Décider : définition de décider


Décider : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCIDER, verbe.

I.− Emploi trans. dir.
A.− Juger un point contesté, opter pour une conclusion définitive qui tranche, après délibération, un litige. Décider une affaire, une question; décider souveraine, ment. L'acte fondamental d'une vie est de décider ce qui est important et ce qui ne l'est pas (Montherl., Olymp.,1924, p. 318):
1. Mon tourment est plus profond encore; il vient également de ce que je ne puis décider avec assurance : le bien est ici, de ce côté; le mal est là. Ce n'est pas impunément que, toute une vie durant, mon esprit s'est exercé à comprendre l'autre. J'y parviens aujourd'hui si bien, que le « point de vue » où il m'est le plus difficile de me maintenir, c'est le mien propre. Gide, Journal,1941, p. 64.
P. métaph. :
2. Jusque-là on avait hésité si l'on souperait dans la salle à manger ou sous une longue tente de coutil dressée sur la pelouse. Ce beau ciel bleu, tout parsemé d'étoiles, venait de décider le procès en faveur de la tente et de la pelouse. A. Dumas père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 142.
Emploi abs. Un tribunal suprême qui décide en dernier ressort (Lamennais, Religion,1825, p. 30).Pâris, l'enfant royal dont la voix décida Entre les trois splendeurs au sommet de l'Ida (Banville, Cariat.,1842, p. 85):
3. ... Hannibal fut pris pour arbitre entre deux frères qui se disputaient la royauté; il décida pour l'aîné, conformément à l'avis des vieillards de la nation, ... Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 10.
4. ... j'ai passé assez de temps en province pour savoir qu'on ne s'aime pas mieux là qu'ailleurs; et s'il fallait décider, je donnerais la préférence à Paris. Leclercq, Proverbes dramatiques,Madame Sorbet, 1835, 6, p. 143.
B.− P. ext. Prendre un parti, déterminer une issue, conduire quelque chose à un résultat définitif.
1. Vieilli. [L'objet désigne un subst. inanimé abstr. ou un nominal indéf.]
a) [Le suj. désigne une pers.] Décider un mariage, un succès. Jeanne d'Arc (...) va rejoindre le camp des Français, décide la victoire en leur faveur (Staël, Allemagne,t. 2, 1810, p. 368):
5. Après avoir tracé, au haut d'une page : « Ceci est mon testament... » il [le vicomte] se releva d'une secousse et s'éloigna, se sentant incapable d'unir deux idées, de prendre une résolution, de décider quoi que ce fût. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Un Lâche, 1884, p. 921.
6. Ainsi se décida notre mariage. (...). Souvent on attribue aux femmes des décisions là où, en fait, elles ne décident rien; elles sont décidées. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 231.
En emploi abs. :
7. Aller à l'oracle, c'est chercher une raison de décider quand on n'en voit pas. Celui qui décide par instinct se livre en quelque sorte à la nature, et tente de s'accorder avec elle. Alain, Propos,1921, p. 197.
8. ... Ainsi rien, en définitive n'était résolu! Là encore, il [Augustin] avait anticipé à faux. Le chaos des décisions possibles restait chaos. Qu'il aille à la messe le dimanche ou qu'il n'y aille pas, le déterminisme de sa pensée n'en serait pas plus changé que l'univers. S'il ne décidait pas, les choses décideraient pour lui, au fond de lui, dans les mécanismes intérieurs. Tout tomberait un jour ou l'autre, comme un vieux mur. Choisir par décision positive de la volonté? Quelle sottise! Les choses choisissent pour vous. Si elles ont décidé de partir, elles font comme « la bien-aimée, la rose au bois », elles s'en vont. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 352.
b) [Le suj. désigne un inanimé concr.] Une de ces grosses pluies chaudes qui décident le printemps (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 202).
En emploi abs. C'est un coup de canon qui décide. Grondement de grêle (Renard, Journal,1900, p. 590).
c) [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Ce mariage allait décider la fortune politique de Lucien (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 84):
9. Un dimanche de ses dix-huit ans qu'il [Honoré] se trouvait dans la salle à manger en compagnie de la servante, elle lui fit voir son audace d'une manière qui décida son ardeur. Aymé, La Jument verte,1933, p. 64.
2. [L'obj. est une subordonnée complétive]
a) [Le suj. du verbe sub. est différent de celui de la principale] Décider + subordonnée conjonctive.
Décider que + ind. ou cond.Je décide (...) que nous arriverons le plus vite possible à Rouen (Stendhal, Lamiel,1842, p. 159).Nous décidâmes qu'un petit tour en bateau (...) ça nous distrairait (Céline, Voyage,1932, p. 490):
10. « Je sens que le destin n'a pas décidé que je mourrais aujourd'hui. Et comme, s'il l'a décidé, c'est absolument inéluctable, pas la peine de s'agiter. » Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 226.
Décider que + subj. (lorsque l'accomplissement de la volonté reste incertain).Qu'il soit aussi décidé que le titre des monnaies ne puisse être changé (Recueil de textes d'hist.,t. 4, L'Époque contemp., 1789, p. 17).
Rem. La plupart des dict. gén. du xixeet du xxes. (sauf Ac. et Littré) accueillent la constr. décider que. Mais seuls Lar. encyclop. et Dub. attestent l'emploi du subj. dans la subordonnée − lequel emploi est récusé par Hanse 1949.
b) [Le suj. du verbe sub. est le même que celui de la principale] Décider de + inf.Qui décidez-vous d'emmener? (Courteline, Train 8 h 47,1888, 1repart., 5, p. 51).Si le gouvernement anglais ne décide pas d'intervenir (Malraux, Conquér.,1928, p. 116).
SYNT. Décider d'aller, d'attaquer, d'attendre, d'envoyer, de faire, d'en finir, de laisser, de passer, de porter, de prendre, de profiter, de refuser, de repartir, de se replier, de rester, de retourner, de tenir, de tenter, de tuer.
c) Décider + subordonnée interr.Discussion pénible avec moi-même pour décider si je n'ai point encouru le remords (Stendhal, L. Leuwen,t. 3, 1836, p. 71).Décider qui gagnait la casquette et le foulard (Zola, Germinal,1885, p. 1374).
3. Emploi pronom. [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Recevoir une solution, être tranché, prendre un tour définitif. S'éloigner du théâtre où ses destinées se décident (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 173).L'époque où la santé d'une femme se décide (Zola, Page amour,1878, p. 809).Ce berceau de vigne à l'ombre duquel s'était décidée ma vie (Loti, Rom. enf.,1890, p. 312).
C.− Amener à agir, emporter l'adhésion. (Quasi-) synon. entraîner, convaincre.
1. Décider qqn.Savoir si ça va décider Buteau! (Zola, Terre,1887, p. 68).Achever de décider qqn.
P. anal. Décidez mon cheval, dit Roland (Hugo, Légende,t. 1, 1859, p. 282).
2. Décider qqn à + compl. d'obj. second désignant un inanimé abstr.Décider à la défense du pays soixante-trois volontaires (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Un Coup d'État, 1882, p. 177).
P. ext. Décider à la guerre un gouvernement démocratique (Foch, Mém.,t. 1, 1929, p. 7).
P. anal. La faim, qui décide aux migrations les espèces voyageuses (Michelet, Oiseau,1856, p. 140).
3. Décider qqn à + inf.Décider qqn à venir. Décider quelques communes à céder leurs archives (Michelet, Journal,1835, p. 193):
11. La nouvelle que le maire lui avait donnée de sa promotion fut le dernier argument qui décida le parfumeur à se lancer dans l'opération qu'il venait d'exposer à sa femme... Balzac, César Birotteau,1837, p. 65.
P. anal. Nous échouâmes dans le sable (...) rien ne put décider le cheval à nous en tirer (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 339).
II.− Emploi trans. indir.
A.− [Le suj. désigne une pers.]
1. Décider de + subst.Arbitrer, déterminer, juger.
a) Décider de + subst. désignant une pers.Que décidez-vous de ce gaillard? (Sue, Atar Gull,1831, p. 23).
b) Décider de + subst. désignant un inanimé abstr. (parfois concr.).Prendre un parti, prononcer sur ma vocation, décider de mon existence tout entière (M. de Guérin, Corresp.,1833, p. 94).Anxiété d'avoir à disposer de moi et à décider de mon sort (Amiel, Journal,1866, p. 349).Ce point de vue tout individuel où chacun se place pour décider de ses sympathies (Proust, Filles en fleurs,1918, p. 436).J'ai décidé du plus beau vers de notre langue (Valéry, Variété IV,1938, p. 178):
12. Ce n'est pas par hasard que les grandes colères antisémites dissimulent un optimisme : l'antisémite a décidé du Mal pour n'avoir pas à décider du Bien. Sartre, Réflexions sur la question juive,1946, p. 56.
Loc. Décider de tout. Il décidait de tout, tranchait sur tout (Champfl., Avent. Mlle Mariette,1853, p. 50).
SYNT. L'assemblée, l'empereur, le gouvernement décide de; décider de la vie, du (de mon, ton, etc.) sort.
2. Décider sur + subst. désignant un inanimé abstr.Se prononcer sur, trancher par un jugement. Une question ardue que de décider sur la validité de tels baptêmes (A. France, Île ping.,1908, p. 48).Décider sur le châtiment ou la grâce de tel que je ne connais pas (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 947).
B.− P. anal. [Le suj. désigne gén. un inanimé abstr.] Orienter de manière définitive, déterminer, être la cause de. L'adoption d'une méthode décide des destinées d'une philosophie (Cousin, Hist. philos.,t. 1, 1829, p. 92).Le dénouement qui doit décider de sa destinée [au peuple] (Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. VII).Minute fatale qui va décider de son destin (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1296).
SYNT. La bataille, le hasard décide; décider de l'avenir, du destin, de la destinée, de l'existence, de la perte, du succès, de la victoire, de la vocation.
En décider. Arrêter son choix sur quelque chose, apporter une solution à quelque chose. C'est du côté de Rolle qu'on admire le lac de Genève; pour moi je ne veux pas en décider, mais c'est à Vevay, à Chillon surtout, que je le trouve dans toute sa beauté (Senancour, Obermann, t. 1, 1840, p. 32):
13. Je crois sincèrement qu'il m'importe peu d'être riche ou pauvre, je voudrais seulement que nos supérieurs en décidassent une fois pour toutes. Ce cadre de félicité bourgeoise où l'on nous impose de vivre convient si peu à notre misère... Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1050.
III.− Emploi pronom.
A.− Prendre un parti, une résolution :
14. Prononce et décide-toi. Unis l'avenir au présent et prends un parti raisonnable et suivi. Staël, Lettres de jeunesse,1788, p. 257.
15. − Alors où veux-tu en venir finalement? que je lui faisais. Quand on le mettait en demeure, comme ça, de se décider, de se prononcer, de se déclarer pour de bon, il se dégonflait. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 482.
P. anal. [Le suj. désigne un animal] :
16. ... je regardais et j'écoutais sans bouger, étudiant l'émotion très-visible de Jonquille, qui semblait hésiter et se livrer un combat intérieur fort extraordinaire. Enfin elle s'arme de résolution, vole d'un seul élan jusqu'à la soucoupe, crie un instant, espérant que la nourriture viendra d'elle-même à son bec; puis elle se décide et entame la pâtée. Sand, Histoire de ma vie,t. 1, 1855, p. 19.
P. ext. [Le suj. désigne un inanimé] Peu à peu, le feu se décide (Colette, Cl. école,1900, p. 45).
SYNT. Se décider brusquement, finalement, promptement, sur-le-champ, tout à coup, tout de suite; finir par se décider; ne pouvoir se décider; il faut (faudra, fallait, etc.) se décider.
1. Se décider à.Synon. être résolu.
a) [Suivi d'un compl. désignant un subst. ou un substitut] Se décider au mariage. Pour vous (...) je me déciderai à tout (Musset, Il ne faut jurer,1840, I, 1, p. 110).
b) [Suivi de l'inf.]
[Le suj. désigne une pers. identique au suj. de l'inf.] Se décider à acheter, à écrire, à rentrer. La jeune fille, qui se décide à se jeter dans le lac bleu (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 17).
P. anal. Attendre que l'oiseau se décide à chanter (Prévert, Paroles,1946, p. 185).
P. ext. Peut-être quelques universités (...) se décideront-elles à préparer les jeunes gens à la vie (Carrel, L'Homme,1935, p. 356).
P. anal. [Le suj. désigne un inanimé] L'estomac se décida à fonctionner (Huysmans, À rebours,1884, p. 280).Elle [une dent] s'est décidée à tomber hier matin (Renard, Poil Carotte,1894, p. 165).Le chemin se décida à descendre (Giono, Hussard,1951, p. 16).
Rem. Se décider de + inf., rare ds la docum. Je me décide donc de vous écrire (Hugo, Corresp., 1822, p. 344). Cette constr. est absente des dict. gén. Colin 1971 la considère comme fréquente et, à juste titre, fautive.
2. Se décider pour + compl. désignant un animé ou un inanimé.La maréchale se décida pour un simple tournedos (Flaubert, Éduc. sentim.,t. 2, 1869, p. 13).Nous nous étions enfin décidés pour une [robe] bleu et or (Proust, Prisonn.,1922, p. 394).Réflexion faite, il [Pierrot] se décida pour la fuite (Queneau, Pierrot,1942, p. 175).
3. Se décider sur + compl. désignant un inanimé abstr.Me décider sur le voyage d'Angleterre (Staël, Lettres div.,1793, p. 546).L'obliger à se décider sur le mariage (Constant, Journaux,1804, p. 138).
Rem. On rencontre ds la docum. se décider en, en emploi métaph., « aboutir à, se résoudre en ». Rongé par une ardente fièvre, Des Esseintes entendit subitement des murmures d'eau, des vols de guêpes, puis ces bruits se fondirent en un seul qui ressemblait au ronflement d'un tour; ce ronflement s'éclaircit, s'atténua et peu à peu se décida en un son argentin de cloche (Huysmans, À rebours, 1884, p. 267).
B.− Emploi abs. Prendre un parti. Entre ces deux opinions (...) je demeure suspendu sans espoir de me décider (Maistre, Soirées St-Pétersb.,t. 1, 1821, p. 38).J'ai laissé à votre Altesse le choix du genre de mort, décidez-vous (Hugo, L. Borgia,1833, 2, 4, p. 104).
Rem. On rencontre ds la docum. décidable, adj., néol., log. Qui peut être l'objet d'une décision non contradictoire. Conformément avec l'intuition des mathématiciens, qui se sont occupés du problème de la décision, un fait P (par rapport à un fait R) est : soit certain ou absurde (décidable), soit litigieux et plausible (indécidable) (Les Gds courants de la pensée math., 1948, p. 358). Attesté par Lar. encyclop. Suppl. 1968 et Rob. Suppl. 1970.
Prononc. et Orth. : [deside], (je) décide [desid]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1403 décider de « se prononcer sur quelque chose par une décision ou un jugement » (Nic. de Baye, Journal ds Delb. Rec. ds DG); av. 1704 « (en parlant d'un événement) être la cause déterminante d'une autre chose » (Boss., Hist., III, 2 ds Littré); 2. 1546 trans. « régler un différend par jugement » (Rabelais, Tiers Livre, éd. M.-A. Screech, chap. 12, p. 97 : Jugemens decidez par Sort et Fortune); 1580 interr. indir. (Montaigne Essais, éd. Thibaudet, I, chap. 37); 1595 [éd.] pronom. « être tranché, réglé » (Id., ibid., Livre 1, chap. 32 : C'est un conflict qui se décide par les armes de la mémoire); 3. a) 1725 décidé « (d'une personne) résolu » (Mongin, Or. fun. de Louis 1er, roi d'Esp. ds DG); b) av. 1755 « (d'une chose) qui n'est pas douteux » (Montesq., Pens., Des Anciens ds Rob. : Un goût décidé); 4. 1786 décider que (Staël, Lettres jeun., p. 40); 5. 1786 « amener quelqu'un à faire quelque chose » (Id., ibid., p. 52 : Si vous n'avez aucun goût personnel qui vous décide); 6. 1786 id. « opter pour quelque chose, pour quelqu'un » se décider pour quelqu'un (Id., ibid.). Empr. au lat. class. decidere (de + caedere « couper »). Au sens propre « couper, retrancher » (cf. Rabelais, op. cit., chap. 4, p. 52 : A ceste fin chascun membre du plus précieux de son nourrissement decide et roigne une portion); d'où « décider ». Fréq. abs. littér. : 6 637. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 370, b) 7 978; xxes. : a) 10 206, b) 11 524. Bbg. Décider est-il un verbe neutre? Intermédiaire (L') des chercheurs et des curieux. 1881, t. 14, p. 272. − Gohin 1903, p. 303.

Décider : définition du Wiktionnaire

Verbe

décider \de.si.de\ transitif, intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Résoudre après examen une chose douteuse et contestée.
    • Décider une affaire, une question, un point de droit.
    • Il me semble que cela décide la question.
    • Le tribunal a décidé que la donation était nulle.
    • Mon sort va bientôt se décider.
    • Une chose décidée.
    • Dans ces temps de barbarie, tout se décidait par la force.
    • On n’a pas encore décidé, en Europe, si cette maladie est contagieuse ou non. — (Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Charles Guérin, G.H. Cherrier, éditeur, Montréal, 1853, IV, 2)
    • (Absolument) C’est un homme qui aime à décider, qui décide trop hardiment.
    • (Absolument) Décider de tout, sur tout à tort et à travers.
    • (Absolument) Décider en faveur de quelqu’un.
  2. Arrêter ou déterminer ce qu’on doit faire.
    • Et à deux lieues, dans les hangars de la douane de Mazagan, les matériaux d’un pont en fer, dont la construction avait été décidée il y a une cinquantaine d'années par Sidi Mohammed, s’oxydent et s’écaillent. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 144)
    • La commission de permanence s’émut : elle décida de mander le ministre de la Guerre, le général d’HAUTPOUL qui minimisa l’affaire mais fit porter le chapeau si l'on peut dire au général CHANGARNlER qui de ce fait rompit toute relation avec le président, le 7 octobre 1850. — (Jean-Pierre Collignon, La médaille française et l'histoire de la Guerre de 1870-1871, Musées de Charleville-Mézières, 1995, page 21)
  3. Amener à une conclusion définitive ; rendre inévitable.
    • Le temps où l’infanterie décidait des batailles était révolu. La guerre se transformait en une question de matériel, d’entraînement et de connaissances spéciales très compliquées. Elle avait cessé d’être démocratique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 214 de l’éd. de 1921)
    • Lorsque la bourgeoisie embryonnaire eut à affronter le Pérou et la Bolivie, en 1879, pour décider de la propriété des mines de nitrate (monopole naturel sur l’une des plus grandes richesses de l’époque), elle se heurta pourtant aux États-Unis. — (Armando Uribe, Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974)
    • (Absolument) Le chevalier avait quitté brusquement la lice quand la victoire fut décidée, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ils arrivèrent à la grotte, tout le monde se les gelait sérieusement. Ils décidèrent de faire un feu pour la nuit. — (Eva Kavian, L'Homme que les chiens aimaient, ONLIT Éditions, 2016, p.age 98)
  4. Déterminer quelqu’un à faire quelque chose.
    • Cette raison m’a décidé à partir.
    • C’est lui qui m’a décidé à vous écrire.
    • Je suis décidé à tout entreprendre.
    • (Absolument) Allons, décidez-vous.
    • (Absolument) Il est bien lent à se décider.
    • (Absolument) Il s’est décidé trop légèrement.
  5. (Pronominal) Se prononcer, se déclarer pour quelque chose, pour quelqu’un, lui donner la préférence.
    • Nous nous décidâmes pour ce parti.
    • La victoire se décida pour eux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Décider : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCIDER. v. tr.
Résoudre après examen une chose douteuse et contestée. Décider une affaire, une question, un point de droit. Il me semble que cela décide la question. Le tribunal a décidé que la donation était nulle. Mon sort va bientôt se décider. Une chose décidée. Dans ces temps de barbarie, tout se décidait par la force. Absolument, C'est un homme qui aime à décider, qui décide trop hardiment. Décider de tout, sur tout à tort et à travers. Décider en faveur de quelqu'un. Il signifie en outre Arrêter, déterminer ce qu'on doit faire. Eh bien, que décidez-vous? Nous décidâmes de partir sur-le-champ. Il fut décidé que nous resterions. Dois-je rester, dois-je partir? décidez.

DÉCIDER DE signifie Amener à une conclusion définitive, rendre inévitable. C'est à vous à décider de ma fortune. Vous pourrez en décider. Le sort en décidera. Cet événement décida de mon sort. Les juges décident de la vie et de la fortune des hommes.

DÉCIDER À signifie Déterminer quelqu'un à faire quelque chose. Cette raison m'a décidé à partir. C'est lui qui m'a décidé à vous écrire. Je suis décidé à tout entreprendre. Absolument, Allons, décidez-vous. Il est bien lent à se décider. Il s'est décidé trop légèrement. Se décider pour quelque chose, pour quelqu'un, Se prononcer, se déclarer pour quelque chose, pour quelqu'un, lui donner la préférence. Nous nous décidâmes pour ce parti. La victoire se décida pour eux.

Décider : définition du Littré (1872-1877)

DÉCIDER (dé-si-dé) v. a.
  • 1Porter un jugement sur une chose douteuse ou contestée. L'Église a décidé ce point. Il y en a beaucoup que le trop d'esprit gâte…, et qui seraient bien fâchés d'être de l'avis des autres, pour avoir la gloire de tout décider, Molière, Critique, sc. 7.
  • 2Mener à conclusion. Décider une affaire. Le courage joint à l'habileté décide tout dans les batailles. Les deux rivaux décidèrent leur querelle à Pharsale, Bossuet, Hist. I, 9. Et par des droits secrets que le ciel avait décidés, la princesse du monde la plus parfaite appartenait déjà au plus grand des rois, Fléchier, Marie-Thér. Enfin les deux rois, résolus de décider leur querelle, rangèrent leurs armées en bataille, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. VIII, p. 30, dans POUGENS. Les Français furent éblouis de quelques succès qui ne décidaient rien, Raynal, Hist. phil. X, 15.
  • 3Déterminer à. Cette raison l'a décidé à ne rien entreprendre. Trois cents soldats, formés en trois troupes, furent les seuls qu'on put décider à monter à cet assaut ; on vit ces hommes dévoués s'avancer résolûment contre des milliers d'ennemis, sur une position formidable, Ségur, Hist de Napol. X, 4.

    Absolument. Kutusof le joue, il [Napoléon] le sent, mais il se trouve engagé si avant qu'il ne peut plus ni avancer, ni rester, ni reculer, ni combattre avec honneur et succès ; ainsi, tour à tour poussé par tout ce qui décide ou détourne, il demeure sur ces cendres [de Moscou], espérant à peine, désirant toujours, Ségur, Hist. de Napol. VIII, 10.

    Décider se dit aussi, par extension, pour faire prendre à quelque chose une direction, une sorte de détermination. Là sont les sources des rivières qui versent leurs eaux dans les mers Noire et Baltique ; mais le sol y est lent à décider leur pente et leur courant ; de sorte que les eaux y séjournent et inondent au loin le pays, Ségur, Hist. de Napol. IV, 6.

  • 4Décider une chose, en prendre la résolution. Ils avaient pour orateurs plutôt que pour chefs, des vieillards qui décidaient les hostilités, qui donnaient le signal du départ, Raynal, Hist. phil. IX, 5.
  • 5 V. n. Porter des jugements. Ne décidons jamais à la légère. Ces gens qui décident toujours, et parlent hardiment de toutes choses sans s'y connaître, Molière, Critique, sc. 6. On croit qu'il y a de la honte à douter et à ignorer ; et l'on aime mieux parler et décider au hasard que de reconnaître qu'on n'est pas assez informé des choses pour en porter jugement, Rollin, Traité des Études, V, art. 2. Dans ce siècle hardi… Soit que l'on blâme ou qu'on approuve, On décide plus qu'on n'entend, Lamotte, Fabl. V, 5.

    C'est un homme qui aime à décider, qui décide trop hardiment, c'est-à-dire qui aime à prononcer des jugements, qui prononce des jugements sans être suffisamment informé, instruit.

  • 6Décider de, ordonner, disposer de. Je vous croirai Burrhus, lorsque dans les alarmes Il faudra soutenir la gloire de nos armes, Ou lorsque, plus tranquille, assis dans le sénat, Il faudra décider du destin de l'État, Racine, Brit. III, 1. Du Troyen et du Grec faites-le décider ; Qu'il songe qui des deux il veut rendre ou garder, Racine, Andr. II, 2. Il faut de nos destins que Bajazet décide, Racine, Baj. I, 3. Les dieux décident de tout, Fénelon, Tél. VI.

    Décider de, donner une solution, une conclusion à un événement, à une intention, etc. Ces événements qui décident de la fortune des empires, Bossuet, Hist. III, 2. Nos penchants décident toujours de nos lumières, Massillon, Av. Disp. Le temps et les coutumes décident de nos mœurs, Massillon, Car. Immut. Ah ! si mes penchants décidaient de ma destinée, Massillon, ib. Respect hum. Les exemples des grands décident presque toujours des mœurs publiques, Massillon, Panég. St Louis. Cette bataille [de Thymbrée] est un des plus considérables événements de l'antiquité, puisqu'elle décida de l'empire d'Asie entre les Assyriens de Babylone et les Perses, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 200, dans POUGENS. Eh bien puisqu'on le veut, que la guerre en décide, Créb. Rhadam. II, 2.

    Décider sur, décider de, porter un jugement sur. Décider sur tout, de tout. Il croit avoir droit de décider sur mes sentiments, Bossuet, Avert. 2. Décider du mérite et du prix des auteurs, Boileau, Sat. IX. Les manières, que l'on néglige comme de petites choses, sont souvent ce qui fait que les hommes décident de vous en bien ou en mal, La Bruyère, V. La règle de Descartes qui ne veut pas que l'on décide sur les moindres vérités avant qu'elles soient connues clairement et distinctement, est assez belle et assez juste pour devoir s'étendre au jugement que l'on fait des personnes, La Bruyère, XII.

  • 7Décider de, avec un infinitif, prendre la résolution de. Il a décidé de renvoyer son domestique.
  • 8Se décider, v. réfl. Recevoir une solution, une conclusion. La difficulté qui reste se décidera dans une discussion en règle. La bataille ne se décidait pas. Il touche au moment où son sort se décide. Il suffit d'établir la règle ; les cas particuliers se décident ensuite d'eux-mêmes, Massillon, Confér. Us. des rev. ecclés. Tout se décidait par l'intérêt et par la force, Bossuet, Hist. III, 7.

    Se décider, prendre une résolution. Je me décide à rester, à partir. Clotaire en mon palais se décide à paraître, Lemercier, Bruneh. III, 2.

    Se décider pour quelqu'un, pour quelque chose, donner la préférence, se prononcer pour. Les électeurs se décidèrent pour son compétiteur. La victoire se décida pour César dans les plaines de Pharsale.

HISTORIQUE

XVIe s. À ceste fin, chascun membre, du plus precieux de son nourrissement, decide et rongne une portion, et la renvoye en bas, Rabelais, Pant. III, 4. Jamais on ne peult appeller des jugemens decidez par sort et fortune, Rabelais, ib. III, 12. C'est un conflict qui se decide par les armes de la memoire, Montaigne, I, 249. Quand ils vinrent à decider [à qui revenait l'honneur de la journée], Montaigne, I, 263. Ils eslisent quelqu'un d'entr'eulx qui sur le champ decide leurs procez, Montaigne, IV, 233.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉCIDER. Ajoutez : - REM. J. J. Rousseau l'a dit pour : attester, constater décidément. Je vous remercie, monsieur, de votre dernière pièce et du plaisir que m'a fait sa lecture : elle décide le talent qu'annonçait la première, Lettre à Chamfort, 6 octobre 1764. Cela n'est pas bon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « décider »

Étymologie de décider - Littré

Latin, decidere, décider, proprement couper, de de, et caedere, couper. De l'idée de trancher on passe à celle de décider, une décision étant ce qui tranche une question.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de décider - Wiktionnaire

Du latin decidere (« diminuer », « retrancher », « réduire ». « décider (une question) », « régler », « arranger », « transiger ») composé du préfixe de- et du verbe cædere (« abattre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « décider »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décider deside play_arrow

Conjugaison du verbe « décider »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe décider

Évolution historique de l’usage du mot « décider »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décider »

  • Désormais un des meilleurs au monde à son poste, Sancho est courtisé par les plus grands clubs. Interrogé sur le joueur de Dortmund désormais évalué à 130 millions, Guardiola se demande pourquoi Sancho devrait décider de revenir si c’est lui qui a décidé de partir. « Il (Sancho) a décidé de partir, pourquoi devrait-il décider de revenir ? Lorsqu’il a décidé de déménager à Dortmund, ce n’est pas parce qu’il va décider de revenir deux ans plus tard. Cela n’aurait aucun sens. Il ne voulait pas être ici, c’est pourquoi il ne veut pas revenir ici », a lancé le coach catalan de Manchester City. Afrique Sports, Guardiola sur un de ses anciens joueurs : "Il a décidé de partir, pourquoi devrait-il décider de revenir ?''
  • Baptiste Duhen : C’est un acte important. On se sent libre, libre de décider. Voter, c’est choisir la personne qui nous représentera et c’est une façon de se sentir citoyen. Voter, c’est aussi l’occasion pour les personnes en situation de handicap de prouver que nous sommes tout à fait capables de nous rendre aux urnes et de choisir notre candidat. Aujourd’hui, je suis d’autant plus motivé pour me rendre au bureau de vote que je n’ai malheureusement pas pu participer au premier tour des élections municipales, en raison de l’épidémie de coronavirus. , « Voter, c’est être libre, libre de décider » - Unapei
  • Il faut trois jours à la justice pour décider de la mort d'un homme, et des années pour décider d'un héritage. De Jacques Deval / Afin de vivre bel et bien
  • La stratégie, c'est de décider une femme à sortir avec vous, et la tactique, c'est de la décider à ne pas rentrer sans vous. De Anonyme
  • La raison veut décider ce qui est juste ; la colère veut qu'on trouve juste ce qu'elle a décidé. De Sénèque
  • Il est bien plus naturel à la peur de consulter que de décider. Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz, Mémoires

Images d'illustration du mot « décider »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « décider »

Langue Traduction
Corse decide
Basque erabakitzeko
Japonais 決めます
Russe решать
Portugais decidir
Arabe قرر
Chinois 决定
Allemand entscheiden
Italien decidere
Espagnol decidir
Anglais decide
Source : Google Translate API

Synonymes de « décider »

Source : synonymes de décider sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « décider »



mots du mois

Mots similaires