La langue française

Respect

Sommaire

Définitions du mot respect

Trésor de la Langue Française informatisé

RESPECT, subst. masc.

A. − Vieilli. Action de prendre en considération quelque chose et p. ext., considération exagérée pour une opinion. Jeanne et son père (...) se remirent à rire en contrefaisant les gestes et les intonations des Briseville. Le baron imitait le mari, Jeanne faisait la femme, mais la baronne un peu froissée dans ses respects leur dit: « Vous avez tort de vous moquer ainsi, ce sont des gens très comme il faut, appartenant à d'excellentes familles » (Maupass.,Une Vie, 1883, p. 94).
B. − Anton. irrespect.
1. Sentiment qui incite à traiter quelqu'un avec égards, considération, en raison de son âge, de sa position sociale, de sa valeur ou de son mérite. Moi, j'étais ravi: ma triste condition imposait le respect, fondait mon importance; je comptais mon deuil au nombre de mes vertus (Sartre,Mots, 1964, p. 11):
1. ... n'ayant rien découvert, malgré les perquisitions les plus fines, elle avait été saisie de respect, et bientôt d'amour, pour ce garçon, si loyal, si doux, si héroïque, et si fort! Flaub.,Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 249.
SYNT. Mériter, inciter, inspirer, commander, forcer le respect; devoir le respect à qqn, avoir le respect de sa fonction; marques, témoignage de respect; geste, attitude de respect; s'incliner, écouter, saluer avec respect; accabler, entourer qqn de respect; traiter qqn avec respect; affecter, feindre le respect; manquer de respect à qqn; n'avoir pas de respect, être sans respect pour qqn; respect des maîtres, des parents, des personnes âgées; respect filial.
Locutions
[Pour atténuer l'effet choquant ou trivial de ce qui va suivre] Sauf (votre) respect (pop.), sous votre respect (vx), sauf le respect que je vous dois. Oh! capitaine, − répondait celui-ci en s'essuyant le front, − tant que le navire gouvernera, n'y a pas de soin, ça balance, c'est sauf respect, comme le tape-cul qui est à Nantes (Sue,Atar-Gull, 1831, p. 3).Elle est capable de faire des enfants, dit le marchand de sel; elle s'est conservée comme dans de la saumure, sous votre respect (Balzac,E. Grandet, 1834, p. 226).Il faudrait, par exemple, que vous parliez à M. Vingtras pour qu'il achète une culotte à Jacques, si vous ne voulez pas (esquissant un sourire) qu'il aille chez vous tout nu − sauf votre respect (Vallès,J. Vingtras, Enf., 1879, p. 378).
Parlant par respect (pop., vieilli). Comment! t'arrêter (...) monsieur le commissaire, parlant par respect, on n'arrête que les misérables, entendez-vous (Sue,Myst. Paris, t. 4, 1842, p. 194).
Par respect, pour le respect. En témoignage de considération, d'égards vis-à-vis de quelqu'un. On frappe: c'est MlleSergent; elle peut entrer, elle ne me gêne pas. Je la reçois en chemise pendant que Marie Belhomme passe précipitamment un jupon, par respect (Colette,Cl. école, 1900, p. 183).Puisque ça vous fait plaisir répondit-il je veux bien. Je vais passer dans la chambre à côté pour le respect (Aymé,Nain, 1934, p. 236).
En partic. Attitude honnête et décente vis-à-vis d'une femme. Manquer de respect à une femme. La noblesse est à ses yeux le premier des mérites; la chasse, le premier des plaisirs, et le respect pour les dames, le premier des devoirs (Sénac de Meilhan,Émigré, 1797, p. 1572).Nous aimons les femmes, nous les aimons bien (...) avec esprit et avec respect (Maupass.,Sur l'eau, 1888, p. 329).
2. P. ext.
a) Sentiment de vénération, attitude de révérence envers le sacré. La science du bien et du mal est à jamais acquise; la foi se reconstruit, le respect des choses saintes nous est rendu (Dumas fils, Dame Cam., 1848, p. 25).Si ce fellow se permet de lire le passage, je ne dirai rien dans l'église, par respect pour le lieu sacré; mais je vous promets qu'aussitôt après la cérémonie je lui boxerai les oreilles (Maurois,Sil. Bramble, 1918, p. 95).
Vx. Porter respect. Appeler la révérence. À la tribune [de l'Assemblée Nationale], l'effet de la soutane est divers: avec Parisis, elle porte respect; avec l'abbé Fayet, elle fait rire (Hugo,Choses vues, 1885, p. 201).
b) Attitude de réserve, de piété envers une chose considérée pour sa valeur morale. Toucher qqc. avec respect; respect de la famille, du drapeau, de la loi, de la vérité, d'un idéal; respect dû aux institutions, à la vertu. La conduite de la cour, depuis le commencement de cette révolution, n'a pas toujours été en opposition avec les principes de l'égalité et le respect pour les droits du peuple (Robesp.,Discours, Guerre, t. 8, 1792, p. 76).Frédéric-Guillaume, s'il n'avait pas beaucoup de cœur, montra du moins cette fois qu'il avait le respect du courage et du talent (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 112).
(Avoir du) respect pour, (avoir le) respect de. (Avoir de la) considération pour une chose sans y adhérer ou y être associé soi-même. Avoir le respect des idées d'autrui; (avoir du) respect pour la gravité d'une situation, pour la chose jugée. Ma mère, pleine de respect pour les occupations de mon père, vint demander, timidement, si elle pouvait faire servir (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 455).
P. iron. Honorine, malgré toute mon amitié pour vous, et malgré mon respect pour votre vin blanc, je ne peux rien vous dire (Pagnol,Fanny, 1932, i, 2etabl., 2, p. 69).
c) Fait de prendre en considération la dignité de la personne humaine. Le respect de soi-même. Le respect mutuel, né de l'échange entre individus se considérant comme égaux, suppose d'abord l'acceptation de valeurs communes, notamment celles de l'échange lui-même (Traité sociol., 1968, p. 252).
P. anal. Quand les hauts bonnets des grenadiers de la garde avec la large plaque à l'aigle apparurent, symé-triques, alignés, tranquilles, superbes, dans la brume de cette mêlée, l'ennemi sentit le respect de la France (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 407).
PHILOS. ,,Chez Kant, sentiment moral spécifique, distinct de la crainte, de l'inclination et des autres sentiments, qui ne provient pas comme eux de la sensibilité mais qui est un produit de la raison pratique et de la conscience de la nécessité qu'impose la loi morale`` (Morf. Philos. 1980).
d) Absol. Le respect est une barrière qui protège également le grand et le petit, chacun de son côté peut se regarder en face (Balzac,Lys, 1836, p. 103).
C. − Au plur., vieilli. Témoignage de considération, de déférence envers quelqu'un par la parole, par des actes. Martin Falleix rendit d'incroyables respects à madame Baudoyer, à laquelle il reconnut un esprit supérieur (Balzac,Employés, 1837, p. 61).Des respects l'entouraient. On murmurait son nom. Il se réfugia près d'une table, se laissant, avec courtoisie, saluer par des inconnus (Estaunié,Empreinte, 1896, p. 323).
[Dans une formule de politesse écrite ou orale] Mes respects, mon général. Seriez-vous assez bon pour présenter tous mes respects à MmeMichelet? (Flaub.,Corresp., 1863, p. 109).M. Duveyrier, − continua Mocquard, − a pu obtenir qu'une délégation de ces chefs vînt à Paris présenter ses respects à sa majesté (Benoit,Atlant., 1919, p. 21).
Vieilli, au sing. Un domestique vint annoncer que le neveu de M. Lhéry demandait à présenter son respect et son gibier à la marquise (Sand,Valentino, 1832, p. 80).
D. − Fait de considérer une chose comme juste ou bonne et ne pas y porter atteinte, ne pas l'enfreindre; fait d'y être fidèle. Anton. non-respect.Respect de la tradition, de la parole donnée, de la règle du jeu; respect de la propriété, des droits d'autrui, des libertés; respect des consignes, du code de la route; respect du texte, de la mélodie, de la partition. Le service des achats surveille attentivement l'exécution de la commande, en particulier, au point de vue du respect des délais de livraison (Villemer,Organ. industr., 1947, p. 97).Le gouvernement a préparé le présent projet de loi où il s'est efforcé de définir, dans le respect des principes fondamentaux de la République, les grandes lignes d'une politique nouvelle essentiellement fondée sur l'idée de coopération (Encyclop. éduc., 1960, p. 94).
En compos. Non-respect*.
Fait de se conformer à des règles, des prescriptions morales, sociales, religieuses. Le seul souci resté au cœur français, s'enrichir, et la non-confiance en un Dieu presque inconnu, avaient rayé de notre vie cette vivifiante, seule vivifiante chose, le respect du Dimanche (Verlaine, Œuvres posth., t. 2, Voy. Fr., 1896, p. 73).
E. − Respect humain. Crainte du jugement des hommes, attitude qui conduit à adopter des comportements conformistes dans la crainte de choquer, de déplaire, du qu'en-dira-t-on. Laforgue, Rosenthal et Bloyé perdirent ce qui leur restait de respect humain, ils s'y jetèrent aussi et se mirent à chanter (Nizan,Conspir., 1938, p. 43):
2. Ses courses solitaires dans les montagnes, dont la charité était le but et qui n'avaient jamais fait naître un soupçon, devinrent tout à coup le sujet des quolibets et des railleries. On parlait d'elle comme d'une femme qui avait perdu tout respect humain, et qui devait s'attirer justement d'inévitables et affreux malheurs. Musset,Confess. enf. s., 1836, p. 272.
F. − Tenir en respect. Tenir à distance, tenir sous le feu d'une arme. Les matelots de son embarcation étaient tenus en respect par le borgne et ses honnêtes amis (Sue,Atar-Gull, 1831, p. 9).Ainsi, je pouvais espérer que (...) la 2earmée pourrait s'installer sur le Grand-Couronné et la Meurthe de Nancy à Lunéville, en mesure de tenir en respect les forces ennemies qui l'avaient bousculée (Joffre,Mém., t. 1, 1931, p. 286).
Au fig. Éloigner, tenir à l'écart une chose, une personne, considérée comme un danger, une menace, une chose néfaste. « Chaque vie humaine est un chemin qui mène à Dieu ». Cette phrase, sauf erreur, est de Husserl. Bénis soient les hommes qui disent de telles choses, car elles aident à vivre et tiennent en respect le désespoir (Green,Journal, 1954, p. 327).En France, au contraire, la noblesse prétendit tout à la fois s'imposer au prince et tenir le tiers état en respect (Lefebvre,Révol. fr., 1963, p. 2).
Prononc. et Orth.: [ʀ εspε]. Voir Nyrop Phonét. 1951 § 109: es = [εs] ds respect, etc. Fér. 1768 ,,rèspè et, s'il est suivi d'une voyelle, rèspek``; Land. 1834, Gattel 1841, Besch. 1845 [-spεk]. Passy 1914 et dep. [-spε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1287 « fait de prendre en considération » a respect de (doc. Arch. Doubs ds Gdf. Compl.); ca 1590 (Montaigne, Essais, II, VIII, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 398: ayant respect et à l'interest universel de la cité et à celuy de vostre famille); 2. av. 1540 « vénération, déférence portées à quelqu'un » dame de respect « respectable, estimable » (Collerye, M. de Delà et M. de Deçà, p. 142 ds Hug.); 1559 (Amyot, trad. Plutarque, Vies, Nicias, XXVII, éd. G. Walter, t. 2, p. 29: celui à qui l'on a plus de respect); 1580 plur. (Montaigne, op. cit., I, XLII, p. 266: ces respects se doivent à la royauté, non à moy); 1636 sauf vostre respect « quod liceat dicere » (Monet, p. 760b); 3. 1651 respect humain (Corneille, Nicodème, IV, 2); 4. fin xviies. « attitude qui incline à ne pas porter atteinte à quelque chose » pour le respect de la loi de Dieu (Bourdaloue, Purif. de la Vierge, Myst., t. 2, p. 183 ds Littré). Empr. au lat.respectus (propr. « action de regarder en arrière ») « considération, égard » [respectu alicujus rei], de là le sens 1, d'où sont issus les sens 2 (en prov. dep. 1455 ds Pansier t. 3) et 4; v. aussi répit. Fréq. abs. littér.: 5 857. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 10 828, b) 8 764; xxes.: a) 7 463, b) 6 483. Bbg. Cornulier (B. de). La Notion de dérivation délocutive. R. Ling. rom. 1976, t. 40, p. 130. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 15.

Wiktionnaire

Nom commun

respect \ʁɛs.pɛ\ masculin

  1. Sentiment de considération, d’égard envers quelqu’un ou quelque chose, manifesté par une attitude déférente envers celui-ci ou celle-ci.
    • En France nous sommes traditionnels. Nous avons le respect, non des choses établies, mais de la forme originelle sous laquelle ces choses demeurent à travers les siècles. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Le respect de la personne humaine, la fidélité sexuelle et le dévouement pour les faibles constituent les éléments de moralité dont sont fiers tous les hommes d’un cœur élevé —c’est même très souvent à cela que l’on réduit la morale. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 340)
    • Puis il fallut écouter les compliments des paysans et leurs doléances enveloppées dans des protestations de respect. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Le général Sarrail commande la place de Verdun. Le 44e régiment de R.A.T. occupe la ville. Le général exige une discipline stricte, prescrit les marques extérieure de respect. — (Pierre Audibert, Les Comédies de la Guerre, 1928, p. 93)
  2. (Par extension) Souci de ne pas porter atteinte à cette personne ou à cette chose.
    • Je savais bien que ces protestations ne servaient à rien et que, dans ces circonstances, en appeler au respect de la légalité devant ces brutes était ridicule. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • L’équipe du journal Charlie-Hebdo, qui marquera beaucoup plus que Berthes ou Foucault la culture française, pratique au contraire joyeusement la désintégration syntaxique de la langue. Mais il est frappant de constater que leur manque de respect pour les règles de l’école communale n’entame pas la clarté du texte. Au contraire, l’équipe du Collège de France respecte formellement la langue pour mieux détruire le sens. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 130)
  3. (Figuré) Soumission.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Au pluriel) Hommage ; civilité.
    • Je vous devais mes respects et quelques avances de bonne amitié ; veuillez les accepter comme je vous les offre, de tout mon cœur. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
    • Quand j'allai lui présenter mes respects, je trouvai la porte ouverte et dépourvue du factionnaire de rigueur, et pour cause ; l'armée permanente de l'Islande se réduit à deux policemen, dont les gourdins suffisent à maintenir l'ordre le plus parfait sur toute l'étendue du territoire. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 48)
    • Avant de quitter Bruxelles, j'étais allée rendre mes respects aux Breughels du Musée d'Art Ancien. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 55)
    • Un jour il se présente au Colonel avant un départ en mission : « Mon Colonel, je venais vous prier déféremment d’accepter mes respects ». L'adverbe était si bien dans la note professionnelle que tous les assistants, dont le Colonel, ont éclaté de rire, sans que le type comprenne leur hilarité. — (Daniel Gallois, Inédits, Association des amis de Daniel Gallois, 1979, page 87)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESPECT. n. m.
Vénération, déférence qu'on a pour quelqu'un, pour quelque chose, en raison du caractère, de la qualité, de l'âge. Grand respect. Profond respect. Respect religieux. Très humble respect. Avec respect. J'ai du respect, beaucoup de respect pour vous. Avoir du respect pour les choses sacrées. Vous lui devez le respect. C'est un homme dont la dignité commande le respect. Il mérite bien le respect qu'on a pour lui. Inspirer du respect. Sa présence impose le respect. Porter respect à quelqu'un. Manquer de respect à quelqu'un. Garder le respect. Perdre le respect. Sortir des bornes du respect. Formules de respect. Le respect des lois, des mœurs. Le respect des choses saintes, pour les choses saintes. Le respect du lieu, de la personne. Sans respect du nom qu'il porte, il se rendit coupable de cette action. Sauf le respect que je vous dois ou simplement Sauf votre respect, sauf respect, avec le respect que je vous dois, Termes d'adoucissement dont on se sert, dans le style familier, quand on veut dire quelque chose qui pourrait choquer ceux devant qui on parle. Populairement, Parlant par respect. Par forme de compliment, Assurer quelqu'un de son respect, de ses respects, de ses très humbles respects. On dit de même : Rendre ses respects, présenter son respect, ses respects à quelqu'un. Je suis avec respect, avec un profond respect, etc., Formule par laquelle on termine ordinairement ses lettres à un supérieur, à une personne âgée, etc. Porte-respect. Voyez ce mot à son ordre alphabétique. Tenir quelqu'un en respect, Le contenir, lui imposer. C'est la crainte du châtiment qui le tient en respect. Cette citadelle tient l'ennemi en respect, tient la ville en respect. Respect humain, Crainte, qu'on a du jugement et des discours des hommes; mauvaise honte. Il a fait cela par respect humain. Le respect humain fait commettre beaucoup de fautes.

Littré (1872-1877)

RESPECT (rè-spè ; la prononciation varie ; " le c ni le t ne se prononce, dit Chifflet, Gramm. p. 208, prononcez comme effet. " C'est la meilleure prononciation ; cependant plusieurs prononcent rè-spèk ; en tout cas le t ne sonne jamais ; au plur. des rès-pè ; respects rime avec traits, succès, etc.) s. m.
  • 1Considération, motif (sens qui est le sens propre du latin respectus, mais qui a vieilli). D'où vient, pour son respect, que l'on te voit contraindre ? Régnier, Élég. II. Il me suffira de vous dire que plusieurs respects me rendent chère votre personne, Guez de Balzac, liv. VIII, lett. 6. Mon feu qui t'offensait est demeuré couvert ; Et, si cette beauté malgré moi l'a fait naître, J'ai su, pour ton respect, l'empêcher de paraître, Corneille, la Veuve, III, 1. Et l'intérêt d'un frère est un respect trop fort, Pour n'oser voir en vous que l'auteur de sa mort, Th. Corneille, Les illustres ennemis, IV, 2.

    Égard, relation, rapport. Cette proposition est fausse sous divers respects. L'idée au respect de laquelle être objectivement ne signifie autre chose que…, Descartes, Rép. aux premières object. 3.

    On entend encore quelquefois des vieillards de la campagne dire : au respect de, au lieu de : à l'égard de.

  • 2Déférence que l'on a pour quelqu'un ou pour quelque chose, au sens actif, c'est-à-dire exprimant le respect ressenti par. Portez-lui [à votre frère] ce respect de croire que, quoi que la fortune vous ôte, vous aurez toujours assez, tant qu'elle vous le conservera, Malherbe, Lett. I, 7. Timide en son respect, semblait sainte Nitouche, Régnier, Sat. XII. Surtout, je vous prie, qu'une fausse prudence ne vous retienne point dans de certains respects, Guez de Balzac, liv. III, lett. 11. Pardonnez-moi, madame, Si je sors du respect pour blâmer cette flamme, Corneille, Cid, I, 3. Portez plus de respect à de tels alliés, Corneille, Nicom. II, 3. Par de profonds respects, par d'humbles sacrifices, Corneille, Sertor, II, 4. Je n'ai jamais vu une personne qui ait conservé dans le vice si peu de respect pour la vertu, Retz, Mém. t. I, liv. II, p. 302, dans POUGENS. Manquer de respect pour les vérités révélées, Pascal, Prov. X. Le respect est : incommodez-vous ; cela est vain en apparence, mais très juste ; car c'est dire : je m'incommoderais bien, si vous en aviez besoin, puisque je le fais bien sans que cela vous serve, Pascal, Pens. V, 11, éd. HAVET. Aux grandeurs d'établissement, nous leur devons des respects d'établissement, c'est-à-dire certaines cérémonies extérieures… mais pour les respects naturels, qui consistent dans l'estime, nous ne les devons qu'aux grandeurs naturelles, Pascal, Condition des grands, II. Il reçut tous les respects qu'on lui voulut rendre, Pascal, ib. I. Il était là ce héros [Condé, à l'oraison funèbre de Mme de Longueville]… et beaucoup de monde, mais pas encore assez ; il me semble qu'on devait rendre ce respect à M. le Prince sur une mort dont il avait encore les larmes aux yeux, Sévigné, 12 avr. 1680. Duval ayant dit quelque chose qui manquait de respect à la princesse [de Condé], Sévigné, 23 janv. 1671. Jamais homme ne craignit moins que la familiarité blessât le respect, Bossuet, Louis de Bourbon. Quel respect n'avait-elle pas pour le vicaire de Jésus-Christ et pour tout l'ordre ecclésiastique ! Bossuet, Mar.-Thér. Marie-Thérèse, heureuse par le mérite et par les respects de ses enfants, et par la vénération de tous les peuples, Bossuet, ib. T'ai-je tracé la vieille à morgue dominante, Qui veut, vingt ans encore après le sacrement, Exiger d'un mari les respects d'un amant ? Boileau, Sat. X. Le prélat voit la soupe, et, plein d'un saint respect, Demeure quelque temps muet à cet aspect, Boileau, Lutr. I. Que pour les dieux Énée ait un respect austère, Boileau, Art p. III. J'ai tantôt, sans respect, affligé sa misère, Racine, Iphig. III, 4. Joas : Mon père, en quel état vous vois-je devant moi ! - Joad prosterné : Je vous rends le respect que je dois à mon roi, Racine, Ath. IV, 2. Mon fils, avec respect posez sur cette table De notre sainte loi le livre redoutable, Racine, ib. IV, 1. Soumis avec respect à sa volonté sainte, Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte, Racine, ib. I, 1. Je fuis de leurs respects l'inutile longueur, Racine, Bér. I, 4. Rien ne servit mieux Rome que le respect qu'elle imprima à la terre, Montesquieu, Rom. 6. J'ai toujours pensé que leur respect [des Chinois] pour leurs ancêtres, qui est chez eux une espèce de religion, était une paralysie qui les empêchait de marcher dans la carrière des sciences, Voltaire, Lett. chin. V. Cette saine philosophie qui a fait tant de progrès depuis quarante ans, philosophie sublime et circonspecte, qui apprend à ne donner que des respects extérieurs à toute espèce de grandeurs et de puissances, et à réserver les respects véritables pour les talents et pour les services, Voltaire, Russie, II, 3. Un respect aveugle serait superstition ; la vraie religion suppose au contraire un respect éclairé, Buffon, Époq. nat. Œuv. t. XII, p. 42. Le respect n'est autre chose que l'aveu de la supériorité de quelqu'un, Duclos, Consid. mœurs, 14. Ainsi, prêtant sa force au saint nœud qui nous lie, Le respect pour les morts gouverne encor la vie, Delille, Imag. VII. Le respect d'étiquette, le seul qu'on doive à la naissance, Genlis, Ad. et Th. t. I, p. 196, dans POUGENS.

    Au sens passif, c'est-à-dire exprimant le respect ressenti pour. Le respect de l'enfance. Le respect des magistrats. Tant que Galba vivra, le respect de son âge Du moins apparemment soutiendra son suffrage, Corneille, Othon, III, 5. Nous n'aurions rien à répliquer, et, pour le seul respect de la loi [de Dieu], nous devrions être disposés à tout, Bourdaloue, Purif. de la Vierge, Myst. t. II, p. 183. Combien de fois la vîtes-vous… inspirer des sentiments de religion aux âmes les plus déréglées, et les retenir dans le silence et dans le devoir, moins par le respect de sa dignité que par l'exemple de sa modestie ! Fléchier, Mar.-Thér. Pour imprimer aux peuples le respect de celui qui doit soutenir les lois, Fénelon, Tél. V. La seconde chose qui favorise beaucoup les erreurs, est le respect de l'antiquité ; nos pères l'ont cru ; prétendrions-nous être plus sages qu'eux ? Fontenelle, Sur l'hist. Œuv. t. IX, p. 372, dans POUGENS. J'ai fait céder mon zèle au respect des convenances, Lamotte, dans DESFONTAINES.

    Garder plus de respect à quelque chose, le respecter davantage. Gardons plus de respect aux droits de la nature, Corneille, Rod. II, 4.

    Perdre le respect, ne pas observer le respect que l'on doit. Dites si je n'ai pas perdu la raison avec le respect que je vous dois, Guez de Balzac, liv. II, lett. 1. Vous dites donc que M de Grignan m'embrasse : vous perdez le respect, mon pauvre Grignan, Sévigné, 58.

    Familièrement. Perdre le respect à quelqu'un, manquer de respect à quelqu'un.

    Se faire porter respect, de faire craindre. C'est un homme qui se fait porter respect.

  • 3Parlant par respect, sauf le respect que je vous dois, ou, simplement, sauf le respect, sauf votre respect, avec le respect que je vous dois, se dit quand on veut s'excuser de quelque parole qui pourrait choquer, ou paraître trop libre. Madame, un homme en linge sale, crotté jusqu'à l'échine, et qui, sauf votre respect, a tout l'air d'un poëte, demande à vous parler, Lesage, Gil Blas, III, 11. Et vous, sauf votre respect, vous êtes le mortel le plus flegmatique, Goldoni, Bourru bienfais. III, 2. Je ne pouvais, sauf respect, faire mon grand tour sans l'assistance de ces deux messieurs [gendarmes], Courier, Lett. II, 76.
  • 4De respect, avec un substantif qui précède, qu'il faut respecter. Nous savons bien nous contraindre devant les personnes de respect, Bossuet, 1er serm. jeudi de la sem. de la Pass. 1.

    Lieu de respect, lieu où l'on doit se comporter respectueusement (locution vieillie). Les églises sont des lieux de respect.

  • 5Assurer quelqu'un de son respect, de ses respects, etc. formules de compliment. L'occasion se présente de vous renouveler mes respects, Bossuet, Lett. 1. Je ne puis écrire à Châlons sans assurer Mme la duchesse de Noailles de mes très humbles respects, Maintenon, Lettre au cardin. de Noailles, 1694. Je fais mille salutations et respects à tous les habitants et habitantes de Moulezy, Rousseau, Lett. à Dupeyrou, septembre 1764.

    Rendre, présenter son respect, ses respects à quelqu'un, lui rendre visite pour l'assurer de son respect. J'ai eu l'honneur de lui rendre mes très humbles respects, Bossuet, Lett. 156. Bajazet étonné, rendit grâce à ses soins [de Roxane], Lui rendit des respects, Racine, Bajaz. I, 4.

    Je suis avec respect, avec un profond respect, etc. formule par laquelle on termine ordinairement ses lettres à un supérieur.

  • 6Sans respect, sans avoir égard à. Quoi ! l'on m'accusera sans respect de mon rang…, Du Ryer, Scévole, IV, 4. Le nouveau gouverneur [Annibal] entreprit ouvertement de dompter l'Espagne sans aucun respect des traités, Bossuet, Hist. I, 8. Et change, sans respect de l'oreille et du son, Lycidas en Pierrot, et Philis en Toinon, Boileau, Art p. II.
  • 7Tenir en respect, dans le respect, contenir, imposer. Il est vraisemblable que le roi fera aussi assembler quelques troupes des garnisons voisines, pour tenir les leurs en respect, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 317. Ses archers, qui, faisant briller à mes yeux la pointe de leurs hallebardes, me tinrent en respect jusqu'à son retour, Lesage, Guzm. d'Alf. VI, 2. Ces forces particulières tiennent en respect les générales, Montesquieu, Esp. X, 16. Le saint géomètre [un protestant illuminé] choisit l'Église cathédrale de Saint-Paul [à Londres] pour faire sa démonstration [qu'il ressusciterait un mort]… des soldats furent placés pour contenir les vivants et les morts dans le respect, Voltaire, Dict. phil. Fanatisme, V. Élisabeth envoya une armée pour punir ces brigands, et tenir l'Écosse en respect, Voltaire, Mœurs, 169.
  • 8Respect humain, crainte qu'on a du jugement et des discours des hommes, mauvaise honte. Le respect humain est l'obstacle le plus fatal à la conversion de l'homme mondain, Bourdaloue, Resp. hum. 2e avent, p. 391. Qu'est-ce que ce respect humain qui nous arrête ? timidité et pusillanimité, Bourdaloue, ib. p. 383. Le respect humain qui fait que nous servons Dieu pour mériter l'estime des hommes, est bien plus rare que celui qui nous empêche de le servir de peur de la perdre, Massillon, Carême, Resp. hum. Il change l'amour en dédain, Donne au mépris un air affable, Fait quitter Adonis pour écouter Vulcain ; Il mène au bal celui que la foi tyrannise ; Celui qui ne croit point, il le mène à l'église ; Ce monstre est le respect humain, Desmahis, Poés. p. 98, dans POUGENS.

    On dit de même : le respect du monde. Quand un aussi vain respect que celui du monde me fait oublier tous les droits et tous les intérêts du Dieu que j'adore, Bourdaloue, Serm. sur la flagell. de J. C. 1.

  • 9Se disait de petits tabourets que les gens d'une naissance inférieure prenaient chez les grands.

REMARQUE

Cette phrase : Perdre le respect à quelqu'un ; ceux qui la condamnent veulent que l'on dise manquer au lieu de perdre, Vaugelas, Rem. t. II, p. 855, dans POUGENS. Perdre le respect à quelqu'un : cette phrase, qui était si fort de la cour autrefois, et dont le duc de Guise use souvent dans ses Mémoires, a beaucoup perdu de sa faveur ; je ne sache pas de bon auteur qui l'emploie, Bouhours, Rem. p. 598. Cette locution, dit l'Académie, est peu usitée aujourd'hui.

HISTORIQUE

XIVe s. Un droit que on dit le respect de S. Firmin, qui est tel que chascun bourgeois et bourgeoise de ladite ville [Amiens] nous doit chascun an trois deniers parisis, où que il demeure, Du Cange, respectus.

XVIe s. Je suis le plus ancien voirement, mais tu es le plus venerable, et celuy à qui l'on a plus de respect, Amyot, Nicias, 27. Ariston tenoit qu'en substance il n'y avoit qu'une seule vertu, laquelle il appeloit santé, mais selon divers respects il y en avoit plusieurs differentes l'une de l'autre, Amyot, De la vertu mor. II. Nous, qui debvrions avoir respect d'en envoyer les ames [des condamnés] en bon estat, Montaigne, II, 128. Il ordonna que, sans respect de la noblesse, on choisist celuy qui auroit le plus de mérite ; mais où la valeur seroit pareille, qu'alors on eust respect à la noblesse, Montaigne, III, 320. Il le voulut renvoyer d'abord par douces semonces, et puis par menaces ; mais le compagnon rompit le respect en disant, pour ne point obeir, qu'il estoit de faction, D'Aubigné, Vie, X. Le sceau du respect nous ferme la bouche, D'Aubigné, Hist. préf. 7. Il avoit plusieurs capitaines catholiques qui, haïssant le parti, n'y estoient qu'à son respect, D'Aubigné, ib. II, 284. Comme les deux perdoient le respect de la presence du roi et de son cousin, on se jeta entre deux, D'Aubigné, ib. En la cure des luxations faut observer cinq intentions ou respects, Paré, XIV, 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RESPECT, s. m. (Société civile.) le respect est l’aveu de la supériorité de quelqu’un : si la supériorité du rang suivoit toujours celle du mérite, ou qu’on n’eût pas prescrit des marques extérieures de respect, son objet seroit personnel, comme celui de l’estime, & il a dû l’être originairement de quelque nature qu’ait été le mérite de mode.

Il y a depuis long-tems deux sortes de respect, celui qu’on doit au mérite, & celui qu’on rend aux places, à la naissance ; cette derniere espece de respect, n’est plus qu’une formule de paroles ou de gestes, à laquelle les gens raisonnables se soumettent, & dont on ne cherche à s’affranchir que par sotise, ou par orgueil puéril ? Mais en même tems, rien de si triste qu’un grand seigneur sans vertus, accablé d’honneurs & de respects, à qui l’on fait sentir à tous momens, qu’on ne les rend, qu’on ne les doit qu’à sa naissance, à sa dignité, & qu’on ne doit rien à sa personne. Heureusement, dit Madame de Lambert, l’amour-propre qui est le plus grand des flatteurs, sait souvent lui cacher son insuffisance. Duclos.

Les lettres de Caton me fourniroient sur cette matiere d’autres réflexions bien plus fortes ; mais j’aime mieux les supprimer, que de blesser les préjugés reçus, & qu’il importe peut-être de laisser subsister. (D. J.)

Respect ou Répit, (Commerce.) terme de commerce de mer usité dans le levant. Voyez Répit.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « respect »

Bourg. respai ; wallon, à respè, à cause ; provenç. respieg, respiech, respieit, respeit ; catal. respecte ; espagn. respecto ; portug. respeito ; ital. rispetto ; du lat. respectus, qui signifie action de regarder derrière soi, d'où égard, motif, de re, et specere, regarder (voy. SPECTRE). Respect et répit sont deux formes d'un même mot.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin respectus (« regard en arrière ; égard ; refuge »), dérivé de respicere (« regarder en arrière, derrière soi »). Ce dernier est formé sur le radical de specere (« regarder ») avec le préfixe re- exprimant le retour en arrière, la répétition. Voir aussi l’équivalent populaire répit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « respect »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
respect rɛspɛ

Citations contenant le mot « respect »

  • L'âme aristocratique a le respect de soi. Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir Die fröhliche Wissenschaft
  • Le respect ne vaut pas la soumission. De Zhang Xianliang / Mimosa
  • On impose, à distance, plus de respect. De Tacite
  • Le plus grand respect est dû à l'enfant. Juvénal en latin Decimus Junius Juvenalis, Satires, XIV, 47
  • On respecte un homme qui se respecte lui-même. Honoré de Balzac, Sœur Catherine de Médicis
  • Toute possession dépossède : on perd le respect. De Jean Rostand / Inquiétude d'un biologiste
  • Il est plus désirable de cultiver le respect du bien que le respect de la loi. De Henry David Thoreau / La désobéissance civile
  • Le respect est le lien de l'amitié. De Proverbe oriental
  • Le véritable respect connaît le courage du risque. De Thérèse Tardif / Désespoir de vieille fille
  • Egoïste. Dénué de respect pour l'égoïsme des autres. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • On ne peut bien se moquer que dans le respect. De Nasser Djemaï / Evene.fr - Décembre 2007
  • La liberté c’est le respect des droits de chacun ; l’ordre c’est le respect des droits de tous. De Marbeau
  • Une forme inférieure du respect, la peur. C'est tout le respect qu'on peut inspirer à la bête. De Pierre Baillargeon / Les Médisances de Claude Perrin
  • L'âme est conscience et respect avant tout, conscience de l'être, respect de l'être, avec ses composants : compassion, liberté, vérité. De Andrée Maillet / Le bois-pourri
  • Respect, c’est l’hymne d’une femme, un cri de bataille, un mantra. Mais tout le monde veut le respect, tout le monde a besoin de respect. Les plus jeunes comme les plus âgés, les hommes, les femmes, nous voulons tous le respect et nous voulons tous être valorisés. De Aretha Franklin / Time, interview de 2008
  • Une race sans autorité ni pouvoir est une race sans respect. De Marcus Garvey / Philosophie et opinions
  • Le secret de l'éducation réside dans le respect de l'élève. De Ralph Waldo Emerson
  • La tournée se termine place Stanislas, où Maurizio, restaurateur, a bien du mal à faire respecter le port du masque à ses salariés. "Je travaille à côté du four, qui fait 400 degrés, ce n'est pas un métier où on peut appliquer ces règles facilement, avoue-t-il. C'est la même chose pour mes serveurs, sous une chaleur pareille c'est difficile." France Bleu, Coronavirus : à Nancy, la police contrôle le respect des gestes barrières sur les terrasses
  • Le préfet des Alpes-Maritimes et le maire de Cannes se renvoient la responsabilité des contrôles à effectuer dans les bars et restaurants pour faire respecter les mesures sanitaires liées au coronavirus. David Lisnard préconise des opérations de contrôles mixtes dans ces établissements. France Bleu, Qui contrôle le respect des règles sanitaires dans les bars et restaurants de la Côte d'Azur ?
  • Les jeunes adultes sont dans le viseur du ministère de la Santé. Ils sont les plus positifs au coronavirus. Pas facile pour eux de faire la fête tout en gardant les gestes barrières. Dans les établissements de nuit de La Couarde-sur-Mer, le respect des distanciations sociales est compliqué. France Bleu, Ile de Ré : le difficile respect des gestes barrières dans les établissements de nuit
  • Mercredi, en matinée, tous étaient, dans un premier temps, conviés à une réunion à l'invitation de la municipalité. Les trois adjoints au maire présents, Valentine Wolber (commerces, dynamisation du centre-ville), Dolorès Orlay-Moureau (hygiène et prévention des risques sanitaires) et Gérard Schieven (sécurité) ont insisté sur le respect du port du masque. Les commerçants, eux, ont fait part aux élus de leur souhait de voir la police municipale faire de la prévention plus que de la répression pour la première soirée d'application de cette nouvelle mesure. midilibre.fr, Nîmes : port du masque et respect des règles, des bars dans le viseur de la préfecture - midilibre.fr
  • Cela promet d’être l’une des futures batailles entre les institutions européennes : le Parlement de Strasbourg, invité à voter rapidement le projet de budget européen 2021-2027, formule plusieurs griefs mais c’est le lien formel qu’il entend établir entre le respect de l’Etat de droit et l’accès aux fonds européens qui va focaliser le débat. Le Monde.fr, Confusion sur le conditionnement des financements européens au respect de l’Etat de droit
  • Pour non-respect du protocole sanitaire, les autorités locales ont suspendu, après le premier quart d’heure de jeu, le match de Botola 2 opposant le Kénitra au Widad local, sur la pelouse du stade de Témara. Bladi.net, Un match de football arrêté en direct pour non-respect du protocole sanitaire (vidéo)
  • Cette fermeture a été validée par Frédéric Nimal (Défi), bourgmestre faisant fonction. « Depuis le début des mesures, la plupart des commerces sur Schaerbeek respectent les mesures et les font appliquer », a-t-il souligné. « Il s’agit ici d’un cas isolé. Le magasin a été fermé pour la journée et a pu rouvrir ce vendredi matin. » Le Soir, Le magasin Action de Schaerbeek temporairement fermé jeudi pour non-respect des mesures anti-Covid, sera régulièrement contrôlé - Le Soir
  • Les visites guidées ont repris dans le respect des mesures de sécurité sanitaire suivantes : Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, TCO : Centre de tri : reprise des visites guidées dans le respect des mesures de sécurité sanitaire | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos

Images d'illustration du mot « respect »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « respect »

Langue Traduction
Anglais respect
Espagnol el respeto
Italien rispetto
Allemand respekt
Chinois 尊重
Arabe احترام
Portugais respeito
Russe уважать
Japonais 尊敬
Basque errespetatu
Corse rispettu
Source : Google Translate API

Synonymes de « respect »

Source : synonymes de respect sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « respect »

Partager