Rapporter : définition de rapporter


Rapporter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RAPPORTER, verbe trans.

I. − Empl. trans.
A. − [Implique un déplacement dans l'espace ou dans le temps]
1. [Vers un destinataire] Porter de nouveau (un objet). Anton. emporter, enlever.Sa femme rentrait. « J'ai faim, dit-elle (...) ». Et elle fit rapporter le gigot (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, M. Parent, 1886, p. 603).Le facteur a passé cet après-midi avec une lettre recommandée de Tien-Tsin: je n'étais pas là. Il doit la rapporter ce soir (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p. 114).
P. anal., rare. À propos de je ne sais quel mot sentimental, il me tend la main. Je ne lui donne pas la mienne, parce que je suppose qu'il veut rire. Il insiste. Enfin, je me décide, mais il l'a retirée. Moins dur que moi, il la rapporte: c'est heureux que j'aie attendu (Renard, Journal,1901, p. 628).
2. [Vers un destinataire, dans un lieu convenu, explicité ou non] Remettre à son endroit initial ce qu'on a pris, apporter, pour le restituer, ce qu'on a reçu. Synon. fam. ramener, reporter.À t'entendre, M. le curé ne t'aurait envoyé ici que pour rapporter une clef oubliée (Bernanos, Crime,1935, p. 808).Je fais rien que rapporter la canette de fil que j'ai empruntée à Phonsine (Guèvremont, Survenant,1945, p. 56).[Le compl. désigne une pers.] Madame Paturot, dit-il avec solennité, je vous ai emprunté un bonnetier, je vous rapporte un capitaine. Rendez-moi ma monnaie (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 167).
[Le suj. désigne un chien] Apporter à son maître (le gibier tué, l'objet qu'il lui a lancé). Un chien de race mêlée (...) qui (...) rapportait les pierres qu'on lançait au loin, sans avoir d'aptitude bien nette pour aucun autre sport (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 215).Le chien d'un tireur rapportait l'oiseau blessé, avec le même petit galop que le pur sang qui rentre au pesage après la course (Montherl., Bestiaires,1926, p. 456).
Absol. Vous possédez un chien de police, numéro un. Il n'a pas voulu rapporter, il n'a pas voulu sauter, il a essayé de mordre son maître, mais... (Bernstein, Secret,1913, ii, 4, p. 19).P. anal. (Elle lance son bouquet sur le théâtre) (...) riant. (...) Carnioli! mon mouchoir qui est parti avec le bouquet! (...) un mouchoir magnifique, s'il vous plaît (...) Est-ce qu'il rapporte, votre poëte? (Elle rit aux éclats.) (Feuillet, Scènes et com.,1854, pp. 132-133).
P. anal., MAR. [En parlant d'une sonde] Mesurer, indiquer. La sonde rapportait vingt brasses (Lar. 19e). La sonde rapporte tant de mètres (Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
Au fig., DR. CIVIL ET COMM. Rapporter à la masse (commune). Remettre, verser (un bien, une valeur reçus d'avance) dans la masse successorale pour assurer le respect de l'égalité entre cohéritiers, entre partenaires d'une même société:
1. Lorsqu'un des associés a reçu sa part entière de la créance commune, et que le débiteur est depuis devenu insolvable, cet associé est tenu de rapporter à la masse commune ce qu'il a reçu, encore qu'il eût spécialement donné quittance pour sa part. Code civil, 1804, art. 1849, p. 334.
Absol. Les aînés ou ceux qui ont reçu plus que leur part sont tenus de rapporter immédiatement à la masse (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 210).
3. [Le suj. désigne habituellement un être vivant, le compl. un objet ou considéré comme tel] Apporter (quelque chose) d'un lieu qu'on a quitté. Synon. fam. ramener.Rapporter des cadeaux, des souvenirs. Un escalier ancien rapporté de très loin par M. Swann (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 505):
2. Madame Rechteren fut atterrée de la lecture de cette lettre (...), [l']envoya à l'appartement de Ludwig. On ne l'avait pas vu depuis la veille, si ce n'est un vieux jardinier auquel (...) il avait ordonné de porter un paquet et de rapporter cette lettre. Karr, Sous tilleuls,1832, p. 252.
P. méton. La vérité habite dans un puits (...). Les seaux descendent tout à coup pour la pêche et ne rapportent jamais que de l'eau claire (Maupass., Dr H. Gloss,1893, p. 111).Outre sa pêche, le bateau rapportait les filets pleins du Bon Vent, un Boulonnais perdu dans la mer du Nord (Hamp, Marée,1908, p. 12).
[Le compl. désigne une pers. privée d'autonomie] Je fus rapportée du Sénégal, à l'âge de deux ans, par M. le chevalier de B. (Duras, Ourika,1824, p. 25).MmeArnoux l'aperçut jeune homme, blessé dans une rencontre, rapporté sur un brancard, mourant (Flaub., Éduc. sent.,t. 2, 1869, p. 103).
Rem. La distinction relevée par certains grammairiens entre rapporter et ramener a disparu de l'usage écrit et parlé. V. ramener I B.
[Le compl. désigne une partie du référent du suj.] Rare. Va, si tu veux, chercher un fiancé stupide; Cours offrir un cœur vierge à ses cruels baisers; Et, pleine de remords et d'horreur, et livide, Tu me rapporteras tes seins stigmatisés (Baudel., Fl. du Mal,1857, p. 255).
[L'action est seulement évoquée] Rare. Placer à un autre endroit. L'implantation d'un barrage, s'inscrivant dans le cadre de ce site touristique (...) pose un délicat problème d'architecture, qu'il est peut-être préférable d'esquiver, en rapportant l'usine vers l'amont (Romanovsky, Mer, source én.,1950, p. 97).Absol. Les hirondelles et leurs oisillons (...), toujours volant, cherchant, rapportant vers la couvée criarde (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 138).
P. anal. [Notre] sang rapporte des impressions de vie multipliée de chacun des organes qu'il a parcourus (Stendhal, Hist. peint. Ital.,t. 2, 1817, p. 44).
Absol., MAR. [En parlant de la mer] ,,S'élever beaucoup, apporter une grande masse d'eau au rivage, ou dans le lit d'une rivière`` (Jal1). [En parlant des marées] Présenter une hauteur amplifiée d'un flux à l'autre (d'apr. Gruss 1978). [En parlant de l'eau d'un cours d'eau] Pousser à/vers la droite, à/vers la gauche (d'apr. Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.).
Au fig. [Le verbe est suivi d'un compl. abstr.] Il rapportait de sa visite au Muséum de Paris la certitude que le squelette de la Barma Grande n'était point plus ancien que celui qu'il avait rapporté de sa dernière expédition à la Terre de Feu (G. Leroux, Parfum,1908, p. 63).Il rapportait de la guerre l'horreur des grandes abstractions sanguinaires (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 295).Lui aussi rapportait des impressions qui corroboraient celles du général Pau (Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 467).
Fam. [Le compl. désigne une chose fâcheuse] Quel froid! Quel brouillard! Je rapporte une bonne petite attaque de sciatique (Bernstein, Secret,1913, i, 2, p. 5).Mon père avait rapporté de là une indisposition qu'on affectait d'attribuer aux figues (Gide, Si le grain,1924, p. 409):
3. Sommes-nous encore à ces temps monstrueux du Moyen Âge, où il était permis aux vagabonds d'étaler par nos places publiques la lèpre et les scrofules qu'ils avaient rapportées de la croisade? Flaub., MmeBovary,t. 2, 1857, p. 202.
4. Ajouter (quelque chose) à une autre chose pour la compléter, l'améliorer, en permettre une saine utilisation. Ailleurs des balcons seront rapportés après coup devant des fenêtres (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p. 114).Le talus de remblai est la surface suivant laquelle on a dressé les terres qu'il a fallu rapporter pour mettre la chaussée à son niveau (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 10).Je constatai que les deux lettres conjugales avaient été rapportées sur le plateau du meuble beaucoup plus ancien (Jouve, Scène capit.,1935, p. 199).
Spécialement
COUT. Ajouter, appliquer (une pièce de tissu) à/sur un vêtement, le plus souvent dans un but d'ornementation. Les Scythes de l'antiquité (...) avaient des tuniques cousues bien ajustées, avec des manches rapportées (Lowie, Anthropol. cult.,trad. par E. Métraux, 1936, p. 92).
GÉOM. Reproduire dans la proportion voulue sur le papier (une figure) après (en) avoir pris les mesures sur le terrain. Rapporter des angles. Les résultats des sondages [concernant les marées] sont rapportés sur le plan sous forme de courbes de niveau (Bourde, Trav. publ.,1929p. 178):
4. ... naviguant à la distance d'un mille de la terre, on put distinguer les caps, les anses et les autres points remarquables, de manière à pouvoir les rapporter sur la carte qu'on dressait. Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 138.
Au part. passé, CHAUSS. Mon aide me donne lecture de la réparation qui la concerne [la godasse], par exemple: (...) un bout rapporté à la semelle (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 197).Une talonnette, une trépointe rapportée (Rama1973).
5. Produire (un revenu en argent ou en nature). Synon. donner, procurer, rendre; anton. coûter.C'est à compter de demain que chaque jour te rapporte un salaire (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 83).Avec les impôts et les réparations, il [mon domaine] ne me rapportait plus qu'une somme ridicule, d'autant que (...) les fermiers abusaient volontiers de la situation (Romains, Knock,1923, ii, 5, p. 12).Une magnifique opération de carambouillage qui nous rapporterait des mille et des cents (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 71).
Empl. abs. Rapporter gros. Il a fallu qu'on y tâte à son « Concours du Perpétuel ». C'était un expédient rapide... Ça devait nous rapporter tout de suite (Céline, Mort à crédit,1936, p. 471).
Au fig. Donner (quelque chose) comme avantage moral. C'est pourquoi je pensai devenir un saint. Cela exige moins d'appareil et rapporte beaucoup de louanges (A. France, Livre ami,1885, p. 62).
B. − [Sur le plan de la communication]
1. [À titre privé] Transmettre (une information) oralement ou par écrit. Synon. citer, (ra)conter, (re)dire, relater, répéter.Rapporter une conversation, un fait, une histoire, des paroles; rapporter mot pour mot, textuellement. Une lettre où les mêmes faits sont rapportés avec les mêmes circonstances (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 113).Mais la nuit était aussi dans tous les cœurs et les vérités comme les légendes qu'on rapportait au sujet des enterrements n'étaient pas faites pour rassurer nos concitoyens (Camus, Peste,1947, p. 1357).
[Le verbe est suivi d'une prop. complét., inf. ou interr.] Madame de Gennevilliers a dû vous rapporter, monsieur, quelle était la chose à laquelle je tiens le plus? (Gobineau, Pléiades,1874, p. 173).Cette réflexion que Rilke rapporte avoir entendue devant un portrait de la femme de Cézanne (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 128).
[En incise] Ballmeyer, rapporte M. Albert Bataille, semble avoir reçu de la nature tous les attributs qui constituent l'escroc de race (G. Leroux, Parfum,1908, p. 57).
Empl. abs. Ce soir même où elle me parlait comme j'ai rapporté, je me sentais l'âme si légère et si joyeuse (Gide, Symph. pastor.,1919, p. 912).
P. anal. Si nos yeux ne lui rapportent rien, elle [l'âme reléguée dans les ténèbres] saura transformer sa pauvre déception en quelque chose d'ineffable qu'elle cachera jusqu'à la mort (Maeterl., Trésor humbles,1896, p. 267).
Péj. Retransmettre à quelqu'un (une information) au risque ou dans le but de lui nuire. Elle m'assura qu'elle le détestait (...). Elle me rapportait tous les discours qu'il tenait; elle y ajoutait; elle les brodait (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 146):
5. Un cafard de Paris, comme il y en a tant parmi ces garçons qui (...) se piquent de littérature et vous font perdre votre temps en ne vous rapportant que des vieux ragots et des potins venimeux... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 65.
Empl. abs., fam. Synon. dénoncer, (fam.) cafarder, moucharder.Il faut que je vous le dise aussi, à la fin, bien que ça ne m'aille guère de rapporter. Si Madame rentre comme ça à des heures de fantaisie, c'est qu'elle fait des choses abominables (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, M. Parent, 1886, p. 592).
2. Présenter le compte rendu d'une question, d'une opération, etc., dans une forme plus ou moins officielle, afin notamment de prouver, de convaincre. Cette discussion [sur la combinaison de l'air et du mercure] et les preuves que je serois obligé de rapporter, ne seroient pas à leur place ici (Lavoisier, Chim.,t. 1, 1789, p. 41).
3. [Le suj. désigne une source d'information] Raconter de manière précise. Synon. relater.L'histoire, la tradition rapporte. Une légende rapporte que les âmes de ceux qui n'ont pas été déposés en terre sainte errent dans l'espace sans jamais trouver de repos (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 68).
Empl. abs. Moi [l'Histoire:] je suis un rapporteur. Ou une rapporteuse. On sait assez que je rapporte. Mais je ne rapporte pas le millionième de ce qui se passe (Péguy, Clio,1914, p. 224).
4. [Dans le cadre jur. ou officiel]
a) [Le compl. désigne un texte jur. ou relig.] Synon. alléguer, citer.Mon avocat a rapporté des lois et plusieurs autorités en ma faveur (Ac.1798-1878).Saint Irénée rapporte un passage d'un ouvrage inconnu de Saint Justin (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 342).
b) Rapporter la preuve. Administrer la preuve pour son compte personnel, de manière à convaincre du bien-fondé de son droit ou de son opinion. La preuve n'est pas suffisamment rapportée qu'il y ait eu entre eux et lui [Pétain] un véritable complot contre la sûreté intérieure de l'État (Procès Pétain,t. 2, 1945, p. 1122).
c) Faire un compte rendu oral ou écrit, au nom d'une commission dont on transmet l'avis, sur (une question, un texte, une enquête) devant une instance reconnue. Synon. relater.Rapporter un projet de loi. Le service (...) élabore et rapporte devant les conférences administratives régionales (...) les programmes hiérarchisés d'équipement (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 311):
6. Les vœux sont présentés par leurs auteurs au début de la session [du conseil général], puis renvoyés à la commission compétente, pour être rapportés comme les autres affaires. Bacquias, Cons. gén. et cons. arrondiss.,1934, p. 34.
Empl. abs. La commission a rapporté dans le sens du rejet du projet ou de la proposition (Lidderdale, Parlement fr.,1954, p. 200).
d) Faire un exposé écrit sur l'état d'(un procès). Ce juge, ce conseiller a fort bien rapporté le fait et les moyens des parties (Ac.1835-1935).Dans les deux mois du dépôt, l'affaire est rapportée à la chambre d'accusation (Code instr. crim.,1808, art. 627, p. 7941).
Empl. abs. [Avec présence d'un adv. de manière] Ce juge rapporte bien, nettement (Ac.1798-1935).
C. − [Implique un rapprochement d'ordre intellectuel]
1. [D'un point de vue logique] Établir entre un objet de pensée et un autre un lien mettant en évidence leur dépendance, permettant leur comparaison; poser un ou plusieurs rapports entre. Un de ces exemples auxquels il en faut rapporter d'autres (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb.,t. 1, 1821, p. 511):
7. Le besoin de tout rapporter à un personnage central se rattache à une vision de l'univers social où l'individu est le centre, et que l'on peut appeler, plus précisément qu'« individualiste », « centrée sur l'individu »... Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. XIII.
En partic. , dans le domaine des sc.Mouvement rapporté à un repère. [Berzélius] entreprit de calculer un nouveau tableau d'équivalents rapporté à 100 d'oxygène (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 309).
[L'obj. est envisagé sous l'angle de l'origine ou de la succession] Rattacher à. Synon. attribuer.Rapporter un effet à sa cause. On le rapporta [le lavement des pieds] à la veille de sa mort [celle du Christ] (Renan, Vie Jésus,1863, p. 401).
Empl. abs. Au passage cité il [Bergson] ajoute: « Un rapport n'est rien en dehors d'un esprit qui rapporte. » (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 768).
[Le lien est à la fois logique et affectif] Établir un lien de caractère exclusif entre (un objet) et un autre (personne ou chose). Sortir de lui-même, c'est ce que ne peut faire celui qui rapporte tout à lui-même (H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 164).Son langage à elle avait toujours une certaine retenue, une réserve, comme si une grande pensée eût été derrière tout ce qu'elle disait, comme si elle eût rapporté toute sa vie à cette grande pensée (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 103).
Empl. pronom. réfl. indir., rare. Ils veulent être tout pour lui [Dieu], tout savoir de lui et se rapporter tout ce qu'il est (Blondel, Action,1893, p. 176).
2. [D'un point de vue quantitatif] Établir un lien d'ordre numérique entre (une chose) et une autre pour en retirer ainsi une meilleure compréhension. La complexité de la matière rapportée à notre échelle (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 109):
8. ... des mondes seront indiscernables s'ils sont égaux ou semblables, c'est-à-dire si l'on peut passer de l'un à l'autre en changeant les axes de coordonnées, ou en changeant l'échelle à laquelle sont rapportées les longueurs... H. Poincaré, Valeur sc.,1905p. 64.
Rem. Rapporter peut exceptionnellement signifier « diriger, porter de nouveau son esprit vers/sur quelque chose ». Elle [cette manière] fait oublier la situation dramatique pour rapporter toute l'attention et l'intérêt sur une douleur purement physique (Delécluze, Journal, 1827, p. 465).
II. − DR. ADMIN. Retirer (un texte législatif ou réglementaire) de l'ordre du jour d'une assemblée, revenir sur (sa décision), en créant une situation analogue à une situation antérieure, sans pour autant provoquer une abrogation ou une annulation de principe. Rapporter un arrêt, un décret, une mesure. Le président [de la République] une fois constitué juge du contentieux, ses décisions ne pourraient être rapportées même par lui (Vivien, Ét. admin.,t. 1, 1859, p. 135):
9. Les colléges électoraux, choisis pour la vie, et néanmoins exposés à être dissous (car cette disposition n'est pas rapportée), ont tous les inconvénients des anciennes assemblées électorales, et n'ont aucun de leurs avantages. Constant, Princ. pol.,1815, p. 39.
P. anal. , dans le domaine de la relig.Cette nomination fut rapportée et remplacée par une autre à la cure de Morly (Billy, Introïbo,1939, p. 86).
III. − Empl. pronom.
A. − [Corresp. à supra I A 4] Rare. Se joindre. Les barres des côtés et celles du fond du couvercle doivent se rapporter exactement (Nosban, Manuel menuisier,t. 2, 1857, p. 207).
B. − Empl. pronom. à valeur réciproque, rare. [Corresp. à supra I B 1] Toutes ces dames se connaissaient (...) et se traitaient cruellement: elles se rapportaient nos propos, nos critiques, les jugements de chacun sur tous; nous autres, les fils, nous nous cachions les leurs (Sartre, Mots,1964, p. 186).
C. − [Corresp. à supra I C 1] Se rattacher d'un point de vue logique ou non à. Synon. s'appliquer à, cadrer avec, concerner, correspondre.Tout être concevable se rapporte directement ou indirectement au monde perçu (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 293).Les questions se rapportant à la marine et (...) celles relatives à la marine marchande en particulier (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 526).
GRAMM. [En parlant d'un pron. rel., d'un adj. qualificatif ou dém.] Apporter une détermination, se rattacher à. On ne doit point séparer le relatif qui du substantif auquel il se rapporte (Ac.1798-1878).Y a-t-il moyen de retrancher un s: « Ils avaient l'air fatigués par de... ». C'est fatigué, fatigué se rapportant à l'air (Flaub., Corresp.,1862, p. 301).Quel adjectif se rapporte à l'expression substantive: maître-artisan? (Robert, Artis.,1966, p. 86).V. marquer ex. 6.
D. − Vx. Présenter une ressemblance avec. Il y a à Naples un usage qui se rapporte à celui de Caprée (Quinet, All. et Ital.,1836, p. 212).Mes théories, que je n'expose pas souvent, se rapportent assez à celles de Richard Wagner (Nerval, Corresp.,1854, p. 242).
E. − S'en rapporter à
1. Vx. S'en tenir à (quelque chose) et y renvoyer. Je m'en rapporte à ma dernière lettre (Ac.1798).
2. S'en rapporter à, se rapporter à qqn de qqc.Faire entière confiance à (quelqu'un), se fier entièrement à (quelque chose) en matière d'opinion, de décision, d'action. Synon. s'en remettre à, se reposer sur.S'en rapporter à l'expérience, à la sagacité de qqn. Comment [les princes] déterreraient-ils le mérite, réduits comme ils le sont à s'en rapporter là-dessus aux fripons qui les entourent (Marat, Pamphlets,Charlatans mod., 1791, p. 277).Le mieux est de nous en rapporter à l'enseignement du Christ (Barrès, Cahiers,t. 11, 1916, p. 152).
Fam., peu usité. S'en rapporter à ce qui est et, p. ell., s'en rapporter. Ne pas être entièrement persuadé de la véracité d'une information reçue qu'on ne veut ni contester ni examiner. Je lui fis un conte qu'il eut l'air de croire. « C'est bien, c'est bien, me dit-il, que cela soit vrai ou non, je m'en rapporte (...) » (Vidocq, Mém.,t. 3, 1828-29, p. 316).
Prononc. et Orth.: [ʀapɔ ʀte], (il) rapporte [-pɔ ʀt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1150 trans. « apporter une chose au lieu où elle était » (Charroi Nîmes, éd. D. Mc Millan, 22); b) 1258 dr. admin. « abroger une mesure prise précédemment » (Charte de Joinville, Bibl. Ec. des Ch., 1886, p. 12 ds Gdf. Compl.), attest. isolée; à nouv. 1789 rapporter un décret (ds Brunot t. 9, p. 782); c) 1283 id. dr. « restituer à la masse des biens à partager ceux qu'on détient et qui font l'objet d'un rapport » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, n o620, t. 1, p. 307); d) 1387 id. « apporter quelque chose en un lieu, l'adjoindre à autre chose pour combler un manque » ici en cout. (Comptes de l'argenterie d'Isabeau de Bavière ds Havard t. 4: trois grans K de broderie, assiz et rapportez sur ladicte coustepointe); 1564 pierres rapportées (Rabelais, Cinquième Livre, éd. Ch. Marty-Laveaux, chap. 37, p. 145); 1718 rapporter des terres pour élever une terrasse (Ac.); e) fin xives. id. « apporter avec soi en revenant d'un lieu » (Froissart, Chron., éd. S. Luce, V, p. 60); 1587 au fig. (Lanoue, 122 ds Littré); 1694 « (en parlant de choses fâcheuses) obtenir comme seul résultat » il n'en a rapporté que de la honte (Ac.); f) 1538 id. « procurer un certain profit, un certain revenu » (Est.); 1559 intrans. (Amyot, Solon, 42 ds Littré); g) 1690 trans. « (d'un chien) apporter l'objet lancé, le gibier tué » (Fur.); 1694 intrans. (Ac.); h) 1815 mar. intrans. la mer rapporte de deux à trois pouces (Freycinet, Voy. terres austr., p. 47); 2. a) ca 1165 trans. « communiquer ce qu'on a lu, vu, entendu » (Benoît de Ste-Maure, Troie, 17863 ds T.-L.); 1653 « id., avec un nom de chose comme sujet » (Vaugel., Q.C., IX, 2 ds Littré); b) 1320-40 id. « répéter intentionnellement et par malveillance des propos tenus, de manière à nuire à quelqu'un » mal raportans (Jean Condé, Du Prince qui croit Bourdeurs, 5 ds B. et J. de Conde, Dits et contes, éd. A. Scheler, t. 3, p. 285); c) av. 1755 intrans. (St-Sim., 264, 37 ds Littré); d) 1549 trans. « faire un compte rendu officiel touchant une mission exécutée, l'état d'une affaire instruite » rapporter son enqueste (Est.); 3. a) ca 1350 pronom. s'en raporter à qqn « s'en remettre à quelqu'un en matière d'opinion, de décision » as gens je m'en raporte (Gilles Le Muisit, Poésies, I, 228 ds T.-L.); b) 1530 id. se rapporter à qqn de qqc. « le prendre comme arbitre et accepter d'avance sa décision » (Palsgr., p. 687); c) 1538 trans. « rattacher une chose à une autre par une relation logique, un rapport » (Est.); 1538 pronom. « se rattacher à, être en relation avec » (ibid.); en partic. 1701 pronom. gramm. (Fur.); 1788 trans. rapporter un fait à une époque (Barthél., Anach., ch. 17 ds Littré); d) 1762 « établir un rapport quantitatif » (J. J. Rousseau, Emile, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, V, p. 837: Il faut se faire une échelle pour y rapporter les mesures qu'on prend). Comp. du préf. r(e)-* et de apporter*. Fréq. abs. littér.: 5 637. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 10 180, b) 7 667; xxes.: a) 7 703, b) 6 542.
DÉR. 1.
Rapportable, adj.a) Dr. civil. Qui doit être rapporté à la succession d'un ascendant par ses cohéritiers. Créance rapportable (Hachette 1980), libéralités rapportables (Lar. 20e, Lar. encyclop.), somme rapportable (Boiste1823, 1834).Les fruits de la chose donnée ne sont pas rapportables (Ac.1798-1935).b) [En parlant d'une pièce, de terre] Qui peut être ajoutée. (Ds Littré). c) Qui peut être attribué à (Ds Littré). Un fait rapportable à une époque de l'histoire romaine (Guérin1892).d) [En parlant d'une décision, d'une mesure] Qui peut être retirée, sur laquelle on peut revenir. (Ds Quillet 1965). [ʀapɔ ʀtabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1resattest. a) 1558 « qui se rapporte à » (Pontus de Tyard, Mantice, dans ses Discours philosophiques, 144a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 143) − 1579 (La Bod. ds Gdf. Compl.), à nouv. au xixes. 1864 ossements rapportables à des herbivores (Daubrée, Acad. des sc. Comptes rendus, t. 58, p. 522 ds Littré), b) 1730 dr. « que les héritiers en ligne directe doivent rapporter à la succession de leurs ascendants » (Pocquet de Livonnière, Règles du Droit Français, p. 271 ds Trév. 1752), c) 1836 « (de pièces, de terres) qui peuvent être rapportées » terres rapportables (Land.); de rapporter, suff. -able*.
2.
Rapportage, subst. masc.a) Action d'ajouter. Un arrangement de plafond, rapportage à faire aux plâtres d'appartements en location (Mallarmé, Dern. mode,1874, p. 821).b) Fam. Action de retransmettre une information au risque ou dans le but de nuire. Synon. dénonciation, rapport (fam.).Ces deux petites femmes qui se disputent, se boudent sans cesse, et font des rapportages réciproques dès que j'entre dans la chambre (Mallarmé, Corresp.,1866, p. 227). [ʀapɔ ʀta:ʒ]. 1resattest. a) α) 1328 dr. « responsabilité, garantie » le raportage des eschevins (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, I, 732, 11 ds Runk., p. 33), attest. isolée, β) 1354 id. « droit que payaient les laboureurs qui cultivaient des terres situées hors du territoire de leurs seigneurs » (Ord., IV, 298 ds Gdf.), b) 1866 fam. « action de répéter par indiscrétion ou malveillance des propos »; d'où « les propos malveillants ainsi tenus » faire des rapportages (Mallarmé, loc. cit.), c) 1874 « action d'ajouter quelque chose » rapportage à faire aux plâtres (Id., loc. cit.); de rapporter, suff. -age*.
BBG.Pinchon (J.). Les Pron. adv. en et y. Genève, 1972, p. 262. − Quem. DDL t. 5 (s.v. rapportage). − Ranft 1908, p. 56.

Rapporter : définition du Wiktionnaire

Verbe

rapporter \ʁa.pɔʁ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se rapporter)

  1. Apporter une chose, la remettre au lieu où elle était.
    • On a rapporté votre parapluie qui avait été emporté par mégarde.
    • Je vous prie de me rapporter le livre que je vous ai prêté.
    • Il m’a rapporté tout ce qu’il m’avait pris, tout ce que je lui avais donné.
  2. Apporter à son retour des choses d’un endroit donné, sans qu’on les y ait cependant portées. — Note : Le préfixe, alors, n’a plus qu'un sens augmentatif.
    • À Mogador, nouvelle relâche, mais la barque envoyée à terre pour rapporter de l’eau fraîche faillit être capturée par les Arabes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 419 de l’éd. de 1921)
    • Ce n'était pas la première fois que des boîtes de singe entraient dans la maison ; parfois des soldats nous en donnaient, mais jamais nous n’en avions rapporté autant. — (René Lucot, Almanch de la Grande Guerre vers la Victoire de 1917, chap. 4 de Le grand break, Corps 9 éditions, 1985)
    • Il a rapporté de ses voyages de curieuses impressions
    • (Familier) Il n’en a rapporté que des coups.
    • (Figuré) Il a rapporté beaucoup de gloire de cette action, de cette affaire : il y a acquis beaucoup de gloire.
    • Il n’en a rapporté que de la honte : il n’en a retiré que de la honte.
  3. Apporter dans un lieu où elles n’étaient pas et à quelqu’un à qui elles n’appartenaient pas auparavant, des choses qu’on a enlevées.
    • Les soldats, suivant l’ordre du général, rapportèrent à leurs capitaines tout le butin qu’ils avaient fait.
  4. (Par extension) (Plus rare) Apporter en contrepartie.
    • Nous avons dit que l’impôt sera odieux, quel qu’en soit le montant, tant qu’il prendra dans la bourse du contribuable, pour ne rien y rapporter. — (François-Vincent Raspail, Organisation ruineuse ou féconde de la dépense, dans Le Réformateur, 5 fév. 1835)
  5. (Chasse) Ramener au chasseur le gibier tué, en parlant du chien. — Note : En ce sens il s’emploie presque toujours absolument.
    • Un chien qui rapporte bien, qui est dressé à rapporter.
  6. (Par extension) Apporter ce qu’on lui jette, comme un gant, un morceau de bois, une balle, etc., en parlant du chien dressé à cet effet.
  7. Joindre, ajouter quelque chose à ce qui ne paraît pas complet.
    • Il a fallu rapporter une bordure à cette tapisserie.
    • On a rapporté une bande au bas de ce vêtement qui était devenu trop court.
    • Une pièce rapportée.
    • Ouvrage de pièces rapportées : ouvrage de pièces de rapport.
  8. (Agriculture) (Jardinage) Prendre dans un lieu, afin de les porter dans un autre, en parlant de terre.
    • Il faut rapporter de bonne terre au pied de ces arbres, pour les entretenir.
    • Rapporter des terres pour élever une terrasse.
    • Des terres rapportées.
  9. (Succession & partage) Remettre à la masse de la succession ce qu’on a reçu d’avance, ou en tenir compte sur la part qu’on doit avoir.
    • Un fils qui a été avantagé par son père doit rapporter.
    • Rapporter à la masse.
  10. (Par extension) Accomplir la même procédure, en parlant des biens qui appartiennent en commun à une société commerciale, ou à d’autres gens intéressés dans quelque affaire lucrative.
  11. (Législation) (Administration) Révoquer, abroger, annuler.
    • Retirer (un texte législatif ou réglementaire) de l'ordre du jour d'une assemblée.
    • Revenir sur (sa décision), en créant une situation analogue à une situation antérieure, sans pour autant provoquer une abrogation ou une annulation de principe.
    • Cet arrêté a été rapporté.
    • On a rapporté cette mesure.
  12. (Figuré) Faire le récit de ce qu’on a vu, ou entendu, ou appris.
    • Sous le titre allusif « le poids de l'administration », il taillait un costume sur mesure à Si Omar et pour ce faire rapportait des propos qu'il imputait à Meyer. — (Anne Leduc, Le chant du lendemain: Alger, 1962-1969, Bouchène, 2004, page 63)
    • Dion Cassius rapporte que les jubilés décennaux et vicennaux des Empereurs avaient leur origine dans le fait qu'en janvier 27 av. J.-C., Auguste avait reçu du Sénat et du peuple son imperium légal pour dix ans ; […]. — (Joseph Bidez, Albert Joseph Carnoy & Franz Valery Marie Cumont, L'Antiquité classique, Imprimerie Marcel Istas, 2002, page 155)
    • La distractibilité est un problème fréquent dans la schizophrénie, qu'elle soit rapportée par les membres de la famille, repérée par les équipes soignantes, ou soulevée au moment de l'entretien sur les plaintes cognitives par le patient lui-même. — (Antoinette Prouteau, « Le bilan cognitif dans la schizophrénie : spécificités », chap. 4 de Neuropsychologie clinique de la schizophrénie, sous la direction d'Antoinette Prouteau, Éditions Dunod, 2011, p 115)
  13. (Absolument) (Familier) Dénoncer, raconter les fautes des autres.
    • Je n’aime pas les enfants qui rapportent.
  14. (Peut-être anglicisme) Dénoncer (quelqu'un ayant fait une faute).
    • J'comprends pas pourquoi l'officier t'a rapportée. Moi je l'aurais pas fait. — (Marie-Renée Côté, Mémoires d'une gardienne de prison, Guy Saint-Jean éditeur, Montréal, 2016, p. 34)
  15. (En particulier) Redire par légèreté ou par malice ce qu’on a entendu dire.
    • On n’oserait rien dire devant lui, il rapporte tout.
    • Il ne faut dire devant lui que ce qu’on veut bien qui soit rapporté.
  16. (Pareillement) Rendre compte de ce qu’on a entendu dire contre quelqu’un.
    • Je suis trop votre ami pour ne pas vous rapporter ce que j’entends dire de vous.
    • On m’a rapporté que vous aviez dit beaucoup de mal de moi.
  17. Ramener, diriger vers une fin, vers un but.
    • Un véritable chrétien doit rapporter toutes ses actions à Dieu, à la gloire de Dieu.
    • Il rapporte tout à soi, à son profit, à son utilité particulière.
  18. Attribuer ; faire remonter.
    • Le tannin, qui vient de la rafle, des pépins et des pellicules donne de l’âpreté ; c'est à ce principe qu'il faut rapporter la plus ou moins longue conservation du vin. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
    • (Vieux) On rapporte à telle époque la prise de cette ville.
    • Rapporter l’effet à la cause, Attribuer un certain effet à une certaine cause.
  19. Produire, soit en fruits, soit en argent, donner un certain revenu.
    • Les différentes dévaluations, dont la dernière en vigueur datait du 8 juin 1306, étaient loin de lui avoir rapporté ce qu’il en avait espéré. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Ces bons rapporteront 41/2% net. Ils seront nominatifs, transmissibles par endossement, et seront remboursés dans l'espace de cinq années, à partir de la sixième année, qu'ils auront été émis. — (Vilfredo Pareto, Œuvres complètes,Tome 10 : Lettres d'Italie - Chroniques sociales et économiques, sous la direction de Giovanni Busino, Genève : Librairie Droz, 1967, p. 71)
    • Des arbres qui rapportent de beaux fruits.
    • Une terre qui rapporte beaucoup.
    • Son argent lui rapporte six pour cent.
    • Cet emploi ne rapporte ni profit ni honneur.
    • (Figuré) Cette mauvaise action ne lui rapportera rien : il n’en tirera aucun profit, aucun avantage.
  20. (Droit) Exposer l’état d’un procès par écrit.
    • Rapporter un procès, une affaire.
    • Ce juge, ce conseiller a fort bien rapporté le fait et les moyens des parties.
  21. Il s’emploie quelquefois absolument.
    • Ce juge rapporte bien.
    • Il rapporte nettement.
  22. Faire l’exposé d’une affaire au nom d’une commission, d’un comité, et en même temps énoncer l’avis du comité, de la commission.
  23. (Arpenteur) Tracer sur le papier des mesures, des angles, après les avoir notés sur le terrain.
  24. (Pronominal) Avoir de la conformité, de la convenance, de la ressemblance.
    • Tout ce que nous voyons de sa conduite se rapporte à ce qu’on nous en avait dit.
  25. (Pronominal) Avoir rapport, relation.
    • Cet article de ma lettre se rapporte à ce que je vous ai écrit précédemment.
    • (Grammaire) Ce pronom relatif se rapporte à tel nom.
  26. (Pronominal) Se rapporter à quelqu’un de quelque chose et, absolument, s’en rapporter à quelqu’un, s’en remettre à sa décision sur quelque chose.
    • Ils sont d’accord sur l’achat et sur la vente, mais ils se sont rapportés du prix à un tel.
    • à qui voulez-vous que nous nous en rapportions ?
    • Je m’en rapporte à vous-même.
    • Ils sont demeurés d’accord de s’en rapporter à la décision d’un tel.
  27. (Pronominal) S’en rapporter à quelqu’un, à quelque chose : avoir confiance en quelqu’un, ajouter foi à quelque chose.
    • J’ai résolu, en venant ici, de vous traiter avec douceur ; et vous voyez que je le fais, puisque avant de vous condamner, je veux m’en rapporter à vous, et vous donner sujet de vous défendre et de vous expliquer catégoriquement. — (Alfred de Musset, Le Chandelier, 1835, acte I, scène 1)
    • Il ne faut point s’en rapporter à ce qu’on dit de lui.
    • S’il faut s’en rapporter aux anciennes traditions.
    • Je ne m’en rapporte qu’à ce que j’ai vu et entendu moi-même.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rapporter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAPPORTER. v. tr.
Apporter une chose la remettre au lieu où elle était. On a rapporté votre parapluie qui avait été emporté par mégarde. Je vous prie de me rapporter le livre que je vous ai prêté. Il m'a rapporté tout ce qu'il m'avait pris, tout ce que je lui avais donné. Il se dit aussi en parlant des Choses qu'on apporte à son retour d'un endroit donné, sans qu'on les y ait cependant portées. Il a été en Chine et en a rapporté beaucoup de curiosités. Il s'emploie figurément dans le même sens. Il a rapporté de ses voyages de curieuses impressions Fam., Il n'en a rapporté que des coups se dit de Quelqu'un qui a été frappé, blessé en quelque occasion. Il s'emploie aussi figurément pour signifier qu'On n'a trouvé dans une entreprise, dans une démarche, dans une affaire que déboires et humiliations. Fig., Il a rapporté beaucoup de gloire de cette action, de cette affaire, Il y a acquis beaucoup de gloire. Il n'en a rapporté que de la honte, Il n'en a retiré que de la honte.

RAPPORTER se dit encore en parlant des Choses qu'on a enlevées et qu'on apporte dans un lieu où elles n'étaient pas et à quelqu'un à qui elles n'appartenaient pas auparavant. Les soldats, suivant l'ordre du général, rapportèrent à leurs capitaines tout le butin qu'ils avaient fait. En termes de Chasse, Il se dit d'un Chien qui apporte au chasseur le gibier que celui-ci a tué. En ce sens il s'emploie presque toujours absolument. Un chien qui rapporte bien, qui est dressé à rapporter. Il se dit également d'un Chien qu'on a dressé à apporter ce qu'on lui jette, comme un gant, un morceau de bois, une balle, etc.

RAPPORTER signifie aussi Joindre, ajouter quelque chose à ce qui ne paraît pas complet. Il a fallu rapporter une bordure à cette tapisserie. On a rapporté une bande au bas de ce vêtement qui était devenu trop court. Une pièce rapportée. Ouvrage de pièces rapportées, Ouvrage de pièces de rapport. Il se dit au propre et au figuré. Voyez RAPPORT. Rapporter des terres en quelque endroit, Les aller prendre dans un lieu, afin de les porter dans un autre. Il faut rapporter de bonne terre au pied de ces arbres, pour les entretenir. Rapporter des terres pour élever une terrasse. Des terres rapportées.

RAPPORTER, en matière de Succession et de Partage, signifie Remettre à la masse de la succession ce qu'on a reçu d'avance, ou en tenir compte sur la part qu'on doit avoir. Un fils qui a été avantagé par son père doit rapporter. Rapporter à la masse. Il se dit de même en parlant des Biens qui appartiennent en commun à une société commerciale, ou à d'autres gens intéressés dans quelque affaire lucrative. En termes de Législation et d'Administration, il signifie Révoquer, abroger, annuler. Cet arrêté a été rapporté. On a rapporté cette mesure.

RAPPORTER signifie aussi, figurément, Faire le récit de ce qu'on a vu, ou entendu, ou appris. Il a rapporté fidèlement tout ce qu'il avait vu. Tite-Live rapporte que... Ce témoin rapporte et dépose que... Vous ne rapportez point la chose au vrai. Rapporter un fait comme il s'est passé. Absolument, il signifie, dans le langage familier, Dénoncer, raconter les fautes des autres. Je n'aime pas les enfants qui rapportent. Il signifie particulièrement Redire par légèreté ou par malice ce qu'on a entendu dire On n'oserait rien dire devant lui, il rapporte tout. Il ne faut dire devant lui que ce qu'on veut bien qui soit rapporté. Il signifie pareillement Rendre compte de ce qu'on a entendu dire contre quelqu'un. Je suis trop votre ami pour ne pas vous rapporter ce que j'entends dire de vous. On m'a rapporté que vous aviez dit beaucoup de mal de moi.

RAPPORTER signifie aussi Ramener, diriger vers une fin, vers un but. Un véritable chrétien doit rapporter toutes ses actions à Dieu, à la gloire de Dieu. Il rapporte tout à soi, à son profit, à son utilité particulière. Il signifie encore Attribuer, faire remonter. La famille des Jules rapportait son origine à Énée et à Vénus. On rapporte la fondation de cette ville à tel prince, à tel siècle. On rapporte à telle époque la prise de cette ville. Il est vieux. Rapporter l'effet à la cause, Attribuer un certain effet à une certaine cause.

RAPPORTER signifie aussi Produire, soit en fruits, soit en argent, donner un certain revenu. Des arbres qui rapportent de beaux fruits. Une terre qui rapporte beaucoup. Cette terre rapporte tant par an. Cette charge rapporte tant. Son argent lui rapporte six pour cent. Cet emploi ne rapporte ni profit ni honneur. Fig., Cette mauvaise action ne lui rapportera rien, Il n'en tirera aucun profit, aucun avantage.

RAPPORTER signifie, en termes de Palais, Exposer l'état d'un procès par écrit. Rapporter un procès, une affaire. Ce juge, ce conseiller a fort bien rapporté le fait et les moyens des parties. Il s'emploie quelquefois absolument. Ce juge rapporte bien. Il rapporte nettement. Il signifie également Faire l'exposé d'une affaire au nom d'une commission, d'un comité, et en même temps énoncer l'avis du comité, de la commission. En termes d'Arpenteur, il signifie Tracer sur le papier des mesures, des angles, après les avoir notés sur le terrain.

SE RAPPORTER signifie Avoir de la conformité, de la convenance, de la ressemblance. Tout ce que nous voyons de sa conduite se rapporte à ce qu'on nous en avait dit. Il signifie aussi Avoir rapport, relation. Cet article de ma lettre se rapporte à ce que je vous ai écrit précédemment. Il se dit particulièrement en termes de Grammaire. Ce pronom relatif se rapporte à tel nom. Se rapporter à quelqu'un de quelque chose et, absolument, S'en rapporter à quelqu'un, s'en remettre à sa décision sur quelque chose. Ils sont d'accord sur l'achat et sur la vente, mais ils se sont rapportés du prix à un tel. À qui voulez-vous que nous nous en rapportions? Je m'en rapporte à vous-même. Ils sont demeurés d'accord de s'en rapporter à la décision d'un tel. S'en rapporter à quelqu'un, à quelque chose, Avoir confiance en quelqu'un, ajouter foi à quelque chose. Je m'en rapporte à vous, à votre témoignage. Il ne faut point s'en rapporter à ce qu'on dit de lui. S'il faut s'en rapporter aux anciennes traditions. Je ne m'en rapporte qu'à ce que j'ai vu et entendu moi-même.

Rapporter : définition du Littré (1872-1877)

RAPPORTER (ra-por-té) v. a.
  • 1Apporter de nouveau. Il m'avait apporté des objets qu'il a emportés ; dites-lui de me les rapporter.

    Fig. Il vous rapporte un cœur qu'il n'a pu vous ôter, Racine, Andr. II, 1.

  • 2Apporter une chose du lieu où elle est au lieu où elle était auparavant. Je vous prie de me rapporter le livre que je vous ai prêté. Rapporter une coupe d'argent qui avait été volée. Hé ! mon Dieu, ce que j'en voudrais retrancher, à qui le donnerais-je ?… quoi que ce soit, il est toujours temps de le rapporter à votre autel, et vous êtes toujours prêt à le recevoir, Bourdaloue, Pens. t. II, p. 428. De Paris à Delhi, du couchant à l'aurore, Ce fameux voyageur [Tavernier] courut plus d'une fois… Et, bien qu'en nos climats de retour aujourd'hui, En foule à nos yeux il présente Les plus rares trésors que le soleil enfante, Il n'a rien rapporté de si rare que lui, Boileau, Poésies div. XI.

    Absolument. Au simple chrétien vous n'avez, ce me semble, donné qu'un talent [d'argent] ou deux ; mais c'est au religieux que vous en donnez jusqu'à cinq ; mieux il est partagé, plus il est obligé de rapporter, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 455.

  • 3Il se dit en parlant des choses qu'à son retour on rapporte d'un lieu, sans les y avoir portées. Il [Tournefort] rapporta treize cent trente-six nouvelles espèces de plantes, et il nous apprit à connaître les nôtres, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, Tournefort. Les Hollandais sont les premiers qui ont fait voir cet oiseau [le casoar] à l'Europe ; ils le rapportèrent de l'île de Java, en 1597, Buffon, Ois. t. II, p. 306.

    Fig. Rapporter une vaine espérance. Pythagore avait, dit-on, rapporté de l'Égypte le dogme de la métempsychose.

    Familièrement. Il n'en a rapporté que des coups, se dit d'un homme qui a été blessé en quelque occasion.

    On dit de même : Ce soldat n'a rapporté de l'armée que des coups de fusil.

    Fig. Il a rapporté beaucoup de gloire de cette action, de cette affaire, il y a acquis beaucoup de gloire. Il n'en a rapporté que de la honte, il n'en a retiré que de la honte.

    Enlever une chose, et l'apporter dans un lieu où elle n'était pas, à quelqu'un à qui elle n'appartenait pas. [à Rome] L'amour de la patrie domina toujours jusqu'au temps de Sylla ; cet amour de la patrie consista pendant plus de quatre cents ans à rapporter à la masse commune ce qu'on avait pillé chez les autres nations, Voltaire, Mœurs, Introd Romains.

  • 4 Terme de chasse. Il se dit d'un chien qui rapporte au chasseur ce que celui-ci a tué. Ce chien ne veut pas rapporter le gibier à plume.

    Absolument. Ce chien rapporte bien, il rapporte mal.

    Se dit aussi de tout autre chien qu'on a habitué à rapporter ce qu'on lui jette.

  • 5 Terme de droit. Remettre dans la masse de la succession ce qu'on a reçu d'avance. Les époux ou leurs héritiers rapportent à la masse des biens existants tout ce dont ils sont débiteurs envers la communauté à titre de récompense ou d'indemnité, Code Nap. art. 1468.

    Il se dit de même en parlant des biens qui appartiennent en commun à une société de négociants, ou à d'autres gens intéressés dans une affaire.

  • 6 Terme de marine. On dit que la sonde a rapporté tant de brasses, lorsque en sondant on a trouvé ce même nombre de brasses sur le fond.
  • 7Ajouter quelque chose à ce qui ne paraît pas complet. Il a fallu rapporter une bordure à cette tapisserie.

    Rapporter des terres, suppléer, par des terres prises ailleurs, à celles qui manquent en un lieu.

  • 8 Terme d'arpenteur. Tracer sur le papier des mesures réduites de celles qu'on a prises sur le terrain. Rapporter des triangles.
  • 9Donner un produit, un rapport. L'argent que rapportaient les mines. Bien-fonds qui rapporte beaucoup.

    Cet emploi ne rapporte ni profit ni honneur, il n'est ni profitable ni honorable.

    Fig. Cette mauvaise action ne lui rapportera rien, il n'en tirera aucun avantage.

    Absolument. Figuier qui rapporte trois fois l'an. L'argent, morbleu ! l'argent ; voilà ce que j'appelle du mérite ; moi, je veux un mérite qui rapporte, Saurin, Mœurs du temps, sc. 12.

    Fig. Un peu de lecture jetait dans son esprit des germes de pensées que la méditation faisait ensuite éclore, et qui rapportaient au centuple, Fontenelle, Renau.

  • 10Faire le récit de ce qu'on a vu, entendu, ou appris. Jamais la renommée ne rapporte les choses au vrai, Vaugelas, Q. C. IX, 2. Moïse, venu vers le peuple, lui rapporta les paroles du Seigneur, Sacy, Bible, Nomb. XI, 24. Je le vis en effet dès le soir même [comment Escobar interprète les bulles] ; mais je n'ose vous le rapporter ; car c'est une chose effroyable, Pascal, Prov. VI. Le psaume CV, où le prophète rapporte que les Juifs, séduits par les nations étrangères, conduisaient eux-mêmes leurs propres enfants aux pieds des idoles, et les immolaient aux démons, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 376.
  • 11Dire, informer. Aller lui rapporter… Qu'elle peut sur ma vie exercer sa vengeance, Tristan, Mort de Chrispe, III, 5.

    Particulièrement. Rendre compte de ce qu'on a entendu dire contre quelqu'un. Je suis trop votre ami pour ne pas vous rapporter ce que j'entends dire de vous, Dict. de l'Acad.

  • 12Redire par indiscrétion ou par malice. On n'oserait rien dire devant lui ; il rapporte tout.

    Absolument. Formaro fut accusé de rapporter, et en effet M. de la Rochefoucauld le chassa de chez lui pour quelque chose qui avait été dit, Saint-Simon, 264, 37. Mademoiselle, je ne veux point aller rapporter contre vous, Genlis, Théât d'éduc. la Curieuse, V, 3.

  • 13Alléguer, citer. Le prédicateur a rapporté des passages des Pères. Et sans vous rapporter des exemples vulgaires, Racine, Bajaz. II, 1.
  • 14 Terme de palais. Exposer l'état d'un procès par écrit. C'est autre chose de s'entremettre près d'un monarque… autre chose d'être établi par le prince même pour lui rapporter toutes les requêtes, Bossuet, Sermons, Ascension 2. Il [Lamoignon] rapporta durant trois jours au conseil du roi cette affaire avec tant d'ordre et de netteté…, Fléchier, Lamoignon.

    Absolument. Ce juge rapporte bien, rapporte nettement. Chamillard, conseiller au parlement, fut assidu les matins au palais, et continua d'y rapporter, Saint-Simon, 70, 147. Le maréchal d'Estrées s'embrouillait si fort en rapportant, qu'il rendait souvent l'affaire inintelligible, Duclos, Œuv. t. V, p. 216.

  • 15Faire l'exposition d'un projet de loi, d'une affaire au nom d'un comité, d'une commission, et en même temps énoncer l'avis du comité, de la commission. La loi de 1819 a été rapportée par des hommes éminents, puis amplement discutée, Berville, Du droit de plainte en matière de diffamation.
  • 16Diriger vers un but, vers une fin. Le catéchisme [du concile de Trente] distingue deux sortes d'amour : l'un de ceux qui aiment à la vérité, mais qui rapportent leur amour à la récompense…, Bossuet, Préf. sur l'instr. past. de M. de Cambrai, VII, 79. Tu as été vertueux, mais tu as rapporté toute ta vertu à toi-même, et non aux dieux, qui te l'avaient donnée, Fénelon, Tél. XVIII. Représentez-vous cette âme [fidèle] arrivée enfin à cette dernière heure… à laquelle elle avait toujours rapporté toutes les peines, toutes les privations… de sa vie mortelle, Massillon, Avent, M. du péch. Les anciens, qui rapportaient tous leurs exercices à ceux de la guerre, s'accoutumaient de bonne heure à se baigner et à nager, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 606, dans POUGENS.
  • 17Attribuer, faire remonter. On rapporte sa première origine [de l'aréopage] au temps de Cécrops ; mais il en dut une plus brillante à Solon, qui le chargea du maintien des mœurs, Barthélemy, Anach. ch. 17.

    Rapporter l'effet à la cause, attribuer un certain effet à une certaine cause. Il faut rapporter les événements à leurs véritables causes, si on les connaît ; sinon, il faut avouer qu'on les ignore, Dumarsais, Œuv. t. V, p. 349.

    Comparer, conférer. Ainsi, dans l'ordre des siècles, il faut avoir certains temps marqués par quelque grand événement, auquel on rapporte tout le reste, Bossuet, Hist. Dessein général. Enfin les mesures qui varient tant… doivent être si bien connues du géographe, qu'il puisse les comparer toutes entre elles et les rapporter à une mesure commune, Fontenelle, de Lisle.

  • 18Mettre dans une certaine série. Il faudrait avoir vu le corbeau du désert dont parle le docteur Shaw, pour le rapporter sûrement à l'espèce de notre pays dont il se rapproche le plus, Buffon, Ois. t. V, p. 57.
  • 19 Terme de législation et d'administration. Révoquer, annuler (en ce sens, rapporter est porter en arrière). La loi fut rapportée.
  • 20 V. n. Terme de marine. S'élever beaucoup, en parlant de la mer qui monte, apporter une grande masse d'eau.

    Les marées rapportent, c'est-à-dire augmentent en hauteur et en rapidité quand elles sont dans leur période croissante.

  • 21Avoir du rapport, de la ressemblance (inusité en ce sens). Ils lui dépeignirent cet homme et ces deux femmes, et les marques qu'ils lui en donnèrent rapportaient si bien à Isidore, à Inez et à Augustinet, que…, Scarron, Nouv. Le châtim. de l'avarice.
  • 22Se rapporter, v. réfl. Se joindre. Ces deux pièces se rapportent exactement.
  • 23Avoir de la conformité, de la ressemblance. Leurs caractères se rapportent en toutes choses. Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, La Fontaine, Fabl. I, 2. J'imagine fort bien la nécessité de vos dépenses… on vous en parle pour entendre vos raisons, qui se rapportent fort à celles qu'on a déjà pensées, Sévigné, 17 mai 1680.

    Avoir rapport, relation à. Cet article de ma lettre se rapporte à ce que je vous ai écrit précédemment. L'amour de son devoir lui fait aimer tout ce qui s'y rapporte, Rousseau, Hél. IV, 12. Toute la morale se rapporte à Dieu ; la vie de l'homme est de l'imiter, Diderot, Opin. des anc. phil. (Pythagorisme).

    Terme de grammaire. Se dit de la relation des mots entre eux. On ne doit point séparer le pronom relatif du nom auquel il se rapporte.

  • 24Être concentré, réuni, en parlant d'une chose. Il arriva ce moment heureux, ce point [sa conversion] où se rapportait toute la véritable gloire de M. de Turenne, Fléchier, Turenne.
  • 25Se rapporter à quelqu'un de quelque chose, s'en remettre à sa décision sur quelque chose. Je veux bien aussi me rapporter à toi, maître Jacques, de notre différend, Molière, l'Av. IV, 4.

    Absolument. S'en rapporter à quelqu'un. Je pourrais décider, car ce droit m'appartient ; Mais rapportons-nous-en. Soit fait, dit le reptile, La Fontaine, Fabl. X, 2. Vous savez quel trafic on fait aujourd'hui des bénéfices, et que, s'il fallait s'en rapporter à ce que saint Thomas et les anciens ont écrit, il y aurait bien des simoniaques dans l'Église, Pascal, Prov. VI. Il faudrait ou s'en rapporter à l'autorité de l'Église et à la tradition de tant de siècles, ou pousser l'examen jusqu'au bout, Bossuet, Hist. II, 13.

    On dit aussi : se rapporter, sans la particule en. Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis, La Fontaine, Fabl. VII, 16. Las de combattre, ils convinrent de se rapporter au jugement du peuple romain, Bossuet, Hist. III, 6.

    S'en rapporter à quelqu'un, à quelque chose, y avoir confiance, y ajouter foi. Mais si je m'en rapporte aux esprits soupçonneux…, Corneille, Sertor. III, 2. Mais à d'autres qu'à toi pourquoi t'en rapporter ? Voltaire, Mort de Cés. III, 2.

    On dit aussi : se rapporter, sans en. Je me rapporte de cela à quiconque a passé par là, La Fontaine, Fianc. Je me rapporte aux yeux d'une ourse, mes amours, La Fontaine, Fabl. XII, 1.

    S'en rapporter au serment de quelqu'un, s'en remettre à son serment en justice pour la décision d'une affaire.

    Familièrement. Je m'en rapporte à ce qui en est, ou, simplement, je m'en rapporte, je renonce, sans être complétement persuadé, à contester, ou à examiner. Il m'a dit plusieurs fois qu'il n'aurait pas accepté la commission, je m'en rapporte, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 211, dans POUGENS. Que l'autre usage ait la raison pour soi, Je m'en rapporte, La Fontaine, Féronde.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et quant les hommes qui le portoient et raportoient [un infirme] le metoient seur leur espaules, Miracles St Loys, p. 143. En ceste mer ne vente que deux vens, l'un qui les porte [les navigateurs], et l'autre qui les raporte, Marc Pol, p. 551. Que le cuer l'en rapport [qu'il lui rapporte le cœur de Berte], ce ne veut oublier, Berte, XVII. Il convenoit… qu'il raportast ce que ses peres lui avoit doné à mariage, Beaumanoir, XIV, 12. Et rapportoient que il avoient cerchié le flum [le fleuve], et que il estoient venus à un grand tertre de roches taillées, Joinville, 220.

XIVe s. On trueve en Salemon le sage, Que li princes qui par usage Ot [entend] volentiers mençongnes dire, Aura toujours serjans plains d'ire Et felons et mal raportans, Jean de Condé, t. III, p. 285.

XVe s. Ainsi que informés estoient et qu'on leur rapportoit, et leur disoient gens creables…, Froissart, I, I, 31.

XVIe s. Ils n'ont pas rapporté leurs œuvres, qu'on a tenu pour vertueuses, à la fin qu'ils devoyent, Calvin, Instit. 605. Cela rapporté à Cyrus, et s'estant enquis…, Montaigne, I, 65. Nostre faict, ce ne sont que pieces rapportées, Montaigne, II, 8. Ce masque arraché, rapportant les choses à la verité et à la raison…, Montaigne, I, 118. Une traficque qui rapporta dans un an de grandes richesses, Montaigne, I, 142. Rapportons nous en hardiment à ceulx qui sont en la danse, Montaigne, I, 272. Le dialecticien se rapporte au grammairien de la signification des mots, Montaigne, II, 286. Entre beaucoup qui employent là partie de leur jeunesse, peu en raportent grand fruit, Lanoue, 122. Enfans avantagés de pere et mere doivent rapporter ce qui leur a esté donné en mariage, ou autrement, moitié en une succession, moitié en l'autre, Loysel, 351. Le territoire de l'Attique estoit si maigre, qu'à male peine pouvoit il rapporter pour nourrir ceulx qui le labouroient, Amyot, Solon, 42. On rapporta que quelques boucliers estoient devenus tous sanglants d'eulx mesmes, Amyot, Fab. 4. Et luy fut envoyée une galere pour le rapporter [ramener] de la ville d'Aegine à Athenes, Amyot, Démosth. 40. On peut prognostiquer et rapporter [certifier par rapport] la mort du blessé, lors qu'il…, Paré, XXVII, p. 653. Je me rapporte à vous et vous laisse à penser quel courage là dessus il pouvoit avoir, Du Bellay, M. 216. Muse, jusques au ciel porte Au grand François ma chanson, Et dy que Charles raporte [ressemble] En vertus à sa façon, Amadis Jamyn, Poésies, p. 49.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rapporter : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAPPORTER, v. act. (Grammaire.) ce verbe a toutes les acceptions du substantif rapport ; voyez l’article Rapport. On dit, j’ai renvoyé ces présens, on me les a rapportés : ce chien rapporte-t-il ? ce mets me cause des rapports : on s’est appliqué à les choquer par de faux rapports : les chirurgiens ont fait un rapport : cette affaire a été rapportée au conseil : vous serez obligé de rapporter à la succession : les voyageurs rapportent que dans plusieurs contrées on offre l’usage de sa femme, de sa fille aux étrangers qui y abordent : je m’en rapporte à votre jugement : ces deux relations se rapportent : ces deux mots ne se rapportent pas : il faut rapporter toutes ses actions à quelque fin honnête : malheur à celui qui rapporte tout à son propre intérêt : Alexandre eut la sotte vanité de rapporter son origine aux dieux : vous ne rapporterez de cette entreprise ni honneur ni profit : combien votre argent vous rapporte-t-il ? cette terre n’est pas de bon rapport : ces arbres, ces sortes d’emplois sont d’un petit rapport.

Rapporter, signifie, dans l’Arpentage, l’action de tracer sur le papier, par le moyen d’un rapporteur, les mesures que l’on a prises sur le terrein.

L’art de rapporter est, pour-ainsi-dire, la moitié de l’arpentage. Voyez Arpentage.

L’aiguille dont on se sert pour cette opération est une aiguille très-fine, dont une des extrémités est enfoncée dans un manche pour la commodité de l’opération, & dont on se sert pour piquer les degrés & les minutes qu’on veut prendre sur le limbe du rapporteur. Voyez Rapporteur. (E)

Rapporter, au jeu de Mail, signifie remettre sa boule à cinquante pas de la passe quand on la lui a fait passer en moins de coups qu’on n’est convenu d’en jouer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rapporter »

Étymologie de rapporter - Wiktionnaire

(Milieu du XIIe siècle). De re- et apporter, dans le sens de (« apporter de nouveau », « rattacher une chose a une autre », « par une relation logique »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de rapporter - Littré

Re…, et aporter ; wallon, rapoirté ; ital. rapportare

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rapporter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rapporter rapɔrte play_arrow

Conjugaison du verbe « rapporter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rapporter

Citations contenant le mot « rapporter »

  • Les engins de signalement des détresses maritimes en fin de vie sont à rapporter dans l’un des nombreux magasins d’accastillage partenaire d’APER PYRO (éco-organisme chargé de la collecte et du traitement des articles pyrotechniques périmés). Ils seront repris gratuitement en l’échange de l’achat d’un lot neuf. Le Telegramme, Feux de détresse périmés : à rapporter aux magasins d’accastillage - Lorient - Le Télégramme
  • Kyle Kuzma (10.7 m$) : Pas au niveau attendu durant la saison régulière, cette nouvelle saison qui commence pourrait bien nous permettre de voir un nouveau Kyle Kuzma. Au contraire du début de saison, il a pu participer au training camp, et sur les deux matchs qu’il a joués, le dernier a été excellent. Il est attendu comme la 3ème option des Lakers et c’est un pari qui se tente au vu de son prix et de ce qu’il pourrait potentiellement vous rapporter. Basket Infos, Jeu de l'entraîneur NBA : quels bons plans pour la reprise ?
  • Ainsi, tant pour des raisons géopolitiques et géoéconomiques que géostratégiques, le Groenland est une proie facile qui peut rapporter très gros. La Croix, « Le Groenland est une proie facile qui peut rapporter très gros »
  • Plusieurs députés se sont félicités de ce vote, qui va aussi rapporter un montant supérieur de taxes à l’État. Le HuffPost, Cigarettes: les Français ne pourront rapporter plus qu'une cartouche des pays voisins | Le HuffPost
  • Beaucoup l’oublient parfois : l’association Les Restos du Cœur fondée par Coluche effectue toute l’année des actions pour récolter des fonds. À lui seul pourtant, le spectacle des Enfoirés représente près d’un quart des recettes de l’association. Et la situation est assez morose du côté de l’association présidée par Patrice Blanc. En 2020, Les Restos du Cœur accusent un exercice déficitaire de 10 millions d’euros. Vu ce que permet de rapporter le spectacle des Enfoirés à l’association, il paraît ainsi difficile d’envisager la disparition de l’événement dans les années à venir. Sauf à trouver une solution contre la faim et la précarité en France qui délégitimerait de fait la tenue de cet événement. En attendant ce jour hypothétique, les Enfoirés et les Restos du Cœur comptent sur vous ! NRJ.fr, Repas, dons… Zoom sur ce que permettent de rapporter Les Enfoirés - Actu Les Enfoirés - NRJ.fr
  • La télévision est par nature une fenêtre déformante ; en laissant voir les événements qui agitent le monde, elle ne fait que rapporter une vérité, celle qu'elle croît être la plus proche de la vérité. De André Santini / Les Dossiers de l’audiovisuel
  • La justice est humaine, tout humaine, rien qu'humaine ; c'est lui faire tort que de la rapporter, de près ou de loin, à un principe supérieur ou antérieur à l'humanité. De Pierre Joseph Proudhon / De la justice dans la révolution et dans l'Eglise
  • Ce qui nous rassure du sommeil, c'est qu'on en sort, et qu'on en sort inchangé, puisqu'une interdiction bizarre nous empêche de rapporter avec nous l'exact résidu de nos songes. De Marguerite Yourcenar / Mémoires d'Hadrien
  • Ce que nous faisons dans notre intérêt ne doit nous rapporter aucun compliment d'ordre moral, ni de la part des autres, ni de la nôtre. De Friedrich Nietzsche / Aurore
  • Etre égoïste, c'est être vivant par soi-même. Etre égoïste, c'est ne pas tout rapporter à soi, c'est faire tout partir de soi, c'est être scrupuleusement original... De Sacha Guitry
  • Une démonstration grandiose de la misérable subjectivité de l’homme qui lui fait tout rapporter à lui-même est offerte par l’astrologie qui met en rapport la trajectoire des grands corps célestes et le misérable moi. De Arthur Schopenhauer
  • Les femmes semblent être supérieurement douées pour les fonctions qui coûtent de l'argent au lieu d'en rapporter. De Sacha Guitry / Pensées, maximes et anecdotes
  • Noircir du papier et rapporter ce que font ou accomplissent les autres. Le métier de journaliste, c'est cela en somme. De Alice Parizeau / Blizzard sur Québec
  • Les gens reprochent souvent aux médias de ne pas rapporter de bonnes nouvelles, oubliant commodément que plus on carbure à la catastrophe, plus on vend. De Jean Dion / Le Devoir - 28 Octobre 1999
  • Quand un événement devient un cas, il semble avoir cessé de se rapporter à un être humain. De Graham Greene / Le fond du problème
  • Les chefs doivent tout rapporter à ce principe : ceux qu’ils gouvernent doivent être aussi heureux que possible. De Cicéron
  • N'espérez pas aller faire des courses avec votre femme et rapporter ce pour quoi vous étiez sorti. De Basil Boothroyd

Images d'illustration du mot « rapporter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rapporter »

Langue Traduction
Corse raportu
Basque txosten
Japonais 報告する
Russe доклад
Portugais relatório
Arabe نقل
Chinois 报告
Allemand bericht
Italien rapporto
Espagnol reporte
Anglais report
Source : Google Translate API

Synonymes de « rapporter »

Source : synonymes de rapporter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rapporter »


Mots similaires