Réserve : définition de réserve


Réserve : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉSERVE, subst. fém.

A. −
1. DR. Clause restrictive ajoutée à un acte pour se soustraire à une éventuelle obligation. Émettre, faire des réserves. Dans ce contrat, il a fait plusieurs réserves (Ac.).Le créancier qui a déchargé le débiteur par qui a été faite la délégation, n'a point de recours contre ce débiteur, si le délégué devient insolvable, à moins que l'acte n'en contienne une réserve expresse (Code civil, 1804, art. 1276, p. 230).La Convention eut beau voter une réserve et dire qu'elle ne préjugeait pas si elle jugeait Louis XIV ou si elle prononçait une mesure de sûreté (Camus,Homme rév., 1951, p. 152).
Réserves du droit des tiers. ,,Disposition expresse ou tacite d'une permission (...) selon laquelle le bénéficiaire de la permission (...) ne pourra utiliser celle-ci qu'à ses risques et périls`` (Cap. 1936).
DR. INTERNAT. Réserve (de ratification, à la signature). ,,Clauses restrictives apportées par un état au moment de la signature ou de la ratification d'un traité`` (Cap. 1936). Les réserves sont uniquement possibles lors de la négociation de la signature ou de la ratification d'une convention à caractère unilatéral (Sand.-BéaPol.1976).
Locutions
a) Loc. verb. Faire ses réserves. Se prémunir contre l'interprétation possible d'un texte. (Dict. xixeet xxes.).
b) Loc. prép. et conj.
Sous toutes réserves. ,,Formule placée fréquemment à la fin des actes de procédure pour la garantie de clauses, de conditions dont la stipulation n'est point formellement portée dans ses actes`` (Ac. 1878, 1935). P. ext. Sans aucune garantie. Nous nous méfions toujours de la fausse nouvelle, qui est une plaie du journalisme et qu'il est souvent impossible de contrôler au moment où elle arrive. Mais il y a heureusement la formule « sous toutes réserves » (L. Daudet,Brév. journ., 1936, p. 214).Au sing. Sous (toute) réserve. Sous condition. Donner son accord sous réserve. Je n'avais pas attendu les études semi-scientifiques de première année pour m'aviser qu'on ne peut croire sans preuves (...) et qu'il faut renoncer à la notion de vérité stable, parce que nous ne devons tenir rien pour vrai que sous toute réserve et jusqu'à preuve du contraire (Martin du G.,Thib., Mort père, 1929, p. 1386).
Sous réserve de + subst. À l'exception de. Sous réserve d'erreur. Sous réserve de l'article X du présent règlement, le vote a lieu par appel nominal, si un membre du Conseil le demande (Cons. S.D.N., 1938, p. 108).
Sous réserve que + subj., sous (la) réserve (+ adj.) que + ind. fut. À la condition que. Si le nouveau venu possède des ressources suffisantes, on lui remet un lot pour un bail à long terme, sous la réserve expresse que lui et sa famille seront seuls à l'exploiter (Tharaud,An prochain, 1924, p. 157).[Le recteur] prononce donc l'avertissement et le blâme, sous réserve que les intéressés aient au préalable pris connaissance de leur dossier (Encyclop. éduc., 1960, p. 330).
2. P. ext.
a) Restriction, limitation à l'approbation ou à l'adhésion que l'on apporte à quelque chose. Faire, introduire des réserves; apporter une réserve à qqc. J'apporte à Gide mon témoignage avant son départ (...) et si j'ai des réserves à faire (...) je les ferai lui présent (Du Bos,Journal, 1925, p. 358).Tout en procédant au sous-répartement, l'assemblée peut, pour l'avenir, exprimer son opinion, produire ses observations, faire des réserves (Bacquias,Cons. gén. et cons. arrondiss., 1934, p. 99).
Vieilli. À la réserve de + subst.À l'exception de. Le conseil du roi proposa que les troupes fussent congédiées de part et d'autre, à la réserve de cinq cents hommes que garderait chaque prince (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 390).
Loc. adv. Sans réserve. Sans aucune restriction, sans aucune condition. Admiration, amitié, dévouement sans réserve. La dot de la femme appartenait sans réserve au mari, qui exerçait sur les biens dotaux non-seulement les droits d'un administrateur, mais ceux d'un propriétaire (Fustel de Coul.,Cité antique, 1864, p. 109).
b) Doute, restriction sur le caractère ou la probité de quelqu'un. Émettre des réserves sur le compte de qqn, sur son honnêteté. [Ma mère] se faisait un scrupule (...) de risquer, en faisant quelques réserves sur la jeune fille avec laquelle je lui avais dit que j'allais me fiancer, d'assombrir ma vie (Proust,Prisonn., 1922, p. 13).
3. Action de mettre quelque chose à part pour quelqu'un:
1. Les habitans de chaque district de ce comté construisirent ensuite, à frais communs, plusieurs petites maisons sur le bord des ruisseaux, dans le voisinage desquels on trouvoit assez de terres d'alluvion pour en faire un champ, qu'ils défrichèrent et entourèrent de palissades. Dans la suite, ces droits de réserve se sont étendus à un très-grand nombre de familles... Crèvecœur,Voyage, t. 2, 1801, p. 260.
DROIT
Réserve (héréditaire, légale). Partie d'un héritage mis de droit à part pour certains héritiers. Le legs qui en sera l'objet, ne sera réduit qu'autant que la valeur des autres ne remplirait pas la réserve légale (Code civil, 1804, art. 927, p. 168).
Réserves coutumières. ,,Biens déclarés indisponibles par les coutumes et réservés aux héritiers`` (Marion Instit. 1923).
HIST. MÉDIÉV. ,,Portion de la seigneurie féodale qui n'était pas lotie en tenures, mais cultivée directement par le seigneur ou son fermier`` (Fédou Moy. Âge 1980).
B. −
1. Quantité mise de côté en vue d'un usage ultérieur au moment nécessaire. Synon. provision, stock.Réserve accumulée, considérable, disponible, importante, inépuisable, intacte, suffisante; disposer d'une réserve; épuiser une réserve; vin de la réserve du patron; réserve de carburant, d'eau potable; réserve de bois, de papier; faire des réserves de sucre. Peut-on se fier aux spéculateurs du soin de faire des réserves? (Say,Écon. pol., 1832, p. 208).Jamais une visite, un repas plus prolongé entre amis dans la cuisine si fraîche en été, avec sa table de chêne ciré, ses réserves de pâtés et de miel sur l'étagère (Chardonne,Attach., 1943, p. 184).
En réserve, de réserve.Avoir, garder, mettre, tenir qqc. en réserve; avec qqc. de réserve. Mis de côté en quantité suffisante en vue d'un usage ultérieur. Il sera mis à cet effet une somme de 30 millions à la disposition du ministre de la guerre, à prendre sur les 498 millions d'assignats qui sont en réserve dans la caisse à trois clefs (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 169).
Au fig. Si je n'avais pas une solution en réserve, je ne serais pas un vrai homme d'État (Aymé,Travelingue, 1941, p. 259).
P. méton. Local où l'on entrepose des marchandises. Synon. dépôt, entrepôt.Ne pourrait-on pas jeter un coup d'œil dans la réserve? Ah, dans la réserve, oui, bien sûr, mais il faudrait du temps et la marchande est seule (Sartre,Mots, 1964, p. 202).
Spécialement
a) BIOL. Réserves (nutritives, alimentaires). Substances accumulées dans les tissus par un organisme animal ou végétal pour assurer sa nutrition en cas de nécessité. Cette période de vie latente ne peut cependant pas être prolongée sans précautions spéciales au-delà d'une certaine durée variable d'ailleurs avec la nature des graines, la composition de leurs réserves nutritives et leur teneur en eau (Cochet,Bois, 1963, p. 19).Réserve alcaline. ,,Ensemble des constituants du sang qui peuvent neutraliser les acides`` (Man.-Man. Méd. 1980).
b) MINÉR., le plus souvent au plur. Provision non exploitée d'une substance minérale. Réserves mondiales de pétrole; réserves énergétiques, probables, prouvées, non développées, estimées, hypothétiques. La France est précisément très riche en sels naturels de potasse. Évaluées en potasse pure contenue dans le minerai, ses réserves s'élèvent à 240 millions de tonnes (Industr. fr. engrais chim., 1956, p. 4).
c) ÉCON., FIN. Détention d'une somme disponible permettant de parer à une conjoncture financière défavorable. Réserve (d'argent). Le niveau de nos réserves en devises est alarmant (Reynaud, 1953ds Doc. hist. contemp., p. 192).Fonds de réserve. Partie du bénéfice non distribuée qui reste à la disposition d'une entreprise sans être intégrée au capital. Il sera prélevé avant toute répartition 5 % qui resteront en caisse pour subvenir aux besoins imprévus de la société; ces fonds de réserve seront retirés par les associés à la fin de la société (Coopérative ouvrière,1850,ds Doc. hist. contemp., p. 200).Réserve légale. ,,Fonds de réserve que toute société par action doit constituer à l'aide d'un prélèvement d'au moins 5 % sur les bénéfices nets jusqu'à ce qu'il atteigne le dixième du capital social`` (Cap. 1936). Réserves latentes. ,,Plus-values potentielles ne figurant pas au bilan comptable`` (Bern.-Colli 1981). Réserves (monétaires). ,,Ensemble des avoirs détenus à un moment donné par les agents du pays (...) sous forme d'or et de devises`` (Combe 1971). Réserves (obligatoires). ,,Dépôt que les banques doivent effectuer auprès de la banque de France sur la base d'un certain pourcentage des dépôts reçus ou des crédits accordés par elle`` (Combe 1971). Réserves occultes. ,,Réserves latentes procédant d'une volonté de dissimulation`` (Bern.-Colli 1981). Réserves (de change). ,,Moyen de règlement dont les autorités monétaires d'un pays peuvent disposer pour solder les déficits de leurs balances des paiements envers l'étranger`` (Bern.-Colli Extr. 1976). ASSUR. Réserve mathématique. Valeur de rachat d'un contrat d'assurance-vie en cas de remboursement anticipé. Dans les bilans des compagnies d'assurance sur la vie, le poste des réserves mathématiques représente les actifs correspondant aux engagements envers les assurés (Baudhuin1968).
d) LITURG. CATH. La Sainte Réserve. Hosties consacrées, gardées pour la communion des malades et l'exposition du saint sacrement. Bremond, venu faire son action de grâces, s'approcha de moi et me dit: « J'ai été désolé: nous ne gardons pas ici la Sainte Réserve » (Du Bos,Journal, 1928, p. 95).
e) DÉFENSE
α) Ensemble des forces qui ne sont pas engagées immédiatement et sont laissées disponibles en vue d'une intervention opportune et décisive. Réserves alliées, allemandes, britanniques; acheminer les réserves; jeter ses réserves dans la bataille. Dans la bataille-manœuvre, la réserve, c'est la massue préparée, organisée, réservée, soigneusement entretenue pour exécuter le seul acte de la bataille dont on attende un résultat, l'attaque décisive (Foch,Princ. guerre, 1911, p. 282).
En réserve, de réserve. Non engagé et laissé disponible. Corps, division de réserve; placer, rester en réserve. La Garde Nationale licenciée, l'armée de réserve à Versailles, sous les ordres de M. le Duc de Raguse (Claudel,Otage, 1911, iii, 3, p. 288).Deux de ces bataillons ont été maintenus en réserve à Altstadt sur l'ordre formel du prince royal (Foch,Princ. guerre, 1911, p. 211).
MAR. [À propos d'un bâtiment ou d'une flotte] De réserve. En partie désarmé et à effectif incomplet. La position de réserve est celle des bâtiments ne naviguant pas mais entretenus par un noyau d'équipage et susceptibles d'être réarmés en cas de besoin (Le Clère1960).
β) La réserve. Fraction des forces armées d'un pays qui n'est pas maintenue dans l'armée active mais peut y être rappelée soit en cas de conflit, soit pour effectuer une période. Être versé dans la réserve; sous-officier, lieutenant de réserve; élève officier de réserve (E.O.R.). Les militaires de la disponibilité et des réserves rappelés à la mobilisation, et les engagés pour la durée de la guerre en vertu des articles 64 et 65 de la présente loi n'ont pas droit à la haute paye (J.O.,Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3821).L'officier de réserve admis à l'honorariat conserve l'appellation de son grade jusqu'à sa mort (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p. 76).
Première réserve. Fraction des réservistes comprise entre la fin de la disponibilité et 38 ans. Les hommes du service armé appartenant à la première réserve peuvent aussi recevoir une affectation spéciale (J.O.,Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3818).
Deuxième réserve. Fraction des réservistes comprise entre 38 et 48 ans. Tout homme des réserves père de trois enfants vivants est classé, dès la naissance de son troisième enfant, dans la plus jeune classe de la deuxième réserve (J.O.,Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3819).
Réserve active. ,,Position des cadres de la réserve liés à l'armée par un contrat qui les oblige, en temps de paix, à accomplir certains services militaires`` (Lar. Lang. fr.).
Cadre de réserve. ,,On appelle cadre de réserve par opposition au cadre d'activité, un cadre sur lequel sont portés les intendants militaires et les généraux de brigade à 62 ans, les généraux de division et les contre-amiraux à 65, les vice-amiraux à 68`` (Bach.-Dez. 1882).
Unité de réserve. ,,Formation mobilisée ne comprenant qu'une faible proportion d'éléments de l'armée active`` (Lar. Lang. fr.). Pour la première fois, le renseignement nous parvenait que les corps d'armée de la IIearmée allemande étaient probablement suivis de formations de réserve portant les mêmes numéros que les corps actifs: premier indice de la présence d'unités de réserve employées dans les opérations actives (Joffre,Mém., t. 1, 1931, p. 306).
2. Au fig. Ce que l'on garde au fond de soi en surplus. Réserve de bonne humeur, de courage, de force, de fraîcheur, de rancune. Je ne possédais plus de réserve de belle humeur (Arnoux,Chiffre, 1926, p. 103):
2. ... ses lèvres un peu renflées découvraient des dents brillantes, dont la santé annonçait, chez cette créature encore fragile, une réserve intacte des forces physiques, et le futur épanouissement de la femme dans le mariage et le bonheur. Bourget,Sens mort, 1915, p. 22.
MUSÉOGR. Dépôt des œuvres d'art non exposées. Synon. magasin.P. méton., les collections ainsi conservées. Les réserves du Louvre.
SPORTS. Énergie mise de côté en vue d'un effort plus soutenu à fournir. De plus, on enseigne à l'élève à n'utiliser que le minimum de force nécessaire pour le but recherché de façon à garder une réserve de puissance pour parer à une attaque soudaine (Jeux et sports, 1967, p. 1453).
C. − Spéc. Ce qui est mis de côté par mesure de sauvegarde ou de protection.
1. SC. DE LA TERRE
a) ÉCOL. ,,Territoire où des mesures de protection spéciales sont appliquées en vue de la conservation d'espèces ou de milieux naturels présentant un intérêt exceptionnel sur le plan biologique ou esthétique`` (Envir. 1972). Réserve naturelle; réserve nationale de Camargue; réserve biologique, botanique, ornithologique, zoologique; réserve de faune, de flore. Si la forêt fournit à l'habitant son bois et son sol, elle abrite aussi un troupeau d'animaux sauvages qu'il est interdit de chasser dans les forêts classées. Dans les autres territoires (...) des zones spéciales comme les réserves naturelles et parcs nationaux sont interdites aux chasseurs (Forêt fr., 1955, p. 41).
b) EXPLOITATIONS FORESTIÈRES. Partie d'une forêt qu'on laisse en futaie. La conversion, soit en futaie régulière, soit en futaie par bouquets, même avec mélange de résineux, exige que dans le taillis sous futaie initial on dispose d'une réserve chêne de qualité suffisante pour justifier l'orientation nouvelle que l'on désire donner à la production (Cochet,Bois, 1963, p. 106).Réserve de bois. V. infra ex. de Meynier.
c) CHASSE, PÊCHE. Partie d'un cours d'eau ou d'un territoire nettement délimité où l'on prohibe la chasse ou la pêche dans un but de repeuplement. Réserve de chasse, de pêche. L'expiration du délai de cinq ans fixé pour l'interdiction absolue de la pêche dans ces réserves n'a pas toujours concordé avec la fin des baux en vigueur (Code pêche fluv., 1875, p. 166).Un peu partout, réserves de bois, ou réserves de chasses, des boqueteaux s'élèvent au milieu de la plaine, reliques naturelles d'où partent les reconquêtes (Meynier,Paysages agraires, 1958, p. 108).
2. ETHNOL. Territoire assigné aux indigènes dans certains pays et soumis à un régime particulier. Où c'est qu'on va aller, Manuel? Il lui proposa de se rendre sur la rive sud et de visiter Caughnowaga, la réserve indienne (Roy,Bonh. occas., 1945, p. 404).
3. BIBL. Partie des collections d'une bibliothèque qui est accessible à des conditions particulières (d'apr. Rolland-Coul. 1969). Il serait chimérique de prétendre grossir d'un ou de plusieurs millions de volumes les « réserves » de bibliothèques (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 1115).P. méton. ,,Endroit d'une bibliothèque où sont conservés les ouvrages rares ou de très grande valeur`` (Rolland-Coul. 1969). La salle de la réserve est largement éclairée par sept hautes baies qui ouvrent sur la cour de l'hôtel Tubeuf (Cain,Transform. B. N., 1959, p. 15).
4. ARTS GRAPH., BEAUX-ARTS. ,,Toute partie, dans un dessin, une peinture ou une gravure, sur laquelle il n'existe pas d'application`` (Bég. Dessin 1978); partie laissée en blanc dans un fond imprimé. À imprimer en réserve blanche. Dans les deux réserves blanches [d'un bol de Chine], sur lesquelles pendillent de roses nélumbos, se voit nageant un canard mandarin doré (E. de Goncourt,Mais. artiste, t. 2, 1881, p. 256).,,Toute partie protégée d'une manière ou d'une autre, afin d'apparaître sans application en fin de travail`` (Bég. Dessin 1978). ,,Toute protection susceptible d'empêcher, à un endroit donné, une application sur un support`` (Bég. Dessin 1978).
D. − Attitude, qualité qui consiste à ne pas se livrer ou à ne pas s'engager imprudemment ou de manière excessive, indiscrète. Synon. circonspection, discrétion, retenue; pudeur (en parlant d'une femme).Réserve absolue, accoutumée, affectée, diplomatique, excessive, exquise, extrême, glaciale, habituelle, hostile, naturelle, ordinaire, polie, prudente, pudique, spirituelle; réserve vis-à-vis de qqn, à l'égard de qqn; absence de réserve; être sur, se tenir sur la réserve; garder une certaine réserve; faire preuve de réserve; plein de réserve. Il était musulman, et sa religion, ainsi que les usages, lui imposaient la plus grande réserve avec les femmes quand elles n'ont pas été achetées par un bon contrat, ou prises à la guerre (Mille,Barnavaux, 1908, p. 204).On n'eût pu dire si son mutisme était réserve ou sournoiserie (Malègue,Augustin, t. 1, 1933, p. 280).
Obligation*, devoir de réserve; la réserve. Devoir de discrétion dans le comportement et les propos auxquels sont tenus les fonctionnaires, notamment pour ce qui concerne leurs opinions politiques et leurs activités professionnelles.
Prononc. et Orth.: [ʀezε ʀv]. Ac. 1694-1740: reserve; dep. 1762: ré-. Étymol. et Hist. A. 1. 1342 « clause qui modifie et limite un document contractuel » (Comptes de travaux exécutés en Saintonge, 11 ds Delb. Notes mss); 2. a) mil. xves. sans quelconque réserve « sans aucune restriction » (G. Chastellain, Epistre au Duc de Bourgogne, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 6, p. 150); b) 1628 « restriction, exception » (Stoer, Dict. fr. all. lat., f o311 v o); c) 1629 à la réserve de « à l'exception de » (G. de Balzac, Lettres, 41, Œuvres, éd. 1665, t. 1, p. 310); d) 1671 à la réserve que « sauf que » (Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 254); e) 1804 sous réserve (Code civil, art. 601, p. 111); 1843 sous toute réserve (Nerval, Corresp., éd. J. Marsan, 1911, p. 145). B. 1. 1561 avoir en réserve « avoir encore, garder » (G. Chastellain, Déprécation pour Pierre Brézé, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 7, p. 41); 2. 1535 hommes de réserve (Calvin, Institution, Epistre au roy, éd. J.-D. Benoît, t. 1, p. 42); 1667 corps de réserve (Arnaud d'Andilly, Mém., t. 1, p. 353); 1740 la réserve de l'armée (Mably, Parall. rom. fr., t. 2, p. 116); ca 1791 réserve nationale (Projet de décret, Arch. Parl., 1èreSer. t. L, p. 718, col. 2 ds Brunot t. 9, p. 930); 3. a) 1550 « conservation pour plus tard, provision » vin de réserve (Ronsard, Odes, II, XIV, Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 1, p. 216); 1555 mettre en réserve (Id., Meslanges, ibid., t. 6, p. 162); b) 1588 plur. « biens, sommes d'argent pour plus tard » (Montaigne, Essais, I, XIV, éd. P. Villey, p. 64); cf. aussi 1580 sing. « biens (gardés pour les héritiers) » (Id., ibid., II, XXXVII, p. 784); c) 1636 « attribution, du vivant du possesseur, d'une partie d'une succession indépendamment des décisions du testateur » (Monet); d) 1704 « hosties consacrées que l'on garde » (Bossuet, Méd. sur l'Évangile, p. 433); e) 1752 « cartes mises à l'écart pour tricher » (Trév.); 4. a) 1765 « zone forestière gardée pour une exploitation ultérieure » réserve de bois ou bois de réserve (Encyclop. t. 14); b) 1798 (Ac.: On appelle, en terme de chasse, Réserve ou canton de réserve, Un canton qui est réservé pour celui à qui la chasse appartient); c) 1832 « partie d'un domaine exploitée directement par le maître ou en son nom, non divisée en tenures » (Sand, Indiana, p. 90); d) 1854 bibl. (Nerval, Filles feu, Angélique, p. 512); e) 1868 « territoire réservé aux indigènes dans un pays colonisé par des européens » (Verne, Enf. cap. Grant, t. 2, p. 168); 5. a) 1804 « partie d'un objet que l'on recouvre par badigeonnage ou impression d'un produit le protégeant d'une teinture, d'une encre ou d'un acide de gravure » (Stendhal, Journal, t. 1, p. 54); b) 1828 p. méton. « produit que l'on met pour protéger ces parties » (Doin, Dict. teint., p. I); 6. 1831 « endroit où sont entreposées les choses en réserve » ici « vaisseau désarmé faisant fonction de magasin mobile auprès d'autres navires » (Will.); 1854 (Frey Typogr.: Réserve. − 1. On nomme ainsi les armoires ou autre partie du local où l'on emmagasine les paquets de distribution, etc.). C. 1549 « avantage, prérogative ou exclusivité donnée à quelqu'un » (Est.); 1560 spéc. « exclusivité pour remettre certains péchés graves » (cf. cas réservés) (Calvin, op. cit., III, IV, éd. J.-D. Benoît, t. 3, p. 106). D. 1664 « limitation à son expression, circonspection » (Sévigné, op. cit., t. 1, p. 70); 1751 être sur la réserve (Prévost, Lettres angloises ou hist. de Clarisse Harlove, t. 2, p. 119). Déverbal de réserver* qui traduit souvent le lat. reservatio (v. réservation1). Au sens B 4 e, traduit l'angl. reservation (1789 aux États-Unis ds DAE et Americanisms, v. aussi NED Suppl.2pour les empl. au Canada, en Afrique et en Australie). Fréq. abs. littér.: 3 739. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 259, b) 3 302; xxes.: a) 4 353, b) 8 738.
DÉR.
Réservataire, adj.,dr. [Corresp. à supra A 3] Héritier réservataire. Personne qui bénéficie du droit de réserve. Anne-Marie avait légué à Pauline les trente-cinq mille francs disponibles. Si elle mourait, le père ayant à prendre son quart d'héritier réservataire, rien n'irait à l'autre (Pourrat,Gaspard, 1925, p. 89).Empl. subst. masc. Un réservataire. (Dict. xxes.). [ʀezε ʀvatε:ʀ]. Att. ds Ac. 1935. 1resattest. 1846 adj. héritier réservataire (Cour de Paris, 17 mars ds Littré Suppl.), 1875 subst. (Lar. 19e); de réserve d'apr. le rad. du supin de reservare (v. réserver); suff. -aire*.
BBG. − Dossiers de mots. Néol. Marche. 1976, n o1, p. 77. − Nordbäck Linder (H.). Terminol. des traités. Banque Mots. 1981, n o21, p. 99. − Quem. DDL t. 5, 16 (s.v. fonds de réserve), 21. − Schwake (H. P.). Zur Frage der Chronologie französischer Wörter. In: [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, pp. 501-505.

Réserve : définition du Wiktionnaire

Nom commun

réserve \ʁe.zɛʁv\ féminin

  1. Action de réserver, de mettre de côté.
    • En raison de l’épaisse couche de feuilles mortes qui recouvre le sol de la Hêtraie, les Bryophytes — réserve faite des espèces corticoles — se font rares […]. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 180)
    • Ce contrat, il a fait plusieurs réserves. Il a fait donation de son bien, sous la réserve d’une pension. Il a loué sa maison avec réserve, sous réserve de résilier en cas de vente.
  2. Restriction en vue de certaines éventualités qu’on ne peut prévoir ou qu’on ne veut pas préciser.
    • Faire ses réserves.
  3. (Courant) Absence de certitude ou de garantie.
    • Dans l’espèce humaine, la Parthénogénèse n’a été vue que par les yeux de la foi ; il n’en est pas ainsi dans les rangs inférieurs de l’animalité, et même à ce degré, la chose est si extraordinaire qu’elle a dû, au début, être accueillie par les esprits prudents avec certaines réserves, sinon même avec incrédulité, […] . — (Yves Delage & Marie Goldsmith, La Parthénogénèse naturelle et expérimentale, Flammarion, 1913, p.2)
    • Nous publions cette nouvelle sous toutes réserves.
  4. Choses réservées.
    • Il n'y avait aucun risque de collision, car le schnorchel avait été rentré pour cette raison même, et le submersible vivait sur ses réserves d'air. — (Arthur C. Clarke, Le Laboureur de la mer, Brage, 2014)
    • Il les aurait gardées les bouteilles. Assurément personne ne se serait aventuré à pénétrer dans sa réserve sans qu'il ne bondisse aussitôt sur le gredin une zerouata à la main. — (Ahmed Ismaïli, Le rêveur, le vendeur et les voleurs, dans Côté Maroc, Rabat : Éditions Marsam, 2007, tome 4, p.128)
  5. (Militaire) Portion des forces militaires d’un pays qui, en temps de paix, n’est pas maintenue sous les drapeaux ou n’y est est appelée que pour des périodes d’instruction et qui, en cas de mobilisation générale, rejoint les autres troupes.
    • La réserve continuait d'être, aux yeux du commandement, un simple réservoir de sang, où puiser après la saignée. — (Victor Margueritte, Au bord du gouffre - Août-Septembre 1914, 1919)
    • J’ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. Tous, comme moi, s’effaraient d’être contraints à des besognes paperassières que, dans le civil, ils auraient abandonnées aux plus modestes de leurs sous-ordres. — (Marc Bloch, L'étrange défaite, chap. 3 : La déposition d'un vaincu, 1940)
    • Ce document signé de la main d'un général au paraphe autoritaire prouvait, avec le charme que procurent ces belles calligraphies, qui majusculent jusqu'au nom des imbéciles, que dès l'âge de trente-neuf ans, le Caporal Lendemain, promu adjudant, passait de l'active à la réserve avec obligation de se tenir à la disposition des voltigeurs. — (André Brouquier, Les Fils de Mérovée, éditions Librinova, 2018)
  6. (Militaire) (Par ellipse) Troupe que le chef d’une armée maintient à distance de la ligne de combat.
  7. (Bibliothèque) Ensemble de livres précieux qui sont classés à part et qui ne sont communiqués que dans certaines conditions.
    • Ce volume est à la réserve.
  8. (Foresterie) Canton qu’on laisse croître en futaie et dont la coupe est réservée.
    • Bois de réserve.
  9. (Foresterie) Tige qui doit être conservée sur pied lors d’exploitation ; tige de futaie au sein d’un taillis sous futaie.
    • Dans certaines conditions, le taillis peut en effet représenter un capital très important (jusqu’à 10 m²/ha dans le cas de taillis-sous-futaie pauvres en réserves sur sol riche) alors que, dans d’autres (cas de futaies surcapitalisées, de peuplements sur station hydromorphe), il pourra être quasi absent. — (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3 → lire en ligne)
  10. (Chasse) Canton qui est réservé pour celui à qui la chasse appartient.
    Panneau de réserve (10) de chasse.
  11. (Écologie) Territoire, réservé pour la conservation de certains animaux et de certaines plantes.
    • Vaste de 9000 Ha de terrains domaniaux situés entre 900 et 2800 m d'altitude, la réserve du Mont-Vallier abrite une population d’isards, de densité moyenne supérieure à 18 têtes pour 100 ha.. — (M. Geraud & D. Nebel, Reprise d’isards par filets verticaux en réserve domaniale de chasse du Mont-Vallier (Ariège) : Bilan 1983-1989, dans Techniques de capture et de marquage des ongulés sauvages : Actes du Symposium, Meze (Hérault), 20-21 et 22 mars 1990, coordonné par Dominique Dubray, Office National de la Chasse & CNERA Faune de montagne de Montpellier, 1993, p. 307)
  12. (Architecture) Pièce affectée à la conservation d'aliments.
    • J'ai fui à travers la grande pièce, je suis passée par la réserve […]. — (Sébastien Japrisot, L'été meurtrier, France Loisirs, p. 133).
  13. Bassin d’eau de mer dans lequel on conserve des poissons et des crustacés vivants.
  14. (Arts) Parties qu’on laisse en blanc dans certains procédés comme l’aquarelle et le lavis.
  15. (Figuré) Discrétion ; circonspection ; retenue.
    • Le style de l’ouvrage est pur. Les scènes d’amour y sont peintes avec une réserve remarquable ; elles traînent quelquefois en longueur, mais elles sont toujours vraies. — (Anonyme, Revue littéraire, 1830, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1.)
    • Il se tourna vers Alvare, la jeune femme qui l'accompagnait, responsable scientifique de la mission, spécialiste en exobiologie et terraformation. Une belle femme brune d'ailleurs, qui, les derniers temps du voyage, n'était jamais sortie de sa réserve glaciale, comme si son cerveau et son corps n'étaient pas parvenus à se remettre de la stase cryogénique. — (Pierre Bordage, Jean-Paul Demoule, Roland Lehoucq & Jean-Sébastien Steyer, Exquise planète, Éditions Odile Jacob, 2014, chap. 4 : L’œil de Caïn)
  16. (Automobile) Petite quantité d'essence au fond du réservoir, permettant de rouler malgré le voyant indiquant qu'il est presque vide.
    Voyant de réserve (15)
    • Durant les blocus de dépôts de carburants, les automobilistes doivent rouler sur leur réserve.
  17. (Logistique) Stock de proximité.
  18. (Comptabilité) Montants du cumul des bénéfices des exercices antérieurs d’une entreprise, ni redistribués, ni intégrés dans son capital.
  19. (Canada) (États-Unis) (Administration) (Politique) Territoire à régime politique, administratif et fiscal distinct réservé à une tribu amérindienne par le gouvernement fédéral.
    • En clair, les réserves sont en quelque sorte des ghettos officialisés, pourtant la majorité des Indiens non seulement s'en accommodent mais ne souhaitent pas leur abolition. Car l'Indien en réserve y trouve de nombreux avantages fiscaux, ils sont exempts de taxes et d'impôts s'ils travaillent sur la réserve. — (Denise Bombardier, Dictionnaire amoureux du Québec, Plon, 2014, pp. 210-211)
  20. (Cartographie) Partie d’une planche de rédaction ou d’impression où l’image est absente ou protégée, réalisée généralement à l’aide d’un masque[1].
  21. (Droit) Précision, limite d’interprétation d’un acte.
    • Par ailleurs, le Conseil constitutionnel assortit parfois le rejet des griefs dirigés contre les dispositions qui lui sont soumises de réserves dont il doit être tenu compte pour l’application de ces dispositions, notamment par le pouvoir réglementaire. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)

Forme de verbe

réserve \ʁe.zɛʁv\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de réserver.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de réserver.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de réserver.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de réserver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de réserver.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Réserve : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉSERVE. n. f.
Action de réserver. Dans ce contrat, il a fait plusieurs réserves. Il a fait donation de son bien, sous la réserve d'une pension. Il a loué sa maison avec réserve, sous réserve de résilier en cas de vente. Il signifie aussi Restriction en vue de certaines éventualités qu'on ne peut prévoir ou qu'on ne veut pas préciser. Faire ses réserves. Sous toutes réserves, Formule placée fréquemment à la fin des actes de procédure pour la garantie de clauses, de conditions, dont la stipulation n'est point formellement portée dans ces actes. Elle s'emploie aussi dans le langage ordinaire pour signifier Sans garantie. Nous publions cette nouvelle sous toutes réserves.

RÉSERVE se dit aussi des Choses réservées. J'ai une réserve de provisions. Constituer une réserve, des réserves. J'ai pris cela dans ma réserve. Les réservés de sa terre montent plus haut que ce qui est affermé. En termes de Jurisprudence, Réserve légale, Portion de biens dont la loi ne permet pas de disposer par testament et qu'elle réserve à certains héritiers.

RÉSERVE se dit spécialement de la Portion des forces militaires d'un pays qui, en temps de paix, n'est pas maintenue sous les drapeaux ou n'y est appelée que pour des périodes d'instruction et qui, en cas de mobilisation générale, rejoint les autres troupes. Division de réserve. Troupes de réserve. Officier de réserve, Officier homme seulement au titre de la réserve et à qui un certain nombre des dispositions de la loi sur le statut des officiers ne sont pas applicables. Cadre de réserve, Cadre sur lequel sont portés les officiers généraux arrivés à un certain âge. En termes de Guerre, Corps de réserve, Troupes que le chef d'une armée maintient à distance de la ligne de combat afin de les faire donner quand l'occasion le demandera. Dans ce sens, on dit aussi simplement Réservé. On a détaché une partie de la réserve pour soutenir l'aile gauche qui pliait. On n'a pas eu besoin de la réserve, la réserve n'a pas donné. En termes de Marine, Escadre de réserve, Escadre de deuxième ligne.

RÉSERVE se dit, en termes de Bibliothèque, de l'Ensemble de livres précieux qui sont classés à part et qui ne sont communiqués que dans certaines conditions. Ce volume est à la réserve. Il désigne, en termes de Forêts, un Canton de bois qu'on laisse croître en futaie et dont la coupe est réservée. Bois de réserve. Il désigne, en termes de Chasse, un Canton qui est réservé pour celui à qui la chasse appartient. Il désigne aussi un Territoire, réservé pour la conservation de certains animaux et de certaines plantes. Il désigne encore un Bassin d'eau de mer dans lequel on conserve des poissons et des crustacés vivants. Il se dit, en termes de Beaux-Arts, des Parties qu'on laisse en blanc dans certains procédés comme l'aquarelle et le lavis. En termes de Physiologie, Réserves nutritives, Parties de l'alimentation absorbées et digérées, qui n'ont pas été utilisées et se déposent dans les tissus. En termes de Liturgie, Sainte réserve, Hostie consacrée, conservée pour être présentée à l'adoration des fidèles ou employée à la communion en dehors de la messe.

RÉSERVE signifie, figurément, Discrétion, circonspection, retenue. Cet homme ne parle jamais qu'avec beaucoup de réserve. Il était fort inconsidéré, il en use maintenant avec plus de réserve. Il affecte, il montre une grande réserve. Il use de réserve. Il se tient sur la réserve. Il manque de réserve. C'est une jeune fille modeste et pleine de réserve.

SANS RÉSERVE, loc. adv. Sans exception. Il lui a laissé tous ses biens sans réserve. J'ai en lui une confiance sans réserve.

EN RÉSERVE, loc. adv. À part, de côté. Il a mis une forte somme en réserve. Il a toujours de l'argent en réserve. Cet avocat a toujours quelque argument en réserve.

À LA RÉSERVE DE, loc. prép. À l'exception de. Il a vendu tous ses biens, à la réserve d'une petite maison. Cet intendant a le pouvoir de faire tels et tels baux, à la réserve de... Il a bien reçu tout le monde, à la réserve d'un tel.

Réserve : définition du Littré (1872-1877)

RÉSERVE (ré-zèr-v') s. f.
  • 1Action de réserver. Dans ce contrat il a fait plusieurs réserves. Donation d'un bien sous réserve d'une pension. Ton intérêt dès lors fit seul cette réserve ; Tu m'as laissé la vie afin qu'elle te serve, Corneille, Héracl. I, 2. N'avez-vous pas quelque coin de réserve ? La Fontaine, Berc. Si le conseil général décide que ces réserves et limitations ne borneront plus sa puissance, Rousseau, Lett. de la Montagne, 8.

    Commerce de réserve, spéculation qui consiste à acheter des marchandises quand elles sont abondantes et à bas prix, pour les revendre quand elles deviendront rares et chères.

    Faire la réserve, tricher à certains jeux de cartes, en faisant la distribution.

  • 2 Au plur. Choses réservées. Les réserves de sa terre montent plus haut que le fermage.
  • 3 Terme de jurisprudence. Réserve légale, portion de biens que la loi déclare non disponible, en la réservant à certains héritiers. Les héritiers au profit desquels la loi fait une réserve, Code Nap. art. 917.

    Anciennement. Réserves coutumières, toutes les parts et portions que les coutumes assignaient aux héritiers ab intestat, dans les propres ou les autres biens.

    Réserve ecclésiastique, part réservée à celui des enfants qui avait reçu les ordres.

  • 4Réserves apostoliques, rescrits par lesquels les papes se réservaient la nomination et la collation de certains bénéfices vacants.
  • 5Application qu'on fait des cas réservés. Je vous avoue qu'à la vérité je ne sais pas bien si la réserve a lieu à l'égard des religieuses, et si, en cas qu'elle ait lieu, leurs confesseurs sont censés avoir les cas réservés à leur égard, Bossuet, Lett. Alb. 44.
  • 6 Terme de liturgie. Saintes espèces conservées pour la communion des malades et des fidèles communiant aux messes où l'on n'a point consacré de petites hosties.
  • 7S. f. pl. Terme de jurisprudence. Protestations faites par une partie contre les inductions que l'on pourrait tirer d'un acte émané d'elle.

    Fig. Faire ses réserves, garder un dissentiment qu'on exprimera plus tard. Je vous écoute en faisant mes réserves ; nous discuterons plus tard.

  • 8Armée de réserve, ou, simplement, réserve, partie de l'armée qu'on n'appelle sous les drapeaux que quand les circonstances l'exigent.

    Corps de réserve, ou, simplement, réserve, troupes qu'on tient un jour de bataille, à distance de l'action, pour les diriger sur les points faibles ou menacés. Les Romains ont trouvé, ou ils ont bientôt appris l'art de diviser les armées en plusieurs bataillons et escadrons, et de former le corps de réserve, Bossuet, Hist. III, 6.

  • 9Cadre de réserve, par opposition à cadre d'activité, cadre sur lequel sont portés les officiers généraux arrivés à un certain âge.

    Dans les villes de garnison, toute garde qui n'a pas de surveillance à exercer, et qui est réunie seulement pour attendre des ordres ; c'est ce qu'on nomme autrement piquet.

  • 10 Terme de marine. Un certain nombre de vaisseaux placés hors des lignes et destinés à secourir ceux qui en ont besoin, ou à remplacer ceux qui sont trop désemparés pour conserver leur poste.

    Vieux vaisseau qu'on fait servir, dans les ports, à certains usages.

  • 11 Terme de chasse. Canton de réserve, ou, simplement, réserve, canton qui est réservé pour celui à qui la chasse appartient.
  • 12Bois de réserve, ou, simplement, réserve, partie de bois qu'on laisse croître en futaie, et qu'on ne peut couper qu'après en avoir prévenu l'autorité compétente. Supprimant l'usage arbitraire des permissions, et établissant un temps fixe pour la coupe des réserves, Buffon, Hist. nat. Introd. Œuv. t. VIII, p. 363.
  • 13 Terme de gravure par les acides. Dissolution de gomme laque ou de toute autre matière résineuse qui protége, réserve une portion de la planche.
  • 14S. f. pl. Terme de teinturier. Substances qu'on applique sur certaines parties des toiles, pour les empêcher de prendre la couleur bleue de la cuve d'indigo, et de manière à obtenir des dessins blancs ou colorés sur le fond bleu.
  • 15 Fig. Sorte de prudence qui nous retient de dire ou de faire. Il y a un autre Anglais qui vaut bien mieux que lui [Bolingbroke] ; c'est Hume, dont on a traduit quelque chose avec trop de réserve, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 13 oct. 1759. Vous vous tenez sur la réserve pour une mince explication avec moi ! Collé, Part. de chasse de Henri IV, I, 6. Plus une femme a de réserve, plus elle doit avoir d'art, même avec son mari, Rousseau, Ém. V. Les lettres de l'amant sont pleines de chaleur et de force, celles de Julie, de tendresse et de raison ; cependant il y en a quelques-unes où elle me semble manquer de réserve et de modestie, D'Alembert, Jug. Nouv. Hél. La réserve n'est pas toujours une marque de défiance, Riccoboni, Œuv. t. IV, p. 294, dans POUGENS. Et la froide réserve au visage boudeur, Delille, Trois règ. I. Il lui trouvait beaucoup de noblesse et de réserve dans les discours et dans le maintien, mais trop d'indulgence dans les opinions, Staël, Corinne, VI, 2.

    N'avoir aucune réserve pour quelqu'un, lui tout dire, ne lui cacher aucun secret. Il n'y avait que le seul Mentor pour lequel il n'avait aucune réserve, Fénelon, Tél. XVI.

  • 16À la réserve de, loc. prépos. à l'exception. Je vous supplie… de faire en sorte que, s'ils [les Anglais] se convertissent de leurs autres hérésies, ce soit à la réserve de celle-ci [la bonne opinion qu'ils ont de moi], Guez de Balzac, Liv. VII, lett. 41. Despréaux soutint les anciens à la réserve d'un seul moderne [Pascal], Sévigné, 614. À la réserve de mes mains et de quelque douleur par-ci, par-là… je ne suis plus digne d'aucune de vos inquiétudes, Sévigné, 8 mars 1676. À la réserve de quelques frontières inquiétées quelquefois par les voisins, tout le reste de l'univers jouissait d'une paix profonde, Bossuet, Hist. III, 6. À la réserve de quelque ami qui en a été le ministre ou le témoin nécessaire [de ses aumônes], ses plus intimes confidents les ont ignorées, Bossuet, le Tellier.

    À la réserve que, loc. conjonct. Je suis hors d'affaire, à la réserve que j'ai les bras, les mains, les jarrets, les pieds gros et enflés, Sévigné, 31 janv. 1676.

  • 17Sans réserve, loc. adv. Sans faire exception ou restriction. J'obéis sans réserve à tous vos sentiments, Corneille, Cinna, III, 4. N'ayant plus rien à craindre au dehors, il [le peuple] s'est abandonné sans réserve à sa passion, Bossuet, Hist. III, 7. Comme j'étais sans défiance, je m'exprimais sans réserve sur toutes les questions qu'ils jugeaient à propos de me faire, Rousseau, Conf. XI.
  • 18En réserve, loc. adv. à part, de côté. L'on a trouvé le nombre de lits, matelas, draps et couvertures que vous marquez par votre mémoire ; la ville en fournit quelques-uns qui étaient en réserve chez le receveur, Bossuet, Lett. div. 4. La vente des vins et des blés qui restent donne un fonds qu'on laisse en réserve pour les dépenses extraordinaires, Rousseau, Hél. V, 2.

SYNONYME

RÉSERVE, RETENUE. La réserve est tant dans la conduite que dans les manières et le maintien. La retenue est seulement dans la conduite.

HISTORIQUE

XVIe s. C'est celui qu'aujourd'hui mesmes les papistes nomment penitentier en leurs eglises cathedrales, lequel a quelque reserve des crimes les plus enormes, Calvin, Inst. 491. J'en feis bientost des reserves notables [d'argent], selon ma condition, Montaigne, I, 315. Non pour en faire magasin et reserve à mes heritiers, Montaigne, III, 232. Il luy envoya le brevet de la reserve de la lieutenance au gouvernement de Bretaigne, signé de sa main, advenant la mort du duc d'Estampes, Carloix, V, 29. Toute eau, quoique de pluie, n'est bonne pour reserve en cisterne, De Serres, 777.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉSERVE. Ajoutez :
19D'après la nouvelle loi militaire, les hommes qui ont fait leur temps de service ou leur volontariat sous les drapeaux, et qui dès lors ne sont plus astreints que tous les deux ans à un mois d'incorporation dans un régiment, mais qui appartiennent à l'armée active où ils seraient rappelés en cas de guerre.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Réserve : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉSERVE, s. f. (Jurisprud.) signifie en général exception, restriction, au moyen de laquelle une chose n’est pas comprise, soit dans la loi, ou dans un jugement ou autre acte.

Réserve apostolique, ou des bénéfices. Voyez ci-après Réserve des bénéfices.

Réserve des bénéfices ou Réserve apostolique, est une faculté que le pape prétend avoir de retenir à sa collation les bénéfices qu’il veut, au préjudice des collateurs ordinaires.

Anciennement les papes n’usoient point de réserves ; il n’en est fait aucune mention dans tout le volume du decret.

Clément IV. fut le premier qui introduisit les réserves ; son decret est rapporté dans le sexte. Il pose pour principe que la collation de tous les bénéfices appartient au pape, qu’il peut même donner un droit sur ceux qui ne sont pas encore vacans.

Les successeurs de Clément IV. ne manquerent pas d’adopter ce système, & firent tant de réserves générales & particulieres, qu’il ne restoit presque plus aucun bénéfice à la collation des ordinaires. Les constitutions execrabilis & ad regimen faites au sujet de ces réserves par Jean XXII. & Benoit XII. souleverent tous les collateurs.

Les réserves peuvent procéder de quatre causes différentes : savoir, du lieu, de la personne, de la qualité du bénéfice & du tems.

La réserve ratione loci comprend particulierement les bénéfices vacans par mort in curiâ.

De toutes les réserves apostoliques générales ou particulieres, celle des bénéfices vacans en cour de Rome est la plus ancienne ; elle fut établie par Clément IV. Le concile de Basle & la pragmatique-sanction laisserent subsister cette réserve, & abolirent toutes les autres. On a suivi la même chose dans le concordat, ensorte que dans les pays soumis à cette loi on ne connoit point d’autre réserve que celle des bénéfices vacans en cour de Rome.

Lorsque le pape ne confere pas ces bénéfices dans le mois de la vacance, le collateur ordinaire peut en disposer, comme s’il n’y avoit pas de réserve. Les provisions que l’ordinaire auroit données dans le mois, sont même bonnes, si par l’évenement le pape n’a pas conféré dans le mois.

Le collateur ordinaire peut conférer les cures qui vaquent en cour de Rome pendant la vacance du saint siege, ou qui y ont vacqué pendant la vie d’un pape qui n’en a point accordé de provision, la collation de ces sortes de bénéfices étant instante.

Les bénéfices en patronage laïc, & ceux qui doivent être conférés par le roi en vertu du droit de régale, ne sont pas sujets à la réserve des bénéfices vacans en cour de Rome.

A l’égard des bénéfices consistoriaux, cela souffre difficulté. Voyez les lois ecclésiastiques de M. d’Héricourt. Tous autres collateurs & bénéfices sont sujets à cette réserve, à moins qu’ils n’en soient exempts par an privilege spécial émané du saint siege.

La réserve ratione personæ regarde les personnes dont le pape s’est voulu réserver les bénéfices, comme de ses familiers, c’est-à-dire de ses domestiques & de ceux des cardinaux & autres officiers de cour de Rome, qui se trouveroient absens de ladite cour.

La reserve ratione qualitatis beneficii est celle par laquelle les papes ont aboli les élections des églises cathédrales, monasteres & autres bénéfices vraiment électifs, & s’en sont réservé, & au S. Siege, la disposition absolue par leur regle de chancellerie, pour éviter les abus qui se commettoient dans les élections.

La réserve ratione temporis est celle par laquelle les papes ont ôté aux ordinaires la disposition des bénéfices en certain tems de l’année, prenant pour eux les deux tiers, ou en se réservant la collation alternative.

De toutes ces réserves, il n’y a que la premiere, savoir, celle des bénéfices vacans curiâ, qui soit reçue partout en France ; celle de mensibus & alternativâ n’a lieu que dans les pays d’obédience, tels que la Bretagne, & quelques autres provinces, les autres réserves n’ont point du tout lieu parmi nous. Voyez le chap. in præsenti in 6°. le concile de Basle, la pragmatique, le concordat, les lois ecclésiastiques de M. d’Héricourt, le traité de l’usage & pratique de cour de Rome de Castel. (A)

Réserve de bois ou bois de réserve, sont les arbres ou parties de bois qui ne doivent point être vendus ni coupés. Les arbres du ressort, tels que ceux de lisieres, piés corniers de ventes, les baliveaux anciens & modernes, & baliveaux sur taillis sont reputés faire partie du fond. Les ecclésiastiques, communautés, & tous gens de main-morte sont obligés de mettre en réserve au moins la quatrieme partie de leurs bois pour la laisser croître en futaie. Voyez l’ordonnance des eaux & forêts. (A)

Réserve des dépens, dommages & intérêts, c’est lorsque le juge, en rendant quelque jugement préparatoire ou interlocutoire, remet à faire droit sur les dépens, dommages & intérêts, après qu’on aura fait quelque instruction plus ample. Voyez Dépens.

Réserve à faire droit, c’est lorsque le juge, en rendant un jugement, remet à faire droit sur le fond ou sur quelque branche de l’affaire, après qu’on aura fait quelque instruction qui doit précéder.

Réserve des mois, voyez Regle des mois, & le mot Réserve des bénéfices

Réserve de pension sur un bénéfice, voyez ci-devant Bénéfice, & le mot Pension.

Réserve du quart ou quart en réserve, est le quart que les ecclésiastiques & autres gens de mainmorte sont tenus de laisser de leurs bois pour croître en futaie. Voyez l’ordonnance des eaux & forêts, tit. 24, art. 2.

Réserve des servitudes est la clause par laquelle, en vendant une maison ou autre héritage, le vendeur se réserve les servitudes & droits qu’il a sur cet héritage, soit pour lui personnellement, soit pour l’utilité de quelqu’autre héritage à lui appartenant, & voisin de celui qu’il vend.

Réserve d’usufruit est, lorsqu’en vendant ou donnant la propriété d’un bien immeuble ou immeuble, on en retient à son profit l’usufruit. Voyez Usufruit. (A)

Réserves, (Hist. mod. Droit public.) reservata cæsarea. C’est ainsi qu’on nomme dans le droit public germanique les prérogatives réservés à l’empereur seul, & qu’il ne partage point avec les états de l’empire. Ces réserves sont presque toujours disputées, & ne valent qu’autant que celui qui les prétend, a le pouvoir de les faire valoir. On distingue ces réserves en ecclésiastiques & en politiques. Parmi les premieres, on compte le droit de présenter aux premiers bénéfices vacans après l’avenement au trone ; ce droit s’appelle jus primariarum precum, le droit de protéger l’église romaine, le droit de convoquer le concile. Parmi les réserves politiques on compte le droit de légitimer les bâtards ; le droit de réhabiliter, famæ restitutio ; le droit d’accorder des dispenses d’âge & des privileges ; le droit de relever du serment ; le pouvoir d’accorder le droit de citoyen, jus civitatis ; d’accorder des foires, jus nundinarum ; l’inspection générale sur les postes & sur les grands chemins ; le droit d’établir des académies ; le droit de conférer des titres & des dignités, & même de faire des rois ; cependant l’empereur ne peut élever personne au rang des états de l’empire, sans le consentement des autres états ; le droit d’établir des tribunaux dans l’empire ; le droit de faire la guerre dans une nécessité pressante ; enfin le droit d’envoyer & de recevoir des ambassadeurs au nom de l’empire. V. Vitriarii jus publicum. Voyez l’article Empereur.

Reserve, (Art militaire.) est une partie de l’armée que le général reserve pour s’en servir où il en est besoin. Les reserves sont sous le commandement d’un officier général subordonné au commandant ; elles ne campent pas ordinairement avec l’armée, mais dans des lieux à portée de la rejoindre si le général le juge à propos. Le poste le plus naturel des reserves est derriere la seconde ligne.

Les reserves sont composées de bataillons & d’escadrons, c’est-à-dire de cavalerie & d’infanterie. On en a vu jusqu’à trois dans les grandes armées. Dans une bataille, la reserve forme une espece de troisieme ligne ; le général s’en sert pour fortifier les endroits qui ont besoin d’être soutenus.

Le nombre des troupes des réserves n’est pas déterminé ; il dépend de la force de l’armée & de la volonté du général. En 1747, la reserve de l’armée du roi en Flandre, étoit composée de 99 escadrons & de 30 bataillons.

L’usage de M. le maréchal de Saxe étoit de mettre ses meilleures troupes à la reserve ; usage fondé sur la pratique & la coutume des Romains, qui plaçoient leurs braves soldats à la troisieme ligne, où ils formoient une espece de reserve. Voyez Lésion & Triaires.

Un général intelligent ne doit jamais faire combattre des troupes sans les faire soutenir par des reserves, parce qu’autrement le moindre desordre dans la premiere ligne suffit pour la faire battre entierement. Suivant Végece, l’invention des reserves est due aux Lacédémoniens. Les Carthaginois les imiterent en cela, & ensuite les Romains. Voyez Armée & Ordre de bataille.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réserve »

Étymologie de réserve - Littré

Voy. RÉSERVER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de réserve - Wiktionnaire

Déverbal sans suffixe de réserver.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réserve »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réserve resɛrv play_arrow

Citations contenant le mot « réserve »

  • La Lozère comparée à une réserve d'indigènes ! Ces mots, rapportés par nos confrères de l'Éveil de la Haute-Loire, ont été employés par Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et ils ont déclenché un authentique tollé dans le département des sources. France Bleu, La colère des élus de Lozère, assimilée à une "réserve d'indigènes" par Laurent Wauquiez
  • La forêt de la Robertsau, au nord de Strasbourg, va être classée réserve naturelle nationale, a annoncé ce lundi 27 juillet Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, à l'issue du cinquième conseil de défense écologique. France 3 Grand Est, Strasbourg : la forêt de la Robertsau classée réserve naturelle nationale pour protéger sa biodiversité
  • Au Stade de Reims, il n'y a pas que l'effectif professionnel qui se renforce. L'équipe réserve, pensionnaire de National 2, profite également du mercato pour améliorer son effectif.  Foot National, Reims : Un joueur du PSG renforce la réserve (off)
  • Match de préparation aujourd'hui pour la réserve du LOSC. Les pensionnaires de National 3 étaient opposés au club néerlandais d'Utrecht, 6e d'Eredivisie à l'arrêt du championnat.  Foot National, La réserve du LOSC obtient le nul face à Utrecht
  • L'expérience du confinement a fait naître des vocations à Montval-sur-Loir. Le nombre d'inscrits à la réserve citoyenne a presque doublé depuis le printemps. France Bleu, A Montval-sur-Loir, la solidarité s'exprime dans la réserve citoyenne
  • L’homme charmant répand les fleurs au dehors et réserve les épines pour le dedans. De Proverbe turc
  • Ce que le fou réserve pour la fin, le sage le place en tête. De Proverbe espagnol
  • Dans le train, un pervers réserve toujours sa place dans le wagon de queue. De José Artur
  • Les justes éloges ont un parfum que l'on réserve pour embaumer les morts. De Voltaire
  • La vie réserve ses richesses aux âmes dignes d'elle. De Lucile Vallières / Une femme
  • Je me réserve avec fermeté le droit de me contredire. De Paul Claudel
  • Nul ne sait ce que l’avenir nous réserve. De Proverbe français
  • Connais-toi, mais réserve-toi des surprises. De Jacques Deval
  • Pourquoi toujours attendre une occasion meilleure et se réserver ? Le meilleur est toujours présent, on se gaspille à force de se réserver. De Jacqueline Dupuy / Dure et ma joie
  • Le courage, c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. De Jean Jaurès
  • En France, nous avons nos réserves d'imbéciles comme les réserves de Peaux-Rouges en Amérique : ce sont les intellectuels. On est sûr de ne jamais en manquer. De Jean Dutourd
  • Les réserves imposées au plaisir excitent le plaisir de vivre sans réserve. De Anonyme / Slogan - Mai 1968

Images d'illustration du mot « réserve »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réserve »

Langue Traduction
Corse riserva
Basque erreserba
Japonais 予約する
Russe резерв
Portugais reserva
Arabe الاحتياطي
Chinois 保留
Allemand reservieren
Italien riserva
Espagnol reserva
Anglais reserve
Source : Google Translate API

Synonymes de « réserve »

Source : synonymes de réserve sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réserve »



mots du mois

Mots similaires