Abattre : définition de abattre


Abattre : définition du Wiktionnaire

Verbe

abattre \a.batʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’abattre)

  1. (Génériquement) Mettre à bas ; jeter à terre ; faire tomber.
    • On vient d’abattre à Lyon un platane géant. Cet arbre cubait près de 12 mètres et le tronc seul pesait 19540 kilogr. — (Bulletin de la Société royale forestière de Belgique, volume 15, page 224, 1908)
    • Il lui abattit le bras d’un coup de sabre.
    1. (Par analogie) Démolir, casser une maison, un mur, un plancher, etc.
    2. (Par extension) (Marine) Coucher un navire sur son flanc pour travailler à la carène ou à quelque autre partie qui est ordinairement submergée.
    3. (Par extension) (Médecine vétérinaire) Coucher un animal sur le flanc quand il doit subir quelque opération.
      • Ce cheval est fougueux, on est contraint de l’abattre pour le ferrer.
    4. (Par extension) (Cartes à jouer) Mettre une ou plusieurs de ses cartes sur la table pour les montrer.
      • Abattre son jeu, ses cartes, son dernier atout.
    5. (Par extension) (Charbonnage) Récolter le charbon au moyen d’un outil.
      • Dans le cas de couche présentant des intercalations de schiste, prendre soin d’abattre le charbon puis le schiste. — (Jean-Louis Tornatore, Le charbon et ses hommes, Université de Metz, p. 426)
  2. (Figuré) Expédier en peu de temps beaucoup de travail.
    • Il a abattu un boulot énorme.
    • Tout le travail que vous aurez abattu dans la journée n’aura servi à rien.
    • Il avait beaucoup de mal à remuer les outils à cause de ses douleurs, mais il réussissait tout de même à abattre sa besogne. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 106)
  3. (Figuré) (Familier) Boire (une quantité réputée importante).
    • Ils ont abattu dix bouteilles de vin et quatre de champagne ce soir-là.
  4. Tuer un animal.
    • Ce chien était enragé : il a fallu l’abattre.
  5. Assassiner par arme à feu.
    • Il a été abattu de sang froid.
  6. (Par extension) (Militaire) Détruire un avion en vol.
    • Ce pilote a abattu trois chasseurs ennemis.
  7. (Figuré) Affaiblir physiquement et moralement.
    • Une fièvre continue abat bien un homme.
    • La moindre affliction l’abat.
  8. (Pronominal) Tomber brusquement.
    • Et tout d’un coup, comme une masse, je m’abattis sur le colporteur que je bâillonnai et ligotai en un clin d’œil... — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • A peine nos tentes sont-elles dressées, qu’une averse diluvienne s’abat sur le camp. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 131)
    • Pareil à une bête tapie dans les hauteurs, le lourd rideau s’abattait, puis remontait au cintre, tandis que les duettistes venaient saluer. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Un rude hiver s’est abattu sur la campagne bourguignonne : les quelques arpents de vigne qui font vivre la famille ont gelé. — (Rosa Moussaoui, Zéphyrin Camélinat (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme, dans L’Humanité, 7 septembre 2011)
    • En avril 1872, les mouches de la Saint-Marc envahirent Paris et sa région. Elles volaient en abondance et venaient s'abattre sur les passants. L'apparition surprenante en nombre prodigieux de cet insecte fit craindre à certains l'annonce d'un fléau. — (Vincent Albouy, Des insectes en ville, Éditions Quae, 2017, page 33)
  9. (Pronominal) S’apaiser, en parlant du vent.
    • Le vent s’abat, s’est abattu, est abattu.
  10. (Pronominal) (Spécialement) Tomber ou se laisser tomber (sur quelqu’un ou quelque chose) en provoquant un dommage.
    • Parmi les fléaux qui s’abattent sur la vigne, le plus terrible, dans ses effets, est évidemment la grêle. Le vignoble est beau, et plein de promesses, et cinq minutes plus tard il n’en reste rien ; […]. — (Sachez soigner vos vignes grêlées, dans Almanach de l’Agriculteur français - 1932, page 59, éditions La Terre nationale)
    • Cette année-là, une épidémie s’étant abattue sur les phasianidés, Mme Lefur dut s’estimer heureuse de pouvoir remplacer par une oie sa dinde noëlesque. — (Lectures pour tous: revue universelle et populaire illustrée, Hachette et Cie., 1908, page 254)
  11. (Marine) Éloigner la proue d’un bateau du lit du vent, en faisant une abattée volontaire.
    • Ce voilier vient d’abattre de trente degrés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abattre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABATTRE. (Il se conjugue comme BATTRE.) v. tr.
Mettre à bas. Abattre des maisons, des murailles, des arbres. Abattre par le pied. Il lui abattit le bras d'un coup de sabre. Ces moissonneurs abattent tant d'arpents de blé en un jour. Ces mineurs ont abattu tant de mètres cubes de minerai. Abattre des quilles. La pluie abat la poussière. La violence du choc fut telle que l'arbre, que le mât s'abattit. En termes de Marine, Abattre un navire, l'abattre en carène, Le mettre sur le côté, pour travailler à la carène ou à quelque autre partie qui est ordinairement submergée. En termes d'Art vétérinaire, Abattre un chenal, un bœuf, Le renverser sur un lit de paille, quand il doit subir quelque opération. Ce cheval est fougueux, on est contraint de l'abattre pour le ferrer. Aux jeux de Cartes, Abattre son jeu, Le mettre sur la table pour le montrer. On dit quelquefois absolument Abattre. Fig. et fam., Abattre de la besogne, Expédier en peu de temps beaucoup d'affaires, beaucoup de travail. Prov., Petite pluie abat grand vent, Ordinairement, quand il vient à pleuvoir, le vent s'apaise. Cette phrase signifie au figuré Peu de chose suffit quelquefois pour calmer une grande querelle.

ABATTRE signifie aussi Assommer, tuer. Ce chien était enragé : il a fallu l'abattre. Il signifie au figuré Affaiblir physiquement et moralement. Une fièvre continue abat bien un homme. Cette perte lui abattit le courage, abattit sa fierté. La moindre affliction l'abat. Rien n'abat comme une souffrance continuelle. Ces deux nations, ces deux puissances sont ennemies, elles font leurs efforts pour s'abattre l'une l'autre.

S'ABATTRE se dit particulièrement d'un Cheval à qui les pieds manquent et qui tombe tout d'un coup. En galopant, son cheval s'est abattu sous lui. Il se dit aussi d'un Oiseau qui descend avec rapidité vers quelque but. Une volée de pigeons s'abattit sur mon champ. L'épervier s'abattit sur sa proie. On dit dans le même sens Un orage terrible va s'abattre sur nous. Le vent s'abat, s'est abattu, est abattu, Il s'apaise, il est apaisé. Aller, courir à bride abattue. Voyez BRIDE. Le participe passé

ABATTU, UE, s'emploie aussi adjectivement. À la suite de cette catastrophe, je l'ai trouvé bien abattu. Fig., Un visage abattu, Un visage où se peint l'abattement.

Abattre : définition du Littré (1872-1877)

ABATTRE (a-ba-tr') v. a.
  • 1Jeter à terre d'une façon quelconque. Abattre un cheval, un cavalier. Abattre des olives, des noix. Abattre un arbre. Abattre une maison. Il lui abattit une main d'un coup de sabre. Abattre la tête. Il l'abattit d'un coup de fusil. Ce chasseur abat bien du gibier. Puisque l'arbre est si près de sa chute et que le coup qui doit l'abattre va bientôt partir et le renverser…, Bourdaloue, Pens. t. III, p. 72. C'est ainsi qu'il abat de leur trône les potentats qui se confiaient en leur pouvoir, Bourdaloue, ib. p. 143. Pour le faire tomber, j'abattrai son appui, Corneille, Rod. V, 1. Il a de votre sceptre abattu le soutien, Corneille, Cid, II, 9. Et j'abattrai d'un coup sa tête et son orgueil, Corneille, Hér. III, 3. Les livres sur Évrard fondent comme la grêle Qui, dans un grand jardin, à coups impétueux, Abat l'honneur naissant des rameaux fructueux, Boileau, Lutr. V. Sous le glaive étranger j'ai vu tout abattu, Voltaire, Orphel. I, 2. Chacun se disputait la gloire de l'abattre, Racine, Andr. V, 3. … mais, lorsque tu m'abats, Je me relève encor pour insulter ton bras, Lamartine, Jonath. 330. Comme la pluie abat et fait languir le soir une fleur qui était le matin, pendant la naissance de l'aurore, la gloire et l'ornement des vertes campagnes, Fénelon, Tél. XX.
  • 2 Fig. Abattre la puissance romaine. Il résolut d'abattre celui qui l'avait élevé. Dieu abat les puissants. Ce combat avait abattu les forces des ennemis. L'orgueil des Chaldéens est abattu, Bossuet, Hist. II, 4. Le peuple romain, ayant abattu les Gaulois et les Africains, ne voit plus rien à craindre et combat dorénavant sans péril, Bossuet, ib. I, 8. Les victoires de Léonce avaient abattu les Sarrasins et rétabli la gloire de l'empire en Orient, Bossuet, ib. I, 11.
  • 3Laisser tomber, abaisser. Abattre sa robe. Il abattit sa toge.
  • 4Faire retomber. Abattre la poussière. Abattre les bouillons d'un liquide en ébullition.
  • 5Oter les forces du corps ou de l'âme, faire tomber. Abattre les forces d'un malade. La moindre fièvre l'abat. Abattre le courage. La peur nous abat. Le sage ne se laisse pas abattre par le malheur. Abattre l'audace, l'insolence. La pluie, dit-on, abat le vent. Me laissant abattre à la plus légère infirmité qui m'arrive, Bourdaloue, Pens. t. II, p. 406. On lui en cache une partie, afin de ne le pas étonner dès l'entrée de la carrière et de ne lui pas abattre le cœur, Bourdaloue, ib. t. I, p. 89. Elle est tellement abattue de la perte de M. de la Rochefoucault, Sévigné, 421. Ses malheurs n'avaient point abattu sa fierté, Racine, Ath. II, 5. … tu ne prétends pas qu'il [le destin] m'abatte le cœur Jusqu'à te rendre hommage et te nommer seigneur, Corneille, Mort de Pompée, III, 4. Abattons sa superbe avec sa liberté, Corneille, ib. I, 1. Et du premier revers la fortune l'abat, Corneille, Cinna, IV, 5. Les pensées pures qui le rendraient heureux, s'il pouvait toujours les soutenir, le fatiguent et l'abattent, Pascal, édit. Cousin. Le vrai courage ne se laisse jamais abattre, Fénelon, Tél. XX. Pour abattre leur orgueil, Fénelon, ib. II. La prospérité nous élève, l'affliction nous abat, Massillon, Mart. La plus petite mortification abat votre corps, Massillon, Tiéd.

    Prov. Petite pluie abat grand vent, c.-à-d. peu de chose suffit pour calmer une grande querelle.

  • 6Police. Mettre à mort, en parlant d'animaux.
  • 7Abattre du bois, ou abattre de la besogne, faire beaucoup d'ouvrage.
  • 8 En termes de marine, abattre un navire, le mettre sur le côté pour le réparer. Abattre, v. n. se dit d'un bâtiment qui tourne sur lui-même autour de son axe vertical. Le navire abat.
  • 9Au jeu de trictrac, abattre du bois, jouer beaucoup de dames de la pile, afin de caser plus aisément.
  • 10Aux cartes, abattre son jeu, le mettre sur table pour le montrer.
  • 11Fauconn. Abattre l'oiseau, le tenir serré entre les deux mains pour lui faire prendre quelque médicament.
  • 12Corroierie. Abattre les cuirs, dépouiller les animaux tués.
  • 13Vétérinaire. Abattre un cheval, le coucher sur un lit de paille, dans une position favorable soit pour l'opérateur, soit pour l'opération.
  • 14En maréchalerie, abattre du pied, enlever une partie de corne qui est sur la face inférieure du sabot. C'est avec le rogne-pied ou le boutoir que le maréchal abat du pied.
  • 15Manége. Abattre l'eau d'un cheval, essuyer l'eau d'un cheval lorsqu'il sort de l'eau ou lorsqu'il est en sueur.
  • 16Abattre la frisquette et le tympan, se dit du mouvement que fait l'imprimeur après que sa feuille a été placée sur le tympan.

    S'ABATTRE, v. réfl.

  • 17Se jeter à terre, et aussi tomber, descendre en volant. Ces deux rivaux veulent s'abattre. Le cheval s'étant abattu. Le vautour s'abattit sur… Aigle qui s'abat doucement. L'oiseau s'abattit mourant. De la force du coup pourtant il [le sanglier] s'abattit, La Fontaine, Fab. VIII, 27. Si dessous sa valeur ce grand guerrier s'abat, Corneille, Cid, II, 5. Nous comparions notre France à la Grèce, Quand un pigeon vient s'abattre à nos pieds, Béranger, Pig. Il est tombé en ruine par sa volonté dépravée, le comble s'est abattu sur les murailles, et les murailles sur le fondement, Bossuet, La Vallière, Profession.
  • 18S'apaiser. Le vent s'abat. Son ressentiment s'abattit peu à peu. Dès le premier effort sa colère s'abat, Mairet, Mort d'Asdr. IV, 1.

SYNONYME

ABATTRE, DÉMOLIR, RENVERSER, RUINER, DÉTRUIRE. Idée générale, faire tomber. L'idée propre d'abattre est celle de jeter à bas : on abat ce qui est élevé, haut. Celle de démolir est de rompre la liaison d'une masse construite : on ne démolit que ce qui est bâti. Celle de renverser est de mettre à l'envers ou sur le côté, ce qui était bien placé ou debout, droit, sur pied : on renverse ce qui peut changer de sens et de direction. Celle de ruiner est de faire tomber par morceaux : on ruine ce qui se divise et ce qui se dégrade. Celle de détruire est de dissiper entièrement l'apparence et l'ordre des choses : Le temps détruit tout, GUIZOT.

HISTORIQUE

XIe s. Ki abate femme à terre pur faire lui force…, L. de Guill. 19. De Saragoce [il] a la porte abatue, Ch. de Rol. 267. Mort il l'abat sur un buisson petit, ib. 243. Ô ses cadables les turs [il] en abatiet, ib. 8.

XIIe s. Des abatus est la terre jonchée, Ronc. p. 137. Diex sait bien du felon abattre la bobance, ib. p. 197. En mi la place [il] l'abattout estendu, ib. p. 61. … lor orguels qu'est si grans Fust abatus…, ib. p. 27. Il [les guerriers] fauchent et abatent com vilain en essart, Saxons, 19. Toute plaine sa lance [il] l'abat mort au sentier, ib. 11.

XIIIe s. Et li Venicien firent abatre les murs et les tors, Villehardouin, 56. S'il [le faucon] abat aue [oie] ou autre oisiel, l'Escoufle. Li cuens [comte] de Champaigne Et li rois d'Espaigne Fussent vil et abattu, Et France fust en vertu, Hues de la Ferté, Romanc. 191. Je m'ocirai s'autres que Garin m'ait [pour femme] ; Dieus le me doint ! Tous ces maus [il] abatrait, ib. p. 72. Maint chastel abatu, mainte vile essilie [ruinée], Berte, 2. Le servise que il li fera doit estre conté raisnablement et abatu de la dette, Ass. de Jér. I, 189. Il est tenu et gardé à droit que les lois soient abatues par desacostumance, Livre de justice, 6. Mahom [Mahomet], chou [ce] dist li sains hermites, Tu desloiaux et pleins de rage, Abateras saint mariage, Rom. de Mahomet, 51. Et s'il iere si bien apris Qu'el [l'envie] ne peüst de tot son pris Rien abatre ne desprisier…, la Rose, 274. Et dit l'en que ces choses viennent du paradis terrestre, que le vent abat des arbres qui sont en paradis, Joinville, 220. Iceulx Blancs [Manteaux, ordre religieux] furent abatus au concile de Lyon, que Gregoire le Xe tint, Joinville, 299. L'an mil deux cens soixante trois furent abatus li mansois [sorte de monnaie], Du Cange, abatare.

XIVe s. Toutes autres monnoyes soient abatues [démonétisées], Du Cange, abatere.

XVe s. Les cardinaux apaisoient les Romains et abatoient leur ire ce qu'ils pouvoient, Froissart, II, II, 20. Et à mes pieds t'a abattu à terre, Orléans, 1.

XVIe s. Il faut dire que le zele est bien debile, quand il s'abat pour si peu, Calvin, 275. Le sacrifice plaisant à Dieu est un esprit abbatu, Calvin, Inst. 692. Les chevaux s'en coururent à bride abbatue avec leur charriot devers la ville de Rome, Amyot, Publ. 26. Valerius fait abattre sa maison et la razer jusques en terre, Amyot, ib. 18. L'on commencea à user d'engins de baterie pour abbatre grosses murailles, Amyot, Péric. 52. Elle fit serrer les portes et abbatre les grilles et les harses qui se fermoient à grosses serrures et fortes barrieres, Amyot, Antoi. 99. Il fut contraint d'abattre sa barbe, Despériers, Cont. 19. Les forces abbattues par l'aage, Montaigne, II, 19. Les courages sont abbattus, Montaigne, I, 24. Il m'advient souvent en telle sorte de propos abbattus et lasches, propos de contenance, de…, Montaigne, III, 277.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ABATTRE. Ajoutez :
15 V. n. Faire effort sur l'extrémité d'un levier, en l'abaissant près de terre, de manière à faire tourner un treuil horizontal. Ce mot s'emploie principalement dans la manœuvre de la chèvre ; on emploie, dans l'artillerie, pour déterminer ce mouvement, le commandement : Abattez.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Abattre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABATTRE, v. a. Abattre une maison, un mur, un plancher. &c. Voyez Démolir. (P)

Abattre, arriver, dériver, obéir au vent, lorsqu’un vaisseau est sous voile. Ces termes se prennent en différens sens. On dit qu’un vaisseau abat, quand il est détourné de sa route par la force des courants, par les vagues & par les marées.

Faire abattre un vaisseau, c’est le faire obéir au vent lorsqu’il est sous les voiles, ou qu’il présente trop le devant au lieu d’où vient le vent ; ce qui s’exécute par le jeu du gouvernail, dont le mouvement doit être secondé par une façon de porter ou d’orienter les voiles.

On dit que le vaisseau abat, lorsque l’ancre a quitté le fond, & que le vaisseau arrive ou obéit au vent. Voyez Arriver.

Abattre un vaisseau, c’est le mettre sur le côté pour travailler à la carene, ou à quelqu’endroit qu’il faut mettre hors de l’eau, pour qu’on puisse le radouber. Voyez Carene. Radoub. (Z)

Abattre un cheval, c’est le faire tomber sur le côté par le moyen de certains cordages appellés entraves & lacs. On l’abat ordinairement pour lui faire quelque opération de Chirurgie, ou même pour le ferrer lorsqu’il est trop difficile.

Abattre l’eau : c’est essuyer le corps d’un cheval qui vient de sortir de l’eau, ou qui est en sueur ; ce qui se fait par le moyen de la main ou du couteau de chaleur.

S’abattre, se dit plus communément des chevaux de tirage qui tombent en tirant une voiture. (V)

Abattre l’oiseau, c’est le tenir & serrer entre deux mains pour lui donner quelques médicamens. On dit, il faut abattre l’oiseau.

Abattre, sixieme manœuvre du Faiseur de bas au métier. Voyez Abatage. Voyez aussi Bas au métier.

Abattre, terme de Chapelier, c’est applatir sur un bassin chaud le dessus de la forme & les bords d’un chapeau, après lui avoir donné l’apprêt & l’avoir bien fait sécher ; pour cet effet il faut que le bassin soit couvert de toile & de papiers, qu’on arrose avec un goupillon.

Abattre du bois au trictrac ; c’est étaler beaucoup de dames de dessus le premier tas, pour faire plus facilement des cases dans le courant du jeu. V. Case.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Abattre : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « abattre » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « abattre »

Étymologie de abattre - Littré

À et battre ; bourguig. aibaitre ; wall. abate ; provenç. abatre ; catal. abatrer ; espag. abatir ; ital. abbattere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de abattre - Wiktionnaire

Du latin abbatĕre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abattre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abattre abatr play_arrow

Conjugaison du verbe « abattre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe abattre

Évolution historique de l’usage du mot « abattre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abattre »

  • La tête de liste qui indique « nous allons adapter notre manière de faire campagne » avec notamment un Facebook live le soir du vendredi 26 juin ou encore un espace contributif sur le site internet du candidat a déploré la manière dont la campagne a repris. « Je sais que je suis l’homme à abattre parce que je suis arrivé en tête du premier tour, notamment dans tous les quartiers populaires d’Abbeville. Mais si le débat démocratique doit reprendre ses droits, c’est de manière apaisée et responsable. Confrontons les idées, les programmes, les équipes. Évitons les attaques personnelles et autres boules puantes. » , Abbeville/Municipales. Pascal Demarthe : « je suis l'homme à abattre » | Le Journal d'Abbeville
  • Un arbre situé rue de la Cabocherie, à Dottignies, vit ses dernières heures ! Il est en effet question de l’abattre ce mardi 23 juin, ce qui engendrera des modifications de circulation de 9 à 16 heures. sudinfo.be, Dottignies: on va abattre un arbre dans la rue de la Cabocherie, ce mardi
  • Peu de versions ont été étudiées dans le cadre du procès du crash du Boeing malaisien effectuant le vol MH17. La défense n’a donc pas exclu que l’armée ukrainienne ait pu abattre l’avion. Selon deux avocats, l’Ukraine avait accès à des missiles de cette portée. , La défense du procès MH17 suppose que l’Ukraine a pu abattre le Boeing malaisien par erreur - Sputnik France
  • La Ville de Mâcon va tailler plusieurs arbres et est contrainte d’en abattre certains avant l’arrivée de l’été et des fortes chaleurs afin de sécuriser certains endroits. La sécheresse a fortement fragilisé ces arbres durant deux années consécutives.  , Edition Macon | La Ville de Mâcon obligée de tailler des arbres et d'abattre certains
  • Les tarés extrémistes n'ont pas de frontières, ils peuvent frapper partout ! Ce qui est rassurant, c'est qu'ils ne sont pas capables d'abattre un caricaturiste qui est seul chez lui... Ils sont nuls, les caricaturistes sont pourtant des cibles faciles ! De Charb / le JDD du 3 janvier 2010
  • Quiconque tranche avec un couteau la gorge d'un boeuf et reste sourd aux meuglements d'effroi, quiconque est capable d'abattre de sang-froid le chevreau hurlant et mange l'oiseau qu'il a lui-même nourri, est-il encore très éloigné du crime ? De Pythagore
  • Ah ! La volupté d'abattre du travail comme on abat des arbres, de s'attaquer à une montagne de papier comme on escalade le Mont Blanc pour donner, peu à peu, au bureau l'aspect du Sahara. De Philippe Bouvard / Journal 1992-1996
  • Vieillir, c'est découvrir la transparence, brûler les frontières, fondre les limites, abattre les paravents... Y-a-t-il plus passionnant voyage que celui de la vie ? Jusqu'à la mort incluse ? De Maria Casarès / Résidence privilégiée
  • On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char. De Winston Churchill
  • Si on parvient à abattre l’arbre, c’est que le manche de la cognée s’est mis de la partie. De Proverbe malgache
  • Si ce qui bat en nous était vraiment notre coeur, il ne mourrait pas pour nous abattre du même coup. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • L'acceptation, c'est la mort. Il faut lutter toujours, ne pas se laisser abattre, réinventer la vie. De Claudette Picard / L'autre côté du lac
  • Il faut abattre le libéralisme, car il donne des armes à ceux qui veulent lui substituer l'autoritarisme. De Georges Wolinski / Giscard n'est pas drôle
  • Combien faut-il abattre d'arbres pour fabriquer le papier de la campagne électorale du parti écologique ? De Patrick Sébastien / Carnet de notes
  • Les difficultés ne sont pas faites pour abattre mais pour être abattues. De Charles de Montalembert
  • Le vrai courage ne se laisse jamais abattre. De Fénelon / Télémaque

Images d'illustration du mot « abattre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abattre »

Langue Traduction
Portugais abater
Allemand erschießen
Italien abbattere
Espagnol derribar
Anglais shoot
Source : Google Translate API

Synonymes de « abattre »

Source : synonymes de abattre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abattre »


Mots similaires