Redresser : définition de redresser


Redresser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REDRESSER, verbe

I. − Empl. trans.
A. −
1. Remettre quelqu'un ou quelque chose dans la position verticale, ou proche de la verticale, qui était antérieurement la sienne. Synon. relever.Les ouvriers se tiennent à leur poste, inclinant ou redressant la cornue suivant les indications de leur contremaître (Ch. Durand, Industr. minér. Lorr., 1893, p. 52).Ses doigts vont instinctivement (...) redresser les tableaux qui penchent sur les murs (Mounier, Traité caract., 1946, p. 144).
[L'obj. désigne une partie du corps] Redresser le buste, le cou, le dos, le front, le torse. Elle redressait fièrement et rageusement sa taille que l'âge commençait à courber (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 896).Au fig. Redresser la tête*.
[Le suj. désigne un animal] Redresser la queue. L'animal saute sur le tapis, se secoue, redresse une oreille, puis l'autre et examine prudemment le lieu et les personnes (A. France, Bonnard, 1881, p. 493).
[P. anal.] Les lys rouvrent leur calice et redressent leur tige (Péladan, Vice supr., 1884, p. 69).
En partic. Remettre dans une position correcte. Elle faisait exécuter une évolution circulaire à son cou, redressait son boa (Proust, Swann, 1913, p. 405).Elle était auprès de lui, redressait ses oreillers, rebordait son lit (Arland, Ordre, 1929, p. 511).
2. Dresser, élever, ériger à nouveau. Redresser une statue abattue, un monument renversé (Ac. 1835-1935). Si vous redressiez une ou deux colonnes du péristyle (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 172).Si l'on essayait de redresser la guillotine devant l'hôtel de ville, les pavés se soulèveraient (Hugo, Actes et par., 4, 1885, p. 350).
3. [À propos d'un moyen de transport]
a) MAR. Redresser la barre. Manœuvrer de façon à changer de cap ou à ,,faire revenir le navire en sens inverse de celui qu'il tient`` (Le Clère 1960). [P. méton. de l'obj.] :
1. Ouessant apparaît; toutes ses roches sombres, tous ses écueils se dessinent en grisailles obscures, battus par de hautes gerbes d'écume blanche, sous un ciel qui paraît lourd comme un globe de plomb. Il n'est que temps de redresser la route, et vite, pendant l'éclaircie, la Sèvre met le cap sur Brest... Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 291.
b) Redresser un avion. Relever l'avant, hausser le nez (d'un avion) pour lui faire prendre de la hauteur ou pour le ramener à l'horizontale lorsqu'il descend ou lorsqu'il dérape (d'apr. Rob.). L'appareil se renverse et retombe sur le nez. Pour le redresser, ramener vivement le palonnier du milieu, en tirant le manche à fond à soi (A. Lainé, Dict. de l'aviation, 1920, p. 324 ds Quem. DDL t. 16).
c) Redresser (les roues) d'un véhicule. Manœuvrer le volant ou le guidon pour remettre les roues dans l'axe de la route. Braquer et redresser. Une motocyclette surgit d'un chemin; l'auto fit une embardée; Orgère, des deux mains, la redressa (Mauriac, Trois récits, 1929, p. 54).
B. −
1. Donner ou redonner une forme droite à quelque chose. Redresser un clou, une faux, une roue, une tige de fer, une tôle. On a fait porter un appareil à cet enfant pour lui redresser la colonne vertébrale (Ac.1935).Redresser des pieds bots! Est-ce qu'on peut redresser les pieds bots? (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 20):
2. ... on s'assure que le rectangle qu'il forme [le fond] ne gauchit pas sur la place du fond, car la cassette présenterait un aspect désagréable. Si cet accident arrivait, il faudrait y remédier en redressant parfaitement cette partie à l'aide de la varlope ou du rabot. Nosban, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 209.
ÉLECTR. Redresser (un courant). Convertir un courant alternatif en un courant ne circulant que dans un seul sens. Les dynamos (...) fournissent des courants alternatifs qu'il faut redresser par un commutateur (H. Fontaine, Électrolyse, 1885, p. 242).
PEAUSS. Assouplir une peau en la piétinant ou mécaniquement (d'apr. Duval 1959).
2.
a) Vieilli, rare. Remettre quelqu'un dans le bon chemin. Je m'étais égaré, j'ai rencontré un paysan qui m'a redressé (Ac.1835, 1878).
b) VÉN. Redresser la voie. ,,Après avoir relevé un défaut, remettre les chiens sur la voie qu'ils ont perdue`` (Burn. 1970).
c) Au fig.
Remettre dans la bonne voie, dans le droit chemin. Je me trompais dans mon raisonnement, vous m'avez redressé (Ac.).Il fut violemment tenté d'intervenir, de redresser le débat qui s'égarait (Vogüé, Morts, 1899, p. 197).J'étais désespéré, oui, dégoûté de tout. (...) ça m'a duré longtemps, cette maladie-là. C'est Schleiter qui m'a redressé, définitivement redressé (Duhamel, Terre promise, 1934, p. 150).
Littér. Remettre quelqu'un à sa place. Il faisait l'entendu, l'impertinent, mais on l'a redressé, on l'a bien redressé (Ac.1878, 1935).
3. Rendre quelque chose plus conforme à la norme, à la logique, à la vérité. Synon. corriger, rectifier.
a) [L'obj. désigne un inanimé concr.] La marquise (...) se donnait parfois la peine de me faire répéter le passage pour m'en dire le sens et redresser ma prononciation (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, 1834, p. 58).C'est moi qui corrigeais les épreuves, rectifiais la ponctuation et les accents, redressais les phrases boiteuses (Taine, Notes Paris, 1867, p. 343).
En partic. Rétablir (ce qui est compromis ou erroné). Redresser l'économie d'un pays. Élisabeth (1558-1603) (...) redresse les finances, frappe de la monnaie saine (Morand, Londres, 1933, p. 15).
COMPTAB., FISC., p. méton. Redresser un compte; redresser une déclaration fiscale; p. méton., se faire redresser. Être l'objet d'une rectification fiscale. Également du ressort du contrôleur: l'estimation de la bonne ou mauvaise foi du contribuable redressé qui jouera sur le montant des rappels (Le Monde dimanche, 14 juin 1981, p. iv).
Au fig. Redresser la situation. Remettre dans un état satisfaisant une situation qui s'était détériorée. Empl. pronom. passif. Si la situation ne se redresse pas, ce qu'il y a de plus haut dans son amour des régulations supérieures ne va-t-il pas se trouver irrémédiablement compromis dans l'esprit de beaucoup des siens (...)? (Maritain, Primauté spirit., 1927, p. 75).
b) [L'obj. désigne un inanimé abstr.] Redresser l'esprit, les idées, le jugement de qqn. Je comprends les erreurs, je les redresse en les expliquant (Alain, Propos, 1912, p. 136).
En partic. Redonner force, vigueur à. Synon. raffermir, rétablir.Rien, dans l'enseignement de ses maîtres, ne vint redresser sa foi chancelante (Massis, Jugements, 1923, p. 42).Empl. pronom. Sa pensée se redressait peu à peu. Ce fut un réconfort pour elle de se sentir plus ferme qu'elle n'avait cru (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 660).
4. Réparer, réformer (ce qui cause un dommage). Redresser des abus, des injustices. (Dict. xxes.).
Loc. verb. Redresser les torts
HIST. ,,Secourir les opprimés, réparer les torts qui leur ont été faits`` (Ac.).
Souvent p. iron. Corriger les abus et les injustices. Il y a donc deux sortes de visionnaires, ceux qui tordent ce qui est encore droit, et ceux qui redressent les torts (Lhote, Peint. d'abord, 1942, p. 93).
C. − Redresser qqn
1. Fam., vieilli. Tromper, filouter. Un fripon l'a redressé au jeu (Ac.1835, 1878).
2. Arg. Reconnaître, identifier. Un mec l'avait redressé et l'avait balancé aux condés (Le Breton1960).
II. − Empl. intrans. Qqc. redresse
A. − [Corresp. à I A 3 a supra; le suj. désigne une embarcation] Retrouver son équilibre après un coup de gîte. Les canots de sauvetage redressent automatiquement s'ils chavirent (Merrien1958).
B. − [Corresp. à I A 3 b supra; le suj. désigne un avion] Hausser le nez lorsqu'il prend de la hauteur ou se met à l'horizontale en descendant. La sirène sifflait que déjà les appareils, redressant à l'horizontale, planaient au-dessus de la gare (P. Nordds Lar. Lang. fr.).
III. − Empl. pronom.
A. − Qqn se redresse
1. Se tenir très droit. Se redresser de toute sa hauteur; redresse-toi! Omer Héricourt se redressa, désireux de paraître bien en selle (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 133).
En partic. Relever le buste, s'asseoir lorsqu'on est allongé. Il se redressa sur son lit pour accueillir Albert (Chardonne, Épithal., 1921, p. 122).Mon père toussota et se redressa sur sa chaise-longue (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p. 18).
P. anal. Un mouvement de reins pareil à celui d'un arbre qui se redresse une fois le vent passé (Flaub., Corresp., 1850, p. 139).
2. Se tenir droit, dans une attitude attentive. [Avec ell. du pron.] Comme les Beauchemin s'apprêtaient à souper, des coups à la porte les firent redresser (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 9).Se tenir droit, dans une attitude fière. V. camper ex. 7.
3. Au fig. ,,Se dit (...) de tous ceux qui paraissent enorgueillis de quelque nouvel avantage, de quelque nouveau succès`` (Ac. 1835-1935). Plus on nous opprime, plus nous nous redressons (Lacretelle, Silbermann, 1922, p. 88).Reprendre contenance, retrouver son énergie. Paul s'attendait à quelque furieuse révolte de Jenkins se redressant sous tant d'outrages (A. Daudet, Nabab, 1877, p. 223).À l'instant d'être terrassé, il a un geste de révolte. Sa volonté se redresse (Béguin, Âme romant., 1939, p. 361).
B. − Qqc. se redresse.Être droit. Âgé de quarante ans à peine, il était de taille moyenne, assez gros et d'aspect bonhomme (...). Les cheveux courts se redressaient sur le front très développé (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 310).C'est à partir de cette cure à Karlsbad, en 1807, que la santé de Thérèse se rétablit complètement, que sa taille se redresse, et qu'elle plaît (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 566).
Part. passé en empl. adj. Synon. retroussé.Cette Adrienne (...) était cependant une jolie personne (...) son petit nez, légèrement redressé, donnait à sa physionomie quelque chose de badin (Kock, Pucelle, 1834, p. 56).
Prononc. et Orth.: [ʀ ədʀese], [-dʀ ε-], (il) redresse [-dʀ εs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1100 « replacer dans la position verticale ce qui est penché, courbé » ici pronom. (Roland, éd. J. Bédier, 142); 1559 redresser les statues (Amyot, Cic., 51 ds Littré); 2. fin xiiies. « relever au point de vue moral ou spirituel » (Psautier, f o71, ibid.); 3. 1920 aviat. (A. Lainé, loc. cit.); 4. 1939 redresser les situations pénibles (Montherl., Lépreuses, p. 1420). II. 1. 1174-76 « remettre quelqu'un sur le bon chemin » ici fig. de pechié retraire e redrecier (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 653); 1536 au propre (Calvin, Institution chrétienne, éd. J. D. Benoit, II, VIII, 356, t. II, p. 185: redresser en la voye son bœuf et son asne, quand ils seront esgarez); 2. 1176-81 « remettre en ligne droite ou dans sa forme initiale ce qui est courbé, tordu, déformé... » s'a il les fers redreciez (Chrétien de Troyes, Chevalier Charrette, éd. M. Roques, 4710); 3. 1280 « rectifier, corriger ce qui paraît faux, erroné, injuste » (Clef d'Amour, 1941 ds T.-L.); 4. 1559 « reprendre quelqu'un qui se trompe » (Amyot, Cic. et Dém., 3 ds Littré); 5. 1885 électr. (H. Fontaine, loc. cit.); 6. 1929 automob. (Mauriac, loc. cit.). Dér. de dresser*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 2 255. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 374, b) 2 778; xxes.: a) 3 780, b) 4 653.
DÉR. 1.
Redressable, adj.Qui peut être redressé. Tout ce qui se passe par diverses folies guérissables et par diverses opinions fausses et redressables des hommes (Nizan, Chiens garde, 1932, p. 205).Des apparences fondées sur un désir de facilité ou sur des aversions redressables (Encyclop. éduc., 1960, p. 131). [ʀ ədʀ εsabl̥]. 1resattest. xives. voie ... redreçable « droit, direct » (Serm. lat.-fr., ms. de Salis, f o159 r ods Gdf.), attest. isolée, à nouv. au xixes.: a) 1842 bot. (Ac. Compl.), b) 1845 « qui peut, qui doit être redressé » (Besch.); de redresser, suff. -able*.
2.
Redressage, subst. masc.a) Technol. Action de remettre dans la forme ou la position normale une pièce ou une matière déformée en cours de fabrication. Synon. rare de redressement (v. ce mot B).Redressage. − Les peignes ont été cintrés plus ou moins lors du découpage. On les redresse en les faisant ramollir et en les pressant à la main ou avec une sorte de taloche sur un marbre plat (Rousset, Trav. pts matér., 1928, p. 117).b) Peauss. Opération de finition des peaux. (Dict. xxes.). c) Postes et télécomm. ,,Opération consistant à placer un pli dans la position qui permet son oblitération mécanique`` (cilf, nov. 1975 ds Clé mots). [ʀ ədʀ εsa:ʒ]. 1resattest. a) 1771 peauss. « action de redresser des peaux » (Trév.), plus gén. b) 1842 « action de redresser » (Ac. Compl.), en partic. 1858 métall. (Chesn.); de redresser, suff. -age*.
BBG.Quem. DDL t. 16, 27.

Redresser : définition du Wiktionnaire

Verbe

redresser \ʁə.dʁe.se\ ou \ʁə.dʁɛ.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre droite une chose qui l’avait été auparavant, ou qui devait l’être.
    • Redresser une planche courbée.
    • Redresser un arbre qui penche.
    • Redresser un bâton.
    • Redresser la tête.
    • On a fait porter un appareil à cet enfant pour lui redresser la colonne vertébrale.
    • Un arbre qui se redresse après avoir été courbé avec effort.
    • (Figuré) Redresser le jugement, l’esprit, les idées de quelqu’un.
    • (Figuré) Redresser les torts, secourir les opprimés, réparer les torts qui leur ont été faits ; cette façon de parler est empruntée aux romans de chevalerie.
  2. (Figuré) Remettre dans le droit chemin, dans la bonne voie.
    • Je me trompais dans mon raisonnement, vous m’avez redressé.
  3. (Ironique) et (Vieilli) Châtier, mortifier.
    • Il faisait l’entendu, l’impertinent ; mais on l’a redressé, on l’a bien redressé.
  4. Élever, ériger de nouveau.
    • Redresser une statue abattue, un monument renversé.


se redresser \sə ʁə.dʁe.se\ ou \sə ʁə.dʁɛ.se\ transitif indirect

  1. (Pronominal) Prendre une position droite.
    • Vers la droite, l’un des aéroplanes piqua follement du nez, se redressa presque perpendiculairement, explosa avec un bruit énorme et s’abîma en flammes dans la mer. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 192 de l’éd. de 1921)
    • Puis, s'appuyant sur les accoudoirs de cuir usé, Gérard sortit sa grande carcasse du confortable fauteuil et se redressa. — (Joël Guy, La rivière coule vers sa source, Mon Petit Éditeur, 2011, p. 27)
  2. Commencer à se redresser se dit figurément de tous ceux qui paraissent enorgueillis de quelque nouvel avantage, de quelque nouveau succès.
  3. Reprendre contenance ; retrouver de l’énergie.
    • Se redresser sous l’outrage.
    • Devant cet affront, il s’est redressé.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Redresser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REDRESSER. v. tr.
Rendre droite une chose qui l'avait été auparavant, ou qui devait l'être. Redresser une planche courbée. Redresser un arbre qui penche. Redresser un bâton. Redresser la tête. On a fait porter un appareil à cet enfant pour lui redresser la colonne vertébrale. Un arbre qui se redresse après avoir été courbé avec effort. Se redresser, commencer à se redresser se dit figurément de Tous ceux qui paraissent enorgueillis de quelque nouvel avantage, de quelque nouveau succès. Il signifie encore Reprendre contenance, retrouver de l'énergie. Se redresser sous l'outrage. Devant cet affront, il s'est redressé.

REDRESSER s'emploie aussi figurément. Redresser le jugement, l'esprit, les idées de quelqu'un. Redresser les torts, Secourir les opprimés, réparer les torts qui leur ont été faits; cette façon de parler est empruntée aux romans de chevalerie.

REDRESSER signifie encore, au figuré, Remettre dans le droit chemin, dans la bonne voie. Je me trompais dans mon raisonnement, vous m'avez redressé. Il se dit aussi ironiquement pour Châtier, mortifier. Il faisait l'entendu, l'impertinent; mais on l'a redressé, on l'a bien redressé. Il est vieux.

REDRESSER signifie encore Élever, ériger de nouveau. Redresser une statue abattue, un monument renversé.

Redresser : définition du Littré (1872-1877)

REDRESSER (re-drè-sé) v. a.
  • 1Rendre droit ce qui est courbé, penché, abaissé. Ce poteau penche, on le redressera. Le jardinier a redressé l'allée. Redresser la taille d'un enfant, à l'aide d'un corps de baleine. Il [Jésus] avait éclairé les aveugles, guéri les paralytiques, redressé les boiteux, Massillon, Carême, Passion. Le dessus de la tête est orné de longues plumes noires, que l'oiseau redresse à sa volonté en forme de huppe, Buffon, Ois. t. VIII, p. 243. Il faut recommander aux forgerons de ne point redresser leurs barreaux à froid, mais de les faire chauffer toutes les fois qu'il est besoin de les redresser ; car les barreaux qu'on a redressés à froid reprennent leur courbure lorsqu'on les trempe, Brisson, Traité de phys. t. III, p. 249. J'aimais à voir les bois battus par les tempêtes Abaisser tour à tour et redresser leurs têtes, Delille, Hom. des ch. I. Tantôt au fond des bois, à l'entour du vieux tronc, Il [le boa] enlace sa queue et redresse son front, Delille, Trois règnes, VII.
  • 2Plier une peau en deux et l'étirer, pour effacer les plis.
  • 3Relever ce qui était renversé, ériger de nouveau. Vous redressiez vous-même un trône renversé, Tristan, M. de Chrispe, II, 6. Pour donner plus de réputation à son parti, il fit redresser les statues de Galba, Perrot D'Ablancourt, Tacite, Hist. III, 2. Sous les ordres d'un roi aussi pieux que puissant, M. de Turenne abattait des remparts, et son illustre neveu redressait des autels, Fléchier, Turenne. Toutes nos fonctions les plus pénibles se bornent… à redresser ce qui tombe tous les jours ; à soutenir ce qui chancelle et menace ruine, Massillon, Confér. Zèle contre les scandales.
  • 4Remettre dans le droit chemin (sens qui vieillit). Je m'étais égaré, j'ai rencontré un paysan qui m'a redressé.
  • 5 Fig. Remettre dans la bonne voie, en parlant des personnes que l'on corrige, éclaire. Parce qu'il [le Seigneur] est lui-même le guide de la sagesse, et que c'est lui qui redresse les sages, Sacy, Bible, Sagesse, VII, 15. Elle [la Palatine] en revint toutefois plus tôt et plus aisément, en faisant réflexion sur la constitution des affaires, qui, dit-elle très sensément, redresseront les hommes, au lieu que, pour l'ordinaire, ce sont les hommes qui redressent les choses, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 443, dans POUGENS. Quand un maître ne songe pas à ce qu'il fait, une servante bien sensée est en droit de le redresser, Molière, Mal. imag. I, 5. Il [Charles de Sévigné] me croit autant qu'il peut, il me prie de le redresser, je le fais comme une amie, Sévigné, 44. On redresse les esprits, à force de causer et de faire entendre la raison, Sévigné, 15 déc. 1684. Par des réflexions sur le passé, il tâchait à le redresser sur le présent, ou à l'instruire sur l'avenir, Hamilton, Gramm. 6. Le secours des avis et des sages conseils, qui nous redressent sans nous aigrir, Massillon, Profess. relig. 2.
  • 6 Fig. Corriger, rectifier, avec un nom de chose pour régime. J'espère que mes nouvelles redresseront en quelque chose celles qui vous auront été données plus promptement, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 133. Vous m'étonnez de Pauline ; ah ! ma fille, gardez-la auprès de vous ; ne croyez point qu'un couvent puisse redresser une éducation ni sur le sujet de la religion… ni sur les autres choses, Sévigné, 24 janv 1689. Dieu redresse quand il lui plaît le sens égaré, Bossuet, Hist. III, 7. Combien de fausses vertus la reine a-t-elle redressées par les règles qu'elle prescrivit à la sienne ! Fléchier, Mar.-Thér. Appliquez vous à redresser leurs mœurs, à leur inspirer la justice, la sincérité, la crainte des dieux, l'humanité, Fénelon, Tél. XXIV.
  • 7 Fig. Réparer, faire justice. L'édit de Clotaire redressa tous les griefs, Montesquieu, Espr. XXXI, 2. Il démêle de justes griefs qu'il redresse, Rousseau, Ém. I.

    Dans le langage des romans de chevalerie, redresser les torts signifiait secourir les opprimés et réparer les torts qui leur sont faits ; aujourd'hui, il ne se dit plus que familièrement ou ironiquement.

  • 8Il se dit quelquefois par ironie pour châtier, mortifier. Il faisait l'impertinent, mais on l'a bien redressé.
  • 9 Familièrement. Tromper, attraper. Un fripon l'a redressé au jeu.
  • 10Se redresser, v. réfl. Redevenir droit après avoir été courbé, penché, baissé. Sa tête se redressa. Antoine me saluait toujours très honnêtement quand personne ne le voyait ; mais, comme il était fort bas à la cour et fort timide, il se redressait en public, Retz, Mém. t. IV, liv. V, p. 51, dans POUGENS. Les corps durs qui font ressort, se redressent lorsqu'on les a courbés, Malebranche, Rech. lois des mouv. part. 2. En général, il faut se redresser pour être grand ; il n'y a qu'à rester comme on est pour être petit, Marivaux, Marianne, 3e part. Faites travailler vos soldats à la perfection des chemins… le soldat se courbe en remuant la terre ; mais il se redresse en marchant à l'ennemi, Voltaire, Pol. et lég. Instr. pour le prince de ***, 6.

    Redressez-vous, se dit à une jeune fille pour l'avertir de se tenir droite.

    Familièrement. Elle se redresse, elle commence à se redresser, se dit d'une femme, d'une fille qui veut attirer les regards sur elle. Je me redressais, car c'est par où commence une vanité novice, Marivaux, Marianne, part. I.

    Fig. Il se redresse, il témoigne par son attitude quelque satisfaction d'amour-propre. Voilà Mlle Rose et sa gouvernante ; comme la demoiselle est modeste et jolie ! comme sa bonne a l'air d'une brave fille ! alors je me redressais, j'en étais toute fière, Al. Duval, Jeun. de Richel. I, 2.

    Fig. Se redresser, prendre un ton, un air de supériorité. Quand j'aurai tort, dites-moi mes vérités franchement et durement ; mais ne vous redressez pas, je vous en conjure ; car cela finirait mal, Rousseau, Lett. à Moultou, 26 févr. 1763.

    Fig. Se redresser, commencer à se redresser, se dit de tous ceux qui paraissent enorgueillis de quelque nouvel avantage.

  • 11Se remettre debout. Tombé, il essayait de se redresser.

    Fig. Quand mon heur abattu pourrait se redresser…, Malherbe, VI, 11.

  • 12 Fig. Se corriger. On l'avait trompé [M. de Montausier], et on avait corrompu son langage ; on s'est redressé, et lui aussi ; il l'avoue ; c'est une sincérité et une honnêteté de l'ancienne chevalerie, Sévigné, 4 août 1677. Ce qui montre que, se redressant d'un côté, il [Grotius] retombait de l'autre dans les plus grossières erreurs, comme un homme qui… n'avait point de principe fixe, Bossuet, 2e instr. sur les passages, Dissert, sur Grotius, 6. Un ecclésiastique à qui vous conseillerez de se retirer durant quelque temps dans un séminaire, pour se recueillir et se redresser contre ses dissipations, Bossuet, Élév. sur myst. XVIII, 3. Après m'être condamné, je me redresse et me corrige, Fénelon, Dial. des morts anc. 17.

HISTORIQUE

XIe s. Du faldestod il se redrece en piez, Ch. de Rol. CXCVI.

XIIe s. Helies apelad tut le pople, et redresçad le altel nostre Seignur, Rois, p. 317.

XIIIe s. Plaise toi que tu nos faces redrecier du torment où nos somes par nos pechiez, Psautier, f° 71. As piez li chiet [tombe] à oroison, Et l'ermite l'a redrecié, Puis li dist… Ren. 13095 De loing le vilain [il] espia, Qui delez son plessié estoit, Et une viez soif [haie] redreçoit, ib. 16416. Hé ! Diex, com grant domage quant l'esteut tresbuschier ; Ainçois que li frans hom se peüst redrescier, Ot de Turs entour lui assés plus d'un milier, Ch. d'Ant. VII, 91. Si que, s'il a aucun lai [laïque] qui mescroie en le [la] foy, il soit radreciés à la [la] vraie foy par l'ensegnement, Beaumanoir, XI, 2.

XVe s. Et aussi les ungs radressent les autres, Commines, II, 2.

XVIe s. Nous debvons redresser en la voye son bœuf et son asne, quand ils seront esgarez, Calvin, Instit. 315. Et quelle sorte de philosophie est-ce la leur, de vouloir redresser les choses tortues par ce qui est encores plus tortu ? Lanoue, 509. Les guides reconurent qu'ils s'estoyent escartez du chemin, et, en pensant se redresser, ils se fourvoyerent davantage, Lanoue, 568. Redresser la pratique d'une chose [la remettre en vigueur], Lanoue, 146. L'empereur, ayant sceu que le roy au partir de Dinan faisoit mine d'assieger Namur, redressa son armée, D'Aubigné, Hist. I, 21. Il redressa la discipline de la chose publique romaine, Amyot, Caton, 38. Caesar, par ceste humanité d'avoir fait redresser les statues de Pompeius, avoit asseuré les siennes, Amyot, Cic. 51. Il avoit à manier et redresser un peuple…, Amyot, Cic. et Dém. 3. Ordonner à l'ame… de se r'allier à luy [le corps]… le conseiller, le redresser…, Montaigne, III, 40.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Redresser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

REDRESSER, v. a. (Gram.) remettre droit. Voyez Droit. On redresse un arbre, une regle, une planche, une éguille ; il se prend aussi quelquefois au moral, & l’on dit redresser le jugement, la raison, la conduite.

Redresser, en terme de Batteur d’or, c’est l’action de dérouler une bande d’or en la tirant à deux par chacune de ces extrémités ; cette opération sert à faire prendre le pli à l’or, & le prépare à recevoir toutes les formes qu’on va lui donner.

Redresser, en terme de Cornetier tabletier, c’est l’action d’unir les inégalités extérieures & intérieures d’un cornet, par le moyen du billot à redresser & du mandrin. Voyez ces mots à leur article.

Redresser les peaux, (terme de Chamoiseur) qui signifie les faire passer une seconde fois sur le palisson ; c’est la derniere façon qu’on leur donne après qu’elles ont été passées en huile, & après cette façon elles sont en état d’être vendues & employées. V. Chamois.

Redresser les Peaux, est aussi un terme de Megissier, qui signifie détirer les peaux avec les mains sur une table pour empêcher qu’il n’y reste aucun pli.

Redresser les Gants, terme de Gantier ; c’est leur donner leur derniere façon en les détirant avec les mains ; on dit aussi redresser les estavillons, c’est-à-dire ouvrir les gants en large & les étendre en long avec les fuseaux ou bâtons à gants.

Redresseur de tords, ce mot en usage dans les romans des chevaliers errans, étoit pris dans un sens moral & appliqué à ceux qui reparoient les outrages & les violences qu’on faisoit aux personnes. Nous le prenons ici dans un sens physique, pour signifier un chirurgien qui s’applique particulierement à donner aux membres la configuration qu’ils ont perdue par la maladie connue sous le nom de rachitis. J’ai vu un privilégié à Paris, il y a quelques années, qui m’a appellé pour être témoins de plusieurs cures en ce genre. Il faisoit baigner les eufans pendant quelques jours pour assouplir les membres ; il les frottoit ensuite tous les jours avec une pommade dont il faisoit un secret ; elle étoit de couleur verte & son odeur étoit assez forte. Cette composition m’a paru ressembler à l’onguent martiatum, décrit dans toutes les pharmacopées ; après quelques jours de ces embrocations, il mettoit des compresses, des éclisses & des bandages assez serrés pour retablir le membre dans sa rectitude naturelle, j’ai vu des succès de cette méthode, & assez prompts. Un enfant de sept à huit ans entr’autres, rachitique depuis l’âge de deux ans, avoit les jambes torses faisant un arc en dedans au point qu’étant debout, comme il pouvoit s’y tenir, il portoit sur la partie moyenne de chaque jambe, elles formoient exactement un X ; au bout de trois semaines les jambes étoient redressées, mais non assez pour pouvoir être abandonnées sans éclisses. Des bains froids étoient très-bien indiqués pour raffermir ensuite les parties rétablies dans leur figure naturelle. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « redresser »

Étymologie de redresser - Littré

Re…, et dresser ; bourguig. redreussai ; picard, eurdrecher ; wallon, ridressî, radressi ; provenç. redressar ; ital. ridrizzare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de redresser - Wiktionnaire

De dresser, avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « redresser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
redresser rœdrese play_arrow

Conjugaison du verbe « redresser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe redresser

Citations contenant le mot « redresser »

  • Rien de tel que le spectacle massif de la maladie et de la vieillesse, pour vous faire redresser le dos et marcher d’un pas ferme. De Francis Dannemark / Qu’il pleuve
  • En général, il faut se redresser pour être grand : il n'y a qu'à rester comme on est pour être petit. De Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux
  • La mort ne doit en aucune façon redresser l'image que nous avons d'un homme. De Thomas Bernhard / Extinction
  • Il y a chez tout Canadien français un don Quichotte qui s'ignore : il veut redresser les torts. De Bertrand Vac / Saint-Pépin
  • Il ne faut jamais renoncer, mais lécher ses plaies et se redresser fièrement. De Moses Isegawa / Chroniques abyssiniennes
  • Il est plus facile de plier un jeune plant Que de redresser un arbre. De Proverbe français
  • Il faut donc être droit, non redressé. Marc Aurèle en latin Marcus Annius Verus, puis Marcus Aurelius Antoninus, Pensées, III, 5 (traduction A. I. Trannoy)

Traductions du mot « redresser »

Langue Traduction
Corse dritta
Basque zuzen egin
Japonais まっすぐにする
Russe разогнуть
Portugais endireitado
Arabe يصوب او يهدف
Chinois 理顺了
Allemand ordnen
Italien raddrizzato
Espagnol enderezar
Anglais straighten out
Source : Google Translate API

Synonymes de « redresser »

Source : synonymes de redresser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « redresser »



mots du mois

Mots similaires