Assimiler : définition de assimiler


Assimiler : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ASSIMILER, verbe trans.

I.− Assimiler + compl. obj.Rendre semblable ou identique à soi, en incorporant à sa propre substance une substance étrangère qui par là même est réduite à néant.
A.− [Le compl. désigne un inanimé concr. ou abstr.]
1. PHYSIOL. [Le suj. désigne un organe, une plante] Transformer en sa propre substance les éléments vivants d'un type déterminé :
1. Si les plantes peuvent s'assimiler les éléments de l'air, ce sont celles qui vivent dans l'air ou dans l'eau. C. Bernard, Cahier de notes,1860, p. 94.
2. ... les agronomes allemands Hellriegel et Wilfarth mettent en évidence, par une série d'expériences impeccables, le fait que les légumineuses ont la capacité de croître dans un milieu dépourvu d'azote combiné, en assimilant l'azote libre de l'air et cela grâce aux nodosités que portent leurs racines. Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 1,1961, p. 466.
Rem. Emploi abs. du verbe chez Claudel (La Jeune fille Violaine, 2eversion, 1901, p. 578). ,,Le cœur n'est point semblable à l'estomac qui reçoit, qui retient, qui digère et qui assimile.``
2. P. anal., domaine intellectuel. Faire sien ce qui est l'objet de la connaissance, l'intégrer dans ce qu'on a déjà acquis :
3. ... comme un outil est une sorte d'organe ajouté à nos organes, l'action est une extension du vouloir hors de nous. Elle sort, mais c'est pour faire entrer en elle et s'assimiler cela même où elle semble s'aliéner. M. Blondel, L'Action,1893, p. 216.
4. « ... la raison s'assouplit, s'élargit, et réussit de la sorte à s'assimiler des éléments de l'être qui d'abord la scandalisaient. Elle s'assimile le non-être avec Platon, la liaison synthétique avec Descartes... l'évolution avec Hegel... » Nizan, Les Chiens de garde,1932, p. 38.
5. Loin que la philosophie enveloppe et assimile sous l'espèce de la notion du beau tout le domaine de la sensibilité créatrice et se rende mère et maîtresse de l'esthétique, il arrive qu'elle en procède, ... Valéry, Variété 3,1936, p. 154.
Rem. Se rencontre en emploi abs. dans ce sens (cf. Dub., Caput 1969, Lar. Lang. fr.).
B.− [Le compl. désigne une pers.] Transformer un être et ce qu'il représente de manière à l'intégrer dans un système de pensée, un groupe, etc. :
6. Il est donc vrai de dire que l'amour est la semence commune de la justice et du péché. Comment raconter tous les fruits bons, ou mauvais, qu'il portera : la jalousie, le soin de la conservation de l'objet aimé, le zèle de sa gloire, enfin l'union avec lui, l'union qui assimile deux êtres entre eux et les confond en un? Ozanam, Essai sur la philos. de Dante,1838, p. 143.
7. Il [Nietzsche] mésentend résolument le Christ; mais, de ce malentendu, sur lequel il va prendre élan, l'Église est, plus encore que lui, responsable; en annexant, en cherchant (en vain du reste) à assimiler le Christ, au lieu de s'assimiler à lui, elle l'estropie davantage − et c'est ce Christ estropié que Nietzsche combat. Gide, Journal,1937, p. 1282.
Spéc., SOCIOL. [En parlant d'étrangers] Transformer les mentalités et le comportement en vue d'une intégration harmonieuse dans le groupe social d'accueil ou l'état de civilisation (cf. assimilable et assimilation) :
8. Dans ce problème si complexe de la situation des étrangers en France, il y a deux idées qu'il s'agit de réaliser : défendre nos nationaux contre l'invasion étrangère et assimiler les étrangers vivant sur notre sol. Barrès, Mes cahiers,t. 10,1913, p. 144.
9. Ce n'était pourtant pas ce qui les distinguait des autres barbares que Rome avait entrepris d'attirer, d'assimiler et d'utiliser contre les Allemands d'Outre-Rhin. Bainville, Histoire de France,t. 1,1924, p. 18.
C.− Emploi pronom. à valeur passive. Être assimilé. Aliments qui s'assimilent plus ou moins facilement (cf. Rob.).
II.− Assimiler à.
A.− Assimiler qqc. à soi.PHYSIOL. [Le suj. désigne un corps ou un organe du corps] Incorporer à sa propre substance :
10. C'est donc quelque chose que la vie; c'est elle qui fait aussi que tant qu'un corps en est doué, il a la force d'assimiler à sa substance les corps avec lesquels il est en contact d'une manière convenable, tandis que dès qu'il est mort, ce sont tous les élémens qui le composent qui se dissolvent, se séparent, et vont former de nouveaux mixtes avec les êtres environnans, suivant de nouvelles lois d'affinités. Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie,Idéologie,1801, p. 249.
B.− Assimiler qqc. ou qqn à qqc. ou qqn.
1. Considérer ou déclarer semblable par un jugement, un acte de volonté; donner un statut identique :
11. ... quand M. Necker proposa d'assimiler par les assemblées provinciales les pays appelés d'élection aux pays d'états, c'est-à-dire de donner aux anciennes provinces les priviléges qui n'étaient possédés que par celles dont la réunion à la France était plus récente, il y avait à Paris un parlement qui pouvait refuser d'enregistrer les édits bursaux, ou toute autre loi émanée directement du trône. Mmede Staël, Considérations sur les princ. événements de la Révolution fr.,t. 2,1817, p. 420.
12. Ce ne serait donc pas punir le clergé que le priver des traitements qui assimilent les prêtres aux fonctionnaires publics. Vigny, Le Journal d'un poète,1843, p. 1211.
13. Les ouvriers mineurs, payés à la tâche, ont toujours bénéficié de salaires les assimilant aux meilleurs professionnels des autres industries; ... E. Schneider, Le Charbon,1945, p. 264.
2. Comparer et aboutir à une identification totale ou partielle, mettant l'accent sur les ressemblances sans supprimer les différences.
a) [Le compl. désigne une pers. ou une entité personnifiée] :
14. Les clichés du patriotisme professionnel sont difficiles à citer dans une étude où l'on ne veut ni indigner, ni faire rire. Un des plus bénins est celui-ci : « Depuis nos malheurs, » phrase doucereuse où on assimile la France à une vieille dame à cabas « qui a connu de meilleurs jours ». Gourmont, Esthétique de la lang. fr.,1899, p. 312.
b) [Le compl. désigne un inanimé abstr. (œuvre de l'esprit, état de civilisation, etc.)] :
15. On pourrait croire qu'en rappelant l'activité intellectuelle à l'érudition on constate par là même son épuisement, et qu'on assimile notre siècle à ces époques où la littérature ne pouvant plus rien produire d'original devient critique et rétrospective. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 138.
16. ... l'inconscient et les mécanismes inconscients ne sont pas directement des « objets », des « choses », mais les automatismes affectifs les assimilent autant qu'il est possible aux choses physiques dont ils simulent le déterminisme. Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 373.
C.− Emploi pronom. S'assimiler à.S'identifier à, par un acte de volonté ou de jugement :
17. « Nous estimons donc que le même orgueil, qui porta les mauvais anges à s'assimiler au Très-Haut, a pu seul inspirer dans l'église romaine la croyance impie de l'infaillibilité du Pape, ou même des évêques rassemblés en concile général. » Lamennais, L'Avenir,1831, p. 289.
18. Le secret des contradictions des hommes du jour est dans la privation du sens moral, dans l'absence d'un principe fixe et dans le culte de la force : quiconque succombe est coupable et sans mérite, du moins sans ce mérite qui s'assimile aux événements. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4,1848, p. 524.
PRONONC. : [asimile], j'assimile [ʒasimil]. Harrap's 1963 donne également la possibilité d'une prononc. avec [ss] géminées : as/s/-. Enq. : /asimil/ (il) assimile.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) 1495 trans. assimiler à « rendre semblable à » (Jeh. de Vignay, Miroir historial, IX, 33, éd. 1531 ds R. Hist. litt. Fr., t. 2, p. 264 : Par le sacrement de Eucharistie est souverainement assimilee l'église militante a la triumphante) d'où b) 1611 le compl. désigne une chose « comparer et considérer comme semblable » (Cotgr.); c) 1798 pronom. s'assimiler à le compl. désigne une pers. (Ac. : S'assimiler à quelqu'un, Se comparer à quelqu'un, s'estimer son égal. Je ne m'assimile point à ce grand homme); 2. a) ca 1580 trans. physiol. « intégrer et transformer en sa propre substance » (A. Paré, Introduction, VIII ds Gdf. : Il faut qu'il soit assimilé et fait du tout semblable [à la partie]); b) fin xviiies. s'assimiler qqc. « id. » (Buffon, Animaux reprod. ds Rob. : Les êtres qui ont la puissance de convertir la matière en leur propre substance et de s'assimiler les parties des autres êtres, sont les plus grands destructeurs); c) ca 1790 id. au fig. s'assimiler qqc. « intégrer, s'approprier (une idée, des connaissances) » (Marmontel ds Lar. 19e: Elle altère tout ce qu'elle emprunte en voulant se l'assimiler); 1907 trans. (R. Rolland, La Révolte, chap. 1, p. 404 : qu'une vérité médiocre, qu'ils sont capables d'assimiler); 3. a) 1817 trans. « intégrer (un peuple ou un pays à un autre) », supra ex. 2; b) 1828 s'assimiler « id. » (F. Guizot, Civilisation-Europe, Leçon 10, Cours Hist. mod., p. 6 : L'esprit de corps faisait ensuite un grand travail pour s'assimiler ces éléments étrangers); c) 1864 id. s'assimiler à « s'intégrer à, se fondre dans (un peuple, un pays) » (Fustel de Coulanges, Cité Antiq., p. 506 : les degrés par lesquelles elles devaient s'approcher insensiblement de Rome pour s'assimiler enfin à elle). Empr. au lat. assimulare, assimilare (formes dér. respectivement de simulare − lui-même dénominatif de similis − et de similis; la forme en -i-, rare en lat. class., domine en b. lat., spécialement en lat. chrét.) attesté dep. Plaute au sens de « simuler, feindre » (Poen. 1106 ds TLL s.v., 896, 10) et au sens de « reproduire en imitant » (Men. 146, ibid., 896, 60), attesté plus spéc. aux sens 1 b (Tacite, Agr., 10, ibid., 896, 65); 1 c (Gaius, Inst., 1, 22, ibid., 897, 32); 1 a lat. chrét. (Vulg., Job., 30, 19, ibid., 897, 51); 2 a (Albert Le Grand, Veget., 1, 104 ds Mittellat. W. s.v., 1078, 5).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 518. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 348, b) 436; xxes. : a) 982, b) 1 080.
BBG. − Battro 1966. − Foulq.-St-Jean 1962. − Fromh.*-King. 1968. − Noël 1968.

Assimiler : définition du Wiktionnaire

Verbe

assimiler \a.si.mi.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’assimiler)

  1. Rendre semblable.
    • Ces penchants honteux assimilent l’homme à la brute.
  2. Présenter comme semblables deux ou plusieurs personnes, ou deux ou plusieurs choses.
    • De plus, on assimile volontiers les femmes adultères aux prostituées et la pratique de la fornication, prostibulaire ou adultère, suppose le mensonge ou la clandestinité, comme l'ont si bien illustré les fabliaux, qui insistent sur les mensonges de l'épouse volage. — (Nicole Gonthier, Sanglant Coupaul ! Orde Ribaude !: Les injures au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2007)
    • Remarquons d’entrée de jeu qu'il faut méconnaître le père de la théorie de la relativité pour imaginer qu'il ait pu assimiler l'astrologie à une « science ». — (Denis Hamel, Albert Einstein, astrologue ? Vous voulez rire ? La fin d’un canular, dans Le Québec sceptique, n°57, p.31, été 2005)
  3. Absorber les aliments lors de la digestion.
  4. Incorporer du savoir, des connaissances dans l’esprit.
    • Nous nous attachons à diffuser des sommes de connaissances que les élèves les moins préparés ne pourront de toute façon assimilier après des heures de cours hebdomadaires. — (Richard Gaudet, Être patron aujourd’hui en France, 2005)
    • Or, elles ne disposaient ni l’une ni l’autre d’équipes de R&D dans le domaine, capables d’assimiler les informations produites et de les exploiter […]. — (Caroline Mothe, Comment réussir une alliance en recherche et développement, 1997)
  5. Incorporer quelqu'un, une minorité à un groupe social, lui faire prendre les caractères de celui-ci
  6. (Pronominal) Devenir semblable.
    • Mais leurs enfants, nés en France, ne se sont pas pour rien assimilés à nous. La grande similitude qu'ils ont premièrement avec nous se manifeste par l'adoption de nos mœurs malthusiennes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  7. (Pronominal) (Physiologie) Exercer sa faculté d’assimilation, en parlant des corps vivants.
    • Les corps vivants croissent et s’entretiennent en s’assimilant des substances étrangères, en les assimilant à leur propre substance.
    • Les particules matérielles qui s’assimilent à la propre substance d’un animal, d’un végétal.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Assimiler : définition du Littré (1872-1877)

ASSIMILER (a-ssi-mi-lé) v. a.
  • 1Comparer, rapprocher. Comment assimiler des choses si contraires ? Peut-on assimiler l'or au cuivre ?
  • 2 En termes de physiologie, convertir en sa propre substance. Les animaux s'assimilent un grand nombre de substances végétales. Les êtres qui ont la puissance de convertir la matière en leur propre substance et de s'assimiler les parties des autres êtres, sont les plus grands destructeurs, Buffon, Animaux reprod.
  • 3Convertir en semblable. La civilisation tend à assimiler les différents peuples.
  • 4S'assimiler, v. réfl. Se comparer. L'amour-propre nous pousse sans cesse à nous assimiler à qui vaut mieux que nous.

    Être assimilé. Les substances nutritives s'assimilent plus ou moins facilement.

    Se rendre semblable à. Les Stoïciens cherchaient à s'assimiler à un certain idéal du sage qu'ils s'étaient formé.

HISTORIQUE

XVIe s. Il faut que l'aliment soit agglutiné et fiché ; finablement, qu'il soit assimilé et fait du tout semblable [à la partie], Paré, Introd. 8. La propre action de l'estomac est d'attirer, retenir et assimiler ce qui lui est convenable, Paré, I, 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ASSIMILER. - HIST. Ajoutez :

XIVe s. Je vous mettrai en mon celier ; Puis penseray d'assemiller Si la besongne et tant feray Que jusques là t'envoyeray Aussi que pour querre du vin, Théâtre franç. au moyen âge, Paris, 1839, p. 333.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « assimiler »

Étymologie de assimiler - Littré

Assimilare, de ad, à, et de similis, semblable : rendre semblable (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de assimiler - Wiktionnaire

(1495)[1] Du latin assimulāre, qui donne aussi assembler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « assimiler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assimiler asimile play_arrow

Conjugaison du verbe « assimiler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe assimiler

Évolution historique de l’usage du mot « assimiler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assimiler »

  • “Bien sûr, je ne m’y attendais pas, c’est déroutant et injuste. Cela m’a surpris. Quelques heures après une défaite difficile que nous devons assimiler, quand mon travail consiste à ressouder l’équipe et à me préparer pour le match le plus important de la saison, ils me donnent cette nouvelle. Elle ne peut avoir qu’un seul but : nuire à mon image professionnelle. Mais ils ne parviendront pas à leurs fins. Malgré l’inconfort qu’ils m’ont créé, je vais me concentrer sur mon travail et aider mes joueurs à bien se préparer pour le match de vendredi”, a commenté le coach à Encestando. Basket Europe, Espagne: Le coach de Gran Canaria licencié à la veille d'un match décisif face à Valence | Basket Europe
  • Lors des manifestations pour Adama Traoré, on avait entendu son président fondateur assimiler notre pays à « un État totalitaire, terroriste, esclavagiste, colonialiste ». N’en jetez plus, la cour est pleine ! , Société | J’irai cracher sur la France
  • Le cerveau de l'imbécile n'est pas un cerveau vide, c'est un cerveau encombré où les idées fermentent au lieu de s'assimiler, comme les résidus alimentaires dans un colon envahi par les toxines. De Georges Bernanos / La France contre les robots
  • Face à la croissance explosive des techniques de communication de l'information, les capacités de notre cerveau d'acquérir, de stocker, d'assimiler et d'émettre de l'information sont restées inchangées. De Pierre Joliot / La recherche passionnément
  • La jeunesse doit non seulement assimiler tout ce qu'a créé la vieille culture, mais élever la culture à une hauteur nouvelle, inaccessible aux gens de la vieille société. De Constantin Stanislavski
  • Les procès : la façon qu’a la société d’assimiler l’horreur. De Jim Morrison / Personne ne sortira d’ici vivant
  • Chaque communiste doit assimiler cette vérité : le pouvoir est au bout du fusil. De Mao Tsé-Toung

Images d'illustration du mot « assimiler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « assimiler »

Langue Traduction
Corse assimiglia
Basque asimilatzeko
Japonais 同化する
Russe ассимилировать
Portugais assimilar
Arabe استيعاب
Chinois 吸收
Allemand assimilieren
Italien assimilare
Espagnol asimilar
Anglais assimilate
Source : Google Translate API

Synonymes de « assimiler »

Source : synonymes de assimiler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assimiler »



mots du mois

Mots similaires