La langue française

Emphase

Sommaire

  • Définitions du mot emphase
  • Étymologie de « emphase »
  • Phonétique de « emphase »
  • Évolution historique de l’usage du mot « emphase »
  • Citations contenant le mot « emphase »
  • Traductions du mot « emphase »
  • Synonymes de « emphase »
  • Antonymes de « emphase »

Définitions du mot emphase

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPHASE, subst. fém.

A.− RHÉT. Figure consistant à employer un mot ou un groupe de mots d'une force expressive exagérée par rapport à l'idée exprimée. Synon. hyperbole.N'y a-t-il pas un peu d'emphase oratoire dans tous ces participes? (About, Grèce,1854, p. 354):
1. L'emphase de Balzac n'est qu'un jeu, car il n'en est jamais la dupe. Ceux qui le censurent avec amertume et gravité, sont des gens qui n'entendent pas la plaisanterie sérieuse, et qui ne savent pas distinguer l'hyperbole de l'exagération, l'emphase de l'enflure, la rhétorique d'un homme de la sincérité de son personnage, enfin ce qui tient à l'art de ce qui tient à l'artiste. Joubert, Pensées,t. 2, 1824, p. 182.
P. ext., LING.
GRAMM. TRANSFORMATIONNELLE ,,Accent particulier porté sur un constituant de la phrase`` (Ling. 1972). Coefficient emphase, transformation d'emphase (Ling. 1972).
PHONÉT. Cf. consonnes emphatiques* A.
P. anal. Outrance, manque de simplicité dans l'expression d'un art (musique, peinture). J'aime son emphase [de Rubens], j'aime ses formes outrées et lâchées (Delacroix, Journal,1847, p. 200).La moindre trace d'emphase ou d'enflure (...) déshonore aussi bien la musique que la statuaire (Alain, Propos,1921, p. 325).
B.− Courant
1. Exagération dans la manière de dire ou d'écrire, qui se traduit soit dans le style (emploi de mots ou de formules outrés, pompeux), soit dans le ton, la voix et parfois le geste. Parler, déclamer avec emphase. Parler sans emphase. Simplement, avec naturel. MmeVerdurin (...) faisait elle-même la lecture à haute voix en faisant sonner avec emphase les phrases les plus simples (Proust, Temps retr.,1922, p. 791):
2. La banalité de sa pensée se cachait sous un flot d'images. Il s'exprimait avec une emphase qui tenait lieu d'esprit, et trouvait le moyen de servir à chacun un compliment amphigourique. Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1166.
2. Exagération dans le comportement, dans la manifestation d'un sentiment. Un dévouement sans comédie et sans emphase; une douceur sans faiblesse (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 194):
3. MmeRoland. « J'aime, disais-je, ce caractère romain dans nos temps. Sa mort est un peu drapée et théâtrale; elle pose, il est vrai, avec un peu d'affectation. » Elle m'interrompt : « Eh, ma foi, il est assez beau d'avoir la force de penser à poser dans ce moment-là. » (...) « D'ailleurs, qu'importe? Une petite bourgeoise comme MmeRoland pouvait bien mettre de l'emphase dans sa mort. C'était aux grandes dames à être simples. » Vigny, Le Journal d'un poète,1842, p. 1187.
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃fa:z]. Mais [a] ant. ds Dub. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1543 rhét. (Pasquier, Rech., II, 3, p. 53 ds Gdf. Compl); 2. av. 1655 « exagération dans la manière de s'exprimer » (Desmarets, Visionnaires, III, 4 ds Littré); av. 1741 « solennité exagérée » (St Simon, 49, 77, ibid.). Empr. au gr. ε ́ μ φ α σ ι ς, terme de rhét. « expression forte ». Fréq. abs. littér. : 351. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 553, b) 476; xxes. : a) 417, b) 514. Bbg. Slack (A.). Le Coin du pédagogue. Fr. R. 1973, t. 46, p. 984.

Wiktionnaire

Nom commun

emphase \ɑ̃.faz\ féminin

  1. (Rhétorique) Affectation pompeuse dans les paroles, dans le débit, dans la mimique et dans les gestes. Enflure, manière de faire l’important devant l’auditoire, de gonfler son discours avec des mots ronflants.
    • Le dîner fut médiocre et la conversation impatientante. C’est la table d’un mauvais livre, pensait Julien. Tous les plus grands sujets des pensées des hommes y sont fièrement abordés. Écoute-t-on trois minutes, on se demande ce qui l’emporte, de l’emphase du parleur ou de son abominable ignorance. — (Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830)
    • Après les salutations, où brilla dans toute son emphase la civilité provinciale, le fauteuil de la présidence fut occupé par celui des assistants que son titre semblait y appeler. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Il n’y a pourtant pas là la moindre emphase, on ne te donne pas du génie, on s’adresse à ton cœur. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844 ; p. 163 de l’éd. Houssiaux de 1855)
    • Cornudet, en l’écoutant, gardait un sourire approbateur et bienveillant d’apôtre ; de même un prêtre entend un dévot louer Dieu, car les démocrates à longue barbe ont le monopole du patriotisme comme les hommes en soutane ont celui de la religion. Il parla à son tour d’un ton doctrinaire, avec l’emphase apprise dans les proclamations qu’on collait chaque jour aux murs, et il finit par un morceau d’éloquence où il étrillait magistralement cette « crapule de Badinguet ». — (Maupassant, Boule de Suif , 1880)
  2. Mise en relief d'un des constituants de la phrase par l'intonation ou par l'ordre des mots.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPHASE. n. f.
Affectation pompeuse dans le discours ou dans le débit. Cet homme parle avec emphase. Prononcer avec emphase.

Littré (1872-1877)

EMPHASE (an-fâ-z') s. f.
  • 1Exagération dans l'expression, le ton, la voix, le geste. Vous ne les liriez pas avec assez d'emphase, Desmarets, Visionnaires, III, 4. Il réprime des mots l'ambitieuse emphase ; Ici le sens le choque, et plus loin c'est la phrase, Boileau, Art p. I. Ces mots [contre la corruption de Rome] ont dans sa bouche [de Juvénal] une emphase admirable, Boileau, Sat. X. Les plus grandes choses n'ont besoin que d'être dites simplement, elles se gâtent par l'emphase, La Bruyère, V. Ce calme des passions qu'ils annonçaient avec tant d'emphase, Massillon, Av. Noël. Le prince d'Orange aima mieux traiter avec un homme droit, franc et libéral, tel qu'était M. de Boufflers, qu'avec l'emphase, les grands airs et la variété du maréchal de Villeroy, Saint-Simon, 49, 77. Surtout, ne confondez jamais l'emphase avec la chaleur et la force, Genlis, Théât. d'éduc. le Magistrat, I, 9. Il lui détaille avec emphase les occupations qui l'accablent, les travaux dont il est chargé, Genlis, Veillées du chât. t. III, p. 13, dans POUGENS.
  • 2 Terme de rhétorique. Figure qui consiste à employer un mot qui a beaucoup de force, comme enflammé de colère, perdu de dettes, et qui, ne différant pas de la métaphore, de l'hyperbole, ne mériterait pas de porter un nom particulier.

HISTORIQUE

XVIe s. Au premier qui me ramene et qui me demande la verité nue et crue, je quitte soubdain mon essort, et la lui donne sans exageration, sans emphase et remplissage, Montaigne, IV, 181.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EMPHASE, s. f. (Belles-Lettres.) énergie outrée dans l’expression, dans le ton de la voix, dans le geste.

Emphase se prend ordinairement en mauvaise part, & marque un défaut, soit dans les paroles, soit dans l’action de l’orateur. On dit d’un prédicateur qu’il prononce avec emphase, qu’il regne beaucoup d’emphase dans ses pieces ; & ce n’est sûrement pas un éloge. Quel plus grand supplice, dit la Bruyere, que d’entendre prononcer de médiocres vers avec toute l’emphase d’un mauvais poëte ! (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « emphase »

Du latin emphasis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἔμφασις, emphase, proprement apparence, de ἐν, en, et φάσις, apparition (voy. PHASE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « emphase »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
emphase ɑ̃faz

Évolution historique de l’usage du mot « emphase »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « emphase »

  • L'adolescence est une emphase : elle est sensible à la bassesse, plus encore qu'à l'erreur. De Jean-Michel Michelena / C'est une grave erreur que d'avoir des ancêtres forbans
  • La littérature est un grand mot, souvent utilisé avec emphase ; alors que c'est avant tout un rendez-vous qui nourrit chacun de nous. De Benoît Poelvoorde / Studio Magazine - Juin 2001
  • "Ce jeu est l'œuvre d'un seul développeur. Pendant trois ans, il a évolué dans l'ombre de ma chambre", voici comment se présente Manor Lords sur Steam. Il s'agit d'un RTS médiéval mettant l'emphase sur la construction de villes, son créateur parlant même d'un aspect Citybuilder. Jeuxvideo.com, Bande-annonce Manor Lords : Un RTS médiéval prévu pour cet automne - jeuxvideo.com

Traductions du mot « emphase »

Langue Traduction
Anglais emphasis
Espagnol énfasis
Italien enfasi
Allemand betonung
Chinois 重点
Arabe تشديد
Portugais ênfase
Russe акцент
Japonais 強調
Basque nabarmenduz
Corse enfasi
Source : Google Translate API

Synonymes de « emphase »

Source : synonymes de emphase sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « emphase »

Partager