La langue française

Familiarité

Définitions du mot « familiarité »

Trésor de la Langue Française informatisé

FAMILIARITÉ, subst. fém.

A.− [Correspond à familier A 1] Haut degré de simplicité, d'intimité, dans les relations sociales ou dans les rapports particuliers qui unissent des personnes non apparentées. Synon. camaraderie, intimité.Le [Marcel] trouver parfaitement établi, au bout de quelques semaines, dans la familiarité de Herr Schultze (Verne, 500 millions, 1879,p. 113).Le sentiment de familiarité ou d'intimité que nous ressentons précisément dans la fréquentation d'autrui lorsqu'il se révèle dans sa singularité (J. Vuillemin, Être et trav.,1949, p. 42):
1. On ne devient pas chercheur (...) en manipulant tout seul dans un coin d'atelier, mais en vivant au contact des hommes qui savent inventer ou découvrir. C'est dans l'amicale familiarité du laboratoire que l'on apprend des procédés, que l'on découvre l'efficacité des méthodes, que l'on acquiert surtout les qualités morales qui forment l'esprit scientifique. Berger, Homme mod. et éduc.,1962, p. 124.
P. anal. Sainte-Beuve (...) entra dans la familiarité des Shelley, des Wordsworth (France, Génie lat.,1909, p. 294).Une familiarité passionnée avec le mystère (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 3, 1921, p. 85).
B.− [Correspond à familier B]
1. Habitude que l'on a de quelque chose, résultant d'une connaissance approfondie que l'on a acquise par apprentissage ou pratique répétée. Synon. expérience, habitude :
2. Il en [de la carrière] connaissait chaque coin, chaque veine. Il en savait les qualités et les faiblesses, les ressources et les dangers (...). Nul ne pouvait le remplacer ici sans une longue expérience, une patiente familiarité. Van der Meersch, Invas. 11,1935, p. 10.
Familiarité de qqc.On ne peut refuser à David une grande science du dessin fortifiée par l'étude incessante du modèle, anoblie et comme ramenée au type général par la familiarité de l'antique (Gautier, Guide,1872, p. 6).Une grande familiarité du métier (Éluard, Donner,1939, p. 128).À le fréquenter [un bijoutier] j'avance dans la familiarité d'un luxe qui ne fut jamais le mien (Colette, Fanal,1949, p. 290).
Familiarité avec qqc.Sa familiarité avec les vénérables rythmes et mètres des anciens (Hugo, Homme qui rit,t. 1, 1869, p. 6).Une familiarité séculaire avec le malheur le rend [le Juif] modeste dans la catastrophe (Sartre, Réflex. quest. juive,1946, p. 141).Le manque de familiarité avec l'épigraphie (Hist. et ses méth.,1961, p. 472).
2. [Idée de non-contrainte]
a) Aisance, liberté, comportement naturel dans les relations avec autrui. Familiarité affectueuse, respectueuse. Synon. abandon, liberté.Elle a cette familiarité de bonne compagnie qui va, sans dissonance, de pair avec tous (Barb. d'Aurev., Memor. 2,1839, p. 392).L'extrême délicatesse [se mêle] à l'extrême grossièreté, la familiarité à la déférence (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 31):
3. De fait, « il n'adressait la parole aux gens que lorsqu'il ne pouvait l'éviter ». Cette apparente froideur, la sévérité de son abord frappaient d'autant plus qu'il succédait à un prince qui par sa courtoisie, sa bonne grâce, sa familiarité avec chacun avait conquis tous les cœurs. Grousset, Croisades,1939, p. 193.
Au sing. ou au plur. Acte caractérisé par la liberté du comportement. L'empereur, selon une de ses familiarités, lui pinçait les oreilles (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 380).Il fit le geste de saisir son ami par le bras, mais ils n'avaient pas souvent entre eux de ces familiarités spontanées (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 386).
En mauvaise part. Façon, manière d'être trop libre et inconvenante. Familiarité déplacée. Elle s'était assise, elle geignait de sa voix rauque, bavardant avec une familiarité qui froissait toutes les délicatesses de Madeleine (Zola, M. Férat,1868, p. 212).Il causait bruyamment, disait tout ce qui lui passait par la tête, traitait Otto avec une familiarité révoltante (Rolland, J.-Chr.,Matin, 1904, p. 167).
Au sing. ou au plur. Acte caractérisé par l'excès de liberté dans le comportement. Se permettre une/des familiarité(s). Synon. liberté(s), privauté(s).Comprendre qu'il obéissait à un usage de son pays, et qu'il ne commettait point une familiarité aussi choquante que vous le pensiez (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 143).La mise en vente, c'est l'acceptation des déshonorantes familiarités du premier venu (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 109).Je vous prie de m'épargner vos familiarités (Sartre, Huis clos,1944, 1, p. 116).
b) Simplicité. Familiarité du style. Je traduis littéralement pour mieux rendre le brusque mélange de l'étiquette diplomatique et de la familiarité épistolaire (Mérimée, Don Pèdre 1er,1848, p. 443).Tandis que la sculpture, en généralisant, s'élevait à la dignité de l'allégorie, la peinture, en particularisant, descend à la familiarité du portrait (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin,1876, p. 63).
Prononc. et Orth. : [familjaʀite]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Subst. sing. fin xiies. « amitié, intimité » (Li Dialoge Gregoire, éd. W. Foerster, p. 83, 10); d'où 1318 « manière familière, liberté qu'on a avec quelqu'un » (Ord., 17 nov. ds Gdf. Compl. : Trop grande familiarité engendre grand mal). B. Subst. plur. 1690 (Regnard, Les Filles errantes, I, 11 ds Livet Molière : En vertu de quoi, Monsieur, s'il vous plaît, prenez-vous des familiarités avec cette fille-là?). Empr. au lat. familiaritas « amitié, intimité ». Fréq. abs. littér. : 845. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 146, b) 1 341, xxes. : a) 1 060, b) 1 259.

Wiktionnaire

Nom commun

familiarité \fa.mi.lja.ʁi.te\ féminin

  1. Manière de vivre dans l’intimité de quelqu’un.
    • Nous parlions plus haut de la familiarité patriarcale qui rapproche nécessairement les jeunes gens d'une même tribu. — (Pierre Louÿs, La femme dans la poésie arabe, dans Archipel, 1932)
    • La plus aimable familiarité semblait régner entre tout ce monde-là, car le dîner commença par une plaisanterie à coups de poing à laquelle nous ne comprîmes rien. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 164-165, 2012)
    • Ils vivent dans la plus grande familiarité.
    • Il n’y a pas grande familiarité entre eux.
    • Il fut admis dans la familiarité du prince.
  2. (Surtout au pluriel) Manière de se comporter trop librement à l’égard d’une personne.
    • Son chapeau mou rabattu sur les yeux, sa grosse figure joviale et colorée, son foulard, son manteau marron et je ne sais quelle familiarité courtoise et bon enfant lui assuraient partout la sympathie. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Prendre, se permettre des familiarités avec quelqu’un.
    • En user avec familiarité.
  3. (Par extension) Simplicité, en parlant des ouvrages de l’esprit.
    • Il y a excès de familiarité dans son style.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAMILIARITÉ. n. f.
Manière de vivre dans l'intimité de quelqu'un. Ils vivent dans la plus grande familiarité. Il n'y a pas grande familiarité entre eux. Il fut admis dans la familiarité du prince. Par extension, il signifie Manière de se comporter trop librement à l'égard d'une personne. Dans cette acception, il s'emploie surtout au pluriel. Prendre, se permettre des familiarités avec quelqu'un. En user avec familiarité. Par extension aussi, il signifie Simplicité, en parlant des Ouvrages de l'esprit. Il y a excès de familiarité dans son style.

Littré (1872-1877)

FAMILIARITÉ (fa-mi-li-a-ri-té) s. f.
  • 1Grande intimité. Il s'est approché des grands, et a été reçu en leur familiarité, Guez de Balzac, 2e hist. Tu as donc familiarité avec le prince ? Molière, Princ. d'Él. III, 3. Dieu s'émeut plus sensiblement sur les pécheurs convertis, qui sont sa nouvelle conquête ; mais il réserve une plus douce familiarité aux justes, qui sont ses anciens et perpétuels amis, Bossuet, Marie-Thér. Polybe, que son étroite familiarité avec les Romains faisait entrer si avant dans le secret des affaires, Bossuet, Hist. III, 6. Aussi la rougeur lui monterait-elle au visage, s'il était malheureusement surpris dans la moindre familiarité avec quelqu'un qui n'est ni opulent, ni puissant, ni ami d'un ministre, ni son domestique, ni son allié, La Bruyère, IX. Pour admettre les honnêtes gens dans sa familiarité, Fénelon, Tél. II. Si le duc de Duras m'honorait de sa bonté et de sa familiarité comme vous le prétendez…, Voltaire, Lett. Richelieu, 25 mai 1772. Rassuré bientôt par la manière libre et douce dont le roi lui parlait, il reprit avec lui sa familiarité ordinaire, et tous deux s'entretinrent en riant du combat de Bender, Voltaire, Charles XII, 7.

    Par extension. Cette familiarité, pour ainsi dire, des sacrés mystères ne faisait que la rendre plus respectueuse et plus circonspecte ; et l'usage fréquent qu'elle en faisait ne diminuait pas sa ferveur, Fléchier, Marie-Thèr. Les sciences, en faveur desquelles il s'abaissait au rang de simple particulier, doivent l'élever en récompense au rang des Auguste et des Charlemagne, qui leur ont accordé aussi leur familiarité, Fontenelle, Czar Pierre.

  • 2Manière libre et familière. Il en est des rois comme des femmes, pour lesquelles la familiarité a toujours quelque fâcheuse conséquence, Diderot, Claude et Nér. I, § 34.

    Ton familier. Si la Sophonisbe de Mairet n'avait pas été infectée d'une familiarité comique, souvent poussée jusqu'à la bassesse, elle se serait soutenue au théâtre, Voltaire, Lett. Richelieu, 5 juill. 1773. C'est par son excellente manière de raisonner qu'il [Bayle] est surtout recommandable, non par sa manière d'écrire, trop souvent diffuse, lâche, incorrecte, et d'une familiarité qui tombe quelquefois dans la bassesse, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, Bayle.

    Au plur. Choses familières, traits familiers. Ces jeux de l'imagination, ces finesses, ces tours, ces traits saillants, ces gaietés, ces petites sentences coupées, ces familiarités ingénieuses, qu'on prodigue aujourd'hui, ne conviennent qu'aux petits ouvrages de pur agrément, Voltaire, Dict. phil. Esprit. L'éloquent Bossuet voulait bien rayer quelques familiarités échappées à son génie vaste, impétueux et facile, Voltaire, Temp. du goût.

  • 3 Au plur. Manières libres et inconvenantes. Prendre, se permettre des familiarités avec quelqu'un. J'étais familier avec la première, sans avoir de familiarités ; au contraire j'étais aussi tremblant qu'agité devant la seconde, même au fort des plus grandes familiarités, Rousseau, Conf. I. Ils ne passeraient pas tout d'un coup aux dernières familiarités, Rousseau, Ém. I.

    Avoir des familiarités avec une femme, en obtenir des faveurs.

  • 4Nom donné à des associations religieuses qui existaient autrefois en Franche-Comté.

    PROVERBE

    Familiarité engendre mépris.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ne saiez pas familiez à toz, mes aiez quenoissence [connaissance] à toz ; quar po avient que de grant familiarité ne vogne peril de juridiction, Liv. de just. 71. On doit moult regarder s'il avoit entre noz [nous] deus sanblant d'amor… et s'on voit familiarité, il ne doit pas estre oïs de le [la] porsuite du larrecin contre mi, Beaumanoir, XXXI, 13.

XIVe s. La familiarité des dames que elle sot pourchacier, Bercheure, f° 20, verso. Comme l'on dit que trop grant familiarité engendre mesprisement, aussi fait trop grant humilité, Ménagier, I, 9. Pour la familiarité que j'avoie avec luy ou qu'il povoit avoir en moy, ib. I, 3.

XVe s. [Monseigneur le comte de Blois] me bailla ses lettres de familiarité adressans au comte de Foix [lettres attestant qu Froissart était de la familiarité du comte de Blois], Froissart, II, III, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FAMILIARITÉ, (Morale.) c’est une liberté dans les discours & dans les manieres, qui suppose entre les hommes de la confiance & de l’égalité. Comme on n’a pas dans l’enfance de raison de se défier de son semblable, comme alors les distinctions de rang & d’état ou ne sont pas, ou sont imperceptibles, on n’apperçoit rien de contraint dans le commerce des enfans. Ils s’appuient sans crainte sur tout ce qui est homme : ils déposent leurs secrets dans les cœurs sensibles de leurs compagnons : ils laissent échapper leurs goûts, leurs espérances, leur caractere. Mais les compagnons deviennent concurrents, & enfin rivaux ; on ne court plus ensemble la même carriere ; on s’y rencontre, on s’y presse, on s’y heurte ; & bien-tôt on n’y marche plus qu’à couvert & avec précaution.

Mais ce sont sur-tout les distinctions de rangs & d’état, plus que la concurrence dans le chemin de la fortune, ou la rivalité dans les plaisirs, qui font disparoître dans l’âge mûr la familiarité du premier âge.

Elle reste toûjours dans le peuple : il la conserve même avec ses supérieurs, parce qu’alors par une sotte illusion de l’amour-propre, il croit s’égaler à eux. Le peuple ne cesse d’être familier que par défiance, & les grands que par la crainte de l’égalité. Ce qu’on appelle maintien, noblesse dans les manieres, dignité, représentation, sont des barrieres que les grands savent mettre entr’eux & l’humanité. Ils sont ennemis de la familiarité, & quelques-uns même la craignent avec leurs égaux. Les uns qui prétendent à une considération qu’on ne peut accorder qu’à leur rang, & qu’on refuseroit à leur personne, s’élevent par leur état au-dessus de tout ce qui les entoure, à proportion qu’ils prétendent plus, & qu’ils méritent moins. D’autres qui ont cette dureté de cœur, qu’on n’a que trop souvent quand on n’a point eu besoin des hommes, gênent les sentimens qu’ils inspirent, parce qu’ils ne pourroient les rendre. Ils aiment mieux qu’on leur marque du respect & des égards, parce qu’ils rendront des procédés & des attentions. Ils sont à plaindre de peu sentir, mais à admirer s’ils sont justes.

Il y a dans tous les états des hommes modestes & vertueux, qui se couvrent toûjours de quelques nuages ; ils semblent qu’ils veulent dérober leurs vertus à la profanation des loüanges ; dans l’amitié même, ils ne se montrent pas, mais ils se laissent voir.

La familiarité est le charme le plus séduisant & le lien le plus doux de l’amitié : elle nous fait connoître à nous-mêmes ; elle développe les hommes à nos yeux ; c’est par elle que nous apprenons à traiter avec eux : elle donne de l’étendue & du ressort au caractere : elle lui assûre sa forme distinctive : elle aide un naturel aimable à sortir des entraves de la coûtume, & à mépriser les détails minutieux de l’usage : elle répand, sur tout ce que nous sommes, l’énergie & les graces (voyez Grace) : elle accélere la marche des talens, qui s’animent & s’éclairent par les conseils libres de l’amitié : elle perfectionne la raison, parce qu’elle en exerce les forces : elle nous fait rougir : elle nous guérit des petitesses de l’amour-propre : elle nous aide à nous relever de nos fautes : elle nous les rend utiles. Hé ! comment des ames vertueuses pourroient-elles regretter de frivoles démonstrations de respect, quand on les en dédommage par l’amour & par l’estime ? Voyez Egards.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « familiarité »

Provenç. familiaritat ; espagn. familiaridad ; ital. familiarità ; du lat. familiaritatem, de familiaris, familier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin familiaritas (« état de ce qui est familier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « familiarité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
familiarité familjarite

Évolution historique de l’usage du mot « familiarité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « familiarité »

  • L’intimité est funeste à toute grandeur, et il faut bien se garder de la familiarité quand on aspire sérieusement à la gloire. De Plutarque / Vies des hommes illustres
  • Ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ce ne sont qu'accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité. De Michel de Montaigne / Essais
  • La familiarité irrite chez un supérieur, parce qu'on ne peut la lui rendre. De Friedrich Nietzsche / Par-delà le Bien et le Mal
  • La familiarité engendre le mépris… et les enfants. De Mark Twain
  • En communication, la familiarité entraîne l'apathie. De William Bernbach
  • La familiarité ouvre la porte à l'amour, mais elle la ferme à l'amitié. De Axel Oxenstiern
  • C'est de la familiarité que naissent les plus tendres amitiés et les plus fortes haines. De Antoine de Rivarol
  • Pas de familiarités avec toi-même ! De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Les Français sont satisfaits à peu de frais, un peu de familiarité dans les manières leur semble de l'égalité. De Alfred de Vigny
  • Gardez-vous de la familiarité des rois avec le même soin que le bois sec doit s'éloigner du feu. De Proverbe oriental
  • C’est la familiarité de mes ennemis qui, plus que tout, me désoblige - car elle laisserait à supposer que ce sont là d’anciens amis. De Sacha Guitry
  • Je me vante d'avoir grandi, mûri, vieilli dans la familiarité du vin ; à le tutoyer dès l'enfance, on perd l'esprit d'intempérance et de gloutonnerie ; on acquiert, on forme son goût personnel. De Colette
  • La célébrité télévisuelle est vulgaire, sans prestige, elle repose sur la familiarité. Si on est "dans" la télé, on est célébre. Monsieur météo n'est-il pas le roi de l'Audimat ?
  • A mesure que nous vieillissons, les jours semblent devenir plus courts, et notre familiarité avec le temps diminue pour nous la perception de sa durée. De Oliver Goldsmith / The vicar of Wakefield
  • Les chiens sont connus pour la puissance de leur odorat. On peut notamment les entraîner à renifler les drogues et les explosifs. Mais leur capacité à détecter les changements liés à la grossesse dépend probablement de leur familiarité avec la personne concernée. Slate.fr, Les chiens peuvent détecter une grossesse | Slate.fr
  • Avec pédagogie, cet essai balaie les différents pans de la société américaine et analyse les débats qui l’agitent, depuis le mouvement #MeToo jusqu’à la question des armes à feu en passant par l’éducation et la santé. Il rappelle l’importance, concernant ces questions de société, d’institutions méconnues en France, à commencer par la Cour suprême des États-Unis, qui ne cesse de faire le lien entre l’Amérique des origines et celle d’aujourd’hui. Ce faisant, Didier Combeau corrige de nombreuses illusions d’optique liées à une fausse familiarité avec les États-Unis. Un livre à recommander pour tous ceux qui veulent suivre de près la course à la Maison-Blanche. La Croix, « Être américain aujourd’hui » : l’identité américaine, une construction permanente
  • La première c’est que le digital est la solution à tout et que la technologie remplacera les rencontres physiques (tout en coûtant moins cher bien sûr). On a tous vécu les frustrations de la visio : la rencontre digitale ne remplacera jamais le besoin (et le désir) de se retrouver. Inversement, se dire que l’événement digital n’a été qu’une parenthèse, et que dès le retour à une vie (quasi) normale, les événements physiques redémarreront comme si de rien n’était reviendrait à nier ce qui s’est passé de fondamental pendant ces derniers mois : la mutation des usages, qui a vu les individus et les salariés développer une vraie familiarité digitale, et qui ont appris à s’informer, découvrir, manager, et à travailler ensemble de façon distancielle. Stratégies, Événementiel : expérience...or die? - Stratégies
  • L'avantage du terrain à domicile est depuis longtemps bien plus important dans le football que dans la plupart des autres sports. La grande expérience menée en Allemagne depuis le mois de mai a montré que cet avantage n'est pas seulement dû à la familiarité du terrain, mais aussi, et surtout, aux supporters. Slate.fr, Les stades de foot vides influencent les résultats | Slate.fr
  • À propos d’AppTechAppTech Corp. est une société de technologie financière qui utilise des technologies innovantes de traitement des paiements pour compléter ses principales capacités de services marchands. Ses logiciels brevetés et propriétaires pour les services marchands, le marketing de texte et la génération de leads sont sous licence ou disponibles via une suite d’offres synergiques. AppTech développe un système de paiement par SMS de niveau entreprise utilisant la simplicité et la familiarité de la messagerie texte avec l’authentification multifacteur pour assurer la sécurité. AppTech propose également le marketing numérique, le développement de logiciels, le développement d’applications mobiles, le développement de sites Web, l’hébergement de sites Web et le traitement complet des paiements pour les opérations de brique et de mortier, le commerce électronique et ACH. Pour plus d’informations sur notre entreprise, veuillez visiter: www.apptechcorp.com Vivez l'actualité avec Repha.fr, AppTech Corp. dépose une demande de mise à jour OTCQB - Vivez l'actualité avec Repha.fr

Traductions du mot « familiarité »

Langue Traduction
Anglais familiarity
Espagnol familiaridad
Italien familiarità
Allemand vertrautheit
Chinois 熟识
Arabe معرفة
Portugais familiaridade
Russe знакомство
Japonais 親しみやすさ
Basque etxekotasuna
Corse familiarità
Source : Google Translate API

Synonymes de « familiarité »

Source : synonymes de familiarité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « familiarité »

Familiarité

Retour au sommaire ➦

Partager