La langue française

Ordinaire

Sommaire

  • Définitions du mot ordinaire
  • Étymologie de « ordinaire »
  • Phonétique de « ordinaire »
  • Citations contenant le mot « ordinaire »
  • Images d'illustration du mot « ordinaire »
  • Traductions du mot « ordinaire »
  • Synonymes de « ordinaire »
  • Antonymes de « ordinaire »

Définitions du mot ordinaire

Trésor de la Langue Française informatisé

ORDINAIRE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. −
1.
a) Qui découle d'un ordre de choses ou appartient à un type présenté comme commun et normal (pour ce à quoi réfère le syntagme). Synon. courant, habituel, normal; anton. exceptionnel.
α) En position d'épithète postposée. Bourgeois, médecin, ouvrier ordinaire; état ordinaire; la vie ordinaire; vivres ordinaires; respiration ordinaire; le public ordinaire. Du jardin, qui est à la hauteur d'un premier étage ordinaire, on découvre une vue magnifique (Dumas fils, Dame Cam.,1848, p.177).MmeVigneron n'est pas une cliente ordinaire pour moi, je la gâte (Becque,Corbeaux,1882, 3, 5, p.175).Nous ne pouvons donc, comme dans l'addition ordinaire, intervertir l'ordre des termes (H. Poincaré,Valeur sc.,1905, p.122):
1. Il en résulte un produit de matières grasses, qui peut à la rigueur tenir lieu de viande, et qui la remplace en effet presque entièrement dans l'alimentation ordinaire du Berbère. Vidal de la Bl.,Princ. géogr. hum.,1921, p.135.
β) En position d'épithète antéposée, littér. Ces quelques semaines d'héroïque vie commune (...) les avaient unis, plus étroitement que des années d'ordinaire amitié n'auraient pu le faire (Zola,Débâcle,1892, p.488).Sa conversation mettait en poésie les plus ordinaires circonstances de la vie (Frapié,Maternelle,1904, p.1).
γ) Emploi impers. Il est ordinaire que/de + inf.Il était ordinaire que le costume fût fixé invariablement par les lois de chaque cité (Durkheim,Divis. trav.,1893, p.132).
b) Spécialement
ART MILIT., vx. Pas ordinaire. Pas que les troupes sont censées prendre lorsqu'on ne leur en ordonne pas d'autre et qui est le plus lent de ceux qu'on leur a enseignés. La longueur du pas ordinaire est de deux pieds, et sa vitesse de soixante et seize par minute (Ac.1835, 1878).
DROIT
Tribunal* ordinaire.
Question ordinaire (vx). Premier degré de la torture. Arrêt qui ordonne que préalablement l'accusé subira la question ordinaire et extraordinaire (Ac.1835, 1878).
ENSEIGN. Professeur ordinaire. Premier rang dans la hiérarchie des enseignants universitaires de certains pays germaniques. Un peu plus tard, il fut nommé professeur ordinaire et directeur de l'Académie de Berlin (Quinet,All. et Ital.,1836, p.122).
PHILOS. Langage ordinaire. Langage qui s'exprime par les langues naturelles (par opposition aux langages logiques ou mathématiques) et qui permet la communication dans la vie quotidienne. Anton. langage formel.La philosophie du langage ordinaire. Toutes les lois sont donc tirées de l'expérience; mais pour les énoncer, il faut une langue spéciale; le langage ordinaire est trop pauvre (H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p.141).
2. [Le subst. qualifié est rapporté à qqc. ou à qqn]
a) [Le subst. exprime une fonction sociale] Dont le référent accomplit de manière habituelle ou en fonction d'un ordre établi la fonction désignée par le substantif. Synon. habituel.Dieudonné Cavrois était leur victime ordinaire (Adam,Enf. Aust.,1902, p.183):
2. Charruel (...) demanda la permission d'allumer une cigarette, tout en dissertant de cette voix appliquée (...) qu'il «plaçait», (...) fût-ce pour commander deux oeufs sur le plat à son gargotier ordinaire. Duhamel,Suzanne,1941, p.83.
Spécialement
HIST. [En parlant des officiers de la maison du Roi] Qui remplit ses fonctions toute l'année ou de manière habituelle. Anton. extraordinaire.Maître d'hôtel ordinaire. Médecin ordinaire (Ac.). Musicien ordinaire de la musique du roi, de la chapelle du roi (Ac. 1835-1935). Sur ce brick, se trouvait également un gentilhomme ordinaire de la chambre de SM le Roi Charles X (Balzac,E. Grandet,1834, p.234).C'était pourtant ce que le peintre ordinaire de sa majesté voulait exiger de notre dévouement (Reybaud,J. Paturot,1842, p.246).P. méton., emploi subst. Musicien ordinaire de la maison du roi. M. Francoeur le fils, l'un des vingt-quatre ordinaires de la Musique de la Chambre (Laurencie,Éc. fr. violon,1922, p.197).
ADMIN., DR. Juge ordinaire, cour ordinaire. Juge, cour, qui siégeaient toute l'année et non seulement un semestre (d'apr. Ac. 1835, 1878). Il demanda son renvoi par-devant les juges ordinaires (Ac.1835).
[Au Conseil d'État] Service ordinaire. Nul ne peut être nommé conseiller d'État en service ordinaire avant l'âge de quarante-cinq ans. Les conseillers en service extraordinaire sont nommés pour une période de quatre ans, non renouvelable avant l'expiration d'un délai de deux ans (Lar. encyclop. Suppl.1968, s.v. conseil).
b) [Le subst. désigne une activité] Qui est exercé(e) de manière habituelle et/ou réglé(e) par quelqu'un. Synon. coutumier, normal, habituel; anton. exceptionnel, inhabituel, inaccoutumé.C'était le directeur du Casino (...) qui faisait sa partie ordinaire [de billard] avec le comique de sa troupe (Maupass.,Mt-Oriol,1887, p.22):
3. ... nous faisions, frappant des pieds, puis des mains, la ronde rituelle, en chantant l'hymne sonrhaï. «Telles étaient nos occupations ordinaires de petites filles libres (...)» Benoit,Atlant.,1919, p.241.
c) [Le subst. désigne un sentiment, un affect, ou une capacité] Qu'on éprouve ou qu'on manifeste habituellement. Synon. habituel, coutumier; anton. inaccoutumé, inhabituel.
Emploi épithète. Je lui annonçai avec ma franchise ordinaire que cette incapacité de travail durerait peut-être aussi longtemps que lui (About,Roi mont.,1857, p.270).Eh bien, continuons, dit enfin Bordenave de sa voix ordinaire, parfaitement calme (Zola,Nana,1880, p.1328).Je savais (...) que le grand chef mentait, qu'il n'y avait pas d'entente entre les puissances. C'était son bluff ordinaire (Mille,Barnavaux,1908, p.227).
Emploi attribut [Avec un compl. à valeur de datif] Sa politique [de Crassus] devait être de se ménager des amis parmi eux [les conspirateurs] pour le cas d'une révolution, car cette prévoyance est ordinaire à tous les riches (Mérimée,Essai, Conjur. Catilina, 1844, p.261).Le fermier (...) éprouvait une gêne évidente qui ne lui était pas ordinaire (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Hist. fille de ferme, 1881, p.289).Nul (...) ne trouvait à redire à cette attente prolongée, comme si la prostration actuelle de ces gens ne différait que peu de l'état qui leur était ordinaire (Montherl.,Célibataires,1934, p.899).
d) [Le subst. renvoie à un ordre de mesure] Qui a pour valeur, mesure, telle ou telle valeur, mesure habituelle. Le bail des meubles fournis pour garnir une maison entière (...) est censé fait pour la durée ordinaire des baux de maisons (Code civil,1804, art.1757, p.319).Mais 1500 francs me semble un prix exorbitant. Je crois que 1000 francs est le prix ordinaire d'un in-8 (Flaub.,Corresp.,1861, p.413).
B. − Qui présente des caractéristiques, une valeur, une qualité qui ne dépassent pas le niveau moyen par opposition à quelque chose d'autre pour lequel celles-ci sont supérieures. Synon. banal, commun, quelconque; anton. remarquable, extraordinaire.Esprit ordinaire; manières ordinaires. Lisa (...) coupait des tranches de saucisson. Elle passa au jambon fumé et au jambon ordinaire (Zola,Ventre Paris,1873, p.672).Chéri détourna la tête vers la dame en noir, une brune robuste, ordinaire et féline (Colette,Fin Chéri,1926, p.120).Georgette a décidé de ne plus voir sur sa table de vin ordinaire à dix ou douze sous le litre (Romains,Hommes bonne vol.,1938, p.245):
4. ... je suis un homme si ordinaire, si affreusement semblable à tous les hommes ! Duhamel,Confess. min.,1920, p.79.
Emploi attribut. Dans le petit Saint Martin de Van Dyck, copié par Géricault, la composition est très ordinaire, cependant l'effet de ce cheval et de ce cavalier est immense (Delacroix,Journal,1947,p.175).Il avait beau chausser les bottes de sept lieues, frotter la lampe d'Aladin, elles avaient perdu leurs vertus magiques... Tout restait plat, ordinaire, et à la lumière crue du jour que rien ne colorait, il était obligé de voir les ruines (Triolet,Prem. accroc,1945, p.103).
En partic. Gens très ordinaires. De condition sociale modeste. Réfléchissez que vous êtes d'un autre rang que nous; que nous sommes des gens de travail, des gens ordinaires, et que vous êtes d'une famille distinguée (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz,1864, p.220).
II. − Subst. masc.
A. − Ce qui se produit, ce qu'on fait en vertu d'un ordre des choses présenté comme commun et normal (pour une situation ou un type de choses donné). C'est un homme au-dessus de l'ordinaire (Ac.1835-1935).Je me prononce contre l'idée d'une souscription. Une souscription, c'est l'ordinaire de ces sortes de manifestations (Hugo,Corresp.,1864, p.466).
Locutions
Être (comme) à son ordinaire. Être dans sa forme, dans sa disposition habituelle. Alors, quelqu'un vous a fait quelque chose? Vous n'êtes pas comme à votre ordinaire... (Bourget,Disciple,1889, p.127).
À mon/ton/etc. ordinaire. À mon/ton/etc. habitude. Son Altesse le Prince de Monaco va venir, à son ordinaire, fumer un cigare sur cette terrasse (Sardou,Rabagas,1872, i, 1, p.1).Il était peut-être plus adroit (...) d'aller et venir dans le logement, comme à mon ordinaire (Duhamel,Confess. min.,1920, p.25).
Pour l'ordinaire. D'une manière conforme à l'usage. Synon. ordinairement.La conversation qui précède un grand dîner se borne, pour l'ordinaire, à des lieux communs de politesse, à des phrases banales sur le tems, la saison et les spectacles (Jouy,Hermite, t.4, 1813, p.317).
Contre l'ordinaire. D'une manière contraire à l'usage ou à l'habitude. Elle avait, contre l'ordinaire, un petit bonnet; elle n'avait pas quitté encore le vêtement flottant du matin (Michelet,Journal,1858, p.402).
Sortir de l'ordinaire. S'écarter de l'usage habituel, de la pratique courante:
5. Les curieux événements qui font le sujet de cette chronique se sont produits en 194., à Oran. De l'avis général, ils n'y étaient pas à leur place, sortant un peu de l'ordinaire. Camus,Peste,1947, p.1217.
D'ordinaire. De façon habituelle. Synon. à l'accoutumée, habituellement, ordinairement.Où prenais-je l'audace et l'habileté nécessaires à ce plaidoyer, moi si timide d'ordinaire et silencieux à l'excès? (Lacretelle,Silbermann,1922, p.128).Remarquez que, d'ordinaire, elle ne nous battait jamais sans nous en donner les motifs (H. Bazin, Vipère,1948, p.71).
À l'ordinaire. Suivant un usage normalement reconnu ou accepté, suivant la manière accoutumée. Synon. à l'accoutumée, ordinairement.Peu s'en fallait qu'il ne le nommât à l'ordinaire, «Buonaparte» (Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.267).Ses yeux gris-bleu, gais à l'ordinaire, avaient un reflet de tristesse au repos (Guèvremont,Survenant,1945, p.37).
B. − En partic.
1. Ce qui constitue habituellement un repas (gén. au restaurant ou dans une communauté donnée). Servir, manger l'ordinaire. D'avoir à préparer l'ordinaire, depuis la mort de sa belle-mère (...), lui était tous les jours une nouvelle pénitence (Guèvremont,Survenant,1945p.45).Trois jours plus tard, l'ordinaire, qui nous avait ébloui aux premiers repas, se réduisant à quelques trognons de choux (Ambrière,Gdes vac.,1946, p.305).
En partic. Vin d'ordinaire. ,,Le vin de qualité ordinaire que l'on boit au cours du repas, à la différence des vins plus fins que l'on boit au rôti et au dessert, etc. Un bon vin d'ordinaire`` (Ac. 1935).
ART MILIT.
Nourriture servie à la troupe par opposition à celle du mess des sous-officiers ou du mess des officiers. Il avait oublié la boîte de sardines qu'il a achetée la veille, tellement les macaronis gris de l'ordinaire le dégoûtaient (Barbusse,Feu,1916, p.156).
Subst. indiquant le grade ou la fonction + d'ordinaire.Personnel (ayant tel ou tel grade) chargé d'assurer et/ou de superviser la préparation des repas de la troupe. Le caporal d'ordinaire, sentant faiblir le cuistot désemparé, a un beau geste (Dorgelès,Croix de bois,1919, p.72).Des délégations venaient souvent s'entretenir avec l'officier d'ordinaire pour lui apporter des pourboires (Malraux,Cond. hum.,1933, p.246).
2. LITURG. CATH.
a) Ordinaire de la messe. Ensemble des prières dont le texte est invariant et qu'on retrouve dans les messes tout au long de l'année (à la différence du «propre du temps» ou du «propre des Saints»). Pendant la grand'messe, le choeur ne chante pas toutes les prières récitées par l'officiant, mais participe à l'«ordinaire» et au «propre» (Dupré,Manuel accompagn. plain-chant grégor., s.d., p.28).En réalité, ce qu'apprend une petite fille élevée, comme Angélique, dans la piété (...) ce n'est point la légende dorée, ce sont les prières, l'ordinaire de la messe (A. France,Vie littér.,1890, p.290).
b) Tout supérieur qui a juridiction spirituelle sur des religieux (ordinaire simple) ou sur les catholiques d'un district ecclésiastique (ordinaire du lieu). Il a pris un visa de l'ordinaire (Ac.).Je ne me suis pas laissé abattre par la résistance de monsieur le curé (...) Et il m'a répondu: «Nous sommes respectueusement soumis à l'ordinaire. Allez à l'archevêché (...)» (A. France,Hist. comique,1903, p.143).
3. Vx. Coursier de la poste partant à jours réguliers. L'ordinaire de Lyon (Ac. 1835, 1878). Il s'est passé trois ordinaires sans que j'aie de vos nouvelles (Ac.1798-1878).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀdinε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Subst. A. 1. 1260 ordenaire «autorité ecclésiastique diocésaine» (Liv. de Jost. et de plet, p.62 ds Gdf. Compl.); 1335 ordinaire (Girart de Roussilon, éd. E. B. Ham, 318); 2. 1328 «Livre contenant l'ordinaire de la messe» (Inv. de Clémence de Hongrie; N. C. de l'Arg. 62 ds La Curne); 1718 ordinaire de la Messe (Ac.); 3. xve-xvies. «ce qu'on fait habituellement» (L'Am. ressusc., p.299 ds La Curne); 1643 c'est l'ordinaire de (Corneille, Le Menteur, I, 6); 4. 1559 «ce qui est normal» (Amyot, Publ., 9). B. 1. 1489 «ensemble des mets constituant l'alimentation quotidienne» ici «viatique» (Rep. fr. [faussement attribué à Villon], p.20 ds La Curne); 2. 1690 «portion de grains donnée quotidiennement aux chevaux» (Fur.); 3. 1766 «prestation nécessaire à la subsistance d'un effectif» (Ordonnance d'apr. Lar. 19e). C. 1. a) 1636 «courrier partant et arrivant à date fixe» (Monet]; b) 1671 «jour où parvenait ce courrier» (Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, II, p.245); 2. 1690 «prélat exercant la juridiction ordinaire» (Fur.). II. Adj. 1. 1348 «conforme à l'ordre normal» (Affranch. de Gy, A. de Gy ds Gdf. Compl.: Exactions ordenaires et extraordenaires); 2. 1355 «se dit d'une personne qui remplit régulièrement une fonction» juges ordinaires (Ordonnance du 8 déc. ds Rec. gén. des anc. lois fr., éd. Decrusy, Isambert et Jourdan, IV, p.752); 3. a) 1553 «dont on use habituellement» portion ordinaire «qui constitue l'alimentation quotidienne» (La Bible, s. l., impr. J. Gérard, Jérémie, 52, 33); b) 1580 «conforme à l'usage habituel» (Montaigne, Essais, éd. Villey-Saulnier, I, V, p.26); 4. av. 1615 «commun à un grand nombre de personnes» droit commun et ordinaire (Pasq., Rech., III, 242 ds La Curne); 5.a)1675 «qui ne dépasse pas le niveau commun, moyen» hommes ordinaires (Fléch[ier], Turenne ds Littré); b) 1864 «de condition sociale modeste» des gens ordinaires (Erckm.-Chatr., loc. cit.); 6. 1804 les coupes ordinaires des bois (Code civil, art.521, p.96). III. Loc. 1. a) xves. [ms.] à l'ordinaire «habituellement» (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, 79, 35 var.); b) 1607 à l'ordinaire de (Hulsius); c) 1792 comme à son ordinaire (Collin d'Harl., Vieux célib., IV, 9, p.108); 1795 comme à l'ordinaire (Genlis, Chev. cygne, t.2, p.203); 2. 1601 d'ordinaire (Rec. des coutumes de l'évéché de Metz, titre II, §X ds Nouv. coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, II, 415); 3. 1678 contre l'ordinaire (La Fontaine, Fables, XI, IV, 7 ds OEuvres, éd. H. Régnier, III, 118); 4. 1678 selon l'ordinaire (Id., ibid., XI, VI, 27, ibid., III, 134). Empr. au lat. d'époque impériale ordinarius «rangé par ordre; conforme à la règle, à l'usage» lui-même dér. de ordo, -inis, v. ordre; au sens II 2, cf. dès ca 1140 a. prov. jutge ordinaris (Trad. du Code de Justinien, fol. 10 ds Rayn.). Fréq. abs. littér.: 7155. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 11895, b) 10320; xxes.: a) 9563, b) 8997.
DÉR.
Ordinariat, subst. masc.Fonction, pouvoir judiciaire de l'évêque diocésain. (Ds Littré, Rob.). [ɔ ʀdinaʀja]. 1reattest. 1874 (Journal des Débats, 4 août, 2epage, 2ecol. ds Littré Suppl. 1877); de ordinaire, suff. -at*.
BBG. Quem. DDL t.16.

Wiktionnaire

Adjectif

ordinaire \ɔʁ.di.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Commun ; habituel.
    • Alors, si le vent du nord vient à souffler, ces graux sont promptement agrandis, il s'en forme même de nouveaux, et les étangs se déchargent en peu de jours d'une grande partie de leurs eaux ; ils se vident presque entièrement si le mistral (nord-ouest) souffle assez long-temps avec son impétuosité ordinaire. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, p. 74)
    • À la suractivité ordinaire des rues de New York s’ajouta une fièvre belliqueuse. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 213 de l’éd. de 1921)
    • La petite carte hypsométrique se base sur une centaine d'altitudes, dont nous avons relevé la majeure partie à l'aide d'un anéroïde et d'un thermomètre ordinaires. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 162)
    • En été, il arrive souvent que des rivières guéables en temps ordinaire grossissent subitement à la suite de la fonte des neiges. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 11)
  2. (Spécialement) Qui est habituel à quelqu’un.
    • On n’eût point dit d’ailleurs, en le voyant, qu’il se passât quelque chose d’insolite par la ville, ni au Louvre ; il était vêtu avec son élégance ordinaire. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
  3. Qui ne dépasse pas le niveau commun.
    • C’est un homme très ordinaire.
  4. Médiocre, dont les manières laissent à désirer.
    • Le lait frais vaut généralement 1 franc le kil de 2 litres, tandis que le vin, de qualité très ordinaire, se vend de 1 fr. 25 à 1 fr. 50 le litre. — (Maurice de Périgny, Au Maroc : Fès, la capitale du Nord, Paris : chez Pierre Roger & Cie, 1917, p. 25)
    • Vous m’avez présenté quelqu’un de bien ordinaire.
    • Ce roman est d’un style bien ordinaire.
    • Le talent de ce musicien est des plus ordinaires.
  5. (Histoire) Il s’est dit des officiers de la maison du roi, qui remplissaient leurs fonctions toute l’année, par opposition à ceux qui servaient par quartier. Il s’est dit aussi de quelques autres serviteurs habituels de la maison du roi, quoiqu’ils ne servissent que par quartier.
    • Maître d’hôtel ordinaire.
    • Médecin ordinaire.
    • Gentilhomme ordinaire du roi.
    • Musicien ordinaire de la chambre du roi, de la chapelle du roi.

Nom commun 1

ordinaire \ɔʁ.di.nɛʁ\ masculin

  1. Ce qu’on a coutume de faire, ce qu’on a coutume d’être.
    • Ne vous en étonnez pas, c’est son ordinaire.
    • Il fait telle chose à son ordinaire.
    • C’est un homme au-dessus de l’ordinaire.
  2. (Cuisine) Ce qu’on a coutume de servir pour un repas.
    • Elle avait d'elle-même ajouté à l'ordinaire de M. l'évêque une bouteille de vieux vin de Mauves. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 3 ; 1862)
    • Il n’a que deux plats à son ordinaire.
    • Se contenter de l’ordinaire.
    • Le capitaine a fait améliorer l’ordinaire de sa compagnie.
    • La popotte du soir n'est pas mauvaise et assez copieuse. Et à midi, la soupe est également bonne. Je dois me contenter de ces ordinaires, mais je ne m'en plains pas. — (Louise Monaux et Bruno Deblander, 14-18, Apocalypse en Belgique – Récits de patriotes, Éditions Racine, 2013, page 113)
  3. (Cuisine) (Militaire) Cantine militaire où les militaires du rang prennent leurs repas.
  4. (Religion catholique) Évêque diocésain, autorité diocésaine.
    • Il s’est pourvu par-devant l’ordinaire.
    • Il a pris son visa de l’ordinaire.
    • Un chapitre, un monastère soumis à l’ordinaire, exempt de l’ordinaire.
  5. (Liturgie) Prières qui se disent tous les jours à la messe, la partie de la messe qui ne varie pas.
    • L’ordinaire de la messe,
  6. (Vieilli) Courrier qui partait et arrivait à jours fixes.
    • Je vous écrirai par le premier ordinaire.
  7. (Administration) Fonds établi pour payer la Maison du roi, les commissaires des guerres et les compagnies de gendarmerie.
    • Cela est assigné sur l’ordinaire des guerres.
    • Trésorier, caisse de l’ordinaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORDINAIRE. adj. des deux genres
. Qui est dans l'ordre commun, habituel. Le cours ordinaire de la nature. Le train ordinaire de la vie. Il est assez ordinaire de se fâcher quand on a tort. Un événement ordinaire. Il signifie aussi Qui est habituel à quelqu'un. Ce sont ses discours ordinaires. C'est sa manière, son procédé ordinaire. Marcher de son pas ordinaire. La dépense ordinaire de sa maison se monte à tant. Il signifie encore, en parlant des Personnes, Qui ne dépasse pas le niveau commun. C'est un homme très ordinaire. Il s'emploie quelquefois pour désigner Quelqu'un dont les manières laissent à désirer. Vous m'avez présenté quelqu'un de bien ordinaire. On le dit aussi en parlant des Choses qui sont de valeur tout à fait médiocre. Ce roman est d'un style bien ordinaire. Ce vin est de qualité très ordinaire. Le talent de ce musicien est des plus ordinaires. Il s'est dit des Officiers de la maison du roi, qui remplissaient leurs fonctions toute l'année, par opposition à ceux qui servaient par quartier. Maître d'hôtel ordinaire. Médecin ordinaire. Il s'est dit aussi de Quelques autres officiers habituels de la maison du roi, quoiqu'ils ne servissent que par quartier. Gentilhomme ordinaire du roi. Musicien ordinaire de la musique du roi, de la chapelle du roi.

ORDINAIRE, employé substantivement, signifie aussi Ce qu'on a coutume de faire, ce qu'on a coutume d'être. Ne vous en étonnez pas, c'est son ordinaire. Il fait telle chose à son ordinaire. C'est un homme au-dessus de l'ordinaire. Il signifie aussi Ce qu'on a coutume de servir pour un repas. Il a toujours un bon ordinaire. Ordinaire bourgeois. Il n'a que deux plats à son ordinaire. Se contenter de l'ordinaire. En termes militaires, Le capitaine a fait améliorer l'ordinaire de sa compagnie. Caporal d'ordinaire, Caporal chargé de l'ordinaire de la compagnie. Vin d'ordinaire, Le vin de qualité ordinaire que l'on boit au cours du repas, à la différence des vins plus fins que l'on boit au rôti et au dessert, etc. Un bon vin d'ordinaire.

ORDINAIRE désigne, en Matière ecclésiastique, l'Évêque diocésain ou l'Autorité diocésaine. Il s'est pourvu par-devant l'ordinaire. Il a pris son visa de l'ordinaire. Un chapitre, un monastère soumis à l'ordinaire, exempt de l'ordinaire. En termes de Liturgie, L'ordinaire de la messe, Les prières qui se disent tous les jours à la messe, la partie de la messe qui ne varie pas.

ORDINAIRE s'est dit du Courrier qui partait et arrivait à jours fixes. Je vous écrirai par le premier ordinaire. On dit aujourd'hui : Je vous écrirai par le premier courrier. En termes d'Administration, L'Ordinaire des guerres désignait autrefois un Fonds établi pour payer la Maison du roi, les commissaires des guerres et les compagnies de gendarmerie. Cela est assigné sur l'ordinaire des guerres. Trésorier, caisse de l'ordinaire.

À L'ORDINAIRE, loc. adv. Suivant la manière accoutumée. Traitez-moi à l'ordinaire. Je vous parle franchement, à mon ordinaire.

D'ORDINAIRE, loc. adverbiale. Habituellement, le plus souvent. D'ordinaire il travaille huit heures par jour. On se repent d'ordinaire d'avoir trop parlé.

Littré (1872-1877)

ORDINAIRE (or-di-nê-r') adj.
  • 1Qui est dans l'ordre commun, qui a coutume d'être, de se faire, d'arriver. Oui, madame, on a vu son bonheur ordinaire [de César]…, Corneille, Pomp. V, 3. Il est des articles de vos lettres sur lesquels je ne réponds point ; il est ordinaire d'être ridicule quand on répond de si loin, Sévigné, 11 déc. 1673. Ce zèle de la foi y eut toujours la meilleure part [dans la charité de Mme d'Aiguillon], et la conversion des cœurs fut le motif et le fruit ordinaire de ses aumônes, Fléchier, Aiguillon. Une chose énoncée d'une façon ordinaire se fait aussi plus aisément croire, Boileau, Longin, Subl. 25. Votre flamme devient une flamme ordinaire, Racine, Phèdre, I, 5. J'ai rempli d'un Français le devoir ordinaire, Voltaire, Zaïre, II, 1. Tout ce qui n'est point ordinaire produit des erreurs encore plus extraordinaires, Buffon, Ois. t. VII, p. 303.

    Ordinaire à. Il est assez ordinaire aux personnes à qui le ciel a donné de l'esprit, d'abuser des grâces qu'elles ont reçues, Fléchier, Mme de Mont. Ces dévotions extérieures qui sont ordinaires à sa nation [espagnole], et qui ne s'établissent que trop dans la nôtre, Fléchier, Mar.-Thér. Ainsi me voilà malheureux dans mon bonheur, chose fort ordinaire à nous autres hommes, Voltaire, Lett. Richelieu, 31 août 1751. Il leur est plus ordinaire [aux hommes] de penser d'après leurs actions, que d'agir d'après leurs principes, Duclos, Consid. mœurs, 16.

    Question ordinaire, le premier degré de la torture qu'on faisait subir à un accusé.

    Terme militaire. Le pas ordinaire, le pas le plus lent de ceux qui sont réglés pour les troupes et qu'elles doivent toujours prendre quand on n'en commande pas d'autre.

  • 2Dont on se sert habituellement. Nourriture, vin ordinaire.

    Dans les restaurants, vin ordinaire, le vin que l'on sert sans le faire payer en sus du repas.

  • 3Il se dit des officiers de la maison du prince qui remplissent leur fonction toute l'année, par opposition à ceux qui servent par quartier. Médecin ordinaire. Maître d'hôtel ordinaire.

    Il s'est dit de quelques officiers de la maison du roi, quoiqu'ils ne servissent que par quartier. Musicien ordinaire de la chapelle du roi.

    Gentilhomme ordinaire du roi, gentilhomme servant le roi pour porter ses ordres et ses volontés aux parlements, aux provinces, et ses compliments aux cours des rois et des princes. Le roi mon maître, en me cédant à lui [le roi de Prusse], m'a daigné accorder une pension, et m'a conservé la charge de gentilhomme ordinaire de la chambre, Voltaire, Mél. littér. Fragment d'une lettre.

    Un gentilhomme ordinaire du roi se nommait quelquefois simplement, un ordinaire. J'ai oublié de vous mander que de Sainte-Marie il [le roi] avait envoyé un ordinaire nommé M. de Saint-Aubin, pour assurer la république de son amitié, Pellisson, Lett. histor. t. II, p. 14, dans POUGENS. Le roi envoya ce jour-là visiter M. le Prince par un ordinaire nommé Essin, Pellisson, ib. t. I, p. 205.

  • 4Il se dit de fonctionnaires qui sont en exercice toute l'année.

    Autrefois, conseiller d'État ordinaire, celui qui siégeait au conseil toute l'année. M. de Harlay et M. de Besons ont rempli les deux places vides du conseil, et M. de la Reynie et M. de Bignon sont devenus ordinaires, Sévigné, 3 avr. 1687.

    Aujourd'hui, conseiller d'État en service ordinaire, par opposition à conseiller d'État en service extraordinaire auquel ont été confiées des fonctions qui l'empêchent d'assister au conseil.

    Ambassadeur ordinaire, celui qui réside près d'une cour, à la différence de ceux qui n'ont qu'une simple mission.

    Juges ordinaires, cour ordinaire, les juges, les cours qui servaient toute l'année, à la différence des juges et des cours qui ne servaient que par semestre.

    Juges ordinaires, ceux à qui appartenait naturellement la connaissance des affaires, à la différence des juges de privilége et de ceux qui étaient établis par commission.

    Terme de jurisprudence. Affaire ordinaire, affaire qui n'est pas de nature à être jugée sommairement.

    Il s'est dit aussi de certains officiers de guerre. Commissaire ordinaire des guerres. Commissaire ordinaire de l'artillerie.

  • 5 Terme d'antiquité romaine. Consul ordinaire, se dit d'un consul nommé au commencement l'année, par opposition à consul suffectus, celui qu'on nommait plus tard et comme remplaçant.
  • 6Qui ne dépasse pas le niveau commun. N'attendez pas que je loue M. de Turenne comme on loue tous les hommes ordinaires, Fléchier, Turenne. Enfin, Éliacin, vous avez su me plaire ; Vous n'êtes point sans doute un enfant ordinaire, Racine, Ath. II, 7. Mais ce n'est point, madame, un amant ordinaire, Racine, Mithr. II, 1. Dans Mme de Miran, je vous ai peint une femme d'un esprit ordinaire, de ces esprits qu'on ne loue ni qu'on ne méprise, Marivaux, Marianne, 5e part. Ne vous regardez plus comme un homme ordinaire, Voltaire, Sémiram. IV, 3. Celui qui méditera avec attention cet abrégé de la vie et de la doctrine d'Empédocle, ne le regardera pas comme un homme ordinaire, Diderot, Opin. des anc. philos. Pythagorisme.
  • 7 S. m. Ce qui a coutume d'être, ce qu'on a coutume de faire. Et quand la renommée a passé l'ordinaire, Si l'on n'en veut déchoir, il faut ne plus rien faire, Corneille, Hor. V, 2. Votre ordinaire est-il de rêver en parlant ? Corneille, Ment. I, 6. Le cas parut étrange et contre l'ordinaire : Minos en ces deux morts semblait s'être mépris, La Fontaine, Fabl. XI, 4. Contre mon ordinaire Je dormais tranquillement, La Fontaine, Imit. d'Anacr. Ce que peut la vertu d'un homme ne se doit pas mesurer par ses efforts, mais par son ordinaire, Pascal, Pens. VI, 27, éd. HAVET. Si j'étais dévote, comme par exemple M. de la Garde, je crois, contre l'ordinaire, que je conviendrais avec mes amis des grâces singulières et précieuses que je recevrais de Dieu…, Sévigné, 24 mai 1690. Mlle du Plessis est insupportable de vanité… Mlle du Plessis donc disait une impertinence au-dessus de l'ordinaire ; moi, je pris aussi un ton au-dessus de l'ordinaire…, Sévigné, 16 oct. 1680. Qu'il [Dieu] donne une dose de patience au delà de l'ordinaire à ce pauvre chevalier, Sévigné, 27 sept. 1687. D'une taille au-dessus de l'ordinaire, Voltaire, Louis XIV, 25. Selon l'ordinaire des caractères emportés et dominants, Anquetil, Ligue, III, p. 4.
  • 8Ce qu'on a coutume de servir pour un repas. Un sien ami, voyant ces somptueux repas, Lui dit : et d'où vient donc un si bon ordinaire ? La Fontaine, Fabl. VII, 14. Un dogue de qui l'ordinaire Était un pain entier, La Fontaine, ib. VIII, 18. Deux perroquets, l'un père et l'autre fils, Du rôt d'un roi faisaient leur ordinaire, La Fontaine, ib. X, 12. Le régime que vos Grignans vous font observer, est fait exprès pour mon ordinaire, Sévigné, 373. Voilà un bon ordinaire bourgeois, Dancourt, Vert galant, sc. 15. Il [Morin] se débarrassa du carrosse, et se retira à Saint-Victor sans aucun domestique, ayant cependant augmenté son ordinaire d'un peu de riz cuit à l'eau, Fontenelle, Morin. J'ai toujours eu partout un très gros ordinaire pour un nombre d'amis et de connaissances familières qui y venaient sans prier, Saint-Simon, 392, 60. Je ne suis pas difficile à servir, je ne fais point d'ordinaire ; je mange en ville, Lesage, Gil Bl. III, 1.

    La portion d'aliments que, dans les auberges, chez les traiteurs, on donne à une personne pour un repas, et principalement une portion de soupe et de bœuf bouilli. Prendre un ordinaire chez le traiteur.

    Vin d'ordinaire, vin de qualité ordinaire qu'on boit dans le cours du repas.

    La mesure de vin qu'on donne pour chaque repas aux domestiques. A-t-il eu son ordinaire ?

    La mesure d'avoine qu'on donne le soir et le matin aux chevaux. Mon cheval a-t-il eu son ordinaire ?

    Fig. La manière de vivre. Quarante ans d'exil à cet ordinaire me seraient quarante ans de félicité, Guez de Balzac, liv. VIII, lett. 1.

    Fig. et familièrement. L'usage de la vie conjugale. Je voudrais bien Que, content de votre ordinaire, Vous ne goûtassiez plus au mien, La Fontaine, Pâté.

    Anciennement, restaurant, taverne, lieu où l'on donne à manger. Je regarde l'ordinaire le plus proche de White-Hall qui soit bon, et où viennent les plus honnêtes gens ; j'y vais dîner trois ou quatre fois…, Saint-Évremond, Sir Politick, III, 2.

  • 9L'ordinaire de la messe, les prières que le prêtre dit à la messe, et qui ne changent point. Les laïques qui n'entendent pas le latin ont l'ordinaire de la messe traduit en français.

    Livre indiquant la manière de réciter l'office divin.

  • 10Autrefois, l'ordinaire des guerres, certain fonds établi pour payer la maison du roi, les commissaires des guerres, et les compagnies de gendarmerie.
  • 11Le courrier de la poste qui part et arrive à certains jours réglés. Je reçus, il y a un mois, une lettre que vous me faisiez l'honneur de m'écrire du 20 janvier ; le dernier ordinaire m'en a apporté un autre du 26 du mois passé, Voiture, Lett. 25. Je ne vous en parlerai que par le premier ordinaire, Pascal, Prov. II. Les lettres qui seront portées par cet ordinaire, vous feront voir si nous disons vrai ou non, Sévigné, 9. Les nouvelles de cette année ne tiennent pas d'un ordinaire à l'autre, Sévigné, 19. Je me suis donné l'honneur de vous écrire par l'ordinaire de vendredi, Bossuet, Lett. 15. Mme du Châtelet ne vous écrit point, je crois, cet ordinaire, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 62.

    Il vieillit en ce sens ; on dit habituellement courrier.

    Le jour où cet ordinaire, ce courrier part et arrive. Si pendant cette marche vous étiez aussi quelque ordinaire sans recevoir de mes nouvelles, vous n'en serez point en peine, Sévigné, 103. Voilà le second ordinaire que je ne reçois point de nouvelles de ma fille, Sévigné, 17 juin 1671.

  • 12L'ordinaire, le juge naturel d'une personne.

    Régler un procès, une affaire à l'ordinaire, ordonner qu'un procès intenté au criminel ne pourra être poursuivi qu'au civil.

    On dit dans le même sens : recevoir les parties à l'ordinaire.

  • 13 Terme d'Église. L'ordinaire, l'évêque diocésain ; ou, si le siége épiscopal est vacant, l'autorité diocésaine. Les maisons religieuses qui ne sont pas en congrégation, ou qui ne jouissent pas du privilége qu'on appelle exemption, sont soumises à la juridiction de l'ordinaire. La visite de la clôture appartient de plein droit à l'ordinaire, Patru, Plaid. 5, dans RICHELET. Gaucelin, évêque de Lodève, que Geraul, évêque d'Albi, qui était présent et l'ordinaire du lieu, avait revêtu de son autorité, Bossuet, Var. XI, 37. Les ultramontains prétendent que le pape est l'ordinaire des ordinaires, c'est-à-dire qu'il peut dans chaque diocèse ce que peut l'évêque même, et surtout dans le patriarchat d'Occident, Dumarsais, Lib. égl. gall. part. II, max. 14.
  • 14Ordinaires de la musique de la chambre du roi, se disait des chanteurs et des chanteuses des concerts du roi.
  • 15 Au pluriel. Menstrues. Cette femme a ses ordinaires.
  • 16À l'ordinaire, loc. adv. Suivant la manière accoutumée. Je ne doute point qu'à l'ordinaire il ne se tue l'âme et le corps, Guez de Balzac, liv. III, lett. 11. Le pasteur était à côté [du mort], Et récitait à l'ordinaire Maintes dévotes oraisons, La Fontaine, Fabl. VII, 11. Du reste tout va ici à l'ordinaire, Bossuet, Lett. 19. Le parlement reprit une seconde fois ses fonctions, et les plaideurs, que l'on avait négligés pour ces affaires, eurent la liberté de se ruiner à l'ordinaire, Voltaire, Louis XV, 36.
  • 17D'ordinaire loc. adv. Le plus souvent. C'est d'ordinaire ainsi que ses pareils agissent, Corneille, Nicom. II, 1. Une vie plus douce et plus oiseuse qu'on ne la mène d'ordinaire dans le siècle, Massillon, Mystères, Œuvres de miséricorde. …Tu sais que d'ordinaire, Quand l'amour veut parler, la raison doit se taire, Regnard, le Joueur, I, 2. Les Suisses ne faisaient encore usage de leur liberté que pour vendre leur sang ; et d'ordinaire celui qui avait le plus de Suisses dans son armée se croyait sûr de la victoire, Voltaire, Ann. Emp. Charles-Quint, 1520.

    Pour l'ordinaire, même sens. …On nous voit tous, pour l'ordinaire, Piller le survenant, nous jeter sur sa peau, La Fontaine, Fabl. X, 15. L'amour, pour l'ordinaire est peu fait à ces lois, Molière, Mis. II, 5. Pour l'ordinaire [à Rome], on ne comptait plus les prisonniers, Bossuet, Hist. III, 6.

SYNONYME

ORDINAIRE, COMMUN. Dans ordinaire il y a, d'après l'étymologie, un retour régulier et conformément à l'ordre. Cette nuance n'est pas dans commun.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et s'il ne s'en veaut [veut] chastier dedenz quarante jurz, ele le doit dire à l'ordenaire, Liv. de just. 13. À justice laie [laïque] n'appartient pas à parler de le [la] venganche, mais à notre Seignor et à lor ordinaires, Beaumanoir, XXXVIII, 14.

XVe s. Recipe pour ton ordinaire, Et te donne à travers les dents Du rouge sirot d'Orleans, Basselin, Vau de Vire, 12.

XVIe s. À l'heure du disner, chascun envoie son ordinaire chez le chantre, Despériers, Contes, III. Et disnoit et soupoit de si bonne heure qu'elle n'alloit plus à l'ordinaire des dames, Marguerite de Navarre, Nouv. XX. Nul corps ecclesiastique ne peut estre exempté de son ordinaire [diocesain], pour se dire dependre immediatement du sainct siege, P. Pithou, 71. Un tas de gens, interpretes et contreroolleurs ordinaires des desseings de Dieu, Montaigne, I, 248. Les plus ordinaires occasions de surprinse, Montaigne, I, 25. Mithridate, qui se feit ordinaire [s'habitua] à boire le poison, La Boétie, 34. Epaminondas dit en parlant de sa table : Un tel ordinaire ne reçoit jamais trahison, Amyot, Lyc. 23. Acte surpassant l'ordinaire d'humaine nature, Amyot, Publ. 9. Cette liberté [de l'Église gallicane], tant rechantée par les nostres, n'est autre chose que le droit commun et ordinaire ; et c'est la cause pour laquelle chacun, par un consentement, s'est induit d'appeller les evesques ordinaires, comme ne faisans rien dans leurs dioceses qui ne fut de droit ordinaire, et que ce que l'on entreprenoit sur eux estoit extraordinaire, Pasquier, Recherches, liv. III, p. 242, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ORDINAIRE, adj. ce qui arrive fréquemment : on dit le train ordinaire de la vie ; c’est un événement ordinaire ; c’est sa maniere d’agir ordinaire, &c.

Ordinaire, (Jurisprud.) ce terme a dans cette matiere plusieurs significations différentes.

On appelle juges ordinaires ceux qui servent toute l’année, à la différence de ceux qui ne servent pas toute l’année. Il y a des conseillers d’état ordinaires, & d’autres semestres. Il y a des cours qui sont ordinaires, comme le parlement de Paris, d’autres qui sont semestres, comme la chambre des comptes, la cour des monnoies.

On entend aussi par juge ordinaire le juge propre & naturel de chacun, à la différence des juges d’attribution & de privilege qui sont des juges extraordinaires.

Un procès ordinaire est un procès civil : on reçoit les parties en procès ordinaire quand on civilise l’affaire, sauf à reprendre la voie extraordinaire s’il y échet, c’est-à-dire la voie criminelle.

Suivant l’ancien style du parlement, toutes les causes qui étoient au rôle des provinces sont à l’ordinaire, c’est-à-dire aux audiences ordinaires, au-lieu que celles qui se poursuivoient sur placets sont à l’extraordinaire, c’est-à-dire à des jours autres que ceux des rôles des provinces, c’est pourquoi les procureurs au parlement cotent encore les dossiers de ces sortes de causes de ce titre extraordinaire.

Les maîtres des requêtes & le tribunal des requêtes de l’hôtel jugent à l’ordinaire, étant souverains à l’ordinaire. Ils rendent des sentences au nombre de trois juges ; au souverain ils rendent au nombre de sept des arrêts sur les matieres qui sont de leur jurisdiction au souverain. Voyez Requêtes de l’hostel.

On appelle frais ordinaires de criées, les procédures qui se font pour l’instruction du decret & la sureté de la vente, lesquels sont dûs par l’adjudicataire outre le prix de l’adjudication : les frais extraordinaires sont ceux que l’on fait pour faire juger les oppositions formées au decret ; ceux-ci se prennent par préférence sur le prix de la chose vendue.

A Paris la question ordinaire est de six pots d’eau que l’on fait boire au patient suspendu sur le petit treteau ; la question extraordinaire est de six autres pots avec le grand treteau. Voyez Question & Torture. (A)

Ordinaire, (Jurisprud. canon.) est l’archevêque, évêque, ou autre prélat qui a la jurisdiction ecclésiastique dans un territoire, proprius pastor, seu judex proprius.

On entend aussi par collateur ordinaire tout bénéficier auquel appartient naturellement & de droit la collation d’un bénéfice.

Le pape renvoie aux collateurs ordinaires, c’est-à-dire aux évêques, l’examen de ceux qu’il pourvoit de cures.

C’est à l’ordinaire à donner le visa des provisions qui ne sont point en forme gracieuse.

Depuis que dans le concile de Latran le pape s’est attribué la collation des bénéfices par prévention sur tous les collateurs ordinaires, on le qualifie ordinaire des ordinaires, & c’est en cette qualité que par le concordat il s’est réservé ce droit de prévention sur les collateurs ordinaires.

Les ordinaires qui ne sont pas évêques ne peuvent pas décerner des monitoires, pour en obtenir il faut s’adresser au pape, & cette expédition s’appelle in formâ significavit : l’exécution de ces monitoires est ordinairement adressée aux évêques voisins ou à leurs officiaux.

Il y a des chapitres & abbayes qui ont des exemptions de l’ordinaire. Voyez Exemption. Voyez aussi Alternative, Collation, Jurisdiction écclesiastique, Mois apostolique, Obédience, Visa. (A)

Ordinaires, s. m. (Hist. anc.) c’étoit autrefois le nom d’une sorte de gladiateurs qui devoient donner des combats à certains jours marqués. Voyez Gladiateur.

Ordinaire, (Comm.) jour de poste, auquel les couriers ont coutume de partir d’un lieu ou d’y arriver. Je vous ai écrit l’ordinaire dernier, c’est-à-dire par le dernier courier.

On dit l’ordinaire de Paris, de Lyon, de Venise, &c. pour signifier la poste établie pour porter les paquets de lettres destinés pour ces différentes villes, ou le jour que les couriers en partent ou y arrivent.

Les marchands, négocians, banquiers, &c. qui sont chargés de beaucoup d’affaires doivent être exacts à ne point laisser passer d’ordinaires sans écrire à leurs correspondans.

Courier ordinaire, c’est un courier dont le départ est marqué à un jour fixé. Courier extraordinaire, c’est celui qu’on fait partir expres suivant les affaires qui se présentent, ou pour faire plus de diligence.

Ordinaire. C’est aussi, en terme de Commerce de mer, ce que chaque matelot peut porter avec lui sur un vaisseau marchand de hardes ou de petites marchandises, qu’on nomme autrement portée & pacotille. Voyez Pacotille. Diction. de Comm.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ordinaire »

Provenç. ordinari ; ital. et esp. ordinario ; du lat. ordinarius, de ordo, ordinis (voy. ORDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Depuis l’adjectif du latin ordinarius (« rangé par ordre »), lui-même de ordo (« ordre »).
(XVe siècle) en tant que substantif, chez Villon « ce qu’on sert ordinairement au repas ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ordinaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ordinaire ɔrdinɛr

Citations contenant le mot « ordinaire »

  • On ne loue d'ordinaire que pour être loué. De François de La Rochefoucauld
  • La prostitution est l'état ordinaire de la femme. De Théophile Gautier
  • L'allégorie, la ressource ordinaire des esprits stériles. De Denis Diderot / Jacques le fataliste et son maître
  • Gendarme en colère pue plus encore que d'ordinaire. De Louis Scutenaire / Mes inscriptions II
  • Le vin ordinaire, l'eau potable des Français. De George Bernard Shaw / Sainte Jeanne
  • J’aime les gens qui peuvent rendre notre ordinaire extraordinaire. De Sharon Stone / Studio Magazine - Avril 2006
  • Quand un homme ordinaire atteint le savoir, il est sage. Quand un sage atteint la compréhension, il est un homme ordinaire. De Koan zen
  • Le succès est doux, mais il a d’ordinaire une odeur de sueur. De Anonyme
  • On est d’ordinaire plus médisant par vanité que par malice. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • Il n'y a rien de plus ordinaire que le désir d'être remarquable. De Oliver Wendell Holmes
  • Je vous écrirai demain sans faute. Ne vous gênez pas, écrivez-moi comme à votre ordinaire. De Antoine de Rivarol
  • Le tragique de la vie, c'est d'être ordinaire. De Claire de Lamirande / Le grand élixir
  • Nous ne louons d'ordinaire de bon coeur que ceux que nous admirons. De François de La Rochefoucauld
  • La source de nos chagrins est d'ordinaire dans nos erreurs. De Jean-Baptiste Massillon / Sermons
  • L'ordinaire est un bas-relief circulaire rempli de motifs inavouables. De Nicole Brossard / Picture theory
  • Sept femmes ont postulé à différentes fonctions, d’ordinaire réservées aux hommes, dans l’Église. Elles dénoncent une "immense injustice". SudOuest.fr, Eglise : sept femmes postulent à des ministères, d’ordinaire réservés aux hommes
  • TémoignagesSouvent insignifiant pour celui qui en est l’auteur, toujours blessant pour celui qui le reçoit, le racisme ordinaire sévit de manière insidieuse dans le quotidien des minorités. Le Monde.fr, « On me rappelle tout le temps ma couleur de peau » : le poison quotidien du racisme ordinaire
  • C'est le succès philosophique de l'été, qui a réussi à se faire une place dans les meilleures ventes au milieu des pamphlets sur le Covid-19. Avec "Vie ordinaire" (Gallimard), Adèle Van Reeth s'est intéressée à ce qui nous semble banal, familier, quotidien, mais qui éclaire notre rapport au monde. Pour ce faire, l'animatrice des "Chemins de la philosophie" sur France Culture a écrit un livre tout sauf ordinaire. On y croise pêle-mêle des réflexions sur le bruit du lave-vaisselle, les penseurs qui ont marqué le parcours de cette normalienne (Emerson, Cavell, Rosset...), le récit de sa grossesse et la chronique familiale de sa vie avec un compagnon philosophe bien connu des lecteurs de l'Express. "La vie ordinaire est un voile de politesse déposé sur le gouffre pour nous aider à vivre", écrit Adèle Van Reeth.  LExpress.fr, Adèle Van Reeth : "On n'échappe jamais à la vie ordinaire" - L'Express

Images d'illustration du mot « ordinaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ordinaire »

Langue Traduction
Anglais ordinary
Espagnol ordinario
Italien ordinario
Allemand gewöhnliche
Chinois 普通
Arabe عادي
Portugais comum
Russe обычный
Japonais 普通の
Basque arrunt
Corse ordinariu
Source : Google Translate API

Synonymes de « ordinaire »

Source : synonymes de ordinaire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ordinaire »

Partager