Moyen : définition de moyen


Moyen : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MOYEN1, -ENNE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.− [Qualifie un subst. désignant la partie d'un tout] Qui se situe entre deux parties extrêmes d'un tout.
1. [Dans l'espace]
a) [Axe vertical] Qui occupe une position intermédiaire entre le haut (la partie supérieure) et le bas (la partie inférieure). Les couches moyennes de l'atmosphère. L'os tibia, à-peu-près triangulaire dans le haut et dans sa partie moyenne, redevient rond vers le bas (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 374):
1. Toutes les beautés physiques, toutes les forces et tout le développement de la femme affluant et comme coulées vers les parties moyennes et inférieures du corps : le bassin, le cul, les cuisses; les beautés de l'homme remontées vers les parties nobles, vers les pectoraux, vers les épaules amples, le front large. Goncourt, Journal,1855, p. 220.
[Le subst. désigne un tout considéré dans l'une de ses parties] L'atmosphère moyenne. Ce sont les paysans de la moyenne montagne qui mettent leurs vaches en commun et partagent les produits (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 102).
Qui occupe une position intermédiaire entre l'amont et l'aval (verticalité + déplacement). Le cours moyen de la Loire ou la Loire moyenne.
b) [Axe perspectif] Qui occupe une situation intermédiaire entre l'avant (partie antérieure) et l'arrière (partie postérieure).
PHONÉT. Voyelle moyenne. ,,Voyelle produite avec le dos de la langue s'articulant vers le milieu de la voûte palatine à la limite du palais dur et du palais mou, par opposition aux voyelles antérieures et postérieures`` (Ling. 1972).
c) Qui occupe une position intermédiaire entre ce qui est proche et ce qui est lointain (éloignement par rapport au locuteur). Le Moyen-Orient, p. oppos. à Proche-Orient et à Extrême-Orient. V. orient, rem. finale.
d) Qui occupe une position intermédiaire entre ce qui est interne et ce qui est externe. Diviser l'appareil auditif en oreille interne, oreille moyenne et oreille externe (Colette, Cl. école,1900, p. 175).
e) Qui fait transition. Salut, Abîme bleu! je t'appelle Frontière, région moyenne entre le lieu et ce qui n'est point lieu (Claudel, Repos 7ejour,1901, iii, p. 856).
2. Qui se situe chronologiquement entre une période (historique, géologique) ancienne et une période moderne. Les hommes de la période du Paléolithique moyen ou Moustérien (Haddon, Races hum.,trad. par A. van Gennep, 1930, p. 102).
LING. [Caractérise un état de langue] Je suis resté trois jours sans sortir, constamment occupé à lire un ouvrage de M. Grimm sur (...) l'ancien, le moyen et le nouvel allemand (J.-J. Ampère, Corresp.,1827, p. 430).
Moyen-français. Langue vernaculaire utilisée sur l'ensemble du territoire français du début du xives. à la fin du xvies., caractérisée par de profonds bouleversements grammaticaux (notamment la chute de la déclinaison à deux cas et la fixation concomitante de l'ordre des mots), par la latinisation du vocabulaire et la multiplication des subordonnants (d'apr. R. Martin, M. Wilmet, Synt. du m.-fr., Bordeaux, Sobodi, 1980, pp. 7-8).
3. Qui sert d'intermédiaire, de médiateur.
a) LOG. Moyen terme ou, plus rare, terme moyen. Dans un syllogisme, celui des trois termes par l'intermédiaire duquel sont mis en rapport les deux autres (appelés majeur et mineur) (d'apr. Lal. 1968) :
2. Scolastique de pierre. Cette architecture, que Victor Hugo semble croire capricieuse, doit être souverainement conséquente, à une époque où la logique dominait. Triplicité syllogistique : le moyen terme, ou médiateur. Michelet, Journal,1831, p. 81.
Au fig. Élément commun permettant de communiquer. Un des maux dont nous souffrons ici [à Genève], c'est le manque de termes moyens, de culture commune entre les gens influents (Amiel, Journal,1866, p. 243).
b) MATH. Termes moyens ou subst. moyens. Termes compris entre les termes extrêmes. Dans la proportion A/B=C/D (...), les termes A et D sont les extrêmes, B et C les moyens, A et B les antécédents, C et D les conséquents (Lar. encyclop., s.v. proportion).
4. [En parlant d'un groupe social] Qui est intermédiaire entre les groupes d'en haut et ceux d'en bas. Parcourir le monde dans ses sphères basses, moyennes, élevées (Balzac, Théor. démarche,1833, p. 638).Les régions moyennes et hautes de la société (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol.,1856, p. 153).
Moyenne bourgeoisie (p. oppos. à haute/grande bourgeoisie et à petite bourgeoisie). Les habitudes de sport de la haute et moyenne bourgeoisie (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 116).Une fraction non négligeable de la grande et moyenne bourgeoisie (...) [a] pris le parti de l'occupant devenu bourreau (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 401).
Classe(s) moyenne(s)
Vx. Classe intermédiaire entre la noblesse et le peuple. Synon. bourgeoisie.La classe moyenne est arrivée au pouvoir, il faut qu'elle s'y use, comme l'aristocratie s'y est usée. Mais patience, le frottement des temps modernes est rapide et terrible; il a fallu 800 ans pour épuiser l'aristocratie, un demi-siècle viendra peut-être à bout de la classe moyenne (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 165):
3. En 1814, mais surtout en 1820, la noblesse française avait à dominer l'époque la plus instruite, la bourgeoisie la plus aristocratique, le pays le plus femelle du monde. Le faubourg Saint-Germain pouvait bien facilement conduire et amuser une classe moyenne, ivre de distinctions, amoureuse d'art et de science. Balzac, Langeais,1834, p. 223.
Couches sociales non salariées (paysans, artisans, commerçants, patrons, propriétaires, rentiers, membres des professions libérales, intellectuels), intermédiaires entre le prolétariat et la bourgeoisie. Synon. petite bourgeoisie (v. petit).Petit commerçant? Employé? Classe moyenne, en tout cas (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 202).Ce que nous dénommons la classe moyenne ou la petite bourgeoisie, les notables l'appelaient dédaigneusement « le peuple » (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 55).
Nouvelles classes moyennes. Classes sociales liées aux développements récents du capitalisme (employés, fonctionnaires, ingénieurs, techniciens, cadres, intellectuels). Synon. (secteur) tertiaire* :
4. ... nous pouvons tenter une première délimitation des « nouvelles classes moyennes » en les situant par rapport aux classes moyennes traditionnelles qui sont constituées par la bourgeoisie des affaires et du négoce, les fonctionnaires, les enseignants, les militaires de carrière. Des groupes nouveaux se sont en effet assez récemment développés, à côté des précédents. Ce sont ceux que l'on appelle les « cadres ». Univ. écon. et soc.,1960, p. 5-12.
HIST. Moyenne justice. Justice seigneuriale dont les compétences se situaient entre celles de la basse justice et celles de la haute justice (v. justice). Les nobles cependant étaient encore [au XVIIIes.] une classe privilégiée : ils conservaient la haute et la moyenne justice, avaient des droits féodaux (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 61).
5. Qui tient le milieu entre deux extrêmes. Les athées tiennent donc l'opinion moyenne entre les théistes qui admettent effet et cause, et les pyrrhoniens qui nient l'un et l'autre, ou plutôt qui doutent s'ils nient (Bonald, Essai analyt.,1800, p. 43).Les prêtres (...) de Marseille et de Lérins jugèrent que décidément, la doctrine de saint Augustin étant excessive, il y avait quelque biais possible, et une voie moyenne à suivre, une part de mérite à introduire dans la sanctification des justes (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 119).Martignac reprenait la politique de la ligne moyenne, du juste milieu, qui avait été celle du duc de Richelieu, de Decazes et de Serre (Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 160).Je craignais un peu son goût des solutions moyennes et qu'il manquât, le moment venu, de résolution, de fermeté, d'audace (Bernanos, Joie,1929, p. 581).
Moyen terme. Juste milieu, compromis. Si tout s'altère par trop d'effort, ou trop de durée; si tout bien n'est jamais qu'un terme moyen entre la négation et l'abus, cette perfectibilité sera suivie de dégénération (Senancour, Rêveries,1799, p. 219):
5. Durtal se mit à rire. − Il y aurait peut-être un moyen terme : ne jamais faire acte de chair avec celle que l'on aime et, pour avoir la paix, fréquenter, quand on ne peut faire autrement, celles que l'on n'aime pas. Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 57.
6. Rare. Synon. de mixte.
GRAMM. Voix moyenne. La voix moyenne est une voix qui oscille de l'actif au passif et peut selon qu'on accorde la prédominance à l'un ou à l'autre des deux termes, signifier respectivement soit l'actif soit le passif. Cette nature de la voie moyenne est apparente dans les langues classiques où, sous la sémiologie du moyen apparaît et l'actif et le passif (G. Guillaume, Psycho-systématique du lang.,Principes, méthodes et applications, leçons 1948-49, Paris, Klincksieck, 1971, p. 176).
B.− Qui se situe dans une zone centrale par rapport à deux valeurs extrêmes opposées : grand/petit, fort/faible, large/étroit, long/court, etc.
1. [En parlant d'une propriété mesurable, quantifiable] Un crédit à moyen terme; un port de moyenne importance; une participation très moyenne. Esther possédait cette moyenne taille qui permet de faire d'une femme une sorte de joujou, de la prendre, quitter, reprendre et porter sans fatigue (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 51).Une artillerie à moyenne portée (Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 68).L'émission soviétique de 20 heures s'achevait. Le père commanda : − Yvonne, la Suisse, sur les ondes moyennes (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 141).La moto, dont Rébecca laisse le moteur tourner à moyen régime (P. de Mandiargue, La Motocyclette,Paris, Gallimard, 1980 [1963], p. 112).
[Le subst. désigne non la propriété, mais la chose elle-même] Petites et moyennes entreprises (P.M.E.); villes moyennes. Une brise moyenne (= une brise d'intensité moyenne). Les sourcils bien garnis, la bouche moyenne, la voix forte (Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 74).La grande fenêtre, celle du milieu, était surmontée d'un dais et restait vide. À la moyenne fenêtre de droite, (...) l'Empereur apparaissait, seul, en grand costume (Hugo, Rhin,1842, p. 257).Une loupe moyenne, qui grossit seulement douze ou quinze fois (Michelet, Insecte,1857, p. 114).
2. Au fig., souvent avec une nuance péj. [En parlant d'une chose pour laquelle on peut établir une échelle qualitative, un jugement de valeur] Qui tient le milieu entre ce qui est bon et ce qui est mauvais. Synon. honnête, médiocre, passable, ordinaire.Travail moyen; résultats moyens. [Le général Boulanger] a une très moyenne intelligence, mais une volonté enragée, avec le talent − un talent tout particulier − de parler à la corde sensible des gens auxquels il s'adresse (Goncourt, Journal,1889, p. 1015).Il fit des études d'abord très brillantes, puis moyennes (Bourget, Disciple,1889, p. 18):
6. ... Mais de même qu'il y a plus d'œuvres moyennes que de détestables, ou d'excellentes, ainsi la plupart des gens sont-ils d'un vice ou d'une vertu mitigés. Péladan, Vice supr.,1884, p. 186.
P. iron. Vertu moyenne, moyenne vertu. J'allai demander l'hospitalité à une personne de vertu moyenne que j'avais connue au commencement de l'hiver (Constant, « Cahier rouge »,1830, p. 53).Subst. Des moyennes-vertus, des filles d'opéra (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 290).
[En parlant de pers.] Un élève moyen. Un homme moyen peut se marier. Un homme un peu exceptionnel, qui se marie, gare! Le mariage des grands hommes, c'est leur part inavouable (Montherl., Démon bien,1937, p. 1234).N'ai été qu'un homme moyen. Sans vraie culture. Ma culture était professionnelle, limitée à mon métier. Les grands, les vrais grands, ne sont pas limités à leur spécialisation (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 989).
C.−
1. Qui est le résultat d'une moyenne (arithmétique, statistique). Il aura soin de multiplier les observations de chaque genre, afin que le résultat moyen entre différentes opérations, puisse procurer une détermination plus précise (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 43).La durée moyenne de la vie était seulement de quarante-neuf ans en 1900. Elle a augmenté de plus de onze ans depuis cette époque (Carrel, L'Homme,1935, p. 134).L'on raisonne en termes de régions, de territoires et de valeurs moyennes calculées pour un ensemble territorial (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 204).
Vie moyenne (pour durée moyenne de la vie). Les progrès de la bactériologie, de la chirurgie, de l'hygiène, l'amélioration des conditions sociales, etc., ont eu pour effet de réduire considérablement la mortalité humaine, surtout dans les premiers âges, d'où un allongement de la « vie moyenne » de l'individu (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 130).
Qui correspond à la somme de la valeur la plus grande et de la valeur la plus petite, divisée par deux.
Cours moyen. En bourse, cours résultant de la somme de la cote la plus haute et de la cote la plus basse d'une valeur, divisée par deux.
Note moyenne. Note égale à la somme de la note la plus haute et de la note la plus basse (attribuées à un ensemble d'agents soumis à notation), divisée par deux. Note égale à la moitié de la note maxima attribuable à un devoir.
ASTRON. ,,Se dit d'un élément astronomique dont on a éliminé tout ou partie des variations périodiques`` (Astron. (cilf) 1980). L'équateur moyen est déterminé à partir de l'équateur vrai par suppression des termes à courte période. V. nutation.
Moyen mouvement. ,,Vitesse angulaire d'un astre dans un mouvement orbital elliptique, dépouillée de ses composantes périodiques`` (Astron. (cilf) 1980).
Temps* (solaire) moyen.
Point moyen. ,,Terme de tir. Point par lequel passerait la résultante de forces égales et parallèles, qu'on suppose appliquée au centre des trous de toutes les balles`` (Littré Suppl. 1877).
2. Au fig. Qui correspond au type le plus courant, le plus répandu. Synon. ordinaire.[La science] ne suppose pas seulement chez ceux qui la cultivent ces facultés moyennes que possèdent tous les hommes, mais des dispositions spéciales (Durkheim, Division trav.,1893, p. 15).Le contraste assez facile des mœurs moyennes avec les mœurs particulières, et des admises avec les possibles (Valéry, Variété V,1944, p. 82).
[En parlant de pers.] Auditeur, lecteur moyen. Bien que personne ne supporte plus mal que lui [Huysmans] la platitude de l'humanité moyenne, c'est cette platitude qu'il s'obstine à peindre (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 316).
Français moyen. V. français I A.La banalité française s'organise autour des autres, et non pas même de chacun de ces autres pris isolément, mais de leurs relations entre eux : les liens de parenté à établir, volupté, gourmandise presque, du Français moyen (Du Bos, Journal,1922, p. 159).Ma femme, reprit M. Dandillot, ma femme a la religion du Français moyen : elle ne pratique pas, ne prend pas les sacrements, et va à la messe du dimanche (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1182).
II.− Substantif
A.− Subst. masc. et fém.
1. Élève appartenant à un cours ou une classe réunissant les élèves d'âge intermédiaire entre celui des petits et celui des grands. Une grande fillette entra (...) dans le parloir, longue dans sa robe noire, ceinte du cordon rouge des « moyennes » (A. France, Mannequin,1897, p. 265).Un « moyen » pleurait sur son banc; un camarade bien plus petit s'était dérangé et lui essuyait les yeux (Frapié, Maternelle,1904, p. 18).
2. Rare. Personne qui est typique de la moyenne de la population. Je suis sorti dans la rue. Voici mes passants, mes chers passants. Les anonymes, les moyens, avec leurs particularités qui restent secrètes (Triolet, L'Inspecteur des ruines,Paris, Laffont, 1965 [1948], p. 263).
B.− Subst. masc.
1. Moyens proportionnels ou absol. moyens. V. supra I A 3.
2. LING. [Correspond à voix moyenne (v. supra I A 6 ex. de Guillaume)]
REM.
Moyenneté, subst. fém.,hapax. Durée moyenne. Je saurai, dit Salomon, le commencement et la consommation et la moyenneté des temps (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 157).
Prononc. et Orth. : [mwajε ̃], fém. [-εn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. « qui est situé au milieu » meiens clergiez (Psautier Oxford, 67, 14 ds T.-L.), cf. 1remoitié xiies. mëens termes [medios terminos] (Psautier Cambridge, loc. cit., ibid.); en partic. a) 1732 log. moyen terme (Rich. [medius terminus, Trév. 1704]); b) 1827 qualifie l'état de langue intermédiaire entre la période primitive et la période moderne de la langue moyen allemand (J.-J. Ampère, loc. cit.); 2. a) ca 1260 « qui tient le milieu entre deux extrêmes » moien aage (Ph. de Novare, Quatre Ages, 1 ds T.-L., s.v. eage); b) ca 1260 « qui tient le milieu de l'échelle sociale » moiennes gens (Menestrel Reims, 442 ds T.-L.); 1815 classe moyenne (Maine de Biran, Journal, p. 56); c) 1530 gramm. verbes moyens « verbes neutres » (Palsgr., 1113); attest. isolée 1655 id. « verbes qui participent de l'actif et du passif, soit pour le sens, soit pour la forme » ([Arnaut, Lancelot et Nicole] Nlleméthode pour apprendre facilement la langue grecque, p. 88 : Des verbes moyens circonflexes); 3. 1273 « qui tient le milieu, ordinaire » (A. Ibn Ezra, Commencement de la sagesse, éd. R. Levy et Fr. Cantera, 6b : 3 gres sont moiens ne clers ne oscurs); 1495 habillemens moyen « de qualité ordinaire » (Coutume du Comté de Ponthieu, titre, II, XLVIII ds Nouv. Coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, I, 88); d'où 1837 péj. « médiocre » moyennes intelligences (Balzac, C. Birotteau, p. 124); 4. 1377 math. nombres moiens selon une proporcion (Oresme, Ciel, éd. A. D. Menut, 194a, p. 700); attest. isolée, à nouv. ds Fur. 1690. Du lat. d'époque impériale mediānus « du milieu », lui-même dér. de medius « qui est au milieu, central, intermédiaire ».
DÉR.
Moyennement, adv.a) Dans une proportion qui se situe entre les extrêmes. Moyennement grand. Mettre le moteur en route et, sans accélérer, le laisser tourner deux à trois minutes, le temps de chauffer moyennement le bloc (Chapelain, Techn. automob.,1956, p. 330).b) Médiocrement. L'archevêque Guillaume de Tyr nous a laissé un portrait défavorable de ce prélat enfoncé dans le siècle, fastueux et rude, plus semblable à un chevalier qu'à un clerc. (...) moyennement lettré, il avait (...) l'art de parler avec grâce et esprit, le geste généreux, et plaisait aux chevaliers comme à la foule (Grousset, Croisades,1939, p. 146).− [mwajεnmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. − 1resattest. ca 1200 « de façon moyenne » moienement religïouse (Dialogue Gregoire, 86, 1 ds T.-L.); 1456-67 moyennement (Cent nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, III, 157, p. 43); de moyen, -enne, suff. -ment2*.

MOYEN2, subst. masc.

A.− Ce qui permet de réaliser le but que l'on vise.
1. En gén. César essaya de me retenir par toutes sortes de moyens : il me nomma préfet du prétoire des Gaules, dignité suprême dont l'autorité s'étend sur l'Espagne et sur les îles des Bretons (Chateaubr., Martyrs,t. 2, 1810, p. 108).La vieille fille employa mille moyens perfides pour empêcher l'avoué de se marier (Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 27).Une voisine lui indiqua un moyen : c'était de donner à boire à son mari, tous les soirs, un verre d'eau avec une pincée de cendres. Le fermier s'y prêta, mais le moyen ne réussit pas (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hist. fille de ferme, 1881, p. 40):
1. « ... tu ne manges pas assez. » « Comment veux-tu?... » « Il y a un moyen bien simple, dit Brunet, on va te donner chacun un bout de nos portions. » Sartre, Mort ds âme,1949, p. 250.
Très fréq. [Suivi d'un compl. en de précisant le but]
Moyen de + inf.[Le sieur de la Pérouse] ne négligera aucun moyen de se procurer des informations, sur les forces que la couronne de Portugal y entretient, sur le commerce qu'y font les Anglais et les autres nations (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 30).Il faut absolument trouver un moyen de mettre de l'ordre dans ma vie (Constant, Journaux,1804, p. 164).Qu'il trouve le moyen de retarder son client pendant quelques minutes et tu sauteras dans un taxi (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 142).
Moyen de + subst. désignant un procès.Quant à présent, dépourvus des moyens de persuasion, ils ne savent comment résister au torrent révolutionnaire qui les presse et les déborde (Fourier, Nouv. monde industr.,1830, p. 77).Essayant de conserver le pouvoir à l'aide des mesures de police, des moyens de violence, des voies de corruption (Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 314).Le lier par un marché, un donnant-donnant, un moyen de pression (Montherl., Songe,1922, p. 71).Il n'a, dans l'état naturel des choses, aucun moyen d'action sur ces organes (Valéry, Variété V,1944, p. 72).User de l'écriture comme d'un moyen de séduction (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 349).
Moyen + que introduisant une complétive (rare).Ce sera le moyen que la matière n'ait pas mémoire de vous (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 330).Je la déteste; et pas un moyen qu'elle éprouve une portion du mal qu'elle m'a fait (Constant, Journaux,1814, p. 412).Je cherchais le moyen qu'elle ne fût pas morte pour nous deux, même si on devait la trouver morte et l'emporter comme morte (Jouve, Scène capit.,1935, p. 254).
[Le moyen, les moyens, p. oppos. à la fin, au but] L'abbesse fait l'éloge de la douleur, mais indique très fortement que celle-ci n'est qu'un moyen, non une fin, elle ne fait pas le mérite quoiqu'elle en soit souvent l'occasion (Barrès, Cahiers,t. 6, 1908, p. 16).La morale kantienne dit : ne traitez jamais les autres comme moyen mais comme fin (Sartre, Existent.,1946, p. 42):
2. Le réalisme a obéi à la même évolution. N'est-il pas, lui aussi, un moyen devenu une fin, puisqu'il n'était au début qu'un procédé employé au service de la magie et non pas un artifice cultivé pour lui-même? Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 164.
(Employer, utiliser) tous les moyens. Agir sans écarter les moyens illégaux, malhonnêtes, violents. Tous les moyens sont bons. Il avait triplé les capitaux de sa protectrice, avec d'autant plus de facilité, que tous les moyens avaient paru bons à la comtesse afin de rendre promptement sa fortune énorme (Balzac, Chabert,1832, p. 86).
La fin justifie les moyens; qui veut la fin veut les moyens. V. fin B 1.
Expr. fig. (Recourir aux, employer les) grands moyens. Mettre en œuvre des moyens énergiques, que l'on n'utilise qu'en dernier ressort. Synon. pop. mettre le paquet*.Restent cinq florins à payer dans les trois mois, ou je serai forcé de recourir aux grands moyens (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 119).Le soir, Laurent en revenant à la boutique, décida qu'il demanderait quelques milliers de francs à sa femme et qu'il emploierait les grands moyens pour les obtenir (Zola, Th. Raquin,1867, p. 220):
3. Le désordre devint tel que la contre-maître dut user des grands moyens; − elle régla le compte des plus enragées et les congédia, séance tenante. Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 291.
GRAMM. Complément de moyen. Complément introduit par des prépositions : à (il se chauffe au gaz), avec (écrire avec un stylo), de (montrer du doigt), par (entrer par ruse) ou des locutions prépositives : à l'aide de, à force de, grâce à, au moyen de, moyennant.
SYNT. Bon, excellent, mauvais, puissant moyen; le seul, l'unique, l'ultime moyen; moyen détourné, désespéré, efficace, énergique, extrême, moderne, pratique, puissant, rapide, simple, sûr; avoir, chercher, donner, imaginer, indiquer, mettre en œuvre, utiliser un, le, les moyen(s) (de); ne reculer devant aucun moyen.
2. Fréq. au plur. [Désigne des appareillages, des équipements, des procédés, des techniques, et parfois les hommes qui les mettent en œuvre] Il fera usage, à cet effet [le maintien de l'hygiène à bord], de tous les moyens connus, tels que les ventilateurs, les fumigations, les parfums, pour renouveler et purifier l'air de la cale et de l'entrepont (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 56).Pour vaincre, il ne néglige pas les moyens humains; il augmente l'armée, raffermit la discipline, fait creuser une galerie souterraine pour pénétrer dans la citadelle (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 274).Réparer [la forteresse], c'est beaucoup dire. C'est une grosse affaire, et nous n'avons guère de moyens (Gracq, Syrtes,1951, p. 129).
Expr. lexicalisées
Moyen(s) de chauffage. Ma sensibilité au froid est devenue telle que, faute de ce moyen de chauffage, je n'aurais pu, sans doute, franchir l'hiver (Gide, Journal,1944, p. 258).
Moyens coercitifs (dr. internat. publ.). ,,Mesures de contraintes employées par un État dont les droits ont été méconnus contre un État qui les a violés`` (Barr. 1974).
Moyen(s) de communication. Facultés et techniques qui permettent aux êtres vivants de communiquer. [Les animaux] privés presqu'absolument de moyens commodes de communication intellectuelle avec leurs semblables (Destutt de Tr., Idéol. 1,1801, p. 315).Moyens de communication de masse. Techniques permettant la diffusion à grande échelle d'informations, d'opinions, de messages (équivalent français de mass media). Équipements qui permettent les déplacements dans l'espace. V. communication III.
Moyens de défense*.
Moyen(s) d'expression. Langages, techniques artistiques ou équipements qui permettent de s'exprimer. Je ne puis et ne veux considérer le dessin et la couleur que comme des moyens d'expression (Gide, Journal,1905, p. 157).C'est le chant flamenco, le plus pur moyen d'expression de la poésie andalouse (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 123).Le cinéaste qui dispose de moyens d'expression bien mieux adaptés (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 89).
Moyen(s) d'information. Techniques et équipements qui permettent la collecte et la diffusion d'informations. L'entrée en jeu de moyens d'information collective, comme la radio, le cinéma et maintenant la télévision (Chazelle, Diplom.,1962, p. 33).
Moyens de production. ,,Ensemble des objets matériels de tous ordres, impliqués, directement ou indirectement, dans le procès de production`` (Bouv.-Ibarr. 1975).
Moyens de transport. À Paris, (...) vingt moyens de transport s'offrent à vous dans le même moment (Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 5).On manquait de moyens de transports : tous les chevaux de trait avaient péri de misère (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 346).
Expr. fig. (Faire avec, employer) les moyens du bord. Se débrouiller avec les seules ressources qu'offre une situation donnée. À la broche, annonce Conan. Une baïonnette par le bec et le croupion, de la braise de bois, et voilà ce qu'on obtient avec les moyens du bord! (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 28).
3. Ressources financières. (Ne pas) avoir les moyens d'acheter qqc. Un mari attribue quelquefois au défaut d'économie de sa femme l'insuffisance de ses moyens (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1569).Si, à l'heure qu'il est, je n'ai pas encore soupé, c'est que mes moyens ne me le permettent pas (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 95).Une vieille rentière de tout petits moyens (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 36).
Moyens d'existence. Il voulait connaître les raisons du retour de Lucien à Paris, ses projets, ses moyens d'existence (Balzac, Splend. et mis.,1847, p. 15).
Vivre au-dessus de ses moyens. Je vivais au-dessus de mon âge comme on vit au-dessus de ses moyens : avec zèle, avec fatigue, coûteusement (Sartre, Mots,1964, p. 55).
Rare, au sing. Des gens qui n'ont rien à perdre! (...) Ces gens dont vous parlez sont apparemment des hommes qui vivent, qui subsistent, au sein de la société, sans aucun moyen de vivre et de subsister (Robesp., Discours,Marc d'argent, t. 7, 1791, p. 164).Ma chère, quand on n'a pas le moyen de se payer des bijoux véritables, on ne se montre parée que de sa beauté et de sa grâce (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Bijoux, 1883, p. 406).
ADMIN. Voies* et moyens.
4. Facultés naturelles (physiques, morales ou intellectuelles) d'une personne. Je ne me suis jamais dissimulé combien un pareil dessein étoit au-dessus de mes moyens, et peut-être du génie d'un homme (Senancour, Rêveries,1799, p. 6).J'y serai [au rendez-vous], frais, limpide, alerte, jouissant de tous mes moyens (Gautier, Fracasse,1863, p. 307).C'était un de ces hommes politiques à plusieurs faces, sans conviction, sans grands moyens (Maupass., Bel-Ami,1885, p. 234):
4. Quand l'une [des générations] entre en pleine possession de ses moyens, a son compte exact de dents et de griffes, la mort escamote l'autre... Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 940.
Perdre ses moyens, ôter ses moyens à qqn. Se troubler au point de ne plus pouvoir réagir, troubler quelqu'un. Décidément, disait-il, ma pauvre tête se fatigue. Vous gagnez toujours vers la fin de la partie, parce qu'alors j'ai perdu mes moyens (Balzac, Lys,1836, p. 76).La colère d'une si belle affaire manquée lui enlevait ses moyens (Champfl., Souffr. profess. Delteil,1853, p. 122).
Arg. de théâtre. Élan, force dramatique. Il n'a pas assez de moyens pour jouer la tragédie, et il était si bien dans les petits-maîtres (Picard, Vieux comédien,1803, p. 7 ds Littré).
Au fig. J'avais choisi ce dernier rôle, sans enthousiasme, mais le premier n'était pas dans mes moyens (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 92).
5. DR. Raisons de droit ou défaut invoqués devant un tribunal à l'appui d'une prétention. Moyens de cassation, de nullité, d'opposition.
Moyens de défense. Je m'attendais à cette réponse, dit le juge, et c'est même là, je le vois, un de vos moyens de défense (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 277).
B.− Loc. verb.
1. Trouver (le) moyen de. Réussir à. Elle trouvait le moyen de servir et de contenter à-la-fois trente personnes différentes; de volonté, de goût et d'humeur (Jouy, Hermite,t. 3, 1813, p. 87).Et si maigre qu'elle fût, quand il la tâtait dans leur lit, Honoré trouvait toujours moyen d'en avoir plein les bras (Aymé, Jument,1933, p. 65).Hé bien, saperlotte, après une scène pareille je me demande bien comment tu trouves le moyen d'être heureuse, toi! (Anouilh, Sauv.,1938, ii, p. 220).
Par antiphrase. Réussir à faire ce qu'il ne fallait pas faire. Il a trouvé le moyen de se faire refuser avec treize idées! C'est formidable, n'est-ce pas, monsieur? (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 144).
2. Tâcher moyen de ..., que ... (pop.). Faire en sorte que.
Tâcher moyen de + inf.Et, comme on dit au régiment, tâchez moyen de ne pas vous pocharder! (Feydeau, Dame Maxim's,1914, ii, 6, p. 40).Eh! les poteaux, j'tez-en un coup, tâchez moyen de m'décrotter ça en cinq sec (Barbusse, Feu,1916, p. 43).Le moment est venu! Rends tes comptes! Tâche moyen un petit peu de nous expliquer cette espèce de monde que tu as fait! (Claudel, Visages radieux,1947, p. 815).
Tâcher moyen que + subj.Probable qu'ils ont leur petit canon d'infanterie : faudra tâcher moyen qu'ils puissent pas le mettre en place (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 183).
3.
a) Avoir le moyen de. Avoir la possibilité de. Ne pouvant rien savoir de positif à cet égard, et n'ayant aucun moyen de raisonner sur ce sujet, j'aime mieux penser que la nature entière n'est qu'un effet (Lamarck, Philos. zool.,t. 1, 1809, p. 361).
[Elliptiquement dans des tours interro-exclam.] Le moyen de + inf. Quelle possibilité de ..., comment ... Nous recevons trois couronnes qui me navrent : des diadèmes renflés au milieu comme ceux des mariées de campagne; le moyen d'être jolie avec ça! (Colette, Cl. école,1900, p. 268).Une scène haute, tragique, merveilleusement noble. Mais le moyen d'avoir une scène noble avec cette femme grasse, en caraco débraillé! (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 97).
b) Il y a, il n'y a pas moyen de ..., que ... (tour impers.). Il est, il n'est pas possible de ..., que ...
Il y a, il n'y a pas moyen de + inf.Mais, allons! Il y a peut-être encore moyen de s'en tirer (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 41).L'homme est comme tous les animaux; quand il n'y a pas moyen de faire autrement, il se soumet (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 228).
[Avec ell. du présentatif, dans le tour négatif] Le chemin mène droit au presbytère, pas moyen de se tromper (Bernanos, Crime,1935, p. 777):
5. Elle lui tendit la main. qu'il garda dans la sienne. − Alors, pas moyen de se voir un peu plus longuement, un de ces jours? Queneau, Pierrot,1942, p. 91.
Il n'y a pas moyen de moyenner*.
Il y a, il n'y a pas moyen que + subj.Il n'y a pas moyen qu'il nous renvoie ses comptes, ce fumier-là! Pas moyen! J'ai beau lui envoyer des rappels et des rappels! (Céline, Voyage,1932, p. 163).Encore y avait-il moyen que nous fussions les uns et les autres assez raisonnables pour ne pas nous empoisonner mutuellement l'existence (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 268).
Il n'y a pas moyen. Ça n'est pas possible. Il n'y a pas moyen, il en faut finir (Constant, Journaux,1804, p. 118).On eût bien voulu faire admettre cette accusation; mais il n'y a pas eu moyen (Courier, Pamphlets pol.,Procès, 1821, p. 94).
S'il y a moyen. Si c'est possible. Mais, monsieur le curé, je voudrais élever encore une couple de garçons, s'il y a moyen (Guèvremont, Survenant,1945, p. 283).
C.− Loc. prép.
1. Au moyen de. [Introduit un compl. instrumental] Les animaux les plus imparfaits, tels que les infusoires, et surtout les monades, ne se nourrissent qu'au moyen d'absorptions (Lamarck, Philos. zool.,t. 2, 1809, p. 308).Il espérait, au moyen de tortillements gradués, calmer le malaise [de son postérieur] (Renard, Poil Carotte,1894, p. 15).
2. Par le moyen de. Par l'intermédiaire de. L'âme pense par le moyen du cerveau, et parle par le moyen de la voix, comme elle regarde par les yeux, écoute par les oreilles, agit par les mains (Bonald, Législ. primit.,t. 1, 1802, p. 271).L'être vivant se reproduit par le moyen d'une simple cellule, c'est-à-dire par une parcelle de matière vivante (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 170).
Vx. Par l'entremise de. Il se présenta pour elle, par mon moyen, une occasion très avantageuse (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 76).Ah! Il sera dans peu quelque chose. J'espère par son moyen arranger tout (Courier, Pamphlets pol., Lettres partic., 1820, p. 64).
Prononc. : [mwajε ̃]. Étymol. et Hist. A. 1. 1370 « ce qui sert pour parvenir à une fin » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 191, note 4 : trouver les moiens prouchains de venir a telle fin); av. 1473 trouver moyen de + inf. « parvenir à, réussir à » (Juvenal des Ursins, Hist. de Charles VI [année 1388] ds NlleCollection de Mém. relatifs à l'hist. de France, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1836, t. 2, p. 374); 2. 1370 « procédé, objet... qui permet d'accomplir quelque chose » moiens delibérés (Oresme, loc. cit.); en partic. a) 1794 un moyen de substance (Condorcet, Esq. tabl. hist., p. 194); b) 1801 un moyen de communication ici fig. (Destutt de Tr., Idéol. 1, p. 404); 1813 moyens de transport (Jouy, loc. cit.); c) 1832 moyens de production (Say, Écon. pol., p. 326); 3. 1381-89 « raison alléguée » (E. Deschamps, Le Miroir de mariage, 8424 ds Œuvres complètes, éd. G. Raynaud, IX, 273); 4. ca 1485 « pouvoir, possibilité de faire quelque chose » il y a moyen de + inf. « il est possible de » (Myst. Vieux Testament, éd. J. de Rothschild, 35135). B. Subst. masc. plur. 1. ca 1500 « ressources pécuniaires, richesses » (Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette, III, 119); 2. 1580 « capacités, aptitudes naturelles physiques ou intellectuelles » nos forces et nos moyens (Montaigne, Essais, éd. Villey-Saulnier, I, VII, p. 30); 1587 de ses propres moyens (Lanoue, 401 ds Littré); 1836 perdre ses moyens (Balzac, loc. cit.). C. Loc. prép. 1. 1495 au moyen de « à l'aide de, avec » (Coutumes du Comté de Ponthieu, titre, II, XLV ds Nouv. Coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, t. 1, p. 88); 2. a) ca 1500 par le moyen de qqn « par l'entremise de » (Commynes, op. cit., II, 15); b) 1508 par le moyen de qqc. « par l'intermédiaire de » (Coutumes du Duché d'Anjou, VIepart., CCIII ds Nouv. Coutumier gén., éd. citée, t. 4, p. 548). Emploi subst. de moyen1*.
STAT. − Moyen1 et 2. Fréq. abs. littér. : 19 905. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 38 033, b) 22 553; xxes. : a) 22 066, b) 26 844.
BBG. − Brüch (J.). Etymologisches. Z. rom. Philol. 1925, t. 45, pp. 79-80.

Moyen : définition du Wiktionnaire

Adjectif

moyen \mwa.jɛ̃\

  1. Qui se situe entre deux extrémités.
    • Il n’est ni grand ni petit, il est de taille moyenne.
    • Intelligence, fortune moyenne.
  2. Ordinaire, médiocre.
    • Le Français moyen.
    • Du bronze moyen, médailles de bronze d’une médiocre valeur.
  3. Calculé en faisant la moyenne.
    • Par ailleurs, les sondages effectués démontrent que l'âge moyen du campeur adulte est passé de 28 ans en 1954 à 38 ans en 1964. — (Journal officiel de la République française: Avis et rapports du Conseil économique et social, n°1, 1966, page 283)
    • La température moyenne d’un pays, d’une mer, d’un mois.
  4. (Québec) (Antéposé, employé comme superlatif)
    • T'es un moyen moineau, toi !
    • Faire un film musical sur la vie et la carrière de Céline Dion sans les chansons originales de la chanteuse est un moyen défi. — (Le Journal de Montréal, 24 avril 2007)
    • C'est que Fuqua est ce qu'on appelle communément chez nous « un moyen quétaine ». — (Le Devoir, 23 mars 2007)
    • Est-ce qu'il n'y aurait pas lieu de regarder des mécanismes ou des procédures en tout cas, pour ne pas pénaliser davantage ces villes-là? Parce que, si elles perdent puis si elles sont obligées de rembourser en plus, c'est un moyen problème, effectivement. Ça pourrait être des sommes astronomiques, d'autant plus qu'elles n'ont pas le droit de faire de déficit. — (Assemblée nationale du Québec, Journal des débats, Commission permanente de l'aménagement et des équipements, 23 janvier 1996)

Nom commun

moyen \mwa.jɛ̃\ masculin

  1. Ce qui sert à réaliser une fin ; intermédiaire sans lequel un but ne peut pas, ou pas facilement, être atteint.
    • Pour atteindre ce but tous les moyens ne sont pas indifférents ; il y a des lois à observer et une marche rationnelle à suivre. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • L’agent sanitaire maritime accoste et grimpe à bord. Après les formalités de l’arraisonnement je m’informe auprès de lui d’un hôtel et du moyen de s’y rendre. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 14)
    • Pour guérir le dernier-né de la Reine, qui souffrait d'un abcès à la gorge et qu’Hadès semblait encore une fois attirer dans ses ténèbres, le médecin Olympos avait jugé qu'il fallait prendre les grands moyens : une incubation, et à Canope. — (Françoise Chandernagor, Les Enfants d'Alexandrie, éd. Albin Michel, 2011)
  2. (En particulier) (Droit) Argument avancé devant un tribunal.
    • Ce sont les parties qu’il incombe de présenter au Tribunal les moyens qu’elles font valoir à l’appui de leurs prétentions et sur lesquelles la juridiction saisie est amenée à se prononcer. — (Serge Braudo et Alexis Baumann, Dictionnaire du droit privé)
    • Il résulte de ce qui précède que le moyen tiré de l'irrégularité de la procédure à raison de l'absence d'un nouveau contrôle de la CNIL postérieurement à l'expiration du délai fixé par la mise en demeure et préalablement à la sanction ne peut qu'être écarté. — (Conseil d’État, Arrêt n°412589, mercredi 6 juin 2018 → lire en ligne)
    • Le moyen tiré de ce qu’une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution est, à peine d’irrecevabilité, présenté dans un écrit distinct et motivé. Ce moyen peut être soulevé pour la première fois en appel ou en cassation et ne peut être soulevé d’office. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
  3. (Mathématiques) Un des termes d’une proportion situés entre les extrêmes.
    • Le produit des extrêmes est égal au produit des moyens. — (Règle de trois sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Moyen : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOYEN, ENNE. adj.
Qui tient le milieu entre deux extrêmes. Il n'est ni grand ni petit, il est de taille moyenne. Température moyenne. Intelligence, fortune moyenne. Classe moyenne, Classe intermédiaire entre les hautes classes et le peuple; bourgeoisie. Des médailles de moyen bronze, ou, absolument, Du moyen bronze, Des médailles de bronze d'une médiocre grandeur. Être d'âge moyen, Être entre deux âges, n'être ni jeune ni vieux. Moyen duc, Espèce de chouette de grandeur moyenne, plus petite que le grand duc. Moyen âge, Le temps qui s'est écoulé depuis la fin de l'empire romain d'Occident, en 475, jusqu'à la prise de Constantinople par Mahomet II, en 1453. Les auteurs, l'histoire du moyen âge. L'architecture, la sculpture du moyen âge. Par apposition, Un costume moyen âge. Moyen signifie aussi Qui est ordinaire, médiocre. Des esprits moyens. Fam., Femme de moyenne vertu, Femme d'une conduite suspecte, d'une réputation équivoque.

MOYEN signifie encore Qui est calculé en faisant la moyenne. La température moyenne d'un pays, d'une mer, d'un mois. En termes de Statistique, Vie moyenne, La durée moyenne de l'existence chez l'homme, les animaux. La vie moyenne de l'homme est d'environ quarante-cinq ans. En termes d'Astronomie, Lieu moyen d'une planète, Lieu où devrait se trouver cette planète si elle n'éprouvait pas de perturbation dans son mouvement. Mouvement moyen d'un astre, Celui que l'on considère indépendamment des inégalités qui le rendent plus ou moins prompt. En termes d'Astronomie, Temps moyen, le Temps calculé en supposant qu'au bout de toutes les vingt-quatre heures le soleil se retrouve exactement au méridien où il était le jour précédent; par opposition à Temps vrai, le Temps calculé suivant l'heure où le soleil doit se trouver réellement au méridien, un peu plus de vingt-quatre heures avant, ou un peu plus de vingt-quatre heures après l'instant où il y était la veille. Il y a quelques jours dans l'année où le temps moyen s'accorde avec le temps vrai. En termes de Logique, Moyen terme, la Partie d'un syllogisme qui sert à unir les deux autres, à en prouver la convenance ou la disconvenance. On dit aussi Moyen, substantivement. On appelle de même Termes moyens, ou Moyens, dans une proportion, les Deux termes du milieu. Dans toute proportion arithmétique, la somme des extrêmes est égale à celle des moyens. Fig. et fam., Moyen terme, Parti moyen qu'on prend pour terminer une affaire embarrassante, pour concilier des prétentions opposées. Proposer, prendre un moyen terme. En termes de Grammaire, Verbe moyen, Verbe qui, dans quelques langues, participe de l'actif et du passif, soit pour le sens, soit pour la forme. La langue grecque a des verbes moyens. On dit de même Voix moyenne, et Aoriste moyen, parfait moyen.

Moyen : définition du Littré (1872-1877)

MOYEN (mo-iin, ié-n' ; plusieurs disent moi-iien ; d'après Bèze, XVIe siècle, on doit prononcer moi-ien ; d'autres prononçaient moi-en, d'autres mo-ien, à tort suivant lui) adj.
  • 1Qui occupe une situation intermédiaire. Le ventre [du rhinocéros] était gros et pendait presque à terre, surtout à la partie moyenne, Buffon, Quadrup. t. IV, p. 330, dans POUGENS.

    La moyenne région de l'air, la région de l'air qui est entre la haute et la basse.

  • 2Qui tient le milieu entre deux extrémités. Une taille moyenne.

    Des médailles de moyen bronze, ou, absolument, du moyen bronze, des médailles d'une médiocre grandeur.

    Être de moyen âge, n'être ni jeune ni vieux. Les souvenirs de l'âge moyen sont toujours moins vifs que ceux de la première jeunesse, Rousseau, Confess. IV.

    Moyen âge, le temps qui s'est écoulé depuis la chute de l'empire romain en 475 jusqu'à la prise de Constantinople par Mahomet II, en 1453 ; d'autres le font commencer en 395, à cause du partage de l'empire romain en empire d'occident et empire d'orient.

    Dans les arts, moyen âge est souvent pris comme adjectif. Costume moyen âge. Il devait m'exécuter une habitation dans le goût du moyen âge avec fenêtres à ogives, décoration extérieure à dentelles, clochetons, sculptures gothiques, goules, salamandres et gargouilles… la maison moyen âge fut commandée, Reybaud, Jérôme Paturot, II, 7.

    La moyenne latinité, auteurs qui ont écrit depuis le temps de Sévère ou environ, jusqu'à la décadence de l'empire.

  • 3 Fig. Qui n'est ni bon ni mauvais. On veut qu'il [saint Augustin] n'ait point admis d'actions moyennes dans la morale, et qui ne fussent bonnes ou mauvaises, contre ce qu'enseigne l'école, qui en reconnaît d'indifférentes, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, I, avant-propos.

    Familièrement. Femme de moyenne vertu, femme d'une conduite suspecte, d'une vertu équivoque. [Les roués étaient] Nocé, Brancas, Biron, Canillac, et quelques dames de moyenne vertu, mais du monde, Saint-Simon, 436, 61.

  • 4Moyenne justice, voy. JUSTICE.

    Moyen justicier, seigneur qui était placé entre le haut et le bas justicier.

  • 5Qui sert d'intermédiaire dans l'ordre intellectuel. Plus un entendement a d'étendue ou de perspicacité, moins il multiplie les idées moyennes, Bonnet, Ess. anal. âme, ch. 16.

    Terme de logique. Moyen terme, et, substantivement, le moyen, le terme d'un syllogisme qui sert à unir les deux autres.

    Fig. et familièrement. Moyen terme, parti moyen qu'on prend pour terminer une affaire embarrassante.

  • 6 Terme de mathématique. Termes moyens, ou, substantivement, les moyens, les deux termes du milieu, dans une proportion. Dans toute proportion géométrique, le produit des extrêmes est égal à celui des moyens.

    Moyens proportionnels dans une progression arithmétique ou géométrique, tous les termes placés entre les deux termes extrêmes. Insérer entre deux termes quatre moyens proportionnels, arithmétiques ou géométriques.

    On dit aussi pour abréger : moyens arithmétiques, moyens géométriques.

    S. f. Moyenne proportionnelle arithmétique, ou, simplement, moyenne, quantité moyenne entre deux autres, qui excède autant la plus petite qu'elle est surpassée par la plus grande. Moyenne proportionnelle géométrique, ou, simplement, moyenne, quantité moyenne entre deux autres, en ce sens qu'elle a avec la première le même rapport géométrique que la seconde a avec elle.

  • 7 Terme d'astronomie. Temps moyen, le temps marqué par un soleil fictif qui marcherait toujours du même pas.

    Longitude moyenne du soleil, le lieu de l'écliptique où il se trouverait à chaque instant, si, à partir de son passage par l'apogée, il marchait d'un mouvement uniforme.

    Lieu moyen d'une planète, lieu où devrait se trouver cette planète, si elle n'éprouvait pas de perturbations dans son mouvement.

    Distance moyenne d'une planète, le demi grand axe de l'orbite.

    Mouvement moyen, celui que l'on considère indépendamment des inégalités qui le rendent plus ou moins prompt. La constance des moyens mouvements des planètes et des grands axes de leurs orbites est un des phénomènes les plus remarquables du système du monde, Laplace, Exposé, IV, 3.

  • 8 Terme de marine. Moyen parallèle, petit cercle parallèle à l'équateur et qui passe par la latitude d'un point du méridien qui tient le milieu entre deux points donnés de ce même méridien.
  • 9 Terme de physique. Température moyenne d'un jour, celle qu'on obtient en ajoutant entre elles les observations faites à tous les instants de la journée, et divisant cette somme par le nombre de ces instants.
  • 10 Terme de statistique. Vie moyenne, voy. VIE.
  • 11 Terme de bourse. Cours moyen, voy. COURS, n° 11.
  • 12 Terme de grammaire. Verbe moyen, verbe qui, dans quelques langues, participe de l'actif et du passif, soit pour le sens, soit pour les terminaisons, et qui, en particulier, dans le grec, implique toujours une idée de réflexion, de retour indirect de l'action sur son auteur, sur le sujet.

    On dit de même : voix moyenne, aoriste moyen, parfait moyen.

    Parfait moyen se dit, improprement, d'une forme de parfait qui a la terminaison active en α, et la signification également active. Le prétendu parfait moyen est un parfait second.

  • 13Écrire en moyen, employer une écriture qui n'est ni grosse ni fine, qui est entre les deux.
  • 14Moyen duc, espèce de chouette.
  • 15 Terme d'ancienne coutume. Succéder par moyen, succéder par la médiation d'une personne interposée qui est morte, comme un petit-fils à un aïeul, un petit-neveu à son grand-oncle.
  • 16 S. f. Terme de mathématique. Moyenne, demi-somme de deux quantités, et, en général, la somme de plusieurs quantités divisée par leur nombre. Prendre la moyenne.
  • 17En physique, en statistique, etc. Grandeur qui tient le milieu entre des quantités plus grandes et plus petites, de même nature, et qui est une valeur abstraite créée de manière à constituer la résultante unique d'un grand nombre de résultats observés. La moyenne d'une masse d'observations de même ordre s'obtient en divisant la somme des grandeurs observées par le nombre des observations.
  • 18 S. f. Moyennes, nom de deux petits canons que l'on plaçait sur le pont d'une galère.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si en ot [eut] plaintes des moiienes gens de la ville, Chr. de Rains, p. 226.

XIVe s. [Un juge] Entre misericorde et droit aucune fois, Fist sovent droit moyen…, Girart de Ross. V. 2949. Et porte honneur à toutes femmes, Soient damoiselles ou dames, Grandes, moiennes ou petites, Machaut, p. 117. Les tenailles sont petites, moianes, grans, agues…, H. de Mondeville, f° 30. Entre deux nombres dont l'un est trop grant et l'autre trop petit, pluseurs nombres sont moiens, Oresme, Eth. 287.

XVe s. Et ce que ces parties ordonneroient, les deux rois le tiendroient et le confirmeroient sans nul moyen, Froissart, I, I, 144. La bonne dame [duchesse de Brabant]… s'avisa que… elle seroit moyenne de tous les traités, Froissart, II, II, 222. Pour obvier à voye trop haultaine, Le moyen tiens, affin que ne descendes, Orléans, Ball. 105. Tant regna Thorax qu'il eut plusieurs filz, dont le moyen [puîné] eut à nom Scapiol, Perceforest, t. VI, f° 111. Ilz la trouverent sur une molt belle place, et avoit en la moyenne [au milieu] un temple rond de moult suffisant ouvrage, ib. t. I, f° 36.

XVIe s. Descendans qui ont esté, sans moyen, prochains du temps mesme de Hercules, Amyot, Lyc. 1. Craignant qu'il ne gastat tout, par ce qu'il ne sçauroit pas tenir un moyen en son courroux, Amyot, Sertor. 6. Et n'est enfant des classes moyennes qui ne se puisse dire plus sçavant que moi, Montaigne, I, 154. J'ayme des natures temperées et moyennes, Montaigne, I, 224. Je suis d'une taille au dessoubs de la moyenne, Montaigne, III, 41. Ce grand effroi advint aux lanskenets pour une volée des quatre moyennes [sorte de canons] que Sipierre fit tirer, D'Aubigné, Hist. I, 173. Les grans et les moyens du païs, D'Aubigné, ib. I, 252. Entre le doigt moyen et indice, Paré, IV, 22.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. MOYEN. Ajoutez :
19Moyenne et extrême raison, voy. RAISON, n° 13.
20 Terme de tir. Lorsque plusieurs balles ont frappé une cible, on appelle point moyen, le point par lequel passerait la résultante de forces égales et parallèles, qu'on suppose appliquées au centre des trous de toutes les balles.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Moyen : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOYEN, adj. (Gram.) qui tient le milieu entre deux objets de comparaison, & se dit des choses & des personnes.

Moyen, adj. terme fort en usage dans l’Astronomie. On dit le mouvement moyen d’une planete, pour dire un certain mouvement uniforme qu’on lui suppose, & qui est moyen entre son mouvement le plus rapide & son mouvement le plus lent ; c’est à ce mouvement qu’on ajoute différentes équations pour avoir le mouvement vrai. Par exemple, le mouvement moyen du soleil, c’est un mouvement uniforme par lequel on suppose que le soleil parcoure l’écliptique dans le même tems qu’il le parcourt par son mouvement vrai. On dit aussi le tems moyen, pour le distinguer du tems vrai. Voyez les articles Equation du tems & Equation du centre. (O)

Moyenne proportionnelle arithméti que, (Géom.) est une quantité qui est moyenne entre deux autres, de maniere qu’elle excede la plus petite d’autant qu’elle est surpassée par la plus grande.

Ainsi 9 est moyen proportionnel arithmétique entre 6 & 12. On dit aussi, pour abréger, moyen ou moyenne arithmétique. Voyez Proportion.

Moyenne proportionnelle géométrique, ou simplement moyenne proportionnelle, est encore une quantité moyenne entre deux autres ; mais de façon que le rapport qu’elle a avec l’une de ces deux y soit le même que celui que l’autre a avec elle.

Ainsi 6 est moyen proportionnel géométrique, ou simplement moyen proportionnel entre 4 & 9, parce que 4 est les deux tiers de 6, de même 6 est les deux tiers de 9. Voyez Proportion. (O)

Moyen, ventre moyen, en Anatomie, signifie la poitrine ou le thorax. Voyez Thorax & Ventre.

Moyen fessier. Voyez Fessier.

Moyen sel, (Chimie.) Voyez Sel moyen ou neutre sous le mot Sel.

Moyen, (Jurisprudence.) ce terme a dans cette matiere plusieurs significations différentes.

Moyen justicier, est celui qui a la moyenne justice. Voyez Justice.

Moyen signifie quelquefois milieu ; on dit, par exemple, d’une justice pairie qui ressortit directement au parlement, qu’elle ressortît nuement & sans moyen en la cour. En matiere criminelle on appelle au parlement omisso medio, c’est-à-dire, sans moyen.

Dans les coutumes d’Anjou & du Maine on appelle succeder par moyen, lorsqu’on vient à la succession par l’interposition d’une autre personne qui est décedée, comme quand le petit-fils succede à son ayeul, le petit-neveu à son grand-oncle.

Moyen signifie toutes les raisons & preuves que l’on emploie pour établir quelque chose après l’exposition des faits, dans une piece d’écriture ou mémoire, ou dans un plaidoyer : on explique les moyens : on les distingue quelquefois par premier, second, troisieme. Il y a des moyens de fait, d’autres de droit ; des moyens de forme, & des moyens de fonds ; des moyens péremptoires, qui tranchent toute difficulté, & des moyens surabondans.

Il y a aussi diverses sortes de moyens propres à chaque nature d’affaire, comme des moyens d’appel ; on entend quelquefois par-là des écritures intitulées causes & moyens d’appel : quelquefois ce sont les moyens proprement dits, qu’on emploie au soutien de l’appel : il y a des moyens de faux, des moyens de nullité, des moyens de restitution. Voyez Appel, Faux, Nullités, Restitution. (A)

Moyenne justice, (Jurisprud.) c’est le second degré des jurisdictions seigneuriales. Voyez Justice seigneuriale. (A)

Moyenne, (Fortification.) on donnoit autrefois ce nom à une piece de canon, que nous connoissons présentement sous le calibre de 4 livres, & qui pese environ 1300 livres. Elle a 10 piés de longueur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « moyen »

Étymologie de moyen - Littré

Provenç. meias, meian, mejan ; cat. media ; esp. et port. mediano ; ital. mezzano ; du lat. medianus, dérivé de medius (voy. MI).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de moyen - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin medianus (« médian, du milieu »), de medius (« milieu »). Le nom commun est la substantivation de l'adjectif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « moyen »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
moyen mwajɛ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « moyen »

  • Les scientifiques ont pu identifier le circuit que suivent les cellules pour choisir entre ces deux voies, puis, via des simulations informatiques, des moyens de manipuler ce processus. Ils ont ainsi réussi à créer une "nouvelle route du vieillissement", explique Nan Hao, un des auteurs de l'étude. RTL Info, Des scientifiques américains ont trouvé un moyen de ralentir le processus de vieillissement - RTL Info
  • . @ MeghanMcCain à Mary Trump: « Que dites-vous aux gens comme moi qui pensent que c’est juste un excellent moyen pour vous d’obtenir un chèque de paie maintenant? » News 24, `` Excellent moyen d'obtenir un chèque de paie '': Meghan McCain fustige Mary Trump pour un livre révélateur sur le président - News 24
  • La bonne volonté trouve le moyen et l'opportunité. De Jean Antoine de Baïf / Mimes, enseignements et proverbes
  • Préjugé. Opinion qui se promène sans moyen visible de transport. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Ordinateur : moyen conçu pour accélérer et automatiser les erreurs. De Anonyme / Nouveau dictionnaire du pirate
  • Essayer, c'est le meilleur moyen de se planter... De Homer Simpson / Les Simpsons
  • La sagesse est le moyen. La vie est la fin. De Jack Rosenthal / Yentl
  • La musique est le meilleur moyen de digérer le temps. De Wystan Hugh Auden
  • La science est devenue un moyen de la technique. De Jacques Ellul / La technique
  • La bassesse est le plus sur moyen de parvenir. De André Suarès / Idées et visions
  • Le meilleur moyen de persuader consiste à ne pas persuader. De Lautréamont / Les chants de Maldoror
  • Tout est un moyen même l'obstacle. De Ibn Séoud
  • Le moyen d'ennuyer est de vouloir tout dire. De Voltaire
  • Dissimuler est le principal moyen de gouverner. De Baltasar Gracian y Morales / L'Homme de cour
  • Chaque siècle a son moyen âge. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées

Images d'illustration du mot « moyen »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « moyen »

Langue Traduction
Corse modu
Basque modu
Japonais 仕方
Russe путь
Portugais maneira
Arabe الطريق
Chinois 方式
Allemand weg
Italien modo
Espagnol camino
Anglais way
Source : Google Translate API

Synonymes de « moyen »

Source : synonymes de moyen sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « moyen »



mots du mois

Mots similaires