La langue française

Dépendre

Sommaire

  • Définitions du mot dépendre
  • Étymologie de « dépendre »
  • Phonétique de « dépendre »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dépendre »
  • Citations contenant le mot « dépendre »
  • Traductions du mot « dépendre »
  • Synonymes de « dépendre »
  • Antonymes de « dépendre »

Définitions du mot dépendre

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPENDRE1, verbe trans.

A.− Dépendre qqc.Détacher, enlever quelque chose qui était pendu ou suspendu. Dépendre un tableau; dépendre une enseigne (Ac.1835-1932).Déjà les croque-morts, dressant leurs échelles, commençaient à dépendre les tentures (Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 106).
Au fig., fam., rare. Dépendre sa langue, se dépendre la langue. Parler beaucoup (au point de s'en décrocher la langue). La discrète matrone répondit (...) qu'elle avait toujours en plus de propension à se coudre la bouche qu'à se dépendre la langue (Feuillet, Bellah,1850, p. 172).Mais, souvent, il [papa] va chez Ruaux, qui dort peu et perd rarement une occasion de dépendre sa langue (H. Bazin, Huile sur feu,1954, p. 208).
Rem. On rencontre ds la docum. la loc. dépendre les oreilles. Elle parlait à tort et à travers, patati patata : c'était un chapelet de commérages à dépendre les oreilles (Feuillet, Scènes et com., 1854, p. 11).
Emploi pronom., au fig. Se détacher. Mon oncle ne me parlait ni de Xavière, ni de Benoîte (...) dont mon esprit obsédé n'arrivait pas à se dépendre (Fabre, Xavière,1890, p. 76).
B.− Dépendre qqn.Détacher quelqu'un qui était pendu. Quand on le dépendit il était déjà raide (Ac.1835-1932) :
... des étudiants de Vienne qui voulaient connaître les sensations de l'agonie sans passer de vie à trépas (...) se sont pendus, et on les a dépendus au moment où la colonne vertébrale allait se briser. Green, Journal,1932, p. 95.
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé substantivé dépendu. Les voilà couchés là [ses enfants]; ils dorment, malgré le bruit, comme trois dépendus (Hugo, Han d'Isl., 1823, p. 154).
Prononc. et Orth. : [depɑ ̃:dʀ ̥], (je) dépends [depɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1180 (Marie de France, Fables, 25, 7 ds T.-L.). Dér. de pendre*; préf. dé(s)-*, (lat. dis-); cf. lat. médiév. dependere « dépendre (de la potence) », ca 1200 ds Nierm.
DÉR.
Dépendeur, euse, subst.Celui, celle qui dépend ce qui est pendu. Attesté ds la plupart des dict. du xixes. ainsi que ds Lar. 20eet Rob.Au fig., pop. et péj. (Grand) dépendeur d'andouilles. [P. réf. au fait qu'il fallait être très grand pour décrocher les andouilles suspendues dans les boutiques des charcutiers] Homme de grande taille, mais sot, incapable ou paresseux. Il [Judet] exécrait Rochefort, lequel de son côté, le tenait pour « un grand abruti (...) un dépendeur d'andouilles et pas autre chose » (L. Daudet, Salons et journaux,1917, p. 86). [depɑ ̃dœ:ʀ], fém. [-ø:z]. 1reattest. 1remoitié xives. (J. de Condé, Dits et Contes, II, 241, 14 ds T.-L.); attest. isolée repris au xixes. 1840 dépendeur d'andouilles (Catéchisme poissard ds Larch. 1872, p. 117); du rad. de dépendre1, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 5.

DÉPENDRE2, verbe trans. indir.

Être lié (à quelqu'un ou à quelque chose) par une relation de subordination, de solidarité ou de causalité.
A.− [Avec l'idée dominante de subordination, de soumission] Être sous l'autorité, sous l'influence de; être à la merci de.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Dépendre de qqn.Ne dépendre de personne. Les enfants dépendent de leur père (Ac.1835-1932).Dépendre d'une volonté étrangère, c'est être esclave (Weil, Pesanteur,1943, p. 156):
1. le docteur. − (...) Je veux dire que vous n'êtes pas à la merci de quelques clients, susceptibles de guérir d'un jour à l'autre, et dont la perte fait chavirer votre budget. Dépendant de tous, vous ne dépendez de personne. Romains, Knock,1923, I, p. 4.
b) Dépendre de qqc.Ce que c'est d'être gueux, on dépend du coche. Si j'avais un carrosse... (Courier., Lettres Fr. et It.,1813, p. 860).La faiblesse, les besoins, le font dépendre [l'homme] des éléments et de ses semblables (Delacroix, Journal,1847, p. 239).Nous ne dépendons point des constitutions ni des chartes, mais des instincts et des mœurs (A. France, Orme,1897, p. 163).
2. [Le suj. désigne une chose]
a) Dépendre de qqn.Rien n'est perdu, la décision dépend du tsar (Camus, Justes,1950, V, p. 380):
2. − Une thèse, continuait l'abbé, avec mention très honorable (qui dépend du jury naturellement mais qu'il n'est pas excessif d'espérer, me dit M. G...) m'ouvrirait une chaire provisoire aux Hautes Études... Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 442.
b) Dépendre de qqc.,,Ce prieuré, cette cure dépend de telle abbaye`` (Ac. 1835, 1878). ,,La nomination en appartient au titulaire de telle abbaye`` (Ac. 1835, 1878). Le duc d'Orléans (...) avait la nomination d'un certain nombre de dames au chapitre de Salles, qui dépendait de son duché (Lamart., Confid.,1849, p. 28).
Spéc., MAR. [Le suj. désigne le vent] Souffler, venir de. Les vents ont presque toujours dépendu du nord pendant tout ce temps (Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud,t. 1, 1841, p. 52).
B.− [Avec l'idée dominante de solidarité phys. et/ou morale] Dépendre de qqc.Faire partie de quelque chose, être lié à un ensemble en tant qu'élément constitutif.
1. [Le suj. désigne une chose concr.] Il acheta l'établissement avec tout ce qui en dépendait (Ac.1835-1932).Du musée [de Trèves] dépendent encore les bas-reliefs qui se voient dans l'intérieur de la Porta Mora (Michelet, Journal,1842, p. 463):
3. Mes parents habitaient une de ces demeures de campagne appelées châteaux, et qui sont simplement d'antiques maisons à toit aigu, dont dépendent quatre ou cinq fermes groupées autour. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Clochette, 1886, p. 661.
2. [Le suj. désigne une chose abstr.] Un organisme qui dépend du ministère de l'Éducation nationale (Dub.):
4. Le poème symphonique, dans la forme que Liszt lui a donnée est d'ordinaire un ensemble de mouvements différents dépendant les uns des autres et découlant d'une idée première, qui s'enchaînent et forment un seul morceau. Saint-Saëns, Harmonie et mélodie,1885, p. 163.
C.− [Avec l'idée dominante de causalité] Être conditionné, déterminé par quelque chose. L'effet dépend de la cause. Répondez, votre vie en dépend (La Martelière, Robert,1793, III, 5, p. 33).Certaines maladies mentales dépendent de lésions du cerveau (Carrel, L'Homme,1935, p. 63).Le marxisme a popularisé l'idée que les régimes politiques dépendent étroitement des structures économiques (Traité sociol.,1968, p. 10).
Cela/ça dépend de + subst., absol. cela/ça dépend.Cela est variable ou incertain; cela est subordonné à l'accomplissement de certaines conditions. Ça dépend des jours. Cela dépend de l'endroit où vous allez (Soulié, Mém. diable,t. 1, 1837, p. 245).Ça dépend des circonstances. Nous sommes à un moment critique (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 41).
Emploi impers. Il dépend de + subst. + de + inf.; il dépend de + subst. + que + subj.Il dépend de vous de le faire nommer à cette place (Ac.1835-1878).Il ne dépend de personne de me faire sortir de mon caractère (Renan, Drames philos.,Eau jouvence, 1881, p. 456):
5. La vieillesse s'installe dans sa victoire, qui est sérénité et rayonnement, ou dans sa défaite qui est durcissement et avarice; il dépend en grande partie de nous qu'elle mérite l'un ou l'autre. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 162.
Prononc. et Orth. : [depɑ ̃:dʀ ̥], (je) dépends [depɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1154-73 « pendre, être pendu » ici fig. depend à l'ueil « être imminent » (B. de Ste-Maure, Troie, 14061 ds T.-L.); 1177 au propre (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 829); 2. a) 1269-78 « pouvoir se réaliser sous l'action ou l'intervention d'une personne ou d'une chose » (G. de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 17262); b) 1459 « relever de (en parlant d'un fief) » (Coutumes du Comté de Bourgogne, chap. 1, art. 1 ds Nouv. Coutumier gén., éd. Ch. A. Bourdot de Richebourg, t. 2, p. 1196); c) 1490 « procéder, découler d'une autre chose » (Ph. de Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette, t. 1, p. 131 : Et de ceste division procède la famine et mortalité et les autres maulx qui deppendent de la guerre); 3. av. 1544 « être à la merci de quelqu'un ou de quelque chose [d'une chose] » (Des Per., Contes, VI ds Littré); 1580 « être sous l'autorité ou la dépendance de quelqu'un » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, livre 1, chap. 31, p. 253). Empr. au lat. impérial dependere « être suspendu à » d'où fig. « dépendre de, se rattacher à ».

DÉPENDRE3, verbe trans.

Vx (seulement dans des loc. proverbiales). Dépenser.
Absol. Qui bien gagne et bien dépend n'a que faire de bourse pour serrer son argent (Ac.1835, 1878).
Au fig., loc. (Un ami qui est) à vendre et à dépendre ou, plais., à pendre et à dépendre. (Un ami) tout dévoué, qui donnerait tout ce qu'il possède. La marquise? − Oui, c'est un de mes plus zélés partisans. Elle est à moi à pendre et à dépendre (Augier, Effrontés,1861, IV, p. 370).
Rem. La loc. à pendre et à dépendre et les jongleries verbales auxquelles elle se prête montrent que le sens du mot n'est plus compris.
Prononc. et Orth. : [depɑ ̃:dʀ ̥], (je) dépends [depɑ ̃]. Ds Ac. 1740-1932 avec, pour les éd. de 1740-1798, la rem. : ,,S'est dit, autrefois, pour dépenser.`` Étymol. et Hist. 1remoitié xiies. « répandre, dispenser » (Psautier Cambridge, CXI, 5, éd. Fr. Michel [dispensabit verba sua in judicio]); ca 1150 « dépenser » (Wace, St Nicolas, 92 ds Keller, p. 201b). Du lat. class. dispendere, v. dépens; supplanté par dépenser.
STAT. − Dépendre1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 4 250. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 375, b) 3 961; xxes. : a) 4 177, b) 7 147.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 259. − Lindström (A.). Dispensare-distornare. In : [Mél. Wahlund (K.)]. Mâcon, 1896, pp. 285-286.

Wiktionnaire

Verbe 1

dépendre transitif direct 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Détacher une chose de l’endroit où elle était pendue.
    • Dépendre un tableau. — Dépendre une enseigne.
  2. Détacher une personne pendue.
    • Quand on le dépendit, il était déjà raide.
  3. (Pronominal) À propos d'une chose, se détacher de l’endroit où elle était pendue.
    • L’émotion, l’essoufflement de la marche, et le malaise de notre silence nous chassaient le sang au visage ; j’entendais battre mes tempes ; Alissa était déplaisamment colorée ; et bientôt la gêne de sentir accrochées l’une à l’autre nos mains moites nous les fit laisser se dépendre et retomber chacune tristement. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 110)

Verbe 2

dépendre transitif indirect

  1. Être assujetti à ; être subordonné à.
    • Les chefs d'unités finissaient par ne plus savoir de qui ils dépendaient. Ils recevaient en haussant les épaules les ordres inexécutables. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.215)
    • La vie urbaine dépérit et, comme la civilisation islamique médiévale était elle-même essentiellement urbaine et que la richesse matérielle dépendait du commerce, la prospérité déclina. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  2. Ne pouvoir être réalisé sans l’action, sans l’intervention d’une personne ou d’une chose.
    • […].. et vous vous en prenez à moi, à moi qui devrais plutôt vous en vouloir ; car, enfin , vous m’avez rebuté, et il n’a pas dépendu de moi que je ne jouasse aujourd'hui le premier rôle dans la cérémonie qui se prépare. — (Armand Overnay & Théodore Nézel, La nuit des noces, drame en trois actes, acte 1, scène 6, créé au Théâtre de l'Ambigu-Comique, le 24 janvier 1826, Paris : chez Duvernois, 1826, p. 10)
    • Le terrible, c’est que le succès dépendait maintenant uniquement du vote de ces deux olibrius, […]. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les arômes contribuent à rendre le produit agréable au palais, ce qui dépend essentiellement de la présence de produits laitiers ou de la matière édulcorante dans la formule. — (Germain Ménard et al., « La Biscuiterie industrielle », dans Armand Boudreau & Germain Ménard (coordonnateurs), Le Blé: éléments fondamentaux et transformation, Presses de l’Université Laval, Québec (QC), 1992, page 305)
  3. Faire partie de quelque chose ; y appartenir.
    • Chaque hôpital possédait une tisanerie ; celle-ci dépendait de l’infirmerie du fort ; on y descendait par un petit escalier. — (Germaine Mailhé, Déportation en Nouvelle-Calédonie des communards et des révoltés de la Grande Kabylie (1872-1876), page 163, L’Harmattan, 1995)
    • La consommation de sel, dont le prix oscillait entre 15 livres 8 sols et 57 livres 10 sols le minot, était libre, l'acheteur devant seulement s’approvisionner au grenier dont dépendait sa paroisse. — (Bernard Briais, Contrebandiers du sel : La vie du faux saunier au temps de la gabelle, Paris : Éditions Aubier Montaigne, 1984, page 14)
    • C'est un pays très isolé qu'il n'est pas facile d'atteindre. […]. Il s'agit d'une vallée qui dépend de la Sèvre Nantaise, dont la source est d'ailleurs assez proche ; […]. — (Bulletin de la Société française d'histoire de la médecine, vol. 11-12, 1912, page 362)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPENDRE. v. tr.
Détacher une chose de l'endroit où elle était pendue. Dépendre un tableau. Dépendre une enseigne. Il signifie aussi Détacher une personne pendue. Quand on le dépendit, il était déjà raide.

Littré (1872-1877)

DÉPENDRE (dé-pan-dr') v. a.
  • 1Détacher une chose qui était pendue. Il est même assez ordinaire de pousser les exécutions jusqu'à dépendre les portes des maisons après avoir vendu ce qui était dedans, Vauban, Dîme, p. 29. [Il] Dérange les fauteuils, dépend lustre et tableaux, Collin D'Harleville, Malice pour mal. I, 8.

    Détacher une personne qui était pendue. La foule accourut et dépendit l'homme qui pendait au gibet.

  • 2 Fig. Se dépendre, v. réfl. Se détacher, renoncer. L'âme ne se peut dépendre elle-même de ces pensées, Bossuet, Ben. 1.

REMARQUE

On dit : je suis à vous à pendre et à dépendre, ami à pendre et à dépendre, pour dire tout dévoué. C'est une locution altérée pour à vendre et à dépendre (voy. DÉPENDRE 3), qui, n'étant plus usité dans ce sens, et restant usité avec le sens de détacher, a fait changer vendre en pendre.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li chevaliers li a cunté Que mult li ert mesavenu Dou lairon qu'il ot despendu, Marie de France, Fable 33. Avant que l'empereur de Perse alast devant la chamelle, il amena le conte Gautier devant Jaffe, et le pendirent par les bras à unes fourches, et li dirent que il ne le despendroient point, jusques à tant qu'il auroient le chastel de Jaffe, Joinville, 271.

XVe s. Velà le mort, je vous le monstre, Joseph ; or le povez despandre, la Passion de N.S.J.C.

XVIe s. Encores les despend on, à force, du col de leurs meres pour les rendre à leurs espoux, Montaigne, I, 270. Le prevost le fit dependre, Despériers, Contes, LXIII. Et elle voyant le corps de son filz mort estendu, et sa mere encore pendue au gibet, aida elle mesme aux bourreaux à la despendre, Amyot, Agis et Cléomène, 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dépendre »

Du latin dependere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et pendre, v. a.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dépendre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépendre depɑ̃dr

Évolution historique de l’usage du mot « dépendre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépendre »

  • C'est rassurant de ne plus dépendre de soi-même. De Jean-Paul Fugère / Les terres noires
  • Avoir des vices c'est dépendre d'autrui. Cela seul devrait rendre vertueux. De Raymond Groc / Le bon plaisir
  • Le gouvernement ne peut dépendre pour sa vie et pour son autorité que du peuple. De Georges Pompidou / Discours du 22 Mai 1968
  • Plus que la pilule, ce qui a libéré les femmes c’est de ne plus avoir à dépendre financièrement des hommes. De Jane Bryant Quinn
  • Les faibles veulent dépendre, afin d'être protégés. Ceux qui craignent les hommes aiment les lois. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • Accepter de dépendre de quelqu'un c'est accepter sa faiblesse, c'est s'accepter, c'est accepter d'aimer assez fort. De Arlette Cousture / Les Filles de Caleb
  • Quand on croit s'enfuir, on ne fait toujours que courir après ce dont on veut se sauver. Est bien pris qui croyait se dépendre. De Monique Larue / Les Faux Fuyants
  • Le vaniteux fait dépendre son propre bonheur de l'activité d'autrui ; le voluptueux, de ses propres sensations et l'homme intelligent, de ses propres actions. De Marc-Aurèle / Pensées pour moi-même...
  • Le théâtre ne doit pas dépendre de la philosophie qu'il exprime. Il doit exprimer une philosophie, mais il ne faut pas qu'on puisse à l'intérieur de la pièce poser le problème de la valeur de la philosophie qui s'y exprime. De Jean-Paul Sartre
  • Le péché c'est vouloir ne plus dépendre de Dieu, affirmer que notre destinée se réalise par nos seuls efforts, sans l'aide divine. C'est prétendre discerner seul ce qui est bien de ce qui est mal, et que l'on peut accéder au salut par soi-même. De Abbé Pierre / Mémoire d'un croyant
  • Les choses extérieures ne dépendent pas de moi ; ma volonté dépend de moi. Où chercher le bien et le mal ? En moi-même, dans ce qui est mien. Épictète, Entretiens, II, 5, 4-5 (traduction E. Bréhier)
  • Pour toute grande entreprise, un homme ne peut pas dépendre simplement de lui-même. De Sagesse indienne
  • J’ai toujours senti que l’état d’auteur n’était, ne pouvait être illustre et respectable qu’autant qu’il n’était pas un métier. Pour pouvoir, pour oser dire de grandes vérités, il ne faut pas dépendre de son succès. De Jean-Jacques Rousseau / Les confessions
  • Ce qu'Emmanuel Macron a voulu dire c'est que si la France veut rester maître de son destin sur le plan économique, donc ne pas dépendre encore plus de l'extérieur, si elle ne veut pas que sa dette ne continue de s'envoler, elle va devoir travailler encore plus pour créer la richesse qui n'a pas été créée pendant le confinement. RMC, Que veut dire Emmanuel Macron par « travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres »?
  • Depuis le 26 juin, un nouveau lunetier indépendant a pris ses quartiers en centre-ville d’Agen sur le boulevard de la République, en lieu et place d’"Antonin". Fort d’une dizaine d’années d’expérience dans le métier d’opticien, Corinne et Jérémy Segura ont décidé de monter leur propre affaire en ouvrant "Le Lunetier Agenais". "Nous avions envie de ne pas dépendre d’une grande enseigne nationale, d’être libre de nos choix, et de voler de nos propres ailes" relatent les deux gérants. Le nom de la boutique, choisi pour faire écho à ce côté artisanal et local, n’est pas un choix anodin. petitbleu.fr, Un nouveau lunetier indépendant s’installe - petitbleu.fr
  • Il manque 350 milliards d'euros au PIB français en raison de la fonte de notre secteur industriel depuis la fin des Trente Glorieuses, estime l'économiste Claude Sicard. Emmanuel Macron, qui veut « bâtir un modèle économique plus fort, pour ne pas dépendre des autres » aura du pain sur la planche pour que la réindustrialisation de notre pays produise les effets escomptés. Les Echos, Opinion | Réindustrialiser la France, une tâche herculéenne | Les Echos
  • R: "On a un peu commencé, il ne faut pas prendre trop de retard, nous ne devons pas rester dans la réaction à cause du fait que rien n'a été discuté sur la dimension esport. On a pris un peu le taureau par les cornes et aujourd'hui on a mandaté une personne qui prend la température sur les profils qui sont sur la scène, qui fait du scouting, des détections, qui regarde les tournois, les joueurs qui se démarquent du lot. On est vraiment dans une approche d'observation, de compréhension. On est plus dans une prise de température que dans une envie hyper précoce de signer une équipe à tout prix. En revanche, si les conditions sont réunies et qu'une belle opportunité se présente, on n'attendra pas un an. Cela peut être la semaine prochaine comme dans six mois, ça va dépendre de ce qui est mis en place autour du jeu, de l'écosystème et de notre travail de repérage et de détection." Les Echos, Esport: "Vitality se doit d'aller" sur Valorant | Les Echos

Traductions du mot « dépendre »

Langue Traduction
Anglais to depend
Espagnol depender
Italien dipendere
Allemand abhängen
Chinois 依靠
Arabe لكي تعتمد
Portugais depender
Russe зависеть
Japonais 依存する
Basque menpe egoteko
Corse dipende
Source : Google Translate API

Synonymes de « dépendre »

Source : synonymes de dépendre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dépendre »

Partager