La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « prudence »

Prudence

Variantes Singulier Pluriel
Féminin prudence prudences

Définitions de « prudence »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRUDENCE, subst. fém.

A.−
1.
a) Qualité, attitude d'esprit de celui qui prévoit, calcule les conséquences d'une situation, d'une action qui pourraient être fâcheuses ou dangereuses moralement ou matériellement, et qui règle sa conduite de façon à les éviter. Synon. circonspection, précaution, prévoyance, sagesse; anton. imprudence, audace, hardiesse, insouciance, intrépidité, imprévoyance, témérité.Quand il en est là, un grand cœur ne prend conseil que de son désespoir; la prudence est hors de saison, l'audace seule a chance de succès (Sandeau, Sacs,1851, p. 23).Prudence n'est que l'euphémisme de peur (Renard, Journal,1895, p. 279).C'est exact qu'il est sujet aux rhumes, aux laryngites, et qu'il doit prendre soin d'éviter les différences de température. Mais cette prudence a dégénéré en une véritable obsession (Martin du G., Notes Gide,1951, p. 1408):
1. Il faut avoir toujours présent à l'esprit, dans la direction des affaires de ce monde, l'enchaînement des causes et des effets, des moyens et du but : mais cette prudence est à la vertu comme le bon sens au génie : tout ce qui est vraiment beau est inspiré, tout ce qui est désintéressé est religieux. Staël, Allemagne,t. 4, 1810, p. 289.
Expr. La prudence du serpent (vieilli). Prudence qui allie l'habileté à la ruse. J'ai agi dans cette affaire avec la prudence du serpent; et si un vote motivé ne me conserve pas cette prudence, j'offre ma démission (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 136).
Proverbe. Prudence est mère de sûreté. Ne t'étonne pas de l'en-tête commercial qui est sur l'enveloppe. La prudence est mère de la sûreté. Et le vieux galant de la Cayla fait lire les lettres dans son cabinet noir (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 305).
b) [Dans diverses constructions]
[Constr. avec un compl. ou un adj. spécifiant une activité ou un domaine d'activité]
[Constr. avec un adj. ou un compl. introd. par de] Prudence commerciale, financière, politique; prudence de conduite. Sainte-Beuve, sans les signer, envoie à la Revue suisse ses chroniques parisiennes et, libre de prudence académique ou mondaine, formule dans toute leur verdeur ses jugements sur les hommes et les œuvres (Civilis. écr.,1939, p. 32-6).La prudence d'appréciation (...) s'impose en l'état des recherches statistiques (Gds ensembles habit.,1963, p. 23).
[Constr. avec un compl. à l'inf.] Les emplois que j'avais remplis me plaçaient dans une situation particulière et délicate, qui m'imposait la prudence de ne pas me trouver où le zèle d'un président pourrait employer des expressions que je ne pouvais, ni ne devais, ni ne voulais approuver de ma pensée, ni de ma présence (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 220).Le jeu mobilise les divers avantages que chacun peut avoir reçu du sort, son meilleur zèle (...), l'audace de risquer et la prudence de calculer (Jeux et sports,1967, p. xiv).
[Constr. avec un compl. locatif] Prudence au jeu. Cette littérature (...) ignore toute discipline intellectuelle : prudence dans l'assertion, méfiance de ses préférences (Benda, Fr. byz.,1945, p. 36).La tactique combinée de l'audace dans les mots et de la prudence dans les actes (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 294).
[Constr. avec une prép.]
[avec avec, sans] Agir, vivre avec prudence; conduire avec prudence. Avec de la prudence on (...) [peut] examiner cette chute de très-près, et même descendre dans l'abîme (Crèvecœur, Voyage,t. 2, 1801, p. 179).L'évêque de Tours, avec sa prudence et son sang-froid habituels, objecta d'une manière calme qu'il n'était pas seul juge de la cause (Thierry, Récits mérov.,t. 2, 1840, p. 153).Après l'avoir saigné copieusement, on venait de le purger sans prudence (Zola, Joie de vivre,1884, p. 834).
[avec dans] Vous pouvez ajouter à mes suppressions toutes les suppressions que dans votre prudence vous jugerez utiles (Hugo, Corresp.,1853, p. 164).
[avec par] Quand les déménageurs pénétraient dans la pièce où il s'était réfugié, il se cachait par prudence sous une table ou sous une commode qui demeuraient encore (A. France, Riquet,1904, p. 80).Le même hiver, le père M. tomba malade. Par prudence, il voulut faire le partage, poussé par sa fille, mariée à la ville, qui désirait construire (Debatisse, Révol. silenc.,1963, p. 39).
c) Au plur. Actes, comportements manifestant de la prudence. Synon. précautions.Prudences de langage. Les lames liées par les pointes tournaient l'une autour de l'autre, tantôt lentes, tantôt rapides, avec des malices et des prudences qui prouvaient la force des deux combattants (Gautier, Fracasse,1863, p. 341).Henriette (...) s'abandonnait à une intimité dont il restait surpris et embarrassé, car elle perdait ses prudences de femme du monde (Zola, Bonh. dames,1883, p. 678):
2. Ci-joint, les trois chroniques déjà publiées. Je pense que vous sentirez l'embarras d'un étalon de ma sorte, attelé à ce véhicule de prostitution et de bêtise. J'écris ce que je peux, aussi sincèrement, aussi noblement qu'il m'est donné, mais avec des prudences qui ne me vont guère, et dans quels horribles voisinages! Bloy, Journal,1892, p. 60.
SYNT. a) Avoir de la prudence, une grande prudence, la prudence de faire qqc.; montrer, faire montre, preuve de prudence (dans qqc.); mettre de la prudence, une grande prudence à faire qqc.; il y a de la prudence à faire qqc.; c'est (de la) prudence de faire qqc.; être plein de prudence; s'écarter des règles de la prudence; manquer de prudence; oublier, perdre toute prudence; sortir de sa prudence habituelle; redoubler de prudence. b) La prudence, la simple, la plus élémentaire prudence commande, conseille, demande, exige, veut qqc. c) Engager, inviter, rappeler qqn à la prudence, à plus de prudence; recommander à qqn la (plus grande) prudence; être tenu à la prudence; faire qqc. pour plus de prudence, par mesure de prudence. d) Acte, conseil, parole de prudence; excès de prudence. e) Adresse, astuce, bon sens, calcul, circonspection, clairvoyance, habileté, jugement, méfiance, mesure, modération, patience, perspicacité, prévoyance, raison, réserve, retenue, sagesse, sang-froid, sens commun, tempérance et prudence; lâcheté, lenteur, ménagement, scrupule, timidité et prudence.
2. Caractère circonspect de quelqu'un, de ses actes. Adhel sent toute la prudence du conseil de son ami; et résolu de ne plus se livrer au plaisir d'entendre Mathilde jusqu'au moment où il la verra en sûreté (...), il la remet aux soins de Kaled (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 279).La prudence des actions proposées par Jean Monnet et l'empirisme des méthodes avait heureusement surpris des entrepreneurs méfiants de toute doctrine (Reynaud, Syndic. en Fr.,1963, p. 238).
(Être) d'une prudence + adj.Être d'une prudence consommée, excessive, extrême, rare; être d'une grande prudence. L'idée seule que, dans un duel, on est exposé à voir une pointe d'épée en face de son œil droit, a toujours suffi pour me rendre d'une prudence grande (Toepffer, Nouv. génev.,1839, p. 365).Cette série de mesures limitatives (...) a rendu la presse d'une prudence sans précédent : un accident d'aviation n'est publié que dans les termes du communiqué, les faits divers ne sont signalés qu'avec parcimonie (Civilis. écr.,1939, p. 40-1).
B.− Spécialement
1. HIST. DE LA PHILOS. Première vertu cardinale, celle qui allie force d'esprit, faculté de discernement, connaissance de la vérité dans la conduite de la vie. Synon. sagesse.Quelle est cette infidélité qui fonda des empires par la prudence, les défendit par le courage, les affermit par la justice (Volney, Ruines,1791, p. 21).Nous connaissons aussi le sacrement, c'est-à-dire l'expression, le signe de la prudence vraie et céleste de Dieu (Théol. cath.t. 14, 11939, p. 493).
MOR. CATH.
Prudence humaine, mondaine, de la chair, du siècle. Habileté dans les affaires du monde. Combien de circonstances imprévues peuvent (...) faire avorter ou réussir les plus grands projets en dépit de tous les calculs de la prudence humaine (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb.,t. 2, 1821, p. 42).
Prudence chrétienne. Vertu de celui qui sait discerner et choisir ce qui conduit au salut de son âme. Maître Conrad trouva que sa charité l'entraînait au delà des bornes de la prudence chrétienne, et il lui interdit de toucher et de baiser les ulcères des lépreux (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 213).
2. DR., vieilli. Laisser qqc. à la prudence de qqn, s'en remettre à la prudence de qqn. ,,Abandonner une décision à une autorité sans rien lui demander expressément`` (Littré). Lorsque les pièces seront représentées par les dépositaires, il est laissé à la prudence du juge-commissaire d'ordonner qu'ils resteront présens à la vérification (Code procéd. civile,1806, p. 363).
REM.
Prudentiel, -ielle, adj.,rare, théol. cath. [Corresp. à supra B] Relatif à la prudence. La disposition prudentielle de l'action (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 226).
Prononc. et Orth. : [pʀydɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1200 « sagesse » (Moralités sur Job, 355, 14 ds T.-L.). Empr. au lat. prudentia « prévoyance, prévision, compétence, sagesse ». Fréq. abs. littér. : 2 209. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 926, b) 2 961; xxes. : a) 2 240, b) 3 109. Bbg. Brucker (Ch.). Prudentia/prudence aux 12eet 13es. Rom. Forsch. 1971, t. 83, pp. 464-479.

Wiktionnaire

Nom commun - français

prudence \pʁy.dɑ̃s\ féminin

  1. Attitude d’esprit de celui qui, réfléchissant à la portée et aux conséquences de ses actes, prend ses dispositions pour éviter des erreurs ou fautes, des dangers possibles, s’abstient de tout ce qu’il croit pouvoir être source de dommage, ou pourrait être considéré par autrui comme non convenable ou désobligeant.
    • La richesse des Roudier et des Granoux exaspérait Aristide au point de lui faire perdre toute prudence. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 98)
    • Une accusation de complot contre la vie de Napoléon III fut abandonnée par prudence ; l’idée était dans l’air, on craignait d’évoquer l’événement. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.22)
    • En dépit de ses prudences, voire de ses palinodies, Abélard n’échappa au sort de Bérenger et de Roscelin. Saint Bernard, au concile de Sens, le fit condamner […]. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Après avoir approché, d’aussi près que la prudence le permettait, la tête de roche à fleur d’eau de Hazelwood, nous fîmes plusieurs fois le tour de l’îlot ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • La prudence, nous le rappelons , est une vertu cardinale dont le siège est dans la raison pratique, et grâce à laquelle nous sommes capables de déterminer quels moyens la volonté doit choisir pour atteindre sa fin. — (Saint Thomas, Textes sur la morale , chap.2 : La prudence, traduits pas Étienne Gilson, Paris : J. Gabalda (sous le titre de Saint Thomas d'Aquin), 1925, Paris : Librairie J Vrin, 1998, p.266)
    • Rémi mena donc son enquête avec une prudence pointilleuse, n'hésitant pas à utiliser des subterfuges pour varier ses approches. — (Pierre Dimech, D'une jetée à l'autre: récits et nouvelles, Éditions Jean Curutchet, 1997, p.146)
    • L’invasion de la Belgique et du nord de la France par les Allemands disperse la famille Mermoz. Les grands-parents maternels de Jean choisissent la prudence et quittent précipitamment Mainbressy pour se réfugier à Aurillac, […]. — (Note de l'éditeur scientifique dans Défricheur du ciel: correspondance 1923-1936, de Jean Mermoz, rassemblée et présentée par Bernard Marck, Éditions Archipel, 2001, p. 381)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PRUDENCE. n. f.
Qualité qui permet d'apercevoir et d'éviter les dangers et les fautes, qui fait connaître et pratiquer ce qui est convenable dans la conduite de la vie. Agir, se conduire avec prudence. La prudence doit être la règle de toutes nos actions. Il n'y a pas de prudence à en user de la sorte. Il a bien manqué de prudence dans cette occasion. Une prudence consommée. Ce magistrat s'est conduit avec beaucoup de prudence. Ce général a donné des marques d'une grande prudence dans toutes ses campagnes. Je m'en remets, je m'en rapporte à votre prudence. Je me repose sur votre prudence. Sa prudence s'est trouvée en défaut. J'admire la prudence de votre conduite, de vos discours. La prudence est une des quatre vertus cardinales. Prov., Prudence est mère de sûreté. Dans le style de l'Écriture sainte, Prudence mondaine, prudence de la chair, prudence du siècle, Habileté dans la conduite, lorsqu'elle ne regarde que les choses du monde et qu'elle n'a point de rapport à celles du ciel; par opposition à Prudence chrétienne, Celle qui apprend à discerner ce qui conduit à Dieu de ce qui en éloigne, et qui fait préférer l'un à l'autre. Fig. et fam., Avoir la prudence du serpent, Être très prudent.

Littré (1872-1877)

PRUDENCE (pru-dan-s') s. f.
  • Vertu qui fait connaître et pratiquer ce qui convient dans la conduite de la vie. Et c'est toujours prudence en un péril funeste D'offrir une moitié pour conserver le reste, Corneille, Tois. d'or, I, 2. La sagesse est dans les vieillards, et la prudence est le fruit de la longue vie, Sacy, Bible, Job, XII, 12. J'en veux un peu à la prudence humaine ; je me souviens de quelques tours qu'elle a faits, dignes de risée ; la voilà décriée pour jamais, Sévigné, 341. Ce que peut dans les maisons la prudence tempérée d'une femme sage…, Bossuet, Mar.-Thér. Nous mourons tous, disait cette femme dont l'Écriture a loué la prudence, Bossuet, Duch. d'Orl. Alors, quand les malheurs nous ouvrent les yeux… nous ne savons plus par où excuser cette prudence présomptueuse qui se croyait infaillible, Bossuet, Reine d'Anglet. Juste ciel ! c'est ainsi qu'assurant ta vengeance, Tu romps tous les ressorts de ma vaine prudence, Racine, Iphig. I, 5. Toutefois il [Joad] devrait garder plus de prudence, Racine, Athal. IV, 5. Où manque la prudence, trouvez la grandeur si vous le pouvez, La Bruyère, XII. Il y en aurait eu beaucoup [de traits hardis], si on n'avait été obligé, à quatre-vingt et un ans, de sacrifier à cette sotte vertu qu'on appelle prudence, Voltaire, Lett. La Harpe, 31 mars 1775. Dans l'incertitude de la vie humaine, évitons surtout la fausse prudence d'immoler le présent à l'avenir, Rousseau, Ém. v. Sa prudence était trop éclairée pour ressembler à la finesse, D'Alembert, Éloges, Dangeau.

    Terme de jurisprudence. S'en rapporter à la prudence, abandonner une décision à une autorité sans rien lui demander expressément.

    Dans le style de l'Écriture, prudence mondaine, prudence de la chair, prudence du siècle, l'habileté dans les affaires du monde. Prudence chrétienne, celle qui apprend à discerner ce qui conduit à Dieu.

    Avoir la prudence du serpent, être très prudent (locution qui ne se dit que dans le style familier, et qui provient de la subtilité attribuée par la Bible au serpent). Que le ciel vous donne la force des lions et la prudence des serpents ! Molière, Bourg. gent. IV, 6. Les chers frères ont la force des lions quand ils écrivent ; mais il faut qu'ils aient la prudence des serpents quand ils agissent, Voltaire, Lett. Damilaville, 1er juin 1764.

    PROVERBE

    Prudence est mère de sûreté.

HISTORIQUE

XIIIe s. Prudence est cil habiz par cui l'on puet conseiller à veraie raison entor les bones et les mauvaises choses de l'ome, Latini, Trésor, p. 298. Vertus moral est devisée en quatre membres, ce sont prudence, atemprance, force et justise, Latini, ib. p. 345.

XVIe s. Les sciences ne peuvent que nous enseigner la prudence, la preud'hommie et la resolution, Montaigne, I, 151. Je n'ay gueres d'art… pour dresser et conduire par prudence les choses à mon poinct, Montaigne, III, 47. La memoire des choses passées est la prudence de ce qui est à advenir, Pasquier, Lett. t. III, p. 683. On donne les offices et promotions, et non prudence et discretion, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 360.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prudence »

Provenç. et ital. prudenza ; du lat. prudentia, de prudens, prudent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIIe siècle) Avec le sens de « sagesse », emprunté au latin prudentia (« prévoyance, prévision, compétence, sagesse »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prudence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prudence prydɑ̃s

Fréquence d'apparition du mot « prudence » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « prudence »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « prudence »

  • Les âmes excessivement bonnes sont volontiers imprudentes par excès de bonté même, et d'un autre côté, les âmes prudentes sont assez rarement bonnes.
    Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux — Le Paysan parvenu
  • Je sentis la main d’Estebaii sur mon bras. D’accord, Esteban, dis-je ; je ne vais pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Une petite tape me dit qu’il était heureux que je comprenne la nécessité d’agir avec prudence.
    Martin L. Weiss — La mort qui roule
  • Seigneur, tant de prudence entraîne trop de soin : Je ne sais point prévoir les malheurs de si loin.
    Jean Racine — Andromaque, I, 2, Pyrrhus
  • La prudence n'est qu'une qualité : il ne faut pas en faire une vertu.
    Jules Renard — Journal, 8 avril 1897 , Gallimard
  • La prudence est le style des aveugles.
    Yvon Rivard — L'Ombre et le double
  • La prudence est la mère de la porcelaine.
    Wilhelm Wander
  • Bison Futé "appelle les usagers à la plus grande prudence" et leur livre des recommandations pour faire face, sur la route, à la vague de fortes chaleurs prévue à partir de ce jeudi et jusqu'à la fin de ce gros week-end de chassé-croisé estival. 
    LExpress.fr — Canicule et départs en vacances : Bison Futé appelle à la prudence - L'Express
  • Pour agir avec prudence, il faut savoir écouter.
    Sophocle — Oedipe à Colone
  • La prudence est la mère de l’imbécilité.
    Jean-Yves Soucy — Parc La Fontaine
  • L'intérêt est la règle de la prudence.
    Vauvenargues — Réflexions et maximes
Voir toutes les citations du mot « prudence » →

Traductions du mot « prudence »

Langue Traduction
Anglais caution
Espagnol precaución
Italien attenzione
Allemand vorsicht
Chinois 警告
Arabe الحذر
Portugais cuidado
Russe осторожность
Japonais 注意
Basque kontuz
Corse prudenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « prudence »

Source : synonymes de prudence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prudence »

Combien de points fait le mot prudence au Scrabble ?

Nombre de points du mot prudence au scrabble : 13 points

Prudence

Retour au sommaire ➦