Énorme : définition de énorme


Énorme : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉNORME, adj.

Qui dépasse la norme.
I.− [Dans l'ordre quantitatif]
A.− [En parlant d'un corps tel qu'il est perçu dans l'espace]
1. [Le plus souvent associé à un mot concr. désignant un corps physique, chose, animal, pers.] Qui dépasse de beaucoup la mesure considérée comme moyenne ou normale, qui est extraordinaire par l'ensemble de ses dimensions, son volume, sa surface. Énorme édifice; oiseau énorme; colosse, monstre énorme. Toute la sculpture païenne charnue et robuste, l'ornementation énorme, hyperbolique et exorbitante (Hugo, Rhin,1842, p. 241).L'énorme espace vague qui s'étend entre les murs et le village (Gide, Retour Tchad,1928, p. 898):
1. Au loin, grandissant par degrés, énorme, monstrueux, l'humain approche, vingt fois plus haut que Margot, masse horrible, fantastique, dont les pas ébranlent le sol qui s'écrase en mottelettes, ... Pergaud, De Goupil à Margot,1910, p. 199.
SYNT. Un énorme bâtiment, un énorme bloc; un diamant énorme; une énorme gerbe; d'énormes colonnes; un animal énorme; un énorme papillon; un corps énorme.
Spéc. [Pour caractériser la grosseur]
a) [Appliqué à une pers., à un animal, ou à une partie du corps] Un derrière, un ventre énorme; un nez, une tête énorme. Une espèce de patapouf énorme, informe et blafard (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 145):
2. Elle était devenue énorme. Autant elle avait été maigre, autant elle était obèse, avec un ventre gonflé sous lequel pendillaient toujours ses longues mamelles ballottantes. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Mademoiselle Cocotte, 1883, p. 811.
b) [Associé à un mot abstr.] La femelle peu à peu prend une énorme grosseur, jusqu'à devenir deux mille fois plus grosse de corps et de ventre (Michelet, Insecte,1857, p. 238).
Rem. La norme est a) La moyenne commune à l'intérieur d'une catégorie (supra ex. 2). b) Un obj. de réf. auquel est rapporté l'obj. qualifié (supra ex. 1). c) Un tout auquel est rapportée la partie de façon implicite ou explicite. L'énorme front du poète (Barrès, Cahiers, t. 4, 1906, p. 164).
2. Qui est extraordinaire par l'une de ses dimensions.
a) [Associé à un mot concr.; le contexte indique la dimension concernée, l'épaisseur, la hauteur, etc.] Une énorme chevelure; d'énormes livres. Un énorme ravin de plus de trois cents toises de hauteur (Dusaulx, Voy. Barège,t. 2, 1796, p. 3).
b) [Associé à un mot abstr. désignant la dimension concernée] Hauteur, taille énorme. Quoique ces arbres acquièrent une grandeur énorme (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 133).
B.− [En parlant de grandeurs mesurables ou de ce qui y est assimilé; de collections de choses ou de pers. susceptibles d'être dénombrées] Qui excède la mesure commune dans des proportions considérables; très important, très considérable en nombre ou en quantité. Distance, temps énorme; nombre, quantité, énorme (de choses, de faits, d'idées, de personnes, etc.). Les vastes empires, dans lesquels a toujours été moulée la population énorme de l'Asie (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 430).Ils [des canons] devaient, (...) pouvoir supporter une charge considérable, et par conséquent avoir une portée énorme (Verne, Île myst.,1874, p. 466):
3. Sir W. Ramsay a cherché à montrer que le radium se transforme, qu'il renferme une provision d'énergie énorme, mais non inépuisable. Poincaré, La Valeur de la sc.,1905, p. 199.
SYNT. Énorme majorité, moyenne, proportion; énorme différence, diminution, disproportion; dose, masse, poids, pression, volume énorme; affluence, foule énorme; chiffre, prix, profit énorme; somme énorme; énorme fortune; énormes bénéfices, capitaux; dépenses, dettes, pertes énormes.
Spéc., DR., vieilli. Lésion énorme. ,,Lésion qui dépasse le double de la valeur de la chose vendue`` (Lar. 19e). Lousteau, qui perdait ses mille écus, ne pardonna pas à Lucien cette lésion énorme de ses intérêts (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 498).
Loc. C'est énorme, ce n'est pas énorme. Il y a beaucoup, pas beaucoup (des choses ou des personnes mentionnées). J'ai pris à la bibliothèque de Rouen la liste des livres archéologiques. Ce n'est pas énorme (Flaub., Corresp.,1876, p. 288).
Emploi subst. avec valeur de neutre. Ce qui est extraordinaire par sa quantité. Je comprendrais peut-être s'il s'agissait de milliards, de chiffres astronomiques. Il y a une poésie de l'énorme (Duhamel, Terre promise,1934, p. 144).
II.− [Dans l'ordre qualitatif]
A.− Sens gén. Qui sort de l'ordinaire, a un caractère inhabituel, exceptionnel ou excessif. Je fais de la laideur énorme avec leur force, Un monstre avec l'écume, un monstre avec l'écorce (Hugo, Fin Satan,1885, p. 902).Que faire avec des gars qui n'ont pas encore trente ans et qui ne désirent pas quelque chose d'énorme, d'étonnant, d'extraordinaire? (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 58):
4. Il existe des gens tellement ennuyeux qu'ils en sont étonnants. Que deviendrions-nous sans les imbéciles? Flaubert, Baudelaire, qui croyaient les haïr, n'auraient peut-être pas supporté de vivre, s'ils n'eussent eu ce divertissement de l'« énorme bêtise », de la « bêtise au front de taureau ». Mauriac, Journal 1,1934, p. 86.
Emploi subst. avec valeur de neutre. Il garde de l'enfant la puissance d'illusion, le goût de l'énorme, de l'excessif et du merveilleux (France, Vie fleur,1922, p. 343).
B.− Valeurs partic.
1. [Comme simple superl. de grand, de gros pris abstr.] Qui est considérable par son importance, sa force ou son intensité. Un énorme effort; un rire énorme. Un monarque revêtu d'une énorme puissance, qui dispose des armées, des tribunaux, de toute la force publique d'une grande nation (Robesp., Discours,Contre le veto royal, t. 6, 1789, p. 90).Cet énorme événement, la guerre, est fait de milliers d'acceptations (Alain, Propos,1923, p. 465):
5. J'aime le grand mot : humain. Car celui-là aime les hommes. Ainsi qu'ils sont, par pitié; Car celui-là joint à Dieu. L'énorme douleur d'être un homme. Jouve, Tragiques,Toscanes, 1922, p. 117.
SYNT. Différence énorme; importance, influence énorme; difficultés, problèmes énormes; travail énorme; bruit, rumeur énorme; scandale, succès énorme; joie, tristesse énorme.
[Appliqué à une pers.] Un piocheur énorme (Goncourt, Journal,1855, p. 195).Un homme peut être à la fois un énorme impotent et un énorme potentat (Péguy, Argent,1913, p. 1147).
2. Péjoratif
a) [En parlant d'une faute morale ou intellectuelle, d'un fait ou d'un acte répréhensible] Qui est d'une extrême gravité. Défaut, erreur, faute, sottise énorme; crime énorme; abus, injustices énormes. Il était convaincu de ce vice énorme, « il pensait, il jugeait par lui-même » (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 179).Il y a au fond de toute cette affaire quelque énorme saloperie de gouvernement (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 121).
b) [En parlant de propos, d'écrits, de certains actes] Qui passe de loin les limites imposées par le bon goût, la décence, le respect de la logique ou de la réalité. Une énorme plaisanterie; des histoires énormes; dire des choses énormes :
6. Et celui qui s'écoute articulant de ces phrases, trop grosses pour un individu, gavées de mots énormes, impossibles à penser − quelles bêtises intérieures se paye-t-il sous son manteau de bruit? Valéry, Tel quel I,1941, p. 217.
3. Mélioratif, fam. [Appliqué à une pers. ou à une chose] Qui est hors du commun, remarquable par ses qualités, ses mérites. C'est une œuvre énorme faite par un homme de génie (Flaub., Corresp.,1880, p. 390).« Qu'est-ce qu'un piston? ». et ils rugissaient tous ensemble : « C'est un type énorme! » (Sartre, Mur,1939, p. 161).
4. Loc. C'est énorme
a) Fam. [Comme expr. emphatique de l'indignation, de la surprise, de la satisfaction ou de l'admiration] Les images très précises, brutales toujours, belles souvent, qui arrivent encore sans raison apparente. C'est énorme (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 251).Préférer Racine à Victor, c'est quand même quelque chose d'énorme! (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 763).
Rem. Dans cet emploi ainsi que dans II B 3 supra, énorme est parfois écrit hénaurme, p. plaisant., à l'imitation de Flaubert, qui lui-même caricaturait ainsi la prononc. expressive et affectée de certains acteurs. Badinguet [Napoléon III], indigné de la pièce, ou plutôt de l'accueil fait à la pièce! « Hénaurme »! Splendide! (Corresp., 1853, p. 415).
b) Superl. expressif de beaucoup (v. ce mot I B 2 c) :
7. Si les autres ne comptent pas, ça n'a pas de sens d'écrire. Mais s'ils comptent, c'est énorme de susciter par des mots leur amitié, leur confiance; c'est énorme d'entendre résonner en eux ses pensées à soi... » Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 102.
Rem. 1. Suivant Littré ,,Quand énorme signifie excessif en grandeur ou en grosseur il se met avant ou après son substantif; mais quand il signifie irrégulier, choquant, révoltant, il ne se met guère qu'après``. Cette seconde affirmation n'est pas vérifiée par l'étude de la docum. où énorme employé abstr. se trouve fréq. antéposé. 2. On rencontre ds la docum. les mots dér. suiv. a) Énormifié, ée, adj., néol. d'aut. Qui a été rendu énorme. L'esprit fin, délicat de la pièce me semble « énormifié... » (Goncourt, Journal, 1893, p. 347). b) Énormissime, superl. plais. de énorme. MlleCambon, ayant une dot de vingt-cinq ou trente mille francs de rente, ce qui était énormissime au sortir de la République en 1800 (Stendhal, H. Brulard, t. 2, 1836, p. 469).
Prononc. et Orth. : [enɔ ʀm]. Enq. : /enoʀm/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1340 « qui dépasse toute mesure, qui s'écarte de la règle » (Livre Roisin, 359 ds T.-L.); 2. 1547 « dont les dimensions sont considérables » (N. du Fail, Propos Rustiques ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 1, p. 71). Empr. au lat. impérialenormis, proprement « qui est hors de la norme ». Fréq. abs. littér. : 7 148. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 523, b) 12 733; xxes. : a) 13 386, b) 9 959. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 195.

Énorme : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉNORME, adj.

Qui dépasse la norme.
I.− [Dans l'ordre quantitatif]
A.− [En parlant d'un corps tel qu'il est perçu dans l'espace]
1. [Le plus souvent associé à un mot concr. désignant un corps physique, chose, animal, pers.] Qui dépasse de beaucoup la mesure considérée comme moyenne ou normale, qui est extraordinaire par l'ensemble de ses dimensions, son volume, sa surface. Énorme édifice; oiseau énorme; colosse, monstre énorme. Toute la sculpture païenne charnue et robuste, l'ornementation énorme, hyperbolique et exorbitante (Hugo, Rhin,1842, p. 241).L'énorme espace vague qui s'étend entre les murs et le village (Gide, Retour Tchad,1928, p. 898):
1. Au loin, grandissant par degrés, énorme, monstrueux, l'humain approche, vingt fois plus haut que Margot, masse horrible, fantastique, dont les pas ébranlent le sol qui s'écrase en mottelettes, ... Pergaud, De Goupil à Margot,1910, p. 199.
SYNT. Un énorme bâtiment, un énorme bloc; un diamant énorme; une énorme gerbe; d'énormes colonnes; un animal énorme; un énorme papillon; un corps énorme.
Spéc. [Pour caractériser la grosseur]
a) [Appliqué à une pers., à un animal, ou à une partie du corps] Un derrière, un ventre énorme; un nez, une tête énorme. Une espèce de patapouf énorme, informe et blafard (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 145):
2. Elle était devenue énorme. Autant elle avait été maigre, autant elle était obèse, avec un ventre gonflé sous lequel pendillaient toujours ses longues mamelles ballottantes. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Mademoiselle Cocotte, 1883, p. 811.
b) [Associé à un mot abstr.] La femelle peu à peu prend une énorme grosseur, jusqu'à devenir deux mille fois plus grosse de corps et de ventre (Michelet, Insecte,1857, p. 238).
Rem. La norme est a) La moyenne commune à l'intérieur d'une catégorie (supra ex. 2). b) Un obj. de réf. auquel est rapporté l'obj. qualifié (supra ex. 1). c) Un tout auquel est rapportée la partie de façon implicite ou explicite. L'énorme front du poète (Barrès, Cahiers, t. 4, 1906, p. 164).
2. Qui est extraordinaire par l'une de ses dimensions.
a) [Associé à un mot concr.; le contexte indique la dimension concernée, l'épaisseur, la hauteur, etc.] Une énorme chevelure; d'énormes livres. Un énorme ravin de plus de trois cents toises de hauteur (Dusaulx, Voy. Barège,t. 2, 1796, p. 3).
b) [Associé à un mot abstr. désignant la dimension concernée] Hauteur, taille énorme. Quoique ces arbres acquièrent une grandeur énorme (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 133).
B.− [En parlant de grandeurs mesurables ou de ce qui y est assimilé; de collections de choses ou de pers. susceptibles d'être dénombrées] Qui excède la mesure commune dans des proportions considérables; très important, très considérable en nombre ou en quantité. Distance, temps énorme; nombre, quantité, énorme (de choses, de faits, d'idées, de personnes, etc.). Les vastes empires, dans lesquels a toujours été moulée la population énorme de l'Asie (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 430).Ils [des canons] devaient, (...) pouvoir supporter une charge considérable, et par conséquent avoir une portée énorme (Verne, Île myst.,1874, p. 466):
3. Sir W. Ramsay a cherché à montrer que le radium se transforme, qu'il renferme une provision d'énergie énorme, mais non inépuisable. Poincaré, La Valeur de la sc.,1905, p. 199.
SYNT. Énorme majorité, moyenne, proportion; énorme différence, diminution, disproportion; dose, masse, poids, pression, volume énorme; affluence, foule énorme; chiffre, prix, profit énorme; somme énorme; énorme fortune; énormes bénéfices, capitaux; dépenses, dettes, pertes énormes.
Spéc., DR., vieilli. Lésion énorme. ,,Lésion qui dépasse le double de la valeur de la chose vendue`` (Lar. 19e). Lousteau, qui perdait ses mille écus, ne pardonna pas à Lucien cette lésion énorme de ses intérêts (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 498).
Loc. C'est énorme, ce n'est pas énorme. Il y a beaucoup, pas beaucoup (des choses ou des personnes mentionnées). J'ai pris à la bibliothèque de Rouen la liste des livres archéologiques. Ce n'est pas énorme (Flaub., Corresp.,1876, p. 288).
Emploi subst. avec valeur de neutre. Ce qui est extraordinaire par sa quantité. Je comprendrais peut-être s'il s'agissait de milliards, de chiffres astronomiques. Il y a une poésie de l'énorme (Duhamel, Terre promise,1934, p. 144).
II.− [Dans l'ordre qualitatif]
A.− Sens gén. Qui sort de l'ordinaire, a un caractère inhabituel, exceptionnel ou excessif. Je fais de la laideur énorme avec leur force, Un monstre avec l'écume, un monstre avec l'écorce (Hugo, Fin Satan,1885, p. 902).Que faire avec des gars qui n'ont pas encore trente ans et qui ne désirent pas quelque chose d'énorme, d'étonnant, d'extraordinaire? (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 58):
4. Il existe des gens tellement ennuyeux qu'ils en sont étonnants. Que deviendrions-nous sans les imbéciles? Flaubert, Baudelaire, qui croyaient les haïr, n'auraient peut-être pas supporté de vivre, s'ils n'eussent eu ce divertissement de l'« énorme bêtise », de la « bêtise au front de taureau ». Mauriac, Journal 1,1934, p. 86.
Emploi subst. avec valeur de neutre. Il garde de l'enfant la puissance d'illusion, le goût de l'énorme, de l'excessif et du merveilleux (France, Vie fleur,1922, p. 343).
B.− Valeurs partic.
1. [Comme simple superl. de grand, de gros pris abstr.] Qui est considérable par son importance, sa force ou son intensité. Un énorme effort; un rire énorme. Un monarque revêtu d'une énorme puissance, qui dispose des armées, des tribunaux, de toute la force publique d'une grande nation (Robesp., Discours,Contre le veto royal, t. 6, 1789, p. 90).Cet énorme événement, la guerre, est fait de milliers d'acceptations (Alain, Propos,1923, p. 465):
5. J'aime le grand mot : humain. Car celui-là aime les hommes. Ainsi qu'ils sont, par pitié; Car celui-là joint à Dieu. L'énorme douleur d'être un homme. Jouve, Tragiques,Toscanes, 1922, p. 117.
SYNT. Différence énorme; importance, influence énorme; difficultés, problèmes énormes; travail énorme; bruit, rumeur énorme; scandale, succès énorme; joie, tristesse énorme.
[Appliqué à une pers.] Un piocheur énorme (Goncourt, Journal,1855, p. 195).Un homme peut être à la fois un énorme impotent et un énorme potentat (Péguy, Argent,1913, p. 1147).
2. Péjoratif
a) [En parlant d'une faute morale ou intellectuelle, d'un fait ou d'un acte répréhensible] Qui est d'une extrême gravité. Défaut, erreur, faute, sottise énorme; crime énorme; abus, injustices énormes. Il était convaincu de ce vice énorme, « il pensait, il jugeait par lui-même » (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 179).Il y a au fond de toute cette affaire quelque énorme saloperie de gouvernement (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 121).
b) [En parlant de propos, d'écrits, de certains actes] Qui passe de loin les limites imposées par le bon goût, la décence, le respect de la logique ou de la réalité. Une énorme plaisanterie; des histoires énormes; dire des choses énormes :
6. Et celui qui s'écoute articulant de ces phrases, trop grosses pour un individu, gavées de mots énormes, impossibles à penser − quelles bêtises intérieures se paye-t-il sous son manteau de bruit? Valéry, Tel quel I,1941, p. 217.
3. Mélioratif, fam. [Appliqué à une pers. ou à une chose] Qui est hors du commun, remarquable par ses qualités, ses mérites. C'est une œuvre énorme faite par un homme de génie (Flaub., Corresp.,1880, p. 390).« Qu'est-ce qu'un piston? ». et ils rugissaient tous ensemble : « C'est un type énorme! » (Sartre, Mur,1939, p. 161).
4. Loc. C'est énorme
a) Fam. [Comme expr. emphatique de l'indignation, de la surprise, de la satisfaction ou de l'admiration] Les images très précises, brutales toujours, belles souvent, qui arrivent encore sans raison apparente. C'est énorme (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 251).Préférer Racine à Victor, c'est quand même quelque chose d'énorme! (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 763).
Rem. Dans cet emploi ainsi que dans II B 3 supra, énorme est parfois écrit hénaurme, p. plaisant., à l'imitation de Flaubert, qui lui-même caricaturait ainsi la prononc. expressive et affectée de certains acteurs. Badinguet [Napoléon III], indigné de la pièce, ou plutôt de l'accueil fait à la pièce! « Hénaurme »! Splendide! (Corresp., 1853, p. 415).
b) Superl. expressif de beaucoup (v. ce mot I B 2 c) :
7. Si les autres ne comptent pas, ça n'a pas de sens d'écrire. Mais s'ils comptent, c'est énorme de susciter par des mots leur amitié, leur confiance; c'est énorme d'entendre résonner en eux ses pensées à soi... » Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 102.
Rem. 1. Suivant Littré ,,Quand énorme signifie excessif en grandeur ou en grosseur il se met avant ou après son substantif; mais quand il signifie irrégulier, choquant, révoltant, il ne se met guère qu'après``. Cette seconde affirmation n'est pas vérifiée par l'étude de la docum. où énorme employé abstr. se trouve fréq. antéposé. 2. On rencontre ds la docum. les mots dér. suiv. a) Énormifié, ée, adj., néol. d'aut. Qui a été rendu énorme. L'esprit fin, délicat de la pièce me semble « énormifié... » (Goncourt, Journal, 1893, p. 347). b) Énormissime, superl. plais. de énorme. MlleCambon, ayant une dot de vingt-cinq ou trente mille francs de rente, ce qui était énormissime au sortir de la République en 1800 (Stendhal, H. Brulard, t. 2, 1836, p. 469).
Prononc. et Orth. : [enɔ ʀm]. Enq. : /enoʀm/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1340 « qui dépasse toute mesure, qui s'écarte de la règle » (Livre Roisin, 359 ds T.-L.); 2. 1547 « dont les dimensions sont considérables » (N. du Fail, Propos Rustiques ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 1, p. 71). Empr. au lat. impérialenormis, proprement « qui est hors de la norme ». Fréq. abs. littér. : 7 148. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 523, b) 12 733; xxes. : a) 13 386, b) 9 959. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 195.

Énorme : définition du Wiktionnaire

Adjectif

énorme \e.nɔʁm\ masculin et féminin identiques

  1. Qui excède de beaucoup la grandeur ou la grosseur habituelle.
    • Près du commissariat […] un magasin de nouveautés s’intitulait, en lettres énormes également : À la Belle Polonaise […] — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • L’énorme rouf construit sur l’embarcation et son gréement, démontraient l’inexpérience totale que son propriétaire avait des choses de la mer […] — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Je fourre l’énorme pistolet dans mon froc et voilà le canon qui glisse dans mon slip. Je n'arrive pas, assis, à l’extirper. — (Michel-Jacques Aubin, Les Caractériels, Éditions Publibook, 2007, p. 391)
  2. (Par hyperbole) Qui dépasse la mesure commune. — Note : Se dit tant au sens physique qu’au sens moral.
    • Les assaillants, amplement pourvus d’explosifs, causèrent, tant à Berlin qu’en Franconie, des dommages énormes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 411 de l’éd. de 1921)
    • Mais Lili achevait de parler et modulait des mots énormes comme une flûte angélique. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre X)
    • Il m'introduisit ensuite dans le bureau où siégeait son supérieur, monsieur Omochi, qui était énorme et effrayant, ce qui prouvait qu'il était le vice-président. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 9)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Énorme : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉNORME. adj. des deux genres
. Qui excède de beaucoup la grandeur ou la grosseur accoutumée. Un colosse d'une grandeur énorme. Un énorme bloc de granit. Il se dit par exagération, tant au sens physique qu'au sens moral, de Tout ce qui dépasse la mesure commune. Faire des gains énormes. Une dette énorme. Une perte énorme. Des frais énormes. Faute énorme. Succès énorme. Une énorme amélioration.

Énorme : définition du Littré (1872-1877)

ÉNORME (é-nor-m') adj.
  • 1Qui sort des règles, des bornes ; qui est choquant ou révoltant par son excès. Une faute énorme. Cette énorme action, faite presque à nos yeux, Outrage la nature, et blesse jusqu'aux dieux, Corneille, Hor. v, 3. Ce crime quoique grand, énorme, inexcusable, Corneille, ib. v, 3. Des choses qui selon Dieu sont d'une malice énorme, Bourdaloue, Avent, Scandale, 89. Recourir à leurs dieux pour leur demander… ce qu'ils n'auraient pu demander ouvertement dans les temples… sans rougir… cela semble énorme et insensé, Bourdaloue, Carême, 1, Prière. Et, dans l'amas confus de chicanes énormes, Ce qui fut blanc au fond rendu noir par les formes, Boileau, Sat. I. Il était riche ; il était vêtu magnifiquement ; il faisait bonne chère : que trouvez-vous là de si énorme et de si criant ? Massillon, Car. Riche. Qu'il [le duc de Bourgogne] se souvînt qu'il n'était venu à l'armée qu'à condition de lui obéir [à Vendôme] ; ces paroles énormes firent frémir d'indignation tout ce qui l'entendit, Saint-Simon, 203, 212. Étrange vertu qui se forme Souvent de l'assemblage énorme Des vices les plus détestés, Rousseau J.-B. Odes, II, 6.
  • 2 Par extension de la signification morale à la signification physique, extraordinaire par sa grosseur ou par sa grandeur. Un énorme bloc de granit. Un colosse d'une grandeur énorme. Cette fortune énorme. Cependant un sanglier, monstre énorme et superbe, Tente encor notre archer, friand de tels morceaux, La Fontaine, Fabl. VIII, 27. Le savoir-faire et l'habileté ne mènent pas jusqu'aux énormes richesses, La Bruyère, VI.

    Par extension et familièrement. Le bal était superbe, un monde énorme, les plus jolies personnes de Paris, Genlis, Adèle et Théod. t. III, lett. 60, p. 417, dans POUGENS.

    Il se dit aussi de la durée. M. Patru, qui était une des lumières de l'Académie, s'en bannit volontairement longtemps avant sa mort, parce qu'il fut scandalisé de la longueur énorme du temps que l'on fut à disputer si la lettre A devait être qualifiée simplement voyelle, ou si c'était un substantif masculin, Furetière, Factums, t. I, p. 186.

    On trouve énorme avec des degrés de comparaison. Il faut que la justice de Dieu soit énorme comme sa miséricorde ; or la justice envers les reprouvés est moins énorme, Pascal, dans COUSIN. Dès que l'homme s'est livré aux passions les plus honteuses, et qu'il les a poussées jusqu'aux excès les plus énormes, Massillon, Paraphr. Ps. XIII, v. 1.

    Cet emploi a été condamné ; mais l'usage l'autorise ; et, vu son étymologie et sa signification, énorme ne peut être assimilé à immense.

    Terme de droit. Lésion énorme, lésion qui outre-passe toute mesure.

REMARQUE

Quand énorme signifie excessif en grandeur ou en grosseur, il se met avant ou après son substantif ; mais quand il signifie irrégulier, choquant, révoltant, il ne se met guère qu'après.

HISTORIQUE

XIVe s. Deux enormes forfaiz, Bercheure, f° 64, verso. Des plus enormes et villains cas, Ordonn. des rois, t. VII, p. 544.

XVIe s. Ces enormes pourtraicts que les enfants vont semant aux passages et escaliers, Montaigne, III, 333. Et de là il n'y eut prescheur, commediant, nouvellant qui ne se fist ouïr sur l'enorme [abominable] vie du roi [Henri III], D'Aubigné, Hist. III, 174. Les apostemes enormes, c'est à dire excessives en grandeur, sont souventes fois mortelles, Paré, v. 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « énorme »

Étymologie de énorme - Littré

Provenç. espagn. et ital. enorme ; du latin enormis, de e, hors, et norma, règle (voy. NORMAL).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de énorme - Wiktionnaire

(1340) « qui s’écarte de la règle » ; (1547) « de dimensions extraordinaires ». Du latin enormis (« hors norme »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « énorme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
énorme enɔrm play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « énorme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « énorme »

  • Encore une fois, c'est un exploit incroyablement cassé et nous ne recommandons pas de l'utiliser. Il y a d'énormes chances que votre compte soit banni à vie pour l'utilisation de ce glitch. Dexerto.fr, Un énorme glitch Fortnite vous rend complètement invisible et invincible | Dexerto
  • Il n'y a pas de problème assez énorme pour qu'on ne puisse pas le fuir. De Richard Bach / Illusions
  • L'habitude est l'énorme poulie de la société, son agent conservateur le plus précieux. De William James / Précis de psychologie
  • Entre l'amitié et l'amour, il y a une différence énorme : du jour à la nuit. De Antoine de Rivarol
  • Et puis nos coutumes divergent, et divergent c'est énorme. De Pierre Desproges
  • Les mensonges sont plus crédibles quand ils sont énormes et détaillés. De Hugo Pratt
  • Avec un rien l’on fabrique une histoire énorme. De Properce
  • Pour vivre à deux, il faut une énorme intelligence et une énorme complicité. De Olivier de Kersauson / Homme libre...
  • Un énorme éléphant n'a pas toujours d'énormes défenses. De Proverbe africain

Traductions du mot « énorme »

Langue Traduction
Corse enormi
Basque erraldoia
Japonais 巨大
Russe огромный
Portugais imenso
Arabe ضخم
Chinois 巨大
Allemand enorm
Italien enorme
Espagnol enorme
Anglais huge
Source : Google Translate API

Synonymes de « énorme »

Source : synonymes de énorme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « énorme »



mots du mois

Mots similaires