La langue française

Reprise

Définitions du mot « reprise »

Trésor de la Langue Française informatisé

REPRISE1, subst. fém.

I.
A. − Action de ressaisir, d'attraper de nouveau quelque chose dont on a perdu le contrôle.
Loc. Reprise en main(s)*.
SPORTS (footb.). Reprise de volée. Action du joueur qui frappe du pied une balle en mouvement avant contact avec le sol (d'apr. Petiot 1982).
B. −
1. Action de s'emparer de nouveau d'un lieu d'où l'on avait été chassé. Anton. abandon.Cet homme, qui n'était rien, avait assisté aux deux cents prises et reprises de villes, villages et redoutes (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 483).Ce matin, la radio annonce la reprise de Koursk. On se bat dans les faubourgs de Rostov (Gide, Journal, 1943, p. 189).
2. Spécialement
a) DROIT
Gén. au plur. Opération par laquelle, à la dissolution de la communauté, chaque époux reprend ses biens propres en nature ou en deniers lorsqu'ils n'existent plus (d'apr. Cap. 1936, Jur. 1971, cida 1973). Le 1eraoût, il se faisait par-devant notaire une liquidation des reprises de Madame Séchard qui la constituait créancière de son mari pour la faible somme de dix mille francs (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 609).
Reprise du bailleur, reprise des locaux. Action pour le bailleur de reprendre un local loué pour s'y loger lui-même ou y loger sa famille (d'apr. cida 1973).
Droit de reprise. ,,Droit accordé au bailleur dans certains cas, de reprendre son local à l'expiration du bail`` (Jur. 1971).
P. métaph. Le monde n'a-t-il pas comme un droit de reprise sur la manifestation la plus profonde de nos instincts? (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 719).
b) Pour une agence de location de véhicules, action de reprendre un véhicule mis en location par une agence de la même chaîne mais d'une autre localité. (Ds Tourisme Loisirs 1982).
3. P. méton.
a) Somme d'argent demandée à un locataire nouveau ou à un acheteur par le locataire précédent pour des dépenses qu'il a engagées dans l'habitation. (Dict. xxes.). P. anal. Là encore, entourloupette, comme il est d'usage, paraît-il: on grossit le prix du cheptel et du matériel pour camoufler le prix de la reprise (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 57).
b) INDUSTR. TEXT. ,,Quantité d'humidité qu'une matière textile retient normalement lorsqu'elle est placée dans l'atmosphère standard de conditionnement`` (Lar. encyclop.). Élasticité d'une fibre, d'un fil ou d'un tissu amené au préalable au taux de reprise normal d'humidité (Thiébaut, Fabric. tissus, 1961, p. 87).
C. − Fait de recouvrer telle ou telle capacité ou comportement, fait de se trouver de nouveau dans telle ou telle relation. Anton. perte.J'éprouvai une certaine joie canaille, une sorte de sécurité crapuleuse, comme à la reprise d'une habitude perdue (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 153).Je dicte ce journal, ne fût-ce que pour garder une trace de ma reprise de contact avec Nietzsche hier au soir (Du Bos, Journal, 1924, p. 12).
II.
A. −
1. Fait de recommencer à avoir lieu ou de recommencer quelque chose après un temps d'arrêt. Synon. recommencement; anton. cessation, arrêt.
a) Reprise de + déterm. + subst.Reprise de la discussion, des cours, de l'offensive, du carnage, de l'attaque, de la guerre; reprise de l'hiver; reprise du travail. Le printemps fut le signal de la reprise des hostilités contre Silbermann (Lacretelle, Silbermann, 1922, p. 83).Le silence suspect du paysage était rendu plus sensible par les arrêts brusques et les reprises hésitantes de la pluie (Gracq, Syrtes, 1951, p. 20).
b) Reprise de + subst.Voici ce que l'on trouve dans la campagne de Saxe de 1813, par le baron d'Odeleben, témoin oculaire, sous la date du 10 août, au moment de la reprise d'armes, deux ou trois mois après la mort de Duroc (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 324).Il fallait (...) que nos 4eet 5earmées résistant pied à pied, combinant leur retraite avec des reprises partielles d'offensive (...) nous laissent le temps de rassembler à notre gauche la masse que j'avais résolu de former (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 311).
2. Rare. Nouvelle apparition de quelque chose qui avait disparu. Enfin l'on respire. Belle traversée de lande, savane aux graminées hautes de trois mètres, coupée par instants de reprises de forêt (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 769).
B. − Spécialement
1. ARCHIT., BÂT. Réfection (d'une partie) d'un édifice Cependant la surélévation du magasin central ne pouvait se concevoir sans une reprise des fondations (Cain, Transform. B.N., 1959, p. 37).
Reprise en sous-œuvre. Réfection des parties dégradées d'un mur, d'un pilier, tout en épargnant les parties qui sont en bon état (d'apr. Chabat t. 2 1876). Lors des travaux de reprise en sous-œuvre des fondations de la gare maritime du Havre, M. Freyssinet a pu obtenir (...) des résistances aussi élevées que celles qui auraient été obtenues après plusieurs mois de durcissement spontané (Cléret de Langavant, Ciments et bétons, 1953, p. 78).
2. CIN. ,,Filmage des documents manquants ou mal sortis au premier filmage`` (Reprogr. 1976).
3. DR. Reprise d'instance. ,,Acte par lequel une instance interrompue est de nouveau remise en marche, soit volontairement, soit sur assignation de la partie adverse`` (Jur. 1971).
4. INFORMAT. ,,Action de reprendre l'exploitation d'un programme à un endroit fixé à l'avance. Ensemble des procédures manuelles et automatiques permettant de reprendre le fonctionnement d'un système à la suite d'un arrêt`` (Le Garff 1975).
5. RADIO. ,,Nouvel enregistrement de tout ou partie d'une émission en vue d'améliorer sa qualité artistique ou technique`` (Radio 1972).
6. SPORTS. BOXE. Période pendant laquelle les boxeurs combattent, d'une durée de 3 minutes après laquelle ils se reposent (d'apr. Petiot 1982). SPORTS (de ballon). Seconde partie du match après la mi-temps (d'apr. Petiot 1982). ÉQUIT. Chaque partie d'une leçon donnée au cavalier ou d'une séance de dressage donnée au cheval, après laquelle ils se reposent (d'apr. Petiot 1982). J'ai fait trois reprises sur ce cheval. Faire une reprise au pas, au trot, au galop (Ac.1935).ESCR. Action offensive qui consiste à reprendre l'attaque ou un nouvel engagement après un repos. Il fut touché à la troisième reprise (Ac.1935).
C. − P. méton.
a) LITHOGR. Retouche ou correction de planche déjà travaillée (d'apr. Bég. Estampe 1977).
b) MÉTALL. ,,Défaut de fonderie, caractérisé par l'aspect extérieur de la pièce de fonderie qui, obtenue par plusieurs couches de métal superposées, n'est pas d'une seule masse homogène`` (Bader-Th. 1962).
c) PEINT. Défectuosité caractérisée par une visibilité de raccords de peinture (d'apr. Peint. 1978).
d) MEUN. Son et gruau qui restent après la première mouture du grain. (Dict. xxes.).
III.
A. −
1. Fait d'exécuter ou d'utiliser quelque chose du même type que ce qui a été exécuté ou utilisé précédemment. J'avais contracté ce mal, ce goût pervers de la reprise indéfinie, et cette complaisance pour l'état réversible des œuvres, à l'âge critique où se forme et se fixe l'homme intellectuel (Valéry, Variété III, 1936, p. 56).Il y a donc une reprise de la pensée d'autrui à travers la parole (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 208).
2. Spécialement
a) SPECTACLE. Fait de monter à nouveau un spectacle qui n'a pas été donné depuis assez longtemps; p. méton. le spectacle repris. Saint-Victor nous traîne voir Lia dans la reprise d'André Gérard (Goncourt, Journal, 1861, p. 873).Oui, ils ont un traité pour la reprise de Ruy Blas le 25 janvier (Flaub., Corresp., 1871, p. 323).La reprise vieillotte, pâle et comme évaporée du Célibataire et l'Homme marié, comédie bourgeoise, par Wafflart et Fulgence (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 750).
b) MUS. Répétition d'une ou de plusieurs parties d'un morceau (d'apr. Mus. 1976). J'aperçois, derrière la canne tourbillonnante du tambour-major, les baguettes fougueuses des tapins, les clairons apoplectiques qui gonflent des joues de tritons; j'aperçois, aux reprises, la levée de toutes ces épaules qui ouvre tout grand le soufflet des poumons (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 35).Une reprise du thème musical de la Vierge accompagne ce jeu de scène qui s'estompe dans la Nuit (Claudel, Soulier, 1944, 1repart., 2ejournée, 6, p. 1018).
B. − Occurrence d'un fait, d'une activité en tant qu'elle est du même type qu'une occurrence précédente. Synon. occasion.À plusieurs reprises. Il n'avait fait qu'entrevoir, à de rares reprises, MmeDesgrès des Sablons (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 31):
L'abbé Sancerre m'a raconté beaucoup de choses la veille ou l'avant-veille de sa mort. J'ai eu à différentes reprises l'impression qu'il délirait... Billy, Introïbo, 1939, p. 235.
IV.
A. − Fait, pour un végétal, de manifester de nouveau de la vigueur, en refaisant des racines ou en reprenant sa croissance. La reprise d'une bouture.
B. − ÉCON. Fait de s'accroître, pour une économie ou un secteur économique, et de retrouver un cours normal après une période de déprime. Anton. récession.Facteur de reprise; la reprise des affaires. Une sérieuse reprise a pourtant été constatée dans l'industrie hôtelière parisienne (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 201).La reprise qui se dessine à partir de 1957 est due à l'augmentation des revenus distribués (Activ. serv. Trésor publ., 1959, p. 13).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpʀi:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1213 « action d'opérer de nouveau » (Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 246, ligne 4: reprise des armes); a) 1680 (Rich.: Reprise. Terme de Manége. Leçon réïterée, manége recommencé); 1835 « groupe de cavaliers » (Ac.); b) 1760 « remise à la scène d'une pièce » (Volt., Lett. d'Argental, 28 oct. ds Littré); c) 1775 « gruau » (Bréguillet, Discours de la nature, pp. 145-147 ds Brunot t. 6, p. 275, note 7); d) 1906 reprise (d'un moteur) (Omnia, Revue pratique de la locomotion, 93 ds Fr. mod., t. 43, pp. 54-55); 2. « action d'opérer à nouveau en réïtérant » 1234 « refrain » (Huon de Méry, Antéchrist, éd. Wimmer, 484 ds T.-L.); mil. xiiies. a le tierce reprise « à la troisième reprise » (Regle de Citeaux, ms. Dijon, f o52 v ods Gdf.); 1559 à plusieurs reprises (Amyot, Mar., 18 ds Littré); 1690 mus. (Fur.). B. 1285 « action de prendre de nouveau » (Doc. 10 1b, p. 33 A ds Bevans, The Old French Vocabulary of Champagne, p. 134: por la reprise deu fié le roi); spéc. dr. a) 1694 (Ac.: On appelle, Reprises, en termes de Pratique, Ce que les veuves, les enfans doivent reprendre sur une succession avant toutes choses); b) 1949 (Nouv. Lar. univ.: Reprise, objets mobiliers ou installations qu'un nouveau locataire rachète au locataire précédent d'un appartement; prix demandé pour ces objets). C. 1. 1598 bot. « fait de jeter de nouvelles racines » (Ch. Estienne et J. Liébault, L'Agriculture et maison rustique, 692 d'apr. FEW t. 10, p. 274a); 1606 (Nicot); 2. 1875 reprise des affaires (Lar. 19e). Part. passé subst. au fém. de reprendre*. Bbg. Ball (R.V.). Nouv. dat. pour le vocab. de l'automob. Fr. mod. 1975, t. 43, pp. 54-55. − Kemna 1901, p. 74.

REPRISE2, subst. fém.

A. − Action de raccommoder une étoffe déchirée ou trouée, qui consiste à faire passer et repasser des fils à l'endroit endommagé de manière à la reconstituer. Synon. raccommodage, reprisage, ravaudage.Reprise perdue, satinée, damassée (Guérin 1895; dict. xixes.). Un autre achevait une habile reprise à son pantalon (Zola, Débâcle, 1892, p. 427).L'exercice pratique consistera à faire exécuter d'abord une étude du point de reprise (Mathiot, Éduc. mén., 1957, p. 104).
B. − Résultat de cette action. Synon. reprisage, raccommodage, ravaudage.Les sièges de forme antique étaient garnis en tapisseries représentant les fables de La Fontaine; mais il fallait le savoir pour en reconnaître les sujets, tant les couleurs passées et les figures criblées de reprises se voyaient difficilement (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 28).P. métaph. Le manuscrit m'a amusé hier soir à déplier, puis à lire d'un trait jusque vers minuit. Je ne t'en dirai rien, sauf que certaines reprises et ravaudages m'ont un peu inquiété pour les typos (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1894, p. 227).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpʀi:z]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1611 « réparation » (Cotgr.); spéc. 1762 (Ac.). Même étymol. que reprise1*.
STAT.Reprise1 et 2. Fréq. abs. littér.: 2 016. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 315, b) 3 127; xxes.: a) 3 194, b) 3 854.

Wiktionnaire

Nom commun

reprise \ʁə.pʁiz\ féminin

  1. Action de reprendre.
    • Les citoyennes des halles apportent un don patriotique en réjouissance de la reprise de Toulon : elles demandent grâce en faveur du citoyen Vizon , condamné à la déportation par un jugement. — (Procès-Verbal de La Convention Nationale imprimé par son ordre, vol.27, journée du 13 nivôse l'an deuxième de la République française une & indivisible, Paris : à l'Imprimerie Nationale, an II, p.229)
    1. (Musique) Portion d’une partition que le musicien doit jouer deux fois ou plus.
      • Pour cette répétition, par manque de temps, nous ne ferons pas les reprises.
      • Là, la reprise doit être jouée sostenuto.
    2. (Sport) Action de reprendre après une pause.
      • Il fut touché à la troisième reprise.
      • J’ai fait trois reprises sur ce cheval.
      • Faire une reprise au pas, au trot, au galop.
    3. (Audiovisuel) Rediffusion.
  2. Ce qui est repris.
    1. (Droit) (Au pluriel) Ce que chacun des époux a droit, par lui ou ses représentants, de prélever, avant partage, sur la masse des biens de la communauté, lorsqu’elle est dissoute.
      • Les reprises de la femme s’exercent avant celles du mari.
      • En cas d’insuffisance de la communauté, la femme ou ses héritiers exercent leurs reprises sur les biens personnels du mari.
      • Ils ont eu telle propriété pour leurs reprises.
      • Reprises matrimoniales.
    2. (Musique) Œuvre interprétée par quelqu’un qui n’est pas l’artiste original.
      • La version que tu connais est une reprise d’une chanson des années soixante.
      • Ce groupe est accusé de ne rien produire d’original, se contentant de faire des reprises d’autres titres.
    3. (Marine) Navire capturé par les ennemis et repris ensuite par la nation sur laquelle il avait été pris.
  3. Continuation de ce qui a été interrompu, réitération de ce qui a déjà été fait, recommencement.
    • À plusieurs reprises, à différentes reprises : Plusieurs fois, différentes fois.
    • À plusieurs reprises, il s’était frotté joyeusement les mains, ce qui, chez lui, ne pouvait passer pour une satisfaction banale. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Enfin, […], nous parvînmes à nous emparer d’un mauvais bachot faisant de l’eau partout, qui dut traverser et retraverser à trois reprises pour transporter notre petite caravane sur la rive gauche. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 144)
    • La reprise des travaux.
    • Le mur a été fait à plusieurs reprises, à différentes reprises.
    • La reprise des hostilités.
    • Reprise d’une pièce de théâtre : Action de remettre cette pièce à la scène.
    • Ce genre de pièces ne supporte pas la reprise.
    • Sa comédie a eu plusieurs reprises.
    • La reprise du froid : Le recommencement du froid après une interruption.
    • Après quelques jours assez doux, nous avons eu une reprise de froid très désagréable.
    • Une reprise de fièvre.
    • La reprise des affaires : Le recommencement des transactions commerciales, des entreprises industrielles qui avaient éprouvé du ralentissement.
  4. (Droit) Renouvellement et continuation d’un procès interrompu, lorsqu’il y a eu changement de parties ou d’avoué.
    • Assigner en reprise d’instance.
  5. Réparation.
    1. (Architecture) Réparation qu’on fait à un mur, à un pilier, etc., soit à la surface, soit dans les fondations.
      • Il y a des reprises à faire à cette façade.
      • Reprise en sous-œuvre.
    2. Réparation qu’on fait à une étoffe, à une dentelle qui a été déchirée, à un tissu dont une maille s’est échappée. → voir repriser
      • […] le raccommodage de ses effets m’incombait, naturellement !
        Je m’absorbais de mon mieux dans mes reprises et modérais mon aiguille […]
        — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  6. (Finance) Rachat, action de reprendre des actifs financiers.

Forme d’adjectif

reprise \ʁə.pʁiz\

  1. Féminin singulier de repris.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REPRENDRE. (Il se conjugue comme PRENDRE.) v. tr.
Prendre de nouveau. Reprendre les armes. Reprendre un prisonnier qui s'était échappé, un oiseau qui s'était envolé. Reprendre une ville sur l'ennemi qui s'en était emparé. Reprendre à son service un ancien domestique. Cet homme a repris sa femme après une longue séparation. Après son exil, il reprit sa place au Sénat. Il a repris ses habits d'été, d'hiver. Il a repris médecine. Reprendre du pain, de la viande. La fièvre l'a repris. Reprendre la parole. Il a repris du service. Reprendre racine. Reprendre un chemin, Y rentrer après l'avoir quitté. Nous reprîmes le chemin à tel endroit. Reprendre la mer, Naviguer de nouveau. Reprendre pied, Retrouver le fond de l'eau avec les pieds, après l'avoir perdu. Fig., Reprendre le dessus, Regagner l'avantage qu'on avait perdu. Il signifie aussi Se rétablir après une grave maladie. Il a bien repris le dessus. Fam., On ne m'y reprendra plus, Je me garderai de m'exposer de nouveau au même danger, au même ennui. On dit par forme de menace : Que je ne vous y reprenne plus! Que je vous y reprenne!...

REPRENDRE signifie aussi Prendre ce qu'on avait donné. Reprenez votre cadeau, je ne puis l'accepter. Reprenez le mandat que vous m'avez confié. Reprendre une marchandise, Accepter qu'on vous la rende et en annuler la vente. Fig., Reprendre sa parole, Retirer une promesse qu'on avait faite. Il avait, donné, sa parole un peu vite, il essaya de la reprendre.

REPRENDRE signifie aussi Recouvrer. Cet homme laisse une fortune importante, mais sa veuve a beaucoup à reprendre sur la succession. Reprenez votre bien. Fig., Reprendre des forces. Reprendre courage. Reprendre espoir, confiance. Reprendre ses esprits. Elle a repris l'usage de ses sens. Il a repris tous ses droits sur elle. Cette manufacture a repris un peu d'activité. Reprendre son haleine, Recommencer à respirer après une interruption accidentelle, plus ou moins longue. Fig., Reprendre haleine, Se reposer pour se mettre en état de recommencer à parler, à marcher, à travailler, etc.

REPRENDRE signifie encore Rejoindre quelqu'un pour l'emmener. Attendez-moi, je viendrai vous reprendre; je vous reprendrai en passant. Il signifie également Se remettre à quelque chose après une interruption. Il a repris son travail. Ils ont repris leur correspondance, interrompue. Ils ont repris, leur train de vie accoutumé. Il faut reprendre cette affaire. Elle a repris la conduite, la direction, le gouvernement de la maison. Reprenons la conversation où nous en étions. Reprenons notre lecture. Après cette interruption, il reprit ainsi son discours. Reprendre le fil de son discours. Reprendre le cours de ses réflexions. Reprendre sa route. Reprendre les hostilités. Maintenant, les choses ont repris leur cours normal. Reprendre une chose, une histoire de plus haut, La raconter en la commençant à un point plus éloigné dans le temps, pour rendre la narration plus claire, pour mieux éclaircir le fait. Pour vous bien instruire, de cet événement, il faut reprendre la chose de plus haut. Reprenons cette histoire de plus haut. Reprendre les choses de plus haut, Remonter à des vérités antérieures, à des principes généraux. Reprit-il, il reprit se dit lorsque, rapportant une conversation, on fait parler de nouveau l'un des interlocuteurs. Il reprit ainsi. Il reprit en ces termes. Cela est indubitable, reprit-il; mais... Dans ces phrases, Reprendre s'emploie absolument. En termes de Procédure, Reprendre une instance, Continuer avec une nouvelle partie, ou avec la même, un procès commencé et qui avait été interrompu. Il a fait assigner les héritiers d'un tel, pour reprendre l'instance avec eux. Reprendre une tragédie, une comédie, etc., La remettre au théâtre. Reprendre un mur, En réparer, en fermer les crevasses. Reprendre la façade d'une maison. Reprendre un mur, un pilier, etc., sous œuvre, en sous-œuvre, Reconstruire, les parties inférieures d'un mur, d'un pilier, etc., en soutenant le reste. Fig., Reprendre sous œuvre un projet, une entreprise, un ouvrage, S'en occuper en suivant le même plan, mais avec certaines modifications, certains changements. Reprendre une maille, La rattacher.

REPRENDRE signifie encore Réprimander, blâmer, censurer quelqu'un pour ce qu'il a fait ou dit. Reprendre doucement. Reprendre aigrement, durement. On a beau reprendre ce jeune homme de ses fautes, il y retombe toujours. Il signifie aussi Blâmer, censurer, critiquer quelque chose, y trouver à redire. On reprend en vous bien des choses. C'est un homme de bien, je ne vois rien à reprendre dans sa conduite, à sa conduite. Ce critique trouve à reprendre dans les meilleurs auteurs. Il trouve à reprendre à tout ce qu'on fait.

REPRENDRE est aussi verbe intransitif et se dit des Arbres, des plantes, qui prennent racine de nouveau, lorsqu'ils sont transplantés. Ce pommier, ce poirier a bien repris. Il se dit, également des Greffes. Cette greffe a bien repris. Il se dit aussi des Blessures, des chairs qui ont été coupées, ouvertes, séparées; et il signifie Se refermer, se rejoindre. La plaie commence à reprendre. Les chairs reprennent. On dit de même pronominalement : La plaie se reprend, les chairs se reprennent. Il signifie encore Se remettre. Ce convalescent, ce malade reprend, a bien repris, Sa santé se rétablit, est bien rétablie. Cette pièce de théâtre a repris, Après être tombé d'abord, elle s'est relevée.

REPRENDRE signifie également Recommencer, revenir. Le froid a repris. La pluie a repris. Cette mode a repris. Leur amitié a repris. Les affaires reprennent, Le commerce et l'industrie recommencent à bien aller. La goutte, la fièvre, etc., lui a repris, Elle lui est revenue, elle lui a pris de nouveau. On dit aussi transitivement dans le même sens : La goutte, la fièvre, etc., l'a repris.

REPRENDRE. signifie, encore, Se figer, geler de nouveau, Ce ciment a repris, La rivière a repris.

SE REPRENDRE signifie Se corriger d'une chose qu'on a dite mal à propos, avec ou sans intention. Il dit un mot pour un autre, mais il se reprit aussitôt. Il signifie encore Se remettre à une chose. Il a fallu s'y reprendre à plusieurs fois. On dit aussi, familièrement : Vous y voilà repris. Vous vous êtes remis dans un cas fâcheux. Je n'y serai plus repris, Je ne m'y exposerai plus, je n'en serai plus dupe. Le participe passé

REPRIS s'emploie substantivement dans cette locution : Un repris de justice, Un homme qui est de nouveau inculpé, ayant déjà subi une condamnation pénale. Quelle foi peut-on ajouter à son témoignage? c'est un repris de justice.

Littré (1872-1877)

REPRISE (re-pri-z') s. f.
  • 1Action de prendre de nouveau. La reprise d'une ville, d'une forteresse.

    Terme de mer. Vaisseau qui, après avoir été pris par l'ennemi, est repris par un navire de la nation à qui il appartenait.

  • 2Action de rentrer dans des fonds, dans des valeurs dont on a fait l'avance. Le cultivateur doit en premier lieu prélever sur les récoltes la somme nécessaire pour se rembourser de ses avances annuelles et pour entretenir ses avances primitives, avec la juste rémunération de son travail et la juste compensation de ses risques ; c'est ce qu'il [Quesnay] appelle les reprises du cultivateur ; plus ses reprises sont assurées, plus la production s'accroît, De Lavergne, Quesnay et ses maximes, Revue des Deux-Mondes, 15 avril 1867, p. 976.

    Terme de finance. Ce qu'un comptable a droit de porter en dépense à la fin de son compte, parce qu'il l'avait porté en recette, bien qu'il ne l'eût pas reçu. Chapitre de reprise.

    Au pluriel. Terme de jurisprudence. Ce que chacun des époux, par lui ou par ses représentants, a droit de reprendre, par forme de prélèvement, avant partage, sur les biens de la communauté. Mme de Quintin avait été fort jolie, parfaitement bien faite, riche de ses reprises et de 30 000 livres de rente, Saint-Simon, 53, 137. À sa disgrâce [de Fouquet], Bellisle fut adjugée à sa femme pour ses reprises, Saint-Simon, 523, 215. Sauf aux héritiers de l'autre à faire la reprise des apports et capitaux tombés dans la communauté, du chef de leur auteur, Code Nap. art. 1525.

    Fig. Il est vrai qu'il a depuis exercé ses reprises, et largement, Arnault, Loisirs d'un banni, t. II, p. 65, dans POUGENS.

  • 3 Terme de féodalité. Reprise de fief, prise de possession d'un fief par l'héritier du vassal qui tenait ce fief.
  • 4Reprise de terre, le fait d'un laboureur qui déplace, dans le temps des semailles, le sillon qui borde sa terre et le trace dans celle de son voisin à la distance de quelques décimètres
  • 5Continuation de ce qui avait été interrompu. Le roi d'Angleterre [Jacques II] se baissa fort, comme s'il eût voulu embrasser ses genoux [de Louis XIV] ; le roi l'en empêcha, et l'embrassa à trois ou quatre reprises fort cordialement, Sévigné, 505. Cette lettre-ci est écrite à bien des reprises, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 3 oct. 1698. Ces différentes reprises par lesquelles Dieu débrouille le chaos, Fénelon, t. III, p. 86. Il faudra le ménager et ne le faire travailler qu'à petites reprises, Buffon, Bœuf. Je n'ai conservé que ma croix d'or et ma crosse d'argent doré ; personne n'a voulu me les acheter ; mais tous les orfévres en ont payé cent fois la valeur à plus de vingt reprises, Paroles de Belzunce, évêque de Marseille, lors de la peste, dans les Souvenirs de la marquise de Créquy, t. II, ch. 8.
  • 6 Terme de procédure. La reprise d'un procès, d'une instance, le renouvellement et la continuation d'un procès interrompu, lorsqu'il y a eu changement de parties ou d'avoué. Des reprises d'instance, et constitution de nouvel avoué, Code de Procéd. rubrique du titre 17.
  • 7 Terme de manége. Chaque partie d'une leçon d'équitation, donnée au cavalier ou au cheval, et après laquelle ils se reposent.

    Il se dit également d'un nombre de cavaliers qui travaillent en même temps et ensemble. Faire des reprises de trois ou quatre cavaliers. Tête de reprise.

  • 8 Terme d'hydraulique. On dit que l'eau va par reprise, lorsque, élevée dans une machine hydraulique, elle se rend dans un puisard ou dans une bâche d'où une autre pompe l'élève encore plus haut.

    C'est aussi, dans le cours d'une conduite, l'eau qui sort d'un regard pour prendre sa route dans une autre voie.

  • 9Remise à la scène d'une pièce de théâtre. Après avoir totalement perdu de vue Tancrède pendant huit jours, je viens de le relire : pièce théâtrale, pièce touchante sur ma parole, pain quotidien pour les comédiens ; je demande la reprise à la Saint-Martin avec toutes les entrailles d'un père, Voltaire, Lett d'Argental, 28 oct. 1760. Denis fut remis au théâtre ; il eut à la reprise le même succès que dans la nouveauté, Marmontel, Mém. III.
  • 10Recommencement après une interruption. La reprise de la guerre. La reprise de la fièvre.

    Reprise de froid, se dit du temps qui redevient rigoureux après s'être adouci. Après avoir eu un hiver fort doux, nous avons une reprise de froid très aigu, Corresp. du général Klinglin, t. I, p. 194.

  • 11Vers d'un rondeau, d'une ballade, d'un couplet de chanson qu'on répète et qui sert de refrain.
  • 12 Terme de musique. Deuxième exécution d'une partie de morceau.

    Partie d'un air, d'un morceau suivie de deux barres ayant deux points devant, si cette partie commence l'air, le morceau, ou ayant à chaque bout deux barres semblables, si cette partie est à une autre place qu'au commencement ; ce qui indique que cette partie doit être exécutée deux fois de suite. Le même observateur a compté dans ce ramage [du rossignol] seize reprises différentes, bien déterminées par leurs premières et dernières notes, et dont l'oiseau sait varier avec goût les notes intermédiaires, Buffon, Ois. t. VIII, p. 123.

    La seconde partie d'un air.

    Chacune des parties d'un rondeau, qui en a souvent trois, dont on ne répète que la première.

    Nom donné au signe qui marque qu'on doit répéter la partie de l'air qu'il affecte.

    Reprise du sujet, l'instant où le sujet d'une fugue revient

    Se dit du point du clavier de l'orgue, où un jeu qui n'en possède pas toute l'étendue, finit et se répète aussitôt.

  • 13Réparation faite à un mur.

    Reprise en sous-œuvre, réparation de la partie inférieure d'un mur, en laissant subsister la partie supérieure.

  • 14Action de raccommoder une étoffe déchirée ou coupée ; ce qui se fait en réunissant les parties de l'étoffe à l'aide de fils passés en travers de cette déchirure et contrariés ; c'est-à-dire que l'aiguille prend quelques fils de l'étoffe, passe sur quelques autres, reprend quelques fils, et ainsi de suite ; puis, en revenant, le fil est passé très près du premier, et l'aiguille reprend les fils de l'étoffe qui n'ont pas été pris par le premier fil passé. À ton revers j'admire une reprise, C'est encore un doux souvenir, Béranger, Mon habit. Que cherchez-vous ? nous dit l'institutrice chargée de cette exposition. - Des reprises, des ravaudages ; en avez-vous ? Moniteur universel, 4 avr. 1868, p. 479, 4e col.

    Reprise perdue, reprise faite en tirant les fils cassés et les remplaçant à l'aiguille ; on les fait partir plus ou moins loin de la déchirure, afin que l'œil n'aperçoive pas la jointure des fils.

  • 15 Terme de jeu. Partie dont le nombre de coups est limité. On jouera quelques reprises d'hombre et de lansquenet, qui seront suivies d'un grand souper, Dancourt, Bourg. à la mode, IV, 6. Je voudrais bien madame, que, malgré la défense, nous jouassions encore quelques reprises de lansquenet, Dancourt, la Désol. des joueuses, sc. 8. Je témoignai de la répugnance pour le jeu, et ce ne fut qu'après nous être un peu plus familiarisés ensemble, que je me défendis mollement de faire une reprise, Dancourt, Guzm. d'Alf. V, 3.

    Cartes de reprise, celles que prennent les coupeurs au lansquenet, après que leur première carte a été faite.

  • 16Se dit des nouvelles racines que les plantes poussent après leur transplantation. En plantant des sauvageons pris dans les bois ou forêts sur un sol ingrat ou inculte, on est plus certain de la reprise, Genlis, Maison rust. t. II, p. 471, dans POUGENS.
  • 17Action de mettre de la soudure pour boucher une crevasse qui s'est faite à un tuyau de conduite.

    Reprise, nom donné à l'opération par laquelle on enlève tout l'argent à l'or, Fourcroy, Conn. chim. t. VI, p. 374.

  • 18Son et gruau qui restent après la première mouture du grain.
  • 19Nom vulgaire et spécifique de l'orpin reprise de certains auteurs, qui est l'orpin proprement dit (sedum telephium, L.).
  • 20Outil de celui qui fabrique les fauteuils de canne.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tant avoit laians de reprises [parties de jeu] Donées si cortoisement…, Rutebeuf, 45.

XVIe s. Non qu'ilz feissent ce grand voyage tout d'une tire, mais à plusieurs reprises, Amyot, Mar. 18. Pour juger du lustre de l'escarlatte, on nous ordonne de passer les yeulx par dessus, en la parcourant à diverses veues, soubdaines reprinses et reiterées, Montaigne, II, 100. Ce feut… d'exprimer parfaictement [une pie qui imitait] leurs reprinses [des trompettes], leurs poses et leurs muances, Montaigne, II, 175. Il le meit en prison et l'y tint, jusques à la reprise des troisiemes guerres civiles, D'Aubigné, Vie, XI. Leur empereur avoit tellement à cœur la reprise de Tunes, qu'il ne vouloit entendre autre chose, D'Aubigné, Hist. II, 201. Bien qu'en plantant à la taravelle, presques toutes les racines des chevelues [marcottes] se couppent, ne doutés pourtant de leur reprinse, De Serres, 165. Ainsi par periodes la fievre a des reprises et intermissions, qui font que pour ce sujet elle est nommée fievre intermittente, Paré, XX, 17. Le comptable fait reprinse de telle somme, Cotgrave …Recouvrant la parole : Pardonnez-moy, dit-il, ma reprise [réprimande] trop folle, Ô vous que j'ay repris…, Baïf, Œuv. p. 184, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

REPRISE, s. f. (Jurispr.) a différentes significations. Reprise d’instance est lorsqu’un héritier ou autre successeur à titre universel, reprend une contestation qui étoit pendante avec le défunt.

Cette reprise se fait par un acte que l’on passe au greffe, dans lequel on déclare que l’on reprend l’instance, offrant de procéder suivant les derniers erremens.

Un cessionnaire ou autre successeur à titre singulier, ne peut pas régulierement reprendre l’instance au lieu de celui dont il a les droits ; il ne peut qu’intervenir, & son cédant doit toujours rester partie, quand ce ne seroit que pour faire prononcer avec lui sur les frais.

On reprend quelquefois une cause, instance ou procès dans lequel on étoit déja partie, lorsque dans le cours du procès on acquiert quelque nouvelle qualité en laquelle on doit procéder : par exemple, une fille majeure qui procédoit en cette qualité, si elle se marie, doit reprendre avec son mari, comme femme mariée ; & si ensuite elle devient veuve, elle doit encore reprendre en cette qualité. Voyez Cause, Instance, Procès, Procédure, Héritier, Veuve, Cessionnaire.

Reprise, en fait de compte, est ce que le comptable a droit de reprendre sur la dépense. Les comptes ont ordinairement trois sortes de chapitres ; ceux de recette, ceux de dépense, & ceux de reprise. Pour l’ordre du comptant, le rendant se charge en recette de certaines sommes, quoiqu’il ne les ait pas reçues, ou qu’il n’en ait reçu qu’une partie ; & dans le chapitre de reprise il fait déduction de ce qu’il n’a pas reçu, c’est ce qu’on appelle reprise. Voyez Compte.

Reprise de fief, est la prise de possession d’un fief que fait l’héritier du vassal qui est décédé, laquelle possession il reçoit du seigneur en faisant la foi & hommage, & lui payant ses droits, s’il en est dû. Cette prise de possession s’appelle reprise de fief, parce qu’anciennement les fiefs n’étant concédés par les seigneurs que pour la vie du vassal, l’héritier qui vouloit reprendre le fief que tenoit le défunt, ne le pouvoit faire sans en être investi par le seigneur.

On a aussi appellé fief de reprise ceux qui ne procédoient pas originairement de la concession des seigneurs, mais qui étoient des aleux, & qui ayant été cédés par les propriétaires à des seigneurs, ont été aussi-tôt repris d’eux pour être tenus à foi & hommage. Voyez le mot Fief.

Reprises, au pluriel, signifie ce que la femme a droit de reprendre sur les biens de son mari. On joint ordinairement les termes de reprises & conventions matrimoniales ; les reprises & les conventions ne sont pourtant pas absolument la même chose, & il semble que le terme de reprises a une application plus particuliere aux biens que la femme a apportés, & qu’elle a droit de reprendre, soit en nature ou en argent, comme la dot en général, & singulierement les deniers stipulés les propres réels, & les remplois des propres aliénés, & que sous le terme de conventions matrimoniales, on entend plus volontiers ce que la femme a droit de prendre en vertu du contrat, comme son préciput, sa part de la communauté, son douaire & autres avantages qui peuvent lui avoir été faits par le contrat : néanmoins dans l’usage on comprend souvent le tout sous le terme de reprises, ou sous celui de conventions matrimoniales.

La femme a hypotheque pour ses reprises, du jour du contrat de mariage. On peut aussi comprendre sous le terme de reprises, la faculté qui est stipulée par le contrat de mariage en faveur de la femme & de ses enfans, ou autres héritiers, de renoncer à la communauté, & en ce faisant, de reprendre franchement & quittement tout ce qu’elle a apporté en communauté. Voyez Communauté, Dot, Douaire, Femme, Préciput, Rénonciation a la communauté, Propres.

Reprise, (Comm.) dans un état de compte, se dit d’articles à déduire sur ceux employés en recette.

Il se dit proprement des deniers comptés & non reçus. La reprise est la troisieme partie d’un compte ; la recette & la dépense sont les deux premieres. Voyez Compte.

Reprise, en termes de commerce de mer, signifie un vaisseau ou navire marchand qu’un corsaire ou armateur ennemi avoit d’abord pris, & qui ensuite a été repris par un bâtiment du parti contraire. Voyez Recousse, Dict. de. Comm.

Reprise, s. f. est en Musique le nom qu’on donne à chacune des parties d’un air qui se répetent deux fois. C’est en ce sens que l’on dit que la premiere reprise d’une ouverture est grave, & la seconde gaie. Quelquefois on n’entend par reprise que la seconde partie d’un air. On dit ainsi que la reprise d’un tel menuet ne vaut rien du tout. Enfin, reprise est encore chacune des parties d’un rondeau, qui souvent en a trois, dont on ne répete que la premiere.

Dans les notes, on appelle reprise un caractere qui marque qu’on doit répéter la partie de l’air qui le précede, ce qui évite la peine de la noter deux fois. En ce sens il y a deux reprises ; la grande & la petite. La grande reprise se figure à l’italienne par une double barre renfermée entre trois lignes, avec deux points au-dehors de chaque côté, voy. les Pl. de Musiq. ou à la françoise, par deux lignes perpendiculaires un peu plus écartées, tirées à-travers toute la portée, entre lesquelles on insere un point dans chaque espace, voy. aussi les Pl. mais cette seconde maniere s’abolit peu-à-peu ; car ne pouvant imiter tout-à-fait la musique italienne, nous en imitons du-moins les mots & les figures.

Cette reprise ainsi figurée avec des points à droite & à gauche, marque ordinairement qu’il faut recommencer deux fois tant la partie qui la précede que celle qui la suit ; c’est pourquoi on la trouve ordinairement vers le milieu des menuets, passe-piés, gavottes, &c. Il y en a qui veulent que lorsque la reprise a seulement des points du côté gauche, voy. les fig. c’est pour la répétition de ce qui précede, & que lorsqu’elle a des points du côté droit, voy. les fig. c’est la répétition de ce qui suit. Il seroit du-moins à souhaiter que cette convention fût tout-à-fait établie, car elle me paroit fort commode.

La petite reprise est lorsqu’après une grande reprise, on recommence encore quelques-unes des dernieres mesures pour finir. Il n’y a point de signe particulier pour la petite reprise, mais on se sert ordinairement de quelque signe de renvoi, figuré au-dessus de la portée. Voyez Renvoi.

Il faut remarquer que ceux qui notent correctement ont toujours soin que la derniere note d’une reprise se rapporte exactement pour la mesure, & à celle qui commence cette reprise, & à celle qui commence la reprise qui suit, quand il y en a une. Que si le rapport de ces notes n’est pas assez clair pour la liaison de la mesure, après la note qui termine une reprise, on ajoute deux ou trois notes de ce qui doit être commencé jusqu’à ce qu’on ait une mesure ou une demi-mesure complette. Et comme à la fin d’une premiere partie on a premierement la même partie à reprendre, puis la seconde partie à commencer, & que cela ne se fait pas toujours dans des tems ou parties de tems semblables, on est quelquefois obligé de noter deux fois la finale de la premiere reprise ; l’une avant le signe de reprise avec les premieres notes de la premiere partie ; l’autre après le même signe pour commencer la seconde partie ; alors on tire un demi-cercle depuis cette premiere finale jusqu’à sa répétition, pour marquer qu’à la seconde fois il faut passer comme nul tout ce qui est enfermé par ce demi-cercle. Voyez les fig. (S)

Reprise. estocade de, (Escrime.) est une ou plusieurs bottes qu’on détache à l’ennemi, en feignant de se remettre en garde.

Reprise, s. f. (Archit.) c’est toute sorte de refection de mur, pilier, &c. faite par sous-œuvre, qui doit se rapporter en son milieu d’épaisseur, l’empattement étant égal de part & d’autre, ou dans son pourtour. Daviler. (D. J.)

Reprise, s. f. (Hydraul.) on dit que l’eau va par reprise, lorsque élevée dans une machine hydraulique, elle se rend dans un puisart ou dans une bâche d’où une autre pompe l’éleve encore plus haut. C’est aussi dans le cours d’une conduite, l’eau qui sort d’un regard pour reprendre sa route dans une autre pierrée.

Reprise, Reprendre, (Jardinage.) se dit quand au printems on voit des jeunes plants pousser vigoureusement, & on attend à la seconde seve pour être sûr de leur reprise.

Reprise, au Manege, est l’espace de tems pendant lequel l’académiste fait travailler son cheval devant l’écuyer. Chaque écolier monte ordinairement trois chevaux, & fait trois reprises sur chaque cheval.

Reprise d’essai, à la monnoie, est un nouvel essai de l’espece que l’essayeur général & l’essayeur particulier ont trouvé hors du remede.

Pour y parvenir, le conseiller qui est dépositaire du reste de cette espece, en fait couper un morceau qu’il remet entre les mains de l’essayeur général, qui en fait l’essai en présence de l’essayeur particulier. Le conseiller fait ensuite son procès-verbal de cette reprise. Voyez Essai.

Reprise, on dit en Fauconnerie, voler à la reprise.

Reprise, (terme de Lansquenet.) c’est une carte que l’on donne à celui qui a perdu la premiere, afin qu’il ait lieu de réparer sa perte. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « reprise »

Repris.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1213) De l’ancien français reprise ou reprinse (« reproche », « refrain »), participe passé substantivé au féminin de reprendre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « reprise »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
reprise rœpriz

Citations contenant le mot « reprise »

  • Je voudrais que l'intelligence fût reprise au démon et rendue à Dieu. De Jean Cocteau
  • Il y a des femmes qui, comme certaines pièces de théâtre, méritent des reprises et plaisent davantage la seconde fois. De Etienne Rey
  • Dans la vie il y a des hauts et des bas. Il faut surmonter les hauts et repriser les bas. De Jacques Chirac / Saint-Étienne - Janvier 1986
  • Il est dur de mesurer ses propres limites, d'admettre que ce qu'on avait pris pour des sentiments d'exception n'était en fin de compte, que des amours ordinaires, avec leurs intermittences, leurs élans et leurs reprises. De Paule Saint-Onge / Ce qu'il faut de regrets
  • Ces derniers jours, les joueurs des 22 équipes qualifiées pour cette reprise très attendue du championnat, interrompu pendant plus de quatre mois à cause du coronavirus, se sont concertés pour agir à l’unisson. En soirée, le derby de Los Angeles entre les Lakers de LeBron James et les Clippers de Kawhi Leonard devrait être ainsi précédé des mêmes gestes forts. Le Monde.fr, Basket : les joueurs genou à terre contre le racisme pour la reprise de la NBA
  • Entreprises LExpress.fr, Zone euro: chute record du PIB, reprise lente annoncée - L'Express
  • Les passionnés attendaient ça depuis le début du confinement : la reprise des thés dansants. En Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges, le choix reste encore très limité. Il n'y a qu'à Nancy que ce type d'animations sont proposées, en plein air à la Pépinière et dans le respect des règles sanitaires. France Bleu, IMAGES : La reprise des thés dansants "Covid-compatibles" fait des heureux à Nancy
  • Début juin, les cafés-restaurants étaient autorisés à rouvrir après la période de confinement imposée par l'épidémie de coronavirus. Deux mois plus tard, quel est le bilan de cette reprise ? Pour Pierre-Emmanuel Degenne, restaurateur orléanais du centre-ville, il est mitigé. France Bleu, La relance éco : deux mois après la reprise, bilan avec un restaurateur Orléanais
  • Effets déconfinement et vacances combinés, la reprise de la transmission du virus concernait jusqu’ici surtout les plus jeunes. Chez les personnes de plus de 75 ans, l’incidence avait diminué de façon continue après le pic épidémique. Le Monde.fr, Coronavirus : la reprise du nombre de cas positifs dans les Ehpad, un « signal préoccupant »
  • Derrière ce consensus, le dialogue n’a pas toujours été fluide : il y a quelques semaines, plusieurs joueurs menaçaient de boycotter la reprise du championnat, jugeant qu’elle détournait l’attention du public de la lutte contre les inégalités raciales. Le Monde.fr, Basket : une reprise très politique pour la NBA
  • Chaque saison depuis trois ans, chaleur et glaces font bon ménage chez Valentin Glacier à Limoges mais cette année, même la covid-19 aura raison des glaces artisanales aux mille saveurs du glacier. La reprise est timide selon Corinne Debenest, la responsable. France Bleu, La relance éco : timide reprise pour Valentin Glacier à Limoges

Images d'illustration du mot « reprise »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « reprise »

Langue Traduction
Anglais reprise
Espagnol reanudación
Italien reprise
Allemand wiedergutmachung
Chinois 重现
Arabe تتكرر
Portugais reprise
Russe реприз
Japonais 再び
Basque reprise
Corse ricustate
Source : Google Translate API

Synonymes de « reprise »

Source : synonymes de reprise sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « reprise »

Reprise

Retour au sommaire ➦

Partager