La langue française

Excessif

Sommaire

  • Définitions du mot excessif
  • Étymologie de « excessif »
  • Phonétique de « excessif »
  • Évolution historique de l’usage du mot « excessif »
  • Citations contenant le mot « excessif »
  • Traductions du mot « excessif »
  • Synonymes de « excessif »
  • Antonymes de « excessif »

Définitions du mot excessif

Trésor de la Langue Française informatisé

EXCESSIF, IVE, adj.

A.− [En parlant d'une chose considérée sous l'angle qualitatif et au regard d'une norme morale, soc. ou esthétique]
1. [Gén. avec une idée de jugement défavorable] Qui dépasse la mesure, le degré convenable par sa force, son intensité ou sa violence. Sentiment, amour excessif. Il n'est qu'un pas de l'enjouement excessif à la folie (Dusaulx, Voy. Barège,t. 2, 1796, p. 110).Vos désirs excessifs, vos intempérances, vos joies qui tuent, vos douleurs qui font trop vivre (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 39).On a raillé le goût excessif des impressionnistes pour le violet. Or, ce violet est une invention (Mauclair, Maîtres impressionn.,1904, p. 30):
1. ... pour avoir retiré sa ceinture, on l'a mis, selon l'usage, en pénitence, cinq minutes contre le mur de la cour, face au marronnier, en lui disant : « Tu vas rester là tout seul, personne ne s'occupe plus de toi. » Punition excessive parce que l'enfant était nouveau. Pendant quelques instants il a connu l'infini désespoir de l'abandon total. Frapié, Maternelle,1904, p. 163.
Loc. verbale. Il est excessif de + verbe à l'inf. ou que + complétive.Il est exagéré. Avouez aussi qu'il est un peu excessif de dire que le Christ n'est pas dans le catholicisme (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1899-1926, p. 207).Il serait excessif que dans une âme humaine, où cohabitent les vices et les vertus les plus contraires, seul le mot « allemand » et le mot « français » se refusent à composer (Giraudoux, Siegfried,1928, IV, 3, p. 172).
2. P. exagér. [Gén. en position pré-nominale; sans idée de jugement défavorable, d'excès] Très grand, extrême. Pourriez-vous prier votre cher abbé Gazzera (...) de me procurer une brochure publiée à Rome sur l'exécution de Béatrix Cenci (...) J'en ai le plus excessif besoin (Balzac, Corresp.,1836, p. 172).Les tableaux d'Hobbema authentiques sont venus d'une excessive rareté (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 148):
2. ... il y avait à cette époque à Strigonie en Hongrie, deux honnêtes et pieux époux, dont la fille unique, encore toute enfant, venait de mourir. Le père et la mère ressentirent de cette mort une douleur excessive. Après avoir beaucoup pleuré et gémi, ils se couchèrent, mais ne purent s'empêcher de parler encore pendant une partie de la nuit de leur malheur. Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 318.
Rem. On rencontre ds la docum. de nombreuses attest. de excessif marquant le très haut degré modifié par un compar. ou un superl., usage que condamnent les puristes. Un dégoût horrible et la plus excessive amertume (Bloy, Journal, 1900, p. 384). Je tombai contre cette porte, en proie au plus excessif désespoir et restai longtemps pleurant et sanglotant dans la nuit (Gide, Porte étr., 1909, p. 579).
B.− P. ext.
1. [En parlant d'une pers.] Qui pousse les choses à l'excès, qui est incapable de nuances et/ou de modération. Il devenait blagueur, excessif : le Parisien dans ce qu'il a de pire (Benjamin, Gaspard,1915, p. 87):
3. Vous ne changerez jamais. Ni la foi, ni la charité, ni François d'Assise n'y feront rien. Vous resterez l'homme violent, excessif, intransigeant, que vous avez toujours été. C'est ce qui me fait peur pour vous, Monsieur le comte. Aymé, Clérambard,1950, IV, 10, p. 246.
Rem. On rencontre ds la docum. une attest. du subst. excessivité au sens de « caractère d'une personne excessive ». Les caractères typiques de l'adolescent. Il les avait tous : fougue, excessivité, pudeur, audace et timidité, (...) l'horreur des demi-mesures (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 931).
Excessif dans qqc.L'un fougueux, bondissant, excessif dans ses impétuosités (M. de Guérin, Journal,1833, p. 161).Elle avait beaucoup de défauts : elle était injuste, de parti pris, excessive dans ses sympathies et antipathies (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 312).
2. [En parlant d'un comportement] Qui dénote un caractère ou un sentiment excessif. Des mots excessifs, imprudents, et qui certes n'étaient faits ni pour être prononcés, ni pour être imprimés (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 379).Un éloge excessif (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 29).
Rem. On rencontre ds la docum. plusieurs emplois subst. à valeur de neutre. Ce qui dépasse la mesure. (Quasi-)synon. excès. Quelle absence de personnalité, de tempérament! chez tous, quelle peur bourgeoise de l'excessif, de l'idée de demain! (Goncourt, Journal, 1865, p. 169). Au moral, il garde de l'enfant la puissance d'illusion, le goût de l'énorme, de l'excessif et du merveilleux, l'impossibilité de résister à ses désirs (France, Vie fleur, 1922, p. 342).
C.− [En parlant d'une chose considérée sous l'angle quantitatif] Qui dépasse une moyenne ou une quantité considérée comme optimale.
[Le subst. qualifié est un terme abstr.] Longueur, hauteur excessive de qqc. Le taux excessif et même déraisonnable de leurs douanes (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 236).L'excessive élévation des bas-côtés [du duomo] ôte à cette église le caractère de sombre et mystérieuse pesanteur de Notre-Dame-de-Paris (Michelet, Journal,1835, p. 211):
4. « ... Lachaume devient vraiment trop cher; ses prix sont excessifs, savez-vous, ses prix je les trouve inconvenants! » ajoutait-elle en riant. Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 603.
[Le subst. qualifié désigne une réalité concr.] Le froid était excessif, la pluie très-abondante et la brume des plus épaisses (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 135).Le travail excessif dont on le surcharge [l'esclave] abrége ses jours, et oblige son maître à des remplacements coûteux (Say, Écon. pol.,1832, p. 226).
[Le subst. qualifié désigne un processus] Des pâturages ont (...) été détruits par un déboisement excessif (Brunhes, Géogr. hum.,1942, p. 183).Les radiations (...) vont détruire les parties de la glande trop active et diminuer la sécrétion excessive d'hormone (QuilletMéd.1965, p. 477):
5. Contrairement à l'enseignement, la géographie appliquée paraît donc constituer surtout une carrière masculine (de là, une possibilité de contre-poids à l'excessive féminisation de nos effectifs étudiants). Colloque géogr. appl.,1962, p. 147.
Prononc. et Orth. : [εksεsif] ou [e-], fém. [-i:v]. Cf. é-1. Mais aussi, également, p. harmonis. vocalique [εksesif] (cf. Pt Rob. et pour le lang. cour. Warn. 1968) ou [ekse-] (Cf. Martinet-Walter 1973). Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xives. « qui excède la règle, la mesure convenable » chose excessive (Jean Chapuis, Le Trésor, éd. Méon, 432); 2. 1587 « en parlant d'une pers. » (Lanoue, 76 ds Littré). Empr. au lat. médiév. excessivus de même sens, ca 1254 ds Latham. Fréq. abs. littér. : 1 606. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 382, b) 1 984; xxes. : a) 2 162, b) 2 433. Bbg. Gohin 1903, p. 291. − Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. de Philol. fr. 1915-16, t. 29, p. 148.

Wiktionnaire

Adjectif

excessif \ɛk.sɛ.sif\ ou \ek.sɛ.sif\

  1. Qui excède la règle, la mesure, le degré ordinaire ou convenable. — Note : Se dit des choses physiques ou morales.
    • Cependant, il convient de retenir que les honoraires du radiesthésiste ne doivent pas être excessifs, sans quoi il perdrait rapidement sa clientèle. — (Olivier Schmitz, Soigner par l'invisible : Enquête sur les guérisseurs aujourd'hui, Éditions Imago, 2006, chap. 4, §. 4)
    • L'aération de l'eau peut être maintenue au moyen de bulleurs. Il est conseillé de placer les bulleurs à des endroits où ils n'entraînent pas de stress excessif chez les têtards. — (Lignes directrices de l'OCDE pour les essais de produits chimiques : Essais de métamorphose des amphibiens, OCDE, fascicule 231, 2009, p. 15)
    • Ces dépenses injustifiées et excessives sont communément appelées, reprenant ainsi le terme de la jurisprudence des juridictions du contentieux de la tarification, abusives. — (Jean-Pierre Hardy, Financement et tarification des établissements et services sociaux et médico-sociaux, Éditions Dunod, 5e éd., 2018, p. 101)
  2. Se dit des personnes portées à l’excès.
    • Cet homme est excessif en tout ce qu’il fait.

Note :

  • Plusieurs auteurs recommandent d'éviter d’employer excessif pour extrême (et excessivement pour extrêmement) :
    • L’excessive charité qu’Il [Jésus-Christ] a fait paraître en souffrant et mourant pour sauver tous les hommes. — (Père François Annat [1590-1670], Le rabat-joie des jansénistes, p. 11) (L’auteur ne veut manifestement pas dire que Jésus-Christ a exagéré.)

Nom commun

excessif \ɛk.sɛ.sif\ ou \ek.sɛ.sif\ masculin invariable

  1. (Par substantivation) (Au singulier) Réalité considérée comme constituant un excès.
    • Les Français, qui sont d'un naturel modéré, trouvent volontiers de l'excessif aux façons et manières qui ne sont pas dans l'ordinaire de leurs moeurs. — (Maurice Bedel, Mémoire sans malice sur les dames d'aujourd'hui, 1935)
  2. (Grammaire) Cas exprimant une transition à partir d’un état.
    • L’excessif est un des cas du finnois.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXCESSIF, IVE. adj.
Qui excède la règle, la mesure, le degré ordinaire ou convenable. Il se dit des Choses physiques et des choses morales. Un froid excessif. Une chaleur excessive. Le prix excessif des denrées. Misère excessive. Austérité excessive. Dépense excessive. Travail excessif. Joie excessive. Louanges excessives. Amour-propre excessif. Tout ce qui est excessif est dangereux. Il se dit quelquefois des Personnes. Cet homme est excessif en tout ce qu'il fait. Il est excessif en tout.

Littré (1872-1877)

EXCESSIF (è-ksè-sif, si-v') adj.
  • 1Qui excède la règle, la mesure, le degré ordinaire. Pour un si cher objet que je mets dans vos bras, Est-ce un prix excessif qu'un si juste trépas ? Corneille, Attila, IV, 4. Les qualités excessives nous sont ennemies et non pas sensibles, Pascal, dans COUSIN. Ce qu'ils voient de plus dans les autres est outré et excessif, Massillon, Car. Resp. hum. Le froid excessif, la faiblesse excessive, la vieillesse excessive, et le mal aux yeux excessif ne m'ont pas permis, monsieur, de vous remercier plus tôt, Voltaire, Lett. à M. Panckoucke, 1er fév. 1768.

    Climat excessif, celui où l'hiver est extrêmement froid, et l'été extrêmement chaud.

  • 2Il se dit des personnes qui portent les choses à l'excès. C'est un homme excessif. Et, flatteur excessif, il loua la colère Et la griffe du prince, et l'antre, et cette odeur, La Fontaine, Fabl. VII, 7. Que vous êtes excessifs en Provence ! tout est extrême, vos chaleurs, vos sereins, vos bises, vos pluies…, Sévigné, 366. Voilà quel est le peuple, violent, mais exorable ; excessif, mais généreux, Mirabeau, Collection, t. IV, p. 314.

    Excessif à, suivi d'un infinitif. Corrigeant partout la nature, Excessive à payer ses soins avec usure, La Fontaine, Fabl. XII, 20.

    On a dit excessif à penser, de celui qui médite avec trop d'application. Il est excessif à penser, Méré, Œuv. posth. t. II, p. 205.

REMARQUE

1. Excessif n'admet ni le comparatif, plus excessif, ni le superlatif, très excessif.

2. Quant à trop excessif, comme excès emporte déjà l'idée de trop, c'est un pléonasme ; mais ce pléonasme n'est pas inusité. … Deux soleils en un lieu trop étroit Rendaient trop excessif le contraire du froid, Scarron, Don Japhet, I, 2. Mais de bonne foi, j'en écris [des lettres] souvent d'une longueur trop excessive, Sévigné, 63.

3. Trop d'excès est encore un pléonasme qui se trouve : Ah ! sire, un tel honneur a trop d'excès pour moi, Corneille, Hor. v, 2. Sa faute a trop d'excès pour être rémissible, Corneille, la Place roy. II, 4.

4. Si excessif se dit (voy. EXCESSIVEMENT).

HISTORIQUE

XIVe s. Celle nouvelle [de la mort de Tarquin] fut aus Peres, oultre reson, luxurieuse et excessive ; quar les premiers d'euls se prinstrent à fere injures au pueple, Bercheure, f° 35, recto.

XVe s. [Maison] Où serviteurs ot en grande habondance, Qui gaiges ont excessis sanz raison, Deschamps, Administr. de l'hôtel du prince. N'y avoit si meschante morveuse qui ne les face faire [des habits] plus excessifs, Arresta am. p. 297, dans LACURNE.

XVIe s. La bonne, l'excessive, la divine [poésie], Montaigne, I, 266. Puissance excessive et demesurée, Amyot, Thém. 43. Et ne faudra point qu'ils ayent crainte d'estre excessifs en cela ; car on ne peut trop detester ce qui est si contraire à Dieu, Lanoue, 76.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « excessif »

Du latin médiéval excessivus « qui excède la mesure convenable ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Excès ; provenç. excessiu ; espagn. excesivo ; ital. eccessivo.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « excessif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
excessif ɛksɛsif

Évolution historique de l’usage du mot « excessif »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « excessif »

  • Tout ce qui est excessif est insignifiant. De Talleyrand
  • Tout est bon quand il est excessif. De Marquis de Sade / La Nouvelle Justine
  • Un amour excessif est un amour coupable. De Milan Kundera / La valse aux adieux
  • Tout pouvoir excessif meurt par son excès même. De Casimir Delavigne / Louis XI
  • L’adversaire d’une vraie liberté est un désir excessif de sécurité. De Jean de La Fontaine / Le loup et le chien
  • Certains psychanalystes voient dans l'infériorisation une autopunition de l'attachement excessif à la mère. De Emmanuel Mounier / Traité du caractère
  • Plus les grands patrons néolibéraux augmentent leurs revenus, plus ils estiment excessif le coût de la main-d'oeuvre. De Jean-François Kahn / Dictionnaire incorrect
  • Les grandes villes du monde sont toutes affligées de deux plaies : le luxe excessif et la misère. De Abbé Pierre / Paris-Dakar, juin 1955
  • La polygamie n'est pas l'expression d'un amour extrême, mais d'un mépris excessif des femmes. De Théodore Jouffroy / Le cahier vert
  • Seules les femmes sont réalistes ; elle n’ont qu’un but dans la vie : opposer leur réalisme à l’idéalisme extravagant, excessif, parfois éthylique des hommes. De Gilbert Keith Chesterton / A Handful of Authors
  • Le chocolat est divin, moelleux, sensuel, profond. Noir, somptueux, gratifiant, puissant, dense, crémeux, séducteur, suggestif, riche, excessif, soyeux, doux, luxueux, céleste... De Elaine Sherman
  • Il est difficile de savoir si la personne qui crie pendant une conférence : "Plus fort, on n'entend rien !" est un saboteur, un sourd ou un admirateur excessif. De Ramon Gomez de la Serna
  • Cannes est tout ce que le cinéma est: glamour et rigueur, bêtise et sérieux, sexuel et cérébral, excessif et raffiné, art et business, le ridicule et le sublime. De Todd McCarthy / Variety n°105
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/cac-40-un-optimisme-excessif-sur-leconomie-le-conseil-bourse-du-jour-1373553 Capital.fr, CAC 40, un optimisme excessif sur l’économie : le conseil Bourse du jour - Capital.fr
  • Étant tombé en panne sur l’autoroute, j’ai appelé un dépanneur à partir de la borne d’appel d’urgence, et celui-ci est arrivé dans les 30 minutes réglementaires. Après avoir déplacé ma voiture le plus possible à droite de la bande d’arrêt d’urgence, il a tenté de la faire redémarrer. Sans succès. Il l’a alors remorquée jusqu’à son garage, où il a réussi à la réparer. Seul bémol, le montant de sa facture me semble excessif. Quels sont mes droits ? , Le dépannage que j’ai payé sur l’autoroute me semble excessif  
  • Bientôt le retour nécessaire de l'austérité ? Le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau a dénoncé le coût excessif du modèle social français jeudi 9 juillet sur France Inter, en pointant son manque d'efficacité par rapport à nos voisins européens. Ces critiques s'intègrent dans un plaidoyer plus large du haut fonctionnaire pour un contrôle resserré des dépenses publiques, une fois la crise du Covid-19 dépassée. Mais ses arguments sont plus qu'approximatifs, tant sur l'importance des charges de l'Etat que sur le parallèle avec les autres pays de la zone euro. Marianne, Dépenses publiques : le réquisitoire bancal du gouverneur de la Banque de France contre "notre modèle trop coûteux"
  • "Le secteur de l'aéronautique fait face à un choc massif, brutal et durable. Il est fort probable que la reprise sera progressive. Nous ne l'avons jamais caché. Nous l'avons même anticipé avec la mise en œuvre d'un plan de 15 milliards d'euros pour soutenir le secteur", estime le ministère de l'Economie et des Finances. "Néanmoins, le chiffre de suppressions d'emplois annoncé par Airbus est excessif", assure-t-il. Business Insider France, Airbus compte supprimer 5 000 emplois en France, un chiffre 'excessif' pour Bercy
  • Le jeu problématique englobe les joueurs à risque modéré, soit "en difficulté mais qui n'ont pas encore perdu le contrôle, et ceux excessifs tombés dans l'addiction", explique Jean-Michel Costes. ladepeche.fr, Jeux d'argent et de hasard : la proportion des joueurs excessifs a doublé en cinq ans, selon une étude - ladepeche.fr

Traductions du mot « excessif »

Langue Traduction
Anglais excessive
Espagnol excesivo
Italien eccessivo
Allemand übermäßig
Chinois 过多
Arabe مفرط، متطرف، متهور
Portugais excessivo
Russe чрезмерное
Japonais 過度の
Basque gehiegizko
Corse eccessivu
Source : Google Translate API

Synonymes de « excessif »

Source : synonymes de excessif sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « excessif »

Partager