La langue française

Crudité

Sommaire

  • Définitions du mot crudité
  • Étymologie de « crudité »
  • Phonétique de « crudité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « crudité »
  • Citations contenant le mot « crudité »
  • Images d'illustration du mot « crudité »
  • Traductions du mot « crudité »
  • Synonymes de « crudité »
  • Antonymes de « crudité »

Définitions du mot crudité

Trésor de la Langue Française informatisé

CRUDITÉ, subst. fém.

État ou qualité de ce qui est cru.
A.− [En parlant d'un aliment] :
1. Les fleurs ne sont plus tout; le verger vient d'éclore, Et l'automne a tenu la promesse de Flore. Le fruit est mûr; et garde en sa douce âpreté D'un fruit à peine mûr l'aimable crudité. Chénier, Bucoliques,1794, p. 116.
P. métaph. Une turgescence de comique, un caractère de manière d'être, une crudité, une verdeur, un oubli de toute règle, un éloignement de toute convention (Goncourt, Journal,1862, p. 1133).
P. méton., au plur. Aliments consommés crus. Une tasse pleine de cornichons et d'oignons au vinaigre, Boule de suif, comme toutes les femmes, adorant les crudités (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 127).
P. anal. La crudité de l'eau (Ac. 1798-1932); la crudité des humeurs (Ac. 1798-1878); la crudité de l'atmosphère (Du Bos, Journal,1928, p. 56).
B.− Au fig.
1. Domaine de la vue.Caractère ou qualité d'une ligne, d'une teinte vive, de la lumière, sans atténuation. Des bandeaux très noirs (...) ajoutaient à la crudité des lignes de son front et de ses joues (Reider, MlleVallantin,1862, p. 32).Grandes masses de couleurs, vives jusqu'à la crudité (Barrès, Greco,1911, p. 119).
2. Domaine du lang.Caractère de ce qui est exprimé sans altération ni détours :
2. On me dira : « Ne pouviez-vous exprimer les mêmes vérités en les dénonçant avec moins de crudité? » Oui, oui! en délayant, tournoyant, emmiellant, chevrotant, tremblotant : ... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 315.
P. ext. Qui présente un caractère licencieux :
3. ... il ajoutait, d'ailleurs, qu'il ne plaisait pas aux femmes, tout en faisant entendre qu'il avait refusé les avances de plusieurs, qu'il lui en fallait à ses heures, qu'il les adorerait volontiers, mais qu'elles l'ennuyaient d'ordinaire, etc.; qu'il les aimait d'une façon, mais qu'il ne les aimait pas d'une autre, passage du reste peu intelligible dans sa lettre, à cause de l'extrême concision des idées (...) et d'une trop grande crudité de ton pour être rapporté ici; les choses y étaient nommées par leur vrai nom, accompagné seulement d'une épithète... Flaubert, La 1reÉducation sentimentale,1845, p. 208.
P. méton. Dire des crudités. Ce déluge de crudités, d'aigreurs et de dissonances dans le style (Amiel, Journal,1866, p. 319).
Prononc. et Orth. : [kʀydite]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1398 [ms. xves.] « état de ce qui est difficile à digérer » (Somme de M. Gautier, B.N. 1288, fo82 rods Gdf. Compl.); 2. 1577 « état de ce qui n'est pas mûr » (N. Chesneau, Dictionariolum latinograecogallicum, Paris); 3. 1596 « état de ce qui est cru » (Hulsius); 4. 1834 au plur. « ce qui se mange sans nécessiter de cuisson » (Land.). B. 1. 1690 plur. « discours brutal et désobligeant » (Fur.); 2. 1754 « brutalité des couleurs » (Encyclop. t. 4); 3. av. 1799 crudité des injures (Marmontel, Ess. sur le goût, Œuvres, t. 4, p. 347 ds Littré). Empr. au lat. class. cruditas « indigestion » et au plur. « aliments non cuits, non digérés »; fig. « rancœur, amertume ». Fréq. abs. littér. : 92.

Wiktionnaire

Nom commun

crudité \kʁy.di.te\ féminin

  1. Qualité de ce qui est cru.
    • La crudité des fruits.
      • (Par analogie)La crudité de l’eau.
  2. (Cuisine) Aliments crus.
    • Manger des crudités.
    • Les estomacs faibles ne peuvent pas supporter les crudités.
  3. (Vieilli) Aigreurs qui proviennent d’aliments mal digérés.
    • Ces viandes engendrent des crudités, causent des crudités.
    • Il a des crudités d’estomac.
  4. (Figuré) (Peinture) Effet des tons crus, des couleurs crues.
  5. (Figuré) Mot déplacé, trait inconvenant dans un ouvrage d’esprit ou dans la conversation.
    • Dès sa première année de Conservatoire, la fille de théâtre se hausse à connaître par cœur toutes les crudités du langage français. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre II)
    • Parmi nos créateurs de fabliaux, si Jean Bodel donne volontiers dans la crudité licencieuse et scatologique, il le fait avec amabilité de bonne compagnie. — (Alexandre Arnoux, Jean Schlumberger, Tableau de la littérature française, Volume 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRUDITÉ. n. f.
Qualité de ce qui est cru. La crudité des fruits. Par analogie, La crudité de l'eau. Il se dit aussi des Aliments crus, difficiles à digérer. Manger des crudités. Les estomacs faibles ne peuvent pas supporter les crudités. Il se dit également d'Aigreurs qui proviennent d'aliments mal digérés. Ces viandes engendrent des crudités, causent des crudités. Il a des crudités d'estomac. Il se dit figurément, en termes de Peinture, de l'Effet des tons crus, des couleurs crues. Il se dit au figuré de Traits inconvenants dans un ouvrage d'esprit ou dans la conversation. Des crudités d'expression, de langage.

Littré (1872-1877)

CRUDITÉ (kru-di-té) s. f.
  • 1État de ce qui est cru. La crudité des fruits, des viandes. Le fruit est mûr et garde, en sa douce âpreté, D'un fruit à peine mûr l'aimable crudité, Chénier, Arcas et Palémon.
  • 2Aliments crus. Manger des crudités.
  • 3 Terme de médecine. La crudité des humeurs, l'état des humeurs qui ne sont pas encore arrivées à ce que les anciens médecins nommaient coction.

    Crudité des maladies, état où elles n'offrent encore aucun signe de coction.

  • 4Mal d'estomac venant de la mauvaise qualité de certains aliments dont la digestion est difficile.

    Fig. Tu dis… Que mes vers à les ouïr lire Te font venir des crudités, Malherbe, IV, 15. Nos faiseurs de notes ne rapportent dans leurs écrits que la crudité et l'indigestion de leur lecture, Guez de Balzac, liv. V, lett. 18.

  • 5 Fig. Qualité de ce qui est non mitigé, comme les substances qui ne sont pas mitigées par la cuisson ou la maturation. En ce sens il s'emploie dans les cas suivants.

    Crudité de l'eau, état de l'eau qui contient une forte proportion de sels calcaires et qui est froide, indigeste.

    Terme de peinture. Effet dur et tranchant des tons crus.

    Expression qui est trop libre, ou qui a quelque grossièreté. Les crudités sont de mauvais goût. La politesse n'avait point appris aux héros d'Homère à se quereller noblement, et la crudité des injures qu'Achille dit à Agamemnon n'était encore que de la franchise, Marmontel, Ess. sur le goût, Œuvres, t. IV, p. 347, dans POUGENS.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRUDITÉ, s. f. (Medecine.) c’est proprement la qualité des fruits & des viandes par rapport à leur destination pour la nourriture de l’homme, qui n’ont pas été préparés à cet usage par la coction, c’est-à-dire par l’action du feu, de quelque maniere qu’elle soit appliquée. Voyez Aliment, Fruit, Viande, Coction proprement dite, ou Cuisson.

Le terme de crudité est employé dans la théorie médicinale, d’après les anciens, par opposition à celui de coction, dont ils se servoient pour signifier 1°. l’altération qu’éprouvent dans le corps humain la substance des alimens & de leurs parties fécales ; celle des humeurs, qui en sont formées ; des recrémens & excrémens de toute espece qu’elles fournissent ; par laquelle ces substances reçoivent (chacune différemment selon sa disposition particuliere), les qualités qui leur conviennent pour le bien de l’œconomie animale : 2°. le changement qui se fait dans les humeurs morbifiques, qui les dispose à être moins nuisibles, & à être évacuées des parties, dont elles troublent les fonctions : effets qu’ils croyoient être produits par la chaleur naturelle, calidum innatum, le seul agent qu’ils sembloient reconnoître comme suffisant pour ces opérations. Voyez Chaleur.

C’est conséquemment à cette idée qu’ils appelloient par la raison du contraire crudité en général, 1°. les mauvaises qualités des alimens considérés dans le corps humain, entant qu’ils ne sont pas suffisamment préparés par la digestion, pour fournir un chyle de bonne nature & séparé convenablement de leurs parties grossieres, soit parce qu’ils n’en sont pas susceptibles par leur disposition particuliere, soit parce que la puissance concoctrice, c’est-à-dire selon eux, la chaleur naturelle, ne produit pas l’effet nécessaire pour cette élaboration : les vices du chyle mal formé, ceux du sang & des autres humeurs, que ce chyle vicié ne renouvelle qu’imparfaitement, & ceux de tous les excrémens qui en sont séparés & en lesquels elles se résolvent, dont les parties n’ont pas été suffisamment élaborées & sont mal assimilées. 2°. L’état dans lequel les matieres morbifiques nuisent actuellement à l’exercice des fonctions, en constituant des causes de maladies, & n’ont point encore été disposées par la coction à être portées hors du corps.

Ainsi la crudité prise dans l’un & l’autre sens., est une qualité vicieuse dont peuvent être affectées les matieres contenues dans les premieres voies, c’est-à-dire celle de la digestion des alimens, dans le système des vaisseaux sanguins, qui constitue les secondes voies, & dans celui des vaisseaux séreux, lymphatiques, nourriciers, nerveux, secrétoires & excrétoires, qui constitue les troisiemes voies ; par conséquent il peut être contenu des matieres crues dans toutes les parties du corps, puisqu’il peut y avoir partout des matieres qui pechent par défaut de coction ; d’autant plus que celles qui ont contracté ce vice, par une suite de la mauvaise digestion des alimens, qui est la premiere coction, ne peuvent pas être corrigées par la sanguification, qui est la seconde coction, & les matieres qui pechent par le défaut de celle-ci ne peuvent pas le réparer par la troisieme coction, qui se fait par l’élaboration & la secrétion des humeurs de différente espece, dans tout le système des vaisseaux, excepté les sanguins. Ainsi les vices des fluides, en général, proviennent le plus souvent des crudités des premieres voies.

Quelqu’étendue que soit la signification du mot crudité, telle qu’elle vient d’être exposée, puisqu’elle concerne toutes les matieres qui peuvent être contenues dans les parties solides du corps humain, Hippocrate & les anciens qui l’ont suivi employent quelquefois ce terme dans un sens encore plus générique, qui comprend sans distinction toutes les altérations nuisibles qui troublent l’ordre de l’œconomie animale ; ainsi ils appellent cru, tout ce qui peut causer ou augmenter une maladie ; & crudité de la maladie, l’état dans lequel subsistent les phénomenes qui dépendent de la cause morbifique : par conséquent tout effet qui s’écarte des conditions requises pour la conservation ou pour le rétablissement de la santé, forme un état de crudité dans les maladies, & la crudité est d’autant plus contraire à l’œconomie animale, que les qualités des maladies sont plus différentes de celles de la santé ; par où l’on doit distinguer les effets provenans de ce qui est étranger au corps malade, & qui en trouble les fonctions, de ceux qui sont produits par l’action de la vie, qui tend à détruire la cause morbifique : ceux-là sont une suite nécessaire de la crudité, ceux-ci une disposition à la coction, un travail pour opérer ce changement salutaire.

Tant que la crudité subsiste en son entier, la maladie est dans toute sa force. C’est sur-tout au commencement des maladies que la crudité est à son plus haut degré, qui est plus ou moins dangereux, selon la différente nature de la cause morbifique, c’est-à-dire selon qu’elle est plus ou moins disposée à la coction, & que l’action de la vie est plus ou moins proportionnée pour produire cette préparation à la crise. La durée de la crudité dépend de ce que la matiere morbifique résiste aux effets de la puissance concoctrice, ou de ce que cette puissance ne peut être mise en action, ou ne l’est qu’imparfaitement. Les effets qui tendent à procurer la coction peuvent seuls procurer la guérison : plus ils tardent à paroître, ou à produire des changemens salutaires en détruisant la crudité, plus le sort des malades reste indécis. La crudité diminue à mesure que les maladies approchent de leur état, & elle cesse à leur déclin, &c.

Voyez l’article Coction, pepsis, dans lequel il est traité de bien de choses concernant la crudité, apepsia, telle qu’on la considere en général dans la théorie médicinale, & qui ne pourroient qu’être répetées ici.

L’usage a restraint, parmi les modernes, l’emploi qu’on fait du mot crudité. On s’en sert particulierement pour signifier les matieres crues, contenues dans les premieres voies, produites par les alimens mal digerés : on les appelle crudités simplement, saburra cruda, ou crudités d’estomac, si elles font sentir leurs mauvais effets dans ce viscere. Voyez Digestion & ses vices.

La crudité que le chyle vicieux porte dans le sang & communique à toutes les humeurs, est ordinairement appellée, quoiqu’improprement, cacochimie, dénomination qui renferme aussi tous les autres vices des fluides du corps humain en général. On dit cependant encore des urines, des sueurs, & de toutes les humeurs excrémenteuses, qu’elles sont crues, lorsqu’elles ne paroissent pas avoir été séparées avec les qualités qui leur conviennent, pour le bien de l’œconomie animale. Les matieres fécales sont aussi appellées crues, lorsqu’elles n’ont pas éprouvé, par l’action de la digestion, une dissolution des solides, & une expression des bons sucs qui s’y trouvent mêlés, aussi parfaites qu’elles en auroient été susceptibles par elles-mêmes. Voyez Urine, Sueur, Crachat, Secrétions, Digestion, Excrément, Déjection, Matiere fécale. (d)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « crudité »

Provenç. cruditat ; ital. crudità ; du latin cruditatem, de crudus, cru.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin cruditas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « crudité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
crudité krydite

Évolution historique de l’usage du mot « crudité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « crudité »

  • Le noir et blanc renforce la satire sociale, centre notre regard sur les personnages, creuse les traits au point de les rendre plus effrayants, apporte une crudité à la misère, accentue la cruauté ambiante. Le Soir Plus, «Parasite», de Bong Joon-ho: le tranchant du noir et blanc - Le Soir Plus
  • La Palme d’or 2019 en version noir et blanc. La puissance narrative remarquable, incluant autant le plaisir du polar haletant que l’analyse sociale et politique pertinente, s’impose autant. Mais, tout naturellement, ce noir et blanc renforce la satire sociale, centre notre regard sur les personnages, creuse les traits au point de les rendre plus effrayants, apporte une crudité à la misère, accentue la cruauté ambiante. Le Soir, J’peux pas, j’ai cinéma : les films à ne pas manquer cette semaine - Le Soir
  • « Les crudités doivent être introduites petit à petit dans l’alimentation d’un enfant. Les légumes en général (pas seulement les crudités) modifient la flore colique et peuvent provoquer des troubles digestifs », analyse Aurélie Marino. Dès 12 à 18 mois, vous pouvez initier votre enfant au goût des végétaux crus. À 2 ans, il pourra consommer 1 à 2 cuil. à soupe de crudités par jour. « Ôtez les pépins des tomates, du concombre ou des fraises, la peau des fruits et des légumes, et présentez leur chair coupée en petits dés selon les capacités de mastication de votre bébé », poursuit la spécialiste. On évite : le poivron ou le radis (au début), qui sont moins digestes. PARENTS.fr, Nutrition : on met les crudités au menu de bébé ! | PARENTS.fr
  • À travers deux personnages, Quity, jeune journaliste de Buenos-Aires et Cléopâtre, ancienne prostituée travestie qui a vu la Vierge dans le bidonville d’El Poso, l’auteure, Cabezón Camara nous plonge au cœur de l’Argentine contemporaine dans toute sa crudité. Elle manie le langage populaire avec maîtrise et truculence. Usant d’une langue à la fois baroque et tendre, elle nous fait vivre l’épopée mythique d’une communauté utopique qui se verra écrasée par le pouvoir. , Notre sélection de livres pour s’évader cet été | lepetitjournal.com
  • C’est à un singulier spectacle que nous convie le Théâtre de Belleville après quasiment trois mois de confinement imposés par un ennemi tenace et invisible, le Covid-19. Le texte de Sigrid Carré-Lecoindre analyse avec une rare acuité et un sens du détail cinglant les relations d’un couple soumis aux lois intangibles de l’amour. Ceci va nous entraîner durant près d’une heure et demie dans les affres et les tourments d’une idylle traversée parfois par de furieux orages qui semblent mettre fréquemment en péril un édifice pourtant patiemment construit. Un texte qui n’élude rien, mettant en lumière avec une sorte de crudité brutale, le comportement brusquement violent de celui dont même le nom n’est pas mentionné, à savoir celui dont Hedda est tombée follement amoureuse et qui semble en permanence mettre à rude épreuve l’attachement exclusif et inconditionnel qu’elle a pour lui. Pourtant, malgré les incohérences et l’accumulation de violences de toutes sortes exercées contre elle, Hedda va se barricader, en ayant la certitude qu’au sortir du tunnel, revenir au passé, par lequel toute cette histoire a débuté, est chose possible. Il fallait le concours d’une actrice hors pair pour interpréter sans faiblir un tel texte, oscillant constamment entre ombre et lumière. Lena Paugam endosse avec une rare maîtrise et beaucoup d’émotion le personnage d’Hedda soumis implacablement aux aléas d’un amour toujours proche de la dislocation mais échappant néanmoins à sa disparition totale. , Théâtre : Hedda de Sigrid Carré-Lecoindre au Théâtre de Belleville - ON mag
  • L'été, comme il fait chaud on a envie de manger léger et on se dirige facilement vers une alimentation essentiellement composée de fruits et de crudités. Mais trop en manger n'est pas forcément une bonne idée. Mickaël Dieleman, diététicien-nutritionniste à Lyon, explique pourquoi. FranceSoir, Eté: pourquoi il faut éviter les excès de fruits et crudités

Images d'illustration du mot « crudité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « crudité »

Langue Traduction
Anglais rawness
Espagnol crudeza
Italien crudezza
Allemand rohheit
Chinois 原始
Arabe قسوة
Portugais crueza
Russe неопытность
Japonais 生っぽさ
Basque rawness
Corse rawness
Source : Google Translate API

Synonymes de « crudité »

Source : synonymes de crudité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « crudité »

Partager