Digérer : définition de digérer


Digérer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DIGÉRER, verbe trans.

A.− Par les mécanismes de la digestion*, assimiler des aliments ingérés.
1. [Le suj. désigne une pers.; avec un compl. d'obj. interne ou un compl. d'obj. désignant un aliment, un mets] Digérer son dîner, son déjeuner. Il s'en allait ruminant son bonheur, comme ceux qui mâchent encore, après dîner, le goût des truffes qu'ils digèrent (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 38).J'ai l'estomac très capricieux (...), je digère très peu de chose, du pain, des fruits, du vin (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1172).
Loc. fam. Digérer des pierres, des cailloux, du fer. Pouvoir digérer n'importe quoi. Son estomac d'autruche digérerait des pierres (Renard, Poil Carotte,1894, p. 48).
Emploi pronom. passif. Tout ce qui se mange avec plaisir se digère avec facilité (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 128).
Emploi abs. Assimiler des aliments ingérés. Digérer bien, mal, péniblement, paisiblement. Prosper aime ces soirées tranquilles, les fins de repas où l'on digère en grillant une « cibiche » (Dabit, Hôtel,1929, p. 120).Respirant, digérant, déféquant avec nonchalance, je vivais parce que j'avais commencé de vivre (Sartre, Mots,1964, p. 71).
Spéc. Ne pas digérer. Digérer difficilement, avec peine. Mais comme elle avait la gastrite Elle ne les digérait pas [les frites] (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 169).
2. Dans le domaine de la physiol.[Le suj. désigne un organe de la digestion, une substance chimique ou organique] L'estomac et l'intestin se contractent et digèrent les aliments (Carrel, L'Homme,1935, p. 116).Un gramme de pepsine cristallisée peut, en deux heures, digérer cinquante kilos de blanc d'œuf (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 20).
P. ext. [En parlant de processus au niveau cellulaire; avec une idée de destruction] Les globules blancs sortent des vaisseaux (phénomène de la diapédèse) et tentent de digérer les bacilles (phagocytose) (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 200).
B.− P. anal.
1. CHIM. Traiter, macérer un ensemble d'ingrédients en vue de les intégrer et créer un produit nouveau. Térébenthine, 4 onces; camphre, 36 grains, que l'on fait digérer à une douce chaleur (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. 2, 1821, p. 491):
1. L'huile de térébenthine se fait avec les jeunes cônes [de sapins] que l'on cueille encore verts (...) que l'on coupe en morceaux et que l'on fait digérer dans de l'eau. Baudrillart, Nouv. manuel forest.,1808, p. 415.
Rem. Dans ces ex., digérer, précédé du semi-auxiliaire faire, est employé avec omission normale du pron. se, le verbe étant alors employé avec une valeur de passif.
2. Absorber. La grande industrie n'existe plus que de nom, elle a été digérée par les banques (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1084).
C.− P. métaph. ou au fig.
1. [Dans le domaine intellectuel; p. anal. avec le processus de la digestion]
a) Vieilli. Incorporer et ordonner :
2. L'Histoire de saint Louis, écrite académiquement par M. de La Chaise, avait été préparée et digérée en corps par le scrupuleux Tillemont. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 9, 1851-62, p. 228.
b) Usuel. Assimiler en incorporant à sa pensée propre, faire sien..., à la suite d'un travail de réflexion personnelle. Je tiens à peu près le plan qui est tout théologique et qui a encore besoin d'être digéré (Verlaine, Corresp.,t. 3, Lettres à Ernest Delahaye, 1875, p. 104).Plagiaire est celui qui a mal digéré la substance des autres : il en rend les morceaux reconnaissables. L'originalité, affaire d'estomac (Valéry, Tel quel II,1943, p. 155):
3. ... tel est le rôle nécessaire des conceptions spéculatives. Elles sont une synthèse particulière de l'universelle réalité digérée et incorporée à la pensée par l'action. Blondel, Action,1893, p. 297.
Emploi pronom. à sens passif. Il semble que notre vie se digère et s'élabore, de manière que, tout en s'effaçant sous sa forme phénoménale, elle se transforme en nous, et augmente, en passant à l'état latent (P. Leroux, Humanité, t. 1, 1840, p. 290).
2. Fam. Supporter patiemment (quelque chose de fâcheux); accepter. Ne pas digérer une injure, un outrage, un affront. Synon. avaler (fam.), souffrir.Elle pleure en rentrant, tant il lui a fallu digérer de bêtises et de nullités sous les formes distinguées de ce monde aristocratique (Goncourt, Journal,1862, p. 1087).
C'est dur à digérer. C'est dur à accepter, à supporter ou à oublier.
Emploi pronom. à sens passif. L'échec se digère aussi par une introversion, souvent accompagnée de l'identification à l'objet perdu (Mounier, Traité caract.,1946, p. 452).
[Le compl. d'obj. désigne une pers.] Supporter. Avec toutes ses quintes, ses ultimatums... on pouvait plus la digérer... elle nous courait sur la trompe (Céline, Mort à crédit,1936, p. 585).
3. P. ext. Croire, admettre (une chose peu cohérente). Il me fallait donc digérer ce paradoxe : l'homme choisi par Dieu pour le représenter sur terre ne devait pas se soucier des choses terrestres (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 133).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. digestionnaire. Le poète le plus lacrymal n'est séparé du poète le plus comique que par quelque degré de coction digestionnaire (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 193).
Prononc. et Orth. : [diʒeʀe], (je) digère [diʒ ε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Devant syll. muette, change [e] fermé en [ε] ouvert sauf au fut. et au cond. je digérerai(s). Étymol. et Hist. A. 1. Av. 1288 « transformer les aliments par la digestion » (H. de Gauchi, Gouvernement des Rois, 209, 12 ds T.-L.); 2. 1468 « examiner soigneusement quelque chose dans son esprit » (G. Chastellain, Chroniques, éd. K. de Lettenhove, iii, 193, 9); 3. 1468 fig. « supporter quelque chose, se résigner à » (Id., ibid., IV, 457, 4); 4. fam. 1663 « croire » (Molière, Critique, sc. 7). B. 1527 « ordonner, disposer » (Seyssel, trad. de Thucydide, I, 11 ds Hug.). Empr. au lat.digerere « diviser, répartir; mettre en ordre » d'où l'acception méd. « dissoudre, digérer » (Celse). Fréq. abs. littér. : 551. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 702, b) 825; xxes. : a) 903, b) 756.
DÉR.
Digérable, adj.,rare. Qui peut être digéré, qui est facile à digérer. Synon. digestible.J'avais perdu ce privilège, comme après la première jeunesse on perd le pouvoir qu'ont les enfants de dissocier en fractions digérables le lait qu'ils ingèrent (Proust, Temps retr.,1922, p. 858).P. métaph. (v. digérer C 1).Elle avait le défaut d'employer de ces immenses phrases (...) si ingénieusement nommées des « tartines » dans l'argot du journalisme qui tous les matins en taille à ses abonnés de fort peu digérables (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 45). [diʒeʀabl̥]. 1resattest. 1516 [date de l'éd.] (P. Des Crescens, Prouffitz champ., fo48 vods Gdf.) attest. isolée, 1843; du rad. de digérer, suff. -able*, v. aussi digestible. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Mihailescu-Urechia (V.), Urechia (A.). Phénomènes inconnus de la lang. Orbis. 1971, t. 20, p. 11, 13, 15. − Quem. Fichier.

Digérer : définition du Wiktionnaire

Verbe

digérer \di.ʒe.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Ordonner méthodiquement un sujet.
    • Il y a de bonnes choses dans ce livre, mais elles sont mal digérées.
  2. Assimiler par l’intelligence.
    • C’est un homme qui lit beaucoup, mais qui ne digère pas ses lectures.
  3. Élaborer la nourriture mangée, afin d'en assimiler les nutriments et déféquer le rebut, pour un organisme vivant.
    • Bien que les ruminants soient les mieux armés stomacalement pour digérer la cellulose, il n'arrivent pas à la transformer complétement. — (La culture de l'esparcette dans le canton de Vaud, page69, Association pour le développement de la culture fourragère, 1950)
    • (Absolument) Il a l’estomac faible, il ne digère pas bien.
  4. (Figuré) (Familier) Supporter quelque chose de fâcheux.
    • Il ne peut digérer le mauvais traitement qu’on lui a fait.
    • Cela est bien dur à digérer.
    • Eurovision : La Russie ne digère pas la victoire de l'Ukraine — (Titre de Vosges Matin, 17 mai 2016)
  5. (Chimie) Extraire, par macération dans un liquide approprié, certains éléments solubles contenus dans une substance donnée.
    • En observant ces étroites relations, le docteur Hofmann fut conduit à essayer de remplacer dans la rosaniline l'hydrogène par d'autres radicaux que le phényle. Il essaya d'y introduire l'éthyle, en faisant digérer de la rosaniline avec de l'iodure d'éthyle, et il réussit effectivement à substituer trois molécules d'éthyle aux trois d'hydrogène qui étaient remplaçables. — (W.-H. Perkin, « Diverses couleurs de l'aniline, du phénol et de la naphtaline - Application des couleurs de la houille aux arts », dans Le Moniteur scientifique du 15 mars, vol. 11 de la collection, 2e série, tome 6, Paris : chez M. Quesneville, 1869, p. 266)
    • On emploie par exemple 4 kilogrammes de gélatine concassée puis criblée pour deux kilogrammes d'eau froide. On laisse digérer pendant une heure puis on chauffe à 40°C en agitant de temps en temps. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Digérer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIGÉRER. v. tr.
Élaborer dans l'estomac ce qu'on a mangé pour le transformer en chyme. Digérer les viandes, les aliments. Absolument, Il a l'estomac faible, il ne digère pas bien. Il signifie, par extension, S'assimiler par l'intelligence. C'est un homme qui lit beaucoup, mais qui ne digère pas ses lectures. Il signifie, figurément et familièrement, Supporter quelque chose de fâcheux. Il ne peut digérer le mauvais traitement qu'on lui a fait. Cela est bien dur à digérer. Digérer un affront. En termes de Chimie, il signifie spécialement Extraire, par macération dans un liquide approprié, certains éléments solubles contenus dans une substance donnée. Il signifie aussi Ordonner méthodiquement un sujet. Il y a de bonnes choses dans ce livre, mais elles sont mal digérées.

Digérer : définition du Littré (1872-1877)

DIGÉRER (di-jé-ré. La syllabe gé prend l'accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je digère, excepté au futur et au conditionnel : je digérerai, je digérerais, exception qui n'est pas justifiée) v. a.
  • 1Mettre en ordre, d'après le sens primitif du latin digerere, qui est porter deçà et delà. Le sénat devait digérer toutes les affaires, Bossuet, Hist. III, 7. Lois qu'un roi a digérées, Bossuet, ib. III, 3. L'histoire qu'il avait digérée dès l'origine du monde, Bossuet, ib. I, 4.
  • 2Transmuer par la digestion les aliments introduits dans l'estomac. Il ne peut digérer que des viandes légères et délicates. Son estomac digère tout. Il n'a pu digérer son dîner.

    Fig. L'on se couche à la cour et l'on se lève sur l'intérêt : c'est ce que l'on digère le matin et le soir, le jour et la nuit, La Bruyère, VIII.

    Absolument. Il digère bien. Il digère mal. Un verre d'orgeat l'empêcha de digérer. Il a tout : il a l'art de plaire, L'art de nous donner du plaisir, L'art si peu connu de jouir, Mais il n'a rien, s'il ne digère, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 81. Digérer un peu et rire beaucoup, voilà à quoi je borne mes prétentions, D'Alembert, Lett. à Volt. 29 août 1764.

  • 3Il se dit, en un sens analogue, dans le langage médical, de ce qui procure la maturation de quelque humeur. Onguent propre à digérer une inflammation suppurative.
  • 4 Terme de pharmacie. Faire digérer une substance, en extraire par digestion un principe utile.
  • 5 Fig. Mener à maturité par un travail de l'esprit comparé à la digestion de l'estomac. J'ai conçu, digéré, produit un stratagème, Molière, l'Étour. II, 14. Je vous laisse digérer ces réflexions, Sévigné, 411. Je laisse à votre bon cœur cette pensée à digérer, Sévigné, 171. Il faut du temps pour bien digérer ce que m'envoie M. Phelippeaux, Bossuet, Lett. quiét. 288. Pour bien lire, il faut digérer la lecture, Bossuet, Obl. 3. Il a écrit longtemps après le commencement de la réforme prétendue, de sorte que, les matières ayant déjà été fort agitées et les docteurs ayant eu plus de loisir de les digérer, la doctrine de Calvin paraît plus uniforme que celle des autres, Bossuet, Var. IX, § 84. Peu lire et penser beaucoup à nos lectures est le moyen de les bien digérer, Rousseau, Hél. I, 12. Je digérais le plan déjà formé de mes institutions politiques, dont j'aurai bientôt à parler, Rousseau, Confess. VIII.

    Absolument. Un esprit qui dévore plus qu'il ne digère.

  • 6Supporter en silence quelque chose de fâcheux. Il ne peut digérer les cinq cents écus que je lui arrache, Molière, Scapin, II, 11. Ces coups de bâton me reviennent au cœur ; je ne les saurais digérer, Molière, Médec. m. lui, I, 5. Le père lui laissa digérer sa disgrâce, La Fontaine, Fabl. VI, 21. J'ai été forcé de lui citer un mot qu'elle a eu bien de la peine à digérer, Rousseau, Hél. V, 2. J'ai un estomac qui me joue d'aussi mauvais tours que si je l'obligeais à digérer tout ce qui se fait et tout ce qui se dit en France, D'Alembert, Lett. à Volt. 9 juill. 1764.

    En ce sens il se construit avec que et le subjonctif. Nous avons peine à digérer que tel ou tel depuis si longtemps nous rendent de mauvais offices, Bourdaloue, Serm. 21e dim. après la Pentec. Dominic. t. IV, p. 282.

    Il se construit aussi avec de. Il ne pouvait digérer de voir ses livres méprisés du public, Racine, dans le Dict. de POITEVIN.

    Refuser d'accepter, de croire. Dites tout ce que vous voudrez, je ne saurais digérer cela, non plus que le potage et la tarte à la crème, dont madame a parlé tantôt, Molière, Crit. sc. 7. Il ne put faire digérer aux Suisses sa présence substantielle, Bossuet, Var. 4. Ne pouvant digérer la folie que le monde trouvait dans l'Évangile, Bossuet, Hist. II, 12.

    Cela est bien dur à digérer, cela est difficile à supporter ou à croire.

  • 7Se digérer, v. réfl. Être digéré. Cet aliment ne se digère pas bien.

    Fig. Être médité. Ces lectures se digèrent, se classent dans l'esprit et y fructifient.

    Être supporté, accepté. Il soutenait que du principe de Descartes s'ensuivrait la possibilité du mouvement perpétuel artificiel, ou d'un effet plus grand que sa cause, conséquence qui ne se peut digérer ni en mécanique ni en métaphysique, Fontenelle, Leibnitz.

HISTORIQUE

XIVe s. L'en ne les apaise pas par persuasions ne paroles, mes convient long temps pour leur ire digerer, Oresme, Eth. 129. Or sçavez que trois choses faict L'art d'alchymie : c'est qu'il parfaict Le métal et le vivifie ; Tout premier elle purifie, Et digere son esperit : En ce faisant, rien ne perit, l'Alchim. à nat. 705.

XVe s. J'ai l'estomac debilité, Si bien qu'à grant peine il digere, Basselin, XII. Mis en prison plus merancolieuse que mort, et plus dure que cop de douloire par non povoir digerer son ennui, Chastelain, Expos. s. verité mal prise.

XVIe s. Tel me pensoit empesché à digerer à part moy quelque jalousie, Montaigne, I, 77. Je ne digere pas bien cette difference de mots [je ne la comprends pas], Montaigne, I, 142. Que nous sert il d'avoir la panse pleine de viande, si elle ne se digere ? Montaigne, I, 144. Il ne la fit pas longue aprés ce reffus, non plus que le comte de Tendes, avec soubçon pour l'un et pour l'autre d'un morceau mal digeré [d'un empoisonnement], D'Aubigné, Hist. II, 28. Emplastre digerant les playes profondes, angustes et caverneuses, Paré, VIII, 32. En subtiliant l'humeur par choses emolientes et digerentes, De Serres, 966.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « digérer »

Étymologie de digérer - Littré

Provenç. digerir, degerir ; espagn. digerir ; ital. digerire ; du latin digerere, de di… préfixe, et gerere, porter (voy. GESTE) : porter çà et là, parfaire, mûrir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de digérer - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Du latin digerere (« porter çà et là, répartir, disséminer, dissoudre, digérer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « digérer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
digérer diʒere play_arrow

Conjugaison du verbe « digérer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe digérer

Évolution historique de l’usage du mot « digérer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « digérer »

  • L’entraînement reprend le 2 août pour Auch Football. Le club relégué en Régional 1 doit digérer la relégation et se reconstruire. Pour cela le club a recruté quelques joueurs. ladepeche.fr, La reconstruction en Régional 1 pour Auch Football - ladepeche.fr
  • Cette non-sélection le Shaq avait eu du mal à la digérer, mais avec le temps la déception s’est apaisée, il faut dire que sa carrière NBA a été bien plus brillante que celle de Laettner et 4 ans plus tard il remportait l’or avec la Dream Team 2. Basket Infos, Shaq a digéré son absence de la Dream Team : "Il l'a mérité, il était un meilleur joueur que moi"
  • Voilà des gâteaux visiblement difficiles à digérer… Aux Sables-d’Olonne, en Vendée, six jeunes ont dû être hospitalisés dans la nuit de mardi à mercredi. Ils avaient cuisiné et mangé des gâteaux contenant de la drogue, en l’occurrence du cannabis. France Bleu, Les Sables-d’Olonne : six jeunes intoxiqués par des gâteaux au cannabis
  • Nous sommes bombardés d'informations que nous sommes censés digérer plus rapidement que nous ne le pouvons. De Atom Egoyan
  • Les pommes de terre cuites sont tellement plus faciles à digérer que les pommes en terre cuite. De Alphonse Allais / Les Pensées
  • On ne doit pas avaler plus de croyances qu'on ne peut en digérer. De Henry Havelock Ellis / La danse de vie
  • On ne doit pas avaler plus de croyance qu’on en peut en digérer. De Henry Havelock Ellis / La dance de la vie
  • Le fromage fait tout digérer, sauf lui-même. De James Joyce / Ulysse
  • Il faut manger pour vivre et vivre pour digérer. De François Cavanna / Le saviez-vous ?
  • Donnez-moi une bonne digestion, Seigneur, Et aussi quelque chose à digérer. De Thomas Moore
  • La musique est le meilleur moyen de digérer le temps. De Wystan Hugh Auden
  • Un homme ne doit pas avaler plus de bobards qu'il ne peut en digérer. De Henry Brooks Adams
  • Manger est humain, digérer est divin De Charles T. Copland

Traductions du mot « digérer »

Langue Traduction
Corse digerisce
Basque digest
Japonais ダイジェスト
Russe дайджест
Portugais digerir
Arabe استوعب
Chinois 消化
Allemand verdauen
Italien digerire
Espagnol digerir
Anglais digest
Source : Google Translate API

Synonymes de « digérer »

Source : synonymes de digérer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « digérer »


Mots similaires