La langue française

Prudence

Sommaire

  • Définitions du mot prudence
  • Étymologie de « prudence »
  • Phonétique de « prudence »
  • Citations contenant le mot « prudence »
  • Images d'illustration du mot « prudence »
  • Traductions du mot « prudence »
  • Synonymes de « prudence »
  • Antonymes de « prudence »

Définitions du mot prudence

Trésor de la Langue Française informatisé

PRUDENCE, subst. fém.

A.−
1.
a) Qualité, attitude d'esprit de celui qui prévoit, calcule les conséquences d'une situation, d'une action qui pourraient être fâcheuses ou dangereuses moralement ou matériellement, et qui règle sa conduite de façon à les éviter. Synon. circonspection, précaution, prévoyance, sagesse; anton. imprudence, audace, hardiesse, insouciance, intrépidité, imprévoyance, témérité.Quand il en est là, un grand cœur ne prend conseil que de son désespoir; la prudence est hors de saison, l'audace seule a chance de succès (Sandeau, Sacs,1851, p. 23).Prudence n'est que l'euphémisme de peur (Renard, Journal,1895, p. 279).C'est exact qu'il est sujet aux rhumes, aux laryngites, et qu'il doit prendre soin d'éviter les différences de température. Mais cette prudence a dégénéré en une véritable obsession (Martin du G., Notes Gide,1951, p. 1408):
1. Il faut avoir toujours présent à l'esprit, dans la direction des affaires de ce monde, l'enchaînement des causes et des effets, des moyens et du but : mais cette prudence est à la vertu comme le bon sens au génie : tout ce qui est vraiment beau est inspiré, tout ce qui est désintéressé est religieux. Staël, Allemagne,t. 4, 1810, p. 289.
Expr. La prudence du serpent (vieilli). Prudence qui allie l'habileté à la ruse. J'ai agi dans cette affaire avec la prudence du serpent; et si un vote motivé ne me conserve pas cette prudence, j'offre ma démission (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 136).
Proverbe. Prudence est mère de sûreté. Ne t'étonne pas de l'en-tête commercial qui est sur l'enveloppe. La prudence est mère de la sûreté. Et le vieux galant de la Cayla fait lire les lettres dans son cabinet noir (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 305).
b) [Dans diverses constructions]
[Constr. avec un compl. ou un adj. spécifiant une activité ou un domaine d'activité]
[Constr. avec un adj. ou un compl. introd. par de] Prudence commerciale, financière, politique; prudence de conduite. Sainte-Beuve, sans les signer, envoie à la Revue suisse ses chroniques parisiennes et, libre de prudence académique ou mondaine, formule dans toute leur verdeur ses jugements sur les hommes et les œuvres (Civilis. écr.,1939, p. 32-6).La prudence d'appréciation (...) s'impose en l'état des recherches statistiques (Gds ensembles habit.,1963, p. 23).
[Constr. avec un compl. à l'inf.] Les emplois que j'avais remplis me plaçaient dans une situation particulière et délicate, qui m'imposait la prudence de ne pas me trouver où le zèle d'un président pourrait employer des expressions que je ne pouvais, ni ne devais, ni ne voulais approuver de ma pensée, ni de ma présence (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 220).Le jeu mobilise les divers avantages que chacun peut avoir reçu du sort, son meilleur zèle (...), l'audace de risquer et la prudence de calculer (Jeux et sports,1967, p. xiv).
[Constr. avec un compl. locatif] Prudence au jeu. Cette littérature (...) ignore toute discipline intellectuelle : prudence dans l'assertion, méfiance de ses préférences (Benda, Fr. byz.,1945, p. 36).La tactique combinée de l'audace dans les mots et de la prudence dans les actes (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 294).
[Constr. avec une prép.]
[avec avec, sans] Agir, vivre avec prudence; conduire avec prudence. Avec de la prudence on (...) [peut] examiner cette chute de très-près, et même descendre dans l'abîme (Crèvecœur, Voyage,t. 2, 1801, p. 179).L'évêque de Tours, avec sa prudence et son sang-froid habituels, objecta d'une manière calme qu'il n'était pas seul juge de la cause (Thierry, Récits mérov.,t. 2, 1840, p. 153).Après l'avoir saigné copieusement, on venait de le purger sans prudence (Zola, Joie de vivre,1884, p. 834).
[avec dans] Vous pouvez ajouter à mes suppressions toutes les suppressions que dans votre prudence vous jugerez utiles (Hugo, Corresp.,1853, p. 164).
[avec par] Quand les déménageurs pénétraient dans la pièce où il s'était réfugié, il se cachait par prudence sous une table ou sous une commode qui demeuraient encore (A. France, Riquet,1904, p. 80).Le même hiver, le père M. tomba malade. Par prudence, il voulut faire le partage, poussé par sa fille, mariée à la ville, qui désirait construire (Debatisse, Révol. silenc.,1963, p. 39).
c) Au plur. Actes, comportements manifestant de la prudence. Synon. précautions.Prudences de langage. Les lames liées par les pointes tournaient l'une autour de l'autre, tantôt lentes, tantôt rapides, avec des malices et des prudences qui prouvaient la force des deux combattants (Gautier, Fracasse,1863, p. 341).Henriette (...) s'abandonnait à une intimité dont il restait surpris et embarrassé, car elle perdait ses prudences de femme du monde (Zola, Bonh. dames,1883, p. 678):
2. Ci-joint, les trois chroniques déjà publiées. Je pense que vous sentirez l'embarras d'un étalon de ma sorte, attelé à ce véhicule de prostitution et de bêtise. J'écris ce que je peux, aussi sincèrement, aussi noblement qu'il m'est donné, mais avec des prudences qui ne me vont guère, et dans quels horribles voisinages! Bloy, Journal,1892, p. 60.
SYNT. a) Avoir de la prudence, une grande prudence, la prudence de faire qqc.; montrer, faire montre, preuve de prudence (dans qqc.); mettre de la prudence, une grande prudence à faire qqc.; il y a de la prudence à faire qqc.; c'est (de la) prudence de faire qqc.; être plein de prudence; s'écarter des règles de la prudence; manquer de prudence; oublier, perdre toute prudence; sortir de sa prudence habituelle; redoubler de prudence. b) La prudence, la simple, la plus élémentaire prudence commande, conseille, demande, exige, veut qqc. c) Engager, inviter, rappeler qqn à la prudence, à plus de prudence; recommander à qqn la (plus grande) prudence; être tenu à la prudence; faire qqc. pour plus de prudence, par mesure de prudence. d) Acte, conseil, parole de prudence; excès de prudence. e) Adresse, astuce, bon sens, calcul, circonspection, clairvoyance, habileté, jugement, méfiance, mesure, modération, patience, perspicacité, prévoyance, raison, réserve, retenue, sagesse, sang-froid, sens commun, tempérance et prudence; lâcheté, lenteur, ménagement, scrupule, timidité et prudence.
2. Caractère circonspect de quelqu'un, de ses actes. Adhel sent toute la prudence du conseil de son ami; et résolu de ne plus se livrer au plaisir d'entendre Mathilde jusqu'au moment où il la verra en sûreté (...), il la remet aux soins de Kaled (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 279).La prudence des actions proposées par Jean Monnet et l'empirisme des méthodes avait heureusement surpris des entrepreneurs méfiants de toute doctrine (Reynaud, Syndic. en Fr.,1963, p. 238).
(Être) d'une prudence + adj.Être d'une prudence consommée, excessive, extrême, rare; être d'une grande prudence. L'idée seule que, dans un duel, on est exposé à voir une pointe d'épée en face de son œil droit, a toujours suffi pour me rendre d'une prudence grande (Toepffer, Nouv. génev.,1839, p. 365).Cette série de mesures limitatives (...) a rendu la presse d'une prudence sans précédent : un accident d'aviation n'est publié que dans les termes du communiqué, les faits divers ne sont signalés qu'avec parcimonie (Civilis. écr.,1939, p. 40-1).
B.− Spécialement
1. HIST. DE LA PHILOS. Première vertu cardinale, celle qui allie force d'esprit, faculté de discernement, connaissance de la vérité dans la conduite de la vie. Synon. sagesse.Quelle est cette infidélité qui fonda des empires par la prudence, les défendit par le courage, les affermit par la justice (Volney, Ruines,1791, p. 21).Nous connaissons aussi le sacrement, c'est-à-dire l'expression, le signe de la prudence vraie et céleste de Dieu (Théol. cath.t. 14, 11939, p. 493).
MOR. CATH.
Prudence humaine, mondaine, de la chair, du siècle. Habileté dans les affaires du monde. Combien de circonstances imprévues peuvent (...) faire avorter ou réussir les plus grands projets en dépit de tous les calculs de la prudence humaine (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb.,t. 2, 1821, p. 42).
Prudence chrétienne. Vertu de celui qui sait discerner et choisir ce qui conduit au salut de son âme. Maître Conrad trouva que sa charité l'entraînait au delà des bornes de la prudence chrétienne, et il lui interdit de toucher et de baiser les ulcères des lépreux (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 213).
2. DR., vieilli. Laisser qqc. à la prudence de qqn, s'en remettre à la prudence de qqn. ,,Abandonner une décision à une autorité sans rien lui demander expressément`` (Littré). Lorsque les pièces seront représentées par les dépositaires, il est laissé à la prudence du juge-commissaire d'ordonner qu'ils resteront présens à la vérification (Code procéd. civile,1806, p. 363).
REM.
Prudentiel, -ielle, adj.,rare, théol. cath. [Corresp. à supra B] Relatif à la prudence. La disposition prudentielle de l'action (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 226).
Prononc. et Orth. : [pʀydɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1200 « sagesse » (Moralités sur Job, 355, 14 ds T.-L.). Empr. au lat. prudentia « prévoyance, prévision, compétence, sagesse ». Fréq. abs. littér. : 2 209. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 926, b) 2 961; xxes. : a) 2 240, b) 3 109. Bbg. Brucker (Ch.). Prudentia/prudence aux 12eet 13es. Rom. Forsch. 1971, t. 83, pp. 464-479.

Wiktionnaire

Nom commun

prudence \pʁy.dɑ̃s\ féminin

  1. Attitude d’esprit de celui qui, réfléchissant à la portée et aux conséquences de ses actes, prend ses dispositions pour éviter des erreurs ou fautes, des dangers possibles, s’abstient de tout ce qu’il croit pouvoir être source de dommage, ou pourrait être considéré par autrui comme non convenable ou désobligeant.
    • Une accusation de complot contre la vie de Napoléon III fut abandonnée par prudence ; l’idée était dans l’air, on craignait d’évoquer l’événement. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.22)
    • En dépit de ses prudences, voire de ses palinodies, Abélard n’échappa au sort de Bérenger et de Roscelin. Saint Bernard, au concile de Sens, le fit condamner […]. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Après avoir approché, d’aussi près que la prudence le permettait, la tête de roche à fleur d’eau de Hazelwood, nous fîmes plusieurs fois le tour de l’îlot ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • La prudence, nous le rappelons , est une vertu cardinale dont le siège est dans la raison pratique, et grâce à laquelle nous sommes capables de déterminer quels moyens la volonté doit choisir pour atteindre sa fin. — (Saint Thomas, Textes sur la morale , chap.2 : La prudence, traduits pas Étienne Gilson, Paris : J. Gabalda (sous le titre de Saint Thomas d'Aquin), 1925, Paris : Librairie J Vrin, 1998, p.266)
    • Rémi mena donc son enquête avec une prudence pointilleuse, n'hésitant pas à utiliser des subterfuges pour varier ses approches. — (Pierre Dimech, D'une jetée à l'autre: récits et nouvelles, Éditions Jean Curutchet, 1997, p.146)
    • L’invasion de la Belgique et du nord de la France par les Allemands disperse la famille Mermoz. Les grands-parents maternels de Jean choisissent la prudence et quittent précipitamment Mainbressy pour se réfugier à Aurillac, […]. — (Note de l'éditeur scientifique dans Défricheur du ciel: correspondance 1923-1936, de Jean Mermoz, rassemblée et présentée par Bernard Marck, Éditions Archipel, 2001, p. 381)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PRUDENCE. n. f.
Qualité qui permet d'apercevoir et d'éviter les dangers et les fautes, qui fait connaître et pratiquer ce qui est convenable dans la conduite de la vie. Agir, se conduire avec prudence. La prudence doit être la règle de toutes nos actions. Il n'y a pas de prudence à en user de la sorte. Il a bien manqué de prudence dans cette occasion. Une prudence consommée. Ce magistrat s'est conduit avec beaucoup de prudence. Ce général a donné des marques d'une grande prudence dans toutes ses campagnes. Je m'en remets, je m'en rapporte à votre prudence. Je me repose sur votre prudence. Sa prudence s'est trouvée en défaut. J'admire la prudence de votre conduite, de vos discours. La prudence est une des quatre vertus cardinales. Prov., Prudence est mère de sûreté. Dans le style de l'Écriture sainte, Prudence mondaine, prudence de la chair, prudence du siècle, Habileté dans la conduite, lorsqu'elle ne regarde que les choses du monde et qu'elle n'a point de rapport à celles du ciel; par opposition à Prudence chrétienne, Celle qui apprend à discerner ce qui conduit à Dieu de ce qui en éloigne, et qui fait préférer l'un à l'autre. Fig. et fam., Avoir la prudence du serpent, Être très prudent.

Littré (1872-1877)

PRUDENCE (pru-dan-s') s. f.
  • Vertu qui fait connaître et pratiquer ce qui convient dans la conduite de la vie. Et c'est toujours prudence en un péril funeste D'offrir une moitié pour conserver le reste, Corneille, Tois. d'or, I, 2. La sagesse est dans les vieillards, et la prudence est le fruit de la longue vie, Sacy, Bible, Job, XII, 12. J'en veux un peu à la prudence humaine ; je me souviens de quelques tours qu'elle a faits, dignes de risée ; la voilà décriée pour jamais, Sévigné, 341. Ce que peut dans les maisons la prudence tempérée d'une femme sage…, Bossuet, Mar.-Thér. Nous mourons tous, disait cette femme dont l'Écriture a loué la prudence, Bossuet, Duch. d'Orl. Alors, quand les malheurs nous ouvrent les yeux… nous ne savons plus par où excuser cette prudence présomptueuse qui se croyait infaillible, Bossuet, Reine d'Anglet. Juste ciel ! c'est ainsi qu'assurant ta vengeance, Tu romps tous les ressorts de ma vaine prudence, Racine, Iphig. I, 5. Toutefois il [Joad] devrait garder plus de prudence, Racine, Athal. IV, 5. Où manque la prudence, trouvez la grandeur si vous le pouvez, La Bruyère, XII. Il y en aurait eu beaucoup [de traits hardis], si on n'avait été obligé, à quatre-vingt et un ans, de sacrifier à cette sotte vertu qu'on appelle prudence, Voltaire, Lett. La Harpe, 31 mars 1775. Dans l'incertitude de la vie humaine, évitons surtout la fausse prudence d'immoler le présent à l'avenir, Rousseau, Ém. v. Sa prudence était trop éclairée pour ressembler à la finesse, D'Alembert, Éloges, Dangeau.

    Terme de jurisprudence. S'en rapporter à la prudence, abandonner une décision à une autorité sans rien lui demander expressément.

    Dans le style de l'Écriture, prudence mondaine, prudence de la chair, prudence du siècle, l'habileté dans les affaires du monde. Prudence chrétienne, celle qui apprend à discerner ce qui conduit à Dieu.

    Avoir la prudence du serpent, être très prudent (locution qui ne se dit que dans le style familier, et qui provient de la subtilité attribuée par la Bible au serpent). Que le ciel vous donne la force des lions et la prudence des serpents ! Molière, Bourg. gent. IV, 6. Les chers frères ont la force des lions quand ils écrivent ; mais il faut qu'ils aient la prudence des serpents quand ils agissent, Voltaire, Lett. Damilaville, 1er juin 1764.

    PROVERBE

    Prudence est mère de sûreté.

HISTORIQUE

XIIIe s. Prudence est cil habiz par cui l'on puet conseiller à veraie raison entor les bones et les mauvaises choses de l'ome, Latini, Trésor, p. 298. Vertus moral est devisée en quatre membres, ce sont prudence, atemprance, force et justise, Latini, ib. p. 345.

XVIe s. Les sciences ne peuvent que nous enseigner la prudence, la preud'hommie et la resolution, Montaigne, I, 151. Je n'ay gueres d'art… pour dresser et conduire par prudence les choses à mon poinct, Montaigne, III, 47. La memoire des choses passées est la prudence de ce qui est à advenir, Pasquier, Lett. t. III, p. 683. On donne les offices et promotions, et non prudence et discretion, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 360.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRUDENCE, s. f. (Morale.) la prudence est, selon un bel esprit, tellement la compagne des autres vertus, que sans elle elles perdent leur nom : il pouvoit ajouter, & leur nature. Elle prépare leur route pour les y faire marcher, & elle la prépare lentement pour avancer plus vîte avec elles. On la définit plus exactement : la vertu qui nous fait prendre des moyens pour arriver à une fin, je suppose que l’on sous-entend une fin louable ou raisonnable : la fin donnant le prix à toute notre conduite, comment y auroit-il du mérite à savoir atteindre un but qui ne mériteroit pas d’être atteint ?

Au reste, comme les fins diverses qu’on peut se proposer sont infinies, selon une infinité de conjonctures, il faut se borner à parler de la prudence qui a en vue la fin générale de tout, qui est notre propre satisfaction jointe à celle d’autrui : par cet endroit la science de la morale n’est qu’une suite de maximes & de pratiques de prudence. Mais à regarder la prudence plus en particulier, elle tombe sur l’usage que nous devons faire de notre intelligence, & de l’attention de notre esprit, pour prévenir le repentir en chacune des démarches ou des entreprises de la vie. On peut utilement observer à ce sujet les regles suivantes, ou par rapport à soi, ou par rapport aux autres.

Par rapport à soi, toute prudence étant pour arriver à une fin, il faut en chaque affaire nous proposer un but digne de notre soin ; c’est ce qui fixe les vues & les desirs de l’ame, pour la mettre dans une route certaine, qu’elle suive avec constance ; sans quoi demeurant flottante & inquiette, quelque chose qui lui arrive, elle n’est point contente ; parce que desirant sans être déterminée à un objet qui mérite sa détermination, elle n’obtient point ce quelle a dû vouloir, pour arriver au repos d’esprit.

En se proposant une fin telle que nous l’avons dite, il est encore plus important d’examiner s’il est en notre pouvoir de l’atteindre. La témérité commune parmi les hommes, leur fait hasarder mille soins, du succès desquels ils ne peuvent raisonnablement se répondre. Cependant leur espérance ayant augmenté à proportion de leurs soins, ils ne font par-là que se préparer un plus grand déplaisir, ne pouvant dans la suite atteindre à l’objet dont ils ont laissé flatter leurs desirs ; c’est ce qui attire les plus grands chagrins de la vie. Les obstacles qu’on n’a pas prévus, & qui ne se peuvent surmonter, causent des maux plus grands, que tout l’avantage qu’on avoit en vue de se procurer.

La troisieme regle de prudence est d’appliquer à l’avenir l’expérience du passé ; rien ne ressemble plus à ce qui se fera que ce qui s’est déja fait. Quelque nouveauté qu’on apperçoive dans les conjonctures particulieres de la vie, les ressorts & les événemens sont les mêmes par rapport à la conduite. C’est toujours de l’inconstance & de l’infidélité qui en sont les traits les plus marqués ; de l’ingratitude & du repentir qui en sont les effets ordinaires ; des passions qui en sont la cause ; une joie trompeuse & un faux bonheur qui en sont l’amorce. Ainsi dans les choses qui sont de conséquence, il faut se préparer des ressources, & les ressources qu’on se préparera se trouveront d’un plus fréquent usage, que le succès dont on pouvoit se flatter.

Une quatrieme maxime est d’apporter tellement à ce qu’on fait toute son application, qu’au même tems on reconnoisse qu’avec cela on se peut tromper, ce qui tenant comme en bride l’orgueil de l’ame, préviendra aussi l’aveuglement que donne une trop grande confiance, & le déplaisir de voir sa présomption confondue par les événemens.

Les regles de prudence par rapport aux autres, sont principalement de ne s’entremettre des affaires d’autrui que le moins qu’il est possible, par la difficulté de les finir au gré des intéressés. Ils ont souvent des vues cachées & opposées à elles-mêmes que l’on ne peut atteindre, ni souvent démêler. On sait néanmoins ce que la charité & le bon cœur exigent à ce sujet ; mais la prudence semble demander en même tems qu’on ne s’ingere point dans les affaires d’autrui, à moins qu’un devoir évident ne l’exige, ou que nous n’y soyons directement appellés par les intéressés.

Quand nous serons engagés à entrer dans ce qui les touche, nous devons leur donner à comprendre que nous agissons uniquement par condescendance à leur volonté, sans leur répondre du succès ; mais surtout lorsqu’on s’apperçoit que par leur faute, ou par d’autres conjonctures on leur devient suspect, on ne peut trop tôt prendre le parti de quitter le soin de ce qui les touche, quelque service qu’on pût leur rendre d’ailleurs ; on s’exposeroit à leur donner plus de mécontentement que de satisfaction.

Prudence, (Iconol.) Cette vertu est représentée allégoriquement sous la figure d’une jeune fille tenant un miroir entouré d’un serpent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prudence »

Provenç. et ital. prudenza ; du lat. prudentia, de prudens, prudent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Avec le sens de « sagesse », emprunté au latin prudentia (« prévoyance, prévision, compétence, sagesse »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prudence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prudence prydɑ̃s

Citations contenant le mot « prudence »

  • Le silence est le sanctuaire de la prudence. De Baltasar Gracian y Morales / L'homme de cour
  • Encore qu'il soit de la probité d'un prince d'observer indispensablement ses paroles, il n'est pas de sa prudence de se fier absolument à celle d'autrui. Louis XIV, Mémoires
  • Il n'y a rien si sujet à être trompé que la prudence humaine : ce qu'elle espère lui manque, ce qu'elle craint s'écoule, ce qu'elle n'attend point lui arrive. Guillaume Du Vair, Traité de la constance
  • Amour, amour, quand tu nous tiens, On peut bien dire : Adieu, prudence ! Jean de La Fontaine, Fables, le Lion amoureux
  • Les âmes excessivement bonnes sont volontiers imprudentes par excès de bonté même, et d'un autre côté, les âmes prudentes sont assez rarement bonnes. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, Le Paysan parvenu
  • Seigneur, tant de prudence entraîne trop de soin : Je ne sais point prévoir les malheurs de si loin. Jean Racine, Andromaque, I, 2, Pyrrhus
  • La prudence n'est qu'une qualité : il ne faut pas en faire une vertu. Jules Renard, Journal, 8 avril 1897 , Gallimard
  • La prudence est la modestie des couards. De Henri Jeanson
  • La prudence est le style des aveugles. De Yvon Rivard / L'Ombre et le double
  • Prudence, prudence, quand tu nous tiens, on peut bien dire : "Adieu amour !". De Claude Dauphin
  • Sur la route, j'ai deux grands principes : prudence, prudence. De Philippe Geluck / La Vengeance du chat
  • La prudence est la mère de la porcelaine. De Wilhelm Wander
  • La prudence fait la moitié de la vie. De Proverbe oriental
  • Pour agir avec prudence, il faut savoir écouter. De Sophocle / Oedipe à Colone
  • L'intérêt est la règle de la prudence. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • La prudence est la mère de l’imbécilité. De Jean-Yves Soucy / Parc La Fontaine
  • L'activité fait plus de fortunes que la prudence. De Vauvenargues
  • Les vertus sans prudence sont des beautés sans yeux. De Proverbe espagnol
  • Bison Futé "appelle les usagers à la plus grande prudence" et leur livre des recommandations pour faire face, sur la route, à la vague de fortes chaleurs prévue à partir de ce jeudi et jusqu'à la fin de ce gros week-end de chassé-croisé estival.  LExpress.fr, Canicule et départs en vacances : Bison Futé appelle à la prudence - L'Express
  • (Pour autant, "on constate que nombre de gens ne prennent pas assez de précautions, que ce soit à la sortie des églises, dans les mariages, ou les rassemblements familiaux, où se multiplient les embrassades", Et Catherine de la Robertie dénonce avec vigueur "certains comportements inadaptés, qui vont à l’encontre des mesures sanitaires " et rappelle " toute l’importance des gestes barrières" en invitant "chacun de nous à la plus grande prudence dans le cadre privé, en particulier pour l’organisation de soirées familiales ou amicales qui se multiplient) ..........Et oui pour certains cette maladie n'est pas chez nous , elles n'as jamais existé , c'est des mensonges , un complot ..etc .... Genre les randonneurs que je connais qui font comme avant en se partageant les fruits sec ou tout le monde plonge sa main dans le paquet et partage le gateau et les boissons les uns contre les autres .... Tout vas bien , tout est question de temps ..... ladepeche.fr, Une dizaine de cas en un week-end : la prudence s’impose - ladepeche.fr
  • La gouverneure de Flandre-Occidentale implore les touristes à la prudence pour les séjours à la Côte, à la veille d’un week-end ensoleillé. Le Soir Plus, Appel à la prudence pour les «voyages inutiles» à la Côte - Le Soir Plus
  • La décision d’interdire les grillades et les feux d’artifice en forêt, en pâturages boisés et à proximité prend effet immédiatement sur l’entier du territoire, a indiqué jeudi le canton du Jura. Hors ces secteurs, la population est appelée à faire preuve de la plus grande prudence lors de l’allumage de feux d’artifice et de feux de loisirs. rts.ch, Interdiction de feux prononcée dans le Jura et plusieurs cantons - rts.ch - Suisse

Images d'illustration du mot « prudence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prudence »

Langue Traduction
Anglais caution
Espagnol precaución
Italien attenzione
Allemand vorsicht
Chinois 警告
Arabe الحذر
Portugais cuidado
Russe осторожность
Japonais 注意
Basque kontuz
Corse prudenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « prudence »

Source : synonymes de prudence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prudence »

Partager