La langue française

Modeste

Définitions du mot « modeste »

Trésor de la Langue Française informatisé

MODESTE, adj.

A. − [En parlant de choses]
1. Sans recherche, sans prétention; dépourvu de faste, de luxe ou d'éclat. Synon. discret, simple; anton. fastueux, luxueux, princier, somptueux, splendide.Mise, robe, tenue modeste; modeste bouquet, présent; hôtel, intérieur, logis, réduit modeste; train de vie modeste. Une installation modeste. Quelque chose comme le logis d'un garde-chasse (A. France,Pt Pierre,1918, p.177):
1. Nos repas sont charmants encore que modestes, Grâce à ton art profond d'accommoder les restes Du rôti d'hier ou de ce récent pot-au-feu En hachis et ragoûts comme on n'en trouve pas chez Dieu. Verlaine, Œuvres compl.,t.2, Odes en son honn., 1893, p.30.
[En parlant d'une couleur] Qui n'est pas éclatant, qui n'attire pas les regards. Synon. discret, neutre; anton. criant, voyant, tapageur.Une pierre d'Orient (...) scintille entre ses sourcils, étonnée d'éteindre, par ses feux brefs, deux yeux occidentaux d'un bleu modeste (Colette,Pays. et portr.,1954, p.65).
2. Assez bas dans la hiérarchie sociale (ou socioculturelle); peu fortuné. Synon. humble, petit; anton. aisé, fortuné, opulent, riche.Classe, milieu modeste; emploi, situation modeste. Robert le Fort était (...) un homme (...) d'origine modeste, puisque la légende lui donne pour père un boucher (Bainville,Hist. Fr.,t.1, 1924, p.47):
2. Madame Clarence (...) aimait à recevoir: elle réunissait tous les jeudis des amis de condition modeste et qui se plaisaient à la conversation. Les dames qui fréquentaient chez elle, très diverses d'âge et d'état, manquaient toutes d'argent et avaient toutes beaucoup souffert. A. France,Île ping.,1908, p.327.
Faible pécuniairement, de bas prix. Synon. limité, modique, restreint; anton. ample, coquet, considérable.Bourse, fortune, loyer, salaire modeste; modestes ressources; revenus, moyens financiers modestes; achat modeste. Ses parents vivaient en province, et lui faisaient une pension modeste, mais qui lui suffisait (Musset,Mimi Pinson,1845, p.215):
3. ... Mademoiselle Mariette (...) ne parut pas mécontente de ce repas léger. À la faveur d'une si modeste dépense, il était permis d'aller le soir prendre du café et lire des journaux dans un estaminet... Champfl.,Avent. MlleMariette,1853, p.14.
3. De peu d'importance (dans un ordre de grandeur ou de valeur). Synon. étroit, faible, médiocre, moyen, petit, réduit, restreint; anton. beau, considérable, fort, grand, gros, important, large, vaste.Jardin modeste; dimensions, proportions modestes; rôle modeste; citer un chiffre modeste; apporter une modeste contribution à qqc.; contribuer, pour sa modeste part, à qqc. Tu souhaiterais m'entendre parler non de mes modestes soucis, mais des grands problèmes qui tracassent l'Europe (Duhamel,Maîtres,1937, p.118):
4. ... les plis du sommet décharné dont la très modeste altitude − deux mille neuf cents mètres − fait l'effet d'un coteau au centre de cette aire de sommets de plus de quatre mille, nid d'aigles de l'Europe... Peyré,Matterhorn,1939, p.162.
B. − [En parlant de pers.; souvent postposé]
1.
a) Modeste dans.Qui a de la modération, de la retenue. Synon. mesuré, modéré, pondéré.Modeste dans sa conduite, dans ses propos, dans ses dépenses, dans ses ambitions, dans ses exigences, dans ses prétentions. Il est plus d'une femme modeste en ses désirs et simple dans ses goûts, Qui met tout son bonheur à plaire à son époux (Collin d'Harl.,Vieux célib.,1792, i, 8, p.25):
5. En voyant cet accueil fait au médecin, Genestas pensa que, la veille, il avait été trop modeste dans la manière dont il lui avait peint l'affection que lui portaient les habitants du canton. Balzac,Méd. camp.,1833, p.139.
[P. méton.] Peu important. Synon. mesuré, médiocre, modéré, raisonnable, restreint, simple; anton. exigeant, difficile, grand.Ambitions, besoins, désirs, prétentions, voeux modestes. Je me contente d'être né avec des goûts modestes et remercie le Ciel de m'avoir donné, jusqu'à ce jour, le moyen de les satisfaire (Courteline,Boubouroche,Philosophie, 1893, p.125).
b) Qui est peu exigeant sur un chiffre, sur une somme. Croyez-vous, messieurs, que mille francs soient une somme trop forte pour réparer ces désastres?... Non, vous nous trouverez modestes, nous ne forçons pas les chiffres, comme les défenseurs qui demandent des sommes exorbitantes, afin d'en obtenir la moitié (Champfl.,Bourgeois Molinch.,1855, p.217).
Par antiphrase, fam. Qui est trop exigeant sur une somme ou qui sous-estime l'importance d'un événement:
6. Pas le lendemain, mais le jour suivant, je l'ai vue quand même la collection... Gorloge, il était modeste... Quinze kilos!... Elle en pesait au moins le double... Céline,Mort à crédit,1936, p.193.
c) Peu fortuné; d'humble condition. Synon. petit, simple.Famille modeste; ménage modeste. Les uns montent en carrosse, les autres font venir un fiacre; les plus modestes viennent à pied (About,Grèce,1854, p.369).Qu'on vende de la droguerie ou des mines d'or, qu'on soit Ford ou un modeste représentant, il s'agit toujours de manier les hommes (Bernanos,Journal curé camp.,1936, p.1247).
2. Qui ne cherche pas à se mettre en valeur, à faire étalage de ses qualités ou de son savoir; qui a ou qui affecte une opinion réservée de son propre mérite. Synon. discret, effacé, humble, réservé; anton. fat, fier, hautain, orgueilleux, prétentieux, vaniteux.Savant modeste; doux et modeste, simple et modeste, faussement modeste. Il faut toujours rester modeste et défiant de soi-même, même après un succès (Chênedollé,Journal,1807, p.27):
7. ... nous sortions d'un dîner chez les Thianges où elle, qui d'habitude était silencieuse et modeste, avait beaucoup étonné nos amis en commentant avec verve les idées politiques de France... Maurois,Climats,1928, p.96.
Emploi subst. Un faux modeste. Le père Alexis, comme tous les vrais saints, était un modeste (G. Leroux,Roul. tsar,1912, p.122).Faire le/la modeste. Affecter de se sous-estimer dans ses oeuvres ou dans sa conduite. Anton. faire le fier*, l'important*.Je faisais la modeste, mais combien j'étais flattée de recevoir plus de félicitations qu'elle! (Gide,École femmes,1929, p.1256).
[P. méton., en parlant d'un élément du caractère ou du comportement] Qui témoigne d'une nature réservée, peu fière. Synon. discret, effacé, réservé, retenu, timide.Air, maintien, regard, sourire, ton modeste; attitude, contenance, mine, physionomie modeste; garder un silence modeste; avoir une opinion modeste de soi-même. Il m'avait enseigné à châtier mon orgueil, à prendre, de mes vertus et de mes forces, un sentiment modeste et mesuré (Duhamel,Confess. min.,1920, p.196).[La cuisinière] contenait mes louanges par de petits rires modestes (Arnoux,Chiffre,1926, p.66).
Loc. Avoir le succès, le triomphe, la victoire modeste. Ne pas se glorifier d'un succès. Alban, comme tous ceux de qui l'orgueil est dans les profondeurs, avait le triomphe modeste. D'autres eussent insisté: on n'eût plus vu qu'eux. Lui, il rend la cape, remonte et s'efface (Montherl.,Bestiaires,1926, p.422).Il avait la victoire relativement modeste ou, du moins, il en tempérait l'expression (Arnoux,Double chance,1958, p.82).
3. Qui a de la pudeur, de la décence. Synon. chaste, convenable, correct, décent, digne, honnête, prude, pudique; anton. dévergondé, effronté, hardi, impudent, inconvenant, indécent.Épouse, jeune fille modeste. Celle-ci, à demi nue en Diane chasseresse, celle-là, modeste et amoureuse sous le costume de Mademoiselle de la Vallière (Balzac,Peau chagr.,1831, p.293):
8. Les vins et le spectacle de ces «jeunes époux» rendirent les honnêtes puritains un peu trop égrillards pour le goût de Shelley. Les plaisanteries devinrent risquées. La jolie Harriet, qui était modeste, rougit beaucoup... Maurois,Ariel,1923, p.74.
Prononc. et Orth.: [mɔdεst]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. et subst. 1. 1370-72 «modéré, éloigné de tout excès» (Oresme, Ethiques, B.N. 204, fo458a ds Gdf. Compl.); 2. a) 1560 les modestes «les petits, les pauvres» style biblique (Bible, éd. A. Rebul, Eccli. 3 c 20 ds FEW t.6, 3, p.7 a); b) ca 1649 «modique, qui ne dépasse pas une faible mesure» espérances modestes (La Rochefoucault, Apologie de M. le prince de Marcillac ds Œuvres, éd. A. Régnier, t.2, p.449); c) 1686 «médiocre, sans éclat» (Bossuet, Oraison funèbre de M. Le Tellier ds Œuvres, éd. B. Velat, p.165: Renfermé... dans les modestes emplois de la robe); 3. a) 1607 «chaste, honnête, sage» (Hulsius); b) 1611 «humble, exempt de vanité, réservé» (Cotgr.). B. Subst. mil. xviies. fém. «[dans la lang. des Précieuses] la première des trois jupes de dessous [les deux autres étant dénommées la secrête et la friponne]» d'apr. J. Quicherat, Hist. du cost. en France, 1875, p.504; v. aussi Brunot t.3, p.156); 1706 masc. «petit mouchoir placé à l'encolure d'un corsage pour en voiler le décolleté» un modeste fort galant (Rich.). Empr. au lat. modestus «modéré, mesuré; calme, doux, tempéré; honnête; réservé, discret; vertueux». Fréq. abs. littér.: 2372. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3084, b) 3580; xxes.: a) 3364, b) 3514.

Wiktionnaire

Adjectif

modeste \mɔ.dɛst\ masculin et féminin identiques

  1. Qui a de la retenue, de la modération, qui ne donne dans aucun excès.
    • Il est modeste dans sa dépense, dans toute sa conduite. Par extension,
    • Former des vœux modestes.
    • Avoir des ambitions, des goûts modestes.
  2. Qui est modéré, simple, sans éclat, en parlant d’une chose.
    • Or, la modicité des sommes en cause ne fait-elle pas obstacle à la qualification de libéralité ? Ce caractère modeste est bien sûr relatif car tributaire des ressources de chacun, mais la modicité des sommes en cause reste avant tout un élément de définition de l’argent de poche. — (Gulsen Yildirim, L'autonomie financière dans la communauté de vie, p.404, Presses Univ. Limoges, 2001)
    • Je suis un petit V.R.P. Avec mes modestes semblables, je hante de modestes hôtels incroyables de cambrousse, à Ciron, à Scoury, à Migné et j'en passe ! — (Claude Rank, Il pleut des grenades, Éditions Fleuve Noir, 1974, chap. Rapport R.C.2)
  3. (Par extension) Subalterne.
    • J'ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. Tous , comme moi, s’effaraient d’être contraints à des besognes paperassières que, dans le civil, ils auraient abandonnées aux plus modestes de leurs sous-ordres. — (Marc Bloch, L’étrange défaite, chap. 3 : La déposition d’un vaincu, 1940)
  4. Qui est réservé dans la manière de penser et de parler de soi, qui a une opinion modérée de son mérite.
    • On se précipitait avec ardeur vers les jouissances matérielles : […]. Les hommes utiles et modestes vivaient dans l’oubli, tandis que les histrions et les courtisanes attiraient les regards. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.240, Bloud & Barral, 1883)
    • Il y a 100 ans cette année, un modeste commis aux brevets de Berne, en Suisse, publiait les principaux éléments de sa théorie dite de la relativité. — (Denis Hamel, Albert Einstein, astrologue ? Vous voulez rire ? La fin d’un canular, dans Le Québec sceptique, n°57, p.31, été 2005)
    • Avoir un maintien modeste, une contenance modeste, un air modeste, un ton modeste.
    • Garder un silence modeste. — Avoir une opinion modeste de soi-même.
    • Substantivement: Faire le modeste.
  5. Qui a de la pudeur, qui observe la décence, en parlant des personnes.
    • Une jeune fille modeste.

Nom commun 1

modeste \mɔ.dɛst\ masculin

  1. (Vieilli) Sorte de mouchoir dont les dames se couvraient le cou, et qui s'est appelé aussi modestie.

Nom commun 2

modeste \mɔ.dɛst\ féminin

  1. (Vieilli) Jupon porté par les femmes.
    • « Tu vois, les jupons vont par trois. Celui-ci s’appelle la secrète parce qu’il est près du corps et le touche, celui du milieu c’est la friponne et le dernier, la modeste. Quand tu sera grand, toi aussi tu offriras de beaux jupons à ta femme, comme ton père en offre à ta mère ! » — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 49.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MODESTE. adj. des deux genres
. Qui a de la retenue, de la modération, qui ne donne dans aucun excès. Il est modeste dans sa dépense, dans toute sa conduite. Par extension, Former des vœux modestes. Avoir des ambitions, des goûts modestes. Il signifie, en parlant des Choses, Qui est modéré, simple, sans éclat. Avoir un train de vie, une table modeste. Faire une dépense modeste. Condition modeste. Emploi modeste. Prix modestes.

MODESTE signifie aussi Qui est réservé dans la manière de penser et de parler de soi, qui a une opinion modérée de son mérite. Il est modeste dans ses propos, dans son attitude. Avoir un maintien modeste, une contenance modeste, un air modeste, un ton modeste. Garder un silence modeste. Faire une réponse modeste. Avoir une opinion modeste de soi-même. Substantivement, Faire le modeste.

MODESTE signifie encore Qui a de la pudeur, qui observe la décence. Une jeune fille modeste.

Littré (1872-1877)

MODESTE (mo-dè-st') adj.
  • 1Qui a de la modération, qui ne donne pas dans l'excès. Avec ses amis aussi modestes que lui, Bossuet, le Tellier. Pour rendre votre peuple modeste dans sa dépense, Fénelon, Tél. XI.

    En parlant des choses, qui ne dépasse par le taux voulu. Ceci est une évaluation modeste. Ma vengeance est bien modeste, Béranger, Ivrogne.

  • 2En parlant des choses, médiocre, simple, sans éclat. Renfermé, à l'exemple de ses pères, dans les modestes emplois de la robe, Bossuet, le Tellier. Son habillement était beaucoup plus que modeste, Montesquieu, Lett. pers. 45. C'est ici où on voyait autrefois la demeure modeste de Numa, Hist. des Vestales, dans DESFONTAINES. Respectez, croyez-moi, les modestes foyers D'agrestes habitants, mais de vaillants guerriers, Voltaire, Scythes, II, 5.

    Couleur modeste, couleur qui n'est pas éclatante. Le gris est une couleur modeste.

  • 3Qui a de la modestie, en parlant des personnes. Jamais on ne m'a vu triompher de ces bruits, J'y suis assez modeste, Molière, Éc. des f. I, 1. Comme l'univers n'a rien de plus grand que les grands hommes modestes, Bossuet, Cornet. Seule dans son palais la modeste Junie…, Racine, Brit. II, 2. Un homme modeste ne parle point de soi, La Bruyère, XI. Je me connais trop bien pour n'être pas modeste, Voltaire, Lett. Lacombe, 26 mai 1766.

    Substantivement. Faire le modeste.

    Il se dit des choses, dans le même sens. Par un refus modeste et fait pour inviter, Elle s'en dit indigne et croit le mériter, Corneille, Pomp. III, 3. Votre humeur modeste aime l'abaissement, Corneille, Théod. I, 2. Qu'il ait de ses aïeux un souvenir modeste, Racine, Andr. IV, 1. Qu'… à ce courroux funeste On verrait succéder un silence modeste, Racine, Brit. IV, 4. Il [Trajan] cherchait le mérite modeste, pour l'employer et le récompenser, parce qu'il était modeste lui-même, Voltaire, Temple de la gloire, préface. Le ton modeste doit être le mien, et celui de tout homme qui se livre au public, Voltaire, Lett. Thiriot, 25 janv. 1736.

  • 4Qui a de la pudeur, de la décence, en parlant des personnes. Il faut qu'une femme soit modeste.

    En parlant des choses, qui est conforme à la pudeur, à la bienséance. Il faut que le langage soit toujours modeste. À quoi bon, disaient-ils, cette mine modeste Et ce sage dehors que dément tout le reste ? Molière, Mis. III, 4.

  • 5 S. m. Ancien terme de toilette. Un modeste, sorte de mouchoir dont les dames se couvraient le cou, et qui s'est appelé aussi modestie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « modeste »

lat. modestus. Comme moderari est pour modesari, modestus en est le participe à côté de moderatus, comme sectus à côté de secatus (voy. MODÉRER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin modestus (« modéré », « mesuré », « sans excès »), lui même dérivé de modus (« mesure », « modération »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « modeste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
modeste mɔdɛst

Citations contenant le mot « modeste »

  • Ayons le coeur haut, et l’esprit modeste. De Joseph Joubert / Pensées
  • Il faut être modeste. Modeste, mais hautain. De Georges Henein / Lettre à Henri Calet
  • Chaque modeste peut dissimuler un incapable. De Bernard Vanhoorden
  • Depuis que je suis modeste, je suis parfait. De Anonyme
  • On est orgueilleux par nature, modeste par nécessité. De Pierre Reverdy / En Vrac
  • Moi envieux ? Je ne suis pas si modeste que cela. De Edmond et Jules de Goncourt / Journal
  • Une femme aux cheveux châtains est une blonde modeste. De Frédéric Dard / San-antoniaiseries
  • Quand on a tout, il faut savoir se montrer modeste. De Guy Bedos / Cure-dents - 1974
  • Un homme qui se connaît bien est nécessairement modeste. De Lao She / Quatre générations sous un même toit
  • Vous croyez que vous êtes modeste. Je ne vous savais pas si orgueilleux. De Duc de Lévis
  • Prenez cette maxime pour guide dans votre vie : vie modeste et nobles pensées. De Swâmi Râmdâs
  • Il ne s’agit pas d’être modeste, mais d’être le premier. De Marie-Jean Hérault de Séchelles
  • Dire je est incomparablement plus modeste que dire nous. Cela devrait aller de soi. De Georges Perros / Échancrures
  • Le plus orgueilleux peut avoir besoin qu'on le croie modeste. De Jean Rostand / De la vanité
  • Sois modeste ! C’est le genre d’orgueil qui déplaît le moins. De Jules Renard / Journal
  • (CercleFinance.com) - La Bourse de Paris devrait ouvrir en légère hausse jeudi matin après son net repli de la veille, dans l'attente de nouveaux résultats d'entreprises et d'indicateurs économiques.Vers 8h15, le contrat 'future' sur l'indice CAC 40 - livraison août - avance de 29,5 points à 5061,5 points, annonçant un modeste rebond en début de séance. , CAC 40: un modeste rebond se profile à l'ouverture - EasyBourse
  • À quelques encablures du bourg de Bitry, la chapelle Saint-Marc est l'un des éléments du patrimoine communal, témoin du passé. Certes modeste, la chapelle a traversé les siècles, identifiée comme lieu chargé d'histoire, situé sur le circuit balisé de la Chapelle aux rois, régulièrement emprunté par les randonneurs, touristes, à la découverte de la Puisaye.  www.lejdc.fr, La chapelle Saint-Marc de Bitry, un lieu "modeste" mais chargé d'histoire du Val de Loire - Bitry (58310)

Images d'illustration du mot « modeste »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « modeste »

Langue Traduction
Anglais modest
Espagnol modesto
Italien modesto
Allemand bescheiden
Chinois 谦虚
Arabe متواضع
Portugais modesto
Russe скромный
Japonais 控えめな
Basque apala
Corse modestu
Source : Google Translate API

Synonymes de « modeste »

Source : synonymes de modeste sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « modeste »

Modeste

Retour au sommaire ➦

Partager