Baisser : définition de baisser


Baisser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BAISSER1, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Mettre à un niveau moins haut.
1. [L'obj. désigne une chose concr. qui, avant le début de l'action envisagée, a une certaine dimension (surtout en hauteur) ou est placée à une certaine hauteur] Mettre plus bas, diminuer la hauteur, faire descendre, faire aller de haut en bas. Baisser les stores. Synon. abaisser, rabattre, descendre :
1. ... une flotte ionienne baissoit ses voiles pour entrer au port de Coronée, comme une troupe de colombes passagères ploie ses ailes pour se reposer sur un rivage hospitalier... Chateaubriand, Les Martyrs',t. 1, 1810, p. 133.
2. Une fois, elle [sa mère] retroussa le bord de sa robe, baissa son bas sur son tibia, montrant une meurtrissure violette... Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 207.
SYNT. Baisser son voile; baisser la vitre (la glace), le rideau, l'abat-jour; baisser le pont-levis (la herse); baisser la visière (du casque).
Pop., fig. Baisser le pantalon, le/son froc. ,,Se soumettre (109eInf., 1917), faire des aveux (voy., 1925), avoir peur ``(ibid., 1950)`` (Esn. 1966).
En partic., MAR. Baisser le pavillon. Faire descendre le pavillon pour se rendre à l'ennemi, pour faire honneur à quelqu'un ou pour saluer un autre navire.
Rem. Cf. Le Clère : ,,Dans l'ancienne marine « baisser le pavillon » signifiait saluer du pavillon. Actuellement on dit « marquer » parce que « baisser » évoque « abaisser »; en fait, on ne descend pas complètement le pavillon : on marque seulement le mouvement.``
Au fig. Baisser pavillon devant qqn. Reconnaître sa supériorité, s'avouer vaincu, lui céder :
3. Si les Napolitains ne veulent pas céder à la demande de leur roi, voulez-vous donc reconnaître le principe de leur insurrection, et baisser pavillon devant la souveraineté du peuple? Chateaubriand, Correspondance gén.,t. 2, 1789-1824, p. 160.
Rem. Comme descendre, baisser peut, mais rarement, signifier un mouvement de la pers. qui se déplace sur une voie. Baisser une rivière, ,,descendre une rivière`` (Littré). Il s'agit d'un trans. seulement apparent, puisque l'obj. ne désigne pas l'aboutissement du processus verbal; sans doute ext. d'emploi de baisser intrans., constr. avec une sorte d'obj. interne.
2. P. ext. Diminuer.
a) [La diminution porte sur le volume, la dimension] FAUCONN. Baisser le corps du gerfaut. ,,Le faire maigrir`` (Nouv. Lar. ill.). VITIC. Baisser un cep de vigne. Couper la partie la plus haute pour fortifier la partie basse.
b) [La diminution porte sur l'intensité ou la valeur]
[L'obj. désigne un son, une voix] Diminuer la hauteur musicale, l'intensité, la puissance :
4. La Perrine baissait le ton d'une manière décente, ou le haussait, tout emportée. Pourrat, Gaspard des Montagnes,La Tour du Levant, 1931, p. 42.
Ell. et fam. Baisser la radio. Diminuer la force des sons émis par un poste de radio.
MUS. Baisser une note, baisser un instrument. L'accorder à un diapason plus bas, plus grave.
Fig. Baisser le ton. Parler avec moins d'insolence, perdre de son insolence. (Faire) baisser le caquet. Rabaisser, rabattre le caquet :
5. C'était (...) en l'an 1590, le premier libertin de Venise, et il n'y avait pas dans les magnifiques tripots de cette ville un drôle si impudent qui ne baissât le caquet lorsque ser Michel Gritti entrait... O. Feuillet, Onesta,1848, p. 205.
Rem. 1. Baisser la voix, syntagme très fréq., se rencontre souvent en incise, sous la forme (en) baissant la voix après des verbes comme dire, ajouter, reprendre. 2. Absol. : ,,... les ténors du second chœur baissèrent de près d'un demi-ton`` (H. Berlioz, Souvenirs de voyages, 1869, p. 145).
[L'obj. désigne la lumière, le feu] Baisser le gaz, le feu, une lampe.
[L'obj. désigne le prix, une valeur commerciale, etc.] Baisser le/les prix, le taux, le (les) salaire(s), le change. Synon. diminuer, faire tomber :
6. Ainsi, il [l'oncle Bachelard] avait acheté des crins, tout un solde, s'imaginant que les crins hausseraient; pas du tout, les crins baissaient, il était obligé de les expédier à perte. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 122.
B.− [L'obj. désigne une partie du corps] Incliner, diriger vers le bas, c'est-à-dire vers le sol. Baisser la tête (le menton), les yeux (le regard), le nez, le front :
7. Comme, après tout un jour de labourage, un buffle S'en retourne à pas lents, morne et baissant le mufle, Je vais ployant le cou. T. Gautier, La Comédie de la mort,1838, p. 45.
8. L'étudiant de tout à l'heure n'était plus là, mais sa place se trouvait prise par le petit John Stuart, le garçon timide qu'on avait fait boire et mené en ville. Lui et Joseph échangèrent un sourire, et Stuart baissa aussitôt le nez sur son livre. Green, Moïra,1950, p. 239.
ÉQUIT. Baisser la main à un cheval. ,,Pousser son cheval à toute bride`` (Ac. 1932) sans contenir son élan en tirant sur la bride la main levée.
Rem. 1. Baisser peut être suivi d'un compl. d'obj. second. introd. par sur (cf. ex. 8), désignant une chose placée plus bas que la partie du corps ou que l'objet (cf. ex. 9) qu'on incline :
9. Philippe-Auguste s'approcha de la tombe, baissa dessus la pointe de son épée... MmeCottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 33.
Rem. 2. Les syntagmes (cf. supra B et les ex.) traduisent souvent une réaction psychique variable suivant les situations : ainsi baisser les yeux peut exprimer une attitude embarrassée ou pudique; baisser la tête, le fait d'acquiescer, ou encore une attitude de résignation, de honte.
Au fig. Baisser la tête, le front. Se soumettre avec résignation. Baisser l'oreille. Être découragé, paraître mortifié, confus, etc. :
10. Sans demander son reste, Gaspard baissa le nez, fila piteusement le long du mur, ouvrit la grille et s'échappa sans bruit. Sandeau, Sacs et parchemins,1851, p. 30.
11. Elle [Mlle de Varandeuil] attendait, racoquinée dans son fauteuil, que l'humeur de sa bonne se passât ou crevât. Elle baissait le dos sous l'orage... E. et J. de Goncourt, Germinie Lacerteux,1864, p. 137.
II.− Emploi pronom. Se baisser.
A.− [Le suj. désigne une pers.] Se mettre dans une position moins haute que la position naturelle, verticale; pencher, ployer son corps. Anton. se lever, se relever, se redresser :
12. Henry s'approcha d'elle et respira l'odeur qui s'échappait de tout son corps; il se baissa pour lui parler en se penchant sur son épaule... Flaubert, 1reÉducation sentimentale,1845, p. 84.
13. ... de sa bouche où il se marqua le premier, le sourire gagna ses joues, puis enfin ses yeux qui brillèrent. Ils continuaient de briller pendant qu'elle l'embrassait. Elle devait se hausser un peu, et lui de son côté se baisser et plier les jambes, mais de ses deux bras elle le serrait. Ramuz, Aimé Pache, peintre vaudois,1911, p. 79.
Rem. Se baisser et ramasser constitue un syntagme fréquent.
Proverbe. Il n'y a qu'à se baisser pour en (var. : et à) prendre. La chose est aisée, facile :
14. Souhaitez-vous de l'or, des perles, des diamants? Les chemins en sont pavés; il n'y a qu'à se baisser pour en prendre. A. France, Les Opinions de M. Jérôme Coignard,1893, p. 153.
P. méton. [Le suj. désigne une partie du corps] :
15. ... tout à coup les bras se baissaient vers la terre et tous les yeux suivaient ce mouvement. Mérimée, Arsène Guillot,1847, p. 90.
16. ... sa voix tremblait un peu plus dans son gosier, et son regard se baissait un peu plus sur ses pieds nus. Lamartine, Le Tailleur de pierre de Saint-Point,1851, p. 455.
B.− Rare [Le suj. désigne une chose]
1. Se courber, ployer :
17. J'aime la musique, toutes les musiques, la plus simple et la plus compliquée, celle qui nous permet si généreusement de penser à autre chose. Elle me rappelle le balancement des peupliers de mon village, moins les feuilles, et le canal où, au gré d'un vent pas prétentieux, les roseaux se baissent et se redressent comme les archets d'un orchestre, avec moins de bruit. Renard, Journal,1907, p. 1107.
2. Diminuer de hauteur, de niveau :
18. Un sale bassin, ce bassin : il noie les chiens de chasse. Il se baisse au fort de l'été. Les chiens ont soif, viennent, essayent de boire, balancent au bord, et tombent. Et c'est trop haut pour remonter. Ils nagent jusqu'à la mort. Je les trouve là-dessus, sages comme des îles. Giono, L'Eau vive,1943, p. 25.
III.− Emploi intrans. Diminuer de hauteur.
A.− [Le suj. désigne une chose placée, avant le début de l'action envisagée, à une certaine hauteur : le soleil, un astre] :
19. Le soleil baissait dans un prodigieux entassement de nuages. La lumière volait à ras de terre; elle frappait et jaillissait dans l'entrechoquement des collines, elle allongeait l'ombre des arbres. Giono, L'Eau vive,1943p. 260.
P. ext. [Le suj. désigne une rivière, la mer, etc.] La marée baisse :
20. On dit que la mer baisse pour dire qu'elle opère son mouvement de reflux, qu'elle descend. Le Clère1960.
P. anal. [En parlant d'un mouvement seulement apparent] Être progressivement moins haut :
21. Il [Durtal] était arrivé, en devisant, près de Sainte-Anne; alors la rue s'aéra, et les maisons baissèrent, elles n'eurent plus qu'un, que deux étages... Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 88.
B.− [Le suj. désigne une chose située à une certaine hauteur sur l'échelle des degrés d'intensité, de puissance, de force ou sur l'échelle des valeurs]
1. [Le suj. désigne une source de lumière ou de chaleur] Diminuer d'intensité lumineuse ou thermique; en partic. le jour baisse (parce que le soleil s'abaisse sur l'horizon) :
22. ... et elle défit ses bottines, faisant mine de se chauffer fort au foyer qui baissait. Verlaine, Œuvres posthumes,t. 1, Deux mots d'une fille, 1896, p. 314.
23. Comme le jour baissait à la fenêtre et s'obscurcissait d'une tempête de neige, madame de Fontenay s'assoupit, s'endormit dans la pièce toute silencieuse... A. de Noailles, La Nouvelle espérance,1903, p. 25.
Rem. 1. Cet emploi est une ext. méton. de l'emploi A. 2. P. anal. avec le jour baisse, cf. le syntagme le soir baisse :
24. Le soir baissait, je ne suis entré qu'un instant dans la cathédrale [de Sienne]. Taine, Voyage en Italie,t. 2, 1866, p. 50.
2. [En parlant du vent, de la pression atmosphérique, de la chaleur du corps, etc.] Diminuer de force, d'intensité. La température baisse; le vent qui tourne, monte ou baisse (Lamartine, Voyage en Orient,t. 2, 1835, p. 354).
Rem. En parlant du vent, cf. Littré : ,,Terme de marine. (...) se dit du vent quand il passe de l'amont à l'aval.``
P. méton. Le baromètre baisse.
3. [Le suj. désigne la voix, un chant, etc.] Diminuer d'intensité :
25. ... elle ne criait pas, sa voix semblait attendrie, et baissait parfois jusqu'à n'être plus qu'un chuchotement. Arland, L'Ordre,1929, p. 460.
4. [Le suj. désigne une faculté ou une qualité humaine, comme la vue, l'intelligence, la santé, la beauté, etc.] Diminuer d'intensité, décliner :
26. Elle [Eugénie] fut sublime de soins et d'attentions pour son vieux père, dont les facultés commençaient à baisser, mais dont l'avarice se soutenait instinctivement. Balzac, Eugénie Grandet,1834, p. 222.
27. ... sitôt que dans son travail [de l'homme] la sériation est suspendue, on voit son esprit baisser et son intelligence s'éteindre. Proudhon, La Création de l'ordre dans l'humanité,1843, p. 401.
28. ... Jean-Michel F... s'est tué vendredi dernier. (...) Il y a un tel poids de tristesse sur nous tous, et le pauvre F... a fléchi. (...) Pourquoi ne pas avoir essayé de tenir encore quelques mois? Mais il arrive parfois une heure mauvaise où les forces baissent, où manque tout à coup l'énergie qu'il faut pour imaginer des temps meilleurs. Green, Journal,1941, p. 76.
P. méton. [Le suj. désigne une pers., le verbe peut être suivi d'un compl. introd. par de ou en qui précise la qualité en déclin] Baisser dans l'estime de qqn. Décliner :
29. Vieillir sans faire mieux, décliner spirituellement sans se sanctifier, baisser de force sans s'élever de volonté, user sa vie sans réaliser un seul des rêves de sa jeunesse, c'est triste. Perdre ses illusions, sans augmenter ses œuvres, décroître en vertu comme en capacité, c'est affligeant. Amiel, Journal intime,1866, p. 427.
30. − Tiens! c'est vrai. Je l'avais oublié (...) Ah! décidément, Sigismond Planus se fait vieux (...) Je baisse, mes enfants, je baisse... A. Daudet, Fromont jeune et Risler aîné,1874, p. 293.
31. Il [Sturel] craignit qu'à resserrer son humanité un peu flottante en un nationalisme positif, lui-même ne baissât en générosité. Barrès, L'Appel au soldat,1900, p. 319.
VÉN. Baisser de pied [en parlant du chien courant]. Faiblir. Les chiens qui baisseront de pied, on ne les ramènera pas (Genevoix, La Dernière harde,1938, p. 205).P. ext., SP. Baisser de pied Même sens : Faiblir. Menzel (...) paraît voué à la défaite lorsque, soudain, l'Australien baisse de pied (Tennis et golf. 1eraoût 1934 dans A. O. Grubb, French sports neologisms,1937, p. 17).
5. [Le suj. désigne une marchandise, une valeur bancaire, etc.] Diminuer (de prix, de valeur). Baisser de prix; les actions baissent à la Bourse :
32. Hors Paris, les fonds publics ne baissent pas à la nouvelle d'une guerre ou à la menace d'une insurrection civile; mais, à la moindre oscillation de l'État, on cloue la porte du grenier; on creuse un trou dans les champs, et l'argent disparaît de la circulation. Gozlan, Le Notaire de Chantilly,1836, p. 247.
33. Chez Walewski, l'autre jour, Calvet-Rogniat lui demandant pourquoi la rente avait baissé la veille : « Est-ce que je sais pourquoi il y a de la hausse ou de la baisse? Si je le savais, j'aurais fait ma fortune! » E. et J. de Goncourt, Journal,1863, p. 1255.
Au fig., fam. Les actions d'une personne baissent. Son crédit, son influence diminuent.
[En parlant des profits] Diminuer (de grosseur), devenir moins abondants.
PRONONC. : [bεse], (je) baisse [bεs], également [bese]. Passy 1914 admet pour la voyelle rad. une demi-longueur en syll. non finale, une longueur en syll. finale. Indications analogues dans Barbeau-Rodhe 1930. Enq. : /bes, (D)/ (il) baisse.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Trans. a) ca 1100 « pencher, diriger vers le sol » (Roland, éd. Bédier, 138 : Li empereres tent ses mains vers Deu, Baisset sun chef, si cumencet a penser); b) mil. xiies. « descendre, mettre plus bas » (Prise d'Orange, éd. Jonckbloet, 1268 dans T.-L. : Gietent lor ancre, s'ont lor voile beissie); c) ca 1170 au fig. « rendre moins fort, diminuer » (B. de Ste Maure, Ducs Normandie, II, 9504 dans Gdf. Compl. : Encui baisserai lor orgoil); d) 1172-75 « diminuer d'intensité ou de hauteur (un son) » (Chr. de Troyes, Chevalier charrette, éd. W. Foerster, 2980, p. 106 : Quant li vavasors ot leissiée Sa parole et sa voiz beissiée); e) 1835 (Ac. : Baisser le prix d'une marchandise, La vendre à meilleur marché); 2. intrans. a) 1180-1200 au propre « diminuer de hauteur, décliner » (Aliscans, 922 dans Gdf. Compl. : Li soleuz besse, si prist a anuitier); b) xiies. au fig. « diminuer d'intensité, décroître » (Mémoires Antiq. Normandie, X, 534 : Encor le tienent ... Si cum il fut lors establi, Fors del mangier que ont guerpi : Tant est lor amor plus baissiez); c) xviies. « diminuer de vigueur physique ou intellectuelle » (Scarron dans Rich. 1680 : son esprit baisse); d) 1695 comm. « diminuer (en parlant d'un prix ou d'une valeur) » ([Bois-Guillebert], Le détail de la France, 185 dans Kuhn, p. 75 : de ne laisser pas baisser le prix); e) xviies. « prendre un ton moins élevé » (La Fontaine, Fables, II, 1 dans Littré : Eh bien baissons d'un ton); 3. 1432 pronom. « se rendre moins haut » (Fortunes et adversitez de Jean Regnier, p. 54, v. 1446 : Haulser ne me puis ne baisser). Du lat. vulg. *bassiare (FEW t. 1, p. 272); dér. de bassus (bas*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 3 626. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 941, b) 6 239; xxes. : a) 5 972, b) 5 126.

BAISSER2, subst. masc.

A.− [Correspond à l'emploi I A 1 du verbe] Moment où l'on baisse quelque chose. Le baisser du rideau :
1. Jupiter n'en finissait pas d'assembler le conseil des dieux pour lui soumettre la requête des maris trompés. Et toujours pas de Nana! On gardait donc Nana pour le baisser du rideau? Zola, Nana,1880, p. 1107.
B.− [Correspond à l'emploi III A et B 1] Moment où quelque chose baisse. (Vers) le baisser, au baisser du soleil, du jour :
2. Vers le baisser du soleil, la sœur d'Outougamiz se retira à l'entrée d'une grotte... Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 393.
3. Cela dure longtemps, l'hospitalité forcée de ce dieu [un Bouddha], − et c'est infiniment triste, dans le mystère de dessous bois, au baisser du jour. Loti, Un Pèlerin d'Angkor,1912, p. 79.
PRONONC. : [bεse] ou [bese].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1404 baissier « action de descendre (le cours d'une rivière) » (Aveu du péage de Lais, fol. du vol. des Comm., ap. Le Clerc de Douy, t. I, fo47 ro, Arch. Loiret dans Gdf. : [...] de toutes autres manieres de denrees, marchandises et choses quelsconques passant et repassant par le dit peaige tant du paier comme du baissier en ladite riviere par les fins et metes du dit peage); cf. baisser1I A 1 rem.; 1606 « action d'abaisser » (Nicot : Au baisser des lances). Substantivation du verbe baisser1*.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 355.

Baisser : définition du Wiktionnaire

Verbe

baisser \be.se\ ou \bɛ.se\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se baisser)

  1. Faire descendre, mettre plus bas.
    • Baisser les glaces d’une voiture. — Elle baissa son voile.
  2. (Par extension) Incliner vers le sol.
    • La fillette baissa d’abord la tête puis la releva craintivement et nous regarda. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Aussitôt l’intrus recula, baissa les yeux et, relevant les pans de sa pèlerine, affecta de se chauffer. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 87)
    • A l’époque du procès, cette femme pouvait avoir cinquante ans ; […]; sa voix était mielleuse, elle baissait la vue comme une vierge; en un mot, c’était une pateline dont l’aspect édifiant aurait suffi pour faire sortir un saint du purgatoire. — (Supplément aux Mémoires de Vidocq, Paris : Librairie centrale de Boulland, 1830, page 9)
  3. (Figuré) Amoindrir un son.
    • Baisser la voix. — Baisser un instrument de musique.
  4. (Figuré) Diminuer la valeur vénale d’une chose.
    • Baisser le prix d’une marchandise,
  5. Diminuer de hauteur, rendre plus bas.
    • Baisser une muraille, un toit, une maison.
    • (Absolument)Au cours de l'année 1915, le blé, après avoir été pendant les premiers mois à 11 fr. 50 et 12 fr. 50 le moud d'environ 21 kilos, baissait graduellement jusqu'à 8 fr. 10 et même 7 fr. 30 en juillet et en août. — (Maurice de Périgny, Au Maroc : Fès, la capitale du Nord, Paris : chez Pierre Roger & Cie, 1917, p. 25)
  6. (Vieilli) (Rare) Descendre (une rivière, un fleuve).
    • Nous nous embarquâmes, ma cousine et moi avec la fille de chambre, dans un petit bateau pour baisser la Loire. — (Luillier, Voyage du sieur Luillier aux Grandes Indes, avec une instruction pour le commerce des Indes orientales ; chez Claude Cellier, Paris, 1705, page 4.)
  7. Aller en diminuant de hauteur.
    • Le baromètre a baissé terriblement pendant la nuit et la matinée. Je m’attends à du gros temps. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • La rivière a baissé d’un pied.
    • La mer hausse et baisse deux fois le jour, par l’action du flux et du reflux.
  8. (Figuré) Diminuer en intensité, en force.
    • Le jour baisse, le jour diminue, la nuit commence à venir.
    • Ce vieillard baisse, il s’affaiblit tous les jours.
    • Ce malade baisse, son état empire.
    • Sa vue commence à baisser, sa vue commence à n’être plus aussi bonne.
    • Son génie, son talent, son esprit baisse, il diminue, il s’affaiblit.
    • Ce vin baisse, il perd de sa force, de son bouquet.
    • Cette place de commerce baisse, elle perd de son commerce, de son crédit.
    • Cette marchandise baisse ; les actions, les rentes baissent ; les fonds publics baissent, le change baisse ; ils tombent, ils diminuent de prix, de valeur.
  9. (Figuré) (Familier)
    • Les actions de cet homme baissent, Sa puissance, son crédit, sa réputation diminuent.
    • Son crédit, sa faveur baisse.
  10. (Pronominal) S’abaisser, se courber, se faire petit.
    • Je me baissai pour ramasser le portefeuille et les cartes de visite qui s’étaient envolées dans le ruisseau. — (Henry Miller, L’ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Il faut se baisser, se baisser bien bas pour entrer dans cette grotte.
    • Baissez-vous davantage.
    • (Figuré) C’est un homme qui ne se hausse ni ne se baisse, il ne s’émeut de rien, il est toujours égal.

Nom commun

baisser \bɛ.se\ masculin

  1. (Rare) Action de baisser (généralement un rideau).
    • Baisser de rideau général jeudi pour les commerçants bressauds — (Titre du journal Vosges Matin, 1er juin 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Baisser : définition du Littré (1872-1877)

BAISSER (bè-sé) v. a.
  • 1Mettre en bas, mettre plus bas. Baisser un mur. Baissez la jalousie. Elle baissa son voile.
  • 2Descendre d'un point élevé. Baisser le pavillon d'un vaisseau.

    Fig. Baisser pavillon devant quelqu'un, lui céder.

  • 3Incliner, pencher. Baisser la tête.

    Fig. Saint Augustin baissait la tête sous l'autorité de l'Église, Bossuet, Instr. 1. Il faut se soumettre et baisser la tête, Sévigné, 576. Il faut baisser la tête et souffrir, Sévigné, 563.

  • 4Diriger en bas ou plus bas. Tu pleures, malheureuse, et tu baisses les yeux, Voltaire, Zaïre, II, 3. La modestie fait baisser les yeux, Bossuet, Honn. 3.

    Fig. Qui ! moi, baisser les yeux devant ces faux prodiges, Voltaire, Fanat. I, 1.

    Fig. Baisser l'oreille, paraître confus d'un échec qu'on reçoit.

    Fig. Baisser la lance devant quelqu'un, lui céder.

  • 5 Terme de manége. Baisser la main à un cheval, le lancer aussi vite qu'il peut aller.
  • 6 Par extension, en parlant de la voix et du son des instruments, mettre plus bas. Baisser un instrument. Baisser la voix, parler moins haut. Baisser le ton, prendre un ton moins élevé ; et figurément, prendre des manières moins arrogantes.
  • 7 Terme d'imprimerie. Baisser la pointure, rectifier le registre lorsqu'il est imparfait.
  • 8 Terme de fauconnerie. Baisser le corps, faire maigrir le gerfaut.
  • 9 V. n. Aller en diminuant de hauteur. La rivière a baissé d'un mètre. Le vin baisse dans les tonneaux. Le soleil baisse, s'approche de l'horizon.

    Substantivement. Averti par le baisser du soleil de l'heure de la retraite, Rousseau, Prom. 5. Vers le baisser du soleil, la sœur d'Outougamiz se retira à l'entrée d'une grotte, Chateaubriand, Natch. II, 302. Plusieurs vaisseaux avaient appareillé au baisser du soleil, Chateaubriand, René, 214.

    Par extension. Le jour baisse, se dit lorsque le soleil s'enfonce sous l'horizon. Mais le jour baisse et l'air s'est épaissi, Ducis, Othello, V, 2. Rien ne manque à ces lieux qu'un cœur pour en jouir, Mais hélas ! l'heure baisse et va s'évanouir ! Lamartine, Harm. III, 2. Mon vieil ami, quand pour nous le jour baisse, Souhaitons-nous un gai bonsoir, Béranger, Bonsoir. Puis la raison, lampe qui baisse, N'a plus que des feux tremblotants, Béranger, 50 ans.

  • 10Diminuer de valeur, de prix. Cette marchandise baisse. Les actions, les rentes baissent. Le prix de l'or a baissé.
  • 11Perdre de sa puissance, de son influence. Dès ce moment Carthage commença à baisser. C'est le sort des choses humaines de baisser toujours en s'éloignant de leur source, Massillon, Bern.

    Diminuer, en parlant des forces physiques. Ce malade baisse rapidement, il s'affaiblit très vite.

    Diminuer, en parlant des facultés intellectuelles. Son esprit baisse, son cœur s'affaiblit, Bossuet, Hist. I, 6. Une longue maladie avait fait baisser l'esprit de Dioclétien, Bossuet, Hist. I, 10. Je suis bien malade : tout baisse chez moi, hormis mes tendres sentiments pour vous, Voltaire, Lettr. Damilaville, 5 avr. 1765.

    Sa vue baisse, elle devient moins bonne, il y voit moins bien.

    Fig. et familièrement. Ses actions baissent, son influence, son crédit diminuent.

  • 12 Terme de musique. Ne pas tenir exactement le ton. Une corde neuve baisse presque toujours. Ces musiciens ont chanté un trio sans accompagnement et n'ont pas baissé d'un quart de ton. Baisser d'un ton, d'un demi-ton.

    Fig. Baisser d'un ton, prendre un ton moins élevé. Eh bien baissons d'un ton, La Fontaine, Fables, II, 1.

  • 13 Terme de marine. Baisser, se dit du vent quand il passe de l'amont à l'aval.
  • 14Se baisser, v. réfl. Incliner, pencher le corps plus ou moins bas. Son ombre vers mon lit a paru se baisser, Racine, Athal. II, 5. Ils se baissent aux portes, de peur de se heurter, La Bruyère, 2.

    Familièrement. Il n'y a qu'à se baisser et en prendre, c'est une chose très facile à gagner, à faire ; ou, par antiphrase, on dirait vraiment qu'il n'y a qu'à se baisser et en prendre, la chose est beaucoup plus difficile que vous ne le supposez. Il semble à vous entendre Que vous n'ayez ici qu'à vous baisser et prendre, Regnard, Ménech. V, 6.

    Fig. C'est un homme qui ne se hausse ni ne se baisse, il ne s'émeut de rien, il est toujours égal.

  • 15Se baisser, Être baissé. À cette triste nouvelle, sa tête se baissa sur sa poitrine.

REMARQUE

Baisser, v. n. se conjugue avec l'auxiliaire avoir, s'il s'agit d'une action qu'on veut exprimer : la rivière a baissé aujourd'hui ; avec l'auxiliaire être, s'il s'agit d'un état : la rivière est bien baissée.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Baisse son chef, si comence à penser, Ch. de Rol. IX. Paien y bassent leur chef et leur menton, ib. CCXXXVII.

XIIe s. Li soleuz besse, si prist à anuitier Et la vesprée commence à espoissier, Bataille d'Aleschans, 985. Ele le vit, si bessa le menton, Ne put parler, ne lui dist o ne non, Romancero, p. 40.

XVe s. Si baissa son espée au roi et lui dit : chevalier, je me rends votre prisonnier, Froissart, I, I, 328. À ces paroles et demandes ne respondit point Philippe d'Artevelle ; mais passoit outre et baissoit la teste, Froissart, II, II, 152.

XVIe s. La veuë luy commencea premierement à baisser, et un peu après il la perdit du tout, Amyot, Timol. 49. Les gens de bien et d'honneur baissans les testes en furent fort desplaisans, Amyot, Marius, 52. Sur le soir l'eau commença un petit à s'escouler, et puis se baissa si fort la nuict, que…, Amyot, Lucull. 4. Ilz se jetterent la teste baissée à travers eulx, Amyot, Crassus, 54.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BAISSER.
9 V. n. Ajoutez : Baisser, descendre une rivière. Nous prîmes une cabane, et baissâmes jusqu'à Orléans, Scarron, Roman com. cité dans JAL.

HISTORIQUE

XVIe s. Ajoutez : Il n'y avoit lieu où un chalan peust monter ne baisser [descendre un cours d'eau] ; monseigneur le Dauphin qui baissoit par eau…, Mantellier, Glossaire, Paris, 1869, p. 10.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Baisser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* BAISSER, abaisser, (Gramm.) Baisser se dit des objets qu’on veut placer plus bas, dont on a diminué la hauteur, & de certains mouvemens du corps. On baisse une poutre, on baisse les yeux. Abaisser se dit des choses faites pour en couvrir d’autres ; abaisser le dessus d’une cassette ; abaisser les paupieres. Exhausser, élever, sont les opposés de baisser ; lever, relever, sont les opposés d’abaisser. Baisser est quelquefois neutre ; abaisser ne l’est jamais. On baisse en diminuant ; on se baisse en se courbant ; on s’abaisse en s’humiliant ; les rivieres baissent ; les grandes personnes sont obligées de se baisser pour passer par des endroits moins élevés qu’eux ; il est quelquefois dangereux de s’abaisser. Synom. Franç.

Baisser les hanches, se dit, en Manége, du cheval. Voyez Hanches. (V)

Baisser la lance. Voyez Lance. (V)

* Baisser la vigne, (Agriculture.) c’est lier les branches taillées à l’échalas.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « baisser »

Étymologie de baisser - Littré

Bas, adjectif ; wallon, bahi ; namurois, bachi ; bourguig. boissé ; picard, se bacher ; provenç. baissar ; espagn. baxar ; ital. bassare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de baisser - Wiktionnaire

(XIe siècle) Du moyen français, de l’ancien français baissier[1], du latin populaire *bassiare, dérivé de bassus (« bas »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baisser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baisser bɛse play_arrow

Conjugaison du verbe « baisser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe baisser

Évolution historique de l’usage du mot « baisser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baisser »

  • Toute la difficulté est de savoir si les entreprises agissent sur un mode défensif pour réellement préserver l’emploi ou offensif afin de se séparer à moindres frais de salariés dont elles comptaient de toute façon se délester. Dans un style managérial brutal, devenu la marque de fabrique de la compagnie aérienne, Ryanair a menacé d’ouvrir un PSE si les pilotes et personnels navigants refusaient de baisser leurs revenus, jusqu’à 20 % pour les plus hauts salaires. Alternatives Economiques, L’accord de performance collective, machine à baisser les salaires | Alternatives Economiques
  • Pour tenter d'échapper à la touffeur ambiante, les Niçois vont se réfugier sur la coulée verte. Les 50 000 plantes vivaces, 1 600 arbres, ainsi que le plan d'eau de 3 000 m² ont permis de baisser le mercure. C'est ce qu'on appelle : l'évapotranspiration. On peut aussi faire baisser la température en ville en utilisant des matériaux qui n'absorbent pas la chaleur comme cette fine pellicule de peinture blanche. Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 26/06/2020 présenté par Anne-Claire Coudray. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 26 juin 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français. LCI, Fortes chaleurs : comment peut-on faire baisser la température en ville ? | LCI
  • Le nombre de personnes hospitalisées continue de baisser et s'établit à 8 886, soit 255 de moins que jeudi. La tendance est la même dans les services de réanimation, avec 17 patients en moins par rapport à la veille pour un total de 634 malades atteints d'une forme grave du Covid-19. Franceinfo, Coronavirus : le nombre de personnes hospitalisées en France continue de baisser, avec 17 patients en moins en réanimation en 24 heures
  • Les épreuves de la vie l’ont forcée, l’ont enlevée à l’existence qu’elle avait espérée, mais elles ne lui ont pas fait baisser les yeux. De Laurent Gaudé / Danser les ombres
  • Il faut identifier le bonheur lorsqu'il est à ses pieds, avoir le courage et la détermination de se baisser pour le prendre dans ses bras… et le garder. De Marc Levy / Et si c'était vrai...
  • Les horreurs sont supportables tant qu'on se contente de baisser la tête, mais elles tuent quand on y réfléchit. De Erich Maria Remarque / A l'ouest, rien de nouveau
  • Il faut améliorer la condition féminine : par exemple agrandir les cuisines, baisser les éviers ou mieux isoler les manches des casseroles. De Georges Wolinski / Charlie-Hebdo
  • Il me reste trop à faire et je ne tiens pas à baisser les bras. Il y aura toujours contre quoi se révolter. De Anonyme / Paroles de détenus
  • Un roi doit parfois savoir baisser la tête, surtout quand la poutre est trop basse. De Dario Fo / La Fille du Pape (2015)
  • Les yeux de l’esprit ne commencent à être perçants que quand ceux du corps commencent à baisser. De Platon / Le Banquet
  • On peut toujours se baisser pour ne rien ramasser. De Charlie Chaplin / Ma vie

Images d'illustration du mot « baisser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « baisser »

Langue Traduction
Corse più bassa
Basque baxuagoa
Japonais より低い
Russe ниже
Portugais mais baixo
Arabe خفض
Chinois 降低
Allemand niedriger
Italien inferiore
Espagnol inferior
Anglais lower
Source : Google Translate API

Synonymes de « baisser »

Source : synonymes de baisser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « baisser »



mots du mois

Mots similaires