Flotter : définition de flotter


Flotter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FLOTTER1, verbe intrans.

A.− [En parlant d'un solide, d'un être vivant ou mort] Être porté par un liquide, s'y maintenir en surface ou en suspension sans s'y enfoncer.
1. [Sur l'eau courante ou non] Port où flottent les barques; épave qui flotte au gré des courants; ligne dont le bouchon flotte. On voyait flotter les débris du naufrage (Ac.1798-1932).Faire flotter des bois [pour les transporter] (cf. Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 220).Ce qui est mou, léger, rond, n'enfonce pas, et les nids d'alcyon flottent gracieusement sur la mer qui ne s'en soucie (Barb. d'Aurev., Memor. 1,1836, p. 14).Lorsqu'un cadavre flotte à peu de distance d'un rivage plat, il est bien rare que le flot ne l'y rejette pas tôt ou tard (Verne, Île myst.,1874, p. 63):
1. ... je n'ai eu que le temps de sauter à l'eau − il n'y avait que moi qui savais nager! − avec la marmite et ces autres objets utiles. Mon pauvre sergent a flotté un petit peu, pas longtemps, de quoi me dire adieu avec la main. Claudel, Soulier,1929, 2ejournée, 10, p. 747.
Arg., vx. Faire flotter qqn. Le noyer (cf. Sue, Myst. Paris, Paris, Gosselin, t. 3, 1842, p. 26).
SYNT. Flotter comme une algue, comme un bouchon, à la dérive, au gré des flots, entre deux eaux.
2. [Sur un autre liquide] Particules de graisse flottant sur du bouillon. Sauce gluante où flottent les aliments solides (Martin du G., Devenir,1909, p. 25).P. anal. :
2. Les yeux bleus d'Eugénie, les yeux bruns d'Angélique avaient une expression de naïve insouciance (...) bien rendue par la manière vague dont flottaient leurs prunelles sur le blanc fluide de l'œil ... Balzac, Fille Ève,1839, p. 80.
B.− P. anal.
1. [Le suj. désigne un corps léger, nuage, vapeur en suspension dans l'air] Être porté çà et là, aller au gré des vents dans un mouvement ondoyant. Un nuage, une odeur, une ombre flotte; flotter dans l'air, dans le ciel, au gré des vents. Une brume légère et plus ou moins dorée flotte à l'extrémité des flots, et sépare le ciel et l'eau (Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 283).Cet air frais et vif qui flotte sur les fontaines (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 141).Le moucheron qui danse et flotte en l'air (Michelet, Oiseau,1856, p. 151).V. aussi asphodèle ex. 2.
P. métaph. et au fig. [Le suj. désigne une pers.] Éprouver un sentiment de légèreté comme si on flottait dans l'air; avoir une présence diffuse. Flotter entre deux vins (cf. Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 293).Il n'est rien de Juliette à Vérone et de Myrrha dans Chypre, mais Ophélie flotte sur Elseneur (Barrès, Cahiers,t. 2, 1901-02, p. 269).V. aussi Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 155.
2. [Le suj. désigne un objet de matière souple fixé à une de ses extrémités] Se déployer avec un mouvement d'ondulation, généralement par le fait du vent; retomber librement, avec souplesse ou en ondulant au gré des mouvements. Un drapeau, une lessive flotte au vent; faire flotter son écharpe. Par-dessus ses cheveux noirs tombe et flotte (...) un voile de dentelles moins noires que ses cheveux (Lamart., Confid.,1849, p. 29).Sa barbe, longue et blanche, flotte jusque sur son ventre (Du Camp, Nil,1854, p. 57).Une dentelle épaisse de toiles d'araignées qui pendaient et flottaient, remuées par l'air (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Père Amable, 1886, p. 226).V. abreuvoir ex. 5, bain ex. 6 :
3. La plupart [des dactylos, des cousettes] portaient les cheveux longs flottant sur les épaules, comme le voulait la mode, mais faute d'aller assez souvent chez le coiffeur, paraissaient coiffées à la hâte, sans soin. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 198.
MAR. Un pavillon flotte quand il est hissé et déployé (Soé-Dup.1906).
[Avec l'idée de relâchement] Laisser flotter les rênes de son coursier (Ac.1932).
[Le suj. désigne des vêtements amples] Les pans de sa chemise flottaient sur ses cuisses, qui étaient grasses, blanches et duvetées de blond (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 470).
P. méton. [Le suj. désigne la pers. qui les porte] Porter des vêtements trop larges. Flotter dans son costume, sa robe :
4. Il a vu à peine le flot des draps et des linges soulevés, tirés au pied du lit, d'un seul coup, et elle est déjà devant lui, à sa hauteur, effroyable. Son corps maigre flotte dans la chemise et à travers la batiste apparaît sur sa poitrine et jusqu'à ses flancs la répugnante morsure des ventouses. Bernanos, MmeDargent,1922, p. 13.
3. [Le suj. désigne une ligne, les contours d'un objet] Subir un léger mouvement d'ondulation qui déforme l'image. Les cimes flottaient encore dans la lumière rosée; elles ondulaient gravement, avec un bruit de houle (Rolland, J.-Chr.,Matin, 1904, p. 153).
ART MILIT. [Le suj. désigne la ligne de bataille, la colonne en marche] La ligne de bataille flotte et serpente comme un fil, (...) les fronts des armées ondoient (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 382).
C.− P. ext. et au fig. Ne pas être fixe, permanent dans un état, changer tour à tour d'idée ou d'opinion; hésiter entre plusieurs partis.
1. [Le suj. désigne les expressions du visage] Avoir une manifestation fugitive. Un sourire flotte aux lèvres, sur les lèvres. Sur ses traits reposés, flottait toujours la même expression de recueillement et de mystère, comme si elle voulait garder pour elle le grand secret de la tombe (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 281):
5. Alexis ne bougeait pas; son regard, après avoir flotté sans but, s'était arrêté, comme attaché de force, sur une pente du pré où reposaient deux traînées de neige en forme de fuseau ... Lacretelle, Hts ponts,t. 3, 1935, p. 160.
2. Flotter entre l'état de sommeil et l'état de veille, entre l'espérance et la crainte, au gré des opinions humaines :
6. Je flotte entre plusieurs idées, dont aucune ne prédomine et n'absorbe mon attention. Je ne me sens plus de penchant déterminé, ni de disposition marquée pour quelque sujet d'étude fixe. Ma volonté est errante et incertaine. Maine de Biran, Journal,1816, p. 210.
3. [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Un esprit qui flotte au hasard; mes idées flottaient dans une incertitude pénible (Ac.1835-1932).La morale flotte incertaine entre mille systèmes (Fiévée, Dot Suzette,1798, p. 9).La science humaine marche donc sans guide, sans système et flotte au hasard, sans s'être tracé de route (Balzac, L. Lambert,1832, p. 128).
[Avec l'idée de liberté, de fantaisie] Laisser flotter son imagination, son attention, ses pensées (Pt Rob.).
FIN. [Le suj. désigne une monnaie] Varier librement sur le marché des changes sans référence à des parités fixes. Après la déclaration d'inconvertibilité du dollar (août 1971) plusieurs gouvernements décidèrent de laisser provisoirement flotter leurs monnaies (Fin.1976, s.v. flottement des monnaies).
REM.
Flotiller, verbe fréquentatif de flotter.Une vapeur insaisissable et rose dans laquelle flotille l'âme toute oppressée et toute confuse (Flaub., Smarh,1839, p. 96).
Prononc. et Orth. : [flɔte], (il) flotte [flɔt]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 floter « être porté sur un liquide » (Roland, éd. J. Bédier, 2472); 2. ca 1200 « bouger, remuer au gré du vent » (Bueve de Hanstone, éd. A. Stimming, I, 3908). D'un rad. frq. *flot-, cf. le m. néerl. vloten « couler à flots, naviguer » (Verdam). Bbg. Brüch (J.). Arch. St. n. Spr. 1915, t. 133, p. 354. − Robinson (A.H.). Les Désignations de la « marche dans l'espace » dans trois quotidiens parisiens. Fr. mod. 1974, t. 42, p. 157.

FLOTTER2, verbe trans.

A.− TECHNOL. (flottage). Flotter du bois. L'acheminer par voie d'eau en le faisant flotter en radeau, par train, à bûches perdues. Sa plus haute pente [de la Seine], là où l'on flotte le bois (Giraudoux, Bella,1926, p. 43).
B.− MAR. Flotter un câble. Le soutenir à la surface de l'eau au moyen de bouées (cf. Littré, DG).
Rem. Flotter2est ressenti comme emploi trans. à valeur factitive de flotter1ds DG et Rob., et fait également l'objet d'un article partic. ds Lar. Lang. fr. Ac. ignore cet emploi.
Prononc. et Orth. : [flɔte], (il) flotte [flɔt]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [Attesté indirectement au xves. par son dér. flotteur*, v. aussi flotte4]; 1611 bois flotté (Cotgr.); 1701 floter trans. « lâcher (du bois) dans une rivière pour qu'il soit transporté » (Nouv. maison rustique, t. 1, p. 341); 2. 1690 intrans. « descendre une rivière (en parlant du bois) » (Fur.). Dér. de flotte « radeau », v. flotte4.

FLOTTER3, verbe intrans.

Mod., arg. et fam. [À la forme impers.] Pleuvoir. Quand il flottait, il devait avoir les nougats (= pieds) humides (Le Breton, Razzia,1954, p. 169):
− Tiens, y a plus de soleil! C'est vrai. Un nuage s'étend et l'a caché. − I' va même flotter, mes petits gars, dit Lamuse. Barbusse, Feu,1916, p. 181.
Prononc. : [flɔte], (il) flotte [flɔt]. Étymol. et Hist. 1886 (d'apr. Esn.). Mot d'orig. incertaine; se rattacherait d'apr. FEW t. 15, 2, p. 149b, à flotter « couler » (ca 1180ds T.-L.); pourrait venir de l'arg. faire flotter « noyer » (1842 ds Esn.), issu de flotter1(par l'intermédiaire de flotter « nager », 1836, ibid.).
STAT. − Flotter1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 2 743. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 657, b) 4 382; xxes. : a) 4 127, b) 3 709.

Flotter : définition du Wiktionnaire

Verbe

flotter intransitif \flo.te\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Surnager.
    • Lorsqu’un cadavre flotte à peu de distance d’un rivage plat, il est bien rare que le flot ne l’y rejette pas tôt ou tard. — (Jules Verne, L’Île mystérieuse, Jules Hetzel et Cie, 1874, page 63)
    • Comprenez que tous les macchabs, dès qu’ils sont assez légers pour descendre le courant – pas assez gonflés pour flotter –, qu’ils viennent de Bercy, de Charenton, de beaucoup plus loin, c’est ici même qu’ils « atterrissent ». — (Jacques Yonnet, Enchantements sur Paris, Éditions Denoël, 1966, page 210)
  2. (Figuré) S’agiter ; voltiger en ondoyant.
    • C’était un tohu-bohu ethnique. Dans le port flottaient les pavillons de toutes les nations, et plus de deux millions d’êtres humains s’y embarquaient annuellement. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 210 de l’éd. de 1921)
    • Il fait doux, il fait clair. L’hiver commence à peine et je ne sais quoi de printanier flotte dans l’air subtil. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, page 205)
    • Sous une toilette criarde, ton corps mouvant laisse derrière lui flotter un sillage embaumé. — (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 16)
    • À l’instant où von Greim transmet l’ordre de Hitler d'ouvrir une brèche dans les lignes russes avec l’aviation, le pavillon rouge des Soviets flotte sur les trois-quarts de Berlin. — (Georges Blond, L’Agonie de l’Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, page 326)
  3. Lâcher ; détendre.
    • Laisser flotter les rênes de son coursier.
  4. (Militaire) Ne pas conserver l’alignement des rangs dans la marche en parlant d’une troupe.
  5. (Figuré) Vagabonder ; changer ; hésiter ; fluctuer.
    • […], ni la très-noble et très-sèche mademoiselle d’Hérouville qui flotte entre trente et cinquante ans, sans se décider à un chiffre tolérable. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Il allongeait sa jambe, sèche comme un échalas, qui flottait dans une molletière trop large et sans couleur, pour montrer fièrement sa chaussure. — (François Barberousse, L'Homme sec, Paris : Gallimard, 1935 & Romorantin : Marivole Éditions, 2013, chap. 7)
    • Je « flotte », un de nos mots courants entre filles pour désigner cette drôle de torpeur certains jours, la sensation d’être inconsistantes, pas réelles. — (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 393)
  6. Se manifester fugitivement, en parlant des expressions du visage.
    • Devenue totalement sourde, cette cagole de Catherine ne leur prêtait nulle attention. Un mince sourire flottait sur son visage et elle lisait. — (Maurice Lemoine, Les cités interdites, Éditions de l'Encre, 1987, page 129)
  7. (Familier) (Impersonnel) Pleuvoir.
    • Il a flotté toute la journée.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Flotter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FLOTTER. v. intr.
Être porté à la surface d'un liquide. On voyait flotter les débris du naufrage. Leurs cadavres flottaient sur les eaux. Bois flotté, Bois à brûler qui est venu par le flottage. Une voie de bois flotté. Il se dit particulièrement du Bois qu'on fait descendre sur un courant, sans bateau, par train, par radeau, ou à bois perdu. Il signifie figurément S'agiter, voltiger en ondoyant. Ses longs cheveux flottaient sur ses épaules. Son voile flottait au gré du vent. Il se dit, dans un sens analogue, de Certaines choses qui sont lâches, qui ne sont pas tendues comme elles pourraient l'être. Laisser flotter les rênes de son coursier. Il se dit pareillement, en termes de Guerre, d'une Troupe dont les rangs ne conservent pas bien leur alignement dans la marche. Il signifie encore figurément N'avoir pas de fixité dans l'esprit, changer, hésiter. Un esprit qui flotte au hasard. Mes idées flottaient dans une incertitude pénible. Flotter entre l'espérance et la crainte. Mon esprit flotte encore incertain.

Flotter : définition du Littré (1872-1877)

FLOTTER (flo-té) v. n.
  • 1Être porté sur un liquide sans aller au fond. Tout à coup elle aperçut les débris d'un navire qui venait de faire naufrage… un mât, des cordages flottant sur la côte, Fénelon, Tél. I.

    Fig. Nous flottons dans la mer de ce monde au gré de nos passions qui nous emportent tantôt d'un côté et tantôt d'un autre, comme un vaisseau sans voile et sans pilote, Nicole, Ess. mor. 1er tr. ch. 11. Les petites choses flottent dans sa capacité [du cœur] : il n'y a que les grandes qui s'y arrêtent et qui y demeurent, Pascal, dans COUSIN.

  • 2Être, rester à flot, en parlant du bois qu'on fait descendre un cours d'eau. Faire flotter du bois. Le bois ne peut flotter dans ce cours d'eau.
  • 3Faire aller ses flots. Il verra les deux mers flotter sous son empire, Rousseau J.-B. Églogue. Au murmure du lac flottant à petit pli, Nous nous sommes levés le cœur déjà rempli, Lamartine, Jocel. IV, 124.
  • 4Voltiger en ondoyant. Mais l'Hydaspe, malgré tant d'escadrons épars, Voit enfin sur ses bords flotter nos étendards, Racine, Alex. II, 2. Et la voile flottait aux vents abandonnée, Racine, Phèdre, III, 2. Leurs beaux cheveux pendaient sur leurs épaules et flottaient au gré du vent, Fénelon, Tél. IV. Les cheveux d'Atalante, noirs comme l'ébène, flottaient sur ses épaules blanches comme l'ivoire, Diderot, Pensées sur la peinture, Œuvres, t. XV, p. 243.

    Terme de peinture. Se dit des plis d'une draperie qui se détachent bien.

  • 5N'être pas retenu, tendu d'une façon ferme. Sa main sur ses chevaux laissait flotter les rênes, Racine, Phèdre, v, 6. La chaîne éternelle ne peut être ni rompue ni mêlée ; le grand être, qui la tient nécessairement, ne peut la laisser flotter incertaine ni la changer, Voltaire, Principe d'action, 13.

    Fig. L'empire est asservi à une femme qui n'en laisse pas flotter les rênes au gré de sa passion, Diderot, Claude et Nér. I, 28.

  • 6 Terme militaire. Ne pas bien conserver son alignement, en parlant d'une troupe. Les rangs du bataillon flottaient.
  • 7 Fig. Être emporté çà et là. En ces songes profonds où flottait mon esprit, Régnier, Sat. X. Pour vous ôter du trouble où flottent vos esprits, Corneille, Ment. IV, 8. Sur d'éternels soucis voit flotter sa pensée, Corneille, D. Sanche, II, 4.

    Aller au hasard. Nos chevaux, au soleil, foulaient l'herbe fleurie ; Et moi, silencieux, courant à ton côté, Je laissais au hasard flotter ma rêverie, Musset, Poésies nouv. Sonnet à Alfred T.

    N'être pas fixé, en parlant de choses. Ce n'est guère qu'en France que les droits de tous les corps flottent ainsi dans l'incertitude, Voltaire, Hist. parlem. LVIII. Que dis-je ? assez longtemps les soupçons des Thébains Entre Phorbas et lui flottèrent incertains, Voltaire, Œdipe, II, 1.

  • 8Hésiter, être irrésolu, incertain. Des deux côtés laissant flotter sa foi, Son cœur n'aime en effet ni son maître ni moi, Corneille, Perthar. IV, 2. Mon cœur étonné flotte plus que jamais, Corneille, Attila, III, 1. Le roi, vous le voyez, flotte encore interdit, Racine, Esth. III, 5. C'était entre ces deux déités que flottaient les vœux du chevalier, Hamilton, Gramm. 6. On peut flotter quelques années entre les sacrements et les rechutes, Massillon, Car. Inconst. Flottant toujours et ne voulant pas être fixé, Massillon, Avent, Épiph. Toute la France est partagée entre le prince de Condé et François de Guise ; Catherine de Médicis flotte entre eux deux, Voltaire, Mœurs, 171. Je passai deux ou trois ans de cette façon, entre la musique, les magistères, les projets, les voyages, flottant incessamment d'une chose à l'autre, Rousseau, Conf. V. Je flotte, je balance entre trois femmes charmantes ; loin de m'être déjà déclaré, je ne suis pas encore fixé moi-même, Picard, Capit. Belronde, I, 4. Ainsi son esprit paraît flotter entre deux grandes décisions, et les contradictions de ses paroles passent dans ses actions, Ségur, Hist. de Nap. VI, 6.
  • 9Tenir de l'un et de l'autre. La finesse flotte entre le vice et la vertu, La Bruyère, VIII.
  • 10Dans le langage élevé, n'être pas décidé, en parlant d'un événement. La couronne entre nous flotte encore incertaine, Corneille, Rodog. I, 5.

    Être mal assuré. Nos couronnes, d'abord, devenant ses conquêtes, Tant que nous régnerions, flotteraient sur nos têtes, Racine, Alex. I, 2.

  • 11 V. a. Terme de marine. Flotter un câble, le faire soutenir ou soulager dans l'eau.

    Flotter, v. n. se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

L'Académie écrit flotter de flot, avec deux tt, tandis qu'elle écrit cahoter de cahot, avec un seul t. Il faudrait mettre de l'uniformité en des formations semblables.

HISTORIQUE

XIe s. Li altre en vont à contreval flotant [naviguant], Ch. de Rol. CLXXVI.

XIIe s. E li pruzdum une branche colpad e mist la en l'eve cele part ; este vus li fers des funz levad, e par cele eve amunt flotad, Rois, p. 366. Il prent son escu et sa lance, Qui par le gué flotant aloient, la Charrette, 836.

XIIIe s. Ensi fu mis el flum, et flota tant li vaissiaus que il vint au pont que li crestien avoient fait parmi le flum, Chr. de Rains, p. 95. Savez c'on dist au cous [cocu] mauvès, S'il vient à pont qui soit deffez : Passez outre ; se vous chaez [tombez], Saiez seür, vos floterez, Ren. 11066. Se fortune vous a encroé [élevé] sur sa roe, Se li avoirs de Diex entour vous flote et noe [nage], J. de Meung, Test. 654. Une partie [des hommes] va flotant, car une fois fait bien et autre mal, Latini, Trésor, p. 400.

XVe s. Ils [les Anglois] s'en vinrent tous flottant [naviguant le long] les bandes de Normandie et querant leurs aventures, Froissart, II, II, 28.

XVIe s. … Comme à ouyr la marine flotter Contre la rive…, Marot, I, 222. Nous trouvons estrange si nous voyons flotter les evenements et diversifier d'une maniere commune et ordinaire, Montaigne, II, 142. Nostre raison se perd, flottant dans cette mer vaste des opinions humaines, Montaigne, II, 256. Cette mer flottante des opinions d'un peuple ou d'un prince, Montaigne, II, 344. Tous les mats flottants de banderolles semées d'aigles de l'empire, Carloix, VIII, 24. En secouant le ventre, l'on entend l'eau flotter dedans, comme si c'estoit un vaisseau demy plein, Paré, VI, 11. …Il feit tirer en mer un vaisseau lequel autrefois avoit esté fort bon, mais il y avoit quarante ans qu'il n'avoit flotté, Amyot, Philop. 13. Le rivage s'esboula, tellement que la mer qui alloit flottant à l'environ, gardoit qu'on n'eust sceu approcher du tumbeau, Amyot, Anton. 91. Pour n'estre grands fleuves, ne sont flotez de grands bateaux, Pasquier, Recherches, liv. IX, p. 761, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Flotter : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FLOTTER, v. n. (Hydrodyn.) se dit d’un corps qui placé sur un fluide dans lequel il n’enfonce qu’en partie, fait des oscillations sur ce fluide. Voyez Oscillation.

Pour qu’un corps soit en repos sur la surface d’un fluide, il faut, 1°. que la force avec laquelle le fluide tend à le pousser en en-haut, soit égale à l’effort avec lequel la pesanteur du corps tend à le pousser en em-bas. 2°. Il faut de plus que ces deux forces soient dirigées en sens contraire & dans une même ligne droite, autrement le corps ne seroit pas en repos, & il lui arriveroit la même chose qu’à un bâton dont les deux extrémités sont poussées en sens contraire avec des forces égales ; car ce bâton tourne autour de son centre, comme tout le monde sait. Si donc une de ces deux conditions n’est point observée, le corps ne sera pas en repos. Or pour déterminer son mouvement, il faut considérer, 1°. que l’action que le fluide exerce sur lui, est égale à la pesanteur d’un volume de fluide égal à la partie plongée ; 2°. que cette force a pour direction une ligne verticale qui passe par le centre de gravité de la partie plongée. Or, suivant les principes donnés au mot Centre spontané de Rotation, & démontrés dans mes recherches sur la précession des équinoxes (art. 90.), cette force doit tendre, 1°. à faire mouvoir le centre de gravité du corps verticalement de bas en-haut, de la même maniere que si cette force passoit par le centre de gravité du corps : ainsi le centre de gravité sera poussé en en-haut verticalement par cette force, & en em-bas par la pesanteur du corps ; d’où l’on tirera une premiere équation. 2°. La force du fluide tend outre cela à faire tourner le corps autour de son centre de gravité, de la même maniere que si ce centre de gravité étoit fixement attaché ; ce qui produira une seconde équation. Nous ne pouvons dans un ouvrage tel que celui-ci, entrer dans un plus grand détail ; mais nous renvoyons à notre essai d’une nouvelle théorie de la résistance des fluides, Paris, 1752, chap. vj. où nous avons traité cette matiere, que nous nous proposons de discuter encore plus à fond dans les mémoires de l’académie des Sciences de Paris, quoique l’ouvrage qu’on vient de citer contienne absolument tous les principes nécessaires pour résoudre la question dans tous les cas possibles. Dans les mémoires de Petersbourg de 1747, imprimés en 1750, & qui ne sont parvenus entre mes mains que long-tems après l’impression de mon ouvrage, M. Daniel Bernoulli a traité aussi des oscillations d’un corps qui flotte sur un fluide : mais il n’a égard qu’au cas où les deux oscillations sont isochrones, c’est-à-dire où l’oscillation verticale se fait dans le même tems que l’oscillation autour du centre de gravité ; & il paroît regarder comme très-difficile la solution du problème général, que je crois avoir donnée. (O)

Flotter, terme de Riviere, se dit des bois que l’on jette sur une riviere à bois perdu, ou de ceux dont on fait un train. Voyez l’article Bois.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « flotter »

Étymologie de flotter - Littré

Flot ; ital. fiottare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de flotter - Wiktionnaire

De « flot » ou de « flotte » en ce qui concerne la dernière acception.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « flotter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
flotter flote play_arrow

Conjugaison du verbe « flotter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe flotter

Évolution historique de l’usage du mot « flotter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « flotter »

  • Cette saison, la plage sera de nouveau animée avec une programmation diversifiée : marche aquatique, contes à la plage, animations scientifiques des Petits Débrouillards, yoga, châteaux de sable… Des équipements adaptés aux personnes à mobilité réduite sont mis à disposition et des sanitaires aux normes. Un tiralo (fauteuil amphibie permettant de rouler sur le sol et de flotter dans l’eau) ainsi qu’un fauteuil hippocampe (fauteuil tout terrain) permettent aux PMR d’aller se baigner et de profiter de ce cadre exceptionnel. Le Telegramme, Le Pavillon bleu flotte sur la plage Sainte-Anne - Saint-Pol-de-Léon - Le Télégramme
  • Cette année, la collection s'agrandit avec une nouvelle paire de créoles aux formes douces, sur laquelle semble flotter en son centre un cube de diamant. Le diamant est comme suspendu sur la courbe, offrant une parfaite symétrie pour un bijou résolument féminin et élégant à porter de jour comme de nuit. Vogue Paris, Le bijou de la semaine : le diamant suspendu des créoles Dinh Van | Vogue Paris
  • C’est pour cela aussi que les Turcs ne l’aiment point. Antérieure à l’Islam, antérieure à la conquête, Sainte-Sophie, dans Stamboul musulmane, est le souvenir et le symbole d’un autre passé. Le nom même, Aga Sofia, qu’elle a conservé jusque parmi les musulmans, rappelle le temps où Constantinople n’était point une capitale ottomane et on a eu beau couronner sa coupole d’un croissant, sur son dôme byzantin l’orthodoxie entière voit toujours flotter la croix d’or du Christ. Et c’est pour cela que, tandis qu’ils entretiennent avec soin les grandes mosquées de l’Islam, les Turcs considèrent Sainte-Sophie avec quelque indifférence et la conservent négligemment. Or, depuis près de quatorze siècles qu’elle se dresse sur le sol de Constantinople tant de fois ébranlée par les tremblements de terre, la grande église, tant de fois réparée, restaurée, a perdu quelque chose de sa solidité première. Il faut le dire avec une franchise brutale, Sainte-Sophie, aujourd’hui, menace presque ruine, et de cette ruine menaçante beaucoup ne prennent que peu de souci. On a, je le sais bien, convoqué récemment des commissions internationales d’architectes, qui ont rédigé sûr la question des consultations très savantes ; j’ai grand peur que ces rapport admirables aient été suivis jusqu’ici de peu d’effet. J’en ai peur surtout quand j’entends certains propos qui semblent presque sacrilèges, tel que celui-ci recueilli, il y a peu de jours, sur les lèvres d’un haut personnage du monde politique ottoman. Je lui parlais de cette Sainte-Sophie monument d’art incomparable, de sa beauté unique de son charme émouvant, de tant de souvenirs d’histoire dont elle est pleine et du risque grave qu’elle courait ; et je vois encore la courte flamme de colère qui s’allumait aux yeux de mon interlocuteur, tandis qu’il répondait : « Après tout, quand elle s’écroulerait. N’est-elle pas la source de tous nos malheurs ? » Books, « Le charme de Sainte-Sophie »
  • Le Pavillon bleu va flotter pour la neuvième année consécutive sur la plage de Penhors. Ce pavillon est le garant d’une bonne qualité environnementale tant au niveau de l’eau de baignade que de la propreté de la plage. Ce label, qui offre une visibilité touristique indéniable, est attribué par l’Office français de la Fondation pour l’éducation à l’environnement. Il récompense depuis 1985 les plages et ports respectueux de l’environnement. Pouldreuzic fait partie des douze communes finistériennes lauréates du label Pavillon bleu 2020 (10 communes pour les plages, 2 pour les ports de plaisance). Le Telegramme, Le Pavillon bleu flotte à nouveau sur Penhors - Pouldreuzic - Le Télégramme
  • Philodrendon monstera obliqua, Asplenium nidus ou Platycerium, les plantes semblent flotter au sommet d’une terre miniature. Comme une invitation à la rêverie et la réflexion, ces créations nécessitent une simple attention de bon sens. Le kokedama demande à être arrosé plus souvent mais peu, n’aime pas les courants d’air ni les expositions trop prolongées au soleil. Et, pour ceux qui n’auraient pas la main verte, des kokedamas stabilisés, leur sève a été remplacée par de la glycérine, demeurent éternels… midilibre.fr, Alès : le kokedama, un art floral au parfum de mystère flotte sur la ville - midilibre.fr
  • Eviter les sujets sérieux en début de repas. Ils figent et font parfois flotter au-dessus de la nappe des nuages de malaise qu'il est ensuite très difficile de faire lever. De Yves Beauchemin / Juliette Pommerleau
  • Souviens-toi qu’un poisson mort peut flotter en suivant le courant, mais seul un poisson vivant peut nager en le remontant. De W.C. Fields
  • J'aimerais mieux être un opportuniste et flotter, que couler à pic, mes principes autour du cou. De Stanley Baldwin
  • Ecrire, c'est flotter dans le vide. De Rosa Montero / La folle du logis
  • De rares naufragés flottent sur le vaste abîme. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, L'Énéide, I, 118

Images d'illustration du mot « flotter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « flotter »

Langue Traduction
Corse galleggia
Basque float
Japonais 浮く
Russe поплавок
Portugais flutuador
Arabe تطفو
Chinois 浮动
Allemand schweben
Italien galleggiante
Espagnol flotar
Anglais float
Source : Google Translate API

Synonymes de « flotter »

Source : synonymes de flotter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « flotter »


Mots similaires