La langue française

Défi

Sommaire

  • Définitions du mot défi
  • Étymologie de « défi »
  • Phonétique de « défi »
  • Évolution historique de l’usage du mot « défi »
  • Citations contenant le mot « défi »
  • Images d'illustration du mot « défi »
  • Traductions du mot « défi »
  • Synonymes de « défi »
  • Antonymes de « défi »

Définitions du mot défi

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉFI, subst. masc.

Action de défier (cf. défier1); son résultat.
A.−
1. HISTOIRE
a) Terme de féod. Proclamation de résiliation d'un engagement envers son suzerain. Ainsi, au jet du « fétu » [symbolisant la rupture de l'accord entre vassal et suzerain], (...) préféra-t-on de plus en plus un simple défi − au sens étymologique du terme, c'est-à-dire refus de foi −, par lettres ou par hérault (M. Bloch, Sté féod.,Paris, A. Michel, 1949, p. 351).
b) Provocation au combat.
α) Déclaration de guerre, appel au combat. Un défi en règle. Les Croisés, au contraire, ont pour principe de ne jamais attaquer l'ennemi sans lui avoir porté un défi, c'est-à-dire une déclaration fière et franche (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 9, 1851-62, p. 404).
P. méton. Expression orale ou écrite de cette provocation. Envoyer défi sur défi. Synon. appel (rare), cartel.Ce défi fut porté par un héraut de la maison d'Orléans à Douai, où se trouvait le duc Jean (Barante, Hist. ducs de Bourg.,t. 3, 1821-24, p. 207).
β) Provocation en combat singulier, au duel. Un insolent défi. Il y aura, pour cette seule affaire, un duel à la Grande Jatte et deux au Vésinet, lorsqu'aura été débrouillé l'écheveau compliqué de défis, cartels, jets de gant, arbitrages et appels sur le terrain (Morand, 1900,1931, p. 147).
P. méton. Notification de cette provocation. Faire un défi. Lisez cette lettre. C'est un défi du fils de Gaganov, dont j'ai naguère mordu l'oreille (Camus, Possédés,1959, p. 996):
1. Les chefs des Troyens et ceux des Argiens se reconnaissent comme des égaux et admettent implicitement un certain code d'honneur. Les défis qu'ils se lancent avant de se mesurer peuvent manquer de courtoisie (...) du moins la masse des combattants s'abstient-elle, quand il s'agit d'une sorte de duel, d'intervenir pour en fausser le déroulement normal. Jeux et sp.,1968, p. 775.
P. métaph. Chose considérée comme un défi, une provocation. Hélas, les échafauds sont d'effrayants défis (Hugo, Torquemada,1882, p. 69).Ce gibet planté à tous les carrefours du monde, comme un défi que les hommes ne relèvent même plus (Mauriac, Journal 3,1940, p. 278).Cette vigne-frontière, qui est un défi à Clodius (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 102).
2. Mod. Action de provoquer quelqu'un comme adversaire (au combat, au jeu, à une compétition). Jeter, porter un défi; accepter, relever le défi; répondre à un défi. Je lui ai fait un défi à la paume, aux échecs (Ac.1798-1878).J'ai jamais refusé le défi de personne (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1458).Les Britanniques furent les promoteurs de ce sport [le yachting à voile], lançant des défis aux autres nations dès le XIXesiècle (Jeux et sp.,1968, p. 1546):
2. Ce fut l'époque où se multiplièrent les joutes oratoires autour de thèses mises en discussion, les défis lancés et les problèmes posés par les savants à leurs confrères, au moyen de lettres, d'affiches et de pamphlets imprimés; ... Encyclop. pratique de l'éduc. en France,1960, p. 242.
Se lancer des défis. Ils parlaient fort et gesticulaient et se lançaient des défis (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 132).Les joutes littéraires, les défis que se lançaient les artistes (Jeux et sp.,1968, p. 737).
Loc. adj. De défi. Des salves de défi (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 838).
Loc. prép. Par défi pour quelqu'un. Cet homme magnifique qui a nagé deux jours par défi pour vous (Giraudoux, Sodome,1943, II, 7, p. 140).
B.− Usuel. Action d'affronter quelqu'un ou quelque chose.
1. Action de contester une autorité, un pouvoir, une tradition, une attitude. Synon. contestation, provocation.Ainsi l'immoralisme n'était pas seulement un défi à la société (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 195).Le pays qui donna au monde la poudre à canon ne peut renoncer à produire du plutonium comme défi à l'isolement où le maintiennent les puissances occidentales (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 255).Des défis lancés à l'orthodoxie régnante (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 367):
3. mère marie. − Non pas [nous ne nous engageons pas] (...) à n'importe quelle démarche violente et indiscrète qui ne serait que provocation et défi à l'égard de ceux qui sont bien capables de se venger de nous sur des innocents. Bernanos, Dialogues des Carmélites,1948, 4etabl., 13, p. 1685.
Loc. adj. De défi. Qui a l'aspect, l'importance d'un défi. Accent(s), air(s), attitude(s), geste(s), œil, pose, position, posture, regard(s), rire(s) de défi. À une période de passion et de défi succède une période de rédemption (Maurois, Lord Byron et démon tendr.,1925, p. 321).
Loc. adv. Avec défi. Parler, regarder avec défi. Sans défi. Elle regarde le gouverneur fixement, sans défi, simplement sur ses gardes (Camus, Requiem,1956, p. 863).
P. compar. Yanek a-t-il dit qu'il regrettait de ne pouvoir disposer que d'une seule vie pour la jeter comme un défi à l'autocratie? (Camus, Justes,1950, V, p. 380).
P. méton. Attitude, comportement de défi. Sous l'œil du défi, la condition humaine devient absurde (Faral, Vie temps St Louis,1942, p. 438).Cette face éteinte où flambe le défi (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 17):
4. Le dandy est par fonction un oppositionnel. Il ne se maintient que dans le défi. La créature, jusque-là, recevait sa cohérence du créateur. À partir du moment où elle consacre sa rupture avec lui, la voilà livrée aux instants, aux jours qui passent, à la sensibilité dispersée. Il faut donc qu'elle se reprenne en mains. Camus, L'Homme révolté,1951, p. 72.
Loc. adv. Par défi. Il [l'Iscariote] agissait par colère, par orgueil, par défi et non par amour (Arnoux, Calendrier de Flore,1946, p. 197).Cette réaliste si fine, égarée dans une famille de spiritualistes grossiers se fit voltairienne par défi sans avoir lu Voltaire (Sartre, Mots,1964, p. 5).
Au fig. Action, comportement, phénomène qui semble contredire une loi naturelle, une valeur reçue, etc. Il n'y a là qu'un défi à la raison, à la vérité, à la justice (Zola, Paris,t. 2, 1898, p. 99).Une telle opinion est un défi au bon sens, un scandale rationnel, logique, philosophique (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 89).Le dessin de ce bras est un défi à l'anatomie (Valéry, Variété V.,1944, p. 308):
5. Ils s'engagent sur une petite passerelle qui joint sans garde-fou les deux rives escarpées d'un torrent et le vertige ne saisit pas Jacques lorsqu'il aperçoit à cent mètres au-dessous de lui le bouillonnement des eaux. Un peu après ce passage un défi (semble-t-il) aux lois de l'équilibre, notre héros se précipite menaçant sur un chariot bâché... Queneau, Loin Rueil,1944, p. 40.
2. Action d'affronter une chose; son résultat. Un défi au danger. Ces vies (...) dont la vieillesse radieuse semble avoir accumulé comme un défi, aux portes de la mort, tous les trésors de la tendresse humaine (Mounier, Traité caract.,1946, p. 472).
3. Incitation à la réalisation d'une chose difficile; réponse à une telle situation. (Quasi-)synon. gageure.Il nous fallait relever ce défi (Ponge, Parti pris,1942, p. 71).Bettborn sous l'œil de l'occupant, nous apparut comme un défi et comme un signe (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 36). « ... c'est là que je nage », m'indique-t-il, comme par défi à son infirmité (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 240).
P. métaph. Le défi que relève le hasard (Green, Journal,1941, p. 54).
Au fig. [En parlant d'une chose] Le défi atomique. Les plus imposants défis architecturaux de l'Égypte (Gide, Journal,1946, p. 288).La psychanalyse, répondant aux défis de la sociologie et progressant de ces défis mêmes (Traité sociol.,1968, p. 411).
Spéc. Mettre qqn au défi de + inf.Mettre quelqu'un en demeure de faire quelque chose tout en mettant en doute qu'il ose le faire ou qu'il en soit capable (cf. défier1). Je vous mets au défi de le prouver (Ac.1835-1932).Le 29 janvier 1877, il met au défi le dr Bastian de reproduire ses résultats devant des juges compétents (J. Rostand, Genèse vie,1943p. 165).
Prononc. et Orth. : [defi]. Ds Ac. 1694 et 1718, s.v. deffi (cf. dé-1); ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1. 1523 « crainte » (Ch. de Bourdigné, La Légende joyeuse de Pierre Faifeu, éd. Fr. Valette, p. 22 : Que j'heu bien peur et ung très grand deffy De perdre honneur); 2. 1575 « provocation à un combat singulier » (Brant., Des couronnels françois, Œuv., VI, 114 ds Gdf. Compl.); 3. 1847 « refus de s'incliner » (Balzac, Cous. Bette, p. 5). Déverbal de défier*. Fréq. abs. littér. : 771. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 558, b) 666; xxes. : a) 1 130; b) 1 765.

Wiktionnaire

Nom commun

défi \de.fi\ masculin

  1. Action de défier.
    • Le livre de M. Charles Baudelaire intitulé Les Fleurs du Mal est un défi jeté aux lois qui protègent la religion et la morale. […]. À côté de ces pièces et de quelques autres où l’immortalité de l’âme les plus chères croyances du christianisme sont mises à néant, il en est d’autres qui sont l’expression de la lubricité la plus révoltante : […]. — (Rapport de la Direction Générale de la Sûreté publique du 7 juillet 1857, au Ministre de l’Intérieur)
    • Il affirme ainsi sa puissance, un peu par défi contre ceux de Vencimont ou de Vinemme, des Belges qui viennent se vanter en France de leurs forces pour enjôler les filles. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Une condition de stase existe dans tout le Proche-Orient, engendrée par le choc récurent entre Tradition et modernité, et par le défi lancé à celle-ci par l’éthique musulmane indigène, […]. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.91)
    • Si le principe de cette « sismologie stellaire », ou astérosismologie, est simple, sa mise en œuvre est un véritable défi, tant en termes d’observations que de modélisation théorique. — (Éric Michel, Michel Auvergne & Annie Baglin, L'astérosismologie : voir battre le cœur des étoiles, dans Pour la Science, no 409, novembre 2011)
    • Les chimistes organiciens, conscient de l’aspect ludique propre aux synthèses chimiques — […] — se sont attelés par défi à la création d’hydrocarbures dont le squelette carboné correspond aux polyèdres régulier que sont les solides platoniques. — (Paul Depovere, Oh, la Chimie ! Paris : Dunod, 2004, page 125)
    • Un défi au bon sens. (Figuré) Contre tout bon sens.
    • Mettre quelqu’un au défi de faire une chose, (Figuré) L’en défier, lui déclarer qu’on regarde comme impossible qu’il la fasse.
    • Je vous mets au défi de le prouver.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉFI. n. m.
Action de défier. Un cartel de défi. Envoyer un défi à quelqu'un. Porter un défi. Un insolent défi. Accepter le défi. Fig., Cette opinion, cette décision, cette mesure est un défi au bon sens. Mettre quelqu'un au défi de faire une chose, L'en défier, lui déclarer qu'on regarde comme impossible qu'il la fasse. Je vous mets au défi de le prouver.

Littré (1872-1877)

DÉFI (dé-fi) s. m.
  • 1Provocation à un combat singulier. Porter un défi. Et depuis le défi que mes traits t'ont porté, Chaque instant qui se perd marque ta lâcheté, Rotrou, Antig. II, 1. Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ; Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi, La Fontaine, Fabl. VII, 10. Mars enfin comble nos misères ; Des rois nous payons les défis, Béranger, Nature.

    Toute provocation. Accepter, relever un défi. … Vous en avez menti, Répond le campagnard, et, sans plus de langage, Lui jette pour défi son assiette au visage, Boileau, Sat. III.

  • 2Déclaration provocatrice, par laquelle on exprime à quelqu'un qu'on le juge hors d'état de faire quelque chose. On le mit au défi de passer la rivière à la nage. Il a fallu que les moindres apparences de crime vous aient manqué contre lui, puisque vous n'avez point répondu à un tel défi, Pascal, Prov. 15.

    Se porter défi, en parlant des choses, se valoir, être de même grosseur, grandeur, etc.

    Béranger a dit dans le même sens se porter un défi : Et je m'assieds entre Des grands dont le ventre Se porte un défi, Béranger, Cocagne. Dans cette phrase il faudrait les ventres, puisque se porter défi ou un défi est ici réciproque. Cependant la pluralité étant déjà marquée par des grands, on ne doit voir là qu'une licence poétique.

HISTORIQUE

XVe s. … Alors je vous affy Que j'heu bien peur et ung très grant deffy De perdre honneur par ma grant nonchallance, Faifeu, p. 15, dans LACURNE.

XVIe s. Se battre en deffy, Brantôme, Cap. fr. t. I, p. 84, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « défi »

Voy. DÉFIER. Défi est un mot récent ; on ne trouve dans les anciens textes que defiement ou defiance.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Déverbal sans suffixe de défier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « défi »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
défi defi

Évolution historique de l’usage du mot « défi »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « défi »

  • Se tuer, c’est un défi à Dieu. De Julien Green
  • Je me défie de la machine qui est en moi. De Georges Duhamel
  • La vie est un défi Fais-lui face.
  • L’humour ne se résigne pas, il défie. De Sigmund Freud
  • Les gens difficiles à aimer représentent un défi, et c’est ce défi qui les rend plus faciles à aimer. On y est poussé. De Rachel Kushner / Les lance-flammes, 2015
  • Le silence est le parti le plus sûr de celui qui se défie de soi-même. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • En ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. Ils ne s'ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d'attendre que le temps passe. Ils n'ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus. De Paulo Coelho / La cinquième montagne
  • Les gens difficiles à aimer représentent un défi, et c’est ce défi qui les rend plus faciles à aimer. On y est poussé. Ceux qui veulent d’un amour facile n’ont pas vraiment envie d’amour. De Rachel Kushner / Les lance-flammes
  • La construction d'une terre habitable pour tous sera le défi de la fin du millénaire. De Vincent Cosmao
  • Pour la cinquième année, Est Ensemble a organisé sur son territoire le défi Familles à énergie positive en partenariat avec l'ALEC-MVE. Un bilan positif pour une saison marquée par le confinement.  , 9% d'économie d'énergie pour les familles participant au défi FAEP ! | Est Ensemble
  • De toute façon c'est vraiment un défi pour les débiles profonds. MacGeneration, Diabolique : Siri fait perdre des participants au défi Finger on the App après neuf heures | MacGeneration

Images d'illustration du mot « défi »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « défi »

Langue Traduction
Anglais challenge
Espagnol desafío
Italien sfida
Allemand herausforderung
Chinois 挑战
Arabe التحدي
Portugais desafio
Russe вызов
Japonais チャレンジ
Basque erronka
Corse sfida
Source : Google Translate API

Synonymes de « défi »

Source : synonymes de défi sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « défi »

Partager