La langue française

Levé, levée

Définitions du mot « levé, levée »

Trésor de la Langue Française informatisé

LEVÉ, subst. masc.

A. − Action de se lever du lit.
En partic., vieilli. Réception dans la chambre d'un roi ou d'un grand personnage au moment où il se lève. Synon. lever.Le levé du roi (DG, Quillet 1965, Lar. Lang. fr.).
B. − Spécialement
1. DR. (Voter) par assis et levé. Manifester son vote, dans une assemblée délibérante, en se levant ou en restant assis. Le président mettait aux voix un défilé interminable de projets de loi, que l'on votait par assis et levé. Les députés, machinalement, se levaient, se rasseyaient (Zola, E. Rougon,1876, p. 29).Au plur. Je prends à cette loi un intérêt tout personnel. Je suis bien sûr qu'elle passera par assis et levés (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 267).
2. MUS. [P. oppos. à frappé] Action de lever la main, le pied en battant la mesure; p. méton. temps sur lequel on lève la main, le pied. (Dict. xixeet xxes.).
3. TOPOGR. Levé de plan. Établissement d'un plan; le plan lui-même. Les premières opérations de levé de plan sont faites à la boussole et orientées au nord-sud magnétique (Bresson, Manuel prospect.,1923, p. 70).Levé hydrographique. Plan des cours d'eau d'une contrée. Cook, pendant son troisième voyage, visita encore ces terres qu'il affectionnait particulièrement et dont il tenait à compléter le levé hydrographique (Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 20).Faire, prendre un levé topographique. Établir le plan d'un terrain. L'ingénieur prit même un levé très-exact de la montagne (Verne, Île myst.,1874, p. 539).
Rem. Dans les emplois de topogr. levé a pour synon. relevé.
Prononc. et Orth. : [l(ə)ve]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1535 « cartes que l'on ramasse » (Rabelais, Gargantua, chap. 4, éd. R. Calder, p. 44); 2. a) 1705 mus. (S. de Brossard, Dict. de mus., p. 273 : un Levé, c'est un Temps de la Mesure, qui se fait en levant la main); b) 1823 « action de lever la main, le pied, en battant la mesure » (Boiste); 3. 1800 dr. [voter] par assis et levé (Bonald, Essai analyt., p. 76); 4. a) 1832 topogr. levé d'un plan (Raymond, v. aussi lever2); b) av. 1853 « le plan ainsi levé » (Arago ds Lar. Lang. fr.). Part. passé masc. subst. de lever1*. Fréq. abs. littér. : 4 285. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 217, b) 5 834; xxes. : a) 7 096, b) 6 377.

LEVÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de lever1*.
II. − Emploi adj.
A. − Qui est haussé, mis en haut. Bras, doigt, fouet, poignard, regard levé; poings, sabres levés. Le roi courut sur lui l'épée levée, et allait le frapper (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 64).
Vote* à main levée (p. oppos. à vote* à bulletin secret).
Au fig. Aller partout (le) front, (la) tête levé(e). Aller partout sans rien craindre, sans appréhender aucun reproche, aucun affront. (Ds Littré, Quillet 1965, Lexis 1975).
Spécialement
ARCHÉOL. Pierre levée. Synon. menhir, pierre dressée.On retrouve la pierre levée des Celtes dans la Sibérie d'Asie, dans les pampas d'Amérique (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 210):
Il y a, en Grande-Bretagne et en Irlande, plus de neuf cents autres cercles de pierres levées, bien qu'aucun ne soit d'une conception aussi élaborée que Stonehenge. E. Hadingham, Les Derniers mystères du monde, Paris, Sélection du Reader's Digest, 1976, p. 84.
DR. Main-levée*.
MUS. Temps levé. ,,Temps faible, en tant qu'il correspond à la levée de la main du batteur de mesure`` (Encyclop. de la mus., Paris, Fasquelle, t. 3, 1961, p. 65).
Loc. adv.
À main levée. Sans autre instrument que le crayon ou le pinceau. Après le dîner arrive un Japonais, qui délaie de l'encre de Chine et, debout devant une table, improvise avec un pinceau, à main levée, une série de dessins sur des morceaux de mousseline (Goncourt, Journal,1878, p. 1267).
Au pied levé. Sans préparation, à l'improviste. Car il en fallait un chaque fois [un mensonge] pour faire tête à ce terrible « D'où viens-tu? » qui m'attendait en travers de la porte (...). Je devais répondre là, sur le palier, au pied levé, avoir toujours une histoire prête (A. Daudet, Contes lundi,1873, p. 271).Prendre qqn au pied levé (fam.). Le prendre au moment de son départ. (Ds J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., 1813, p. 80).
B. − ALIMENTATION
1. Fromage levé. Qui est fermenté. Fromages montés ou levés. Fromages qui, par suite d'une fermentation trop active, se sont boursouflés dans toute leur étendue (Pouriau, Laiterie,1895, p. 786).
2. Pain (bien) levé. Qui a (bien) monté sous l'effet du levain, ou de la levure. La pâte est levée, n'est pas bien levée. Calvin voulait qu'on se servît de pain levé pour la communion et qu'il n'y eût plus de fêtes, hormis le dimanche (Balzac, Martyr calv.,1841, p. 217).
Prononc. : [l(ə)ve].

Wiktionnaire

Nom commun

levé \lə.ve\ masculin

  1. (Musique) Action de lever la main, les pieds en battant la mesure.
  2. (Par extension) Temps pendant lequel on lève le pied, la main.
  3. Action de lever un plan ou ce plan lui-même ; lever.
    • Un réseau géodésique a été créé sur l'atoll de Raroia à l'occasion du levé du chenal menant de la passe Ngarue jusqu'au village de Ngarumaova. Les travaux se sont déroulés pour l'essentiel en 1994 et ont été complétés en juin 1997. — (Réseau Géodésique de Polynésie Française, Annexe C : Décalages entre systèmes géodésiques locaux et les systèmes mondiaux ITRF92 (1993.0) et WGS84, SHOM, juin 1999)
  4. (Héraldique) Se dit de l’ours quand il est représenté debout sur ses pattes arrières. À rapprocher de debout, en pied et rampant.
    • D’or au chêne arraché de sinople, à l’ours levé de sable, à senestre, appuyé contre le fût de l’arbre ; à la bordure de gueules chargée de huit flanchis d’or, 3, 2 et 3, qui est de la famille Picassarry → voir illustration « ours levé »
  5. (Héraldique) Se dit d’un membre qui est représenté avec une position plus haute que les autres membres.
    • D’argent à cinq flammes de gueules issant d’un mont de sable chargé d’une main index levé d’or et posé sur un lac d’azur, qui est de → voir illustration « index levé »
  6. (Cartographie) Résultat d’un lever[1].

Forme de verbe

levé \lə.ve\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe lever.

Nom commun

levée \lə.ve\ féminin

  1. (Didactique) Action de lever.
  2. Action de déplacer, de porter de bas en haut.
  3. (Par extension) Fait de se soulever, de croître.
    • L'équilibre de réaction (valeur de neutralisation), la température, la durée et le moment de l'action de levée sont des facteurs très importants dans le choix des substances chimiques de levée pour la réussite des produits finis. — (Armand Boudreau & Germain Ménard, Le Blé: éléments fondamentaux et transformation, 1992, p.355)
  4. (En particulier) (Agriculture) Germination puis début de croissance d'un semis.
    • Il est donc raisonnable d'entreprendre un test de levée avant de mettre en stratification des lots destinés au semis, pour prévoir les résultats de la levée au champ. — (Bołeslaw Suszka, Claudine Muller & Marc Bonnet, Graines des feuillus forestiers: de la récolte au semis, 1994, p.285)
  5. (Marine) Houle résiduelle, à l'abri d'une rade ou de jetées.
    • Profitant d'un rare moment favorable, et non sans témérité, car les brisants étaient violents et la levée dépassait 2 mètres, la baleinière approcha ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  6. Action d'enlever, d'ôter une chose de l'endroit où elle est.
    • La levée des scellés. La levée du courrier.
  7. (Par ellipse) (Postes) Opération par laquelle les agents de la poste retirent de la boîte aux lettres les lettres qui y ont été jetées.
    • Les surnuméraires leveurs de boîtes attachés aux bureaux d'arrondissement sont chargés : 1° de faire la levée des boîtes aux lettres situées dans l'arrondissement de leurs bureaux ; […]. — (Alexandre Auguste Ledru-Rollin, Journal du Palais, T.7, 1847, p.292)
  8. (Par métonymie) Le courrier ainsi recueilli.
    • Trier la levée du matin, du soir.
  9. (Droit) Acte par lequel le greffier délivre la copie d'un jugement revêtue de la formule exécutoire.
    • Levée d’un jugement.
  10. (Administration) Action d'inscrire dans un registre ; enregistrement.
    • Une fois la triangulation, l’arpentage et la levée des plans achevés, chaque propriété est cadastrée, c'est-à-dire que les terres qui la composent sont classées d'après leur qualité, ce qui n'est pas exempt de difficultés sérieuses. — (A. de Céris, « Chronique agricole », dans le Journal d'agriculture pratique, 1872, vol. 36, n° 1, p. 279)
  11. (Figuré) Fait d'interrompre une action, de mettre fin à quelque chose.
    • La levée de la séance. La levée d’un siège, d’un blocus. La levée de l’immunité parlementaire. La levée d’une sanction.
  12. Action de recueillir, de collecter, de percevoir.
    • La levée de fonds est une opération complexe à laquelle est confrontée toute entreprise dans les phases de création, de développement ou de cession. — (Benjamin Cernès, La levée de fonds: facteurs clés de succès, 2007)
    • La levée des impôts. — Une levée de fonds.
  13. (Par analogie) Action d'enrôler des recrues pour constituer une armée.
    • Cette année fournit le premier exemple, dans l'histoire militaire de nos ancêtres, d'une levée de troupes, qui leur fut demandée de la part d'une puissance étrangère. — (Emmanuel May, Histoire militaire de la Suisse, T.2, 1788, p.423)
    • Le directoire s'occupa ensuite de la levée des conscrits, qui s'exécutait lentement. — (Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, 1839)
  14. (Didactique) Action de se soulever.
  15. (En particulier) (Politique) Insurrection, soulèvement populaire.
    • En août 1920, l'armée polonaise, soutenue par la levée populaire, a gagné cette Bataille de Varsovie, qui pris le nom de « Miracle sur la Vistule », […]. — (Georges Mond, La tradition insurrectionnelle polonaise et la bataille (« insurrection ») de Varsovie d'Août-Septembre 1944, dans L'insurrection de Varsovie: la bataille de l'été 1944, 2003, p.41)
  16. Élévation de terre, de maçonnerie, qu'on fait pour retenir les eaux d'un canal, d'une rivière, terrassement, etc.
    • Près des murs d’enceinte, étaient-ce encore des tombes ? L’herbe avait tout envahi. C’étaient de petites levées de terre pareilles à celles des champs. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 28)
    • Ils mettaient pied à terre, attachaient leurs chevaux sous un arbre, et s'installaient dans l'allée en contrebas de la maison, dont la sépare une levée de terre plantée de buis. — (José Cabanis, Les cartes du temps, Gallimard, 1962, Le Livre de Poche, page 74.)
  17. Route surélevée carrossable qui longe un fleuve, une rivière.
    • D’ordinaire, pour aller de La Fouve à La Glauquaie, à pied sec, il faut faire le grand tour, remonter au village, franchir l’Hocmard, aller chercher le pont de Sucé, redescendre par les levées qui se faufilent à travers les saussaies et jouent à saute-mouton par-dessus les fossés de drainage : une véritable expédition étirant sur trois lieues les six cents mètres qui, pour une hirondelle, séparent nos ardoises des tuiles de La Glauquaie ! — (Hervé Bazin, Qui j’ose aimer, Grasset, 1956. p.37.)
    • Les potamologues savent que les levées de la Loire ne tiendront pas si des crues comme celles de 1854 et 1864 se reproduisent. Les renforcer coûterait cher et obligerait à déplacer des gens. — (Daniel Zajdenweber, Regard sur l'assurance des catastrophes, Propos recueillis par Margueritte Laforce et Guillaume Maujean, Les Échos (www.lesechos.fr), le 18/04/2006)
  18. (Cartes à jouer) Ensemble des cartes qui ont été jouées en un coup et que celui qui a gagné met en paquet devant lui ; pli.
    • A la treizième levée tout se paie double, à cause du chelem. — (Charles Yves Cousin d'Avallon, Académie universelle des jeux, 1842)
    • Si, à la seconde levée, A avait joué son 7 de cœur au lieu de son roi d’atout, cette manière inattendue de jouer aurait dû mettre votre défiance en éveil, […]. — (« Les jeux de cartes », dans la Grande encyclopédie méthodique, universelle, illustrée des jeux et des divertissements de l'esprit et du corps, Librairie illustrée, 1888, p. 545)
    • Le camp qui réussit treize levées marque, en plus des tricks que lui valent ces levées, 40 points pour ce grand chelem dans la colonne des honneurs. — (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, p.101)
  19. (Couture) Ce qu'on prélève sur une pièce d'étoffe pour tailler un vêtement.
  20. (Musique) Anacrouse.
  21. Faux levées (sens héraldique)
    (Héraldique) (Rare) Se dit de la faux dont la lame est posée en pal le manche orienté vers l’angle sénestre.
    • De sinople à 2 faux levées d’or, emmanchées d’argent, passées en sautoir, qui est d’Alavieska en Finlande → voir illustration « faux levées »

Forme de verbe

levée \lə.ve\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe lever.
    • Dans le silence qui suivit, un léger frou-frou indiqua que Miss Peebles s’était levée, le visage bouleversé — (Francis Bleeding, Un dîner d’anniversaire, traduction de Perrine Vernay, 1933, dans l’édition Payot & Rivages de 1996, chapitre I-3))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LEVÉ. n. m.
T. de Musique. Action de lever la main, les pieds en battant la mesure. Il se dit, par extension, du Temps pendant lequel on lève le pied, la main.

LEVÉ se dit encore de l'Action de lever un plan ou du Plan lui-même. Voyez LEVER, nom.

Littré (1872-1877)

LEVÉ (le-vé, vée) part. passé de lever
  • 1Haussé, mis en haut. Les mains levées au ciel. Venir, le bras levé, la tirer de vos main, Corneille, Nicom. IV, 2. Après tous ces maux, sa fureur [du Seigneur] n'est point apaisée, et son bras est toujours levé, Sacy, Bible, Isaïe, IX, 17. Mais cependant, mon fils, tu meurs si je n'arrête Le fer que le cruel tient levé sur ta tête, Racine, Andr. III, 8. Dans un des parvis aux hommes réservé, Cette femme superbe entre, le front levé, Racine, Athal. II, 2.

    Fig. Aller partout la tête levée, ou tête levée, aller partout sans rien craindre, sans appréhender aucun reproche, aucun affront. Leur âme, dès l'enfance à la gloire élevée, Les fait dans leurs projets aller tête levée, Molière, Garc. III, 3. Le crime va la tête levée ; la vertu rougit et se cache, Massillon, Carême, Resp. hum.

    Familièrement. Prendre quelqu'un au pied levé, prendre quelqu'un au moment où il se dispose à partir, où il a le pied levé pour s'éloigner ; et, figurément, le prendre au moment où il ne s'attend à rien, ne pas lui donner le temps de réfléchir, de se reconnaître. … Est-il juste qu'on meure Au pied levé ? dit-il ; attendez quelque peu, La Fontaine, Fabl. VIII, 1.

  • 2Appelé sous les drapeaux. Les soldats nouvellement levés.
  • 3Qui a germé. Des glands levés là où ils sont tombés.
  • 4Qui a éprouvé la fermentation. De la pâte mal levée. Les latins se servaient de pain non levé pour l'eucharistie, Voltaire, Mœurs, 31.
  • 5Qui n'est plus assis. Levé et tête nue.

    Voter par assis et levé, manifester son vote, dans une assemblée délibérante, en se levant ou en restant assis.

    Terme de blason. Se dit particulièrement de l'ours, quand il est représenté droit et en pied.

  • 6Sorti du lit. Levé à cinq heures du matin.

    Fig. Levé matin, voy. MATIN.

  • 7 S. m. Terme de musique. Le temps de la mesure où on lève le pied ou la main. Le levé et le frappé.

    Terme de manége. Voy. LEVER 2.

  • 8 Terme de géométrie. Le levé d'un plan, voy. LEVER 2.

    Terme de marine. Levé sous voile, action de lever le plan d'une côte à bord d'un vaisseau qui est sous voile ou d'un bâtiment à vapeur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LEVÉ, (Gramm.) participe du verbe lever. Voyez Lever.

Levé, s. m. en Musique, c’est le tems de la mesure où on leve la main ou le pié. C’est un tems qui suit & précede le frappé. Les tems levés sont le second à deux tems, & le troisieme à trois & à quatre tems. Ceux qui coupent en deux la mesure à quatre tems, levent le second & le quatrieme. Voyez Arsis. (S)

Levé, en terme de Blason, se dit des ours en pié. Orly en Savoie, ou Orlier, d’or, à l’ours levé en pié de sable.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « levé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
levé lœve

Images d'illustration du mot « levé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « levé »

Langue Traduction
Anglais survey
Espagnol encuesta
Italien sondaggio
Allemand umfrage
Chinois 调查
Arabe الدراسة الاستقصائية
Portugais pesquisa
Russe опрос
Japonais 調査
Basque inkesta
Corse sondachju
Source : Google Translate API

Synonymes de « levé »

Source : synonymes de levé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « levé »

Levé

Retour au sommaire ➦

Partager