Retrancher : définition de retrancher


Retrancher : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RETRANCHER, verbe trans.

I. − Enlever, ôter.
A. − Vieilli ou littér. Retrancher qqc. (de qqc.).Enlever en coupant. Il faut retrancher plusieurs branches de cet arbre (Ac.).Les chirurgiens regardaient les plaies et ils taillaient à même la chair pour retrancher tout ce qui était douteux (Duhamel,Passion J. Pasquier, 1945, p. 153).V. accablé ex. 13.
B. − Retrancher qqc. de qqc., plus rarement à qqc.Enlever, ôter, supprimer.
1. Vieilli ou littér. Retrancher un plat d'un repas. On ne saurait retrancher tous les abus (Ac.1835, 1878).Pour n'être pas vieux garçon il faut mourir jeune ou se marier. Le suicide étant retranché des ressources disponibles, il ne reste guère que l'autre voie d'ouverte (Amiel,Journal, 1866, p. 405).La grande sagesse païenne ne peut pas être retranchée de la tradition humaniste (Maritain,Human. intégr., 1936, p. 10).V. détruire B 1 ex. de Renan.
2. En partic., cour.
a) [Le compl. d'obj. et l'éventuel compl. prép. désignent une chose quantifiable, une valeur numérique] Synon. décompter, déduire, défalquer.Ses 75 francs par mois − desquels il faut retrancher trente francs, sa pension (Colette,Cl. école, 1900, p. 253).En retranchant le premier temps du second, on obtient un reste de 1 h 5 mn 25 s (Divin.1964, p. 242).V. ajouter ex. 1, électrostatique ex. 1.
b) [Le compl. d'obj. et l'éventuel compl. prép. désignent un écrit, un énoncé] Synon. retirer, supprimer.Retrancher des longueurs, un passage, une phrase d'un texte; ne pas ajouter ni retrancher un seul mot. Et tel était l'enchaînement des idées, dans ce bel ouvrage, qu'on ne pouvait retrancher une page sans détruire tout le reste (A. France,Livre ami, 1885, p. 225).Beethoven avait écrit, dans son cahier, ce passage, retranché, depuis, de la rédaction définitive de l'Ode à la joie (Rolland,Beethoven, t. 1, 1937, p. 208).V. ajouter ex. 3, 4.
3. Vieilli ou littér.
a) Retrancher qqc. à qqn.Enlever, supprimer quelque chose d'avantageux , d'agréable à quelqu'un. Retrancher son traitement à qqn. Les médecins lui ont retranché le vin (Ac.1835, 1878).Ma mère ne veut plus vous voir, je perds le bonheur de nos soirées, mais ne me retranchez pas le court moment pendant lequel je vous parle à votre fenêtre (Balzac,U. Mirouët, 1841, p. 216).M. Méridier refusa que la présence de son fils lui fût retranchée, même pour quelques jours (Malègue,Augustin, t. 1, 1933, p. 288).
Empl. pronom. réfl. indir. Le secret de celui-ci [Goethe] pour rester jeune, c'est-à-dire dans l'équilibre de ses forces, c'était de se retrancher progressivement quelque chose dans son alimentation (Michelet,Chemins Europe, 1874, p. 412).V. autorité ex. 5, embrasser ex. 6.
b) Empl. abs. Retrancher sur, plus rarement de, dans qqc.Faire des économies, des diminutions. Synon. économiser, rogner.S'il n'avait pas retranché dans sa dépense, dans son train, il était ruiné avant six mois (Ac.1835, 1878).Le Roi avait fait beaucoup de retranchemens sur sa maison, (...) des officiers royaux avaient été supprimés, (...) on avait même retranché sur les gages des compagnies de justice (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 1, 1821-24, p. 207).Retrancher sur la consommation ne se peut; comment retrancher du nécessaire? (Proudhon,Propriété, 1840, p. 264).
Empl. pronom. réfl. Il a mieux aimé se retrancher que de s'endetter (Ac.1835, 1878).
c) Empl. pronom. réfl. dir. Se retrancher à qqc.Se restreindre à quelque chose. Il voyait autrefois beaucoup de monde, il s'est retranché à ne recevoir que peu de personnes. Il s'est retranché à la moitié de sa dépense (Ac.).
C. − [Le plus souvent avec un compl. prép. désignant un ensemble de pers. ou le milieu dans lequel vit une pers.] Retrancher qqn (de qqc.).Rejeter, éliminer, exclure. Retrancher qqn du monde, de la réalité, du réel, du siècle, de la société; retrancher qqn du nombre de ses amis. On sait les défauts de Southey, de Wordsworth, de tous ces Alexandrins modernes (...) se résignerait-on aisément à les retrancher tous ensemble, à les rayer d'un trait? (Sainte-Beuve,Portr. contemp., t. 5, 1843, p. 447).À partir du moment où la peste avait fermé les portes de la ville, (...) ils avaient été retranchés de cette chaleur humaine qui fait tout oublier (Camus,Peste, 1947, p. 1463).
Vieilli
Retrancher qqn du nombre des vivants. Tuer, faire mourir quelqu'un. Individus retranchés du nombre des vivans (...) par les contagions, les famines ou les guerres (Say,Écon. pol., 1832, p. 425).[Sans compl. prép.] Rien ne retranche plus efficacement les hommes, que ce qui les prive de leurs moyens d'exister (Say,Écon. pol., 1832, p. 427).Nous mesurons le vide que laissa au milieu de nous la mort soudaine de M. Caro. M. Caro fut retranché en pleine vie (A. France,Vie littér., 1888, p. 339).
Retrancher qqn de la communion des fidèles, de l'Église. Excommunier quelqu'un. Prosterné devant le chef des chrétiens, qui m'avoit retranché de la communion des fidèles, je le suppliai de me réunir au troupeau (Chateaubr.,Martyrs, t. 2, 1810, p. 109).Frapper d'excommunication, retrancher de l'Église (...) tous les députés qui ont voté la loi (Huysmans,Oblat, t. 2, 1903, p. 61).
Empl. pronom. réfl. dir. Se retrancher du monde, de la société. Si le programme plus haut élaboré correspond vraiment à une suite de buts réels, (...) c'est en me retranchant de l'heure présente que je les maintiens devant moi (J. Bousquet,Trad. du sil., 1936, p. 132).
II. − Empl. pronom. réfl. dir. ou au part. passé
A. − [Corresp. à retranchement B 1] Se défendre/défendu par des retranchements. Se retrancher derrière un réseau de barbelés; être retranché dans une citadelle; ennemi fortement, solidement retranché; camp, position retranché(e). L'avant-garde de Bajazet s'était retranchée derrière des pieux aigus plantés en biais (Barante,Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 192).Le très mauvais temps gêne les assaillants beaucoup plus que les Allemands, retranchés sur des positions depuis longtemps aménagées (Gide,Journal, 1944, p. 266).
P. ext. S'abriter/abrité. Se retrancher/retranché derrière une haie. [Le major] allongea à toute volée une gifle au capitaine (...). Les petits rentiers, terrifiés, se retranchèrent derrière leur table, croyant que tous ces soldats allaient tirer leurs sabres et les massacrer (Zola,Cap. Burle, 1883, p. 51).Alexis, retranché dans la chambre, acceptait, le dos courbé, les apparitions de MmeLoiseau (Triolet,Prem. accroc, 1945, p. 217).
B. − Au fig. Se retirer/retiré pour se protéger. Se retrancher/retranché dans son mutisme, dans le silence, derrière le secret professionnel; se retrancher/ retranché en soi-même. [La] diplomatie (...) permet aux ignorants de ne rien dire, de se retrancher dans des hochements de tête mystérieux (Balzac,Illus. perdues, 1837, p. 50).Obstinément, malgré la douceur, malgré la violence, elle demeurait retranchée dans sa réserve agressive (Beauvoir,Invitée, 1943, p. 330).
Rem. On relève qq. ex. de l'empl. actif: Les ennemis avaient retranché leur camp. Il avait retranché son armée sur une hauteur (Ac.). Je serais inexcusable de laisser la tristesse noire investir la tour des prodiges où la prière nous a retranchés (Bloy, Journal, 1895, p. 204). Ils font dans la plaine, avec leurs charrettes, un parc long et étroit où ils retranchent les gens de cheval (France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 159).
REM.
Retranché, -ée, part. passé en empl. adj.,au fig. a) [En parlant d'une pers.] Qui se retire dans une attitude défensive, qui se replie sur soi pour se défendre. Ortensia, retranchée et imprenable, n'avait pas un mouvement, pas un regard (Arnoux,Rossignol napol., 1937, p. 73).b) [En parlant d'un attribut, d'une manifestation d'une pers.] Qui est propre à une telle personne. Son lourd vêtement, sa face blême aux larges paupières, son attitude professorale et retranchée, en aucun lieu ne trouveraient leur atmosphère (Barrès,Barbares, 1888, p. 70).
Prononc. et Orth.: [ʀ ətʀ ɑ ̃ ʃe], (il) retranche [-tʀ ɑ ̃:ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1135 retranchier « ôter entièrement, supprimer » (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 314); b) 1559 se retrencher de qqc. « se priver de quelque chose » (Amyot, Vies, Publicola, f o70 v o); 2. a) 1155 retrenchier « faire des économies (sur quelque chose), diminuer une dépense » (Wace, Brut, 1888 ds T.-L.); b) 1656 se retrancher « faire des économies » (Pascal, Provinciales, XII, éd. L. Lafuma, p. 426); c) 1666 se retrancher à « se restreindre à » (Corneille, Agésilas, IV, 4). B. 1. 1611 « munir (une place) de fossés, de tranchées, etc., pour arrêter l'ennemi » (Cotgr.); 2. 1652 se retrancher « se mettre à l'abri derrière quelque chose » (La Rochefoucauld, Mém., éd. D. L. Gilbert et J. Gourdault, t. 2, p. 375); 3. 1662 se retrancher sur qqc. « borner son attitude à » (Molière, École des femmes, IV, 8). Dér. de trancher*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 1 133. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 356, b) 1 483; xxes.: a) 896, b) 1 471.

Retrancher : définition du Wiktionnaire

Verbe

retrancher \ʁə.tʁɑ̃.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se retrancher)

  1. Séparer une partie du tout, ôter quelque chose d’un tout.
    • En effet, qu'est-ce que la vie, si vous en retranchez les plaisirs? Mérite-t-elle le nom de vie? — (Erasme; « Éloge de la folie », 1509. Traduction de Thibault de Laveaux en 1780)
  2. (Arithmétique) Faire une soustraction.
    • Retrancher un nombre d’un autre,
  3. Ôter entièrement ; supprimer.
    • Je sais […] que Leconte de l’Isle quand il s’agissait de retrancher des lettres, était pour qu’on en ajoutât ; […]. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • On lui a retranché sa pension.
  4. (Guerre) Munir une place, une troupe de fossés, de tranchées et autres travaux, pour arrêter les attaques de l’ennemi.
    • Les ennemis avaient retranché leur camp.
    • Il avait retranché son armée sur une hauteur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Retrancher : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RETRANCHER. v. tr.
Séparer une partie du tout, ôter quelque chose d'un tout. Il faut retrancher plusieurs branches de cet arbre. Il y a plusieurs passages à retrancher dans ce livre. On lui a retranché le tiers de ses appointements. Il a retranché de ses dépenses pour payer ses dettes. Retrancher quelqu'un de la communion des fidèles, L'excommunier. En termes d'Arithmétique, Retrancher un nombre d'un autre, En faire la soustraction.

RETRANCHER signifie aussi Ôter entièrement, supprimer. On lui a retranché sa pension. En termes de Guerre, il signifie Munir une place, une troupe de fossés, de tranchées et autres travaux, pour arrêter les attaques de l'ennemi. Les ennemis avaient retranché leur camp. Il avait retranché son armée sur une hauteur. Les troupes se retranchèrent à l'approche de l'ennemi. Ils se sont si bien retranchés qu'ils ne craignent pas qu'on les force. Un camp retranché.

SE RETRANCHER se dit figurément dans une acception analogue. Il s'est retranché dans cette seule défense, dans ce seul argument. Il se retranche dans un silence mystérieux. Il signifie encore Se restreindre, se réduire. Il voyait autrefois beaucoup de monde, il s'est retranché à ne recevoir que peu de personnes. Il s'est retranché à la moitié de sa dépense. Il est vieux en ce sens.

Retrancher : définition du Littré (1872-1877)

RETRANCHER (re-tran-ché) v. a.
  • 1Ôter quelque chose d'un tout. Quelques-unes des branches ont été retranchées, Bossuet, Hist. II, 7. Il ne fallait aux Romains que panem et circenses ; nous avons retranché panem ; il nous suffit du circenses, c'est-à-dire de l'opéra comique, Voltaire, Lettre citée par GRIMM, Corr. t. VI, p. 370. Il [un arbrisseau] rampe près de terre, où ses rameaux penchés Par la dent des chevreaux sont toujours retranchés, Lamartine, Harm. IV, 10.

    Il se construit avec la préposition de ou à. Retrancher des rameaux à un arbre. Le Scythe l'y trouva [un sage dans son jardin] qui, la serpe à la main, De ses arbres à fruit retranchait l'inutile, Ébranchait, émondait…, La Fontaine, Fabl. XII, 20. Quand il n'en faudrait retrancher [de la vie] ni l'enfance où l'homme ne se connaît pas, ni les maladies où l'on ne vit point, Bossuet, le Tellier. Si je retranchais de votre gloire ce qui ne vous en appartient pas, si je donnais à vos soldats, à vos capitaines, au hasard même, la part qui leur en est due, Fontenelle, Dial. 1 Morts anc. Un jour, paraissant rêveur dans une assemblée où il [Phocion] se préparait à parler, on lui en demanda la cause : je songe, répondit-il, si je ne puis rien retrancher de ce que j'ai à dire, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 86, dans POUGENS. Le musicien Timothée ayant ravi les Spartiates par la beauté de ses chants, un éphore s'approcha de lui, tenant un couteau dans sa main, et lui dit : Nous vous avons condamné à retrancher quatre cordes de votre lyre ; de quel côté voulez-vous que je les coupe ? Barthélemy, Anach. ch. 45.

    On ne se sert que de à quand le régime indirect est une personne. Celui à qui on ne peut rien retrancher n'a rien dit que de parfait, Fénelon, Dial. des morts anc. (Démosthènes, Cicéron). Nos ordonnances ont retranché aux accusés tant d'avantages, qu'il est bien juste de leur conserver ce qui leur reste, Voltaire, Louis XV, 42.

  • 2Ôter entièrement. Je ne sais s'il n'est pas mieux de travailler à rectifier et adoucir les passions des hommes, que de vouloir les retrancher entièrement, Molière, Tart. préf. Vous ne devez pas être honteuse de retrancher vos tables, puisque le roi même… a retranché celles de Marly, Sévigné, 13 déc. 1688. J'ai retranché le souper entièrement pour jamais, Sévigné, 8 mars 1676. On a retranché toutes les pensions et gratifications à la moitié, Sévigné, 15 déc. 1675. Retrancher par la mortification évangélique toutes les délicatesses des sens et de la chair, Bourdaloue, Exhort. sur la flagell. de J. C. t. II, p. 87. Quels scandales ont-ils retranchés ? Bourdaloue, Domin. I, Par. de Dieu, 287. Ce mot me semble froid, Je le retrancherais, Boileau, Art p. I. Le roi [Charles XII] retrancha de sa main tout ce qui [dans le récit de la bataille de Narva] était trop avantageux pour lui et trop injurieux pour le czar, Voltaire, Charles XII, 2.

    Absolument. Plus on retranche en prose, en vers, en tout genre, excepté en finance, moins on fait de sottises, Voltaire, Lett. Lekain, juillet 1764.

    Les médecins lui ont retranché le vin, ils lui ont interdit l'usage du vin.

  • 3Il se dit quelquefois des amputations chirurgicales. Retrancher un doigt surnuméraire. Elle [une salamandre] reproduit constamment une partie égale et semblable à celle qui a été retranchée, Bonnet, Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 253, dans POUGENS.
  • 4Faire des réductions, des économies. Retrancher une dépense. Plus pâle qu'un rentier à l'aspect d'un arrêt qui retranche un quartier, Boileau, Sat. III.

    Absolument. Et : Je serai forcé de retrancher sur ce que je donne, était la seule crainte qu'il confiât à ses amis, lorsque des circonstances imprévues le menaçaient de quelque perte ou de quelque retardement, Condorcet, d'Alembert.

    Fig. et absolument. Quand on s'aime et qu'on prend intérêt les uns aux autres, je pense qu'il n'y a rien de plus agréable que de parler de soi : il faut retrancher sur les autres pour faire cette dépense entre amis, Sévigné, 5 janv. 1676.

  • 5Se retrancher quelque chose, retrancher, ôter quelque chose à soi-même. Je me suis retranché les dîners du roi [Frédéric II] ; il y a trop de généraux et trop de princes, Voltaire, Lett. Mme Denis, 13 oct. 1750.
  • 6Retrancher quelqu'un, le supprimer, le faire disparaître. Les impies seront retranchés de dessus la terre, et ceux qui commettent l'injustice en seront exterminés, Sacy, Bible, Prov. de Salom. II, 22. Ils [de mauvais écrivains] ont bien ennuyé le roi, toute la cour, Sans que le moindre édit ait, pour punir leur crime, Retranché les auteurs, ou supprimé la rime, Boileau, Sat. IX. Dieu rejeta sa race [de Cambyse], Le retrancha lui-même et vous mit en sa place, Racine, Esth. III, 4. Que m'importe après tout que depuis six années Ce roi fût retranché [Charles X] des têtes couronnées ? Hugo, Voix, II.

    Retrancher de la communion des fidèles, excommunier. Vous ne me retranchez de l'Église que parce que vous croyez que mes lettres vous font tort, Pascal, Prov. X.

  • 7 Terme de marine. Retrancher un homme à bord d'un bâtiment, le priver d'une partie de sa ration pour le punir de quelque faute.
  • 8Réduire à, borner à. Je retranche mon chagrin aux appréhensions du blâme qu'on pourra me donner, Molière, L'Av. I, 1.
  • 9 Terme de guerre. Fortifier par des retranchements. Cette saillie aiguë [la pointe d'un plateau] est entourée par la Kologha et par un ravin profond et marécageux ; sa crête élevée, sur laquelle grimpe la grande route, en sortant de Borodino, est fortement retranchée, Ségur, Hist. de Nap. VII, 6.
  • 10Se retrancher, v. réfl. Se réduire à, se restreindre à. Il s'est retranché à ne plus voir que peu de monde. Et lorsqu'on se retranche au langage des yeux, Corneille, Agésil. IV, 5. Et si l'on se retranchait à me dire que c'est la mort après tout qui décide du sort éternel des hommes…, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 137. Retranchons-nous maintenant à examiner comment on peut réparer le passé, Fénelon, Tél. X.
  • 11 Absolument. Se retrancher, faire des économies. La piété ingénieuse à se retrancher pour avoir de quoi se répandre dans l'exercice de la charité, Pascal, Prov. XI. Si vous n'avez le courage de vous retrancher… vous rendrez inutile le secours que la Providence vous adresse, Sévigné, 19 janv. 1689. On se retranche, on s'abstient, on se mortifie en secret, Bourdaloue, Avent, sur l'Évang. 417. Que de prétextes pour ne pas payer des dettes qu'on accumule, et ne pas se retrancher sur mille profusions, ou inutiles, ou criminelles ! Massillon, Profess. relig. serm. 2. En tout pays, lorsqu'une marchandise est chère, on en achète moins ; on se retranche sur toutes les dépenses, Voltaire, Pol. et lég. Au roi en son conseil.
  • 12 Terme de guerre. Se fortifier par des retranchements. Il [Pyrrhus] leur apprit [aux Romains] à se retrancher, à choisir et à disposer un camp, Montesquieu, Rom. 4.

    On dit de même : se retrancher derrière une haie, derrière un mur, derrière un fossé, dans un village, etc. Quelque avantage que prenne un ennemi habile autant que hardi, et dans quelque affreuse montagne qu'il se retranche, Bossuet, Louis de Bourbon.

  • 13Il se dit aussi d'une position que l'on prend comme une espèce de fortification. Il se retrancha dans le fond de l'appartement. Son chien se retrancha contre la porte par laquelle son maître était sorti, Buffon, Quadr. t. XII, p. 272.

    Fig. …dans l'épaisse nuit où vous vous retranchez, Corneille, Suréna, V, 1.

  • 14 Fig. Borner sa défense, son attitude à… Ces dragons de vertu, ces honnêtes diablesses, Se retranchant toujours sur leurs sages prouesses, Molière, Éc. des f. IV, 8. C'est en vain que vous vous retranchez sur une fausse modestie, Molière, Comtesse, 1. Il [l'amour-propre] se dédommage, en petits détails, des sacrifices qu'il a faits en gros ; il se retranche dans un meuble, dans un habit, un livre, un rien qu'on n'oserait nommer, Bossuet, Sermons, Oblig. ét. relig. 2. On quitte ces vices qui font horreur, on se retranche dans une vie moins criminelle mais toujours lâche, Fénelon, t. XVIII, p. 33. Un caractère sérieux dans lequel il se retranche, La Bruyère, IX. Vous et vos sœurs les vertueuses, Vous vous retranchez sur l'esprit, Dancourt, Céphale et Procris, prologue. Comme ce qui paraît de leurs actions donne d'ordinaire peu de prise à la malignité et à la censure, on se retranche sur leurs intentions, Massillon, Carême, Injust. du monde. Le reste du jour, il se retrancha dans la dignité du silence, Marmontel, Mém. II. Peut-être la meilleure manière dont une femme d'un esprit supérieur peut reprendre sa froideur et sa dignité, c'est lorsqu'elle se retranche dans la pensée comme dans un asile, Staël, Corinne, VI, 3.

HISTORIQUE

XIIe s. …Corsolt d'outre la rouge mer, Le plus fort home que l'en oïst parler ; Cil retrancha à Guillaume son nez, Li coronemens Looys, t. I, p. 9.

XVe s. Ce grandement les desavance, Et retrence leur dons parmi, Froissart, Buiss. de jonece. Ces escuiers et chevaliers françois retrenchoient [taillaient en pièces] à la fois et ruoient jus les fourageurs anglois, Froissart, liv. II, p. 87, dans LACURNE.

XVIe s. Et aussi ne retrancha il pas le mal au vif, Amyot, Solon, 23. En quoy faisant, Valerius n'abaissa pas tant sa dignité, comme il se retrancha d'envie, Amyot, Publ. 19. Il veoit, de son regne, sa dignité ravallée et sa gloire retranchée [diminuée], Amyot, Agésil. 52. Je retranche en ma maison autant que je puis de la cerimonie, Montaigne, I, 51. La mer a retrenché la Sicile d'avecques l'Italie, Montaigne, I, 231. Ce meslange [de l'utile, dans une récompense d'honneur], au lieu d'augmenter l'estimation, il la ravale et en retrenche, Montaigne, II, 64. Les limites de l'honneur ne sont pas retranchez du tout si court, Montaigne, III, 337. D'abordée il battit la basse ville (qui n'estoient que des maisons retranchées) de neuf pieces de batterie, D'Aubigné, Hist. II, 275. …canal qui retrenche le territoire de Hulst, D'Aubigné, ib. III, 439.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Retrancher : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RETRANCHER, v. act. (Gramm.) diminuer, ôter. Il faut retrancher aux arbres leurs branches superflues ; on a retranché les gages ; il a retranché de son train ; retranchez le vin & les femmes à cet homme, & il se portera bien. De toute la société qu’il avoit, il s’est retranché à deux ou trois amis. Toutes les religions ont droit de retrancher de leur communion ceux qui ne pensent pas orthodoxement, & qui ont de mauvaises mœurs ; mais les excommuniés n’en sont pas de moins bons citoyens, auxquels le souverain doit toute sa protection. On dit une armée bien retranchée. Voyez Retranchement, Art milit.

Retrancher, (Jardinage.) est ôter aux arbres les branches inutiles, soit en les taillant, en les élaguant, soit en arrondissant leurs têtes.

C’est encore ôter une partie des racines en l’habillant pour le planter. On retranche des yeux à une branche à fruit trop longue.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « retrancher »

Étymologie de retrancher - Littré

Re…, et trancher ; provenç. retronchar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de retrancher - Wiktionnaire

Verbe dérivé de trancher avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « retrancher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
retrancher rǝtrɑ̃ʃe play_arrow

Conjugaison du verbe « retrancher »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe retrancher

Citations contenant le mot « retrancher »

  • Une ÉRIS était déjà intervenue ce week-end à Roanne pour un autre détenu qui avait profité de la promenade pour se retrancher sur le toit de la prison. Lui aussi réclamait un transfert et il a été envoyé au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse. , Loire. Un détenu prend brièvement sa compagne en otage à la prison de Roanne - Pontivy.maville.com
  • A ces peines, il faudra retrancher 18 mois, déjà passés sous le régime de la détention provisoire. , Yvelines. Les braqueurs de la supérette de Saint-Germain-en-Laye avaient faim | 78actu
  • Si on achète un BSA sur le marché secondaire, il est important de savoir s’il est surcoté ou sous-coté par rapport au sous-jacent. Pour s’en assurer, il suffit d’additionner le prix d’exercice et le cours du bon, puis de retrancher le cours de l’action. Ce chiffre fera apparaître soit une décote, soit une prime par rapport à l’action. Plus cette prime est réduite, plus le BSA est intéressant.   Capital.fr, Bon de souscription d'actions (BSA) - Capital.fr
  • Les deux l’ont annoncé : ils souhaitent réduire leur salaire. « On va retrancher environ 1.200 euros brut pour moi et encore davantage pour le premier adjoint [-1.800 euros] », explique Jeanne Barseghian en justifiant cette décision par une volonté de « sobriété et de partage des indemnités ». Car la somme ainsi économisée sera reversée à tous les élus de sa majorité. Tous seront désormais payés, ce qui n’était pas le cas dans la précédente majorité. , La nouvelle maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, baisse de plus de 1.000 euros ses indemnités
  • On dit qu’il faut s’efforcer de retrancher tous les jours de nos besoins. C’est surtout aux besoins de l’amour-propre qu’il faut appliquer cette maxime. Ce sont les plus tyranniques, et qu’on doit le plus combattre. De Chamfort / Maximes et pensées
  • S’informer, c’est se retrancher, n’importe quel père de famille vous le dira, à l’heure de la vaisselle. Le quotidien qui informe nous préserve de celui qui encombre. De Daniel Pennac / Messieurs les enfants
  • Connaître l'humain, c'est d'abord le situer dans l'univers, non l'en retrancher. De Edgar Morin / Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur
  • Le bon esprit consiste à retrancher tout discours inutile, et à dire beaucoup en peu de mots. De Fénelon / De l'éducation des filles
  • Nous pouvons ajouter à nos connaissances, nous ne pouvons rien en retrancher. De Arthur Koestler / Les somnambules

Images d'illustration du mot « retrancher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « retrancher »

Langue Traduction
Corse taglià
Basque moztu
Japonais を中断する
Russe отрезать
Portugais corte fora
Arabe قطع
Chinois 隔断
Allemand abschneiden
Italien tagliato fuori
Espagnol cortar
Anglais cut off
Source : Google Translate API

Synonymes de « retrancher »

Source : synonymes de retrancher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « retrancher »



mots du mois

Mots similaires