un point d'appui, dans un nœud ou dans un amarrage quelconque.

    Nœud de passe, terme générique désignant les sortes de nœuds dans lesquels les torons du cordage sont décommis.

    Passe du monde sur le bord ! commandement du maître d'équipage à deux matelots en grande tenue de se placer de chaque côté de l'échelle de commandement, au passage d'un officier qui va monter ou descendre du bord.

  • 20Rouleau de bois à l'usage du teinturier sur soie.
  • 21Dernière façon qu'on donne à la couleur en la passant légèrement dans une cuve.
  • 22Chez les brodeurs, point qui commence au haut de la nervure d'une feuille, à droite ou à gauche, et qui tombe en se couchant un peu sur le trait de crayon qui borde la feuille.

HISTORIQUE

XIVe s. Icellui Philippot prist un baston à terre, qui ilec estoit gisant, et faisoit criée et passe de leur jeu, Du Cange, passarela.

XVe s. Ung jeu appellé la passe, au quel jeu on joue avecques javelines, Du Cange, ib. Se aucun veult faire drap, entre drap et demi drap, il sera tenu mettre au bout du demi drap une boutiere ou passe, Du Cange, passata.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Passe : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PASSE, voyez Moineau.

Passe, s. f. (Mar.) c’est un canal ou largeur de mer, ou passage entre deux terres ou entre deux bancs, par passent les vaisseaux pour entrer dans un port ou dans une riviere. Dans les îles de l’Amérique, au lieu de dire passe, on dit débouquement. Nous nous trouvâmes entre l’île & un rocher, où il n’y avoit que la passe d’un navire. Entrer dans une passe.

Passe, s. f. terme de Faiseurs de bonnets ; c’est un devant de bonnet de femme.

Passe, en terme de Broderie au métier ; est un point qui commence au haut de la nervure d’une feuille (voyez Nervure), à droite ou à gauche, & qui tombe en se couchant un peu sur le trait de crayon qui borde la feuille, ainsi en continuant d’un côté à l’autre & pressant ses points autant qu’il est nécessaire.

Passe, terme de Teinturier ; ce mot se dit de la derniere façon qu’on donne à certaines couleurs en les passant légerement dans une cuve de teinture. On donne une passe de cochenille aux gris tannés. (D. J.)

Passe, en Fauconnerie ; c’est la mangeaille de l’oiseau de proie.

Passe le cerf, (Vénerie.) passe, passe, passe, passe, terme dont les piqueurs se servent lorsqu’ils voient le cerf après avoir rappellé les chiens.

Passe, terme de Billard ; c’est un fer à deux branches, arrondi par le haut, & dont les branches entrent dans la table du billard. Le passe se place au milieu du tapis vers le haut de la table. La passe est mise pour rendre le jeu de billard un peu plus difficile, en obligeant de jouer en bricole, lorsqu’il se trouve précisément sur la ligne qui va de l’une à l’autre bille.

Passe, au breland, à la bête, & autres jeux ; c’est le jeu courant, ce que l’on met à chaque coup toutes les fois que les cartes sont mêlées.

Passe, terme de jeu de mail ; petit fer rond en forme d’arc, qui est à chaque bout d’un jeu de mail, pour y faire passer la boule d’un seul coup.

Passe, tirer a la, au jeu du mail ; c’est faire passer entre deux branches de fer plantées en terre une petite boule d’acier par le moyen d’une leve. Voyez Leve.

Passe, estocade de, (Escrime.) est une botte qu’on exécute en passant le pié gauche devant le droit : on s’en sert contre un ennemi qui recule.

On fait ainsi une botte de passe, 1°. aussi-tôt qu’on a détaché une estocade quelconque, si l’on n’en a pas frappé l’ennemi, & qu’il n’ait pas paré, il faut passer le pié gauche devant le droit, & le placer à deux longueurs de pié de distance d’un talon à l’autre, le pié droit ne doit point bouger, & le gauche doit être en-dehors. 2°. Placez le corps & les bras dans la position où ils doivent être après avoir allongé la premiere estocade. Nota. Qu’il ne faut jamais porter l’estocade de passe en dégageant.

Passe au collet ou Croc en jambe, (Escr.) est une action par laquelle on fait tomber l’ennemi. On fait la passe au collet à un escrimeur qui vous désarme. Voyez Desarmement.

Exemple. Dans le moment qu’un escrimeur saisit votre épée pour vous désarmer, portez votre pié gauche en avant comme à l’estocade de passe, voyez Estocade de passe ; tournez le bout du pié de en-dedans, & passez-le derriere le talon du pié de l’escrimeur, portez votre main gauche à son collet. Etant ainsi placé, vous le pousserez de la main gauche vivement en arriere, tandis que votre pié gauche pressera le sien en avant. Nota, qu’il faut exécuter promptement & avec adresse.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « passe »

Étymologie de passe - Littré

Voy. PASSER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de passe - Wiktionnaire

(Nom 1) Du latin passus (« pas »)
(Nom 2) De l’anglais pass (« laissez-passer »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « passe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
passe pas play_arrow

Images d'illustration du mot « passe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « passe »

Langue Traduction
Corse passatu
Basque iragana
Japonais 過去
Russe прошлое
Portugais passado
Arabe الماضي
Chinois 过去
Allemand vergangenheit
Italien passato
Espagnol pasado
Anglais past
Source : Google Translate API

Synonymes de « passe »

Source : synonymes de passe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « passe »



mots du mois

Mots similaires