Approuver : définition de approuver


Approuver : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

APPROUVER, verbe trans.

I.− Emploi trans. [Le suj. est toujours une pers. ou a rapport avec l'animé]
A.− [L'obj. désigne en partic. un acte, une décision, une action, le résultat d'une action] Approuver qqc., que qqn fasse qqc.
1. Donner son agrément (à quelque chose), parce qu'on a compétence et autorité pour le faire :
1. ... la brigade de Maussion (qui devait toujours aller à Bitche) ne croyait pas pouvoir quitter Rohrbach. Elle y restait, rendait compte au général de Failly, qui approuvait la décision prise. Foch, Des Principes de la guerre,1911, p. 99.
2. Plus gén. Trouver bon, louable :
2. Vous approuverez qu'un pareil malheur ne m'ait rien fait changer au plan ultérieur du voyage; mais il m'a empêché d'explorer entièrement l'archipel des navigateurs, ... Voyage de La Pérouse autour du monde,t. 4, 1797, p. 235.
3. ... je ne pouvais pas rester seul. Il fallait quelqu'un qui approuvât mon caractère; il fallait quelqu'un qui eût les mêmes idées que moi. Lautréamont, Les Chants de Maldoror,1869, p. 203.
Emploi abs. :
4. ... quel gain trouverez-vous à comprendre que le reste a tout autant de raison d'être que vous? Comprendre est le commencement d'approuver. Pour nier avec conviction, il faut n'avoir jamais regardé ce qu'on nie. Gide, Journal,1889-1939, p. 105.
SYNT. Approuver un plan, des initiatives, un principe, un programme, un document, un choix, des projets, des desseins, une (des) disposition(s) prise(s) ...; approuver l'attitude, la conduite, la délicatesse, les idées, les sentiments, le zèle de qqn; − une opinion, des paroles; − de toutes ses forces, par son silence; − d'un hochement de tête, d'un mot, du regard, d'un signe, de la tête, des yeux, de la voix; approuver bruyamment, entièrement, hautement, pleinement.
B.− [L'obj. désigne une pers.] Louer quelqu'un (pour ce qu'il dit, ce qu'il fait, plus rarement pour ce qu'il est); être de son avis, lui donner raison. Approuver qqn (de faire qqc.) :
5. Je crois agir en honnête homme. Après le premier mouvement d'indignation, vous m'approuverez. Agir autrement serait faire à la fois une mauvaise affaire et une mauvaise action. Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 252.
6. Les Anglais inclinaient à approuver le tsar de rétablir en Italie les souverains légitimes; mais ils désiraient surtout que les coalisés concentrassent leurs efforts sur la Suisse et les Pays-Bas. G. Lefebvre, La Révolution française,1963, p. 536.
C.− DR. et ADMIN.
1. [En parlant d'une autorité compétente dont le consentement est requis] Rendre exécutoire, définitif :
7. Ils [les états provinciaux] étaient, de plus, étroitement tenus en tutelle. Ils ne pouvaient prendre de résolution de quelque importance, arrêter une mesure financière quelconque, sans que leur délibération ne fût approuvée par un arrêt du conseil; pour un impôt, un emprunt, un procès, ils avaient besoin de la permission expresse du roi. Tous leurs règlements généraux, jusqu'à celui qui concernait la tenue de leurs séances, devaient être autorisés avant d'être mis en vigueur. L'ensemble de leurs recettes et de leurs dépenses, leur budget, comme on l'appellerait aujourd'hui, était soumis chaque année au même contrôle. Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution,1856, p. 327.
8. Le 2 mai, le ministre approuvait à son tour les bases du Plan, qui devenait ainsi exécutoire. Joffre, Mémoires,t. 1, 1931, p. 180.
2. Cour. [En parlant d'une assemblée de pers. qui a compétence dans un certain domaine] Reconnaître la valeur de quelque chose :
9. Cette Pâte est nommée (Pâte des Sultanes), parce que cette découverte avait déjà été faite pour le sérail par un médecin arabe. Elle a été approuvée par l'Institut sur le rapport de notre illustre chimiste (Vauquelin), ... Balzac, César Birotteau,1837, p. 48.
SYNT. Approuver les délibérations (du Conseil municipal), un programme, une loi votée, une résolution tendant à des amendements; le Conseil des ministres, le Conseil municipal, une Commission, le ministre (des Travaux Publics, de l'Éducation, de l'Intérieur), le préfet, le sous-préfet approuvent qqc.; l'Assemblée approuve le projet de la commission, le comité − les conclusions des experts, les élus approuvent le budget, les ministres − un rapport, le Préfet approuve les arrêtés, des emprunts, le Sénat approuve une nomination; être approuvé par arrêté, par décret, par voie référendaire; être approuvé à une énorme majorité.
3. Spécialement
a) CENSURE. Donner une approbation. Approuver un livre :
10. Ce fut le comte de Grammont lui-même qui vendit quinze cents livres le manuscrit des mémoires où il est si clairement traité de fripon. Fontenelle, censeur de l'ouvrage, refusait de l'approuver par égard pour le comte. Celui-ci s'en plaignit au chancelier, à qui Fontenelle dit les raisons de son refus. Le comte, ne voulant pas perdre les quinze cents livres, força Fontenelle d'approuver le livre d'Hamilton. Chamfort, Caractères et anecdotes,1794, p. 134.
b) DR. CANON. Approuver un prêtre. Lui donner l'approbation. (Attesté ds Nouv. Lar. ill.).
II.− Emploi pronom.
A.− Sens réfl. S'approuver soi-même. Estimer que ce que l'on fait est digne de louange :
11. Le souci m'envahit, parce que je me sens diminuer et décroître en tout sens, et que je ne puis m'approuver et me rendre un bon témoignage en compensation. Amiel, Journal intime,1866, p. 112.
12. Degas refusait la facilité comme il refusait tout ce qui n'était point l'unique objet de ses pensées. Il ne savait souhaiter que de s'approuver, c'est-à-dire de contenter le plus difficile, le plus dur et incorruptible des juges. Valéry, Degas, danse, dessin,1936, p. 9.
B.− Sens réciproque :
13. À chacune de leurs paroles, ils s'approuvaient d'un léger signe, comme si toutes leurs pensées eussent été communes. C'était une entente absolue, intime, venue du fond de leur être, et qui se resserrait jusque dans leurs silences. Zola, Une Page d'amour,1878, p. 882.
PRONONC. : [apʀuve], j'approuve [ʒapʀu:v]. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 rappellent qu'on ,,disait autrefois appreuver``. Enq. : /apʀuv/, (il) approuve.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1200 « prouver, démontrer » (Chevalier cygne, 20135, éd. Reiffenberg ds Gdf. : Et s'il estoit nuls homs deça le mer salee Qui volsist contre moy avoir le tieste armee, Je ly aprouveray, ains qu'il soit la viespres, C'onques je n'eus a iaus nulle amour demonstree) − 1580-92, Mont., Ess., 1. II, c. 12, ibid.; 2. 1250-60 « trouver bon, louable, agréer » (Atre périlleux, éd. Schirmer, 2324 ds T.-L. : Car escïent set et voit, Se sa lance perdue avoit, Qu'il ne porroit arme trouver, A desfendre u a aprouver, Dont il pëust faire nul bien); 1643 approuver que + subj. « id. » (Corneille, Polyeucte, V, 6 ds Dict. hist. Ac. fr., p. 518 : J'approuve cependant que chacun ait ses dieux); 3. 1399 « confirmer, autoriser par un témoignage authentique » cont. jur. (Arch. Nord, B. 113, fo97 vods IGLF Litt. : Unes lettres en latin du dit evesque du visdoien et du chapitre de l'esglise de Liege, par lesquelles ilz appreuvent et conferment la dicte vendicion). Empr. au lat. approbare attesté dep. Plaute, au sens 1 (Amph., 13 ds TLL s.v., 311, 50); et au sens 2 (Pseud., 1333, ibid., 310, 39); à noter la constr. lat. approbare + ut + subj. au ives. (Priscillien, Tract., 3, 56, ibid., 311, 16).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 249. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 411, b) 3 223; xxes. : a) 3 208, b) 3 849.
BBG. − Dupin-Lab. 1846. − Éd. 1913. − Pierreh. Suppl. 1926. − Remig. 1963. − Sandry-Carr. Manouche 1963.

Approuver : définition du Wiktionnaire

Verbe

approuver \a.pʁu.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tenir pour acceptable.
    • J'écoute le vaguemestre nous lire le courrier qui part : il approuve sans réserve la carte du colonel : Tout va bien, mais est étonné par celle du capitaine adjoint qui écrit à ses deux fillettes: …. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  2. Juger louable, trouver digne d’estime.
    • J’approuve son style, mais non pas ses idées.
    • J’approuve vos sentiments.
    • Approuvez-vous une conduite si étrange ? On ne saurait approuver son procédé.
    • C’est une action qui mérite d’être approuvée.
  3. Autoriser par un témoignage authentique.
    • Plusieurs conciles ont approuvé cette doctrine.
    • Ce livre fut approuvé par les évêques.
    • Ce spécifique est approuvé par les autorités médicales.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Approuver : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPROUVER. v. tr.
Tenir pour acceptable. Approuver et ratifier un contrat. Le père refusa d'approuver le mariage. Le Conseil des ministres approuva tout ce que l'ambassadeur avait fait. Il signifie aussi Juger louable, trouver digne d'estime. J'approuve son style, mais non pas ses idées. J'approuve vos sentiments. Approuvez-vous une conduite si étrange? On ne saurait approuver son procédé. C'est une action qui mérite d'être approuvée. Il signifie encore Autoriser par un témoignage authentique. Plusieurs conciles ont approuvé cette doctrine. Ce livre fut approuvé par les évêques. Ce spécifique est approuvé par les autorités médicales. Le participe passé

APPROUVÉ s'emploie absolument et par ellipse au bas d'un acte, d'un état, d'un compte, etc. Lu et approuvé. Vu et approuvé. Approuvé. Approuvé l'écriture ci-dessus.

Approuver : définition du Littré (1872-1877)

APPROUVER (a-prou-vé) v. a.
  • 1Agréer, consentir à. Approuver un avis. Je dirai pourquoi je n'approuve pas cette division. Le gouvernement approuve l'envoi d'une flotte. Approuver les conditions. Le roi n'approuve pas que l'ambassadeur revienne.
  • 2Juger louable, trouver digne d'estime, louer. Je suis enchanté que vous approuviez ma conduite. Je l'approuve d'être si vivement touché. J'aurais approuvé tout ce qui a été fait. Approuver quelqu'un par un geste. J'écoute vos conseils, j'ose les approuver, Racine, Brit. II, 2.
  • 3Autoriser par un acte authentique. Le conseil de l'Université a approuvé cet ouvrage.
  • 4S'approuver, v. réfl. Se donner à soi-même un témoignage d'approbation. Ne pense pas Qu'innocente à mes yeux, je m'approuve moi-même, Racine, Phèd. II, 5.

HISTORIQUE

XIIIe s. La damoisele approba et accepta cele exception, Hist. occid. des Croisades, t. II, p. 475. Et ce ai je veu aprover par un jugement, Beaumanoir, XXVII, 13. Et que ce soit voirs, il est aprovés par un jugement, Beaumanoir, XIV, 12. Et par ce est il aprovés bastart, par l'aparance de lonc tans, Beaumanoir, XVIII, 5. Procuration scelée d'arcevesque ou d'evesque ou de roi ou de prince ou d'aucun autre juge qui ait seel bien conneu et bien aprové, Beaumanoir, XXVII, 78.

XVe s. Et ce plusieurs approuveroient [prouveraient], s'il estoit besoin, Monstrelet, I, ch. 47. Li grant Alexandre jadis Et plusieurs rois en firent gloire [de boire] ; L'excez [je] n'en approuve pourtant, Basselin, I.

XVIe s. À grand peine pourra-il rien avoir en quoy il s'approuve disciple de Christ, Calvin, Instit. 566. Voisent maintenant les hypocrites, et s'efforcent de s'approuver à Dieu par leurs bonnes œuvres, Calvin, ib. 609. Non qu'il eust ainsi soigneusement fait ce procès verbal de toute son administration pour approuver sa foy et faire cognoistre sa loyauté, Amyot, C. d'Ut. 52. Quoy que ce soit, les evenemens approuvoient ce que disoit cet Aegyptien [devin], Amyot, Anton. 40. Non qu'il approuvast la democratie…, Amyot, Dion, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Approuver : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

Approuver, un livre c’est déclarer par écrit qu’après l’avoir lû avec attention, on n’y a rien trouvé qui puisse ou doive en empêcher l’impression. Voyez Approbation, Censeur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « approuver »

Étymologie de approuver - Littré

Approbare, de ad, à, et probare (voy. PROUVER) ; provenç. aproar, aprobar ; espagn. aprobar ; ital. approvare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de approuver - Wiktionnaire

Du latin approbare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « approuver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
approuver apruve play_arrow

Conjugaison du verbe « approuver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe approuver

Évolution historique de l’usage du mot « approuver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « approuver »

  • […] Covid-19 : les dirigeants africains viennent d’approuver le vaccin mondial de Bill Gates pour … […] Le courrier du soir, Covid-19 : les dirigeants africains viennent d'approuver le vaccin mondial de Bill Gates pour 300 millions d'enfants du tiers-monde - Le courrier du soir
  • Ce vendredi, le syndicat des joueurs (NBPA), qui ont majoritairement exprimé leur envie de rejouer cet été lors d’un sondage effectué par leur instance, devrait à son tour approuver ce plan. LA VDN, La NBA approuve le plan de reprise de la saison
  • Compte tenu des procurations reçues et des voix exprimées par scrutin en lien avec l'adoption d'une résolution ordinaire visant à approuver les options non attribuées et les modifications au régime d'options d'achat d'actions, les résultats sont les suivants : , Osisko Gold Royalties : annonce les résultats des votes de l'assemblée annuelle des actionnaires | Zone bourse
  • Pour être accompli, n'approuvez pas dans les autres ce que vous n'approuverez pas en vous-mêmes. De Proverbe oriental
  • La pensée est d'essence si rare que partout où l'on en découvre une manifestation, l'on est tenté, non seulement de la goûter, mais de l'approuver. De Henri de Lubac / Paradoxe
  • Croire en Dieu est une attitude qu'on ne peut ni réfuter, ni discuter, ni approuver, ni blâmer. De Claude Roy / Les Chercheurs de Dieu
  • Je ne peux approuver qu'après avoir pesé la position inverse. De Nikolaus Harnoncourt / la Parole Musicale, 2014
  • La médiocrité refuse toujours d'admirer et souvent d'approuver. De Joseph de Maistre / Lettres et opuscules
  • Comprendre est le commencement d'approuver. De Baruch Spinoza
  • J'ai un besoin enfantin, inépuisable de pouvoir m'approuver. Charles Du Bos, Journal, Corrêa

Traductions du mot « approuver »

Langue Traduction
Allemand zustimmen
Espagnol aprobar
Anglais approve
Source : Google Translate API

Synonymes de « approuver »

Source : synonymes de approuver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « approuver »



mots du mois

Mots similaires