La langue française

Rendu

Sommaire

  • Définitions du mot rendu
  • Étymologie de « rendu »
  • Phonétique de « rendu »
  • Citations contenant le mot « rendu »
  • Images d'illustration du mot « rendu »
  • Traductions du mot « rendu »
  • Synonymes de « rendu »
  • Antonymes de « rendu »

Définitions du mot rendu

Trésor de la Langue Française informatisé

RENDU, -UE, part. passé, adj. et subst. masc.

I. − Part. passé de rendre*.
II. − Adjectif
A. − Arrivé à destination. Le temps de se dire bonjour (...) et nous partons, de manière à être rendus, à 1 heure moins le quart (...) au passage Verdeau (Verlaine, Corresp., t. 1, 1864, p. 14).Vous n'aviez qu'à prendre par la crête: vous étiez rendu en cinq minutes! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 162).
B. − Extrêmement fatigué, fourbu. Synon. fam. crevé.D'autres, haletants, rendus de lassitude, sont près de défaillir (Brizeux, Marie, 1840, p. 4).Je suis harcelé! Perclus! rendu! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 419).
III. − Subst. masc.
A. − [Corresp. à rendre I A 1 a] Marchandise qui a été rapportée au vendeur. Il était consterné par ce « rendu », qui lui enlevait son tant pour cent (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 638).
B. − [Corresp. à rendre I A 3] Un prêté* pour un rendu, un prêté(-)rendu (v. prêté).
C. − [Corresp. à rendre II B] Traduction artistique, technique d'une impression. Rendu sonore. L'anomalie bien connue du rendu photographique, qui traduit le bleu par du blanc et le jaune ou le rouge par du noir (Arts et litt., 1935, p. 30-13).Point de peintre dont la bourgeoisie du XIXesiècle ait davantage admiré le rendu fidèle et fignolé que M. Ingres (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 79).
Prononc.: [ʀ ɑ ̃dy]. Fréq. abs. littér.: 7 122. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 12 543, b) 8 946; xxes.: a) 8 580, b) 9 631. Bbg. Breal (M.). Notes d'étymol. B. Soc. Ling. 1910-11, t. 16, p. 66. − Uren (O.). Le Vocab. du cin. fr. Fr. mod. 1952, t. 20, p. 217.

Wiktionnaire

Adjectif

rendu \ʁɑ̃.dy\ masculin

  1. (Commerce) Qui est remis à destination.
    • Cette barrique de vin coûte tant, rendue à Paris, rendue à domicile.
  2. Qui est arrivé où l’on voulait aller.
    • Il n’y a plus qu’un petit quart de lieue d’ici chez nous, nous voilà bientôt rendus.
  3. Qui est las, fatigué, qui ne peut plus marcher; fourbu, crevé.
    • L’équipage suait, soufflait, était rendu. — (Jean de La Fontaine, Le Coche et la Mouche, 1663, Livre VII, Fable 9)
    • Depuis deux jours les voyageurs marchaient à travers des chemins exécrables, dormant à peine, ne s’arrêtant que le temps strictement nécessaire pour prendre un peu de nourriture, nous l’avons dit, ils étaient rendus de fatigue ; […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Elle l'eût encore préféré veule, comme cet après-midi, rendu de fatigue, anéanti, dormant, inerte, mais en songeant plus à rien.— (Jean Richepin, La Glu, édition de 2010 chez José Corti (originale de 1881), page 144.)
  4. (Beaux-Arts) Qualifie des objets ou des détails bien étudiés et rigoureusement exprimés.
    • Un dessin, un modèle bien rendu.

Nom commun

rendu \ʁɑ̃.dy\ masculin

  1. Marchandise rapportée au vendeur.
    • On a eu très peu de rendus sur la collection d’été.
  2. Qualité artistique en parlant d'une oeuvre d'art, d’un enregistrement, d’une impression, d’un tirage photographique, etc.
    • Je ne suis pas très satisfait du rendu des gris. Ce qu’il y a de plus remarquable dans ce tableau, c’est le rendu des draperies.
    • Les gravures anglaises et les nombreux dessins que l’on a publiés de la cour des Lions n’en donnent qu’une idée fort incomplète et très fausse : ils manquent presque tous de proportions, et, par la surcharge que nécessite le rendu des détails infinis de l’architecture arabe, font concevoir un monument d’une bien plus grande importance. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • On pourra se demander longtemps ce qu’il faut admirer le plus, du génie du peintre français, ou de l’impeccable « rendu » que Kürtz a réussi à en faire. — (Georges Perec, Un cabinet d’amateur, 1979, Le Livre de Poche, pages 20-21)

Forme de verbe

rendu \ʁɑ̃.dy\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe rendre.
    • Mais il a rendu la vie possible. — (Isabelle Alonso, Filigrane, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RENDRE. (Je rends, tu rends, il rend; nous rendons, vous rendez, ils rendent. Je rendais. Je rendis. J'ai rendu. Je rendrai. Je rendrais. Rends, rendez. Que je rende. Que je rendisse. Rendant. Rendu.) v. tr.
Remettre une chose entre les mains de celui à qui elle appartient, de quelque manière qu'on l'ait eue. Rendre à quelqu'un l'argent qu'on lui a emprunté. Rendre une somme volée, touchée indûment. Rendre des livres qu'on a empruntés. Il ne rend jamais ce qu'on lui prête. Rendre un dépôt. Prov., Il faut rendre à César ce qui appartient à César, Il faut rendre à chacun ce qui lui est dû. Rendre la monnaie d'une pièce, Donner ce qui reste de la valeur d'une pièce, après avoir pris sur cette pièce ce qui était dû. Fig., Rendre à quelqu'un la monnaie de sa pièce, Lui rendre la pareille, répliquer, riposter.

RENDRE se dit aussi figurément. Je lui ai rendu mon amitié, mon estime, ma confiance. Rendre à quelqu'un sa parole, Le dégager de la promesse qu'il avait faite.

RENDRE signifie encore Faire recouvrer certaines choses dont on était privé, qu'on avait perdues, comme la santé, les forces du corps, etc. Rendre la santé, la vue, l'ouïe. Ce remède lui a rendu la vie. Ce régime lui rendra des forces. Rendre l'appétit. Rendre la liberté. Ce jugement lui a rendu l'honneur. Cette nouvelle lui a rendu l'espoir, le courage, lui a rendu sa gaieté. Fam. et par exagération, Vous me rendez la vie, Vous me tirez de peine, je vous ai une obligation extrême.

RENDRE se dit aussi, en parlant des Personnes, dans une acception à peu près semblable et signifie Les faire rentrer en possession d'une chose dont elles étaient privées, ou à laquelle elles avaient renoncé. Il vient d'être rendu à la liberté. Cela vous rend à l'honneur. Vos conseils le rendront à la vertu. Ce remède peut le rendre à la vie. On l'a rendu à ses amis. On dit dans un sens analogue : Cela le rendit à lui-même, Cela fit cesser l'illusion, la prévention, etc., qui troublait, qui égarait sa raison et qui l'empêchait de juger sainement.

RENDRE signifie aussi Remettre une chose à celui à qui elle est destinée. Rendre un paquet. Rendre une lettre. Il a vieilli en ce sens. Rendre un paquet, des marchandises en un lieu, Les y porter, les y faire voiturer, les y conduire. Il m'a vendu tant de kilos de soie, et il doit me les rendre à Lyon. Rendre de l'ouvrage, Le remettre à celui pour qui on l'a fait. Ce tailleur est bien long à rendre son ouvrage. Je lui ai donné de l'ouvrage, il ne me le rend pas.

RENDRE se dit figurément en parlant de Certains devoirs, de certaines obligations dont on s'acquitte, de certaines marques de respect, de déférence, de civilité, etc., que l'on donne à quelqu'un. Rendre ses devoirs, ses respects à quelqu'un. Je ne manquerai point de lui rendre ce que je lui dois. Rendre les derniers devoirs à son ami. Rendre les honneurs à un officier général, à un ambassadeur, à un prince étranger. Rendre obéissance. Rendre gloire, rendre grâce à Dieu. Grâces vous soient rendues. Rendre à chacun ce qui lui est dû. En termes de Féodalité, Rendre foi et hommage, rendre aveu s'est dit pour Remplir certains devoirs à l'égard de son suzerain. Rendre visite à quelqu'un, L'aller visiter. Rendre à quelqu'un sa visite, L'aller visiter après avoir reçu de lui une visite. Rendre ses visites, Faire les visites que l'usage prescrit dans certaines circonstances. Ces nouveaux mariés ont aimablement rendu leurs visites. Rendre service à quelqu'un, Servir, obliger quelqu'un. Rendre de bons offices, de mauvais offices à quelqu'un, Servir ou desservir quelqu'un par ses paroles ou par ses actions.

RENDRE signifie aussi Donner en échange, payer de retour, soit en bien, soit en mal. Rendre la pareille. Rendre avec usure. Rendre le bien pour le mal. Rendre le mal pour le bien. Rendre injure pour injure. Il m'a fait un plaisir, je le lui ai rendu. Il m'a fait une cruelle offense, mais je le lui rendrai bien. Dieu vous le rende, Expression de reconnaissance dont se servent ceux à qui on donne l'aumône, ceux à qui on fait quelque petit présent, à qui on rend quelque bon office. Rendre le salut, Saluer quelqu'un dont on vient de recevoir le salut. Je lui ai rendu son salut. Il ne m'a pas rendu mon salut. Rendre réponse à quelqu'un, Lui faire une réponse, par écrit ou oralement.

RENDRE signifie aussi Produire, rapporter. Il y a de bonnes terres qui rendent deux récoltes par an. Un grain de blé en rend quelquefois plus de soixante. Cette affaire, ce métier rend peu, rend beaucoup. Ce commerce ne rend pas, ne rend rien. Cet instrument rend un son harmonieux, Il en sort des sons harmonieux quand on en joue. Absolument, Cette raquette rend bien, rend mal, Elle est bien ou mal tendue, elle renvoie fortement ou faiblement la balle. On dit de même : Les bandes d'un billard rendent bien, ne rendent pas.

RENDRE signifie également Exprimer, représenter. Cette copie ne rend pas bien l'original. Ce portrait rend bien l'expression de votre visage. Ce mot rend mal votre idée. Rendre nettement, clairement, vivement sa pensée. Je ne saurais rendre, vous rendre à quel point j'ai souffert de votre indifférence, combien je suis touché de votre procédé. Rendre des oracles, Prononcer des oracles. Rendre témoignage, Témoigner. Rendre un arrêt, une sentence, Prononcer un arrêt, une sentence. Rendre la justice, Exercer, administrer la justice. Les tribunaux sont institués pour rendre la justice. Rendre justice à quelqu'un, Reconnaître son mérite, ses droits. Le public lui rend enfin justice. Tout le monde rend justice à son mérite. On dit dans un sens analogue : C'est une justice à lui rendre. Il faut lui rendre cette justice. Rendre raison, Expliquer pourquoi on fait quelque chose, pourquoi quelque chose est ou se fait. Rendez-moi raison de voire conduite, de votre procédé. Il y a des phénomènes, dans la nature, dont on ne peut rendre raison. Rendre raison à quelqu'un, Se battre en duel avec lui pour réparation d'une offense. Il faudra bien qu'il me rende raison de cette insulte. Je suis prêt à lui rendre raison quand il voudra. Rendre compte d'une chose, La détailler, en donner l'explication. Rendre compte d'un, événement. Rendre compte de sa gestion. Rendre un compte détaillé de sa gérance. Rendre ses comptes. On dit aussi : Se rendre compte d'une chose, Se l'expliquer, en prendre nettement connaissance. Je me rends parfaitement compte de votre situation. Il ne s'est pas bien rendu compte de ce qui se passait.

RENDRE signifie aussi Traduire. Il a mal rendu le sens de son auteur. Rendre un passage mot à mot. Cherchez à rendre le sens plutôt qu'à traduire chaque mot. Il signifie également Répéter. L'écho rend les sons, rend les paroles. Il ne vous a pas bien rendu ce que je l'avais chargé de vous dire. Je vous rends son discours mot pour mot.

RENDRE se dit encore en parlant de Ce que le corps rejette, par les voies naturelles ou autrement. Rendre un remède. Rendre une médecine, un vomitif. Rendre de la bile. Il rend le sang par le nez. On lui perça un abcès qui rendit quantité de pus. Rendre un aliment comme on l'a pris. Absolument, Le malade a rendu plusieurs fois dans la journée. Fig., Rendre gorge, Restituer par force ce qu'on a pris, ce qu'on a indûment acquis. On lui a fait rendre gorge. Fig., Rendre l'esprit, rendre l'âme, rendre le dernier soupir, Mourir, expirer.

RENDRE signifie aussi Livrer, céder. Les vivres venant à s'épuiser, le gouverneur se vit forcé de rendre la place. Fig., Rendre les armes, S'avouer vaincu dans une contestation, dans une discussion. En termes de Manège, Rendre la bride à son cheval, La tenir moins haute, moins ferme. On dit aussi : Rendre la main à un cheval, Lui lâcher un peu la bride. À certains jeux où l'on compte par points, Rendre des points, Consentir que son adversaire compte d'avance à son profit un certain nombre de points, de manière à compenser l'inégalité de force entre les deux joueurs. Fig., Rendre des points à quelqu'un, Être ou se croire plus fort que lui. En termes de jeu d'Échecs, Rendre un cavalier, une tour, un fou, Se priver volontairement d'une de ces pièces pour donner un avantage à son adversaire.

RENDRE signifie aussi Faire devenir; être cause qu'une personne, qu'une chose devient ce qu'elle n'était pas auparavant. Sa vertu l'a rendu illustre. Cette action l'a rendu odieux. Ses victoires l'ont rendu maître de tout le pays. La parure la rend plus belle. Le malheur l'a rendu sage. Cet accident l'a rendue sourde. L'exercice rend le corps plus vigoureux. Rendre un chemin praticable, une rivière navigable.

SE RENDRE signifie Devenir, avec ou sans intention, mais par son propre fait. Il veut se rendre agréable, nécessaire. Il s'est rendu odieux, méprisable, ridicule par sa conduite, par ses manières. Ce prince s'est rendu redoutable à tous ses voisins. À force d'excès, il s'est rendu malade. Les ennemis se sont rendus maîtres de la place. Se rendre maître de l'esprit de quelqu'un.

SE RENDRE signifie aussi Céder, se mettre au pouvoir de quelqu'un, se soumettre. Les assiégés ne voulurent point se rendre. La citadelle ne s'est rendue qu'à la dernière extrémité. Se rendre aux ennemis. Ils se sont rendus sans coup férir. La garnison s'est rendue à discrétion. Fig., Se rendre à la raison, à l'évidence, à l'autorité, à des raisons, à des prières. Cette femme s'est rendue à ses désirs. Je me rends se dit lorsque, dans une discussion, on finit par céder. Il ne se rend jamais, C'est un opiniâtre, un entêté qui ne cède jamais.

SE RENDRE signifie encore Se diriger vers, aboutir. Les fleuves se rendent à la mer. Le sang se rend au cœur. Se rendre en quelque endroit, lorsqu'il s'agit des Personnes, signifie Se transporter en quelque endroit, y aller. Il se rendra à Lyon tel jour. Si vous voulez vous rendre en tel endroit, vous m'y trouverez. Je me rendrai auprès de vous. Se rendre à son régiment. Se rendre à son bord. Se rendre à l'assignation. Se rendre à son poste. Se rendre à une invitation. Se rendre aux ordres d'un chef, d'un supérieur. Par formule de politesse, Je me rends à vos ordres. Se rendre à son devoir, Se rendre au lieu où le devoir appelle. Se rendre à son devoir se dit aussi de Quelqu'un qui se réforme, qui cède à l'empire de la raison. Mon fils, quand vous rendrez-vous à votre devoir? Le participe passé

RENDU s'emploie adjectivement et signifie Qui est remis à destination. Cette barrique de vin coûte tant, rendue à Paris, rendue à domicile. Compte rendu. Voyez COMPTE.

RENDU signifie aussi Qui est arrivé où l'on voulait aller. Il n'y a plus qu'un petit quart de lieue d'ici chez nous, nous voilà bientôt rendus. Il signifie encore Qui est las, fatigué, qui ne peut plus marcher. Je suis rendu, je ne saurais aller plus loin. Ce cheval est rendu. En termes de Beaux-Arts, il se dit des Objets ou des détails bien étudiés et rigoureusement exprimés. Dessin, modèle bien rendu. Dans ce sens il s'emploie aussi comme nom. Ce qu'il y a de plus remarquable dans ce tableau, c'est le rendu des draperies. Fig. et fam., C'est un prêté rendu se dit en parlant d'un Tour qu'on vient de jouer à quelqu'un et qui vaut bien celui dont on a été victime de son fait auparavant. Fig. et fam., C'est un prêté pour un rendu signifie que La victime d'un mauvais procédé saura prendre sa revanche.

Littré (1872-1877)

RENDU (ran-du, due) part. passé de rendre
  • 1Donné en retour. Le bien rendu pour le mal

    S. m. Fig. et familièrement. C'est un rendu, un prêté rendu, se dit d'un tour que l'on joue à quelqu'un pour lui rendre la pareille. Alexandre s'en va, toujours tuant tout ce qu'il rencontre. - Ce n'était qu'un rendu, Voltaire, Dial. XXIX, 1. Je ne sais ce que j'ai, dit-il à Coutu, je n'ai jamais tant bâillé. - Mon révérend père, répondit frère Coutu, ce n'est qu'un rendu. - Comment, que voulez-vous dire avec votre rendu ? dit frère Bertin. - C'est, dit frère Coutu, que je bâille aussi, Voltaire, Facéties, Relation du jésuite Bertier.

  • 2Arrivé où l'on voulait aller. Enfin, après les tempêtes, Nous voici rendus au port, Malherbe, II, 2.

    Transporté au lieu de destination. Du vin rendu à Paris.

  • 3 Terme de marine. Se dit d'une manœuvre, quand elle est arrivée au point de tension qui lui convient. Une moufle est rendue, quand les poulies se touchent.

    Se dit de même de la gargousse d'une bouche à feu que l'on charge.

  • 4Remis en possession, ramené à, en parlant de personnes. Rendu à la liberté. J'ai cru que, tôt ou tard à ton devoir rendu, Tu me rapporterais un cœur qui m'était dû, Racine, Andr. IV, 5.

    Rendu à soi-même, délivré d'illusion, de préventions, d'égarements. C'est malgré moi qu'à moi-même rendue J'écoute une chaleur qui m'était défendue, Corneille, Rodog. III, 4. Rendue à vous-même et dépouillée de toute fausse délicatesse, vous ne me ferez nulle objection, Genlis, Théât. d'éduc. Ennemis génér. II, 8.

  • 5Accompli. Les derniers devoirs rendus à un mort. Un service rendu mal à propos est souvent puni comme une trahison, Voltaire, Charles XII, 3.
  • 6Devenu. Le soldat, dans la paix, sage et laborieux, Nos artisans grossiers rendus industrieux, Boileau, Ép. I.
  • 7Exprimé, représenté. Comme les contes les plus ridicules sont souvent fondés sur une vérité mal vue ou mal rendue, Buffon, Ois. t. III, p. 344. Si les portraits sont bien rendus d'après nature, Rousseau, Ém. IV. Il y a dans ce morceau des pensées fausses, ou du moins rendues avec peu d'exactitude, Condillac, Art d'écr. III, 2.

    Terme de beaux-arts. Se dit absolument des objets ou des détails bien étudiés et rigoureusement exprimés. Il n'y a rien ici de rendu, mais rien du tout, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 65, dans POUGENS. [Sur des statues asiatiques] Les yeux dans une tête de face sont fréquemment présentés sous l'aspect qu'ils auraient dans des têtes de profil, et les mains sont toujours pitoyablement rendues, Raynal, Hist. phil. V, 29.

    Terme de peinture. Exécution rendue, exécution travaillée, qui exprime tout ce qui est à exprimer. Les peintres de la Norvége sont plus châtiés, et leur exécution est plus rendue, Ad. Viollet-Le-Duc, J. des Débats, 3 juin 1862.

    S. m. Un beau rendu. La précision du rendu des objets, dans la photographie.

  • 8Compte rendu, exposé ou récit de certains faits particuliers. Le compte rendu des séances de l'Académie des sciences.
  • 9Traduit. On travaillait à la version italienne [de l'Exposition de la doctrine catholique] avec toute l'exactitude que méritait une matière si importante, où un seul mot mal rendu pouvait gâter tout l'ouvrage, Bossuet, Expos. doctr. cathol. Avertissement.
  • 10Qui a cédé, qui s'est soumis. Nous comptions ce matin, avant le lever du roi, jusqu'à trente ou trente-trois places prises ou rendues, depuis le deuxième de ce mois, à lui ou à ses alliés, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 182. M. de Rochefort assiége Huy ; la ville est rendue, le château résiste un peu, Sévigné, 188. Tous les habitants d'une ville forcée ou rendue à discrétion, et du plat pays qui en dépendait, étaient esclaves du vainqueur, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XXVIII, part. 3.

    PROVERBE

    Fille qui chante et ville qui parlemente sont à demi rendues.

    S. m. Soldat qui déserte pour se venir rendre dans le parti contraire (terme vieilli). Les nouvelles qu'on a eues depuis par les rendus qui sont venus en grand nombre, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 53. Il vint hier de Bruxelles un rendu, qui dit que M. le prince d'Orange assemblait quelques troupes à Anderleck, qui en est à trois quarts de lieue ; on demanda au rendu ce qu'on disait à Bruxelles ; il répondit…, Racine, Lett. à Boileau, 21 mai 1692.

  • 11Qui s'est laissé persuader, convaincre, toucher. Je vis hier la duchesse de Sully et la comtesse de Guiche ; leurs têtes sont charmantes ; je suis rendue ; cette coiffure est faite justement pour votre visage, Sévigné, 4 avr. 1671. Je suis charmée que vous aimiez Abbadie [la Vérité de la religion chrétienne] ; notre ami [Corbinelli] a été le premier à lui rendre témoignage… après lui, je vous souhaitais rendu, et voilà qui est fait, Sévigné, à Bussy, 26 août 1688. Les voilà rendus ; ils en sont émus et touchés au point de résoudre dans leur cœur sur ce sermon de Théodore, qu'il est encore plus beau que le dernier qu'il a prêché, La Bruyère, XV. Hé bien, Madame ! enfin me voilà rendue et sur le point d'être désabusée, Baron, Homme à bonnes fort. IV, 3. Dursan le fils, qui se jeta sur-le-champ à ses genoux, et à qui cette grand' mère, déjà toute rendue, tendit languissamment une main, Marivaux, Marianne, 10e part.
  • 12Las, outré. Il y a un nombre de chevaux et de mulets crevés et rendus en chemin, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 373. L'équipage suait, soufflait, était rendu, La Fontaine, Fabl. VII, 8. Charles, à la tête de sa cavalerie, fit trente lieues en vingt-quatre heures, chaque cavalier menant un cheval en main pour le monter quand le sien serait rendu, Voltaire, Charles XII, 3. Il [l'âne] ne peut fournir qu'une petite carrière, pendant un petit espace de temps, et, quelque allure qu'il prenne, si on le presse, il est bientôt rendu, Buffon, Quadrup. t. I, p. 156. Souvent, rendu de chaleur et de fatigue, je m'étendais par terre, n'en pouvant plus, Rousseau, Conf. VIII.
  • 13 S. m. Rendu, un moine (locution vieillie qui se disait, par abréviation, pour homme rendu moine). Le poëte avait l'air d'un rendu ; Comment d'un rendu ? d'un ermite, La Fontaine, Poésies mêlées, LXXI.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RENDU, (Gramm.) participe du verbe rendre. Voyez l’article Rendre.

Rendu, (Fortification.) un rendu à la guerre est un soldat ou un deserteur d’une armée ennemie. (Q)

Rendu, (Maréchal.) un cheval rendu, est celui qui ne sauroit plus marcher.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rendu »

(Date à préciser) Participe passé de rendre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rendu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rendu rɑ̃dy

Citations contenant le mot « rendu »

  • La civilisation a rendu l'homme sinon plus sanguinaire, en tout cas plus ignoblement que jadis. De Fiodor Dostoïevski
  • La résolution chrétienne de considérer le monde comme laid et mauvais a rendu le monde laid et mauvais. De Friedrich Nietzsche / Le gai savoir
  • Je n'ai pas la force de haïr personne, pas même les gens qui m'ont rendu service. De Montrond
  • A force de dire à un homme pendant quarante jours qu’il était fou, on l’a rendu fou. De Proverbe russe
  • La radio n'a pas rendu les hommes plus sots. Mais la bêtise est plus sonore. De Jean Rostand
  • Rien n’est rendu estimable que par la durée. De Joseph Arthur de Gobineau
  • Une conséquence immédiate du fait que l’homme est rendu étranger au produit de son travail : l’homme est rendu étranger à l’homme. De Karl Marx
  • L’esprit de famille a rendu l’homme carnivore. De Francis Picabia
  • Un bon mot n'a jamais rendu les gens meilleurs. De Victor Richard de Laprade
  • Le doute est un hommage rendu à l'espoir. De Lautréamont / Les Chants de Maldoror
  • Si Dieu nous a faits à son image, nous le lui avons bien rendu. De Voltaire / Le sottisier
  • Un jugement doit être rendu à la règle et à l'équerre. De Théognis de Mégare / Sentences
  • Le concret c'est de l'abstrait rendu familier par l'usage. De Paul Langevin / La pensée et l'action
  • Nous payons de notre vie ou de notre mort : un prêté pour un rendu. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • L’oeuvre est achevée quand l’artiste est, devant elle, rendu à sa solitude complète. De Christian Bobin / L’inespérée
  • La nouvelle est tombée le 30 juillet 2020. Le port du masque est rendu obligatoire dans certains espaces publics à Honfleur (Calvados).  , Pour lutter contre le coronavirus, le masque rendu obligatoire à Honfleur | Le Pays d'Auge

Images d'illustration du mot « rendu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rendu »

Langue Traduction
Anglais rendering
Espagnol representación
Italien interpretazione
Allemand rendern
Chinois 渲染
Arabe استدعاء
Portugais renderização
Russe оказание
Japonais レンダリング
Basque errendatze
Corse rendering
Source : Google Translate API

Synonymes de « rendu »

Source : synonymes de rendu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rendu »

Partager