Restituer : définition de restituer


Restituer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESTITUER, verbe trans.

I. − Qqn restitue (qqc./qqn)
A. − Qqn restitue qqc.
1. ARCHÉOL., ÉPIGR. Rétablir dans son état premier, original, ce qui a subi des altérations. Synon. reconstituer.Restituer un texte, une fresque, un édifice. Toutes ces inscriptions latines ou grecques [dans la librairie de Montaigne], au nombre de trente-trois, sont loin d'être intactes, et il a fallu les déchiffrer, les restituer ni plus ni moins que des inscriptions antiques (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 157).Sur celles-ci [de hautes collines] s'élève, pour caractériser le lieu, un coquet château féodal à tourelles restitué par un architecte de Cologne (Barrès,Scènes et doctr., t. 2, 1902, p. 142).
Au fig. Rétablir, recréer ce qui n'existe plus. Ce récit restitue à peu près l'atmosphère difficile de cette époque et c'est pourquoi le narrateur y attache de l'importance (Camus,Peste, 1947, p. 1379).
En partic. Représenter à l'aide d'un plan ou d'une maquette l'état présumé d'une construction actuellement en ruines ou disparue (d'apr. Noël 1968). L'historien (...) restitue le Temple de Salomon, son pylône de style égyptien (A. France,Vie littér., 1890, p. 318).
2. NUMISM. Restituer une monnaie romaine. La faire frapper de nouveau, longtemps après sa première émission (d'apr. Jossier 1881). Plusieurs des monnaies de bronze d'Auguste, d'Agrippa, de Tibère (...) ont été restituées par Titus et Domitien (Jossier1881).
En empl. adj.
Monnaie restituée. Synon. monnaie de restitution*.On reconnaît une monnaie restituée à la présence du mot restituit, qu'elle porte tantôt en entier, tantôt en abrégé, suivi du nom du prince qui l'a fait fabriquer (Jossier1881).
Médaille restituée. Synon. médaille de restitution*.,,Médaille d'un empereur romain frappée par l'ordre d'un de ses successeurs`` (Bach.-Dez. 1882). Les médailles restituées sont assez rares et entièrement semblables, sauf la légende constatant la restitution, aux types primitifs (Bach.-Dez.1882).
3. DR., vx. Restituer les lieux. Rétablir, remettre et rendre les lieux dans le même état. Les lieux donnés à loyer doivent être restitués par le locataire tels qu'il les a reçus (Ac.1835, 1878).
4. TOPOGR. ,,Établir le plan d'un terrain au moyen de photographies`` (Topogr. 1980).
B. − DR. Qqn restitue qqn.,,Remettre une personne dans l'état où elle était avant un acte ou un jugement qui est annulé. Il a obtenu un jugement qui le restitue en entier. Se faire restituer contre son obligation, contre sa promesse. Se pourvoir par requête civile pour être restitué contre un jugement`` (Ac.).
II. − Qqn restitue qqc. (ou plus rarement qqn) à qqn (ou plus rarement à qqc.)
A. − Rendre ce qui a été pris ou possédé injustement ou illégalement. Synon. redonner.
1. Qqn restitue qqc. (à qqn).Que parlez-vous d'ailleurs de donation? On me restitue ce qu'on a dérobé, on me rend les biens qu'on m'a pris, et cela s'appelle une donation! (Sandeau,Mllede La Seiglière, 1848, p. 112).Tu me dis que tu as trouvé mes 2.000 écus et tu crois t'en tirer en me racontant que tu les as rendus à Urbain. Mais ce serait trop facile et tu vas me les restituer (Camus,Esprits, 1953, iii, 5, p. 512).
Qqn restitue qqc.Il faut que tu restitues sur-le-champ cette fortune dont tu jouis (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 1, 1859, p. 69).
[P. méton. de l'obj.] Qqn restitue qqn.Tout d'abord, il [le juge] lui a dit: − Avant de présenter votre défense, retournez donc les mandats... restituez donc vos souscripteurs! (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 500).
Absol. L'erreur (...) se trouva enfin dans un compte du fournisseur Séguin, qui en convint aussitôt, sur la présentation des pièces, et restitua, disant qu'il s'était trompé (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 389).
Empl. pronom. réciproque. Se rendre. On en est à la dernière entrevue [avant la rupture], celle où l'on se restitue les lettres à moitié effacées qu'il était inutile de s'écrire (Dumas fils, Fils natur., 1858, i, 3, p. 81).
a) Au fig. Rendre à quelqu'un ce dont on l'avait injustement privé. Restituer l'honneur (à qqn) (vieilli). Il faut bien savoir l'incroyable inertie des Salons où il [Manet] parut, pour lui restituer tout son mérite (Mauclair,Maîtres impressionn., 1923, p. 61).Il n'est pas de régime où le culte de ces valeurs ne puisse restituer à l'homme sa dignité (Gide,Journal, 1941, p. 77).
b) En partic.
− Dans le domaine artist.Rendre, attribuer à un artiste, à un auteur, la paternité d'une de ses œuvres. D'abord attribué aux Le Nain (...) [le tableau représentant une nativité] a été restitué à partir de 1915, par un Allemand, Hermann Voss, au lorrain inconnu [Georges de la Tour] (L. Febvre,G. de la Tour, [1950] ds Combats, 1953, p. 304).
− Dans le domaine milit.Rendre à un état une région, une province qui lui appartient de fait. Tous les Allemands rient de nous avec mépris quand on suppose devant eux qu'ils pourraient nous restituer ou même neutraliser l'Alsace-Lorraine (Barrès,Cahiers, t. 8, 1910, p. 27).
2. P. anal.
a) Qqn restitue qqn à qqn.Il la remit au roi (...) en lui disant: « Nous sommes quittes. Vous m'avez rendu mon ami, je vous restitue mademoiselle. Donnant, donnant (About,Roi mont., 1857, p. 284).
b) Qqn restitue qqc. à qqc.Rendre, redonner ce qui a été perdu ou abîmé. La peau conservée a perdu par déshydratation une partie plus ou moins importante de sa souplesse (...): une opération préliminaire consistera donc à lui rendre toute cette souplesse en lui restituant l'eau qu'elle a perdue (Bérard, Gobilliard,Cuirs et peaux, 1947, p. 31).
B. − Fam. [Sans compl. second.] Vomir. Je suis un homme, et j'ai été malade [en mer] comme une pompe (...). J'ai restitué, en une fois, tout ce que j'avais pris depuis ma naissance (Renard,Comédies, Vernet, 1904, ii, 2, p. 257).
III. − Qqc. restitue qqc.
A. − Fournir, rendre quelque chose qui avait disparu. On savait déjà qu'un glacier restituait en aval les objets tombés à sa surface en amont (Lapparent,Abr. géol., 1886, p. 47).Le sol de la petite île a restitué nombre de papyrus (...) provenant de cette antique colonie juive (Philos., Relig., 1957, p. 42-1).
B. − TECHNOL. [Le suj. désigne une machine, un appareil] Rendre sous une autre forme ce qui a été absorbé. [Les machines] restituent sous la forme de travail mécanique ou de chaleur, l'énergie qui leur a été communiquée (...) par les forces naturelles (H. Fontaine,Électrolyse, 1885, p. 3):
On y jetait [dans le moulin à lin], par une trappe, le lin venu des bords de la Lys, après rouissage. La grosse mécanique l'avalait, le broyait, le décortiquait, et restituait une masse cotonneuse (...) nette de toute paille... Van der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p. 207.
Prononc. et Orth.: [ʀ εstitɥe], (il) restitue [-ty]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xiiies. « rendre ce qui a été pris ou possédé indûment » (Varin, Arch. législatives et admin. de la ville de Reims, t. 1, p. 808); 2. a) ca 1355 « remettre une chose dans son état antérieur » (Bersuire, Tite-Live, f o88 ds Littré); b) 1690 « reconstituer un texte altéré, un passage perdu » (Fur.); c) 1835 « reconstituer le plan d'un édifice d'après ses vestiges » (Ac.); d) 1849 « faire revivre par la pensée » (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 1, p. 76); 3. 1362 dr. (A.N. JJ 91, f o209 ds Gdf. Compl.); 4. 1885 « en parlant de choses, reproduire, donner en retour » (H. Fontaine, loc. cit.); 5. 1880 verbe intrans. « vomir » (Larch. Suppl., p. VII); 1904 verbe trans. « id. » (Renard, loc. cit.). Empr. au lat.restituere « remettre à sa place, replacer », « remettre en son état primitif, restaurer », « rétablir, restituer, rendre ». Fréq. abs. littér.: 665. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 816, b) 491; xxes.: a) 988, b) 1 271.
DÉR. 1.
Restituable, adj.a) [En parlant d'une chose] Qui peut ou doit être rendu. Vous avez, avec Meurice, réglé les conditions pour Ruy Blas à l'Odéon (...). M. V. Koning m'offre une prime (...) il faudrait dire qu'elle serait restituable au cas où la pièce serait empêchée (Hugo,Corresp., 1868, p. 123).b) [En parlant d'une pers.] Qui peut être rétabli, remis en son premier état. Le mineur commerçant, banquier ou artisan, n'est point restituable contre les engagemens qu'il a pris à raison de son commerce ou de son art (Code civil, 1804, art. 1308, p. 236). [ʀ εstitɥabl]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1556 (M. de Saint-Gelais, Chron. des Machab., f o9 v ods Gdf. Compl; de restituer, suff. -able*).
2.
Restitutif, -ive, adj.[Chez Durkheim] Sanction restitutive. Sanction donnant lieu à la restitution à la partie lésée du bien dérobé. Tout droit écrit a un double objet: prescrire certaines obligations, définir les sanctions qui y sont attachées. Dans le droit civil, et plus généralement dans toute espèce de droit à sanctions restitutives, le législateur aborde et résout séparément ces deux problèmes (Durkheim,Divis. trav., 1893, p. 40).Droit restitutif. Droit fondé sur l'obligation par le coupable de restituer à la partie lésée le bien pris, sans préjuger des indemnités dues (en vertu du droit répressif). Les recherches sur les facteurs religieux et magiques des transformations du droit dans les sociétés archaïques ont conduit Durkheim à identifier deux nouveaux genres de droit: le droit collectif et le droit individuel. Ces deux genres du droit ne correspondent plus du tout ni à l'opposition entre les deux solidarités ni à celle du droit répressif et du droit restitutif (Traité sociol., 1968, p. 179). [ʀ εstitytif], fém. [-i:v]. 1resattest. a) 1958 osteite restitutive (Garnier-Del.), b) 1967 droit restitutif (Traité sociol., p. 47); de restituer, suff. -if*. Fréq. abs. littér.: 26.

Restituer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESTITUER, verbe trans.

I. − Qqn restitue (qqc./qqn)
A. − Qqn restitue qqc.
1. ARCHÉOL., ÉPIGR. Rétablir dans son état premier, original, ce qui a subi des altérations. Synon. reconstituer.Restituer un texte, une fresque, un édifice. Toutes ces inscriptions latines ou grecques [dans la librairie de Montaigne], au nombre de trente-trois, sont loin d'être intactes, et il a fallu les déchiffrer, les restituer ni plus ni moins que des inscriptions antiques (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 157).Sur celles-ci [de hautes collines] s'élève, pour caractériser le lieu, un coquet château féodal à tourelles restitué par un architecte de Cologne (Barrès,Scènes et doctr., t. 2, 1902, p. 142).
Au fig. Rétablir, recréer ce qui n'existe plus. Ce récit restitue à peu près l'atmosphère difficile de cette époque et c'est pourquoi le narrateur y attache de l'importance (Camus,Peste, 1947, p. 1379).
En partic. Représenter à l'aide d'un plan ou d'une maquette l'état présumé d'une construction actuellement en ruines ou disparue (d'apr. Noël 1968). L'historien (...) restitue le Temple de Salomon, son pylône de style égyptien (A. France,Vie littér., 1890, p. 318).
2. NUMISM. Restituer une monnaie romaine. La faire frapper de nouveau, longtemps après sa première émission (d'apr. Jossier 1881). Plusieurs des monnaies de bronze d'Auguste, d'Agrippa, de Tibère (...) ont été restituées par Titus et Domitien (Jossier1881).
En empl. adj.
Monnaie restituée. Synon. monnaie de restitution*.On reconnaît une monnaie restituée à la présence du mot restituit, qu'elle porte tantôt en entier, tantôt en abrégé, suivi du nom du prince qui l'a fait fabriquer (Jossier1881).
Médaille restituée. Synon. médaille de restitution*.,,Médaille d'un empereur romain frappée par l'ordre d'un de ses successeurs`` (Bach.-Dez. 1882). Les médailles restituées sont assez rares et entièrement semblables, sauf la légende constatant la restitution, aux types primitifs (Bach.-Dez.1882).
3. DR., vx. Restituer les lieux. Rétablir, remettre et rendre les lieux dans le même état. Les lieux donnés à loyer doivent être restitués par le locataire tels qu'il les a reçus (Ac.1835, 1878).
4. TOPOGR. ,,Établir le plan d'un terrain au moyen de photographies`` (Topogr. 1980).
B. − DR. Qqn restitue qqn.,,Remettre une personne dans l'état où elle était avant un acte ou un jugement qui est annulé. Il a obtenu un jugement qui le restitue en entier. Se faire restituer contre son obligation, contre sa promesse. Se pourvoir par requête civile pour être restitué contre un jugement`` (Ac.).
II. − Qqn restitue qqc. (ou plus rarement qqn) à qqn (ou plus rarement à qqc.)
A. − Rendre ce qui a été pris ou possédé injustement ou illégalement. Synon. redonner.
1. Qqn restitue qqc. (à qqn).Que parlez-vous d'ailleurs de donation? On me restitue ce qu'on a dérobé, on me rend les biens qu'on m'a pris, et cela s'appelle une donation! (Sandeau,Mllede La Seiglière, 1848, p. 112).Tu me dis que tu as trouvé mes 2.000 écus et tu crois t'en tirer en me racontant que tu les as rendus à Urbain. Mais ce serait trop facile et tu vas me les restituer (Camus,Esprits, 1953, iii, 5, p. 512).
Qqn restitue qqc.Il faut que tu restitues sur-le-champ cette fortune dont tu jouis (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 1, 1859, p. 69).
[P. méton. de l'obj.] Qqn restitue qqn.Tout d'abord, il [le juge] lui a dit: − Avant de présenter votre défense, retournez donc les mandats... restituez donc vos souscripteurs! (Céline,Mort à crédit, 1936, p. 500).
Absol. L'erreur (...) se trouva enfin dans un compte du fournisseur Séguin, qui en convint aussitôt, sur la présentation des pièces, et restitua, disant qu'il s'était trompé (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 389).
Empl. pronom. réciproque. Se rendre. On en est à la dernière entrevue [avant la rupture], celle où l'on se restitue les lettres à moitié effacées qu'il était inutile de s'écrire (Dumas fils, Fils natur., 1858, i, 3, p. 81).
a) Au fig. Rendre à quelqu'un ce dont on l'avait injustement privé. Restituer l'honneur (à qqn) (vieilli). Il faut bien savoir l'incroyable inertie des Salons où il [Manet] parut, pour lui restituer tout son mérite (Mauclair,Maîtres impressionn., 1923, p. 61).Il n'est pas de régime où le culte de ces valeurs ne puisse restituer à l'homme sa dignité (Gide,Journal, 1941, p. 77).
b) En partic.
− Dans le domaine artist.Rendre, attribuer à un artiste, à un auteur, la paternité d'une de ses œuvres. D'abord attribué aux Le Nain (...) [le tableau représentant une nativité] a été restitué à partir de 1915, par un Allemand, Hermann Voss, au lorrain inconnu [Georges de la Tour] (L. Febvre,G. de la Tour, [1950] ds Combats, 1953, p. 304).
− Dans le domaine milit.Rendre à un état une région, une province qui lui appartient de fait. Tous les Allemands rient de nous avec mépris quand on suppose devant eux qu'ils pourraient nous restituer ou même neutraliser l'Alsace-Lorraine (Barrès,Cahiers, t. 8, 1910, p. 27).
2. P. anal.
a) Qqn restitue qqn à qqn.Il la remit au roi (...) en lui disant: « Nous sommes quittes. Vous m'avez rendu mon ami, je vous restitue mademoiselle. Donnant, donnant (About,Roi mont., 1857, p. 284).
b) Qqn restitue qqc. à qqc.Rendre, redonner ce qui a été perdu ou abîmé. La peau conservée a perdu par déshydratation une partie plus ou moins importante de sa souplesse (...): une opération préliminaire consistera donc à lui rendre toute cette souplesse en lui restituant l'eau qu'elle a perdue (Bérard, Gobilliard,Cuirs et peaux, 1947, p. 31).
B. − Fam. [Sans compl. second.] Vomir. Je suis un homme, et j'ai été malade [en mer] comme une pompe (...). J'ai restitué, en une fois, tout ce que j'avais pris depuis ma naissance (Renard,Comédies, Vernet, 1904, ii, 2, p. 257).
III. − Qqc. restitue qqc.
A. − Fournir, rendre quelque chose qui avait disparu. On savait déjà qu'un glacier restituait en aval les objets tombés à sa surface en amont (Lapparent,Abr. géol., 1886, p. 47).Le sol de la petite île a restitué nombre de papyrus (...) provenant de cette antique colonie juive (Philos., Relig., 1957, p. 42-1).
B. − TECHNOL. [Le suj. désigne une machine, un appareil] Rendre sous une autre forme ce qui a été absorbé. [Les machines] restituent sous la forme de travail mécanique ou de chaleur, l'énergie qui leur a été communiquée (...) par les forces naturelles (H. Fontaine,Électrolyse, 1885, p. 3):
On y jetait [dans le moulin à lin], par une trappe, le lin venu des bords de la Lys, après rouissage. La grosse mécanique l'avalait, le broyait, le décortiquait, et restituait une masse cotonneuse (...) nette de toute paille... Van der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p. 207.
Prononc. et Orth.: [ʀ εstitɥe], (il) restitue [-ty]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xiiies. « rendre ce qui a été pris ou possédé indûment » (Varin, Arch. législatives et admin. de la ville de Reims, t. 1, p. 808); 2. a) ca 1355 « remettre une chose dans son état antérieur » (Bersuire, Tite-Live, f o88 ds Littré); b) 1690 « reconstituer un texte altéré, un passage perdu » (Fur.); c) 1835 « reconstituer le plan d'un édifice d'après ses vestiges » (Ac.); d) 1849 « faire revivre par la pensée » (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 1, p. 76); 3. 1362 dr. (A.N. JJ 91, f o209 ds Gdf. Compl.); 4. 1885 « en parlant de choses, reproduire, donner en retour » (H. Fontaine, loc. cit.); 5. 1880 verbe intrans. « vomir » (Larch. Suppl., p. VII); 1904 verbe trans. « id. » (Renard, loc. cit.). Empr. au lat.restituere « remettre à sa place, replacer », « remettre en son état primitif, restaurer », « rétablir, restituer, rendre ». Fréq. abs. littér.: 665. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 816, b) 491; xxes.: a) 988, b) 1 271.
DÉR. 1.
Restituable, adj.a) [En parlant d'une chose] Qui peut ou doit être rendu. Vous avez, avec Meurice, réglé les conditions pour Ruy Blas à l'Odéon (...). M. V. Koning m'offre une prime (...) il faudrait dire qu'elle serait restituable au cas où la pièce serait empêchée (Hugo,Corresp., 1868, p. 123).b) [En parlant d'une pers.] Qui peut être rétabli, remis en son premier état. Le mineur commerçant, banquier ou artisan, n'est point restituable contre les engagemens qu'il a pris à raison de son commerce ou de son art (Code civil, 1804, art. 1308, p. 236). [ʀ εstitɥabl]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1556 (M. de Saint-Gelais, Chron. des Machab., f o9 v ods Gdf. Compl; de restituer, suff. -able*).
2.
Restitutif, -ive, adj.[Chez Durkheim] Sanction restitutive. Sanction donnant lieu à la restitution à la partie lésée du bien dérobé. Tout droit écrit a un double objet: prescrire certaines obligations, définir les sanctions qui y sont attachées. Dans le droit civil, et plus généralement dans toute espèce de droit à sanctions restitutives, le législateur aborde et résout séparément ces deux problèmes (Durkheim,Divis. trav., 1893, p. 40).Droit restitutif. Droit fondé sur l'obligation par le coupable de restituer à la partie lésée le bien pris, sans préjuger des indemnités dues (en vertu du droit répressif). Les recherches sur les facteurs religieux et magiques des transformations du droit dans les sociétés archaïques ont conduit Durkheim à identifier deux nouveaux genres de droit: le droit collectif et le droit individuel. Ces deux genres du droit ne correspondent plus du tout ni à l'opposition entre les deux solidarités ni à celle du droit répressif et du droit restitutif (Traité sociol., 1968, p. 179). [ʀ εstitytif], fém. [-i:v]. 1resattest. a) 1958 osteite restitutive (Garnier-Del.), b) 1967 droit restitutif (Traité sociol., p. 47); de restituer, suff. -if*. Fréq. abs. littér.: 26.

Restituer : définition du Wiktionnaire

Verbe

restituer transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre ce qui a été pris ou ce qui est possédé indûment, injustement.
    • Les corsaires qui commandaient le navires furent donc très satisfaits ; ils le furent peut-être un peu moins... quand ils apprirent que les capitaines qui ne dressaient pas un inventaire fidèle de leurs prises commettaient, eux, un vol irrémissible, s'ils ne restituaient pas aux armateurs tout ce qu'ils détournaient. — (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo : Les Corsaires chez eux, Édouard Champion, 1929, p.49&50)
    • Il a été condamné par arrêt à restituer cette somme et tous les intérêts, à restituer tous les fruits de cette terre.
    • (Absolument) Il ne sert de rien de confesser un vol, si l’on ne restitue.
  2. Rendre ce qui n'a plus lieu d'être détenu.
    • Si Apollônia désire, de son plein gré, se séparer de Philiskos, Philiskos lui restituera le montant net de la dot dans un délai de dix jours à compter de celui où elle aura formulé sa demande ; […]. — (Bernard Legras, Les contrats de mariage grecs dans l’Égypte ptolémaïque : de l'histoire des femmes à celle du genre, dans Problèmes du genre en Grèce ancienne, éditeurs scientifiques Violaine Sebillotte Cuchet & ‎Nathalie Ernoult, Publications de la Sorbonne, 2007, p.116)
  3. Rendre ce qui avait été perdu.
    • Cet arrêt lui a restitué l’honneur.
    • Restituer à une nation vaincue son ancien prestige.
  4. Retrouver la teneur originale, en parlant de textes altérés.
    • Il a restitué fort heureusement plusieurs passages de Tacite.
    • Restituer une inscription incomplète.
  5. (Par analogie) Rendre sa forme originelle à une statue, à un monument mutilés.
    • Restituer une statue.
  6. (Architecture) Représenter en plan, élévation, etc., d’après des documents, un édifice détruit.
    • Ce monument a été restitué d’après la description des anciens écrivains.
    • Combien de balcons en ferronnerie, de mascarons, de pilastres nous restituent l'image de ce que fut cette cité au XVIe, au XVIIe, au XVIIIe siècle. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  7. (Justice) Remettre une personne dans l’état où elle était avant un acte ou un jugement qui est annulé.
    • Il a obtenu un jugement qui le restitue en entier.
    • Se faire restituer contre son obligation, contre sa promesse.
    • Se pourvoir par requête civile pour être restitué contre un jugement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Restituer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESTITUER. v. tr.
Rendre ce qui a été pris ou ce qui est possédé indûment, injustement. Restituer le bien d'autrui. Je le forcerai bien à me restituer ce qu'il m'a pris. Il a été condamné par arrêt à restituer cette somme et tous les intérêts, à restituer tous les fruits de cette terre. Il s'emploie aussi absolument. Il ne sert de rien de confesser un vol, si l'on ne restitue. Il signifie encore Rendre ce qui avait été perdu. Cet arrêt lui a restitué l'honneur. Restituer à une nation vaincue son ancien prestige. En parlant de Textes altérés, il signifie En retrouver la teneur originale. Il a restitué fort heureusement plusieurs passages de Tacite. Restituer une inscription incomplète. Il signifie aussi, dans un sens analogue, Rendre sa forme originelle à une statue, à un monument mutilés. Restituer une statue. En termes d'Architecture, Restituer un monument, un édifice, Représenter en plan, élévation, etc., d'après des documents, un édifice détruit. Ce monument a été restitué d'après la description des anciens écrivains.

RESTITUER signifie, en termes de Procédure, Remettre une personne dans l'état où elle était avant un acte ou un jugement qui est annulé. Il a obtenu un jugement qui le restitue en entier. Se faire restituer contre son obligation, contre sa promesse. Se pourvoir par requête civile pour être restitué contre un jugement. En termes de Numismatique, Médaille, monnaie restituée. Voyez RESTITUTION.

Restituer : définition du Littré (1872-1877)

RESTITUER (rè-sti-tu-é), je restituais, nous restituions, vous restituiez ; que je restitue, que nous restituions, que vous restituiez v. a.
  • 1Rétablir, remettre dans son premier état ; il se dit surtout de textes. Une nuée de commentateurs qui restituaient des passages, et qui compilaient de gros volumes à propos d'un mot qu'ils n'entendaient pas, Voltaire, Temple du Goût. Nous avons tâché de restituer l'antique idiome des Romains, Bouchaud, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. V, p. 83.

    Restituer un ouvrage perdu, le refaire d'après les indications qui en restent. M. Viviani, laissant Aristée pour quelque temps, songea à restituer de la même manière le cinquième livre d'Apollonius, Fontenelle, Viviani.

    Terme d'architecture. Restituer un monument, un édifice, faire le plan, la représentation d'un édifice en ruine.

  • 2 Terme de palais. Remettre une personne dans l'état où elle était avant un jugement, avant un acte qui est annulé. Se pourvoir par requête civile pour être restitué contre un jugement. Se faire restituer contre son obligation, contre sa promesse. Lorsque les mineurs, les interdits ou les femmes mariées sont admis, en ces qualités, à se faire restituer contre leurs engagements, le remboursement de ce qui aurait été, en conséquence de ces engagements, payé pendant la minorité, l'interdiction ou le mariage, ne peut être exigé, à moins qu'il ne soit prouvé que ce qui a été payé a tourné à leur profit, Code Nap. art. 1312.
  • 3Rendre ce qui a été pris ou ce qui est possédé indûment. Je te restituai d'abord ton patrimoine, Corneille, Cinna, V, 1. Va, va restituer tous les honteux larcins Que réclament sur toi les Grecs et les Latins, Molière, Femm. sav. III, 5. Escobar fait cette règle générale : les biens acquis par des voies honteuses, comme par un meurtre, une sentence injuste, une action déshonnête, sont légitimement possédés, et on n'est point obligé à les restituer, Pascal, Prov. VIII. Il [Lamoignon] fit restituer à ces malheureux ce qu'ils croyaient avoir perdu, Fléchier, Lamoignon.

    Absolument. Il [le jésuite] m'en apprit tant la dernière fois, que j'aurai bien de la peine à tout dire : vous verrez des principes bien commodes pour ne point restituer, Pascal, Prov. VIII.

    Restituer l'honneur à quelqu'un, lui rendre l'honneur. Cet arrêt lui a restitué l'honneur.

  • 4Les lieux donnés à loyer doivent être restitués par le locataire tels qu'il les a reçus, ils doivent être remis, rétablis et rendus dans le même état.
  • 5Se restituer, v. réfl. Être remis en son premier état. Lorsque cette situation s'est restituée, Descartes, Fœtus, 5.
  • 6Revenir auprès de. Vous ne doutez pas, bonnes amies, que je ne sois aussi pressé de me restituer à ceux qui me sont chers, qu'ils peuvent l'être de me revoir, Diderot, dans le dict. de DOCHEZ.

HISTORIQUE

XIVe s. Si se commença à restituer et à restablir la bataille, Bercheure, f° 88. Pour requerre le senat que les biens leur fussent restituez, Bercheure, f° 28, verso. Le ressuscita de son couraige aussi comme se il fust restitué d'enfer, Chron. de Saint-Denis, t. I, f° 40.

XVe s. Son coursier lui fut rendu et restitué, Froissart, I, I, 91. Jusques à tant qu'il seroit restitué de certaine somme qu'il avoit presté, Monstrelet, t. I, ch. 97, p. 157, dans LACURNE. Pour ce que icellui suppliant ne voult lui restituer ledit calice ou argent, Du Cange, retornare.

XVIe s. Maintenant, toutes disciplines sont restituées, les langues instaurées…, Rabelais, Pant. II, 8. Et furent d'advis que l'on envoyast ambassadeurs devers luy, pour luy faire entendre, comme ses citoyens le rappeloient et le restituoient en ses biens, Amyot, Cor. 46. Pour avoir restitué aux Siciliens la franchise et liberté de vivre à leurs loix, Amyot, Timol. 53.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RESTITUER.
1Ajoutez :

Remettre en honneur, en usage. N'est-ce pas l'étude et l'amour de la nature qui, de nos jours, ont restitué le paysage ? Bürger, Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 222.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « restituer »

Étymologie de restituer - Littré

Prov. et esp. restituir ; ital. restituire ; du lat. restituere, de re, et stituere, pour statuere, dans les verbes composés, placer (voy. STATUER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « restituer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
restituer rɛstitµe play_arrow

Conjugaison du verbe « restituer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe restituer

Citations contenant le mot « restituer »

  • En 1990, une lettre venue des États-Unis parvient au musée de Laon. Une Américaine indique que son père, soldat pendant la Première guerre mondiale, aurait pris cette statue en quittant la France. Elle désire la restituer, mais les choses ne vont pas plus loin Courrier picard, Disparue depuis 100 ans, une statue volée a été restituée au musée de Laon
  • Cotonou, 20 juil. (ABP)- A travers un projet de loi annoncé en conseil des ministres, la France promet restituer les biens culturels déportés en période coloniale et pendant la traite négrière au Bénin et au Sénégal, a appris  l'ABP. , La France va restituer les biens culturels du Bénin
  • Lors de ses premiers entretiens, mardi matin au palais Mariinsky, avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, Simonetta Sommaruga a proposé l’aide de la Suisse pour restituer les fonds Ianoukovitch issus de la corruption et déposés dans des banques suisses. Ce soutien fait partie des accords signés lors d’une visite d’Etat qui se déroule durant trois jours et qui amènera, jeudi, la présidente de la Confédération dans l’est du pays. «J’ai parlé activement de ces fonds, explique la ministre de l’Environnement, de l’Energie, des Transports et Communications. Comme ancienne responsable de la Justice, c’est important pour moi qu’on puisse restituer cet argent. Nous allons apporter notre soutien, mais ce travail doit être fait par l’Ukraine. Le président Zelensky nous en est reconnaissant.» Le Temps, La Suisse va aider l’Ukraine à récupérer les fonds Ianoukovitch - Le Temps
  • Le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé que l’Algérie se verrait restituer les crânes de 24 résistants tués au milieu du XIXe siècle, durant la résistance contre les troupes françaises. JeuneAfrique.com, La France va restituer les crânes de résistants algériens entreposés à Paris – Jeune Afrique
  • L'ordinateur ne peut que restituer, sous une forme plus ou moins élaborée, les concepts que le chercheur y a introduits. Il est incapable de faire preuve d'intuition, démarche subtile encore mal comprise qui seule peut conduire à la découverte. De Pierre Joliot / La Recherche passionnément
  • Il faudrait écrire sans jamais penser qu'on sera lue ou alors par des êtres dotés d'une immense compassion et qui vous pardonneront d'user votre vie à restituer l'impalpable traversée des heures, des minutes, des secondes. Autant dire rien. De Françoise Lefèvre / Souliers d'automne
  • Pour l'historien, la véritable tâche est de restituer à la collectivité qui nous est la plus proche, c'est-à-dire la collectivité nationale, sa mémoire et son identité, sans rien masquer. De Max Gallo / Interview pour La Nouvelle Revue d'Histoire, décembre 2009
  • Je n’ai aucune autre vocation dans la vie que de m’approcher du sens caché des choses et de le restituer. De Fabrice Luchini / l'interview du Figaro du 28 mars 2015
  • Lire, c'est d'abord donner - ou plutôt restituer - au texte sa dimension musicale. De Hubert Nyssen / Eloge de la lecture

Images d'illustration du mot « restituer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « restituer »

Langue Traduction
Corse restaurà
Basque leheneratu
Japonais 戻す
Russe восстановить
Portugais restaurar
Arabe استعادة
Chinois 恢复
Allemand wiederherstellen
Italien ristabilire
Espagnol restaurar
Anglais restore
Source : Google Translate API

Synonymes de « restituer »

Source : synonymes de restituer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « restituer »



mots du mois

Mots similaires